Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : dákrya aímatos
Le Monde de Dùralas a précisément 1360 jours !
Dùralas, le Ven 21 Juil 2017 - 6:38
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim

Partagez | 
 

 Forge des forgerons d'armures

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Selsya Åsa
Jarl de la Milice ♦ Envoûteuse glaciale

avatar

Messages : 363
Expérience : 3015
Féminin Âge RP : 114

♦ Politique : 90
Métier : Forgeron d'A. - Maîtresse Absolue
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Orrur, chouette de Selsya +400, v+400 ; Dissuasion : vous évite à coup sûr la prison)

Stats & équipements
Vitalité:
2407/2407  (2407/2407)
Vitesse: 212
Dégâts: 3219

MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Sam 7 Fév 2015 - 0:38

Selsya entra à la forge d'un pas déterminé. Il y avait plusieurs forgerons présents dans la pièce, mais la jeune femme ne leur adressa pas un regard. Ses sourcils étaient froncés : elle semblait très en colère.
Elle venait d'entendre qu'un groupe de Milicien dont elle avait confectionné les armures, avaient échangé l'une d'elle à une partie de poker et l'avait perdue. Une armure Hyno perdue mise au jeu, mais quelle bande d'abrutis ! La jeune femme était hors d'elle.

Elle déposa son sac plein de minerai de cuivre sur la table, ce qui fit un bon vacarme dans la forge et les hommes se retournèrent sur elle. Cependant ils n'osaient rien dire, car Selsya ne semblait vraiment pas commode et on n'avait pas spécialement envie de s'y frotter lorsqu'elle était dans cet état...
Elle prépara le moule et mit les minerais à fondre, puis attisa à grandes flammes le feu. Au bout d'une dizaine de minutes, le métal avait fondu. Le cuivre était de bonne qualité, cela se voyait à sa couleur fondue. Elle le fit couler dans une grande plaque de métal qui arborait un trou, permettait un métal de couler entre les deux plaques de métal. Elle referma le trou et plongea le grand objet dans l'eau, qui fit dégager énormément de vapeur et bouillir l'eau instantanément. Le cuivre était prêt à être martelé.
Selsya ouvrit les plaques, ce qui donna une grande plaque de cuivre, qu'elle n'avait plus qu'à travailler pour lui donner sa forme, resterait ensuite à refaire la même chose pour faire le dos de l'armure. Selsya avait quelques heures de travail encore devant elle, et frapper le métal lui permettrait d'évacuer sa colère.
En tout cas, ce garde aurait une bonne retenue sur son salaire pour la création de cette nouvelle armure.


Objet fabriqué :[Armure Hyno]







Jurassic World Esprit barbare
Dialogue : #5472AE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2744
Expérience : 8584
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Sam 7 Fév 2015 - 0:42

Rapport de fabrication :
-Selsya fabrique une armure Hyno, gagne 5 points de métier et 10 points de métier bonus, tu passes maître !

Remarques sur le RP : Rien à redire.

A bientôt pour de nouveaux crafts !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selsya Åsa
Jarl de la Milice ♦ Envoûteuse glaciale

avatar

Messages : 363
Expérience : 3015
Féminin Âge RP : 114

♦ Politique : 90
Métier : Forgeron d'A. - Maîtresse Absolue
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Orrur, chouette de Selsya +400, v+400 ; Dissuasion : vous évite à coup sûr la prison)

Stats & équipements
Vitalité:
2407/2407  (2407/2407)
Vitesse: 212
Dégâts: 3219

MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Ven 14 Aoû 2015 - 15:11

Selsya était concentrée sur l'acquisition d'une nouvelle armure, son statut et ses fonctions augmentant, elle se devait de posséder une armure adéquate pour tous les combats qu'elle avait à mener.
Il fallait dire aussi qu'il lui était difficile de savoir sur quel pied danser, elle était mage, maîtrisait bien sa magie, mais elle occupait un post assez brutal et de corps à corps, qui ne correspondait pas vraiment avec ce qu'elle était à la base. Mais au fil du temps, la petite "princesse" elfe s'était transformée en une guerrière puissante dotée de force mentale, physique et magique. Elle était d'ailleurs plutôt trapue pour une elfe, et à force de côtoyer les gens du grand Nord, elle avait perdu de ses airs un peu précieux. Mais elle gardait malgré tout une grâce certaine, et ce mélange entre féminité et force lui réussissait plutôt bien.

Pour se protéger, elle décidait donc de se fabriquer une armure d'Eskadi, qui lui apporterait assez de vitalité et de vitesse, afin de bien s'accorder avec ses armes. Mais trêve de bavardage, la belle des neiges devait maintenant retrousser ses manches et se mettre à la forge...


Objet fabriqué :[Armure d'Eskadi]







Jurassic World Esprit barbare
Dialogue : #5472AE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2744
Expérience : 8584
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Ven 14 Aoû 2015 - 15:15

Rapport de fabrication :
-Selsya fabrique une armure d'Eskadi.

Remarques sur  le RP : Rien à redire.

A bientôt pour de nouveaux crafts !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tziëg
Assassin

Assassin
avatar

Messages : 157
Expérience : 1125
Masculin Âge RP : 23

♦ Politique : 01
Métier : Forgeron d'armure - Maître (MAX)
Disponibilité : Disponibilité réduite

Titres:
 

(Spectre de Tziëg (modifié) +150, v+150, Régénère si -25% de la vie)

Stats & équipements
Vitalité:
1445/1445  (1445/1445)
Vitesse: 559
Dégâts: 511

MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Lun 14 Sep 2015 - 11:44

Fabrication d'une Armure Wyvern



- [...] et n'oubliez pas de manipuler avec précaution votre pièce, le métal ainsi chauffé est relativement fragile ; j'ai déjà vu des apprentis faire tomber leur pièce et la voir se briser en milles morceaux contre le dallage comme une simple plaque en verre.

Tziëg imita les trois autres individus qui assistaient au "cours" du vieil homme grassouillet. Pourtant, il n'avait qu'une envie, c'était de planter ses crocs dans cette chair pour y récupérer toute cette viande. Mais il devait se résigner à ne rien faire. Les forges de Stellaraë n'avaient rien à voir avec les mines de BaldorHeim ; il était tellement facile d'isoler quelqu'un dans ces dernières. Sa nouvelle vie serait très différente, à ne point en douter. Au moins il avait assez d'argent pour se trouver du très bon grög, et ça n'était pas rien.

- Aller, en piste les bleus ! Montrez-moi ce que vous avez retenu, et on verra si vous pourrez continuer avec moi.

Les "étudiants" de ce balourd de forgeron partageaient une chose : ils n'étaient pas humains, ou affiliés. On trouvait un stryge noir, un centaure et une naga, sans oublier notre orc, anciennement mineur et aujourd'hui forgeron novice. Il était très difficile pour ces races de trouver des maîtres en matière de ferronnerie ; les humains étaient bien évidemment favorisés, les vampires et les loups-garous leur ressemblaient donc c'était la même chose, et les nains et les elfes avaient déjà de solides connaissances. Ainsi, lorsqu'un forgeron prend pour apprentis des races moins "discrètes", il se faisait un malin plaisir à abuser d'eux. Ce forgeron n'échappa pas à la règle ; il filtrait en premier ses élèves en leur promulguant une absence de conseils lorsqu'ils pratiquaient, puis il leur demandait de payer eux même les matériaux propices à la création de l'objet, et enfin il récupérait une partie financière de la vente. Tziëg accepta de se plier à ses règles jusqu'au moment où il pourrait prendre le dessus et le mettre au sol, pour toujours.

L'orc se mit au travail ; chacun avait le droit à un fourneau, une forge et une enclume. Bien sûr la qualité de ces instruments n'était pas des meilleures, mais elle suffirait pour l'instant. L'imposante créature commença par travailler ses minerais de fer. Il ne pouvait pas les laisser sous cette forme pour en faire une armure ; il devait tout d'abord les faire fondre pour ne récupérer que le métal. Il utilisa donc une petite pioche pour réduire ses minerais en morceaux plus petits. Ce fut un travail simple et rapide, car habitué à un labeur plus rigoureux dans les mines. Il plaça les esquilles de fer dans un récipient large et particulièrement lourd qui prit place dans la fonderie.
Tziëg utilisa le temps d'attente pour récupérer le moule de la plaque d'armure pour le préparer. Il le nettoya et vérifia qu'il ne comportait aucune bavure, hélas le moule était abîmé ce qui provoquerait une plaque irrégulière et particulièrement pénible pour l'utilisateur. Heureusement, Cixi s'approcha du moule et plaça ses mains dessus. Une petite lueur bleutée se dégagea de ses paumes et disparut aussitôt. La fée s'éloigna de l'instrument comme si de rien n'était et l'orc se retrouva avec un moule quasiment neuf. Il remercia son associée d'un signe de la tête et se remit au travail.

Lorsque la fonte fut terminée, tout était prêt pour accueillir le liquide brûlant. L'orc effectua la coulée avec le plus de délicatesse et fournit un résultat plutôt prometteur. Il sentit le spectre du forgeron orc se ravir de cette performance ; il devait sûrement ne pas apprécier l'instructeur ferronnier. Au moins Tziëg avait toutes ses chances de continuer son apprentissage et fournir des créations de très bonne qualité.
Une fois le liquide solidifié, l'orc démoula sa plaque d'acier et fut ravie de ce qu'il en résultait. Maintenant, il ne lui restait plus qu'à travailler la plaque avec son marteau, à la poncer puis à la garnir de lanières en cuir pour pouvoir la porter. Ça ne semblait pas être particulièrement difficile.
L'imposant forgeron s'arma de tenailles dans la main gauche et d'un marteau dans la droite. Il récupéra la plaque avec ses tenailles et la passa dans le feu de la forge. Il observa attentivement la couleur du métal et lorsqu'il pensa qu'elle était assez proche du rouge cerise, il retira sa plaque pour la frapper avec son marteau. Le choc du marteau contre la plaque coincée par l'enclume provoquait une sorte d'explosion sonore. L'orc n'avait jamais entendu pareil bruit, et pourtant il avait l'habitude des chocs de par son ancien métier. Mais il ne ralentit pas la cadence, s'il ne se dépêchait pas, le métal refroidirait et il se retrouverait avec des irrégularités fortes désagréables.
Tziëg répéta son manège plusieurs fois ; tremper une partie de sa plaque dans le feu de la forge, attendre qu'elle arbore une teinte rouge cerise, l'enlever et la maintenir contre l'enclume, frapper la plaque avec le marteau pour qu'elle prenne la forme désirée et enfin, la porter contre le mannequin pour visualiser le travail. Rien de bien sorcier, mais il fallait savoir le faire rapidement ; il n'y avait aucun intérêt à passer des heures et des heures là-dessus. De plus, il fallait être le plus performant possible ; frapper le métal chaud plusieurs fois le rendait petit à petit plus fragile. Bref, même si les tâches n'étaient pas compliquées en soi, il y avait derrière une certaine expertise.

Une fois son travail de "modelage" terminé, l'orc n'avait plus qu'à polir la plaque pour la rendre plus lisse et brillante. Il se servit d'une brosse qu'il appliqua sur sa pièce de métal délicatement et rapidement. Il utilisa les pointes pour obtenir un lissage optimal, en procédant à l'inverse, il obtiendrait de légers creux par endroits et ce serait plutôt désagréable en terme de qualité. Ensuite, il prit une pierre à aiguiser et la passa avec la même délicatesse que la brosse sur la surface de sa plaque. Il n'avait pas l'intention de beaucoup l'utiliser, mais elle pouvait lui donner un certain coup de pouce.
Pour finir, il ne lui restait plus qu'à l'assembler. Il s'empara des bandes de cuir qu'il passa dans les interstices prévues à cet effet. C'était plutôt compliqué car il fallait être agile de ses doigts ; les bandelettes de cuir devaient se ranger dans plusieurs trous afin de mettre en place un mécanisme de taille réglable. L'armure pouvait alors être portée par plusieurs personnes sans trop de souci.

- Ah. Notre orc a terminé le premier, et ce n'est pas trop mauvais. En restant plus de temps avec moi, vous obtiendrez des résultats plus satisfaisants que cette... chose...
- Je serai ravi d'en apprendre plus à vos côtés, mentit-il.
- Parfait. C'est cette soumission que vous devez faire preuve avant de rejoindre ces autres artistes qui vous méprisent ! Quant à toi l'orc, va vendre ça à l'Hôtel des Ventes du côté des aventuriers.
- Vous voulez dire "forgerons", non ?
- Tu m'as bien compris, tu vas le vendre dans la section prévue pour les aventuriers. Ils n'accorderont jamais leur confiance en ta personne, orc.
- Bien, dit-il en partant avant de lâcher quelques insultes orques tout bas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2744
Expérience : 8584
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Lun 14 Sep 2015 - 23:26

Rapport du RP :

Tziëg fabrique une armure wyvern. Il remporte 5 points de métier + 15 points bonus

Conseils pour le RP : rien à redire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tziëg
Assassin

Assassin
avatar

Messages : 157
Expérience : 1125
Masculin Âge RP : 23

♦ Politique : 01
Métier : Forgeron d'armure - Maître (MAX)
Disponibilité : Disponibilité réduite

Titres:
 

(Spectre de Tziëg (modifié) +150, v+150, Régénère si -25% de la vie)

Stats & équipements
Vitalité:
1445/1445  (1445/1445)
Vitesse: 559
Dégâts: 511

MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Mar 15 Sep 2015 - 14:29

Fabrication d'une Animarmure [sac]



En plus de Tziëg, la naga avait réussi l'épreuve du forgeron. Ce dernier leur avait demandé de revenir le lendemain, à l'aube, pour continuer leur apprentissage par une nouvelle épreuve afin qu'il n'en reste plus qu'un. L'orc avait malheureusement obéi, mais il ne cessait pas de se dire que tout ceci était primordial s'il voulait réussir. Ce n'était qu'un petit sacrifice pour quelque chose de tellement énorme que ces instants de servitude passeront pour des choses insignifiantes. Il devait prendre sur lui, pour le moment...
La naga était aussi présente et tout comme l'orc, elle ne dit mot. Les deux êtres étaient en rivalité et il n'était pas l'heure de faire ami-ami. Ils avaient du pain sur la planche et ils devaient se concentrer sur leur tâche, si tout du moins le forgeron se décidait à les accueillir.

Ils patientèrent dehors une bonne heure. La fraîcheur du matin se dissipa pour préparer la venue des températures élevées. Même si la cité de Stellaraë était située en un espace bien plus frais que le reste du désert, elle n'en restait pas moins sensible à la chaleur des environs. Et quelqu'un de peu habitué ne verrait aucune différence entre les alentours de la capitale et le reste du désert.
Le forgeron faisait attendre ses apprentis. Il y avait fort à parier qu'il était encore en train de dormir. La naga s'impatienta et finit par engager la conversation pour faire sortir toute sa frustration :

- Sssse ssssalaud. Me faire passssienter avec ssssette chaleur ssssuffoquante...
- Cette shrak nous teste.
- Je ssssais, et je ssssuis d'avis de le faire ssssouffrir.
- Humpf. Et qui va te permettre de devenir forgeron si tu fais ça ? Réfléchis un peu dulûm !
- Je ssssuis Kissssa, pas dulûm.

La conversation n'alla pas plus loin et on n'entendit plus les sifflements désagréables de la femme serpent, au grand bonheur de chacun des deux orcs. L'un était d'avis de lui arracher la langue et l'autre de la faire ssssuffoquer avec du métal en fusion. Quelle que soit l'idée retenue, elle ne fut pas mise en œuvre et les apprentis attendirent une heure supplémentaire avant de découvrir des signes de vie de leur maître artisanal, au grand désarrois de Kelh Egromh'or.
- Ah vous êtes là, au moins vous êtes ponctuels.
- Je penssssais que ssss'était avant que le ssssoleil sssse lève, rousssspeta la naga.
- Arrêtes de te plaindre eidesh !
- Je te l'ai dit, ssss'est Kissssa ! dit-elle vexée.
- L'orc a raison ; je devais vous tester. Maintenant au travail, vous allez m'allumer les forges et les fourneaux. Aujourd'hui c'est l'Animarmure. J'espère que vous avez votre fer et votre cuivre (Les élèves montrèrent leur sac de minerais). Parfait. Allez, on se bouge !

Les deux novices commencèrent à allumer leur fourneau et leur forge tandis que leur instructeur prenait tranquillement son petit-déjeuner en lisant le journal. L'odeur des œufs et de la viande mit les papilles de deux forgerons à l'épreuve, mais ils résistèrent. De toute façon, Tziëg préférait la viande fraîche, tendre et filandreuse. Et si elle était bien garnie, c'était encore mieux.
Empiffres-toi, shrak. Tandis que tu le peux encore.

Le spectre du forgeron orc donna quelques conseils à son protégé, le plus discrètement possible. Avec ces atouts il pourrait donner plus de qualité à son travail, un atout particulièrement utile étant donné la situation. La naga scrutait les faits et gestes de l'orc afin de pouvoir prendre l'avantage sur cet adversaire.
Le forgeron grassouillet vint finalement les voir, non pas pour observer ce qu'ils avaient fait, mais pour récupérer son dû. Il s'approcha de Tziëg en premier et lui demanda ses intérêts pour la vente de l'armure de la veille.

- Je ne l'ai pas encore vendue, j'attendais d'en avoir une autre avant d'aller sur la marché. Je ferai d'une pierre deux coups.
- Je m'en fiche de tes excuses, orc ! Je veux mon paiement, tu n'obtiens pas mon savoir gratuitement !
- Voissssi votre ssssomme, comme vous le ssssouhaitiez. Kissssa est à votre sssservisssse

La naga profita de cet instant de faiblesse pour sauter sur l'occasion d'obtenir les faveurs de son maître en forge. Elle avait même placé un supplément pour ravir le forgeron. Il sembla apprécié puisqu'il lui accorda des éloges « Au moins je peux conter sur toi, naga. ». La femme serpent accorda un ssssourire perfide à l'orc qu'il lui rendit avec des grognements. La partie n'était pas encore gagnée pour la vicieuse créature, et l'orc comptait bien la faire payer, un jour ou l'autre.
Il voulu faire chauffer ses minerais de fer et de cuivre, ensemble, dans une proportion de 2 pour 1. Mais le spectre le mit en garde en lui disant que le cuivre fondait bien plus rapidement que le fer. Le principe de ce mélange était de fournir une solidité plus importante au fer afin de le rendre plus résistant. C'était la raison pour laquelle cette armure était considérée comme une armure intermédiaire. La masse volumique du cuivre est un peu plus importante que celle du fer, il devait d'abord porter ses minerais de fer à une fusion partielle avant d'ajouter le cuivre. Ils atteindraient alors la fusion totale pratiquement en même temps ce qui permettrait au mélange d'être plus compact. Si le cuivre atteignait son point de fusion avant le fer, ce dernier serait majoritaire et ne donnerait au mélange qu'un brin de solidité supplémentaire.
L'orc remercia son allié et chercha à tromper la naga, il savait qu'elle continuait à l'épier et qu'elle serait au courant de cette tactique si l'orc ne prenait pas garde. Il retira le maximum de minerais de cuivre, furtivement et lorsqu'il ne lui en restait plus que quelques uns, il jura et montra son mécontentement oralement, mais assez bas pour que seule la naga puisse l'entendre :

- Ah, quelle shrak ! Il y a trop de cuivre. Bon sang, moi et les nombres ça fait deux !

L'orc fit mine d'essayer de réparer son erreur et remarqua le petit rire triomphal de la naga. La soi-disant faiblesse de l'orc lui permettait de faire croire à la femme serpent qu'elle lui était supérieure. Elle serait alors moins perfectionniste dans la réalisation de sa création, une bonne chose pour l'orc.
- Pas mal p'tit gars, lui chuchota son protecteur.

Tziëg observa avec attention l'état de sa fusion des minerais de fer, et lorsqu'il sentit que c'était le bon moment, il retira le récipient du fourneau pour rajouter ses minerais de cuivre. Là encore, il rusa ; avec la même tonalité que la dernière fois, histoire que le gros bonhomme ne l'entende pas, il induit la naga en erreur au sujet de ses capacités :
- Arf. C'est trop liquide, je devrais peut-être rajouter des minerais ? dit-il en accompagnant ses interrogations d'un ajout de minerais de cuivre.
- Ssssa doit pas être trop liquide. Il faut du ssssolide, orc, mentit la naga.

Le novice en forge la remercia d'un sourire plus moqueur que gratifiant. C'était une bonne chose qu'elle se pense pratiquement intouchable. Sa chute n'en sera que plus douloureuse. Mais l'orc ne se laissa pas distraire par son plan machiavélique, et se focalisa entièrement sur sa tâche. Il n'était plus question de perdre du temps à faire perdre du temps la naga qui pensait avoir tout le temps.

Une fois le liquide prêt, l'orc remplit un nouveau moule pour sa nouvelle création. La plaque semblait être un peu plus épaisse alors que la quantité était sensiblement la même que la dernière fois. Ça signifiait sûrement qu'il avait réussi son mélange. C'était une bonne nouvelle.
L'imposante créature attendit patiemment la solidification de sa plaque et ne se précipita pas à la sortir du moule lorsqu'il pensa avoir attendit aussi longtemps que la dernière fois. Si la plaque était plus lourde et résistante, elle mettrait plus de temps à se solidifier. Et il eut raison de ne pas se jeter tête la première dans le démoulage, chose que ne fit pas la naga et qui se retrouva plus tard bien embêtée.
Une fois qu'il pensait avoir bien attendu, il retira sa plaque et commença à la travailler. Il lui fallait plus d'efforts qu'avec la plaque faite entièrement de fer de la veille, mais il arrivait à la manipuler plus facilement, ce qui ne fut pas le cas de la reptile qui avait entre les mains une plaque trop malléable.

Presque une heure après, l'armure de l'orc était façonnée, nettoyée et polie. Il ne lui restait plus qu'à mettre les bandes de cuir dans les interstices prévues à cet effet et de présenter son œuvre à son "maître", afin qu'il puisse accepter l'orc en tant qu'apprenti officiel et le rabaisser en même temps pour lui prouver qu'il était le maître de ces lieux. La naga eut le droit à des remontrances de la part du forgeron. Non seulement son armure était trop légère, mais en plus la qualité laissait énormément à désirer. C'était un travail de gobelin, pas de forgeron.
La reptile fut éconduite et l'orc accepté. Encore quelques temps à ses côtés et il pourrait lui faire fermer son clapet à tout jamais. Ce serait l'instant le plus merveilleux de sa formation. Mais avant, il devait vendre ses créations au rabais afin de permettre à ce gros-lard d'avoir ses jolies piécettes d'or.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2744
Expérience : 8584
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Mer 16 Sep 2015 - 1:21

Rapport du RP :

Tziëg fabrique une animarmure. Il remporte 5 points de métier + 15 points bonus. Tu passes déjà apprenti de par ton art démesuré !

Conseils pour le RP : rien à redire, t'es un fou !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tziëg
Assassin

Assassin
avatar

Messages : 157
Expérience : 1125
Masculin Âge RP : 23

♦ Politique : 01
Métier : Forgeron d'armure - Maître (MAX)
Disponibilité : Disponibilité réduite

Titres:
 

(Spectre de Tziëg (modifié) +150, v+150, Régénère si -25% de la vie)

Stats & équipements
Vitalité:
1445/1445  (1445/1445)
Vitesse: 559
Dégâts: 511

MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Sam 3 Oct 2015 - 10:38

Fabrication d'une Armure Hyno [sac]



Il était encore très tôt à Stellaraë. Et pourtant, le vieux forgeron grassouillet avait encre fait venir l'orc à son domicile pour continuer son apprentissage. Tziëg était venu à l'heure et, tout comme la dernière fois, avait patienté deux bonnes heures avant de voir la porte s'ouvrir sur un homme fatigué et débraillé. Il l'accueillit d'un bâillement et l'invita à entrer sans dire le moindre mot. Il faisait frais dans la demeure ; les fourneaux n'avaient pas été allumés, et seuls deux feux de cheminée apportaient une certaine chaleur harmonieuse : l'un dans la chambre du thérianthrope, et l'autre dans la salle à manger, dans laquelle le "maître" forgeron prenait son petit déjeuner. L'orc posa son sac de minerais à terre et s'empressa d'allumer les outils pour forger, mais le forgeron le héla :
- Attends, attends. Tout d'abord, il me semble que tu me dois de l'argent ; l'équivalent de deux armures ainsi qu'un supplément pour le retard. Et ensuite, tu pourras allumer ton fourneau et ta forge. Je vais te laisser te débrouiller, ne crois pas pouvoir observer tout mon art seulement parce que tu es le dernier "survivant".

L'orc le dévisagea, mais l'obscurité et la fatigue du forgeron l'empêchèrent de le voir. Quel dommage, il aurait eu une bonne raison de le tuer. Néanmoins, l'orc sortit de sa poche une besace de quelques centaines de pièces d'or. Il n'avait pas vendu les armures, mais savait toutefois que cet argent ne serait pas perdu. Il n'avait certainement pas l'intention de le laisser en vie très longtemps. Il était une insulte pour les forgerons, et Kelh Egromh'or ne le contredirait pas.
Le maître de savoir s'empara de la bourse et s'empressa de vider son contenu sur la table, même si les pièces devaient se mêler à son déjeuner. Leur scintillement se reporta dans ses yeux et parut le rassasier. Ses sources de revenu ne devaient plus vraiment concerner la vente de ses propres armures. C'était à se demander s'il avait vraiment quelque chose à apprendre à l'orc.

- Abandonne cette shrak, je serai ton maître. Fais-moi le plaisir de le faire rôtir dans sa propre forge, lui chuchota le spectre orc.

Tziëg ne put lui répondre, mais le forgeron céleste avait compris qu'il n'avait pas l'intention d'abandonner cette loque pour l'instant. Il avait besoin de lui pour quelque chose en particulier ; pas forcément en matière de forgeage. Kelh Egromh'or devina qu'il devrait patienter avant d'avoir sa réponse et il préféra se retirer pour laisser la place à la fée Cixi. Depuis son éveil, il partageait le corps céleste de la fée pour pouvoir se manifester librement. Il aurait pu complètement assimiler la créature magique, mais son "propriétaire" ne semblait pas de cet avis. Néanmoins, cette situation ne déplaisait pas à la fée ; elle pouvait apporter son aide à l'orc malgré l'inutilité de son pouvoir de récolte.

- Bon, c'est bien. Mais je ne veux plus de tels problèmes la prochaine fois, dois-je te rappeler que je suis ton professeur ?
- Non, vous n'avez pas besoin de le faire.
- Parfait. La prochaine fois, si tout du moins tu restes à mes côtés, je prendrai une participation supplémentaire. Il faudra que je te montrer mon art et ça, ce n'est pas gratuit. (Il fit une pause pour croquer dans sa tartine de confiture de fraise. La mixture coula de sa bouche et tomba sur la table et même sur les vêtements du forgeron) Eh bien ! qu'est-ce que tu attends ? Mets les fours en marche, voyons.
- C'est déjà fait, répliqua-t-il sèchement.
- Eh bien mets-toi au travail, bon sang ! Tu fais une armure lourde aujourd'hui, le réprimanda le thérianthrope.

L'apprenti forgeron s'exécuta et étudia la recette de l'armure hyno. Il avait besoin d'une bonne vingtaine de minerais de cuivre et ce fut tout ce qu'il trouva sur le morceau de papier. Bien sûr il s'y attendait, mais il aurait souhaité avoir un peu plus d'informations. Le point positif c'était qu'il apprenait bien plus vite de cette façon. Et plus vite il deviendrait expert, plus vite il pourrait se débarrasser de cette vermine puante et irrespectueuse.

Tziëg mit ses minerais de cuivre à fondre dans le fourneau. Il se souvenait de ce que lui avait dit son protecteur au sujet de la fusion du cuivre ; comme quoi elle était plus rapide que pour le fer. Il fallait donc qu'il reste attentif à son métal s'il ne voulait pas rater son armure et voir disparaître à jamais ses chances de vendre ses créations à l'Hôtel des Ventes.
Pendant la fonte, l'orc prépara le moule de sa plaque tout en jetant de fréquents coups d’œil à la chauffe de ses minerais de cuivre. Il nettoyait sa plaque, et la lissait pour éviter de garnir son métal de dépôts divers qui pourraient nuire à la qualité. Il rouspéta intérieurement en voyant que le forgeron ne prenait même pas la peine de s'occuper de la maintenance de ses outils. C'était peut-être pour cette raison qu'il était obligé de prendre des apprentis afin d'obtenir une source de revenus viable ; ses objets devaient être d'une qualité fort déplaisante. Au moins, il ne manquerait à personne...
Une fois le liquide brûlant fut prêt, l'apprenti forgeron le déversa tout doucement dans son moule et fit attention à ce que le niveau soit équilibré de part et d'autre. Satisfait de son travail, il laissa le métal se solidifier. Il savait qu'il devrait patienter, alors il entama une vérification de ses prochains outils : forge, marteau, enclume et tenailles. Il les observa attentivement et les nettoya pour être sûr de ne pas être embêté par une piètre qualité au sujet de ses instruments. Il jeta un œil à son professeur et le vit bouquiner son journal comme si de rien n'était. Était-il réellement forgeron ? L'orc en doutait de plus en plus. Néanmoins, il semblait faire un travail honorable puisque son allié spectral ne vint pas lui donner de remarques. Il ne devait sûrement pas être parfait non plus, mais il avait tout le temps pour s'améliorer et se perfectionner.

Lorsqu'il jugea avoir assez patienté, Tziëg démoula sa plaque avec attention. Elle était plus lourde que les deux précédentes, mais il devait rester prudent au moindre de ses gestes. Il serait bête de gâcher son travail maintenant et faisant exploser la plaque sur le sol. Une fois posée sur l'enclume, l'orc la manipula avec précaution pour vérifier qu'elle avait bien solidifié et qu'elle ne risquait pas de fondre lorsqu'il la mettrait dans le feu pour forger l'armure lourde désirée. Comme tout avait l'air en ordre, il s'empara de ses tenailles et plaça l'extrémité de son morceau de métal dans le feu de sa forge et le maintint contre l'enclume lorsqu'il frappa avec son marteau pour concevoir la courbe du flan de son futur propriétaire. Il remit sa création plusieurs fois dans le feu et frappa de nouveau l'endroit rougi par la chaleur de la forge. Lorsqu'il pensa avoir correctement réussi ce flan, il approcha la plaque de son corps et jugea par lui-même. Il faut bien mettre la main à la pâte lorsqu'on ne possède pas de mannequin pour le faire. Comme son travail semblait réussit, il trempa cette extrémité dans l'eau froide et répéta les mêmes actions avec l'autre côté. La chaleur était étouffante et l'orc suait à grosses gouttes. Son professeur avait jugé qu'il faisait meilleur dehors pour profiter au mieux de sa lecture matinale. Qu'il soit là ou pas de toute façon, ça n'aurait rien changé...

L'armure se dessinait petit à petit, l'apprenti forgeron avait fini les flans et entamait une vérification de la qualité et de l'épaisseur ; ça ne servait à rien de servir une protection fine lorsqu'on cherchait une armure lourde. Mais apparemment, l'orc avait bien fait son travail. Il devait juste légèrement niveler le début de la courbure, et ensuite il pourrait s'occuper du reste de la plaque de cuivre et ainsi façonner un plastron digne de ce nom.
L'orc passa un peu de temps au nivelage ; ce n'était pas quelque chose d'évident d'une part parce qu'il travaillait sur l'intérieur de sa plaque, et d'autre part parce qu'il pouvait apporter une couche trop importante qui fragiliserait l'ensemble de son armure, quelque chose qu'il valait mieux empêcher. Mais il finit par parvenir à un résultat adéquat ce qui lui permit de souffler un peu avant de s'attaquer au reste de l'armure. Le plastron ne serait pas évident non plus à travailler, mais l'orc avait confiance en ses capacités. Il devait "déplacer" le plaque vers le haut tout en la faisant retomber pour former des plis artistiques. Le travail de ce genre de détail était le plus difficile, car il devait garder la même épaisseur sur toute la hauteur. La moindre différence pourrait fragiliser le tout et provoquer des conséquences terribles. Tziëg frappa vigoureusement sa plaque et essaya tant bien que mal à la replier légèrement pour créer le style artistique souhaité. Il en bava et faisait couler de nombreuses gouttes de son front, mais il fit tout de même attention à ce qu'elles ne se déposent pas sur l'armure ; il n'avait pas envie de voir une réaction étrange et ennuyante.

Deux heures supplémentaires de travail acharné finirent par produire un armure hyno de qualité plutôt modeste. Elle avait fière allure avec ses liserais sur le plastron et semblait posséder les caractéristiques propres à n'importe quelle armure lourde. Toutefois, l'orc préférait travailler sur de l'armure légère voire intermédiaire. C'était un travail bien plus harassant et fatiguant qui mettait le savoir-faire de l'apprenti en doute. Bien sûr il ne pouvait pas décider de ne plus jamais en faire, mais il se porterait mieux avec les deux autres types d'armures.
Le forgeron vint voir son travail et l'examina en profondeur. Son visage ne laissa passer aucune expression ce qui lui donnait un air de toute-puissance que l'orc aurait bien aimé faire disparaître. Le pire, c'était qu'il y prenait énormément de plaisir. Mais l'orc se doutait que son travail était de bonne qualité, dans le cas contraire le thérianthrope n'aurait pas fait tout ce cinéma.

- Bon. C'est plutôt rudimentaire, mais on va s'en contenter, finit par dire le vieil homme. La prochaine fois je te montrerai comment on forge avec ta première réalisation de casque : l'Heaume Hygal. En attendant, va donc vendre ton produit et va te décrasser. Je n'ai pas envie d'accueillir un élève aussi sale dans ma demeure.

L'orc voulut lui faire avaler l'armure. De eux deux, il était celui qui prenait le plus soin de lui, alors qu'il était un orc. C'était plutôt paradoxal. Mais Tziëg prit sur lui, une nouvelle fois, et se retira des ateliers de son "maître". Avant de partir, l'homme le héla pour lui rappeler de ne pas oublier l'argent, ou plutôt la grosse bourse contenant beaucoup de pièces d'or pour qu'il puisse manger comme un porc pendant des jours, avant de faire le même cinéma avec d'autres apprentis. Il n'y avait pas à dire, cet être le dégoutait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2744
Expérience : 8584
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Lun 5 Oct 2015 - 0:35

Rapport du RP :

Tziëg fabrique une armure hyno. Il remporte 5 points de métier + 15 points bonus.

Conseils pour le RP : rien à redire, t'es un fou !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selsya Åsa
Jarl de la Milice ♦ Envoûteuse glaciale

avatar

Messages : 363
Expérience : 3015
Féminin Âge RP : 114

♦ Politique : 90
Métier : Forgeron d'A. - Maîtresse Absolue
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Orrur, chouette de Selsya +400, v+400 ; Dissuasion : vous évite à coup sûr la prison)

Stats & équipements
Vitalité:
2407/2407  (2407/2407)
Vitesse: 212
Dégâts: 3219

MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Ven 23 Oct 2015 - 16:26

La jeune femme ne s'était pas aventurée à Stellaraë depuis un petit temps. A dire vrai, elle n'était jamais vraiment venue dans la capitale car elle en ignorait la plupart des choses, la considérant comme trop peuplée et dans un climat trop chaud. Si bien que lorsqu'elle s'aventurait dans cette ville, c'était uniquement pour se rendre à la forge des forgerons d'armures.
Cette fois ci, elle avait été convoquée pour une réunion des forgerons d'armures les plus expérimentés. Tous les cinq ans, ils se réunissaient pour faire le point sur les dernières techniques de fabrications, les ressources disponibles mais aussi pour revoir les procédés de fabrication des armures déjà présentes dans l'inventaire, afin de les rendre plus résistantes.
Selsya était à l'affût de la moindre information concernant la fabrication, car son métier représentait beaucoup pour elle, en temps que Milicienne. Et elle fût ravie lorsqu'elle eût accès à la nouvelle réglementation concernant le casque en diamant. Si bien qu'une fois la réunion terminée, elle se précipita à la forge pour fabriquer ce casque qui manquait à son équipement actuel.


Objet fabriqué :[Casque en diamant]







Jurassic World Esprit barbare
Dialogue : #5472AE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2744
Expérience : 8584
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Ven 23 Oct 2015 - 16:27

Rapport de fabrication :
Selsya fabrique un Casque en diamant.

Remarques sur  le RP : Rien à redire.

A bientôt pour de nouveaux crafts !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tziëg
Assassin

Assassin
avatar

Messages : 157
Expérience : 1125
Masculin Âge RP : 23

♦ Politique : 01
Métier : Forgeron d'armure - Maître (MAX)
Disponibilité : Disponibilité réduite

Titres:
 

(Spectre de Tziëg (modifié) +150, v+150, Régénère si -25% de la vie)

Stats & équipements
Vitalité:
1445/1445  (1445/1445)
Vitesse: 559
Dégâts: 511

MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Mer 16 Déc 2015 - 20:21

Fabrication d'un Heaume Hygal [sac]



*Bang !*
*Bang !*
*Bang !*

Le bruit du fracas du marteau sur le métal résonnait dans toute la piteuse demeure du maître forgeron. Il semblait même faire vibrer les murs, à croire que la masure pouvait s'écrouler à tout instant. Mais chaque maison à Stellaraë avait été étudiée pour résister à toutes sortes de secousses ou vibrations. Certes, la raison n'était aucunement liée à l'activité des travailleurs du métal, mais cela suffisait amplement, du moins c'est ce qu'espérait à moitié l'orc. L'autre moitié était plutôt favorable à frapper encore plus fort pour accélérer le processus. Si ceci pouvait lui permettre de ne plus suivre les insignifiantes leçons du porc-garou lui servant de maître, il était prêt à mettre beaucoup en jeu, même sa vie.
Cependant, aussi plaisante fut l'idée, Tziëg devait patienter encore un peu et mener à terme sa quatrième réalisation chez ce thérianthrope avare et répugnant. Cette fois, il s'agissait d'un heaume. Bien qu'il s'agisse d'un nouveau modèle de pièce défensive, que l'orc n'aurait, a fortiori, jamais travaillée, il ne lui suffisait pas d'agir comme à son habitude et de se démerder tandis qu'un gros balourd sirotait son liquide brûlant en lisant son journal sentant la pisse - à moins que ce ne soit le balourd en question. Non, cette fois, Tziëg allait jouir d'un enseignement des plus respectables : son maître avait décidé de mettre la main à la patte, enfin au métal, ou à l'enclume. Voulant prouver la réputation de son art à son apprenti, le thérianthrope n'avait rien trouvé de mieux que de montrer avec détail comment on réalisait un heaume digne de ce nom. L'orc ne l'entendit pas de la même oreille ; pour lui, ça ressemblait plus à un plus long moment en la compagnie d'un être détestable.

L'apprenti forgeron frappa de plus en plus fort sa plaque de métal. Elle se courbait bien, comme souhaité, pour ressembler au coffrage du heaume, mais elle commençait à faire apparaître quelques irrégularités. Ces défauts étaient causés par l'humeur de l'orc qui le faisait frapper trop fort. Le spectre l'observa sans l'avertir. Bien sûr, il souhaitait que son protégé soit un très bon forgeron et donc réussisse correctement cette tâche. Mais il voulait le tester, même s'il savait que le vieil homme y était pour beaucoup. Il voulait voir si Tziëg pouvait passer outre les circonstances extérieures et fournir un travail de grande qualité.
Le thérianthrope grassouillet ne se priva pas de commentaires et commença à rougir de colère, sans toutefois lancer des mots mal placés. Ceci ne fit que renforcer l'agacement de l'orc qui commençait, petit à petit, à saboter son travail.

- Je peux pas refaire en boucle mon travail devant tes yeux, ni faire le tien. C'est pourtant pas bien compliqué de faire un heaume, bon sang !

Le bonhomme leva les bras au ciel et s'éloigna en direction de sa cuisine pour croquer un biscuit ou deux. L'orc grogna et continua de taper de plus belles. Il courrait droit à la catastrophe mais finalement, il put régler le tir à temps. A force de s'acharner sur ce morceau de métal, Tziëg commençait à se fatiguer. Cette fatigue finit par se caractériser par des gouttes de sueurs aveuglant ses yeux et des douleurs aux doigts rendant presque inutilisables ses mains. L'orc fut donc contraint de s'arrêter, de souffler un coup, et de porter un regard neuf sur son travail. Il se rendit compte que la partie droite de son coffrage déviait dangereusement vers la droite. Il comprit ainsi qu'il faisait du tort à son métier et qu'il devait vite redresser le tir. Il apporta rapidement des rectifications et laissa même quelques minutes sa plaque de métal dans la chaleur du feu du fourneau. Le métal fut plus malléable et lui permis de redresser correctement sa partie déviée.
Il soupira de soulagement et continua à peaufiner son travail en gardant une forte concentration sur la bonne réalisation de sa tâche : il était hors de question qu'il fasse dériver son esprit sur des détails futiles. D'ailleurs, il ne fut pas témoin du spectacle de goret réalisé par son maître lorsqu'il chercha à engloutir deux tartelettes à la fraise en même temps. L'idiot faillit même s'étouffer et sacrifia un autre morceau de son parquet en lui offrant une pâte pré-mâchée. Profitant de la concentration de son apprenti, le forgeron nettoya maladroitement sa bêtise laissant quelques miettes et un bout de bois en mauvais état.


Après une bonne heure de travail, Tziëg fut satisfait de son résultat. Pourtant, le heaume était loin d'être terminé : il lui restait encore à polir la plaque pour un esthétisme des plus appréciables, à appliquer la doublure en tissu que son maître lui avait fourni, et à agrémenter sa réalisation de quelques touches artistiques. L'orc s'offrit le luxe de se désaltérer et se permit quelques soupirs de fatigue. Il lui restait encore beaucoup à faire, contrairement à ce que son maître pouvait dire :

- Ah, tu as enfin terminé !
- Non, il faut encore que j'applique la doublure. Sans parler des détails et du polis...
- Hein ? Tu dois encore mettre le tissu ? l'interrompit le forgeron. Bon sang, mais qu'est-ce tu glandes ? Tu crois que tes clients vont attendre sagement des mois et des mois ?
- Non, mais...
- Non ! C'est ça, non ! Allez, dépêches-toi un peu ! En deux minutes c'est fait, ça !

L'orc ne chercha pas à contrarier ce vieux bonhomme. Il savait pertinemment que ce n'était pas en deux minutes qu'on appliquait une doublure de cuire. Il savait aussi qu'il ne suffisait pas d'un revers pour terminer ce travail, même s'il n'avait pas été le plus sérieux dans la réalisation de son propre ouvrage. A vue de nez, l'apprenti estima en avoir pour encore une bonne demi-heure avant de pouvoir livrer son travail. Il était loin des deux minutes que lui avait imposées la limace-garou, mais il ne se sentit pas en danger : il ferait son travail, quoiqu'il puisse se passer.
Ce Mölgh t'as donné de la shrack pour installer ton morceau de cuir. J'ai une recette infaillible pour toi.

Tziëg l'écouta avec attention et retenu les ingrédients et les étapes de la recette. Si cette mixture était aussi phénoménale que le disait cet antique forgeron, alors le monde allait devoir s'attendre à ne plus pouvoir ôter la doublure de leurs pièces d'armures. Cela pouvait semblait pathétique, mais mine de rien, il s'agissait d'une problématique à ne pas négliger : les aventuriers n'avaient pas envie de changer d'armure parce qu'un morceau de cuir s'était détaché. Et imaginez que ça se produise en plein combat, ils seront bien contents d'avoir un revers en cuir parfaitement collé sur le métal.
L'orc exécuta en quatrième vitesse la mixture et l'appliqua sur toute la surface de sa pièce de cuir. Il l'appliqua à sa plaque et attendit quelques secondes pour se rendre compte de l'efficacité de ce remède. Il avait de la chance de pouvoir compter sur un tel artiste.

Tu me remercieras plus tard, lorsque j'aspirerai ton âme à ta mort !

Ses paroles funèbres furent suivies d'un rire tonitruant et particulièrement démoniaque. L'apprenti dut le contraindre à se taire pour pouvoir se concentrer sur sa tâche ; il n'avait pas envie de faire un creux dans son heaume à force de trop frotter. Ce serait dommage de gâcher tout ce travail maintenant. Le spectre baissa le volume, mais continua de garnir les oreilles de son protégé de son petit rire sadique. Il n'était pas orc pour rien celui-là...

Une demi-heure plus tard, le travail était terminé. Un joli heaume ornait l'établi de l'orc. Certes, il n'était pas parfait et pouvait largement être meilleur, mais c'était du très bon travail. Aucun des maîtres de l'orc ne le félicita, mais il savait que l'un d'eux - le plus important - n'avait pas besoin de le faire. Quant au deuxième, il avait trop d'amour propre - et peut-être aussi de la shrack dans les yeux - pour penser à de tels termes élogieux à l'égard de son apprenti.

- Niveau timing, c'est pas du tout ça ; j'avais fini bien avant toi ! (Tziëg voulut protester, mais comme à son habitude il se retint) Mais le travail a le mérite d'être fait, et c'est pas trop dégueulasse.
- On voit tout de suite qui est le maître, dit-il sans ironie.
- Oui, carrément !

En vérité, Tziëg parlait de son maître spirituel - et c'était le cas de le dire - qui lui avait apporté une grande aide pendant toute sa formation. Certes, le thérianthrope avait tout de même apporté des bases, mais elles n'étaient pas assez solides pour permettre à l'orc de surpasser tous les autres petits artisans. Bien sûr, il n'atteindrait jamais le niveau du grand forgeron céleste, Kelh Egromh'or, mais il aurait au moins participé au maintient d'une partie de son art à Dùralas, et ça, ce n'était pas rien.
- C'est fini, n'est-ce pas ?
- Pardon ?
- La formation, elle est terminée, lui précisa-t-il sèchement.
- Euh... Pas vraiment, mais... commença-t-il en bafouillant, trahissant son avarice.
- Vous aviez dit quatre pièces d'équipement, puis plus rien.
- Ah oui ? Tu sais, tu peux continuer à travailler à mes côtés, tu apprendras toujours.
- Je préfère agir de mon propre chef, j'apprendrai vite les difficultés.
- Certes. Bon, eh bien c'est un adieu alors !
- Pas si vite, j'ai besoin de ma licence !
- Ah oui, je vais te signer ça tout de suite.

L'orc se demanda un instant s'il devait le tuer après avoir obtenu son bout de papier. Il libérerait toute sa frustration, mais d'un autre côté il pouvait toujours en avoir besoin. D'ailleurs, il avait un pressentiment à ce sujet, comme s'il était loin d'en avoir fini avec cet être ingrat. C'était comme un instinct divin. Pourtant, ça ne venait absolument pas de Kelh qui se faisait un sacré plaisir à mimer des centaines de façons de torturer ce thérianthrope avec les objets présents à moins de deux mètres de lui. Tziëg résista à la tentation et préféré écouter son instinct, si ce dernier lui disait de ne pas tuer c'est qu'il y avait une raison derrière ceci.
- Bon, j'ai plus de formulaire avec moi, il faut que j'aille en chercher au siège des forgerons. Pendant ce temps, tu vas me chercher la somme que tu me dois pour cet enseignement, j'espère que tu n'as pas oublié que ce n'était pas à mes frais tout ça !

L'orc grogna. Il comprit que le forgeron avait quelque chose en tête et qu'il espérait s'en tenir à bon compte. Mais c'était mal connaître l'orc, ou plutôt les orcs. Tziëg allait s'assurer du bon déroulement des choses :
- Pas besoin, j'ai la somme sur moi. Je vais vous accompagner jusqu'aux locaux officiels de l'ordre des forgerons, ça me permettra de me présenter officiellement à tout ce beau monde.

L'apprenti accompagna ses paroles d'un lourd sac de pièces qu'il déposa dans le creux de la main du thérianthrope. Il n'eut pas d'autres choix que d'accepter les conditions de ce futé personnage et répondit positivement avec un sourire gêné.
Dans tes dents !


Dernière édition par Tziëg le Ven 29 Avr 2016 - 21:49, édité 1 fois (Raison : k e L H)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2744
Expérience : 8584
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Jeu 17 Déc 2015 - 23:14

Rapport de fabrication :
Tziëg fabrique un Heaume Hygal, il remporte 5 points de métier et 15 points bonus

Remarques sur  le RP : Rien à redire.  Tu passes Compagnon !

A bientôt pour de nouveaux crafts !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tziëg
Assassin

Assassin
avatar

Messages : 157
Expérience : 1125
Masculin Âge RP : 23

♦ Politique : 01
Métier : Forgeron d'armure - Maître (MAX)
Disponibilité : Disponibilité réduite

Titres:
 

(Spectre de Tziëg (modifié) +150, v+150, Régénère si -25% de la vie)

Stats & équipements
Vitalité:
1445/1445  (1445/1445)
Vitesse: 559
Dégâts: 511

MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Sam 19 Déc 2015 - 16:49

Fabrication d'un Plastron de Vif-Argent [commande Dougal Keane]



Et voilà, Tziëg était enfin un forgeron libre d'agir comme bon lui semblait. Certes, il était considéré comme un amateur, mais ça lui était égal ; il jouissait enfin de sa toute puissance artisanale. En plus, il avait réglé tous ses comptes avec son ancien maître. Maintenant, il entamait une nouvelle vie, une vie remplie de fortune. Mais avant d'arriver aux montagnes de pièces d'or, l'orc devait travailler et se perfectionner. Il avait peut-être réalisé de belles pièces lors de son apprentissage, mais tout ceci n'était rien comparé à ce qui se trouvait sur le marché. C'était de la merde, comme dirait le célèbre cuisinier orc Karh'dok. Toutefois, le forgeron pouvait compter sur son protecteur céleste qui se ferait une joie de promulguer quelques conseils, comme ça lui chanterait.

L'orc se rendit aux forges de la ville pour entamer sa tâche. Il ne savait pas encore ce qu'il allait façonner, mais trouverait sûrement de l'inspiration là-bas, au milieu d'autres forgerons. Les forges de Stellaraë étaient réputées pour leur qualité. C'est pourquoi tous les forgerons, d'armes comme d'armures, se rendaient là-bas pour effectuer leur travail. Bien sûr, il ne s'agissait pas des seules forges, mais elles étaient celles ayant la meilleure qualité, du moins de cet âge. Oui, car il y eut des installations de bien meilleure qualité, dans les siècles précédents, notamment la forge céleste de Kelh Egromh'or qui fut, et restera, la meilleure forge de Dùralas.
Enfin bon, c'était de l'histoire ancienne, et Tziëg n'avait pas de temps à consacrer au passé. Il devait se focaliser sur sa tâche, sur son artisanat, dont il n'avait pas encore défini l'objet à fabriquer. Il essaya de se renseigner au-près de responsables, afin d'avoir une idée, mais soit on ne lui accordait peu d'importance, soit on l'embrouillait avec des termes trop techniques. Bien sûr tout ceci le rendit furieux, mais il contint sa rage et se contenta de lâcher de petits grognements agressifs.
Finalement, il découvrit ce qui lui permettrait de choisir sa tâche : l'affiche des commandes. Sur ce grand panneau en bois, on trouvait une multitude d'affiches claquée sur un même modèle. Chacune renseignait le nom du commanditaire et l'objet de sa commande. Elle précisait aussi le paiement du client et une référence qu'il fallait donner à un responsable des commandes. L'orc en choisit une, presque au hasard, il récupéra la référence et la donna à la personne concernée.

- Alors... Le plastron de vif-argent de Dougal Keane, c'est ça ? lui demanda-t-il, la tête fourrée dans ses parchemins.
- Oui.
- Très bien. Il vous paye 415 pièces d'or avec une touffe de grizzly, et un tissu maudit. La somme vous permettra d'acheter les matériaux nécessaires, et le tissu maudit est l'un des matériaux. Je n'ai plus qu'à vous souhaiter un bon travail.

Tziëg s'éloigna en direction de son établi, avec son tissu dans une main et le paiement dans l'autre. Il aurait pu s'enfuir avec la somme, mais il observa les alentours et repéra les gardes armés. Il se doutait qu'il serait surveillé, encore plus qu'un autre vu qu'il était un orc. Mais de toute manière, il n'avait pas envie de partir avec une somme aussi dérisoire, il voulait faire une armure et il ferait l'armure demandée.
Il s'installa à son poste de travail et chercha la liste des ingrédients d'une telle armure. Apparemment, il avait besoin de quarante minerais de cuivre et d'un minerai d'argent. Le tissu maudit servirait à faire la doublure. Malgré son nom, il semblait de très bonne qualité et particulièrement agréable à porter. On était loin des simples armures vendues chez les marchands d'articles généraux, ou même des armures de ses propres débuts.

L'orc broya ses minerais de cuivre et les déposa dans le récipient à fonte. Il laissa le tout se liquéfier pendant une bonne demi-heure et y ajouta le minerai d'argent avant de laisser bouillir le mélange un quart d'heure. Pendant ce temps, il prépara ses moules, les nettoyant avec soin pour s'assurer que rien ne parasite son travail. Le mélange en fusion se déversa dans les reliefs et l'orc laissa le tout refroidir.
Il profita de cet instant pour s'occuper de la doublure. Sans la plaque de métal à l'état final, il ne pouvait s'occuper de la découpe du morceau de tissu, ce serait agir à l'aveuglette soit une grande chance d'erreurs. Il s'occupa de traiter le tissu, auquel il retira les irrégularités. Ensuite, il utilisa un renforcement en cuir pour maintenir son morceau en bon état.
Lorsqu'il fut certain que ses formes métalliques étaient prêtes, il les démoula avec attention et les plaça sur son établi. Il attrapa la plus grande, ses tenailles et son marteau, et entama on rituel bruyant. Il plongea la plaque dans le feu et frappa sur les zones rougeoyantes afin de courber la plaque. Il se référa régulièrement au mannequin en bois pour être sûr de la taille de son morceau d'armure. Une fois satisfait, il laissa la plaque dans l'eau tiède et s'occupa de ses autres morceaux de métal qu'il traita de la même manière qu'avec la première.
Deux heures plus tard, Tziëg avait fini de "modeler" ses morceaux métalliques. Il n'avait plus qu'à les appliquer sur sa doublure et de s'occuper des touches finales. Cette tâche fut plus compliquée qu'il n'y paraissait. En effet, ce fut la première fois qu'il travaillait avec plusieurs plaques de métal séparées. Il eut du mal à les assembler ensemble en un résultat homogène. Mais, à force de persévérance, il put poser sur le mannequin une très belle ébauche de plastron de vif-argent. Il s'accorda une petite pause de cinq minutes, histoire de souffler et de boire un peu. Ce travail était exténuant, mais ce n'était rien en comparaison avec ce qu'il l'attendrait plus tard.

En milieu d'après-midi, la pièce d'armure fut terminée. Elle avait été polie et agrémentée de détails visuels et quelques pratiques. Le plastron alliait cuir et tissu, mais présentait une couche protectrice en métal non négligeable. Avec ça, son porteur pourrait se déplacer avec facilité, tout en étant certain d'être protéger. L'orc fut satisfait de son travail, mais se doutait que ce n'était pas une réalisation de grande qualité. Certes, l'armure était terminée et convenait absolument aux exigences normales, mais en tant qu'apprenti du forgeron céleste, ça n'en valait pas le coup. Tant pis, la prochaine fois il serait plus habitué à ce genre de tâche.



Note :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2744
Expérience : 8584
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Lun 21 Déc 2015 - 23:38

Rapport de fabrication :
Tziëg fabrique un Plastron vif-argent, il remporte 5 points de métier et 5 points bonus

Remarques sur  le RP : Rien à redire, toujours des RP de qualité !

A bientôt pour de nouveaux crafts !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dragoholt Campbell
Chevalier Errant

avatar

Messages : 241
Expérience : 1697
Masculin Âge RP : 27 ans

♦ Politique : 00
Métier : Forgeron d'A. - Maître
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Hydro Cyno +150, v+150, Régénère si -25% de la vie)

Stats & équipements
Vitalité:
1151/1151  (1151/1151)
Vitesse: 382
Dégâts: 735

MessageSujet: Fabrication d'une Armure Wyvern [Commande de Saigo]   Ven 22 Jan 2016 - 15:30

Après avoir prit congé du célèbre Moradund Marteau-de-Fer, j'avais repris ma visite de la capitale humaine de Stellaraë. J'avais un objectif précis en tête: suivre le conseil de Dolgarinn Barbe-des-Tempêtes, mon maître décédé, et visiter les forges de la cité. Selon le vieux nain, ce serait le lieu parfait pour poursuivre l'apprentissage qu'il n'avait pas eu le temps de me donner, du moins pas entièrement. Ma progression passerait par de la pratique. Beaucoup de pratique. Alors seulement pourrais-je accomplir le souhait qu'il avait émit sur son lit de mort. Dolgarinn voulait en effet que je lui succède à la tête de sa boutique. Malheureusement, bien vite après qu'il nous ait quitté, je n'avais eu d'autre choix que de mettre la clé sous la porte. Mon inexpérience et le fait que je sois désormais seul ne me permettais pas de gérer un commerce. Mais je m'étais promis qu'un jour, je reprendrais l'affaire, et que je ferais de la boutique de mon maître un passage obligé pour chaque aventurier faisant escale à BaldorHeim. Pour cela, il me faudrait devenir un bien meilleur forgeron que je ne l'étais actuellement.

Toutefois, les choses ne seraient pas aisées. Pour utiliser les forges, il fallait avoir de l'argent, pour réunir les matériaux nécessaires à la création de pièces d'armures, et pour l'utilisation des équipements du lieu d'artisanat. C'était un vrai budget qu'il fallait posséder, et malheureusement pour moi, je n'avais pas la somme suffisante pour quoi que ce soit. Je ne pus donc que visiter les lieux, avant d'en ressortir, tête basse, déçu de ne pouvoir faire plus. Il fallait que je trouve un moyen de gagner de l'argent. Mais alors que je m'éloignais du bâtiment, un homme me saisit par l'épaule, sans ménagement. Je me retournais, prêt à lever la voix si nécessaire, mais au lieu de ça je reculais d'un pas. J'avais beau mesurer 1 mètre 80, je rendais bien dix centimètres à cet inconnu. Un stryge noir, aux cheveux sombres et aux yeux rouges sang, me toisait sans que la moindre émotion soit lisible sur son visage. Il était assez solidement armé, mais mes yeux de forgeron d'armure repérèrent bien vite un trou béant sur le flanc droit de sa cuirasse. Le stryge noir tenait également un sac, qu'il me tendit. Je regardais ce qu'il contenait, et mes yeux s'écarquillèrent: des minerais de fer, en grande quantité. La voix, froide et mesurée de l'homme ailé résonna alors: C'est assez pour une armure? Immédiatement, je replongeais dans mes connaissances des matériaux nécessaires à telle ou telle production. Je répondis pas l'affirmative. Quel type d'armure cherchez-vous? Et combien de minerais possédez-vous? Quarante et un, et je veux quelque chose qui ne me ralentisse pas. C'est dans vos cordes? Je n'en étais pas sûr, mais je n'avais guère le choix. C'était une excellente opportunité, le genre qu'il est impossible de refuser. Avec ça, je peux forger une Armure Wyvern. Elle correspondrait parfaitement à vos attentes. Mais... pour utiliser les forges, il me faut plus que des matériaux. Il y a également... Je sais. J'ai prévu le coup. Et pour appuyer ses propos, le stryge noir me tendit une bourse, remplie de pièces d'or. C'était parfait, largement suffisant pour utiliser les outils de la forge. Je me saisis des deux sacs, et annonçait avec un sourire à cette étrange créature, Revenez dans deux jours, et votre armure sera prête. Sans répondre, mon client acquiesça et tourna les talons. Un corbeau vint alors se poser sur son épaule, ce qui me fît frissonner. Les corbeaux, ça me rappelle la Perracie, et la Perracie ne me rappelle rien de positif.

Mais je m'arrachais à ma torpeur et tournait les talons à mon tour, pénétrant à nouveau dans la forge de Stellaraë. Je me présenta à l'homme qui supervisait les lieux. Je me nomme Dragoholt Campbell, et j'ai une commande à accomplir. Mon interlocuteur acquiesça distraitement, ajoutant un geste de la main qui semblait vouloir dire "Peu importe, faites donc." Sans plus attendre, je me mettais à l'ouvrage. Quarante et un minerais de fer, c'était exactement ce qu'il fallait pour une Armure Wyvern. Je me remémorais les instructions de maître Dolgarinn, alors que les heures défilaient. Je passais la nuit au travail, à battre le fer chaud avec ardeur, veillant à ce qu'il soit parfait. Finalement, la commande fût prête à temps. Une pièce de bonne qualité, selon moi. Légère mais aussi solide, j'espérais qu'elle conviendrais à mon client. Si ce n'était pas le cas, je n'osais pas vraiment penser à ce qu'il pourrait me faire. Je n'étais plus aussi fort qu'avant, et face à un stryge noir, une race réputée pour son agressivité et sa propension à guerroyer, je ne suis pas sûr que je tiendrais bien longtemps.

Il était déjà devant la forge quand je sortis pour l'attendre. D'un geste, je l'invitais à entrer, pour lui faire essayer l'armure, et m'assurer qu'elle lui convenait. Pour mon plus grand soulagement, le stryge noir fut satisfait de mon travail, et décida de s'équiper immédiatement de cette nouvelle pièce. Sans me remercier davantage que par un hochement de tête, il repartit, me laissant tout de même avec un petit pourboire.


Au cas où, pour le Marchand:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2744
Expérience : 8584
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Sam 23 Jan 2016 - 0:40

Rapport de fabrication :

Dragoholt fabrique une armure wyverne, il remporte 5 points de métier et 15 points bonus

Remarques sur  le RP : Rien à redire !

A bientôt pour de nouveaux crafts !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tziëg
Assassin

Assassin
avatar

Messages : 157
Expérience : 1125
Masculin Âge RP : 23

♦ Politique : 01
Métier : Forgeron d'armure - Maître (MAX)
Disponibilité : Disponibilité réduite

Titres:
 

(Spectre de Tziëg (modifié) +150, v+150, Régénère si -25% de la vie)

Stats & équipements
Vitalité:
1445/1445  (1445/1445)
Vitesse: 559
Dégâts: 511

MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Sam 23 Jan 2016 - 13:16

Fabrication d'une Animarmure [sac]




Tziëg était concentré sur le rangement de son établi, enfin plutôt de celui qu'on lui avait prêté. Bien qu'il fut en meilleur état que celui chez le gros lard qui lui servit de maître, on ne pouvait pas dire que c'était convenable. Non, loin de là. C'était à croire que personne ne prenait soin de son environnement de travail, comme si ça ne semblait pas important, alors que c'était tout le contraire. Cet état pitoyable fit sortir de la bouche du spectre un discours des plus réprimandant :
- Pas étonnant que ce savoir s'est perdu au fil des siècles. Si plus personne ne prend soin de ses outils, alors la qualité de travail en prend un sacré coup. C'est avec des outils de merde que l'on fait des armures et des armes de merde.

Malgré tout le respect que lui portait Tziëg, l'orc préféra ne plus écouter les paroles sévères de son mentor. Il avait entièrement raison, mais si ce n'était que pour se plaindre de la même chose pendant deux heures, il valait mieux l'ignorer. Néanmoins, ce fut la première fois qu'il l'entendit parler autant, chose peu commune chez cet illustre personne, ou tout simplement chez un orc d'une telle affiliation. C'était même à se demander s'il était vraiment ce qu'il prétendait être, mais le forgeron ne voulut pas lui poser la question, par prudence...

Une fois le plan de travail agencé, Tziëg put commencer à se mettre au travail. Il aurait bien voulu fabriquer des armures de haute qualité, or il lui manquait des matériaux. Malheureusement, ce genre de pièces était plutôt rare, bizarrement. Néanmoins, il ne s'avoua pas vaincu ; il décida de revenir aux vieilles créations : ses premières armures. Elles n'étaient pas compliquées à faire, et se vendait plutôt facilement. Et puis, ce serait l'occasion pour lui de voir à quel point il avait progressé.
Il voulait commencer avec une Animarmure. Pourquoi ? Parce qu'il y en avait peu sur le marché. Il était donc de son devoir de maintenir les stocks à un niveau convenable, bien que ça ne lui plaise pas trop de subvenir à la communauté globale. Mais il devait savoir faire des sacrifices afin de permettre à son rêve de se réaliser, afin de relever la condition orque.

Tziëg commença par mettre à chauffer ses minerais de fer. Il se souvenait parfaitement des conseils promulgués par le forgeron céleste le jour où il avait fait sa première armure de ce genre : il devait ajouter les minerais de cuivre après une certaine fusion de ceux de fer afin que le tout rejoigne son point de fusion total en même temps. C'était une question de qualité, et l'orc n'avait pas fait tous ces efforts pour rendre un travail horrible indigne de sa condition. Dans le cas contraire, il n'aurait plus la force de continuer son métier. Paradoxal pour un être se voulant fourbe et n'ayant aucune envie de laisser la dignité dicter ses actions en combat. Peut-être que, finalement, lui aussi a été contaminé par les idées civiques de sa race.
Le forgeron fit s'éloigner ses sombres pensées en se focalisant sur sa tâche ; les minerais de fer montraient des signes de début de fonte, il était donc temps pour lui d'y ajouter le cuivre. Il s'y prit avec une attention d'expert pour harmoniser le mélange. Il patienta quelques instants puis ôta des flammes le récipient en fonte dont il déversa le contenu dans un moule soigneusement préparé. Ce dernier était d'une qualité bien supérieure à ceux qu'il avait pu trouver chez son instructeur. Néanmoins, Kelh lui fit remarquer que ce n'était que de la pacotille. On pouvait certes obtenir un bon résultat, or avec un moule digne de ce nom, on obtenait la perfection.

- Et où trouver ces ustensiles légendaires ?
- Là où reposent les grandes forges. Dans les ruines de ces installations de génie, on trouve encore du matériel en parfait état. Il est là, le savoir-faire de nos ancêtres : des objets créés pour durer indéfiniment.
- Je suppose que tu sais où chercher.
- Non, lui répondit le forgeron céleste contre toute attente.
Mais certains indices doivent probablement se trouver dans mon ancienne forge.
- Probablement ? Tu ne sais plus ce que tu possédais ?
- Je ne suis qu'un fragment, et je perçois les autres, tout comme je perçois la possibilité d'avoir des réponses à tes questions.
- Grüt. Qu'est-ce qu'on fait alors ? On cherch...
- Tu me finis ce travail avant tout, l'interrompit Kelh Egromh'or sur un ton menaçant.

Tziëg se tut et retourna à ses occupations de forgeron. Il était vexé, il aurait bien voulu savoir ce qu'il devait faire pour récupérer de tels artéfacts. Il imaginait déjà toutes les possibilités qui pouvaient s'ouvrir à lui grâce à ces reliques. Le renouveau du légendaire savoir-faire d'antan.
L'orc décolla la pièce de métal de son moule et leva bien haut son marteau qui fut englobé d'un nuage spectral. Lorsqu'il se dissipa, l'instrument avait changé d'apparence et luisait avec l'intensité d'un soleil bleuté. Il s'agissait d'un petit tour de magie de la part de son protecteur. Lorsque le marteau céleste frappait la plaque de métal, celle-ci laissait s'échapper des étincelles d'un bleu à la fois terrifiant et magnifique. Ce n'était pas seulement un effet de style, mais la manifestation d'un pouvoir magique. Nul doute que l'armure gagnait en qualité à chaque coup, et ce n'était rien en comparaison avec le savoir-faire du forgeron céleste, dans ses heures glorieuses. Tziëg ressentait une certaine terreur face à ce pouvoir, mais ce sentiment de crainte était surpassé par une avarice digne des nains. L'orc en voulait plus, encore plus, toujours plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2744
Expérience : 8584
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Sam 23 Jan 2016 - 17:04

Rapport de fabrication :

Tziëg fabrique une animarmure, il remporte 5 points de métier et 10 points bonus

Remarques sur  le RP : Rien à redire !

A bientôt pour de nouveaux crafts !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amaurëa
Nouvel(le) habitant(e)

avatar

Messages : 48
Expérience : 328
Féminin Âge RP : 20

♦ Politique : 01
Métier : Forgeron d'A. - Expert (155)
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Licorne d'Amaurëa +100, v+150)

Stats & équipements
Vitalité:
480/480  (480/480)
Vitesse: 3349
Dégâts: 48

MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Ven 29 Jan 2016 - 21:37

--- Depuis toujours, j'ai le souvenir d'accompagner ma grand-mère lorsqu'elle allait travailler à la forge. C'était elle qui m'avait donner envie de devenir une forgeronne d'armure. Cette idée me trotter dans la tête depuis un moment déjà. C'est alors que je décidais, pour subvenir à mes besoins et avoir de quoi survivre parmi les hommes, de me rendre à la forge la plus proche. Subvenir à mes besoins était une excuse faite à moi même. En effet, je pouvais bien me débrouiller sans problèmes, sans argent. Cependant, j'avais à cette époque besoins d'occuper mes mains et mon esprit, mais aussi de temps pour réfléchir. C'était ainsi un moyen, pour grandir. J'avais besoin de me prouver quelque chose, que ce n'était pas de ma faute qu'il soit parti, que lorsque je le verrais, que je le trouverais, je puisse le regarder. J'espérais qu'après tout ce temps de réflexion face aux mouvements répétitifs qui calmaient mon esprit, je puisse lui dire tout ce que j'avais sur le cœur.

--- Lors du trajet pour la forge, les souvenirs remontaient doucement. Je voyais encore ma grand mère, les bras luisants de sueur suite à la répétition de ses gestes pour forger une armure légère. Le bruit m'attaquer les oreilles mais la chaleur ambiante de la pièce suffisait à contrebalancer le son inconfortable. Je lui avais demander souvent de m'apprendre son art,  elle refuser à chaque fois. Pour elle j'étais encore trop jeune. Elle m’emmena néanmoins régulièrement avec elle, m’expliquant certaines  techniques de base. A défaut d'autre action, j'apprenais en observant. Je trouvais cela fascinant, la façon dont on pouvait manier le métal, et, autre minerais, pour en faire ce que nous voulions.

---Je pensais alors que pour débuter, une armure suffirait. Arrivé à destination, je m’arrêter un moment avant d'entrer dans le lieux d'action. Il n'y avait personne à l'intérieur. Quelqu'un venait de partir, l'intérieur de la forge était encore emprunt de l'odeur d'un humain, et, la chaleur de la salle suffisait amplement à confirmer mes pensées.
Je m'installais alors. Je sortis mes minerais de fer et de cuivre, donner au préalable par Arutha ConDoin, qui m'avait commandé une armure intermédiaire.

---Pour débuter je les fit fondre. J'écoutais les échos des martellements passé qui se répercutaient encore sur les murs. Je surveillais le feu, qu'il ne fasse pas fondre trop vite les minerais, au risque de casser toutes leurs pureté . Je trouvais des gants trop grands pour moi mais les enfilais malgré leurs tailles. Première règle que me disait toujours ma grand-mère : « si tu n'es pas sure de toi, ne fait pas. Sinon enfile des gants et met toi au travail ! ».
Le solide devenu liquide me satisfais. Je le maniais donc à ma guise pour faire une base que je travaillais durant de longues heures. Je ne vit cependant pas le temps passer. Je me concentrais minutieusement sur chaque étapes de créations et les revoyais en boucle dans ma tête pour ne rien briser dans le cycle d'action.

---Ainsi, passa toute une journée. Lorsque j’eus finis, je me sentais vidée de toute énergie. J'étais fier de mon travail et la douleur dans tout mon corps me faisais sourire d’allégresse. Je venais de finir une Animarmure ! La douleur ne m'atteignait pas, elle était comme une preuve de la réalité du moment. Je me massais les bras et m'étirais le dos lors du refroidissement de l'armure. J'avais peur de m'assoupir en ce lieu. Alors je me fit un thé avant de repartir avec ma besogne. La lune était alors à son zénith.




Ce n'est que lorsque nous somme seul que nous pouvons avoir un tête à tête avec la bête qui sommeille au plus profond de notre être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2744
Expérience : 8584
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Mer 3 Fév 2016 - 4:48

Rapport de fabrication :

Amaurëa fabrique une animarmure, il remporte 5 points de métier et 10 points bonus pour un bon RP

Remarques sur  le RP : Rien à redire !

A bientôt pour de nouveaux crafts !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tziëg
Assassin

Assassin
avatar

Messages : 157
Expérience : 1125
Masculin Âge RP : 23

♦ Politique : 01
Métier : Forgeron d'armure - Maître (MAX)
Disponibilité : Disponibilité réduite

Titres:
 

(Spectre de Tziëg (modifié) +150, v+150, Régénère si -25% de la vie)

Stats & équipements
Vitalité:
1445/1445  (1445/1445)
Vitesse: 559
Dégâts: 511

MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Ven 18 Mar 2016 - 16:41

Fabrication d'une Armure en orichalque [sac]




Tziëg avait attendu un petit moment avant de pouvoir continuer son travail. En réalité, il aurait pu façonner des armures basiques, or ce qu'il souhaitait c'était de se confronter aux hautes maîtrises de la forge. Bien sûr, il n'avait pas le niveau pour forger les armures les plus complexes comme la Kenshin Uesugi, celle qui venait du savoir-faire d'un continent bien plus loin à l'Est. Néanmoins, il était en mesure de s'occuper d'armures plus modestes, mais néanmoins particulièrement efficaces comme le Plastron de Vif-Argent, qu'il avait déjà eu l'occasion de forger, ou encore l'Armure d'Orichalque. Cette armure adaptée pour les paladins et protecteurs se caractérisait pas la couleur particulière de son métal. L'orichalque est un matériau légendaire qui, semble-t-il, a disparu de la surface de Dùralas. Néanmoins, des scientifiques ont réussi à trouver une formule permettant de le créer, ou tout du moins de créer une forme s'en rapprochant. Cette formule n'est pas bien compliquée puisqu'elle demande des minerais d'argent mélangés à un opale, une pierre mystérieuse d'un reflet nacré exaltant. Les deux ensembles forment une approche de l'orichalque dont la forme métallique est sombre d'un noir profond et parsemée de stries lumineuses... orangées.
Cette armure si majestueuse ne pouvait être façonnées facilement avant quelques heures. En effet, l'élément principal, l'opale, n'était absolument pas répandu sur la marché. En fait, il était absent jusqu'à ce qu'un donateur anonyme veuille bien placer une offre à l'Hôtel des Ventes. Une offre très intéressante puisqu'elle ne demandait que 90 pièces d'or par objet (il y en avait deux). Tziëg sauta alors sur l'occasion et récupéra ces jolis minéraux lui permettant de façonner une armure d'orichalque, sa première.

Lorsqu'il arriva à son établi, il se mit aussitôt au travail. Comme d'habitude, il prit soin des ustensiles à sa disposition. Étant donné qu'il ne s'agissait pas des siens, il pouvait à tout moment tomber sur une surprise ; les forgerons qui travaillaient ici n'avaient aucune délicatesse et ne s'occupaient pas du soin des outils. Était-ce parce qu'ils n'avaient jamais appris ? Où parce qu'ils pensaient pouvoir nuire à leurs concurrents ? Quelle qu'en soit la raison, les deux orcs trouvaient ce comportement inacceptable. Kelh comprenait que la rivalité était primordiale dans ce milieu, mais accusait le sabotage qui ne pouvait être qu'un tort fait à l'ensemble des forgerons, même à l'encontre du malfaiteur. Si l'art du métal avait atteint un tel niveau, c'était seulement parce que les artisans avaient pu échanger entre eux et partager leur savoir. Cette époque était bien loin derrière eux, malheureusement...

- Kelh, au lieu de regretter l'Âge d'Or de la forge, contente-toi de m'aider à faire mon œuvre d'or.

Tziëg fit fondre son mélange afin d'obtenir son orichalque. C'était assez bluffant puisqu'on pouvait voir des stries de diverses couleurs se dessiner dans le métal en fusion. L'opale était une sacrée pierre et un ingrédient de grande qualité, si bien qu'il se demandait s'il n'était pas possible de le coupler à d'autres matériaux. Qui sait quelles merveilles pouvait-on obtenir de cette façon ? Après tout, c'était de là que venait cette variante particulièrement réaliste de l'orichalque. En y repensant plus sérieusement, l'orc songea à la jeune femme de BaldorHeim qui lui avait expliqué deux/trois petites choses à propos des roches. Ce devait être dans ses cordes de réfléchir à de telles expériences. Si seulement Tziëg avait plus de connaissances de ce milieu, il pourrait faire de grandes choses.
- Ça n'a rien de sorcier. Jadis, je connaissais les effets de la grande majorité des ingrédients, qu'ils soient initialement pour la forge ou pour autre chose, comme la cuisine.
- Tu mettais des épices dans ton métal en fusion ?
- Ne sois pas si sceptique ; les grains de lin, par exemple, font un parfait lubrifiant pour une armure lourde. Non seulement elle est plus résistante, mais elle étincelle aussi. Couplées à des colorants, on pouvait donner n'importe quelle couleur au métal tout en lui garantissant une qualité exceptionnelle.
- Sprünz dir ? Quelle histoire ! T'en as d'autres, des astuces ? Pour les opales, par exemple.
- Peut-être avant, mais plus maintenant, du moins pas dans mon état actuel.

Le jeune forgeron se remit au travail, déçu de ne pas avoir de réponse concrète à son interrogation. Néanmoins, il garda ses idées pour plus tard ; il avait besoin de se concentrer et ces pensées ne pouvaient que nuire son labeur. Surtout que l'orichalque n'était pas aussi facile à obtenir, finalement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2744
Expérience : 8584
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Jeu 31 Mar 2016 - 13:31

Rapport de fabrication :

Tziëg fabrique une armure d'orichalque, il remporte 5 points de métier et 5 points bonus pour un bon RP

Remarques sur  le RP : Rien à redire, très bon RP et j'aime l'explication de l'orichalque !

A bientôt pour de nouveaux crafts !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amaurëa
Nouvel(le) habitant(e)

avatar

Messages : 48
Expérience : 328
Féminin Âge RP : 20

♦ Politique : 01
Métier : Forgeron d'A. - Expert (155)
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Licorne d'Amaurëa +100, v+150)

Stats & équipements
Vitalité:
480/480  (480/480)
Vitesse: 3349
Dégâts: 48

MessageSujet: Forge, pour oublier.   Mer 6 Avr 2016 - 18:54

...Je me baladais dans le marché près de la forge pour forgerons ambulant, lorsque je décidais de parfaire mon maniement du marteau. J'avais besoins d'occuper mes mains et mon esprit, encore. Et puis si je voulais me faire un nom, il me faillais bien m’améliorer et vendre certaines armures que je ferais. C'est un moyen, pour moi de grandir autant dans le métier mais aussi dans l'esprit. La dernière fois je n'avais pas réussit à vider totalement mon esprit et à dénouer mes muscles. C'est sûrement pour cette raison que je n'avais pas trouver de solution autre pour la suite. Ou alors, une fois de plus, je reculais l'échéance. J'achetais 41 minerais de fer, pour rester sur le même modèles d'armure légère.

...M'inspirant toujours de ma grand-mère je resserrais ma cape le temps de monter jusqu'à la forge. J'accélérai le pas presser de revoir la force du feu agir sur les minerais ainsi près à se soumettre aux coups de marteau pour en faire ce que nous voulions.  Arrivée devant l'antre, je m’arrêtais un moment avant d'entrer comme devant un lieu de culte. Je prix une inspiration et passa la porte. Comme la dernière fois à cette heure-ci il n'y avait personne à l'intérieur. Toujours comme la précédente fois l'intérieur de la forge était encore emprunt de l'odeur d'un humain, et, la chaleur de la salle suffisait à affirmer mes pensées sur la présence d'une personne avant moi. L'odeur du musc qui avait amplis la salle me faisais imaginer que c'était un solitaire. Lorsque je reviendrais la fois d'après peut être si j'y pense je passerais plus tôt si la curiosité l'emporte au respect que j'apporte à un confrère.

...Je m'installais alors. Je sortis mes minerais de fer et les contemplais avant de débuter. Je les fit tout d'abord fondre. Le feu crépité dans l'âtre et semblais fusionner autant avec le fer qu'avec ma volonté. Différemment de la dernière fois, le feu semblais attendre et ne pas être trop vif et agressif sur les minerais. J'en conclu que le bois et les minerais étaient d'une certaine qualité. J’essayerais une fois avec les minerais d'un mineur dont c'est la passion pour voir la différence. Je sorti du feu le liquide lisse pour le travailler à ma guise. Je n'avais pas fait attention mais je n'avais même pas mis de gants, ma grand-mère me tuerais si elle me voyait faire ça juste pour ma seconde armure. A moins qu'elle ne serait fière de moi. Je travaillais durant de longues heures. Et ne vit pas le temps passer. Je me concentrais minutieusement sur chaque étapes de créations et les revoyais en boucle dans ma tête pour ne rien briser dans le cycle d'action. Je donnais un premier coup de marteau, second coup, leurs sons renvoyaient des échos à ceux des martèlements passé, pour finaliser mon travail. Les sons répercutés sur les murs faisais une douce mélodie dans mes oreilles.

...J'avais mis plus de temps que la dernière fois mais comme ma grand-mère me disait « il faut un temps pour chaque chose et si tu y consacre du temps alors ça veux dire c'était nécessaire, même si ce n'est pas dans l'absolut, ça sera utile plus tard ». Je venais de finir ma seconde Animarmure ! La douleur dans mon dos ne me gêner pas mais dans deux jours j'aurais mal à cause des courbatures. Je me massais les bras et m'étirais le dos lors du refroidissement de l'armure et me fit chauffer des compresse pour mon dos durant le temps de refroidissement complet de l'armure. Je me fit un thé avant de repartir avec mon travail. La lune était caché par la montagne, un vent frai vint jouer avec mes cheveux. Il me fallait un lieu ou dormir sans abîmer mon œuvre, avant de le revendre .


Armure Wyvern. Sac




Ce n'est que lorsque nous somme seul que nous pouvons avoir un tête à tête avec la bête qui sommeille au plus profond de notre être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   

Revenir en haut Aller en bas
 

Forge des forgerons d'armures

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

 Sujets similaires

-
» Forge des forgerons d'armures
» Forge des forgerons
» La Forge
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Forge World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Centre de Dùralas :: Ville de Stellaraë :: Lieu d'artisanat - Les Forges-