Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : jesuismickey
Le Monde de Dùralas a précisément 1486 jours !
Dùralas, le Ven 24 Nov 2017 - 15:40
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !

Partagez | 
 

 Forge des forgerons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2825
Expérience : 8884
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Ven 6 Nov 2015 - 13:13

Rapport du RP :

Mjöll fabrique une Orchid'Epée. Elle remporte 5 points de métier + 15 points bonus

Conseils pour le RP : rien à redire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mjöll
Maîtresse d'armes

avatar

Messages : 592
Expérience : 719
Féminin Âge RP : 20 ans

♦ Politique : 01
Métier : Forgeron - Maître (185)
Disponibilité : Disponibilité réduite

Titres:
 

(Pégase +180, v+200)

Stats & équipements
Vitalité:
750/750  (750/750)
Vitesse: 303
Dégâts: 1228

MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Ven 6 Nov 2015 - 23:52

C'était un grand jour pour Mjöll. Elle venait de vendre sa toute première création et pouvait enfin se considérer comme une forgeronne à part entière. Une forgeronne débutante certes mais capable de fabriquer des armes d'honnête qualité dans des matériaux « pauvres ». C'était dans cette optique que la jeune femme commanda une soixantaine de minerais de fer. Elle était du genre à battre le fer quand il était encore chaud ! Elle souhaitait se confectionner une arme pour son usage personnelle. Sa première création, une Orchid'Epée était une copie, plutôt pâle d'ailleurs  de celle d'un autre forgeron. De ce fait, Mjöll aurait eu extrêmement de mal à s'adapter à l'arme en question.

La forgeronne emprunta pour le coup les plans d'une dague Camelia. Ces derniers étaient à la disposition de tous les artisans afin d'harmoniser mais surtout d'assainir la profession. Si le design était laissé à l'attention de son créateur, les valeurs intrinsèques de l'arme se devaient d'être similaires pour tous. Ainsi, une dague Camelia répondait à des impératifs de conception obligatoires, comme la longueur et le poids de la lame.

Mjöll pouvait fabriquer deux dagues avec sa nouvelle réserve de fer. Elle commencerait par se familiariser avec le modèle standard, utilisé par une vaste majorité des forgerons. Dans un second temps, elle pourrait laisser libre cours à son imagination et tenter de nouvelles choses. Elle estima que c'était la meilleure marche à suivre.

Ainsi, la forgeronne mit une bonne trentaine de minerais dans le fourneau principale, activant les divers soufflets pour attiser les flammes lorsque ces dernières montraient des signes de faiblesse. C'était un exercice facile en apparence mais cela nécessitait une certaine expérience pour trouver un dosage parfait au niveau de la chaleur reçue. Le métal ne réagissant pas de la même manière suivant les changements inopinés de température. Elle suivit les indications à la lettre. Elle estima sa marge d’erreur à une vingtaine de degrés à cause de son inexpérience. Mjöll ne cherchait pas à faire un chef d’œuvre mais s’évertuait à toujours faire de son mieux.

Elle passa ensuite au martelage. Un exercice là aussi plus compliqué qu'il n'y paraissait. Comme pour la chaleur au sein du fourneau, la difficulté était une affaire de constance ; et de cadence dans ce cas précis. Taper un bout de ferraille au même endroit et avec la même force une dizaine de fois, c'était déjà compliqué. Le faire une centaine de fois, la fatigue se faisant omniprésente, s'était d'un autre calibre. Mjöll n'en était d'ailleurs toujours pas capable. Mais si elle continuait à y mettre autant d'ardeur, ça ne serait bientôt qu'un obstacle en moins sur le chemin de la maîtrise.

« Clang...Clang...Clang... »

L'apprentie jeta finalement le bout de fer incandescent dans un tonneau remplit d'eau et sous d'intenses crépitements, tomba à terre d'épuisement. Haletante, elle avait pourtant le sourire au lèvres. Elle avait fait des progrès. Elle resta ainsi immobile une bonne dizaine de minutes avant de se ressaisir et se remotiver tout haut :

« Allez. Encore une série et cette phase est terminée ! »

A la fin d'une journée éprouvante, Mjöll admira le fruit de son dur labeur. Elle venait tout juste d'utiliser la meuleuse pour affûter le tranchant de sa création. La garde et la poignée restaient standard et complétaient à merveille la lame d'une simplicité qui se voulait enfantine. L’équilibre de l'arme n'était pas parfait mais suffirait à contenter la majeure partie des clients. Elle travaillerait cet aspect plus tard, ce n'était vraiment pas le plus important.

En dépit de la fatigue, Mjöll décida d’enchaîner la deuxième dague et peu importe si la nuit commençait à tomber. Elle profiterait de son inspiration pour produire la meilleure arme possible. La santé était un concept galvaudé et pour les faibles de toute manière ! Trêves de plaisanteries... La forgeronne se sentait encore assez forte et déterminée pour continuer. Cela durerait juste plus longtemps que prévu. Après tout, elle était habituée aux efforts après avoir arpenté le continent sans un sou en poche. C'était pas une nuit blanche qui allait la rebuter.

Le processus était bien imprimé dans sa mémoire. Mjöll se contenta de quelques ajouts mais qui s’avéreraient être de taille. Tout d'abord, elle sépara mentalement sa lame en trois : Une partie centrale et deux petites bandes sur les côtés. Elle utilisa les propriétés du fer et sa malléabilité différente suivant la température. Elle chauffa la partie centrale de la lame de manière classique. Une méthode qui avait fait ses preuves sur ses précédentes créations, garantissant une robustesse adéquate.  La forgeronne opta pour une température plus basse pour les tranchants de la lame, lui offrant une matière plus souple. Cela lui assurerait une capacité d'absorption beaucoup plus grande. Du moins en théorie.

Le martelage des différentes parties de la lame lui prirent un temps fou. Mais, comme possédée, Mjöll ne s'arrêtait toujours pas, visiblement toujours contente de son travail. Lorsqu'elle termina l'assemblage de la lame, le soleil était à son zénith. Elle venait de travailelr presque vingt-quatre heures d’affilée... Elle se contenta d'avaler un frichti frugal pour pas trop somnoler et bossa sur une garde, une poignée et un fourreau. L'apprentie essaya plusieurs designs mais la créativité n'était pas son fort et rien ne trouva grâce à ses yeux. Elle dut faire des compromis.

Après plusieurs heures, la garde se révéla relativement élaborée et ce, avec un minimum d'effort. Une volute venait gracieusement entourer son poignet, à la manière d'une arme d'estoc. En plus d'apporter une touche de fantaisie, cela lui offrait aussi une protection supplémentaire en cas de tentative de désarmement. La poignée fut simplement ajustée à sa main et un simple fourreau en cuir de buffle bouilli, adapté à une arme à double tranchant, vint achever sa première création originale. Elle pouvait enfin sombrer dans les bras de Morphée.

Résultat:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2825
Expérience : 8884
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Dim 8 Nov 2015 - 23:47

Rapport du RP :

Mjöll fabrique 2 Dagues Camélia. Elle remporte 5 points de métier + 15 points bonus pour un TRES bon RP.

Conseils pour le RP : rien à redire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mjöll
Maîtresse d'armes

avatar

Messages : 592
Expérience : 719
Féminin Âge RP : 20 ans

♦ Politique : 01
Métier : Forgeron - Maître (185)
Disponibilité : Disponibilité réduite

Titres:
 

(Pégase +180, v+200)

Stats & équipements
Vitalité:
750/750  (750/750)
Vitesse: 303
Dégâts: 1228

MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Lun 9 Nov 2015 - 0:04

Il s’était écoulé plusieurs jours depuis sa dernière session de vingt-quatre heures. Normal pour une aventurière. Forgeron n'était qu'un métier d'appoint, Mjöll se destinait à de grandes choses, des choses héroïques ! Cependant ce métier commençait lentement mais sûrement à tourner à une passion dévorante. Juste avant sa dernière escapade dans le désert, l'apprentie avait posé un avis d'échange à l'hôtel des vente stipulant qu'elle forgeait contre des pierres précieuses. Elle fut agréablement surprise à son retour lorsqu'un grouillot vint lui annoncer qu'un échange lui a été proposé. La jeune femme accepta de suite et commanda quelques matériaux. Elle prit finalement la direction de la forge, le cerveau en ébullition.

Mjöll était aux anges. Elle travaillerait autre chose que des dagues ou des épées pour la première fois. Un certain DoÖon avait commandé une Faux Gère, qui comme son nom l'indique faisait partie de la famille des faux, une adaptation d'un outil de paysan. Sa forme était particulière et aux antipodes de ce que la forgeronne avait pu produire jusque là. Comme à son habitude, Mjöll divisa mentalement l'arme en deux parties distinctes : Une lame en fer recourbée à un seul tranchant et un manche relativement long en sureau. Elle décida de commencer par ce qu'elle savait le mieux faire, à savoir la lame.

Alors qu'elle enfournait les minerais de fer dans le fourneau afin de constituer le cœur de la lame, Mjöll réfléchit à la partie la plus difficile de cette phase. Comment allait-elle procéder afin de courber la lame ? Elle essaya plusieurs procédés différents, sans grand succès. Il ne semblait pas y avoir de recette miracle, tout devait se jouer au marteau. La forgeronne enfourna les derniers morceaux de fer restants, destinés à servir de tranchant. C'était la même technique que pour les deux tranchants de sa Dague Camélia. Même si elle doutait de l'importance d'absorber les chocs avec le tranchant d'une faux. Au moins, ce dernier s'userait moins vite. Elle n'était pas vraiment au fait des techniques de combat à la faux mais jugea qu'en cas de parade, c'était plutôt le manche et donc le bois qui servirait à encaisser les chocs.

« Clang... Clang... Clang... »

Mjöll dut s'y reprendre à plusieurs fois pour trouver une inclinaison satisfaisante à sa lame. « Cent fois sur le métier remettez votre ouvrage » était une expression souvent employée par les plus expérimentés et s'appliquait parfaitement à la forge. Lorsqu'elle fut enfin contente de son travail, elle passa au manche de l'arme. Le travail du bois lui était complètement inconnu. Plutôt que de patauger dans la semoule pendant des heures, elle se renseigna auprès de ses collègues érudits en la matière. Après quelques échanges de faveurs plus tard, une image de manche se forma dans la tête de la forgeronne. Elle emprunta une scie et un rabot et commença à travailler le bois encore sous forme de rondin.

En premier lieu se posa la question de la longueur du manche. Durant ses nombreuses pérégrinations, Mjöll avait souvent vu des paysans à l’œuvre, fauchant le blé. Elle se basa sur le même ratio, n'ayant pas de point de comparaison martial. Ainsi, étant donné que la lame faisait presque soixante-quinze centimètres, elle décida de faire un manche de près de deux mètres de long. Su ce dernier, elle fixa deux poignées à une distance standard pour de meilleures prises. La forgeronne, improvisée sculptrice pour l'occasion, conclut sa longue journée en ponçant l'arme pendant près d'une heure. Elle appliqua ensuite un onguent recommandé par un collègue sur toute la surface boisée afin de l'imperméabiliser. La jeune femme laissa reposer l'arme pendant la nuit avant de la livrer à l'hôtel des ventes le lendemain matin.

Résultat:
 





Apprentie aventurière
Déesse de la Malchance
Dialogues/Pensées : #ff99ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2825
Expérience : 8884
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Lun 9 Nov 2015 - 0:20

Rapport du RP :

Mjöll fabrique1 Faux Gère. Elle remporte 5 points de métier + 5 points bonus pour un bon RP.
Tu passes Apprenti, félicitations !

Conseils pour le RP : rien à redire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mjöll
Maîtresse d'armes

avatar

Messages : 592
Expérience : 719
Féminin Âge RP : 20 ans

♦ Politique : 01
Métier : Forgeron - Maître (185)
Disponibilité : Disponibilité réduite

Titres:
 

(Pégase +180, v+200)

Stats & équipements
Vitalité:
750/750  (750/750)
Vitesse: 303
Dégâts: 1228

MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Lun 9 Nov 2015 - 21:49

Cela faisait bientôt un mois que Mjöll avait entreprit son initiation aux arts de la forge sur les conseils de son maître. La jeune femme y avait prit goût. A tel point qu'elle n'avait plus de temps à lui consacrer. Ce dernier, en bon maître, (ou alors il avait plus de bibine qui sait) s'inquiétait de ne plus avoir de nouvelles de son élève. Il décida de lui rendre visite à la forge, légèrement inquiet mais pas de trop car il connaissait parfaitement les capacités d'abnégation de sa protégée. Elle n'aurait pas abandonner en cours de route, c'était tout bonnement impossible. Par contre, elle aurait pu négliger quelque peu son entraînement. Les jeunes de nos jours ne valaient plus tripette... Il allait en avoir le cœur net !

En arrivant à la forge à l'aube comme tous les matins, Mjöll eut une agréable surprise. Son vieux maître était venue la voir. Lui qui ne se déplaçait quasiment plus et que on annonçait mourant depuis bientôt deux ans ! Il se contenta de sourire à l'apprentie avant de continuer à discuter avec Rufus, une connaissance et accessoirement le forgeron en charge de la jeune femme. Cette dernière se doutait que quelque chose se tramait en ces lieux mais décida de les ignorer. Elle les salua tout de même d'une signe de tête avant d'activer son fourneau préféré. La sauvageonne alla ensuite s'installer sur son atelier désigné et inspecta quelques plans.

« Qu'est ce que je vais bien pouvoir forger ce matin... C'est peut être le moment de tenter de nouvelles choses. Ah tiens cette hache à l'air sympa. Ou alors... » pensa-t-elle avant d'être abruptement interrompue par Rufus, le maître-forgeron. Ce dernier esquissa un sourire et s'exprima :

« Ca fait un mois que tu forges, jeune Mjöll. Tu te souviens de ta première création ? Ca tombe bien je vois qu'il te reste un bon tas de fer. Tu veux bien me refaire une Orchid'Epée.  Ma seule condition c'est que tu n'utilises aucun schéma. Tu commences quand tu veux. »

Mjöll voulut rétorquer mais savait que ce n'était pas possible. Le forgeron n'était pas souvent sur son dos mais quand il y était, c'était pour une bonne raison. Elle le respectait d'ailleurs énormément pour ça. Ce fut donc sous les yeux de ses deux maîtres qu'elle se mit au travail. Un travail qui était presque devenu un réflexe. Ses gestes étaient d'ailleurs d'une précision chirurgicale comparés à ses débuts. Son coup de marteau était régulier et sous contrôle. Un expert aurait sûrement décelé quelques erreurs à droite à gauche mais sous le regard d'un néophyte, Mjöll était une experte.

Après une bonne heure, la nordique trempa la lame dans l'eau de laquelle s'échappa d'intenses crépitements. Elle s’attela rapidement à la confection d'une garde simple de son propre design, en forme d'étoile. Ca lui rappelait d'ailleurs son nom de scène « l’étoile du nord ». Elle sortit la lame refroidie et y fixa la garde et une poignée la aussi basique. La forgeronne prit l'initiative d'y accoler une pierre polie sans réelle valeur, en guise de pommeau. L'arme était prête. Elle la donna à Rufus pour inspection. Ce dernier acquiesça tout de suite de la tête et se tourna vers le maître d'arme de la jeune femme.

« Du super boulot pour une jeunette. Elle a la bonne mentalité. Je n'ai rien à redire sinon qu'elle est assez douée pour passer à la vitesse supérieure. » fit-il un brin de fierté dans la voix avant de se tourner vers son apprentie :

« Va vendre ton épée Mjöll, tu as quartier libre. Revient demain à l'aube pour une nouvelle épreuve. Pense à acheter du fer. Le double d'aujourd'hui.» conclut-il avant de reprendre sa discussion avec son vieil ami.

Résultat:
 





Apprentie aventurière
Déesse de la Malchance
Dialogues/Pensées : #ff99ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moradund Marteau-de-Fer
Prætor Primaris ♦ Imperator ♦ Paladin

avatar

Messages : 1098
Expérience : 3149
Masculin Âge RP : 124

♦ Politique : 51
Métier : Forgeron - Expert
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Bolgrong, Ours de Moradund [Emblème Kazharien]  +150, v+150, Régénère si -25% de la vie)

Stats & équipements
Vitalité:
2665/2665  (2665/2665)
Vitesse: 489
Dégâts: 1411

MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Sam 14 Nov 2015 - 15:48

Cela faisait longtemps que Moradund n'avait pas touché à un marteau de forge, l'expédition dans les marais et le voyage a Wystéria y était pour beaucoup. Lorsque le nain entra dans la forge, il tomba sur Almaric. Celui-ci tentait de faire une épée, mais le résultat était plus que passable.
-Bonjour maître nain, je suis désolé que vous voyez cela: je gâche pas mal de fer.
-Il le faut bien pour apprendre Almaric, néanmoins pense a refondre tes essais infructueux! Tant que tu forge pour apprendre la perte en qualité du métal n'est pas dérangeante.
-Merci maître!
Moradund mit son fer à fondre avant de revenir vers l'enclume.
-Bien voyons tout de même ça.
Le forgeron s'approcha de la lame rougit que l'apprenti leva devant lui, l'observant minutieusement alors qu'il amenait son visage toujours plus près du métal incandescent. Il examina chaque coup que la lame avait reçu, chaque centimètre du fil incomplet de la future épée. Il s'équarta ensuite pour aller mettre son fer fondu dans un moule, rendant son verdict alors que l'apprenti refroidissait le métal dans un seau d'eau à ses pieds.
-Tu frappe trop doucement, tu n'est pas en train de façonner du métal là: tu lui donne une vague direction et tu laisse le métal s'aplatir dans cette direction!
-Je suis désolé...
-Nous devons certes être doux avec le métal, pour le façonner sans le briser; mais c'est du métal ,pas un morceau de bois que t'enfonce dans le sol!
Le nain sortit la lame qu'il venait de fondre de son moule avec une pince et la posa sur une enclume proche.
-Tu dois avoir la précision de l'arbalète, la force--
-Du canon et la douceur du lit de plume, je sais cela maître nain! Mais je ne sais pas ce que j'ai manqué la dessus!
-Tu n'a pas encore la force du canon et ton arbalète pourrais être plus précise, bien que dans ce dernier cas cela viendra avec le temps.
-Bien maître nain...
Moradund commença ainsi à forger, observé par Almaric. Il forgea la lame et la garde, mais il du se contenter d'une poignée esseulée par manque de métal.


[Forge d'une orchid'épée]




Que ton marteau sonne clair.
Que ton enclume résonne.

Dialogues: -Moradund ~Ronin
Rappel : Ronin n'est audible que par les télépathes,
ou lors de crises de rages (Dialogues lors des crises: ~Ronin)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/user/MrMomory
Mjöll
Maîtresse d'armes

avatar

Messages : 592
Expérience : 719
Féminin Âge RP : 20 ans

♦ Politique : 01
Métier : Forgeron - Maître (185)
Disponibilité : Disponibilité réduite

Titres:
 

(Pégase +180, v+200)

Stats & équipements
Vitalité:
750/750  (750/750)
Vitesse: 303
Dégâts: 1228

MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Sam 14 Nov 2015 - 20:57

Le lendemain matin, Mjöll débarqua à la forge avec une certaine appréhension. Son maître l'avait sans aucun doute convoqué pour une bonne raison. Voulait-il évaluer ses compétences ? Ou plus simplement quelqu'un avait-il passé commande pour une de ses créations ? Cela arrivait relativement peu souvent. Les forgerons les plus aguerris s'installaient généralement à leur propre compte et investissaient dans une boutique ou un atelier. Les forgerons plus jeunes n'avaient pas assez de réputation pour être sciemment choisis.  La sauvageonne penchait donc pour la première option. Et cette dernière était beaucoup plus stressante. Les yeux d'un maître forgeron était beaucoup plus précis et connaisseurs que ceux d'un client...

Par réflexe, Mjöll alluma le grand fourneau. Elle était souvent la première arrivée ces derniers temps. Ce qui au début était une corvée destinée à bizuter une novice, s'était changé en une routine des plus classique. Elle activait l'énorme soufflet du fourneau lorsque son maître pénétra dans l'établissement. Il s'installa sur un tabouret et invita la jeune femme à prendre ses aises. Après quelques secondes d'un silence pesant, il s'exprima à la manière d'un conteur :

« Il y a fort longtemps, par delà les mers du sud, vivait un homme dont la joie de vivre illuminait le cœur de tous les habitants. Il était chaleureux comme un soleil d'été sur la Red Sun Belt.  Cependant, il rendait tout le monde ivre de sa personne, à tel point que personne ne pouvait se passer de sa chaleur sans dépérir. L'homme était prisonnier de sa propre force, le plus beau des oiseaux dans une cage dorée. » fit-il avant de se lever et d'activer un soufflet. Il s'éclaircit quelque peu la gorge et reprit :

« Par delà les terres gelées du nord, vivait une femme dont la tristesse n'avait d'égale que sa beauté. Elle était froide comme une pleine lune d'hiver sur le Mont Tagne. Tout le monde l'admirait mais personne ne voulait ou ne pouvait l'approcher et elle se mourrait chaque jour un peu plus. La femme était libre d'être seule à jamais. » fit-il en regardant Mjöll dans les yeux.

« Je veux que tu exprimes cette histoire à travers l'art de la forge. Prends ton temps et laisse s'exprimer tes émotions et ta créativité. » conclut-il en se levant. Il posa ensuite une retranscription du conte sur l'établis de la nordique et s'en alla sans piper mot, laissant Mjöll réfléchir à la situation.

La sauvageonne fit les cents pas autour de son poste de travail. Elle n'était pas la plus fine, ni la plus imaginative des femmes que Dùralas ai porté. Son point fort avait toujours été sa spontanéité et son esprit de combattante. Ca tombait bien, il fallait vraiment prendre le taureau par les cornes ! Le processus lui était dorénavant familier. Cependant, elle improviserait en ce qui concerne les détails au fur et à mesure !

Mjöll n'était certes pas une flèche mais elle savait qu'avec une soixantaine de minerais de fer, elle n'avait pas l'embarras du choix. C'était forcément une combinaison d'épées et/ou de dagues. Ou alors peut être qu'en une seule lame...

« Non ça ne va pas. » réfléchit-elle à voix haute en relisant le conte.

Ce dernier n'était pas très énigmatique. Ca parlait évidement du soleil et de la lune et du fait qu'ils étaient opposés en tout point mais servaient un dessein commun. Sans vraiment se laisser un énorme temps de réflexion, Mjöll se décida pour deux armes distinctes et se mit rapidement au travail. Le fer ne lui opposait plus vraiment de résistance, elle avait hâte de passer à d'autres minerais comme le cuivre. Quelques heures plus tard, la jeune forgeronne posa deux lames sur son établis.

La première lame était un poil plus courte que celle d'une Orchid'Epée ordinaire, sans s'apparenter pour autant à une épée courte. On était comme d'habitude sur du double tranchant plutôt standard. Un métal plus souple permettait une meilleure absorption des chocs après tout. Cependant, les tranchants étaient beaucoup plus durs que sur ses travaux précédents. Mjöll ne cherchait pas à miser sur la défense ou sur l'endurance ou un quelconque phénomène d'attrition. Cette lame, affûtée comme un rasoir, se voulait purement offensive. Le cœur de la lame émettait des reflets irisés penchant vers les rouges en fonction de la lumière. Tout le long de ce dernier courait une fine bande rougeâtre qui rappelait le cuivre. Cette dernière paraissait extrêmement dangereuse et semblait attirer le regard.

La deuxième lame s'apparentait clairement à une dague Camelia ; du moins au niveau de ses proportions. La lame était beaucoup plus claire que celle de sa « sœur » et tendait vers l'argent. La forgeronne avait éclaircit le métal en versant un peu de poudre d'argent lors de la fonte. Le résultat était très réussi malgré les doutes initiaux de la jeune femme. L'arme était d'une beauté extérieure sans pareille, pour une arme à base de fer. La base de la lame était légèrement plus grande que le dague standard, s'apparentant presque à un poignard. Mjöll avait clairement voulut faire de cette dernière une arme de parade, une véritable Main-gauche. La poids de l'arme était plutôt vers la garde afin de permettre à son utilisateur des mouvements de poignet plus aisés.

Mises cote à cote, ces deux armes étaient comme le jour et la nuit et pourtant étrangement similaires. Le phénomène était intriguant et son maître sembla du même avis lorsque la forgeronne lui présenta son travail. Ce dernier prit les deux armes, les sous-pesa et se lança dans un kata des plus hypnotisant. Après quelques minutes, le maître était visiblement satisfait.

« Si ça ne tenait qu'à moi, tu serais déjà considérée comme une Apprentie. Ton travail est de très bonne qualité, mon client, ou plutôt ton client, sera ravi. Cependant, ta formation de base n'est pas terminée. Je vois que tu t'es focalisée sur les épées et les dagues. Tu n'as pas encore touché aux lances, marteaux, griffes et haches. Il va falloir remédier à ça si tu veux passer à des matériaux plus nobles. Reviens plus tard avec tous les matériaux nécessaires pour finir ton cursus. »

Résultat:
 





Apprentie aventurière
Déesse de la Malchance
Dialogues/Pensées : #ff99ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2825
Expérience : 8884
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Dim 15 Nov 2015 - 1:37

Rapport de récolte :

Mjöll fabrique deux orchid'épées et une dague camélia. Elle remporte 15 points de métier + 10 points de métier bonus pour deux très bons RP.

Commentaire : bon RP, rien à redire !

---

Rapport de récolte :

Moradund fabrique une orchid'épée. Il remporte 5 points de métier et 5 points de métier bonus ! Tu passes apprenti !

Commentaire : bon RP, rien à redire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mjöll
Maîtresse d'armes

avatar

Messages : 592
Expérience : 719
Féminin Âge RP : 20 ans

♦ Politique : 01
Métier : Forgeron - Maître (185)
Disponibilité : Disponibilité réduite

Titres:
 

(Pégase +180, v+200)

Stats & équipements
Vitalité:
750/750  (750/750)
Vitesse: 303
Dégâts: 1228

MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Lun 16 Nov 2015 - 23:02

L’après-midi venu, Mjöll pénétra dans la forge d'un pas décidé. Plus tôt dans la journée, la jeune forgeronne avait entamé ce qui s’avérerait être la première d'une longue série d'épreuves sur le chemin de l'indépendance. Rufus, le maître forgeron, était adossé au mur, l'air pensif. Il sortit de ses rêveries lorsque Mjöll se posta devant lui à la manière d'un bon petit soldat. Il esquissa un sourire avant de s'exprimer d'une voix confiante :

« Comme je te l'ai déjà dis, ta maîtrise du fer est adéquate. Mais cela est loin d'être suffisant pour te considérer comme étant membre de notre si noble caste. Cette après-midi nous testerons ton travail du bois, ainsi que le difficile équilibre d'une arme mêlant divers matériaux. Tu vas me forger une Lil'ance. Comme d'habitude, le schéma de l'arme se trouve sur ton établis. Tu as jusqu'à demain matin à l'aube. »


La dernière phrase de son maître lui fit froid dans le dos. Mjöll était certes une novice en ébénisterie et de surcroît n'avait jamais forgé de lance mais cela ne devait pas être si difficile que ça ! Elle ne comptait pas y passer la nuit... Les mots de Rufus donnèrent aussi un énorme boost à la jeune femme. Sa motivation était à son paroxysme ! L'apprentie raviva les flammes du fourneau en observant les plans de la Lil'ance de plus près. L'arme était très basique en apparence : Un long bout de bois cylindrique, terminée par de la ferraille pointue. Elle en vient même à penser que c'était plus facile que de forger une dague. L'avenir allait lui donner tord...

Un lance était traditionnellement composée d'une pointe en fer fixée au bout d'un manche en bois. Rien de bien compliqué... Mjöll s’attela rapidement à la forge de la pointe. Le travail se révéla très précis et ne lui prit qu'une petite heure. La difficulté résidait surtout du rapport de taille entre la pointe et le manche. Il existait d'ailleurs plusieurs tailles. Pour cette Lil'ance, destinée à être utilisée à une main, elle avait choisi un ratio de 1 pour 5, soit trente centimètres de métal sur une manche d'un mètre cinquante. La forme était basique, s'apparentant à celle d'une flèche.

Pour le manche, Mjöll resta là aussi dans la simplicité. Elle s'inspira néanmoins d'une création précédente, une Faux Gère. L'apprentie rabota un énorme rondin pendant une bonne heure, jusqu'à ce que ce dernier atteigne la taille voulue. C'était la partie relativement facile. Forte de son expérience précédente, elle ponça ensuite le manche avec aplomb pour le rendre bien lisse et gommant quelques écarts de conception. Se posa ensuite le problème de l'attache de la pointe au manche. Après plusieurs essais infructueux, elle opta pour un emmanchement. A savoir que le manche rentrait dans un logement en fer à la base de la pointe. Cette idée n'était pas parfaite mais s’avéra bien mieux que l'alternative. L'idée première de Mjöll avait été de faire une encoche dans le manche pour y mettre la pointe, à la manière d'une flèche, le tout solidifié avec de la corde. Bien lui en prit !

Il ne restait plus qu'à tester son œuvre. La lance était une arme d'hast et de ce fait d'estoc. Le lancier visait les failles de l'armure. Les attaques de taille étaient pour la plupart inutiles. Mjöll se posta à un mètre devant un mannequin et lança son bras armé vers le buste de ce dernier. A mi-chemin, la pointe s'affaissa et atterrit finalement au niveau de l'entrejambe soit presque cinquante centimètre plus bas. Une marge d'erreur énorme à une distance si réduite !

« Oula. Ça va pas du tout. La pointe est trop lourde... Je ne vais quand même pas tout refaire depuis le début. Je peux retremper la pointe mais je n'ai plus de bois pour un nouveau manche.»

Mjöll jeta la pointe de la lance au feu. Elle attendit patiemment que la chaleur fasse son effet, tout en réfléchissant à ce fichu problème d'équilibre. Elle arriva à la conclusion qu'un bon moyen de répartir le poids était de réduire la longueur de la pointe. Après une autre heure de travail et un autre test, cela se révéla une échec. Elle jeta une nouvelle fois le minerai de fer au feu. L'apprentie songea finalement à raccourcir le manche de la lance. Elle détestait cette idée car l'allonge était la principale qualité de cette arme... Après plusieurs minutes de réflexion, elle eut une épiphanie ! Et si elle fixait une autre partie de métal de l'autre côté du manche pour contre-balancer ? Elle s’attela de suite à tester sa théorie, le soleil étant déjà couché depuis quelques temps. La nuit serait courte !

Aux premières lueurs du jour, Rufus retrouva son apprentie endormie à son établis, bavant sur des schémas. Il voulut la réveiller mais s'abstient lorsqu'il aperçut la création de cette dernière. Le forgeron empoigna la Lil'ance et se dirigea vers la zone d’entraînement. Après quelques mouvements d'expert et un mannequin comme une passoire, il réveilla finalement Mjöll :

« Debout la dedans ! Ta lance est convenable, mes félicitations. Tu as très bien résolu le problème d'équilibre, je n'en demandais pas mieux. Tu peux la mettre en vente. Va te reposer quelques heures et revient pour la suite des événements. »

Résultat:
 





Apprentie aventurière
Déesse de la Malchance
Dialogues/Pensées : #ff99ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mjöll
Maîtresse d'armes

avatar

Messages : 592
Expérience : 719
Féminin Âge RP : 20 ans

♦ Politique : 01
Métier : Forgeron - Maître (185)
Disponibilité : Disponibilité réduite

Titres:
 

(Pégase +180, v+200)

Stats & équipements
Vitalité:
750/750  (750/750)
Vitesse: 303
Dégâts: 1228

MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Mar 17 Nov 2015 - 18:50

Si les premières aventures de Mjöll s'étaient avérées compliquées, on ne pouvait pas en dire autant de ses débuts de forgeronne. L'apprentie semblait naturellement douée mais avant tout étrangement passionnée. C'était plutôt rare pour une jeune femme de s'intéresser à l'artisanat et encore plus à la forge. Un métier, voire un art pour certains,  qui nécessitait une force et endurance en règle générale de l'apanage des hommes. Si son bras était encore maigrichon, ses origines barbares lui permettaient de surmonter cet écueil physique. Cette passion inhabituelle venait sans nul doute de son attrait pour les légendes et les trésors. Les héros des histoires maniaient tous des armes magnifiques. Certaines portaient même un nom !

Lorsque Mjöll arriva à la forge en début d'après-midi, elle ne vit pas son maître Rufus. Par contre, elle trouva le grand fourneau activé. Elle aperçut un nain vers le fond de la forge qui visiblement travaillait sur la hampe d'une lance. L'apprentie s'approcha sans toutefois envahir son espace mais ne reconnut pas le modèle de l'arme. Elle put cependant lire un bout de parchemin intitulé « Lance Dorée ». Elle se rappela qu'elle était en mesure de forger ces lances, les matériaux nécessaires à leur conception étant facilement accessibles. La jeune femme était curieuse mais n'avait pas vraiment le loisir d'observer le nain trop longtemps. Elle épancherait sa curiosité un autre jour. Peut être que les deux forgerons pourraient échanger sur leur art qui sait ? Elle retourna à son établis et y trouva deux schémas bien en évidence, représentant une hache et un marteau.

« Mon épreuve de l'après-midi. »

La conception des deux armes était relativement simple et Mjöll leur trouva rapidement un point commun. Le manche ressemblait fortement à celui de la lance qu'elle avait forgé dernièrement. De là à penser que son maître avait planifié tout ça, il n'y a qu'un pas ! L'apprentie esquissa un sourire et décida pour une fois de commencer par le travail de sculpture, à savoir les manches des deux armes. Elle rabota les deux rondins jusqu'à ce qu'ils atteignent la taille désirée. Afin de les uniformiser, elle les ponça avec un papier de verre spécialement conçu pour ça. Ce travail du bois était plus fastidieux que réellement difficile. Il fallait juste faire attention à garder un manche bien droit. Cette fois-ci, n'ayant pas de contrainte de temps, elle arrêta la nuit tombée pour ne reprendre que le lendemain matin.

Cela lui laissa le temps d'imaginer les « têtes » de ses armes. D'un côté, la hache était à double tranchant classique en fer. Mjöll était déjà une experte en la matière. La seule résistance fut de courber la lame des deux côtés. Mais là encore elle se servit de son expérience avec les faux pour arriver à son but. Elle s'inspira ensuite de sa dernière lance pour connecter le métal au bois, utilisant l’emmanchement. Il ne lui resta plus qu'à bidouiller une poignée pour sa hache. L'apprentie entoura le bas du manche avec de la corde à arc et scella l'ensemble avec une sorte de liane caoutchouteuse qui pousse le long des façades de certains bâtiments de Stellaraë. Ce n'était pas la grande classe mais ça ferait parfaitement l'affaire.

La tête du marteau fut plus compliquée à forger. Sa première idée fut de copier la méthodologie d'une lame en utilisant différentes températures afin de lui donner des textures différentes. Cela s'avéra complètement superflu... Mjöll opta finalement pour la plus facile des solutions à savoir une texture unique. Un marteau était une arme contondante après tout. Sa principale qualité est de broyer, pas de trancher. Rien ne servait de trop réfléchir au problème. La nordique forgea donc la tête du marteau dans un bloc de fer, lui donnant une forme rectangulaire. Elle se contenta de lisser les bords pour apporter une touche de raffinement. Elle utilisa le même style de poignée que pour la hache, pensant que comme ces armes étaient maniées à une seule main, une poignée en métal était là encore superflue. Elle posa les armes sur son établis. Sa journée était terminée.

Résultat:
 





Apprentie aventurière
Déesse de la Malchance
Dialogues/Pensées : #ff99ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mjöll
Maîtresse d'armes

avatar

Messages : 592
Expérience : 719
Féminin Âge RP : 20 ans

♦ Politique : 01
Métier : Forgeron - Maître (185)
Disponibilité : Disponibilité réduite

Titres:
 

(Pégase +180, v+200)

Stats & équipements
Vitalité:
750/750  (750/750)
Vitesse: 303
Dégâts: 1228

MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Mer 18 Nov 2015 - 22:30

Mjöll avait enfin passé une nuit tranquille à la taverne. Cela faisait trois jours qu'elle avait entamé son marathon à la forge, dormant sur un coin de table lorsque l'occasion se présentait. Ce fut donc ressourcée et pleine d'entrain que la jeune femme commença sa journée. Elle arriva à la forge plus tard que d'ordinaire et ne fut pas de corvée d'ouverture pour une fois. La nordique était de bonne humeur mais ça n'allait pas durer. Son maître l'attendait devant son établis, la mine renfrognée. Lorsqu'il aperçut son élève il lui cria dessus :

« C'est quoi ce travail que tu m'a fais hier ? Je t'ai fais confiance et je t'ai donné carte blanche et c'est comme ça que tu me remercies ? Le travail n'était pas à la hauteur de mes attentes. Si le fer était correctement ouvragé, les manches étaient tout simplement bâclés. Tu ne sais pas travailler le bois. C'est un fait et ce ne sont pas tes improvisations qui vont t'aider à t'améliorer. Bosse sur tes points forts : Le fer, bordel ! »


Mjöll laissa passer l'orage. Après quelques minutes de silence, elle demanda si il fallait qu'elle refasse la hache et le marteau mais Rufus secoua la tête, la mine encore boudeuse. Il reprit plus calmement :

« La forge n'est pas un sprint petite. Ta motivation fait plaisir à voir. Ça donne d'ailleurs un boost à tous les autres. Mais il faut aussi savoir prendre son temps, réfléchir au lieu de foncer. Bref, tu as intérêt à faire un chef d’œuvre aujourd'hui. Tu trouveras sur ton établis un schéma d'une arme qui t'es étrangère. Pour certains, elle est impossible à réaliser. Je m'attends à du très bon boulot. Compris ? »


La nordique se contenta d’acquiescer vigoureusement de la tête et de se fendre d'un « Oui, maître » enthousiaste. Ce n'était pas le moment de se montrer effrontée. Elle se pencha rapidement sur le schéma en question. Il s'agissait d'une Griffe des Roses, une arme atypique appréciée des voleurs et autres assassins. Mjöll prit son temps pour étudier le croquis de l'arme ainsi que les détails techniques. Le processus de réflexion de l'apprentie était rodé. Elle commençait toujours par identifier les différentes parties d'une arme. En l’occurrence, la griffe était composée d'un gantelet et de petites lames de fer. Elle préféra début les hostilités par e qu'elle jugea le plus difficile, à savoir le gantelet.

Mjöll n'avait aucune expérience en forge d'armure, ni en couture d'ailleurs. Confectionner un gantelet n'était pas chose aisée à la base. Elle demanda des conseils aux forgerons présents et alla même à la bibliothèque pour se renseigner !Après moult lectures et réflexions, la nordique opta pour un petit dispositif moins compliqué ; Du moins, ne nécessitant pas de tannerie ou de couture. Elle suivit les conseils de son maître et choisit de forger l'arme entièrement en métal. Le dispositif était ingénieux, inventé par un certain Dilon. L'objet consistait en plusieurs anneaux de fer accolés qui s'enfilaient sur tous les doigts sauf le pouce. Entre les anneaux, des petits renfoncements dépassaient pour se loger entre les os à la base de ses phalanges. Ces derniers étaient sensés accueillir les lames de la griffe. Le travail était simple mais très soigné.

Mjöll mit le reste du minerai dans le haut fourneau en réfléchissant à la manière de forger les lames. Honnêtement c'était la partie facile. Le forge du fer n'avait plus de secrets pour la jeune femme. La seule partie qui lui résista un peu fut la taille des lames. La taille était importante dans beaucoup de cas mais pas forcement dans celui-ci. Après mûre réflexion, la nordique estima qu'une dizaine de centimètres suffirait à la plupart des acheteurs potentiels. Elle vérifia que les lames rentraient bien dans les logements prévus à cet effet puis remit le tout quelques minutes au four. Ding ! La Griffe des Roses était terminée. Elle donna un petit coup de brosse à reluire pour faire briller le tout et présenta son travail à son maître.

Résultat:
 





Apprentie aventurière
Déesse de la Malchance
Dialogues/Pensées : #ff99ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2825
Expérience : 8884
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Jeu 19 Nov 2015 - 2:29

Rapport de récolte :

Mjöll fabrique une lil'ance. Elle remporte 5 points de métier et 5 points bonus. Félicitations, tu passes Compagnon !

Commentaire : bon RP, rien à redire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mjöll
Maîtresse d'armes

avatar

Messages : 592
Expérience : 719
Féminin Âge RP : 20 ans

♦ Politique : 01
Métier : Forgeron - Maître (185)
Disponibilité : Disponibilité réduite

Titres:
 

(Pégase +180, v+200)

Stats & équipements
Vitalité:
750/750  (750/750)
Vitesse: 303
Dégâts: 1228

MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Jeu 19 Nov 2015 - 23:07

Ce fut en forgeronne et non en apprentie que Mjöll se leva ce jour là. La reconnaissance de ses pairs était toujours quelque chose d'important. Particulièrement pour la jeune femme qui souffrait d'un manque de repères à cause d'une vie jusque là compliquée. Le soleil était déjà haut dans le ciel lorsqu'elle pénétra dans la forge de Stellaraë. Sa tête lui faisait un mal de chien, comme souvent les lendemains de fête... Devenir forgeron était un événement important ! La nordique salua ses rares collègues présents et aperçut un jeune garçon de l’hôtel des ventes, sans doute venu livrer quelques matériaux. Lorsque ce dernier remarqua la forgeronne, il s'approcha et s'exprima d'une voix tremblotante :

« Bonjour M'selle Mjöll, vous allez bien. On vous voit souvent ces derniers temps, les affaires vont bien ? »
« Très bien, mon jeune ami. Qu'est-ce qui t'amène ? »
« Je viens livrer du minerai de cuivre pour Moradund et aussi vous transmettre une réponse à une offre d'échange. » dit-il en tendant un parchemin à son interlocutrice.

Mjöll, visiblement curieuse, s'empara du bout de papier. Elle fit signe au commis de rester dans les parages. La jeune femme étudia l'offre pendant un bon moment, pesant le pour et le contre et gribouilla finalement quelques mots sur le parchemin en question. Elle le tendit ensuite au garçon, ajoutant une petite pièce pour la commission. A peine était-elle devenu une forgeronne qu'elle avait déjà une commande ! La nordique se dirigea ensuite prestement chez l'alchimiste afin d'y acheter son fameux grog pour les gueules de bois. Elle retourna ensuite à la forge afin d'y accueillir une livraison avant le coucher du soleil. Le lendemain à l'aube, elle forgerait sa première arme de qualité, une Faux Kön.

Mjöll avait un peu de pression car les matériaux qu'elle utiliserait étaient d'une qualité bien supérieure à ce dont elle avait l'habitude. L'argent était un minerai noble dont les caractéristiques intrinsèques étaient bien différentes de celles du fer, le seul minerai qu'elle avait travaillé jusqu'ici. Le principal inconvénient résidait dans le fait que l'argent pardonnait bien moins les erreurs. De ce fait, la forgeronne s'appliqua comme jamais lors de la fonte ! La jeune femme avait même l'impression d'être à nouveau une novice. Son maître l'avait prévenu :

« Terminer la formation de forgeron ne vous amène qu'à une ligne de départ virtuelle. Ce n'est que le début. »

Mjöll traita le minerai d'argent comme une poule traiterait un œuf, avec autant de délicatesse que possible. La forgeronne avait déjà un peu d'expérience avec les faux. Elle décida d'ailleurs de s'inspirer de son design précédent pour forger la lame incurvée. Cela lui facilita grandement la tâche et lui enleva par la même occasion une pression énorme. Le martelage dura une éternité ! L'argent était beaucoup plus solide que le fer ! A tel point que la nordique fut percluse de crampes et dut faire un break après avoir fini la lame de la faux.

Si les schémas des armes basiques courraient les rues, les armes de qualité supérieures jouissaient d'un libre cours à l'imagination quasi infini. Mjöll laissa s'exprimer son talent créatif sur le manche de l'arme. Les seules indications officielles étaient les matériaux et ingrédients qu'il fallait utiliser ; A savoir du sapin pour la texture et des serres et une plume d'aigle des Baldors pour la décoration.

« J'en fais quoi de cette plume ? Et les serres ? Je les fixe sur le manche ? » fit-elle à voix haute, visiblement perplexe.

Mjöll opta pour un manche relativement sobre. Elle rabota le rondin de sapin jusqu'à atteindre la taille voulue et termina en ponçant le manche avec du papier de verre. C'était devenu là aussi une sorte de routine, de réflexe. De même, la nordique emmancha la lame au bout de la hampe. Pour que les deux parties ne se séparent pas, elle les cloua plusieurs fois sur toute la circonférence. Il ne restait plus qu'à faire les finitions.

Mjöll utilisa la longue et belle plume d'aigle à une extrémité du manche, plus exactement du côté de la lame, au niveau de la jonction. Cela donna tout de suite à l'arme un air tribal du plus bel effet. Les serres d'aigle s'avérèrent plus difficile à incorporer. La forgeronne n'avait toujours pas créer de poignée pour la faux et il lui vint une idée. Elle fixa les serres à l'autre extrémité du manche afin qu'elles servent d’arrêtoir, à la manière du pommeau d'une épée. Après une dure journée de labeur, la Faux Kön était enfin terminée ! La jeune femme s'empressa d'aller la livrer à l’hôtel des ventes.

Résultat:
 





Apprentie aventurière
Déesse de la Malchance
Dialogues/Pensées : #ff99ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2825
Expérience : 8884
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Sam 21 Nov 2015 - 3:54

Rapport de récolte :

Mjöll fabrique une pétuni'hache, une griffe des roses, un Toad, une faux Kön. Elle remporte 20 points de métier et 15 points bonus.

Commentaire : bon RP, rien à redire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dilon Deraborne
Administrateur ♦ Guerrier

avatar

Messages : 4439
Expérience : 3633
Masculin Âge RP : 34

♦ Politique : 147
Métier : Forgeron - Maître Absolu
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Altaïr, Pyrargue de Dilon [Emblème Gardien] +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
3008/3008  (3008/3008)
Vitesse: 385
Dégâts: 2383

MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Sam 21 Nov 2015 - 4:44

Dilon Deraborne pénétra dans la forge en ouvrant la porte dans un fracas assourdissant. Les forgerons qui s'affairaient ici le regardèrent d'un air qui en disait long (Dilon #placementdeproduit). L'homme à la longue chevelure les salua d'un signe de la main en traversant la forge à grand pas. Il alla se munir d'une sorte de tablier, qui ressemblait à celui des bouchers, mais en couleur marron. Il l'enfila en passant la ficelle par-dessus la tête, puis il le frotta. Il se munit ensuite d'un gros marteau pour forger, le prit au niveau de la masse, et se mit à lever et baisser le bras de manière continuelle et rythmée. Il s'agissait en réalité de son échauffement avant de faire réellement chauffer les fourneaux.

Son enchaînement d'exercices terminé, l'homme prit une mine déterminée et se munit des deux sacs qu'il venait d'apporter avec lui. Chaque sac contenait des minerais de fer. Le premier en contenait trente et le deuxième en contenait... Trente aussi. Il comptait utiliser le premier sac pour faire la commande qu'un hybride, une centauresse, lui avait fait récemment : une commande pour une épée de petite qualité, l'orchid'épée. Le deuxième sac, quant à lui, devait servir au Gardien pour forger une arme de type "griffe". En réalité, il voulait créer l'arme que l'on appelait "La griffe des roses". Elle n'avait rien de particulier, si ce n'est le fait qu'elle soit munie de plusieurs lames, ce qui rendait sa conception un peu plus longue et complexe.
C'est ce que nous verrions.

Il plongea le contenu du premier sac dans le four, entendant les crépitements de celui-ci attaquant les minerais. Il attendit cinq petites minutes environ. Au bout de ce laps de temps, il vérifia : le fer était à présent devenu chaud, rougeoyant, coulant, il était devenu parfait pour la conception d'une ou plusieurs lames, en somme. Il fit couler la substance chaude dans une enclume spécialement conçue pour les épées, observant le liquide imbiber le moule, creusé dans l'enclume, permettant de faire une lame d'épée simple.

Il patienta quelques instants que le fer durcisse à nouveau, puis il empoigna son marteau et se mit à taper de toutes ses forces sur l'alliage de minerais. Les *klong klong klong* habituels se faisaient entendre, des bruits qui résonnaient au rythme des étincelles produites sous les coups du forgeron. Dilon repensait à son père tapant l'acier avec force et dextérité, tandis que son jeune fils le regardait attentivement avec des éclats d'émerveillement dans les yeux. Bien que bourru, le Deraborne appréciait -de temps en temps- avoir ce genre de pensées nostalgiques le submerger.

Cela faisait une bonne heure qu'il martelait le fer dans l'optique de donner forme à la lame de l'épée. Bizarrement, il allait plutôt vite pour une fois. Peut-être était-ce le fait de penser à Mohana et ses parents que des ailes de rapidité (wat) lui poussaient dans les mains (wat wat Kiloë sort de là, même si cette incrustation restera perdue à tout jamais donc je pourrais raconter n'importe quoi que personne s'en soucierait). Mais reprenons. Dilon venait à présent de terminer la lame. Il ne resterait plus que le pommeau. Heureusement, il avait de quoi faire ! Il possédait déjà trois répliques de pommeau d'orchid'épée, accompagnés des poignets et des petites décorations gravées tout autour qui prenaient la forme d'une orchidée, cette jolie plante exotique dont le cœur ressemblait parfois à un oiseau, tel que le Phénix. L'homme aimait cette plante pour ses détails, et la graver n'était certainement pas chose aisée.

Il ajusta donc la poignet, et mit l'épée dans la trempe (une bassine d'eau), histoire que la lame se refroidisse sans risquer de se casser, lui assurant ainsi dureté et solidité.

Dilon s'empara ensuite de l'autre sac, qui contenait lui aussi une trentaine de minerais. Il le versa dans le four et effectua les même processus, avec les mêmes temps d'attente. Sauf qu'au lieu de verser la substance dans un moule pour épée, l'homme le déversa dans un moule de dague. Il fit ainsi cinq lames de dague. Il emtreprit ensuite de les faire refroidir, avant de travailler sur l'attache.

L'arme en question étant assez basique, l'homme dût se contenter d'un morceau en argent dans lequel il creusa cinq trous (à la manière d'un poing américain IRL), et entreprit de relier les lames à cette "plaquette d'argent" à l'aide des lanières de cuir. Le cuir était de couleur marron, ce qui contrastait évidemment avec le côté gris argenté des lames, mais qui ne faisait pas inesthétique du tout.

L'homme passa une main sur son front moite. Il avait de la sueur partout sur la tranche de la main. Mais il était également satisfait de son œuvre. En une journée entière, le forgeron expert venait de battre son record : deux armes de tiers néophytes en une journée, c'était véritablement un record. D.D, comme le dit son épée, venait de se prouver à lui-même qu'il s'était encore améliorer dans le métier de forgeronnage, et qu'il était désormais un maître en la matière.

Il venait de franchir une nouvelle étape.

[commande de pandoora + fabrication griffe des roses]





:nainhache:

~Administrateur ♦️ Gardien-en-chef chez les Gardiens ♦️ Membre des Dragonniers ♦️ Rédacteur au Phénix Enchaîné ♦️ Propriétaire de la boutique L'Âme et l'art mûr~

RP1-RP2-RP3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lemondededuralas.org
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2825
Expérience : 8884
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Sam 21 Nov 2015 - 19:33

Rapport de récolte :

Dilon fabrique une orchid'épée et une griffe des roses. Il remporte 10 points de métier et 5 points bonus. Tu passes Maître !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mjöll
Maîtresse d'armes

avatar

Messages : 592
Expérience : 719
Féminin Âge RP : 20 ans

♦ Politique : 01
Métier : Forgeron - Maître (185)
Disponibilité : Disponibilité réduite

Titres:
 

(Pégase +180, v+200)

Stats & équipements
Vitalité:
750/750  (750/750)
Vitesse: 303
Dégâts: 1228

MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Sam 21 Nov 2015 - 21:14

Le soleil dardait ses premiers rayons sur la capitale de Dùralas. Mjöll était évidement déjà levée et sur le pied de guerre. Quelques jours auparavant, avant sa dernière aventure, la forgeronne s'était essayé à la forge de marteaux de guerre. Le Toad était une arme tout à fait acceptable mais ses récents progrès dans le travail de l'argent lui permettaient de s'attaquer à un beau bébé : Le Marteau Rö. Véritable symbole de puissance, fabriqué à partir de composants de sanglier, ce marteau cumulait l'esthétique à un côté bestial des plus paradoxal.

Comme à son habitude, Mjöll alluma le fourneau et y jeta négligemment un peu moins d'une vingtaine de minerais d'argent. En attendant que le précieux métal soit à bonne température, la nordique s’attela au manche de l'arme. Elle n'avait rien d'une sculptrice mais la jeune femme maîtrisait dorénavant les gestes les plus élémentaires de la profession. Ou en tout cas suffisamment pour fabriquer un manche. Elle rabota le petit rondin de sapin jusqu'à la taille voulue : Environ un mètre de long et une dizaine de centimètres de circonférence. La forgeronne attisa les flammes du fourneau avant de finir son manche en y ajoutant un bon coup de ponçage.

« Le plus difficile maintenant. » fit-elle à voix haute pour se donner du courage..

Après une bonne heure de réflexion et de gribouillages sur un coin d'établis, Mjöll se mit finalement  au périlleux exercice de tannerie. Les deux cuirs de sanglier furent utilisés à des fins différentes, cependant les deux furent bouillis. Le premier nécessita peu de travail, seulement un peu de découpe. La forgeronne l'enroula à la base du manche et le noua irrégulièrement avec de la liane. Tout ça pour assurer à son futur porteur une prise solide. Le deuxième cuir servirait plus tard pour relier la tête du marteau aux défenses de sanglier. Elle se contenta pour l'instant de le découper en lanières.

Mjöll sortit l'argent devenu liquide du fourneau et le versa dans un patron en fonte. Une fois le métal solidifié mais malléable, elle martela ce dernier avec vigueur. Après une bonne heure et quelques refontes, la forgeronne s'essaya à une petite folie. Elle donna à la tête du marteau une forme de crane de sanglier. Satisfaite de son œuvre, elle réchauffa le métal pour lui rendre une consistance presque pâteuse. La nordique empoigna les défenses de sanglier et les enfonça de chaque côté du crane en argent pour reproduire l'animal. Après avoir vérifiée la solidité de cette tête, elle emmancha cette dernière et fixa le tout avec les lanières de cuir qu'elle avait mise de côté au préalable. Mjöll venait de forger son premier Marteau Rö, sa plus belle création. Le soleil était à son zénith, il était temps de faire une pause.


-----------------------------


Après une pause d'une heure et un frichti composé de pain et de fromage, Mjöll se remit au travail. Mais cette fois, ce n'était ni pour un quelconque profit, ni pour un échange. Elle s'était procurée il y a une petite semaine une belle Dague Emeraude grâce à un échange avec un certain DoÖoN. La forgeronne avait hâte d'en connaître tous les secrets. Elle s'était procurée le schéma de l'arme, forgée par un certain Dilon.

« Décidément ce nom revient souvent. » constata-t-elle, curieuse.

Revenir à la forge d'une dague, sa spécialité, était une véritable bouffée d'air frais pour la nordique. Elle aimait leur étonnante simplicité ainsi que leur incomparable efficacité. Les difficultés étaient multiples à défaut d'être insurmontables. Il fallait tout d'abord s'occuper du cuivre, un métal que la jeune femme avait peu travaillé.

Mjöll jeta la vingtaine de minerais de cuivre dans le haut fourneau et attendit, observant la plus belle partie de l'arme : L’émeraude. La jeune femme ne vit pas le temps passé, son regard perdu dans les reflets irisés majestueux de la pierre. Elle reprit finalement ses esprits et martela le métal encore et encore. Elle n'avait pas encore les muscles assez puissants et endurants pour tenir une journée entière dans la forge sans conséquences. La nordique dut ralentir un peu la cadence mais ne s'arrêta pas. Il lui tardait de finir cette arme.

Contrairement au modèle, Mjöll décida de courber légèrement la lame. C'était un choix esthétique en premier lieu et rappelait la forme ovale de la pierre polie. Dans un second temps, il s'agissait aussi d'un choix personnel et technique. La jeune guerrière ne se servaient que de dagues pour l'instant et les utilisaient donc en n'importe quelle occasion. Une dague classique était un formidable atout pour parer et contre-attaquer mais se révélait difficile à manier lorsque la jeune femme passait à l'offensive. Elle eut donc l'idée de courber la lame afin qu'elle s'insinue mieux entre les différentes parties d'une armure.

Mjöll laissa refroidir la lame et passa à la garde, la poignée et le pommeau. Là encore elle avait le choix. Elle pouvait utiliser l'émeraude en guise de pommeau par exemple. Mais elle jugea que cela ne faisait pas honneur à la pierre. Elle confectionna donc une garde haute avec un logement destiné à accueillir l'émeraude. La forgeronne décida de forger une poignée et un pommeau classiques mais en métal pour satisfaire ses goûts personnels en équilibre et harmonie de l'arme. Elle avait hâte d'afficher ses deux dagues sur les champs de bataille !

Résultat:
 





Apprentie aventurière
Déesse de la Malchance
Dialogues/Pensées : #ff99ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mjöll
Maîtresse d'armes

avatar

Messages : 592
Expérience : 719
Féminin Âge RP : 20 ans

♦ Politique : 01
Métier : Forgeron - Maître (185)
Disponibilité : Disponibilité réduite

Titres:
 

(Pégase +180, v+200)

Stats & équipements
Vitalité:
750/750  (750/750)
Vitesse: 303
Dégâts: 1228

MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Dim 22 Nov 2015 - 14:59

Mjöll venait de forger plusieurs armes d'excellente facture et ses progrès étaient constants. Il était temps de mettre son art à profit. La jeune femme était une aventurière avant tout. Et tout aventurier qui se respecte devait s’équiper. Les armes n'étaient pas vraiment un problème, même si elle espérait trouver une arme qui lui conviendrait mieux qu'une dague. Le reste de son équipement était de mauvaise qualité et la freinerait sans doute à l'avenir. Cependant, pour s'équiper il fallait de l'argent. Ce fut dans ce but que la nordique entama sa journée de forge.

Mjöll avait commandé la veille les matériaux pour forger deux Lances Dorées. En plus d'être étonnement simples, ces dernières lui permettraient de travailler un métal précieux et inédit : L'or. C'était quand même la classe, même si les armes en question nécessitaient que très peu de ce minerai. La forgeronne entama les réjouissances de la même manière que d'ordinaire ; à savoir en jetant le minerai de cuivre dans le fourneau. Une quarantaine en tout ! Elle ferait les deux armes en même temps afin de l'obliger à forger sous pression et aussi à s’habituer à uniformiser son travail. Ça ne pouvait qu'être bénéfique ! La nordique mit aussi l'or à chauffer séparément. Elle ne s'en servirait pas tout de suite.

En attendant que le cuivre soit à température, Mjöll tailla les manches des lances dans le bois de cerisier. Les gestes étaient précis mais prirent plus de temps qu'à l'accoutumée. Elle voulait vraiment deux armes identiques et le moindre coup de rabot en trop l'obligeait à compenser de l'autre côté. C'était un travail fastidieux ! Lorsque les manches furent parfaits, elle sortit les trois quarts du cuivre fondu et le versa dans un patron en fonte prévu à cet effet. Lorsque le métal fut à la bonne consistance, elle commença à le marteler.

Clang, Clang, Clang...

Mjöll forgea deux lames avec le gros du cuivre et deux petits contrepoids avec le reste du métal, afin de jouer sur l’équilibre des armes plus tard. Elle emmancha les pointes des lances et cloua ces dernières pour les fixer. Elle sortit l'or du fourneau et le déversa avec énormément de précaution sur les tranchants des pointes. Lorsque ces derniers refroidirent, la forgeronne les martela pour les affiner. Elle termina les pointes en les aiguisant avec une meuleuse. Elle se rendit ensuite devant un mannequin et testa l’équilibre des lances. La jeune guerrière lança son bras une première fois vers le thorax du mannequin mais transperça ce dernier au niveau de l'entrejambe. Elle se saisit de la deuxième lance pour le même résultat.

« Au moins, les deux lances sont identiques... »

Après plusieurs tentatives, Mjöll fixa un arrêtoir en cuivre au bout du manche des deux lances. Après un test d'équilibre réussi, elle esquissa un large sourire, mélange de satisfaction et de fatigue. Les deux Lances Dorées pouvaient partir à l'hôtel des ventes.

Résultat:
 





Apprentie aventurière
Déesse de la Malchance
Dialogues/Pensées : #ff99ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2825
Expérience : 8884
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Mar 24 Nov 2015 - 1:05

Rapport de récolte :

Mjöll fabrique une Dague émeraude, un Marteau Rö, 2 lances dorées. Elle remporte 20 points de métier. Tu passes Experte !

Commentaire : bon RP, rien à redire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mjöll
Maîtresse d'armes

avatar

Messages : 592
Expérience : 719
Féminin Âge RP : 20 ans

♦ Politique : 01
Métier : Forgeron - Maître (185)
Disponibilité : Disponibilité réduite

Titres:
 

(Pégase +180, v+200)

Stats & équipements
Vitalité:
750/750  (750/750)
Vitesse: 303
Dégâts: 1228

MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Mar 24 Nov 2015 - 12:45

A peine Mjöll avait-elle échangé une Faux Kön à l’hôtel des ventes qu'une autre offre se présenta à elle concernant une autre Faux Kön. Un certain Kiloë lui proposait des pièces d'or mais surtout le fruit d'une de ses aventures : Un sabot diamanté. La nordique chercha dans les registres et trouva un vieux schéma mentionnant le matériau en question. Elle était aux anges ! Elle se rendit immédiatement à l'hôtel des ventes et commanda les matériaux nécessaires. La forgeronne retourna à la forge et se mit rapidement au travail.

Mjöll refit exactement la même faux que la précédente au niveau de la lame : L'argent fut chauffé à deux températures distinctes, une plus faible pour rendre le métal malléable et ainsi mieux absorber les coups. L'autre plus chaude pour le rendre plus robuste. La forgeronne courba ensuite la lame, une des caractéristiques principales d'une faux. Le travail du métal était étonnement la partie facile pour la jeune femme. Elle s'en étonna même ouvertement :

« Si on m'avait dit il y'a quelques mois que je serai une meilleure forgeronne qu'aventurière, j'aurais sans doute éclatée de rire. »

Mjöll apporta quelques changements esthétiques au niveau du manche. Si la technique de l'emmanchement, du rabotage et du ponçage resta la même, la forgeronne se servit des serres d'aigle comme poignées au lieu d'un arrêtoir. Cela permettrait certainement une bien meilleure prise en main de la faux et un meilleur angle de braquage, menant ainsi à une plus grande force développée.

La plume d'aigle quant à elle n'avait toujours qu'une qualité décorative. Mjöll décida de la placer au bout du manche de façon arbitraire ! La nordique recouvrit la lame d'un linge et la confia à un jeune commis afin d'être livrée au dénommé Kiloë.

----------------------

Cependant, le soleil était à peine à son zénith et Mjöll n'était pas rassasiée. Elle avait décidé de consacrer cette journée à la forge et elle allait s'y tenir ! La forgeronne piocha une vingtaine de minerai de cuivre et deux minerais d'or dans un énorme tas de ressources et les jeta dans le fourneau. La nordique avait besoin d'argent. Le succès de ses aventures reposait principalement sur son équipement. Pour tuer un monstre et revenir auréolée de gloire, il fallait plus que quelques dagues...

Mjöll s'était décidée sur une Lance Dorée. Ces armes se vendaient très bien, à défaut d'être réellement puissantes. Les matériaux étaient aussi très abordables. Le processus de forge lui était familier, rendant ses gestes beaucoup plus fluides. La forgeronne cherchait avant tout à produire une arme de qualité honnête, sans forcement produire un chef d’œuvre. Elle connaissait ses limites.
La nordique s'occupa d'abord du manche.

Lors de ses crafts précédents, Mjöll s'était servis de l'or à la manière d'un revêtement épais sur les tranchants des pointes. Elle décida de tenter une autre approche. Elle utilisa le minerai d'or pour fabriquer une poignée. Les lances n'avaient en général pas de poignées mais la nordique estima que les mœurs pouvaient changés. En plus cela faisait un contre-poids parfait. Elle passa ensuite à la forge de la pointe.

Mjöll se retrouva avec plus de cuivre que la dernière fois et opta ainsi pour une pointe légèrement plus longue que lors des versions précédentes. Cette dernière restait néanmoins très effilée afin de lui permettre de pénétrer plus facilement les petits interstices aux jointures des armures lourdes. Cette lance n'était pas une arme de chasse mais une arme de guerre. Assurément. La journée était finalement terminée et avait été très productive.

Résultat:
 





Apprentie aventurière
Déesse de la Malchance
Dialogues/Pensées : #ff99ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moradund Marteau-de-Fer
Prætor Primaris ♦ Imperator ♦ Paladin

avatar

Messages : 1098
Expérience : 3149
Masculin Âge RP : 124

♦ Politique : 51
Métier : Forgeron - Expert
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Bolgrong, Ours de Moradund [Emblème Kazharien]  +150, v+150, Régénère si -25% de la vie)

Stats & équipements
Vitalité:
2665/2665  (2665/2665)
Vitesse: 489
Dégâts: 1411

MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Mer 25 Nov 2015 - 15:40

/!\ Pardon par avance pour les couleurs! /!\
Aujourd'hui allait être une longue journée. Moradund avait reçu commande de 3 Lances brisées, mais ses imbéciles de commanditaires lui ramenais le matériel petit à petit. Ce n'était pas le fait d'en produire une à la fois qui le gênait, c'était qu'on le prenne pour un commerçant à sa botte. Le nain n'était à la bottes de personne et ces corniauds allaient vite l'apprendre. Il s'arrêta chez une sculptrice pour faire tailler les manches des lances, annonçant qu'il enverrait Harduk lui amener la suite des composants. Lorsqu'il revint à la forge, Almarik avait allumé le feu et disposé des moules.
-Bonjour maître nain!
-Bonjour Almarik, on fait des lances aujourd'hui!
Le jeune homme rangea les moules inutiles tandis que le nain enfilait son tablier.
-Aujourd'hui tu vas découvrir un nouveau type de client avec tout ce qu'ils impliquent.
-Les commanditaires des lances?
-Ils sont 3, ils sont bêtes à manger du foin et ils s'organisent comme des gobelins!
-Qu'ont-ils fait?
-Étant donné leur situation, malheureusement compréhensible, ils nous apporterons les matériaux au fur et à mesure; Pour les manches je les fais faire par une sculptrice, il faudra lui envoyer le bois par Harduk au fur et à mesure qu'il arrive.
-Entendu maître.
-Pour l'instant nous n'avons le nécessaire que pour une lance, nous nous en contenterons.
Le jeune assistant mis le cuivre dans le bac de fonte au-dessus du feu de forge.
-Et pour l'or?
-On s'en occupera après, la bêtise de ses mécréants nous permettra au moins de prendre le temps de tout faire correctement.
Ils se mirent ensuite à alimenter la forge tout en surveillant le contenu du bac.

Peu de temps après, ils firent couler le minerai dans le moule que le forgeron ferma et plaça dans la cour arrière pour qu'il refroidisse.
-Maintenant il faut fondre l'or qui servira à la dorure.
Joignant le geste à la parole Moradund jeta l'or dans le bac de fonte.
-Au moins l'or est-il là au complet.
-Pourquoi le fondre maintenant alors que les lances ne sont même pas fini?
-Pas commencées tu veut dire! C'est parce que nous devons le modeler avant, aide-moi.
Poussant quelques morceaux de fer et deux grandes planches, Moradund et Almarik tirèrent une sorte de grande table vers le feu.
-Je crois que je devine, nous allons envelopper la lance d'or?
-C'est l'idée! sourit le nain.

A près quelque minute encore, ils firent couler l'or sur la table. Celle-ci comportait de petits bords qui leur permit, au moyen d'une sorte de grande spatule, de faire une grande plaque d'or peu épaisse.
-Mais comment va-t-on enrober?
-Envelopper Almarik, envelopper! On n'est pas en cuisine!
-Pardon, comment va-t-on envelopper les lances?
-Il faut forger grossièrement les lance pour leur donner leur silhouette, viens.
Le nain passa dans la cour et rapporta le moule dont il sorti le contenu sur l'enclume. Il l'attrapa avec des pinces, pris son marteau et commença a modeler le métal.
-La différence avec une lance classique, c'est que l'on ne garde que la forme dans un premier temps.
Il donna au morceau de métal une forme de losange dont un bout était beaucoup plus grand que l'autre.
-À partir de là, il faut mettre l'or sur la tête de la lance, chauffer le tout et l'amalgamer au marteau.
-Une plaque de chaque côté permet l'enrobage avant de lui donner sa forme finale et de l'aiguisage!
-Envelopper et oui. D'ailleurs, je crois que le reste des composants arrive.
Le forgeron alla à la rencontre du petit groupe qui franchissait l'entrée.
-Holà forgeron!
-C'est maître forgeron je te prie, espèce de sale petit...
Almarik préféra ne pas entendre la suite, déchargeant les matériaux pour les emporter dans la forge. Il savait que son maître détestait que l'on ne respecte pas une profession, en fait il détestait tout manque de respect quel qu'il soit. Gloussant à la pensée de ce que les commanditaires devaient prendre, il mit le bois dans une sorte de sacoche que Moradund avait fixé sur Harduk.
-Là, bouge pas.
Il ajouta un mot disant que tout y était et qu'il fallait renvoyer les manches par le même chemin une fois le travail terminé.

Le nain revint, tenant la porte pour que son ours sorte avant d'entrer.
-Au moins, on va pouvoir travailler!
-Je mets le cuivre à cuire tout de suite! Ont-ils dit quand est-ce qu'ils reviendraient chercher leur commande?
-Ces idiots finis pensent sincèrement que je leur livrerais le tout demain.
-Cela devrait suffire non?
-Ne t'ai-je pas dit que j'allais t'enseigner un nouveau type de client? Elle seront prêtes ce soir, mais je refuse de les leur livrer avant demain midi!
-Le prix du respect?
-Ne te moque pas jeunot, c'est ainsi que l'on rappelle aux client qu'ils doivent leurs vies aux artisans! le repris le nain, souriant néanmoins à la remarque.
-Oui maître nain.
Almarik sourit tandis qu'il jetait un œil au four. Son sourire s'élargit lorsqu'il vit son maître préparer deux moules.
-Un autre intérêt de ce genre de commande, c'est que cela te permettra de t’entraîner à forger des lances! Tant pis si ce n'est pas précis c'est la forme générale qui compte ici.

Almarik passa donc de nombreuse heures devant l'enclume; d'abord par lui-même, car Moradund faisait la seconde tête de lance, puis sous son œil vigilant, refondant 5 fois la tête pour la recommencer. Une fois le nain satisfait du travail accompli, ils découpèrent au marteau et au burin des plaques d'or.
-Prends garde, elles sont fines et donc fragiles, il faut en poser une sur la tête de lance et l'introduire doucement dans le feu. La chaleur va venir coller la plaque à la tête et commencer à lui donner forme.
Il joignit le geste à la parole avec la première lance (les deux autres refroidissant dans la cour) puis il prit un marteau plus petit avant de reprendre.
-Cette partie demande de la dextérité et de la douceur, il faut venir coller l'or au cuivre afin qu'aucune bulle d'air ne subsiste.
-Une bulle d'air fragiliserait l'ensemble.
-Oui mais doucement, l'or n'est pas épais.
Moradund commença alors à alterner passage dans la forge et petit coup de marteau en formant une spirale.
-Délicatement, de l'intérieur vers l'extérieur.
Il continua à alterner ainsi doucement, d'un côté puis de l'autre pour obtenir une tête de lance dorée.
Harduk revint alors qu'Almarik et Moradund finissait chacun la seconde et la troisième tête de lance.
-A présent on va utiliser le peu de métal qui nous reste pour faire des embouts inférieurs, c'est comme des demi-culs de pommeau en peu plus large.
-Je m'en charge!
-Entendu, pendant que le métal fond vient voir comment mettre le manche dans la tête.
Le nain chauffa la tête de lance qu'il avait et vint l'appuyer doucement sur le bout du manche qu'Almarik maintenant sur l'enclume. Attrapant une pince, il fit "couler" un peu de métal sur le bois pour qu'il recouvre le bout de ce dernier.
-Une lance ne peut donc être faite seul? demanda le jeune homme alors qu'il retournait la future lance.
-Cette façon de faire est la mienne, il en existe beaucoup et certaines -comme celle-ci- nécessite deux personnes.
Ils firent de même pour les trois autres lances, Almarik forgea enfin les embouts inférieurs qu'ils fixèrent avant qu'ils ne refroidissent.
-Une rude journée qui se termine!
Un homme arriva et salua les deux artisans.
-Une missive pour Moradund Marteau-de-Fer!
-C'est moi.
Le nain parcouru rapidement le mot avant de le chiffonner et de le lancer dans le feu en grommelant à l'encontre des tendances sexuelles des commanditaires et de leurs géniteurs.
-Que se passe-t-il?
-Ils sont morts, emportant avec eux le paiement qu'ils nous doivent... Il n'y a plus qu'à vendre tout ça.
-Je vous laisse vous en occuper je vais ranger la forge.
-Merci Almarik, n'oublie pas d'éteindre le feu en partant.
-Bonne soirée maître nain.
-Bonne soirée.

[ Forge de 3 Lances dorées ]




Que ton marteau sonne clair.
Que ton enclume résonne.

Dialogues: -Moradund ~Ronin
Rappel : Ronin n'est audible que par les télépathes,
ou lors de crises de rages (Dialogues lors des crises: ~Ronin)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/user/MrMomory
Mjöll
Maîtresse d'armes

avatar

Messages : 592
Expérience : 719
Féminin Âge RP : 20 ans

♦ Politique : 01
Métier : Forgeron - Maître (185)
Disponibilité : Disponibilité réduite

Titres:
 

(Pégase +180, v+200)

Stats & équipements
Vitalité:
750/750  (750/750)
Vitesse: 303
Dégâts: 1228

MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Mer 25 Nov 2015 - 17:40

Depuis quelques temps, Mjöll réceptionnait ses commandes tous les matins à l'aube. Le forgeronne aimait réceptionner les matériaux bruts en arrivant à la forge. Il y avait quelque chose de magique qui s’opérait chez elle à ce moment précis de la journée, avant que cet amas de ressources ne soit transformé en une arme de qualité. Ce jour là, Le jeune femme avait apparemment reçu de quoi forger pour les deux prochains jours. Le jeune commis tirait une charrette gigantesque ! Dans cette dernière les quelques badauds présents pouvaient distinguer de l'argent, du cuivre, de l'or, quelques rondins de bois et divers matériaux issus de bêtes sauvages. La forgeronne avait dépensé une petite fortune !

Mjöll activa le grand fourneau et commence à trier tout son bardas. Forte d'un physique robuste, elle n'eut aucun mal à entasser les nombreux minerais en une pile accolée à son établis. De l'autre côté, elle entassa le bois et les autres matériaux. La jeune femme aurait pu classer toutes ces ressources autrement mais l'organisation n'était pas son point fort. Pourquoi se creuser la cervelle en optimisant le rangement quand on peut utiliser cette dernière pour la forge elle-même ? La forgeronne se posta à son établis quelques minutes, observa quelques schémas avant d'en sortir un du dessous de la pile et de le mettre bien en évidence. Le commis, apparemment dédié à la nordique par l'hôtel des ventes, était resté pour assister au spectacle, visiblement attentif. Elle en profita pour lui donner une petite leçon. La professeure amatrice prit un grande inspiration et entama son cours en essayant de prendre un air pédant mais sans faire de fioritures :

« Tu t'appelles George c'est ça ? Observe moi bien et absorbe un maximum d'informations. Je vais forger un Marteau.»

Mjöll sortit le minerai d'argent du fourneau et le laissa se solidifier. Durant ce court laps de temps, la jeune femme détailla à son élève d'un jour comment elle procéderait. La forgeronne maîtrisait son sujet mais décida de ralentir ses gestes. Le but n'était pas de se faire mousser, il n'y avait pas assez de spectateurs ! Mais bel et bien d'enseigner un art qui visiblement avait changé sa propre vie. Étonnement revenir aux gestes basiques s'avéra très bénéfique. Les gestes étaient plus fluides, moins forcés et contrairement à ce qu'elle pensait, le martelage du bloc d'argent prit autant de temps que d'habitude. A croire que la forgeronne avait oublié l'importance du rythme dans la forge.

Comme lors de son expérience précédente avec le Marteau Rö, Mjöll réchauffa le bloc d'argent, ayant dorénavant la forme d'un crane de sanglier et y planta deux défenses sur les côtés. Elle le trempa de suite dans un bain d'eau pour le solidifier. Ensuite, la jeune femme rabota et ponça le sapin. Pour finir la tanneuse improvisée découpa les cuirs du sanglier en lamelles et s'en servit pour faire une poignée et une attache entre la tête et le manche. A sa grande surprise, le Marteau Rö était terminé. C'était certes la deuxième fois qu'elle forgeait cette arme mais elle avait fini presque une heure plus tôt que prévu ! Ce n'était pas une simple coïncidence ! Devant les yeux ébahis de son élève, la nordique se remit au travail, déterminée à reproduire l'expérience. Elle jeta un coup d’œil au jeune homme, l'invitant à participer :

« Allez George, rend toi utile. Occupe toi du minerai. »

Mjöll prit un malin plaisir à observer mais surtout à commander le commis. En dehors du fait qu'avoir un laquais sous ses ordres était pratique et plutôt cool, l'expérience était très enrichissante. A chaque fois que George faisait quelque chose de travers, la nordique lui montrait comment faire. Bizarrement, elle était comme un manuel et récitait les bases de la forge. Le marteau fut plutôt long à créer en fin de compte, les deux compères finissant le travail bien après le coucher du soleil, épuisés : physiquement pour le jeune homme et mentalement pour la jeune femme...

« Alors cette première leçon ? » fit-elle un sourire narquois sur le vidage, à l'adolescent couché par terre. Il tentait visiblement de reprendre son souffle. « N'hésite pas à revenir ! » enchérit-elle en le renvoyant chez lui. Mjöll prit les deux marteaux et ferma boutique. Il était largement l'heure d'aller se reposer, après un court passage à l'hôtel des ventes.

Résultat:
 





Apprentie aventurière
Déesse de la Malchance
Dialogues/Pensées : #ff99ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2825
Expérience : 8884
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Sam 28 Nov 2015 - 2:36

Rapport de fabrication :

Mjöll fabrique une faux Kön, une lance dorée, deux marteaux Rö. Elle remporte 20 points de métier pour d'excellents RP.

Commentaire : Rien à redire, dans 5 points de métier, TU PASSES MAÎTRE. Et je n'ai pas donné de points bonus parce que j'essaye d'être plus sévère étant donné que tu réclames du défi : en effet, si tu fais deux armes dans un seul RP, je considère qu'il faut 10 lignes minimum, et donc ma notation en devient plus corsée.

---

Rapport de fabrication :

Moradund Marteau-de-Fer fabrique trois lances dorées. Il remporte 15 points de métier et 5 points bonus pour un excellent RP.

Commentaire : Même tarif qu'au-dessus, comme je connais tes qualités, d'où la "sévérité" !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mjöll
Maîtresse d'armes

avatar

Messages : 592
Expérience : 719
Féminin Âge RP : 20 ans

♦ Politique : 01
Métier : Forgeron - Maître (185)
Disponibilité : Disponibilité réduite

Titres:
 

(Pégase +180, v+200)

Stats & équipements
Vitalité:
750/750  (750/750)
Vitesse: 303
Dégâts: 1228

MessageSujet: Re: Forge des forgerons   Dim 29 Nov 2015 - 10:59

C'était un grand jour pour Mjöll, ou disons plutôt un jour pas comme les autres. Elle ne recevait aucun prix ou récompenses, ni ne passait une quelconque épreuve. Et pourtant la jeune femme était toute excitée. Impatiente, elle courut presque jusqu'à la forge. En arrivant, elle put apercevoir les marchandises qu'elle avait commandé la veille. Ses collègues pouvaient distinguer plusieurs minerais et quelques composants de crocodile. Il était clair pour les autres forgerons que la nordique s'attaquerait au moins à une Epée Reptilienne !

« Laissez-moi travailler en paix ! » cria-t-elle soudainement.

Mjöll se dépêcha d'allumer le fourneau et d'y jeter le minerai d'argent. En attendant que ce dernier soit malléable, elle s'attaqua aux composants de crocodile et commença par le cuir de l'animal. LA sauvageonne le découpa en fines lanières obliques qui serviraient à revêtir une poignée afin de garantir un bon grip. Elle empoigna ensuite la belle écaille du saurien et la découpa grossièrement pour en faire une garde. La forgeronne n'avait pas d'outils assez résistants pour fignoler le travail mais l'aspect grossier et brut de l'écaille fonctionnerait à merveille. Elle en était persuadée. Pour finir la nordique s'empara de l'énorme dent de crocodile. Cette dernière, en forme de triangle, était étrangement symétrique et elle décida d'en faire un pommeau. Il ne restait plus que la lame à faire.

Mjöll sortit le métal argenté du fourneau et le martela sans préliminaires. Le geste était assuré. L'argent n'avait plus aucun secret pour la forgeronne dont les progrès étaient fulgurants, selon les dires de la plupart de ses collègues. Après divers trempages et refontes, soit quelques bonnes heures, l'arme était prête. Le brillant et la finition de la lame argentée tranchait avec l'aspect brut du reste de l'arme. Cela rendait le tout délicieusement paradoxal et plaisant à l’œil. Un potentiel client serait assurément satisfait !


-------------


Cependant, la journée de la forgeronne était loin d'être finie. Il restait encore des matériaux entassés contre son établi. Mjöll se pencha sur ce dernier et farfouilla une bonne dizaine de minutes. Elle retourna un tas de papiers et en sortit finalement un petit bouquin, ressemblant à un grimoire. La jeune femme examina une page de ce dernier dont l'en-tête stipulait « Brise-Diamant ». Sans nul doute, son travail de l'après-midi !

Le principal attrait de cette arme résidait dans son matériau le plus rare : Le sabot diamanté. Ce dernier était précieux et Mjöll se devait de le respecter. Elle n'allait pas faire n'importe quoi. Cela représentait son plus grand challenge dans la fabrication de cette hache. Après tout le travail du cuivre lui était à présent aisée, tout comme le bois de cerisier. La forgeronne se pencha plusieurs heures sur la question. Elle dessina moult croquis afin de déterminer la meilleure place pour un matériau de cette qualité.

Mjöll n'arriva à une conclusion satisfaisante que le lendemain matin. Elle émergea couchée sur son établi, une feuille de papier collée sur son visage.

« Eureka ! » cria-t-elle en s'étirant, un large sourire sur le visage.

Comme à son habitude, la nordique alluma le fourneau et y jeta le minerai de cuivre servant à la tête de la hache. Pendant ce temps, elle peaufina les derniers détails de l'arme à savoir le manche et la poignée. Elle se contenta d'un manche classique, qu'elle ajusta à son propre physique. Elle en fit de même pour la poignée, qu'elle voulut sommaire. La star de ce craft était évidemment la tête ! La nordique commença à travailler le métal avec aplomb et précision. Son idée était relativement simple. Elle ferait une hache à double tranchant dont les lames seraient séparées par le sabot diamanté en forme de U.

Mjöll sépara donc la tête de la hache en trois parties. Les deux premières furent relativement faciles à faire. Il s'agissait juste d'un travail basique du cuivre. La seule difficulté résidait dans la symétrie des deux lames. Après plusieurs tentatives, la forgeronne sous-pesa, vérifia leur gabarit et fut enfin satisfaite. Elle pouvait dorénavant passer à l'étape la plus compliquée. Afin de lier les deux lames et le manche, la partie centrale fut forgée à une température plus basse, permettant une meilleure malléabilité. Cette partie était constituée d'un unique bloc de cuivre à la forme de trapèze inversé. Au sommet de ce dernier trônait le sabot diamanté sur lequel les lames se fixeraient. La bas du triangle était prévu pour un emmanchement classique.

Mjöll termina son arme lorsque le soleil fut à son zénith. Elle testa son œuvre sur un mannequin et après plusieurs coups tomba par terre d’épuisement, le sourire aux lèvres, visiblement satisfaite. C’était la deuxième fois qu'elle se forgeait une arme mais c'était la première de ce calibre.

Résultat:
 





Apprentie aventurière
Déesse de la Malchance
Dialogues/Pensées : #ff99ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Forge des forgerons   

Revenir en haut Aller en bas
 

Forge des forgerons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

 Sujets similaires

-
» Forge des forgerons d'armures
» Forge des forgerons
» La Forge
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Forge World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Centre de Dùralas :: Ville de Stellaraë :: Lieu d'artisanat - Les Forges-