AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Ziggy Zolero
Le Monde de Dùralas a précisément 2518 jours !
Dùralas, le Lun 21 Sep 2020 - 18:54
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !
-50%
Le deal à ne pas rater :
Les baskets Nike Air Max 200 en promotion
63 € 125 €
Voir le deal

Partagez
 

 [Officiel]Les chants de la Terre - Volume I

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Livre
Personnage Non Joueur

Le Livre

Messages : 258
Expérience : 723

[Officiel]Les chants de la Terre - Volume I Empty
MessageSujet: [Officiel]Les chants de la Terre - Volume I   [Officiel]Les chants de la Terre - Volume I EmptyJeu 25 Jan 2018 - 20:46

Les chants de la Terre
Volume 1


Les fils de la Terre sont des gens simples, vivant de manière tout aussi simpliste, ils aiment à se retrouver ensemble à la taverne ou en famille dans une chaumière chauffée d'un doux feu dans l'âtre.
Lors de ces moments où le froid des rudes hivers et du dur labeur les font souffrir, ils chantent pour redonner à leur cœur la force d'apprécier leur vie simple, mais non sans bonheur.


La cruche vidée n'était pas trouée


Ma cruche est vidée, je tiens encore mes pieds
Je n'suis pas saoulé, elle doit être percée !

La cruche, la cruche vide la cruche compagnon
Si ta cruche est vide resserre-toi donc un galon !

Ma cruche est vidée, je tiens toujours sur un pied
Je n'suis pas bourré, elle doit être trouée !

La cruche, la cruche vide la cruche compagnon
Si ta cruche est vide resserre-toi un donc galon !

Ma cruche est vidée, je tiens plus sur mes pieds
Je suis à peine cuité, elle doit sûrement fuiter !

La cruche, le cruche oubli, la cruche compagne
Si tu vides encore ta cruche, tu vomis sur l'gazon !


Le champ qui coule



Coule, coule, coule le champ, sème le grain, récolte à temps !
Coule, coule, coule le champ avant l'hiver qui glace le sang !

Nous sommes heureux, blottis dans cet endroit
Ici, nos vieux os sont à l'abri du froid !
Dans la taverne, nous nous réchauffons 
Même quand nos récoltes touchent le fond !

Coule, coule, coule le champ, sème le grain, récolte à temps !
Coule, coule, coule le champ avant l'hiver qui glace le sang !

Autour d'un verre, autour d'un bouillon
Nous buvons, rions, chantons, dansons !
Dans l'auberge, nous n'avons jamais froid
Même quand le gel recouvre ses parois

Coule, coule, coule le champ, cueille les fruits prend du bon temps !
Coule, coule, coule le champ après l'hiver plus d'mauvais sang !


La vierge du bosquet



Dans la forêt de Sylfaën vivait une vierge, jeune et jolie
Ce vrai trésor sans maître vivait heureux au paradis.
Ravie par les chants des oiseaux, elle riait
Car elle était libre dans sa forêt.

Car personne jamais, non jamais n'a touché 
À cette pure jeune fille et à son bosquet !
Non personne, jamais personne n'aurait su trouver
Le chemin épineux de ses fourrées 

Un jour, un beau jeune homme s'égara dans les bois
Et la belle vierge tomba sur minois.
Que vous êtes belle que vous êtes enivrante
Comme les chants des cigales et l'odeur de la menthe.

Car personne jamais, non jamais n'a touché 
À cette pure jeune fille et à son bosquet !
Non personne, jamais personne n'aurait su trouver
Le chemin épineux de ses fourrées 

Charmée par les dires du beau garçon 
La vierge intriguée demanda son nom.
Je me nomme Méphis et je commande aux loups
Je suis le roi d'un royaume en dessous.

Car personne jamais, non jamais n'a touché 
À cette pure jeune fille et à son bosquet !
Non personne, jamais personne n'aurait su trouver
Le chemin épineux de ses fourrées.

Méphis s'appelait celui qu'elle aimait
Car beau comme gentil, il la protégeait
Mais gare au beau roi qui paraissait serviable
Car en fait sous Méphis, se cachait le diable.

Car personne jamais, n'avait jamais touché
À cette jeune fille et à son bosquet !
Personne à par la bête n'avait emprunté
Le chemin épineux de ses fourrées !


De la forge à la tombe


L'enclume noire comme le charbon de Baldorheim.
La lame rougeoyante comme le sang dans mes veines.
Le marteau qui écrase à chaque coup l'enclume
Sur mon cercueil enfoncera un jour des clous posthumes.

Chauffe l'acier, frappe la lame
Continue de forger quand ton cœur s'enflamme.
Tords le métal, écrase le fer
Toujours forger comme le faisaient nos pères.

La forge brillante comme le soleil
Dans ses lieux, mon cœur s'éveille.
Chacune des armes que j'ai forgées
Servira aux exploits d'un aventurier.

Chauffe l'acier, frappe la lame
Continue de forger quand ton cœur s'enflamme.
Tords le métal, écrase le fer
Toujours forger comme le faisaient nos pères.

Je travaille jour et nuit pour eux
Leurs aventures sont importantes à mes yeux
Car dans les tréfonds, les sommets les plus hauts
Ce sont mes armes qui font tout le boulot.

Chauffe l'acier, frappe la lame
Continue de forger quand ton cœur s'enflamme.
Tords le métal, écrase le fer
Toujours forger comme le faisaient nos pères.

Alors n'oublie pas toi qui te bats 
Avec mon œuvre de mon bras à ton bras.
De penser un jour du haut de ta gloire
Que c'est ton forgeron qui forgea l'histoire.

Chauffe l'acier, frappe la lame
Continue de forger quand ton cœur s'enflamme.
Tords le métal, écrase le fer
Toujours forger comme le faisaient nos pères.


Sur les chemins



Sur les chemins nous sommes partis, nous ferons la route entre amis.
Nous allons courir, nous allons marcher et peut être qu'on va picoler.

Maiiiiiiiiiis

On ne se lavera pas non, non on se lavera pas, ça, c'est sûr sa risque pas.
Nous sommes plus propres que l'eau des rivières si nous nous baignons se s'ra dans la bière.

Sur les chemins, nous avons rencontré une belle jeune fille que nous avons aidée.
Elle nous proposa dans son auberge une nuitée et sans détour un bon bain de pieds.

Maiiiiiiiiiis 

On ne se lavera pas non, non on se lavera pas, ça, c'est sûr sa risque pas.
Nous sommes plus propres que ton eau sorcières si nous nous baignons se s'ra dans la bière

Sur les chemins, un chevalier allait s'faire croquer alors les loups, on les a savatés.
Heureux, il nous invita au château où nous aurions femmes, vin et bain pour notre sot.

Maiiiiiiiiiis

On ne se lavera pas non, non on se lavera pas, ça, c'est sûr sa risque pas.
Nous sommes plus propres que l'eau des rivières si nous nous baignons se s'ra dans la bière

Sur les chemins, nous avons rencontré un homme perdu et l'avons guidé
C'était le roi qui nous offrait titres et deniers à conditions de nous laver.

Maiiiiiiiiiis

On ne se lavera pas non, non on se lavera pas, ça, c'est sûr sa risque pas.
Nous sommes plus propres que l'eau des rivières si nous nous baignons se s'ra dans la bière.


Je connais un démon


J'ai croisé la bête aux alentours d'une rue
Caché sous une capuche de mes yeux, je reconnus.
Les cornes si distinctives d'un monstre même si je suis ivre
Mais aucune peur en moi, je suis kastallinois.

Je connais un démon, un démon pour de bons
Mais si vous êtes sympas et que vous partager vot cruchon
Cet être à corne saura à cours sûr, vous remerciez
Et si vous buvez suffisamment vous gagnerez son amitié.

Étant de bonne humeur sûrement grâce à la boisson
Je l'accostai mon verre tendu d'un "HEY COMPAGNON"
Viens boire avec moi, viens boire ici-bas ! Lève ta cruche à ma santé
Car toi mon ami, tu n'es pas commun, j'aimerais te voir picoler.

Je connais un démon, un démon pour de bons
Mais si vous êtes sympas et que vous partager vot cruchon
Cet être à corne saura à cours sûr, vous remerciez
Et si vous buvez suffisamment vous gagnerez son amitié.

Les quatre fers en l'air au levé du petit matin
Mon nouvel ami couché me traita de gredin
Un grand sourire aux lèvres, il finit par m'avouer
Que jamais de sa vie, il n'eut autant rigolé

Je connais un démon, pas vraiment pour de bons
Un Djölfullins sympa qui peut boire dix cruchons
Cet être à corne fort sympathique avec qui j'ai chanté
Et avec qui j'ai bu m'a offert son amitié.


L'enfant volant


Il grimpa pierre après pierre 
Comme nous buvons verre après verre
Il sauta de corniche en corniche
Comme nous mangeons nos belles miches
Il monta monts après monts
Comme nous chantons nos chansons

Le garçon volant, le garçon volant un jour porté par le vent 
A sauté du mont Tagne et jamais depuis ne descends.

Il sauta fois après fois
Comme nous détruisons nos foies
Il virevolta cercles après cercles
Comme les oiseaux à travers les siècles.
Il vola plus haut qu'aucun stryges n'avait volé
Et toujours ton histoire nous allons conter

Le garçon volant, le garçon volant un jour porter par le vent 
À sauté du mont Tagne et jamais depuis ne descends.


Cette oeuvre rapporte 50 points d'expérience et 80 pièces d'or à Darrö Aldhren
Revenir en haut Aller en bas
 

[Officiel]Les chants de la Terre - Volume I

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Voyage au centre de la Terre 2 [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Centre de Dùralas :: Ville de Stellaraë :: La bibliothèque :: Rayon A - Culture et éthologie-