AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Talya
Le Monde de Dùralas a précisément 1841 jours !
Dùralas, le Mer 14 Nov 2018 - 17:25
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !

Partagez | 
 

 Chasse aux sangliers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20
AuteurMessage
Cylicia Condoris
Nouvel(le) habitant(e)

avatar

Messages : 42
Expérience : 320
Féminin Âge RP : 26

Politique : 01
Métier : Chasseur - Novice
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
175/175  (175/175)
Vitesse: -12
Dégâts: 378

MessageSujet: Re: Chasse aux sangliers   Mar 23 Oct 2018 - 14:26

Guide & Astuces pour Chasseurs Débutants

Chapitre des Sanglier - Partie I

(Annexe officielle à l'histoire de Cylicia Condoris)

Spoiler:
 

Sachez, apprenti chasseur, que le sanglier est un animal noble. Malgré son goût pour les champignons sous-terrains et autres cadavres (ce qui est toujours bon a savoir), cette bête fière et robuste ne se laissera pas dompter par le premier clampin venu! Après tout, "À bon sanglier, bon chasseur!" comme on le dis si bien au pays!

A peine, eut-elle finit cette troisième phrase que Cylicia commença à se questionner sur l'objectivité toute relative de l'ouvrage. D'auteur inconnu et sans aucunes références, celui-ci paraissait déjà quelque peu suspect. De plus, le ton familier était mal venu et le contexte inexistant. Difficile de savoir honnêtement de quel pays il pouvait bien parler.

Ce que vous devez savoir avant tout, et ça vaudra pour tous types de carnes, c'est qu'on attrape pas le cochon avec de la mélasse pardi! Pour le sanglier, c'est tout pareil. Il faut savoir où il crèche le sanglier, comment qu'il mange, qu'est-ce qu'il a prévue pour de faire de sa journée enfin bon... Mais si, apprenti, vous avez toute votre tête et l'oeil qu'il faut, vous apprendrez à le connaitre le sanglier. Celui de la montagne fait le montagnard et celui de la forêt fait le forestier il faut le savoir ça. Apprenez à connaitre votre sanglier, celui de chez nous, enfin de chez vous. Vous m'aurez compris.


De plus en plus dubitative, Cylicia décida de passez l'introduction qui s'étalait encore sur une douzaines de pages. Ah, enfin un index!, se dit-elle en parcourant l'ouvrage, Taille, habitat, reproduction,... Voilà, pièges conseillers.


Si vous avez plus de patience que d'agilité au tir. Il conviendra, à ces malheureux qui ne connaîtront jamais le frisson de la traque, de poser des pièges. Nous allons commencer ici par les bases, celui que tous le monde connais de par chez nous sous le nom du "Tru'Plin'Dpik". Commencez tout d'abord par creuser un trou assez grand pour accueillir votre type de sanglier. Si vous avez bien suivi l'introduction, vous devez déjà savoir à quel type de bête vous avez affaire. N'oubliez surtout pas, apprenti, que le sanglier se défendra plus rudement qu'un nain protège sa bière! Pensez donc à faire un trou assez profond pour que celui ci ne puisse foutre le camp.


Et notre héroïne connaissait évidemment les sangliers qui vivaient entre le lac Fresha et les montagnes. Elle se mit donc de suite à creuser le trou demander sans se poser plus de questions. La tâche fut difficile, et bien qu'il était encore tôt le matin, creuser à la seule aide de son épée allait s'avérer long et pénible. Durant ses pauses elle continuait sa lecture en se demandant si tout cela allait bel et bien finir par servir.

Une fois le trou bien établie, bien il est grand temps d'y déposer les piques. Et oui, d'où le nom hein. De simples piques de bois feront parfaitement l'affaire et se marient très bien avec l'arôme naturelle du milieu animalier. On ne fait pas passer de la bouse pour du vin elfique à ces bestiaux là, vous le savez sans doutes déjà.


C'est alors que ses pauses se transformèrent en atelier menuiserie. Mais, en ayant déjà plein les avants bras, elle prit la précaution de terminer la suite de l'ouvrage. Nonobstant le chapitre sur les différents appâts à sangliers constitué principalement de graines, légumes, et autres cadavres, la fin du chapitre sur le piège "Tru'Plin'Dpik" laissa Cylicia sans voix et la rassura sur le sérieux de l'ouvrage. Lorsqu'Elena lui apprit à ne jamais juger de la qualité d'un livre dans ses premières pages, elle n'eut sans doute jamais penser que cela s'appliquerait à un tel ramassis de barbarismes. Il faut dire que la partie la plus intéressante du piège se tenait dans l'encadré peu évocateur "Pour les Artistes".

Alors, pour ceux qui aiment finasser, voilà le plan et les indications nécessaires pour l'olive sur le cake. On aura trop vue de braves camarades chasseurs se prendre eux même dans leur "Tru'Plin'Dpik", alors pour toi apprenti, voilà une machinerie bien à moi qui t'évitera de finir empaler à la place du sanglier, enfin ensanglianter comme on dit hein.

Quelques hommages mal placés aux fameux chasseurs perdus plus tard, se trouvait les instructions pour un piège à filet sous pression devant être disposer après les piques et avant le camouflage. L'ensemble du piège permettant ingénieusement d'avoir un sanglier tout prêt à être cueilli et quasiment déjà vider de son sang. Les instructions en elle-même était si précises et complexe qu'elles auraient facilement demander à ce qu'un technophile s'y mette. Il y avait même plusieurs variantes de ce piège selon le contexte et l'état voulu du sanglier.

Finalement, l'énergumène qui a écrit ce bouquin savait peut-être de quoi il parlait, se dit Cylicia à elle-même.

Elle entama donc tous les préparatifs nécessaire avec plus d'entrain qu'au début peu engageant de sa lecture. Trou, fait. Piques, faites. Appâts, faits. "Olive sur le cake", fait avec beaucoup de difficulté. Une fois la dernière touche qu'était le camouflage du piège en lui-même dressée, il ne restait plus qu'à attendre. Comme le temps de fignoler tout cela il faisait déjà nuit, notre héroïne s'en alla camper à moins d'un quart de lieue de là.

C'est sans surprise que Cylicia aurait trouver son sanglier haut percher et prêt à être cueilli comme un fruit mûr, si celle ci avait la moindre idée du nom de l'auteur de ce guide pour chasseurs débutants. Mais comme ce ne fut pas le cas, elle se contenta de remercier son Dieu comme à son habitude bien que celui-ci n'eut nul mérite à cette réussite. Heureuse tout du moins que son labeur ait porté ses fruits,  nous ne pouvons décemment pas lui enlever cela, elle jeta tout de même, par curiosité, un oeil sur la suite de cet ouvrage troublant. "Sanglier, chasseur ou chassé?"




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sobek Elpoemer
Néophyte

avatar

Messages : 12
Expérience : 207
Masculin Âge RP : 25

Politique : 01
Métier : Chasseur - Novice
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
109/109  (109/109)
Vitesse: 121
Dégâts: 38

MessageSujet: Re: Chasse aux sangliers   Dim 28 Oct 2018 - 14:36

Suite à un accord avec la propriétaire de l'auberge dans laquelle il logeait Sobek Elpoemer se retrouvait à partir en chasse, par un matin frais d'automne, et après un long voyage en calèche accompagné d'une dizaine de traqueurs Spelunciens, il foulait enfin les terres Nordiques.

De part son vécu à Spelunca l'exercice ne lui était pas étranger car il fallait approvisionner les réserves des exilés et tous en la tribu étaient invités à entraîner leur chasse. De son côté, l'apprenti apothicaire avait commencé dès l'âge de dix ans, nouant initialement les nœuds des collets, préparant les flèches et cueillant les poisons des araignées, puis aidant plus tard à la traque aux proies dans les Cavernes.
Mais la chasse en grotte était particulière et en son essence hors-sujet comparée aux chasses Dùralassiennes ; il s'agissait ici de traquer des sangliers.
L'apothicaire fronçait les sourcils en réfléchissant, guettant du haut de la colline où il était installé la ligne d'horizon qui déclinait, chavirait dans la nuit. Sur les bois blancs du Nord s'ouvrait un ciel fantastique, de rouge et de nuit, pour le régal des yeux de Sobek Elpoemer, qui tout en entamant une préparation à base de champignons méditait paisiblement à comment il chasserait.

Une fois son onguent prêt à être utilisé, l'Exilé se dévêtit et s'avança dans un cercle tracé à l'huile de baleine en des formes géométriques évocatrices du Damné Djinn. Les bras de l'apothicaire menèrent doucement la mixture verdâtre à ses lèvres, son torse, ses jambes, tandis qu'il récitait les formules enseignées en la cabale.
Par trois fois, Sobek Elpoemer convia le Djinn à venir.
Par trois fois, des corbeaux croassèrent.
Par trois fois, le vent hurla.

L'huile s'embrasa, et l'exilé se saisit du crâne de fennec qui ornait son turban pour le placer au centre du cercle de flammes. Puis, en s'allongeant sur le ventre, face au visage d'albâtre, Sobek dévisagea longuement les orbites décharnées, polies et lustrées, dans lesquelles dansaient les ombres du feu.
Le second exercice de maîtrise des arcanes spirituelles était la Divination. L'art de voir à travers le voile du présent pour en percevoir les futures évolutions, si d'habitude l'exilé détournait son utilisation en la bridant à son pendule, les ossements qui ornaient ses accoutrements étaient des catalyseurs bien plus puissants.

Depuis son départ des grottes de Spelunca (sa fuite, considérait-il) Sobek Elpoemer vivait une liberté mitigée. Il était clair que s'abroger aux diktats du Khalif avait été cathartique, voire jouissif, mais le problème de conscience de l'apothicaire se nichait ailleurs. Telle une fouine d'ombres, insaisissable et farceuse, sa morale se pourléchait de feuler au plaisir lorsqu'il revoyait le corps inerte de l'antique Prophète étendu au sol.
Sobek avait aimé voir l'homme mourir.
Sobek avait arraché son collier de phalanges, toisé le chétif cadavre ridé d'yeux moqueurs, et regardé les fidèles aux anciennes politiques connaître la mort sans aucune animosité.

Autour de lui, il n'y avait qu'un enfer de flammes voraces, déchaînées sous les incantations et rendues chimériques par un onguent. L'apothicaire voyait son passé avec détachement dans le brasier, ses vêtements amples aux tissus exotiques en proie aux vents étouffants, et entendait de nouveau la raillerie de la fouine.
Elle lui hurlait que le pire demeurait l'apathie générale qu'il ressentait vis à vis de ses propres émois. Cela le préoccupait, mais pas au point de lui faire ressentir de la honte.

Alors qu'il arrivait à cette conclusion, fatale constatation des tropismes, Sobek Elpoemer décida que cette chasse inaugurerait son réel départ.
L'Intangible hurla.
Les Esprits murmurèrent.
Le Marcheur admira.

Bien que ses dons de Vision soient encore frêles, et sa maîtrise des deux premières étapes des arts cabalistiques -sorcellerie, diront certains- peu révélatrice du potentiel de l'apothicaire, ce dernier vécut ce qu'il considéra comme une épiphanie.
Au milieu du cercle de flammes restait immobile un homme mâte, dont les yeux verts brillaient d'un éclat iridescent, tandis que le bûcher consumait les manches de sa robe sous des gerbes d'émeraude. Le sorcier cessa de contempler le crâne dans lequel il avait observé la valse tumultueuse des esprits, observant ses bras désormais nus, sans savoir combien de temps venait de s'écouler avec certitude. La nuit semblait vivre son apogée lorsque la réalité fut de nouveau rétablie, et que plus aucun brasier n'illuminait les glyphes ésotériques tracées au sol.
Sobek n'avait néanmoins pas froid, en dépit du climat hostile et inhospitalier du Nord, et se levait, les habits calcinés, en souriant béatement. Les drogues calmaient son âme et rendaient fort son corps, et la fouine reposait désormais silencieuse.

Comme il avait prit connaissance de l'emplacement d'un sanglier, il suivit tranquillement les murmures d'esprits traqueurs en effleurant de ses pieds nus les herbes glacées, en touchant de mains rendues avides par les psychotropes les fleurs chatoyantes jusqu'à parvenir à sa cible.

Un animal majestueux et de taille respectable s'abreuvant à un ruisseau procurait toujours une sensation de joie immense chez Sobek. Voir ce sanglier, jeune titan viril, impérial, vivre son existence sauvage sans se préoccuper de l'humain à la robe déchirée par le feu, le rendait extatique. Le chasser devenait un honneur, tout à coup, comme l'apothicaire portait deux doigts à sa poche pour en extraire de l'huile de baleine qu'il but pour le garder en bouche.

L'instant d'après Sobek Elpoemer, apprenti chasseur, plongeait, fendait l'air aussi vite que ne lui permettaient ses jambes et son corps peu habitués à la pratique. L'animal voyant le malhabile mouvement esquissait un volte-face humant l'air de son gros groin pour se retrouver face à face avec un curieux humain, coiffé d'un turban.
Si le sanglier avait chargé Sobek immédiatement son histoire aurait été étonnamment courte, fort heureusement, -et ironiquement car il n'inspirait aucune peur- le mammifère avait préféré attendre. Ce fut plus de temps qu'il n'en fallut à l'apothicaire pour cracher son huile poisseuse sur la fourrure de la belle bête, qu'il embrasa tout aussi tôt à l'aide d'une pyromancie basique.

Après que sa proie eut décrit plusieurs cercles maladroits en courant frénétiquement, tentant d'éteindre le feu qui lui dévorait le pelage, elle tomba raide morte aux côtés d'un magnifique rocher de granit. Sobek avança, sentant les feuilles craqueler sous son poids, caressant les écorces dures, pour finalement se pencher sur le cochon sauvage fumant.

D'une main assurée Elpoemer s'armait de son couteau de dissection.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cylicia Condoris
Nouvel(le) habitant(e)

avatar

Messages : 42
Expérience : 320
Féminin Âge RP : 26

Politique : 01
Métier : Chasseur - Novice
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
175/175  (175/175)
Vitesse: -12
Dégâts: 378

MessageSujet: Re: Chasse aux sangliers   Mer 31 Oct 2018 - 1:14

Guide & Astuces pour Chasseurs Débutants

Chapitre des Sanglier - Partie II

(Annexe officielle à l'histoire de Cylicia Condoris)

Spoiler:
 


Durant son retour à la Tour Blanche, où elle allait pouvoir faire son rapport sur les événements s'étant produit à Ishtar avec Brendan, Cylicia n'avait en profita pour remettre ses talents discutables de chasseuse   à l'épreuve et pour cela rien de tel que ce fidèle bouquin qui l'avait tant aidé. Malheureusement pour elle, la lecture attentive de ce chef d'oeuvre ne lui apprit rien de pratique à ce moment là. Le chapitre en question sonnait même plutôt comme une farce : Sanglier, chasseur ou chassé? En voici l'introduction qui pourrait résumer son propos.

Le sanglier n'est pas une bête noble pour rien. Si vous avez eu le courage de le chasser, apprenti, attendez vous à passer des heures bien sombres. Avec un peu de chance, vous serez tomber sur un de ces sangliers isolés rejeter par les siens pour quelques raisons porcines que ce soit. Mais la plupart du temps, le sanglier n'oublie pas l'odeur de la mort et encore moins celle qui vint lui faucher un être cher. Au grand jamais d'ailleurs ne vous attaquer à des marcassins, les représailles n'en seraient que plus désastreuses. Pour vous prémunir d'une telle vendetta un seul conseil : la discrétion. N'allez pas vous fourrez le nez toute une semaine à chassez le bestiaux au même endroit peuchère! Changer votre odeur, faites vous petit, et surtout écoutez mes bons conseils!


S'en suivit une trentaine de pages sur la vendetta porcine, ses effets dévastateurs, les différentes façon de la reconnaître et de s'en défendre, etc...


- Cet auteur est vraiment le dernier des hurluberlus, se dit Cylicia à elle-même.


Elle referma le livre et s'attela à préparer son camp de fortune pour la nuit. Un feu de bois bien fourni et du poisson sécher directement venue d'Ishtar faisaient largement l'affaire pour cette stryge des moins douillettes. Sous un ciel étoilé et à la chaleur du feu, le sommeil ne tarda pas à la gagner ainsi que le début de son cauchemar.


- Aïe!


Une douleur fulgurante frappa sa jambe et la tira net de son repos. Les yeux écarquillés de douleur elle aperçu une scène d'horreur à ses pieds. Un sanglier venait tout juste de lui croquer la jambe à pleine mâchoire. Elle lui fallut quelques secondes avant de réagir convenablement au surréalisme de la scène. Mais une fois ses esprits repris, un bon coup d'épée dans le jambon de la bête l'a fit déguerpir aussi sec.


Le résulta de cet assaut incongru  était tout de même moins grave que prévue. Quelques légers saignements et une douleur lancinante qui l'empêchera de marcher droit durant quelques heures. Rien de bien grave en sois mais Cylicia s'inquiétait plutôt des nombreuses maladies que pouvait contenir cette bouche infecte. Elle se mit en quette d'une source d'eau qu'elle repéra plus tôt dans la journée, sur le chemin elle trouverait sûrement quelques des plantes médicinales apprises à la Tour. La rivière se trouvait à quelques deux cents mètre de la, ce qui est une longue trotte pour une boiteuse. Aussi elle s'employa du mieux qu'elle le pouvait à se servir de son épée comme d'une canne , saisit un morceau de bois enflammer et s'en alla en quête de ces ingrédients.


- Tout de même, quelle mauvaise surprise, se disait-elle en clopinant.
A croire que ce bouquin est maudit par je ne sais quelle magie bouffonne.


Et c'était là un raisonnement bien plus sensé que ne l'était la réalité. Celle-ci était tout bonnement que l'hurluberlu avait raison. Ce sanglier était effectivement le frère de celui qu'elle piégea dans un "Tru'Plin'Dpik". N'étant pas là au moment des faits, Cylicia, en sa simple condition de mortelle, ne pouvait deviner ce lien quasi cosmique, ni l'histoire elle même de ce sanglier qui l'a suivit de la Tour Blanche à la frontière climatique avec Ishtar et attendit patiemment son retour.


- Qu'est-ce que c'est que ça?! Qui viens là?


Un bruissement se fit entendre dans la pénombre, lourd et presser à la fois.


- Sachez que vous avez affaire à une Purificatrice de la Tour Blanche, par ma Foi et mon Engagement  je n'hésiterais pas à vous faire passer au fil de mon épée si vos intentions sont mauvaises.


Cylicia n'avait pas pour habitude de se présenter ainsi, cela ôtait toujours un peu de leur honnêteté  aux gens. Mais au vue de l'état de sa jambe, un petit coup de bluff était le bienvenue.


- Ma Foi, je connais ce bruit..., dit elle lorsque bruissement se refit entendre.


Et cependant, cela était moins dut à l'expérience qu'à son étude de ce long, étrange, et très détaillé bouquin pour chasseurs débutants. Mettre un tel bouquin entre les mains du cerveau aussi génial que malade qu'était celui de Cylicia c'était lâcher un redoutable prédateur dans la nature. Effectivement, il s'agissait bien là des bruits caractéristiques d'un sanglier en colère décrits dans le pages cent-vingt à cent-soixante. L'inquiétude commença à la gagner, mais elle se remit tout de même clopiner en quête de ses herbes, dans une obscurité toujours croissante et torche à la main.


- Ma pauvre Cylicia, ce doit être la fièvre qui te gagn...


Mais à peine eut elle fini son monologue que le grognement sordide de la race porcine se fit entendre. Elle n'eut que le temps de se retourner quand la bête l"a projeta au sol et fondit sur elle. Heureusement, ses réflexes musculaires ayant tenues bon son arme elle eut tout du moins le temps d'adopter une position défensive. Son visage était à quelques centimètres de la gueule puante et ronflante de l'animal.


- Pourquoi Seigneur, Pourqu...


Lorsque un filet de bave de la bête atterrit dans sa bouche. C'en était trop. Elle puisa dans ses forces, déjà elles-mêmes forte occupée à résister à une bête d'une bonne centaine de kilos, et trancha sec la gorge de l'animal. Malgré une pluie de sang assez peu récréative, c'en était fini. Elle fit rouler la carcasse convulsée de l'animal à côté d'elle et se redressa difficilement, toujours à l'aide de son épée. Enfin libre.


- Aaaah!


Le sanglier venait de remorde sa jambe faible avec les dernières forces qui lui restait, Cylicia n'hésita pas une seconde et s'acharna sur l'animal déjà à moitié mort.


- Meurt! Meurt créature démoniaque!!!


Se rendant compte de ce moment de folie, elle s'assit là à côté de ce sanglier, et se mise à pleurer en silence pendant quelques minutes avant de reprendre ce qui dans son esprit n'était que "l'entretien nécessaire de son corps physique".[/color][/color]




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Axe
Pubbeuse à l'essai ♦ Maîtresse d'armes

avatar

Messages : 652
Expérience : 2626
Féminin Âge RP : 15

Politique : 91
Métier : Chasseuse - Maîtresse absolue
Titres:
 

(Scorpion géant [Emblème de faction] [Modifié] +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
2571/2571  (2571/2571)
Vitesse: 779
Dégâts: 1654

MessageSujet: Re: Chasse aux sangliers   Dim 4 Nov 2018 - 15:00

« Chasser le sanglier ne requiert plus aucune délicatesse, maugréa la jeune femme avec un air désolé. Quand je pense aux histoires de Kunz le chasseur et à sa maestria, ça me donne des frissons, mais il faut dire ce qui est : le métier s’est affadi !
- Tiens donc, répondit Axe distraitement.
Un enfant en croupe, la voyageuse cheminait aux côtés de la mercenaire depuis un petit quart d’heure, intarissable. Ayant aperçu le cadavre de sanglier qui se balançait en travers de la croupe du cheval d’Axe, abattu proprement d’un carreau dans le crâne quelques heures auparavant, elle s’était invitée elle-même, trop heureuse de trouver en la personne de la trésorière une collègue avec qui disserter à propos du métier.
- Tout à fait ! Quelle plaie, cette technologie ! Ces arbalètes, ces pièges, on ne sait plus quoi inventer pour se rendre la vie facile ! Moi je vous le dis, nous sommes entrés dans l’ère du confort à tout prix. Et que je te donne du cliquetis par ci, et que je grince par là, et hop ! Tout le boulot est fait. Ah je vous assure que dans dix ans le système aura fabriqué une génération d’ingénieurs pour remplacer les bons vieux artisans, que dis-je, les vrais artistes de notre discipline ! Nous serons une industrie, madame !
- Ah oui ? Comme c’est amusant...
- Mais oui ! Je dirais même plus : nos enfants ne sauront bientôt plus ce que c’est que d’avoir un couteau en main ! Un couteau, madame !
- Un couteau...
- Une chose tellement élémentaire, en effet ! Les miens refusent déjà de m’accompagner chasser sous prétexte que c’est long, et que c’est sale, et qu’il fait froid, et que rien ne va - ah je vous jure, c’est à se demander qui les a éduqués ! Pas moi en tout cas, ça je vous l’assure ! Haha. Vous en avez ?
- Un couteau...
- Non, des enfants. Enfin vous m’avez l’air un peu jeune. Vous verrez la plaie que c’est ! Je m’en veux terriblement de les avoir élevés à Kastalinn, il aurait mieux valu les préserver de la pensée petite bourgeoise de là-bas...J’ai bien essayé de déménager dans les plaines, mais vous savez ce que c’est de se refaire une vie à la campagne ! Avec la pénurie de gibier et les brigands, c’est une sacrée entreprise, pour sûr. Pas dans mes moyens en tout cas. Et dire qu’un des petits camarades de mon Erik est le fils d’un des plus grands sculpteurs d’arbalètes du quartier ! Trois fabriques en centre-ville, pas-une-de-moins ! Ces gens pourraient s’acheter le double de petits cottages s’ils en avaient envie...mais non, ces messieurs et ces mesdames préfèrent rester là « où est le progrès ». Le progrès ! Je vous jure, je leur mettrais des claques. Et pas une fois son ami ne nous a invités à prendre un vin chaud chez eux, hein Erik ! Erik ? ...Hmpf ! Pardonnez-le, je l’emmène chez mon oncle pour qu’il apprenne le métier, il fait la tête. Et vous, vous en av...? Ah mais quelle idiote je fais, je vous ai déjà posé la question !
- Un couteau...
- Que...?
Un sourcil levé, la femme renifla et se pencha vers son fils, qui avait enfoncé sa tête dans ses épaules et fixait l’horizon d’un œil éteint.
- On s’en va Erik, elle est bizarre !
Et elle éperonna son cheval en levant le nez, gratifiant Axe d’un dernier regard circonspect avant de s’éloigner au petit trot avec un « N’est-ce pas qu’elle était bizarre, Erik ? Tu vois, c’est pour ça qu’on ne déménage pas, les routes ne sont plus ce qu’elles étaient... » saccadé.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 3428
Expérience : 11285
Masculin

MessageSujet: Re: Chasse aux sangliers   Dim 4 Nov 2018 - 18:01

Rapport de récolte :

Axe gagne 4 défenses de sanglier et 6 cuirs de sanglier ainsi qu'un os doré.

Commentaires sur le RP : Bonne continuation !




Rapport de récolte :

Cylicia Condoris gagne 4 défenses de sanglier, 1 cuir de sanglier et 10 points de métier ainsi que 10 points de métier bonus.

Commentaires sur le RP : Très bien, continue comme ça.




Rapport de récolte :

Sobek Elpoemer gagne 1 défense de sanglier et 5 points métier ainsi que 5 points métier bonus.

Commentaires sur le RP : Bon courage pour la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sobek Elpoemer
Néophyte

avatar

Messages : 12
Expérience : 207
Masculin Âge RP : 25

Politique : 01
Métier : Chasseur - Novice
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
109/109  (109/109)
Vitesse: 121
Dégâts: 38

MessageSujet: Re: Chasse aux sangliers   Ven 9 Nov 2018 - 12:06

Il fallait reconnaître à Sobek les habituels écueils liés à sa jeune inexpérience.

Les incursions répétées dans l'au-delà usaient l'esprit, et par extension le corps, clouant l'apothicaire au lit en ce matin où il devait toutefois se mettre en chasse de sangliers. Ce n'était pas tant la douleur qui prédominait chez celui qui surmenait ses habilités, mais un état de léthargie mentale, qui se manifestait en des crises hallucinatoires ou fièvres délirantes.
Fort heureusement pour le soigneur, sa compétence de palier à ses états atténuait ce calvaire. Dans une moindre mesure. Vers midi, Elpoemer avait réussi à se traîner dans la baignoire usée -objet d'un luxe inespéré dans sa vieille auberge de Spelunca-. Lentement et grâce aux bienfaits de l'eau chaude, dont la qualité importait peu en ce moment, Sobek regagnait un semblant de dignité.
Malgré la chaleur, ses dents battaient.
Malgré le calme, son esprit hurlait.

Si l'on demandait au cabaliste son avis sur l'immatériel, il répondrait présentement que l'on ne le quittait jamais vraiment. Qu'à chaque excursion, un fragment invisible de l'âme demeurait là-bas, et que les esprits, rendus fous par ces présences, hurlaient sans répit leur jalousie des vivants aux profanes qui foulaient leurs terres.
Une fois sa tête rincée, totalement immergée pour trouver réconfort en de fausses abysses, les cris s'étaient faits murmures et l'apothicaire boirait du lait de pavot pour se calmer. La chasse lui apparaissait désormais comme une exercice non seulement à sa portée, mais également bénéfique ; user de son corps lui permettrait de canaliser et reprendre ses esprits définitivement. À condition qu'il ne meurt pas embroché, ou de froid après s'être perdu dans les froides étendues Nordiques.

Après deux bonnes heures dans l'eau, à présent froide, l'Exilé enfilait son turban en désaccord avec la tenue de cuir pour laquelle il avait opté. Péniblement, le chasseur enfilait son sans grande prestance et gagnait la sortie de l'auberge d'une molle cadence.
Dehors, et durant tout le trajet, ses pupilles brûlaient à la simple vue de la lumière solaire. Il était cloitré depuis trop de jours, les yeux fermés sur des visions surréalistes et d'autres réalités, rien de surprenant à tout ceci. Mais sa maigreur commençait à l'inquiéter car chaque jour il remarquait un peu plus ses traits tirés et décharnés s'agrandir ; il devait remettre son régime à jour et cesser de délaisser ses envies matérielles sans quoi son voyage allait être de court terme.

Une fois parvenu à destination, après un voyage dans un véhicule aussi peu rempli que confortable, Sobek Elpoemer posa babouche sur une terre rendue dure par le froid hivernal.

Au delà de la ligne d'horizon, mosaïque de verdure sur un crépuscule d'or, se trouvaient les lieux qui abritaient ses cibles : les sangliers.
Leur chasse était une activité sans grand danger pour tout initié, mais elle permettait à des néophytes comme l'Exilé de se familiariser au terrain Dùralassien, aux armes existantes, et de forger le corps à de plus audacieuses escapades. On racontait dans les cages de coches, et dans les bars aux abords de son Auberge, que les meilleurs chasseurs étaient parfois promus de laisser-passer spéciaux pourvoyant l'accès à des zones de prédation plus alléchantes.
Pour ce faire il serait impératif pour Sobek Elpoemer de s'améliorer en tout temps, de tirer leçons des événements l'entourant, et de chercher maîtres à ses sorcelleries.

Mais les cogitations a propos du futur ne servant qu'à carburer le présent, le chasseur se mis en route vers les forêts dans l'espoir de trouver victime à sa lame.

Pour cette traque, et contraint à délaisser le monde spirituel -sans quoi il risquerait la démence, ou pire, une possession- le jeune humain avait opté pour sa traditionnelle dague de dissection. Bien entendu, un poignard seul n'est que d'une relative utilité dans la quête qui l'opposerait à un robuste mammifère d'une centaine de kilos, ainsi, l'apothicaire avait eu la bonne idée d'emmener avec lui, dans une sorte de malle au cuir gravé d'inquiétantes runes, une jarre.

Dans la culture de la Cabale (ou Kaabhali, en dialecte) les jarres permettaient d'enfermer les maux du monde, on les employait durant les cérémonies, placées en symétrie diabolique au centre de cercles tracés en de profanes substances, pour conjurer les maléfices et capturer les démons. Une fois absorbés dans les réceptacles, leurs utilisations variaient selon les écoles.
Sobek, tirant ses connaissances des Thaumaturges tribaux -titre ultime- et livres des arcanistes Spelunciens, avait ses propres méthodes.

Une fois le coeur d'une clairière atteint, après le passage par des chemins embrumés de pénombre et de chants insectoïdes, l'homme au turban déplia ce dernier et en ôta le crâne de fennec pour le placer au-dessus du couvercle de l'urne funeste.
Juste en face de lui passa un sanglier en marche, dont les cornes indiquaient un jeune âge, mais dont la carrure dissuadait l'accalmie. Il n'aurait pas le droit à l'erreur.

Sobek se mit sur les genoux, et commença à prier le Djinn.
Par trois fois, ses lèvres embrassèrent l'ossement ornemental.
Par trois fois, les vents hurlèrent.
Par trois fois, sa bouche récita les antiques cantiques.

En une détonation silencieuse la jarre s'ouvrit pour dévoiler un intérieur vide, étrangement normal. Faite de poterie et d'un métal peu banal en ces terres, aux reflets iridescent, l'estomac de l'urne gravée était simplement luisant.
Mais, comme elle s'ouvrait à la façon d'une vierge de fer en dépit de sa taille ridicule, une certaine sensation de malaise s'en exhalait. Un noir présage semblait nager en l'obscurité de son intérieur.

Sobek sauta alors hors de sa cachette et lança un galet sur sa proie. La pierre décrivit un arc de cercle, et frappa mollement le cuir épais de l'animal, pas assez pour le blesser, mais suffisamment pour en attirer l'attention.
Le suidé esquissa un volte-face plein de rage sauvage et chargea sans prévenir.

Mais Sobek avait appris de sa première confrontation.
Il savait désormais que chaque minute comptait.

Lors de l'apprentissage des magies, on demandait aux sorciers de maîtriser l'art du déplacement instantané parmi les sept pré-requis à accéder au titre de Cabaliste. La téléportation, le saut, l'immatérialisation, en étaient d'autres appellations tout aussi valides.
Lorsque le sanglier fut à quelques centimètres à peine de déchirer la tenue de cuir frêle de Sobek Elpoemer, ce dernier disparu et réapparut en un clignement d'oeil derrière la bête.

Un sortilège d'utilité offensive nulle, mais qui permettait une esquive et un replacement efficace en dépit du peu d'utilisations que pouvait en faire actuellement l'apprenti cabaliste.

Pris dans son élan, l'animal chargea jusqu'à déraciner les buissons où trônaient le crâne et la jarre. La gueule béante d'argile, inquiétante et irradiante d'un métal sombre, émit une sorte de ricanement, et bientôt le sanglier tombait à terre.
Les urnes de Sobek contenaient des démons affamés, asservis, et mineurs. Pas assez puissants pour faire du mal à un esprit humain, mais assez pour dévorer sans pitié l'âme d'une bête prise au dépourvu.

Lorsqu'il revint pour sceller son piège de sorcier, la dague prête à désosser et le corps en voie de rétablissement, la vision des esprits endiablés, excités par leur repas immédiat, rendit à l'esprit de Sobek Elpoemer un état de terreur absolue.
Il referma en une rapide sorcellerie l'instrument béotien, et resta quelques longues minutes assis aux côtés du cadavre à l'âme engloutie, tapi dans l'obscurité de gigantesques fourrés.

Les effets de la marche étaient réellement imprévisibles, pensa-t-il, tandis que sa lame projetait un éclair sauvage sur le corps inerte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darrö Aldhren
Âme égarée

avatar

Messages : 320
Expérience : 2062
Masculin Âge RP : 10

Politique : 01
Métier : Chasseur - Maître
Titres:
 

(Sphinx, +400, v+400, dissuasion : évite la prison à coup sûr)

Stats & équipements
Vitalité:
4110/4110  (4110/4110)
Vitesse: 450
Dégâts: 40%

MessageSujet: Re: Chasse aux sangliers   Lun 12 Nov 2018 - 17:06

La forêt de Sylfaën le rendait incroyablement heureux, pas autant que sa forêt de sapins natal mais il n'était pas encore près à y remettre les pieds. Trop de souvenirs douloureux y demeuraient encore, cachés derrière chaque arbres, chaque buissons, chaque chemins et palisses. Là, il pouvait retrouver la chasse qu'il aimait tant, au milieu d'une forêt, inspectant chaque traces laissées au sol, chaque branchettes cassées indiquant le passage d'un animal, chaque excréments et repas qui étaient autant d'indice à suivre pour mener une traque à bien.
Il finit par arriver au niveau d'une harde de sanglier, patientant dans les buissons, fort du fait qu'il ne respirait pas et enduit préalablement de boue et de baies rouge trouvées plus tôt, il ne produisait aucun son, aucune odeur.
Il se concentra et un arc blanc, fait d'une fumée légère et pourtant dure au touchée, se forma entre ses doigts, la flèche grise et sale suivie juste après. Quand il tendit la corde magique, faite de brume, encore une fois, cela se fit dans le plus grand silence et le trait vint se planter dans le cou d'un sanglier sans même que le reste de la harde s'en aperçoive. Ce n'est qu'après quelques secondes et la chute de leur camarade au sol que les bêtes prirent leurs jambes à leur cou. Il aurait pu en abattre plusieurs mais il n'en avait pas besoin et il respectait ses proies. Il ne chassait jamais juste pour le plaisir, un alchimiste de l'Académie avait besoin de la chair et des organes d'un sanglier adulte et le reste de sa viande serait servi aux étudiants. Quand rien ne se perdait alors Darrö trouvait que la bête était vraiment respecté. Ramassant le corps de l'animal dans un linceul de brume, le garçon ferma ses yeux et le remercia pour son sacrifice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Cylicia Condoris
Nouvel(le) habitant(e)

avatar

Messages : 42
Expérience : 320
Féminin Âge RP : 26

Politique : 01
Métier : Chasseur - Novice
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
175/175  (175/175)
Vitesse: -12
Dégâts: 378

MessageSujet: Re: Chasse aux sangliers   Hier à 21:34

Guide & Astuces pour Chasseurs Débutants

Chapitre des Sanglier - Partie III

(Annexe officielle à l'histoire de Cylicia Condoris)

Lorsque Cylicia parti en mission pour BaldorHeim, le doute était encore grand en elle dans les bois séparant la Tour Blanche des montagnes du Baldor. Devait-elle vraiment prêter allégeance à l'Imperator? Comme lui avait appris Léonis, tout cela ce n'était que de la géopolitique. La volonté de Morkez n'avait rien à voir avec celle des nains et leur chauvinisme. Enfin, c'était d'un autre côté assez important de pouvoir se lier d'amitié avec ces alliés de toujours. Et puis, si la tâche fut compliquée, que pouvait-elle espérer de son avenir si elle n'arrivait pas à se faire entendre de ses camarades de petite taille?

Pour dissiper l'angoisse qui régnait en elle, elle décida de s'occuper très concrètement en se replongeant dans la lecture de son guide pour chasseurs débutants. Le long chapitre sur les sanglier arrivait bientôt à son terme et elle ne lui manquait plus qu'un unique élément à maîtriser : la traque. Elle s'était pour cela procurée un arc et un couteau, le reste, d'après le livre, devant venir des tripes. Voici d'ailleurs l'introduction concernant ce chapitre pour le lecteur friand de détails techniques.

Apprenti, si tu as suivi à la lettre mes instructions concernant le sanglier, si tu as appliquer rigoureusement ma méthode et si enfin tu connais maintenant le caractère de cet animal comme ta poche, alors tu pourras tenter d'appréhender cette partie de la chasse réservée à la crème de la crème qu'est la traque. Si non, va-t-en traquez à grands coups de chiens et de chevaux comme ces pignoufs d'humains!

Cylicia fut quelque peu étonnée, car c'était le première fois qu'elle trouvait un indice sur les origines de l'auteur. Celui-ci n'était apparemment pas humain, mais rien de moins sûr aux vues de l'excentricité de celui-ci. Elle termina l'introduction, qui faisait en grande partie l'éloge de la traque en solitaire, et arriva au point suivant "Pense sanglier, mange sanglier, soit sanglier". A la vue de ce titre elle se préparait déjà à devoir mettre en pratique les absurdités de ce bouquin.

Tu sais maintenant tout ce qu'il y a a savoir sur le sanglier. Mais le savoir sans pratique c'est un peu comme une bière plate, on l'a boit pour ne pas gaspiller mais le goût n'y est pas. Alors prépare toi. Le sanglier se roule dans la boue? Roule toi dans la boue! Le sanglier se frotte aux arbres? Frotte-toi aux arbres! Il mange de drôles de trucs enfouis sous terre? Mange de drôles de trucs enfouis sous terre! Il boit à la rivière?...

Les exemples continuaient ainsi pendant plusieurs lignes sans grande utilité. La suite était plus intéressante et déterminait les facteurs olfactifs pouvant jouer durant cette traque. Effectivement l'odorat de cette bête étant fort développé c'était là un point à ne pas négliger. Cylicia qui était encore toute fraîche de son retour à la Tour se mise à la tâche sans grande réjouissance.

Elle prit tout d'abord soin de mettre sa robe et son à l'abri, dans son sac, et sorti tout ce qui allait lui être utile à savoir ses armes. Le tableau était peu commun car l'on pouvait voir Cylicia en chemise et culotte longue à la recherche de racine et champignons au goûts terreux dans toute la forêt. Elle en profita évidemment pour repérer d'éventuelles trace qu'elle ne manquait pas de suivre. Apparemment, un bête était passée par là il y a peu.

Elle continua son chemin, ramassant mousses et crottes afin d'en faire un enduit parfait qui ne trahirait en rien sa condition strygienne. Plus les heures passaient à présent et plus les traces semblaient évidentes mais toujours pas de sangliers en vue. Par précaution, elle ressorti son guide et scruta les différents paragraphes en espérant qu'elle n'avait rien louper. A la fin du chapitre elle constata tout de même un minuscule post-scriptum écrit à l'envers, drôle d'idée.

Post-Scriptum : Hey, apprenti, tu as vraiment fait le truc avec les crottes? Ohlala que tu es con apprenti! Allons bon, ne t'inquiète pas ça marche très bien mais disons que ce n'est pas vraiment nécessaire.

Cylicia referma le bouquin, épuisée de tant d'incohérences. Au même moment, un bruit se fit entendre non loin d'elle et à n'en pas douter il s'agissait de la proie recherchée au prix de tant de sacrifices. Elle s'approcha furtivement de l'endroit d'où venait les sons et put apercevoir un énorme sanglier en train de  creuser la terre à la recherche de truffes.

- C'est le moment, se dit-elle.

Elle sorti une flèche et arma son arc en direction de la bête. Le souffle couper, elle essayait de viser un endroit qui lui serait fatale... Hop! La flèche partie se loger dans le cou de l'animal mais celui-ci avait encore de quoi se débattre, il lui fallut du temps avant de repérer Cylicia et lui foncer droit dessus. Cette dernière repensa à ce terrible soir où elle se fit elle même prendre en chasse par l'un de ces bestiaux et se promit de ne lui donner aucune chance. Elle se jeta à corps perdu dessus et lui donna autant de coup de couteaux possibles. Quelques minutes d'une lutte sans merci plus tard, elle avait triompher de son adversaire porcin le coeur en joie. Elle était devenue une experte de la chasse aux sangliers par la seule force de sa témérité et, il faut bien l'avouer, l'aide de son mystérieux guide.

Mais tout cela ne l'aidait en rien à se décider sur le sens et devoir qu'elle avait donnait à sa mission. Allait-elle vraiment devenir simple sujet du Roi des nains? Elle avait encore quelques jours pour réfléchir à cela mais le temps était compté. Ce qu'elle devait trouver avant tout, c'était une rivière où se laver.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chasse aux sangliers   

Revenir en haut Aller en bas
 

Chasse aux sangliers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 20 sur 20Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 18, 19, 20

 Sujets similaires

-
» Chasse aux sangliers
» Réveil pour la chasse ! [PV Plume]
» Chasse entre mère et fille
» La Chasse, tout un art ... [ Braise ]
» (En cours) Chasse au trésor 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Nord de Dùralas :: Ville de Kastalinn :: Lieu d'artisanat - La chasse-