Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Guéguen Fustec
Le Monde de Dùralas a précisément 1506 jours !
Dùralas, le Jeu 14 Déc 2017 - 11:03
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !

Partagez | 
 

 Chasse aux sangliers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 10 ... 18  Suivant
AuteurMessage
Qazea Sayou
Habitant(e)

avatar

Messages : 80
Expérience : 258
♦ Politique : 01
Métier : Chasseur - Apprenti (40)
Disponibilité : Disponible

Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
150/150  (150/150)
Vitesse: 111
Dégâts: 35

MessageSujet: Re: Chasse aux sangliers   Dim 18 Oct 2015 - 15:12

J'étais déjà sur pied lorsque l'aube se leva. Aujourd'hui, nous étions le dernier jour de la semaine, journée dans laquelle je ne cherchais pas à sauver les plus faibles ou à devenir meilleur. C'était le jour de détente ; le jour de la rentrée d'argent ; le jour de la chasse. Accompagné de mon fidèle destrier, je pris la direction de la douce forêt de Kastalinn. Cette forêt était exceptionnelle pour de multiples raisons : le vent se faisait plus ressentir que dans aucune forêt car les arbres ne possédaient pas beaucoup de feuilles. Qui plus est, le gibier était exceptionnel. Je m'étais découvert une passion pour l'arc pendant ma dernière séance de chasse et il s'agissait de l'arme que j'userais une nouvelle fois aujourd'hui. Je pris mon petit sac de peau qui me permettrait de ramener jusqu'à mon cheval le butin que j'aurai amassé et partis en direction du cœur de la forêt.

Une fois sur place, j'attendis une petite heure qu'un sanglier se profile. Je trouvais l'attente encore plus longue que d'habitude mais tint bon : après tout, je n'avais rien prévu d'autre à faire. Bercé par le chant des oiseaux, je me détendis et cru même m'endormir à un moment. Cependant, tout mes sens furent aux aguets dès que j'entendis un petit son : un sanglier venait de pénétrer dans la clairière. Ce fus le bruit de feuilles mortes craquant sur le sol qui me sorti de ma torpeur. Une flèche vint se planter en direction de sa tête et le corps de ma cible s'affaissa après quelques spasmes. Alors que je m’attelais à ma prochaine tâche -dépecer le gibier mort- une jeune femme sortit de derrière
un buisson et vint me parler.

Elle n'était vêtue que de peu : une jupe courte déchirée en deux constituait son bas tandis qu'en haut, quelques morceaux de cuirs protégeait son intimité, laissant cependant entrevoir ses formes généreuses. Je n'en avais jamais rencontré auparavant mais en avait entendu parler : c'était une amazone. Une femme guerrière ayant décidée de ne faire qu'un avec la nature.

- Bravo, tu te débrouille bien avec un arc ! Rendez-vous ici la semaine prochaine à la même heure. Je t'apprendrais quelques astuces pour devenir encore meilleur.

Elle disparut aussi vite qu'arrivée. Je venais d'obtenir, sans même le vouloir, un rendez-vous avec une guerrière chevronnée qui m'apprendrais plusieurs choses. Je souriais, heureux et repartis là ou étais mon cheval une fois que l'animal fut dépecé.






~ Après un petit tour à Kastalinn, Qazea est rentré chez lui à BolderHeim pour participer au grand tournoi. Il s'est ensuite lancé à la chasse d'un sanglier semant la terreur dans le coin avant de tomber sur un des participants du tournoi dans la forêt de Baldor. ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2857
Expérience : 8990
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Chasse aux sangliers   Lun 19 Oct 2015 - 2:11

Rapport de récolte :

Qazea Sayou remporte 2 défenses de sanglier, 2 cuirs de sangliers et 5 points de métier.
Tu passes apprenti !

Commentaire : Très bon RP, rien à redire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Styx
Ombre de la C.O ♦ Vicomte de Spelunca ♦ Malice immémoriale

avatar

Messages : 1166
Expérience : 4939
Masculin Âge RP : ?

♦ Politique : 163
Métier : Chasseur - Maître (MAX)
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Faustus Fortuna, Compagnon de Styx [Invendable] ; 50% des stats - bonus compris sauf artefacts - dé de race)

Stats & équipements
Vitalité:
2952/2952  (2952/2952)
Vitesse: 1312
Dégâts: 822

MessageSujet: Re: Chasse aux sangliers   Lun 19 Oct 2015 - 2:30

Styx était encore un peu plus amoureux de Dame Fortune. Elle lui faisait vivre des aventures de plus en plus folles. Dùralas était décidément une contrée très prometteuse. Surtout après avoir accompli la Marche. 

D'ailleurs! Aujourd'hui Styx partait en expédition. Il avait vu, près de la Perracie, une caverne où trônait quelque chose dont il se devait d'inspecter la nature. C'était le problème avec le Monde Intangible. Jamais les choses n'étaient acquises. Tout reposait sur les sensations, la perception de celui qui franchissait les mondes. Mais l'Arlequin ne comptait pas laisser passer cela. 
Il n'avait aussi rien à faire. 
Il avait donc demandé (exigé) a Idiote de lui préparer son sac à dos. (En fait, il avait exigé qu'elle remplisse un sac de cailloux, dans le seul but de l'oublier avant de partir). Il fallait bien l'occuper, cette procrastinatrice! Elle passait ses journées à baver, après fait ses tâches ménagères, et a contempler le néant. Misérable créature, et cependant attachante. 

Styx soupira, puis son corps disparut dans la nuit. Il voyageait vite, aussi vite que les ombres. En un instant il fut devant la caverne. 
Il pouvait sentir une aura très particulière qui en émanait. 
Une aura qu'il connaissait. 

Il entra dans la grotte, et son éternel sourire disparût. Tout comme sa démarche dansante, qui se fit rigide, militaire. Ses griffes se déployèrent et crissèrent contre les parois rocheuses. 
«- Mère? Tu es censée être morte. Je n'aime vraiment pas les coup de théâtre surtout quand il s'agit de MON histoire!
Pour seule réponse, son visage fut fouetté par les vents souterrains. Il continua à marcher, et tandis qu'il s'enfonçait plus profondément, les Esprits se mirent à se tordre de douleur. Ils hurlaient, se cabraient, si bien que Styx dû déployer un effort considérable pour les maintenir dans ses cartes. Mais qu'est-ce qu'il se passait, au nom des Enfers?!
Une voix impériale trancha le silence.
- Bonsoir, mon enfant. 
Une dizaine de torches s'allumèrent simultanément d'un feu violet, et il put aisément reconnaître celle qui se trouvait assise sur un trône de pierre, un sanglier géant en guise d'animal domestique. 
- Toujours aussi condescendante. Et mal accompagnée. Je t'ai éventrée de mes propres mains, alors par quelle magie es-tu là?
Elle eût ce rire qui la caractérisait si bien. Un rire froid, net, moqueur. Styx porta machinalement sa main au paquet de cartes. 
- Le Comte Motch'Hollow est bien généreux mon enfant. Quelle ironie! Ceux que tu tues s'allient finalement contre toi. Je t'ai déjà envoyé un de mes amis porcins. Te souviens-tu?
Elle sortit son porte-cigarette et s'en alluma une. La bouffée décrivit une hydre dans les airs fades de cette grotte. 
- Hum. Oui. Faible créature que tu as envoyée. Une truie qui envoie d'autres truies. La logique des choses, tu ne crois pas?

Mais elle ne semblait plus vouloir discuter. Elle fonçait sur son fils à une vitesse ahurissante, ses griffes étaient les plus grandes et les plus tranchantes qu'il n'avait jamais vu. Et s'il n'avait pas rapidement baissé la tête, son cadavre joncherait le sol, tenant compagnie aux os disposés par terre. 
Il lui décocha un revers sur la joue droite, et sa mère alla valser avant d'atterrir lourdement quelques mètres plus loin.

Une ouverture! 
Il lança plusieurs cartes qui, tel un essaim furieux, la pourchassèrent avant de se fixer à elle. Son sourire macabre revînt sur son visage. 
- Ce qui est mort doit le demeurer, femme. Tu n'as même plus d'âme. Alors je vais simplement te démembrer. 
Son index traça un cercle invisible dans l'air et la vampire fut prise de nombreux spasmes, avant de s'écrouler, inconsciente. Les cartes étaient décidément au top de leur forme! Styx embrassa son deck. 

Mais alors qu'il s'approchait de la ressuscitée inanimée, il y eût un craquement au niveau de son dos.
Il avait oublié ce foutu sanglier! 
Se redressant tant bien que mal, il parvînt à lui bondir dessus, en effilochant l'un de ses yeux. La créature, à demi aveuglée et apeurée, chargea au hasard, si bien qu'elle fit s'affaler un mur de la caverne. Styx complètement surprit par la stupidité de la créature, attendit que le nuage de poussière soulevé, se pose. 
Un esprit lui murmura quelque chose.
Oui..
Le sanglier était affublé d'un sortilège. Son poil était aussi dur que l'acier, et le frapper serait inutile. Il fallait jouer intelligemment. Il lança une carte qui produisit un bruit métallique sur la toison de la créature, avant de revenir vers lui. C'est bon, il avait son attention. 
Il se mit à courir, revenant sur ses pas. Le sanglier commença à charger. Encore un peu. L'animal le rattrapait. Encore... L'une de ses défenses pénétra le dos de Styx. Mais ils se trouvaient là où l'Arlequin l'avait souhaité. 
À l'exact milieu du cercle formé par les torches. 

Pyrae, Pyrae, Irae, Pyrae! 

Les cartes sortirent toutes de sa poche, troupeau fou et furieux. Elles étaient toutes devenues des boules de feu plus ou moins grandes, et s'abattirent sur la bête avec une synchronisation que seule la magie permettait. 
Le sanglier s'embrasa. Mais ses défenses étaient toujours logées dans le dos du vampire, et lorsqu'il chargea en direction d'une paroi, bien que ce fut sa dernière action, il réussit tout de même à faire perdre connaissance à l'Arlequin. 

Lorsqu'il se réveilla, Styx ne vît le cadavre de sa mère nulle part. Mais le sanglier, lui, était bien mort. Il le dépeça. Un rugissement lui échappa. 
- Par les milles flammes de l'Enfer! Qu'est-ce que c'était que ça?! 

Mais la réponse se trouvait sous yeux. Sur le trône où était assise sa mère quelques instants avant sa syncope, se trouvait un petit cube. Il s'en saisit et l'inspecta. 
Un Illusium. 
Une création que seuls quelques mages noirs très puissants étaient capables de fabriquer. Motch'Hollow était devenu réellement dangereux. Styx s'empara du petit cube, il allait être un catalyseur de grande qualité pour ses prochaines aventures, et se fondit dans la nuit à nouveau.

Il jura de mettre un terme à la vie de ce despote d'opérette. Il avait créé un monstre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2857
Expérience : 8990
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Chasse aux sangliers   Lun 19 Oct 2015 - 2:40

Rapport de récolte :

Styx remporte 2 défenses de sanglier, 1 cuir de sanglier et 5 points de métier et 5 points bonus.

Commentaire : Très bon RP, rien à redire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vim Naturae
Barbare

avatar

Messages : 140
Expérience : 992
Masculin ♦ Politique : 07
Métier : Chasseur - Compagnon (105)
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Cerbère +150, v+80)

Stats & équipements
Vitalité:
645/645  (645/645)
Vitesse: 193
Dégâts: 545

MessageSujet: Re: Chasse aux sangliers   Lun 19 Oct 2015 - 12:57

Depuis la semaine dernière Vim n'avait pas chaumé, il avait traqué les assaillants de la dernière fois et voila qu'il se retrouvait face a un campement, il y avait des vigie tout le tour et certains soldats faisaient des tours de garde.
Comment je vais faire? (Hors RP: Option n°1 il se met en mode furtif et tue seulement ceux qui lui barre la route. Option n°2 il fonce comme un bourrin et mattraque tout les etres vivants du camp, je vous laisse réffléchir dix petites secondes........)
Le géant se retourna et partit en silence, arrivé loin du camp, la ou ils ne pouvaient pas l'entrendre, il sorti ses armes et commença a découper un arbre, puis un autre et encore un, cela lui prit beaucoup de temps et d'énargie.
Il plaça des colets modifiés a Baldor heim pour attraper des sangliers, il plaça une pomme au millieu de chaque piège et retourna a son petit campement.
deux heures plus tard il décrocha des sangliers a coup de marteau et fit son diner, le lendemain allait etre difficle, mais c'est pour ses souvenir, il serait prêt a tout pour s'en rappeller.


Le lendemain lorsque le soleil montrait le bout de son nez et que la rosé était fraichement apparue vim était déja debout, il avait ramassé ses morceaux de bois et en avait gardé un grand sur son épaule, son cheval n'en pouvait plus, il était a bout de souffle, mais ils arrivèrent entiers au camp ennemi.
Il alluma un feu en lisière du camp et plaça tout les bouts d'arbres dedans, le géant attendit que le bois prenne feu et hop!
Il pris un morceau et le lança dans le camp ennemie, et un autre, et encore un, il lança tout les morceaux qu'il avait mis dans le feu, le camp ennemi était en morceau, des branches de feu entière venaient détruire les tentes et des garde manger, les moins chanceux se prennaient la branche directement dans la tête.
Vim prit le grand tronc qu'il avait gardé de la veille et fonça le tronc en avant:

-HAAAAAAAAAAAAAAA

Il écrasa presque tous les êtres vivants de camp, homme , femme, enfant ou même animal de compagnie, il tua sans même se poser de question, ils lui avait volé sa vie!
Une fois le massacre terminé il prit a bout de bars un soldat:

-OU EST TON CHEF? RÉPOND!!

l'homme bégueta:

- il il il est pas la, il il il est pas loin

- amène moi a lui




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2857
Expérience : 8990
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Chasse aux sangliers   Lun 19 Oct 2015 - 21:29

Rapport de récolte :

Vim Naturae remporte 2 défenses de sanglier, 2 cuirs de sanglier et 5 points de métier.
Tu passes apprenti !

Commentaire : Très bon RP, rien à redire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nova Avon
Personnage décédé

Personnage décédé
avatar

Messages : 3257
Expérience : 3396
Féminin Âge RP : 26

♦ Politique : 00
Métier : Chasseur - Maître (MAX)
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Esprit protecteur de Nova +300, v+250, 100)

Stats & équipements
Vitalité:
1192/1192  (1192/1192)
Vitesse: -104
Dégâts: 3507

MessageSujet: Re: Chasse aux sangliers   Mar 20 Oct 2015 - 2:23

La nuit venait de tomber. C'était à cette heure-ci que Nova choisit de sortir ses armes afin d'exécuter un sanglier à des fins personnelles. Rien ne servait de se le cacher, si l'orc pacifiste (ou presque) en arrivait là, c'était bien parce qu'il fallait qu'elle puisse se remplir la panse (et elle est grosse !) et également le porte-feuille. Tout en marchant en direction d'une petite forêt boisée, elle se remémora sa dernière partie de chasse et le petit garçon qu'elle avait rencontré.

C'était de ces moments, que Nova appréciait. Aucune hiérarchies entre les races, l'innocence d'un enfant, la non-gêne qu'il éprouvait face à une grande créature à la peau grisâtre (toujours mieux que ses parents, verdâtres). Le fait que les femmes soient aussi bien vues dans ce domaine de chasse que les hommes. Ça avait apaisé la conscience de la peau-verte.

Pour en revenir à cette nuit là. Le ciel était particulièrement dégagé. On pouvait observer, si on s'y connaissait un brin en astronomie, quelques constellations remarquables. Ces petits points lumineux, comptés par milliers. Et dire que les constellations n'étaient qu'une successions de lignes imaginaires dessinant des figures géométriques que les êtres de ce monde s'amusait à nommer.
Dans la campagne comme celle où se trouvait Nova, il n'y avait aucune pollution visuelle. Ni lampadaires, ni feu de camp, ni taverne...

Elle avait apprit à utiliser sa main pour évaluer l'angle apparent que ces astres font dans le ciel. Trois positions de main : Fermée (qui équivaut à 10 degrés), la main avec le pouce ouvert fait environ 15 degrés, et la main avec les 5 doigts écartés le plus possible fait au maximum 20 degrés. Mais rapidement elle conclu qu'avec ses mains d'orcs, les données des humaines étaient un peu faussées, mais elle se réjouissait d'avoir apprit quelque chose dans le domaine naturel.

Ses petites connaissances lui permettait de se repérer dans l'espace. Elle savait qu'en cette saison, elle pourrait observer la constellation qui avait été appelée « Pégase ». Elle se trouvait au Sud-Est. Hélas, un pin géant lui cachait la vue.

Et alors qu'elle rêvassait et tentait d'esquiver de se prendre une branche dans la tronche, elle tomba sur des traces fraîches, ancrées dans une terre encore humide de la pluie de la veille.

Nova attrapa sa ceinture d'os qui faisait un petit bruit lorsqu'elle marchait et suivi à pas de félin le tracé. Elle tomba sur un gros buisson bruyant.

Pour une fois qu'elle n'était pas surprise, mais que c'était elle qui risquait de surprendre l'animal, elle attrapa sa dague d'une main, un caillou dans l'autre.

Elle lança le caillou de l'autre côté du sanglier pour leurrer celui-ci afin qu'il se pense piégé derrière lui. Il sortit du buisson en pleine face de Nova qui d'un revers de main, égorgea l'animal qui n'eut pas le temps de s'apercevoir de son sort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wound
Corrompu

avatar

Messages : 72
Expérience : 730
Masculin Âge RP : 20

♦ Politique : 01
Métier : Chasseur - Novice (25)
Disponibilité : Disponible

Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
170/170  (170/170)
Vitesse: 134
Dégâts: 7%

MessageSujet: Re: Chasse aux sangliers   Mer 21 Oct 2015 - 11:01

Tout ceci n'est qu'une pensée. Un songe. Une mélodie d'opium, qui rongeait mes nerfs comme un souvenir lointain tentant de me hanter de nombreuses années plus tard. L'esprit de la chasse m'était revenu comme un moyen mnémotechnique, sans crier gare, frappant mes tempes de sa lourde masse. Il était là, coincé dans ma tête, m'immobilisant de douleur alors que seules mes mains, bien trop occupées à rejoindre mes tempes pour agir d'une quelconque autre façon, décidèrent de se poser sur mes tempes.

"À en juger par les décors, la forêt n'étant pas si luxuriante de nos jours, cette mémoire doit avoir... une bonne dizaine d'années" dis-je, remarquant que je prononçais mes mots, contrairement à beaucoup de souvenirs. Il fallait croire que mes blessures actuelles me poussaient à recréer mon histoire passée que je souhaitais pourtant conserver telle qu'elle.

Si je pouvais m'exclamer, il m'était impossible de contrôler mon corps qui se dirigea de lui-même en direction des fourrés les plus profonds, rejoignant par la suite mon oncle, un homme moustachu de petite taille constamment orné d'un chapeau noir à ruban gris, qui ne cesse de critiquer et titiller quiconque pourrait apprécier son style d'humour burlesque principalement porté sur les femmes.

"Allez ch'tieu, on n'est pas là pour s'rômner des cuburcitadés !
- Des cucurbitacés...
- Ouais, c'est ce dont j'te cause, des cuburcitadées !"


Quelle honteuse déprime. Le sang qui coulait dans ses veines était le même que le mien, pourtant, je surclassais de loin son quotient intellectuel alors que je n'avais dépassé les dix ans que depuis peu. Dix années qu'il prit d'ailleurs le soin de me féliciter par l'offre d'un fusil de style tromblon, davantage créé pour plomber un homme de balle que pour chasser le lapin.

"On y va mar'mô, on va y mett' du plomb dans l'crâne à ces gonz' !

Par "gonz", mot qu'il savait que je haïssais, il entendait "les animaux sans défense". Chaque fois qu'il osait prononcer ce mot, je pouvais sentir son envie de sauter sur eux comme un prédateur, la bave aux lèvres. C'est à peine s'il ne se mettait pas à tenter une ridicule imitation de la bête jusqu'alors traquée dans le but de la surprendre. Je me remémore même, si je ne dis pas de bêtise, l'une de ses chasses au cours de laquelle il m'expliqua que les filles étaient cool, surtout quand elles se trouvent sans culotte; un sujet qui lui vint à l'esprit par un renard abattu, dont il estimait la peau usée pour le textile. À ce moment, il m'avait même trouvé le surnom de "succube" ─ dont je ne pris pas la peine de lui expliquer que pour un homme, il était d'usage de parler d'incube ─, lorsqu'il m'expliquait que si le renard ─ femelle ─ ne s'était pas approché de moi pour me faire une caresse, il n'aurai réussi à s'en prendre à l'animal en lui plombant littéralement la tronche de morceaux de métal. Un carnage dont il m'eut été complexe de me débarrasser.

"BANG", entendis-je, glas mortel représentant la mort de l'animal que mon oncle tenait dans sa main gauche par le crâne, sans aucune forme de pitié, qu'il avait apparemment pris soin d'éclater à mains nues contre une énorme roche recouverte de sang. Le sanglier était mort, inerte, laissant derrière lui une petite ombre cristalline probablement sur Dùralas depuis longtemps. Alors, il s'approcha de moi, traînant les pattes de l'animal contre le sol sans vergogne ni remords, avant de me le tendre.

"Tiens, c'est pour toi 'l'gosse ! Comme ça tu pourras l'donner à ta blonde, tu sais, ta Bella quoi ! Crois-moi qu'elle va t'en faire des coquineries la Simone si tu lui ramènes d'belles bêtes comme ça à la maison."

Elle ne se nommait pas Simone, s'avérait être végétarienne, haïssant la chasse tout comme moi, de plus, nous n'avions que dix ans.


Je réussissais enfin à reprendre mes esprits, encore un peu flous. Je me sentais partir en avant et en arrière alors que la fatigue venait à noyer mes pensées, que mon crâne tombait lorsqu'il osait se pencher sur le côté, mais aussi lorsque je le baissais de honte; comprenant que si je pensais avoir eu une éducation calme et douce, certains membres de ma famille n'en avaient même pas le centième, que ces gênes de meurtriers séjournaient dans mon ADN comme un fléau que je ne pouvais contenir, alors que lorsque je puis finalement ouvrir complètement les yeux, je remarquais avec stupeur et tristesse un sanglier que je tenais par la tête, dont le visage avait préalablement était meurtri contre une énorme pierre.




Génèse, ma très chère épée, te souviens-tu de qui j'étais lorsque nous ne nous connaissions pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2857
Expérience : 8990
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Chasse aux sangliers   Ven 23 Oct 2015 - 17:00

Rapport de récolte :

Nova remporte 2 défenses de sanglier et 5 points de métier.

Commentaire : Bon RP, rien à redire !


Rapport de récolte :

Wound remporte 2 défenses de sanglier et 5 points de métier.

Commentaire : Très bon RP, rien à redire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiloë de Sylfaën
Voleur de l'ombre

avatar

Messages : 335
Expérience : 2152
Masculin Âge RP : 548

♦ Politique : 51
Métier : Chasseur - Maître (MAX)
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(manticore +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
1762/1762  (1762/1762)
Vitesse: 794
Dégâts: 1733

MessageSujet: Re: Chasse aux sangliers   Sam 24 Oct 2015 - 15:47

C'est aujourd'hui qu'allait avoir lieu mon premier rendez-vous. Ho, bien sûr rien de bien officiel, tenez, moi même, je n'étais pas au courant.

La chasse fus vraiment bonne ce jour là ! J'étais tranquillement en train de m'occuper de mon sanglier un peu avant le début de l'aventure du jour. Adossé a un grand arbre, la nuit pointé le bout de son nez, et moi, assis en face d'un bon feu, j’essaye pour la toute première fois de récupérer la peau de mon sanglier dans le but d'en faire quelque chose. Mais ce soir là je n'était pas seul. J'avais un peu plus tôt rencontré une caravane de marchand et de pécheur, accompagné d'une troubadour et même d'un homme guépard, qui leur servait certainement de garde du corps et on ils me tenaient compagnie dans cette forêt où règne habituellement solitude et survie. 

La soirée était merveilleusement agréable, et je partageais sans regret le fruit de ma chasse. Nous mangions et buvons tout en nous racontant nos petites anecdotes de voyages. Et tandis que je m’apprêtais a partir, ils me proposèrent de passer la nuit avec eux, et j'accepter sans regrets. Je pris le partis de dormir a la belle étoile car le temps s'y prêtait, et tirais ma couche à l'opposé des tentes par rapport au feu, orienté vers les bois, juste à coté de l'homme guépard, qui restait assis là, a surveillé les environs. Nous discutâmes une bonne partie de la nuit, jusqu'au moment où, somnolent, je lui demandé de me réveillait afin de prendre moi aussi un tour de garde. Il me sourit et me laissa m'endormir de fatigue, me laissant comprendre par là qu'il n'en ferais rien.

Je me réveillais en sursaut. Guélann, car tel était son nom, me jeta un regard d'incompréhension. Que se passe-t-il ? fut ça seul question. Je lui répondu que je n'en savais rien, certainement un mauvais rêve déjà oublié. Quelque  chose me dérangeais un peu lui avouais-je. Son regard se figea alors dans le vide, et vis son oreilles pivotait rapidement, a la manière des félins lorsqu'ils perçoivent quelque chose. Bien entendu, je l'entendis moi aussi. Des pleurs, affreux, profonds, des pleurs d'une personne qui regrette une chose qu'elle n’aura plus jamais l'occasion de connaître. Les pleurs d'un mort. Je me redressais vivement, et faisais signe au guépard de prévenir les autres. Si une âme rodait par ici, cela pouvais être très dangereux. Une fois tout le monde debout, nous nous mîmes d'accord. La caravane allait repartir a l'instant avec Guélann, et moi j'irais enquêté sur l'origine du trouble. Après de rapide adieux et une promesse d'amitié pèlerine, je me dirigeais droit vers mon rendez-vous.

Elle étais splendide. Non pas comme l'est une succube, ici il s'agissait d'une beauté plus brute, plus élémentaire. L'âme en peine n'était pas encore rongé par le mal, et son passé certainement pur la protégeais de la corruption. Mais plus pour longtemps. Ho non, plus pour longtemps. Dès que l'âme commence a pleuré, alors le mal peut l'atteindre. Au début, on dirais juste une jeune femme normal, quoique trop pale, trop blanche, trop parfaite. Puis au fur et a mesure, certain signe apparaisse. La cause de la mort en premier. On voit un fantôme où il manque un bout de chair, de crâne, ou bien avec une lame enfoncé dans le corps. Pour l'instant, il s'agissait juste d'une jeune femme, à genoux et en pleur sur le sol humide de la forêt. Je m'approchais, m'asseyais a ces côté et lui parlais, lui souriais. Elle s'arrête alors de pleuré, et me regarde. Elle est vraiment très belle. Alors du coup on discute et on rit. Mais l'essence même du monde n'est pas en accord avec cela. Et tandis qu'à un moment elle se redresse pour me montrer son collier, je vois une tache brunâtre au niveau de son sein, un tache qui s'élargis au fur et a mesure.
Son sourire se crispe  et elle se remet a pleuré. Je la fait se rasseoir et décide de la purgé. Raconte moi, lui dis-je. Alors elle me raconte. Une histoire d'amour banal, avec un mari qui la trompe, puis un meurtre de jalousie, le genre d'histoire banal. Je ne l'écoute pas, je l'observe. J'observe au fur et a mesure qu'elle me décrit une histoire toujours plus horrible, j'observe ses ongles poussé, du sang apparaître sur sa robe, puis tandis qu'elle me décrit le meurtre, ses yeux deviennent blanc, sa chair moisie... Elle devient en quelque seconde ce qui aurait du mettre des années a apparaître. Elle devient une banshee. Et quand son histoire se termine, elle est devenue un monstre méconnaissable, affreux, avec des vers qui lui ronge la joue. Alors je la regarde et la remercie de m'avoir parlé. Son corps est difforme mais le regard d'incompréhension qu'elle me lance témoigne de la pureté de son âme. Et c'est là que je lui tranche la gorge.

Et pendant un instant, elle redevient la femme qu'elle fût, belle pure. Elle me regarde, souris. Elle est heureuse. Elle dépose un baisé sur ma joue puis disparaît, tout simplement, elle s'évapore. Et d'un coup, une violente douleur s'empare de ma joue, si violente que je sombre quasi-immédiatement dans l'inconscient.

Le lendemain, sur la route je recroisa la caravane de la veille. Ils me saluèrent, et le guépard me félicita de m'en être sortis entier. En fin presque me dit-il avec un clin d’œil. Et je vis, dans le miroir qu'il me tendis, une cicatrice a peine visible sur ma joue, comme une vielle brûlure, brûlure en forme de lèvre.




Je saurais toujours où te trouver Invité ... 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2857
Expérience : 8990
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Chasse aux sangliers   Sam 24 Oct 2015 - 18:42

Rapport de récolte :

Kiloë remporte 2 défenses de sanglier, 1 cuir de sanglier et 5 points de métier.

Commentaire : Kiloë, l'histoire est très jolie à lire, cependant cela s'écarte un peu trop d'un rp de chasse, c'est plutôt quelque chose que tu vas placer dans ton journal, pas dans un rp métier. Je ne peux donc pas te mettre de bonus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Styx
Ombre de la C.O ♦ Vicomte de Spelunca ♦ Malice immémoriale

avatar

Messages : 1166
Expérience : 4939
Masculin Âge RP : ?

♦ Politique : 163
Métier : Chasseur - Maître (MAX)
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Faustus Fortuna, Compagnon de Styx [Invendable] ; 50% des stats - bonus compris sauf artefacts - dé de race)

Stats & équipements
Vitalité:
2952/2952  (2952/2952)
Vitesse: 1312
Dégâts: 822

MessageSujet: Re: Chasse aux sangliers   Sam 24 Oct 2015 - 20:20

Styx était assis à son bureau, les yeux rivés avec attention sur «Les Amants». La carte était particulièrement troublante aujourd'hui, et il essayait depuis maintenant plusieurs heures d'entrer en communion avec les Esprits. Si la tâche lui avait toujours été aisée, en cette matinée-ci elle était devenue plus difficile que de se lécher le coude.
(Encore une discipline à laquelle Styx s'exerçait de temps à autre, sans résultats).

Alors qu'une énième connexion échoua, trois petits coups furent portés à la porte en bois de sa chambre. Une porte emplie d'inscriptions magiques, écrites avec les meilleurs sangs que l'on pouvait trouver à Dùralas. Un vrai chef d’œuvre!
Lâchant un rugissement d'exaspération, l'arlequin bondit littéralement de la chaise jusqu'à sa porte. Idiote se tenait là, le regard dans le vide, la bouche grande ouverte, et Styx remarqua que ses cheveux commençaient à tomber.
«-Oui? Qu'y a-t-il? Je croyais que tu devais préparer à manger.
-Pardon. Mais cette carte est arrivée. Pour vous, monsieur.
Elle lui tendit une enveloppe cachetée d'un magnifique blason. Celui des vampires du Nord, les Nox. Quel honneur! Quelle surprise! Styx savait qu'ils étaient les plus puissants de leur race, mais il savait aussi que lorsqu'ils envoyaient une carte à l'un des leurs, ce n'était généralement pas bon signe. Sauf que cette missive ne présentait aucune référence au Tribunal des Vampires. Rien. Une main ferme et élégante avait cependant écrit:

«Cher Styx,
Voilà de cela plusieurs années, ou siècles peut-être. Je ne m'en souviens pas. À vrai dire, j'ai un peu perdu la notion du temps, au fond de ce lac. Mais peu à peu le lien qui m'y retenait s'est dissout. Et je n'avais de hâte que de revoir ton beau visage.
Mon amour, je te pardonne, il est normal d'être effrayé par le compromis. Et avoir voulu me tuer était compréhensible. J'arriverais à Dùralas d'ici demain afin que nous puissions finalement organiser nos fiançailles. Comme ma famille va être fière, de me voir mariée à un Arcaniste aussi doué que toi.

À toi éternellement,
Rose Nox.»


Si Idiote avait encore son sens critique, elle aurait lu la peur dans les yeux de son maître. Puis, très vite, quelque chose de l'ordre de l'hilarité, avant de s’apercevoir qu'une crise d'hystérie gagnait le vampire.
Il se jeta à terre, et hurla. Un cri terrible, à mi-chemin entre le rire et la plus noire des colères.
Styx se retourna vers Idiote et approcha son visage si près de celui de la pauvre femme, qu'elle pouvait sentir ses lèvres sur son nez par moment.

«-Comment? Comment? Comment?! Comment a-t-elle défait ses liens? Comment m'a-t-elle retrouvé? Aaaaaah! J'avais décidé de lui laisser la vie sauve parce qu'il faut bien avouer que Rose n'est pas méchante en dépit de son idiotie.
MAIS!
Elle fait preuve d'entêtement et de mauvaise foi. Rien que de repenser à ses petits sourires constants et cet éclat dans ses yeux lorsqu'elle le regardait il avait envie de les lui arracher et de s'en servir comme torche.
Il eût un autre grognement.
Idiote partit d'un pas rapide en direction de la cuisine.

Il n'y avait plus une seconde à perdre. Il devait éviter l'apocalypse d'Amour qui allait se déverser chez lui. Vous imaginez?! Une vampire obsédée par les bougies aromatisées, le parfum et les licornes! (bon sur ce point Styx devait admettre qu'elle avait raison, les licornes étaient plutôt cool). Par les milles Enfers!
Oh mais Styx n'avait pas besoin de ses cartes pour savoir quoi faire face aux femmes comme elle. Oh oui! Il allait lui faire passer l'envie de le marier.

Il fonça dans la forêt la plus proche. Là, perché sur un arbre, ses yeux lui indiquèrent où trouver des sangliers. Il en fallait beaucoup. Oh oui beaucoup.
Bondissant d'un tronc à l'autre, il éparpilla ses cartes dans un rayon d'un kilomètre, puis il se plaça en tailleurs en haut du plus grand arbre qu'il put trouver.
De là, toute la magie commença à faire effet.

Il franchissait désormais les mondes, voyageait très vite, tel un vent spirituel. Il visualisait l'âme faible des sangliers, les formes perdirent leur définition, tout autour de lui, le monde se dissipait pour mieux se reconstruire.
Son âme elle-même se modifia. Elle était désormais malléable, coulante, en fusion. Les yeux de l'arlequin devinrent blancs. Il entrait dans un terrain inédit, même pour lui. Il allait façonner la réalité au travers du Monde Intangible. Pour ce faire il modifia l'essence même de son âme. Il n'était plus Lachlan Grey, ni même Styx. Toutes ces conventions n'avaient plus aucun sens pour lui. Il n'y avait plus que les formes, les couleurs, les sensations.
Il se tordait. Il tordait l'espace autour de lui. Son corps partit en fumée. Il arrivait au point de non retour. Des veloutes de fumée jailli un énorme oiseau, fait d'ombres. Celui-ci prit son envol en hurlant sauvagement. On eût dit que les Enfers eux-mêmes déversaient leur colère sur le monde de ceux qui avaient la chance d'être toujours en vie.
Styx repéra un groupe de sangliers juste en dessous de lui. Les énormes ailes firent danser leurs plumes quelques secondes durant avant de retomber avec frappa sur les animaux. Il n'y eût pas de cris. Il n'y eût pas de sang.
Lorsque l'oiseau de ténèbres avait atteint le sol il s'était tout simplement volatilisé en une bourrasque noire, et tout autour de la zone d'impact avait disparut.

Le ciel s'ouvrit et laissa place à un tonnerre grondant.

Lorsque Rose arriva devant la maison de Styx, drapée dans une robe de soie rose, coiffée de nombreux petits lacets, et parfumée d'une myriade de fleurs, BaldorHeim sembla gagner une ambiance de légèreté inégalée. Et alors que la ravissante vampire s'avançait  et toquait à la porte en marbre, tous les habitants tournèrent du regard en sa direction. Ils ne pouvaient résister à une vue si pure. Ils la virent tous s'enfoncer dans l'obscurité qui régnait toujours dans cette maison.

À l'intérieur, tout n'était que pestilence. Des boyaux d'animaux jonchaient le sol, et son amant, Styx, était assis sur une espèce de trône fait d'os et de fourrure, le tout, encore sanguinolent. Rose fut prise d'effroi. Comment? Le Styx qu'elle avait connu était certes attiré par le sang, (et c'était bien normal pour un tel homme) mais il possédait un charme et une élégance propre à son clan.
«- Styx... je suis étonnée. Tu m'en vois confuse... Je ne te voyais pas.. comme ça.
- Oh cela ne te plaît pas? il eût un petit rire. J'allais te proposer de boire un verre dans une défense fraîchement scalpée. Quel dommage. Les temps changent, et avec eux les personnes. Nos âmes se sont désaccordées, il faut croire.»
Rose était en feu. Ses joues lui brûlaient et des larmes coulaient sans cesse. Elle aurait voulut dire à ce vampire qu'elle savait qu'il ne voulait pas d'elle, mais qu'elle pensait, naïvement, qu'il aurait peut-être changé. Qu'il aurait eu une révélation en posant ses yeux sur elle. Mais à la place, elle tourna tout simplement les talons et partit.

Elle ne sût jamais que Styx regretta sa ruse dès le moment où il vit les rubans dans ses cheveux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saigo
Exécuteur-En-Chef

avatar

Messages : 1661
Expérience : 4926
Masculin Âge RP : 24

♦ Politique : 193
Métier : Chasseur - Maître Absolu
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Corbac, Corbeau de Saigo +350, V+300, 150) [Amélioré]

Stats & équipements
Vitalité:
2467/2467  (2467/2467)
Vitesse: 1604
Dégâts: 2078

MessageSujet: Re: Chasse aux sangliers   Dim 25 Oct 2015 - 0:15

Saigo marchait au hasard, en dehors des sentiers battus et des petites routes de terre qui menaient à Kastalinn. Le nom de cette ville était son seul point de repère. Bien qu'il n'y avait jamais mis les pieds, le stryge solitaire savait qu'il se trouvait dans les alentours. Que pouvait-il espérer trouver au-delà des remparts? Pour l'instant, il n'en avait rien à faire, mais il ne doutait pas qu'il aurait l'occasion d'assouvir sa petite curiosité, un jour ou l'autre.

Il déambulait, le stryge noir, il déambulait. Sans but apparent. Juste une âme esseulée au milieu du rien qui composait le paysage ambiant. Un silhouette sombre, froide, de longs cheveux noirs, de puissantes ailes de la même couleur, un corps meurtris de cicatrices, une faux dans le dos, et une dague à la ceinture. Saigo faisait peur à tous ceux qu'il croisait. C'était un Exécuteur, l'un de ces Stryges Noirs qui effraient même leurs congénères. Il en était fier. La peur, c'était un sentiment qu'il affectionnait tout particulièrement, mais qu'il ne connaissait qu'à sens unique. Saigo ne ressentait pas la peur, mais ceux qui croisaient son chemin le craignaient dès le premier regard.

Les températures se rafraîchissaient. Normal, c'était l'automne. Les feuilles commençaient à chuter des arbres, et à la moindre bourrasque, on pouvait en voir voleter mollement jusqu'au sol. Cette vue était apaisante, du moins pour les autres. Car Saigo, de son côté, était en proie à des sentiments bien moins calmes. Tuer. Tuer. Tuer. Ça le démangeait. Infliger de la douleur. Torturer. Dépecer. Il n'attendait qu'une occasion. C'était tout ce qu'il lui fallait, une chance d'assouvir ses plaisirs macabres. N'importe quoi, humain, orc, géant, animal, ce n'était pas important. Tuer. Tuer. Tuer. Il n'avait que ça en tête, depuis plusieurs heures. Et la nature avait décidé de se montrer clémente envers le stryge.

Après une bonne heure passée à marcher, tentant de conserver un calme de façade, bien qu'il était seul, Saigo les vît. Deux sangliers, de bonnes tailles, à une centaine de mètre. Il était dans une forêt à présent, aussi le stryge solitaire choisit-il de prendre de la hauteur, se hissant dans un arbre, masquant de ce fait le bruit de ses pas. Deux voix s'affrontaient dans son esprit brouillé par l'odeur de la mort. La première, la plus forte, hurlait à Saigo de décimer ces deux animaux, en les incapacitant d'abord, avant de prendre le temps de les achever. La seconde, peut-être la voix de la raison, intimait au Stryge Noir de tuer proprement, car il pourrait vendre plusieurs parties de l'animal à un bon prix, notamment ses défenses. Au final, pour Saigo, ça ne changeait pas grand-chose: il allait tuer, prendre tout son temps, en veillant à ne pas abîmer les défenses de ses cibles.

Après s'être approché le plus discrètement possible, évoluant avec aisance parmi les arbres, sautant de branches en branches, Saigo ne se trouvait plus qu'à quelques mètres. C'était suffisant pour utiliser ses ailes. Se saisissant doucement de sa faux, faisant glisser le manche le long de ses doigts, l'Exécuteur observa ses victimes. Son plan d'attaque était établi depuis longtemps, et il le réussi presque parfaitement. Tout d'abord, se laissant tomber de son promontoire, il utilisa ses membranes plumeuse pour ralentir sa chute, et se rapprocher encore un tout petit peu. Puis, d'un coup d'aile aussi soudain que puissant, il fonça brusquement au ras du sol, tout en portant un coup de faux horizontal, au niveau des pattes des sangliers. Sa manœuvre fût des plus efficaces sur la première bête, qui vit sa patte avant droite amputée sans anesthésie. Sur la seconde bête, moins de chance en revanche, puisque la lame de l'arme ne fît qu'entailler la patte avant gauche, certes profondément, mais pas suffisamment pour stopper le sanglier dans une course effrénée pour sa survie. Alors qu'il avait glissé sur les genoux avec style, Saigo se tourna vers les bêtes, observant l'une d'elle s'éclipser. Je n'aurais qu'à le traquer plus tard, en suivant les traces de sang. Se dit-il. Puis, reportant ses yeux sur le sanglier blessé, il sourit. Pour l'heure, je vais m'amuser avec toi.

Il avait prît le temps, face à la bête blessée, de satisfaire tous ses funestes désirs. Tout d'abord, il avait frappé d'un coup de pied la plaie ouverte et sanglante qu'il venait de causer. Puis, sortant sa dague, jouant avec la lame entre ses doigts, il trancha une seconde patte, d'abord au niveau de l'articulation, puis, d'un second coup, à la base. Il répéta l'opération jusqu'à ce que le sanglier devienne cul-de-jatte. Chacun de ses mouvements étaient mesurés, précautionneux, précis, et ils arrachaient un grognement de jouissance à Saigo. Grognement qui faisait écho aux hurlements de douleur poussés par le sanglier. Une fois son affaire avec les pattes terminées, Saigo n'aurait su dire si sa proie était encore en vie. Après tout, il avait perdu beaucoup de sang. Mais sans s'en préoccuper davantage, le stryge solitaire trancha la queue de la bête, d'un mouvement de dague circulaire. Un nouveau cri de douleur initia une légère période de folie dans l'esprit de Saigo. Envoûté par les râles du sanglier, il avait perdu le contrôle de lui-même. Pendant deux bonnes minutes, il avait alors tourné autour de sa proie, plantant à tout bout de champ sa dague dans ses flancs, tout en susurrant sur un ton extatique: Encore. Encore. Encore. Fait encore ce son. Encore. Encore. Encore! ENCORE!

Lorsqu'il reprit le contrôle de lui-même, la bête ne respirait plus depuis longtemps. Impossible de dire combien de fois il avait frappé, mais Saigo en était exténué. Haletant, les mains sur les genoux, il souriait de toutes ses dents, plus que satisfait. Il se pencha pour ramasser sa dague. Celle-ci baignait dans une mare de sang. De même, la fourrure du sanglier était désormais tâchée de toute part. Sans plus de précautions, l'Exécuteur essuya le métal sur sa propre peau dénudée, se donnant au passage une légère entaille. Il n'avait plus qu'à récupérer les défenses du sangliers. La petite voix qui lui conseillait de faire attention lui disait désormais qu'il aurait aussi pu récupérer du cuir, mais vu l'état dans lequel la bête se trouvait, ce n'était guère envisageable. Tant pis, se disait Saigo, au moins avait-il pu expier ses pulsions sadiques. Regardant en arrière, il remarqua à nouveau les traces de sang laissées par l'autre sanglier. Mais finalement, haussant les épaules, le Stryge solitaire décréta qu'il lui laisserait la vie sauve... pour aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dougal Keane
Le Tribun ♦ Rôdeur

avatar

Messages : 4470
Expérience : 3785
Masculin Âge RP : 28

♦ Politique : 157
Métier : Chasseur - Maître Absolu
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Anor, aigle géant de Dougal [Emblème Gardien] +400, v+400 ; dissuasion : évite à coup sûr la prison)

Stats & équipements
Vitalité:
4022/4022  (4022/4022)
Vitesse: 879
Dégâts: 1855

MessageSujet: Re: Chasse aux sangliers   Dim 25 Oct 2015 - 18:49

Ali Les faibles rayons du soleil du Nord pointaient entre les branches feuillues des arbres. Ils illuminaient peu à peu le sol et laissaient se dévoiler quelques traces d'animaux des forêts. Les nuits étaient humides dans cette zone de Dùralas. De ce fait, la terre tendait vers la boue et gardait donc en mémoire des indices sur le passage d'un quelconque être vivant. C'était ainsi une aide précieuse pour un chasseur. Néanmoins, ce n'était pas n'importe quel coureur des bois qui pouvait lire de telles écritures. En effet, il fallait déjà être bien rodé dans le milieu et avoir de facto de l'expérience. De plus, tous ces hommes des bois ne s'orientaient pas dans les mêmes compétences ; certains préféraient piéger leurs proies, d'autres étaient plus directs, etc. Dougal, quant à lui, faisait honneur à son orientation professionnelle : il touchait à tout comme l'aurait fait un rôdeur. Bien sûr, il excellait dans le pistage, mais il développait le maximum de compétences possibles ; il disait que ça pouvait toujours servir.
Ali Ainsi, le rôdeur de la Garde était sur une piste. Un jeune sanglier fraîchement adulte, si ses compétences ne le trahissaient pas, était passé sur ce sentier il y avait moins d'une heure. Autant dire que l'indice était particulièrement frais, ce qui en soit était une bonne chose ; il pourrait rejoindre son plateau très rapidement. Le jeune homme avait quitté son promontoire dans la nuit, une bonne heure avant que le soleil ne se lève. Il avait l'intention de récupérer quelques trophées de ces "amis" sangliers avant de retourner à sa chasse aviaire où l'attendaient nombre d'aigles des montagnes aux plûmes particulièrement luisantes. Il était certain que son acheteur apprécierait d'obtenir d'autres éléments lui rappelant les cochons des bois.

Ali Dougal se mit en route. Il se glissa entre les troncs, les buissons et les quelques rochers imposants tout en gardant un œil sur le chemin que lui avait dessiné sa proie. Il se demanda un instant pourquoi l'animal s'était levé si tôt pour se promener, mais le bruit lointain d'une cascade apporta une hypothèse des plus probables : il avait eu grand soif. Cependant, le Gardien était soupçonneux ; si l'animal s'était levé une heure plus tôt, il avait sûrement terminé de se rassasier. En conséquence, le sanglier devrait être revenu sur ses pas pour retourner dans un espace plus familier. Du moins, c'était ce qui semblait être le plus plausible pour le traqueur ; il était trop tôt pour que l'animal entame une randonnée. C'est pourquoi l'humain avait des soupçons sur la situation et préférait garder sa main sur la garde son épée. Si un détail suspicieux venait à surgir, il serait prêt à l'accueillir.
Ali En effet, il eut raison de se méfier : lorsqu'il arriva vers le cours d'au, il découvrit le cadavre du sanglier aux pieds d'un braconnier. Il allait entamer une récolte des plus maladroites, mais le jeune homme n'avait pas vraiment envie de chercher une nouvelle proie. Ainsi, il prit son arc et encocha une flèche, le plus furtivement possible, et visa à quelques centimètres du pied du voleur de butin. Le but n'était pas de le tuer, mais de l'effrayer. Or tout ne se passa pas vraiment comme prévu ; la flèche fusa complètement en travers et vint se planter dans le cours d'eau à plusieurs mètres sur la gauche du maraudeur. Autrement dit, le tir avait été un échec total. La cause ? Le compagnon du braconnier qui était posté pas loin du rôdeur. Le voyant arriver, il se mit en tête de le mettre hors d'état de nuire. Un coup de branche sur la tête, et on n'en parlait plus.



Ali Dougal reprit péniblement ses esprits. Il était couché sur le ventre, et sentait des poids sur son dos bougeant ci et là. Des murmures enjoués lui permirent de comprendre à peu près ce qu'il lui était arrivé : le complice du maraudeur l'avait assommé. Maintenant, les deux vilains s'occupaient de lui fouiller les poches à la recherche d'objets de valeur. Le rôdeur pouvait essayer de se débattre, mais sa position ne lui permettrait pas de venir à bout de ces deux énergumènes. Il devait patienter et attendre le moment propice pour leur faire regretter leurs actes. Avant de fermer les yeux pour mimer sa perte de conscience, il observa ce qui se trouvait autour de lui. Il découvrit le cadavre du sanglier, encore intact. Au moins, tout n'était pas relié à la malchance...
- [...] J'ai trouvé ça ! cria l'un des malandrins, bien heureux de sa découverte.
- Parfait, dans le sac comme le reste, lui répondit le deuxième.
- C'était vraiment le gros lot ce gars. On va devenir riche !
- Yep, on a enfin eut de la chance sur ce coup. On va pouvoir s'éloigner de Gurt et faire notre vie du côté des elfes.
- Ah oui, j'ai vraiment hâte de voir ces beautés. En plus, j'ai entendu dire qu'elles en avaient de belles paires, fit remarquer le premier en accompagnant ses paroles d'un rire gras et répugnant.
- Ouais. Va donc t'occuper du sangliar pendant que je le termine.
- D'ac. Mais tu me promets que tu mets la lame bien entre les omoplates, hein ?
- Je vais essayer.

Ali L'un des braconniers se leva et partit rejoindre la dépouille du sanglier pour ôter à l'animal ses parties génitales, ou autres trophées qu'il jugerait intéressant à porter. Le deuxième continua son inspection puis, dégaina sa lame. Dougal entendit distinctement le bruit du métal glissant contre le fourreau. D'ailleurs, ce dernier devait être de mauvaise qualité puisque le crissement était des plus affreux. Il chercha rapidement un plan lui permettant de s'extirper de la lame de son malfaiteur et inverser la tendance. Malheureusement, son mal de crâne l'empêchait de réfléchir comme il fallait, ce qui était, bien sûr, fort déplaisant. Une montée d'adrénaline commença à le titiller, cherchant à lui faire faire un geste qu'il pourrait regretter, mais il se contrôla et attendit la meilleure opportunité. Il devinait la position du couteau, prêt à se planter en plein milieu de son dos pourtant, il restait calme ; il ne devait pas céder à la panique.
Ali Enfin, il donna un violent coup de coude avec son bras gauche. L'attaque déstabilisa légèrement l'être répugnant campé sur son dos et lui fit cracher un petit cri de douleur. Ce n'était pas assez pour l'aider. Heureusement, le Gardien avait cherché à faire un diversion ; il put récupérer son couteau de chasse, correctement dissimulé au niveau de son flan droit. A partir de ce moment, il causa des dégâts : Dougal planta la lame de son outil de dépeçage dans la jambe du brigand. Cette fois, il hurla et alerta son compagnon. Le rôdeur profita de cet instant de faiblesse pour faire chuter son ennemi en se retournant. Il attrapa le maraudeur avec ses jambes et bloqua ses mouvements. De son bras gauche, il fit pression sur la gorge, entamant ainsi une faible strangulation. Le deuxième arriva, armé d'une masse rudimentaire mais dangereuse. Le Stellarois ôta la lame de son couteau du ventre du premier, et l'enfonça cette fois dans son bras. La position était stratégique ; il pouvait "contrôler" le bras de son ennemi. Ainsi, il l'utilisa pour parer l'attaque du brigand, ce qui provoqua un nouveau hurlement de douleur. Dougal se débarrassa du corps - il s'en occuperait plus tard - et se remit debout en un rien de temps, paré à accueillir les coups de son adversaire. Il chancelait un peu, mais il pouvait combattre. Après tout, il s'agissait d'un Gardien contre un bandit de petit chemin.
Ali Le rapport des armes jouait en la défaveur du chasseur ; armé d'un couteau, il aurait un peu de mal face à un gourdin. Cependant, bien qu'il soit légèrement sonné, il pouvait compter sur sa vivacité, variable inconnue de l'autre côté de la balance. Le Gardien para et esquiva très facilement les premières passes d'armes - si on pouvait les appeler ainsi - et profita de ces instants pour récupérer. De l'autre côté, le brigand se fatiguait et semblait espérer de l'aide de son camarade. Hélas, il était en mauvais état. Un guerrier se serait relevé sans problème, mais il ne s'agissait de pas combattants honorables. Dougal profita d'un instant de faiblesse pour taillader le bras de son adversaire et lui infligea ensuite un croche patte. A terre, il n'eut pas d'autre choix que de demander grâce.
- Je crois ne pas avoir eu le droit à cette chance.

Ali Dougal rangea toutefois son couteau et se contenta de donner un coup de pied dans les côtes du braconnier, qui se plia en quatre pour éviter une autre douleur de ce genre. Le jeune homme chercha son épée et l'utilisa pour mettre un terme à la vie des deux gaillards. Au moins, ils ne feront plus de dégâts. Le rôdeur regarda le champ de bataille, blasé ; non seulement il devait récupérer les trophées de la bête, mais en plus il devait fouiller ces deux brigands pour récupérer ses objets volés. Il en aurait pour un petit moment avant de retrouver les aigles...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nova Avon
Personnage décédé

Personnage décédé
avatar

Messages : 3257
Expérience : 3396
Féminin Âge RP : 26

♦ Politique : 00
Métier : Chasseur - Maître (MAX)
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Esprit protecteur de Nova +300, v+250, 100)

Stats & équipements
Vitalité:
1192/1192  (1192/1192)
Vitesse: -104
Dégâts: 3507

MessageSujet: Re: Chasse aux sangliers   Mer 28 Oct 2015 - 18:25

D'ordinaire, l'orc aux cheveux de feu chassait toutes les semaines avec une régularité déconcertante. Mais cette fois là, rien ne se déroula comme elle l'avait prévu.

C'était très tôt le matin. Alors qu'un épais brouillard humide et frais envahissait la forêt presque jusqu'à la cime des arbres, Nova avançait à tâtons, tapotant les environs à l'aveugle.
Normalement, à la même heure, la brume s'était levée et laissait place à un sol trempé, mais cette fois, niet !

Depuis peu, dans la boutique de Dragnizzo, elle avait fait l’acquisition d'un nouveau petit joujou. Il s'agissait d'une petite... d'une grosse masse. Au niveau de la « poignée », il avait ajouté, comme Nova lui avait demandé, un fil vert, assorti à ses yeux.

L'orc était habituée depuis petite à une telle arme, étant donné que c'est ce qu'on lui avait donné, depuis son plus jeune âge, pour fracasser de quelques coups, le crâne d'un dragon.
Ici, l'allonge était réduite, elle faisait moins d'un mètre. D'un coup de masse, les os se cassent. Parfois, si l'arme était dotée de piques en son bout, en plus de casser les os, elle arrachait la peau et les chairs avec une aisance subjuguante et crado.
Le Codex canadensis, qui était un manuscrit sur lequel était représenté des animaux et des plantes, s'ouvrait sur une illustration de massue. Comme quoi ! Une arme presque liée à la nature.
Et pour en revenir à la nature, aux ancêtres et tout ça, la massue n'a t-elle pas des airs de gourdins, comme l'utilisaient les anciens humains ? Pour dire, c'était une arme solide, robuste, et puis, en ce qui concernait Nova, elle ne s'en servait que pour tuer le sanglier, ou se défendre.

Revenons-en à la situation. Brouillard, forêt, aveugle... Eh ben ouais, les sangliers devaient être bien portants et bien contents, pour une fois que le temps jouait en leur faveur, ils n'allaient pas s'en plaindre ! Et comme le temps devenait de plus en plus froid, les feuilles tombaient, et il devenait difficile de localier les traces des sangliers. Nova dû abandonner après des heures à glander dans une forêt quasi blanche, des heures à se bouffer des branches dans la tronche parce qu'elle ne pouvait pas les voir venir. Des heures à tenter de retrouver son chemin, mais le soleil ne pouvait pas l'aider, elle ne le voyait même pas ! Des heures d'un échec cuisant, inutile.

Le lendemain en revanche, elle retourna à l'attaque. Mais cette fois, elle avait bien envie d'innover un peu. Alors elle retourna au même endroit que la semaine dernière, plus un jour, et alla vers un buisson dans lequel elle savait, un petit nid bien douillet avait été fabriqué.
Elle ne s'y serait jamais attaqué si elle savait des petits, mais cette année, la femelle n'avait pas eu de bébés.

Prêt de ce buisson, un grand arbre aux branches complètement biscornues, tordues, bien larges et épaisses qui pouvaient soutenir le poids d'un nain chargé comme un mulet, ou même d'une orc.
Elle grimpa sur une branche et s'y tint accroupie, perchée à un bon mètre 70.
Sur son trajet de son nid à elle, et celui des sangliers, elle avait perçu des chênes et avait pu ramasser quelques glands, mais avait aussi récupéré quelques escargots bien dodus, faisant une course sur un tronc mouillé.

Avec l'expérience, elle avait apprit que les sangliers n'était pas « végétarien » mais omnivore ! Les protéines qu'il récupérait venaient généralement d'insectes, gastéropodes, les rongeurs, les grenouilles... donc elle avait prit ce qui lui passait sous la main.


Malheureusement, l'expérience ne faisait pas tout.

Perchée donc, elle lança au pied de l'arbre, ses quelques trouvailles. Le petit vent qui lui arrivait de derrière risquait de la trahir, mais les sangliers, bien trop gourmands, se soucieraient plus de l'odeur de bouffe que celle d'une orc proprette.
En un rien de temps, maman sanglier déboula. La truffe remuante, elle s'approcha en se léchant les babines puis vint rafler la mise.

D'un mouvement rapide, Nova bondit sur madame sanglier, mais au lieu d'arriver dans son dos comme prévu, elle s'écrasa sur elle, et faut dire que la bête avait beau être bien épaisse, face à une orc, elle ne faisait pas le poids. Les os de ses pattes craquèrent sous le poids. Nova se redressa rapidement et acheva les souffrances de la bête. Elle n'aurait pas voulu que les choses se déroulent ainsi, mais au moins, la bête ne lui avait pas échappé.
Pour se consoler, la nana aux cheveux rouges se dit qu'au moins, elle avait eu un dernier repas digne de ce nom.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saigo
Exécuteur-En-Chef

avatar

Messages : 1661
Expérience : 4926
Masculin Âge RP : 24

♦ Politique : 193
Métier : Chasseur - Maître Absolu
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Corbac, Corbeau de Saigo +350, V+300, 150) [Amélioré]

Stats & équipements
Vitalité:
2467/2467  (2467/2467)
Vitesse: 1604
Dégâts: 2078

MessageSujet: Re: Chasse aux sangliers   Sam 31 Oct 2015 - 19:41

C'était peu dire qu'il avait pris son temps. Saigo avait en effet passé les derniers jours à traquer le sanglier qu'il avait blessé. Au début, suivre les traces de sang, qui s'écoulaient de la plaie qu'il avait causé dans la patte de la bête, s'était avéré très simple. Mais au bout d'un moment, plus rien. Le sang avait coagulé, le sanglier avait passé un cours d'eau, qu'importe, le fait demeurait: le stryge noir avait perdu la trace de sa cible. Il avait toujours la peau tachetée du sang du premier sanglier, qu'il avait sadiquement dépecé. Mais il avait pénétré sur le territoire des bêtes avec deux cibles, et il comptait bien repartir avec elles. Pour ne pas s'encombrer, il avait soigneusement caché les défenses qu'il avait prélevé, dans un endroit que lui seul pouvait atteindre. Désormais, il était temps de revenir aux bonnes vieilles méthodes de traque.

Hauteur. C'était le mot d'ordre. Il devait prendre de la hauteur. D'un puissant battement d'aile, l'Exécuteur s'éleva dans les airs, atteignant une branche assez basse, à partir de laquelle il parvint à rejoindre un poste plus élevé. De là où il se trouvait, sa vue était meilleure, mais il n'apercevait pas son sanglier. Vagabondant de branches en branches, le stryge solitaire chercha sans relâche pendant des heures entières, ratissant la forêt dans ses moindres recoins. Il trouverait ce sanglier, tôt ou tard. Et cette fois, il le tuerait proprement, pour en prélever le cuir.

Alors qu'il commençait à perdre espoir, les efforts de Saigo furent enfin récompensés. Là, juste en contrebas, en train de s'abreuver insouciamment dans un petit ruisseau, le sanglier était là. Même depuis ses hauteurs, le stryge noir en était certain, en voyant la démarche légèrement claudicante de la bête. Elle ne se méfiait pas, mais contrairement à la semaine précédente, l'approche ne pourrait pas être aussi efficace, car l'Exécuteur arriverait de plus loin. Sans compter que la bête se méfierait du moindre son suspect. Qu'importe, maintenant qu'il avait sa cible en visuel, Saigo ne la laisserait pas s'enfuir.

S'élançant sans hésitations, le stryge solitaire se laissa planer jusqu'à une distance raisonnable, avant de piquer vers sa cible, la dague à la main. Comme il l'avait prévu, le sanglier se méfiait, et détala avant même d'avoir le chasseur dans son champ de vision. Probablement l'odeur... mais sa course était fortement ralentie par sa blessure, et Saigo, d'un premier coup d'aile surpuissant, réduisit la distance qui le séparait de sa cible à peau de chagrin. La fuite inexorable du sanglier était dérisoire, il l'avait en ligne de mire, pour un lancer de dague. Et à l'instant où ses pieds touchaient le sol, l'Exécuteur lança l'arme avec précision. La lame rasa le sol en émettant un léger sifflement, avant de trancher le tendon d'une des pattes arrières du sanglier. Ce dernier s'étala au sol, incapable de faire un pas supplémentaire. Gagné. Jubila intérieurement Saigo.

Saisissant sa dague, l'arrachant de la chair sanguinolente, il laissa la pointe glisser tout doucement le long du pelage de la bête. Elle haletait, tandis que du sang s'échappait de deux de ses pattes. Le sanglier était à sa merci, complètement impuissant face au chasseur. Ce dernier mourrait d'envie de torturer la bête, mais il savait qu'il ne pouvait pas l'abîmer. Il en allait de la qualité du cuir qu'il s'apprêtait à prélever. Toutefois, pour procéder, il allait devoir tuer à nouveau, pour son plus grand plaisir.

Enfonçant sa dague dans l'œil du sanglier, le stryge solitaire s'autorisa un petit plaisir supplémentaire, en faisant pivoter la lame dans l'orbite de sa cible. La bête couina longuement, avant de finalement s'éteindre. Il était temps. Ne perdant pas une seconde, Saigo se mit à l'ouvrage, récupérant autant de peau que possible. Une fois son labeur accompli, il jeta son butin sur son épaule, et reparti immédiatement chercher les défenses du sanglier précédent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Styx
Ombre de la C.O ♦ Vicomte de Spelunca ♦ Malice immémoriale

avatar

Messages : 1166
Expérience : 4939
Masculin Âge RP : ?

♦ Politique : 163
Métier : Chasseur - Maître (MAX)
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Faustus Fortuna, Compagnon de Styx [Invendable] ; 50% des stats - bonus compris sauf artefacts - dé de race)

Stats & équipements
Vitalité:
2952/2952  (2952/2952)
Vitesse: 1312
Dégâts: 822

MessageSujet: Re: Chasse aux sangliers   Sam 31 Oct 2015 - 22:57

Le ciel était tranquille en cette fin de journée. Styx avait pendant toute la journée médité et il aurait volontiers perdu une journée si un groupe de jeunes humains n'était pas venu, ivre, toquer chez lui. 
Oh, mais il avait presque oublié! 
D'un bond, il écarta Idiote qui allait ouvrir la porte, et fut face à la horde en état d'ébriété. Il entendit une des femmes glousser, puis, celui qui devait être le mâle alpha lui adressa ces mots:

«- Salut! T'es nouveau ici? Mes grands-parents habitaient ici, ils sont partis sans rien dire les cons. Ahahah. Pas grave je venais les voir juste pour l'héritage. 
Le sourire du clown se fit immense. Quel petit malandrin. Il le saisit à l'arrière du cou en éclatant de rire. Un rire qui inspira tout de suite confiance à tout le groupe. D'un geste de main il s'adressa à la petite foule en déployant tout le charisme qu'il possédait.
- Laissez-moi deviner. Vous êtes tous jeunes, beaux, et cherchez où finir une soirée entamée dans une taverne quelconque? 
Le même humain qui lui avait parlé, reprit la parole.
- Oui! La vache, c'est exactement ça! Tu nous héberges? 
- Non, mais je connais un endroit où on pourrait vraiment s'éclater. Attendez juste deux minutes. 

Il disparut, laissant les amis dans le froid de BaldorHeim. Le vent avait quelque chose de sec, comme des milliers de lames de rasoir qui dansaient autour des corps prisonniers des rues. Lorsqu'il revint, il arborait une chemise de soie noire, un pantalon assorti, et il avait coiffé ses cheveux en arrière. Même si il avait l'air un peu vintage, voir même beaucoup, l'une des filles rougit de suite à sa vue. 
- On peut y aller. Hihihihi. Ça va être mortel mes amis! Z'en vous prendrez bien un peu? 
Il sembla que dans sa main vide il y a deux minutes venaient d'apparaître cinq pilules orangées. Exactement leur nombre! C'est fou! Et lorsqu'ils mirent les bonbons à la bouche, tout leur apparut comme différent. Il leur semblait redécouvrir le monde. La moindre brise, la moindre poussière, toutes les sensations étaient nouvelles! Quel effet! Ils avaient bien fait de venir toquer chez un parfait inconnu! Ahahaha! 
- Tu t'appelles comment? la voix venait de la fille aux cheveux roux de laquelle Styx avait surpris un regard furtif tout à l'heure. 
- Styx! 
- C'est un drôle de nom! Moi c'est Myrcella, lui c'est Amile, elle Kat', et lui Ulfried. Tu sais celui dont les grands-parents sont partis. 
Ulfried prit la parole.
- Mais on va où exactement? C'est la forêt? Il y a une fête dans la forêt?
Ils ne savent même pas quel jour on est. Cette jeunesse a tout oublié. (Même si il faut leur accorder certaines choses). Comment ne connaissent-ils pas le jour Saint? Sazhmin? Non? ÇA NE LEUR DIT VRAIMENT RIEN. Quels idiots. Styx allait leur faire découvrir les pouvoirs ancestraux contenus en cette terre. 

Aussitôt arrivés à l'orée de la forêt, Styx se saisit d'une pincée de terre et récita quelques vers. La terre s'embrasa d'une lumière rosâtre qui s'envola doucement, laissant le temps au groupe de la suivre.
- Oh c'est tellement beau! 
- Wouah, suivons la.
- Oh oui...
- Oh mon Dieu...
Styx resta en retrait tandis que les quatre jeunes âmes couraient à leur perte. C'est comme ça. Ceux qui oublient leurs traditions sont condamnés à en subir le courroux... 

Bientôt, ils furent tous au bord d'un immense lac au cœur de la forêt. Alors que Styx était assis sur une branche d'arbre (bien haut), les autres décidèrent de plonger dans le lac. Ils s'amusaient. Nageaient, fumaient, buvaient, ensembles. Une certaine lueur s'éveilla en l'Arlequin. Qu'importe. Ils mourront et moi pas. Je suis un prédateur, pas eux. Je suis immortel! Mais trêves de charabia, il me faut conclure le rituel de Sazhmin. 
En quelques bonds, il était au coeur de la forêt. La pilule faisait cependant effet. Il s'arrêtait souvent pour contempler le sol, caresser un quelconque lapin, et sa rêverie ne fut interrompu que par le bruit de quelques marcassins mangeant des champignons non loin. 
Des champignons et des marcassins? Parrrrfait! Hahaha. 
- Bonjour mes braves, serait-ce discourtois que de vous emprunter un peu de nourriture? 
Grâce à une magie d'illusion les bêtes restèrent silencieuses. Lorsqu'il mangea les champignons, lorsqu'il égorgea le premier porcin. Puis le deuxième. Et enfin le troisième. Il dansait, désormais. Les drogues prenaient possession de son corps. Vite! Il fallait finir le rituel pour en profiter pleinement! Il répandit le sang des petits et attendit quelques secondes avant de voir une laie de bonne taille sortir des fourrés. Booonsoir! Hahahaha. Il ne lui laissa pas le temps de le charger. Il planta ses griffes dans ses yeux. Sa bouche. Son cou. Son corps. Il arrachait, tailladait, mordait. Il coupa une artère de la bête et s'arrosa de sang. 
Oh... La pluie d'hémoglobine était une magnifique sensation. Il était prêt. 
Mais avant, il découpa tout ce dont il avait besoin. Avec un soin religieux, il préleva un coeur, un foie, un cerveau, deux appendices. Ensuite, il déploya les boyaux et en fit une toile. La Toile. Celle de l'esprit chasseur de cette forêt. La Grande Prédatrice, elle même. 
Les théories sur sa provenance étaient toutes fort comiques, mais la préférée de Styx était celle où on disait qu'elle venait de l'espace. L'espace. Sérieusement? Ahahahaah. Les gens peuvent être bêtes. 
Les mots jaillirent ensuite de sa bouche comme par enchantement. «R'hrak othr'op, ogi». Une lumière explosa dans le ciel. Et lorsque l'Arlequin rouvrit les yeux, il était avec les humains, jouant dans le lac. 

Les drogues avaient totalement prit le dessus. Il plongeait, caressait l'eau, ressortait, respirait l'air à grandes bouffés. Il était heureux. Il dansait désormais. Valsait. Sans interruption. Même lorsque l'énorme bouche aux coins difformes tranchaient les gens autour de lui. Au contraire, il rigolait. 
Comme c'était joyeux, convivial, magique. Tout lui était devenu rouge du sang de ses victimes. La mare elle même était rouge. Tout était rouge. Tout était beau... Il se laissa flotter là jusqu'aux premières lueurs du matin.

Joyeux Sazhmin à tous! Ahahaahaha!  :mort:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hevoria
Bibliothécaire ♦ Vestale éthérée

avatar

Messages : 847
Expérience : 3941
Féminin Âge RP : 25

♦ Politique : 01
Métier : Chasseuse - Maîtresse Absolue
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Nekrophys, Tryskelion d'Hevoria [Améliorée] +400, v+400 Dissuasion kalumbresque : évite la prison à coup sûr)

Stats & équipements
Vitalité:
3430/3430  (3430/3430)
Vitesse: 921
Dégâts: 2647

MessageSujet: Re: Chasse aux sangliers   Dim 1 Nov 2015 - 22:34

Duralassiens, Duralassiennes, c'est aujourd'hui la saison de la chasse au sanglier qui s'ouvre dans la région de Kastalinn. Nous retrouvons notre jeune chasseuse, Hevoria, au cœur de l'action, en dehors des sentiers battus. Les sens en alerte, la dague en mains, la séduisante jeune femme est à l’affût du moindre bruit qui pourrait lui mettre la puce à l'oreille. Tiens ? Il semblerait que celle-ci vient de relever une piste prometteuse ! La sorcière accroupie a remarqué que le sol avait été piétiné à de nombreuses reprises et a distingué des traces de pas dans la terre. Quel sens de l'observation remarquable ! Ses soupçons vont-ils se confirmer ? Les proies seront-elles au rendez-vous ? Quels légumes va-elle choisir pour accompagner le sanglier ? Viande saignante ou à point ? Que de questions taraudent notre chasseuse favorite.

La jeune femme remonte discrètement la piste avant de se dissimuler subitement dans un fourré. Là ! À quelques dizaines de mètres, un groupe de sangliers s'ébat joyeusement dans une mare d'eau boueuse. Admirez ces magnifiques bestiaux : un pelage soyeux, des cornes resplendissantes. À n'en pas douter c'est de la belle bête ! La chasseuse se saisit de son arc, arme une flèche empoisonnée par ses soins en direction d'une proie de choix. Elle bande la corde et retient son souffle tandis que son regard aiguisé vise le point vital. Elle va tirer !




Hevoria sursauta, décochant par mégarde la flèche empoisonnée, qui vint se planter la cuisse de l'animal.

Mais ? Mais...C'est quoi ce bordel ?! Dit-elle en se bouchant les oreilles.
Tiens ? Quel est ce bruit ? Mais oui ! Ce sont les hommes du Jarl de Kastalinn en personne ! Une vingtaine de fiers soldats à cheval, cor de chasse en bouche, cuirasse luisante sur le corps, armes rutilantes dans le dos. L'intelligence brille dans leurs yeux de merlans frits tandis qu'ils se déplacent à travers la forêt en provoquant un boucan de tous les diables. Et...Oh mon Dieu ! Ils ont même emmené la meute royale de chiens de chasse de Kastalinn ! Les braves hommes du jarl organisent une battue en l'honneur de l’ouverture de la chasse. Mais quelle arrivée spectaculaire !

Le capharnaüm provoqué par les chevaliers fit détaller à toutes jambes le groupe de sangliers sous les yeux désemparés de la jeune chasseuse.

...NAN MAIS VOUS VOUS FOUTEZ DE MOI !?
Chers amis, il semblerait qu'Hevoria soit complètement dépassés par les événements, alors que son gibier vient de lui passer sous le nez ! Seigneur ! On dirait qu'elle a attiré l'attention de la garde de Kastalinn qui la dévisage désormais.

Eh qu'est-ce que c'est là-bas ? Regardez au loin ! Avec une tête cornue et des tatouages sous tout le corps. C'est un démon ça !
Ben ouai, je crois bien...
Moi j'ai jamais rien vu de pareil !
La ferme ! On t'a pas demandé ton avis Ralof.
Et on fait quoi en cas d'invasion de démon ? On a des instructions pour ça ?

Dans l'assemblée des chevaliers, tous les regards étaient tourné vers la sorcière qui, furibonde s’avançait vers eux.

Où est-ce qu'ils ont appris à chasser ces barbares ? Je m'en vais leur dire ma façon de penser moi !
On dirait que nos fiers et preux chevaliers ont été interloqués par l'accoutrement inhabituel de notre chasseuse. Les soldats du jarl semblent se concerter pour décider d'une décision à adopter….Ah ! Ils ont fini de délibérer dirait-on. Quelle sera leur décision ? Ils ont l'air de se rassembler, dégainent leurs armes. L'un des hommes décident de sortir une corne de brume.

Oh oh…
Étrange...Hevoria commence à faire quelques pas en arrière, recule de plus en plus vite en voyant les chevaliers s’amasser. Mais ? S'enfuirait-elle en courant ? Tel est pris qui croyait prendre ! Tandis que la corne de brume retentis, notre jeune femme se fait actuellement poursuivre par une vingtaine de soldats enragés qui ont décidé de lui donner la chasse, et pas loin d'une trentaine de chiens de chasse entraînés depuis leur plus tendre enfance pour traquer et déchiqueter le gibier ! Hevoria aura fort à faire pour leur échapper ! Que va-t-il advenir d'elle ? La tension est à son comble.

Mais c'est pas possible, ça arrive qu'à moi des trucs pareils !
La chasseuse fonce à travers les bois, essayant de semer ses poursuivants, mais les chiens de chasse ne la lâche pas d'une semelle grâce à leur odorat développé. Ce sont de braves bêtes, dont la mâchoire pourrait arracher aisément la gorge d'un homme, c'est vous dire si notre chasseuse a intérêt prendre la poudre d'escampette le plus vite possible !

Mais c'est…
Alors qu'elle est en pleine tentative de fuite, coursée par une armada chargée comme des buffets à vaisselle, notre chasseuse préférée semble avoir remarqué quelque chose. Qu'est-ce donc ? Par les Dieux ! C'est un sanglier mort, une flèche plantée dans la hanche. Mais oui ! Souvenez-vous chers amis. Hevoria avait réussi, malgré la douce mélopée qui vous berce actuellement les oreilles, à toucher sa proie avec une flèche empoisonnée. Le sanglier, après avoir détalé pendant un moment a dû être terrassé sous l'effet du poison s’étant propagé dans son corps.

Bon...ça fait une quinzaine de minutes que je me fais chasser comme un animal par une bande de dégénéré et leurs stupides cabots. Et maintenant il faudrait que je leur abandonne mon labeur et que file comme une malpropre. Ça va les secouer mais ils l'auront cherché.
Que se passe-t-il ?! Hevoria est à coté du cadavre du sanglier, pourquoi ne fuit-elle pas ?! Une lumière turquoise irradie de son corps ! Les tatouages sur sa peau s'illuminent progressivement ! Elle se retourne tout en...prenant une grande inspiration ? Ferait-elle de l'asthme ?

Une puissante onde sonore émanant de la bouche de la jeune femme traversa en un éclair le sous-bois avant de frapper de plein fouet la troupe de poursuivants. Le cri, à la puissance décuplée par les hurlements des esprits concentrés dans l'onde, vint submerger la boîte crânienne des poursuivants. Leurs cerveaux, après avoir atteint leur point saturation se déconnectèrent par mesure de sécurité, entraînant la perte de conscience de toute la troupe.

Par Dame fortune !!! Une intense onde choc vient de frapper l'entièreté de l'équipe de Kastalinn ! Soldats, chienchiens, canassons, tous sont allongés sur le sol, inconscient après ce magnifique coup de poker d'Hevoria. Quelle femme ! Mais quelle femme ! On peut dire que ces machos du dimanche viennent de prendre une leçon de sport ! Et...Ah ! Excusez-moi un moment. Bon alors Idiot ?! Ça vient ce pop-corn ?! J'essaye d'apprécier le spectacle là ! Comment ça « AGNGNGNGNEUUUU » ?! Fait un effort je ne comprends rien ! Ce n'est pas parce que tu a la mâchoire déchirée et les dents réduites en miettes que tu ne dois pas y mettre du tien pour être clair ! Grrrr, bon file avant que je me fâche !

Ahhhh ! Et maintenant, chers Duralassiens et Duralassiennes, la partie que vous attendiez tous : le dépeçage de la bête ! Elle commence tout d'abord par lui couper le...Holà ! Et puis elle lui...Houuuu, ça doit faire mal ça ! Ah oui et puis elle lui tranche la…Seigneur elle n'y va pas de main morte ! Oh oh, alors on peut s'y prendre comme ça pour déchirer un...Ma chère vous me donnez des idées là ! Je ne savais qu'il pouvait y avoir autant de sang dans un simple sanglier ni autant de manières de le découper.

Eh bien, il semblerait que notre ravissante chasseuse maculée de sang en a terminé avec sa proie. Seigneur, le rouge lui va si bien ! Tiens ? Elle s'en va déjà ? Ooooooh ! Hélas ce sont toujours les meilleures qui partent les premières ! Dans ce cas, Duralassiens, Duralassiennes, il ne me reste plus qu'à vous laisser et à vous dire à la prochaine ! J'espère que le spectacle vous a plu ! C'était Styx, votre arlequin préféré, pour vous servir !





Styx : cc0000


Dernière édition par Hevoria le Ven 15 Jan 2016 - 14:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2857
Expérience : 8990
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Chasse aux sangliers   Lun 2 Nov 2015 - 3:46

Rapport de récolte :

Styx remporte 2 défenses de sanglier, 1 cuir de sanglier, 5 points de métier + 5 points bonus pour un très bon rp.

Commentaire : rien à redire.

-----------------

Rapport de récolte :

Saigo remporte 1 défenses de sanglier et 5 points de métier + 5 points bonus pour un très bon rp.

Commentaire : rien à redire.

-----------------

Rapport de récolte :

Dougal remporte 2 défenses de sanglier, 2 cuir de sanglier, 5 points de métier + os doré pour un très bon rp.

Commentaire : rien à redire.

-----------------

Rapport de récolte :

Nova remporte 2 défenses de sanglier, 1 cuir de sanglier, 5 points de métier + 5 points bonus pour un très bon rp.

Commentaire : rien à redire.

-----------------

Rapport de récolte :

Saigo remporte 2 défenses de sanglier, 5 points de métier + 1 os doré pour un très bon rp.

Commentaire : rien à redire.

-----------------

Rapport de récolte :

Styx remporte 2 défenses de sanglier, 2 cuirs de sanglier, 5 points de métier + 1 os doré pour un très bon rp.

Commentaire : Ce clin d'oeil à Samhain <3

-----------------

Rapport de récolte :

Hevoria remporte 2 défenses de sanglier, 2 cuirs de sanglier, 5 points de métier + 5 points de métier bonus un très bon rp.

Commentaire : Mon cerveau a coulé... pauvre Milice, que lui avez-vous fait? Mais j'ai adoré ce rp commenté par Styx x')
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiloë de Sylfaën
Voleur de l'ombre

avatar

Messages : 335
Expérience : 2152
Masculin Âge RP : 548

♦ Politique : 51
Métier : Chasseur - Maître (MAX)
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(manticore +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
1762/1762  (1762/1762)
Vitesse: 794
Dégâts: 1733

MessageSujet: Re: Chasse aux sangliers   Lun 2 Nov 2015 - 21:10

Haaaaaa !!! La chasse, quel sport magnifique ! Et qu'est que l'on a rit ce jour là ! Le pari de départ était formidable il faut dire !
La taverne était très agréable, l'ambiance au beau fixe. Un magnifique sanglier à la broche cuisait derrière le comptoir, à la vue de tous, et les fragrances de la viande cuite parvenaient alors jusqu'à mes narines, qu'elles taquinaient aimablement. J'étais seul, assis confortablement dans une chaise et je jouissais de l'instant présent, lorsque quelques marchands m’abordèrent.

  - Bonsoir monseigneur, je me présente, Justinien Savinien de Berençal. Je suis un noble et modeste marchand, et moi et mes trois amis désirerions prendre place a votre table, si cela ne vous dérange point.
Je jeté un regard circulaire a la salle, et constaté rapidement que le choix qui s'offrait à eux se limitait effectivement à ma seul compagnie. Je leur souris donc et les prié ensuite de prendre place.Mes quatre collègues de tablé étaient très engageant et avaient de nombreuses histoire à conté. Je les écoutais donc, et vint le moment où, fort content de ses possessions, Justinien, qui était un Corbac des plus doué en marchandage commença a me parler de ses autruches de chasse. Il était accompagné de deux jeune femme, dont une avait la peau doré  et des yeux très fin et un peu plissé. Avec venait un homme Ours, un mercenaire, qui avait semblé-t-il un grande sympathie pour la joyeuse troupe et qui s’occupait de leur protection durant les longs voyages, ainsi que de la sécurité de leur roulotte. Justinien donc, me parlais de la vitesse impressionnante de ces montures ainsi que de leur endurance, leur souplesse, et la facilité d'élevage, et lorsque le repas se clôturer, il me proposer de les amener tous quelques heures pour tester les plaisirs de la chasse monter. Je lui répondit aimablement que je n'avais d'expérience que dans le domaine de la chasse tel quel, sur quoi il me répondu que cela n'en serait que plus palpitant.
  Le lendemain matin, je sortais plus tôt que mes accompagnant dans le but de lever du gibier et de faciliter ainsi la chasse monter. A peine la porte de la taverne franchis que je fût rejoint par Örgall, l'homme ours, qui m’emboîtât le pas sans un mot. Il ne me fallû qu'une dizaine de minute pour trouvé la piste encore fraîche d'un sangliers. J'envoyais donc Örgall récupérer Justinien , Haël et Yjj pour le départ de la chasse. Ils ne tardèrent point, et l'homme tenait avec lui quatre magnifique oiseaux de grandes taille, d'un très beau jaune, avec des selles en cuir posées sur le dos. Tandis que j'enfourchais ma monture et que le marchand et ses deux accompagnatrices en faisaient de même, je pus assister a la métamorphose complète d'Örgall, qui tenait, disait-il, à se défoulé les jambes.
A partir de la, la chasse fût ouverte, nous avancions à grande vitesse, maintenions un galop constant, faisant la cours avec l'ours qui nous dépassait au jugée, malgré que nous soyons nous même sur des autruches. J'en profitais pour remonter la piste du sanglier que nous suivions, et nous finimes par le rencontrer dans une large plaine.

J'armais mon arc que je bandé avant de décocher une première flèche qui alla se loger directement entre les deux yeux de la bestiole, ce qui ne l'empêcha pas de faire demi tour et de se carapater devant nos yeux ébahit. Bien sur, Örgall s’élançât a sa poursuite, et nous ramena la proie dans les secondes qui suivirent. Tous le reste de la journée ne fût que course et ballade en plein air, et elle se termina sur un duel entre moi et l'homme ours sous sa forme humaine. C'est donc la tête pleine de bon souvenir et les sacoches emplit de sangliers que je dit au revoir a mes amis d'un jour avant de reprendre la route.




Je saurais toujours où te trouver Invité ... 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2857
Expérience : 8990
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Chasse aux sangliers   Mar 3 Nov 2015 - 15:19

Rapport de récolte :

Kiloë remporte 2 défenses de sanglier, 1 cuirs de sanglier, 5 points de métier + 5 points de métier bonus un bon rp.
Tu passes Apprenti, bravo !

Commentaire :Rien à redire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nova Avon
Personnage décédé

Personnage décédé
avatar

Messages : 3257
Expérience : 3396
Féminin Âge RP : 26

♦ Politique : 00
Métier : Chasseur - Maître (MAX)
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Esprit protecteur de Nova +300, v+250, 100)

Stats & équipements
Vitalité:
1192/1192  (1192/1192)
Vitesse: -104
Dégâts: 3507

MessageSujet: Re: Chasse aux sangliers   Mer 4 Nov 2015 - 20:07


Nova, pourquoi tu t'attaques à un arbre ?
Il m'a frappé en premier.
Nova, c'est un arbre.
Ouais, n'empêche qu'à cause de lui j'ai une bosse.
Nova... si tu as une bosse, c'est que TU as foncé dedans, les arbres, eux, ne bougent pas.
Mais j'ai rien d'mandé moi !

~~~~~~~~

La petite Nova, âgée de 5, 6 ans, avait une grande admiration pour la nature. Mais le jour où elle s'est bouffée une branche en pleine poire - ce qui, par la suite, arriva assez régulièrement - la guerre était déclarée.
Prétextant, à son paternel, un entraînement pour la chasse aux dragons hebdomadaire, elle avait enfilé son armure en bois qu'on lui avait fabriqué à l'aide de bois mort. C'était du frêne. On lui avait taillé deux blocs fin et arrondis, un devant, un derrière, attachés de cordages mais c'était suffisant pour que Nova s'imagine super protégée. Elle avait évidemment un petite massue qu'elle adorait faire tournoyer au dessus de sa crinière rouge en hurlant d'une voix aiguë et en courant maladroitement en esquivant les cactus qui pullulaient dans la région en cette période. Elle se dirigeait vers une petite forêt sèche pour aller se battre avec les arbres, ces piètres adversaires incapables de rétorquer lors d'un combat, mais qui aimaient être fourbes lorsqu'on ne s'y attendait pas.

C'est depuis cette période que Nova parcours la forêt avec un sourcil relevé, guettant aux alentours une éventuelle attaque « arbale ». Elle n'a rien contre eux lorsqu'ils sont immenses et qu'ils n'ont pas beaucoup de branches basses. Elle les préfère aussi quand ils ont un tronc lisse et peu granuleux, parce que ça fait moins mal quand on s'y frotte. Des fois, elle se prend des racines. Elle sait que c'est la nature qui se venge, d'avoir un jour tapé l'un d'eux après qu'elle se soit mangé une branche dans la poire. Elle se relevait en poussant un grognement, et donnait des coups de pieds ridicules dans les arbres, se faisant plus mal qu'autre chose.

C'était une journée quasi ordinaire, une journée de chasse. Elle s'était levée plutôt de bonne humeur, avait posé les deux pieds en même temps au sol en sortant de son petit lit de fortune et s'était sapée pour partir à l'aventure.
La veille, elle avait nettoyé sa masse, qui devait un peu rougissante à force de casser des dents avec, et des défenses bien évidemment. Elle regrettait le temps où elle avait une dague, qui était plus efficace, moins salissante, et plus rapide pour tuer, mais elle l'avait perdu bêtement en forêt.

Elle arpentait alors la forêt d'un pas léger (eh oui, même les orcs peuvent marcher avec discrétion) à la recherche de son butin, un beau petit sanglier à se mettre dans les poches.

Un petit vent léger s'était levé, les odeurs du bois humide et de feuilles mortes embaumaient les environs, c'était agréable, surtout que cette fois, comparé à la semaine précédente, un joli soleil faisait son apparition pour titiller les pores de la peau de Nova.

Bien qu'un peu distraite par la chaleur environnante et cette envie irrépressible de roupiller encore un peu, elle fini par remarquer quelques traces familières au sol. Elles étaient là ! Les marques de passages des sangliers. Elle n'allait n'en faire qu'une bouchée !
Elle se mit à accélérer un peu le pas, furtivement, recroquevillée pour être à la même hauteur qu'un jeune humain, levant bien les pieds pour ne pas être trahi par une enflure de racine d'arbre et arriva à destination. Les pas s'enfoncèrent une fois de plus dans un roncier. Ce n'était pas la zone de chasse préférée de Nova, parce que les ronces, ben, ça pique.

Elle cassa alors une branche d'arbre qui se tenait juste derrière elle, parce qu'elle n'en trouvait pas au sol. Dans l'idée, elle voulait l'utiliser pour dégager le passage lors de son exploration. Mais la branche n'avait pas très très envie de se décrocher, elle tenait bon. Nova s'énervait un petit peu, elle posa sa masse à ses pieds pour avoir les deux mains de libres, et tira comme une folle sur la branche qui craquelait doucement. Puis... un souffle chaud sur les mollets de l'orc vint péter son action. Elle jeta un œil derrière son épaule, et là, un méga monstre tout poilu, tête baissée, yeux noirs sanglants, prêt à bondir.

Sans même chercher à comprendre ce qui lui arrivait, Nova détalla. Elle hurlait en agitant les bras au dessus d'elle frénétiquement

AAAAAAAAAAARGH, COUCHÉÉÉÉ MINOUUUUUUUUUUUUUUUUU ! J'RIGOLE, J'RIGOLE, J'ALLAIS RIEN TE FAIRE, DEGAAAAAAAAAAAAAAAAGE.

Son cri était strident, pour une fois, elle avait réellement les miquettes, elle n'avait pas sur elle ni sa masse, ni son balluchon dans lequel elle aurait pu trouver un couteau. Elle avait tout laissé au pied du FICHU ARBRE qui ne voulait pas l'aider en lui offrant une branche.

Bordel, des branches il en a 50, il veut pas en prêter une... 'foiré !

Elle continua sa course. Elle aurait pu être rattrapée si c'était une naine, c'est bien connu, les nains sont des sprinteurs, redoutables sur les courtes distances. Mais là, le petit copain poilu qui cavalait derrière, il n'en avait rien à foutre des courtes distances, il avait tout son temps, toutes ses dents, et comptait bien les montrer de près à Nova ! Ses grandes jambes bleutées lui permettaient d'être rapide, et fort heureusement, elle avait un bon cardio. Mais à un moment, il fallait lâcher l'affaire.

Face à elle, un superbe arbre apparut. Plein de branches épaisses et basses comme elle aurait détesté il y a quelques minutes encore, mais sous ses yeux se dessina la porte de sortie idéale ! D'un bon, elle atterrit sur une branche mais se manqua et réussit toutefois à s'agripper au tronc, avec amour presque ! Elle le serrait entre ses bras et ses cuisses, en serrant également les fesses dans l'espoir que celles-ci ne se fassent pas embrocher.

Les minutes passaient, les muscles de l'orc frémissaient, et le sanglier, lui, restait planté là, fier comme un coq.

Encore un petit regard au dessus de son épaule, et elle voyait bien qu'il ne bougerait pas.

Dis donc toi. Tu veux pas m'lâcher les bottes là ? T'es super relou.

Le sanglier grogna, et posa son séant au sol. Attendant.

Nova, blasée, colla son front sur le tronc. C'était pas si désagréable, il n'était pas rugueux. Puis, les yeux quasi dans l'écorce, le nez au milieu des fourmis, une branche s'écrasa sur le crâne de Nova, qui soupira longuement. Elle réussit à lâcher une main et attrapa la branche, visiblement, elle avait été brisée sous le poids d'un énorme hiboux qui regardait la scène avec un air dépité. Nova lui lança un regard noir, puis profita de la distraction qu’exerçait le hibou sur le sanglier pour l’assommer d'un coup de bâton.

DANS TA FACE, FILS DE TROLL !

Elle se retourna vers l'arbre, lui fit un bisou et lui lâcha un « Pardon, j't'aime bien en fait » et elle porta à ses épaules la grosse charge poilue pour revenir vers le roncier où ses affaires étaient posées. Il n'y avait plus qu'à le charcuter, avec amour.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Styx
Ombre de la C.O ♦ Vicomte de Spelunca ♦ Malice immémoriale

avatar

Messages : 1166
Expérience : 4939
Masculin Âge RP : ?

♦ Politique : 163
Métier : Chasseur - Maître (MAX)
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Faustus Fortuna, Compagnon de Styx [Invendable] ; 50% des stats - bonus compris sauf artefacts - dé de race)

Stats & équipements
Vitalité:
2952/2952  (2952/2952)
Vitesse: 1312
Dégâts: 822

MessageSujet: Re: Chasse aux sangliers   Ven 6 Nov 2015 - 3:47

Le soleil laissa place à sa comparse lunaire dans le plus grand des calmes ce soir-là. Les arbres perdirent lentement leurs formes pour ne devenir que de simples spectres auxquels une lumière bleutée attribuait des silhouettes étranges. Les maisons se laissaient engloutir dans les ombres nocturnes, et les cœurs s'engourdissaient de sommeil. 
Un cœur cependant battait la chamade pourtant. Styx, lui était bien éveillé et décidé à ne pas dormir de sitôt, du moins pas avant avoir eut son amusement quotidien. 

Voilà comment en cette belle nuit il trouva la paix dans le chaos. (Une fois de plus. Il semblerait que la tournure cyclique de son histoire ne présage rien de bon... Mais que cela pouvait-il bien être?)

Les osselets allèrent rouler sur la carte de BaldorHeim, rapidement, en des cliquetis aussi macabres qu'insupportables. 
«- Ô Dame Fortune, montre-moi la lâcheté de celui qui en ton sein ignore tes ordres les plus purs! Désigne celui dont la tête doit rouler et moi, humble Valet de Piques, m'en irait cueillir son hérésie. Montre-moi le chevalier et sa catin de mère! 
Et dans cet hurlement, tous les petits os indiquèrent le manoir de la famille Desroy. C'était en apparence une de ces lignées bourgeoises qui s'était développée dans l'ombre, sans histoires ni machinations. En apparence. Car Styx sait bien que rien en ce monde n'est innocent. Même les plus insignifiants liches sociétaux sont pourris jusqu'à la moelle. Tous n'aspirent qu'à une chose, s'élever. L'hybris humaine n'a pour concurrent que sa démesure! Frêle race issu de l'esprit d'une divinité quelconque! Rats! Il fallait... se ressaisir. La haine, bien que jouissive, n'apportait rien de bon. En revanche, une petite surprise était toujours plaisante, non? Hihihihi.» 

Le lendemain, dès que les lumières orangées de la fin de journée valsaient dans le ciel citadin, le clown se rendit au manoir Desroy. Une bien belle demeure, avec une très jolie façade en marbre, sur laquelle était placardé une affiche : «La famille Desroy recherche un aventurier sans peurs pour un travail sans vergognes». Voyez-vous cela? Une annonce à la hauteur des attentes de Styx. Des mots pourris pour une famille d'hérétiques pourris. Ironique? Non. Vrai? Oui.  
Entrant «sans vergogne» par la grande porte, il sautilla jusqu'au valet auquel il expliqua qu'il était venu pour ce fameux travail. Après un regard curieux (dont l'arlequin l'aurait débarrassé de sitôt s'il n'était pas venu traiter d'affaires plus urgentes. Mais il le marqua tout de même d'une glyphe de localisation, ses yeux feraient un excellent pendentif), ce dernier le conduit jusqu'à sa maîtresse. La maîtresse de maison selon toute vraisemblance. 

Sur un trône en bois de saule se tenait celle qui représentait les vestiges d'une première Inquisition. Idina Lenzel, (observez comme en se mariant, une femme perdait tout nom pour ne devenir que Madame Desroy, la couverture idéale. Pitoyable!) la magicienne qui avait vaincu le professeur de Styx. Le grand, l'inimitable, le fou... Mais ce n'est pas le temps des souvenirs. Passons. D'un coup d’œil dans lequel luisait une malice tirée des Enfers eux-mêmes, Styx parla promptement, et si bien, que tout être doué de raison l'aurait prit pour tout à fait sain. 
«- Madame Desroy, il semblerait que vous ayez quelques travaux à confier à un aventurier passant par là? 
Le visage de la vieille femme respirait la sagacité. Cette sagesse que seule l'expérience donnait. Malheureusement, Styx en avait au moins quatre de vies à son compteur. Cependant, si le vampire n'avait pas été sur de son coup, peut-être aurait-il remarqué la lueur farouche dans ce regard qui semblait presque éteint. 
- En effet, arlequin. Allons, ne sois pas surpris, j'ai quelques ressources encore. En fait, j'en ai même plusieurs. Mais trêve de bavardages disciple de Dame Fortune! Tu veux ma tête, et je te concéderai un duel à mort si jamais tu accomplis ma tâche, aisée pour quelqu'un comme toi. Quelqu'un ou quelque chose? Je n'arrive pas encore à mettre un nom sur ton aura... Enfin. Mon vieux corps ne me permet pas d'aller œuvrer si loin, mais il semblerait que des sangliers saccagent mes champs au Sud de la ville. Régulièrement, ils viennent et ravagent tout, clôtures, fermiers, je ne peux me permettre de perdre plus. Vas et trouve les laies, décime-les, je saurais quand cela aura été fait. Ne reviens qu'une fois ta tâche accomplie.»

Durant toutes ces paroles, Styx avait affiché un sourire qui ne fit que s'agrandir, si bien qu'à la fin de ces mots ses canines reflétaient la folie même. Alors elle savait... Cela en disait long. Mais pour l'heure, il adressa une simple courbette à la vieille renarde et s'en alla en direction des champs mentionnés. 

L'endroit en question était pour le moins saccagé. Du bois jonchait ce qui ne pouvait être un champ. Non. C'était une arène dans laquelle Styx venait de mettre le pied. Une arène en pierre de Spelunca, connue pour ses réactions à la magie. En l'occurrence, une barrière magique se dressa quasiment instantanément, et une pierre lancée contre cette dernière lui permis de comprendre qu'il n'y avait plus d'échappatoire possible. Un rire monta en sa gorge. 
«- Le Chevalier de Trèfles se décide enfin à trahir sa cause, donnant au vieux Styx une occasion de le tailler en pièce. Sage décision mon bon! 
Une lame traînant sur le sol lui indiqua la présence de son adversaire. 
- Bouffon. Il n'en a pas fallut plus pour t'attirer ici. D'abord toi, ensuite les autres. Votre culte d'aliénés ne durera pas plus longtemps! 
Une jeune femme aux cheveux roses, coiffés d'une couette raide lui tendit une lame menaçante. Autoritaire. 
- Ohhh quelle intelligence la votre! Attirer le pauvre Valet dans vos toiles! C'est du pur génie. 
- La ferme, je n'ai jamais prétendu autre chose que la destruction de Dame Fortune. Si j'y suis entré et t'ai révélé l'existence de Mère s'était seulement pour faire venir celui qu'on disait le plus dangereux serviteur de la Déesse Folle. Et qu'ais-je en face de moi? Un clown sortit du plus risible des cirques! Tu mourras par ma lame, et par les sorts de la grande Sorcière Inquisitrice! 
D'un geste de main, elle activa une glypha qui fit surgir un énorme sanglier du sol. Il beuglait, et balançait ses énormes en avant sans pour autant charger. Son regard empli d'effroi donnait à l'arlequin de bonnes idées. Le dépecer rapporterait gros. Sa fourrure était énorme, épaisse, et son cuir semblait de qualité. Il lui fallait tuer cette bête! 
- Minceeeee! Ça c'est de la bombe! Une fois que je t'aurais fait ravalé ces paroles, j'irais voir ta Catin et lui ferait sa fête!»

L'une se lançait toutes lames en avant, montée sur un monstre porcin, l'autre sortit ses cartes qui devinrent nuée. Qui allait gagner? 

Au loin Idina sentait la confrontation, les deux auras s'entrechoquaient. Un frisson glacé lui parcourut la nuque. 

Styx se releva, il avait un trou béant au niveau de la cuisse gauche, et son estomac laissait pendre quelques intestins baladeurs. Mais il riait. Le sanglier était mort, couché. La petite peste ne verrait rien venir. Quant à elle, la fille tenait encore ferme malgré des séquelles psychologiques irréversibles et une main en moins. De l'autre, encore valide, elle fit tourner sa lame. 
«- Moi, Lyhtning Desroy, descendante de... Mais il est où?»
Le visage de Styx était littéralement tombé en morceaux pour révéler un pantin de bois grossièrement bâti. 
Le sanglier en revanche faisait un drôle de bruit. Son estomac... gargouillait? 
Sa poche ventrale se fendit en un torrent sanguin, d'une pirouette Styx en avait jailli, et avec ses griffes il tenait désormais la femme par le cou. Mais rien n'était joué, elle pouvait encore... oui! Il lui suffisait de...

De retour au manoir Desroy, Lyhtning fit une entrée remarquée. Son armure d'acier blanc était maculée de sang, et sa besace pleine d'organes de sanglier, mais aussi d'une tête, celle d'un clown autrefois nommé Styx. Haletante, elle s'effondra à genoux devant sa Mère.
«- C'est fait... Il est mort... Les autres.. tu les trouveras dans sa tête. J'en suis sûre. 
Sa mère se leva péniblement et posa une main sur son épaule qui l'élançait terriblement. 
- Tu as bien travaillé. Nous sommes sauves, et avons marqué un point décisif dans cette guerre. Regarde-moi mon enfant, laisse-moi admirer le fruit de toute une vie. De tout un entraînement. Je suis si fière de toi. Regarde-moi. Regarde... Oh! Mais! 
Le visage de la fille Desroy était affublé d'un sourire ignoble. Ses orbites étaient vides, pleines de vers. Sa main morte pourrie, et sa chair collait à ses os. Du sac un rire éclata. L'armure d'armure blanc éclata en milles morceaux et un corps sans tête, aux vêtements colorés se mit à danser tout en ramassant son membre manquant dans la besace ensanglantée. Styx se remit la tête en place sous la paralysie visuelle de l'Inquisitrice. 
- Oh lala... Ça va... Tu sais bien qu'il faut plus qu'un démembrement pour tuer un vampire. Et puis pour l'illusion parfaite, je n'avais besoin que de beaucoup de sang, chose que ton invocation du gros sanglier m'a fournie sans soucis. T'as creusé ta propre tombe ma vieille! 
En un coup de griffe, la gorge d'Idina tapissait le sol en bois d'une rivière rouge. 
- Hum.. oublie le duel pour le coup. T'as l'air complètement crevée! HAHAHAHA! T'as compris? T'as pas... oh. T'es morte c'est vrai! 
Il donna un coup de pied hargneux au cadavre qui alla s'écrasa sur celui de sa fille. 

Prenant le sac empli de morceaux porcins fraîchement chassés, il revînt chez lui, marchant avec toute la fierté que pouvait accorder le fait d'éliminer deux ennemis avec de surcroît un spectacle comme celui-ci!  
Styx n'avait plus qu'à chercher le nouveau Chevalier. Un de confiance cette fois. Désigné par ses soins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2857
Expérience : 8990
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Chasse aux sangliers   Ven 6 Nov 2015 - 13:32

Rapport de récolte :

Nova remporte 2 défenses de sanglier, 2 cuirs de sanglier 5 points de métier et 1 os doré pour un très bon RP.
Tu passes Apprentie, félicitations !

Commentaire : Très bon RP, rien à redire !


--------


Rapport de récolte :

Styx remporte 2 défenses de sanglier, 2 cuirs de sanglier 5 points de métier et 1 os doré pour un très bon RP.


Commentaire : Très bon RP, rien à redire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saigo
Exécuteur-En-Chef

avatar

Messages : 1661
Expérience : 4926
Masculin Âge RP : 24

♦ Politique : 193
Métier : Chasseur - Maître Absolu
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Corbac, Corbeau de Saigo +350, V+300, 150) [Amélioré]

Stats & équipements
Vitalité:
2467/2467  (2467/2467)
Vitesse: 1604
Dégâts: 2078

MessageSujet: Re: Chasse aux sangliers   Dim 8 Nov 2015 - 0:05

Saigo se dirigeait maintenant vers Kastalinn, ses défenses et peaux de sanglier sous les bras, l'air froid, mais intérieurement satisfait. La route ne durerait plus très longtemps, mais encombré qu'il était, elle serait assez pénible, et dénuée de toute session de vol. Néanmoins, pour l'Exécuteur, la possession de ces ressources chassées signifiait bien plus que la promesse de quelques pièces d'or. Elles faisaient également remonter quelques souvenirs...

La scène se déroulait sept an auparavant. Le jeune Stryge Noir, ayant tout juste atteint les quinze printemps, voyait ses géniteurs, déjà peu soucieux de son bien-être, prendre encore plus leurs distances, cessant subitement, presque sans préavis, de lui procurer de quoi se nourrir. Désormais totalement livré à lui-même, il allait devoir se débrouiller seul pour survivre. Dans le temps, Saigo avait déjà cette fascination pour les Exécuteurs. Il avait commencé à s'entraîner avec eux. Mais cela ne pouvait plus être sa seule occupation. Désormais, il devrait se procurer sa nourriture seul. Et sans le moindre sous en poche, cela passerait par la chasse.

Ainsi, pour la toute première fois, il s'était aventuré hors de la Tour Noire. Personne n'avait fait attention à lui, comme d'habitude. Il avait marché vers le lac Fresha, avec une idée en tête: pêcher. Mais sans équipement adéquat, comment faire? Pour le jeune stryge qu'il était, la réponse coulait de source: il allait se débrouiller sans. Retroussant le bas de son pantalon, il s'aventura doucement dans l'eau glacée. Les poissons étaient de petites tailles, si près du bord. Vifs, rapides, tant et si bien qu'il était quasiment impossible pour le futur Exécuteur de s'en saisir. Pourtant, il persista pendant plusieurs heures, avant d'abandonner, la tête basse et le ventre vide.

Il s'était alors assis contre un arbre, épuisé. Plus mentalement que physiquement d'ailleurs. En effet, la frustration de l'échec prédominait, d'autant plus que l'effort n'avait pas été des plus intenses. C'est alors qu'il le vit. Un sanglier, massif, le poil tacheté d'hémoglobine, la bave aux lèvres. Que faisait-il ici, si loin de ses terres de prédilection? Pourquoi était-il dans cet état? C'était là des questions que Saigo aurait bien voulu poser, avant de voir la bête le charger à toute allure. Dans une position assise, il parvint miraculeusement à échapper au coup de défense du sanglier, mais fût néanmoins touché par les sabots de la bête, lancée sur lui. Touché à la tempe et aux côtes, le jeune stryge s'ouvrit l'arcade, et ressentit une douleur combinée à un craquement sourd. Du sang commença à s'écouler avec abondance le long de son visage. Mais pas le temps de geindre, il fallait vite trouver une solution.

Par chance, l'une des défenses du sanglier s'était fichée dans le tronc de l'arbre au pied duquel Saigo se reposait. Profitant de quelques secondes de flottement, uniquement troublées par les mugissements du quadrupède, le jeune stryge rampa hors de portée des coups. Désormais debout, et totalement concentré, il parvint à esquiver plusieurs charges consécutives, notamment grâce à ses puissants coups d'ailes. Dans un laps de temps très court, il n'avait guère eu le temps d'élaborer une stratégie de combat très avancée. Néanmoins, les problèmes qu'avait rencontré son adversaire avec le tronc d'arbre lui avait donné une idée. Se positionnant au devant de la surface boisée, l'Exécuteur attendit le nouvel assaut. Il n'aurait qu'une seule chance, il prendrait tous les risques. En effet, plutôt que d'esquiver d'une roulade sur le côté, ou d'un coup d'aile, il comptait bondir par dessus la bête enragée.

Mieux qu'il ne l'espérait, la manœuvre fût d'une efficacité redoutable. Comme prévu, Saigo avait esquivé par les airs la nouvelle charge. Comme anticipé, l'une des défenses du sanglier avait transpercé l'écorce et s'était coincée dans le bois. Mais avec chance, la gravité qui ramena l'Exécuteur vers la terre ferme poussa les pieds nus du jeune stryge sur la défense bloquée. Une craquement assourdissant retentit, bientôt suivi d'un hurlement de douleur de la bête. La défense s'était brisée sous le poids de Saigo, et roulait désormais en contrebas. Ni une, ni deux, le stryge solitaire et blessé bondit pour s'en saisir. Désormais, il avait une arme, redoutable et mortelle. La charge suivante du sanglier fût sa dernière. En effet, la bête, désormais mutilée, enragée et aveuglée par la douleur, se jeta la tête la première contre sa propre défense, et s'empala dessus avec fracas, dans un giclement sanglant impressionnant. Le sanglier mort, Saigo tomba à la renverse, épuisé. Mais il fallait faire vite. L'os qu'il avait utilisé pour se défendre s'était fracturé à l'impact, mais la seconde défense était intacte. Usant d'un morceau d'os suffisamment tranchant, l'Exécuteur découpa la défense, pour la vendre plus tard. Puis, se servant de nouveau d'un vestige de la première défense, il dépeça grossièrement le sanglier mort. Il ne savait pas vraiment ce qu'il faisait, mais cela lui avait sauvé la vie, car pendant deux semaines, il avait pu troquer ce qu'il avait récupéré contre des repas. De plus, la défense qu'il lui restait avait été revendue, et les gains générés lui avait permis de se payer une canne à pêche rudimentaire, qui lui avait permis de pêcher plus facilement, et de se nourrir une fois ses morceaux de sanglier épuisés.

Sur le chemin de Kastalinn, les bras chargés des vestiges d'autres bêtes, Saigo sourit subitement, se remémorant ainsi ses premiers exploits en tant que chasseur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chasse aux sangliers   

Revenir en haut Aller en bas
 

Chasse aux sangliers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 18Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 10 ... 18  Suivant

 Sujets similaires

-
» Chasse aux sangliers
» Réveil pour la chasse ! [PV Plume]
» Chasse entre mère et fille
» La Chasse, tout un art ... [ Braise ]
» (En cours) Chasse au trésor 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Nord de Dùralas :: Ville de Kastalinn :: Lieu d'artisanat - La chasse-