Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Satamael
Le Monde de Dùralas a précisément 1332 jours !
Dùralas, le Ven 23 Juin 2017 - 2:04
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim

Partagez | 
 

 Pour une poignée de rumeur [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Garràn
Le Faucheur d'âmes

avatar

Messages : 1358
Expérience : 755
Masculin Âge RP : 21

♦ Politique : 13
Métier : Forgeron - Compagnon
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Assaf, Niffleuneige +100, v+150, +10% d'or sur transaction, drop, combat)

Stats & équipements
Vitalité:
650/650  (650/650)
Vitesse: 496
Dégâts: 402

MessageSujet: Pour une poignée de rumeur [Libre]   Dim 26 Fév 2017 - 18:30

Je n’avais pas particulièrement envie de m’attarder ici, mais étant donné qu’il était coutume de boire une chope dans chaque nouvelle ville que l’on visitait, je me suis dit qu’il serait intéressant de passer à cette vieille taverne moisis qu’était le canari jaune. Une bonne occasion de voir un peu de monde dans les égouts misérables de la ville aux mille oasis. Généralement, ce genre de lieux abrite tout un tas de raclure, d’ordure et de pitoyables habitants stellarois et stellaroïse ne sachant que faire de leur vie. Un endroit pour noyer son chagrin et ses petits problèmes en somme. Mais il s’agissait également du lieu le plus intéressant pour dégoter de petites missions d’assassin ou de chasseur de prime. Un moyen plutôt efficace pour ce faire de l’argent et clients rapidement. Et c’est d’ailleurs pour cela que je m’y rendis.

J’avais besoin d’argent pour me loger quelques temps. Pas besoin de faire la manche, ni d’assassiner un propriétaire, il suffisait de faire le plus légalement possible dans l’illégalité. Une petite mission bien juteuse dans les alentours de la ville qui me permettrait de crécher autre part qu’à la belle étoile. Et peut-être que j’aurai de quoi me prendre un petit plat du pays histoire de me rassasier après le travail.

J’arrivai devant la dite taverne, miteuse et pourrie jusqu’à l’enseigne. Celle-ci ne semblait pas en état, l’enseigne, qui commençait à devenir illisible, pendait sur une chaîne. Rien que la situation de la taverne dans la ville laissait à désiré. Dans une petite ruelle, le plus loin du centre de la ville. Un recoin dont personne ne revient. Mais ce n’est pas comme-ci beaucoup de gens s’y rendait. J’entrai, poussant la porte, dévalant les escaliers pour atterrir dans un grand salon où trônait en son centre le comptoir entouré de client. La taverne se trouvait donc au sous-sol en réalité, au frais et à l’abri des rayons de soleil. Il n’y avait pas l’air d’avoir grand monde ici, mais je n’avais pas le temps de m’attarder sur ce genre de détail. Je me dirigeai tout droit vers le comptoir, essuyai brièvement le siège avant de m’y installer et commandais une Stellaroïses. Je lui fis signe que je lui laissais un supplément, une forme d’échange contre quelques informations alléchante sur les clients qui passent dans les environs. Ce genre d’endroit est le meilleur relais d’information d’une ville, un véritable réseau dont bon nombre de personnes profite pour y faire leurs affaires quels qu’elles soient.

Garràn – Il y aurait-il pas quelques ragots et racontar à se mettre entre les crocs ces temps-ci?





Artisan de La forge ensablée

Disponibilité :

Rp : Combat de poids plumes - Slot 2 (libre)

Arène : Slot 1 (libre) - Slot 2 (libre) - Slot 3 (libre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Axe
Maîtresse d'armes

avatar

Messages : 403
Expérience : 1294
Féminin Âge RP : 14

♦ Politique : 54
Métier : Chasseuse - Maîtresse absolue
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Lion géant +150, 50, v+100)

Stats & équipements
Vitalité:
1260/1260  (1260/1260)
Vitesse: 348
Dégâts: 1036

MessageSujet: Re: Pour une poignée de rumeur [Libre]   Dim 5 Mar 2017 - 14:05

Dans sa quête de ressources et richesse, Axe avait fini par échouer à Stellaraë. Elle ne savait pas exactement ce qui avait guidé ses pas vers la cité perdue en plein milieu du désert, mais enfin, elle y était…à présent, il fallait en tirer profit.

Les rues étaient plus calmes que lors de sa dernière visite, qui avait d’ailleurs déterminé sa classe. Peut-être avait-elle une chance de recroiser le prétendu assassin qui l’avait aiguillée vers la maîtrise d’armes, en cherchant un peu...Sifril de Stellaraë n’était pas un nom inconnu des tavernes mal famées, pour peu qu’on sache lesquelles fréquenter.
Axe sourit, satisfaite. Elle avait fait son choix.
La jeune mercenaire fendit la foule qui engorgeait les rues, de moins en moins larges au fur et à mesure qu’elle avançait, s’éloignant toujours plus du centre-ville. Elle déboucha finalement dans un labyrinthe de petite ruelles sombres, tortueuses et parcourues de courants d’air qui sentaient…ce qu’ils sentaient. Léger inconvénient des tavernes, amplifié par l’odorat fin de la lycanthrope.
Fronçant les sourcils pour tenter de se souvenir du trajet, Axe s’engagea dans le dédale de pierraille et d’escaliers ; les quelques chopes qu’elle ne pouvait s’empêcher d’ingurgiter à chacun de ses passages dans ce genre de lieux n’aidaient pas sa mémoire à lui restituer un itinéraire fiable…Après s’être perdue quelques fois, la jeune fille encapuchonnée repéra enfin l’enseigne qu’elle cherchait : au Canari Jaune, meilleure Stellaroise de la ville et cercle de combats clandestins le plus endiablé. Le dernier point restait cependant relativement secret, certains membres de la Garde étant des habitués fidèles du lieu.

Une chope vide trainait déjà devant la jeune fille, assise seule au fond de la taverne. Depuis ce coin sombre, elle voyait et entendait tout ce qui se tramait au sein du lieu, l’oreille aux aguets pour tenter de repérer un quelconque gros lot. Affalée sur son siège comme elle aurait pu l’être sur un trône, Axe patientait, sachant pertinemment qu’il ne s’écoulait pas une soirée sans qu’une grosse affaire ne naisse à l’une des tables ; il lui suffisait d’attendre, et de saisir l’occasion quand elle se présenterait…tout en tentant de limiter les excès de Stellaroise.
La maîtresse d’arme allait finir par croire que le lieu avait perdu de son activité, quand une étrange silhouette se profila à l’entrée, attirant immédiatement son attention. La venue d’un stryge noir était toujours signe d’agitation, elle en avait eu un aperçu à Ishtar.
Il n’était pas grand pour sa race. Habillé de noir, armé d’une faux, l’air à la fois sombre et sympathique, le stryge ne ressemblait pourtant en rien à Saigo, son congénère croisé un peu avant la guerre de Nashuydr ; il avait l’air d’un autre genre. Moins taré. Et moins impressionnant.

«Il y aurait-il pas quelques ragots et racontar à se mettre entre les crocs ces temps-ci ?»

À peine entré, le stryge s’était dirigé vers le comptoir, et s’adressait à présent au tavernier. Le gros bonhomme rougeaud fumait un épais cigare qui crachait une fumée opaque et odorante, dont les résidus vinrent flotter au niveau du visage du nouvel arrivant.

« Y’a pas grand monde aujourd’hui, répondit-il finalement. Tu serais arrivé hier, t’aurais trouvé ton bonheur, mais là… »

Et le tavernier se mit à déballer tout ce qu’il avait attrapé au vol le jour précédent, des histoires de casses, de meurtres, d’assassinats, de contrats et autres ragots qui étaient somme toute seulement l’apanage de ce genre d’endroit. Axe écoutait dans son coin, sans intervenir, elle aussi à la recherche d’un élément intéressant dans la grande bouillasse de contes à moitié inventés. Elle décida qu’il était temps de bouger au moment où le commerçant allait entamer une autre histoire foireuse, rejoignant le stryge noir au comptoir.

« Bonsoir, l’ami, fit-elle en présentant sa chope vide au tavernier. Mis à part quelques ragots, qu’est-ce que tu viens chercher par ici ? »





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garràn
Le Faucheur d'âmes

avatar

Messages : 1358
Expérience : 755
Masculin Âge RP : 21

♦ Politique : 13
Métier : Forgeron - Compagnon
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Assaf, Niffleuneige +100, v+150, +10% d'or sur transaction, drop, combat)

Stats & équipements
Vitalité:
650/650  (650/650)
Vitesse: 496
Dégâts: 402

MessageSujet: Re: Pour une poignée de rumeur [Libre]   Dim 12 Mar 2017 - 23:34

Aux premiers abords, je m’étais dit que le tavernier serait relativement agréable et poli, mais malheureusement, à l’image de sa boutique, il frisait l’imperfection. Me provoquer ainsi, il avait tout de même beaucoup de cran ! Mais passons. Je laissais la fumée s’éloigner au lointain, écoutant ce qu’il avait à me dire. Il commença par une petite embrouille dans la taverne entre un écailleux et un humain extrêmement agile en début de journée, puis s’enchaîna une suite incassable de péripétie dans son foutu bordel… Il se serait arrêté à son deuxième mensonges, je l’aurais cru sans trop me pauser de questions, mais ses histoires étaient de plus en plus fumantes, presque autant que moi avant qu’une petite gamine vienne m’interrompre.

Gamine - Bonsoir, l’ami. Mis à part quelques ragots, qu’est-ce que tu viens chercher par ici ?

Garràn – Désolé petite, je n’ai ni l’envie, ni l’humeur, ni le loisir de m’occuper de toi. Je balayai d'un petit mouvement de poignet l'espace qui nous séparait l'incitant ainsi à s'éloigner d'ici. Ce n’est pas non plus un endroit pour toi …

Mais qu’est-ce qu’une enfant vient faire ici ?! Ils acceptent vraiment n’importe qui ici, ce n’est pas croyable ! Je me tournais vers le tavernier qui semblait n’en avoir absolument rien à faire, comme s’ils agissaient de concert, l’un couvrant l’autre. En analysant le tavernier de la tête au pied, j’écartais l’hypothèse que la petite soit sa fille et fort heureusement pour elle. Avoir un père s’occupant d’une telle boutique, les quenottes noircies par le manque d’hygiène, la bedaine faisant disparaître sa ceinture. Mais bon, qui somme-nous pour juger ? Ah bin si ! Je suis un Stryge Noir, je ne vois pas ce qui m’empêche de juger ?

Le tavernier s’étant retourné pour s’occuper d’un autre client, il me laissa seul, accoudé au comptoir en compagnie de cette petite humaine… Je cherchais autour de moi s’il n’y avait pas un autre informateur qui traînait dans le coin. À part m’être fait gratter quelques pièces d’or, je n’avais strictement rien gagné à causer avec le tavernier. Je saisissais ma chope et l’emmenai accompagné de son maître à cinq bras autour d’une table isolée un peu plus loin dans la pénombre. Je n’aurai rien d’autre à faire de ma journée que de regarder et écouter ce qui se passe ici aujourd’hui, alors autant profiter de ma Stellaroises confortablement sur un bon fauteuil miteux plutôt que sur les toits de la ville. Surtout que nous étions encore en pleine après-midi, le soleil était encore trop haut dans le ciel pour me promener sans me fatiguer.





Artisan de La forge ensablée

Disponibilité :

Rp : Combat de poids plumes - Slot 2 (libre)

Arène : Slot 1 (libre) - Slot 2 (libre) - Slot 3 (libre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaya Luzissa
L'essence du Vide

avatar

Messages : 136
Expérience : 726
Féminin Âge RP : 22 ans

♦ Politique : 01
Métier : Chasseuse - Apprentie
Disponibilité : Disponible

Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
566/566  (566/566)
Vitesse: 117
Dégâts: 453

MessageSujet: Re: Pour une poignée de rumeur [Libre]   Lun 13 Mar 2017 - 22:16

Oh je m'étais encore perdue dans ce monde bien vaste. J'étais partie chercher quelque chose de particulier pour ma chasse et je m'étais retrouvée dans une ville inconnue, nommée Stellarae. Je suivais des personnes au hasard pour me rendre dans un établissement qui pourrait me donner le chemin pour rentrer à la maison, à l'est de Duralas. Mais je ne savais pas où allait ce beau monde. Je serrais bien fortement contre moi mon chalet violet pour que personne ne reconnaisse ce que j'étais. J'étais une femme, mais je ne supportais pas qu'on me pointe du doigt ce que j'étais réellement aujourd'hui. J'étais une abyssale, mais aux yeux des humaines, je n'étais du poisson bon à jeter, bon à manger et à maltraiter dans n'importe quelle situation.

J'étais libre de mes mouvements, depuis que je m'étais échappée aux pirates qui m'avait capturé depuis ma naissance. Je n'avais pas véçu longtemps sous l'eau avec ma famille. Je ne me souvenais plus du tout d'où je venais, et qui étaient mes parents, ma famille... J'avais bien envie de retourner dans la mer et de nager comme une folle, mais quelque chose me disait que ce n'était pas la meilleure des idées pour l'instant, que je devais rester un peu à la surface de la terre, pour apprendre les coutume et la vie avec les autres humanoïdes. J'avais appris à chasser et donc à survivre dans ce monde et de nourrir et de dormir dans un endroit sec et sécurisé pour moi. Mais je devais bouger parfois, car j'avais peur que l'équipage se mette à me chercher et à me capturer de nouveau voire de me tuer pour ce que j'ai fait.

Quelques heures après de marche dans la grande ville du centre de Duralas, j'étais enfin arrivée à une auberge où il y avait déjà bien du monde pour le coup et deux personnes qui discutaient vivement d'une sujet dont je ne connaissais pas. Un homme était en train de répondre d'une manière assez impolie à la jeune fille qui ne disait rien pour l'instant. Je décidais de me mettre sur un des sièges au bar pour me prendre quelque chose à boire de bien frais, car il faisait bien chaud avec ce soleil qui tapait: " Bonjour monsieur, je voudrais une bière bien fraiche s'il vous plait!" le tavernier me sourit et m'envoya rapidement une grande chope avec beaucoup de mousses dessus, ce qui me plaisait réellement. Puis, je décidais quand même d'intervenir dans la discussion entre les deux personnes même si je sentais que j'allais me faire tuer.

Mais soudain, le visage de la petite fille me rappela une personne que j'avais déjà côtoyé :" oh punaise Axe ? C'est toi Axe ? Mais qu'est que tu fais ici au juste ?" tout en recrachant la moitié de sa bière. " Je ne t'avais pas reconnue, tu as beaucoup changé dis donc, tu es incroyable maintenant !" Cela faisait bien longtemps que je ne l'avais pas vu mais je me méfiais toujours d'elle à cause de son affiliation à CO. Mais je devais faire avec dans tous les cas, pour le bien de quelque chose de plus grand entre nous.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Axe
Maîtresse d'armes

avatar

Messages : 403
Expérience : 1294
Féminin Âge RP : 14

♦ Politique : 54
Métier : Chasseuse - Maîtresse absolue
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Lion géant +150, 50, v+100)

Stats & équipements
Vitalité:
1260/1260  (1260/1260)
Vitesse: 348
Dégâts: 1036

MessageSujet: Re: Pour une poignée de rumeur [Libre]   Lun 13 Mar 2017 - 23:41

"Désolé petite, je n’ai ni l’envie, ni l’humeur, ni le loisir de m’occuper de toi. Il lui fit signe de s'éloigner d'un geste du poignet, comme s'il balayait une poussière. Ce n’est pas non plus un endroit pour toi …"

Axe ne répondit pas immédiatement, attendant que le tavernier lui rende sa chope. Elle se contenta d'écarter ses envies d'assommer le stryge noir, puis de siroter tranquillement son alcool une fois qu'on l'eût resservie ; elle avait l'habitude. Et contrairement à Endorial ou Kastallin, Stellaraë n'était pas une ville où le nom d'"Axe" avait eu le temps de se faire une place.
Elle resta là à le jauger quelques instants, hésitant sur l'utilité de faire affaire avec un tel individu. Son regard passa avec négligence sur le tranchant de sa faux, qui sans être pitoyable avait sûrement connu de meilleurs jours ; une armure légère le protégeait sans doute des quelques dagues sauvages qui surgissaient parfois durant les soirées trop alcoolisées, lames de truand ou coutelas de la Garde ; ce n'était pas là l'équipement d'une menace pour la jeune fille, encore moins d'un concurrent. À ce stade elle avait également bien du mal à l'envisager comme partenaire, lui préférant déjà n'importe quel assassin œuvrant dans l'ombre des ruelles Stellaroises. C'était étrange, il lui avait toujours semblé que tout stryge noir se devait d'être un sombre et terrifiant guerrier - fantasme stupide de petite fille, dont elle devrait se débarrasser un jour ou l'autre, ainsi que de tous les contes qu'on lui avait fourré dans le crâne plus jeune.

Finalement, le jeune homme s'en alla vers une table plus éloignée en compagnie de sa chope ; il devait opérer de la même manière qu'Axe et laisser traîner ses oreilles dans l’attente d’une bonne affaire probable, dédaignant ouvertement la maîtresse d’armes. Celle-ci termina sa dernière chope, détendue en apparence mais menaçante dans son attitude, à l’image des sentiments mauvais qui germaient dans son esprit. Le tavernier sentit l’orage arriver et l’interrogea du regard, appel auquel elle répondit par un sourire en coin, qui en d’autres circonstances aurait pu faire fondre plus d’un rigide diplomate – quoi de plus charmant qu’un visage de jeune femme retrouvant des expressions d’enfant ? -, mais qui arracha une moue alarmée au commerçant. Elle pouvait presque lire sur son visage les « et merde et merde et merde et merde et merde » qui l’envahissaient ; il n’avait sûrement aucune envie qu’elle se déchaîne sur le stryge, du moins pas dans son établissement. De la part d’un homme qui avait assisté à son affrontement avec Sifril, Axe n’en attendait pas moins…
La jeune fille pivota sur son siège pour s’adresser au stryge, s’accoudant avec une mauvaise nonchalance au comptoir qui était passé derrière son dos. Le mouvement de son bras écarta la cape qui recouvrait son équipement, et ses multiples armes s’offrirent à la vue du stryge noir avec un naturel teinté de menace.


"Il me semble que le Canari Jaune est ouvert à tous les amateurs de Stellaroise, rétorqua-t-elle. Si un semblant de sourire persistait sur ses lèvres, son timbre avait perdu toute note enfantine. Nul besoin de s’occuper de moi…il serait en revanche sage de te trouver un coéquipier rapidement, à se balader seul dans ce genre d’endroit tu vas finir par te faire planter."

Un peu de mépris, une pincée de mauvaises intentions ; c’était le genre de schémas qu’elle servait aux pauvres âmes qui la prenaient de haut, et souvent cela se terminait par une démonstration. Qu’avait-elle à y perdre ? En plus de se faire remarquer des hommes étranges qui peuplaient les lieux, démonter le stryge pièce par pièce allait lui permettre de s’amuser un peu. Sous le regard résigné du tavernier, Axe laissa sa main glisser vers une des dagues qui pendaient à sa hanche, quand une voix bien connue l’interpella.

"Oh punaise Axe ? C'est toi Axe ? Mais qu'est que tu fais ici au juste ? Lui lança l’abyssale, qui recracha la moitié de sa bière par la même occasion. Je ne t'avais pas reconnue, tu as beaucoup changé dis donc, tu es incroyable maintenant ! "

"Anaya ! Un sourire, sincère cette fois, envahit le visage de la jeune fille. Ce que je fais à Stellaraë ? Pas grand chose à vrai dire, cette ville n’a pas l’air de vouloir me livrer quoi que ce soit d’intéressant. Mais et toi ? Comment diable as-tu réussi à t’échouer ici ? "

Ce n’était pas mauvais de trouver une présence bienveillante en ces lieux ; l’abyssale, en particulier, était une bonne surprise. Toujours cet air farouche et jovial, toujours cet accoutrement coloré, la jeune femme n’avait que peu changé et détonnait parmi tous ces grands gaillards sombres et peu avenants. Quant au stryge…Axe lui jeta un regard en biais pour lui faire passer un Je ne t’oublie pas... des plus évidents, puis se dirigea vers Anaya pour poursuivre leur conversation – et introduire gentiment le massacre de corbac qui allait suivre.
Elle imaginait en effet avoir bien changé, depuis la dernière fois que la jolie abyssale l’avait vue. Son ascendance noble avait pris le pas sur ses airs de fillette, son équipement s’était multiplié et avait gagné en valeur, ses ambitions avaient modifié son allure ; mais elle demeurait un petit bout de jeune fille, et son passif de bâtarde des ruelles n’avaient pas fini de lui coller à la peau, la preuve en était du comportement qu’avait eu le stryge à son égard. Axe soupira et chassa ces pensées de son esprit, simplement contente de retrouver sa collègue.

"Un peu de persévérance et je t’arriverai à la moitié du visage, dis-moi ! remarqua-t-elle en riant doucement. Imagine un peu la tête de notre ami commun s’il me croisait au détour d’une ruelle…"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garràn
Le Faucheur d'âmes

avatar

Messages : 1358
Expérience : 755
Masculin Âge RP : 21

♦ Politique : 13
Métier : Forgeron - Compagnon
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Assaf, Niffleuneige +100, v+150, +10% d'or sur transaction, drop, combat)

Stats & équipements
Vitalité:
650/650  (650/650)
Vitesse: 496
Dégâts: 402

MessageSujet: Re: Pour une poignée de rumeur [Libre]   Dim 7 Mai 2017 - 18:24

Je dégustai tranquillement ma chope, avachi sur la banquette, tendant l’oreille, espérant entendre quelque chose d’intéressant. Malheureusement, tout ce que j’eue pour echo fut les menaces d’une enfant arrogante jouant à la justicière des tavernes. Montrant son équipement caché sous sa cape, probablement de fausses armes dont la qualité laissait à désirer. Je devais admettre toutefois que celui que je portais n’étais guère mieux, mais je n’avais nullement besoin d’étendre mon équipement pour combler mon manque d’assurance. Une autre jeune femme vint la rejoindre au comptoir. Elles commencèrent une discussion plutôt animé, deux jeunes commères. Je faisais dors et déjà parti du passé pour cette enfant imprudente, tant mieux ! Elle me laissera tranquillement siroté mon jus des sables.

Un individu, aussi sombrement habillé que la couleur de mes ailes, vint s’asseoir sur la banquette juste derrière moi. Nous étions donc dos à dos. Il ne s’était pas assis à cette place au hasard et l’avait bien choisi. Il s’agissait d’un déserteur des Baldors, un humain ayant travaillé pour l’alliance et qui aurait pour une quelconque raison rejoint la C.O et les autres groupuscules de l’ombre. Comment pouvais-je le savoir ? Ayant vécu à la tour noire, des informateurs comme lui, j’en voyais tous les jours passer. Pour un habitué, il est facile de les reconnaître. Leur comportement, les bijoux qu’ils portent, généralement des objets de récompense provenant de familles d’assassins, les tatouages représentants les familles qui les avaient pris sous leurs ailes. Tout comme celle que je portais au visage, malheureusement, cette marque n’était pour moi que le signe de la malédiction qui avait frappé ma ligné. Pourtant, il commença la discussion. Ignorait-il que ma tête était mise à prix dans la grande tour sombre ?

Informateur – t’as l’air de chômer ces temps-ci.

Garràn – Peut-être. Raconte.

Informateur – L’un des jeunes princes du royaume cherche à s’emparer du trône, mais pour atteindre son rêve, il a une petite liste de course à s’approprier.

Garràn – tu te fous de moi ? Je ne suis pas là pour écouter un idiot déblatérer des âneries.

Mais n’importe quoi, il ne manquerait plus que ça ! Encore heureux qu’il me les chuchoté ! Imaginez un peu si les gardiens présents dans la taverne l’avaient entendu ? Et puis son histoire ne tenait pas debout ! Les 3 jeunes princes se battaient certes pour la succession, mais à aucun moment ils essaieraient de s’entre tuer pour la royauté ! L’informateur me remit donc une petite enveloppe que je prendrai le temps de lire plus tard, par souci de discrétion.

Informateur – Bon courage … Tu n’es pas au bout de tes peines.

Sur ces mots, je me levai pour aller chercher une seconde pinte, j’en avais bien besoin pour surmonter ce choc. Et mot qui espérait que les humains étaient plus loyal et respectable que mes congénères. Peu importe la provenance de la personne, tous les peuples sont corrompus jusqu’à la moelle, c’était ce que je m’étais mis en tête.





Artisan de La forge ensablée

Disponibilité :

Rp : Combat de poids plumes - Slot 2 (libre)

Arène : Slot 1 (libre) - Slot 2 (libre) - Slot 3 (libre)


Dernière édition par Garràn le Lun 5 Juin 2017 - 20:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Axe
Maîtresse d'armes

avatar

Messages : 403
Expérience : 1294
Féminin Âge RP : 14

♦ Politique : 54
Métier : Chasseuse - Maîtresse absolue
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Lion géant +150, 50, v+100)

Stats & équipements
Vitalité:
1260/1260  (1260/1260)
Vitesse: 348
Dégâts: 1036

MessageSujet: Re: Pour une poignée de rumeur [Libre]   Dim 28 Mai 2017 - 23:23

Axe et Anaya discutèrent brièvement mais chaleureusement, comme les deux connaissances qu’elles étaient. Une aura amicale dans les bas-fonds de Stellaraë, voilà qui faisait plaisir. Bon sang, oui, c’était agréable. La jeune fille savait qu’elle allait bientôt repartir courir les routes et profita de l’instant, oubliant le stryge désagréable qui était retourné s’isoler dans un coin de la taverne. C’était amusant de jouer les pestes, mais l’abyssale constituait un divertissement bien plus sain.
Au fil de la conversation, Axe en vint presque à oublier le sombre individu et finit par se concentrer entièrement sur les anecdotes délivrées. Plus de nouvelle de leur employeur du côté de l’abyssale non plus, mais elle avait profité de cette absence de directives pour voyager, semblait-il. La mercenaire n’était donc pas la seule à avoir poursuivi ses activités indépendamment des projets du jeune homme…

Sous l’œil bienveillant du tavernier, la jeune fille retrouva quelques couleurs et quitta ses airs de jeune demeurée, aidée par quelques pintes. Elle allait pour régler et s’arrêter de boire pour la journée, quand son regard passa sur la table du stryge. Et les efforts qu’elle avait fournis pour se détacher de la situation disparurent, aussi vite qu’Anaya lui avait permis de ne plus s’en soucier.

Le jeune hybride avait été rejoint par un homme encapuchonné, qui retint immédiatement l’attention de la jeune fille. Elle avait déjà vu ce genre de personnage, mais n’était jamais rentrée en contact ; les messes basses de taverne ne la concernaient pas, elle se limitait au grand jour. Dos à dos, les deux hommes échangèrent quelques mots, puis le premier passa une enveloppe au stryge et fila discrètement, au nez et à la barbe des gardiens présents. Sans doute les soldats étaient-ils en permission, mais la situation amusa tout de même Axe. À quel points les protecteurs de Stellaraë étaient-ils en train de se faire berner ? Soudain, la lycanthrope sentit sa curiosité monter et emboita le pas à l’informateur, après avoir lancé à son amie d’un jour :

"Pardonne-moi, Anaya, je reviens tout de suite."

Personne n’avait fait attention à elle, l’homme y comprit. Pour peu qu’elle se débarrasse de ses armes, sa carrure de jeune fille lui permettait souvent de ne pas éveiller les soupçons ; cependant, elle se fit discrète, l’informateur devait être un habitué des filatures. Ils gravirent tous deux les marches qui allaient les conduire hors de la taverne, puis l’homme passa la porte de la taverne et la referma derrière lui. Axe sauta rapidement les dernières marches et sortit à la suite, se rapprochant au mieux de sa cible. Cette fois-ci, il se retourna franchement, les sourcils froncés.

"Pourquoi tu me colles au train, t…"

Il ne put finir sa question. Axe venait de le faucher niveau du ventre, enfonçant son épaule dans l’estomac de l’informateur ; ils trébuchèrent tous les deux et finirent plaqués dans un recoin de la ruelle. L’homme répliqua d’un coup de poing qui repoussa temporairement la jeune fille, mais elle revint à la charge et pressa sa dague sous les côtes de son adversaire. Aidée par sa force de lycanthrope, elle l’immobilisa et lui fit comprendre qu’il valait mieux arrêter de bouger, sous peine de voir son poumon gauche salement perforé.

« Qu’est-ce que tu me veux ? siffla-t-il finalement, peinant à croire qu’une gamine avait le dessus sur lui.
- Je veux les informations que tu as livrées au stryge.
- Pour qui tu te prends, gamine ? cracha l’informateur. Ça te concerne pas, toute armée que tu sois !

Il tenta de se dégager, mais la lame de la lycanthrope s’enfonça profondément sous sa côte, lui arrachant un grondement de douleur. La blessure n’était dangereuse, mais ça faisait un mal de chien.

- Ça me concerne plus que tu ne le crois, marmonna Axe. Alors ?
- …le troisième prince est un pourri, lâcha finalement l’homme entre ses dents. Il veut accéder au trône, mais ça laissera pas toutes les gorges de la ville indemne.
- Et l’enveloppe ?
- Qu’est-ce que j’en sais, m…AH !

Une rotation de la lame arracha une seconde exclamation de douleur à l’informateur, dont le regard s’enflamma.

- Une liste à l’intention du stryge, les gêneurs à dégager.
- C’est tout ?
- Tout ce que je sais.
- Merci, l’ami, susurra la lycanthrope. On se reverra si tu passes à Lédéhi. »

Axe relâcha la pression et reçut immédiatement un coup de genou de la part de l’homme en noir, qui la projeta violemment contre le mur opposé. Elle le regarda filer avec un sourire en coin, la pommette contusionnée mais l’esprit tournant à toute vitesse. Ainsi, les cours étaient toutes les mêmes, celles des ducs du Nord comme celles des rois du Sud…
L’informateur disparut aussi vite qu’il était arrivé, conscient qu’il venait de bafouer une bonne poignée des règles qui régissaient sa fonction. Il aurait au moins dû essayer de la tuer, mais ses affaires semblaient l’appeler ailleurs. Tandis qu’il se fondait dans les ombres des ruelles, Axe regagna la taverne en essuyant la lame à l’intérieur de sa cape, satisfaite. Voilà qui promettait d’être fort intéressant, la mercenaire allait suivre l’affaire de près – même si elle n’y prendrait pas part, faute d’y être invitée. Elle redescendit les marches et constata que le stryge s’était de nouveau installé au bar, non loin des places qu’occupaient Anaya et la jeune lycanthrope. Prenant soin de vérifier que personne n’était en mesure d’entendre ce qui allait suivre, Axe prit place à nouveau et héla le patron des lieux.

« Hep, tavernier ! Une pinte gratuite pour une rumeur.
- Ça dépend, gamine, fit-il en haussant un sourcil. Elle ressemble à quoi ?
- …Meurtre royal, répondit la mercenaire à voix basse. Maintenant il me faut ma chope, mon brave. »





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dougal Keane
Le Tribun ♦ Rôdeur

avatar

Messages : 4379
Expérience : 3525
Masculin Âge RP : 28

♦ Politique : 136
Métier : Chasseur - Maître Absolu
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Anor, aigle géant de Dougal [Emblème Gardien] +400, v+400 ; dissuasion : évite à coup sûr la prison)

Stats & équipements
Vitalité:
4002/4002  (4002/4002)
Vitesse: 859
Dégâts: 1830

MessageSujet: Re: Pour une poignée de rumeur [Libre]   Lun 5 Juin 2017 - 4:23

La pire taverne de la cité des humains de Stellaraë était, sans le moindre doute, "Au canaris jaune". Un lieu malfamé où se réunissaient les pires crapules des environs pour échanger des informations douteuses, partiellement vraies, au nez et à la barbe des Gardiens. N'ayant jamais le temps de s'occuper de ces cas superflus, personne n'était envoyé là-bas pour faire le ménage. Pourtant, on pouvait tout de même y trouver des défenseurs de la cité qui profitaient de leur statut pour récupérer quelques pièces d'or en échange de leur silence (ou même d'informations). Non seulement cette taverne était un nid d'impostures mais en plus elle favorisait la multiplication des cas de corruption. Ça ne semblait pas être trop grave d'échanger un peu d'argent pour quelques canulars, mais c'était là une mise en bouche à des détournements illicites fort néfastes pour la cité. À partir du moment où un homme décide de vendre des paroles pour quelques dorures, il serait prêt à faire n'importe quoi d'autre pour en obtenir encore plus. C'était surtout pour cette raison que le rôdeur de la Garde, Dougal Keane, avait décidé de s'y rendre. Il ne s'intéressait pas vraiment aux informations qui pourraient circuler, mais le Stellarois voulait mettre la main sur des Gardiens qui pourraient être coupables de trahison.

Juste avant de rendre une petite visite de courtoisie au tavernier et à ses clients, le Gardien-en-chef resta à l'écart, posé contre la façade d'un vieux commerce de poteries. Il avait aperçu deux ombres se faufiler dans une ruelle et s'était déplacé pour mieux les observer, tout en restant à bonne distance, comme les rôdeurs savaient y faire. Dougal ne pouvait pas entendre la conversation animée que tenaient ces deux individus, mais le Gardien remarqua clairement les intentions peu amicales de l'agresseuse (car il s'agissait d'une jeune femme). La scène avait un aspect quelque peu comique et le rôdeur se garda bien d'intervenir. Une fois qu'ils eurent terminé leur affaire, la victime s'enfuit tandis que son bourreau retourna dans le vacarme de l'établissement des ragots. Dougal fit signe à l'un des Gardiens qui l'accompagnaient de prendre en chasse le fuyard pour lui offrir un séjour tous frais payés dans les cellules de la Tour Stellaroïse.
Dougal pouvait avoir confiance en son camarade ; ils se connaissaient bien et avaient vécu quelques petites histoires ensemble. Le rôdeur avait toute confiance en lui et en ses capacités ; aussi doué soit le mystérieux homme encapuchonné, il n'avait pas le moindre chance d'échapper à l'elfe de la Garde. De toute façon, vu la facilité avec laquelle il s'était fait prendre, cet homme allait forcément passer un très désagréable moment dans le quartier-général de la Garde. Ilò poursuivit le fuyard avec la plus grande légèreté et discrétion, comme les elfes savaient si bien y faire.
- Sois prudent, avait-il glissé à l'elfe avant qu'il ne se détache du groupe.

Quelques secondes après, le rôdeur bougea de sa position et partit enfin rencontrer les malotrus qui se cachaient dans l'établissement délabré. Dougal poussa la porte et tomba nez à nez avec un malandrin ayant un peu trop abusé du mauvais alcool servi là-bas. Le poivrot fit la rencontre avec le poing du rôdeur et déboula des marches dans un fracas qui n'annonçait rien de bien. Il perdit ensuite connaissance et décuva sur le sol froid et dégoutant de l'établissement. Le Gardien descendit calmement les marches et enjamba le corps de celui qu'il venait de frapper. Le rôdeur s'arrêta un peu plus loin et fut rejoint par un autre Gardien, en armure d'apparat.
- Bonjour, Inspection Sanitaire de Stellaraë. On m'a avertit d'une transgression des règles d'hygiène dans cet établissement, avec notamment la présence de rats morts dans les cuves à "bières", s'annonça-t-il aux clients.

Malgré la réputation des lieux, personne n'était assez idiot pour croire qu'il était vraiment là pour une inspection sanitaire. Les dorures sur son armure et l'insigne que cet individu portait à la poitrine renseignaient parfaitement son identité. Cet homme était un Gardien, et il n'avait pas l'air bien commode contrairement aux deux/trois qui se prélassaient sur les lieux. En le voyant entrer, ils se levèrent précipitamment et se placèrent tout droit comme des troncs de bouleau. Dougal ne leur adressa aucun regard, mais ces poivrots savaient qu'ils passeraient les pires moments de leur vie dans les heures à venir.
Juste après son entrée en scène, un des clients se dirigea vers la sortie dans le but d'échapper à la visite surprise de la Garde, mais il fut arrêté par le rôdeur qui le repoussa d'une main sur l'épaule.
- Ne t'avise même pas d'essayer de t'enfuir ! l'avertit-il en posant sur lui un regard noir et menaçant. Personne ne sort d'ici. Ne vous inquiétez pas, ce ne sera pas long ; à peine trois jours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dilon Deraborne
Administrateur ♦ Guerrier

avatar

Messages : 4276
Expérience : 3559
Masculin Âge RP : 33

♦ Politique : 127
Métier : Forgeron - Maître Absolu
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Altaïr, Pyrargue de Dilon [Emblème Gardien] +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
2998/2998  (2998/2998)
Vitesse: 380
Dégâts: 2338

MessageSujet: Re: Pour une poignée de rumeur [Libre]   Lun 5 Juin 2017 - 4:52

Dilon déambulait dans les rues de sa cité. Stellaraë demeurait une ville fort belle, et le gardien aimait s'y balader en répondant d'un sourire aux gens qui le saluaient, et en veillant à ce qu'il n'y ait aucun conflit entre chaque habitant. Il avait en outre décidé d'arborer l'écusson royale, comme pour signifier son allégeance au roi. C'était également un moyen de prouver son rang, puisqu'il avait récemment été nommé gardien-en-chef, soit un poste relativement important chez les  Gardiens. Il avait en effet quelques néophytes sous ses ordres et, même s'il n'avait pas l'amplitude d'un capitaine, on sentait que son rang pouvait être une force de dissuasion.

Le guerrier parvint bientôt dans une ruelle qu'il connaissait bien : celle des tavernes. Nostalgique, il décida de se rendre devant l'établissement qu'il avait fréquenté auparavant. Au Canari jaune était le nom donné à cette taverne. Il n'y avait pas de véritable signification à ce titre, si ce n'est le fait que les noms d'oiseau pouvaient facilement fuser à cet endroit. S'il était vrai que cette taverne pouvait être rempli de crapules, c'est là-bas que l'homme avait cuvé pratiquement tous les jours pendant dix années, après qu'il ait perdu sa mère. Ce n'est qu'avec la rencontre d'un elfe qu'il avait pris conscience de sa pauvre existence... Depuis il avait acquis en expérience et même si sa vie d'avant ne lui manquait pas du tout, il conservait un bon souvenir des tavernes.

Epris d'une curiosité malsaine, il décida de rentrer dans la taverne du Canari jaune, notamment pour vérifier que tout allait bien. Quelle surprise se fut lorsqu'il tomba sur Dougal Keane, son acolyte. Depuis les débuts, Dougal l'avait accompagné. C'était un compagnon émérite, et un combattant aguerri. Néanmoins, la situation et la disposition de la salle laissaient penser qu'il y avait du grabuge par ici. Dilon referma calmement la porte derrière lui et s'avança dans la taverne. Il salua le gardien qui accompagnait son ami et se tourna vers le sieur Keane.


- Bien le bonjour, mon ami. Tout est calme ici. Tout va bien Dougal ? Ceci ressemble fort à une inspection...

Il jeta alors un coup d’œil au tavernier (un nouveau que Dilon ne connaissait pas), qui lançaient des regards fuyants partout dans la pièce, évitant à chaque fois de poser les yeux sur les gardiens. Oui, indéniablement, quelque chose n'allait pas.





:nainhache:

~Administrateur ♦ Gardien-en-chef chez les Gardiens ♦ Membre des Dragonniers ♦ Rédacteur au Phénix Enchaîné ♦ Propriétaire de la boutique L'Âme et l'art mûr~

RP1-RP2-RP3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lemondededuralas.org
Athanasia Darkan
Néophyte

avatar

Messages : 19
Expérience : 211
Féminin Âge RP : 20

♦ Politique : 01
Métier : Sculpteur - Novice (5)
Disponibilité : Disponible

Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
110/110  (110/110)
Vitesse: 146
Dégâts: 40

MessageSujet: Re: Pour une poignée de rumeur [Libre]   Lun 5 Juin 2017 - 12:54

Elle manqua de s’écrouler sous la pression exécutée sur son épaule, même si elle était forte ça ne restait qu’un bout de femme frêle et elle  n’était encore pas bien entraînée au combat. Sa réaction n’avait pas été la plus judicieuse. Elle pensait vraiment pouvoir s’extirper vers la sortie sans encombre. C’était par hasard qu’elle avait rejoint cet établissement plus tôt dans la journée, afin de financer son futur voyage à Ishtar. Il était grand temps de penser à son avenir et la libération de son père était une priorité absolue, jamais elle ne laisserait tomber quelqu’un de sa famille et, même si la situation l’obligeait à fréquenter les pires lieux, elle ne baisserait jamais les bras face à l'adversité.

« Trois jours ?... » Les mots sortirent difficilement de sa bouche, presque dans un sifflement. Elle ne souhaitait absolument pas s’attirer des ennuis et elle savait que la contestation était synonyme de problèmes dans ce genre de situation.
Elle posa sa main sur la bourse d’or accrochée à sa ceinture, qu’elle avait subtilisée à l’un des gardes dont la méfiance avait été grandement diminuée par l’abus de boissons, quelques minutes avant l’interruption bruyante du gardien. Un contrôle sanitaire dans un établissement comme celui, ce n’était qu’une vaste supercherie et elle était quasi-certaine que le jeune défenseur de Stellaraë avait une idée en tête. Elle le dévisagea furtivement avant de regagner sa place, « il était plutôt attirant pour un gardien », se dit-elle.

Elle entendit une voix derrière elle, alors qu’elle était en train de se déplacer.

« Bien le bonjour, mon ami. Tout est calme ici. Tout va bien Dougal ? Ceci ressemble fort à une inspection... », la voix du nouvel arrivant portait dans la pièce et marqua une vraie coupure avec l'action précédente.

Elle nota le nom « Dougal » quelques parts dans son esprit. Quand elle arriva à sa table d’origine, elle se retourna pour observer la scène. Les deux hommes avaient l’air de bien se connaitre, c’était probablement une chance qu’il soit arrivé à ce moment-là, cela permettrait peut-être au beau brun d’oublier sa tentative de sortie de l’établissement. Son ami était plus âgé, probablement plus gradé aussi, même si leur proximité évidente ne laissait pas transparaitre de domination hiérarchique et que la science des échelons était un mystère pour elle. Il arborait l’écusson royal ce qui, au-delà d’inquiéter un peu plus la jeune femme, prouvait que ce n’était pas n’importe qui. Il soutenait du regard le tavernier qui était plutôt mal-à-l’aise, ce qui arrangeait un peu les affaires de la Stellaroïse. Plus les autres paraissaient suspects, plus elle arriverait à passer inaperçu.

Les gardes, qui était jusqu’à présent au garde à vous, ne semblait pas dans leurs meilleures formes. Ce n’était pas la première fois qu’elles les voyaient fréquenter l’établissement et elle aurait dû se douter qu’un jour ils se fassent prendre pour corruption. Le véritable problème c’est que les recettes journalières de l’un d’eux étaient pendues à son ceinturon. Elle pâlit instantanément en faisant le rapprochement. La prison de Hukutav traversa son esprit, les murs humides, l’absence de fenêtre, l’enfermement, elle tourna de l’œil et posa la main sur la table pour ne pas s’écrouler. Rien ne lui faisait plus peur que de retourner là-bas à nouveau, si ce n’est la mort elle-même. Ne pouvant plus s’enfuir, son sort n’était désormais plus entre ses mains. Elle espérait juste que sa victime était trop saoule pour se rappeler que cette bourse lui appartenait…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Axe
Maîtresse d'armes

avatar

Messages : 403
Expérience : 1294
Féminin Âge RP : 14

♦ Politique : 54
Métier : Chasseuse - Maîtresse absolue
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Lion géant +150, 50, v+100)

Stats & équipements
Vitalité:
1260/1260  (1260/1260)
Vitesse: 348
Dégâts: 1036

MessageSujet: Re: Pour une poignée de rumeur [Libre]   Lun 5 Juin 2017 - 16:36

Un grand fracas retentit soudain dans les escaliers, arrêtant net la jeune fille dans ses révélations. Sans doute saoul, un homme s'écrasa sur le plancher après ce qu'on devinait être une série de roulades contre les marches dures, suivi par un homme en uniforme. À sa vue, la moitié des clients de la taverne jurèrent dans leur barbe et se détournèrent pour dissimuler leurs traits, tandis qu'un silence de mort s'abattait sur les lieux.

...Et merde.
Axe avait également remarqué l'insigne du nouveau venu, bien en évidence. C'était un gardien - et pas une simple recrue comme les épaves qui se tenaient là, non. Un gradé. Une inspection ? Jurant entre ses dents, elle enfouit son visage dans sa bière et prit une grande lampée pendant que le guerrier s'avançait dans la salle, rejoint par par un collègue en armure intégrale. Axe se détendit et le laissa pousser son numéro d'intimidation, gardant tout de même une oreille attentive aux événements. Malgré son excuse foireuse sur le contrôle d'hygiène, il n'avait pas l'air de plaisanter.
De son côté, et si c'était réellement une inspection de surface malgré les apparences, elle risquait peu. Une simple gamine égarée dans les bas-fonds, ça attirait en général très peu l'œil - de dos, ses armes étaient dissimulées sous sa cape, dont le velours noir se fondait dans la semi-obscurité qui baignait le sous-sol. Reste calme et laisse couler, c'en sera fini dans une petite heure.

Suivant son propre conseil, Axe s'accouda au comptoir et sirota son alcool sans faire de vagues, baignée dans la fumée que crachait le cigare du tavernier. Elle nota avec un brin d'amusement la facilité avec laquelle le gros bonhomme s'était laissé intimider, mais finit par lui adresser un regard compréhensif ; on venait au canari jaune pour ne pas risquer d'être emmerdé par la Garde, et voilà que les hauts grades débarquaient pour un contrôle. Ça n'allait pas plaire à la clientèle, certains risquaient de revenir lui signifier leur mécontentement.
C'est alors qu'une jeune femme tenta de s'enfuir en contournant le gardien, ce qui lui valut d'être assez sévèrement bousculée. Axe soupira et reposa sa chope dans l'attente de la réaction du soldat, maudissant intérieurement la fugitive. De toute évidence, le geste n'allait pas être bien pris.

La réponse du gardien fusa immédiatement ; plus personne ne sortait. Bon sang, il n'était clairement pas dans les plans de la mercenaire de passer la journée dans ce trou à rats entourée de gardiens ; il suffisait qu'un seul soit trop regardant et elle risquait les emmerdes, si la milice Stellaroise fonctionnait comme celles qu'Axe avait eu l'habitude de titiller dans le Nord. Enfin ! Le port d'armes et d'yeux rouges n'était pas proscrit entre les murs de la ville, Axe n'avait donc rien sur elle de particulièrement condamnable. Son uniforme de la congrégation était resté à Lédéhi, elle n'avait rien portant le sceau caractéristique en poche. Sur un coup de malchance, elle avait peut-être eu le réflexe d'emporter une fiole de poison, mais...allez savoir ! Ce genre de détails ne lui restaient pas longtemps en tête.  

Bien le bonjour, mon ami. Tout est calme ici. Tout va bien Dougal ? Ceci ressemble fort à une inspection...

Axe redressa la tête au son de cette nouvelle voix, dont le propriétaire arrivait tout juste. Un grand brun aux traits autoritaires, gardien également.

Il y aurait des rats morts dans les cuves à bière, lança-t-elle à l'homme depuis le comptoir. Croisant les jambes, souriante, elle leva sa chope et poursuivit. Pourtant la Stellaroise n'est pas mauvaise ! Goûtez donc et jugez, ça m'a tout l'air d'un malentendu.

À excuse foireuse, réponse foireuse. L'ambiance tendue qui s'était installée se brisa l'espace d'un instant, le temps pour les gardiens déjà présents avant l'intervention de leur supérieur de reprendre leurs esprits. Même assez fortement alocoolisés, il semblaient avoir envie de faire bonne figure...Axe leur souhaitait bonne chance.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Garràn
Le Faucheur d'âmes

avatar

Messages : 1358
Expérience : 755
Masculin Âge RP : 21

♦ Politique : 13
Métier : Forgeron - Compagnon
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Assaf, Niffleuneige +100, v+150, +10% d'or sur transaction, drop, combat)

Stats & équipements
Vitalité:
650/650  (650/650)
Vitesse: 496
Dégâts: 402

MessageSujet: Re: Pour une poignée de rumeur [Libre]   Lun 5 Juin 2017 - 21:09

Mon informateur s’en était allée, suivi de près par la petite gamine, pensant s’être fait assez discrète pour ne pas être remarqué. Malheureusement pour elle, notre petite entrevue m’avait fait comprendre que cette petite fouineuse avait besoin d’être surveillé au grain. Elle avait laissé son amie abyssale, seule au comptoir. Peu importe si elle parvenait à lui soutirer des informations, même si l’idée qu’elle réussisse m’effleurait à peine l’esprit, celui-ci ne révèlerait ses infos seulement à un membre de la C.O et encore, une personne avec qui il aurait déjà travaillé à plusieurs reprises. Je n’avais pas encore pris la peine de lire ce qu’indiquait la lettre, mais j’imaginais une liste de tête à rapporter. Mais en l’ouvrant, il s’avérait que ce soit loin de l’idée que je m’étais faite sur cette mission. Une simple récolte d’élément et de ressources sur certains animaux. Je devais jouer les chasseurs de bêtes plutôt que les chasseurs de tête, ce qui me frustra à me noyer dans ma chope.

J’hoquetai, un petit rot s’échappa sans que je m’en aperçoive et l’instant d’après, un bruit étrangement grinçant, faisant penser au son qu’émet la mâchoire lorsqu’on la déboîte, retentit dans les escaliers, s’en suivis d’un malheureux pouilleux s’écrasant au sol. Un individu descendit lentement, contournant l’homme au sol et venant ce poster au milieu de la taverne, droit comme un I, l’air fier. Un membre de la garde, son armure ne trompait pas, mais celle-ci faisait penser à un officier, si ce n’est plus gradé encore. Comparé aux larbins à moitiés saouls affalé sur les chaises, celui-ci dégageait une certaine aura, prestance qu’il avait acquise avec l’expérience et le combat. Cela se sentait qu’il avait connu nombreuse bataille et affrontement en tout genre, son regard noir et sérieux pétrifia l’assemblée dans un silence assourdissant. Il valait mieux pour que j’évite de faire tout et n’importe quoi pour le moment…

Le garde annonça sa présence comme un simple contrôle d’hygiène, invention qui aurait fait rire plus d’une personne dans la foule, mais sorti de cette bouche-ci, personne n’osa répondre. Je supposais que celui préférait camoufler ces réelles intentions derrière une excuse bidon dans ce genre pour ne pas provoquer d’émeute dans un espace aussi restreint. Et puis pour les paperasses, c’est plus facile. Une jeune femme s’essaya à l’invisibilité, mais malgré ses efforts, son insouciance se vit rattraper par une main plus réelle que jamais, aussi lourde que la sombre raison dont son porteur avait essayé de cacher par une piètre mascarade. Le gardien allait certainement rappeler à l’ordre ses pitoyables sous fifres et allait peut-être procéder à une inspection des lieux, ou plutôt des individus présents en ces lieux. Mes armes étaient bien en évidence, aucune chance que celui-ci les loupes, ou bien il en ferait exprès, ou bien il n’en aurait rien à faire. Mais le port d’armes n’était pas interdit, seul son utilisation était proscrite. Ou peut-être que le port d’arme dans les lieux publiques autres qu’en objet de vente. Ce n’est pas cela qui allait me gêner, une amende et le tout était terminé. Ma bourse en prendrait seulement un coup.

Un autre homme le rejoint, plus âgés et plus tendre que son collègue. Celui-ci lâcha le nom de son collègue, chose qu’aucun mercenaire, assassin ou autres brigand réfléchi aurait fait sans avoir vérifié au préalable la présence d’étranger. « Dougal » ? Ce nom lui était totalement inconnu, mais s’en souvenir pourrait peut-être l’aider à l’avenir. Cela ne me coûterait rien de faire quelques recherches à son sujet. Sa tête devait rapporter un gros pactole, comme la plupart de ses collègues gardiens d’ailleurs. Venant s’informer de la situation auprès de son collègue un peu trop sérieux à mon goût, ce n’est autre que la gamine effrontée à la langue bien pendu qui lui répondit, provoquant de manière indirecte le fameux « Dougal ». Elle commençait à piailler un peu trop fort cette poulette, suffisamment pour être éliminé à la sortie d’une taverne, mais la justice locale allait la faire déchanter aussi vite qu’elle venait d’ingurgiter sa bière. Ces provocations dissimuleront ma présence un tant soit peu. Un stryge noir n’était jamais bien vu dans les environs et j’en étais bien conscient, mais pour le moment je tenais à garder mon rôle de spectateur à l’affut d’information qui s’échapperait par inadvertance de la bouche de ses messieurs. Me tournant vers eux, accoudé au comptoir, ma chope dans la main droite, mon sourire trahissait mes mauvaises pensées. Je me ferais un plaisir de les écouter.





Artisan de La forge ensablée

Disponibilité :

Rp : Combat de poids plumes - Slot 2 (libre)

Arène : Slot 1 (libre) - Slot 2 (libre) - Slot 3 (libre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dougal Keane
Le Tribun ♦ Rôdeur

avatar

Messages : 4379
Expérience : 3525
Masculin Âge RP : 28

♦ Politique : 136
Métier : Chasseur - Maître Absolu
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Anor, aigle géant de Dougal [Emblème Gardien] +400, v+400 ; dissuasion : évite à coup sûr la prison)

Stats & équipements
Vitalité:
4002/4002  (4002/4002)
Vitesse: 859
Dégâts: 1830

MessageSujet: Re: Pour une poignée de rumeur [Libre]   Sam 17 Juin 2017 - 11:21

Un petit invité surprise rejoignit la fête orchestrée par le rôdeur : Dilon Deraborne, un ami de Dougal, un guerrier de la Garde vigoureux et au grand cœur. C'était une personne sur laquelle on pouvait compter et le rôdeur salua la providence de l'avoir amené à leur inspection. Il ne serait pas de trop pour cette petite visite de courtoisie. Surtout qu'on n'était jamais trop prudent ; cette histoire pouvait très bien mal se terminer. Malgré la présence de la Garde, un bon nombre de clients avait ses armes à portée de main et ils n'hésiteraient pas à les utiliser si les choses tournaient mal. Une belle bande de coupe-gorges incongrus. Rien que de la vermine ; il fallait nettoyer tout ça aux boules de feu. Dougal n'était pas contre réduire cette taverne en cendres, mais il n'avait pas le pouvoir arcanique de le faire. De toute façon, si cet établissement fermait, un autre du même genre s'ouvrirait. Ce n'était donc pas la solution adaptée, mais le rôdeur avait une petite idée derrière la tête.
Après que le guerrier se soit ajouté à la liste des participants, une jeune cliente vanta les mérites de la boisson de l'établissement pourtant pourri jusqu'aux racines. Assurément, elle n'avait jamais gouté à la véridique Stellaroïse, celle que l'on trouvait dans les tavernes authentiques dans lesquelles l'esprit du désert était respecté. Le "Canari Jaune" n'était qu'une copie de n'importe quel établissement mal famé que l'on pouvait trouver à Ishtar, la ville des crapules. Cette fille ne faisait que répondre aux sarcasmes du rôdeur et il ne pouvait pas lui en vouloir. Elle s'amusait, mine de rien.
Le Gardien s'approcha du comptoir et s'y adossa. Il se plaça à l'extrémité gauche afin de n'avoir personne sur sa droite. Dans cette position, le rôdeur pouvait observer toute la salle et garder les clients accoudés au bar dans sa ligne de mire du coin de l'œil gauche. Seul le tenancier échappait à son champ de vision, mais Dougal tendait l'oreille pour écouter le moindre de ses mouvements. De toute façon, il était trop penaud pour faire dans le raffiné et se débarrasser de lui. Et même si le Gardien était mis hors d'état de nuire, ce ne serait pas le cas de Dilon et de l'autre Gardien en armure.
- Pourtant, jeune Dame, je crois voir une belle bande de rats galeux dans cet établissement.

Dougal soupira et passa au peigne fin chaque client. Parmi les Gardiens au comportement décevant, le rôdeur en reconnut un qui avait déjà sa petite réputation dans le milieu. Cet idiot avait donc continué ses agissements. Ça n’augurait rien de bon pour lui, et Dougal allait s'assurer qu'il ne puisse revenir de sa prochaine mission. Un petit tour dans les marais pour qu'il se coince la jambe dans des sables mouvants ? Ou alors l'envoyer se faire rôtir par les cannibales des canyons ? Non, mieux ! Le rôdeur avait trouvé une solution absolument parfaite. Il en eut le sourire durant quelques secondes, avant de rapidement faire voyager son regard sur les malandrins des autres tables. Car malgré la présence de ces indics qui apportaient le déshonneur sur le rayonnement de leur faction, les autres clients méritaient plus que Dougal s'intéresse à eux. Ces félons aux pratiques déloyales n'étaient pas dignes de l'attention de leur supérieur. Peut-être bien pour le malheur des autres...
Parmi ces autres, justement, le Gardien-en-Chef reconnut les traits d'une personne. Elle était recherchée par la Garde, et pourtant l'intéressé ne semblait pas s'en alarmer. Il allait sûrement déchanter lorsque des Gardiens lui tomberaient dessus au coin d'une ruelle. Il y avait des gringalets complètement communs et un stryge noir, accoudé à sa gauche. Lui non plus ne semblait pas alarmé par la présence de la faction stellaroïse. Pourtant, ce n'était jamais bon signe de voir l'un de ces corbeaux. Parmi les groupuscules des Stryges Noirs, il y avait les Exécuteurs. Ces personnes étaient des sanguinaires adeptes de l'auto-mutilation qui ne connaissaient que la mort et la souffrance de leurs cibles. Beaucoup de Stryges Noirs appartenaient à cette secte, et l'équipement du-dit corbeau jouait en cette faveur. Dougal devait garder un œil sur lui, il était peut-être venu à Stellaraë pour de l'assassinat ou pour récupérer des informations. Le rôdeur ne pouvait pas le laisser agir aussi facilement.
- Bon, rompit-il le silence après avoir observé tout le monde, par quoi commençons-nous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pour une poignée de rumeur [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pour une poignée de rumeur [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pour une poignée de Yen [Andrea]
» Recption pour le baptême de Savannah [Libre]
» Pour une poignée de Whiskas...
» Pour une poignée de pièces d'or...
» Pour une poignée de dollars (recherche de rp non terminée)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Centre de Dùralas :: Ville de Stellaraë :: Au Canari jaune [Zone communautaire]-