Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Sally Salvia
Le Monde de Dùralas a précisément 1635 jours !
Dùralas, le Dim 22 Avr 2018 - 14:20
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !
Partagez | 
 

 Darkan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Athanasia Darkan
Voleuse

avatar

Messages : 116
Expérience : 877
Féminin Âge RP : 20

Politique : 01
Métier : Sculpteur - Novice
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
550/550  (550/550)
Vitesse: 408
Dégâts: 238

MessageSujet: Darkan   Jeu 1 Juin 2017 - 14:56



















DARKAN























Comme prévu depuis l’écriture de l’histoire, voyant qu’une partie était dédiée, vous trouverez à la suite les récits détaillés de l’histoire de la famille Darkan jusqu’à l’émancipation d’Athanasia vers son propre destin.
J’avancerais l’histoire selon le temps qu’il me reste après écritures des RP en cours, ce qui expliquera que l’avancement prend du temps parfois. Je ne compte pas couper de manière logique mes écritures, je peux m’arrêter en plein milieu d’un chapitre aussi je m’excuse d’avance pour ceux qui resteront sur leurs faims.

Merci pour le forum, et pour le BG de Duralàs qui me permet d’écrire ces lignes.






Dernière édition par Athanasia Darkan le Jeu 5 Avr 2018 - 14:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athanasia Darkan
Voleuse

avatar

Messages : 116
Expérience : 877
Féminin Âge RP : 20

Politique : 01
Métier : Sculpteur - Novice
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
550/550  (550/550)
Vitesse: 408
Dégâts: 238

MessageSujet: Re: Darkan   Jeu 5 Avr 2018 - 13:56



Chapitre I
Arrangements



es premiers rayons du soleil frappaient sur les vitres de la boulangerie. La matinée commençait tout juste et aucun client accourait à la porte des Darkans. Le visage du chef de la famille était dur et figé, fixant sans relâche l’entrée de son établissement avec l’espoir que l’âge d’or de cette affaire, qui lui tenait tant à cœur, revienne enfin. Il passa lentement la main sur sa nuque pour apaiser de vieilles blessures de batailles.
Il frôla sa tresse de cheveux grisonnante que lui avait confectionnée sa femme, afin de protéger son plan de travail d’intrus capillaire. Son regard traversa la pièce, une poussière épaisse, faite de farine et de sable, emplissait l'air, figeant les faisceaux lumineux dans l'espace et parfumant la boutique d'une douce odeur de pain et de levure.

« Qu’est-ce qui ne va pas Macraan ? » Résonna une voix féminine à l’arrière de la boutique.

La question ébranla son esprit, le plongeant momentanément dans son passé. Cette question qu'on lui avait tant posé dans sa jeunesse, à l'époque où il vivait dans un clan nomade au cœur du désert d'Harena. C'est durant son adolescence qu'il apprit les rudiments du combat auprès des guerriers qui défendait la caravane lors des longs voyages qui avaient rythmés son enfance. Mais comme toutes les tribus du centre de Duralàs, le clan ne survivait qu'avec les gains des pillages et du commerce et la recrudescence des gardiens ainsi que l'émergence de rivaux obligèrent le clan à abandonner. Peu à peu, les familles s'éparpillèrent dans les villes environnantes. C'est en rencontrant sa futur femme, il y a près de vingt ans, que Macraan Darkan décida de s'installer à Stellaraë et de fonder sa propre famille.

« Tu le sais, ma bien-aimée… » Lui répondit calmement le cinquantenaire.

La femme arriva à ses cotés puis s’accouda au comptoir. Elle reposa sa tête fine dans le creux de ses mains délicates. Ses yeux, d’un noir profond, surpassés par des sourcils bruns quasi-parfaits, encadraient un petit nez pâle comme le reste de sa peau. Sa tête était légèrement inclinée, faisant une petite mou afin d’adoucir les peines de son mari. Leurs regards se croisèrent.

« Rah… Ne me regarde pas comme ça… » Il baisse les yeux pour prononcer ces mots, puis tendit son bras pour enlacer sa compagne. « Tu sais que je n’y résiste pas, c’est malhonnête. »

Ils restèrent dans cette position quelques minutes, puis il déposa sa main sur les longs cheveux bruns de son épouse. Ils n’avaient effectivement pas besoin de s’expliquer sur la situation actuelle des affaires, elles étaient catastrophiques. Une chance que le bâtiment appartenait à la famille, mais les frais commençaient à peser et sans clientèle, cela devenait difficile de nourrir un foyer sans sacrifice.


Page 1





Il se détacha lentement de sa femme pour pouvoir la regarder puis lui chuchota quelques mots.

Elle baissa légèrement la tête avec un sourire gêné, comme pour réfuter un compliment, et quelques mèches de ses longs cheveux en profitèrent pour basculer devant son visage. Macraan allait tendre la main pour dégager le regard de son âme-sœur quand la clochette de la porte d'entrée retentit dans la boulangerie.

« Bien le bonjour. » La voix de l’arrivant, grave et tranchante, vint briser ce moment de plénitude. Il arborait une armure légère en cuir brunie, des bottes et une longue cape noire avec une capuche. Quelques secondes après avoir passé le pallier de la boutique, il se découvrit laissant apercevoir un visage dur, marqué d’une balafre sur la joue droite. Sa fine carrure laissait à penser qu’il devait être éclaireur ou guetteur. Il s’approcha du comptoir avec une démarche souple et silencieuse. Macraan appuya son regard vers Freya qui répondit à ce court signal par un hochement de la tête puis elle s’éclipsa à l’arrière de l’établissement en passant par la porte de service.

« Que puis-je pour vous ? » Demanda alors le patron de la boulangerie en dévisageant ce nouveau client.

« Une miche bien fraiche. » répondit-il en frappant une pièce d’or sur le comptoir. Il poursuivit avec un ton nonchalant « Je ne suis pas vraiment venu pour ça, mais je vais faire honneur à votre savoir-faire, artisan. »

Le patron haussa un sourcil, il se tourna à moitié pour attraper sa plus belle création et la posa à côté de la pièce. Le pain fumait encore, emplissant les narines les plus averties des arômes d'une des meilleurs levures de la cité. Au-delà de l'étrangeté de sa réflexion, la présence de cet inconnu interpelait Macraan. La ville était grande et la population grandissante, pourtant il connaissait cet homme et la possibilité que ce soit réciproque l'inquiétait énormément.

« Et pourquoi êtes-vous donc venu dans ma boulangerie, si ce n'est pas pour m'acheter du pain ? » Il tendit la main pour attraper la pièce quand l’homme lui agrippa le poignet. Il fut assez surpris par ce geste mais garda son sang froid.

« Vous aimeriez en voir plus de ce genre, n'est-ce pas ? » prononça L'intrus en parlant de la pièce d'or. Sur son visage on pouvait voir un demi-sourire vicieux, laissant apparaître une rangée de dents sales et abimées.

La question ne semblait pas vraiment en être une, aussi le chef des Darkans ne prit même pas la peine de répondre avant que la suite de l’explication arrive. « Il suffit d’un accord avec moi et les affaires repartent. Vous êtes partant ? »


Page 2





« Ce genre d’accord n’existe pas sans compensation. Que voulez-vous ? » Il n’était pas dupe, cela faisait peut-être plusieurs mois que l’homme en question prépare son coup en dérivant la clientèle, en menaçant les passant de ne pas allez chez lui sous peine de représailles. Les choses fonctionnaient comme ça dans cette ville et tout devenait plus clair dans l’esprit de Macraan. Il n’avait malheureusement pas le choix, car un refus signifiait souvent un arrêt de l’activité ou la mort du propriétaire. Il devait protéger sa femme et sa descendance.

« Même si nous voulons quelque chose, est-ce que vous avez bien le choix ? » Le sourire de l’homme était désormais total, il avait pris au piège le boulanger et il le savait. Il se redressa en lâchant la main du père de famille et tourna les talons. « À bientôt l’ami et félicitation pour votre futur réussite. »

La porte frappa à nouveau la clochette, indiquant la sorti de l’étranger. La main de Macraan, qui était restée immobile jusque là, se reposa sur le plan de travail pour attraper la pièce d’or que l’homme lui avait déposé quelques secondes avant. Après avoir tapoter deux trois fois la zone, en vain, il abaissa son regard pour voir où se trouvait cette modeste rétribution.

« Oh le fils de… » Il se dépêcha de contourner le comptoir pour suivre le voleur. Il propulsa la porte si violemment que la clochette manqua de s’arracher.

La clarté du jour obligea le cinquantenaire à porter la main à ses yeux pour protéger ses rétines. Il se trouvait sur le pallier, dans une ruelle en périphérie de l’avenue de l’Aube dans la Résidence de sable. Il jeta son regarde vers l’avenue, qui était noire de monde. C’était jour de marché et la plupart des Stellaroïs se dirigeait vers le quartier commercial pour profité des richesses de la ville. Il n’y avait absolument plus aucune trace du fugitif, le boulanger était écœuré du bilan de sa mâtiné.

Alors qu'il allait faire demi-tour une main se posa délicatement sur son épaule, il reposa alors la sienne dessus et l'enlaça avec ses doigts abîmés par le travail. Il avait tout de suite reconnu Freya à son contact. Il était doté d'une incroyable capacité à percevoir l'environnement et à en analyser les mouvements, ce qui était rare pour quelqu'un de la race humaine.

« Ce n'est rien… Mais son visage ne m'est pas inconnu et sa proposition m'inquiète… »

Sa femme soupira.


Page 3





« Je sais, je le vois bien. Tu me caches beaucoup de choses mais ça tu n'y arrives jamais. Je me demande même comment tu arrives à financer notre train de vie malgré le peu de clients qui approche de la boutique. »

Le visage du boulanger s'éclaircit quelques instants. On pouvait lire dans ses yeux que, malgré une certaine inquiétude, il était sûr de lui.« J'ai toujours plus d'un tour dans mon sac. Au fait, tu n'as pas vu Athanasia depuis ce matin ? »

Freya esquissa un sourire. « Oh non, c'est ta fille. Je supposes qu'elle est en train de faire la misère dans les étalages du marché, comme toi à l'époque. »

Suite...


Page 4


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Darkan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Accueil :: Présentations des membres :: Journal de bord-