Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Uma
Le Monde de Dùralas a précisément 1426 jours !
Dùralas, le Lun 25 Sep - 18:57
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !

Partagez | 
 

 Forge des forgerons d'armures

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Dragoholt Campbell
Chevalier Errant

avatar

Messages : 256
Expérience : 1779
Masculin Âge RP : 27 ans

♦ Politique : 00
Métier : Forgeron d'A. - Maître
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Hydro Cyno +150, v+150, Régénère si -25% de la vie)

Stats & équipements
Vitalité:
1441/1441  (1441/1441)
Vitesse: 392
Dégâts: 795

MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Sam 9 Avr - 13:35

Me voici de retour à la forge de Stellaraë, un objectif précis en tête. Mes deux dernières sorties en taverne s'étant achevés par des rixes sanglantes, il était temps pour moi de me fabriquer une armure digne de ce nom. En effet, au cours de ces deux bagarres, mon rôle avait été très mineur. Mes partenaires étant bien plus fort que moi, ils m'avaient protégés, mettant leurs vies en danger pour un inconnu. Bien sûr, j'étais reconnaissant pour cela, mais je ne comptais pas demeurer un poids mort pour le reste de ma vie. Je n'étais toujours pas prêt à tuer à nouveau, mais au moins je voulais être capable de protéger mes amis dans n'importe quelle situation.

Ma conversation avec Moradund Marteau-de-Fer au sujet des forges m'avait été bénéfique. De l'entraînement, encore de l'entraînement, toujours de l'entraînement, telle était la seule façon de progresser. Alors je m'étais acheté un sac entier de minerais de cuivre, et j'avais pénétré dans la forge avec la détermination d'en tirer quelque chose de correct avant le lever du jour.

Tout était prêt. Les préparatifs terminés, j'avais pris les mesures de mon propre corps, afin que les pièces m'aillent parfaitement. Le marteau et l'enclume seraient mes compagnons pour ce soir. Je frappais sans relâche, ajustant la longueur, adaptant le cuivre bouillant à ma morphologie. Trop long, pas assez profond, plus assez épais... telles étaient les réflexions que je me fis durant cette longue session. Mais malgré la difficulté de la tâche, j'y mettais tout mon cœur, toute ma volonté pour forger la meilleure armure possible. Une armure lourde, puissante, qui me permettrait d'encaisser de gros dégâts. Cela me rappelait le temps ou, accompagné de Hyeon et Caomh, je traversais la Perracie en éliminant des Perracks par dizaines. Je portais déjà une armure lourde à l'époque. Pourtant, le jour de sa mort, c'est Hyeon et son armure légère qui avait joué le rôle de bouclier humain. Ce souvenir douloureux me fît donner un coup plus violent sur ma création. Je redoublais d'effort. Plus jamais je ne laisserais quelqu'un se sacrifier pour moi.

Enfin, après plusieurs heures de travail intensif, l'armure était prête. Je n'avais plus qu'à la laisser refroidir, se solidifier, et je pourrais l'enfiler. Ça me changera de mon débardeur blanc délavé, et c'est une excellente chose.

Résultat: Fabrication d'une Armure Hyno (540 de vitalité, -90 de vitesse). Dragoholt souhaite s'en équiper.

Le Marchand c'est pour toi!:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2777
Expérience : 8699
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Lun 11 Avr - 13:34

Rapport de fabrication :

Amaureä fabrique une armure wyverne, elle remporte 5 points de métier et 5 points métier bonus.

Remarques sur  le RP : Rien à redire !

A bientôt pour de nouveaux crafts !

----

Rapport de fabrication :

Dragoholt fabrique une armure hyno, il remporte 5 points de métier et 5 points métier bonus.

Remarques sur  le RP : Pas de problème, de toute manière, on vérifie toujours le HDV dans la foulée Clin d'oeil

A bientôt pour de nouveaux crafts !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tziëg
Assassin

Assassin
avatar

Messages : 157
Expérience : 1165
Masculin Âge RP : 23

♦ Politique : 01
Métier : Forgeron d'armure - Maître (MAX)
Disponibilité : Disponibilité réduite

Titres:
 

(Spectre de Tziëg (modifié) +150, v+150, Régénère si -25% de la vie)

Stats & équipements
Vitalité:
1545/1545  (1545/1545)
Vitesse: 584
Dégâts: 536

MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Ven 29 Avr - 22:33

Fabrication d'une Armure Wyvern et d'une Animarmure [sac]




Ça faisait un bon moment que Tziëg n'avait pas touché à ses instruments de forgeron. Il était parti un petit moment se renseigner sur les dernières informations transmises par son protecteur fantomatique Kelh. Il lui avait révélé que ses anciennes possessions : outils, forge et autres, pouvaient l'aider à être plus performant. En fait, il n'était, actuellement, pas comparable à celui qu'il était jadis. Bien sûr, il restait un forgeron de grande qualité, plus que tous ceux présents dans ces forges, mais il pouvait atteindre un bien meilleur niveau encore. Cela signifierait qu'il pourrait en apprendre bien plus à Tziëg lui permettant d'atteindre un niveau grandiose dans l'art de la ferronnerie. Mais pour atteindre ce niveau, il fallait déjà que le spectre redevienne l'être légendaire qu'il était avant avec notamment ses connaissances. Pour lui permettre de retrouver entièrement ses esprits, Tziëg devait lui rapporter ses anciennes possessions. Et c'était pour cette raison qu'il était parti plusieurs semaines pour se renseigner.
Malheureusement, il n'avait rien trouvé. Les informations sur Kelh Egromh'or étaient aussi rares qu'un dragon. Personne ne se souvenait de lui et personne n'avait le moindre indice sur lui, à croire que quelqu'un avait supprimé des textes toute trace du forgeron céleste. Et puis il fallait dire que Tziëg était un orc, il n'était pas vraiment amical et enfin complètement étranger à la culture qui l'entourait : la culture humaine. Il n'avait jamais trouvé intéressant d'en apprendre plus sur les autres races qu'il considérait comme inférieures à la noble race des orcs. Et il n'en apprendrait pas plus aujourd'hui, même si ça pouvait lui permettre de devenir plus puissant, plus performant.

Devant cet échec cuisant, l'orc était rentré dans son train-train de forgeron. Malheureusement, il n'avait pas les ressources nécessaires lui permettant de forger des armures de haut niveau. Bon, il avait bien les ressources pour une nouvelle armure d'orichalque, mais il n'avait pas vraiment envie d'en refaire une pour l'instant. En fait, il était plutôt obnubilé par un problème de taille : le "stand de vente" officiel des armuriers proposaient quatre armures lourdes de basse facture contre trois armures légères et intermédiaires du même niveau. Autrement dit, il y avait dans les stocks des armures les moins performantes une sorte d'inégalité numérique. Un détail, certes, mais ça agaçait fortement le forgeron orc qui ne pouvait laisser les choses ainsi. Kelh se moqua de lui en lui disant qu'il avait complètement perdu la raison de plus se préoccuper d'une broutille de ce genre que de choses plus importantes, mais Tziëg s'offusqua et lui répondit que ça lui permettrait de s'entraîner et d'être plus performant au forgeage. Comme disait le proverbe : « C'est en forgeant qu'on devient forgeron. », l'orc allait forger des armures simples pour être plus à l'aise dans son domaine. Tout ça semblait débile, mais c'était parfaitement clair et logique pour l'amateur de réalisation d'armures. Kelh n'avait plus rien à dire.


L'orc fit deux tas de minerais séparés. Le premier ne contenait que des minerais de fer et le deuxième en contenait moins mais était complété par des minerais de cuivre. Il mit les deux tas à chauffer à même température dans des récipient différent, mais garda son cuivre de côté. Comme lui avait appris son instructeur céleste, il devait les mettre plus tard. Lorsque les deux amas de fer en fusion partielle commencèrent à faire apparaître de petites bulles, Tziëg rajouta les minerais de cuivre dans le récipient approprié ; il avait bien fait attention à déterminer par des indications visuelles claires où était ce qui ferait l'armure légère et celui qui ferait l'armure intermédiaire. Le forgeron légendaire qui s'était contenté de l'observer sans faire de bruit se manifesta car il était perplexe :

- Tu as l'intention de les faire en même temps ?
- Ah. Non, bien sûr. Je vais baisser la température du mélange cuivre/fer. Et puis j'ai fait exprès d'attendre un peu plus longtemps avant de mettre mon cuivre : ma fusion de fer sera prête bien avant.

Son maître ne dit rien de plus et se contenta de reculer en hochant la tête. On ne saurait dire s'il était d'accord ou non avec cette tactique. Tziëg n'avait plus qu'à s'en remettre qu'à lui-même.

Lorsque sa première fusion fut prête, il récupéra le liquide et le versa dans les moules appropriés. Il attendit le refroidissement en préparant ses morceaux de cuir, ceux qui permettraient d'accrocher les pièces métalliques entre elles. Il en profita aussi pour augmenter la température de son mélange et le versa dans ses propres moules lorsqu'il fut prêt. Là encore, il tua le temps en traitant avec soin son cuir et en profita aussi pour nettoyer ce qui devait l'être ; ça ferait moins de travail pour plus tard et c'était toujours agréable de travailler dans un environnement propre et entretenu.

Une fois les plaques de métal assez froide, Tziëg les attrapa avec ses tenailles et les plongea dans la feu avant de les marteler avec son instrument de forgeron. Il devait rapidement dessiner les courbes tout en gardant le maximum de solidité à chaque endroit. Si une partie était trop lisse, elle deviendrait friable et se briserait à la première goutte d'eau, ou de sang. Une fois satisfait de la forme du morceau métallique, il l'aspergea d'eau au lieu de la tremper. Il avait l'intention de revenir un peu dessus à la fin donc il fallait qu'elle garde encore une certaine chaleur. L'roc fit de même avec les autres composants de son Armure Wyvern - pas exactement puisque chacune occupait une fonction différente - et se remit à travailler sur la première. Il s'occuperait de son Animarmure plus tard, et puis il avait encore un peu de temps.
Pour les finitions, le forgeron ne chauffa que quelques zones pour éviter que le reste ne se modifie par inadvertance. Ces détails alternaient entre l'utile et l'agréable ; certains servaient à faciliter le reliage des autres morceaux, d'autres ajoutaient quelques touches artistiques et d'autres encore améliorait le confort. Bien sûr il accrocherait ensuite une doublure en tissu rembourrée, mais ça ne faisait pas de mal d'améliorer deux/trois détails. Quand il fut satisfait de ce qu'il avait fait, il s'attela à l'Animarmure et agit de la même façon. Il fut même un peu plus rapide, comme quoi il s'améliorait rapidement.

La dernière étape n'avait plus rien à voir avec la maîtrise du métal ; il s'agissait d'ajouter les bandes de cuir reliant les parties entre elles et permettant d'enfiler l'armure, mais aussi d'ajouter un élément supplémentaire entre le métal et la peau ou les vêtements : la doublure. Cette partie en tissu était directement rattachée à l'armure et était rembourrée afin de garantir le meilleur des conforts. Tout ça n'avait rien de compliqué, mais ça restait long et particulièrement ennuyant à la longue. Tziëg n'éprouvait aucune satisfaction dans ce travail, il préférait s'occuper seulement du métal.
Pour finir, l'orc ponça l'armure et lui appliqua une sorte d'enduit de protection avec des graines de citrouille. L'avantage c'était qu'elles apportaient une odeur agréable tout en garantissant une bonne isolation. C'était un petit tour qu'il avait appris tout seul après que son allié fantomatique lui ait révélé une astuce similaire avec des graines de lin. L'orc était bien content de lui et de son travail. Il avait bien mérité une petite pause.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2777
Expérience : 8699
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Lun 2 Mai - 10:10

Rapport de fabrication :

Tziëg fabrique une armure wyvern et une animarmure, il remporte 10 points de métier et 15 points métier bonus.

Remarques sur le RP : Rien à redire ! Tu passes avec brio au rang d'Expert !

A bientôt pour de nouveaux crafts !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tziëg
Assassin

Assassin
avatar

Messages : 157
Expérience : 1165
Masculin Âge RP : 23

♦ Politique : 01
Métier : Forgeron d'armure - Maître (MAX)
Disponibilité : Disponibilité réduite

Titres:
 

(Spectre de Tziëg (modifié) +150, v+150, Régénère si -25% de la vie)

Stats & équipements
Vitalité:
1545/1545  (1545/1545)
Vitesse: 584
Dégâts: 536

MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Mar 7 Juin - 18:39

Fabrication d'une Armure d'Orichalque [sac]



Tziëg était, encore et toujours, enfermé dans la forge de son magasin - établissement qui n'avait toujours pas reçu le moindre client d'ailleurs. Jusqu'à présent, il s'occupait de faire quelques expérimentations avec des ressources diverses et variées. Tantôt il essayait une huile de maintenance, tantôt une fixation robuste pour ses lanière de cuir. Ses résultats n'étaient pas toujours très convaincant, mais il réussissait parfois à obtenir ce qu'il espérait, ou presque. Chaque découverte était retranscrite dans un petit carnet, en langage codé, afin d'en garder le secret. Kelh était bien sûr au courant, mais Tziëg ne voulait pas se servir de lui comme mémento. Ce serait indigne de sa grandeur.

Ce jour là, l'orc ne joua pas aux scientifiques et resta avec son tablier de forgeron. Il avait l'intention de réaliser une nouvelle armure d'orichalque et de l'exposer dans sa boutique afin de potentiellement attirer plus de visiteurs. On ne pouvait pas dire que les affaire fonctionnaient bien.
Pour une telle réalisation, l'orc avait besoin de minerais d'argent - presque une trentaine - et d'une opale. Fort heureusement, il lui en restait une ce qui lui permettrait de ne pas perdre son temps à courir à droite à gauche afin d'en récupérer une. Surtout que ces pierres n'étaient pas les plus communes sur le marché. L'orc avait entendu dire qu'il fallait s'aventurer dans le Sud de Dùralas, là où les morts reviennent à la vie. Une telle description pouvait réprouver une quelconque aventure.

- Un spectre se relève et tout le monde s'enfuit. Pathétique.. siffla Kelh.
- Aux dernières nouvelles tu es un spectre, et pourtant je ne m'enfuis pas, fit remarquer l'orc qui n'avait pas vraiment envie de commencer un débat passé/présent.
- Je te suis trop bénéfique pour que tu me laisses m'en aller.

Le spectre marquait un point. Tziëg avait besoin de sa puissance pour exercer son métier. Bien sûr, seul, il savait se débrouiller, mais Kelh pouvait lui apporter un bonus tellement important qu'il lui était presque indispensable de se servir de sa magie. Cependant, il y avait bien évidemment une limite. Non seulement il devait attendre que sa force se régénère après chaque utilisation, mais celle-ci se montrait de moins en moins importante à mesure que Tziëg s'améliorait. Petit à petit, le pouvoir du forgeron céleste devenait de moins en moins utile. C'était pour cette raison qu'il avait besoin de récupérer les fragments du spectre disséminés un peu partout à Dùralas. Mais pour entamer de telles expéditions, l'orc avait besoin d'argent et l'argent se récupérait grâce à la boutique, notamment grâce aux financements.

Le mélange argent et opale était prêt et l'orc put enfin déverser ce liquide dans les moules correspondants. Il attendit un moment que les pièces prennent forme en se refroidissant et s'empara de son marteau qui reçut la puissance du forgeron céleste. L'instrument se transformait petit à petit en un objet plus raffiné. Il s'illumina enfin et déversa dans toute la pièce une lumière d'un bleu dragée qui fut ensuite noyé sous une abondance de lumière blanche. Celle-ci finit par se retirer et laissa entre les mains de Tziëg le marteau de Kelh luisant de la même couleur que le spectre. Il était prêt à se mettre au travail.
L'orc ôta les pièces de leur moule et les disposa sur son établi. Il s'en empara d'une qu'il plaça avec délicatesse sur son enclume puis il leva bien haut son marteau et le frappa sur le métal. Le choc fit jaillir des étincelles bleutées qui illuminèrent la pièce. Ce n'était là qu'une infime parcelle du pouvoir de Kelh Egromh'or et pourtant, c'était déjà splendide. Qui sait ce qu'il pourrait faire lorsque le forgeron céleste deviendra un être complet ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amaurëa
Nouvel(le) habitant(e)

avatar

Messages : 48
Expérience : 328
Féminin Âge RP : 20

♦ Politique : 01
Métier : Forgeron d'A. - Expert (155)
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Licorne d'Amaurëa +100, v+150)

Stats & équipements
Vitalité:
480/480  (480/480)
Vitesse: 3349
Dégâts: 48

MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Mer 8 Juin - 18:49

Le marché près de la forge était vide à l'heure où je m'y trouvais ce jour là, j'ai donc pu avoir tous les minerais de fer nécessaires pour mon prochain artisanat. Le besoin de forger avait déjà prix mon corps et mon esprit. J'achetais donc mes 41 minerais de fer, pour améliorer mes coups, sur le même modèles d'armure légère. Sans même une appréhension pour les courbatures dût à l'effort physique que cela me demandais je me réjouissais d'aller forger. L'idée de l'âtre déjà réchauffer par l'homme avant moi me réjouit et me fit presser le pas.

L'entré dans la forge me faisait me sentir comme un religieux entrant dans un lieu bénie après un long pèlerinage, bien que je ne sache pas vraiment ce qu'un religieux ressent lorsqu'il fait ça. Cette fois-ci l'homme n'était pas passé, j'avais donc dût chauffer l'habitacle puisque personne n'était passer par là avant moi. Allumer le feu fut une autre étape pour moi. Il m'était difficile de le faire partir avec le peut que je trouvais de bois. Je sortis donc pour en récupérer dans la réserve adjacente au mur. J'allumais donc un grand feu, histoire de monter la chaleur au plus vite, jusqu'à ce qu'elle atteigne la température nécessaire. En attendant qu'elle ne monte je m'installais devant l'âtre et regardais les flammes, pensives. Le temps s'évapora jusqu'à ce que le feu ne commence à perdre de la puissance. C'était le moment idéal pour le réguler et commencer le travail.

Je déposais mes minerais de fer et les disposais de façon à homogénéisé les métaux lors de la fonte. La fonte semblais plus longue que les précédentes fois, j'augmentais donc un peut le feu sans pour autant agresser le changement ce qui me soulagea. J'avais peur que ça ne fasse un choc trop brutal pour le minerais. Je n'avais toujours pas de connaissances mineurs pour pouvoir tester des qualités et matériaux différents. Mais surtout, je préférais m'améliorer sur un même processus avant de me lancé sur quelque chose de plus grossier ou plus affiner.
Ma grand-mère semblais présente dans chaque étincelles, je n'étais pas seule et son souvenir m'aida à m'améliorer. Je travaillais durant de longues heures. Ne vit ni le temps passer ni même ressentis de fatigue. Je me concentrais. Intensément, minutieusement, sur chaqu'une des étapes de la créations. Je n'avais plus besoins de réfléchir je connaissais, je vivais le cycle de création. Un coup... deux coups... trois coups... leurs échos vibraient dans chaqu'une de mes fibres sensorielles. Un coup... deux coups... trois coups... La mélodie régulière du marteau contre le fer me coupé du monde. Un coup... deux coups... trois coups... C'était finis pour le martellements. Je reposais mon marteau et me sentis plus légère. Je regardais mon travail, apportais les dernière retouche et la mit en repos. En l'observant je me souvint d'avoir vu des runes sur la dernière armure que ma grand-mère avait faite. Je décidais donc d'en apprendre d'avantage dès que je le pourrais.

Je ne comparais pas à la précédente fois, je n'en avais pas envie. Sur celle-ci je préféré ne pas compter le temps de travaille que j'avais mis. Et de trois Animarmure ! Je sentais mes muscles tirés par la fatigue et meurtri par les répétitions, n'étais pas douloureux en soit, preuves d'un bon maniement. Je m'étirais et ne prix même pas de compresse pour détendre mes muscles. Je finis par me faire du thé avant de repartir. La lune n'était pas visible, le soleil ne tarderais pas à se lever. Je me dirigeait vers la ville pour y vendre mon Animarmure que j'avais dans mon [SAC].




Ce n'est que lorsque nous somme seul que nous pouvons avoir un tête à tête avec la bête qui sommeille au plus profond de notre être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amaurëa
Nouvel(le) habitant(e)

avatar

Messages : 48
Expérience : 328
Féminin Âge RP : 20

♦ Politique : 01
Métier : Forgeron d'A. - Expert (155)
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Licorne d'Amaurëa +100, v+150)

Stats & équipements
Vitalité:
480/480  (480/480)
Vitesse: 3349
Dégâts: 48

MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Mer 8 Juin - 18:51

---Ce jour là fut différents des autres jours, premièrement, j'avais acheté des minerais de cuivre et j'avais fait une bonne affaire! Je me dirigeais donc vers la forge vibrant d’excitation de retrouver le rythme harmonieux et cadencé des coups de marteaux ainsi que la musicalité des coups sur le fer se modelant comme je l'aspirais. La chaleur de l'atelier me frappa de plein fouet. Cette fois-ci je n'avais pas fait attention à la présence possible de quelque personne, engourdi par l'envie de pratiquer l'art de la sidérurgie.

---L'antre irradier la salle d'une lueur pourpre incandescente. Un vieil homme se leva difficilement et sortit de l'ombre pour m'observer. Ses yeux étaient perçant, de la couleur des topazes, un peut ocre sur les bords. Lorsqu'il fit un pas de plus ses derniers prirent une couleur vert tirant sur le bleu. Je le saluais donc avec respect. L'odeur de l'homme qui passait les jours derniers avant moi, correspondait à la sienne. Il émaner de lui, une confiance telle qu'elle ne semblait pas avoir d'égale. Il la forge renvoyait encore les échos de son travail, chaque son se répercutant encore vinrent me frapper en plein cœur. C'était une mélodie, une symphonie digne des plus grands musiciens.
Ma grand-mère avait fait une armure, une seule fois produisant un effet similaire, après la mort de mon grand-père, elle avait produit la plus belle armure, que je n'avais jamais contemplais, pour les obsèques de mon aïeul. Elle m'avait expliqué que c'était dût aux runes qu'elle avait fait pour l'armure. J'ai alors voulut en savoir davantage mais je ne suis jamais parvenue à la convaincre de m'apprendre l'art de forgerons. C'est pour cela que je ne faisais rien de plus que l'observer.
L'homme me répondit d'un hochement de tête et renferma l'armure qu'il avait fini dans un draps en moire.
Je n'arrivais pas à bouger, je restais là planté à le regarder ranger ses affaires pour partir. Je me secouais un peut et lui adressa la parole. Je voulais savoir s'il avait utilisé des runes pour créer son œuvre. Il sembla surpris et marqua une pause. Il hocha une fois de plus la tête avant d'ajouter : « C'est une magie ancienne qui n'est plus pratiqué depuis des lustres, seul les nains les utilises encore, et, en parti pour la guerre ! Comment une jeune enfant comme toi peut avoir connaissances de cette... pratique ? 
- Je ne l'ai vu qu'une seule fois dans ma vie... c'est ma grand-mère qui la pratiqué, elle ne la fait qu'une fois seulement.
- Elle ne devait pas supportait le prix.
- Le prix ?
- Tous actes ont des répercutions. La magie, elle, a un prix.
- Pouvez-vous m'en apprendre plus ?
- Et après vous l'apprendre ? C'est hors de question.
- Pour qu'elle raison ? Parce que ça ne s'apprend pas ? Ça se vit ?
- C'est votre grand-mère qui a dût vous le dire...
Je gardais le silence, je le vit et le ressent quand je créer mais mon niveau n'est pas très élevé mais je le ressent dans tous mon corps, dans mon sang, mes os, mes muscles...
- ton esprit ?
- ouvert à chaque vibration et sons.
- montre moi... »

---Il s'installa dans un coin de la pièce, croisa les bras et m'observa.
Je me préparais donc à travailler avec se regard constamment sur ma nuque à épier chaque un de mes moindres fais et gestes.
Après la fonte des minerais de fer, j'entamais la phase de modelage. Je commençais doucement, pour tester la fonte, puis je continuer jusqu'à augmenter le rythme avant que sa ne refroidisse.
Je ne voyais pas le temps s'écouler, et, ne ressentais pas non plus le regard de l'homme. J'écoutais la musique du métal, l'air que chaque heurt dégager pour en faire un son différents. J'étais berçai par le récital de son que dégagé mes vas et viens avec le marteau. Une fois finis, je restais contemplative de mon armure Wyverne, la quatrième à ce jour dans mon effectif.

---« Il te faut la recommencer. Elle n'est pas parfaite et s'émoussera rapidement. Recommence. Maintenant. »
J'étais exténué, je n'avais jamais travaillé aussi bien. Recommencer serais du suicide. Je prix une inspiration, allais jusqu'à mon sac et bu une tisane pour me requinquer, étonnamment, l'homme sembla s'en accommoder. Je lui en proposa donc une tasse avant de boire la mienne. Il refusa. Après avoir but, je fit fondre mon armure, pour en recommencer une. Cette fois-ci, l'homme me guida. Suivant ses instructions je fis chauffer plus encore le fer, puis le travailla. À chaque étape il m'instruisit sur l'art de forger. Une fois que l'armure avait sa forme et était finie, il m'autorisa à me reposer. Je m'endormit aussitôt à même le sol. Je me réveillais deux heures plus tard à cause de l'odeur de thé qui emplissait la forge. Je me levais courbaturée de partout. L'homme me dit que le travail ne faisait que commençais.
C'est alors qu'il me tendis un fusain et une feuille et un manuscrit. Des runes étaient dessinées, sur chaque pages. Il me demanda d'en choisir une de défense sans même me décrire comment elles étaient marqué et définie. Je feuilletais alors le livre et je sentais chaque vibration des pages dans l'air. Je trouvais une particulièrement intéressante, je tournais et retournais la page jusqu'à la choisir. Il sembla satisfait. Je passais donc à la phase suivante qui consistait à reproduire parfaitement la rune. J'ai dût m'y reprendre à plusieurs reprise. Jusqu'à m'endormir, épuisé.

---Je sentis une main ferme sur mon épaule, je me réveillais donc en sursaut et me mit sur la défensive jusqu'à ce que je retrouve mes esprits. L'homme m'instruisant ne semblait pas être surprit. Je me remis au travail désireuse d'apprendre.

---Après avoir travaillé plusieurs heures de plus sur mon armure, j'avais enfin finis. Elle semblais aussi légère qu'une pétale de ponceau. Je n'avais donc plus qu'une envie, l'essayer et dormir. Je me l'équipais donc, et, remercia mon nouveau maître.
« Je reviendrais apprendre de vous prochainement, maître.
- Dans ce cas, apprend toutes ses runes et apprends la musique de chaque un de tes sens. »


[Armure Wyverne - Équipement]




Ce n'est que lorsque nous somme seul que nous pouvons avoir un tête à tête avec la bête qui sommeille au plus profond de notre être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2777
Expérience : 8699
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Lun 27 Juin - 10:48

Damned, je suis confus pour ce retard !
N'oubliez pas de me relancer ici : http://www.lemondededuralas.org/t1460-reclamation-du-marchand-et-cie si je manque à l'appel Clin d'oeil

Rapport de fabrication :

@Tziëg fabrique une armure d'Orichalque, il remporte 5 points de métier et 10 points métier bonus.

Remarques sur le RP : Rien à redire ! Encore 5 et tu seras Maître !

A bientôt pour de nouveaux crafts !

---

Rapport de fabrication :

@Amaurëa fabrique deux armures wyvernes, elle remporte 10 points de métier et 15 points métier bonus.

Remarques sur le RP : Rien à redire ! Tu passes Apprentie

A bientôt pour de nouveaux crafts !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amaurëa
Nouvel(le) habitant(e)

avatar

Messages : 48
Expérience : 328
Féminin Âge RP : 20

♦ Politique : 01
Métier : Forgeron d'A. - Expert (155)
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Licorne d'Amaurëa +100, v+150)

Stats & équipements
Vitalité:
480/480  (480/480)
Vitesse: 3349
Dégâts: 48

MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Jeu 18 Aoû - 16:02

---« Apprends la musique de chaque un de tes sens », la phrase de mon maître me taraudait, elle tournait et tournait dans ma tête sans s'arrêter, je n'arrivais pas à en comprendre le sens. Alors je me concentrais sur les runes, je les reproduisais d'abord sur papier. Encore et encore sans en comprendre le sens. A chaque fois que j'essayais de comprendre le tissage des runes je me perdais dans un labyrinthes de sigles, de sons et d'odeurs. Jusqu'à réussir à les reproduire parfaitement, à l'oeil mais pas dans le tissage, je ne comprenais pas le fonctionnement de ces symboles.
J'avais quelques vagues idées de leur caractéristiques de base, comme « protection », « vitesse », « esquive ». Or je n'arrivais pas à en ressentir la moindre onde. Elles étaient trop nombreuses je n'arrivais pas à toutes les différencier et les reproduire à l'identique.

---Je me reposais dans la grotte qui me servait de demeure en attendant d'aller forger. Le sommeil tarda à venir. La fatigue tirait sur chaqu'un de mes membres, mes yeux quand à eux restaient obstinément ouvert. Mon cerveau tournait à pleine vitesse.
J'entendis un bruit. Je me redressais en silence, guetta les sons et devinais l'arrivée d'un homme, d'âge moyen. Je rangeais tout rapidement et brandis mon arc en direction de l'homme qui ne tarda pas à arriver.
Il fut surpris de me voir et d'être ainsi menacée. Il lâcha son panier de champignon pour mettre ses mains en évidence. Il n'y avait pas de champignon dans son panier sinon je l'aurais sentis. Lui demandant qui il était je baissais mon arc tout en me gardant prête à tirer. Ce n'était qu'un simple fermier des alentours qui après de fortes pluie vient ici pour récupérer ce qu'il peut et principalement du charbon que l'eau ravine des mines plus en amont. Il était sincère je le voyais.
Il me demanda s'il pouvait se reposer ici quelques temps, histoire de manger un peut avant de repartir pour chez lui. Il partagea son repas et on discutait aimablement de lui. Je l'écoutais attentivement, lui et l'écho de sa voix sur les parois de la grotte.
Au fur et à mesure de la conversation il m'avouait que lorsqu'il était jeune il voulait être trouvère pour voyager à travers le monde. Or il rencontra sa femme lors de ses débuts.
Je lui demandais alors s'il pouvait m'aider sur la phrase « Apprends la musique de chaque un de tes sens ».
Il dit qu'il n'en avait jamais entendu parler :
« Mais par déduction, chaque sens apporte une sensations à ton être, l'ouïe apporte des son directement que tu assimile et étudie. Or se sens t'apporte un son qu'il a trié par dessus les autres habituels. Comme une brindille qui se casse alors que les oiseaux chantes et que le vent souffle à travers les feuilles des arbres. Peut être, toujours avec ce sens là, cela voudrait dire que tu dois non seulement entendre chaque sons qui t'entoure autant que tu en fais ? »

---Après son départ, j'ai bien réfléchis à son idée. Parfois nous avons des aides inattendues qui viennent lorsqu'on ne s'y attend pas. Le lendemain je me rendis à la forge pour y retrouver mon maître. Il était face à 21 minerais de fer et 11 minerais de cuivres. Je voyais très bien qu'elle armure il voudrait que je fasse or je n'en avait jamais fais. J'ai toujours eu l'angoisse du mélange de minerais... Comment réussir sans échec ?

Je lui sortais mes exercices de runes pour qu'il puisse me les évaluer mais il attendit que je commence le travail pour y jeter un coup d’œil. Je savais très bien qu'il m'observait par dessus les feuilles et cela me mettais la pression. J'étais doublement évaluer. Je n'aimais pas les regards des autres sur moi, comme des inquisiteurs qui observe chaque fait et gestes pour connaître ta faiblesse. « Je n'ai aucune faiblesse, je suis libre, je suis un loup solitaire. » après me l'avoir répéter trois fois je me mis à la tâche. Après tout il ne faut pas vendre la peau du loup avant de l'avoir tué.
«  Après le fer le cuivre est le plus difficile des minerais à faire fondre, bien que le fer a besoin beaucoup plus de feu pour fondre, le cuivre est un élément très fragile que tu peux perdre si tu rate la cuisson.  » En écoutant les souvenir de ma grand-mère, et chaque sons je formais la base de l'Annimarmure. Je travaillais et retravaillais sans m'arrêter pour ne pas que les minéraux blanchissent ou durcissent à cause de l'air. Pour finir par donner forme après des heures de labeurs.

---L’excitation de réussir un travail supérieur à l'ordinaire me maintenait éveiller. J'étais fier de mon travail une fois fini. Mon maître la regarda et sans un bruit la prit pour la faire fondre. Je ne sus comment réagir toutes les émotions passaient sur mon visage. Il m'observait. là. Sans bougeait. « Recommence, écoute les sons ». Il me présenta un bandeau noir en moire et me l'attacha autour des yeux me privant ainsi de ma vue. Je respirais calmement, doucement pour ne pas montrer ma frustration et mon angoisse. Je prix appuis du son que les flammes faisaient, et de mon travail qui s’effacer. Pour ne pas abîmer la fusion des deux minéraux je dût rajouter du bois pour le feu. Je me servit de mon odorat pour retrouver le bois tendre du chaîne qui avait séché toute une année. La chaleur du foyer contre mon flan m'aidais aussi à me repérer.
Je me brûla plusieurs fois face aux flammes comme des langue et je sus dans ses moment qu'il me fallait modifier l'angle du récipient de la fonte. Pour faire fondre mon œuvre c'est que vraiment ce n'étais pas une bonne qualité. Je ne me rendais compte que j'avais encore du chemin à parcourir.
Mon corps était passé dans nombre d'états différents. Je ne sentais plus la douleurs je ne sentait plus l'odeur de musc et de chair brûler. Bien que la souffrance ressentis à des moments ont faillit m'avoir je ne cédais pas. Le plus long était passer. Je m'attaquais à l'étape de modelage. Je ne m'aidais plus de mon odorat totalement obstruer et attaquer, je me reposer maintenant sur l'ouïe. Mais mon état de fatigue était tel que je me demandais si je pouvais seulement me faire confiance. Je résistais à la demande de mon corps de se reposer lui ordonnant de puiser des forces dans ma volonté.

---La fatigue était telle que je ne me souviens même pas comment j'ai pu en finir. Je n'ai que quelque bride de souvenir, le son du marteau hésitant, puis mécanique. Puis, un soulagement de retirer le bandeau pour retourner au néant.

[Annimarmure – sac].




Ce n'est que lorsque nous somme seul que nous pouvons avoir un tête à tête avec la bête qui sommeille au plus profond de notre être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2777
Expérience : 8699
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Ven 19 Aoû - 17:07

Rapport de fabrication :

@Amaurëa fabrique une animarmure, elle remporte 5 points de métier et 15 points métier bonus.

Remarques sur le RP : Rien à redire, excellent RP !

A bientôt pour de nouveaux crafts !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tziëg
Assassin

Assassin
avatar

Messages : 157
Expérience : 1165
Masculin Âge RP : 23

♦ Politique : 01
Métier : Forgeron d'armure - Maître (MAX)
Disponibilité : Disponibilité réduite

Titres:
 

(Spectre de Tziëg (modifié) +150, v+150, Régénère si -25% de la vie)

Stats & équipements
Vitalité:
1545/1545  (1545/1545)
Vitesse: 584
Dégâts: 536

MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Lun 29 Aoû - 23:09

Fabrication d'un Casque en diamant [sac]



Depuis quelques temps, Tziëg stagnait dans la réalisation de ses armures ; il lui manquait certaines ressources de luxe pour réaliser les dernières armures dont il avait fait la connaissance. Il avait pu faire une armure en orichalque la dernière fois, mais c'était seulement grâce aux opales qu'il avait réussi à dénicher sur le marché ; ces pierres n'étaient pas à la portée de tout le monde. Il lui restait encore l'armure de mithril - ou plutôt une sorte de réplique de ce métal légendaire - mais cette dernière demandait un minerai d'adamantium, une ressource bien trop onéreuse sur le marché actuel.
Du coup, l'orc n'avait pu remplir son trio d'armures et avait laissé de côté les réalisations pour se focaliser sur différentes techniques lui permettant d'optimiser son travail. De toute façon, il n'avait pas besoin d'argent et de facto pas besoin de vendre diverses réalisations. Mais cette fois, c'était différent. Cette fois, il voulait tenter de réaliser un Casque en diamant, un heaume particulièrement résistant capable de, paraitrait-il, briser les armes se cognant contre ce métal de qualité.

- Balivernes ! Si mélanger de l'argent, de l'or et du diamant permettait un tel exploit, nous serions invincibles.
- J'imagine que tu as déjà réalisé de telles prouesses ?

Le spectre lui répondit d'un simple hochement de tête ce qui surprit le forgeron qui n'avait pas l'habitude de voir son précepteur de modérer sa colère sur l'art moderne de la forge. Peut-être était-il fatigué de toujours grogner et se plaindre du changement, qui sait ? L'orc préféra le laisser dans son coin et s'attela à la tâche.
Comme l'avait souligné Kelh, Tziëg avait besoin de minerais d'argent, d'or et un de diamant. Il n'avait jamais eu l'occasion d'en miner, puisqu'il n'était jamais allé à Wystéria, et il fut donc contraint d'en acheter à l'hôtel des ventes. Fort heureusement, ces matériaux ne se vendaient pas trop cher, si on avait décidé de leur trouver une utilité.

- Eh, Tziëg. Tu veux savoir comment faire un magnifique heaume en diamant ?
- Évidemment, lui répondit l'orc toutefois méfiant.

Kelh fit s'illuminer le marteau de l'orc, comme à son habitude, mais appliqua cette fois un peu plus de puissance. La lueur qui enveloppait l'instrument commença à se répandre sur le bras du forgeron qui fut incapable de se débarrasser de l'objet. Là où passait cette sorte de corruption, Tziëg ressentait une forte sensation de brûlure qui semblait le ronger. Ce n'était pas particulièrement douloureux, mais très irritant et un peu effrayant. La lueur recouvra petit à petit le corps de l'orc, malgré ses protestations et le forgeron se mit au travail dans le seul but de produire une pièce d'armure quasiment parfaite. Mais celui qui façonnait n'était pas Tziëg ; son esprit s'était éteint, attendant que les pouvoirs du forgeron céleste s'évaporent pour le laisser reprendre le contrôle.


* * * * * * * * * *

L'orc reprit ses esprits et se releva péniblement. Il avait un mal de crâne affreux sans compter les douleurs qui parcouraient tout son corps via le moindre de ses muscles. C'était horrible.
À côté de lui gisaient un heaume flambant neuf et son marteau brisé en pratiquement une bonne dizaine de morceaux. Il allait devoir s'en trouver un autre. Néanmoins, ce qui le dérangeait le plus ce fut le casque. Il ne faisait nul doute que c'était lui, via l'intervention de Kelh, l'artisan responsable de cet objet, et malheureusement il n'en avait aucun souvenir.

- Kelh, Keeelh ! formula-t-il non sans mal.

Le spectre resta invisible, comme s'il l'avait quitté. Tziëg proliféra des menaces et exprima de nombreuses insultes, mais aucun signe du forgeron céleste. Il venait de lui donner une leçon acerbe, pour quelle raison ? L'orc l'ignorait, mais il s'en fichait pas mal. Kelh avait utilisé quasiment tout son pouvoir pour réaliser une telle pièce sans lui permettre de la reproduire. C'était un peu sa façon de lui dire qu'il restait et resterait à jamais le plus grand forgeron que ce monde ait connu, qu'importe les essais de Tziëg. De toute manière, ces derniers profitaient toujours d'un sérieux coup de pouce de la part du spectre, alors on ne pouvait pas vraiment dire que l'orc soit un si bon forgeron...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2777
Expérience : 8699
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Jeu 1 Sep - 17:23

Rapport de fabrication :

Tziëg fabrique une casque en diamant, il remporte 5 points de métier et 5 points métier bonus.

Remarques sur le RP : Rien à redire ! Tu passes Maître !

A bientôt pour de nouveaux crafts !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dragoholt Campbell
Chevalier Errant

avatar

Messages : 256
Expérience : 1779
Masculin Âge RP : 27 ans

♦ Politique : 00
Métier : Forgeron d'A. - Maître
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Hydro Cyno +150, v+150, Régénère si -25% de la vie)

Stats & équipements
Vitalité:
1441/1441  (1441/1441)
Vitesse: 392
Dégâts: 795

MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Jeu 1 Sep - 17:45

Fabrication d'une Animarmure.

Après mon passage dans l'atelier des Technophiles, où j'avais pratiqué ma première fusion d'arme, j'étais encore d'humeur à confectionner quelque chose. De ce fait, je me dirigeais vers l'ancien atelier de feu mon mentor Dolgarinn. La forge devrait être remise en route, mais je la savais fonctionnelle. Je laissais le tout se remettre en branle, le temps de passer au marché m'acheter des matériaux. Du fer et du cuivre devrait suffire.

De retour moins d'une heure plus tard, je faisais immédiatement fondre mes métaux. Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas forgé, à mon grand dam d'ailleurs. À ce rythme là, jamais je ne deviendrais assez talentueux pour reprendre la boutique de la Barbe-des-Tempêtes. Mais j'étais résolu à reprendre ma formation, et à devenir capable de forger de véritable chef-d'œuvres.

Une fois les métaux fondu, je commençais la confection d'une armure standard, ni légère, ni lourde. Le genre d'armure passe-partout, qui offrait une protection assez décente sans pour autant trop ralentir son porteur. Dans le métier, celle que je fonctionne se nomme l'Animarmure. Drôle de nom à mon humble avis, mais qui suis-je pour juger, n'est-ce pas ?

Je passais le reste de la journée à jouer du marteau sur les matériaux brûlants, jusqu'à obtenir un résultat satisfaisant à mon goût. L'armure me semblait de bonne facture, elle conviendrait à une majorité de silhouette. Bien sûr, ce ne serait pas du sur-mesure, mais cela ferait au moins une bonne protection pour les jeunes aventuriers qui parcourent ce monde. Et qui sait, peut-être qu'en la vendant, je rencontrerais quelqu'un qui sera d'accord pour m'aider dans ma quête ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amaurëa
Nouvel(le) habitant(e)

avatar

Messages : 48
Expérience : 328
Féminin Âge RP : 20

♦ Politique : 01
Métier : Forgeron d'A. - Expert (155)
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Licorne d'Amaurëa +100, v+150)

Stats & équipements
Vitalité:
480/480  (480/480)
Vitesse: 3349
Dégâts: 48

MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Mer 7 Sep - 16:25

---Ma tête me faisait atrocement souffrir. Je me sentais bouillir de l'intérieur. Lorsque j'ouvris les yeux je fus éblouis par la lumière d'un feu entrain de s'éteindre. Je sentais une forte odeur de miel et de plantes curatives autre qui émanaient de mon corps. Je tentais de me souvenir ce qui c'était passé en vain. Je refermais les yeux pour ne plus souffrir de mon mal de crâne montant. Les yeux clos, je m'endormis aussitôt. Je fus en état de convalescence durant plusieurs jours, avant de pouvoir marcher. Je ne devais en aucun cas forcer. Lorsque j'enlevais mes bandages suite à mes brûlures je ne pus m’empêcher d'être étonner du fait que mes tatouages n'étaient pas atteints. Je m'étais brûler tout mon bras droit et les deux mains avec quelques endroit du visage. Malgré la douleur je n'avais pas cédé. Je me demande encore comment j'ai pu ne pas abandonner. Pourquoi un exercice tel que celui-ci ? Se priver de la vu est horrible.
Mon maître m'avait emmené dans une ferme pas loin du village où l'on forge. Il m'avait laisser sont lit dans cette petit pièce qui lui servait d'habitation. La ferme appartenait à une famille de 8 humains. La grand-mère apprenait aux derniers enfants les rudiments de la ferme. Quand aux autres membres, ils s'occuper des plantations. L’aîné était partis il y a quelques années après avoir épouser une jeune fille de marchande. Un endroit bien paisible pour se ressourcer après de telle blessures.

---Une fois remise sur pieds, je ne dormais plus que sur une paillasse contre le mur opposer du lit. Je repris le dessin des runes cette fois-ci sous l'oeil avisé de mon maître. Je restais sur la première runes durant 3 jours avant d'arriver à quelque chose de convenable. Cependant je n'étais pas asser renseigner sur toutes les ondes qu'elles produisaient.
Après ces trois jour sur la même runes, sans en réussir la reproduction, je fut de corvée de fendage de bûche. Un bon entraînement pour le maniement du marteau. Mais aussi une bonne rééducation des muscles après ma convalescence.
Le lieu était paisible près de la rivière, les filles nettoyaient le linge, et, moi, je coupais. Je me concentrais sur chaque mouvements faisant attention à mon dos et mes bras. Une fois la pile de bois renouveler j'entamais celle pour l'hiver. Je ne comptais même plus les jours qui passaient à la fin desquels je pouvais le faire les yeux fermer en chantant . Je ne pu m’empêchais d'essayer les yeux fermer. Mais je n'étais pas dans mon élément. J’eus du mal à m'approprier le lieu et l'espace.

---Ce fut lorsque j'eus finis la stère d'hiver que mon maître est venu me cherchais à la rivière. Durant le repas il m'expliqua le pouvoir des runes.
« Cela ne peut s'expliquer aussi facilement. On doit donner de son énergie, plus que n'importe quel création ne peut en demander. C'est magique sans l'être pour autant. C'est une réaction avec l'air qui nour entour, les ondes et le magnétisme. C'est dans la sculture du trait que tu insuffles l'idée de sa signification. Je t'en dirais plus, plus tard. Pour le moment va te reposer, demain nous reverrons les bases par étapes. »

---La forge était fraîche, la pierre dans laquelle elle avait était construite gardait bien le foyer dans la bonne température lorsqu'il était allumé. Je dût commencer par choisir les bonnes bûches pour le feu. Et par allumer l'antre. Un feu doux puis, l’alimenter au fur et à mesure pour ne pas que l'air ambiant soit agresser et qu'il puisse se chauffer progressivement et entièrement. Cela j'avais un sans faute, ma grand-mère me l'avait dit une fois pour que je l'aide pour les bûches lorsqu'elle se concentré à la création. Je continuais sur ma ligné : observation des minerais de fer pour savoir lesquels mettre en premier à la fonte et lesquels en dernier. Chaque étapes minutieusement, pour qu'il puisse voir toutes mes erreurs.
Ce n'est que après la fonte et le début du modelage par pièces que j'en fit. Je dû m'y reprendre plusieurs fois sur le même morceau. Encore et encore.
Au final je ne finis mon armure Wyverne qu'au bout de 4 jours. Jamais je n'avais remarqué toutes mes erreurs. Jamais je n'avais pu apprendre.

---L'homme était un bon maître, il sut être patient avec moi. Durant l'instruction il m'expliquer comment savoir si ce n'est pas avec toutes mes sensation que je peux voir et sentir mes erreur mais avec chaque sens. Il m'expliqua le son parfait du coup parfait. Ainsi que la vibration de celui-ci, mais aussi son odeur et son éclat.

Jamais je n'avais pensé que cela allait prendre autant de temps.
Mais j'en étais arrivé à bout.
Je me demande maintenant qu'elles sont les étapes suivantes. Je sais que ce n'est pas en une réussite de quatre jours que j'atteindrais le niveau nécessaire à l'art de forgeron d'armure. Or là je savais que j'étais dans la bonne voie.

[ Armure Wyverne sac]




Ce n'est que lorsque nous somme seul que nous pouvons avoir un tête à tête avec la bête qui sommeille au plus profond de notre être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amaurëa
Nouvel(le) habitant(e)

avatar

Messages : 48
Expérience : 328
Féminin Âge RP : 20

♦ Politique : 01
Métier : Forgeron d'A. - Expert (155)
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Licorne d'Amaurëa +100, v+150)

Stats & équipements
Vitalité:
480/480  (480/480)
Vitesse: 3349
Dégâts: 48

MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Mer 7 Sep - 16:27

---C'est de nuit que je me rendais à la forge pour pouvoir m’entraîner à taper comme il le faut avec l'enclume et le marteau. La séance de bois m'avait aider pour mes bras. Je me fatiguais moins. Je n'avais que quelques cicatrices sur le bras droit qui refusaient de partir et qui tirais douloureusement avec la fatigue. La journée je m'entraîner sur les runes. J'allais dans la forêt et essayer de les sculptés sur des arbres pour tester leurs pouvoirs. Mais je n'y arrivait nullement. Je compris que chaque domaines avaient des runes différentes. Même si leurs significations étaient les même le travail derrière était différent.

---La semaine qui suivit mon premier cours, mon maître, qui ne m'avait toujours pas donné son nom, me présenta à un verrier, un souffleur de verre. Une pratique difficile et peut connue. Difficile dans la contré reculé, loin de la mer puisqu'il est nécessaire à la fabrication du verre d'avoir une herbe qui produit du sel. La nature étant bien faîte, une source d'eau salé avait été découverte dans la montagne, il y a de cela des années.
C'est durant une première semaine que j'appris à créer du verre. La chaleur du foyer étant primordiale, à la fin de la semaine je n'y arrivais toujours pas. C'est seulement après un mois que je réussit à faire un verre qui puisse être soufflé de piètre qualité. Je compris alors le fonctionnement et le lien étroit avec toute forge. La chaleur, externe autant qu'interne est primordiale. Je ne put m’empêcher de chanter à la fin de ce mois-ci.
Le mois suivant après m'être échauffer à la création je pu entamer la partie soufflage de verre.
Je dût utiliser un alcool en premier pour ne pas casse le verre lorsque je le gonflais. Là aussi le souffle se devait à la fois ferme et délicat. Doux mais stricte. Jamais en trois mois je ne pourrais atteindre le niveau du meilleur artisan. Mais je put acquérir une patience étonnamment grande.

---De retour auprès de mon maître je repris le travail des runes, cette fois-ci sur du sable. Le sables étant composer d'une multitudes de grains comme tout être de nombreux éléments, il fallait faire attention à ne pas laisser passer un grain de trop sur la rune. Le vent était un ennemie majeur de mon apprentissage. Je dû donc en prendre compte. Mais je cherchais à le contrer au lieu de m'en servir. Je ne compris cela que bien après moult essaies. Lorsque j’eus expliqué ce que je venais de comprendre, mon maître m'emmena manger et dormir sur un bon lit.

---Après cette nuit trophée telle une récompense après une bataille, le travail à la forge reprit. Je dus perdre de nouveau un sens : la vue. Cette fois-ci je ne perdit pas mes moyens je fit plus attention, me rappelant de chaque détails appris jusqu'à ce jour. Se fut long, laborieux et douloureux, puisque je me brûlais à deux reprises tel un pique de rappel. Le premier jour je ne puis finir mon travail. Ni le second. Je prenais mon temps, et, me concentré non seulement sur mes autre sens mais aussi sur mes connaissances. Et surtout, mon instinct. Les exercices effectué jusqu'à se jours m'apprirent que mon instinct était aussi un outils utiles en plus de mon corps et de mon esprit. Il ne suffit pas de penser et d'agir mais aussi de ressentir.
C'est bien après six jours que j'eus finis. Ce n'était pas exactement ça mais c'était encouragement.
Malheureusement je dût recommencer.

---Au final je pouvais me déplacer dans la forge sans problème comme si je n'étais pas privé de mes yeux. J'avais l'impression de voir à chaque sons qui me venait, que soit mes pas, mes coups ou ma propre respiration. C'est ainsi que après quelque mois de travail je réussis à faire une armure digne de se nom.

[armure wyverne sac]




Ce n'est que lorsque nous somme seul que nous pouvons avoir un tête à tête avec la bête qui sommeille au plus profond de notre être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2777
Expérience : 8699
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Mer 7 Sep - 18:20

Rapport de fabrication :

Dragoholt fabrique une animarmure, il remporte 5 points de métier.

Remarques sur le RP : Rien à redire !

A bientôt pour de nouveaux crafts !

---------------

Rapport de fabrication :

Amaurëa fabrique deux armures wyvernes, elle remporte 10 points de métier et 5 points métier bonus.

Remarques sur le RP : Rien à redire !

A bientôt pour de nouveaux crafts !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tziëg
Assassin

Assassin
avatar

Messages : 157
Expérience : 1165
Masculin Âge RP : 23

♦ Politique : 01
Métier : Forgeron d'armure - Maître (MAX)
Disponibilité : Disponibilité réduite

Titres:
 

(Spectre de Tziëg (modifié) +150, v+150, Régénère si -25% de la vie)

Stats & équipements
Vitalité:
1545/1545  (1545/1545)
Vitesse: 584
Dégâts: 536

MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Dim 11 Sep - 1:18

Fabrication d'une Animarmure [équipé]



Tziëg grommelait. Il est vrai qu'il grommelait très souvent, pour ne pas dire tout le temps. Mais cette fois, il avait une très bonne raison de le faire. Non seulement il s'était fait avoir par Kelh qui avait loué les services d'une mercenaire à prix d'or - ou plutôt de rubis - mais en plus il devait l'accompagner. Quel était l'intérêt d'engager quelqu'un pour faire le sale boulot si c'était pour le faire aussi ? Tout ça, ça ne plaisait pas vraiment à l'orc.
Du coup, il s'était vu obligé de s'équiper en vitesse pour ne pas être totalement sans défense. Il était passé en vitesse chez un marchand pour récupérer des dagues et utilisait les quelques heures qui lui restait pour façonner une armure ni trop lourde, ni trop légère, pour lui apporter un tant soit peu de protection. C'était pas qu'il n'avait pas totalement confiance en la personne qu'ils avaient embauché, mais il préférait jouer la carte de la prudence.

Le forgeron se mit en tête de réaliser une Animarmure. Il avait les ressources nécessaires et c'était une tâche bien connue qu'il exécuterait en quelques mouvements. D'ailleurs, ses minerais étaient déjà en train de fondre alors qu'il réfléchissait à la meilleure armure pour le voyage dans le Nord-Est du continent. Il agissait comme s'il était plusieurs en même temps ; ce devait être ce que l'on ressentait quand on commençait à devenir plutôt habile dans un tel domaine. Cette petite preuve de savoir-faire lui redonna brièvement le sourire, mais il disparut très vite lorsqu'il repensa à cette femme aux cheveux rouges flamboyants. Au moins, il s'agissait d'une orque. Néanmoins, son gabarit et son équipement laissaient présager qu'elle était plutôt du côté des Drake-Mordhër, plutôt que de celui des "sauvages". Ce qui était plutôt fâcheux. Encore un détail qui vint l'énerver. Décidément !
Il soupira et se consacra plutôt à sa tâche de forgeron. Ça lui ferait du bien de marteler un morceau de métal. Normalement...



PS:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2777
Expérience : 8699
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Dim 18 Sep - 19:37

Rapport de fabrication :

Tziëg fabrique une animarmure, il remporte 5 points de métier.

Remarques sur le RP : Rien à redire ! Je règle le petit souci.

A bientôt pour de nouveaux crafts !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dragoholt Campbell
Chevalier Errant

avatar

Messages : 256
Expérience : 1779
Masculin Âge RP : 27 ans

♦ Politique : 00
Métier : Forgeron d'A. - Maître
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Hydro Cyno +150, v+150, Régénère si -25% de la vie)

Stats & équipements
Vitalité:
1441/1441  (1441/1441)
Vitesse: 392
Dégâts: 795

MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Lun 19 Sep - 17:17

J'étais donc de retour à la Grande Forge de Stellaraë. Là, j'espérais bien poursuivre mon apprentissage de l'art de forger des armures. Il me fallait un nouveau maître. Le souvenir de Dolgarinn était encore vif dans ma mémoire, mais je lui avais promis de reprendre sa boutique une fois prêt. Le plus tôt serait le mieux. Aussi m'avançais-je dans la Forge à la recherche de quelque qui pourrait m'enseigner. Après quelques essais infructueux, je trouvais un homme mesurant deux bons mètres, aux bras plus qu'impressionnants, qui semblait forger des armures que je n'avais jamais vu.

Bonjour. Ce que vous faites est impressionnant. Sauriez-vous me l'enseigner ? Demandais-je avec assurance.

L'inconnu se tourna vers moi, donna encore quelques coups de marteaux sur sa pièce afin de la parfaire, avant de la mettre à sécher.

Merci ! Ouai si tu veux je peux essayer de t'apprendre deux-trois combines. Je m'appelle Daniel, mais tout le monde m'appelle Danny.

Il me tendit une main, que je serrais fermement tout en lui donnant mon nom. Par la suite, nous partîmes nous procurer les matériaux nécessaires à la fabrication d'une armure lourde. Danny appréciait la forme de celle que je portais, et il voulait me voir répéter l'opération.

La marque des grands forgerons, c'est de pouvoir refaire une pièce qu'ils ont déjà fait, et ce de manière exacte. Martelait-il.

Bien d'accord avec son raisonnement, je revenais à la forge et commençait à couler le cuivre. Cela prit beaucoup de temps, car il fallait atteindre une température supérieure à 1000°C avant d'obtenir une fusion totale du minerais. De plus, il était toujours difficile d'extraire le cuivre en fusion du four sans danger, tant la chaleur massique du cuivre fondu était élevée. Toutefois, j'y parvins, en m'armant d'une profonde respiration.

Je me positionnais sur le plan de travail, marteau en main, prêt à donner forme au minerais. Il fallait être un peu patient, le temps que le tout se solidifie un tout petit peu. Assez pour devenir malléable, mais pas trop non plus. Et bien évidemment, marteler du cuivre en fusion n'était qu'un bon moyen de ruiner marteau et enclume d'un seul coup.

Tout au long de ma forge, Danny restait sur mon dos, me conseillant quand à ma manière de tenir le marteau, me reprenant parfois sur mon manque de précision, ou m'indiquant les points clés à frapper en priorité pour obtenir la meilleur forme d'armure possible. Il me fallut deux bonnes heures pour obtenir une forme satisfaisante. Puis, je passais une heure de plus sur les finitions. Recoupe de l'armure pour plus de confort ou simple décoration, je ne m'arrêtais que lorsque je fus totalement satisfait de mon œuvre.

Je venais donc de fabriquer une nouvelle Armure Hyno.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amaurëa
Nouvel(le) habitant(e)

avatar

Messages : 48
Expérience : 328
Féminin Âge RP : 20

♦ Politique : 01
Métier : Forgeron d'A. - Expert (155)
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Licorne d'Amaurëa +100, v+150)

Stats & équipements
Vitalité:
480/480  (480/480)
Vitesse: 3349
Dégâts: 48

MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Lun 19 Sep - 19:06

----Ce n'est qu'après quelques quoi mois seulement que je pu travaillais avec mes sens.
J'avais compris ce que voulais me faire faire mon maître...

----A coter je travaillais toujours autant sur mes runes avec comme support des morceaux de fer.
C'est en forgeant sans même réfléchir à mes mouvement et en observant chaque failles que je pouvais déceler, je compris que je ne pourrais jamais en comprendre le sens si je ne visualisais pas et que je ne pensais pas aux runes comme étant une part entière, une pièce même, appartenant à l'armure dès le début de sa création. Cela ne servais à rien de s’obstinait à chercher tous les liens entre elles et l’œuvre.
Lorsque j'en parlais à mon maître, il me demanda quel était mon nom. Sa réaction me surpris contre toute attente, sa réponse était de connaître mon nom au complet ?
-Ju...juste Amaurëa.
-Bien Amaurëa, je comprend que tu ne veuille pas t'épancher plus que ça sur qui tu es. Je suis juste étonner que tu ai compris cela en t’entraînant sur les arbres... a moins que tu ne sois allé sans ma permission forgé ?
- Je n'ai pas besoin de vous répondre, vous savez tous mes moindre fait et gestes... Maître. Ce dernier mot sonna durement sans que sa en soit mon intention.
- Floki, mon nom... est Floki Darwin Du Gläss.
L'homme dégagea soudainement une odeur plus forte, différente, déterminer et en même temps mélancolique. Ses yeux tournaient vers le feu eurent la même lueur jaune que la dernière fois.

----C'est le lendemain aux aurores que je commençais mon apprentissage des runes sur le fer. Nous ne commencions pas avec une armure mais avec une rose. Ce travail fut éreintant, et je dût mis reprendre plusieurs fois, recommencer, encore. Et encore. Je travaillais même lorsque Maïtre Floki sortait pour dormir. Je ne me couchais qu'une fois que je n'en pouvais plus. Et continuais le travail avec acharnement. Je repensais à l'amure de mon grand-père... Comment autant de runes avaient-elles put être faite sans qu'elles ne tuent ma grand-mère ?
Ce fut lorsque je finis la tige que le travail de finition fut délicats et difficile. Cet exercice était bien plus fatiguant et demandait beaucoup trop d'énergie que ce qu'il ne fallait en vérité pour créer une armure... La lune était pleine, je dût puiser dans mes ressources lycan pour résister à l’attraction que l'oeuvre me demander.
Lorsque j’eus finis le dernier point de la runes, la fleure s'ouvrit dans une lumière orangé et tomba en miette.
Je ne comprenais pas ce qui venais de se passé. Mon maître l'avait vu et semblait tout aussi étonné que moi. Puis il rit. Une heure dût passer où je suis resté là assise à le regardé se tenir les cotes de joie sans comprendre pourquoi.

----C'est en me couchant que je me rappelais d'une histoire que ma grand-mère m'avait raconté sur un certain Du Gläss. Jeune garçon, au sans chaud, au niveau de maître dans la forge sans runes, voulu expérimentait son art, et, s’entraîna secrètement aux runes. Le pouvoir de celles-ci étant bien trop forte pour un jeune garçon, il ne supporta pas la charge de celles-ci, et, des Ogiers, le peuple bâtisseur et soigneur de la nature le prirent pour le soigner. C'est une histoire pour enfant pourtant, mais cela lui correspondrais...

----Le lendemain, je cherchais partout mon maître sans le trouver... Alors je m'entrainais à faire le même exercice, en espérant qu'elle reste ouverte à chaque lune, et cherchant qu'est-ce que je n'avais pas réussit. Je compris que le sons, le souffle et mon rythme cardiaque aidait les runes à être. C'est alors que je chantais la chanson que Ündome et moi même avons inventait lorsque nous étions enfant.

… Où le son est bon ,
et l'air frais, nordique
entraîne nos chants
dans le vents...


----Je m'endormit au petit jour, sur ce dernier couplet, qui avait bercé toutes mes journées d'enfances. Lorsque je me réveillais, mon maître m'observait, la rose dans les mains. L'air songeur.

« Demain, sur une armure de base, une wyverne que tu maîtrise maintenant très bien, tu vas faire exactement les mêmes runes. Même si elles ne sont pas exactement pour la vitesse ou la défense, elles suffiront à orner et à empêcher tout émoussement de l'armure. »

[armure Wyverne]




Ce n'est que lorsque nous somme seul que nous pouvons avoir un tête à tête avec la bête qui sommeille au plus profond de notre être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2777
Expérience : 8699
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Dim 25 Sep - 1:43

Rapport de fabrication :

Dragoholt fabrique une armure Hyno, il remporte 5 points de métier et 10 points métier bonus.

Remarques sur le RP : Rien à redire ! Tu passes Apprenti !

A bientôt pour de nouveaux crafts !

---

Rapport de fabrication :

Amaurëa fabrique une armure Wyverne, il remporte 5 points de métier et 10 points métier bonus.

Remarques sur le RP : Rien à redire ! Tu passes Apprenti !

A bientôt pour de nouveaux crafts !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amaurëa
Nouvel(le) habitant(e)

avatar

Messages : 48
Expérience : 328
Féminin Âge RP : 20

♦ Politique : 01
Métier : Forgeron d'A. - Expert (155)
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Licorne d'Amaurëa +100, v+150)

Stats & équipements
Vitalité:
480/480  (480/480)
Vitesse: 3349
Dégâts: 48

MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Mer 5 Oct - 14:04

----La création de l'armure Wyverne avec les runes fut un travail acharné de 4 mois. Jamais je n'avais pensé qu'il me faudrait plus de trois mois pour créer une armure de base.
J'étais fière de moi. Elle allait pouvoir faire bien des générations de chevalier ou mercenaires, à qui voudra l'acheter.

----Lors de la création de l'armure je me mis à observer plus longtemps maître Du Gläss. La façon dont ses yeux changent de couleurs lors de ses réflexions ou encore lorsqu'il observe un minerai, une bûche ou même l'extérieur montrait une partie de lui qu'il ne voulait pas forcément montrer.
Je n'osais pas lui parler de la légende des Ogiers jusqu'à ce que je tombe sur un ouvrage dans leur langue. Je ne lisais pas cette langue, je me tournais donc vers lui pour lui demander. Il pâlit à la vue de cet ouvrage, un regard plein de mélancolie vint marquer se tableau frappant.

Je ne pu m’empêcher de demander :
- Vous êtes l'homme qui fut recueillit par le peuple Ogier, perdu depuis des années ? Comment pouvez-vous être encore si jeune et... en vie?
- J'oubliais que ta grand-mère étaient une forgeronne... Je l'ai connu tu sais ? Tu lui ressemble, c'est pour cela que j'ai accepter de te prendre en charge.
- vous changez de sujet...
- a quoi bon te dire ce que tu sais déjà ?

----Il ne voulu pas m'en dire plus. Mais la légende n'en était pas une...
Je dût travailler sur un autre type d'armure, une animarmure !
Le travail le plus dure fut la fusion des deux minerais, ils doivent être chauffé à deux température différente, de quelques degré certes mais différente quand même. Le travail me prix vraiment j'étais concentrée et intéressée. La musique que produisait le martellements de mes coup sur ses minéraux chantait agréablement à mes oreilles.

Je me surprise à chanter par dessus les coups, en rythme une chanson qui m'était inconnue.

La-haut le ciel éclaire la plaine,
Sans mots la lune efface ma haine.
La guerre est passée,
La guerre à cesser de frapper.
Nos cœur battent encore
Même si l'age à meurtri nos corps...

La chaleur de la forge, (le rythme accélère)
Vient chauffer mon sang,
Forgeons dans la force de nos cent ans.
Même lorsque le blé d'orge,
Sera bien doré, jamais je ne cesserais
De mon marteau taper,
Sur l'enclume des saisons,
Frappe encore et encore et impose ton blason !


[Animarmure- sac]





Ce n'est que lorsque nous somme seul que nous pouvons avoir un tête à tête avec la bête qui sommeille au plus profond de notre être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amaurëa
Nouvel(le) habitant(e)

avatar

Messages : 48
Expérience : 328
Féminin Âge RP : 20

♦ Politique : 01
Métier : Forgeron d'A. - Expert (155)
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Licorne d'Amaurëa +100, v+150)

Stats & équipements
Vitalité:
480/480  (480/480)
Vitesse: 3349
Dégâts: 48

MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Mer 5 Oct - 15:08

----Cela faisait un moment que je n'avais pas eu d'exercices sur mes sens ou autre. Mais je me devais de m'entraîner personnellement afin d’atteindre un niveau qui me conviendrais vraiment. Mais mon but ultime restait de dépasser le mon maître.
Je me bandais les yeux, puis je me couper l’ouïe. Or je n'avais encore rien pour me couper des sens du toucher. J'avais testé de me couper l’ouïe et la vue mais je n'étais pas prête à ça.

----Lors de la fabrication de l'animarmure, je ne m'attendais pas à un tel travail. J'avais dû m'entraîner avec les minerais avant et cette partie là avait vraiment était la plus longue. Or lors du modelage j'étais vraiment prise dans la mélodie de la fabrication. L'air de la musique me revenait encore dans les bras.

« Chaque créations ont leur propre musique, tu ne pourras jamais reproduire tel ou tel mélodie à l'identique, puisque ce ne sera jamais le même jour, les mêmes minéraux ou encore la même volonté. Si elle chante encore en toi c'est que tu as réussit ton travail. »
M'avait expliqué maître Du Güll.

----Il parle de musicalité, comme si c'était tout naturel, j'aimerais vraiment que ça me vienne aussi naturellement lorsque je parle de forger. Je me demandais si il avait appris tout ça chez les Ogiers ou pas.

« Je ne peux pas te dire ce qu'ils m'ont fait car moi même je ne le sais pas. Mais ils m'ont appris à forger sans forcément forgé pour la guerre. Je forgeais des armes avant de forger des armures. J'ai dût promettre de ne plus jamais forger quelque chose qui pourrait tuer. J'ai donc forgé des armures, des boucliers et des heaumes, sans rajouter des choses qui pourrait tuer quelqu'un, comme certaines crêtes sur les casques. Ils ont perfectionné mon art et approfondis mes connaissances je leur dois bien ça ... »

----C'est quelques jours après que je dût faire une armure Hyno, la première armure lourde de mon inventaire. « Avant de passer à l'apprentissage d'un heaume tu te dois de maîtriser tous se qu'un novice sait faire ! »
Cale devais dire que je passerais à l'étape supérieur prochainement. J'étais toute excité .

----La mélodie de la forge fut vraiment particulière chaude de par la joie que je ressentais mais mon stress de ne pas arriver à faire cette armure lourde avec des runes de conservations et de défenses prenait le dessus. Je dût m'y reprendre tellement de fois que je m'abandonnais enfin une fois exténuer de recommencer, aux son de la forges.


Tapper, tapper, l'en-clu-me.
Tapper, tapper, l'en-clu-me.
Faire jaillir des braises ardentes,
le produit de la nature,
le rythme de la musique présente,
jusqu'à la fin perdure.

Tapper, tapper, du Mar-teau.
Tapper, tapper, du Mar-teau.
Façonner, sculpter, travailler,
polir, écrire, luire,
Protéger, défendre, avancer,
camoufler, sans faille, enhardir !

[Armure Hyno]




Ce n'est que lorsque nous somme seul que nous pouvons avoir un tête à tête avec la bête qui sommeille au plus profond de notre être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 2777
Expérience : 8699
Masculin ♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Jeu 13 Oct - 2:26

Rapport de fabrication :

Amaurëa fabrique une Animarmure, elle remporte 5 points de métier et 10 points métier bonus.

Remarques sur le RP : Rien à redire !
A bientôt pour de nouveaux crafts !

---

Rapport de fabrication :

Amaurëa fabrique une armure Hyno, elle remporte 5 points de métier et 10 points métier bonus.

Remarques sur le RP : Rien à redire ! Tu passes Experte !

A bientôt pour de nouveaux crafts !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dragoholt Campbell
Chevalier Errant

avatar

Messages : 256
Expérience : 1779
Masculin Âge RP : 27 ans

♦ Politique : 00
Métier : Forgeron d'A. - Maître
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Hydro Cyno +150, v+150, Régénère si -25% de la vie)

Stats & équipements
Vitalité:
1441/1441  (1441/1441)
Vitesse: 392
Dégâts: 795

MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   Sam 15 Oct - 18:34

J'avais rendez-vous avec Danny, tôt le matin, pour une nouvelle leçon de forge. Aujourd'hui, j'étais censé créer une Armure Wyvern, une armure légère donc. Je retrouvais mon maître à l'intérieur, et nous commencions par faire fondre les matériaux nécessaires. C'était toujours un peu long, surtout lorsqu'on était les premiers à se servir de la forge, et que le four n'était pas encore bouillant. De ce fait, Danny en profitait pour me donner des conseils sur comment faire fondre efficacement ses matériaux, tout en énonçant les cas particuliers d'armure nécessitant plusieurs métaux.

Une fois les matériaux fondus, il était temps de passer à la création de l'Armure. Jouer du marteau sur l'enclume était une tâche longue et fastidieuse, surtout si on s'y prenait mal. Mon maître me conseillait de commencer depuis le milieu de la pièce que je confectionnait, pour ensuite m'écarter vers les extrémités, qui seront plus sujettes au peaufinage.

La particularité de l'Armure Wyvern était sa légèreté. En effet, elle devait offrir une protection digne de ce nom, mais sans être aussi encombrante qu'une armure telle que la mienne. Le défi était donc de réaliser une cuirasse fine mais solide.

Je passais la fin de la matinée, puis le début de mon après-midi à marteler inlassablement l'enclume. Lorsque enfin je terminait, mon estomac criait famine.

T'as fait du bon boulot, Drago ! Me félicita Danny. Allez, pour la peine, j't'invite à bouffer !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Forge des forgerons d'armures   

Revenir en haut Aller en bas
 

Forge des forgerons d'armures

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

 Sujets similaires

-
» Forge des forgerons d'armures
» Forge des forgerons
» La Forge
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Forge World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Centre de Dùralas :: Ville de Stellaraë :: Lieu d'artisanat - Les Forges-