AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Gil Duavir
Le Monde de Dùralas a précisément 1720 jours !
Dùralas, le Lun 16 Juil 2018 - 20:33
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !
Partagez | 
 

 Bosquet de sapins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
Edward Kidd
Technophile

avatar

Messages : 165
Expérience : 1611
Âge RP : 22

Politique : 08
Métier : Bûcheron - Maître Absolu
Titres:
 

(G.O.L.E.M de Kidd +360, 150, v+290)

Stats & équipements
Vitalité:
2205/2205  (2205/2205)
Vitesse: 303
Dégâts: 1330

MessageSujet: Re: Bosquet de sapins   Mar 1 Mai 2018 - 12:44

« TOC ! »
L'heure était grave pour le Kidd et surtout pour ses affaires.
« TOC ! »
Le terme "affaires" était en effet bien choisi pour la situation.
« TOC ! »
Il lui manquait des affaires pour ses affaires... financières bien entendu.
« TOC ! »
Bref, l'heure est grave pour le jeunot et l'alourdissement de ses bourses.
« TOC ! »
Sans action de sa part, il se retrouverait très vite démuni.
« TOC ! »
Puisque l'argent sortirait mais n'entrerait pas comme il le faudrait.
« TOC ! »
Pourtant ce n'est pas grand chose, mais ça pèse dans la balance.
« TOC ! »
Comme quoi, le petit truc peut engendre des problèmes disproportionnés.
« TOC ! »
"Disproportionnés" par rapport au petit truc qui n'est plus là.
« TOC ! »
Pas à cause d'une quelconque différence genre physique.
« TOC ! »
Bref, les affaires pourraient très bien mal aller.
« TOC ! »
Et le fait, la cause de tout ça est très simple en fait.
« TOC ! »
Il manque juste un petit quelque chose.
« TOC ! »
Un truc que le p'tiot possédait en plus.
« TOC ! »
Un machin vraiment génialissime (surtout pour les affaires).
« TOC ! »
La magnifique et redoutable Épée tronçonneuse.
« TOC ! »
Sans cet outil exceptionnel, le travail du bois du jeunot en pâtit.
« TOC ! »
C'était comme retirer le marteau du forgeron.
« TOC ! »
Ou le feu du cuisinier, en exemple plus concret.
« TOC ! »
C'était, pour le jeunot, essentiel (surtout pour les affaires) !
« TOC ! »
Hélas il n'est plus et les affaires dégringolent.
« TOC ! »
Sans ça, obligation de recourir à de vieilles méthodes.
« TOC ! »
Et les vieilles méthodes ça donne des résultats trop long.
« TOC ! »
Même si G.O.L.E.M. s'en sort très bien tout seul.
« TOC ! »
Pas vrai ?
Ah. Le gaillard a terminé semble-t-il. C'est parfait dis-donc et on va pouvoir passer à autre chose.




Crédits de l'avatar : brainleakage
Kidd s'exprime en : #6699ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grabuge
Tavernier ♦ "Justicier brutal"

avatar

Messages : 743
Expérience : 1785
Masculin Âge RP : 41 ans

Politique : 27
Métier : Bûcheron - Maître
Titres:
 

(Feriel, griffonne de Grabuge +200, v+250)

Stats & équipements
Vitalité:
2850/2850  (2850/2850)
Vitesse: -79
Dégâts: 1744

MessageSujet: Re: Bosquet de sapins   Jeu 3 Mai 2018 - 11:49

La journée d'aujourd'hui avait été spéciale. Et mouvementée.
Alors que nous continuions l'inventaire avec mes trois collègues bûcherons, plongés dans nos calculs et notre tri, une cloche avait sonné dans le quartier. C'était le bruit qui signifiait qu'un incendie venait d'avoir lieu. Ni une ni deux, nous nous précipitîmes tous les quatre vers l'extérieur de l'entrepôt pour voir ce qu'il se passait, et dans le meilleur des cas aider. Par réflexe, je pris même ma hache à la main avant de m'engouffrer à l'extérieur.

Dehors, la fumée s'élevait d'une maison non loin de là. Déjà les gens commençaient à s'activer, se mettant en ligne pour pouvoir tirer de l'eau depuis une des fontaines non loin de là. J'arrivai rapidement au lieu où l'action se passait, cherchant du regard quelqu'un qui sortirait de cette maison rongée par les flammes.
Mes collègues se joignirent à la chaîne de transport de l'eau, et je vis enfin quelqu'un sortir de la bâtisse par l'entrée grande ouverte et complètement opaque à cause de la fumée noire. C'était un humain et un jeune garçon, tous deux couverts de suie et toussant à plein poumons. Je m'approchai à vive allure d'eux alors que celui qui devait être le père criait tout en toussant violemment:

"*Kof kof* Ma femme... A l'int- ... *Kof kof* ... L'intérieur!"

Sa détresse me chamboula. Je n'avais jamais réellement connu l'amour, pas tel qu'on se le représente. Je n'avais jamais aimé de femmes, je ne m'étais jamais essayé à la vie de famille. Mais je savais que l'amour était un moteur puissant, car beaucoup de mes frères d'armes en avait une. Je me souviens du vieux Billy, un vieil humain qui défendait Dùralas pour que sa fille et sa femme malade puisse vivre en paix. Je me souviens aussi du jour où j'ai appris sa mort. Il s'était suicidé en apprenant la mort de sa femme, emporté par la maladie. Sa fille avait été mise dans un orphelinat de Kastalinn, et il en fut fini de l'histoire du vieux Billy. L'amour était un puissant moteur, en effet, mais le perdre pouvait être une blessure mortelle.
Je lui demandai, la mine sérieuse et déterminée, une fois que j'arrivai près de lui:

"Où est-elle? Je vous promets de vous la ramener en vie."

Il me répondit péniblement qu'elle s'était évanouie à cause de la fumée dans la chambre, au fond à droite. J'acquiesçai, sortit un morceau de tissu de mon sac et me le bandai autour du nez avant de pénétrer dans la demeure en flamme. Moi qui comptait l'utiliser en tant que bandage, c'était raté. Vu la fumée qui s'échappait de cette fournaise, mon morceau de tissu aura radicalement changé de couleur quand j'aurais achevé ma mission.
Je courrus vers la chambre que le pauvre homme m'avait indiqué, quand un pan du plafond s'écroula juste devant moi. Une poutre vint fermer l'accès à la chambre alors que les flammes redoublèrent d'intensité. Je lançai un juron couvert par le crépitement et les craquements des flammes dévorantes.

Je remarquai alors que je n'avais jamais lâché ma hache. Je m'approchai donc de la poutre, prenant garde à ne pas me prendre de morceaux de bois incandescents sur le museau, et commençai à la couper avec ma hache. A chaque coup sur la poutre endommagée, j'entendais derrière moi des objets s'écraser depuis le plafond, les flammes crépitant de plus en plus fort à mesure que la demeure était rongée et fragilisée.
CRAC! Ca y est, la voie était libre! Je me précipitai à l'intérieur de la chambre, brisant la porte d'un coup d'épaule. Etant déjà fragilisée par la chaleur, elle céda rapidement.
Je pressai le tissu contre mon nez tout en toussant violemment. La fumée avait stagné dans la pièce, bloquée à l'intérieur par la porte et la fenêtre fermée.
J'aperçus enfin celle que j'étais venu chercher: une jeune femme abyssale, à la peau légèrement bleuté. Par chance, les flammes avaient plus ou moins épargné cette pièce pour le moment, malgré la quantité de fumée, et je pus donc tranquillement prendre la femme dans mes bras avant de chercher un moyen d'où m'échapper. Je rangeai au même moment ma hache à la ceinture, afin qu'elle ne me gêne pas dans mon sauvetage.
Après une rapide analyse - et il fallait qu'elle le soit si je ne voulais pas mourir intoxiqué ici – je conclus qu'il n'y avait qu'un échappatoire possible.
Ce fut confirmé par une énième poutre qui s'écrasa à l'entrée de la chambrette, bloquant une nouvelle fois l'accès.
Je chuchottai à la jeune abyssale inconsciente, plus pour me rassurer que pour tenter de communiquer avec elle:

"Préparez vous jeune femme, ça va secouer..."

Je posai ma main sur son visage, la serrai contre moi et fonçai dans la fenêtre qui donnait sur l'extérieur. Elle se brisai à l'impact de mon armure et nous la traversîmes dans une explosion de verre et de boiseries. J'atteris au sol, toussotant dans mon mouchoir noirci – je vous l'avais bien dit - alors que la jeune femme gisait juste à coté, commençant à toussoter elle aussi.

Son mari, se remettant doucement de sa douloureuse exposition à la fumée, se précipita sur sa femme pour l'enlacer.
Je souris quand je vis leur jeune fils les rejoindre pour un câlin familial. Je n'avais jamais connu la vie de famille tel que celle là, mais voir ce genre de chose, c'était pour ça que je me battais avec autant d'acharnement pour la Justice. Toussotant, j'ôtai mon morceau de tissu noirci et le jetai par terre tout en rejoignant l'entrepôt. Je n'avais pas le temps pour les félicitations, le travail attendait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 3214
Expérience : 10379
Masculin

MessageSujet: Re: Bosquet de sapins   Ven 4 Mai 2018 - 19:12

Rapport de récolte :

Edward Kidd gagne 25 bois de sapin.

Commentaires sur le RP : rien à dire !

---

Rapport de récolte :

Grabuge gagne 15 bois de sureau, 5 points métier et 5 bonus !

Commentaires sur le RP : encore un post métier et tu auras accès au chêne Clin d'oeil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grabuge
Tavernier ♦ "Justicier brutal"

avatar

Messages : 743
Expérience : 1785
Masculin Âge RP : 41 ans

Politique : 27
Métier : Bûcheron - Maître
Titres:
 

(Feriel, griffonne de Grabuge +200, v+250)

Stats & équipements
Vitalité:
2850/2850  (2850/2850)
Vitesse: -79
Dégâts: 1744

MessageSujet: Re: Bosquet de sapins   Mer 9 Mai 2018 - 12:30

Le soleil était à son zénith alors que je frappais avec insistance sur un sapin. La chaleur était assez dérangeante, pour ne pas dire oppressante, et de ce fait les nerfs de mon équipe était à vif. Il y avait eu une dissension, plus tôt dans la journée, pour la première fois depuis que j'avais rejoins les bûcherons.
Alors que j'étais tranquillement en train de me reposer, buvant dans ma gourde d'eau fraîche pour me désaltérer le gosier, j'entendis des cris non loin, là où mes collègues travaillaient.
Je soupirais, navré que mon repos soit interrompu, mais fonçai tout de même vers le bruit, au cas où il soit arrivé quelque chose de grave. A mesure que je me rapprochais, je pouvais entendre plus distinctement les éclats de voix, et il me semblait reconnaître l'ébauche d'une dispute. J'entendais des bribes de conversation, mais n'arrivait pas bien à saisir ce qu'il se passait.

J'arrivai finalement dans la clairière où nous étions en train d'abattre les arbres, et vit deux de mes collègues, un nain du nom de Garth et un humain du nom de Bill, en train de se toiser, hache à la main, prêt à s'en servir. Et vu leur regard, je ne doutais pas une seule seconde qu'ils allaient le faire.
Ne pouvant laisser ça tel quel, je m'approchai d'un pas déterminé vers eux, alors que nos autres collègues s'étaient tous arrêtés pour voir ce qui allait se passer, se gardant bien de s'approcher de deux hommes armés et en colère. Moi non.
J'étais presque sur eux, sans qu'il ne m'ait remarqué – ou en tout cas qu'il ne m'ait porté d'attention – quand Bill chargea vers Garth, criant de rage en levant sa hache.
Je fonçai sur lui pour l'intercepter et le plaquai au sol avant qu'il n'ait pû finir sa course. Adepte des combats, à la différence de lui, je le désarmai rapidement et le chopai par le colbac avant de lui lancer un regard qui en aurait découragé plus d'un de perséverer dans la connerie.

"Casse toi Grabuge. Ou c'est de toi que je règle le compte." me lança-t-il avec férocité.

Je soupirai et lui répondit, pas vexé le moins du monde car je comprenais sa colère:

"Tu sais que tu ne fais pas le poids. Tu vas rester là, et au moindre mouvement je t'assome."

J'avais été sec, et sans appel. Jamais mes collègues n'avaient eu l'occasion de me voir ainsi. Alors que je m'apprêtais à me relever, je sentis une main me saisir et me propulser en arrière. Je tombai au sol, une douleur se répercutant dans mes os usés. Aaaaah, ça faisait pas du bien ça...
Je vis alors que celui qui m'avait mis à terre n'était autre que Garth, qui était déjà en train de se battre comme un chiffonier avec Bill, à mains nues néanmoins.

Cette fois, c'était fini. Plus de retenue. Je me relevai, et sautai dans la mêlée. Les patates pleuvèrent, et alors que l'adrénaline retombait, je pus voir l'étendue des dégâts: Garth était au tapis, le nez en sang, et Bill était lui aussi au sol, en train de se tenir le ventre en serrant les dents. Il n'y avait que moi encore debout, haletant, et transpirant.
Je leur lançai alors, en colère:

"Si vous retentez de vous expliquer à coup de hache, je vous promets que vous finirez au trou. Vous avez tendance à oublier que je suis de la garde kazharienne, alors maintenant retenez bien ceci: le premier que je vois en train de menacer l'autre, je le casse en deux et je l'expédie dans les cachots."

Je m'épousseta et me dirigeai alors vers un des sapins que l'on devait abattre, saisissant la hache de Garth qui traînait par terre. La pause était finie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 3214
Expérience : 10379
Masculin

MessageSujet: Re: Bosquet de sapins   Jeu 17 Mai 2018 - 13:29

Rapport de récolte :

Grabuge gagne 20 bois de sapin et 5 points de métier.

Commentaires sur le RP : rien à dire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grabuge
Tavernier ♦ "Justicier brutal"

avatar

Messages : 743
Expérience : 1785
Masculin Âge RP : 41 ans

Politique : 27
Métier : Bûcheron - Maître
Titres:
 

(Feriel, griffonne de Grabuge +200, v+250)

Stats & équipements
Vitalité:
2850/2850  (2850/2850)
Vitesse: -79
Dégâts: 1744

MessageSujet: Re: Bosquet de sapins   Jeu 31 Mai 2018 - 0:53

La mission exceptionelle de récolte de fer venait tout juste de se terminer, je pus donc enfin laisser les effrayantes cavernes de côté pour revenir à un travail qui me plaisait bien plus: le bûcheronage.
Beaucoup de mes collègues bûcherons avaient participés à l'effort collectif, car même les gens d'autres branches étaient invités à miner. Tout ceci moyennant finance, bien sûr, car l'argent était un vecteur pour beaucoup de gens. Moi-même, l'argent ne me déplaisait pas, il fallait bien en avoir un minimum pour vivre. Mais j'avais toujours préféré une vie austère qu'à une vie pleine de luxe, et par conséquent mes besoins financiers n'étaient pas bien élevés. Les seuls plaisirs que je m'offrais étaient le tabac et, parfois, les jeux de cartes. Plus rarement même, les jeux de cartes m'apportaient plus encore d'argent que ce que j'avais misé à la base. En conclusion, l'argent n'était pas mon vecteur principal, contrairement à beaucoup de mes collègues, et c'est tout à leur honneur.

Dans tous les cas, j'étais bien content de regagner la forêt, le chant des oiseaux et des grillons. L'ambiance souterraine des mines me déplaisaient et j'avais de plus en plus de mal à la supporter, c'est pourquoi j'accueillais la fin de mission les bras ouverts.
Mes collègues aussi semblaient joyeux à l'idée de retrouver leur boulot, et c'est empli de cette détermination et d'une énergie nouvelle que nous reprîmes le travail pour la première fois depuis un mois. De mémoire, jamais nous n'avions fait un tel quota précédemment. Notre rythme de travail était effréné, et une compétition saine commença même à se créer en début d'après-midi, ce qui permit de doubler encore notre efficacité.

Cependant, nous dûmes reconnaître que ce genre de journée se devait d'être exceptionnelle: à la fin de la journée, nos bras et nos jambes nous faisaient tellement souffrir que l'on aurait dit qu'une horde de sanglier nous avaient piétinés. C'est ainsi que je rentrais chez moi, les muscles en bouillie mais pourtant l'agréable impression de ne pas avoir perdu ma journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 3214
Expérience : 10379
Masculin

MessageSujet: Re: Bosquet de sapins   Dim 10 Juin 2018 - 14:27

Rapport de récolte :

Grabuge gagne 20 bois de sapins et 5 points de métier, ainsi qu'un minerai d'adamantium.

Commentaires sur le RP : rien à dire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grabuge
Tavernier ♦ "Justicier brutal"

avatar

Messages : 743
Expérience : 1785
Masculin Âge RP : 41 ans

Politique : 27
Métier : Bûcheron - Maître
Titres:
 

(Feriel, griffonne de Grabuge +200, v+250)

Stats & équipements
Vitalité:
2850/2850  (2850/2850)
Vitesse: -79
Dégâts: 1744

MessageSujet: Re: Bosquet de sapins   Ven 15 Juin 2018 - 2:22

Ayant beaucoup d'avance sur notre mission du jour, mes collègues et moi avions décidé de cesser le travail plus vite que d'habitude aujourd'hui. Nous avions une heure de libre devant nous, mais nous devions tout de même rester sur les lieux pour ne pas recevoir de réprimande du contre-maître. J'avais donc décidé, pour ma part, de refaire mon stock d'herbes médicinales, car je commençais à en manquer. Cela faisait un moment que je n'avais pas eu le temps d'aller réaprovisionner mes réserves, ainsi cette heure de libre arrivait à point nommé.

Je connaissais déjà les environs, et savait bien évidemment où trouver telle ou telle plante. Actuellement, j'avais besoin de jacinthe, ingrédient fondamental pour une décoctions anti-virale. Je pris donc la route vers une clairière où je savais que j'allais trouver mon bonheur.
Sur la route, j'eus l'occasion de trouver de la valériane, plante utile pour créer des somnifères. Bien sûr, je n'avais pas souvent l'utilité de tel brevage, mais je préférais prévenir que guérir. Et puis je pouvais toujours imbiber une flèche ou une lame dans le liquide pour ajouter à mon arme un bonus non négligeable, celui d'endormir mes cibles.
J'avais aussi pû récolter un peu de bardane, avec laquelle je pouvais obtenir un fortifiant fort utile pour quelqu'un comme moi qui se surpassait très souvent physiquement. Et pour finir, j'avais aussi pû obtenir un peu de lin, qui était probablement la plante la plus utile que je me devais de récolter. C'était la base même pour créer des cataplasmes, et je ne me baladais jamais sans une petite fiole de cataplasme pour pallier aux coupures ou aux contusions.

J'arrivai finalement à la clairière aux jacinthes, et l'endroit était de toute beauté: les jacinthes sauvages, pour la plupart d'un bleu profond, offrait une couverture à la clairière qui ressemblait plutôt à un lac végétal - à cause de la couleur bleuté - qu'à une vraie clairière. Au loin, j'aperçus deux sangliers semblant farfouiller le sol, à la recherche de champignons très probablement. Cela me rappela qu'il fallait aussi que je me réapprovisionne en champignons, mais cela pouvait attendre.
Je restai quelques minutes ainsi, me posant contre un rocher non loin pour admirer le paysage et la beauté de la Nature, détruite peu à peu par les habitants de Dùralas qui n'avait cure de Celle qui leur avait donné la vie. Mon esprit vagabonda vers mon passé lointain, dans ma tribu à Sylfaën, où l'on m'apprenait l'importance d'honorer la Nature et ses esprits, sous peine d'être tué. Car si la Nature pouvait créer la vie, elle pouvait aussi l'enlever.

Je me remis finalement de mes réflexions, gardant quand même dans un coin de la tête que c'était ici l'endroit parfait pour venir méditer quand j'en avais le besoin, et allai récolter quelques plantes que je mis dans ma besace qui commençait déjà à être bien remplie. C'était bon pour aujourd'hui, et cela devait bien faire une heure que j'étais parti gambader dans les bois. Mon travail était donc probablement terminé, et je pouvais directement rentrer à la Grotte Kazharienne. Mais je décidai de rester un peu, pour me ressourcer et prier pour les esprits de la Forêt de Sapins. Ces moments là, bien que rares, étaient peut être ceux que je préférais dans la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 3214
Expérience : 10379
Masculin

MessageSujet: Re: Bosquet de sapins   Lun 2 Juil 2018 - 15:07

Rapport de récolte :

Grabuge gagne 20 bois de sapin et 5 points de métier.

Commentaires sur le RP : Si « dû » est le participe passé de "devoir", « pu » est celui de pouvoir. À noter qu'avec une terminaison, le pp de devoir perd son accent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grabuge
Tavernier ♦ "Justicier brutal"

avatar

Messages : 743
Expérience : 1785
Masculin Âge RP : 41 ans

Politique : 27
Métier : Bûcheron - Maître
Titres:
 

(Feriel, griffonne de Grabuge +200, v+250)

Stats & équipements
Vitalité:
2850/2850  (2850/2850)
Vitesse: -79
Dégâts: 1744

MessageSujet: Re: Bosquet de sapins   Jeu 12 Juil 2018 - 17:49

Profitant d'une des rares journées de repos donc je disposais, je me dirigeais d'un pas déterminé vers le bois de sapin. Pour beaucoup, travailler dans les bois représentait une plaie, un travail dont on devait s'acquitter malgré nous, mais pour moi, c'était tout autre. C'était une manière de me détendre, même si mes muscles en pâtissaient. Plus globalement, je me disais que cela ne pouvait qu'être bénéfique de se renforcer physiquement, et j'appréciais le temps passé avec mes collègues bûcherons. C'était une manière de décompresser, de me vider la tête l'espace d'une journée des criminels que je pourchassais, des primes que je tentais tant bien que mal de traquer sur mon temps libre.

Je saluai mes collègues déjà en poste en arrivant, et commençai ma journée de travail comme tant d'autres avant. On ne pouvait pas dire que j'étais fainéant, et je démontrais une efficacité et une bonne humeur au cours de cette journée qui en galvanisa plus d'un. Aucun incident notable ne survint dans la journée, mais ce n'était pas plus mal. Je ne pouvais pas avoir une vie palpitante à chaques secondes de mon existence, et un peu de simplicité et de tranquilité ne faisait pas de mal. Beaucoup recherchaient l'action et les péripéties, surtout au sein des kazhariens. Je n'en connaissais aucun qui avait rejoint cet ordre pour rester au chaud dans un bureau toutes leur vies. Mais la réalité, c'était que la vie d'un garde, comme celle d'un bûcheron, était le plus souvent monotone, et qu'il n'y avait pas souvent d'occasions de faire parler ses lames - ou son marteau, dans mon cas de figure. Mais cela me convenait, du moment que je pouvais lutter contre les criminels ou faire mon travail dans les règles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Bosquet de sapins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

 Sujets similaires

-
» Bosquet de sapins
» Lire sous les sapins
» Le bosquet du crépuscule... - Terminé
» Bosquet de sureaux
» où est le bosquet de paramani ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ouest de Dùralas :: Ville d'Endorial :: Lieu d'artisanat - Les bois-