AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : wtvrsteph
Le Monde de Dùralas a précisément 1696 jours !
Dùralas, le Ven 22 Juin 2018 - 18:47
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !
Partagez | 
 

 Bosquet de sureaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 15, 16, 17
AuteurMessage
Grabuge
Tavernier ♦ "Justicier brutal"

avatar

Messages : 644
Expérience : 1728
Masculin Âge RP : 41 ans

Politique : 27
Métier : Bûcheron - Maître
Titres:
 

(Feriel, griffonne de Grabuge +200, v+250)

Stats & équipements
Vitalité:
2850/2850  (2850/2850)
Vitesse: -79
Dégâts: 1744

MessageSujet: Re: Bosquet de sureaux   Jeu 1 Mar 2018 - 22:28

J'abattis mon dernier arbre de la journée avant de me poser – quoi que m'écraser lourdement était plus correct – au sol, les bras en compote et de la sueur perlant sur mon front.
J'avais passé toute l'après midi à découper des rondins et à les transporter jusqu'à l'entrepôt. Heureusement j'avais été aidé par les quelques collègues que j'avais l'habitude de croiser et avec qui j'avais commencé à tisser une relation de partenariat saine. Parmi les principales figures récurentes il y avait Grant, un jeune humain toujours souriant, Dekta, une des rares bûcheronnes orques que j'avais eu l'occasion de rencontrer, et Salim, un géant un peu benêt mais qui ne rechignait jamais à la tâche.
Avec cette petite équipe, on avait bien avancé dans la coupe, et la cohésion de groupe nous permettait de progresser bien plus vite et donc d'augmenter notre rendement.
Alors que je prenais une pause bien mérité, Salim vint se poser à coté de moi lui aussi, et sortit une pipe de son pagne. Une pipe qui faisait presque ma taille, il était vrai. Je me demandais à combien les géants payait leur consommation de tabac, parceque ce que je fumais en un mois, Salim devait sûrement le fumer en une semaine, voir moins. Je souris à cette simple pensée, et sortis moi aussi ma pipe pour fumer avec lui.
Nous échangîmes quelques minutes sur le travail, dans une ambiance agréable, jusqu'à ce que le tabac fut entièrement consumé. De loin, la fumée que dégageait la pipe du géant devait ressembler à une fumée de cheminée.

C'était ce que je recherchais, en un sens, en venant ici. Paradoxalement, je travaillais dans la forêt pour me reposer. Pour oublier l'espace de quelques heures mes tracas, mettre de coté mes convictions et mon passé pour devenir quelqu'un de plus banal. De plus "normal".
Mais ne vous y trompez pas, mon instinct de justicier n'était jamais loin. Il sommeillait, et était prêt à revenir au moindre signe de conflit. Chose qui, à ma grande chance, n'était jamais arrivé.

Je me levai finalement, nettoyai ma pipe et partit vers mon lieu de vie du moment – une simple chambre d'une taverne locale - en saluant mes compagnons alors que le soleil commençait à disparaître. Si le jour, j'étais un simple bûcheron parmi tant d'autres, une fois la nuit tombé, je redevenais Grabuge, le justicier zélé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 3182
Expérience : 10254
Masculin

MessageSujet: Re: Bosquet de sureaux   Dim 4 Mar 2018 - 0:47

Rapport de récolte :

Grabuge gagne 10 bois de sureau et 10 points métier, ainsi que 5 points bonus

Commentaires sur le RP : Rien à redire.

Edit : tu obtiens également le bonus Timber : Votre premier RP de métier vous fait gagner 40 rondins de sureau et 20 points de métier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grabuge
Tavernier ♦ "Justicier brutal"

avatar

Messages : 644
Expérience : 1728
Masculin Âge RP : 41 ans

Politique : 27
Métier : Bûcheron - Maître
Titres:
 

(Feriel, griffonne de Grabuge +200, v+250)

Stats & équipements
Vitalité:
2850/2850  (2850/2850)
Vitesse: -79
Dégâts: 1744

MessageSujet: Re: Bosquet de sureaux   Ven 16 Mar 2018 - 21:35

Notre boulot du jour, à nous autre bûcherons, était de couper une petite partie du bois, qui faute d'entretien commençait à dépérir.
J'avais déjà vu plusieurs fois des arbres mourir, et j'avais même un jour mis les pieds dans les sombres forêts perracks. Mais le paysage qui s'offrait à moi ne me plaisait vraiment pas: les arbres étaient tous secs, tordus et semblaient supplier une fin à leur agonie.

Je fis une prière à la nature, un instant, avant de me mettre au travail avec mes compagnons. Cela faisait maintenant quelques semaines que l'on travaillait ensemble, et nous possédions maintenant une coordination efficace. Ainsi, en une après-midi de dur labeur, la partie de bois corrompue fut abattue et le bois récolté. Il ne servirait jamais à faire des chaises ou des meubles, mais au moins il chaufferait les habitants de Dùralas, et cette simple pensée me confortait dans l'idée que ce que je faisais servait à quelque chose. Ce genre d'idée m'était indispensable pour travailler, je n'aimais pas que mon labeur ne serve à rien.

Nous nous réunîmes pour casser la croûte à la fin de notre mission. Chacun avait ramené quelque chose, souvent à base de viande ou d'alcool. Pour ma part, j'avais pris des épices et une bouteille de vin rouge au prix abordable.
Ainsi, notre petit groupe resta là, à discuter, rigoler, manger, boire, s'amuser. Je pris part aux festivités, pour la première fois depuis un long moment. Cela me rappelait les soirées au coin du feu avec mes frères d'arme, à décompresser entre deux batailles. Des moments gravés à jamais dans ma mémoire, des souvenirs d'un temps à jamais révolu.

"Bah Grabuge, tu vas où?" me demanda soudainement un de mes compagnons alors que je me levai.

"Là où on a besoin de moi." répondis-je simplement en rangeant ma pipe. Cette soirée était plaisante, mais la sécurité du peuple était bien plus importante. Je finis de ranger mes affaires, de saluer mes collègues, et me dirigeai vers BaldorHeim d'un pas déterminé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 3182
Expérience : 10254
Masculin

MessageSujet: Re: Bosquet de sureaux   Ven 23 Mar 2018 - 10:00

Rapport de récolte :

Grabuge gagne 15 bois de sureau et 5 points métier, ainsi que 1 minerai d'adamantium

Commentaires sur le RP : Rien à redire.


Dernière édition par Le Marchand le Ven 23 Mar 2018 - 17:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grabuge
Tavernier ♦ "Justicier brutal"

avatar

Messages : 644
Expérience : 1728
Masculin Âge RP : 41 ans

Politique : 27
Métier : Bûcheron - Maître
Titres:
 

(Feriel, griffonne de Grabuge +200, v+250)

Stats & équipements
Vitalité:
2850/2850  (2850/2850)
Vitesse: -79
Dégâts: 1744

MessageSujet: Re: Bosquet de sureaux   Ven 23 Mar 2018 - 11:59

Levé aux aurores pour travailler le bois, mon travail d'aujourd'hui n'était pas des plus banal: je devais couper un grand chêne en plein centre de BaldorHeim. Vieux et fatigué, l'arbre menaçait de tomber à tout moment depuis les violentes bourrasques de ce mois-ci, ainsi on m'avait demandé à moi et mes collègues de l'abattre avant qu'il n'écrase les maisons alentours.

Du travail de précision plus que du travail de force. Cela ne me dérangeait pas, car j'avais commencé, avec le temps, à être de plus en plus familier avec la coupe de bois, et par conséquent j'étais persuadé de réussir à faire tomber le chêne où je voulais, sans abîmer les bâtisses. Au pire des cas, mes collègues qui étaient bien plus expérimentés que moi parviendraient sans mal à me guider pour ne pas commettre d'erreurs.

Je pris donc la route de BaldorHeim, croisant sur la route mes compagnons bûcherons. Nous étions quatre en tout quand nous arrivîmes au quartier qui accueillait l'arbre à découper. Après une rapide collation, une habitude que j'avais pris à force de cotoyer les bûcherons, nous nous mîmes au travail, sortant haches, pioches, échelles, scies et j'en passe. Pour quelqu'un d'extérieur à la coupe de bois, voir un bûcheron utiliser une pioche était quelque chose d'étrange, mais pour nous c'était tout à fait normal. Ces pioches servaient à dessoucher l'arbre une fois abattu, afin de ne pas laisser un pauvre morceau de souche amochir le paysage.

Cela faisait trois heures que nous avions commencé quand un incident survint: Kraig, un de mes collègues qui venait de monter tout en haut de l'arbre pour couper les dernières branches, ripa soudain sur un des barreaux de l'échelle et tomba au sol, à bien six mètres de hauteur. Il s'écrasa violemment, et le bruit de craquement que nous entendîmes tous ne présageait rien de bon.
Tout le monde se précipita sur lui, le coeur battant la chamade et la peur au ventre. Mais il était déjà trop tard. Il avait fait une mauvaise chute et était mort, la nuque brisée à l'impact. En un instant, sa vie était partie à jamais, pour un bête accident.

La suite de la journée fut la plus morose que j'avais passé de ma vie. Un silence total envahissait les yeux, seulement ponctué par le martèlement de la hache contre le tronc du chêne. Nous avions bien évidemment emmené notre défunt collègue à sa famille, qui nous avaient accueillis par des pleurs et des hurlements de désespoir. J'avais cotoyé la mort depuis plus de vingt ans, et pourtant ce genre d'accidents me chamboulaient le coeur comme si c'était un de mes frères d'armes qui avait perdu la vie. Le pire était certainement l'émotion de la famille à qui on venait annoncer la mort de leur mari, de leur père, de leur frère. Je n'avais jamais été formé à ça en tant que mercenaire. Pour moi, tuer l'engeance du mal était devenu normal mais nous avions interdiction formelle de causer des pertes civiles, et nous nous y étions tous toujours attelés avec ferveur. J'avais, à ce moment là, le plus grand respect pour ceux qui avaient l'habitude d'annoncer ce genre de décès. Je préférais mille fois ma vie de mercenaire.

Nous finîmes le travail dans le silence, sans un mot. Une fois l'arbre abattu, nous repartîmes tous de notre coté, après un "au revoir" des plus solennels. Cette journée m'avait marqué plus que je ne voulais le reconnaître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 3182
Expérience : 10254
Masculin

MessageSujet: Re: Bosquet de sureaux   Ven 23 Mar 2018 - 17:45

Rapport de récolte :

Grabuge gagne 25 bois de sureau (j'en avais oublié 5 tout à l'heure pour ton précédent bûcheronnage) et 5 points métier.

Commentaires sur le RP : Mes condoléances mais félicitations pour être devenu "Apprenti" !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grabuge
Tavernier ♦ "Justicier brutal"

avatar

Messages : 644
Expérience : 1728
Masculin Âge RP : 41 ans

Politique : 27
Métier : Bûcheron - Maître
Titres:
 

(Feriel, griffonne de Grabuge +200, v+250)

Stats & équipements
Vitalité:
2850/2850  (2850/2850)
Vitesse: -79
Dégâts: 1744

MessageSujet: Re: Bosquet de sureaux   Ven 30 Mar 2018 - 11:21

Je venais tout juste de sortir de mon entraînement kazharien que j'étais déjà reparti m'entraîner, cette fois ci au bûcheronnage. Ce n'était pas à proprement parler un entraînement mais les capacités physiques que l'on mettait en oeuvre pour accomplir le boulot me musclait, sans aucun doute.
D'ailleurs, aucun des collègues bûcherons que j'avais croisé n'étaient en dessous des 100 kilos, et si certains exhibaient un bide à bière, aucun n'était dénués de force. La dure vie de bûcheron les avaient taillés comme un ébéniste taille le bois, même si à terme cet éprouvant boulot pouvait avoir raison de la santé fragile des concernés. Car toujours repousser ses limites jusqu'à ce que le boulot soit fait, cela avait un prix. Je ne comptais plus le nombre de vieux bûcherons que j'avais vu s'éteindre au cours de ma vie, le dos et les membres cassés par le travail. Moi-même, je commençais à ressentir des rhumatismes par moment, mais ça c'était sûrement à cause de mon passé constitué de combats, de combats et encore de combats.

La mission du jour était une commande. Une des sociétés d'ébénisterie de la ville avait besoin de nos services pour réapprovisionner leur stock. Elle avait donc fait appel à nous pour une commande urgente, qui prévalait sur les autres tant le client était important.
Nous nous mîmes à la tâche sans tarder, après avoir mangé notre éternel casse-croûte matinal et avoir discuté quelques temps. Tout le monde était maintenant au courant que j'avais en charge la protection de BaldorHeim, et certains me chambraient sur mon nouveau statut de garde kazharien, gentiment:
"Attention, v'là monsieur le garde!" ou encore "Promis j'ai pas de contrebande dans les poches." En général je répondais à ses railleries par le rire, et nous rigolions tous en coeur. Et le boulot reprenait.

Nous finîmes en milieu d'après-midi. Le temps était plus chaud qu'à l'accoutumée, et un des nouveaux venait même de tomber dans les vapes à cause de la chaleur et du travail intensif que l'on effectuait. Cela signait la fin de la journée, nous avions de toute façon fait notre quota journalier. La commande serait sûrement prête d'ici quelques jours tout au plus, s'il n'y avait pas d'incidents majeurs jusque là. Je repensai à la mort de Kraig un instant. Depuis cet incident-ci, j'avais à coeur la sécurité des bûcherons lorsque l'on travaillait, et même si certains tiraient la gueule à se faire reprendre dès qu'ils essayaient de gagner du temps, ils comprenaient bien vite et acquiesçait avant de s'exécuter.
C'était étrange, n'est-ce pas, à quel point la mort pouvait nous faire avancer?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 3182
Expérience : 10254
Masculin

MessageSujet: Re: Bosquet de sureaux   Lun 2 Avr 2018 - 12:36

Rapport de récolte :

Grabuge gagne 20 bois de sureau et 5 points métier + 5 points bonus.

Commentaires sur le RP : Ca c'est un bon bûcheron !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grabuge
Tavernier ♦ "Justicier brutal"

avatar

Messages : 644
Expérience : 1728
Masculin Âge RP : 41 ans

Politique : 27
Métier : Bûcheron - Maître
Titres:
 

(Feriel, griffonne de Grabuge +200, v+250)

Stats & équipements
Vitalité:
2850/2850  (2850/2850)
Vitesse: -79
Dégâts: 1744

MessageSujet: Re: Bosquet de sureaux   Jeu 5 Avr 2018 - 0:49

Je pris la route du bois, comme à mon habitude, mais cette fois-ci c'était vers la réserve de bois de la ville que je me dirigeais. En effet, mon boulot d'aujourd'hui était particulier, mais nécessaire: moi, et un de mes collègues, nous devions trier le bois pour les commandes.
En règle générale, nous coupions le bois et d'autres étaient chargés de le trier, mais les concernés avaient apparemment eu des soucis de santé graves, et nous avions été mandatés pour prendre la relève. Moyennant finance ça va de soi.

Je retrouvai mon collègue géant, Helvard, sur la route. C'était un bon gars, et pas si bête pour un géant. Contrairement au cliché que l'on se faisait de ce peuple, il ne cherchait pas la bagarre et la picole mais était plutôt calme. Il ne parlait pas beaucoup, et était surtout concentré sur le travail quand on bossait ensemble. Un parfait ouvrier en somme.
Et c'est après une petite poignée de main - et il avait de la poigne - qu'on prit ensemble le chemin menant à l'entrepôt de bois, dans le silence. Nous n'avions pas besoin de mots pour sympathiser, et j'étais le premier à respecter et apprécier le silence. Comme disait l'expression, la parole est d'argent mais le silence est d'or.

Après une rapide vérification de ce que l'on devait faire et de l'état des stocks, on commença le travail. Et j'avouai sans honte que l'aide d'Helvard était indispensable. Car même si pour un gobelin j'avais une capacité de charge surgobeline, lui avait peut être cinq fois ma force et donc mon efficacité. Seul, le travail aurait pris des jours, mais avec mon ami géant, nous finîmes en l'espace d'une après-midi. Nous ne parlîmes pas beaucoup, mais au moins nous avions fait le travail dans les temps. Je sortis ma pipe pour célébrer ma fin de service, ne prenant pas la peine de proposer à Helvard de fumer avec moi car ma pipe était semblable à un cure dent pour lui.

C'était une belle journée qui venait de se finir, et je rentrai donc à la grotte kazharienne, dans l'optique de me doucher avant de faire ma patrouille journalière. Je me reposais peu, en effet. Mais vous savez ce qu'on dit: pas de répit pour les justiciers. Et je m'autoriserais un repos mérité quand mon heure sera venue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 3182
Expérience : 10254
Masculin

MessageSujet: Re: Bosquet de sureaux   Mar 10 Avr 2018 - 0:57

Rapport de récolte :

Grabuge gagne 20 bois de sureau et 5 points métier + 5 points bonus.

Commentaires sur le RP : Ca c'est un bon bûcheron ! Tu passes Compagnon !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kānshǒu
Disciple du Lièvre

avatar

Messages : 46
Expérience : 761
Masculin Âge RP : 20

Politique : 11
Métier : Bûcheron - Apprenti
Titres:
 

(Licorne +100, v+150)

Stats & équipements
Vitalité:
955/955  (955/955)
Vitesse: 561
Dégâts: 706

MessageSujet: Re: Bosquet de sureaux   Mar 10 Avr 2018 - 21:55

"Mais quelles sont ces sciences de l'esprit ? Ces sortilèges sinistres qui sifflent au-dessus de vos têtes ?"


Par delà le chemin Est de la forêt, au centre même de celle-ci, tu connaîtras un allié. Vas, et retrouve-le. Reviens-moi muni d'une compagnie, car ce sont les seuls vraies beauté du voyage. Vas, Disciple du Lièvre !


Alors le Samouraï avait marché. Les paroles d'un maître étaient d'or pour l'élève sage ; entendre et méditer, dans l'action s'il le fallait.

Heureux de revenir dans les bois elfiques, désormais chers au cœur de l'Hybride pour qui la culture Dùralassienne demeurait distante, car ils étaient les premiers de longues beautés exotiques, le Marchand entreprit de se munir d'un calepin et d'un fusain noir afin de compléter quelque détail en son herbier. Il dissimula les objets dans son armure, mi-cuir mi-bambou afin de faciliter les déplacements au combat, et marcha jusqu'à l'orée de la forêt.

Le soir tombait, car si l'épiphanie de son Sensein avait été dictée ils avaient auparavant été occupés par des leçons orales a propos des classes trouvables en ces territoires.

Aujourd'hui il avait été question des Technophiles et les yeux du jeune Kānshǒu s'étaient enflammés à l'écoute des caractéristiques de ces guerriers à l'énergie bleue si particulière ; comment leur armure était faîte de métal vivant, et leur lame invoquait les tonnerres ! Ils demeuraient tout à fait inimaginables pour le cornu, qui derrière des peintures faciales bleutées rougissait de devoir affronter pareils ennemis. Un honneur ! Un honneur immense pour le paladin du Cocon qu'il était que de mesurer ses entraînements à ceux de grands guerriers ! (Une autre classe dont ils auraient pu discuter)

Il avait jadis vécu dans ses chemins, mais sa marche était désormais plus vive et agile, car le moine suivait un entraînement rigoureux, apprenant à son corps à se faire aussi rapide que celui des tigres et aussi fort que le dragon ; voilà l'objectif de tout membre du Cocon.
Accaparé dans ses réflexions, une mince pipe d'opium aux lèvres, le Samourai laissa son regard divaguer sur l'horizon tout de vert et de feuillages.

Il aperçut, surpris de ne pas l'avoir remarqué avant, un convoi mené par des chevaliers en armure dorée, inconnue à l'Hybride mais inspirant une noblesse certaine. Il n'y avait qu'une seule voiture, à forme étrangement cubique, tirée par des chevaux au repos; mais ce ne fut pas la curiosité qui attira l'attention du bretteur. Il y avait là un frère ; l'éternelle lanterne en papier à sa taille s'agitant promptement.
En observant plus attentivement les environs il remarqua des traces de lucioles ; une astuce utilisée par les captifs du Cocon pour signaler leur position. En effet, le clan avait appris à vivre aux côtés des insectes, en faisant de leur usage une particularité dont ils n'étaient pas peu fier.

Kānshǒu se trouvait dans l'obligation d'en savoir plus. Il enfonça son chapeau, dissimulant un peu plus son faciès juvénile pour marcher assurément vers les gardes assis autour d'un feu où rôtissait un lapin. Ils étaient quatre, et discutaient allégrement ; deux étaient allongés.
Ils prenaient une pause dans les bois. Mais de quelle tâche ?

Jusque là accroupi dans les fourrés l'Hybride tendit l'oreille.


- T'en avais déjà vu un, toi ? Bordel, tout ça pour une pomme...
- Un vrai Djölfulin... c'est vrai qu'ils sont curieux. Il a pas décroché un mot depuis qu'on l'a arrêté, il a résisté ?
- Nan, à peine on criait au voleur il a levé les bras. J'ai confisqué ça... on dirait un jeu de cartes... tu crois que c'est un arlequin ?
- Ouais, ça ou un mendiant je dirais. On a pas de menottes anti-magie ceci dit, faut rester vigilants.

La voix parla lentement. Des murmures enjoués montèrent aux oreilles du Samouraï et il dégaina instinctivement son bâton, engluant d'un coup de pinceau la magie qui venait de l'entourer. Cela lui permit de se déplacer afin d'esquiver le sort, mais il resta étonné de voir que la trace arcanique remontait jusqu'au transport geôlier. Curieusement, le captif préférait s'en prendre à lui plutôt qu'à ceux qui le détenaient... non, ce ne devait pas être une magie dangereuse.
Revenant sur ses pas, le peintre ôta la glue enchantée qui avait emprisonné le sort d'illusion précédent et en huma le flux.

Il s'exposa volontairement à l'attaque, en d'autres termes, en espérant que ce n'en fut pas une mais plutôt un subterfuge rusé pour communiquer avec un tiers.

Alors que l'enchantement, invisible à l’œil commun, commença à entourer le Samurai  ce dernier ne put que s'émerveiller face à la constitution peu commune des arcanes illusoires. Vaporeux et discret, le sort possédait une force d'attraction redoutable, magnétique..
Une silhouette au costume asymétrique lui apparut, comme une ombre qui se colore dans un premier temps, puis comme un Djöllfulin aux cornes serties d'un anneau doré chacune. Un visage fin et allongé, sans barbe, arborait un cercle rouge autour d'un œil tandis qu'un triangle vert ornait sa lèvre supérieure. Une bouche souriante, pour un être curieux, le Samurai ne regrettait pas d'être venu. Cependant, face à la posture désinvolte de l'homme en robe à la manche droite plus longue que la gauche, il ne pouvait s'empêcher de se dire qu'il avait sciemment laissé passer le sortilège de ce prisonnier. Voleur de pommes présumé, qui plus est... non ça avait l'air inoffensif au final.
Les arlequins ont un don particulier pour les jeux psychologiques, à moins qu'il n'y en ait pas ? Face à autant de cogitations hasardeuses, surement induites par les effets narcotiques des illusions,  Kānshǒu décida d'attendre que sa rencontre s'exprime.

Ce que l'arlequin fit après s'être longuement étiré. Ses cornes se balancèrent, faisant tinter allégrement les anneaux.  Kānshǒu avait omit un détail crucial en scrutant le garçon en face, ses traits barbouillés de couleurs dissimulaient une jeunesse extrême ; un gamin se tenait là, drôlement joyeux pour sa situation.


- Yo, Vic en communication, t'as l'air totalement stone.
- Euh... bonjour, petit, moi c'est Kānshǒu. Tu fais quoi, là ?
- J'me suis fait attrapé en volant une pomme... j'essayais de pratiquer des tours de passe passe et puis... tu sais. Tu veux pas m'aider à sortir de là ? J'veux dire, ça  ira, je m'en sortirais mais plus le plus tôt serait le mieux, mon papa m'attend.

Suite à quoi l'image du jeune arlequin se brouilla, en même temps qu'il s'offusquait de ne plus pouvoir maintenir son sort. De toute évidence, il était à court de mana, un problème récurrent chez les débutants le moine savait bien.
Revenant à lui, et les effets de l'illusion s'estompant, l'Hybride constata qu'il faisait bien plus sombre qu'auparavant ; il fallait se hâter une nuit dans les bois n'est jamais de tout repos. S'il agissait maintenant ils pourraient retourner au chariot serti de lampes de papier avant l'obscurité totale, il agirait comme une protection surnaturelle contre les dangers nocturnes.

Il tira son pinceau géant et se mit à gribouiller les arbres à proximité, prenant soin de badigeonner les troncs copieusement de sa magie gluante. Une fois le processus terminé, le moine toujours dissimulé dans la végétation siffla une fois.
Il attira l'attention de l'un des deux qui ne dormaient pas. S'il s'y prenait comme il faut, le dernier garde serait une cible isolée facile à plonger dans l'inconscience ; s'il commettait une erreur il aurait à affronter deux hommes. Un combat qu'il ne pouvait gagner.

Invoquant la ruse d'Urgaal'Mar, le moine procéda à se déplacer furtivement -ses vêtements légers lui facilitant la tâche- afin de se rapprocher du vigilant. L'homme scrutait droit devant lui, ne soupçonnant pas une présence dans les fourrées même, mais il ne saurait attendre avant de fouiller les coins, il fallait agir maintenant.
Profitant d'un effet de surprise certain et de l'élan que lui procura un bond acrobatique, il asséna un coup de genoux au Garde, projetant ce dernier contre un tronc imbibé d'énergie poisseuse. Parfait ; sa magie retiendrait le guerrier, jusqu'à ce qu'il reprenne conscience tout du moins, et il pouvait ainsi s'occuper du deuxième garde.
D'ailleurs, ce dernier s'inquiétait déjà de l'état de son camarade.

Kānshǒu disparut dans les branchages des arbres, ayant à nouveau recours à des jambes puissantes (signe des disciples du Lièvre) pour s'éclipser.
Il avait quelques secondes à peine avant que l'alerte ne soit donnée, le temps que le deuxième ne trouve son ami embourbé dans une matière invisible. Guettant les mouvements du garde au-dessous de lui, le jeune lièvre se laissa tomber derrière lui en accomplissant un bien étrange geste ; alors que ses pieds commençaient à toucher le sol, ses mains dégainèrent son pinceau géant en visant la tête de l'individu. Ce dernier se retrouva la tête plongée dans une immensité de poils doux et chauds, dont les bouts étaient enduits d'un puissant somnifère.

Une fois l'autre garde neutralisé en silence, Kānshǒu procéda à investir le campement où roupillaient a même le sol les deux gardes restants. La cage où veillait le jeune arlequin était un peu plus loin du feu, derrière le piquet auquel on avait fixé les chevaux.
Préférant rester à couvert, dans les branchages, plutôt que de s'exposer au sol, le moine traversa le campement improvisé en trois bonds, avant d'utiliser sa magie comme un élastique pour amortir sa chute face à la prison du Djöllfulin.

En quelques mouvements Kānshǒu se trouva en face du grillage métallique qui renfermait l'arlequin. Ce dernier était bien éveillé, et semblait veiller depuis un petit bout de temps comme en attestaient ses pupilles fatiguées.
Lorsqu'il aperçut le kimono plongeant du ciel, amorti par un fil de magie toute bizarre, il ne put retenir un "waouh" murmuré. La journée de l'arlequin était trop cool ; d'abord un vol qui tourne mal et ensuite un allié acrobate ! Mais il garda l'esprit pratique et utilisa une carte dissimulée dans sa manche pour manifester une petite explosion au niveau du loquet de serrure. Littéralement un atout dans la manche !

Une fois libéré et en sécurité -le moine aux peintures bleues l'envoya rebondir sur ses lianes de magie gluante- Vic explosa :


- WAOUH COMMENT TU FAIS TES SAUTS ?! C'était trop bien d'abord les gardes neutralisés en mode ninja, et ensuite le parcour éclair dans les arbres pour sauver un gamin en détresse j'en reviens pas t'es vraiment génial M'sieur Kanpou !
Même si techniquement c'est super illégal ce que tu viens de faire, tu vas avoir plein de problèmes si ça se sait alors on ferait bien de décamper de suite hein ~

-Tes compliments me flattent, mais je ne leur donne que quelques minutes avant de reprendre conscience et mener une battue. Hâtons-nous, petit Vic.
- Reçu 5/5 ! ~

Rapidement suivis de bruits indiquant que les Gardes reprenaient conscience, les deux compères repartirent en direction du chariot appartenant au Marchand, en prenant garde de ne jamais fouler le sol afin de ne laisser aucune trace qui pourrait mener les géoliers à leur prisonnier. Kānshǒu savait commettre là un acte répréhensible, mais sa conscience ne s'appliquait pas vraiment en ces circonstances, le gamin n'étant pas un réel danger pour mériter pareil traitement.
Une fois parvenus à destination, Vic remercia son nouvel ami en lui offrant un petit sac contenant du bois qu'il avait dérobé et enfoui dans une sorte de bourse sans fond qu'il portait. Une ingénieuse chose, mais qui renforçait ses crimes...


- Je préfère le couper moi-même d'habitude, et c'est franchement naze de leur avoir volé leur bois, comment se chaufferont-ils cette nuit ?
- Pfeuuuuh, ils avaient l'air bien en forme quand ils m'ont arrêté pour une stupide pomme ! J'men fais pas pour ces gros débiles!

Le moine soupira mais ne put en vouloir réellement au jeune arlequin car sa mine fatiguée trahissait une fois de plus sa fragilité. Décidant d'attendre son Maître, qui semblait avoir disparu, le disciple du Lièvre installa l'enfant dans des couvertures en peau, à l'arrière du véhicule.
Il piqua lui aussi un somme, car demain attendait un nouvel entraînement ; il faudrait se rendre aux bois de cerisier si ses souvenirs étaient bons.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grabuge
Tavernier ♦ "Justicier brutal"

avatar

Messages : 644
Expérience : 1728
Masculin Âge RP : 41 ans

Politique : 27
Métier : Bûcheron - Maître
Titres:
 

(Feriel, griffonne de Grabuge +200, v+250)

Stats & équipements
Vitalité:
2850/2850  (2850/2850)
Vitesse: -79
Dégâts: 1744

MessageSujet: Re: Bosquet de sureaux   Sam 14 Avr 2018 - 4:28

Je pris le chemin du bois d'un pas lourd ce matin-là. La soirée avait été mouvementée, mais j'avais quand même tenu à aller travailler.
En effet, alors que je faisais ma ronde nocturne, nous avions croisé moi et mes collègues kazhariens un attroupement étrange. S'acquittant de notre tâche, nous nous pressâmes pour voir de quoi il s'agissait.
Nous apprîmes que c'était un duel clandestin entre deux bourgeois qui s'étaient jeté le gant et qui avait décidé de régler ça par le fer. Les deux opposants avaient fait appel chacun à des champions, ces guerriers spécialisés dans ce genre de duel. L'un d'eux était une crapule de renom, nommé Torval la Flèche, qui était connu pour son agilité qui lui avait bien servi pour fuir après ses nombreux méfaits. L'autre était un gladiateur qui avait voulu arrondir ses fins de mois en collaborant avec la pègre pour servir de duelliste illicite.

Lorsque nous firent cesser le combat, l'affrontement était déjà bien entamé et le gladiateur était en mauvaise posture face à Torval, armé de ses deux dagues. Quand le gladiateur nous vit, il tenta de fuir mais fut vite rattrapé par un de mes collègues. L'autre avait simplement sifflé, et on comprit qu'il avait appelé du renfort.
Quelques secondes après, des épées se dégainèrent dans la foule qui était venu assister à l'évènement. Les autres, comprenant que les choses allaient tourner au vinaigre, décampèrenet rapidement, nous laissant seuls face à dix bandits et à Torval.
Ce dernier nous lâcha d'ailleurs, triomphant:

"Bon et bien je vous laisse sous bonne compagnie. Messieurs..."

Suite à ses mots, il tenta de prendre la poudre d'escampette, mais notre brigadier fut plus rapide que lui. Il lui barra le chemin alors que nous nous placions autour de lui, prêt à défendre sa poursuite des vermines qui essaieraient de le stopper.
Nous étions quatre contre dix, mais nous avions l'avantage de la coordination et de l'armement. En effet, nos adversaires étaient armés de dagues et de gourdins pour la plupart, armes à l'efficacité amoindrie sur nos armures.
L'un d'eux chargea en premier, espérant que la rare épée du lot allait avoir plus de chance face à la garde kazharienne. Je le balayai d'un coup de marteau, l'envoyant s'écraser le crâne contre le mur de droite.De son coté, le brigadier traquait toujours le duelliste, rapide mais essouflé par son récent combat. S'il comptait sur sa connaissance des lieux pour nous échapper, c'était une erreur: notre chef était un natif de BaldorHeim, et il connaissait les rues et ruelles comme sa poche.

Notre escarmouche dura une dizaine de minutes où nous dûmes retenir nos dix assaillants. Mes trois collègues, équipés dans l'ordre d'une hallebarde, d'une épée et d'une hache, charcutèrent bras et torses pour appréhender les malfrats, n'hésitant pas à verser le sang, habité d'une ferveur profonde envers BaldorHeim. J'écrasai le crâne du dernier criminel quand nous vîmes revenir le chef, transportant le corps de Torval.

"S'il est encore en vie, il va croupir dans les geôles à partir de maintenant." nous confia-t-il tout en marchant en direction de la caserne la plus proche.

C'était une des rares fois où j'avais dû intervenir au cours de mon travail de gardes. Autre que pour gérer un combat entre deux ivrognes ou attraper des mains baladeuses en recherche d'or. Et les combats m'avaient légèrement blessés, mais rien que ne saurait réparer une nuit dans mes thermes. Je m'endormis d'ailleurs assis dans le bassin d'eau chauffée.

J'arrivai enfin au lieu du travail, un rictus aux lèvres. Mon travail de bûcheron et celui de garde étaient vraiment deux vies différentes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 3182
Expérience : 10254
Masculin

MessageSujet: Re: Bosquet de sureaux   Sam 21 Avr 2018 - 14:58

Rapport de récolte :

Kānshǒu gagne 20 bois de sureau et 5 points métier.

Commentaires sur le RP : /

-----

Rapport de récolte :

Grabuge gagne 20 bois de sureau et 5 points métier ainsi qu'une récompense bonus : 1 minerai d'adamantium.

Commentaires sur le RP : rien à dire


Dernière édition par Le Marchand le Ven 27 Avr 2018 - 16:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grabuge
Tavernier ♦ "Justicier brutal"

avatar

Messages : 644
Expérience : 1728
Masculin Âge RP : 41 ans

Politique : 27
Métier : Bûcheron - Maître
Titres:
 

(Feriel, griffonne de Grabuge +200, v+250)

Stats & équipements
Vitalité:
2850/2850  (2850/2850)
Vitesse: -79
Dégâts: 1744

MessageSujet: Re: Bosquet de sureaux   Dim 22 Avr 2018 - 21:29

Je finis de poser les dernières bûches de la journée sur le tas prévu à cet effet. Notre mission du jour avait été de recouper les bûches pour qu'elles soient à la bonne taille.
Ainsi, moi et mes collègues avons passé notre journée à couper des bûches à la hachette, et c'était un boulot très fatiguant.
Les coups de haches incessants que l'on donnait eurent tôt fait de fatiguer nos bras. A la fin de la journée nous étions éreintés, et heureusement que je n'avais pas de tour de garde ce soir.

Ceci dit, nos efforts physiques avaient payés car nous étions parvenus à remplir le quota et a avoir même un peu d'avance pour le lendemain. Nous étions tous impatient de conclure, car la journée avait été fatiguant et le soleil tapait fort dans l'entrepôt où nous nous situons.
Une fois le boulot achevé, nous bûmes chacun une bonne rasade d'eau et nous partîmes tous bien content d'avoir fini le travail.

Je sifflai pour appeler Feriel qui gambadait non loin et pris donc le chemin vers la grotte kazharienne, impatient de me reposer pour être de nouveau efficace le lendemain. Si certains attendaient avec impatience le sommeil, moi j'attendais impatiemment le réveil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 3182
Expérience : 10254
Masculin

MessageSujet: Re: Bosquet de sureaux   Ven 27 Avr 2018 - 16:39

Rapport de récolte :

Grabuge gagne 20 bois de sureau et 5 points métier.

Commentaires sur le RP : rien à dire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Kidd
Technophile

avatar

Messages : 162
Expérience : 1599
Âge RP : 22

Politique : 08
Métier : Bûcheron - Maître Absolu
Titres:
 

(G.O.L.E.M de Kidd +360, 150, v+290)

Stats & équipements
Vitalité:
2200/2200  (2200/2200)
Vitesse: 298
Dégâts: 1325

MessageSujet: Re: Bosquet de sureaux   Mar 1 Mai 2018 - 20:45

Le Kidd, son G.O.L.E.M, leur chariot bien rempli et un gros balourd enchaîné sur l'épaule du géant de métal arrivèrent devant une étendue de sureau. Ces arbres fins feraient un excellent ajout à la collection de rondins du pirate. Ce dernier indiqua à son allié mécanique qu'il pouvait s'arrêter et faire descendre le bûcheron capturé. Le jeunot lui avait mis un bâillon bien serré sur la bouche afin que le captif ne tente rien d'imprudent. Le pirate s'approcha de son prisonnier et lui tendit sa lourde hache puis d'un signe de la tête lui indiqua les arbres qui n'attendaient qu'une seule chose : être découpés en rondins.
Les liens qui entravaient le gros bonhomme torse nu se déverrouillèrent afin qu'il puisse se mettre au travail, de même pour ce qui l'empêchait de parler. De toute façon, le bûcheron savait ce qu'il lui arriverait s'il tentait de dire un mot ou de faire quoi que ce soit contre ses tortionnaires. Pourtant, ça ne l'empêcha pas de frapper le jeunot avec son énorme hache. Malheureusement pour lui, le vampire se doutait d'un tel affront et arrêta son coup en lui empoignant le bras. La pression que le Kidd exerçait sur l'humain était de plus en plus forte et le bûcheron commença à se tordre de douleur. L'homme à demi à poil finit bien évidemment par lâcher son outil et fut obligé de s'agenouiller, pensant que ça limiterait la douleur qu'il ressentait sur son bras. Pourtant, le prisonnier finit par se sentir bien ; une douce et agréable sensation se déversait en lui et la douleur fut tout de suite oubliée. Le vampire avait aussi relâché son emprise sur son poignet et commençait à jeter son dévolu sur son esprit, bien trop faible pour résister à la séduction vampirique du Kidd.
- Fais simplement ton travail, lui intima le Kidd d'une voix mieilleuse.

Le bûcheron se releva, récupéra sa hache et d'un façon très mécanique rejoignit les arbres pour les découper.
- Plus vite, ordonna Kidd d'une façon très autoritaire mais pourtant douce.

L'homme s'exécuta pour le plaisir de son maître. Tout serait terminé dans quelques instants...




Crédits de l'avatar : brainleakage
Kidd s'exprime en : #6699ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 3182
Expérience : 10254
Masculin

MessageSujet: Re: Bosquet de sureaux   Sam 5 Mai 2018 - 0:04

Rapport de récolte :

Edward Kidd gagne 25 bois de sureau.

Commentaires sur le RP : rien à dire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grabuge
Tavernier ♦ "Justicier brutal"

avatar

Messages : 644
Expérience : 1728
Masculin Âge RP : 41 ans

Politique : 27
Métier : Bûcheron - Maître
Titres:
 

(Feriel, griffonne de Grabuge +200, v+250)

Stats & équipements
Vitalité:
2850/2850  (2850/2850)
Vitesse: -79
Dégâts: 1744

MessageSujet: Re: Bosquet de sureaux   Mer 9 Mai 2018 - 17:58

Je courrais avec hâte à travers les bois, hache en main et en forme. C'était lundi, et si pour la plupart des gens cela signifiait la reprise du travail, et donc quelque chose de pénible, j'attendais impatiemment ces jours-ci. Pour moi, travailler le bois n'était pas pénible. Enfin, ça l'était physiquement, c'était une certitude, mais cela m'occupait l'esprit et les mains, moi qui ne supportait pas l'oisiveté.

J'arrivais à l'étendue de souche que nous avions fait au cours de ce mois-ci, créant une clairière là où il n'y en avait pas avant. Mes collègues étaient déjà là, en train de tailler les quelques arbres restants avant la fin de mission. Je venais tout juste de finir de traîner une bûche vers notre charette, guilleret comme tous les lundis, alors que tout le monde me regardait d'un air blasé. Eux faisaient partie de l'équipe qui n'aimaient pas les lundis visiblement.

L'un d'eux me lança même:

"Eh Grabuge, comment tu fais pour être si énergique? Tu prends des fortifiants?"

Je pouffai tout en lui répondant, une bûche déjà à la main:

"Je ne touche pas aux drogues. Non, je suis juste content de pouvoir me vider la tête en frappant sur des arbres."

Je ne suis pas sûr qu'il comprit ma réponse, ou en tout cas il ne comprenait certainement pas mon état d'esprit. Mais j'étais habitué, très peu avaient cette fibre du travail physique comme moi. Beaucoup n'étaient ici que pour payer leurs impôts, leur foyer ou leur nourriture. Très peu étaient ici par passion, et encore moins étaient ici par amour du travail physique. A dire vrai, les rares que j'avais rencontré avec le même état d'esprit que moi étaient bien souvent des doyens qui, avec le temps, avaient commencé à apprécier ce qu'ils faisaient. J'avais beau ne plus être de prime jeunesse, je ne me considérais pas comme un doyen ici. Les gobelins faisaient partie de la race avec l'espérance de vie la plus courte, avec les humains. J'avais déjà vu des collègues nains à la barbe grisonnante, et sans leur demander leur âge je devinais qu'ils avaient au moins trois fois le mien.
C'était injuste si on y réfléchissait. Et c'était sans parler des vampires qui eux étaient éternels. Immortels mais pas invincible cependant. Ca, c'était peut être la seule certitude que j'avais dans ce monde: si ça saignait, c'est que ça se tuait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 3182
Expérience : 10254
Masculin

MessageSujet: Re: Bosquet de sureaux   Jeu 17 Mai 2018 - 18:27

Rapport de récolte :

Grabuge gagne 20 bois de sureau et 5 points de métier.

Commentaires sur le RP : rien à dire ! Tu passes Expert Tout content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ragnör Lüpusànghrën
Technophile

avatar

Messages : 294
Expérience : 1633
Masculin Âge RP : 112

Politique : 52
Métier : Bûcheron - Apprenti
Titres:
 

(F.A.U.V.E, G.O.L.E.M d'Alphonse +360, 150, v+290)

Stats & équipements
Vitalité:
2930/2930  (2930/2930)
Vitesse: 342
Dégâts: 1235

MessageSujet: Re: Bosquet de sureaux   Dim 20 Mai 2018 - 19:15

- Alors, c'est très simple. Vous voyez, le sabre mécanique s'utilise de la manière suivante : vous déployez sa lame (vous verrez que son tranchant est identique à celui d'une arme normale), juste fait d'une matière différente, plus solide. Ensuite vous le portez comme une épée, et comme si vous alliez couper une tête ou un membre. Non, non, plus bas qu'avec une hache, sinon vous allez rater votre coup et vous faire plus mal qu'autre chose.

Voilà, comme ça, c'est bien !


Ragnör se trouvait avec un collègue bûcheron, un humain de petite taille qu'il avait rencontré en allant récolter des bois de sureau aux abords des Baldors. L'homme, qui ne sortait pas beaucoup de chez lui, avait été impressionné par l'arme technophile de l'elfe-thérianthrope, et lui avait de ce fait demandé de plus amples explications.

Ragnör avait même accepté de le faire tester, en l'échange de bois ramassés pour lui. L'expérience était enrichissante, et le Kazharien fut ravi de pouvoir faire la promotion des armes technologiques.






-Merci à Mohana Dharitri pour le superbe kit avatar + bannière :aimer: -
Couleur des dialogues :
 #008080

RP en cours :
:lgarou:-  :lgarou:-:lgarou:

Triple-compte de Dilon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lemondededuralas.forumactif.org
Grabuge
Tavernier ♦ "Justicier brutal"

avatar

Messages : 644
Expérience : 1728
Masculin Âge RP : 41 ans

Politique : 27
Métier : Bûcheron - Maître
Titres:
 

(Feriel, griffonne de Grabuge +200, v+250)

Stats & équipements
Vitalité:
2850/2850  (2850/2850)
Vitesse: -79
Dégâts: 1744

MessageSujet: Re: Bosquet de sureaux   Mer 6 Juin 2018 - 2:57

L'été pointait doucement le bout de son nez à Dùralas, et avec lui les chaleurs étouffantes qui faisait du travail un moment désagréable. Bien sûr, après l'incident d'il y a quelques mois, après que les chaleurs aient eu raison de la patience de deux de mes collègues, et que j'avais dû intervenir, personne n'était disposé à recommencer.
Tous avait désormais en tête que j'étais garde en plus d'être bûcheron, et qu'un combat à la hache - que ça soit à cause de la chaleur ou pas - était un aller simple au trou, sans discussions. Pour ma décharge, je supportais moi aussi la chaleur comme je pouvais, et devoir gérer un conflit n'allait pas arranger l'état de mes nerfs. Heureusement, tout le monde en avait conscience ici, ce qui me facilitait la tâche.

La journée de travail se passa donc sans accrocs. Nous avancions plus lentement qu'à l'ordinaire, prenant des pauses plus souvent pour ne pas mourir de déshydratation. Néanmois, à la fin de la journée les quotas avaient été respectés. Nous avions coupé une vingtaine d'arbres, et j'avais pris la peine comme d'habitude de récuperer les graines pour les replanter plus loin. Beaucoup de mes collègues bûcherons ne comprenait pas vraiment cette démarche, estimant que la nature pouvait très bien se débrouiller d'elle même. Mais je savais que les esprits de la Nature ne crachaient jamais sur un petit coup de pouce, c'est en tout cas ce qui m'avait été enseigné il y a longtemps, lorsque je n'étais encore qu'un jeune gobelin fougueux.
C'est pourquoi je replantais à chaque fois les arbres que l'on abattait, pour honorer les esprits de la Nature et aussi parceque j'étais conscient du problème de la déforestation intensive. Et connaissant toute la flore qui habitaient dans les bois, ça aurait été immoral de les ignorer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 3182
Expérience : 10254
Masculin

MessageSujet: Re: Bosquet de sureaux   Dim 10 Juin 2018 - 19:26

Rapport de récolte :

Ragnör gagne 20 bois de sureau et 5 points de métier.

Commentaires sur le RP : rien à dire !

---

Rapport de récolte :

Grabuge gagne 20 bois de sureau et 5 points de métier.

Commentaires sur le RP : rien à dire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grabuge
Tavernier ♦ "Justicier brutal"

avatar

Messages : 644
Expérience : 1728
Masculin Âge RP : 41 ans

Politique : 27
Métier : Bûcheron - Maître
Titres:
 

(Feriel, griffonne de Grabuge +200, v+250)

Stats & équipements
Vitalité:
2850/2850  (2850/2850)
Vitesse: -79
Dégâts: 1744

MessageSujet: Re: Bosquet de sureaux   Ven 15 Juin 2018 - 13:51

J'esquivai au dernier moment l'arbre qui me tombait dessus, m'écrasant au sol alors que l'arbre s'abattait à quelques centimètres de moi.

"Eh Grabuge! Ca va l'ami?" me demanda, inquiet, le géant qui nous aidait pour la mission du jour tout en s'approchant de moi d'un pas rapide.

Il s'en était fallu d'un cheveu pour que je ne me retrouve pas réduit en bouillie, et j'essuyai une goutte de sueur de mon front en soufflant un coup pour décompresser de l'adrénaline qui me parcourait le corps. Je lui répondis, la voix légèrement tremblante:

"Euh... Oui oui.. Oui oui.."

C'était la première fois que j'étais passé si près de la mort pendant mon service de bûcheronnage. Cela m'avait fait un choc sur le moment, mais après quelques secondes je me relevai et lançai à mes compagnons qui s'étaient regroupés autour de moi d'une voix plus ferme:

"Ne vous en faites pas les gars, je vais bien. Reprenons le travail."

Cela me rappelait la triste fin de notre collègue, Kraig, mort d'une chute malheureuse en service. Il avait laissé derrière lui une famille, des gens qui l'aimaient, alors que moi, si je partais, très peu de personne pleurerait ma mort. C'est en réfléchissant à cette vérité avec mélancolie que je fis ma part de travail journalière, plus troublé que je ne le devrais après les récents évènements. Il était vrai, je n'avais jamais connu l'amour. L'amour à double sens, j'entends. Sauf une fois, une fois et une seule. Mais ça ne s'était pas bien fini, et depuis mon coeur était fermé à ce genre de chose. La personne que j'avais aimé et avec qui j'avais batifolé était morte avant que nous ayons pû concrétiser quoi que ce soit, et ce sous mes yeux. Je m'en souvenais encore, mais préférant ne plus y penser, je repris mes réflexions sur le sens de la vie et de l'amour en omettant de penser au seul amour que je n'avais jamais eu.

Olyanna.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Bosquet de sureaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 17 sur 17Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 15, 16, 17

 Sujets similaires

-
» Bosquet de sureaux
» Le bosquet du crépuscule... - Terminé
» où est le bosquet de paramani ?
» Bosquet de chênes
» Selon l'écrivain Frank Laraque:Il n'y a pas de bons Duvalieristes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ouest de Dùralas :: Ville d'Endorial :: Lieu d'artisanat - Les bois-