AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Shax
Le Monde de Dùralas a précisément 1753 jours !
Dùralas, le Sam 18 Aoû 2018 - 16:25
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !
Partagez | 
 

 Atelier des sculpteurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 3261
Expérience : 10563
Masculin

MessageSujet: Re: Atelier des sculpteurs   Ven 11 Mar 2016 - 11:05

Rapport de fabrication :

Dragnizzo fabrique une masse Gargantuesque.

Remarques sur le RP : Rien à dire !

A bientôt pour de nouveaux crafts !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Atelier des sculpteurs   Dim 3 Avr 2016 - 22:57

.....Je pouvais le dire sans avoir nullement peur de mon tromper, j'avais vraiment des amis en or. Des gens prêt à me soutenir, avec qui s'était créé des liens malgré mon Handicap. Mais sans me mentir à moi même les personnes qui avaient le mieux sus me comprendre étaient celles comme moi. Effectivement, deux de mes amis étaient dans une condition que l'on pouvait considérer comme la mienne. L'un était un Stryge, Rethe, une ami que je m'était fait il y a plusieurs année. Il était plutôt distant en ses début mais quand il commençait a nous connaître il commençait à devenir bien plus bavard et amical. Il en allait de même pour Norith mon ami centaure celui-ci était rarement amical, et on ne pouvait pas le considérer comme bavard pour deux sous mais on pouvait compter sur lui.

.....Tout deux s'occupaient beaucoup de moi et depuis un certains temps, ils m'emmenaient en ville pour m'occuper. Il y à peu, ils m'avaient mené dans un atelier de sculpture. Je ne pouvait bien sur pas en faire, mais cela, c'était sans compter sur les technophiles. Effectivement, lorsque l'on passait beaucoup de temps sans ne rien faire comme moi on pouvait penser à bien des choses. Or ce jour là je m'interrogeais sur la façon de pouvoir réaliser de si belle petites sculptures. Et au bout de plusieurs jours de réflexion et de l'aide de Rethe à la réalisation d'un beau schéma. Nous pûmes présenter l'invention au technophiles qui la réalisèrent.

.....La machiné était munie d'une myriade de petites commandes et boutons que grâce à mes réflexion je pouvais simplement activer à l'aide de mon nez et de ma bouche. J'avais donc conçus une machine qui n'obéissait qu'à moi et contre un modeste payement ils acceptèrent de me le céder. J'avais jusqu'à présent réussit à créer une multitude de petites statuettes. Mais aujourd'hui je me trouvais en face d'un morceau de bois qui devrait devenir une arme. Un véritable Arc, j'allais forger un Arc pour le compte d'un dénommé Arutha qui avait fait commande à mon atelier.

.....Je me présentais donc devant le métier à sculpter. Le morceau de bois était positionné sur son support. Alors je commençais à activer les manettes et boutons. Le morceau de bois fut saisit dans des pinces mécaniques, tout fut mis à hauteur nu morceau. Puis commençant à faire bouger les manches et boutons, je sculptais ce qui deviendrais un Arc. D'abord les scie et limes, puis des pics et aiguilles de plus en plus petites. Bientôt devant moi ce trouvait un arc, un vraie arc avait pris forme sous mes doigts si j'osais dire. Alors lorsque je l'ut finit, j'apposais ma griffe sur mon œuvre et la laissait entre les mains d'un nain valide qui serait y associer une corde. En accomplissant cette tache il me dit: «Pour un premier ouvrage ton travail me semble remarquable.»

[M'arc'gueritte pour Arutha Con Doin]
Revenir en haut Aller en bas
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 3261
Expérience : 10563
Masculin

MessageSujet: Re: Atelier des sculpteurs   Lun 4 Avr 2016 - 18:29

Malgré les efforts fournis, nous estimons que la machine est trop évoluée par rapport au contexte de Dùralas. Certes tu peux obtenir de l'aide des technophiles, cependant cette machine ne convient pas d'un point de vue cohérent.
D'autant que nous estimons que si tu décides de créer un personnage avec un malus (pas de bras, ni de jambes), il te faut aller jusqu'au bout au niveau roleplay, c'est pourquoi accepter une machine à des fins juste pratiques pour gagner argent/xp plus facilement alors que ton personnage ne dispose pas des moyens physiques pour réaliser cela, c'est un poil trop simple et encore une fois, ce n'est pas intéressant d'un point de vue rp.
Tu as voulu partir sur un personnage avec un gros malus, il faut en assumer les conséquences.
Merci de ta compréhension Clin d'oeil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dragnizzo
Personnage décédé

Personnage décédé


Messages : 1706
Expérience : 4000
Masculin Âge RP : 34

Politique : 00
Métier : Sculpteur - Maître (MAX)
Titres:
 

(Chien commun +80, v+50)

Stats & équipements
Vitalité:
1980/1980  (1980/1980)
Vitesse: 923
Dégâts: 1940

MessageSujet: Re: Atelier des sculpteurs   Dim 10 Avr 2016 - 20:01

L'ensorceleur claqua la porte de son atelier en l'ouvrant trop vite, faisant sursauter Slayne qui dormait sur l'établi.

- Il me faut de l'argent !

- Quoi ? mais je croyais qu'on avait des écono-

- On en a, mais pas assez ! Voyons, un seigneur sylvestre ne peut pas se permettre d'avoir l'air pauvre !

Dragnizzo vira Slayne en foutant un bordel monstre dans son atelier, déversant le bois et les ressources dont il avait besoin.
Slayne partit de l'atelier en râlant, et l'ensorceleur se mit rapidement au travail. Il avait déjà quelques ressources qu'il n'avait pas encore utilisé de ses dernière fabrications, il allait donc faire un peu de récupération histoire d'amortir le coût des matières premières.

Après quelques heures de boulot, il avait fini la première commande. Un apprenti magicien qui voulait un bâton d'entrainement, et un sorcier qui voulait faire des expériences de transmutation.

- Hop ! 720 pièces d'or de gagnées.

Après quelques heures, encore une fois, et tard dans la nuit, l'ensorceleur fini la commande d'un autre magicien qui avait cassé son bâton lors d'une confrontation avec un dévoreur des marais.

- Et hop ! 760 pièces d'or.

L'argent allait manquer encore un peu, mais Dragnizzo n'était pas encore las, et le travail est toujours bon pour le moral.


Dernière édition par Dragnizzo le Dim 10 Avr 2016 - 20:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 3261
Expérience : 10563
Masculin

MessageSujet: Re: Atelier des sculpteurs   Dim 10 Avr 2016 - 20:11

Rapport de fabrication :

Dragnizzo fabrique 2 Bâton'n'arcisse et un Bathön.

Remarques sur le RP : Rien à dire !

A bientôt pour de nouveaux crafts !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dragnizzo
Personnage décédé

Personnage décédé


Messages : 1706
Expérience : 4000
Masculin Âge RP : 34

Politique : 00
Métier : Sculpteur - Maître (MAX)
Titres:
 

(Chien commun +80, v+50)

Stats & équipements
Vitalité:
1980/1980  (1980/1980)
Vitesse: 923
Dégâts: 1940

MessageSujet: Re: Atelier des sculpteurs   Dim 10 Avr 2016 - 21:00

L'ensorceleur, toujours dans un accès de rage et de travail, ne dormais plus, et continuait à fabriquer des tas de commandes, soit pour des personnes en particuliers, ou alors pour les vendre plus tard. Dans tous les cas, l'argent était devenu une nécessité.

La cinquième commande était un bâton pour un vieille homme riche. Ne voulant pas s'une simple canne, il avait demandé à Dragnizzo "Un d'vos bâton pour faire des trucs magiques". Malgré les explications de l'ensorceleur sur le fait qu'un bâton sans source magique (un magicien par exemple) était inutile, le vieil homme en voulait quand même un.

Quand à la sixième commande, c'était encore un apprenti sorcier qui avait besoin d'un nouveau bâton, vu qu'il avait perdu l'ancien.

Ces commandes n'étaient pas vraiment intéressantes, mais elle permettraient à Dragnizzo d'avoir plus d'économies, et ce n'était pas négligeable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 3261
Expérience : 10563
Masculin

MessageSujet: Re: Atelier des sculpteurs   Dim 10 Avr 2016 - 21:03

Rapport de fabrication :

Dragnizzo fabrique 2 Bâton'n'arcisses.

Remarques sur le RP : Rien à dire !

A bientôt pour de nouveaux crafts !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuli Sibly
Muse noyée



Messages : 270
Expérience : 2273
Féminin Âge RP : 14 (20 d'apparence)

Politique : 73
Métier : Sculptrice - Maîtresse Absolue
Titres:
 

(Pieuvre de Yuli +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
2232/2232  (2232/2232)
Vitesse: 892
Dégâts: 622

MessageSujet: Re: Atelier des sculpteurs   Ven 6 Mai 2016 - 17:57

Depuis un bon bout de temps déjà, Yuli n'était pas revenue à l'atelier de M.Auly Vandeurse.
Elle redoutait un peu ce moment, parce qu'en dépit de la correspondance épistolaire qu'elle avait entretenu avec le vieil homme, partir aussi longtemps (au moins deux mois s'étaient écoulés depuis leur dernière entrevue) n'était pas très correct. Du moins le ressentait-elle ainsi.

Derrière un cavalier de la Garde, (il se trouvait que son statut d'enfant lui accordait le droit à un chevalier privé, "pour la protection". Elle aimait bien ce chevalier qui ne parlait jamais, elle l'avait nommé Prince Licorne-Stellaroise, et lui avait imaginé un passé de troubadour. C'était drôle), elle se laisser porter par le rythme lent du cheval qui les transportait tous deux.

Elle avait laissé Mog au Quartier Général, et seul Nécromignon l'accompagnait. Mais il dormait, dans une petite cage qu'il lui avait forcé à acheter, parce qu'il voulait vivre dans la peau d'un animal de compagnie "pour de vrai". Décidément la plupart des objectifs des gens lui échappaient. Pourquoi en fallait-il? Ne pouvait-on pas vivre tranquillement, au gré des aventures, en défendant tout simplement les valeurs qui nous étaient chères? La paix, la justice, la mode et les gâteaux?

En arrivant à l'entrée d'Ishtar, alors qu'elle sommeillait appuyée sur le dos de chevalier Licorne-Stellaroise et du Baron Majestueux aka le Poney (leur cheval, nommé à l'instant, parce qu'il fallait un nom), un bruit de pagaille lui parvint. Un énorme raffut!
Oubliant son compagnon dans sa cage, et sous le regard quelque peu surpris du chevalier, Ignas Courtepaille de son véritable nom, la petite Abyssale partit en courant vers les cris.

Des bandits saccageaient la boutique de Madame... madame quoi? Elle ne savait plus, mais c'était une charmante femme, dans la force de l'âge, qui n'oubliait jamais de lui donner des bonbons. Ni une ni deux, Yuli joua quelques accords de sa harpe, et bientôt les énergumènes repartaient sagement vers les cachots d'Ishtar, en souriant bêtement, comme s'ils couraient vers des vacances bien méritées.

Yuli adressa une courbette à la femme, ordonna à Courtepaille de l'aider à replacer son magasin en ordre et parti vers la boutique de bois à laquelle elle tenait tant!

Elle marqua une pause afin de récupérer ses forces mais surtout pour discuter longuement avec son vieux maître toujours aussi gentil (également un peu malade aussi), et ils restèrent à papoter des heures durant.

Lorsqu'elle eut fini sa Nénuphar'balète l'aube naissait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 3261
Expérience : 10563
Masculin

MessageSujet: Re: Atelier des sculpteurs   Dim 8 Mai 2016 - 23:06


Rapport de fabrication :

Yuli fabrique 1 nénuphar'balète, elle gagne 5 points de métier.

Remarques sur le RP : Rien à dire !

A bientôt pour de nouveaux crafts !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dragnizzo
Personnage décédé

Personnage décédé


Messages : 1706
Expérience : 4000
Masculin Âge RP : 34

Politique : 00
Métier : Sculpteur - Maître (MAX)
Titres:
 

(Chien commun +80, v+50)

Stats & équipements
Vitalité:
1980/1980  (1980/1980)
Vitesse: 923
Dégâts: 1940

MessageSujet: Re: Atelier des sculpteurs   Mer 6 Juil 2016 - 17:57

Dragnizzo entra dans son atelier tandis que l'orc sortit de sa boutique. Le sculpteur posa le bois et s'occupa d'abord de tailler le bois pour lui donner la forme voulue. Rien que cette partie du travail avait demandé environs trois heures de labeur à Dragnizzo.

Une fois la massue prête, il ne manquait plus qu'à rajouter les effets qui ferait du bois une arme de guerre. Dragnizzo ajouta des morceaux de fer forgé autour de l’extrémité du bois et vissa le métal au bois. L'arme était lourde, mais elle était capable d'écraser armures et boucliers.

Quelques finitions plus tard, l'arme était finalement prête. Dragnizzo l'enveloppa dans un tissu et la posa sur son comptoir. Il n'y avait plus qu'a attendre le retour de Nova

[Massue de Rock pour Nova]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 3261
Expérience : 10563
Masculin

MessageSujet: Re: Atelier des sculpteurs   Jeu 7 Juil 2016 - 17:21


Rapport de fabrication :

Dragnizzo fabrique 1 massue Rock.

Remarques sur le RP : Rien à dire !

A bientôt pour de nouveaux crafts !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuli Sibly
Muse noyée



Messages : 270
Expérience : 2273
Féminin Âge RP : 14 (20 d'apparence)

Politique : 73
Métier : Sculptrice - Maîtresse Absolue
Titres:
 

(Pieuvre de Yuli +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
2232/2232  (2232/2232)
Vitesse: 892
Dégâts: 622

MessageSujet: Re: Atelier des sculpteurs   Jeu 14 Juil 2016 - 17:08

Aujourd'hui, alors que le soleil était à son zénith, ce n'était pas un jour comme les autres à Ishtar.  En effet, aujourd'hui était célébré le jour où le Dieu local Ucht'hulu aurait aidé pour la première fois les pêcheurs en leur amenant de gargantues bancs de poissons. Ou aurait dévoré les enfants du village, les histoires diffèrent.

Les habitants préparaient l'évènement avec grand soin, afin de s'attirer les bonnes grâces du Seigneur océanique. C'était avec admiration que la petite Abyssale découvrait les colliers de fleurs, l'odeur douce du monoï et la beauté de la Tiaré. Le cortège incluait même des statues de bois, fabriquées par les locaux, représentant le Dieu concerné, une sorte de créature amphibienne ornée de cornes.

Au milieu de toute cette agitation, entourée de fleurs et de joie, Yuli se sentait bien. Très bien même. Seule petite ombre au tableau, Nécromignon était porté disparu depuis quelques jours. Lorsqu'il avait eu vent de cette cérémonie il s'était contenté de sourire légèrement, avant de déclarer qu'il avait à faire et de plonger dans l'océan. Il reviendrait, pour sûr, mais... l'abyssale se demandait quand même bien ce que son compagnon pouvait avoir à régler de si urgent.

Mog était là, lui aussi, et il avait même appris à parler en compagnie d'Auly Vandeurse, le maître sculpteur de la sorcière. C'était donc avec un grand émerveillement qu'elle redécouvrait son invocation, qui même en sachant parler, continuait de proférer des "Mog mog" pleins d'enthousiasme.

Pour l'occasion, il lui avait été demandé de créer les Bâton'a'rcisse qui serviraient lors des représentations de combat qui auraient lieu sur la Place principale. Les mages du village créeront des feux d'artifices, les bretteurs s'affronteraient en d'épiques confrontations, et les archers initieraient les plus jeunes ! Comme cet évènement la passionnait !

Elle se mit à la tâche sans tarder, rassemblant le bois autour d'elle, sorte de fortification du lieu de travail, et en deux temps trois mouvements ses mains taillaient, imbriquaient, sculptaient. Les mouvements qu'elle avait tant de fois vus et répétés s'étaient naturellement inculqués, et sa vitesse d’exécution était décuplée.

Elle acheva sa tâche en fin de journée, et épuisée, elle put assister aux commémorations. Il y eut des spectacles par milliers, et elle vit même des mages utiliser des sorts qu'elle ne connaissait même pas ! Mais sans surprises, le clou du spectacle fut l'apparition de la divinité. Alors que tout le village monta jusqu'aux abords d'un énorme rocher en bord de mer, ils proférèrent en chœur la prière sacrée jusqu'à ce qu'une nageoire fendent la surface de l'eau. Puis une autre. Et bientôt, une ombre se profila dans la nuit, cachant les étoiles. C'était une chose immense ! Il y eut un rugissement et la pluie s'abattit sur eux, accompagnée de tonnes de poissons.

Yuli était émerveillée par la beauté des Abysses.

[Fabrication de 4 bâto'n'arcisse+ Utilisation du bracelet d'abondance]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 3261
Expérience : 10563
Masculin

MessageSujet: Re: Atelier des sculpteurs   Jeu 14 Juil 2016 - 17:29

Rapport de fabrication :

Yuli fabrique 4 bâton'n'arcisses + 1 bâton doublé grâce au bracelet d'abondance. Elle remporte également 20 points de métier !

Remarques sur le RP : Rien à dire ! Tu passes Expert.

A bientôt pour de nouveaux crafts !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuli Sibly
Muse noyée



Messages : 270
Expérience : 2273
Féminin Âge RP : 14 (20 d'apparence)

Politique : 73
Métier : Sculptrice - Maîtresse Absolue
Titres:
 

(Pieuvre de Yuli +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
2232/2232  (2232/2232)
Vitesse: 892
Dégâts: 622

MessageSujet: Re: Atelier des sculpteurs   Mar 26 Juil 2016 - 0:37

Yuli devait fabriquer 3 bâtons dans le but de les mettre en vente dans la boutique de monsieur Auly Vandeurse.

Elle alla donc se placer dans l'atelier, parce que ça ne requiert pas autant d'habilité qu'au combat, et y parvint de façon miraculeuse sans que rien ne lui barre la route. (Fort heureusement, les feuilles étaient censées tomber un peu plus tard dans la saison, sinon, nul doute qu'une d'entre elles auraient eut raison de la vie de cette sombre idiote)

C'était une après-midi agréable, et tranquille, ennuyeuse aussi. Mais cela ne dérangeait pas Yuli, ou si ça le faisait, c'était tan pis pour elle, la fabrication de bâtons était la seule chose dans laquelle elle brillait. Et encore, tout est relatif.

Durant son travail manuel, un étrange et très obscure évènement survint néanmoins ! C'était un castor, un castor en plein atelier ! L'animal était passé par on ne sait où, et se tenait face à l'Abyssale, sa queue martelant le sol avec impatience. Il fila, et la petite prit ceci pour une invitation à le suivre. (ce qui était bien entendu un concours de circonstances, mais l'apprentie n'en était plus à ceci près sur l'échelle de la bêtise) Elle enjamba les outils, se réceptionna plus ou moins bien, et poursuivit la bestiole jusqu'à dehors, où celle-ci se retourna pour dévisager la petit fille avant de reprendre sa route. Yuli n'abandonna pas sa quête fantasque, futile, et continua à avancer, jusqu'à l'orée des bois, où elle vit sa cible disparaître dans un terrier avec une rapidité déconcertante.

Me demanderait-il de le suivre dans ce terrier ? Les castors habitent-ils dans des terriers ? Non bien sur que non, sauf pour hiberner, mais bon, on va pas chipoter. Peut-être que c'est là une porte vers un monde empli d'aventures, de rêves et de.. oh ! Je cours, je vole, telle une fleur de tournesol.

Elle releva sa robe pour prendre de l'élan, courut très très vite, et se précipita dans le trou. De façon très logique, elle ne fit que se heurter violemment la tête, se la coincer dans ce trou, et en plus effrayer ses habitants qui la mordirent de leurs petites dents. Nécromignon se frappa la tête de la paume de sa queue face à tant d'idiotie.
La petite sorcière mit du temps à ressortir de cette impasse, qui, pour elle était d'une difficulté aberrante, et quand elle y parvint finalement, elle rit de sa propre bêtise. Comme quoi, on peut toujours grimper plus haut dans le vaste escalier qu'est la stupidité.

Elle fabriqua donc ses bâtons durant l'après-midi, un peu en retard à cause des déambulations, parce que c'était son but. Et par un miracle qui ne pouvait tenir que de l'intervention divine de la plus haute divinité, elle réussit ! Et vu qu'il fallait bien fêter ça, elle s'acheta une pomme en sortant, mais manqua de s'étouffer avec les pépins.


[Fabrication de 3 Bâto'n'arcisse]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 3261
Expérience : 10563
Masculin

MessageSujet: Re: Atelier des sculpteurs   Mer 3 Aoû 2016 - 13:54

Rapport de fabrication :

Yuli fabrique 3 bâton'n'arcisses et 15 points de métier.

Remarques sur le RP : Rien à dire !

A bientôt pour de nouveaux crafts !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dragnizzo
Personnage décédé

Personnage décédé


Messages : 1706
Expérience : 4000
Masculin Âge RP : 34

Politique : 00
Métier : Sculpteur - Maître (MAX)
Titres:
 

(Chien commun +80, v+50)

Stats & équipements
Vitalité:
1980/1980  (1980/1980)
Vitesse: 923
Dégâts: 1940

MessageSujet: Re: Atelier des sculpteurs   Mer 24 Aoû 2016 - 20:18

Dragnizzo posa le bois sur son atelier de travail et commença la commande de Nova. Sciant le bois en trop, ponçant les parties rugueuses.. Des tas de manœuvres précises et complexes qui duraient pendant des heures. La massue qu'il fabriquait allait être comme celle que Nova possédait déjà. Un monstre capable d'écraser les ennemis les plus puissants.

L'arme était enfin finie. D'un bois noir brûlé, cette dent de Dragon allait faire plaisir à l'orc qui avait une préférence pour les armes lourdes et contondantes.

- Allez, j'ai bien mérité une sieste maintenant..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 3261
Expérience : 10563
Masculin

MessageSujet: Re: Atelier des sculpteurs   Ven 26 Aoû 2016 - 11:32

Rapport de fabrication :

Dragnizzo fabrique 1 masse gargantuesque.

Remarques sur le RP : Rien à dire !

A bientôt pour de nouveaux crafts !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuli Sibly
Muse noyée



Messages : 270
Expérience : 2273
Féminin Âge RP : 14 (20 d'apparence)

Politique : 73
Métier : Sculptrice - Maîtresse Absolue
Titres:
 

(Pieuvre de Yuli +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
2232/2232  (2232/2232)
Vitesse: 892
Dégâts: 622

MessageSujet: Re: Atelier des sculpteurs   Mar 6 Sep 2016 - 23:48

Une cigarette roulée tomba aux pieds d'un Technophile très spécial; Junga était son nom. Il parcourait Dùralas depuis seulement quelques semaines, accompagné de son fidèle destrier, un magnifique étalon blanc du nom de "Bourrasque". Longtemps il avait été esclave d'une famille de vampires, oui, il avait vécu le fouet, le drain de sang, les coups et les tortures. Il avait enduré tout ça durant un temps qu'il ne saurait préciser. Toute sa vie ? Peut-être. Mais désormais il était libre. Les chasseurs de vampires avaient fait leur travail avec efficacité, réduisant ses geôliers en charpie, à l'état auquel toutes ses sangsues à aspect humain devraient être réduites en fait. Ouais, mon gars, il y a rien de bon dans une race qui peut vivre éternellement, déjà que les hommes deviennent facile des trous du cul en l'espace d'un quart de siècle, vas imaginer ce qu'on peut devenir en plusieurs.
Il écrasa sa clope avec fermeté, d'une botte en peau de Duggueur. Depuis sa libération, il avait découvert qu'il possédait des dons que la plupart des gens ne développaient pas. Personne ne savait manier une arbalète et tuer des rats avec, personne ne maniait avec aisance une épée pour servir de cible à un maître cruel, et personne n'avait soif de vivre comme lui. Ouais, il avait envie de vivre ce qu'il n'avait jamais vécu; la Liberté totale.

Il avait commencé par braquer une petite ville au Nord de Spelunca, un coin paumé peuplé de pecnos et de consanguins qui lui avaient offert Bourrasque et de quoi continuer son voyage jusqu'à une autre ville. Il n'avait nullement prévu de devenir voleur, mais c'était assez simple à faire ces petits braquages, et puis quand il trouverait son El Dorado, il arrêterait. Ensuite, il n'avait fait que piller, sans jamais tuer toutefois, ce privilège est exclusif aux Dieux. (Sauf en ce qui concerne les vampires, s'il en trouvait un, il lui montrerait comment un feu de camp se faisait)

Maintenant, son chapeau sur la tête, il admirait la ville d'Ishtar. Ville moyenne, côtière, vivant essentiellement de la pêche et de ses commerces touristiques. Un bon coin de paradis dans lequel il comptait couler le restant de ses putains de jours. Ouais, se payer une maison, un truc tranquille, qu'il allait payer avec un travail, ou en devenant chasseur de vampires... qui sait ? Il claqua des talons sur les flancs de son cheval, et ils galopèrent jusqu'à la ville.

Au même moment, une assassine du nom de "Minx" se dirigeait vers la même destination, jouant avec son pistolet technophile. Des proches de la famille de vampires voulaient récupérer un esclave, "propriété de la famille, patati patata", personnellement, tant qu'elle était payée pour se servir de ses canons, elle s'en foutait pas mal. Elle ricana en apercevant sa cible; un noir du nom de Junga, plutôt sexy avec ses vêtements en lambeaux et ses allures de hors-la-loi. Elle pointa son arme sur sa silhouette et fit mine de tirer.
"Piiiiiooooouuu, bébé. Elle tomba sur les fesses, riant à gorge déployée, ses deux couettes violettes valsant au gré du vent. Elle sentait une urge de violence terrible, ça allait être chouette. En sautillant vers la petite ville, elle activa son robot de recherche, un petit singe à la bouche emplie de vis rouillées. Comment ? Je devrais arrêter mes activités criminelles, me trouver un travail décent et un mari ? Poauahahahah tu es hi-la-rant Monsieur le Singe mécanique, et puis je préfère les gonzesses. VAS-Y ET FAIS TOUT PETER !"

Pendant qu'une potentielle catastrophe était en train de naître et de croître plus vite qu'une colonie de tiques, Yuli était occupée à fabriquer sept bâtons, pour la nouvelle classe des mages de l'Académie. C'était un grand honneur que d'avoir été choisie par une telle école pour forger leur bâtons, même si ce n'était que ceux des nouveaux apprentis, c'était déjà ça ! La petite sorcière était tous sourires tandis qu'elle travaillait, vêtue d'une robe en soie rouge, ses cheveux bleus ondulant légèrement sur sa peau translucide animée d'un bel éclat rosé. Nécromignon travaillait lui aussi en compagnie de Mog à apporter à Yuli le bois nécessaire.
Ils travaillèrent avec ardeur toute l'après-midi, taillant, sculptant, mesurant et coupant. C'était un exercice reposant qui permettait à la Sorcière de travailler sur son de télékinésie en faisant léviter occasionnellement un outil jusqu'à elle, ou en incisant le bois avec. (Cette dernière partie révélait parfois ses limites dans une coupure accidentelle à quelqu'un dans la salle)

Une fois qu'elle eut terminé, elle présenta le fruit de son labeur à Auly Vandeurse qui inspecta méticuleusement toutes les créations sans omettre aucun détail.
"Hum.. ça me semble tout à fait digne d'être envoyé à l'Académie. Excellent ! Tu as fait de nombreux progrès petite Sibly." Il emballa soigneusement les bâtons et les entreposa dans un étui avant de le tendre à l'Abyssale. "Vas donc les porter au cocher qui devrait se trouver à l'hôtel de ville". Elle partit sur le champ.
"IL EST OUUUUUUUU ?! Minx jeta un garde au sol d'un coup de pied avant de l'achever d'un tir dans la tête, son crâne vola en éclat, faisant s'enfuir bon nombre des gens présents sur la grande place de l'hôtel de ville. Elle hurla de rire avant de descendre quelques autres personnes assez malchanceuses pour tomber sous son viseur. Deux gardes s'avancèrent, avant de déposer les armes.
- Cessez le feu ! Cessez le feu ! De qui parlez-vous ?
- Oh... j'aurais dû commencer par ça. En effet, c'est gênant du coup. Je cherche un homme, noir, canon, la trentaine. Il est arrivé ici sur... Une voix rauque suivit du sifflement d'une flèche lui répondit.
- Sur un étalon du nom de Bourrasque. Ouais. C'est moi. Minx avait esquivé le coup avec une agilité phénoménale et courrait désormais sur le mur d'une maison alentour en regardant avec violence sa cible.
- Salut, et, oh ! Au revoir !"Elle dégaina son pistolet à énergie bleue et une salve colossale vola en direction de l'ex-esclave.
Si un bouclier d'eau ne s'était pas formé autour de Junga, il aurait été anéanti par l'attaque de l'assassine. Celle-ci se laissa retomber au sol et observa avec un sourcil levé l'homme, il avait encore les bras protégeant son visage, et il semblait tout aussi surprit qu'elle. Une petite fille s'approcha en sautillant.

- Vous n'êtes pas très gentille, vous... La voix fluette de Yuli avait quelque chose de menaçant, mais Minx n'en avait cure, elle se mit à rire.
- Toi... ? AHAHAHA. Une gamine ? Mais à peine avait-elle fini sa phrase que Yuli fendait le ciel, portée par un pilier de glace avant de bondir sur la Technophile une boule d'énergie bleue dans chaque main. Si la tueuse n'avait pas dégainé son énorme canon hydraulique et tiré en direction de la sorcière, elle aurait été prise dans une prison de glace. Waouh ! Pas mal du tout ! J'aime le style, je vais te tuer comme il se doit petite ! Elle porta la main à sa ceinture pour en sortir une tourelle, mais le temps sembla comme se figer.
L'enfant face à elle ricana, ses yeux s'illuminant d'un éclat rouge, et Minx fut projetée quelques mètres en arrières, elle se réceptionna néanmoins assez facilement. Quand elle releva la tête,  la place de l'hôtel était déserte et une maison menaçait de s'écrouler suite au tir de son canon. Elle dégaina une dague, qui s'imprégna d'énergie bleue avant de produire le menaçant son électrique qui lui était propre; il suffirait d'un seul coup... Où était donc passée la fillette ?
- Juste ici ! Derrière elle, une voix ! Elle se retourna, passant sa dague entre ses doigts dans le but de la lancer, mais son coup loupa complètement. La voix de la gamine était trop intense, chacun de ses mots ordonnait à son corps de se rendre. Yuli ne mit pas longtemps avant de revenir vers son ennemie, flottant dans les airs, les yeux teintées d'une lumière surnaturelle. Elle leva les deux mains et une énorme vague jailli du sol avant d'emporter la tueuse contre un mur non loin.
Lorsque Minx se réveilla, elle était dans un cachot. Merde, la petite avait de la ressource... ! Héhéhé ! Mais elle reviendrait... oui oui M'sieur !

Yuli aida Junga à se relever.
- Tout va bien Monsieur ? Fit-elle poliment. Ce simple geste émerveilla l'individu, et il lui décocha un sourire en coin et un clin d’œil.
- Oui, grâce à toi. Les enfants sont-ils tous aussi puissants que toi par ici ? Fit-il avant d'éclater de rire. Face au visage surpris de son interlocutrice, il poursuivit. Désolé, l'adrénaline, l'humour c'est pas mon point fort... je reviens de loin. Dis-moi, ce truc que tu as posé à côté de moi, ce sont des bâtons hein ? J'aimerais apprendre à les fabriquer, tu peux me montrer ?
- Seulement si vous me promettez d'apprendre à jouer de votre instrument là. Elle pointa son harmonica, qui lui pendait au poignet. Il accepta avec joie.
Lorsque Yuli revint chez Auly Vandeurse, elle avait acquis une nouvelle paire de mains pour le magasins et redonné espoir à un homme. Et tout ça en une seule journée !


Fabrication de 7 bâto'n'arcisses ! Petite note ici bas :
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 3261
Expérience : 10563
Masculin

MessageSujet: Re: Atelier des sculpteurs   Ven 9 Sep 2016 - 13:42

Rapport de fabrication :

Yuli Sibly fabrique 7 bâton'n'arcisses, gagne 35 points d'expérience.

Remarques sur le RP : Rien à dire ! Tu passes Maître sculptrice !

A bientôt pour de nouveaux crafts !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leigli Delnoch
Habitué(e) du pays

Habitué(e) du pays
avatar

Messages : 299
Expérience : 1263
Masculin Âge RP : 23

Politique : 04
Métier : Bûcheron - Novice (10)
Titres:
 

(Cernunnos, Cerf royal de Leigli +300, v+200)

Stats & équipements
Vitalité:
1665/1665  (1665/1665)
Vitesse: 299
Dégâts: 354

MessageSujet: Re: Atelier des sculpteurs   Sam 17 Sep 2016 - 17:16

Il faisait beau. Presque trop beau. En effet, le jeune homme avait toujours préféré l'hiver, le froid, les frissons, la sensation d'un vent frais laissant sur sa peau imberbe un souvenir glacé. Leigli Delnoch soupira. D'après les dires des cartes, des panneaux d'affichage, et des gens qu'il avait croisés, il était au sud du royaume. Irtarde, ou un nom semblable, était la ville dans laquelle il s'était senti obligé d'entrer. Il n'avait rien à y faire, ne voulait rien y faire. Que voulait il finalement ? Cette question mentale le fit soupirer à nouveau. Oui, que voulait il ? L'image d'Hort et de Lidya s'insinua devant ses yeux. Oui, la vengeance. Le souvenir cruel et fugace d'un bébé estropié, les yeux bleu grands ouverts, fixant son meurtrier le fit frémir. Oui, la paix. Finalement, un visage pâle, souriant, les yeux faiblement ouverts prit le relais. Leigli sourit pensivement. Oui, le bonheur. Puis les détails se profilèrent dans son esprit. La sueur de la souffrance collant les cheveux sublimement roux sur le front de sa dulcinée, le filet de sang coulant de la commissure de ses lèvres, son nez tremblant, en quête d'un air dont il ne retrouverait plus la délicate tendresse. L'Albus s'arrêta. Il semblait se trouver dans une petite ruelle déserte, ce qui lui convenait. Il tendit fiévreusement son bras gauche afin de s'agripper au mur. Oui, il voulait la paix heureuse, mais la vengeance ne cessait de brouiller son désir. Il ferma les yeux. Cela ne faisait que quelques semaines -ou mois?- qu'il errait, perdu dans un monde où il n'avait rien à faire. Pourquoi était il ici ? Pourquoi vivait il ? Pour quelles raisons Hazrile ne l'avait pas achevé ? Comment avait il échappé aux recherches d'Hort, et surtout de Lidya ? Comment ce couple infernal avait pu rater un cavalier seul, éperdu ? Pourquoi Hort avait lancé cette attaque sur Razlack ? La réponse à cette question était évidente. Un fils Albus détrônerait Hort, arrachant sa vie hérétique de ce monde, telle une épine incrustée dans la peau. Mais pourquoi n'avait il pas profité pour assassiner l'héritier, qu'il savait affaibli après son épreuve de magie ? Satané Hexus, que Lanos décroisse de cette fichue énigme ! Pourquoi diable était il encore en vie alors qu'il avait tout perdu ?!

Pivotant sur ses talons, Leigli assena un coup de poing au mur, jurant contre Hazrile et ses prophéties, contre Hort et sa trahison, contre Lidya et sa cruauté, contre ce monde et l'absurdité du destin, et surtout contre sa propre stupidité. Ce monde allait le rendre fou s'il persistait à le repousser. Soupirant, le jeune Albus inspira douloureusement. Il devait faire quelque chose. Ne pas laisser sa passivité le contrôler, ne pas reproduire Deeze. Trouver une raison de vivre serait la solution. L'idée d'oublier Camis lui était insupportable, et pourtant il savait que c'était l'une des clés de sa présente mélancolie. Soupirant profondément, le jeune homme se remit en marche, parcourant la ruelle qui montait désormais. Il était presque Hexus tru Lano gni, autrement dit midi. Leigli sentit son ventre grogner plus bas, et il le fit taire d'un grognement. Alors que les bruits caractéristiques des affairements citadins envahissaient les oreilles de l'Albus, ce dernier se fit la remarque que sans argent, il ne pourrait pas survivre. Depuis son Transfert, il n'avait fait que chasser ce qu'il pouvait, et boire ce qu'il volait. Cette condition ne pouvait plus durer. D'une part, l'héritier d'un grand royaume ne pouvait vivre ainsi, mais surtout, Leigli détestait voler. Son sens aigu de la justice était trop fort pour qu'il puisse continuer à perdurer ainsi. Débouchant finalement sur ce qu'il semblait être l'une des rues principales de la ville, le jeune homme laissa passer une personne en tablier de cuir, le visage bourru, les bras musclés contrastant avec son petit cou. Cette personne semblait pressée. Sans plus s'en inquiéter, il contempla un instant les charrettes rouler lentement, les petites gens courir ici et là, dans un tout comparable à une fourmilière en état de choc. C'était amusant. L'Académie Tarya avait souvent été semblable, bien que les accoutrements des personnes présentement devant lui étaient ridicules face à la beauté des robes des mages. Secouant la tête alors que son ventre tiraillait son esprit, le mage rejoignit l'activité de la ville, en quête de quoi que ce soit lui permettait de gagner de l'argent.

Finalement, Leigli déboucha sur une rue qui s'élargissait. Avec un étonnement et une curiosité marquée, il s'engouffra dans cette sorte de place de marché. Dame Chance lui souriait alors enfin. C'était la place des boutiques. Il n'avait certes pas d'argent, mais sans doute pourrait il travailler... Il aperçut l'homme de plus tôt tapant sur un bout d'acier rougeoyants. Leigli fit la grimace. Il ne supporterait jamais la chaleur du métier de forgeron. Pouah, non pas ce métier, que ferait il avec des épées en plus ? Non. Mineur ? Non plus, vivre sous terre l'avait toujours mis mal à l'aise. Et puis encore cette chaleur... Non, pas mineur. Dans le même style, il voyait des fourrures accrochées à des  panneaux. Non plus, il était mauvais archer, et même s'il se débrouillait à l'épée de par son entraînement forcé, jamais plus il ne voulait se servir d'armes en aciers ou quelque métal dans le genre. Un sourire apparut sur son visage alors qu'il voyait de grands bâtons suspendus sous l'effigie d'une grande sculpture en bois, représentant une sorte de dragon. Il s'y dirigea rapidement. Sculpteur. Il ne rêvera pas de ce métier, mais après tout... Il pourrait peut être s'y plaire. Pénétrant dans l'antre de ce magasin, il apprécia immédiatement la fraîcheur y régnant. Il salua rapidement le commerçant qui, déjà, le hélait d'une voix sympathique, mais qu'il savait hypocrite.

« Holà m'sieur l'voyageur ! Que j'peux faire pour vous ? Il cherche une p'tiote d'arc ? P'tête qu'il préfère des ch'tiotes bottes ? Il o pô l'air de vouloir d'la massue... Qu'est c'que vous voudriez p'votre bonheure m'sieur ? »

Huf, coup au moral pour le jeune Albus. Le gros bonhomme devant lui avait l'air sympathique en effet, mais son haleine... Diantre que son haleine empestait l'air, et pourtant il se trouvait bien à une demi-dizaine de mètres de lui ! Leigli hésita un instant avant de prendre la parole.

« Lanos à vous, Sire. Je ne viens pas ici pour acheter, je ne suis guère riche malheureusement. Êtes vous le fabriquant de tout cela ? »

La réponse ne se fit pas attendre. Dès lors qu'il ait annoncé ne pas pouvoir payer, une lueur mauvaise avait hanté les iris de l'homme. Grommelant, il avait cependant désigné une porte en arrière boutique, retournant à ses livres en ajustant ses lunettes. Et bien, quel désagréable personnage ! Leigli poursuivit son chemin dans la boutique, toquant doucement à la porte désignée par le commerçant et ouvrit lentement. À l'intérieur se trouvait un second homme, vieux, qui se tourna vers le nouvel entrant. Son visage était plus doux. Il était assis à un bureau sur lequel il dessinait en silence. Leigli ferma la porte et positionna simplement la main droite sur son cœur, paume tournée vers le haut. Geste salutaire infiniment respectueux sur Palarandra, il s'étonna de sa stupidité. L'homme était étonné de ce salut, et l'Albus se maudit. Evidemment qu'il ne pouvait connaître cela. Leigli toussota et entreprit d'entamer un léger discours, mais le vieil homme le prit de court.

« Et bien et bien... Tu n'es pas d'ici, ou alors je suis trop vieux pour mon métier. Je suppose que si tu es entré ici, c'est pour commander une sculpture bien spécial ? C'est ce que le monsieur derrière a l'habitude de faire... J'ai peu de temps, mais bon, voyons donc. Que veux tu, jeune homme ? »

Leigli sourit doucement. Il aimait bien cet homme. Le soupir d'agacement du vieil homme en parlant du commerçant y était sans doute pour quelque chose. Leigli laissa tomber sa main droite le long de son corps, et prit doucement la parole.

« Bonjour, et excusez moi de mon entrée impolie. Je ne suis pas d'ici en effet, à vrai dire c'est la première fois que je viens à Irtarde. Je suis Leigli Delnoch, et je chercherai un travail. Peut être que je pourrais vous aider dans le vôtre ? Je ne sais pas sculpter, mais j'apprends vite. Si je puis vous décharger de ce qui semble vous accabler, alors peut être pourrons nous négocier ? »

C'était un coup de poker. Dans ce genre de cas, autant aller droit au but avait souvent remarqué Leigli. Il n'aimait pas l'hypocrisie ni le mensonge, alors tant qu'à faire.. Le vieil homme sembla soulagé de l'entendre, ce qui mit l'Albus dans de bonnes dispositions. Peut être allait il bientôt manger finalement...

« Ishtar, jeune homme, tu es à Ishtar. Bon Leigli, je ne vais pas te mentir, j'ai réellement besoin d'un assistant, mais ton inexpérience peut me coûter cher, et le gros monsieur de l'autre côté de cette porte apprécierait guère le fait que tu pourrisses son entreprise. Je ne puis te prendre en tant qu'apprenti, bien que j'en aie cruellement besoin. Cependant, je vais t'apprendre les rudiments de base. Tu feras un bâton de mage, car c'est ce qui reste, à mon avis, le plus simple. Les arcs nécessitent un calcul d'angle précis, les masses demandent de la résistance... Alors que les bâtons tu peux bien en faire ce que tu veux. Bon.. Tiens l'argent, car je suppose que tu es aussi fauché que moi dans ma jeunesse. Achètes 31 bois de sureau à côté, et rejoins moi dans le jardin derrière la maison, en évitant qu'Ardo ne te voit. Allez files, je n'ai pas le temps ! Ah au fait, gamin, je m'appelle Helyn. »

Leigli hocha la tête durant le discours du vieil homme. Il lui sourit et sortit rapidement de la boutique, ignorant au passage le regard noir du commerçant du nom d'Ardo. Traversant la rue toujours aussi bondée, il acheta le bois nécessaire comme avait prescrit Helyn. Un tour de main, une bourse contre un papier, et le bois était livré. C'était bien la première fois que Leigli achetait quelque chose lui même. Un des avantages, ou inconvénients, de la vie royale. Traversant de nouveau la rue, il se faufila dans le jardin, sautant par dessus la barrière bloquant le passage.

Helyn se trouvait devant lui, les bras croisés, la pipe à la bouche. Désormais à la lumière, Leigli put discerner les traits de cet homme. Des cheveux mi longs, s'arrêtant autour de sa mâchoire, créant une sorte d'halo gris autour d'un visage marqué par le temps. Il avait des cernes profondes, délimitant parfaitement ses yeux d'un bleu glacé. Leigli sourit. Quand il serait vieux, il aimerait être ainsi. Ne pas se soucier des apparences, et vivre simplement du peu de talent qu'il possédait. Helyn n'attendit pas plus longtemps avant de se mettre à l'apprentissage du jeune homme. Ce dernier écouta avec attention le vieil homme. Distinguer le bon bois du mauvais, savoir celui à tailler plutôt que celui à tordre. Complexe art qu'était la fabrication d'un bâton. Alors que Leigli se penchait sur l'atelier afin d'entamer sa première œuvre, Helyn lui assena un coup dans le dos avec un des bâtons. Un petit coup, mais qui fit réagir l'Albus. Helyn marmonna que ce n'était pas des conditions de travail. Leigli baissa les yeux et comprit immédiatement ce qu'il voulait dire. La moitié des outils n'étaient pas lavés, la plupart du bois était éparpillé ci et là... Leigli hocha la tête et entreprit de ramasser le précieux bois, le rangeant par taille dans un coin, classant les outils puis les lavant minutieusement. Quand il jeta un coup d’œil à Helyn, il remarqua que celui ci dormait, la pipe manquant de tomber à tout instant. Le jeune homme eut un petit rire en le voyant ainsi. N'attendant pas son réveil, il se redirigea vers l'atelier. Se saisissant alors du couteau servant à couper net un bout de bois, Leigli entreprit d'enlever l'écorce ainsi que le nœud du morceau qu'il jugeait le plus apte à servir de tête au bâton. User d'un outil pour un usage différent de celui pour lequel il est prévu peut s'avérer dangereux. Alors qu'il s'acharnait sur le nœud, le couteau glissa et faillit de lui couper la main, ne touchant que le dessus de la main. Poussant un cri de surprise, et de douleur, Leigli recula, la main gauche tremblante sous la blessure qui recouvrait déjà sa main de sang. Helyn sursauta et, se réveillant instantanément, se précipita vers l'apprenti, lui saisissant la main. Grommelant de la stupidité de la jeunesse, il l'attira brutalement vers la fontaine, dans laquelle il plongea la main meurtrie. Leigli dut se retenir de gémir, sa main douloureuse. De longues minutes plus tard, il avait recouvré sa main bandé. Elle était faible, mais au moins avait il appris la leçon. Helyn aussi avait appris. Ne jamais laisser un apprenti seul. La suite de l'après midi se passa sans accroc, si ce n'est les gargouillements perceptible du ventre de Leigli. Helyn ne fit aucune remarque, comprenant rapidement la situation du jeune homme.

Alors que le soleil tombait, Helyn poussa un grand « Bon ! » avant de se relever. Il déclara qu'ils avaient trop traîné, et qu'il était trop tard pour finir le bâton ce jour ci. Il attira Leigli à l'intérieur sans écouter ses contestations. Leigli mangea ce soir là avec son maître de métier un dîner qui lui rappela les palais de Palira. La nourriture était bonne, bien cuisiné. Il remercia profondément le vieil homme, pour sa main, pour son aide et pour son hospitalité. Helyn fit un mouvement de la main, intimant au jeune homme d'aller se coucher. Avant de monter à l'étage, Leigli put voir un large sourire sur les lèvres du vieil homme. Il interpréta ce dernier comme de la fierté. Helyn avait il un fils ? Ou en aurait il voulu un ?

Le lendemain, Leigli fut réveillé par le chant des coqs. La ville avait peut être des atouts... Se levant rapidement, il descendit doucement, se demandant si Helyn était debout. Il s'avérait que oui, le vieil homme déjeunait tranquillement à la même table que la veille. Leigli le rejoignit rapidement et lui souhaita le bonjour, attrapant une miche de pain et la grignotant lentement. Helyn lui exposa le programme. Ce matin, ils finiraient ensemble le bâton, et Leigli s'en irait. Helyn lui assura qu'il pourrait revenir utiliser son atelier quand bon lui semblerait, si c'était uniquement pour son propre intérêt. Leigli ne comprit pas cette condition, mais ne posa aucune question, remerciant le vieil homme. Ils sortirent peu après, reprenant sous le soleil levant la fabrication de l'arme. Helyn aidait sans arrêt Leigli et sa main handicapée. Au bout de deux heures, le bâton ressemblait enfin à quelque chose. Un long manche, l'extrémité du bas recouverte d'une boule de cuivre donnée par Helyn donnait un aspect solennel au bâton alors que l'extrémité haute de celui ci n'était pas encore fait. Helyn tint à faire lui même la fin, déposant sa marque sur l'arme qu'utiliserait l'Albus dans les semaines/mois à venir. Celui ci le regarda durant environ une heure, alors que le vieil homme passait régulièrement de petits couteaux fins à des espèces de boules en métal servant sans doute à limer ou arrondir un angle. Leigli ne savait pas, néanmoins, ce que faisait le vieil homme était intéressant. Aucun geste au hasard, aucun coup de couteau aléatoire comme lui l'avait fait la veille. Cet art était si précis que Leigli se sentait de relever le défi. Oui, il allait être un sculpteur. Alors que midi approchait, Helyn acheva le bâton. La tête de celui ci représentait une sorte de hibou. Ce dernier se tenait sur ses pattes, les ailes repliées contre le corps, et la tête ronde était haute, imposante. Les détails des plis, des yeux, du bec étaient impressionnants. Leigli, des étincelles dans les yeux, se saisit du bâton en silence, fixant avec admiration le hibou se tenant fièrement sur une extrémité qu'il saurait rendre menaçante. Helyn grommela fortement et agita ses mains. Il semblait râler et prétendait que Leigli l'encombrait, qu'il avait du travail à faire, et qu'il lui prenait un temps précieux. L'Albus voulut le remercier, mais le sourire sur le visage du vieil homme n'admettait aucun remerciement. Il était tout aussi heureux que le jeune homme. Alors qu'Helyn raccompagnait le prince héritier d'un autre royaume, Leigli admirait le bâton qu'il tenait dans sa main droite. Il était réellement magnifique. Helyn poussa le jeune homme dehors et lui intima de dégager le passage. Leigli pencha la tête, remerciant en silence le vieil homme, et partit dans la rue toujours aussi bondée malgré l'heure du midi, se promettant de revenir voir Helyn.


[Création d'un bâton n'arcisse pour mon propre usage. L'or donné par Helyn n'est qu'un prétexte pour justifier l'or que possède Leigli en arrivant sur Dùralas.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 3261
Expérience : 10563
Masculin

MessageSujet: Re: Atelier des sculpteurs   Sam 24 Sep 2016 - 22:34

Rapport de fabrication :

Leigli fabrique 1 bâton'n'arcisse, gagne 5 points métier et 15 points métier bonus.

Remarques sur le RP : Rien à dire ! Ceci dit le bâton ne sera équipable qu'à partir du niveau 5.

A bientôt pour de nouveaux crafts !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leigli Delnoch
Habitué(e) du pays

Habitué(e) du pays
avatar

Messages : 299
Expérience : 1263
Masculin Âge RP : 23

Politique : 04
Métier : Bûcheron - Novice (10)
Titres:
 

(Cernunnos, Cerf royal de Leigli +300, v+200)

Stats & équipements
Vitalité:
1665/1665  (1665/1665)
Vitesse: 299
Dégâts: 354

MessageSujet: Re: Atelier des sculpteurs   Jeu 29 Sep 2016 - 13:42

Ishtar. Une ville côtière, ou plutôt pourrions nous dire un village adjacent à la mer. La mer. Une entité obscure, étendue et mystérieuse bien que magnifique, rayonnante, et infiniment grande. C'était tout de même impressionnant de remarquer qu'une si petite ville pouvait, malgré sa petitesse relative, attirer tant de personnes. Paysans, artisans, aventuriers, nobles,… Tous passaient par l'allée principale, semblant rejoindre la civilisation telle une fourmilière accueillante. Chaleureuse société humaine qui semblait pourtant ronger peu à peu les sentiments et sensations purement humaines et bénéfiques. Dommage, pensait l'Albus en regardant cet horizon bleuté qui lui faisait face depuis près de deux semaines. Son bâton à ses côtés, il ne savait que faire. Partir à nouveau à l'assaut de la chaleur ardente du désert, ou bien rester, en quête de paix et de silence ? D'aucuns auraient dit que c'était illogique. Rejoindre la civilisation pour disparaître, plutôt que d'aller au fin fond d'un désert pour chercher à vivre. Et pourtant, la mélancolie de l'Albus pesait dans cette pensée. Que faire dans un monde où seul les mots qu'il prononçait étaient compris ? S'adapter. L'adaptation. Il eut un léger sourire à cette pensée. Comment se fondre dans un univers dont il ne comprenait rien ? C'était sans doute la pire épreuve pour un scientifique. Tomber dans un monde où les lois qu'il connaissait, qu'il avait établies, apprises, ne s'appliquaient plus. Il savait qu'il devrait se lancer dans des recherches, découvrir ce monde, l'étudier, en faire le sujet asservi de ses réflexions. Mais, quelle base adopter ? Sur Palarandra, la base fut Mayline, puis Hort. Ici… Y avait il eu une Mayline ? Un Hort ? Quelque chose ou quelqu'un avait il déjà effectué des sciences ? Leigli soupira. Il était bien loin d'atteindre ses projets scientifiques les plus fous. Il manquait de matériel, d'argent, de compréhension. Une chose ne lui manquait pas. Le temps. 300 cycles de Lanos. Le Transfert autorisait un retour qu'après 300 cycles de Lanos. Mais bon sang, quel était le coefficient ajustant les cycles de Lanos aux cycle du jour et de la nuit ?

Grommelant doucement, Leigli se leva. Il avait le temps, n'était ce pas ce qui comptait dans l'instant présent ? Relativiser. Il devait, il se devait de relativiser. Ruminer sur son départ précipité et contre son gré de Palarandra ne servirait à rien. Il avait du temps sur cette terre, et il s'en servirait. Première étape, trouver de l'argent. La compréhension viendrait avec le matériel, le matériel, avec l'or. Il saisit son bâton et sourit largement. Et l'or viendrait avec le temps et le travail. L'Albus savait travailler, et travaillerait. Helyn lui achèterait ce qu'il sculpterait, il lui avait lui même annoncé. Travailler avec le temps dont il disposait, puis gagner suffisamment d'or pour avancer dans ses projets. Décidé, Leigli tourna les talons, quittant l'océan du regard afin de se diriger vers la ville. L'avancée vers la civilisation et son recul de l'isolement naturel. Finalement, tout était parfaitement logique.

L'atelier de Helyn était libre. Sautant la barrière empêchant habituellement aux intrus de passer, Leigli pensa qu'il lui faudrait tout de même un atelier à lui, un jour. Un atelier auquel il aurait seul droit d'accéder et de travailler. Un jour, il aurait cet atelier. Il se dirigea rapidement vers la cabane qu'Helyn gardait pour ses réserves de bois. Dans un coin, le bois réservé à Leigli était proprement entassé. Maniaque, le vieillard. Une petite enveloppe était déposée devant le petit tas. Souriant, Leigli s'en saisit et l'ouvrit sans attendre. Une petite lettre y habitait. Il la prit et la lut rapidement.

« Bonsoir, gamin. Ou bonjour, si tu t'es enfin décidé à faire quelque chose au lieu de bayer aux corneilles toute la journée devant des foules de gens, ou devant l'océan. Bon dieu d'où tu viens, gamin ? Au moins, si tu lis cette lettre, j'ose espérer que c'est pour travailler. Voilà quelques bois qu'il me restait. N'en prends pas, c'est juste une réserve pour m'assurer que tu ne sombres pas dans le gouffre économique de ce monde. Prends plutôt l'argent qu'il y a dans cette enveloppe, et vas donc acheter 62 bois de sureau. Tu m'en fais deux beaux bâtons bien solides, et tu as intérêt à ce qu'ils soient utilisables. Que fais tu encore là ? Quand je te dis d'aller du bois, tu vas acheter du bois ! Allez, files gamin ! »

Leigli eut un petit rire en lisant la lettre. Décidément, cet homme était spécial. Sans doute qu'il voyait en l'Albus un investissement, mais ce dernier n'y croyait pas. Il était persuadé que l'affection du vieillard était sincère. Se saisissant de l'argent, Leigli sortit de la cabane, sauta à nouveau la barrière et se dirigea de l'autre côté de la rue, dans la boutique des bûcherons. En moins d'une demi-heure, il disposait de 62 bois de sureau aux pieds de la fontaine de l'atelier d'Helyn. Leigli se gratta légèrement la tempe. Deux bâtons ? La dernière fois, il n'en avait fait qu'un seul, et avait failli se couper un doigt… L'apprenti passa en revue les différents outils du vieil homme. Les nettoyer, commencer par les nettoyer. Ils étaient propres, bien entendu. Helyn était un homme très maniaque. Mais il avait conseiller de toujours tout laver. Leigli hésita même à laver le bois, prenant ainsi au mot le vieil homme. Secouant la tête en souriant à cette pensée, il entreprit de laver couteaux, scies, ainsi que divers instruments destinés à creuser les nœuds et assouplir le bois. Une fois fait, Leigli se retrouva dans la position de départ. 62 bois de sureau dans les bras, des outils brillants et un atelier.

L'Albus se tînt les côtes. Les bâtons ne se feraient pas seuls, mais par où commencer ? Soudain, il eut une idée. Séparant le bois en deux groupes de 31, il repoussa l'un des groupes en décidant de s'occuper d'un bâton pour commencer. Le soleil se couchait lentement, mais l'éclairage lunaire conviendrait à l'Albus, le ciel étant suffisamment clair pour illuminer le jardin. Au pire des cas, il allumerait des bougies. Comme le lui avait appris Helyn, Leigli commença par limer le bois qu'il jugeait le plus solide, et qui servirait de base pour le bâton final. Certes, la nuit tombait, mais Leigli n'était pas fatigué. Il achèverait ces bâtons pour le lendemain au matin.

Préparer la base du premier bâton prit bien trois heures à l'Albus. Les choisir, les tester, les couper, les tester à nouveau, juger de leur longueur, recouper si nécessaire, tester encore, rater et casser un bois qui était pourtant bon, tout recommencer… Mais finalement, au bout de nombreux essais, Leigli avait l'esquisse du premier bâton entre les mains. Quand il le comparait à celui dont il se servait, confectionné et achevé par Helyn, il avait honte. Le bois était à peine droit, mal limé, et admettait de nombreux nœuds dont il ne parvenait pas à venir à bout. Soupirant, il haussa les épaules. Tant pis, il aurait fait de son mieux, et essayera d'arranger à la fin. La finalisation du bâton vit la lune grimper au dessus de la tête de l'Albus. Un bâton plus petit que celui qu'il avait, moins beau, moins large, plus fragile… Il soupira. Comment faisait Helyn pour rendre un bâton aussi bien sculpté ? Cela dépassait l'apprenti. Le manque d'expérience peut être. Découragé à la vue de ce piètre résultat, il posa ce dernier plus loin, et entreprit de préparer le second. La Lune glissa dans le dos de Leigli alors qu'il s'attelait au second bâton. La fatigue prenant peu à peu sa place, Leigli se coupa légèrement le poignet gauche en voulant arrondir le bout du bâton. Il mit quelques dizaines de minutes à se soigner et se panser le poignet, mais désormais son travail fut plus brutal, plus crispé.

L'aube se leva finalement. Helyn ouvrit la porte du jardin, et fut surpris de voir un jeune homme aux cheveux blancs lui tournant le dos penché sur son atelier. Il s'approcha en silence et regarda le travail du jeune homme, qui achevait son second bâton. Il nota le bandage au poignet gauche, nota le bois brisé auxpieds de l'atelier, ainsi que le premier bâton. C'était rudimentaire, on voyait quelque défaut de sculpture, mais l'ensemble tenait, et ce bâton se vendrait bien après quelques retouches. Rien de bien important, juste quelques coups de pinceaux pour affiner la prise et la beauté. Quand, finalement, Leigli se releva et laissa tomber le second bâton aux côtés du premier, le soleil pointait son nez au dessus des maisons. Il semblait exténué, ses yeux étaient petits, plissés. Helyn rit doucement en le voyant ainsi. Les débuts de carrière étaient donc tous les mêmes.

« Hé bien, gamin… Une nuit pour deux bâtons ! Si tu t'y mettais réellement, tu pourrais faire de bonnes sculptures. Tu as la volonté pour faire de grandes choses, néanmoins. Tes bâtons nécessiteront que je les retouche légèrement, car la clientèle aime quand c'est bien lisse et bien peint. Tu as fait du bon travail. Viens me voir dans la journée, je te payerais. À bientôt, gamin. »

Leigli hocha doucement de la tête, et sortit du jardin par la barrière. Une sieste au bord de la mer s'imposait…

{Fabrication de deux bâton'n'arcisses pour le sac. L'argent fourni par Helyn n'est qu'un prétexte pour la cohérence du rp}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Marchand
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 3261
Expérience : 10563
Masculin

MessageSujet: Re: Atelier des sculpteurs   Sam 1 Oct 2016 - 0:58

Rapport de fabrication :

Leigli fabrique 2 bâton'n'arcisse, gagne 10 points métier et 10 points métier bonus.

Remarques sur le RP : Rien à dire ! Tu passes déjà Apprenti !

A bientôt pour de nouveaux crafts !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuli Sibly
Muse noyée



Messages : 270
Expérience : 2273
Féminin Âge RP : 14 (20 d'apparence)

Politique : 73
Métier : Sculptrice - Maîtresse Absolue
Titres:
 

(Pieuvre de Yuli +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
2232/2232  (2232/2232)
Vitesse: 892
Dégâts: 622

MessageSujet: Re: Atelier des sculpteurs   Dim 2 Oct 2016 - 18:06

Alors que le soleil brillait fébrilement au travers de quelques nuages sur un fond d'azur, Yuli Sibly reçut une bien étrange commande. Une certaine Nova Avon désirait une Massue de Rock, pour ce faire, elle fournissait tous les matériaux nécessaires, et payait une prime assez cocasse. Mais c'était là surtout l'occasion de travailler avec du bois de qualité, bien plus que celui de sureau, et de pouvoir se prouver que la fabrication d'une autre chose que les bâtons ne l'effrayait pas. Elle prit donc les composants nécessaires et se dirigea en direction de la forêt, pour y fabriquer l'arme en toute tranquillité, elle se servirait de ses pouvoirs en guise de scie, et s'estimait assez expérimentée pour mesurer à l’œil.


Dans la rue s'avança donc une fille bientôt femme, en robe noire et hautes-chaussettes blanches, comme toute bonne sorcière. Son pas était léger, voir sautillant, et ses cheveux bleus ondulait à chaque mouvement produisant par la même occasion une valse hypnotique. Peut-être fut-ce pour cela qu'un mercenaire, occupé à vider sa bière à la Taverne locale décida de suivre l'Abyssale, fasciné par sa grâce angélique. (endroit fort peu hygiénique et où les rats étaient plus nombreux que les clients et où divers scandales auraient éclatés si le propriétaire n'était pas aussi habile à discourir qu'à manier le hachoir, mais là est une autre histoire)

Yuli avança jusqu'à l'endroit pour lequel elle nourrissait un amour particulier; une mare à l'orée de la forêt, située après un petit chemin dessiné par moult verdures. C'était un point d'eau de taille moyenne, traversé par une veine d'eau salée où s'épanouissaient lotus blancs, nénuphars et algues marines. Un endroit paradisiaque pour une Abyssale, qui ne tarda d'ailleurs pas à en faire son territoire, se nouant d'amitié avec le protecteur de ces lieux, un énorme Poisson-Chat, long de quelques mètres et gros comme un bébé manticore. Il avait accepté l'Abyssale, alors qu'elle barbotait, il s'était frotté à ses jambes, et lorsqu'elle se demandait s'il allait la noyer, il avait simplement nagé ailleurs, signe de son acceptation vis à vis de cette créature bipède et pourtant rattachée à l'élément aquatique.

Elle avait donc décidé de venir ici régulièrement, s'occupant des nénuphars aux feuilles d'émeraude et des diverses fleurs qui habitaient l'endroit. Elle était toujours disponible ces temps-ci, mais se demandait ce qui arriverait si elle devait s'absenter.

Aujourd'hui, elle entreprenait donc d’ensorceler l'étendue d'eau. Pour ce faire, elle commença par tracer divers cercles magiques dans lesquels elle déposa des poupées tressées à partir de verdures sous-marines pour la bénédiction des Dieux Abyssaux, et enchaîna sur un enchantement de protection visant à protéger l'endroit des fléaux. Mais il manquait un petit quelque chose...

"Oui, un sacrifice monsieur Poisson-Chat !"

L'homme qui avait suivit Yuli l'avait observée, il avait regardé cette créature ingénue fabriquer ses poupées, nouant les algues avec une infinie délicatesse et traçant les cercles dans lesquels elle les posait avec une précision et une méticulosité propre aux sorcières. Il était complètement happé par le spectacle. Le clou fut tout de même la baignade de l'étrange Abyssale, nageant aussi gracieusement qu'une ondine, accompagnée par des poissons aux reflets bleutés, et ce poisson chat aussi imposant qu'il n'en devenait attachant, pareils aux colosses qu'étaient les Géants. Des pachas au coeur d'or. Il comprenait l'affection que le maître des lieux prêtait à la fille, c'était un honneur que d'être en compagnie d'une gracile demoiselle à l'aura magique.

Ses pensées furent perdues en un éclair. Alors que celle qu'il épiait murmurait quelque chose au poisson gargantuesque, elle tourna vers lui un regard d'une intensité tragique. Autour de lui, des détonations se produisirent, des violettes valsèrent devant lui, les feuilles qui tombaient des arbres lui apparaissaient comme étrangement réelles, comme si tout ceci n'était qu'un rêve lucide, de miel et d'amour, d'un chaste désir.

La nymphe s'approcha de lui, nue et entourée d'algues, flottant doucement jusqu'à se tenir à quelques centimètres de lui. Il pouvait sentir son souffle, son parfum. Une douce senteur saline et rosée drapait la semi-divinité qui posait sur lui, piètre mercenaire, tueur et amant désespéré, un regard où baignait toute la candeur du monde.

Il la suivit, au travers des feuilles tombantes qui interrompaient leur chute pour les laisser passer. Tandis qu'il marchait et se déshabillait, la petite créature venait caresser sa barbe, tâter son torse velu, embrasser sa main, elle le guidait. Le guidait vers l'infini, vers une rédemption qu'il n'aurait jamais cru pouvoir obtenir un jour. Tous ses meurtres, toutes les bagarres, toutes ces choses horribles qu'il avait perpétué n'avaient plus d'importance, car maintenant, Yuli le guiderait dans les eaux nouvelles d'une vie pure. Il se laissa mener, manipuler, jusqu'à se trouver sur un radeau confectionné à partir de la flore ambiante.. il était allongé, nu comme un vers, en compagnie de cet être dont la perfection l'interdisait de toucher ne serait-ce qu'un seul de ses cheveux.
Tandis qu'ils flottaient, tous les deux, le mercenaire ferma les yeux. Les algues étaient de doux coussins, la surface de l'eau, une soie plus suave que les simples roses qui bordaient leur cocon aquatique... Il était si bien.

Lorsque le radeau l'emporta au fond des eaux, il ne cria pas, il ne se débattit pas. Il se laissa porter, accompagné de l'Abyssal qui lui fit l'honneur de l'embrasser. Ses lèvres avaient le goût de framboises.

Yuli resta quelques moments au fond de l'eau, mains liées à celle du bel homme, de la belle âme qui avait accepté de mourir pour elle, sans jamais montrer d'effroi ou de violence. Ce mercenaire avait embrassé la nature avec une aisance et une virilité qui avaient séduit la nymphe. Elle embrassa le cadavre enroulé d'algues, et regagna la surface.

L'endroit était plus beau que jamais, nourri par la vie de ce preux chevalier. Les nénuphars respiraient la vie, les lotus bourgeonnaient en des éclats de pollen plus magnifiques que jamais. Le feu qu'avait créée la combustion de cette âme si noble, avait terriblement ému Yuli. Tout autour d'elle, les vents sifflant dans les herbes prodiguèrent à la cantatrice une base pour le chant qu'elle déclama, attirant cerfs, rongeurs et oiseaux à venir s'abreuver à la mare.

"L'esprit de celui qui ne redoutait rien,
Ni les flots, ni les cieux,
est désormais mien,
et les fleurs ne s'en portent que mieux,
repose en paix, bel homme,
que la grâce éternelle te soit accordée..."

Lorsqu'elle regagna l'atelier d'Auly Vandeurs, après avoir fabriqué la Massue de Rock de Nova Avon, elle fabriqua encore trois bâto'n'arcisse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leigli Delnoch
Habitué(e) du pays

Habitué(e) du pays
avatar

Messages : 299
Expérience : 1263
Masculin Âge RP : 23

Politique : 04
Métier : Bûcheron - Novice (10)
Titres:
 

(Cernunnos, Cerf royal de Leigli +300, v+200)

Stats & équipements
Vitalité:
1665/1665  (1665/1665)
Vitesse: 299
Dégâts: 354

MessageSujet: Re: Atelier des sculpteurs   Sam 8 Oct 2016 - 23:53

La mer. Une infinité dont on ne peut se lasser. Chaque seconde est unique, et c'est cette unicité de l'instant qui fait toute la beauté d'une si immense quantité d'eau. À un instant, certains endroits étaient réflecteurs de la lumière de l'astre solaire, puis, une fraction de seconde ensuite, ils ne reflétaient que leurs inquiétantes profondeurs. Cet élément avait attisé et attisait encore la convoitise et l'amusement de bien des générations. Leigli appréciait cette vision des choses. La mer n'était pas un paramètre, mais bel et bien un élément auquel on ne peut rien modifier. Comme a dit un jour un grand chanteur : « Ce n'est pas l'homme qui prend la mer, c'est la mer qui prend l'homme. ». Leigli secoua la tête. Il n'avait pas le temps de philosopher.

Se relevant, il s'étira longuement. Il était l'heure. Tirant de sa ceinture sa fine bourse, il compta rapidement ses pièces. 620 pièces. Une petite fortune pour lui, qui était parti de rien. Il sourit. Bien petit réconfort quand il se rappelait qu'il y avait quelques mois, il avait été l'homme le plus riche et le plus influent d'un royaume... Repoussant l'insidieuse mélancolie, le jeune homme tourna une énième fois le dos à l'océan, partant pour les rues bruyantes d'Ishtar. Calculant rapidement les bénéfices qu'il pourrait bientôt faire, il compta qu'aujourd'hui, il pourrait préparer 4 bâton'n'arcisses. 620 pièces d'or, donc 124 bois, donc 4 bâtons, c'était cela. Avec 4 bâtons, il obtiendrait 1440 pièces d'or. Avec 1240 pièces d'or, il achèterait 248 bois, pour ensuite fabriquer 8 bâtons. Et ainsi de suite... Leigli comprenait peu à peu le système économique de la ville, en déduisant celui du pays. Travailler pour se rentabiliser et travailler plus pour rentabiliser davantage. Cela ne lui allait pas. Il travaillait pour obtenir suffisamment d'argent pour un laboratoire, du matériel, de l'espace... À ce rythme, il n'avancerait jamais. Il devait trouver un autre moyen. Quelque chose pouvant l'aider à atteindre son but plus vite. Un financement ? Helyn n'était pas assez riche, et trop vieux pour servir de partenaire. S'engager dans l'armée, si elle existait ? Non, le salaire était très certainement bien plus faible que ce qu'il gagnait désormais, bien qu'il soit plus régulier. Non, tout cela n'allait pas. Il devait réfléchir à quelque chose de plus... Ambitieux. Il pressa le pas.

Arrivé dans la boutique des bûcherons, il salua le commerçant qu'il commençait à connaître. En un tour de main, il fut l'heureux propriétaire de 124 bois livrés sur place. Remerciant le bûcheron, il traversa de nouveau la rue et attendit ses bois dans le jardin d'Helyn. 4 bâtons. Il commençait à maîtriser la sculpture de cet élément, mais il craignait de vouloir aller trop vite. Il devait aller vite, afin de gagner son argent plus vite. Mais il devait aller suffisamment lentement pour faire de bons outils. Comme lui avait dit Helyn : « La sculpture, c'est l'art de la précision et de la lenteur le tout en vitesse, gamin ! ». Sacré vieillard, il avait raison le bougre. Leigli avisa en souriant la cicatrice sur sa main gauche alors qu'il avait voulu aller trop vite la première fois qu'il avait voulu sculpter. Il releva la tête lorsqu'un garçon souleva la barrière et fit entrer le chariot contenant son bois. Souriant, il l'aida et le gratifia d'un ébouriffage de cheveux. Le garçon partit avec le chariot vide, laissant exactement 124 bois de sureau sur le sol. Bien. C'était le matin, relativement tôt. Il se donnait 24 heures pour faire les 4 bâtons. C'était un temps raisonnable, il avait pris un peu plus de 13 heures pour deux bâtons. Avec l'expérience, il jugeait pouvoir aller plus vite.

Se saisissant des outils d'Helyn, Leigli entreprit de les laver soigneusement. Quelques minutes plus tard, l'Albus soupira. Il était difficile de changer ainsi de vie en un instant. Devoir changer de devise, de pensée, de société, d'air... Il s'assit sur la fontaine et s'y frotta les yeux. Bien qu'Helyn ait été très sympathique envers l'Albus, ce dernier se rendait peu à peu compte que la compagnie d'amis lui manquait. Khul, Lixe, Camis.. Il était certain que la dernière soit morte, mais qu'en était il des deux autres ? Où étaient ils ? Plus largement, où était son armée ? Ses fidèles qu'il avait affranchi et aimé ? Hort les avait certainement pourchassé. Les aurait il crucifiés comme les Draconiques avaient crucifié ses anciens collègues ? Il doutait que, sans lui, son armée et ses généraux aient tenu tête au roi, mais il n'excluait pas cette possibilité. En revanche, sans Leigli, ils n'avaient aucune chance. Sa présence aurait dissuadé et mis en doute toutes personnes fidèles au roi, et alors ils auraient pu vaincre.

Leigli soupira. Au delà de ses projets scientifiques et magiques, il avait besoin de compagnie autre qu'un bâton et qu'une vision marine. Se relevant lentement, la mélancolie dans l'âme, il s'avança à l'atelier. L'armée lui manquait. Bien que ce ne fut que bien peu joyeux d'aller en guerre, la compagnie et la gaieté de ses hommes lui avaient toujours apporté une infinie consolation. Il les avait aimé, et ils l'avaient aimé. Cette époque, une époque où sa cruelle belle mère et son père n'avaient plus d'influence sur lui, où seule la joie et le rire résonnait, où l'amour volait sur sa tête, où l'avenir était clair. Il soupira de nouveau en saisissant le premier bois, entamant de le limer afin d'en faire une bonne base. Inconsciemment, il se mit à chantonner gravement alors qu'il commençait son long labeur.



"À Saint-Michel en grève,
Mon fils s'est engagé.
M'en fus au capitaine
Pour lui demander :
"Mon vieux, c'est impossible,
C'est mon meilleur soldat.
Il a touché la prime,
Je ne le rendrai pas." "


C'était un chant militaire. Une ode grave contant l'histoire de la détresse d'un père voyant son fils accourir à la guerre. Généralement associée aux combats contre les Monstres du Troisième Âge, cette chanson portait un profond message de courage et d'espoir. On pouvait aussi y voir une hymne à la rébellion d'Hort, mais Leigli avait demandé à ce que l'interprétation reste cohérente. Les pères accompagnaient les fils durant cette guerre précise. L'Albus poursuivit son chantonnement alors qu'il pistait les petits nœuds du premier bâton, qui prenait peu à peu forme alors qu'il se perdait dans ses souvenirs.

"Oiseau de ma muraille,
Vas-t-en vers mon enfant
Savoir s'il est en vie,
S'il est au régiment.
-Bonjour ! petit Silvestrick
-Bonjour ! petit oiseau
Vas dire à mon vieux père
Que je reviens bientôt."


Désormais, Leigli souriait. Il taillait le bâton avec précision alors que sa voix se perdait dans le midi approchant. Il s'imaginait sur Palarandra, se rappelait les moments de joies passés avec des inconnus qui se battaient pour lui. Beaucoup étaient morts pour sa cause, et beaucoup avaient été pourchassés par sa faute. Il ne s'en pardonnerait sans doute jamais, mais il se promit de venger ceux qui avaient défendu son honneur et ses idéaux. Il frémit en pensant à la possibilité que Lidya les avait tous fait trouvés et torturés... Mais Lidya n'avait sans doute pas ces pouvoirs. Du moins l'espérait il. Il changea d'outil et se saisit d'un fin couteau qu'il utilisa pour commencer de petits motifs le long du bâton. De petites lignes courbées feront l'affaire. Il prévoyait pour le second bâton des lignes entourant le bâton, et pour le troisième... Peut être des lignes s'enroulant sur le manche ? Diverses idées lui passaient par la tête. Peut être pourrait il aussi varier les têtes de bâtons ?

" Le vieux bonhomme pleure,
Là-bas devant sa maison.
Au loin, les filles chantent
Le chant de son garçon.
Le soldat sur la porte
L'écoute avec amour :
"Ne pleures pas mon père
Silvestrick est de retour "


Leigli finit son chant d'une note grave. Il s'arrêta quelques instants, souriant. Ce chant marquait toujours une pose d'admiration à la fin. Les paroles imposait que l'on s'incline à leurs fins. Durant les longues marches, l'armée entière chantait ce chant et s'arrêtait durant quelques secondes à la fin. Une discipline incroyable, comparable à celle à la taverne. Des milliers d'hommes chantant un tel chant... L'Albus espérait revoir cette vision un jour dans sa vie. Si jamais il retournait chez lui... Il secoua la tête. Ne pas penser à cela. Son premier bâton s'achevait. Il ferait les finitions à la fin. Il déposa le bâton sur le côté et entama le second. Il enchaîna les chants dont il se rappelait, passant par des chansons à boire sans oublier les hymnes aux héros, caractéristiques des fins de campagnes. Quand finalement, son répertoire musical fut vidé, il avait un large sourire aux lèvres. Il avait les quatre bâtons devant lui. Ils nécessiteraient de légères améliorations, qu'il allait faire sous peu. Néanmoins, il était apaisé. Il avait toujours envie de retrouver une fidèle compagnie, mais savait désormais qu'il lui nécessiterait du temps, et du pouvoir avant de retrouver ce qu'il connaissait. Il se saisit des bâtons et y apporta les derniers petits correctifs, se permettant d'y introduire sa griffe personnelle. On ne sait jamais, ça peut rapporter...



{Création de 4 bâton'n'arcisses}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Atelier des sculpteurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

 Sujets similaires

-
» Atelier des sculpteurs
» Atelier du Mek Rukza
» Atelier de travail sur le phénomène de l'exclusion dans la société haitienne
» L'Atelier d'Uz' : bastion ork en WIP
» Atelier de travail Exécutif/legislatif pour élaborer un calendrier législatif

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Sud de Dùralas :: Village d'Ishtar :: Lieu d'artisanat - Ateliers des sculpteurs-