Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Uma
Le Monde de Dùralas a précisément 1426 jours !
Dùralas, le Lun 25 Sep - 18:55
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !

Partagez | 
 

 “Les fous passent, La folie reste.” [PW Styx]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shakti Vhahweyar
Maîtresse d'armes

avatar

Messages : 374
Expérience : 2582
Féminin Âge RP : 23

♦ Politique : 65
Métier : Bûcheronne - Maîtresse Absolue
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Manticore de Shakti +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
4237/4237  (4237/4237)
Vitesse: 598
Dégâts: 2156

MessageSujet: “Les fous passent, La folie reste.” [PW Styx]    Mar 15 Déc - 21:59


La naga avait passé la soirée à l'auberge accompagnée d'une bande d'aventuriers et de bûcherons, comme ça lui arrivait plutôt régulièrement ces temps-ci. La soirée s'était étendue à la nuit, Shakti baignant de l'ivresse de l'alcool dont elle s'abreuvait ainsi que l'utilisation de certaines herbes détournées de leur usage principal. La jeune femme, déjà bien débridée de base, se laissait d'autant plus aller et charmait les pauvres clients attablés pour siroter leur breuvage ou qui étaient là pour se sustenter.
La musique battait son plein et forcément, dès qu'elle entendait des sonorités douces et envoûtantes pour ses oreilles, elle se plaisait à laisser son corps onduler tel un serpent qui parcours la terre. Il n'y avait pas d'autres femmes dans cette taverne -peu de femmes se promenaient seules dans les marais depuis quelques temps- et il fallait avouer que même s'il y en avait eu, Shakti dégageait un charme assuré et assumé qui faisait qu'elle savait en jouer afin d'attirer tous les regards.

La nuit était dans son paroxysme et Shakti s'était bien amusée, mais enfin venait le moment de choisir sa proie. Evidemment, les nagas ne se nourissaient -en général- pas des humains, mais Shakti avait faim d'autre chose. Elle attira à elle un spécimen qu'elle jugeait digne de l'approcher et l'attira avec elle dans les profondeurs des marais. L'homme en état d'ivresse était également quelque peu désinhibé et n'hésita pas à la suivre dans ces endroits fort peu rassurants, à l'idée de "conclure sa petite affaire".
On ne pouvait plus apercevoir les lumières de la taverne tellement Shakti s'était aventurée loin dans les marais, jouant avec l'homme. Enfin, la belle s'assit sur des branches tortueuses et souleva son jupon : autour de sa cuisse était attachée une jarretelle de cuir à laquelle était reliée une toute petite sacoche. Elle ouvrit la sacoche et s'empara d'un petit flacon comportant un liquide translucide jaunâtre, qu'elle aspira à l'aide d'une minuscule seringue. Elle écarta les cuisses et vint planter l'aiguille dans la jonction entre sa cuisse et l'aine. Elle venait de s'administrer sa drogue quotidienne, histoire de pimenter un peu les choses, et surtout, elle en avait terriblement besoin.

La jeune femme s'allongea quelques instants, soupirant de bien-être. Le jeune homme prêt d'elle estimait avoir assez patienté et commença ses assauts sur la demoiselle. Cependant celle-ci ne l'entendait pas de cette manière en cet instant et elle le repoussa. Il revint à la charge et Shakti, ayant le sang froid mais pourtant si chaud, s'agaça.
Elle attrapa le poignard attaché à la ceinture de l'homme et vint lui mettre sur la joue, puis elle se mit à rire. Lui aussi... Sauf que l'idiot ne connaissait pas Shakti et ses étranges lubies. Tout se passa bien, du moins semblait bien se passer, comme les choses sont censées se passer lors d'un tel moment entre deux êtres qui se désirent charnellement, jusqu'à ce que Shakti enfonce le couteau dans le cou de l'homme.
Elle était à cheval sur lui, s'amusant de l'expression de l'homme qui était en train de mourir. La jeune femme posa la tête sur le torse de l'inconnu, afin de se délecter des derniers sons du battement de son coeur. Elle était pleine de sang, fermant les yeux, allongée là, calme et sereine. Elle ne mit pas très longtemps à s'endormir dans cette position, une fois ses désirs assouvis.

Le soleil se levait doucement et l'obscurité disparaissait, mais parmi la brume des marais, il faisait continuellement gris. Shakti était là depuis des heures, elle était toujours endormie sur le cadavre, ses longs cheveux bruns traînant dans une flaque de sang et son doux visage parsemé de points de sang qui avaient giclé venant se mêler à ses quelques tâches de rousseur. A la voir ainsi, si délicate et innocente, personne n'aurait pu s'imaginer qu'elle avait fait cela, bien que le poignard toujours dans sa main la trahissait.





Histoire | Dialogue : RosyBrown


Dernière édition par Shakti Vhahweyar le Jeu 26 Jan - 20:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Styx
Ombre de la C.O ♦ Baron de Spelunca ♦ Malice immémoriale

avatar

Messages : 1143
Expérience : 4730
Masculin Âge RP : ?

♦ Politique : 163
Métier : Chasseur - Maître (MAX)
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Faustus Fortuna, Compagnon de Styx [Invendable] ; 50% des stats - bonus compris sauf artefacts - dé de race)

Stats & équipements
Vitalité:
2742/2742  (2742/2742)
Vitesse: 1142
Dégâts: 887

MessageSujet: Re: “Les fous passent, La folie reste.” [PW Styx]    Mar 15 Déc - 22:57

Styx s'était éveillé suite à un rêve extraordinaire. Le Diable marchait parmi les hommes, et il résidait en les marais d'Hukutav. S'habillant rapidement, agrippant Alphonse par la queue, et enfourchant Idiotausaure, il chevaucha jusqu'à la destination en question.
(Il chassa un jeune ivrogne qui titubait au abords de BaldorHeim, cela lui éviterait toute gueule de bois! Que de générosité en lui!)

En arrivant sur place, l'arlequin sortit une carte, dont l'esprit se rapprochait le plus de la signature métaphysique de celui ou celle, qui avait manifesté l'aura de l'Arcane en question. Il se laissa ensuite guider par cette carte qui, flottant dans les airs, l'emmenait doucement vers une Taverne située dans un village perdu au beau milieu des Marais.
Il frissonna.
Décidément, toute cette eau ne lui plaisait pas du tout.

La carte finit sa course lente en se fixant sur la porte de l'endroit qui empestait l'alcool. Avait-il vraiment vu juste?
Alphonse tout excité, s'exclama:
«- Une Taverne! Génial! J'adore les...
- Oui oui, tout ce qui est alcool et catins c'est ta tasse de thé. Je sais bien.
Le singe baissa les ailes et la queue.
Toutefois, en entrant dans l'établissement tout doute s'évanouit, pour ne laisser place qu'à la douce certitude.

Une femme, visiblement ivre, valsait lentement, ondulante et séduisante, au centre du miteux endroit. Comme un affront à la saleté ambiante, son visage était délicat, et ses traits bien dessinés. (Styx ignorait cependant tout cela, et était concentré sur son aura. Une aura magnifique, rouge et passionnée, dangereuse aussi. Parfait... ils allaient s'amuser. Mais d'abord, il fallait tester la belle créature)

Un homme, au balcon, vit rapidement un clown s'installer près de lui.
- Hééé compagnon. *hic*
- Salut mon bon, comment vas-tu en cette soirée? Qu'on lui remplisse à nouveau sa coupe! Bon sang, comment osent-ils vous laisser sans boire!
- Ouais! *hic* T'as l'air sympathique, t'as vu la nana qui danse, sacré truc hein?
Les yeux de l'arlequin brillèrent d'un étrange éclat cramoisi, et sa voix semblait tordre la réalité elle-même.
- Oui... pourquoi n'irais-tu donc pas lui parler un peu? Je suis sur que tu passerais une nuit... inoubliable.
L'homme ne répondit pas, il se leva, simplement, en marchant doucement, en direction de la femme qui dansait toujours aussi calmement, épousant chaque note de musique.

Styx assista à tout. Du début à la fin. Riant, joyeusement. Le final fut son moment favori! Ce sang qui coule! Si elle n'avait pas déjà une race si marquée, il l'aurait transformée.
Elle dormait à présent, sur le cadavre de ce pauvre homme, jouet d'une nuit, dans une apparence d'innocence qui pourrait tromper tout le monde, mais pas l'Arcaniste.
Non, Madame. Je te vois telle que tu es. Dangereuse!

Elle s'éveilla, et regarda autour d'elle, sans sembler l'apercevoir. Alphonse, caché sous chapeau ronfla, et la belle se retourna, les yeux vifs, et les muscles prêts à se mettre en action.

- Du calme! Du calme! Je vois que l'on a passé une nuit mortelle! Hahaha! Quelle femme, que de bon goût, tant pour cet illustre inconnu, sacrifice nécessaire au plaisir total, n'est-ce pas? Tant pour la théâtralité du tout. Je veux dire, WAOUH! Et puis, ça!
Il se saisit de la petite seringue, abandonnée à terre.
- Mais ceci étant dit, que diriez-vous de m'accompagner en une petite ballade au tour de ces Marais? Il sont fort plaisants aujourd'hui.

Il lui tendit la main pour l'aider à se relever.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shakti Vhahweyar
Maîtresse d'armes

avatar

Messages : 374
Expérience : 2582
Féminin Âge RP : 23

♦ Politique : 65
Métier : Bûcheronne - Maîtresse Absolue
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Manticore de Shakti +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
4237/4237  (4237/4237)
Vitesse: 598
Dégâts: 2156

MessageSujet: Re: “Les fous passent, La folie reste.” [PW Styx]    Sam 16 Jan - 19:56

La tête toujours posée sur le torse du cadavre, Shakti ouvrait doucement les yeux, ses esprits revenants à elle après s'être perdus dans les méandres de son taquin subconscient. La belle se redressait, tenant sa tête de sa main en faisant une moue renfrognée. Elle avait bien bu cette nuit et son organisme le lui rappelait. M'enfin, ça ne serait pas une énième gueule de bois qui allait la perturber. Elle poussa un soupir en posant les yeux vers le cadavre de l'homme, non pas car il était mort, mais parce que son sang avait tâché sur le jupon de la demoiselle. Elle était en train de se relever lorsqu'elle entendit un bruit anormal. Elle se retourna alors aussitôt vers l'origine du bruit, tendant l'oreille et les pupilles perçantes, prête à sauter sur ce qui approchait.
Shakti écarquilla les yeux lorsqu'elle aperçut un homme à l'allure sophistiquée.


- Du calme! Du calme! Je vois que l'on a passé une nuit mortelle! Hahaha! Quelle femme, que de bon goût, tant pour cet illustre inconnu, sacrifice nécessaire au plaisir total, n'est-ce pas? Tant pour la théâtralité du tout. Je veux dire, WAOUH! Et puis, ça!

L'homme approchait au fur et à mesure qu'il parlait, les gestes accompagnant ses paroles. Puis il se pencha devant Shakti, coite devant l'homme. Il se saisit de la petite seringue que Shakti avait utilisée la veille. Il observa l'objet durant quelques secondes avant de retourner son attention sur la naga, lui tendant la main.

- Mais ceci étant dit, que diriez-vous de m'accompagner en une petite ballade au tour de ces Marais? Il sont fort plaisants aujourd'hui.

Shakti attrapa la main de l'inconnu. Elle n'avait rien à craindre malgré l'aura stupéfiante de celui qui se tenait face à elle. De toute manière, quelque chose en lui l'attirait et Shakti n'allait jamais à l'encontre de ses intuitions.
Elle était maintenant debout et scrutait l'homme, qui tenait toujours sa main d'une manière précieuse. Une étrange lueur brillait dans ses yeux et son excitation était palpable. On aurait pu apparenter cette excitation à celle d'un scientifique qui trouvait la réponse à une énigme longtemps cherchée, ou effectivement à un spectateur particulièrement impressionné et enjoué suite au divertissement qu'il venait de voir.
La jeune femme sourit en coin avant de s'adresser à l'inconnu.


- Alors comme ça vous aimez regarder... Voilà un plaisir peu courant, surtout pour ce que vous venez de voir. Et tout ce temps, vous m'avez observée. Puis-je en connaître la raison? Peut-être ai-je joué avec votre proie?

La naga avait bien deviné que l'homme était un vampire, beaucoup de choses le trahissaient. Elle le regardait d'un air joueur, agréablement surprise par un pareil réveil, en ce qui semblait s'annoncer par une charmante compagnie.





Histoire | Dialogue : RosyBrown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Styx
Ombre de la C.O ♦ Baron de Spelunca ♦ Malice immémoriale

avatar

Messages : 1143
Expérience : 4730
Masculin Âge RP : ?

♦ Politique : 163
Métier : Chasseur - Maître (MAX)
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Faustus Fortuna, Compagnon de Styx [Invendable] ; 50% des stats - bonus compris sauf artefacts - dé de race)

Stats & équipements
Vitalité:
2742/2742  (2742/2742)
Vitesse: 1142
Dégâts: 887

MessageSujet: Re: “Les fous passent, La folie reste.” [PW Styx]    Jeu 21 Jan - 2:07

- Alors comme ça vous aimez regarder... Voilà un plaisir peu courant, surtout pour ce que vous venez de voir. Et tout ce temps, vous m'avez observée. Puis-je en connaître la raison? Peut-être ai-je joué avec votre proie? 

La voix de cette femme était décidément entêtante... comme le doux sifflement des serpents, sinueux habitants de ces marais. Et, selon toute vraisemblance, le vampire avait face à lui un très beau spécimen des reptiles. 
Les Nagas avaient toujours été son peuple favori, celui qui s'approchait le plus de la perfection vampirique, en tout cas. Cette Shakti.... Il ferma les yeux, laissant les Arcanes lui faire miroiter les avenirs possibles, en quelques secondes à peine, sa vision fut pleine d'images. De ravissantes images. Le Chaos, le sang, le plaisir! Que les Saints s'accrochent à leurs douces auréoles, face à lui se tenait un être capable de renverser des royaumes, de briser les meilleurs esprits, et ce, de gré ou de force. 

Il sourit à sa phrase, sans excès, il n'y eut pas de rire dément, simplement un sourire carnassier mais somme toute bienveillant. (Si le terme peut être employé pour un tel personnage). Il s'approcha de l'homme en rigidité cadavérique et passa une griffe sur ses lèvres avant de la reposer sur sa bouche, goûtant l'essence même de ce bûcheron. Le rire commençait à venir, pour une raison si malsaine et obscure qu'il se laissa envahir tout entier par ce à quoi il goûtait. La drogue était encore présente dans le système nerveux de feu le pauvre jouet, grandiose! Sans parler de sa...
- Une proie? Cet homme? Il se retourna, plongeant ses yeux dans ceux de la maîtresse d'arme arborant le sourire le plus dangereux qu'il n'ait jamais vu. Non... considérez-le plutôt comme une offrande. Fit-il en exécutant une courbette accompagnée d'un rire qui escaladait progressivement l'échelle de la folie. Quant au fait que je sois resté spectateur de ce spectacle ma foi fort avenant, mettons ça sur le compte du fait que j'aurais eu du mal à me contrôler. Trois personnes, aussi agréables soient-elles ne représentent qu'un maigre menu pour ceux de ma race. 
Il lui adressa un clin d’œil. Si vous voyez ce que je veux dire.
Elle restait silencieuse, là, debout, mais son âme n'était pas aussi calme. Shakti (car les Esprits ne restent jamais longtemps sans lui murmurer un nom, même s'il attendrait qu'elle se présente avant de l'appeler par son prénom) avait l'aura d'un pur serpent constricteur. Elle le scrutait, lui tournait autour, l'observait sous toutes ses coutures, pour mieux l'apprécier, ou pour mieux le broyer? 

- Ahahaha! Reprit-il en voyant une telle image spirituelle se dessiner en sa tête. Vous me demandez pourquoi je vous ai observée? Il serait incongrue de répondre que c'est à cause de votre beauté, c'est là l'un des compliments d'humain des plus débiles que je connaisse. Non... Mais... Il lui tendit le bras, attendant qu'elle s'en saisisse, avant de continuer. Les gens comme nous n'ont pas besoin de ces politesses-ci si ce n'est que pour mieux s'en détourner. Nous sommes des loups parmi les agneaux, si bien déguisés que ceux-ci se jetteraient volontiers dans notre belle gueule. Un rire guttural lui démangeait la gorge. Il ressentait désormais les moindres effluves de folie dans l'air, la luxure, la violence, la passion! Quel mélange divin! Il se reprit avant de continuer son discours. Pour une raison qu'il ignorait il avait décidé de tenter d'impressionner sa nouvelle rencontre. 
Voyez-vous, les gens qui restent confinés à leur fallacieuse raison, à leur dictats, ne font que conforter leur être dans leur suffisance, et avouons-le, c'est bien là ce qui nous pousse à nous jouer d'eux de la sorte. Si fragiles, si peu dignes d'intérêt... AHAHAHAAH! Il ne put réprimer son rire, cette fois les digues se brisaient. À quoi bon se cacher? UNE BANDE DE FAIBLES PETITS PORCS N'ATTENDANT QUE LA LIBÉRATION PAR LE SANG! En se rendant compte d'avoir quelque peu franchi les barrières de décibels normalement utilisées pour un dialogue de rencontre, il s'éclaircit la gorge avant de continuer. Ce qu'ils ne comprennent pas, c'est l'honneur que nous leur faisons. Au fond, on est de bien magnanimes personnages, ne pensez-vous pas? 

Il avait ôté son chapeau pour la saluer à nouveau, sans se rendre compte qu'Alphonse, son petit singe, était là. Il l'attrapa par la peau du cou et le porta devant son visage.
- Styx, que tu parles bien, ma parole! Fit la créature en riant. L'arlequin ne fit que le jeter le plus loin possible.
- Vas donc jouer mon petit, les adultes vont avoir une conversation des plus... hihihihi... sérieuse? Demanda-t-il en regardant la Naga, d'un regard où luisait un Enfer de violence. Il avait terriblement envie de tuer. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shakti Vhahweyar
Maîtresse d'armes

avatar

Messages : 374
Expérience : 2582
Féminin Âge RP : 23

♦ Politique : 65
Métier : Bûcheronne - Maîtresse Absolue
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Manticore de Shakti +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
4237/4237  (4237/4237)
Vitesse: 598
Dégâts: 2156

MessageSujet: Re: “Les fous passent, La folie reste.” [PW Styx]    Jeu 26 Jan - 20:51

L'homme était donc venu à elle par le biais d'une offrande de cet étrange vampire. Shakti sentait ses entrailles bouillonner d'un mélange de curiosité et d'excitation, elle ne parvenait pas à rester sereine face à cette étrange rencontre. Evidemment si, elle était sereine car elle sentait que cet être puissant lui voulait quelque chose d'amical.
De plus, il était drôle et semblait partager des intérêts de chair commun aux siens...et plus encore. La naga l'écoutait en l'observant, tournant doucement autour de lui sans s'en rendre compte, comme hypnotisée par lui. Elle sursauta, il venait de rire, sans explications apparente. Apparente car Shakti sentait qu'il y avait plus.
Elle n'avait pas besoin d'ouvrir la bouche pour qu'il anticipe ses questions et lui en donne les réponses.


Nous sommes des loups parmi les agneaux, si bien déguisés que ceux-ci se jetteraient volontiers dans notre belle gueule.
Voyez-vous, les gens qui restent confinés à leur fallacieuse raison, à leur dictats, ne font que conforter leur être dans leur suffisance, et avouons-le, c'est bien là ce qui nous pousse à nous jouer d'eux de la sorte. Si fragiles, si peu dignes d'intérêt... AHAHAHAAH! À quoi bon se cacher? UNE BANDE DE FAIBLES PETITS PORCS N'ATTENDANT QUE LA LIBÉRATION PAR LE SANG! Ce qu'ils ne comprennent pas, c'est l'honneur que nous leur faisons. Au fond, on est de bien magnanimes personnages, ne pensez-vous pas?


La naga buvait et absorbait ces paroles. Voilà enfin un être un qui ressentait ce qu'elle même ressentait et sembler vibrer des mêmes travers...ou passions. Shakti souriait d'un air rayonnant et séduisant, elle sentait une partie de son âme vibrer à l'unisson avec cet être étrange.
Un oeil extérieur aurait pu dire que la jeune femme semblait avoir trouvé un père spirituel, un maître qui allait la mener sur un chemin encore plus grand, bien bien plus grand que la plupart des autres de sa famille. Elle était comme un enfant qui s'ouvrait à la vie.

Shakti fixa l'homme d'un regard intense et brûlant, ses pupilles se rétricissant. Elle passa la langue fourchue sur ses lèvres pulpeuses avant de prononcer.


- Des plus sérieuses et des plus...enivrantes.

Elle semblait avoir répondu correctement à la question. Le vampire huma l'air autour de lui, les marais putrides ne semblaient pas l'incommoder. Shakti sentait cette connexion entre eux s'établir de plus en plus que les instants passaient. Ils n'avaient pas besoin de prononcer mot, leurs instincts étaient connectés l'un à l'autre. Elle reprit cependant.

- J'ai soif d'apprendre, je ne dirais rien pour vous flatter et d'inutile, vous savez déjà ce à quoi j'aspire et ce qu'il y a au plus profond de mon être. Laissez moi vous montrer un peu plus de ce que je peux faire à vos côtés, si vous me l'y autorisez.

Elle tenait à faire ses preuves et montrer au vampire qu'il ne serait pas déçu d'elle, bien au contraire...





Histoire | Dialogue : RosyBrown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Styx
Ombre de la C.O ♦ Baron de Spelunca ♦ Malice immémoriale

avatar

Messages : 1143
Expérience : 4730
Masculin Âge RP : ?

♦ Politique : 163
Métier : Chasseur - Maître (MAX)
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Faustus Fortuna, Compagnon de Styx [Invendable] ; 50% des stats - bonus compris sauf artefacts - dé de race)

Stats & équipements
Vitalité:
2742/2742  (2742/2742)
Vitesse: 1142
Dégâts: 887

MessageSujet: Re: “Les fous passent, La folie reste.” [PW Styx]    Ven 27 Jan - 1:02

Styx écouta avec respect les dires de cette belle Naga, se demandant comment pareille affront aux Dieux miséricordieux avait pu voir le jour. Les serpents sont dans la nature de parfaits prédateurs, et même si leur beauté sait être appréciée par leurs admirateurs, le reste les craignait, et à raison, pour leur mortalité inégalée. Mais Shakti avait le meilleur des deux mondes logé en ses courbes délicates ; l'élégance et la volupté alliées à l'impitoyable désir carnassier des reptiles. C'était dans sa nature, comme elle respirait, elle chassait. Un point c'est tout, et dans cette brutale simplicité résidait son charme à en couper le souffle. Un charme qui dépassait les barrières du physique, pour toucher l'âme de l'arlequin même.

Très peu de gens gagnaient le respect de Styx, (en réalité elle était la première personne en Dùralas à gagner ce dernier) mais le cas échéant, Styx revêtait son attitude noble et courtoise. Il rendit alors à sa compagnie matinale un regard d'une pareille intensité (si tel était possible, cette femme lui imposait une crainte certaine, et il s'en délectait) et se permit de répondre à son discours avec une voix calme et détendue.

"- Ma bien chère amie, parce que je sens déjà le Destin nous unir dans des aventures plus grandes que nous ne l'imaginons, veuillez pardonner ce que je vais dire, mais je n'ai rien à vous enseigner. Il s'arrêta un moment, scrutant les environs d'un œil malicieux, avant de sortir l'une de ses cartes qu'il plaça dans le creux de la main de Shakti. Si ce n'est évidemment que je me prénomme Styx, humble arlequin pour vous servir. Et vous ?

Quel qu'il soit, sachez cher serpent que rien dans ce monde ne devrait vous apprendre quoi que ce soit. Vous êtes infinie, grandiose et complète, et ce sont les Esprits qui me le disent. Je vois en vous un brasier ardent dans lequel se meuvent des serpents plus noirs que les abysses, prêts à rapiécer l'humanité entière... seulement voilà. Vous vous sentez enchaînée n'est-ce pas ? Tel le Loup narré dans les légendes, enfermé par les Dieux qui craignaient sa puissance, vous êtes captive de forces qui vous échappent, et c'est pour ce motif que je suis là. Aujourd'hui, le bouffon vous servira, laissez-moi vous montrer. Il embrasa lentement la carte entre les doigts de Shakti, et elle seule sut ce qu'elle y vit. Voyez-vous votre futur ? Un léger scintillement des miroirs de l'au-delà vous permet-il d'entrevoir les milliers de possibilités qui s'offrent aux Dames de votre trempe ? Les Dames éternelles, celles qui dansent sur les faiblesses des hommes qui les dénigrent, comme Salomé en son temps décapita son amant en se servant de l'amour de son roi. Vous êtes le danger le plus primordial de l'humanité, Shakti Vhahweyar ! Vous incarnez la mort par des bras faussement aimants, la brutalité tapie sous des doigts de velours... et bien des Hommes savent que le serpent enroulé, patient et hypnotique, tue plus que le tigre en chasse. Permettez-moi de vous révéler en ce jour tout votre potentiel, faites l'honneur à un pauvre fou de l'accompagner, et les chaînes qui entravent votre force incommensurable tomberont en même temps que le soleil qui nous surplombe. Jouons ensembles un tour à ces Dieux qui vous craignent, et enserrez dans vos mains les parties de la vie elle-même, car votre poigne est vouée à écraser bien plus que des ivrognes de tavernes ! Ahahaha !"

Il avait parlé avec une ardeur qui l'avait depuis longtemps quitté, et s'inclina poliment en achevant son récit. Jamais personne ne l'avait intéressé à ce point, pas même la personnalité délicieuse d'Hevoria n'avait su éveiller en lui le respect qu'il destinait à cette âme sœur. Shakti et lui étaient amis, et l'histoire dira à n'importe qui que les amis du Styx ne le regrettaient jamais. (Enfin, pas souvent...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shakti Vhahweyar
Maîtresse d'armes

avatar

Messages : 374
Expérience : 2582
Féminin Âge RP : 23

♦ Politique : 65
Métier : Bûcheronne - Maîtresse Absolue
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Manticore de Shakti +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
4237/4237  (4237/4237)
Vitesse: 598
Dégâts: 2156

MessageSujet: Re: “Les fous passent, La folie reste.” [PW Styx]    Mar 31 Jan - 14:48



Ma bien chère amie, parce que je sens déjà le Destin nous unir dans des aventures plus grandes que nous ne l'imaginons, veuillez pardonner ce que je vais dire, mais je n'ai rien à vous enseigner. Si ce n'est évidemment que je me prénomme Styx, humble arlequin pour vous servir. Et vous ?

Le vampire venait de lui déposer une carte dans la main. Shakti passa un bref regard sur la carte et fixa de nouveau son interlocuteur, lancé dans une tirade. Celui-ci semblait lire en elle, tout ce qu'il découvrait sur elle, la jeune femme le ressentait en son être le plus profond. L'entendre dire de la bouche de cet inconnu renforça encore plus ces sentiments, ces envies, ces pulsions, ces besoins, que la naga ressentait. Elle sentait également que son désir de grandeur pourrait pleinement s'assouvir aux côtés de cet étrange et délectant camarade. Elle lui donna alors son nom, entre deux mots, et il sourit. Styx reprit alors :

- Aujourd'hui, le bouffon vous servira, laissez-moi vous montrer. Voyez-vous votre futur ?



Soudain, la carte non imprimée que Shakti tenait dans la main s'embrasa. Les flammes étaient chaudes et enveloppantes, attirantes, hypnotisantes. Elles ne brûlaient pas la peau mais étaient telles des caresses enivrantes.
La naga avait le regard rivé sur ces flammes dansantes et se trouva comme aspirée dans une bulle lumineuse. Tout autour d'elle était flamboyant, d'une lumière intense. Shakti voyait s'avancer vers elle la silhouette d'une femme, mais cette femme était embrumée. Elle n'avait pas de corps palpable, pas de visage, mais d'elle émanait une telle puissance, une telle force. Shakti ressentit instantanément une étrange attirance envers cette silhouette, ce n'était pas là une attirance basée sur les besoins de la chair, mais comme si son âme était un aimant qui était attirée par cet être : Elle l'appelait à elle.
Shakti avança vers la silhouette, la silhouette l'enlaça alors et Shakti ferma les yeux. Elle ressentait en elle une chaleur comme jamais elle en avait senti, elle se sentait elle même, comblée de toutes parts.

Quand la jeune femme rouvrit les yeux quelques secondes après, elle avait été transportée sur une grande place. Il brillait dans le ciel une forme ronde, ce n'était pas le soleil, c'était encore plus gros et étincelant, plus chaud encore. L'air était agréable et pur, toute cette vision était grandiose.
Shakti était sous sa forme mi-femme mi-serpent, ses écailles noires étincelantes à la lumière. Sa peau quant à elle était recouverte d'or et brillait comme cet astre dans le ciel. Le contraste entre la lumière et la richesse de sa peau et les ténèbres de ses écailles était impressionnant. Sa longue chevelure ondulée courrait le long de ses courbes, dissimulant ça et là sa lourde poitrine. L'or faisait d'autant plus ressortir ses grands yeux d'un vert perçant, ceux-ci soulignés d'un trait noir de maquillage. Sa langue serpentine siffla pour humer l'air, il avait une odeur caractéristique que Shakti adorait.
La belle posa les yeux au sol : il était couvert de sang. Elle avança alors vers ce qui semblait être une fosse dans lequel le sang se déversait. La fosse était gigantesque et s'étendait par delà des mètres. Des hommes et des femmes y étaient installés, leurs corps les uns sur les autres, s'adonnant à de longues caresses sensuelles, entre autres jeux. Des serpents parcouraient la fosse également, tels des caresses de la naga envers ses ouailles.

Shakti avait un air fier et satisfait, elle sentait que tous ces êtres connaissaient enfin leur infériorité face à elle, et qu'elle les avait menés vers le chemin des instincts primitifs dévoilés et du plaisir. Le monde n'était plus vulgaire et insipide, il était désormais dompté, soumis, étincelant et terriblement vivant. Shakti était érigée telle une déesse.
Elle porta un regard sur cet astre dont elle savait qu'il représentait cette silhouette embrumée qui l'avait enlacée : Elle.
La naga ne savait pas exactement qui Elle était, mais jamais depuis des années de fidélité au Dieu Basilic elle avait ressenti ce sentiment de dévotion, celui qu'elle ressentait à présent pour cette Dame.



Les flammes s'estompèrent et Shakti revint soudain à elle. Elle prit une profonde inspiration, comme si elle respirait pour la première fois. Elle fixa Styx avec des yeux écarquillés et intéressés. Elle avait entendu toutes les paroles du vampire en même temps qu'elle vivait ce rêve éveillé, rêve qui ne semblait pas en être réellement un.

- Je vous suis avec plaisir dans ce nouveau jeu, qui me semble plus que prometteur.

La naga se mordit la lèvre de façon à faire perler quelques gouttes de sang, s'approcha du vampire et le fixait dans les yeux avant de lui donner un doux et sensuel, léger baiser sur les lèvres. En ce geste, elle faisait avec lui un pacte signé par le sang, se lançant dans cette nouvelle aventure, mais il s'agissait également d'un baiser de l'âme envers cet être, cet inconnu, qu'elle ressentait comme un puissant allié, son plus fidèle ami, une continuité d'elle même et elle l'en remerciait.





Histoire | Dialogue : RosyBrown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Styx
Ombre de la C.O ♦ Baron de Spelunca ♦ Malice immémoriale

avatar

Messages : 1143
Expérience : 4730
Masculin Âge RP : ?

♦ Politique : 163
Métier : Chasseur - Maître (MAX)
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Faustus Fortuna, Compagnon de Styx [Invendable] ; 50% des stats - bonus compris sauf artefacts - dé de race)

Stats & équipements
Vitalité:
2742/2742  (2742/2742)
Vitesse: 1142
Dégâts: 887

MessageSujet: Re: “Les fous passent, La folie reste.” [PW Styx]    Mer 1 Fév - 17:11

Les lèvres de Shakti se posèrent sur celles de Styx, sans aucune ambiguïté. Toutefois, il y a des choses qui ne peuvent être ignorées, et lorsque la Naga se retira, l'arlequin se lécha une fois la lèvre supérieure, son visage désormais habillé d'un regard sérieux. Il s'adressa à son amie, ou peut-être à personne, d'une voix monocorde ;

"- Une ancienne détenue... pas étonnant... La Dame se manifeste par bien des détails."

L'arlequin continua son chemin, marchant de son pas bondissant, singulier, comme si le temps et l'espace était une douce matière dans laquelle il prenait appui pour lever si hauts ses jambes en marchant. Peu à peu, son éternel sourire revint, et aucun des mots qu'il n'avait proféré auparavant ne continuaient à se balader en ses pensées. Tournant la tête comme s'il avait eu une idée géniale, le vampire s'adressa alors en ces termes à la Naga ;

"- Oh mais laissez moi vous raconter une histoire ! On a encore un peu de temps avant d'arriver dans l'antre du monstre qui domine ces lieux. Qu'on va tuer, évidemment. Sa peau ferait un excellent manteau pour son Impératrice Shakti, régente du royaume de la violence ! Hahahaha !
Alors, oui, l'histoire j'y viens. C'est l'histoire d'un nain qui rentre dans une taverne, alors là il regarde le tavernier du coin, de ses yeux bien luisants (comme ceux d'un rat) et il déclare d'une voix où s'évaporent encore milles brumes d'alcool ; "Hé mais, vous êtes gonflés de pratiquer de tels prix... c'est PETIT !" HAHAHAHAHAHA... onestpasdutoutarrivés. C'est gênant. Je la croyais plus longue cette histoire. Vous connaissez l'art ancestral du chifoumi ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shakti Vhahweyar
Maîtresse d'armes

avatar

Messages : 374
Expérience : 2582
Féminin Âge RP : 23

♦ Politique : 65
Métier : Bûcheronne - Maîtresse Absolue
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Manticore de Shakti +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
4237/4237  (4237/4237)
Vitesse: 598
Dégâts: 2156

MessageSujet: Re: “Les fous passent, La folie reste.” [PW Styx]    Lun 22 Mai - 1:49

Shakti regardait cet étrange homme qu'elle commençait à apprécier. Il marchait en bondissant, tel un enfant qui n'a pas conscience des dangers de la vie et n'y voit que le plaisir qu'elle apporte. D'un coup il se stoppa, tourna la tête et s'adressa à la jeune femme. Elle était intriguée. Elle le fixa avec sérieux, pensant qu'il allait lui faire une révélation, ou l'emmener dans les profondeurs de l'Inconscient général, mais...très vite, le visage de Shakti afficha une mine surprise.
Le vampire était en train de s'aventurer dans une histoire, drôle. Shakti le fixait toujours, ne sachant trop que faire. Devait-elle rire? Elle n'y arriverait pas. Elle décida alors d'afficher un sourire, sincère.


- Veuillez m'excuser, je...ne trouve pas spécialement d'amusement à ce genre de petites phrases. Petite? Comme vous disiez ! Disons...que je ris peu, ou alors lorsqu'on s'aventure sur certaines parties de mon corps, ou encore lorsque je joue avec un humain comme avec une petite souris. Je ne pense pas vous froisser en disant cela, évidemment, ça n'a rien contre vous et vous le savez bien. D'autant que je vous pense capable de bien plus amusant, comme vous avez pu m'en faire la preuve auparavant !
Que diriez-vous de vous enfoncer un peu plus dans les marais en ma compagnie? De peut-être apprendre à mieux nous connaître en combattant côte à côte et ainsi dépeupler la zone?





Histoire | Dialogue : RosyBrown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Styx
Ombre de la C.O ♦ Baron de Spelunca ♦ Malice immémoriale

avatar

Messages : 1143
Expérience : 4730
Masculin Âge RP : ?

♦ Politique : 163
Métier : Chasseur - Maître (MAX)
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Faustus Fortuna, Compagnon de Styx [Invendable] ; 50% des stats - bonus compris sauf artefacts - dé de race)

Stats & équipements
Vitalité:
2742/2742  (2742/2742)
Vitesse: 1142
Dégâts: 887

MessageSujet: Re: “Les fous passent, La folie reste.” [PW Styx]    Mer 19 Juil - 22:12

Les marais avaient cet air poisseux, accablant, entêtant. Le chant des grenouilles, impérieux dans sa désinvolture, arrosait régulièrement le visage du magicien d'un sourire somme toute malsain.

Il réfléchissait, la réaction de Shakti à son humour lui ayant dévoilé un trait de caractère qu'il espérait voir ; la rigueur si propre à une Vhahweyar.

Depuis son arrivée à la Congrégation, Styx avait lorgné cette femme. Sans rien dire, pendant longtemps, il avait communié avec des esprits perdus, errants, tombés aux mains du clan des serpents. Les lumières folles qui habitaient les yeux de l'arlequin avaient brillé dans l'obscurité de l'Immatériel, se repatissant des connaissances et souvenirs liés aux membres du clan de la belle Naga.
Il ne saurait expliquer -même si le rattachement de l'âme de la Naga à sa Déesse aimée en expliquait un bout- sa curiosité vis à vis de Shakti et des siens.

Aujourd'hui, par ses tortueux et épineux chemins, le Destin lui montrait pourquoi il avait été amené à connaître l'assassine aux mœurs libérées.


- Ah... vous tenez bien votre réputation, excusez mes élucubrations, j'aime à distraire. Je reste un assassin après tout, tâter les personnalités n'est jamais meilleur qu'avec un peu d'humour, mais vous restez comme d'habitude bien au-dessus du lot. Oui... hihihi. Voulez-vous bien me parler un peu de vous ? J'ai ouïe dire bien des choses sur les votre, mais je veux l'entendre de votre bouche. Et, alors que vous réciterez l'histoire de l'élégant poison de la Congrégation que vous êtes, je m'évertuerai de nous mener à un léger sacrifice, nécessaire à l'avènement de notre Impératrice... mais allez-y... parlez donc.

Connaître ses subordonnés n'avait jamais intéressé le vampire, car par définition ils n'ont qu'à lui obéir, mais cette femme n'était pas un sbire, ni même un allié, c'était -aussi étrange que cela semble depuis si peu de temps- une égale. Styx ne connaissait pas l'amitié, mais la reconnaissance et le respect pour d'autres, oui, et en Shakti il trouvait une prédatrice redoutable. Et cela valait tout le respect du monde.

Alors qu'il faisait signe à sa compagnie pour qu'elle n'entame son discours, le magicien bariolé attrapa de l'herbe sèche au sol, la serra dans sa main griffue, et observa la végétation se transformer en herbe du démon. Ses senteurs fortement boisées, presque venimeuses, lui chatouillèrent les narines tandis que l'Ombre entreprenait de tendre la pipe à Shakti, afin que la fumée ne facilite son dialogue.
Il avait hâte d'en apprendre plus sur elle et ses origines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shakti Vhahweyar
Maîtresse d'armes

avatar

Messages : 374
Expérience : 2582
Féminin Âge RP : 23

♦ Politique : 65
Métier : Bûcheronne - Maîtresse Absolue
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Manticore de Shakti +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
4237/4237  (4237/4237)
Vitesse: 598
Dégâts: 2156

MessageSujet: Re: “Les fous passent, La folie reste.” [PW Styx]    Lun 14 Aoû - 23:22

Shakti avait écouté le drôle de clown avec un sourire en coin dessiné sur ses lèvres. Son sourire s'était néanmoins figé lorsqu'il lui avait demandé de parler d'elle. Non pas qu'elle n'était pas flattée de l'intérêt qu'il lui portait, mais elle éprouvait une certaine gène à devoir parler d'elle, à en dévoiler.
Shakti se basait principalement sur le présent, elle vivait l'instant, le moment qu'elle sentait, qu'elle inspirait et expirait. Elle entrevoyait le futur également, par bribes. Le passé, elle le laissait derrière et n'y repensait jamais, ou très rarement. Voilà pourquoi elle ressentait un mal aise, car pour parler de soi, il fallait se positionner, certes au présent, mais quelque peu face à son propre passé également, car c'était de là qu'on venait.
Cela dit, pour Styx, la belle se sentait apte à puiser les quelques éléments de son passé afin de lui parler d'elle, sans trop en dire, évidemment.

La naga, levant un sourcil, l'air intéressé, à la perspective de réaliser une offrande en honneur de son nouveau statut, mettait en place les informations qu'elle allait donner à ce vampire.
Elle l'observait, et cet étrange bonhomme semblait à l'affût de quelque chose parmi les herbes. Quoi exactement? Elle allait bien vite le découvrir.
L'arlequin effectua un tour, tel un magicien, et cet herbe se transforma en quelque chose d'intriguant, qu'il fourra dans sa pipe. Il en tendit alors l'objet à la jeune femme, ce qui ne fit que la séduire. Décidément, toutes les offres que lui faisait l'arlequin étaient très aguichantes, la naga ne pourrait que l'apprécier d'autant plus avec ce qu'il mettait à sa disposition. Il ravissait ses sens, ceux qu'elle chérissait le plus.

La jeune femme porta l'objet à sa bouche, dans un mouvement sensuel, et fermant les yeux, elle en inspira une profonde bouffée. Elle sentit la fumée traverser sa bouche, sa gorge, pour enfin éclore dans ses poumons, dans lesquels elle fit un tour, avant de ressortir élégamment de ses narines dans un mouvement d'expiration.
La substance envoûtante commença alors à faire son effet : Shakti se sentait flotter, mais plus encore, elle voyait le monde en Rouge. Un Rouge si envoûtant. Elle n'avait jamais goûté pareille herbe et elle l'adorait déjà, la dépendante qu'elle était semblait comblée à cet instant.

- Vous semblez connaître ma famille de réputation, je m'en vois ravie. -Elle tire une nouvelle fois sur la pipe avant de la tendre à Styx- Je suis la fille unique de l'actuel chef de famille. J'ai connu une éducation stricte et féroce, comme chaque Vhahweyar avant moi, à l'exception près que mes parents m'ont donné une force en plus, dès mon plus jeune âge. A l'adolescence, j'ai choisi de me spécialiser dans le maniement d'armes plutôt que l'assassinat simple. A mon sens il est si simple d'assassiner, ne serait-ce qu'avec mon poison mortel -elle ouvre la bouche afin de laisser ses crocs reptiliens dépasser-, alors que le plaisir de manier diverses armes, toujours se perfectionner, en caresser de nouvelles... est un bonheur.
Depuis toujours je suis en recherche de sensations fortes, d'adrénaline puissante et je ne me refuse aucun plaisir, qu'il soit fait de combat, de chair ou d'ordre plus euphorique, voire matériel. Je veux profiter de tout ce que la vie a à m'offrir et en dévorer chaque instant. Voilà qui je suis, dans les grandes lignes. Pour le reste, je suppose que vous le savez en partie. Je suis entrée à la Congrégation de l'Ombre dans l'espoir d'y trouver un nouveau clan d'assassins auprès desquels je pourrais partager des idéaux, mais cette démarche est assez brouillon jusqu'ici. Je n'ai pas encore eu la joie de rencontrer une personne qui partage un même besoin et plaisir du combat que ceux que je ressens, ou encore quelqu'un croyant en une réelle cause, plus que du simple passe-temps destructif et inutile. Je suis en effet une Vhahweyar et pour moi il existe des causes pour lesquelles il est intéressant de porter les armes, mais non pas indispensable. Je rejoins une cause car je veux m'amuser, car elle doit me plaire, non pas parce que je veux peser dans la balance. Je veux simplement danser sur les champs de bataille, encore et encore. Vous savez à présent ce qu'il y a à savoir.





Histoire | Dialogue : RosyBrown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Styx
Ombre de la C.O ♦ Baron de Spelunca ♦ Malice immémoriale

avatar

Messages : 1143
Expérience : 4730
Masculin Âge RP : ?

♦ Politique : 163
Métier : Chasseur - Maître (MAX)
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Faustus Fortuna, Compagnon de Styx [Invendable] ; 50% des stats - bonus compris sauf artefacts - dé de race)

Stats & équipements
Vitalité:
2742/2742  (2742/2742)
Vitesse: 1142
Dégâts: 887

MessageSujet: Re: “Les fous passent, La folie reste.” [PW Styx]    Lun 28 Aoû - 16:42

La belle Naga acheva ses paroles et déjà le vampire voyait en elle une âme précieuse. L'herbe fit pétiller une étincelle dans le regard du Baron.

Le Baron se souvenait bien de la première fois, alors âgé d'à peine dix ans, où il avait été aussi proche d'une créature aussi dangereuse que Dame Vhahweyar. C'était une Vouivre Ghermanique, femelle qui plus est, et son rugissement faisait parfois trembler le château familial. Son père, par soucis de former un fils courageux, le posa un jour dans l'enclos de l'animal, prenant soin de brouiller ses traces et d'aller le plus au centre possible de l'énorme forêt qui servait de repère au plus récent chien de garde.
Non seulement le petit avait survécu, mais il avait depuis grandit avec une fascination pour ces bêtes féroces qui peuvent tuer un homme d'un simple claquement de queue. Le respect qu'elles inspiraient étaient toujours délicieux.

- Vous avez été élevée proprement, votre discours est fluide et éloquent, la posture aguicheuse garde des traces de noblesse, et le goût des armes prouve la bravoure des Vhahweyar. C'est bien la première fois qu'un Dùralassien ne m'ennuie pas à la première phrase, et pour cette même raison loués soient vos parents, et vous, pour sûr. Vos paroles sont celles d'une femme avec plus de courage que les hommes Dùralassiens que je connais. L'arlequin parlait en se déplaçant, guettant du regard un changement à l'horizon. Au loin, une grotte à l'entrée béante gisait de façon inquiétante en ce paysage. Quant à la Congrégation, c'est un sentiment partagé. Le goût de la rigueur peut être conservé même dans la plus chaotique tempête, et les codes des assassins, d'où je viens, sont glorieux. Votre clan est une référence, même outre ces eaux, Guerrière, et si vous permettez un conseil, parfois tout ce dont une affaire de famille a besoin est de nouvelles pierres plus riches à poser sur un seuil noble mais usé par le temps. Et certaines cités, dont la mienne, seraient ravies de voire marcher en leurs rues d'aussi charmantes personnes. Dùralas mérite que les Vhahweyar brillent sous de meilleurs feux... Enfin, pardonnez, mon devoir civil qui s'exprime depuis que je sers la Couronne, la meilleure protection pour le peuple est souhaitée.

Il s'inclina poliment. Derrière eux commençaient à naître un fin brouillard au sol, rien d'inquiétant, au contraire plutôt poétique. Peut-être était-ce là un effet des feux follets qui rendaient cet endroit si féérique, mais quelque chose dans l'air avait changé.

L'âme du clown avait capté quelque chose dans sa toile, et déjà ses voix, innombrables abeilles ouvrières au service du Roi qui dévorait ses sujets lui intimaient la venue de la Chose. Le grand monarque de ces marais, celui qui peuplait les grottes profondément bâties dans la terre purulente.

Le sourire du Baron pris une tournure sauvage, et déjà des ombres se formait le costume d'un majordome aussi parfait qu'inquiétant.

- Vous n'avez rien à prouver à personne, Shakti. Vous êtes un Serpent, comportez vous comme tel, et le monde ne saura jamais vous résister. L'Impératrice vit en vous, et puisque même moi ne saurait vous dire ce qu'est le rôle que je vous demande d'endosser, sachez que la Déesse Fortune ne fait rien au Hasard, mais si Shakti Vhahweyar a été choisie c'est qu'il en est ainsi. Que pensez-vous de tout ça ? Je ne puis fournir meilleure explication à la volonté de ma Déesse, elle est tout et rien, en comprenez-vous la logique incohérente ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: “Les fous passent, La folie reste.” [PW Styx]    

Revenir en haut Aller en bas
 

“Les fous passent, La folie reste.” [PW Styx]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» le monde appelle fous ceux qui ne sont pas fous de la folie commune (orion)
» C'est bien la pire folie que de vouloir être sage dans un monde de fous. [ ABANDON ]
» C'est bien la pire folie que de vouloir être sage dans un monde de fous - Nuit Apocalyptique
» ILS SONT DEVENUS FOUS! Est-ce que je mène une campagne contre Aristide au Forumh
» La folie des BAM ! [FINI]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ouest de Dùralas :: Les marais Hukutav-