Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : jesuismickey
Le Monde de Dùralas a précisément 1487 jours !
Dùralas, le Sam 25 Nov 2017 - 2:54
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !

Partagez | 
 

 [Personnel]Eloria, l'illusionniste aux mille visages

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Livre
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 149
Expérience : 533
♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: [Personnel]Eloria, l'illusionniste aux mille visages   Mar 23 Mai 2017 - 2:29

Introduction


De nombreuses légendes sur des personnages connus sont écrites et recensées dans un grand annuaire servant en quelque sorte de sommaire aux légendes ayant peuplées Dùralas. En feuilletant ses pages, on peut y lire à un moment le titre d'un ouvrage :
« Eloria, l'illusionniste aux mille visages ».
Après avoir pris possession de l'ouvrage portant ce titre, on peut y lire ceci :
« Ces pages racontent l'histoire d'Eloria, une illusionniste qui de son temps, était la meilleure d'entre nous ».

Signé : Un membre la Confrérie des Illusionnistes.



Mirages – L'arrivée à la Confrérie des Illusionnistes



Avant son entrée dans nos rangs, nous connaissions cette magicienne de par sa réputation dans les grandes villes. On raconte qu'elle aurait déjà animé un théâtre de marionnettes pour faire rire les enfants qui venaient la regarder, elle était très appréciée de ces derniers. Nous ne nous doutions pas de l'étendue de la magie de cette jeune femme qui est entrée dans nos rangs à l'âge singulier d'une vingtaine d'années. Il est, en effet, rare que des membres nous rejoignent ainsi, aussi tôt, mais le contrôle qu'elle possédait sur sa magie la rendait aussi qualifiée que certains de nos membres les plus âgés.

Passons cet interlude, Eloria était une jeune femme de taille moyenne, arrondissant le mètre soixante-dix, avec une chevelure noir de jais qui lui tombait sur les épaules, une particularité chez elle était la couleur de ses yeux, un œil gauche dont la couleur pouvait égaler la pureté des glaces éternelles, tandis que l'autre se révélait être d'un vert aussi frais que l'herbe claire d'été. Son accoutrement était classique et léger, montrant qu'elle ne s'encombrait pas pour une voyageuse de son type, elle avait également un bâton, dont tous nos membres pouvaient ressentir la magie qui en dégageait, une magie du vide, elle nous raconta qu'il lui servait principalement à canaliser sa magie parfois un peu rebelle.

En plus de son bâton, elle avait sur elle cinq masques dont les noms ne me reviennent plus en mémoire, ils portaient des noms spéciaux semblables aux motifs qui étaient dessinés dessus.
Lors de ses premières années, Eloria montra une facilité déconcertante dans notre art, le domaine des illusions ne semblait avoir aucune faille pour elle, si bien que cela en eût effrayé certains, d'autres voulaient la virer, elle était trop dangereuse disaient-ils. J'ai moi-même été présent lors de ses entraînements, rien ne lui résistait, elle utilisait ses masques qu'elle contrôlait par magie, ces derniers venaient se jeter sur le visage de ses ennemis et en prenaient le contrôle, ils devenaient ainsi ses pantins qui lui obéissait au doigt et à l'oeil.

Autre précision qui vient seulement de me revenir, Eloria était muette, du moins, elle ne parlait que par télépathie, peut-être avait-elle une voix, mais chez nous, elle ne l'a jamais fait entendre qu'ailleurs que dans nos esprits. Alors que les jours passaient, de plus en plus de gens votaient pour que la Confrérie la fasse sortir de ses rangs, la peur les animaient tous, alors qu'elle venait tout juste d'avoir vingt et un ans, elle fut reniée par un vote à majorité. Beaucoup de mes confrères hauts gradés ont, à ma surprise, voté pour qu'elle parte, eux qui souhaitaient étudier sa magie ont préféré jouer la carte de la sécurité.

Je suis parti à la rencontre d'Eloria au moment de son départ, un regard triste était ancré dans ses yeux, cette petite me faisait de la peine, de mémoire, elle ne nous avait jamais parlé d'une quelconque famille extérieure, elle semblait être seule. Elle avait depuis le début, considéré la Confrérie comme sa nouvelle famille, son regard montrait une détresse alarmante, elle se sentait trahie. Je me souviendrais toujours des derniers mots qu'elle m'a adressés, moi la seule personne qui n'était pas pour son départ, également la personne qu'elle semblait encore respecter malgré ce qu'il venait d'arriver.

« Je reviendrais, et quand ce sera le cas, j'espère que vous ne serez plus ici. »

Que voulait-elle dire à ce moment ? Mon cerveau vieillissant, je peux maintenant l'interpréter de plusieurs manières. Elle reviendrait, cela était certain, mais son regard semblait être empli de haine, une violence passagère qui restait tangente et ce même sur la fin de sa phrase. Toutefois, on aurait dit qu'elle voulait tout de même m'épargner. Qu'elle revienne pour détruire la Confrérie était un véritable problème, mais le pire dans tout cela était qu'elle en était capable, c'est ainsi que je me rendis compte de cette erreur que nos plus hauts gradés avaient fait en la virant. Au lieu de préserver la puissance contrôlée, nous l'avions libéré et jeté dehors comme un monstre.

Mon devoir restait de prévenir la Confrérie qui ne crurent pas un seul instant à mes paroles, que leur arrivaient-ils ? Depuis quand étaient-ils devenus aussi sourds aux alertes ? Sachant qu'Eloria reviendrait tôt ou tard, j'ai préféré faire mon baluchon et m'éloigner quelque temps de la Confrérie pour prendre une « pause » comme je leur avais dit.


Chimères – Le retour d'Eloria



Voilà déjà plus de cinq ans qu'Eloria a quitté la Confrérie des Illusionnistes, cinq ans qu'elle avait disparu de la circulation, on n'entendait plus parler d'elle dans les villes, comme si elle avait trépassé de la surface du monde. C'est lors d'un voyage à Stellaraë que j’eus de ses nouvelles, du moins, cela ne pouvait être qu'elle dans mon esprit. Des enfants revenaient joyeusement de la place et sautillaient content d'avoir pu voir un nouveau spectacle de marionnettes, j'en interpellai un qui me raconta que « La Dame aux Masques » était revenue leur rendre visite et avait joué pour eux.

Voilà qui était rassurant mais inquiétant, elle était donc encore en vie, l'enfant me guida jusqu'à l'auberge où Eloria était censée se reposer, je la trouvai assise à une table, changée. Sur le visage, son joli visage enfantin, un masque étrange était posé, cela lui donnait un air morbide et inexpressif. M'approchant de la table, je l'interpellai, elle fut surprise de me revoir, mais malgré le manque de réaction faciale que je ne pouvais discerner, elle ne semblait pas mécontente et me demanda ce qu'il était advenue de la Confrérie.

J'avais haussé les épaules à cet instant, lui racontant que j'étais moi aussi parti peu après son départ, je pu l'entendre rire, alors qu'elle passa sa main sur son visage, faisant mine de retirer son masque, et pourtant, un autre masque sortit du premier. Je me souvenais de cette magie qu'elle utilisait pour ranger ses masques en quelque sorte, le masque qu'elle sortit était en parfaite contraste de blanc et de noir, même si cette dernière couleur prenait les trois-quarts du masque en formant comme des rangées de piques partant du bas.

Eloria me compta donc ses aventures que je résumerais, cinq ans cela reste vraiment long, après avoir quitté, avoir été viré plutôt, elle était partie à la recherche des sept masques capitaux. J'avais en effet entendu parler de cette légende, j'en avais lu les parchemins dans la bibliothèque de Stellaraë, pourtant, je pouvais lire une sorte de déception dans ses yeux. Apparemment, elle avait pu identifier la position de certains, elle les avaient même tous trouvés au bout de cinq années, tout de même, mais elle n'en avait pris possession d'aucuns. Même si elle avait eu une certaine attirance pour Colère, elle n'avait pu se confronter à son propriétaire actuel, cela m'en donna des frissons, savoir qu'Eloria restait une puissante illusionniste et qu'elle ne puisse défaire l'emprise d'un masque sur un être vivant restait mystérieux. Ces masques n'étaient pas des légendes pour rien.

Ainsi, son périple achevé, elle n'oublia pas d'ajouter que le propriétaire de Colère l'avait salement amoché, qu'elle était aux portes de la mort, l'un de ses masques auraient réagit à la détresse de sa propriétaire, venant s'apposer sur son visage pour lui donner un nouveau souffle de vie, elle me décrit cette action comme une sorte de renaissance. En y réfléchissant, cela n'était pas improbable, elle m'expliqua qu'elle s'était ensuite concentrée pour définir le potentiel déjà existant des masques qu'elle avait, et que depuis sa « mort » le masque sur sa tête ne semblait plus vouloir s'enlever, même si ça ne la dérangeait pas plus que ça, elle savait jouer des illusions pour arborer un visage humain.

Ah oui, je me souviens maintenant, le masque qu'elle portait, et celui qu'elle venait de sortir était en réalité, de base, un même masque qui se serait scindé en deux, c'est ce qu'Eloria m'avait raconté, encore une légende, mais cette fois-ci, une légende qui m'était passé sous le nez. Un masque qui par définition propre, permettait d'infuser la vie de nouveau là où il était placé, le second, était en parfaite dualité avec le premier, c'était celui qui imposait une fin rapide, celui qui infusait la mort là où il était posé. Un duo assez inhabituel qu'Eloria semblait, comme dans mes souvenirs, contrôler sans difficultés. Cette petite était née pour ça après tout, ses pouvoirs psychiques dépassaient de loin l'entendement, du moins je n'avais jamais vu encore des personnes avec autant de potentiel et de compétences malgré des siècles d’existences.


Songes – L'effacement d'Eloria



Même si cela remonte bien à plus d'un siècle à présent, je me souviens avoir quitté Eloria, devant reprendre mon parcours pour retourner à l'Ouest dans mon village, c'est ici que je me poserais pour les siècles à venir, certainement. En route pour cette destination, je décidai de repasser près de la Confrérie, voir si elle était toujours active, par pure curiosité. Rien n'égala ma surprise quand je découvris à l'intérieur des pièces des corps, ils n'étaient pas encore gelés, ce qui montrait qu'ils avaient été tués récemment. Le plus étrange était qu'aucune goutte de sang n'était au sol, comme si leurs vies avaient été aspirées sans aucune douleur.

Même si j'avais encore du mal à croire à tout ce que je pouvais voir dans la Confrérie qui avait été à présent décimée, je me doutais qui était derrière ce meurtre de masse, je me rappelais des yeux légèrement plissés d'Eloria, comme si elle souriait derrière son masque, en m'ayant revu, contente apparemment que je ne fasse pas partit des corps qui semblaient juste évanouis d'apparence.
La question qui restait dans ma tête était de savoir si Eloria était devenue immortelle grâce au masque de vie qu'elle portait, je n'avais pas non plus envie de retourner la chercher juste pour cette question.

Les années passèrent bien vite, un siècle déjà que je n'étais pas revenu à Stellaraë, depuis que j'avais revu Eloria. J'y revenais principalement pour aller voir les nouveaux ouvrages en bibliothèque, en passant par la grande place, je pu voir un étonnant spectacle, de jeunes enfants applaudissaient deux personnes masquées qui venaient de finir un théâtre de marionnettes. Je m'approchai, pouvant reconnaître le masque de la vie et de la mort, posé sur deux êtres que je devinais facilement comme illusoires, ils n'étaient pas réels. Comprenant que je les voyais différemment, les masques se mirent à fuir la grande place tels des fugitifs, j'arrivais cependant à les rattraper même si je n'étais plus dans la force de l'âge.

Les corps n'étaient plus, seul les masques flottaient à présent, lévitant par magie, où était Eloria ? Les contrôlaient-elles à distance ? J'osais demander à ses masques la raison de leur présence ici, où était leur ancienne propriétaire. À ma grande surprise, j'eus une réponse, après que le masque de la mort ait fusionné et se soit comme effacé contre celui de la vie, je pu entendre la voix du masque à travers mon esprit. Il me raconta que leur ancienne propriétaire, Eloria, était décédée il y a peu, ainsi donc le masque de la vie ne permettait pas une immortalité totale, il rallongeait l'existence, un peu comme nous les elfes, mais son porteur n'échappait pas à la mort.

Voulant en savoir plus sur son décès, le masque continua sa tirade, d'après ses dires, elle avait succombé à des blessures physiques, quelques choses que même les illusions ne pouvaient parer. C'était, dans mes souvenirs, le seul défaut d'Eloria, le corps-à-corps, elle était vulnérable à ses choses-là, brutes et directes. Ainsi, elle les deux masques réunis en un erraient ici à Stellaraë, là où leur ancienne détentrice leur avait dit d'aller, dans son dernier souffle, de continuer à jouer pour les enfants sous une forme humanoïde illusoire.

Assez confus de ce que je venais d'apprendre, je ne fis rien contre la dernière volonté d'Eloria, noble, ce n'était pas de mon devoir d'arrêter son dernier vœu, même s'il était sûr et certain que ce masque errant se ferait arrêter dans cette illusion, un jour ou l'autre.


Illusions – La fin d'une légende



C'est ainsi que je termine mon récit, sur cette illusionniste née, talentueuse et ayant une soif d'aventure cachée. Après avoir appris son décès de ses masques, j'ai décidé d'écrire en sa mémoire, même si les enfants d’antan, aujourd'hui adultes ou même morts, qui ont pu assister à ses spectacles, se souviendront d'elle comme « La Dame aux Masques ». De mon côté, je me souviendrais d'elle de par ses capacités incroyables, les contrôles magiques et ses illusions. Comme une jeune fille naturellement douée, divertissant sans contrepartie des enfants avec ses marionnettes illusoires.

Si jamais un ancien membre de la Confrérie des Illusionnistes tomberaient sur cet ouvrage, plutôt que de vous souvenir du nom de cette jeune fille, retenez ce nom que la Confrérie lui avait donné, avant qu'ils ne la renient, Eloria avait eu pour nom, « L'illusionniste aux mille visages ».

Cette oeuvre rapporte un petit sac aléatoire Un sac aléatoire (1 essence sylvestre, 1 branche ensorcelée, 1 perle, 1 charbon, 1 tas de sable soyeux) à Eloria
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[Personnel]Eloria, l'illusionniste aux mille visages

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Lyra H. Nolan * La fille aux mille visages
» Aphrodite la déesse aux mille visages [Terminée]
» L'automne en mille morceaux!
» Le Lac aux Mille et un Secrets
» CANADA -- MILLE-ISLES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Centre de Dùralas :: Ville de Stellaraë :: La bibliothèque :: Rayon E - Histoires et récits personnels-