Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : ethgri wyrda
Le Monde de Dùralas a précisément 1336 jours !
Dùralas, le Mar 27 Juin 2017 - 5:38
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim

Partagez | 
 

 Souriez, vous mourez !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Styx
Ombre de la C.O ♦ Baron de Spelunca ♦ Malice immémoriale

avatar

Messages : 1130
Expérience : 4691
Masculin Âge RP : ?

♦ Politique : 163
Métier : Chasseur - Maître (MAX)
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Faustus Fortuna, Compagnon de Styx [Invendable] ; 50% des stats - bonus compris sauf artefacts - dé de race)

Stats & équipements
Vitalité:
2437/2437  (2437/2437)
Vitesse: 1102
Dégâts: 877

MessageSujet: Souriez, vous mourez !    Lun 28 Sep 2015 - 23:05


"Le rôle du Valet, vif tel le fleuret,
absent, présent,
est à jamais celui d'à tout être
prêt,
attentif, insolent.

Le pouvoir de l'illusionniste,
manipulation, déception,
est d'apporter la vérité
triste,
création d'illuminations.

Bien avant leur arrivée,
fuis,
bien après l'heure des macchabées,
ris. "

Leurs savoirs truqués seront toujours mes plus précieux alliés, car dans le rejet des principes de l'existence réside la liberté absolue, pâle miroir d'un grandiose destin qui permet d'envisager le prisme de ce qui est, ce qui sera, et de ce qui a été pour mieux le déconstruire. Ainsi se définit l'Illusionniste.


Dernière édition par Styx le Dim 28 Mai 2017 - 13:23, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Styx
Ombre de la C.O ♦ Baron de Spelunca ♦ Malice immémoriale

avatar

Messages : 1130
Expérience : 4691
Masculin Âge RP : ?

♦ Politique : 163
Métier : Chasseur - Maître (MAX)
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Faustus Fortuna, Compagnon de Styx [Invendable] ; 50% des stats - bonus compris sauf artefacts - dé de race)

Stats & équipements
Vitalité:
2437/2437  (2437/2437)
Vitesse: 1102
Dégâts: 877

MessageSujet: Re: Souriez, vous mourez !    Jeu 22 Déc 2016 - 16:14


Contes nocturnes : Études d'un Gardien


La figure de l'arlequin est présente dans la littérature depuis bien des générations ; c'est cette effroyable longévité, fantasmée qui plus est, qui semble être la seule source sûre sur les origines de la nouvelle Ombre. Le magicien de type "arcanique" (qui ne rentre dans aucune case de magie académique), qui a pu être aperçu lors de la Guerre des Factions à Ishtar, sans surprises aux côtés de la Calamité, a été le fruit d'une recherche intensive. Et ce n'est pas en cherchant des crimes ou des assassinats que j'ai pu en apprendre autant sur lui, mais bien au travers d'histoires pour enfants, de contes et de fables qui mettent en scène cet étrange personnage. Toutefois, cs écrits ne décrivent en rien un être vivant, en son sens large, se pourrait-il que notre adversaire n'ait de vampire que ce que notre regard lui attribue ? N'est-il pas seulement un Mal, envoyé par une divinité maligne afin de se nourrir et d'utiliser les désirs humains ? Je laisse votre lecture en juger.

Soldat Dwight, 6ème régiment.


La Forêt des Âmes
(Légende de tribu Wystérienne)


Il y a, au milieu de l'immense jungle de notre île, une forêt à part. Plus verte et plus belle encore que la plus grandiose de ses congénères où chaque graine semée poussait avec la vitalité de milles autres. L'herbe y était si douce que beaucoup la comparaient à du coton, et l'air de l'endroit fourmillait d'odeurs smaragdines aussi envoûtantes qu'elles ne revigoraient l'âme. Les Hommes, les Wardrun, notre tribu, ne pouvaient cependant pas approcher les lieux. Le paradis terrestre que voici était en effet l'empire d'une divinité calme et sempiternelle ; Ouros. Ouros était celui qui donnait vie à la forêt, et bien qu'il n'ait pas de forme, il sommeille en chaque feuille, respire grâce à toutes les branches du monde.

Les Wardrun admiraient Ouros depuis bien longtemps, dès que les premiers guerriers-loups avaient connu la forêt, ils s'étaient dévoués à ce dieu miséricordieux et doux qui jonchait nos champs de blé, et nos assiettes de viande. Des temps prospèrent avaient toujours été ceux des Wardurn, jusque là menés par le Roi Dagr l'incarnation du Loup Blanc. Féroce guerrier dans sa jeunesse, il avait conquis tout Wystéria pour l'unir sous la bannière des thériantropes sans qu'un excès de sang ne vienne entacher ses prouesses de combat ; les vaincus étaient traités avec le respect que tout guerrier mérite, et dès lors que Wystéria fut entièrement controlée par le Loup Blanc, la vie des habitants devint si riche que seul le bonheur dictait leurs vies. Wystéria était devenue un carrefour marchand, une île auto-suffisante, un paradis sur terre presque aussi beau que la Forêt des Esprits d'Ouros.

Presque. Ce fut ce presque qui incita Artek, fils du Loup Blanc, à désirer le royaume enchanté du Dieu Ancestral. Artek était pourtant un bon garçon, qui malgré une lame toujours prompte, ne faisait jamais honte à son père, ses premiers temps à régner furent même plus prospères que ne l'eut jamais été l'empire du Loup Blanc, Artek Côtes-de-Fer était une noble personne.

Mais une noble personne toujours accompagnée d'un étrange personnage. Un hiboux au plumage bleu, et au regard de braises, trônait toujours au sommet du trône d'Artek. L'animal était apparut un beau jour, voletant somptueusement dans la salle des banquets. Son vol était si gracieux, son chant si beau, que personne ne put se résigner à chasser l'oiseau, qui progressivement devint une partie du mobilier de la somptueuse demeure du régent. Artek nomma son nouveau compagnon "Thanos" et partout où allait le guerrier, son Hiboux suivait, tantôt d'un vol magnifique, tantôt sur son épaule, toisant le monde de son ramage impérial.

Mais si les proches du noble Roi, réputé pour son invincibilité sur le champ de bataille, aimaient profondément Thanos, qui enchantait les banquets de son chant divin, les Chamans de la tribu eurent tôt fait de s'inquiéter d'une bête pareille.

Car pour ceux qui pouvaient parler aux esprits, ceux qui voyaient les courbes de la réalité par le prisme magique des énergies ancestrales, les Anciens aveugles, qui ne voyaient les choses que par leurs essences fondamentales, voyaient en cet oiseau un prédateur rusé. Thanos n'était rien d'autre qu'une fantasmagorie ; une illusion habilement orchestrée par un fauve ancestral, un superchasseur né dans les folies humaines et les ironies cruelles des destins. C'était dans le Fleuve où échouent les vanités, ces eaux plus belles que la perfection elle-même, ces eaux fausses et menteuses, qui avaient enfanté le hiboux. Sa création avait pris du temps, mais comme le sablier de l'Humanité suivait son cours, la graine fourbe avait germé lentement. Progressivement, un être vivant mais qui ne comprenait aucun principe de vie était né, une illusion capable de penser, mais surtout, un prédateur redoutable qui se faisait apprécier de ses proies avant de les mettre en quartiers.

Thanos avait volé, suivant les lignes de la Fortune, sous sa forme ridicule d'oiseau. Le renard s'était fait agneau le temps d'une traque, et ses instincts carnassiers s'extasiaient déjà face à l'ironie du dénouement.
En cette nuit de lune de pleine, les yeux de chaque Ancien partagèrent une vision commune ; la chute de l'équilibre, la prédation ultime et la fin de la paix sur le monde.

Artek, dans sa chambre, était resté éveillé cette nuit-là, reposant son corps musculeux sur un lit drapé d'une fourrure douce. Il aimait à réfléchir, seul et naturel, dans ses appartements. Mais par dessus tout, la Lune en cette période mensuelle, lui accordait des visions fantastiques. Il partageait le savoir des Anciens en ce jour précis.
Alors qu'il se dirigeait vers sa fenêtre pour contempler les brillances célestes, un mouvement vif, dans son dos, attira son attention.

Les Anciens étaient parcourus de spasmes, dans leur cabane divine. Le Dieu des bois hurlait au secours, terrifié par son nouvel ennemi, son unique ennemi depuis des âges entiers. La Nature de l'île scandait sa peur, une peur innocente car à jamais bercée par l'ignorance des passions, et tout gémissait à la vue de cette araignée qui prenait en sa toile la Magie elle-même. Ce soir, un candide était dévoré par le menteur. Ouros, dieu des Forêts, admirait l'élégance sauvage du petit oiseau Thanos, vaisseau d'un être bien trop violent pour qu'il ne puisse combattre. Malgré toute la force qu'il insufflait aux végétaux, la vie qu'il redonnait aux hommes ou la prospérité de son oxygène, Ouros mourrait, son crâne pourfendu par les crocs de Thanos, le trompeur aux milles visages, et il ne pourrait rien faire d'autre qu'attendre. Attendre que le prince des fantasmes ne corrompe les hommes, n'installe en leurs cœurs des serpents venimeux et en leurs âmes des cauchemars.
Des larmes roulaient sur les joues des vieux Sages, leur transe leur montrant la chute de l'Humanité.

Artek voyait sur son lit s'allonger une femme à la pâleur exquise. Dans une félinité totale, une fille, qui n'avait probablement jamais combattu, s'était glissé sur la fourrure d'un blanc étincelant et le toisait d'un regard amusé. Sa peau de neige formant un revêtement à sa nudité. Elle caressa longuement la couverture, comme si elle s'imprégnait de la violence du fauve qu'avait jadis été l'objet, ses mains parcourant avec avidité le tissu, cherchant un contact. Le Roi était apeuré, mais en son statut de courageux bretteur, il menaça la chose d'une voix impérieuse, mais l’intrus ne semblait guère se soucier de ses paroles, se contentant de le regarder longuement. Artek sut que cet être sondait son âme ; elle léchait goulument son gibier, goûtant la saveur de la peur sur la peau à nu d'une proie. Et avant que le Roi Guerrier ne puisse bouger un seul muscle, la femme se frottait à lui en d'obscènes mouvements, pénétrant les pores de sa peau de son essence étrangement différente. Des milliers de miasmes se fondaient à l'âme du régent.

Depuis ce jour, jamais Artek n'a passé une seconde sans que ses lèvres ne soient figées en un horrible rictus. Il devint plus joyeux, constamment en pleine comédie et répandant une bonne humeur dans les murs en pierre du château. Toutefois, ses implications politiques dépérirent, et il se détourna totalement du peuple, préférant la luxure et l'amusement à ses responsabilités. Son jeune âge semblait l'avoir rattrapé.
Les plus Sages disaient même qu'il était un autre, et qu'en la nuit de Pleine Lune, une horrible chose venait se nourrir un peu plus du Roi.

Mais personne ne vit jamais rien, si ce ne fut très lentement la fin de l'harmonie. Les voisins commençaient à envier les richesses, les frères gagnèrent une lueur de tristesse dans l’œil, et le sang fut désiré. Les hommes découvraient leur part de sauvagerie et en usaient sans vergogne, se piégeant les uns les autres, s'haïssant, se tuant, là où auparavant la paix avait été reine.

Et le paradis de la Forêt des Esprits s'obscurcit soudainement, rétractant ses fines branches et ses herbes douces. Le dieu de la Terre se mourrait, empoisonné par le venin d'un serpent souriant.

Le Roi Guerrier, désormais "Roi Bouffon", ne vint voir qu'une seule fois les Sages Anciens. Il ne demanda pas conseil, ni bénédiction, mais attendit sagement que tous quittent le temple des vrais Dieux. Il attendit une journée entière, sans jamais que son horrible rictus ne disparaisse, et une fois qu'il fut la seule chose présente dans la pièce avec les Anciens, il leva sur eux un regard vide. Le Roi était un cadavre pourrissant, frêle et mort, drapé dans de riches tissus. Une marionnette royale pour un plaisantin diabolique.
Le sourire du mort-vivant que les Sages rencontrèrent ne murmura qu'une seule phrase ; proférée avec une voix froide et caverneuse qui était venue se substituer au ton jovial du souverain.

"Le Styx déborde".


Dernière édition par Styx le Mar 10 Jan 2017 - 17:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Souriez, vous mourez !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» section artistique
» [Halloween]Souriez, vous allez être mangés[Groupe C]
» Souriez, vous êtes fossilisés ! [PV Kelly]
» Et vous, vous ecoutez quoi souvent?
» Quel sport faite vous?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Accueil :: Présentations des membres :: Journal de bord-