AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Luci K. Omnia
Le Monde de Dùralas a précisément 1790 jours !
Dùralas, le Lun 24 Sep - 7:11
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !
Partagez | 
 

 [FINI] "Il parait que les gens ne croient plus aux héros. Toi et moi on va le ressusciter l'héroïsme !" [PW Jûken'Maw]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Jûken'Maw
Technophile

avatar

Messages : 412
Expérience : 2151
Masculin Âge RP : 91 ans (37 en apparence)

Politique : 102
Métier : Forgeron d'armures - Maître absolu
Titres:
 

(Garuda, Hydro Cyno +150, v+150, Régénère si -25% de la vie)

Stats & équipements
Vitalité:
2787/2787  (2787/2787)
Vitesse: 587
Dégâts: 1347

MessageSujet: Re: [FINI] "Il parait que les gens ne croient plus aux héros. Toi et moi on va le ressusciter l'héroïsme !" [PW Jûken'Maw]   Sam 24 Fév - 0:06

Comme prévu, le sort de Jûken'Maw eu l'effet escompté. Les assaillants de Jûken'Maw tentèrent tant bien que mal de respirer malgré les importantes quantités de cendre qu'ils avaient inhalés... Mais se mirent soudain à cracher abondamment du sang sur le sol tout en se tenant la gorge. Finalement, ils tombèrent à genoux, avant de s'effondrer sur le plancher de la cave après de longues secondes d'agonie, intoxiqués. Leur poumons, auparavant luisant d'une teinte rosâtre pleine de vie, arborait désormais une robe aussi noire et sèche qu'un morceau de charbon.

S'étant débarrassés de ces deux troubles-fêtes, le djöllfulin masqué se retourna afin de prêter main forte à Grabuge, Ce dernier avait visiblement déjà éliminé l'un de ces opposants. Seul l'un des malfrats semblait encore vouloir résister à l'intervention des deux hérauts de justice. Aussi, Jûken'Maw s'approcha de ce dernier dans son dos tandis qu'il faisait face au peau-verte, avant de lui briser la nuque d'une brutale torsion de la tête. Le corps du voleur s'écroula sèchement tandis que sa vie s'échappait de son corps.

Cette zone est désormais pacifiée...


Dernière édition par Jûken'Maw le Lun 26 Fév - 14:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Destin
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 3689
Expérience : 15786

MessageSujet: Re: [FINI] "Il parait que les gens ne croient plus aux héros. Toi et moi on va le ressusciter l'héroïsme !" [PW Jûken'Maw]   Sam 24 Fév - 0:06

Le membre 'Jûken'Maw' a effectué l'action suivante : Actions


'Djöll. - Lagmarù' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Juge
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 4201
Expérience : 14322
Féminin

MessageSujet: Re: [FINI] "Il parait que les gens ne croient plus aux héros. Toi et moi on va le ressusciter l'héroïsme !" [PW Jûken'Maw]   Sam 24 Fév - 6:47

Fin du combat

Les joueurs l'emportent, ils gagnent 37 points d'expérience et 32 pièces d'or. Ils remportent également : 1 lapis-lazuli, 6 perles, 10 morceaux de charbon, une bourse de 50 pièces d'or chacun.

Le RP peut continuer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grabuge
Tavernier ♦ "Justicier brutal"

avatar

Messages : 1099
Expérience : 2095
Masculin Âge RP : 41 ans

Politique : 57
Métier : Bûcheron - Maître
Titres:
 

(Feriel, griffonne de Grabuge (modifié) +400, v+400, dissuasion : évite la prison à coup sûr)

Stats & équipements
Vitalité:
3565/3565  (3565/3565)
Vitesse: 111
Dégâts: 1764

MessageSujet: Re: [FINI] "Il parait que les gens ne croient plus aux héros. Toi et moi on va le ressusciter l'héroïsme !" [PW Jûken'Maw]   Lun 26 Fév - 3:38

Le meurtre brutal du brigand suivi de mon regard froid avait dissuadé mon dernier adversaire d'attaquer tout de suite. J'allais charger pour achever le combat quand j'entendis des bruits de toux et des râles d'agonie du coté de mon allié. Je risquai un rapide coup d'oeil et découvrit avec horreur les deux crapules aux prises avec Jûken'Maw en train de se contorsionner de douleurs et de vomir du sang, une espèce de brume sombre commençant à se disperser dans la pièce. Je notai dans un coin de ma tête de ne jamais énerver le justicier cornu.

Le petit malin qu'était mon adversaire essaya de profiter de mon moment d'inattention pour passer à l'attaque, mais je l'avais prévu. Alors qu'il allait me porter un coup, je lui mis un gros coup de pied en plein dans le ventre, et il recula de quelques mètres en déglutissant, le souffle complètement coupé. Alors que j'allais l'achever, sa nuque pris soudain un angle qui était loin d'être naturel, et il s'écroula sur le sol en pierre de la cave, dévoilant un Jûken'Maw des plus efficaces. Je venais de me faire un redoutable allié.

Je me posai contre une des caisses, reprenant un peu mon souffle après l'échaffourée qu'on venait de faire. Quoi que massacre était un mot plus adéquat pour ce qui venait de se passer. Nous venions de décimer un gang de trafiquant d'arme en une soirée, et à deux – trois si l'on comptait Garuda.

Je me tournai vers mon compagnon et lui dit:

"Et bien, cette ville sera un peu plus tranquille désormais."

Par réflexe, j'essayai d'attraper ma pipe dans mon sac, mais je me rendis compte que je l'avais laissé à l'entrée dans un buisson, et je me sentis un peu bête. Je repris donc:

"Je ne sais pas pour toi, mais l'adrénaline va m'empêcher de me reposer dans l'immédiat. Maintenant que la menace est écartée, une présentation plus conventionnelle autour d'une petite bouteille de vin me semble tout désignée; tu ne penses pas? A moins que tu ne préfères fumer la pipe au clair de lune sur un des toits de la ville?"

Je n'étais pas vraiment habitué à proposer ce genre de chose aux gens, mais je pense que l'on était plus à ça près, vu les récents évènements de la soirée. Je l'invitai donc à me suivre et ajoutai avant de quitter les lieux:

"On devrait aussi prévenir la garde kazharienne de l'existence de cette planque. Ainsi les armes volées reviendrons directement à leur propriétaire, et la mission sera réellement accomplie."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jûken'Maw
Technophile

avatar

Messages : 412
Expérience : 2151
Masculin Âge RP : 91 ans (37 en apparence)

Politique : 102
Métier : Forgeron d'armures - Maître absolu
Titres:
 

(Garuda, Hydro Cyno +150, v+150, Régénère si -25% de la vie)

Stats & équipements
Vitalité:
2787/2787  (2787/2787)
Vitesse: 587
Dégâts: 1347

MessageSujet: Re: [FINI] "Il parait que les gens ne croient plus aux héros. Toi et moi on va le ressusciter l'héroïsme !" [PW Jûken'Maw]   Jeu 1 Mar - 13:58

Très bien. Commençons par prévenir la garde. On se reposera ensuite… Répondit le djöllfulin tenant fermement à être professionnel jusqu'au bout. Une mission n'était réellement terminée que lorsque tous les objectifs avaient été parfaitement remplis, sans omettre le moindre détail. Cela dit, il approuvait les propos du maître d'armes : faire redescendre l'adrénaline avant de dormir ne serait pas de refus. Même pour une machine froide et méthodique telle que Jûken'Maw, vingt-sept heures de service sans interruption était éprouvant ; cela mettait inévitablement les nerfs à vif.
Après avoir examiné une dernière fois les lieux, les deux justiciers quittèrent la sombre bâtisse et la barricadèrent avant de se rendre auprès du poste de garde le plus proche. Il convenait de se dépêcher afin d'empêcher d'autres pillards de s'emparer de ce qui y était entreposé durant ce laps de temps. Arrivé à bon port, le djöllfulin s'avança vers le guichet, où un officier en faction était en train de remplir un rapport.

Ah ! Notre ami à corne. On vous voit souvent par ici ces derniers temps.
Le crime ne se repose pas brigadier. Vous le savez tout aussi bien que moi.
Hélas… Ces ordures sont toujours plus nombreuses chaque jour. Bref… Qu'est-ce qui vous amène ?
Démantèlement d'un groupuscule organisé de voleur et receleurs.
Par démantèlement, vous voulez dire…
Je ne suis pas là pour faire dans la tendresse brigadier. Mon collègue non plus d'ailleurs. Rétorqua le technophile en se tournant vers Grabuge.
Huuum ouai. C'est pas faux.
Bref. Vous devriez envoyer une escouade fouiller la bâtisse en ruine sur la place du quartier de granit. C'était leur planque… et elle est remplie d'objets volés.
Très bien. Nous nous mettons en route sur le champ dans ce cas. Merci à vous deux. Baldorheim dormira un peu plus paisiblement désormais. Il se retourna puis franchit une porte avant d'ordonner la mobilisation de ses hommes.

Leur tâche accomplie, gobelin et djöllfulins quittèrent les lieux avant de se hisser sur un toit proche, dont le panorama donnait sur toute la ville. Au loin, les premières lueurs du jour commençaient lentement à pointer le bout de leur nez, éclairant le visage de nos deux justiciers d'une agréable chaleur. Le servant de Lagmarù sortit une pipe à tabac en bois sculpté de son sac, qu'il remplit méticuleusement d'herbes séchées et épicée issus d'une plante poussant sur les flancs du Vulkar, aux abords du village ou vivait dorénavant la majeure partie de son peuple. À l'aide de son index droit qui prit soudain une teinte volcanique, il embrasa le tabac avant d'inspirer puis d'expirer profondément une grande  et forte bouffée de fumée épicée.

Je compte rejoindre l'Imperator dans sa cause très prochainement. Lança-t-il après un long moment de réflexion. Sa voix était ferme et rauque. Une détermination sans faille pouvait se lire dans le regard d'acier du technophile qui semblait avoir mûrement réfléchi à la question.
Cette ville, Baldorheim… Elle est le noyau dur de la criminalité. Il tira de nouveau sur sa pipe ornementée, scrutant l'horizon où s'étendait à perte de vue la capitale montagnarde. Si nous voulons briser le cercle du chaos qui gangrène ce monde, c'est ici que nous devons commencer à mettre en place notre action. La mentalité Baldorheimoise originelle basée sur la culture naine et aujourd'hui emmenée par son leader Moradund Marteau-de-Fer s'inscrivait totalement dans cette idée. Le servant de Lagmarù s'était renseigné sur le personnage et n'avait pas non plus choisi cette ville au hasard. Ce nain était un individu déterminé à faire changer les choses, contrastant avec l'immobilisme de son prédécesseur qui avait bien faillit mener cette ville à la ruine et la destruction. Mais il avait besoin de soutien, de soldats à la volonté ferme et indéfectible, portés par de réelles convictions basées sur la Loi, l'ordre et la Justice universelle. C'est là que des personnes telles que Jûken'Maw ou Grabuge pouvaient faire la différence...

Et toi ? Que comptes-tu faire ? Tu aurais également ta place chez les kazhariens...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grabuge
Tavernier ♦ "Justicier brutal"

avatar

Messages : 1099
Expérience : 2095
Masculin Âge RP : 41 ans

Politique : 57
Métier : Bûcheron - Maître
Titres:
 

(Feriel, griffonne de Grabuge (modifié) +400, v+400, dissuasion : évite la prison à coup sûr)

Stats & équipements
Vitalité:
3565/3565  (3565/3565)
Vitesse: 111
Dégâts: 1764

MessageSujet: Re: [FINI] "Il parait que les gens ne croient plus aux héros. Toi et moi on va le ressusciter l'héroïsme !" [PW Jûken'Maw]   Jeu 1 Mar - 21:03

☠️

Mon coéquipier rejoignit mon avis. En effet, la priorité immédiate était de prévenir les gardes, afin de limiter les risques de vol (quoi qu'était-ce considéré comme du vol que de voler des voleurs?). C'est pourquoi nous barricadîmes la maison avant de filer vers le baraquement de garde le plus proche. Je n'oubliai pas bien sûr de prendre mon sac, que je retrouvai à la même place que je l'avais laissé.
Jûken'Maw connaissait le chemin, et je le suivis donc, car je n'étais pas encore habitué à la géographie de BaldorHeim.
Une fois à l'intérieur du poste de garde, mon compagnon discuta brièvement avec le garde et je me contentai d'acquiescer de temps à autre, n'écoutant pas vraiment l'échange. Jûken semblait savoir ce qu'il faisait, et je lui faisais confiance quant à la transmission d'information.

Une fois notre mission achevée, nous prîmes congé et le justicier cornu opta visiblement pour ma deuxième proposition. Ainsi, avec un peu d'effort, je me hissai à sa suite sur l'un des toits de la ville, qui nous offrait une vue sur tout BaldorHeim. Je n'étais pas vraiment habituer à crapahuter sur les toits, mais au moins personne ne viendrait déranger la quiétude de ce moment. Les rayons de soleil de l'aube vinrent graver une belle image de cette ville dans ma mémoire, et je pris ma pipe pour "célébrer" cet instant. Je vis que mon compagnon djöllfulin fit de même, et je remarquai que sa pipe était bien plus ouvragée que la mienne, quoi que peut-être moins vieille. La mienne avait des dizaines d'années derrière elle, et j'avais même dû la réparer une fois. Ainsi, les stigmates du temps se lisait sur son bois, mais je trouvai qu'elle m'allait bien. Elle aussi avait traversé des épreuves avant d'en arriver là, et elle était la seule à ne jamais m'avoir lâché.
Le silence s'installa finalement entre nous, mais cela ne me dérangeait pas outre mesure. Je ne trouvais pas ça gênant mais plutôt harmonieux, on profitait ensemble du lever du soleil, respectueusement et presque solennellement.
Jûken'Maw prit finalement la parole, d'une fois ferme et déterminée au bout de quelques minutes:

"Je compte rejoindre l'Imperator dans sa cause très prochainement. "

Je hochai la tête, ne le coupant pas mais restant néanmoins attentif à ses propos. J'avais entendu parler de l'Imperator, un certain Moradund Marteau-de-Fer. C'était le dirigeant des kazhariens, et il prônait la justice dans les rues de BaldorHeim, ce qui faisait de lui un allié de circonstance. Un personnage à rencontrer quand l'occasion se présenterait. Le djöllfulin masqué enchaîna alors que je tirais tranquillement sur ma pipe:

"Cette ville, Baldorheim… Elle est le noyau dur de la criminalité. Si nous voulons briser le cercle du chaos qui gangrène ce monde, c'est ici que nous devons commencer à mettre en place notre action."

Je me massai le menton tout en réfléchissant. C'était une vision intéressante, et en partie vraie, mais une vision peut être un peu trop étroite. Car BaldorHeim avait la garde kazharienne pour la protéger, même si leur travail était de longue haleine. La plupart des opérations criminelles de grande envergue débutaient d'ici, et c'était bel et bien "le noyau dur" dont parlait Jûken. Néanmoins, le mal touchait aussi bien d'autres contrées qui n'avaient pas l'appui de force militaire oeuvrant pour la sécurité.
Mon compagnon me coupa dans ma réflexion en me demandant:

"Et toi ? Que comptes-tu faire ? Tu aurais également ta place chez les kazhariens...   "

Je tirai une nouvelle fois sur ma pipe en souriant, laissant planer quelques secondes de silence avant de répondre:

"C'est une idée intéressante. Je partage les idéaux des kazhariens, néanmoins un détail me chiffonne. Si la plupart des opérations criminelles convergent vers BaldorHeim, beaucoup de régions sont aussi touchées par le mal, et certaines n'ont pas le luxe de se défendre, à l'instar de cette ville-ci."

Je marquai une nouvelle pause, tirant sur ma pipe tout en expirant par le nez. Puis je continuai:

"Je me tâte à rejoindre les kazhariens pour deux raisons. Premièrement, c'est une faction. Et qui dit faction dit politique. Or je ne suis pas là pour me mêler de la politique, et si un jour je devais choisir entre obéir à un roi et sauver ne serait-ce qu'une personne innocente, je n'aurais aucun doute quant au choix à faire. Je grossis le trait, mais j'imagine que tu vois l'idée. Cela ne veut pas dire que j'ai du mal avec l'autorité, j'ai été membre d'une compagnie de mercenaire toute ma vie, et je n'en étais pas le capitaine, ni même un des lieutenants."

J'eus une pensée pour mes anciens frères d'armes, et la manière dont ils avaient finis: tués de mes mains, ou partis avant que la compagnie ne sombre définitivement dans la criminalité.

"Et deuxièmement j'ai un projet, repris-je, bien qu'il pourrait être en accord avec les principes des kazhariens. Je compte refonder la compagnie dont je t'ai parlé précédemment. Cette compagnie était la seule à ma connaissance qui prônait la Justice, et qui m'a inculqué les valeurs que je possède désormais. Jamais nous n'avons pris de contrats sales. Jamais nous n'avons tuer délibérémment d'innocents. Il nous est même arrivé de travailler gratuitement parfois, même si l'occasion était rare. Il faut bien vivre après tout."

Je me rendis compte que j'avais beaucoup parlé, plus que d'ordinaire. C'est ce qui arrivait quand je parlais de mes idéaux ou de mon ancienne compagnie. La nostalgie, mêlée à une dévotion sans faille j'imagine. J'approfondis mon discours:

"Mais pour cela j'aurais besoin de gens déterminés pour qui Justice a encore un sens. Des gens qui n'ont pas peur d'aller jusqu'au bout de leur conviction, de s'enfoncer dans les ténèbres pour éviter que qui que ce soit d'autre n'ait à le faire."

Je tirai sur ma pipe une nouvelle fois, profitant du bien être procuré par le bon tabac que j'avais acheté à Kastalinn lors de mon passage. Je terminai:

"Donc pour répondre à ta question, je pourrais rentrer dans les kazhariens en stipulant deux points importants: premièrement, je ne me mêlerais jamais de politique à partir du moment où ça ne concerne pas la justice ou la sécurité des habitants de BaldorHeim, et deuxièmement j'aimerais avoir l'occasion de partir autant que possible dans les terres privées de stabilité et de protections, car mon devoir ne se limite pas à BaldorHeim mais à Duràlas entier."

Je sortis une fiole au contenu blanchâtre de mon sac, et commençai à m'appliquer précautioneusement la pommade artisanale sur ma tempe qui, l'adrénaline passé, commençait à me faire mal après le coup que j'avais reçu lors de la mêlée. Tout en écoutant la réponse de Jûken'Maw à mon long monologue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jûken'Maw
Technophile

avatar

Messages : 412
Expérience : 2151
Masculin Âge RP : 91 ans (37 en apparence)

Politique : 102
Métier : Forgeron d'armures - Maître absolu
Titres:
 

(Garuda, Hydro Cyno +150, v+150, Régénère si -25% de la vie)

Stats & équipements
Vitalité:
2787/2787  (2787/2787)
Vitesse: 587
Dégâts: 1347

MessageSujet: Re: [FINI] "Il parait que les gens ne croient plus aux héros. Toi et moi on va le ressusciter l'héroïsme !" [PW Jûken'Maw]   Dim 11 Mar - 20:45

Alors que l'astre solaire s'élevait dans les cieux, ses multiples faisceaux d'ambres balayèrent la surface de la capitale montagnarde, se reflétant sur les armures des deux justiciers. Jûken'Maw, sans quitter des yeux le splendide panorama auquel ils faisaient face, écoutait attentivement les propos de Grabuge. Le gobelin semblait avoir particulièrement réfléchi à son rôle à jouer en ce monde. Ses raisons le poussant à vouloir agir à travers le monde sans se fixer seulement à Baldorheim était louables et compréhensibles… Elles étaient sans doute la marche à suivre pour endiguer le mal-être de ce monde et Jûken'Maw lui-même avait pensé et agit de la sorte pendant longtemps.

Toutefois… Ses nombreuses années de mercenariat à travers le continent l'avait convaincu que cette méthode n'était pas efficace sur le long terme. Que pouvait faire un être seul lorsque qu'une organisation ou une nation toute entière décidait de se tourner vers le crime ? Comment agir efficacement lorsque des groupuscules tels que la congrégation des ombres ou les différentes chefferies de pirates décidaient de s'improviser comme des États à part entière ? De simples vagues dans un océan déchaîné tout au plus. Afin de contrer cela, il fallait y opposer une force au moins équivalente.

Si je pouvais me passer d'une faction pour faire de cette cause une réalité, je le ferais. Il tira sur sa pipe une nouvelle fois avant de recracher une épaisse fumée épicée dont les volutes vinrent se mêler aux rayons d'or de l'aube.
Mais une action isolée peut difficilement faire bouger les choses de manière durable. Le problème d'une initiative à petite échelle était que si un justicier pouvait réussir à ramener la paix dans un village par une action isolée, un criminel notoire pouvait également provoquer le chaos dans un autre. Finalement, ce qui avait sauvé par l'un était détruit par l'autre. Les bonnes actions se diluaient dans cette sempiternelle lutte entre le bien et le mal… sans que rien ne puisse faire bouger durablement la frontière les séparant.

Ne te méprends pas. À mes yeux, les actions isolées ont toute leur importance. Mais afin d'en tirer leur plein potentiel et changer les choses à grande échelle, il faut qu'elles soient encadrées dans un ensemble plus large. Tout en dissertant, le servant de Lagmarù fixait l'horizon, pensif.
Pour que la justice n'ait plus de frontières, nous devons commencer faire de cette ville un modèle pour le reste du monde. Un rempart face à l'adversité, un phare illuminant l'obscurité… Cet immobilisme qui s'était emparé des gouvernements dùralassiens face à la montée en puissance et au règne de terreur de la criminalité, Jûken'Maw en avait été témoin. Et cela lui était insupportable. S'ils s'étaient évertués à faire, ne serait-ce que la moitié de leur travail, alors les choses n'auraient pas été aussi catastrophiques qu'aujourd'hui. Mais il fallait croire que la justice et le zèle étaient des valeurs d'un autre temps.

Il faut être pragmatique : si nous agissons seuls… Alors nous serons balayés lorsque nos ennemis auront décidé de joindre leurs forces. Sa voix était grave et son ton sec. Mais ta compagnie, si cette dernière remplie bien le rôle que tu m'as décrit, semble être une bonne initiative. Si nous voulons faire en sorte de diffuser cette justice universelle, alors agir à différentes échelles est primordial. En effet, bien que privilégiant la puissance d'une faction afin faire changer les choses, il ne fallait pas non plus négliger les méthodes alternatives et les échelons subsidiaires. Les partisans de la loi et l'ordre devraient articuler méticuleusement les différentes méthodes et moyens à leur disposition afin d'atteindre leur but. Dans cette entreprise « organisation » était le maître-mot.

Finalement, le technophile masqué se releva alors qu'au loin, s'éveillait doucement la capitale montagnarde. Une nouvelle journée commençait pour Baldorheim, un peu plus propre que la veille grâce aux actions de nos deux justiciers… Mais ce n'était hélas qu'un sursis.

Bien… Il est temps. C'était un honneur de me battre à tes côtés. Fit-il en saluant son coéquipier d'un soir. Sur le départ, le djöllfulin vérifia l'état de son katana, si son fusil était bien chargé, puis rangea sa pipe ouvragée avant de rapprocher de la bordure d'un toit.

À bientôt. Sautant dans le vide, Jûken'Maw se rattrapa à quelques barreaux et accroche sur la facade du bâtiment avant d'atteindre le sol...

… Puis disparu dans le flot de passants en contrebas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grabuge
Tavernier ♦ "Justicier brutal"

avatar

Messages : 1099
Expérience : 2095
Masculin Âge RP : 41 ans

Politique : 57
Métier : Bûcheron - Maître
Titres:
 

(Feriel, griffonne de Grabuge (modifié) +400, v+400, dissuasion : évite la prison à coup sûr)

Stats & équipements
Vitalité:
3565/3565  (3565/3565)
Vitesse: 111
Dégâts: 1764

MessageSujet: Re: [FINI] "Il parait que les gens ne croient plus aux héros. Toi et moi on va le ressusciter l'héroïsme !" [PW Jûken'Maw]   Ven 16 Mar - 18:40

Mon compagnon justicier écouta ce que j'avais à dire jusqu'au bout, attentif malgré son observation du beau panorama qui s'offrait à nous. En effet, le soleil se levait, illuminant la ville et ses quelques habitants matinaux de ses rayons apaisants. Cette lumière si chaude, si agréable, balaya les ténèbres de mon coeur l'espace d'un instant.

Jûken'Maw tira sur sa pipe tout en me répondant, alors que je me massais tranquillement ma tempe endolorie. Il semblait être tout aussi déterminé que moi sur la voie de la Justice. Néanmoins, pour lui, prêter serment à une faction était nécessaire. Je comprenais son point de vue, et en tant que mercenaire je m'étais allié à nombre de factions, de guilde ou de groupuscules pour savoir que seul, le combat contre les forces du mal était éternel. Mais j'avais besoin d'une certaine indépendance, car qui disait faction disait aussi pouvoir. Et qui disait pouvoir disait ambition. Aucune faction n'était absolument sûre, et leur implication politique me gênait.

Mais peut être que Jûken avait raison et que le seul moyen de lutter efficacement contre la criminalité était de s'unir. Je m'étais déjà battu aux côtés de kazhariens, de gardiens ou plus rarement de membre de la Garde Zéphyr. Mais toujours pour des actions de protections, de sauvetage mais jamais pour de la politique. C'était probablement notre plus grand désavantage. Un poids politique inexsitant. Une dimension politique inexistante même.
Si je devais recréer Egide, je respecterais assurément les traditions antiques de notre ordre, mais un vent de fraîcheur était aussi nécessaire. Notamment pour empêcher un nouveau désastre et une ultime dissolution de la compagnie. Mon allié cornu m'avait fait réfléchir, et je me promis d'y penser ses prochaines semaines avant de prendre une décision aussi importante.

Je rallumai ma pipe, qui s'était éteinte alors que je réfléchissais, alors que Jûken'Maw terminait son discours. Je lui répondis concisement:

"Je réfléchirais à ta proposition. Sérieusement. Et je te retourne la réponse. Tu aurais ta place au sein de la compagnie Egide."

Je lui fis un léger sourire pour ponctuer ma phrase et tirai sur ma pipe alors que la fatigue commençait à se faire sentir. J'aurais dû penser à prendre quelques unes des herbes qui coupent la fatigue lors de mon passage à la cour du Roi des Elfes. Etant natif de la forêt de Sylfaën, je savais où m'en procurer, et cela m'aurait aider à ne pas m'écrouler pour continuer à veiller sur les habitants de Dùralas. Je savais qu'en consommer de trop était hautement nocif, mais pour défendre une ville aussi vaste que BaldorHeim, rester réveillé plusieurs jours d'affilée était un avantage.

Jûken finit par se lever, et me lança:

"Bien… Il est temps. C'était un honneur de me battre à tes côtés. A bientôt."

Je lui répondis alors qu'il vérifiait une dernière fois son équipement:

"De même, Jûken'Maw. Je suis sûr que nos chemins se recroiserons à l'avenir."

Je souris tout en tirant sur ma pipe. Deux justiciers dans un océan de crapulerie ne pouvait qu'être emmené à se revoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[FINI] "Il parait que les gens ne croient plus aux héros. Toi et moi on va le ressusciter l'héroïsme !" [PW Jûken'Maw]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» [FINI] "Il parait que les gens ne croient plus aux héros. Toi et moi on va le ressusciter l'héroïsme !" [PW Jûken'Maw]
» T'as fini de me laisser sans nouvelles !
» Les gens du voyage
» On devrait mettre les gens du nord en quarantaine pour les empêcher d'entrer à
» [b]GENS JUSTE OU INJUSTE LE SALAIRE DU PECHE C'EST LA MORT ![/b]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Est de Dùralas :: Ville de BaldorHeim :: Archives-