Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : jesuismickey
Le Monde de Dùralas a précisément 1487 jours !
Dùralas, le Sam 25 Nov 2017 - 2:51
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !

Partagez | 
 

 [Officiel]La société elfe noire – Tome I

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Livre
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 149
Expérience : 533
♦ Politique : 01
Métier : Novice (0)
Disponibilité : Disponible


MessageSujet: [Officiel]La société elfe noire – Tome I   Mar 23 Mai 2017 - 2:31

La société elfe noire – Tome I
Les maisons et l’organisation sociale

Cher lecteur qui lit ces lignes, sache que ce livre est fait de la main d’une ancienne noble elfe noire, et que j’espère qu’il t’apportera toutes les réponses aux questions que tu peux te poser sur cette société méconnue, car masquée aux yeux de tous.

Saches que les elfes noirs sont réunis en maisons, dont la taille est variable selon l’importance sociale de celle-ci. Chaque maison est dirigée par une mère matrone, qui dirige celle-ci seule et d’une main de fer. La société elfe noire est dirigée exclusivement par des femmes, obsédées par le rang de leur maison, car seules les trois matrones des maisons les plus importantes siègent au conseil des matrones. Mais revenons-en aux maisons, les mères matrones ont des enfants qui sont les seuls de la maison à pouvoir prétendre à une quelconque ascension sociale. Le reste de la maison est constituée de soldats et d’esclaves.

Parlons donc des mères matrones, cruelles, indéniablement belles, et monstrueusement intelligentes. Ce sont des femmes qui consacrent toute leur vie à l’ascension sociale de leur maison. Généralement dotées de dons pour la magie, elles sont le modèle de l’excellence à laquelle aspirent toutes les drows. Leur magie est la forme la plus pure de magie noire atteignable par les drows, et on dit d’elles qu’elles sont en connexion directe avec la déesse que vénèrent les leurs, la reine araignée. Les matriarches sont généralement des hautes-prêtresses, mais je reviendrai plus tard sur la religion cruelle de ces femmes. Elles portent toujours des vêtements raffinés et tiennent à leur ceinture un fouet-serpent, une arme horrible pareille à un martinet mais avec des serpents venimeux en guise de lanières. Elles sont cruelles, et redoutables dans l’art de la stratégie, car elles doivent tout mettre en œuvre pour survivre face à leurs rivales et leurs machinations. On peut citer mère Do’Taren, dont la beauté est sans pareille, mère Malys, experte empoisonneuse, et feu mère Baeren, l’une des plus éminentes mères matrones. Ces trois femmes formaient l’élite dirigeante de toutes les maisons, comme un conseil où les membres seraient les trois femmes les plus influentes. Mère Baeren a été remplacée par mère Lazlan, experte en nécromancie.

Les matrones n’ont pas de mari, elles choisissent un concubin pour avoir des enfants, elles sélectionnent justement celui-ci pour ses qualités, dans l’espoir qu’elles se retrouvent dans leurs enfants. Si l’enfant n’est pas à la hauteur, elles disposent de leur concubin et en choisissent un autre. Les enfants femmes sont les mieux traitées et entrainées pour devenir elles-aussi des prêtresses, mais on les éduque pour que jamais elles n’osent s’opposer à leur mère. Les mâles sont toute de même des fils de la mère matrone, ils pourront devenir des mages ou des maitres d’armes, rang le plus élevé atteignable par un homme.
Tant que nous parlons des enfants, parlons de l’éducation. Les elfes noirs sont élevés pour gagner, pour devenir les meilleurs dans leur domaine quel qu’il soit, et dans les préceptes de la déesse araignée. Les femmes sont élevées pour dominer, pour croire qu’elles sont supérieures, là où on apprend aux hommes à baisser les yeux devant les femmes, et à leur obéir quel que soit leur ordre. Il y a trois grandes disciplines que les drows explorent : la magie, le combat, et la religion. Cette dernière est réservée aux femmes cependant. La plus haute distinction sociale atteignable est de devenir grande prêtresse, là où un homme ne peut que devenir maître d’armes ou archimage. Les hommes dans toute la société sont considérés comme dispensables, comme une sous-espèce, que l’on traite tout de même mieux que des esclaves. Ce fait est si ancré dans les mœurs que tous l’acceptent, et rares seront les hommes à ne pas naturellement se soumettre aux femmes , même hors des maisons. Pourtant, on compte peu de marginaux à cette société, peut-être parce que déserter une maison, c’est se condamner à mort, car c’est un affront fait à la mère matrone, et un tel affront est rarement pardonné. Mais il en est quelques-uns qui parviennent à vivre en marge de cette société violente et cruelle.

La soldatesque d’une maison n’est pas formée uniquement de membres de la famille de la mère matrone. Les soldats sont des mercenaires, essentiellement masculins, donc dispensables et dévoués. Pour un homme, le meilleur moyen d’avoir un semblant de rang social s’il ne vient pas de la famille d’une grande maison est de rejoindre les rangs d’une de ces maisons. Il y a aussi les esclaves, des captifs d’autres races, intelligentes ou non, dont l’esprit à soigneusement été brisé par les prêtresses pour faire d’eux des pantins mus par la peur du châtiment s’ils déçoivent leur maîtresse.
Il est extrêmement rare qu’un membre d’une maison s’en prenne à sa mère matrone, à moins qu’une autre maison l’ait contactée pour cela, et grassement payé. Car seul un fou oserait se dresser contre sa mère matrone, beaucoup trop de personnes lui sont aveuglément dévouées. En revanche, une mère matrone doit se méfier de ses filles, très enclines à vouloir devenir matrone à leur tour…

Les maisons se livrent à des luttes perpétuelles, mais seulement dans l’ombre, car les guerres sont sévèrement réprimandées par le conseil. Mais bien sûr, si aucun indice ne permet d’identifier un coupable, qu’il n’y a pas de témoin, alors aucune enquête n’est menée et les autres mères matrones ne peuvent qu’applaudir en secret cet exploit d’ascension sociale. C’est monnaie courante chez les drows d’avoir des accidents impliquant une dague plantée en plein cœur, et c’est vraiment tragique que cette dague se soit trouvée là. Car c’est ainsi qu’une maison peut s’élever, en détruisant une autre maison d’un rang plus élevé. Ainsi, aucune mère matrone n’est à l’abri, les forts écrasent les faibles, qui s’allient pour renverser les forts. La seule règle est qu’il n’y ait pas de témoins. Survivre dans la société elfe noire requiert à la fois force et intelligence, ruse et stratégie.

Cette oeuvre rapporte 45 points d'expérience et 45 pièces d'or à Siyas Bearen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[Officiel]La société elfe noire – Tome I

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'elfe noire Feriel
» [Nouvelle liste non officielle] Demande d'aide.
» Profils Elfes de la forets noirs, et tribus du harad
» Ce qu'il se passera dans le tome 8. (spoilers ;D)
» Que ce passe-t-il dans le tome 9 ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Centre de Dùralas :: Ville de Stellaraë :: La bibliothèque :: Rayon A - Culture et éthologie-