AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : DainIronfoot
Le Monde de Dùralas a précisément 2526 jours !
Dùralas, le Mar 29 Sep 2020 - 14:12
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !

Partagez
 

 [Officiel]Les gobelins de Sylfaën: ouvrage explicatif

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Livre
Personnage Non Joueur

Le Livre

Messages : 258
Expérience : 723

[Officiel]Les gobelins de Sylfaën: ouvrage explicatif Empty
MessageSujet: [Officiel]Les gobelins de Sylfaën: ouvrage explicatif   [Officiel]Les gobelins de Sylfaën: ouvrage explicatif EmptyDim 4 Mar 2018 - 15:42

Les gobelins de Sylfaën: ouvrage explicatif


Introduction


Si dans l’imaginaire collectif, le gobelin est vu comme un petit être sournois et avide d’argent, la réalité est toute autre.
On ne peut pas nier que la grande majorité des gobelins (ceux qui vivent dans les Monts Baldor ou dans le désert de Harena) colle à peu près à la description peu élogieuse que l’on en fait. Fourbe, espiègle et avare, pour eux, une pièce est une pièce et gare aux étourdis qui laissent traîner leur bourse.
Mais il existe un autre sous-genre de gobelins, en tout point semblable à leur homologue montagnards, qui vivent reclus dans la forêt de Sylfaën. Ils sont assez rare, trop rare pour que leur existence soit connu de tous, pourtant leur fonctionnement diffère complètement de leur cousins.
Leur apparence est la même, quoi que leur peau est d’une teinte verte plus proche des feuilles, évolution génétique s’étant opéré après avoir passé des générations à vivre dans les bois.
On trouve quelques tribus disséminé ça et là dans la forêt, mais leur discrétion et leur mode de vie auto-dépendant leur a permis jusqu’alors de ne pas trop faire parler d’eux.
Aujourd’hui, je vais vous dévoiler leur mode de vie, leur coutume et les grandes différences que l’on peut trouver entre les gobelins des bois (noms que les rares personnes qui en connaissent l’existence leur donnent) et les gobelins des roches (noms que les précédents gobelins donnent à leur frère des montagnes).

~~~

Apparence


Comme dit précédemment, leur physique est assez semblable aux gobelins de Baldor ou d’Harena, si ce n’est une teinte verte plus prononcée et moins diversifiée.
Leur principale différence se trouve dans le mode vestimentaire. Si les gobelins des roches privilégient habits dorés et extravagants pour les plus riches et manteaux sombres pour les plus pauvres, les gobelins des bois préfèrent quant à eux un style plus tribal.
On trouvera ainsi dans leur garde-robe des habits en peaux de bête, des crânes en guise de décoration ou encore des armures de cuir.
Ils n’accordent que peu d’importance à l’esthétique de leur vêtement, car pour eux le plus important reste le coté pratique. Là où leurs homologues arboreront des babioles ou autres dorures pour afficher leur richesse, les gobelins de la forêt de Sylfaën porteront plutôt des habits suivant leur place dans la tribu.
Un guerrier par exemple ne sortira jamais sans son armure de cuir recouverte de suif, les pluies étant fréquentes dans leur habitat. Il n’aura que très peu d’habits mondains – mondains étant un bien grand mot pour eux.
Le shaman, ou chaman, quant à lui portera plutôt des capes de fourrures, des crânes de bête en ornement (seul réelle touche de goût esthétique) et de longue bure. Son rôle n’étant pas guerrier ou physique, il accordera donc plus d’importance au confort qu’à la protection, tout en gardant la même ligne de conduite vestimentaire que ses pairs : la praticité.
Le gobelin lambda, lui, sera le plus souvent équipé de pagne en cuir et de ceinture de force en ossements, et ira même parfois jusqu’à arborer son torse nu.
Même les chefs de tribus ne s’embêtent guère à chercher des habits ostentatoires, la plupart étant habillé comme n’importe lequel de ses frères, ou comme le shaman (la bure en moins).

Bien qu’il existe au moins un tailleur par tribu, l’artisanat du cuir n’est pas vraiment un fort chez les gobelins des bois, qui voient un habit comme une simple protection contre les intempéries ou les menaces, mais guère plus.

~~~

Fonctionnement interne


Bien qu’il existe de petites différences entre chaque tribu, on note de nettes similarités entre chacune d’elle. Tout d’abord, on retrouve toujours en haut de la hiérarchie le chef du village (Shazvak en gobelin). Il est le protecteur de sa tribu, et c’est lui qui a pour mission de gérer le bon fonctionnement de son peuple. Il détient le pouvoir absolu, bien qu’il soit souvent conseillé par le shaman ou le gardien – qui n’a rien à voir avec la faction du même nom. La succession se fait par voie de sang, et il importe peu que l’individu soit masculin ou féminin. S’il met au monde plusieurs enfants, c’est l’aîné qui deviendra automatiquement chef à la mort de son père (ou de sa mère). Les autres frères et sœurs deviendront quant à eux pour la plupart du temps guerriers, mais conserveront le choix de leur orientation.
Il existe très peu de cas de lutte fratricide ou parricide, car si le pouvoir est perçu dans les autres races comme un plus non négligeable, les tribus gobelines voient plutôt ça comme un fardeau que le concerné se doit de porter.

En-dessous du chef du village, on retrouve le shaman (Dyrvak en gobelin). Il assure l’éducation de tous les enfants de la tribu, les guidant vers la voie qu’ils ont choisi du mieux qu’il peut. Au-delà de ça, il prend toujours un apprenti avec lui, qu’il a jugé digné de le succéder à sa mort. Sage et plein d’expérience, le shaman est dans presque tous les cas le conseiller principal du chef. Il est aussi le maître des simples, des remèdes et des poisons, et certains ont même la capacité d’invoquer les esprits des ancêtres gobelins. Il est le principal soigneur de la tribu, même s’il délègue souvent à d’autres gobelins qui ont reçu une formation plus rudimentaire à la médecine, mais qui n’ont pas le rang d’apprenti (bien qu’il arrive qu’un apprenti soit aussi médecin de tribu). On se tourne plus souvent vers le shaman quand on a un problème, le chef étant surtout là pour régler les différents entre chaque membre et gérer le coté économique du village.

A la même place hiérarchique que le shaman, on retrouve le gardien (Gurdvak en gobelin). C’est à lui qu’incombe la tâche de défendre le village contre les menaces extérieures, que ça soit des créatures ou des très rares pillards qui s’introduisent dans la forêt de Sylfaën. Il existe très peu de cas au cours de l’histoire d’attaques entre tribus, et les quelques guerres tribales qui ont eu lieu ont toujours été pour des raisons de différends et non pas par cupidité. Contrairement aux autres gobelins, ceux de la forêt ne sont pas intéressés par l’argent ou l’amassement toujours plus conséquent de richesses.
Pour en revenir au gardien, il est le chef des guerriers de la tribu, et doit gérer aussi bien leur équipement que leur entraînement. De ce fait, en plus d’être stratège et combattant, il s’occupe de commander de nouveaux équipements quand ceux de ses hommes sont défectueux.

Pour finir, tout en bas de la hiérarchie se trouve le reste de la tribu. Ils peuvent être aussi bien artisan, cueilleurs, chasseurs (il y a une distinction entre chasseurs et guerriers, bien qu’il arrive souvent que les chasseurs viennent prêter main forte à leurs frères combattants) ou tout autre rôle utile à la tribu. Car en effet, une des choses les plus importantes pour un gobelin des bois est de faire prospérer sa tribu, là où les humains par exemple sont moins chauvins et plus individualistes.

En ce qui concerne les enfants, les gobelins de la forêt de Sylfaën diffèrent de beaucoup de races car ce n’est pas les parents qui s’occupent de l’enfant mais tous les adultes de la tribu. Les parents gardent bien sûr une place particulière dans le cœur de l’enfant gobelin, car c’est dans leur tente qu’il dort en temps normal, mais de manière générale il n’y a pas d’autres distinctions entre les parents d’un gobelin et les autres adultes du village.

Pour finir, les gobelins ne commercent pas avec les autres races et préfère un mode de vie autarcique, bien qu’il arrive qu’il y ait des échanges commerciaux de moindre importance entre tribus. Néanmoins, les gobelins ne haïssent pas les autres races, mais sont plutôt indifférent à leur existence. Ils gardent une certaine méfiance envers les étrangers mais ne sont pas agressifs pour un sou.

~~~

Liste non exhaustive de quelques tribus


Il doit exister en tout et pour tout une vingtaine de tribus dispersées un peu partout dans la forêt de Sylfaën, mais beaucoup restent cachées à la vue des étrangers. Voici une petite liste de quelques tribus parmi les moins discrètes :

Tribu Shlazvork:

Tribu sédentaire vivant au sud d’Endorial, la tribu Shlazvork est une tribu assez banale. Fondée après la fusion de deux anciennes tribus nomades, les Vergs et les Sylwok, la tribu nouvellement formée décida de s’installer dans une clairière auparavant déserte que les locaux appellaient « la Clairière Ensoleillée ».
Si cette tribu n’a pas vraiment de points forts et sont un peu moyens en tout (commerce, force militaire, artisanat), on peut néanmoins leur reconnaître une plus grande population que la normale, par le biais de la fusion originelle de deux tribus à la taille tout à fait respectable.

Tribu Ratkasr:

Cette tribu sédentaire est implantée en plein centre de la forêt, là où les rayons du soleil filtre peu et où les créatures sont les plus féroces. De ce fait, leur peau est plus sombre que leur congénère, et leur réputation est basée sur une forte puissance militaire. Au sein de cette tribu, le gardien est aussi le chef du village, cumulant les deux rôles par nécessité.
Leur chasseurs ne sont pas les derniers non plus en ce qui concerne la productivité, c’est pourquoi les rares tribus qui acceptent de faire le dangereux voyage jusqu’à leur camp repartent bien souvent avec des peaux ou de la viande séchée.

Tribu Sylfaën:

Tribu nomade qui décida il y a longtemps de se nommer en hommage à la forêt qu’ils parcourent toute l’année, la Tribu Sylfaën est connue pour être la tribu commerçante par excellence, même si le commerce n’est pas majoritaire chez les gobelins des bois.
De par leur position « privilégiée », ils sont ceux qui connaissent le mieux les autres tribus et même la forêt en elle-même. C’est pourquoi leur shaman a un rôle qui ne se limite pas à sa seule tribu mais à toutes les autres. On le connaît sous le nom de l’Ancien (Hek-dyrvak en gobelin), et il est le garant de l’histoire de ses pairs, la transmettant par voie orale à son disciple qui deviendra à son tour l’Ancien à la mort de son prédécesseur.

Tribu Arkag:

Assez récente, cette tribu a été fondée il y a un siècle ou deux par des gobelins des roches qui avaient migrés dans la forêt. Semi-sédentaire, cette tribu voyage une grande partie de l’année et s’installer quelques temps à un endroit qu’ils jugent adéquat, pendant la période des pluies.
C’est dans cette tribu qu’on retrouve la plus grande diversité de couleur, car tous descendent des gobelins des roches. Ainsi, il n’est pas rare d’en voir des jaunes, des gris, des verts pomme, etc.
La population de cette tribu est assez limitée mais la plupart de ses membres sont des guerriers accomplis, luttant contre les menaces de la forêt lors de leurs pérégrinations annuelles.
Leur petite population est dû aux fréquents départs de leur membre, lassé par la vie dangereuse qu’ils mènent ou en quête d’aventure.

C’est ainsi que se clôture cet ouvrage visant à rétablir la vérité sur les gobelins. Non, les gobelins ne sont pas tous cupides et spécialistes du minage. Non les gobelins ne sont pas tous de frêles créatures incapables de mettre à terre plus fort qu’eux. Ils sont aussi diversifiés que le seraient les humains ou les elfes, et possèdent une richesse culturelle qui en impressionneraient plus d’un. Donc s’il vous est un jour donné l’occasion de visiter la forêt Sylfaën, prenez le temps de regarder autour de vous. Vous pourriez peut-être croiser un gobelin qui ne serait pas plus intéressé par votre bourse que par votre nom. Si vous ne vous faites pas écraser par un Ent avant.


~Fin~

Cette œuvre rapporte 70 points d'expérience et 1 essence sylvestre à Grabuge
Revenir en haut Aller en bas
 

[Officiel]Les gobelins de Sylfaën: ouvrage explicatif

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Centre de Dùralas :: Ville de Stellaraë :: La bibliothèque :: Rayon A - Culture et éthologie-