Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Guéguen Fustec
Le Monde de Dùralas a précisément 1506 jours !
Dùralas, le Jeu 14 Déc 2017 - 11:07
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !

Partagez | 
 

 Mes hommages, mon saigneur.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Végace
Personnage décédé

Personnage décédé
avatar

Messages : 54
Expérience : 492
♦ Politique : 01
Métier : Chasseur - Compagnon (80)
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Chat de Végace +50, v+25))

Stats & équipements
Vitalité:
575/575  (575/575)
Vitesse: 191
Dégâts: 35

MessageSujet: Mes hommages, mon saigneur.    Dim 17 Avr 2016 - 17:46


Ah mon brave, si tu savais quelle vie je mène. J'ai beaucoup de choses à te dire, à te demander, à te raconter. J'aimerais connaître ton identité, te rencontrer ne serait-ce qu'une fois. Il m'arrive d'enrager, d'éprouver une certaine haine envers la race dans laquelle je suis classifiée à présent, car il n'est pas impossible que je me retrouver à repenser à mon histoire, à mon passé, à cette nuit tout s'est déroulé. Tu avais sûrement très faim. Je n'en doute pas une seconde. Et tu n'es pas de ces gens qui vont se délecter d'un petit thé accompagné de quelques gourmandises qui sortent du four à bois alors qu'ils peuvent s'attaquer à une gamine de 14 ans, inoffensive, alors qu'elle est seule dans une ruelle, de nuit, à dessiner paisiblement.
Il est où ton honneur, ta dignité vampirique ? Envolé ? C'est d'un pitoyable. Mais si tu savais, si seulement tu savais... a quel point ma vie a changé. T'es tu seulement déjà retrouvé une fois face à l'une de tes victimes ? Une personne vampirisée par tes soins ? Était-ce un coup d'essai ? Combien il y en a avant moi ?

Ma vie a changé, oui. Mes amis ne sont plus les mêmes, ma famille n'est plus la même. J'ai grandit. J'ai passé plus de 60 ans dans ce corps de gamine, à fouler les parages de nuit. J'ai rencontré des personnes aux intentions parfois douteuses, j'ai dû faire envoler les âmes de certains innocents, enfin, c'est ce qu'ils prétendaient, au risque de perdre ma vie... Mais je pourrais tout aussi bien tout te raconter depuis le début, je ne doute pas une seule seconde que tu pourrais te délecter de ces quelques paroles, car si le mal sommeille en toi, vois donc ce que tu as fait de ma vie...

Cette nuit là, je me suis retrouvée étendue sur le sol humide d'une rue sombre. Quand j'ai ouvert les yeux, il y avait face à moi cette maison, celle dont j'étais en train d'immortaliser les traits sur un bout de papier. Sais-tu ce que je faisais de ces esquisses ? Elles étaient affichées au dessus de mon lit et de celui de mon frère. Nous faisions chambre commune, c'était super. Nous aménagions notre future ville, celle que nous aurions aimé construire ensemble, nous avions de grands projets. Je n'ai d'ailleurs pas souvenir d'avoir récupéré ce gribouillage, était-ce un signe précurseur que ma vie allait prendre dès ce soir là un autre tournant ?
Mon sang avait glissé entre les pavés froids et laissait deviner un labyrinthe d'hémoglobine. C'était ma dernière œuvre. Je m'étais relevée en deux temps. Une première fois en m'asseyant, calant mon dos contre la maison la plus proche. Mes mains étaient blanches, mes vêtements teintés de rouge, trempés. Quel carnage tu as fait. Tu aurais au moins pu te remplir la panse... J'avais alors glissé ma main de long de ma poitrine, zone sur laquelle je voyais le plus de sang, afin de remonter à la source du problème. La jugulaire. C'était plaisant ? Je l'aime aussi celle-ci, elle intercepte le sang du cerveau, c'est le sang rempli d'idées et d'émotions. Les miennes étaient belles et douces à cet âge là... quel goût à la douceur ? Tu me raconteras ? Des marques de dents étaient détectables depuis ma clavicule, aucune délicatesse pour ma peau d'enfant.
Une fois l'acte réalisé, j'avais tenté une première fois de me relever. Ce fut un échec. Mon corps n'était pas assez irrigué et pas non plus tout à fait conscient du changement qui opérait en lui. La deuxième tentative fut fructueuse. Mes deux pieds touchaient terre, et je me sentais légère, comme une plume au vent. Je venais de perdre quelques kilo... quelques litres de sang, qu'adviendrait-il de moi ? Je n'en avais pas encore pleinement conscience à ce moment, bien que l'idée générale de mon destin commençait doucement à émaner. J'avais compris, que j'avais eu un contact physique avec un vampire. Ou qu'il en avait eu un avec moi, je ne sais pas trop. Il avait plongé sa tête dans mon intimité, mon espace personnel, mon cou. C'est une zone très sensible. On m'y avait déjà déposé un baiser, avant. C'était doux. Un souffle chaud qui glissait dans mon oreille. J'étais jeune, mais c'était un beau moment. Après ce baiser, j'étais rentrée chez moi, je n'ai jamais revu ce garçon de passage. C'était spontanée. Mais ton baiser à toi, je ne l'avais pas souhaité. Je n'ai rien demandé et j'en aurais pas redemandé.

Mais qui peux-tu bien être...

Une fois sur mes deux jambes, tremblotantes, je réussi à me faufiler dans une autre ruelle plus sombre, par peur de me faire attraper de suite. Tu te rends compte ? Alors qu'une gamine aurait pu appeler à l'aide et se faire trancher la gorge car elle aurait été reconnue comme vampire, j'avais préféré fuir, comprenant que mon destin au milieu des humains ne serait plus possible.

La fuite, elle implique de nombreuses conséquences, surtout lorsqu'on est une fillette. Les parents en panique de ne pas revoir leur enfant adorée, inquiets pendant des mois, à retourner la ville et ses alentours. Combien d'heures de sommeil avaient-ils perdu ? Combien d'heures avaient-ils passé à s'égosiller pour hurler "Végace" le jour et la nuit ? Quels scénarios avaient-ils imaginé ?
Et puis il y aussi cette peur enfantine, d'être livrée à soi même et de devoir prendre son courage à deux main pour se dire "je quitte le territoire afin de ne faire de mal à personne de ma famille". Comment était-il possible pour cette gamine devenue très récemment vampire de résister à la tentation ? Je me demandais toujours comment mon esprit n'avait pas été corrompu quand je voyais celui de bien d'autres personnes.

Toutefois, j'ai hérité des vices de cette race. Et je peux t'assurer qu'ils sont nombreux... Pourrais-je un jour accepter l'idée de t'en être reconnaissante ? Juste parce que les petits plaisirs de cette vie ne me tuent pas, alors qu'un non vampire qu'y s'y frotterait, s'y piquerait... L'alcool, la drogue, le sexe, l'argent, le business, une femme de pseudo pouvoir, une gamine qui se balade seule dans les rues sans craintes, la jalousie...



[ Suite prochainement ]


Dernière édition par Végace le Sam 17 Sep 2016 - 11:40, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Végace
Personnage décédé

Personnage décédé
avatar

Messages : 54
Expérience : 492
♦ Politique : 01
Métier : Chasseur - Compagnon (80)
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Chat de Végace +50, v+25))

Stats & équipements
Vitalité:
575/575  (575/575)
Vitesse: 191
Dégâts: 35

MessageSujet: Re: Mes hommages, mon saigneur.    Dim 17 Avr 2016 - 17:53




Le salon de thé de Végace se trouve à l'extrême Ouest de la ville fortifiée de Kastalinn, dans un grand manoir "familial", hérité de sa famille adoptive, les vampires. Il est assez grand pour pouvoir créer deux univers différents, et même trois. D'ailleurs, il y a trois étage. Un pour chaque "univers".

Au rez-de-chaussé se trouve la partie salon de thé, ouvert à tout public. La pièce est plutôt cosy, dans les tons rouges, noirs, du bois, du métal, quelques ornements, décorations, des bouquins. On y trouve de gros fauteuils confortables ornés de tissus rouges, des banquettes dans les mêmes tons, des coins plus ou moins délimités par des tentures tendues afin de créer des espaces plus intimistes. Une immense cheminée se trouve également dans la pièce, devant laquelle un amas de coussins et de petites tables basses rondes reposent. Le comptoir de thé se trouve dans un angle de la pièce et le service est réalisé par Végace, son cher et tendre, et parfois par Alolla, une jeune humaine.

Au premier étage, ce sont les appartements de Végace, de Samane et du chat Archéon. Un lieu inconnu du public.

Au dernier étage, accessible par l'arrière du manoir, se trouvent un salon et 5 petites pièces individuelles. Le code couleur et ambiance est le même que le salon de thé, mais la population qui y réside est tout autre.



Salon de thé


Alolla














Dernière édition par Végace le Lun 1 Aoû 2016 - 13:57, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Végace
Personnage décédé

Personnage décédé
avatar

Messages : 54
Expérience : 492
♦ Politique : 01
Métier : Chasseur - Compagnon (80)
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Chat de Végace +50, v+25))

Stats & équipements
Vitalité:
575/575  (575/575)
Vitesse: 191
Dégâts: 35

MessageSujet: Re: Mes hommages, mon saigneur.    Sam 7 Mai 2016 - 16:50









Malona est une sorte d'elfe impure. Sang bafoué par sa génétique, elle s'est vide rendue compte que ses centres d'intérêts n'étaient pas ceux de sa race. Sombrant dans les limbes et les mauvaises fréquentations, elle fût repêchée par Végace qui lui proposa du travail...

Ivyli quant à elle est une vampire, un brin plus âgée que Végace mais n'ayant pas les mêmes buts dans la vie. Elle ne souhaite que profiter de sa vie d'immortelle en passant du bon temps. C'est une femme très caractérielle, qui sait ce qu'elle veut (ceux qu'elle veut) et ce (ceux) qu'elle ne veut pas. Avec elle, c'est tout ou rien. Elle rempli facilement les caisses de la maison de charme...

Lilith est une humaine, ramenée du sud de Dùralas par un comte vampire possessif, qui se servait des humains comme des esclaves. Elle a été ramenée sur Kastalinn car il y vivait mais s'en est débarrassée lorsqu'elle a dépassé 18 ans. Végace au bon cœur était là pour la rassurer et lui proposer un toit...

Calipso est la plus mystérieuse. Elle ne parle pas. Elle n'est pas muette pour autant mais ne souhaite pas converser. Son atout majeur c'est son regard, elle ferait fondre n'importe quel homme ou n'importe quelle femme en une fraction de seconde. Si elle veut, elle a. Même Végace a du mal à lui résister. Son visage d'ange cache un réel démon. Cette jeune femme est possédée par le malin, ni humaine, ni vampire, ni ange, ni démon, personne ne sait d'où elle vient ni comment elle est arrivée là. Sauf Végace qui l'a vue arriver un jour et s'installer sans rien demander à personne.

Scylla est pénible, c'est une dépravée, vulgaire, violente et qui n'est pas là à temps complet. Elle est bien trop perturbée et instable pour être ici trop souvent, c'est pourquoi elle ne vient passer que quelques heures dans le coin, se faisant mettre à la porte très régulièrement. Ce train-train quotidien est habituel et est rentré dans les habitudes de l'hôte de maison et cette vampire novice.


Détails : [à suivre]


Le principe et le fonctionnement : [à suivre]
Les lieux et l'hygiène : [à suivre]
Les clients : [à suivre]


Dernière édition par Végace le Sam 17 Sep 2016 - 11:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Végace
Personnage décédé

Personnage décédé
avatar

Messages : 54
Expérience : 492
♦ Politique : 01
Métier : Chasseur - Compagnon (80)
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Chat de Végace +50, v+25))

Stats & équipements
Vitalité:
575/575  (575/575)
Vitesse: 191
Dégâts: 35

MessageSujet: Re: Mes hommages, mon saigneur.    Jeu 28 Juil 2016 - 0:18


Famille originelle :

Famille d'adoption :

[ à venir ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mes hommages, mon saigneur.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Mes hommages, mon saigneur.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Payer ses hommages
» tu es mon berger! Ô saigneur!!! dit le libre panseur
» Quand Préval abreuvait sa pouliche. Le konpa ne s'est jamais porté si bien.
» Gentes dames pour gent Saigneur
» Seigneur de Houllefort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Zone Flood et H.S :: Les Archives-