AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Yavik Vulpes
Le Monde de Dùralas a précisément 1876 jours !
Dùralas, le Mer 19 Déc 2018 - 2:16
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !

Partagez | 
 

 Anecdotes historiques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thorek Sveresson
Explorateur

avatar

Messages : 259
Expérience : 1613
Masculin Âge RP : 164 ans

Politique : 38
Métier : Mineur - Maître
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
1867/1867  (1867/1867)
Vitesse: 626
Dégâts: 1916

MessageSujet: Anecdotes historiques   Jeu 11 Jan 2018 - 1:14

Salutations !

En ce jour, j'ouvre ledit sujet à vos yeux que j'imagine déjà ébahis et friands d'anecdotes plus débiles et loufoques que les autres... parce que pourquoi pas ? (et pis bon normalement si vous avez cliqué sur un titre pareil, c'est que vous êtes intéressé)

L'histoire, certains trouvent cela barbant, c'est leur choix. Mais il serait dommage de passer à côté des petits détails croustillants simplement parce que retenir une date se révèle être une plaie. Et puis, ça permet quelques fois de briller en soirée quand on peut expliquer pourquoi est-ce qu'on rentre uniquement par la gauche dans un avion DD

Donc, le but dudit sujet va être de tout simplement permettre à ceux qui le veulent de partager des anecdotes historiques, des détails plus précis pour dispenser un peu de culture à quelques têtes blondes et autres joyeusetés du genre !


J'entame le bal avec une série de vidéos d'un grand bonhomme nommé l'Odieux Connard (oui, le nom est volontaire). Un ex-prof d'histoire qui s'est reconverti dans l'écriture de divers bouquins (dont certains historiques) et la tenue d'un blog de critiques cinémas que voici. Mais ce qui nous intéresse ici, c'est trois vidéos d'une bonne heure chacune où il va vous apprendre quelques détails sur la période des deux guerres mondiales et toutes les petites blagues qui ont eu lieu à l'époque.
Le type sait de quoi il parle, c'est son domaine et, malgré quelques erreurs de chiffres par-ci par-là qu'il reconnait lui-même, le tout est bien raccord. (je suis allé jusqu'à vérifier les rapports militaires déclassés des évènements pour la plupart, donc ça m'a l'air bon  kokin )

Pour ceux qui ont moins de temps à consacrer à tout cela, il a fait quelques vidéos plus courtes pour résumer certaines anecdotes présentées dans les vidéos ci-dessous (et il rajoute même des détails parfois) que vous trouverez sur sa chaîne ici:  https://www.youtube.com/channel/UCDyyFxXcMKrRLc6QM2OlRwA. Mais bien entendu, les conférences en racontent plus  diable 2

Bon visionnage !









Je rappelle enfin que le sujet est ouvert à tous et que les commentaires et propositions de sujets sont plus que recommandées !

Personnellement, j'ai quelques idées en tête comme par exemple essayer de casser quelques mythes sur les armes blanches ou vous conseiller diverses chaînes Youtube qui traite d'histoire en général. Oh, et dernier détail, si vous voulez mentionner une anecdote, essayez d'avoir au moins une source derrière qui la valide. Cela rendra votre discours autrement plus crédible.

Sur ce, bonne journée Sourire





Slots Rps :   Pw Baldwin Nuussian // //  Pw Jûken'Maw & Grabuge & Moradund



Lien : Source de l'avatar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mohana Dharitri
Administratrice ♦ Chamane

avatar

Messages : 2090
Expérience : 3590
Féminin Âge RP : 26

Politique : 166
Métier : Sculptrice - Maîtresse Absolue
Titres:
 

(Hibou de Mohana +400, v+400 ; Dissuasion : vous évite à coup sûr la prison)

Stats & équipements
Vitalité:
4338/4338  (4338/4338)
Vitesse: 1313
Dégâts: 2350

MessageSujet: Re: Anecdotes historiques   Jeu 11 Jan 2018 - 12:28

Ce topic est une merveilleuse idée, bravo !
Je crois d'ailleurs que tu m'avais exposé l'idée il y a quelques mois... Tu as bien fait de te lancer.
J'ai écouté la première vidéo, j'avoue que le mec connait son sujet, c'est génial. Bon seul petit hic, j'ai un peu de mal à suivre autant de temps quelqu'un qui parle comme ça, comme les vidéos de chaînes YouTube. Cependant les documentaires j'en décroche pas.. Plus calme peut-être? Je ne sais pas.
Le fait est que le contenu est super intéressant et j'ai bien aimé la première vidéo, j'irai à l'occasion en voir d'autres ! Le début de l'aviation me tente. Après j'avoue que la 2GM n'est pas ma période favorite, j'suis plus friante de petites choses anciennes (enfin, plus anciennes).

J'dois avoir pas mal d'anecdotes de côté mais là sur l'instant, rien ne me vient... C'est toujours en pleine discussion qu'un truc va venir. Par contre, si j'pense à quelque chose, je passe par ici !

N'hésites pas à partager les chaînes historiques que tu aimes suivre, peut-être que j'arriverais à en suivre une, bien que le format à chaque fois...me lasse. Ton monotone? Je ne sais pas.
Tiens étrangement ça me fait penser à Métronome, avec Lorant Deutsch. Il retrace Paris sur toute so histoire au rythme des stations de métro, avec des petites anecdotes super sympas ! J'imagine que tu dois connaître, mais pour ceux qui ne connaissent pas, je recommande, une série de quatre documentaires très intéressants !

PS : Pour les armes blanches, je dis oui !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ragnör Lüpusànghrën
Technophile

avatar

Messages : 340
Expérience : 1744
Masculin Âge RP : 112

Politique : 110
Métier : Bûcheron - Compagnon
Titres:
 

(F.A.U.V.E, G.O.L.E.M d'Alphonse +360, 150, v+290)

Stats & équipements
Vitalité:
2942/2942  (2942/2942)
Vitesse: 884
Dégâts: 1592

MessageSujet: Re: Anecdotes historiques   Jeu 25 Jan 2018 - 9:39

Allez histoire de relancer le sujet :

Un croissant averti en vaut deux : Les origines du croissant ne se trouvent pas en France comme on vous l'a toujours fait croire. En réalité, la célèbre viennoiserie a été créé par un boulanger autrichien après une victoire de l'Autriche contre les Turcs. La forme de croissant vient d'ailleurs du symbole musulman.

Ce matin, un lapin, a tué un chasseur.. : Napoléon a déjà dû essuyer l'attaque d'une horde de lapins. Pour une partie de chasse, environ 3000 lapins avaient été rassemblés au même endroit. Lorsque les cages ont été ouvertes, les lapins n'ont pas fuit dans dans tous les sens, au contraire ils ont foncé dessus.







-Merci à Mohana Dharitri pour le superbe kit avatar + bannière :aimer: -
Couleur des dialogues :
 #008080

RP en cours :
:lgarou:-  :lgarou:-:lgarou:

Triple-compte de Dilon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lemondededuralas.forumactif.org
Thorek Sveresson
Explorateur

avatar

Messages : 259
Expérience : 1613
Masculin Âge RP : 164 ans

Politique : 38
Métier : Mineur - Maître
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
1867/1867  (1867/1867)
Vitesse: 626
Dégâts: 1916

MessageSujet: Re: Anecdotes historiques   Jeu 8 Fév 2018 - 10:46

Continuons avec une autre chaîne historique qui prend son temps pour sortir des vidéos, mais dont le travail est d'une qualité indéniable :


Le pitch de cette chaîne est de vous raconter divers évènements/périodes historiques du point de vue de ceux qui l'ont vécu avec moult acteurs de qualitay. Et comme le tout est sur un ton Kaamelott hilarant, est-ce que je dois encore dire quelque chose pour vous motiver à y aller ?

Pour l'instant, ils ont fait "la Guerre des Gaules", une partie de la période Ptolémaïque (avec César, Cléopatre, et tutti quanti) et la 1ere, 2e et 3e croisade. Non seulement, ils font des recherches poussées, mais en plus ils brisent beaucoup de clichés sur ces époques.

Par exemple, saviez-vous que Richard Coeur de Lion, Roi d'Angleterre qui a participé à la 3e croisade... N'avait en fait passé que quelques mois en Angleterre, un pays qu'il détestait cordialement ? A vrai dire, il était né en Aquitaine et adorait ce coin du pays Français où il avait grandi.

Vous en voulez d'autres des comme ça ? Alors cette chaîne est pour vous !



NB: j'essaie de voir comment organiser un petit post sur les armes blanches, histoire de casser quelques clichés dessus dans les grandes lignes. Cela devrait donc arriver d'ici quelques semaines. Et puis qui sait, je pourrais peut-être diverger sur diverses armes complètement débiles qui parsèment notre histoire





Slots Rps :   Pw Baldwin Nuussian // //  Pw Jûken'Maw & Grabuge & Moradund



Lien : Source de l'avatar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dilon Deraborne
Administrateur ♦ Guerrier

avatar

Messages : 5131
Expérience : 4226
Masculin Âge RP : 34

Politique : 224
Métier : Forgeron - Maître Absolu
Titres:
 

(Altaïr, Pyrargue de Dilon [Emblème Gardien] +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
3615/3615  (3615/3615)
Vitesse: 577
Dégâts: 2935

MessageSujet: Re: Anecdotes historiques   Mar 27 Fév 2018 - 10:05

Merci pour la chaîne ! Dis je voulais savoir si t'avais d'autres anecdotes concernant des armes loufoques, genre les grenades qui ricochent ou autres de la seconde guerre mondiale ? :rire:






:nainhache:

~Administrateur ♦️ Gardien-en-chef chez les Gardiens ♦️ Membre des Dragonniers ♦️ Rédacteur au Phénix Enchaîné ♦️ Propriétaire de la boutique L'Âme et l'art mûr~

RP1-RP2-RP3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lemondededuralas.org En ligne
Thorek Sveresson
Explorateur

avatar

Messages : 259
Expérience : 1613
Masculin Âge RP : 164 ans

Politique : 38
Métier : Mineur - Maître
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
1867/1867  (1867/1867)
Vitesse: 626
Dégâts: 1916

MessageSujet: Re: Anecdotes historiques   Mar 27 Fév 2018 - 14:04

Au niveau des armes débiles, tu en as peut-être plus durant la première guerre que durant la seconde, la faute au côté expérimental de la chose. Cependant, la deuxième guerre a vu passer son lot d'abominations DD Petit Nota Bene, je ne parlerais pas des chauves-souris équipées de ceintures au napalm qui sont déjà présentées par l'Odieux Connard dans sa première vidéo je crois. J'ai cependant retrouvé des images de la bombe rebondissante mentionnée par l'Odieux Connard, encore une fois, dans sa deuxième vidéo : ici

***

On pourrait commencer avec le Goliath présenté ci-dessous par une vidéo d'époque (tout en anglois 'méricain cependant)

C'était une sorte de mini-tank allemand avec une bombe à l'intérieur. L'idée était de l'approcher de l'ennemi et de le faire péter à côté de leurs tanks. Dans le principe, pourquoi pas, et il devait peut-être s'agir du premier véhicule télécommandé de l'histoire kokin
Mais, le bousin était visible, pas franchement rapide (environ 10 km/h) et son câble qui servait à le connecter à la télécommande était facile à couper ou endommager. Et bien sûr, il était atrocement cher à produire pour juste péter un tank de temps à autre... Donc autant dire qu'il n'aura servi à rien :hem:

***

On pourrait aussi mentionner l'Antonov A-40, un fabuleux bidule russe. L'idée était de larguer un tank sur le front sous forme d'un planeur tiré par un bombardier relativement puissant. Quelques prototypes avaient été testés, mais ce fut un échec plutôt complet.



Le pire étant que les russes avaient déjà largués des tanks légers sur le champ de bataille durant Barbarossa par le biais d'un TB-3. Sauf qu'il fallait larguer l'équipage séparément, ce qui rendait l'opération plutôt compliquée... L'image ci-dessous montre un TB-3 avec T-27 accroché en dessous.


***

Passons aux armes "classiques" et donc du niveau d'un soldat.


Le fusil Ross, un petit machin canadien à l'histoire compliquée.
A première vue, c'est un fusil à verrou plutôt simple... Sauf que non. Ce truc était tellement compliqué à utiliser et mal foutu que sur les 1000 premiers créés, 113 incidents suffisamment graves pour le faire retirer du service eurent lieu (l'un d'entre eux était sympathique, lors du tir, la culasse a sauté et s'est enfoncé dans l’œil du tireur). On dénote un poids trop important, on pouvait se couper le pouce avec le cran de sureté, s'il était mal assemblé des morceaux tombaient et les munitions anglaises rentraient mal dans le magasin peu adapté, etc...
Cette catastrophe ambulante a été utilisée durant la première guerre majoritairement où, lors de la bataille d'Ypres, sur un régiment de 5000 canadiens, 1400 ont préférés lâcher ledit fusil pour s'équiper de carabine Lee Enfield... Et il a finit dans les mains de quelques malheureux régiments de la seconde guerre mondiale. Même si ces derniers eurent des versions légèrement plus au point.

Chose amusante, quand il marchait, il tirait plutôt bien.

***

Le Type 89 "Knee Mortar" ou, de son vrai nom, 八九式重擲弾筒. Il apparaitra donc pour beaucoup que le type 89 était utilisé par l'armée japonaise à la base  DD


Tout d'abord, cette arme est mentionnée ici non pas à cause de son efficacité médiocre. Eh non, car les japonais l'utilisait plutôt bien, très bien même et ce truc causait de sacrés dégats dans les rangs américains.


MAIS, là où le type 89 a brillé, ce fut quand des américains en avaient capturés. Une tentative de traduction du nom japonais a donné "Knee mortar" ou "genou mortier". Rajouter à ça que les GI's du front voyaient les japonais se mettre à genoux pour tirer cette arme et on obtient un sacré raté.

Les GI's ont pris l'arme, l'ont posé sur leur genou ou leur jambe avant de tirer. Ont fait feu, et pis en général on entendait un sympathique *crac* que faisait l'os de ladite jambe à cause du recul. :youpi:

***

Mention rapide à l'AVT-40, un SVT-40 russe modifié pour tirer en continu plutôt qu'en semi-automatique. Le problème étant que la base était celle d'un fusil semi-auto, on se retrouvait avec un truc imprécis au possible, capable de surchauffer atrocement vite et qui avait parfois tendance à vous fracasser l'épaule à cause du recul.
Des rapports russes de l'époque mentionne qu'après le premier tir, on ne touchait plus la cible.

***

Et un petit bijou de nos copains d'outre-manche : le PIAT.


C'est un lance-mortier ou quelque chose du genre. L'idée était d'avoir des munitions de mortier d'un bon kilos et de les envoyer sur un tank ennemi à environ 100m... grâce à un ressort.

Et oui, ce bidule a un mécanisme a ressort uniquement. Les avantages étaient que c'était relativement discret, pas de fumée comme sur les autres armes anti-tanks et les munitions étaient franchement peu chères. SAUF que d'après la troisième loi de Newton, quand vous balancez un truc dans une direction, il y a une force opposée. Et dans le cas du PIAT, votre épaule prenait très cher.

Rajoutez à cela des munitions peu efficaces, un mécanisme facile à briser et d'autres problèmes du genre et vous obtenez une arme pas franchement terrible. (surtout que 100m de distance pour tirer sur un tank allemand, c'était moyen niveau sécurité)


Et il en reste pas mal d'autres kokin





Slots Rps :   Pw Baldwin Nuussian // //  Pw Jûken'Maw & Grabuge & Moradund



Lien : Source de l'avatar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dilon Deraborne
Administrateur ♦ Guerrier

avatar

Messages : 5131
Expérience : 4226
Masculin Âge RP : 34

Politique : 224
Métier : Forgeron - Maître Absolu
Titres:
 

(Altaïr, Pyrargue de Dilon [Emblème Gardien] +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
3615/3615  (3615/3615)
Vitesse: 577
Dégâts: 2935

MessageSujet: Re: Anecdotes historiques   Mer 7 Mar 2018 - 12:43

Désolé de répondre que maintenant !

J'étais pété de rire pour le tank téléguidé. On dirait moi quand j'étais petit dans le 4x4 électrique et que je voulais écraser mon petit frère avec. :rire:

Concernant les avions, je trouve le concept plutôt sympathique. Ça fait attaque surprise.. Manque juste un peu d'inertie à la chose si j'ose dire.

Pour le Fusil pas grand chose à rajouter, il me semblait pas au point ^^

Concernant le Knee mort là par contre y a du lourd :rire:. Ne serait-ce que par son aspect pompe à vélo. Puis le principe est juste génial si on excepte les petits soucis mécaniques. J'aime bien celui-ci, surtout avec le coup des os qui craquent et l'origine du nom.


Quant au dernier avec le ressort on pourra quasi en faire une arme technophile entre le côté rustique du ressort et le souci du recul. Un truc de gros blindés quoi.

***


Tout ça me fait penser à une arme que j'avais découverte sur un site :



Le mortier de poing.
Comme son nom l’indique, le mortier de poing est une arme que vous pouvez tenir à une main et qui peut envoyer des explosifs à moyenne portée. L’utilisateur était censé amorcer une grenade avant de la tirer via l’arme grâce à de la poudre à canon. Utilisée principalement entre le 16e et le 18e siècle, l’arme n’était pas très populaire en raison de son manque de fiabilité et de sécurité. En effet, les grenades pouvaient parfois se bloquer à l’intérieur du canon ou encore exploser trop tôt à cause de la poudre à canon.






:nainhache:

~Administrateur ♦️ Gardien-en-chef chez les Gardiens ♦️ Membre des Dragonniers ♦️ Rédacteur au Phénix Enchaîné ♦️ Propriétaire de la boutique L'Âme et l'art mûr~

RP1-RP2-RP3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lemondededuralas.org En ligne
Thorek Sveresson
Explorateur

avatar

Messages : 259
Expérience : 1613
Masculin Âge RP : 164 ans

Politique : 38
Métier : Mineur - Maître
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
1867/1867  (1867/1867)
Vitesse: 626
Dégâts: 1916

MessageSujet: Re: Anecdotes historiques   Jeu 26 Avr 2018 - 14:00

Sur un ton relativement plus sérieux cette fois-ci, je me suis dit que vous montrez des exemples d'armures et habits utilisés à diverses époques pourraient se montrer intéressant.

Après tout, c'est bien beau de s'imaginer un chevalier... Mais qu'en est-il du temps qu'il met à s'habiller ? Qu'utilisait-il en fonction de la période ? Les belles armures de plaques qu'on voit souvent dans divers films ou autres datent de la renaissance plus que du XIIIe siècle et on peut donc se demander comment les chevaliers se protégeaient avant d'utiliser des plaques d'acier en masse.

Les vidéos ci-dessous sont malheureusement uniquement en anglois (pardon pour ceux qui haïssent la langue de Shakespeare) mais quand on cherche des informations historiques, on tombe souvent sur des traités dans une langue plus "internationale". Je les mets ici surtout parce qu'elles me semblent tirés de bonhommes qui ont fait un minimum de recherche et que ça a l'air cohérent.


D'ailleurs, je reprécise au cas où : CE SONT DES EXEMPLES PAS DES VÉRITÉS ABSOLUES.


***

Commençons par les "vikings" avec un exemple d'habillage de guerrier dans les environs du Xe siècle. Ils admettent eux-même avoir fait des approximations (comme le camail qui semble un peu hors de propos pour des vikings). Mais avec les scandinaves, on fait forcément des compromis à cause du peu d'informations sur le sujet.
Cela donne néanmoins une assez bonne idée de ce à quoi pouvait ressembler un guerrier plutôt noble ou du moins assez riche. Une cotte de mailles étant chère et complexe, bien peu de gens pouvait se permettre d'en avoir une à l'époque. J'émets mes propres doutes sur la cape avec intérieur fourrure, mais là c'est purement personnel.
Pour ce qui est du casque, si mes souvenirs sont bons (donc à prendre avec des pincettes), le casque nasal est celui qui serait le plus cohérent pour un viking. Le casque à corne étant une hérésie sortie d'un cliché lui-même ressorti par l'influence romantique du 19e, il sera oublié dans l'instant. Pour ce qui est du casque dit à lunettes, il est plausible aussi... Mais on en a trouvé qu'un seul pour la période viking si je ne m'abuse. Les autres équivalent étant des casques romains tardifs modifiés.



***

On continue avec l'équipement de chevaliers du XIIIe et XIVe siècle. On remarque déjà une évolution assez nette dans les équipements et cela me semblait important de la montrer. En fonction de l'époque et de la région dans laquelle on se place, les équipements changent drastiquement. La première vidéo détaille plutôt bien divers parties de l'équipement et comment elles sont formées, ce qui peut intéresser certains Gg2





***

Et enfin, un petit bonus que je trouvais assez, eh bien, éducatif et qui pourrait briser quelques clichés sur la mobilité d'une bonne grosse armure de plaques.

Une bande d'allumés ont décidé de comparer la mobilité d'un pompier, d'un militaire et d'un chevalier à pied sur un terrain d'obstacles. Deux courses ont été faites, une avec un équipement léger et une autre avec l'équipement complet.

Je vous laisser juge de la qualité de ladite expérience, mais cela montre bien qu'un chevalier était autrement plus mobile qu'une boîte de conserve sur pattes.






Slots Rps :   Pw Baldwin Nuussian // //  Pw Jûken'Maw & Grabuge & Moradund



Lien : Source de l'avatar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thorek Sveresson
Explorateur

avatar

Messages : 259
Expérience : 1613
Masculin Âge RP : 164 ans

Politique : 38
Métier : Mineur - Maître
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
1867/1867  (1867/1867)
Vitesse: 626
Dégâts: 1916

MessageSujet: Re: Anecdotes historiques   Jeu 25 Oct 2018 - 22:56

Salutations noble assemblée !

Continuons l'épopée des anecdotes et autres explications alambiquées par un sujet qui pourrait en intéresser certains parmi nous :




Détails sur le forgeage
 

    Lorsqu’on parle d’armes blanches, on pense d’abord à l’épée ou au couteau. Puis arrivent les variations diverses et improbables que toute une flopée de forgerons tordus a pu inventer. Mais, si leurs utilisations possibles et donc leur efficacité à transformer le bonhomme en face en pâté viennent rapidement à l’esprit, on a tendance à oublier les détails de leur fabrication. Or, ils comptent pour beaucoup.
 
     Certes, au premier abord, on pourrait se dire qu’un morceau de métal qui coupe (ou pire qui se contente d’écraser), ce n’est pas bien compliqué à faire. On prend du fer, on fout ça dans un four, on fond le bidule, on tape dessus, on aiguise et pif paf pouf, par la magie du RPG on obtient « Excalibur, le katana aux propriétés tranchantes dignes d’un sabre laser ». Eh ben, dans les faits, nan. Là, vous auriez au mieux « Excaliburne, le couteau difforme qui beurre mal une biscotte ». Je caricature, mais vous avez l’idée.
 
NB : Je reviendrais plus tard sur l’efficacité réelle des armes blanches, mais aujourd’hui concentrons-nous sur le sujet actuel : la forge et la fabrication d’armes blanches.
 
     Rien ne se perd, rien ne se créé à dit un jour un scientifique – j’ai dû faire tiquer un paquet de thermodynamiciens – et ça s’applique aussi aux armes blanches.
 
     D’après ce principe physique, que la magie a tendance à foutre en l’air, vous comprendrez que votre sympathique compagnon « Sproutchy Mc Breum » la masse kifésproutchékitu n’est pas vraiment apparue mystérieusement par une nuit de pleine lune à partir de l’air ambiant, parce que voilà. Il a fallu qu’elle soit forgée par un forgeron et que vous l’achetiez chez lui ou un marchand d’arme. Voire que vous la forgiez vous-même. Jusqu’ici, tout va bien. Là où ça se complique, c’est que le grand public semble complètement inconscient des efforts et SURTOUT du temps demandé par la création d’un tel machin. Parce que non, une épée, ça ne se fait pas en deux heures chrono. Enfin si, on peut, mais même de nos jours le résultat serait franchement dégueulasse et serait plus proche de la batte de baseball du Tiers-monde. Alors je vous laisse imaginer au Moyen-Âge.
 
     Je vais donc tenter de vous donner une vague idée du monde de la forge et donc de « comment qu’ça marche » dans les grandes lignes. En revanche, il est impensable pour moi d’oser prétendre être un expert en la matière (je ne suis qu’ingénieur matériaux, pas maître forgeron) et vous dire « voici la seule et vraie méthode universelle pour forger » serait une hérésie totale et reviendrait à foutre le feu à tous les traités historiques sur le sujet. De nos jours, rien que pour l’acier, il existe plusieurs milliers de variantes différentes aux applications tout aussi variées et il devait exister autant de manière de fabriquer une arme métallique (donc bronze, fer, acier, cuivre, etc..) au travers des âges.

     Donc, ici, ça va vulgariser sec.
 
 
 
     Pour commencer, partons du principe que nous sommes dans une époque ‘généralement’ médiévale telle que celle de Dùralas. De plus, nous allons copieusement ignorer les cas exceptionnels de Deus ex Machina si cher aux auteurs de fantasy – dont je fais aussi honteusement partis lors de moments d’errance… Ainsi, on reste dans un domaine que vous, membres du forum, connaissez et ça me permet de généraliser encore plus. Aussi, on zappe la magie dans un coin oublié parce que c’est trop facile sinon.
 
     La majorité des armes blanches, avant d’être forgée, sont généralement composées d’un métal et, possiblement, de bois ou d’autres trucs fantaisistes pour accompagner. Donc d’une, il faut chercher vos matières premières en quantité suffisantes. Ceci implique de miner du fer/cuivre/charbon/autre, de couper du bois, d’avoir les installations pour les conserver à l’abri des éléments, d’avoir les équipements et connaissances pour pratiquer le forgeage et préparation d’ingrédients, d’avoir le temps pour le faire, etc… Maintenant relisez cette liste de tâches en vous mettant à la place d’un habitant d’un village médiéval, aux ressources limitées par son environnement proche et le commerce avec les autres localités. Surtout qu’à partir du XIIe siècle environ, les forges plus massives sont quasiment obligées d’avoir une source d’eau à côté de l’atelier pour utiliser l’énergie hydraulique à présent vitale pour suivre la cadence et donner assez de puissance pour travailler les pièces (mais là c’est presque plus proche de l’acier à but « industriel » que pour l’armement).

 
Exemple de forge hydraulique, je n'ai cependant pas l'année de création :

https://s1.webmshare.com/ayVX6.webm (il faut copier l'url, ouais je sais c'est nul mais j'ai rien trouvé de mieux comme hébergeur)
 
     Pour résumer : ce n’est pas donné à tout le monde. Certes, cela ne demande pas d’être le seigneur local pour avoir une forge, mais l’investissement est conséquent. Ce détail de précisé, passons à la première étape :  
 
 

1) La préparation du minerai

 
      Ce dernier va souvent se présenter sous la forme d’un caillou tout à fait banal, mais qui brille parfois un peu plus que la moyenne. Si vous avez de la chance, vous pouvez avoir quelques amas difformes de métal, mais ce n’est pas forcément proche du gros bloc bien brillant et poli qu’on aperçoit parfois au détour d’une représentation générique. Ce qui fait qu’il faut les nettoyer puis faire chauffer tout cela une première fois afin de se débarrasser de toute la crasse et autres machins inutiles accumulés autour en les brûlant/fondant. Certains forgerons devaient sauter cette étape coûteuse et chronophage en achetant directement le métal préparé, mais cela devait dépendre de leurs moyens et de leur accès auxdits marchands.
 
Petite précision grossière et rapide:
 
 

 
     Dans le cas de l’acier/fer, il vous faudrait un bas-fourneau ou haut-fourneau :
 
     Le bas-fourneau était la méthode la plus simple et elle a perduré pendant de très nombreuses années (jusqu’au XIXe siècle) et permettait d’obtenir du fer directement à partir de minerai. L’idée était de foutre le tout dans un four, laisser chauffer avec du charbon, attendre que les impuretés soient cramées (4 à 20 heures, tout le village se relayait parfois aux soufflets) et casser le four à la fin pour récupérer une « loupe » de fer qui sera retravaillée plus tard. Il y eu aussi des versions plus durables avec des moyens de récupérer la loupe sans casser le four.
     Le haut-fourneau, lui, fut une invention plus tardive en Europe (les chinois en utilisaient peut-être depuis le Ve siècle). On mettait le minerai dans un four généralement plus massif et performant car utilisant des soufflets hydrauliques et un volume plus important afin d’arriver à fondre le fer. Car oui, le bas-fourneau, lui, arrivait rarement à faire fondre le fer (700 à 1200°C au lieu des 1538°C à atteindre pour enclencher la fusion) ! Le haut-fourneau (qui n’était qu’un bas-fourneau amélioré en quelque sorte à l’époque) coûtait sensiblement plus cher mais permettait d’atteindre les 1600°C. Ce qui donnait de la fonte en fusion en sortie. Cette-dite fonte était alors réchauffée vers 900°C pour donner de l’acier en brûlant l’excès de carbone (procédé indirect).

    A noter que certains forgerons ajoutaient des produits avec leur fer ou autre métal comme du sable ou de la poudre d'os qui vont absorber les impuretés lors de la fonte. Ceci était plutôt utilisé dans le cas de four à creuset où le minerai était dans un petit pot en céramique scellé (voire vidéo Ulfberth plus bas pour exemple)
 
     Je pourrais continuer et détailler plus avant toute la chimie du pourquoi du comment, mais j’ai peur d’achever une bonne partie du public…

     Pour résumer, la majorité des forgerons du moyen-âge européen devaient avoir à leur disposition du fer et non de l’acier. Certains heureux avaient probablement accès à de l’acier dit naturel (voir la technique avec la fonte mentionnée au-dessus) ou de l’acier de cémentation. Dans ce dernier cas, on prenait du fer que l’on faisait réagir avec du monoxyde de carbone par divers procédés à haute température (900°C) pour créer de l’acier en surface de l’objet. Ce dernier procédé est moins efficace que l’acier naturel car uniquement en surface et le cœur de l’arme resterait en fer, ce qui induit divers problèmes de tenues mécaniques. L’acier de cémentation était surtout utilisé en Inde d’après ce que j’ai pu voir, avant une vague introduction en Europe au XVIIe siècle. Mais je connais assez mal ses procédés.
 
 
      NB : Je fais un détour rapide pour parler d’un truc que j’ai aperçu par endroits : le moulage. Alors, j’en conviens, à moins de s’y connaître un peu on ne peut pas le savoir à l’avance… Mais par pitié évitez ça. A moins que vous ne souhaitiez avoir une arme moisie.
      Je m’explique. D’une, coulez du métal en fusion dans un moule est certes rapide mis aussi chiant, cher (il faut un moule à chaque fois) et pas franchement précis. C’est bien pour des gros trucs massifs (genre cloche), mais pour une épée ? Entre la pièce à ébavurer (bonjour le stock de limes), les possibles bulles d’air qui flinguent tout et le fait que microstructuralement c’est le bordel complet (pensez à de la compote solidifiée) ben ça ne sert pas à grand-chose. Donc vous aurez une pièce rapidement, mais d’une qualité au mieux médiocre.
 

 
2) La forge proprement dite :
 

      Si on a tendance à généraliser le terme de forgeage en disant qu’il s’agit de toute manipulation faite par un forgeron, eh bien, ici encore, il y a marteau sous enclume. (Ho ho ho). En effet, un « forgeage » à proprement parler est en fait uniquement l’acte de tabasser une pièce de métal dans le but d’améliorer ses propriétés mécaniques tout en la mettant en forme.
 
      Comment que quoi donc, allez-vous me dire ? Eh bien, pour faire simple, vous chauffez votre morceau de métal pour le rendre plus malléable. Une fois cela fait, vous le ramenez sur une enclume (en fonte généralement parce qu’il faut un truc solide en dessous) et vous tapez dessus allégrement. Mais pas n’importe comment.
 
      Les coups doivent être précis et soignés, d’une part parce vous pouvez vous épuiser facilement en faisant n’importe quoi et que si vous voulez une belle forme pour votre arme, ben, il n’y a pas de miracle faut faire ça proprement. Surtout qu’en allongeant votre loupe de fer ou bloc difforme de quelconque métal, vous allez diriger le sens du matériau dans une direction privilégiée, ce qui le rend plus solide.
 
      De plus, en frappant le métal vous dégagerez des étincelles, ces dernières sont les impuretés qui auront migré en surface avec la chaleur.  Plus il y a d’étincelles, plus vous dégagez d’impuretés, plus votre métal de base était d’une qualité médiocre. Eh oui, car normalement ces saloperies, ben elles ne devraient plus être là en fait après la cuisson du minerai. Mais comme à l’époque, on faisait avec ce qu’on avait, ben on se retrouvait à dégager le gros des inclusions au marteau.
 
      Après interviennent diverses techniques où les forgerons replient le métal sur lui-même plusieurs fois comme de la pâte en cuisine pour s’assurer une certaine homogénéité et autres subtilités de mises en forme. (Je reviendrais sur l’acier damassé dans un autre post rapide).
       Un exemple simple, la gouttière au centre des épées était là pour gagner de la masse sur votre arme. En amincissant le centre, le reste de la matière était poussée sur le bord et l’arme était plus grande pour la même quantité de métal. Rien à voir avec l’idée débile que ça permettait d’écouler le sang de ses ennemis où je ne sais quoi. N’oubliez jamais une chose : les armes sont chères, surtout les épées, donc si on peut économiser un peu…


3) La suite :


 
       Vous croyez que c’était fini ? HA, bah non.
 
       En fait, il arrive la partie marrante : le traitement thermique. On ne dirait pas, mais c’est littéralement le plus important. Vous ne le faites pas, votre épée aura les propriétés d’un truc de l’antiquité et encore même à l’époque on en faisait parfois. Donc c’est cassant, ça ne coupe pas super bien et ça marque vite.
       Vous le ratez, votre arme est à refaire complètement. Eh oui, pour annuler un changement aussi lourd sur la structure d’un métal, faut le fondre.
       Et si vous le faites mal, votre arme aura des défauts probablement dangereux car, par exemple, une masse rendue plus dure que de raison va probablement casser comme du verre au premier choc.
 
       Amusant, hein ? D’où le fait qu’il faut savoir ce que l’on fait.
 
       La technique la plus répandue est la trempe. Vous chauffez très fort le métal puis vous le plongez dans un liquide pour le refroidir brusquement. Ceci le rend plus dur et donc généralement plus efficace. A l’époque c’était probablement au pif qu’ils ont trouvé (comme beaucoup de choses en forge en fait). Or, de nos jours, on comprend mieux le phénomène, mais il n’est pas forcément applicable à tous les métaux :
 
Spoiler si vous ne voulez pas trop vous ennuyer avec les détails ::
 

 
       On notera que la trempe peut se faire à l’eau, l’urine (oui, oui, il y en a qui ont essayé), l’huile... Cette dernière donne de meilleurs résultats, car elle forme moins de bulles de gaz chaud à l’ébullition. Ces dernières allant courir le long de la lame, elles empêchent par endroit le liquide d’atteindre le métal chaud et donc ça refroidit moins localement. Attention cependant avec l’huile, car quand on sort son arme on peut se retrouver avec de l’huile enflammée tout du long. Les forgerons professionnels arrivent à la souffler aussi sec et ça vaut mieux car le traitement thermique pourrait être altéré par accès de chaleur soudain.

       En général, à l’époque, on essayait d’atteindre des couleurs particulières d’acier chauffé au rouge cerise ou autre pour avoir les meilleurs résultats, etc… Cela dépendait des forgerons. D’ailleurs, si vous entendez un ping sonore lors de la trempe, votre arme a fait un choc thermique et s’est brisée localement. Elle est foutue, vous pouvez la refondre. D’où le fait que ça doit être maîtrisé. On souhaitait aussi avoir des trempes jusqu’au cœur de l’acier plutôt qu’en surface – une différence de propriétés n’étant pas très bonne pour l’arme.
 
 
       Il existe ensuite plein d’autres traitements thermiques, comme le recuit (on chauffe le métal à une température basse de 200-300°C et donc feu doux pendant quelques heures) qui adoucissait le métal. L’avantage du procédé était de défaire en partie le durcissement de la trempe qui surcontraint votre arme, ce qui peut la rendre cassante. Ainsi on garde une arme solide, mais aussi capable de supporter des chocs. Bien entendu, il y a foutreplein de variantes.
       Certains forgerons médiévaux faisaient deux trempes voire plus, laissaient l’épée dans le feu pendant trois couplets d’une chanson locale pour avoir le temps, etc… Cela ne montre pas de l'incompétence, plutôt de la curiosité et des tests à répétition. Mais quand ils trouvaient par hasard un truc qui marche, eh bien ils gardaient.
    
 
      Votre traitement thermique terminé, vous pouvez assembler l’arme – parce que oui, jusqu’ici vous n’aviez que la partie métallique – et la sertir de diverses gravures, gemmes, etc… Et l’aiguiser. Et ajouter un traitement chimique de votre cru pour donner des airs irisés à la lame, et tutti quanti.
 

 
 
 
 
       En somme, c’est très varié et il y a beaucoup de choses que je n’ai pas abordé, mais j’espère vous avoir donné une meilleure idée du schmilblick qu’il y a derrière la forge d’une arme.
 
    ATTENTION CEPENDANT : Nous sommes ici sur un forum Rp. Si vous souhaitez forger votre lame d’une manière loufoque, ben faites-le. L’idée est de s’amuser avant tout. Je n’ai écrit tout cela que dans le but de vous donner quelques idées de comment on le faisait réellement, pas de vous reprocher votre méthode d’écriture. C’est à vous de piocher dans ce post selon votre bon vouloir et de mixer le fantastique et le réel à votre dosage.

     Aussi, je me répète peut-être, mais si vous trouvez des erreurs ou avez des questions, je suis plus qu'ouvert à la critique !!  Gg2
 
    Sur ce, je vous laisse ! Un prochain post sur les aciers damassés arrivera prochainement pour suivre ce thème.  
:dwarfe:
 


 
 


Sources :

  • Wikipédia (duh)

  • Une vidéo sur la possible méthode de création des Ulfberth. J'ai réussi à la trouver avec un doublage français, mais elle date un peu et généralise un petit brin sur les vikings. Certaines infos ont changé entre temps (par exemple, une théorie récente serait que le fer viendrait plutôt d'allemagne) mais ça reste très très bien fait et je la conseille ardemment. On y suit un forgeage quasi-complet d'ailleurs.
    https://www.youtube.com/watch?v=kS1EaNg9yiY

  • Mes vagues souvenirs de cours de métallurgie

  • https://www.persee.fr/docAsPDF/crai_0065-0536_2007_num_151_3_91356.pdf

  • Un document d'un armurier sur divers traitements chimiques de surfaces que l'on peut appliquer sur des armures ou des armes. C'est principalement pour des armes à feu, certes, mais les anciennes techniques à l'intérieur montrent assez bien le côté improvisation-recette-de-grand-mère de certaines pratiques. (aussi pardon, il est ultra lourd mais mon scan est trop puissant faut croire Triste )
    https://drive.google.com/file/d/1ctH9Q8d1eaeCCaB3ftqPYucpbBTfcqiz/view?usp=sharing








Slots Rps :   Pw Baldwin Nuussian // //  Pw Jûken'Maw & Grabuge & Moradund



Lien : Source de l'avatar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grabuge
Tavernier ♦ "Justicier brutal"

avatar

Messages : 1328
Expérience : 2487
Masculin Âge RP : 41 ans

Politique : 77
Métier : Bûcheron - Maître
Titres:
 

(Feriel, griffonne de Grabuge (modifié) +400, v+400, dissuasion : évite la prison à coup sûr)

Stats & équipements
Vitalité:
3460/3460  (3460/3460)
Vitesse: -153
Dégâts: 2921

MessageSujet: Re: Anecdotes historiques   Ven 26 Oct 2018 - 1:46

Pas mal du tout Thorek! Je dirais même parfait. Il y a tout: de la vulgarisation intéressante ET simple à comprendre, des détails, les sources, une certaine passion retranscrie dans l'écriture, gg à toi vraiment.
En plus ça aide à améliorer le cohérence du rp des forgerons d'arme qui lirons ça, même si comme tu le dis le forum étant medieval-FANTASY il n'y a pas de mal à ajouter un peu de fantasy aux rps de forge x)

Perso je connaissais beaucoup de choses parmi ce que tu as dit mais j'ai quand même appris certaines choses ou plutôt approfondis certaines connaissances où j'étais un peu lacunaire, donc je suis content Tout content Et concernant la Ulfberth je connaissais pas cette vidéo mais celle de la Forge d'Aslak, que je vous conseille d'ailleurs, mais Thorek pourra sûrement apporté son expertise sur la légitimité d'Aslak (qui par soucis de vulgariser à déjà déformer un peu "la vérité" pour simplifier, mais ça reste un bon vulgarisateur de forge à mes yeux malgré tout).

Encore gg Thorek Clin d'oeil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dilon Deraborne
Administrateur ♦ Guerrier

avatar

Messages : 5131
Expérience : 4226
Masculin Âge RP : 34

Politique : 224
Métier : Forgeron - Maître Absolu
Titres:
 

(Altaïr, Pyrargue de Dilon [Emblème Gardien] +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
3615/3615  (3615/3615)
Vitesse: 577
Dégâts: 2935

MessageSujet: Re: Anecdotes historiques   Sam 27 Oct 2018 - 13:09

Je plussoie complètement mon VDD. C'est très intéressant, clair et détaillé.

Je suis loin de connaître les rouages du forgeage. Mais j'ai eu la chance de tester en direct cet art. Pour la faire brève un ami de ma mère s'est confectionné un atelier dans son garage avec tout le matériel nécessaire pour du forgeage. Il fait principalement des couteaux et des dagues et m'a fait testé la fabrication d'un couteau. Eh bah franchement.. C'est pas de la tarte. Pourtant le modèle était minime, mais il fallait taper et retaper de chaque côté de la barre de fer (je ne sais plus le matériau exact), le faire rougir au four, etc. Puis bien évidemment la trempe une fois l'objet un peu travaillé.

Au final en une après midi on avait fait un couteau vraiment brut, genre pas du tout travaillé au niveau de la lame.

Au niveau des délais de fabrication ça peut même prendre plusieurs semaines !


Après je cache pas que je fais plus rapide dans mes Rps. Même si je considère toujours qu'il faut au moins plusieurs jours pour fabriquer une arme. Même si bon, faut forcément mettre un peu de piment quand on melange dans la même arme un sabot diamanté et une mâchoire de Teeban Tout content

Message très ludique et intéressant en tout cas Gg2






:nainhache:

~Administrateur ♦️ Gardien-en-chef chez les Gardiens ♦️ Membre des Dragonniers ♦️ Rédacteur au Phénix Enchaîné ♦️ Propriétaire de la boutique L'Âme et l'art mûr~

RP1-RP2-RP3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lemondededuralas.org En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Anecdotes historiques   

Revenir en haut Aller en bas
 

Anecdotes historiques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Anecdotes droles,et...moin droles ^^
» Le 20 juillet...des grands faits historiques...
» Souvenirs du passé - anecdotes familiales
» Anecdotes culinaires
» Doucuments inédits historiques de la République d'Haiti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Zone Flood et H.S :: La Taverne :: Bar de la taverne-