Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : jesuismickey
Le Monde de Dùralas a précisément 1487 jours !
Dùralas, le Sam 25 Nov - 2:47
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !

Partagez | 
 

 [Officiel]Histoire et sociologie de l'habit Naga

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Livre
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 149
Expérience : 533
♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: [Officiel]Histoire et sociologie de l'habit Naga   Jeu 4 Mai - 23:38


Histoire et Sociologie
De l’habit Naga



.....La race des Nagas, êtres se trouvant entre le serpent et l'humain, à divers degrés, représente un peuple parfaitement intégré dans les terres de Dùralas, foulant cette dernière depuis environ une dizaine de millénaire. Leur société est parfaitement développée et complexe, des valeurs et coutumes lui sont propres et pourtant très peu de textes prennent le temps d'en parler. Nous pourrions nous demander pourquoi, peut-être parce que la race est crainte voire haï, peut-être trop refermée sur elle-même, mais ce n'est pas là le but premier de mon texte.
Il s'agirait ici plutôt de lui rendre justice en la décrivant partiellement au travers du sujet qu'est la mode Naga, certainement loin d'être le plus glorieux des sujets, il n'en reste pas moins un complexe et fascinant que je tenterai d'expliquer non pas sous le seul angle romantique –Ce qui touche à notre sensibilité et notre imagination, ce que l'on en perçoit plus communément-, mais aussi historique et social.



En effet, les vêtements sont devenus des objets du quotidien, presque nécessaires et que l’on côtoie depuis nos plus jeunes années (du moins, pour une majorité de personnes et d’espèces ici). De ce fait, nous ne les questionnons jamais alors que la raison de leur existence et leur origine permettrait d’en apprendre bien plus sur ceux qui les portent, soit ici la race ophidienne. Différentes faces de cette culture seront donc étudiées dans la suite de cet ouvrage, celles-ci différenciés par des critères arbitraires qui seront également expliqués dans les dites parties.



Le vêtement Naga classique


Il s'agirait tout d'abord de percevoir la dimension historique des vêtements qu'ont portés les Nagas tout comme ceux qu'ils portent actuellement. Celle-ci doit être considérée dès la naissance de ce peuple qui se serait déroulé, d'après leurs légendes (mais aussi partagé, de manière plus mineure, par l'histoire des humains), le jour où un serpent géant nommé le Basilic, qui avait causé bon nombre de pertes matérielles et vivantes par sa rage naturelle, mourut de la main d'une alliance d'hommes et quelques représentants d'autres races. On aurait alors retrouvé des œufs sous le reptile décédé desquels les Nagas seraient sortis. Il est logique mais bon de rappeler qu'ils ne sont pas nés habillés et si le désert offrait un environnement très favorable à la race au sang-froid, cette dernière s'en fit chasser par les humains, en colère, pour finir par avoir à habiter le marais Hukutav. Le climat y est alors, en comparaison au désert, bien plus changeant et pas toujours agréable pour les serpents.
C'est alors sans aucun doute la raison pour laquelle ils portaient déjà à cette époque des vêtements faits de peau de serpent. Ceux-ci prolifèrent depuis longtemps dans les marais et arrivent parfois à dépasser la taille de ceux qui vivent dans d'autres régions. Mais il reste tout de même une différence majeure avec ces vêtements et ceux d'aujourd'hui que la race serpentine confectionne, ces plus récents étant bien plus élaborés.
En effet, ces vieux vêtements servaient à répondre à une problématique, à s'adapter au climat changeant et peu agréable d'Hukutav alors qu'aujourd'hui, on leur accorde bien d'autres propriétés (même s'ils ont certainement gardé celle protectrice, tout simplement que ce n'est plus elle qui est mise en avant) telle que celle d'être devenu un réel phénomène social plus connu sous le nom de Mode (et qui, pour la parenthèse, touche bien d'autres races, mais revenons à celle des Nagas).

Ce qu'il y a de plus remarquable dans la vêture Naga, c'est sa matière. De la peau de serpent si peu retravaillé en elle-même qu'elle ressemble énormément, autant visuellement qu'au toucher, à celle de l'animal. De plus, si leur technique de confection a évolué au cours de leur histoire, ce matériel a toujours été utilisé.
Maintenant, pour ce qui est de l'habit lui-même, il s'agit le plus souvent d'une peau de serpent une plus ou moins grande partie du corps de celui qui la porte –comparable au tissu que les humains utilisent-. Le buste et la poitrine pour les femmes restent les parties les plus recouvertes. À l'inverse, pour l'habit commun, cacher son visage avec une capuche ou un voile n'est pas chose commune et il est encore plus rare de voir un Naga habiller sa queue. Pour les autres parties de leur corps les plus communes, pas de tendances particulières ont pu être observées, soit pour les bras, les épaules, le cou et le ventre. Notons tout de même une pièce particulière qui peut être portée à la ceinture (Ce qui est appelé ceinture est la partie faisant la transition entre leur queue de serpent et leur buste plus ou moins humain) et qui se retrouvent, si portée, bien plus sophistiqué que les ceintures des autres races.
Mais ces vêtements ne sont pas uniquement faits de peau. Ils sont, même pour les plus pauvres, également ornés par du tissu (Plutôt utilisé pour les coutures, avec des tons clairs plus souvent utilisés, on peut aussi noter que la couleur or est très représenté –que ce soit du vrai or pour les plus socialement dominants ou une simple teinture pour ceux qui le sont moins- et plus rarement utilisé comme partie entière du vêtement)
Enfin, à ces pièces sont souvent ajoutées divers bijoux, plus ou moins coûteux et faits de matériaux très divers (Du fer à l'or). Ceux-ci sont parfois incorporés directement au vêtement, sinon, ils sont habituellement portés au cou, autour des bras ou à la queue.

Mais si le passage de vêtements ayant une utilité à des vêtements servant principalement à une représentation piochant dans l'imaginaire de la race a été démontrée, nous ne l'avons toujours pas expliqué. Surtout que celui-ci se décline par rapport au rang social.
Pour ces simples vêtements, il serait difficile de donner une date puisque ceux-ci n'ont jamais fondamentalement changé, étant toujours fait de peaux de serpent. Mais la sophistication des techniques peut être vue comme un perfectionnement de l'art de coudre et de réaliser des vêtements en peau de serpent (au-delà d'une simple vitesse de production améliorée et de qualité, on retrouve aussi des éléments qui n'ont plus rien à voir avec le simple besoin de survivre). Alors, pourquoi avoir gardé le même matériau ?

La question peut-être répondue au travers de la volonté des Nagas de s'affirmer en tant que peuple face aux autres peuples. Notamment au travers de leur nature de serpent qu'ils affirment aux travers de ceux-ci (ils n'affirmeraient pas leur côté dit humain, celui-ci étant partagé par bien trop de races) et qu'ils mettent en avant. On peut ici voir un premier lien avec la religion dans le sens où il est raconté dans leurs textes que leur dieu Basilic, qu'ils vénèrent et dont ils attendent le retour, une fois revenu sur Dùralas, permettra au peuple des Nagas de s'élever et de devenir le peuple le plus puissant parmi tous. C'est donc certainement dans cette logique qu'ils ne souhaitent pas se mélanger aux autres peuples (Sans pour autant ressentir de la haine envers ceux-ci, le sentiment est juste plutôt inexistant envers les autres espèces) et leur vêtement devient un bon moyen de le montrer et de sentir leur appartenance à une même race(dans la mesure où c'est également un lien partagé par une grande partie de la race).

Il existe cependant des différences au sein même de la race, bien qu’elles concernent une partie minoritaire de leur population. En effet, il va maintenant s’agir de différencier des catégories particulières que je vais expliciter dans les paragraphes ci-dessous.



Le vêtement religieux Naga


Ce qui différencie tout d’abord les religieux au sein du peuple Naga, c'est leur sexe. En effet, chacun n’a pas le même rôle, seulement un but commun qui est de parvenir et d’attendre le retour du Basilic sur le sol de Dùralas.
Nous commencerons avec ceux de sexe masculins appelés les disciples du Basilic. Ils se rapprochent plus ou moins d’un simple serpent (à comprendre par là qu’ils peuvent tout autant avoir une nature très bestiale que plus ou moins humaine) mais ils ont en commun de porter des habits très simples, souvent constitués d’une robe avec une capuche sous laquelle il dissimule une partie de leur visage. Ces habits sont très simples tout autant au niveau de la confection (peu de pièces différentes sont utilisées) que du matériau utilisé (qui, pour contraster avec les descriptions précédentes, est fait presque uniquement que de tissu). Les couleurs restent tout de même assez proches de celle des serpents. Les coutures sont parfois également faites en serpent.
Ensuite, ceux de sexe féminin, appelées les prêtresses du Basilic, portent une tenue très similaire aux disciples du Basilic, du moins lorsqu’elles se trouvent en milieu religieux. Il semblerait en effet que celles-ci, quand comparées à leur équivalent masculin, soient beaucoup plus libres et manipulatrices. Leurs vêtements sont souvent bien plus clairs et bien mieux ornés et plus sophistiqués (l’or, autant en terme de bijoux que de coutures y est beaucoup présent). En dehors du cadre religieux, les vêtements qu’elles portent sont souvent de couleur similaire, mais beaucoup moins « envahissants » (il ne s’agit plus de robes ou de châles, mais de vêtements plus classiques, quoique toujours plus ou moins en tissu).

On peut alors remarquer l’étrange disparité vestimentaire entre les membres de la religion et les plus simples habitants : Comment alors expliquer la différence dans les tenues portées par ces deux groupes ? S’ils sont si proches du dieu Basilic, ne devraient-ils pas ainsi également porter des vêtements en peau de serpent pour affirmer leur appartenance à leur race ?
En fait, dans ce comportement, on peut trouver un fort écho auprès du comportement des humains sur le plan des habits de religion. La première idée, c’est que les disciples et prêtresses étant de rang social élevé se sont rapprochés des coutumes des humains (Qui est malgré tout la race certainement la plus représentée sur tout Dùralas, mais aussi celle dont les caractéristiques –en partie- sont partagés par de nombreuses autres races).
Mais on peut également constater que la religion Naga n’a jamais pu être totalement englobée sous un seul dogme (non pas sur le but qui reste toujours le même, à savoir ramener le dieu Basilic à la vie, mais sur les manières de pratiquer cette religion) et que certains de ces mêmes membres religieux alors pris d’orgueil, notamment visible au travers du comportement des prêtresses.

On peut alors ici référencer l’histoire de la montée des peuples Nagas face aux autres peuples et qu’en avance, les membres de l’église Naga se soit déjà pris comme étant à la place des humains (d’où la possibilité qu’inconsciemment, ils les recopient). On peut alors également noter une différence majeure entre leurs prêches et leur comportement.
En effet, cette prophétie est connue de tout le peuple Naga, mais n’a pas le même effet sur eux. Les plus communs s’habilleront alors de peau de serpent pour affirmer leur appartenance, là où les religieux s’habilleront plus humainement pour se rapprocher des humains.



Les cas singuliers


Il existe également des Nagas autres que religieux qui cherchent à s’approcher des coutumes humaines et vice-versa.
Pour ce qui est des Nagas qui s’habillent avec des vêtements habituellement portés par d’autres races, ceux-ci sont plutôt rares –Si regardé sur le total de la population ophidienne, sinon, il s’agit là d’un groupe relativement solide-. Il s’agira souvent d’individus peu reliés aux coutumes de leur race (sans pour autant signifier qu’ils en soient exclus. Ils sont davantage considérés comme des marginaux) et qui auront à subir une certaine violence symbolique, une pression à leur encontre pour ne pas se conformer aux valeurs de leur peuple. Ces différences s’expliquent notamment par les expériences individuelles ainsi que les regards portés sur celle-ci de l’individu et par lui seul.
Pour ce qui est des autres races s’habillant de vêtements plus communs aux Nagas, ceux-ci sont encore plus anecdotiques et extrêmement rarement habillés avec une tenue entière. Il ne s’agira souvent que de personnes socialement très hautes (autant sur le plan social qu’économique, il s’agit à la fois de montrer quelque chose par le prix et la difficulté à se procurer de tels vêtements pour les autres races) qui utiliseront la peau de serpent, souvent fabriquée par des Nagas de par leur savoir-faire dans ce domaine. Ainsi, les vêtements en serpent se résument souvent à des accessoires, tels que des gants, capes ou encore des écharpes.

Il me semblait important de conclure en parlant des cas les moins flagrants, du fait qu’ils soient trop nombreux et spécifiques, pour en parler très précisément même si cela ne les rend pas particulièrement moins importants dans mon étude pour autant. Cependant, il faut être certain de ne pas considérer ces exceptions comme une norme du fait que l’on pourrait les considérer comme des individus étant parvenus à passer outre les mailles « symboliques » des filets établit inconsciemment par l’espèce au fil de leur histoire, en parallèle de leurs coutumes et valeurs.

Enfin, je finirai en parlant de la transformation possible (Quoique temporaire, plus ou moins longue selon l’individu) des Nagas en humains, par la substitution de la queue au profit de jambes. Bien entendu, ces transformations impliquent un changement de tenue, notamment le port de bottes et de pantalons qui étaient impossibles auparavant. Cependant, beaucoup d’entre eux seront réticents à se transformer et je n’ai pu en observer qu’un nombre extrêmement faible. Ils refusent en effet de se transformer du fait qu’ils ne semblent pas apprécier cette forme, ayant une large préférence pour leur côté serpent ou d’entre-deux que pour leur côté humain (Peut-être peut-on alors considérer le fait qu’ils ne se transforment presque jamais et le fait qu’ils ne portent ainsi jamais de pantalons ou bottes comme une nouvelle preuve de leur volonté de s’affirmer comme race unique ? ).



Pensées finales


Pour conclure cet ouvrage, on pourra noter que les études sur la race des Nagas restent très marginales et qu’il en faudrait bien plus pour en comprendre toutes leurs facettes. Mais on peut également noter dans un ton plus positif qu'au travers de leurs habits, ceux-ci transmettent bien plus qu’un simple effet de mode, mais également des valeurs et représentations fortes qu’il s’agirait de voir en même temps.


Cette oeuvre rapporte 80 points d'expérience et 90 pièces d'or à Songe Syrzyal
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[Officiel]Histoire et sociologie de l'habit Naga

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Centre de Dùralas :: Ville de Stellaraë :: La bibliothèque :: Rayon A - Culture et éthologie-