AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Zelko Sauma
Le Monde de Dùralas a précisément 1725 jours !
Dùralas, le Sam 21 Juil 2018 - 1:02
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !
Partagez | 
 

 A la rencontre d'une nouvelle ethnie [PW Dougal Keane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Selsya Åsa
Jarl de la Milice ♦ Envoûteuse glaciale

avatar

Messages : 393
Expérience : 3620
Féminin Âge RP : 114

Politique : 90
Métier : Forgeron d'A. - Maîtresse Absolue
Titres:
 

(Orrur, chouette de Selsya +400, v+400 ; Dissuasion : vous évite à coup sûr la prison)

Stats & équipements
Vitalité:
2452/2452  (2452/2452)
Vitesse: 322
Dégâts: 3264

MessageSujet: A la rencontre d'une nouvelle ethnie [PW Dougal Keane]   Ven 26 Mai 2017 - 23:27



L'été n'allait pas tarder et Kastalinn était agitée. La ville avait pour coutume de célébrer les changements de saison, si bien que les rues s'armaient de couleurs chaudes et estivales grâce à des rubans et des couronnes de fleurs, ainsi que des bacs fleuris que les habitants déposaient ça et là. A partir du solstice, les journées se verraient rétrécir petit à petit, mais les récoltes porteraient leurs fruits. Gens du Nord et kastalinnois s'accordaient sur ces traditions, les fêtes étant le moment de réunir tout le monde dans un but commun et d'accompagner la nature dans son évolution.
Selsya, lors de ses divers séjours dans les plaines, avait découvert petit à petit ces coutumes et croyances du Nord. En même temps qu'elle tombait amoureuse des paysages, ces coutumes et croyances étaient devenues siennes.

La Jarl était dans la cour de la Caserne, elle avait dépêché un soldat d'aller lui chercher Sleipnir, son fidèle arànien. Il était robuste, musculeux et doté d'une robe d'un brun foncé, ainsi que d'étranges symboles stylisés luisant d'un bleu profond dans la nuit. Ces étranges symboles, ou encore nervures, étaient quelque chose d'assez particuliers concernant ces chevaux et personne ne savait d'où ni pourquoi ils arboraient cela.
Orrur, quant à lui, survolait la cour, sentant que Selsya était sur le départ. Elle attrapa la bride que le soldat lui tendit et l'en remercia, puis elle monta la selle, se penchant sur son cheval pour lui susurrer à l'oreille "Ravie de te retrouver, mon beau. Prêt à galoper ?". Le cheval hennit et s'agita, ce qui pouvait montrer son état d'excitation. Selsya fit claquer sa langue et l'animal se mit au trot puis à galoper.
Sleipnir descendait les rues de Kastalinn, Selsya tirant sa bride ça et là pour éviter obstacles et passants. Très vite, elle se retrouva aux portes nord de la ville. La jeune femme jeta un regard en arrière puis fit s'élancer son cheval sur la route, courant de plus en plus vite.

Selsya se dirigeait tout au nord, elle se rendait au Vulkar. Elle n'y avait pas mis les pieds depuis une éternité, à vrai dire la dernière fois qu'elle avait foulé les terres du Vulkar, c'était pour y retrouver Drusilia, la vampire qui lui avait donné confiance en elle afin de laisser ses pouvoirs s'exprimer. Selsya s'était toujours demandée ce qu'il était arrivé à Drusilia, car après cela elle n'avait plus jamais entendu parler de la vampire.
Cependant, l'elfe des glaces ne se rendait pas au Vulkar pour une simple balade. Elle avait entretenu depuis quelques semaines une correspondance avec le Grand Ambassadeur des djöllfulins. En effet, étant Jarl de la Milice, Selsya avait été préoccupée par les récents arrivages des djöllfulins, et elle souhaitait découvrir un peu plus cette ethnie, d'abord pour s'assurer qu'ils n'étaient pas une menace pour les gens du Nord, mais aussi par curiosité personnelle, et pourquoi pas, pour établir des liens entre eux et la Milice.
La jeune femme était donc attendue au village sur le Vulkar, il s'agissait d'une visite diplomatique et Selsya avait souhaité s'y rendre seule. Les Miliciens étaient quelque peu bourrus et pouvaient être maladroits, elle ne souhaitait pas que cette rencontre tourne mal.



La neige était fondue et avait laissé place aux pousses d'herbe verte et fraîche. Selsya profitait de ce matin doux et ensoleillé, traversant la brise à dos de cheval. Elle était partie depuis déjà deux bonnes journées et il lui faudrait encore une après-midi de course pour apercevoir les sombres montagnes de Kanaan et enfin le Vulkar. La jeune femme profiterait donc des quelques pauses qu'elle effectuerait sur le chemin, avant de crouler sous la chaleur du volcan et de ses terres cendreuses.
Ce territoire était de loin l'un des plus dangereux du continent, l'air y était épais et les vapeurs dégagées par le magma en fusion souterrain faisait qu'il était difficile d'y respirer correctement. Les créatures peuplant les lieux étaient par ailleurs particulièrement puissantes.
L'elfe des glaces ne souhaitait donc pas s'éterniser et escomptait rejoindre rapidement le village djöllfulin. Orrur était parti en repérage et guidait Selsya jusqu'à sa destination.

La jeune femme suivait un sentier qui devait très certainement mener au village.
Très vite, elle aperçut une sorte de remparts en rondins de bois épais, et au milieu, une entrée encadrée par deux grands piliers et une arche en pierre. Deux gardes se tenaient à chaque extrémité.
Sleipnir marchait doucement et Selsya décida de descendre à ses côtés. Elle se stoppa à quelques mètres des gardes, s'adressant à eux.


- Messieurs, je me nomme Selsya Asa. Je viens de Kastalinn et je suis attendue par votre Grand Ambassadeur.

Selsya fixait les deux hommes. L'un d'eux cria quelque chose, semblant appeler quelqu'un. La jeune femme ne bougeait pas, patientant. Quelques instants plus tard, un homme arrivait en trottinant. Il était très grand et massif. Sa peau était d'un rouge écarlate, ce qui laissait paraître Selsya encore plus blanche qu'elle ne l'était. Il possédait deux petites cornes noires entourée de cheveux grisâtres, tombant dans son dos et tressés. Il portait une tunique beige qui semblait être du lin, avec un col à ras du cou et une petite ouverture sur le devant. Son pantalon, probablement du même matériaux, était quand à lui brun. Il n'arborait ni bijoux, ni armes.

- Mademoiselle, mes salutations. Je suis Chanveasna Punlok, le Grand Ambassadeur. Nous avons échangé du courrier.

Selsya lui adressa un sourire alors qu'il lui tendait la main, elle la lui serra.

- Je vais être votre hôte durant ces quelques jours dans notre village. Je vous prie de me suivre.

La jeune femme s'exécuta et passa le portail. Elle avait les yeux écarquillés et découvrait un tout nouveau monde. Elle voyait pour la première fois des djöllfulins et elle avait la chance de les découvrir chez eux. Il y avait de tous types, des hommes, des femmes, des enfants, tous à la peau plus ou moins rouge, voire grise. Ils étaient pour la plupart très grands, plus ou moins massifs.
Le village débutait par ce qui semblait être un grand marché, avec des stands en bois. Elle suivait Chanveasna de près, tenant Sleipnir à ses côtés et Orrur volant à quelques mètres plus haut. Ils suivaient un chemin semblant être une allée centrale puis bifurquaient.
Des bâtiments commençaient à fleurir, certains en bois, d'autres en pierre, mais souvent un savant mélange des deux, dans un style atypique que Selsya n'avait jamais vu auparavant. L'architecture djöllfulin semblait être très travaillée et harmonieuse. Les toits étaient bien souvent pentus et très pointus, les gouttières travaillés et on pouvait presque penser qu'elles se terminaient comme des cornes. Selsya trouvait ce détail des plus atypiques et des plus charmants.

Ils marchèrent durant un petit temps avant d'arriver devant un vaste bâtiment au toit encore plus pointu. Au devant il y avait trois statues à taille humaine, très travaillées et à l'image de djöllfulin. L'endroit semblait être un lieu important au sein de la ville. Alors que son guide s'adressa à elle, Selsya fut sortie de sa contemplation.


- C'est ici que vous allez séjourner. J'y ai mes appartements, les chefs de clans habitent ces lieux également. Vous pouvez laisser votre cheval à Rithipol, il va le mener aux écuries. -Un homme fin venait de s'avancer, tendant poliment la main en attendant de Selsya lui confie la bride de Sleipnir, ce qu'elle fit- Je vais vous montrer vos appartements et vous pourrez vous y détendre jusqu'au souper. J'imagine que vous devez être un peu fatiguée après tout ce voyage. Ce soir nous dînerons ensemble, avant de vous présenter aux chefs des clans.

Le Grand Ambassadeur avait mené Selsya jusqu'à une porte en bois quadrillée de vitres en papier épais blanc cassé. Il la fit coulisser et la jeune femme découvrit sa chambre. Il y avait une table rectangulaire aux pieds très bas, entourée de quelques coussins  qui semblaient en être des chaises. Un tissu fin était posé sur la table, en recouvrant uniquement le centre, avec une jolie statuette de bronze posée dessus ainsi que diverses lanternes, ce qui donnait à la pièce une aura tamisée et apaisante. Un peu plus loin un matelas était posé au sol, très simple mais semblant confortable.
Selsya s'apprêtait à entrer dans la pièce quand l'homme se raclât poliment la gorge.


- Excusez-moi... La coutume veut que nous ôtions nos chausses avant de pénétrer dans une pièce.

L'elfe des glaces le regarda quelques instants, surprise par cette coutume. Elle sourit et ôta ses bottes de cuir.

- Parfait. -Il rendit le sourire à Selsya- Je vous apprendrais tout ce qu'il y a à savoir sur les coutumes djöllfulines, rassurez-vous. Je parcours Dùralas depuis de nombreuses années, j'ai pu découvrir vos langues et vos coutumes, j'ai adoré voyager et je raffole particulièrement de l'échange culturel, c'est pourquoi on m'a nommé à ce poste. Je vous en dirais plus ce soir, pour l'heure, je vous laisse. Vous trouverez un cabinet de toilettes dans la petite pièce derrière ces portes, je vous ai déjà fait amener des seaux d'eau qui sont continuellement chauffés par les braises du volcan. Vous verrez, c'est un système très ingénieux que nous avons trouvé là ! Oh et pour ce soir, je vous donne rendez-vous au coucher du soleil à l'entrée du bâtiment. Si vous pouviez éviter de vous promener d'ici là, non pas que vous vous sentiez mise à l'écart, mais ignorant pour l'instant beaucoup de notre culture, je pense que vous comprendrez...

- Ne vous en faites pas. Je suis ici pour découvrir votre façon de vivre et si possible établir des liens entre nous, je saurais rester courtoise et dans la retenue. A ce soir.

Elle lui adressa un sourire et il le lui rendit, se penchant vers l'avant pour la saluer avant de prendre congé. Selsya ferma la porte et inspira à pleins poumons. Un peu de tranquillité...
La jeune femme posa son sac et inspecta ses appartements. La sobriété des lieux était apaisante. Ce n'était pas sobre dans un esprit de pauvreté, mais cela semblait voulu. La ligne des meubles, couplée aux couleurs des objets, tout cela appelait au repos et à la sérénité.
Selsya ôta son manteau, il faisait plutôt chaud par ici. Elle continua à se dévêtir et s'avança vers la petite ouverture, fermée par de longs fils perlés. Elle écarta une partie de ces fils perlés et tomba sur une petite pièce : un cabinet de toilette, en effet. Au centre il y avait une grande bassine en bois, des seaux d'eau étaient posés dans une sorte de bac plein de pierres rouges qui émanaient une puissante chaleur, il s'agissait en effet de pierres du volcan, encore brûlante. De l'autre côté de la petite pièce il y avait un coffre. Selsya l'ouvrit et y trouva à l'intérieur du linge propre et de quoi s'essuyer, ainsi qu'une étrange éponge. Elle était surprise de voir comme ce peuple était civilisé et attentionné pour ses ôtes.
La jeune femme vida le contenu des seaux dans le bain et termina de se déshabiller, laissant ses vêtements au sol. Elle entra alors dans l'eau chaude et s'assit dans le bain, s'adossant au bord. Elle laissa échapper un long soupir de bien-être et alors qu'elle se mit à jouer avec ses mains dans l'eau, son esprit s'apaisait et vagabondait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dougal Keane
Le Tribun ♦ Rôdeur

avatar

Messages : 4576
Expérience : 4452
Masculin Âge RP : 28

Politique : 177
Métier : Chasseur - Maître Absolu
Titres:
 

(Anor, aigle géant de Dougal [Emblème Gardien] +400, v+400 ; dissuasion : évite à coup sûr la prison)

Stats & équipements
Vitalité:
4392/4392  (4392/4392)
Vitesse: 969
Dégâts: 1965

MessageSujet: Re: A la rencontre d'une nouvelle ethnie [PW Dougal Keane]   Mer 16 Aoû 2017 - 18:47

De fines palissades en bois entourait le village des réfugiés Djölfullins. Le bois était clair et lisse car travaillé. Les charpentiers l'avaient poncé et sculpté pour lui donner une harmonieuse forme circulaire. Le haut n'avait pas été taillé en pointe, il était plat. Chaque morceau de bois avait une taille différente de ceux qui l'entouraient. Cette pratique étrange pouvait provoquer un déséquilibre sur la palissade, mais pourtant c'était relativement apaisant. Ce n'était qu'une palissade, qu'une simple suite de morceaux de bois et pourtant c'était vraiment relaxant. À l'arrière, on discernait les toits pointus des petites maisons djölfullines. Malheureusement, le village étant camouflé, on ne pouvait rien voir d'autre. Il y avait aussi beaucoup d'arbres et d'autres plantes exotiques inconnues sur le continent. Elles avaient sûrement été importées du pays natal de ces diables rouges.
Concernant l'entrée, elle était surveillée par deux massifs individus qui n'avaient pas l'air commodes. Leur armure n'était pas des plus lourdes, mais elle recouvrait tout le corps. Avec un peu d'attention, on pouvait apercevoir les écailles renforcées qui composaient les protections. Ce n'était pas chose courante, mais certaines créatures possédaient des écailles aussi résistantes que l'acier. Il ne fallait pas les sous-estimer, tout comme les lances dépourvue de métal à la pointe. De simples morceaux de bois. À moins que... Non, il s'agissait en réalité de bâtons métalliques merveilleusement camouflés en bout de bois. Peinture et travail du métal avaient doté ces armes de trompe-l'œil comme dommages supplémentaires. Astucieux.
- Hey ! Vous là, arrêtez de rôder dans les parages ! s'exclama l'un des gardes.
- Du calme, répondit l'humain en s'approchant et montrant les mains. Au moins vous savez déjà ce que je suis. Puis-je m'entretenir avec quelqu'un ?
- Faudra vous contenter de moi, grogna le Djölfullin.
- Très bien... Je suis de Stellaraë, un Gardien. Dougal Keane, pour être plus précis. Un ambassadeur, précisa-t-il finalement voyant que les gardes restaient indifférents.

En attendant une certaine réponse de la part des piliers armés, le rôdeur de la Garde examina l'entrée plus en détails, ainsi que l'intérieur du village. La palissade s'ouvrait ici sur deux larges piliers de pierre - et non pas les vaillants Djölfullins - qui formaient une arche soigneusement taillée. L'humain reconnut des gravures propres à la race des diables à cornes puis que ces derniers y étaient représentés. Un serpent à cornes et au visage sévèrement fourbe s'enroulait de la base de chaque pilier pour rejoindre le centre. Toutes sortes d'armes hérissées ornaient la partie intérieure de l'arche, chacune tenue par un bras doté d'une musculature digne des puissants géants. Ces membres puissants rejoignaient un large diable au visage fortement marqué par la rage. Quant à l'extérieur, il était garni de de nuages de poussière qui s'illuminaient de toutes sortes de couleurs avec les rayons sur soleil. Ils étaient extraits d'un livre ouvert à cornes, représenté sur le centre de l'arche, dont un visage strict et méthodique était gravé sur les pages. Ainsi était représentée la Trinité Djölfulline. Cette œuvre d'art était tellement magnifique que le Stellarois n'avait pas remarqué la venue d'un grand homme mince habillé de toges souples et amples. Il n'osa pas interrompre la contemplation du futur invité, le laissant dériver sur la culture de son peuple et entrevoir les somptueuses subtilités des Djölfullins.
- Bonjour Gardien Keane, se manifesta le noble diable à cornes une fois la visite visuelle terminée. Je suis Chanveasna Punlok, le Grand Ambassadeur.

Dougal s'approcha paisiblement de celui qu'il espérait être son futur hôte et lui tendit la main en signe d'amitié. L'ambassadeur se raidit et courba le torse en guise de salutations. Le mouvement était souple et élégant. Le Gardien aurait bien voulu lui rendre la pareille, mais il craignait de mal faire. De plus, il ne savait pas si cela serait accepté de la part de ce peuple qu'un étranger les imite ainsi. Ils pourraient prendre ça pour une marque d'irrespect. L'humain décida alors d'imiter les tribus du désert et porta son index et son majeur à ses lèvres, puis les posa sur son front et les ramena sur les lèvres avant de de faire une noble révérence digne de la cour du roi.
- Puissez-vous pardonner ma venue brutale vers vous, mais j'avais hâte de faire votre connaissance.
- Et il vous arrive souvent alors de vous faire passer pour un ambassadeur ? ricana Chanveasna.
- Oh je suis bien ambassadeur. De la Garde de Stellaraë. Je n'ai pas les écrits officiels marqués du sceau du Roi, mais ça donne moins de valeur aux yeux de mes ravisseurs. Ils préfèrent alors me tuer plutôt que de demander une rançon. C'est mieux pour tous les secrets que je cache.
- Votre Roi a dû perdre de nombreuses pièces d'or.

Le Gardien éclata de rire et fut rejoint par le Djölfullin qui fut plus timide et discret que son invité. Lorsque l'humain se calma, il était devant un panneau de bois servant de porte à la demeure djölfulline. Dougal écarquilla les yeux et se rendit compte qu'il était au cœur du village. Il ne s'était pas rendu compte que l'ambassadeur l'avait mené jusqu'à son lieu de repos. La conversation l'avait complètement occupé. C'en était effrayant. Le rôdeur se força à sourire, mais il était terriblement gêné, presque angoissé. Il aurait pu se jeter dans un piège mortel, il en aurait rit jusqu'au bout sans se rendre compte de son funeste destin.
- Détendez-vous, vous êtes en sécurité. Profitez-en pour arrêter de vous méfier de tout ce qui vous entoure. Pour la première fois de votre vie, accordez-vous une pause. Je reviendrai vous chercher plus tard. Nous avons des choses à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selsya Åsa
Jarl de la Milice ♦ Envoûteuse glaciale

avatar

Messages : 393
Expérience : 3620
Féminin Âge RP : 114

Politique : 90
Métier : Forgeron d'A. - Maîtresse Absolue
Titres:
 

(Orrur, chouette de Selsya +400, v+400 ; Dissuasion : vous évite à coup sûr la prison)

Stats & équipements
Vitalité:
2452/2452  (2452/2452)
Vitesse: 322
Dégâts: 3264

MessageSujet: Re: A la rencontre d'une nouvelle ethnie [PW Dougal Keane]   Jeu 12 Avr 2018 - 20:35

Selsya se délassait totalement dans cet agréable bain, qu'elle prenait plaisir à réchauffer de sa magie une fois que l'eau devenait plus fraîche. Évidemment, elle adorait la sensation de froid, mais même pour elle, un bain bien chaud était salvateur pour ses muscles endoloris, surtout après quelques heures à cheval.
La jeune femme s'amusait même à créer de petits chocs thermiques avec l'eau, qu'elle prenait plaisir à chauffer puis à glacer d'un coup. Cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait pas pu profiter de quelques instants vides, où rien ne comptait, juste l'instant présent. Elle pouvait se permettre de prendre son temps, car elle était arrivée assez tôt et elle n'était pas attendue avant le repas du soir. La jeune femme aurait donc tout le loisir de se reposer, que ce soit à cet instant dans ce bain, ou après.

Maintenant décidée à quitter l'eau, l'elfe des glaces se leva, créant de douces vagues dans le grand récipient en bois. Elle passa une jambe, puis l'autre par dessus le rebord et attrapa une serviette, tandis que les gouttes d'eau ruisselaient le long de son corps. Elle en passa une autour d'elle, séchant ses cheveux de l'autre. Ramassant ses vêtements qui traînaient au sol, elle les lança dans une corbeille sur le côté, qu'elle porterait aux lavandières du pavillon, si tant est qu'il y en ait.
Retournant dans la chambre, Selsya chercha du regard s'il y avait de quoi se sustenter, et en effet, ce peuple savait très bien recevoir. Il y avait deux bouteilles sur la table ainsi que des fruits frais, du raisin en l'occurrence ainsi que des abricots, des pêches, et même des figues, chose étonnante dans le Nord. Selsya attrapa la première bouteille, ouvrit le goulot et huma, il n'y avait pas d'odeur, probablement de l'eau, dont elle prit des gorgées. Elle sentit alors le contenu de l'autre bouteille, il s'agissait de vin, qu'elle servit dans le gobelet posé tout à côté.
Attrapant alors le gobelet, elle se dirigea vers sa couche et s'y installa, les jambes repliées contre elle. Elle prit une gorgée de vin puis le posa, il était plutôt bon, quoique peu sucré, et elle l'aimait sucré.
La jeune femme s'allongea enfin totalement, et très vite, alors que perdue dans ses pensées, le sommeil vint la trouver.


Ses yeux s'ouvraient doucement, la pièce était plongée dans l'obscurité, elle avait dû dormir une heure ou deux. Personne n'avait semblé frapper à la porte durant ce temps, elle n'était donc pas en retard.
Selsya s'assit sur le rebord du lit, puis se leva pour prendre deux abricots et les mangea. Enfin, elle retourna dans le cabinet de toilette pour se rafraîchir.
Une fois revenue dans la chambre, elle sortit de son sac une tenue. La belle commença alors à peigner sa chevelure puis tressa quelques mèches, avant de relever ses cheveux en un chignon élégant, mais peu sophistiqué. Cette femme avait un port de tête de reine, évidemment, sa nature elfique aidait beaucoup à sa grâce, mais il y avait en elle quelque chose de sauvage et majestueux à la fois, qui lui donnait beaucoup d'élégance. Elle enfila ensuite des sous-vêtements, et enfin passa une robe. Celle-ci était de deux bleus différents, un bleu foncé couvrait les côtés de son corps, ses bras et son dos, un bleu bien plus clair venait contraster sur l'avant de son corps, partant des clavicules, passant par le centre de sa poitrine et continuant à descendre. Les deux tissus, qui semblaient de nature différente, étaient liés par un joli galon très travaillé, en fils argentés. La forme de la robe était plutôt droite, et épousait les formes de la jeune femme, plutôt développées pour une elfe.
Selsya enfila alors une perle de boucles d'oreilles en métal, probablement de l'argent, martelé, représentant de subtils entrelacs nordiques. Et enfin, elle mit une jolie paire de sandales de cuir.
La jeune femme s'observa rapidement dans un miroir, elle était enfin prête à sortir.



Une fois dans le couloir, Selsya regarda autour d'elle. Elle prit alors le couloir qui l'avait menée jusqu'à sa chambre et elle n'avait encore croisé personne, lorsqu'elle entendit de l'agitation. L'elfe des glaces se déplaça pour voir ce qu'il en était : il s'agissait de plusieurs personnes concentrées dans leur tâche et s'affairant, probablement pour terminer les préparatifs du soir.
Selsya savait qu'elle ne serait pas la seule conviée à la petite réception djöllfuline du soir, mais elle n'avait aucune idée de qui serait présent, parmi les peuples alentours.
Enfin, la jeune femme, orientée par un gentil personnage, se dirigea vers un petit jardin intérieur, autour duquel semblait construite toute la bâtisse. La jeune femme s'étonnait du bon goût et du raffinement de ce peuple si méconnu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dougal Keane
Le Tribun ♦ Rôdeur

avatar

Messages : 4576
Expérience : 4452
Masculin Âge RP : 28

Politique : 177
Métier : Chasseur - Maître Absolu
Titres:
 

(Anor, aigle géant de Dougal [Emblème Gardien] +400, v+400 ; dissuasion : évite à coup sûr la prison)

Stats & équipements
Vitalité:
4392/4392  (4392/4392)
Vitesse: 969
Dégâts: 1965

MessageSujet: Re: A la rencontre d'une nouvelle ethnie [PW Dougal Keane]   Sam 28 Avr 2018 - 23:43

Chanveasna, l'ambassadeur des Djöllfulins, laissa le Gardien devant une grande bâtisse en bois élégante. Il n'y avait pas de fenêtre, seulement des sortes de fines parois. L'une d'elles faisait office de porte et le rôdeur se retrouva tout seul face à une architecture qu'il ne comprenait pas et dont il n'avait jamais entendu parler : aucune poignée pour ouvrir et pas la possibilité de pousser la "porte" pour entrer. En fait, le panneau semblait être fait en papier et était, de ce fait, très fragile. Dougal n'avait certainement pas envie de tout gâcher en déchirant ce qui pouvait lui servir de porte.
Plongé dans sa réflexion, le Stellarois fut surpris par un fort « PLANC » qui le fit sursauter. Malgré ce que lui avait dit l'ambassadeur, le rôdeur était toujours autant tendu et suspicieux. Lorsque le bruit étrange l'extirpa de ses pensées, Dougal observa ce qui se trouvait tout autour de lui comme s'il avait entendu une branche craquer. À sa droite avait été érigé un petit jardin qui respirait la tranquillité et le calme. Ce petit espace avait été habillé de doux rochers blancs polis, d'un léger ruisseau et de plusieurs plantes dont de grandes tiges robustes de couleur verte : des bambous. Lorsqu'un deuxième « PLANC » le fit de nouveau sursauter, le rôdeur se rendit compte qu'il s'agissait simplement d'une sorte de fontaine : de l'eau s'écoulait dans un petit tube de bambou qui s'abaissait d'un coup pour délivrer son contenu dans le ruisseau. Dougal fut bien soulagé de trouver la source de son angoisse et retourna à la "porte", serein.
Pour une raison dont il n'aurait pu expliquer, cette fois le Stellarois fit glisser le cadre en papier ce qui dévoila l'intérieur de la demeure et lui permit d'entrer. L'humain se trouva quelque peu idiot d'avoir autant été berné par les différences architecturales de cette culture et il en voulut un peu à son hôte de ne pas le lui avoir expliqué. Mais peut-être que ce Chanveasna était caché dans un coin à l'observer galérer en ricanant. Dougal avait l'intention de lui faire payer cette plaisanterie ; il trouverait bien une petite farce à lui renvoyer. Mais avant, il devait se "reposer", comme le lui avait suggéré l'ambassadeur.

L'intérieur de la bâtisse était à l'image du village : apaisant. Le Stellarois se sentait vraiment serein et avait l'impression que le simple fait d'être ici le reposait. Le bois était l'élément central de la construction et apportait vraiment une touche de simplicité agréable.
La première pièce que l'humain découvrit fut le séjour, éclairé par des fenêtres dont les panneaux avaient été entrouverts. Au centre se trouvait une table basse, fermée sur les côtés par la nappe, autour de laquelle gravitaient des coussins blancs circulaires. Le rôdeur comprit tout de suite qu'on devait s'asseoir sur ces coussins pour manger. D'ailleurs, il y avait une grande corbeille de fruits sur la table ainsi que deux bouteilles enveloppées par de fines tiges de bois. L'humain n'avait pas très soif, mais se laissa tenter par une pêche jaune qui semblait bien mûre. Sur la droite se dessinait une nouvelle porte en papier que le rôdeur fit glisser pour y découvrir la salle de bain dans laquelle se trouvait une grande baignoire en bois carrée reposant sur des galets blancs. De l'eau chaude avait déjà été versée et la vapeur s'en dégageait, indiquant qu'elle n'attendait que lui. Il était impossible pour Dougal de refuser une telle invitation. Le rôdeur fit rapidement le tour des autres pièces dont la chambre et fut content de trouver un présentoir à armure afin d'y exposer la sienne le temps qu'il se baigne. Dougal ôta alors sa cuirasse et ses tassettes qui vinrent orner le support à armure et fit de même avec ses gantelets et ses jambières. Le rôdeur en profita pour libérer ses pieds de ses bottes et retourna à la salle de bain où il déposa ses vêtements dans une panière à linge. Après tous ces préparatifs, l'humain put enfin se glisser dans l'eau chaude et se détendre...



On vint le réveiller, après plusieurs coups sur la paroi de la pièce. En ouvrant les yeux, le Gardien eut bien du mal à comprendre où il était, mais ne s'en alarma pas. Dougal se sentait tellement reposé et serein et si... bien... Dès qu'il avait posé son popotin dans la baignoire, l'humain s'était endormi. Depuis combien de temps était-il ici ? Sûrement longtemps et pourtant l'eau était toujours chaude. Une curieuse invention Djöllfuline devait en être la cause.
- Honorable ambassadeur Keane ? demanda une voix timide.
- Je... Oui ? répondit l'intéressé toujours un peu perdu.
- Votre présence est désirée à la cérémonie de ce soir. Des vêtements ont été posés sur votre table. Nous vous attendrons dehors.

Apparemment le Gardien était convié à une petite réception, sûrement par son hôte. Puisqu'aucune lumière du jour ne filtrait par la petite lucarne de la salle de bain, pourtant orientée ouest, Dougal comprit qu'il était resté beaucoup d'heures dans cette baignoire, c'est ce qui expliqua sa difficulté à se lever. Avant de quitter l'eau, l'humain se savonna avec les produits à disposition et attrapa une serviette pour rapidement se sécher. Il l'enroula autour de la taille et quitta la pièce pour atteindre la principale qui le frappa d'une douce fraîcheur.
- Mes vêtements... Ils sont... i... ci... Ah oui !

Dougal trouva un haut et des bas légers, en lin puis un pardessus d'une couleur sable raffinée d'une pièce lui recouvrant tout le corps. Ce vêtement traditionnel lui descendait jusqu'en-dessous des genoux, mais était ouvert sur les côtés afin de faciliter ses mouvements. Sur le haut, un long col s'ouvrait sur la légère chemise qu'il avait enfilée et des manches plutôt amples recouvraient les deux tiers de ses bras. Une ceinture en tissu lui permettait d'attacher et de maintenir le tout. En observant un peu plus ses vêtements, l'humain remarqua un insigne finement brodé sur son torse au niveau du cœur : le même que celui sur son insigne de Gardien. Une tenue traditionnelle réalisée spécialement pour lui.
- Et sur mesure s'il vous plait ! remarqua Dougal.

Comme il était attendu, le Gardien se pressa et se dirigea vers la porte d'entrée où il y trouva de petites chaussures en toile noire faciles à mettre. Il se sentait bien aussi à l'intérieur et il remarqua qu'elles étaient correctement à sa taille. C'était impressionnant de se rendre compte de l'attention portée par ses hôtes à son égard. Puisqu'il était déjà bien en retard, Dougal sortit très rapidement et suivit le Djöllfulin qui l'avait réveillé. Ce dernier était un peu plus petit que lui et semblait être un jeune garçon. Il lui avait adressé un sourire franc en le voyant sortir et lui avait indiqué la voie à suivre. Le "diable rouge" juvénile resta juste à côté de lui et claqua ses mouvements sur l'allure du rôdeur. Dougal avait été tenté de se dépêcher, mais il aurait eu peur de transpirer et d'infliger de mauvaises odeurs à ses hôtes. Le Gardien se contenta d'une marche un peu rapide tout en examinant ce qui se trouvait autour de lui. De grandes lanternes colorés (surtout rouges) avaient été allumées le long des chemins et se perdaient des fois dans les arbres, dans les bambous ou étaient simplement accrochées aux toits particuliers des demeures.
- C'est magnifique. Votre culture est splendide et d'un apaisement agréable.
- Merci, honorable ambassadeur Keane ?
- Oh je vous en prie, appelez-moi Dougal. Comment voulez-vous que je vous appelle ?
- Maakûl, honorable Dougal.

Le rôdeur éclata de rires en entendant de nouveau le « honorable », mais très vite s'excusa et expliqua au jeunot la source de son hilarité pour ne pas le froisser :
- Je riais pour le terme "honorable", Maakûl. Pas pour ton nom. Si je t'ai offensé, je m'en excuse.
- Ne vous inquiétez pas honorable Dougal, le rassura-t-il avec un sourire très amical, mais Dougal restait contrarié de la politesse qu'il ne leur rendait pas. Nous y voilà, amusez-vous bien honorable Dougal.
- Oh ? Eh bien... Merci à to... Pardon. (il se retourna vers le Djöllfulin et le salua à la manière des nomades de désert) Je vous suis sincèrement reconnaissant pour votre aide bienveillante et votre compagnie agréable, seigneur Maakûl.

Dougal sentit le jeunot rougir, mais fut contraint d'aller rejoindre ses hôtes à la cérémonie et de laisser le jeune Maakûl dehors. Il espérait qu'il lui serait possible de le revoir très bientôt.

Après avoir traversé quelques panneaux de papier, l'humain arriva dans la salle à manger où il était attendu. En entrant, après avoir été annoncé, le Gardien porta son index et son majeur à ses lèvres, puis à son front et de nouveau à ses lèvres avant de leur faire faire une révérance qu'il accompagna en courbant légèrement son corps.
- Je suis profondément navré de vous avoir contraint à attendre ma venue, je me sentais si relaxé dans vos demeures que je me suis endormi de très longues heures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

A la rencontre d'une nouvelle ethnie [PW Dougal Keane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [PNJ]Dougal Keane contre G.L.A.D.I.A.T.O.R
» Perdus en forêt [PW Dougal Keane]
» Voyage au centre de la Terre [PW Hevoria & Dougal Keane]
» Petite nouvelle du Renard
» Le kidnapping comme nouvelle forme de déstabilisation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Nord de Dùralas :: Les sombres montagnes de Kanaan-