AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Trysh
Le Monde de Dùralas a précisément 1819 jours !
Dùralas, le Mar 23 Oct 2018 - 5:08
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !

Partagez | 
 

 Permission de soldat [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Grabuge
Tavernier ♦ "Justicier brutal"

avatar

Messages : 1172
Expérience : 2282
Masculin Âge RP : 41 ans

Politique : 57
Métier : Bûcheron - Maître
Titres:
 

(Feriel, griffonne de Grabuge (modifié) +400, v+400, dissuasion : évite la prison à coup sûr)

Stats & équipements
Vitalité:
3565/3565  (3565/3565)
Vitesse: 47
Dégâts: 2026

MessageSujet: Permission de soldat [Libre]   Mar 10 Avr 2018 - 11:49


Le soleil commençait à disparaître au-delà des montagnes du Baldor, enveloppant la ville d'un manteau d'ombre et offrant une jolie teinte orangée au ciel. Je rentrai dans la taverne, le Fourré à la myrtille. L'ambiance ce soir là était bon enfant, et des joueurs de luth chantaient et jouaient tout en entraînant les clients les moins rôtis dans leurs danses endiablées. Pour ma part, j'étais un bien piètre danseur, et puis je préférais siroter une bonne bière en fumant la pipe plutôt que de gesticuler.

J'étais en permission aujourd'hui. En effet, bien que le boulot ne s'arrêtait jamais vraiment, j'avais parfois le droit, comme tous mes collègues, à une pause bien méritée. Je pris donc place dans la tablée du fond, sur un des trois sièges qui la composait, et sortit ma pipe, mon briquet à amadou et ma bourse à tabac. C'était une bonne soirée en prévision, je le sentais. Le serveur, un jeune stryge habillé légèrement que j'avais aperçu plusieurs fois en service, vint rapidement me voir pour prendre ma commande.
Je sortis ma deuxième bourse, celle contenant les pièces d'or dûment acquises cette fois-ci, et vérifiai ce que je pouvais me permettre. Je n'étais pas d'un naturel dépensier, et malgré mon ascétisme, je choisis de faire une petite entorse à la règle et commanda un gigot, une pinte d'adamantine royale - une bière noire des plus délicieuses - et la spécialité de l'enseigne: un fourré à la myrtille.
Je déposai les pièces nécessaires à l'achat sur le coté en attendant que le serveur revienne, et commençai à tasser le tabac dans ma pipe quand j'aperçus quelque chose qui attira mon attention: sur la table d'à coté, quatre joyeux lurons venaient de commencer à jouer aux cartes. Je souris en coin, me remémorant avec douceur les parties de cartes que l'on faisait avec mes compagnons d'arme jusqu'à pas d'heure, lors des permissions. Je gagnais souvent, parceque cela faisait bientôt trente ans que je jouais aux cartes. J'avais d'ailleurs toujours sur moi le paquet que j'utilisais à l'époque, qui prenait la poussière dans mon sac. A quel point cette quête de Justice pouvait-elle me détourner de mes plaisirs et de mes envies?
J'hésitai à m'inviter dans leur partie, mais décidai plutôt de les observer du coin de l'oeil tout en allumant ma pipe. Il serait toujours temps de jouer plus tard, pour l'heure j'avais faim, soif et envie de me détendre.

Oui, la soirée s'annonçait agréable, même si au fond de moi subsistait une voix qui me disait d'arrêter de prendre du bon temps et d'aller à la poursuite des criminels qui gangrenaient BaldorHeim. Mais je la mettais de côté pour le moment. Mon épuisement avait atteint son paroxysme il y a peu, et j'avais failli mourir d'une chute toute banale. Je ne devais pas me négliger à ce point, sinon la ville perdrait un de ses défenseurs les plus zélés.


Dernière édition par Grabuge le Sam 14 Avr 2018 - 23:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thorek Sveresson
Explorateur

avatar

Messages : 228
Expérience : 1496
Masculin Âge RP : 164 ans

Politique : 19
Métier : Mineur - Maître
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
1412/1412  (1412/1412)
Vitesse: 576
Dégâts: 1866

MessageSujet: Re: Permission de soldat [Libre]   Mer 11 Avr 2018 - 9:39

.
     Sortant de la mine dans un état de crasse relativement peu enviable, Thorek s’ébroua sous la lueur faiblissante du soleil. Ses bras étaient endoloris, sa pioche d’emprunt le frustrait et il n’avait pu récolter qu’un peu de minerais fer avant d’en avoir assez. Sans hésitation, le nain pouvait dire qu’il avait connu mieux comme jour de permission. Lui qui pensait pouvoir se changer les idées avec un petit passage dans les souterrains, c’était raté.

     Après un soupir prolongé qui ne changea malheureusement pas grand-chose à sa situation, Thorek partit remettre son outil de minage emprunté là où il l’avait réquisitionné. Une fois cela fait, la seule et unique chose qui occupa l’esprit du nain à partir de cet instant était fort simple : aller boire quelque chose et vite. En fait, il était même plutôt important pour lui qu’il se change les idées après cette journée exécrable, car sinon il risquait de passer sa frustration sur le premier passant... Et comme il faisait partie de la garde khazarienne à présent, il valait mieux qu’il évite ce genre de comportement. Certes, il y avait eu une époque où ses éclats étaient fréquents, mais maintenant il avait des responsabilités et les impératifs de conduite qui allaient avec.

     Maugréant tout bas dans sa barbe, le nain entra alors dans la taverne du « Au Fourré à la Myrtille » alors que le soleil disparaissait derrière les monts environnants. Les arômes de bière qui accueillirent Thorek eurent en partie raison de sa mauvaise humeur, mais en partie seulement. Il allait falloir au nain plusieurs pintes avant qu’il ne puisse retrouver son tempérament habituel – un observateur extérieur aurait considéré que c’était la même chose, mais passons.

     Après avoir grogné amicalement une bière ambrée naine au tavernier, après tout le bonhomme lui était sympathique, Thorek étudia distraitement la salle dans l’attente de sa boisson. Comme toujours, l’endroit était animé, l’ambiance était musicale même. Cependant, deux détails firent tiquer le nain. Tout d’abord, il remarqua un gobelin dans le fond de la salle, la pipe à la main. Ensuite, ledit gobelin portait l’emblème de la garde Khazarienne. Il ne fallut pas longtemps à Thorek pour faire le lien et se rappeler de son prénom : Grabuge. Il l’avait aperçu à quelques reprises au quartier général et un gobelin Khazarien, ça marquait les esprits.

     Une fois sa choppe de liquide ambré arrivée, Thorek se déplaça vers son collègue qui semblait être en permission lui aussi. Après avoir épousseté son emblème cousu sur son épaule depuis peu, le nain alla se placer sur un siège à côté de celui du gobelin. Un simple signe de tête lui servit de bienvenue. On pourrait trouver cela laconique, mais venant de Thorek à l’encontre d’un gobelin, c’était une sacrée marque de confiance – les rancunes naines étaient tenaces.

     Pour le moment, Thorek n’était pas forcément d’humeur bavarde, mais ça finirait probablement par venir… Une fois sa bière descendue dans son gosier. Pendant ce temps-là, le nain sortit une petite carte minière et entreprit de vérifier ses notes du jour tout en profitant des airs de luth.





Slots Rps :   // //  Pw Jûken'Maw & Grabuge & Moradund



Lien : Source de l'avatar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grabuge
Tavernier ♦ "Justicier brutal"

avatar

Messages : 1172
Expérience : 2282
Masculin Âge RP : 41 ans

Politique : 57
Métier : Bûcheron - Maître
Titres:
 

(Feriel, griffonne de Grabuge (modifié) +400, v+400, dissuasion : évite la prison à coup sûr)

Stats & équipements
Vitalité:
3565/3565  (3565/3565)
Vitesse: 47
Dégâts: 2026

MessageSujet: Re: Permission de soldat [Libre]   Dim 15 Avr 2018 - 0:14

Je sirotais tranquillement ma bière que le serveur venait de me servir quand un nain vint s'installer devant moi, un signe de tête en guise de bonjour. Je le lui rendis, plissant les yeux pour me souvenir de son nom. En effet, je l'avais vu quelques fois au quartier général, il avait l'air assez grognon en règle générale, mais j'étais sûr qu'avec quelques pintes dans le gosier il pouvait devenir bien plus sympathique.

Il commença à étaler une carte sur la table, demeurant silencieux. Le silence ne me dérangeait pas, je n'étais pas d'un naturel bavard moi non plus, mais ce soir on était en permission, alors il ne me coûtait rien de discuter avec un de mes collègues. Je pensai avoir trouver son nom, c'est pourquoi je lui dis, pipe fumante à la main et chopine dans l'autre:

"Salutations... Torak, c'est ça? La journée s'est bien passé de votre coté?"

C'était une accroche comme une autre, en guise de dialogue. Néanmoins, quelque chose dans son air me disait que la réponse était évidente. Au niveau des sourcils froncés peut-être. Quoi qu'il en soit, mon plat arriva au même moment, et le jeune stryge me sourit avant de s'éclipser, laissant devant moi un gigot à l'odeur des plus alléchantes. Je jetai un regard en biais à mon collègue kazharien, et me sentit un peu coupable. Je lui proposai donc:

"Vous voulez que je vous prenne quelque chose à manger? Personellement, je suis affamé après une bonne journée de service, donc à vous de voir."

La proposition était sincère, même si j'avais en tête d'économiser de l'argent. Cela n'allait pas trouer mon budget que de payer à manger à un collègue. Je découpai un morceau de gigot et le goûtai, par habitude, avant de mettre mon assiette de coté pour finir ma pipe. Je n'avais pas envie de manger avant que Torak se soit décidé à commander, ou à ne pas commander. Question de principe.

Je jetai aussi un coup d'oeil à la carte qu'il était en train d'étudier. Il y avait des notes ajoutées, des griffonages au bas de la page, et la carte semblait représenter les boyaux d'une caverne ou d'une grotte. Je ne m'y connaissais pas bien en cartographie, mes principaux atouts se trouvant dans ma connaissance des armes et des plantes. Nous avions un cartographe dans ma compagnie, à l'époque. C'était lui aussi un nain, plus vieux que mon collègue ici présent. Ses cheveux grisonnants et sa longue barbe blanche étaient des signes de la quantité de savoir qu'il avait accumulé au cours de sa vie. Il nous permettait souvent de courir le moins de risque possible en alliant ses cartes et ses connaissances topographiques à la stratégie du capitaine. Un combo efficace qui nous avais évité bon nombre de morts à l'époque. En somme, Torak était un atout de taille pour les kazhariens. J'allais attendre parler de lui à l'avenir, à n'en pas douter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thorek Sveresson
Explorateur

avatar

Messages : 228
Expérience : 1496
Masculin Âge RP : 164 ans

Politique : 19
Métier : Mineur - Maître
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
1412/1412  (1412/1412)
Vitesse: 576
Dégâts: 1866

MessageSujet: Re: Permission de soldat [Libre]   Dim 15 Avr 2018 - 18:22

.
     Levant son nez de ses cartes au moment de l’interpellation de son collègue Khazarien, Thorek fronça d’autant plus ses sourcils en entendant son « nom ». Une fierté ancestrale et chauvine résonna aussitôt dans le crâne du nain alors qu’il se sentait obligé de régler ce tort.

     « Thorek Sveresson du clan Drogund, énonça-t-il en articulant plus que d’habitude. Pas Torak. Et non, je n'peux pas vraiment dire qu’aujourd’hui soit un bon jour. »

     Le nain se perdit alors dans quelques secondes de grognement incompréhensible impliquant une pioche, la perte de respect des jeunes races et probablement une histoire avec un minerai de qualité médiocre. Mais, sentant que sa conduite n’était pas exactement sujette à des louanges, Thorek tenta de calmer son approche en levant sa choppe vers Grabuge.

     « Mais avec ça au moins, y’a moyen que ça s’améliore ! Par Grungni, j’ai juste besoin d’une rivière de bière là tout de suite… »

     Et au nain de surenchérir en terminant cul sec sa choppe avant de s’essuyer précautionneusement la barbe juste après. Ce n’était pas un exemple type de diplomatie, mais c’était le mieux dont il était capable au vu de son humeur massacrante.

     Alors qu’il commandait de quoi continuer à se remplir le gosier, Grabuge reçut son gigot. Une belle pièce de viande dont les aromes titillèrent l’estomac du nain. Son dernier repas consistant en une soupe de champignons improvisée au détour d’un tunnel, autant dire qu’il en eu des crampes rien qu’à la regarder. Cependant, à la surprise de l’explorateur, Grabuge se proposa de lui payer son repas.

     Finalement, il l’aimait bien ce peau-verte, se dit alors Thorek dont l’expression se défroissa quelque peu.

     « Eh bien, si c’est proposé si gentiment… J’accepte ! Pour la peine, j’te paye ta prochaine bière. »

     Et là, un évènement très rare se produisit l’espace de trois secondes : Thorek sourit brièvement. Son visage repris son apparence de marbre contrit peu après, mais c’était un effort qu’il ne s’autorisait que très rarement.

     Remarquant alors que son camarade de tablée jetait quelques coups d’œil vers la carte minière qu’il avait sorti un peu plus tôt, le nain retrouva sa méfiance naturelle et entrepris de la tourner légèrement de manière à compliquer la lecture d’une tierce personne. Or, une légère pointe de culpabilité perça ses convictions et Thorek se dit qu’il pourrait bien tenter quelque chose avec ce bonhomme :

     « Dis, tu sais lire des cartes ? » – En un instant, le nain avait rangé sa carte minière et en sortit une du continent – «Si oui, tu pourrais m’indiquer par où est-ce que t’es passé ? Ça ne me f’rait pas de mal d’avoir quelques informations en plus sur certaines régions hors des Baldors. »





Slots Rps :   // //  Pw Jûken'Maw & Grabuge & Moradund



Lien : Source de l'avatar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grabuge
Tavernier ♦ "Justicier brutal"

avatar

Messages : 1172
Expérience : 2282
Masculin Âge RP : 41 ans

Politique : 57
Métier : Bûcheron - Maître
Titres:
 

(Feriel, griffonne de Grabuge (modifié) +400, v+400, dissuasion : évite la prison à coup sûr)

Stats & équipements
Vitalité:
3565/3565  (3565/3565)
Vitesse: 47
Dégâts: 2026

MessageSujet: Re: Permission de soldat [Libre]   Lun 16 Avr 2018 - 13:35

Le dénommé Thorek me confia que sa journée n'avais pas été sous les meilleures auspices. Il se plaignit notamment du manque d'éducation des jeunes d'aujourd'hui, qui avaient perdu le respect des anciens. Je souris intérieurement. Je ne pouvais décemment pas blâmer les jeunes pousses, surtout quand on savait les circonstances qui avaient appelé mes anciens frères d'arme à m'appeler Grabuge. Cela appartenait au passé, et si j'avais pû être fougueux dans ma jeunesse, je pense que la sagesse était venu avec l'âge.
Semblant tempérer ses propos, il leva sa chopine vers moi et me dit d'un air un peu plus guilleret:

"Mais avec ça au moins, y’a moyen que ça s’améliore ! Par Grungni, j’ai juste besoin d’une rivière de bière là tout de suite…"

Il avala alors d'une traite sa chope. Et bien, quelle descente! Quoi que ce n'était guère étonnant, les nains n'étaient pas connus pour siroter du lait de chèvre. Il accepta également ma proposition que je lui paye à manger avec le sourire, et j'acquiesçai tout en demandant l'attention du serveur non loin. Jetant un coup d'oeil à mon collègue, je le questionnai du regard sur ce qu'il souhaitait prendre.

Il me demanda ensuite, voyant que je lorgnais sur ses cartes:

"Dis, tu sais lire des cartes ? Si oui, tu pourrais m’indiquer par où est-ce que t’es passé ? Ça ne me f’rait pas de mal d’avoir quelques informations en plus sur certaines régions hors des Baldors."

Je jetai un coup d'oeil à la carte qu'il venait de sortir, qui était vraisemblablement une carte de Dùralas. Je n'étais pas un expert cartographe, mais je savais lire les cartes un temps soit peu. Il m'était arrivé de faire le brieffing de certaines missions de la compagnie, et le brieffing impliquait souvent le repérage des lieux. Bien que ma qualité première n'était pas d'être éclaireur, j'étais comme bon nombre de mes anciens frères d'arme un couteau suisse, apte à me sortir de toute situation. Je regardai alors plus précisément ce qu'il m'avait mis sous les yeux, cherchant les endroits où j'avais pû passer à dos de Feriel. Il était en effet plus simple de reconnaître les lieux sur les cartes après les avoir survolés. Je lui répondis donc:

"Et bien je ne suis pas un expert, mais j'ai survolé déjà ces zones là." Je lui pointai du doigt certaines zones annexes à BaldorHeim. "Car oui, je ne sais pas si tu l'avais vu, mais j'ai une compagne de voyage nommé Feriel. C'est une griffonne d'un noir de jais, difficile à louper. Je pourrais t'emmener sur son dos à l'occasion, pour que tu vois de toi même le relief. Je t'avoue que ma mémoire me joue des tours parfois, et je n'aimerais pas mal t'indiquer."

Je finis ma chope et commença à racler ma pipe pour y remettre du tabac. Peut-être que Thorek, comme bon nombre de ses compères nains, fumait? Je lui proposai donc:

"J'ai acheté récemment du très bon tabac, issu des fermes d'Aràn. Tu veux peut-être goûter avec moi. Attention si tu n'es pas un habitué, il est fort et il gratte bien la gorge."

Inconsicemment, comme pour ponctuer mon discours, je me mis à toussoter. Cette soirée promettait d'être intéressante, et connaissant les nains, je ne doutais pas qu'on allait s'amuser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thorek Sveresson
Explorateur

avatar

Messages : 228
Expérience : 1496
Masculin Âge RP : 164 ans

Politique : 19
Métier : Mineur - Maître
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
1412/1412  (1412/1412)
Vitesse: 576
Dégâts: 1866

MessageSujet: Re: Permission de soldat [Libre]   Ven 20 Avr 2018 - 13:54

.
     Une fois que Thorek eut terminé de prendre quelques notes par rapport aux endroits indiqués par Grabuge, ça pouvait toujours servir, le nain se rendit compte que le peau-verte lui avait fait deux propositions. Et la première n’avait pas fini de le surprendre.

    « Oula, une griffonne ? T’es courageux toi, ce n’est pas forcément très amical ce genre de bête… Mais tu dois mieux les connaître que moi, faut dire que j’ai plus l’habitude de la faune souterraine. Et pour ce qui est de partir voler, j’vais être obligé de décliner. Je préfère largement avoir les deux pieds fermement sur le sol, merci. »

     Puis, Thorek sembla se souvenir d’un détail et sortit une petite pipe en bois abimée par les âges de sa ceinture. Il s’agissait d’un souvenir de son père qu’il gardait pour la forme et surtout par nostalgie.

      « J’fume très peu, voire jamais en fait. Disons que je préfère garder ce qui reste de mes poumons intacts, la mine a déjà fait assez de dégâts comme ça… Mais puisque c’est si gentiment proposé, j’veux bien m’essayer à ton arrache-gorge. »

      Comme pour accompagner ses dires, Thorek ricana grassement en posant sa pipe sur la table avant de chercher de quoi l’allumer dans son paquetage.





Slots Rps :   // //  Pw Jûken'Maw & Grabuge & Moradund



Lien : Source de l'avatar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Kidd
Technophile

avatar

Messages : 208
Expérience : 1886
Âge RP : 22

Politique : 23
Métier : Bûcheron - Maître Absolu
Titres:
 

(G.O.L.E.M de Kidd +360, 150, v+290)

Stats & équipements
Vitalité:
2585/2585  (2585/2585)
Vitesse: 385
Dégâts: 1330

MessageSujet: Re: Permission de soldat [Libre]   Sam 28 Avr 2018 - 1:31

Avant de repartir, le Kidd avait eu envie de s'amuser un peu : il voulait découvrir les tavernes BaldorHeimoises, boire des litres, chanter et danser. Rien de bien méchant, juste histoire de passer un bon temps avant de reprendre une longue route vers les mers fougueuses et les matelots amusés. Et de toute façon, le pirate avait besoin de récupérer quelques fruits particuliers : les framboises. Mais s'il trouvait des fraises, le jeunot se ferait un plaisir de les récupérer.

Le technophile avait entendu parler de la taverne « Au Fourré à la myrtille » qui semblait être animée assez souvent, ce que le pirate recherchait. D'ailleurs, à aucun instant il ne s'était inquiété de son alignement qui aurait pu lui apporter quelques problèmes, surtout dans la ville des Khazariens. Ces derniers s'étaient renforcés ces derniers temps et se montraient intransigeants face aux débordements "criminels". En tant que pirate, Edward Kidd était un criminel. Fort heureusement, il n'était pas connu et ressemblait plus à un vagabond joyeux luron qu'à un pirate ; le manque de tricorne, de cache-œil, de crochet, de jambe de bois et de perroquet rendait l'identification un peu plus ardue. Si le jeunot se trahissait, c'était en parlant de ses aventures et de l'équipage qu'il avait rejoint. Mais allait-il le cacher ? Même pas sûr que le Kidd se soit rendu compte du danger...
De plus, le jeunot avait laissé tout son attirail technologique avec son G.O.L.E.M pas loin de la boutique. Il ne souhaitait pas se surcharger de tout ça, et si jamais le Kidd avait la malchance d'être agressé, le géant de métal animé saurait venir vers lui et l'aider à mettre ses opposants à terre.

En entrant dans l'établissement, le pirate fut enveloppé d'une ambiance chaude et d'odeurs de bière et de transpiration. En plus, une mélodie sympathique encourageait les timides à se lancer dans la danse. Tout ça semblait bien parti pour une bonne soirée.
Avec un grand sourire aux lèvres, le jeunot s'avança vers le comptoir et de sa voix, qu'il avait l'habitude de pousser pour paraître masculine, s'annonça avec joie au tenancier :
- Ahoy tavernier ! Passez-moi donc une bonne bière pour commencer, j'ai grand soif ! Et qu'avez-vous comme boissons fortes ?




Crédits de l'avatar : brainleakage
Kidd s'exprime en : #6699ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jûken'Maw
Technophile

avatar

Messages : 442
Expérience : 2250
Masculin Âge RP : 91 ans (37 en apparence)

Politique : 102
Métier : Forgeron d'armures - Maître absolu
Titres:
 

(Garuda, Hydro Cyno +150, v+150, Régénère si -25% de la vie)

Stats & équipements
Vitalité:
3062/3062  (3062/3062)
Vitesse: 872
Dégâts: 1347

MessageSujet: Re: Permission de soldat [Libre]   Lun 30 Avr 2018 - 23:44

Ouvrir la lettre :
 

–- 20h25 : Taverne du fourré à la myrtille, 2ème étage ---

Des pas réguliers résonnaient sur le plancher d'un long couloir situé au deuxième étage de la taverne du fourré à la myrtille. D'ordinaire sujette à de nombreux échauffourés ravageant l'établissement et faisant fuir les clients, la reprise en main de la sécurité de la ville avait permis d'y ramener un certain calme… bien qu'encore précaire.
Chambre 3, chambre 5, chambre 7… Les numéros défilaient tandis que Jûken'Maw progressait dans les dortoirs de la taverne, qui avait le bon goût d'être également une auberge. Chambre 13, chambre 15… Le djöllfulin s'arrêta finalement devant une porte en bois de pin indiquant le numéro 17. Aucune lumière ne semblait filtrer par ses interstices... Prudent, il tourna alors la poignée cuivre, main droite sur le pommeau de son katana… avant d'entrer.

À première vue, l'obscurité semblait dissimuler la majorité du contenu de la pièce. Toutefois, de la fenêtre, ouverte en grand, filtrait une épaisse lumière crépusculaire, révélant vaguement les contours de plusieurs objets de mobilier : commode, secrétaire, lit double, guéridon…
Jûken'Maw avança lentement, son regard d'acier scrutant méticuleusement chaque élément l'entourant. Pas de bougie allumée, pas de draps défaits, seule une agréable brise d'air tiède faisait voler au vent d'élégants rideaux immaculés, charriant un léger parfum… d'orchidée.
Brusquement, le servant de Lagmarù dégaina son katana, puis pivota sur lui-même tout en décrivant large arc de cercle avec sa lame…. Qui vint se stopper contre la tranche métallique d'une carte à jouer, maintenue entre l'index et le majeur d'une main gantée.

Et bien… Le moins qu'on puisse dire, c'est que tu es tendu. Une seconde plus et mon joli minois finissait séparé de mon torse. Souffla une mystérieuse voix féminine. Assise derrière une table ronde recouverte de carte de tarot, seul le bas de son visage éclairé par une raie de lumière était visible : teint aussi pâle qu'un clair de lune, parfum d'orchidée noire, lèvres pourpres et pulpeuses arborant un sourire en coin, sans oublier son éternelle collerette en dentelle autour du cou… Il n'y avait pas de doutes possible.



Qu'est-ce que tu fais ici ? Sa voix rauque résonna dans la pièce.
Agréable… Alors c'est comme ça que tu me souhaites la bienvenue après tout ce temps ?
Je t'ai posé une question. Renchérit Jûken'Maw, dont la patience commençait à s'épuiser.
Toujours aussi méfiant hein… Sans quitter des yeux son occupation, elle croisa les jambes. Puis, de ses mains délicates aux ongles vernis de pourpre, elle retourna plusieurs cartes de tarots sur la table. Figure-toi que j'étais de passage et j'ai soudainement eu envie de revoir mon cher partenaire.
Tu sais pourtant que je n'aime pas te voir fouiner dans le coin… J'espère au moins que tu m'as ramené du solide. Intima-t-il d'un ton sec tout en rengainant son katana.
Ehehe, comme toujours, tu le sais bien. Tabatha rangea ses cartes, puis s'approcha félinement du djöllfulin au masque de fer.
Il se trouve que j'ai terminé ma séance de divination… et que j'ai peut-être des nouvelles de premier ordre qui pourraient t'intéresser. Sortant progressivement de la pénombre, les maigres rayons de soleil traversant la pièce révélèrent ses atours : ceux d'une jeune femme élancée à la coiffure bicolore et affublée d'un costume extravagant, à l'image de ceux portés par les arlequins.
Posant sa peaume sur le plastron de Jûken'Maw, la jeune femme la fit remonter lentement jusqu'à son cou, qu'elle commença à caresser tendrement. Mais d'une main ferme, le servant de Lagmarù se saisit de son poignet.
Pas de précipitation. Tu connais notre accord...
Oooooh… C'est cruel ça. Et moi qui pensais que tu te languissais de mon retour. Arborant une petite moue taquine, elle s'écarta avant de rasseoir dans son fauteuil. D'un claquement de doigts, la jeune femme fit apparaître une nouvelle fois un jeu de tarot avant de commencer à tirer les cartes.

Hmmm… Par quoi commençons-nous ? Ah si ! Ta future petite escapade vers les tropiques.
Cette décision à été prise à huit clos hier soir. Comment as-tu...
Je t'en prie trésor. Je suis une trafiquante de l'information. Tout ce que je peux savoir, je le sais...
*Soupire* Admettons… Rétorqua Jûken'Maw en grinçant des dents. Continue.
Il semblerait que ces derniers temps, les mers sont particulièrement agités… Les drapeaux noirs se hissent, rage et avidité sont exacerbées… Les dieux des océans réclament des offrandes...

Les pirates hein… Le kazharien avait effectivement envisagé la possibilité d'une rencontre, mais voilà qui venait confirmer ses soupçons. Ces fumiers avaient un œil sur toutes les routes menant au « nouveau monde ». Au vu de l'affaiblissement de l'alliance des quatre suite à leur défaite pendant la grande guerre, il est fort probable que les seigneurs pirates aient décidés de profiter de l'occasion pour affirmer et affermir leur puissance sur les mers. La belle affaire…
Qu'est-ce que tu as d'autres ?

Le Nord… les chefs de clans… La jarl Selsya Åsa. Tout ce petit monde est sur le point d'être bouleversé. Les esprits s'agitent… s'échauffent. Des luttes politiques sont à prévoir. Quel rôle joueras-tu dans celui-ci ? Peut-être aucun, mais peut être feras-tu la différence… Reste à savoir quelles en seront les conséquences...

Enfin viens Wystéria… Il y a quelque chose de nouveau là-bas. Quelque chose qui a changé… ou qui est apparu… C'est trouble… mais également puissant… Très puissant. Quelque chose a prit possession des lieux… devançant même les pirates qui occupent une partie de l'île… Mais impossible de savoir réellement ce qu'il en retourne. Amical ? Agressif ? Elle marqua un temps, plongée dans ses pensées. C'est comme si une force invisible m'empêchait d'avoir accès à la totalité des informations… Sois prudent pendant cette expédition. Très prudent.

Tout cela n'augure rien de bon...
Hélas. J'aurais aimé t'apporter de meilleures nouvelles, mais ce n'est pas moi qui fait la pluie et le beau temps. Tabatha haussa les épaules. Bien ! Je crois que j'ai remplie ma part du contrat non ? Lança-t-elle en rangeant précautionneusement ses cartes. À ton tour maintenant d'honorer ta parole.
*Soupire* Debout, Jûken'Maw dégagea son col, enlevant quelques plaques d'armure afin d'exposer son cou. Fait ce que tu as à faire. Mais n'oublie pas… Tu n'es ici que grâce à tes talents d'informatrice hors-paire. Au moindre écart de ta part, à la moindre information kazharienne venant à filtrer… Je te supprime.
Oooh… J'aime quand tu joues les gros durs comme ça. Mais ne t'en fait pas… Je ne dirais rien. Tabatha plissa les yeux malicieusement. Elle s'approcha alors de lui, retira son masque de fer puis le tira par le col avant de l'embrasser.
Tabatha… Pas de détails inutiles. Finissons-en. Dit-il en l'écartant doucement.
Eheh. À vos ordres monsieur Maw. Faisant glisser ses mains contre le torse du djöllfulin, la jeune arlequine passa dans son dos, puis sourit à pleines dents. Elle passa alors sa langue rosée sur ces dernières… d'où se distinguaient quatre canines particulièrement acérées.

Merci pour le repas. Les crocs de la vampire traversèrent l'épaisse peau du djöllfulin, venant se planter directement dans sa carotide. S'en suivit de longues secondes ou le sang ruissela abondamment. De puissants vertiges vinrent assaillir l'esprit du servant de Lagmarù dont le corps était étreint par Tabatha… Curieuse sensation. Quelqu'un n'ayant pas la condition physique nécessaire se serait sans doute évanoui... Mais Jûken'Maw demeura stoïque. Finalement, près d'un demi-litre d'hémoglobine lui furent retiré, pour le plus grand plaisir de l'informatrice vampirique qui essuya sa bouche dorénavant écarlate.

Satisfaite ? Sans attendre de réponse, le djöllfulin fit chauffer son index et son majeur à l'aide sa magie des cendres, puis les apposa directement sur les plaies sanguinolentes afin de les cautériser.
Ton sang est toujours aussi délicieux ! Mais j'aurais bien aimé m'amuser encore un peu...
Une prochaine fois. Ramène-moi d'autres informations d'abord. Fit-il en commençant à renfiler ses plaques d'armure. Pendant ce temps, Tabatha traversa la pièce, avant de se jeter sur le lit.
Eheh, l'auberge est plutôt miteuse, mais ils ont fait des efforts sur les matelas au moins. Dit-elle en s'amusant à rebondir dessus.
...
Un large sourire vint soudain se dessiner sur le visage de la vampire.
Jûkeeen ?
Hmm ?
Et si je te disaiiiiis… Que j'ai peut-être omis de te révéler l'information la plus importante de mes séances de divination ? Quelque chose… de vraiment énorme.
À ces mots, le djöllfulin, se figea puis tourna mécaniquement sa tête vers l'arlequine, la fusillant du regard.
Tu te fous de moi ?!
Oupsi ! Mais tu connais l'adage : si tu sais quelque chose, ne le dit jamais gratuitement.

Bon. Il se pinça les yeux. Qu'est-ce que tu veux cette f... Mais il n'eut le temps de terminer sa phrase qu'un morceau de tissu parfumé vint obstruer sa vision. Le djöllfulin le retira, avant de se rendre compte qu'il s'agissait... d'un soutien-gorge en dentelle noire. Perplexe, il releva alors la tête vers le lit, découvrant une arlequine arborant une sourire plus large que jamais.
Je n'ai pas de temps à perdre avec tes enfantillages Tabatha…
Dommage ! Pas de jeu, pas d'informations.
C'est un jeu dangereux...
Hmmm… Peut-être oui. Mais je ne suis pas habituée à perdre.
Jûken'Maw demeura silencieux un long moment, puis fit craquer les os de son cou.
… Le jeu à vraiment intérêt à en valoir la chandelle. Fulmina-t-il en se déshabillant, avant d'approcher du lit ou l'attendait Tabatha.

Eheheh, tu n'as même pas idée…


–- Une heure plus tard ---

Tabatha s'étira, un sourire jusqu'aux oreilles tandis que Jûken'Maw, assit sur le bord du lit, renfilait son équipement.
Bon... Cette information ? Lança le cornu tout en remettant son masque.
Voilà voilà ! S'approchant félinement, elle lui susurra quelques mots à l'oreille… Les yeux du djöllfulin s'écarquillèrent soudainement.
… Tu en es absolument certaine ?
Allons… Tu peux me jeter en prison, mais ne m'insultes pas. Elle sautilla sur le matelas, enjouée. Alors ? Alors ? Ça valait le coup nan ?
Si tu dis vrai, de grands bouleversements sont à venir.
Ah ! Ça c'est pas de mon ressort. Répondit-elle en renfilant ses bas-résilles. Mais je suis sûr que tu sauras gérer cette situation. Jûken'Maw restant silencieux, Tabatha l'observa un moment, puis termina de se rhabiller avant de bondir du lit. Bon ! Il est temps pour moi de filer mon petit démon. À la revoyure !
Le plus tard possible j'espère.
Il est taquiiiin. Mais avoue-le : tu t'ennuierais sans moi.
File. Avant que je ne change d'avis.
Eheheh ! Oh et si tu veux me joindre… S'approchant du djöllfulin, elle glissa une carte de valet de trèfle dans la poche intérieure de son veston… Utilise ça. Il te suffira de penser à moi lorsque tu la tiens.

Jurée, elle n'est pas piégée et ne possède aucun traqueur.
Il vaudrait mieux pour toi.

Allez ! Elle bondit sur le rebord de la fenêtre ouverte, puis se retourna en soufflant un baiser au djöllfulin… Bonne soirée... Partenaire. Avant de sauter dans le vide.


… Une vraie plaie.


–----

Tout en descendant les escaliers, Jûken'Maw se remémorait ce qu'il venait d'apprendre. Cette dernière information… avait avoir l'effet d'une bombe. Au vu de la situation nouvelle, les requins risquaient de se jeter sur le buffet. Et lorsqu'un, plus gros ou plus malin que les autres se distinguerait de ses pairs, les choses viendraient à se corser. Comme toujours… Il conviendrait d'être extrêmement prudent dans les mois à venir, car l'avenir n'avait jamais été aussi incertain.


Arrivé au rez-de-chaussée, le kazharien poussa la porte menant à la salle principale de la taverne. L'endroit s'était significativement rempli depuis son arrivée, et jouissait dorénavant d'une certaine effervescence : chants, danses, jeu et beuveries... Même Baldorheim pouvait profiter de quelque temps d'accalmie et de détente par moment. Songeur, Jûken'Maw se dirigea vers le bar et s'y installa.

Tavernier… Un verre de Thermium. Lança le kazharien, faisant glisser quelques pièces sur le comptoir.
De l'essence d'élémentaire de feu et de glace mélangée dans de l'eau-de-vie… Franchement, je sais que vous n'aimez pas beaucoup qu'on vous compare à des démons, mais là…
Et bien ne le faites pas.
Je… Oui pardon. Sans glaçons ?
Sans glaçon, merci.
Alors que le barman préparait sa boisson, Jûken'Maw releva légèrement son masque, révélant seulement le bas son visage. Il sortit de sa poche intérieure un écrin métallique, y prélevant un énorme cigare qu'il cala entre ses crocs. Après avoir allumé ce dernier d'un claquement de doigts embrasé, le kazharien prit une énorme bouffée dessus, puis expira, relâchant un large nuage de fumée dans les airs.

Et voilà pour vous monsieur ! Fit le tavernier, lui servant un verre rempli d'un liquide à la couleur proche du magma en fusion, d'où s'échappait une vapeur glaciale. Tout en avalant une gorgée, Jûken'Maw balaya la pièce du regard. Plissant les yeux, il reconnut deux de ses collègues assit sur une table au fond de la salle, en la personne de Grabuge et Thorek. Les nouvelles recrues semblaient deviser autour d'une carte et d'un repas chaud, la pipe au bec. Bien… Au vu de ce qui les attendaient dans les mois à venir, prendre un peu de bon temps ne leur feraient pas de mal. Finissant sa boisson d'une traite, il interpella une serveuse, puis commanda deux bières supplémentaire à l'attention de ses acolytes kazhariens avant de se lever de son siège et se diriger vers la sortie. La jeune femme s'exécuta et, passé cinq minutes, déposa ladite commande sur leur table.

Messieurs. De la part du grand gaillard masqué, là-bas. Elle désigna le djöllfulin qui, dos à eux, leur adressa un petit signe de la main en guise de salut, avant de quitter l'établissement, cigare en bouche. Il serait bien resté bavarder, mais le travail passait avant tout.

Ce soir, il était de patrouille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ragnör Lüpusànghrën
Technophile

avatar

Messages : 315
Expérience : 1678
Masculin Âge RP : 112

Politique : 92
Métier : Bûcheron - Apprenti
Titres:
 

(F.A.U.V.E, G.O.L.E.M d'Alphonse +360, 150, v+290)

Stats & équipements
Vitalité:
2967/2967  (2967/2967)
Vitesse: 379
Dégâts: 1272

MessageSujet: Re: Permission de soldat [Libre]   Sam 5 Mai 2018 - 3:16

Le coude gauche posé sur la table, Ragnör se tenait la tête d'une main, tandis que l'autre main faisait tournoyer une plume d'aigle des baldors entre son pouce et son index. La paume gauche s'entremêlait parmi ses boucles blondes, comme s'il essayait de trouver des réponses. Ragnör réfléchissait, il se creusait éperduement la tête, mais ne savait absolument pas comment débuter cette lettre.

Depuis la fin d'après-midi, le Lüpusànghrën se trouvait dans l'établissement appelé " Au Fourré à la myrtille ", une taverne célèbre pour ses rixes, mais aussi pour sa spécialité : le fourré à la myrtille. Il aimait l'endroit et les mets qui y étaient servis. Il aimait aussi sa tranquillité pondérée, bien qu'une intervention pouvait être nécessaire dans certains cas. En fait, l'idée était simple : s'il y avait beaucoup de monde, cela dégénérait, mais s'il y avait peu de monde, la taverne était relativement calme.

Le technophile s'était cette fois-ci placé dans un coin tout au fond de l'auberge. Il était sur une chaise en bois, coincé entre le mur et une petite table en bois ronde. Sur cette table, on pouvait distinguer une bougie de cire beige allumée, un fourré à la myrtille posé dans un coin, un encrier, et une pile de feuilles abîmées par l'usure.

Ragnör tentait d'agrémenter son journal de bord et de correspondance en écrivant une nouvelle lettre à son oncle, Lomion. Cela faisait un petit temps qu'il ne l'avait pas fait -il en avait même un peu honte- et il ne savait absolument pas comment la débuter.

Pour l'instant, tout ce qu'il avait réussi à mettre, c'est :


Citation :

Objet : 548e jour

Cher Lomion,

Voilà maintenant près d'un an et demi que j'ai quitté le domaine familial à la recherche de Selsya Asa. La piste m'a mené jusqu'à Kastalinn, puis BaldorHeim... Où j'ai été détourné de ma route. Je ne sais pas comment t'expliquer pourquoi je n'ai pas pu te rendre visite mais... J'ai été enrôlé chez les Kazhariens. Tu sais, la garde naine dont tu nous narrais parfois les exploits. J'ai eu peu de temps après quoi, et même si le Mont Tagne n'est pas loin, je....

Et il bloquait là. Il ne savait pas comment se justifier. Comment expliquer à une personne qui nous a pris sous son aile et qui nous a nourri, logé, blanchi durant une centaine d'années (longévité elfique, bien évidemment), qu'il n'était pas possible de venir à sa rencontre alors qu'elle habitait dans la même région, à savoir sur le Mont Tagne ? C'était tout bonnement impossible. Ragnör éprouvait des remords, mais il considérait que sa place était actuellement à BaldorHeim, à côté de ses collègues, pour gérer la surveillance de la ville.

Soupirant, il reposa finalement sa plume d'aigle dans l'encrier et s'arrêta là, en repoussant les feuilles. Il préféra s'intéresser à son fourré à la myrtille. Ce dernier était excellent, et l'elfe-lycanthrope s'en délecta jusqu'à la dernière bouchée !

Lorsqu'il eut terminé, il rangea ses affaires et se leva afin de se diriger vers la sortie. Quelle tête de déconfit il fit lorsqu'il vit, non loin de lui, que deux collègues étaient attablés autour d'une table, buvant la bière et fumant l'herbe. Le kazharien se devait d'aller les saluer, question de politesse. Ce qu'il fit instamment, se frayant un chemin entre les tables.


- Bien le bonsoir à vous, chers collègues. Je crois vous avoir déjà croisés lors de votre arrivée parmi nous.

Il se tourna d'abord vers le peau-verte, faisant jouer en même temps sa mémoire.

- J'ai déjà vu votre nom dans les registres, en plus de vous avoir aperçu de loin lors des entraînements. Vous devez être Grabuge, c'est bien cela ?

Puis, se tournant vers le nain.

-Et.. J'ai eu le plaisir de vous accueillir, Thorek Sveresson. Ravi de vous croiser à nouveau.

Etant certain des informations qu'il avançait, il continua dans sa lancée.

- Quant à moi, je me nomme Ragnör Lüpusànghren, technophile et collègue kazharien. J'ai eu ouïe dire qu'une expédition était bientôt prévue pour se rendre à Wystéria, j'espère être des vôtres et pouvoir vous y croiser.

Les présentations faites, Ragnör les salua et une nouvelle fois, et s'excusa, expliquant que son tour de garde reprenait dans peu de temps. Il était content d'avoir pu enfin se présenter à d'autres Kazhariens, bien qu'il n'aurait jamais pensé que cela se fasse dans un tel cadre. Au moins, c'était convivial.






-Merci à Mohana Dharitri pour le superbe kit avatar + bannière :aimer: -
Couleur des dialogues :
 #008080

RP en cours :
:lgarou:-  :lgarou:-:lgarou:

Triple-compte de Dilon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lemondededuralas.forumactif.org
Grabuge
Tavernier ♦ "Justicier brutal"

avatar

Messages : 1172
Expérience : 2282
Masculin Âge RP : 41 ans

Politique : 57
Métier : Bûcheron - Maître
Titres:
 

(Feriel, griffonne de Grabuge (modifié) +400, v+400, dissuasion : évite la prison à coup sûr)

Stats & équipements
Vitalité:
3565/3565  (3565/3565)
Vitesse: 47
Dégâts: 2026

MessageSujet: Re: Permission de soldat [Libre]   Sam 5 Mai 2018 - 14:40

Mon camarade nain déclina ma première proposition, mais accepta la deuxième. Cela m'aurait étonné qu'il accepte, il était vrai. Un nain, un fils de la terre, serait sûrement bien à mal aise dans les cieux. Moi aussi, j'avais eu du mal les premières fois que j'avais tenté de chevaucher Feriel. Peut-être était-ce dû aux humeurs de ma griffonne? Ou encore au fait que je n'avais jamais eu l'occasion de voler auparavant? Certainement un peu des deux. Mais cela faisait maintenant plusieurs semaines, voir mois, que j'avais commencé à m'essayer au vol, et j'étais maintenant un griffonnier décent. Le vertige avait disparu, remplacé par cette sensation de liberté quand je survolais Dùralas. Une impression de clarté, également, comme si je pouvais tout voir d'en haut et anticiper les crimes avant qu'ils ne soient commis. Cela m'était rarement arrivé, d'intercepter un criminel à dos de Feriel, mais un jour peut-être deviendrais-je le chef de la première brigade ailée des Kazhariens, qui sait?

Je fournis finalement du tabac à mon compagnon du soir, lui rappelant d'une voix bienveillante:

"Le tabac est fort, attention."

Plus loin, vers le comptoir, j'entendis un jeune crier sa commande, ponctuant sa commande d'un "Ahoy". Expression typiquement ishtarienne, de ce que je savais. Ainsi les gens voyageaient d'aussi loin pour atterrir dans cette jolie petite taverne? Je fis un rictus amusé tout en jetant un coup d'oeil à mon collègue qui venait de finir de tasser son tabac.

"A la tienne, cher Thorek"

Espérant avoir correctement dit son nom cette fois ci, j'embrasai le tabac avec mon briquet à silex et inspirai un grosse latte avant de recracher lentement la fumée par mes narines. Rien à dire, le tabac semblait bien décrasser la gorge, comme me l'avait promis l'épicier qui me l'avait fourni. Je questionnai Thorek du regard pour savoir s'il appréciait le goût, quand nous fûmes interrompus par une serveuse naine qui déposa deux bières à la belle robe blonde en nous disant:

"Messieurs. De la part du grand gaillard masqué, là-bas."

Je me tournai vers la personne qu'elle désignait. Qui aurait bien pû payer un verre à deux gardes kazhariens? Certainement pas des civils, je savais d'expérience qu'on... – qu'ils évitaient de se mêler à la garde locale, certainement par peur de l'uniforme. C'est vrai que je faisais maintenant partie des kazhariens, moi qui avaient depuis toujours appartenu à Egide. Mais j'avais bon espoir que cette allégeance allait m'être profitable quand j'aurais fondé la nouvelle Egide. Je me souvins qu'un des capitaines d'Egide était autrefois un brigadier kazharien, et cela me conforta dans mon idée. Les Kazhariens avaient toujours eu une bonne entente avec Egide, même si notre popularité n'avait cessé de décroître jusqu'à l'évènement fatidique, l'évènement qui dû me faire mettre un terme à l'existence de cette compagnie autrefois si respectable. L'Impérator était au courant de l'escarmouche des derniers membres d'Egide sur un convoi marchand. Il était également au courant que c'était moi qui avait pris l'initiative de tous les éliminer quelques jours plus tard, coupant les racines du mal avant qu'elle ne se propagent. C'était moi en effet qui avait tué mes anciens compagnons d'arme, ou du moins ceux assez vils pour avoir choisis de rester malgré le revirement soudain du capitaine, qui nous avaient fait passé de mercenaires servant la Justice à bandits de la pire espèce.
Je ne regrettais rien de cette nuit fatidique où j'avais exécuté la sentence de la Justice, il y a des mois de cela, même si mon coeur était encore déchiré par les évènements. Car au sein de ce chaos, était né un espoir. L'espoir de refonder Egide, une Egide plus juste et plus efficace.

Sortant de ma refléxion, qui n'avait duré qu'une demi-seconde, je m'aperçus que celui qui venait de nous payer les bières était un djöllfulin à demi masqué, en train de fumer un cigare tout en nous saluant de la main. Je reconnus Jûken'Maw, un camarade kazharien que j'avais rencontré il y a environ deux mois, et avec qui j'avais éliminé une partie de la pègre locale. Un compagnon d'arme plus que bienvenu.
Je vis qu'il se dirigeait vers la sortie, et je le saluai avant de le voir quitter l'établissement, cigare à la bouche. Il avait un certain sens de la thêatralité, sans nul doute.

Je me retournai donc vers la table, et la fameuse bière qu'il venait de nous payer. Tirant une dernière latte avant de poser ma pipe, je lançai à Thorek tout en aggripant ma chope:

"A nous et à tous nos camarades kazhariens prêt à défendre cette belle cité!"

Puis je trinquais avant d'engloutir la moitié de ma bière, m'essuyant après coup de ma manche. Je me demandais si Thorek aussi avait rejoint les Kazhariens pour cet idéal de Justice, ou si ses raisons étaient tout autre. L'honneur nain peut-être? Fort possible, les nains érigaient l'honneur au-dessus de tout autre principe, et l'Impérator étant aussi le roi de BaldorHeim, cela devait être un honneur pour un nain de le servir en tant que garde.
Je mis une voix sur mes questions en demandant à mon camarade nain:

"Et toi Thorek, pourquoi as-tu rejoins la garde kazharienne?"

Je bus une nouvelle gorgée de la bière que Jûken nous avait généreusement offert, sensible à ses arômes maltés, et m'apprêtait à lui préciser qu'il n'était pas obligé de répondre, quand un nouvel intervenant fit irruption.

"Bien le bonsoir à vous, chers collègues. dit l'elfe qui se trouvait face à nous. Je crois vous avoir déjà croisés lors de votre arrivée parmi nous.

Je fis une rapide analyse de son visage avant de me rappeler de lui. Je l'avais en effet déjà croisé lors des entraînements, et on me l'avait désigné comme un elfe. Chose dont on pouvait douter, vu sa pilosité plutôt alarmante, pour les glabres elfes. Mais bon, j'imagine que comme partout, il devait exister des exceptions.
Il se tourna vers moi et me dit:

"J'ai déjà vu votre nom dans les registres, en plus de vous avoir aperçu de loin lors des entraînements. Vous devez être Grabuge, c'est bien cela ?"

Oh, il connaissait donc mon nom. Malheureusement, je n'avais pas pris le temps de vérifier le nom de mes collègues sur le registre, préférant les rencontrer au fil de mes patrouilles et de mes entraînements. Je lui répondis par un hochement de tête et lui tendit une main griffue qu'il serra. Il se tourna ensuite vers Thorek, et lui lança:

"Et.. J'ai eu le plaisir de vous accueillir, Thorek Sveresson. Ravi de vous croiser à nouveau. Quant à moi, je me nomme Ragnör Lüpusànghren, technophile et collègue kazharien. J'ai eu ouïe dire qu'une expédition était bientôt prévue pour se rendre à Wystéria, j'espère être des vôtres et pouvoir vous y croiser."

Je pris note qu'il s'appelait Ragnör, et qu'il était technophile. Je me rappelais encore l'efficacité de Jûken'Maw sur le terrain, et je ne pouvais qu'espérer avoir un camarade du même acabit lors d'une expédition dans les jungles wytériennes. Je lui répondis, un rictus en guise de sourire:

"Enchanté, Ragnör. Ca serait un bon point de t'avoir là bas, vu l'efficacité que tu montres dans tes entraînements."

Je bus encore une gorgée de ma chope alors qu'il s'excusait de ne pouvoir rester plus longtemps, et qu'une patrouille l'attendait. Je hochai la tête, et lui lançai avant qu'il ne sorte:

"Alors passe une agréable patrouille, Ragnör. Et n'hésite pas à venir me saluer au détour d'un entraînement."

Il sortit lui aussi de l'établissement, et je me retournai vers Thorek tout en reprenant ma pipe et mon briquet. J'en avais presque oublié la question que je lui avais posé avant qu'on soit interrompu. Notre camarade aux cheveux argentés aurait au moins pû rester avec nous, je suis persuadé qu'il aurait été d'agréable compagnie. Les elfes étaient souvent d'agréables camarades, même si je me souvenais qu'ils ne s'appréciaient pas vraiment avec les nains. Dans mon ancienne compagnie, ces vieilles rancoeurs raciales étaient mises de côté au profit de la Justice, et je sentais qu'ici aussi la race importait peu. Pour preuve, Ragnör était un elfe kazharien, et il ne semblait pas si mal intégré.
Je reposai donc ma question à Thorek:

"Et toi Thorek, pourquoi as-tu rejoint la garde kazharienne? Ne te sens pas obligé de répondre si tu n'en as pas la foi."

J'allumai finalement ma pipe et tirai une longue latte dessus, content de pouvoir fumer et discuter avec un compagnon kazharien lors d'une si agréable soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thorek Sveresson
Explorateur

avatar

Messages : 228
Expérience : 1496
Masculin Âge RP : 164 ans

Politique : 19
Métier : Mineur - Maître
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
1412/1412  (1412/1412)
Vitesse: 576
Dégâts: 1866

MessageSujet: Re: Permission de soldat [Libre]   Sam 5 Mai 2018 - 15:36

.
     « Le tabac est fort, attention.»

     Thorek apprécia la mise en garde de son camarade de taverne, mais il eut un petit pouffement en l’entendant. Qu’est-ce qu’un peu d’herbes séchées pouvait bien faire de pire que de la poussière de charbon ? Le nain récupéra le tabac si gentiment proposé et commença à tasser le tout quelque peu maladroitement. Il faisait cela vaguement à l’instinct et au souvenir qu’il avait des mouvements de son père avant lui. Après tout, il ne fumait quasiment pas…

     « A la tienne, cher Thorek»

     Le nain remarqua que le peau-verte avait quelque peu appuyé sur son nom. Au moins, il l’avait retenu cette fois-ci, se dit-il en gloussant. Puis, le nain s’essaya à fumer un peu de sa pipe. Les cendres entrèrent dans ses poumons en diffusant le parfum particulier du tabac épicé… Et provoquèrent un raclement de gorge plutôt notable chez le mineur. Les goûts prononcés ne le dérangeaient pas d’habitude, mais le fait de le respirer lui laissa une sensation peu agréable. Voyant que Grabuge s’était tourné vers lui pour observer sa réaction, Thorek tenta un léger sourire et hochement de tête pour lui remercier de son cadeau. Même si intérieurement, il avait juste envie de cracher ce qui restait de ses poumons.

     Fort heureusement, Valaya sembla avoir entendu sa souffrance et une paire de choppes de bière arriva sur la table. Le nain se jeta quelque peu dessus et englouti deux riches gorgées avant de se rasseoir brusquement. Au démons les apparences, il n’en pouvait plus. C’est alors que Thorek compris le message de la serveuse. Suivant du regard la direction indiquée, il observa Jûken’Maw sortir de la taverne avec un petit signe dans leur direction. Ce djöllfulin quand même… Il aurait pu rester prendre un verre ! M’enfin, à vrai dire, le nain comprenait aussi sa réaction. Lui-même n’était pas la personne la plus sociable au monde, alors il ne voyait pas de problèmes au fait que quelqu’un veuille un peu de solitude de temps à autre.

     Grabuge, qui semblait perdu dans ses pensées, émergea alors et proposa un toast en l’honneur des Khazariens et de la cité. Comment ne pas suivre ?

     « A Baldorheim ! » enchaina alors Thorek en posant discrètement sa pipe sur la table. Décidément, la bière faisait beaucoup de bien pour soigner les brûlures du tabac…

     Puis, alors que Grabuge posait une question à Thorek, une nouvelle personne vint interrompre leur dégustation de breuvage houblonné. Il s’agissait d’un elfe engoncé dans divers morceaux de tissus, un technophile qui plus était. L’apparence de ce collègue surprise fit tilter Thorek qui se rappela de lui, un certain Ragnör comme il se présenta lui-même peu de temps après. Ils s’étaient déjà rencontrés lors de son arrivée chez les khazariens, mais ils ne s’étaient point vus depuis.

     La mention de l’expédition Wystérienne et de sa participation tomba ainsi à point nommé. Une petite balade entre collègues, voilà une belle occasion pour mieux le connaître ! Bon, certes, c’était un elfe. Mais d’une, il n’était pas complètement glabre, hein. Et de deux, il était khazarien. Cela faisait assez de raisons pour permettre à Thorek d’engager une discussion avec lui. Ce qu’il fit d’ailleurs calmement à la suite de Grabuge :

     « B’soir l’elfe. »

     Puis quand le Lüpushang-truc-muche vint annoncer son départ en s’excusant, Thorek enchaîna :

     « A la prochaine alors. »

     Ce fut probablement la discussion la plus longue que Thorek avait jamais eue avec un elfe. Il était d’ailleurs plutôt fier de lui, cela montrait qu’il s’ouvrait petit à petit au reste du monde.

     Tandis que le nain se perdait en réflexions sociales, Grabuge revint à la charge avec sa question. Alors comme ça, il voulait savoir pourquoi il avait rejoint la garde khazarienne ? Il y eu un flottement avant la réponse du nain alors que sa méfiance naturelle avait pris le dessus, mais il revint bien vite sur son jugement. Après tout, Grabuge était un collègue et un bon gars, il méritait bien d’avoir une réponse.

     « J’ai rejoint la garde en bonne partie parce que Jûken’Maw est venu m’embaucher. Il avait des arguments convaincants et c’est un honneur rare que d’pouvoir servir l’impérator en personne… Mais c’est aussi parce que notre ami djöllfulin m’a ouvert les yeux sur l’état dans lequel la société naine est d’nos jours. »

     Avec un soupir, l’air de Thorek se fit plus grave.

     « J’aime ma nation, les montagnes qui m’ont élevée. J’suis p’t’être pas un soldat comme toi, mais je n’ai pas l’intention de laisser cette corruption indigne se répandre parmi mon propre peuple. Et si mes gribouillis sur des cartes et mon expérience des souterrains peuvent aider, alors autant les mettre au service d’une cause utile. »

     Sentant qu’il en avait assez dit, Thorek but une autre gorgée du liquide amer dans l’espoir de se débarasser de sa propre amertume justement. Cela marcha dans une certaine mesure.

     « Mais j’peux te r’tourner la question. Pourquoi avoir rejoint la bannière d’un peuple qui, sans offense, ne te porte pas forcément dans son cœur… ? »





Slots Rps :   // //  Pw Jûken'Maw & Grabuge & Moradund



Lien : Source de l'avatar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Kidd
Technophile

avatar

Messages : 208
Expérience : 1886
Âge RP : 22

Politique : 23
Métier : Bûcheron - Maître Absolu
Titres:
 

(G.O.L.E.M de Kidd +360, 150, v+290)

Stats & équipements
Vitalité:
2585/2585  (2585/2585)
Vitesse: 385
Dégâts: 1330

MessageSujet: Re: Permission de soldat [Libre]   Sam 5 Mai 2018 - 16:39

La tavernier le toisa de la tête au torse (puisqu'il ne pouvait voir ses pieds), se gratta la barbiche, fit claquer sa langue contre son palais de manière répétitive puis finit par poser ses grosses palourdes lui servant de mains sur le comptoir, chacune à l'autre extrémité pour lui permettre de prendre appui contre le meuble. Le Kidd savait qu'il jouait à un petit jeu avec lui, cherchant à le décourager de se mettre mal avec un jus de raisins. Mais le tenancier ne savait pas du tout à qui il avait à faire et le jeunot allait le lui faire comprendre. Il le fixa d'un regard dur et insistant. Ça n'avait rien à voir avec le regard d'un gamin quémandant à un adulte la permission pour quelque chose de bien particulier. non, il s'agissait là de la demande d'un client désaltéré au patron de la taverne.
- Hum... Va pour un cidre alors, se moqua le tavernier.

Le Kidd pouffa d'un rire jaune puis reprit tout son sérieux et plongea ses yeux un peu accusateurs dans ceux du tenancier qui finit par flancher et à attraper une choppe propre sur l’égouttoir. Il la caressa avec un chiffon propre qu'il venait de sortir d'un placard (dans lequel on pouvait remarquer énormément de chiffons propres) et posa le grand boc de métal sous le tuyau d'un tonneau. Le tavernier posa sa grosse main dessus tout en demandant l'avis de son nouveau client :
- C'est de la rousse d'un petit village très sympathique au sud d'ici. Ça va bien se marier avec toi, j'en suis persuadé. Ça te tente mon gars ?
- Ah ! Carrément patron, mettez-moi une belle choppe.

Le tavernier acquiesça avec un sourire et remplit le verre du jeunot et le servit ensuite. Le Kidd lui échangea la boisson contre les pièces d'or demandées et se rinça le gosier avec une bonne gorgée. Il sentait les arômes lui caresser l'œsophage. C'était doux et agréable. Lui qui avait pour habitude d'ingurgiter des boissons fortes, il ressentait la douceur de la bière dans sa gorge. En fait, Le Kidd n'est pas friand de la bière. Il aime cette boisson, mais il préfère vraiment les alcools robustes parce qu'ils rendent les soirées bien plus amusantes et inoubliables. Et puisqu'il est vampire, sa résistance à l'alcool lui permet de rester le dernier debout et de voir tous les méfaits de ces boissons sur ses camarades.
- Ah ! Tu trembles en buvant ce cidre mon gars, qu'est-ce tu vas faire avec d'la boisson forte ? lui lança le propriétaire avec un grand sourire.
- Oh bah ça me permettra de purifier ma gorge de ce jus de pomme ! lui répondit-il avec de grands yeux.
- Sérieux t'as pas aimé ?

Le gaillard était déçu et plutôt surpris que ce beau « Tord-mousse d'Altraz » n'ait pas l'effet escompté. Parmi toutes ses bières, c'est l'une de ses préférées et il aime voir ses clients apprécier cette bonne boisson. Hélas ce n'était pas le cas avec ce petit voyageur.
Le Kidd comprit très vite que sa blague avait été prise au sérieux et se sentit mal de la situation. Néanmoins, il tenta de rassurer le bon tavernier :
- Non, non, mais je plaisantais patron. C'était juste pour rebondir sur votre humour sur le cidre. Je l'adore cette rousse, vous savez ? Je suis juste un friand des breuvages forts.
- Ah oui ? fit-il d'un air interrogateur et perplexe. J'vais pas servir de l'élixir à un gamin, mon gars.
- Vous êtes trop dur avec moi, j'ai dépassé la vingtaine y'a un bon moment. Allez, passez moi une bouteille de votre élixir.

Le tavernier fit mine de réfléchir puis lui répondit qu'il ne le ferait pas. Le jeunot fut surpris d'entendre un refus de la part du tenancier, c'était bien la première fois qu'on l'envoyait déguerpir. Bien entendu, il y eut certaines fois où des remarques sur son âge lui avaient chatouillé les oreilles, mais très vite tout ceci n'était qu'un mauvais souvenir et le Kidd se mettait vraiment bien avec des bouteilles de boissons bien robustes, limite des tord-boyaux.
- J'suis pas un gamin, j'viens juste d'Ishtar et de ses nombreuses tavernes. Allez, laissez-moi combattre l'un de vos poivrots à un jeu à boire. Si je l'étale je vous en commanderai d'autres de bouteilles. Si c'est moi qui m'écroule, vous pourrez revenir à votre tranquillité.

Pour appuyer sa proposition, le jeunot posa une belle petite bourse sur le comptoir. Avec ça, il pouvait acheter une bonne demie-douzaine de belles bouteilles.
- Demandez à l'un de vos gars, n'importe lequel, et il ne boira que de l'eau plate !




Crédits de l'avatar : brainleakage
Kidd s'exprime en : #6699ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grabuge
Tavernier ♦ "Justicier brutal"

avatar

Messages : 1172
Expérience : 2282
Masculin Âge RP : 41 ans

Politique : 57
Métier : Bûcheron - Maître
Titres:
 

(Feriel, griffonne de Grabuge (modifié) +400, v+400, dissuasion : évite la prison à coup sûr)

Stats & équipements
Vitalité:
3565/3565  (3565/3565)
Vitesse: 47
Dégâts: 2026

MessageSujet: Re: Permission de soldat [Libre]   Dim 17 Juin 2018 - 4:37

Les interruptions ayant cessé, mon camarade nain put répondre à ma question, semblant néanmoins hésiter un petit instant:

"J’ai rejoint la garde en bonne partie parce que Jûken’Maw est venu m’embaucher. Il avait des arguments convaincants et c’est un honneur rare que d’pouvoir servir l’impérator en personne… Mais c’est aussi parce que notre ami djöllfulin m’a ouvert les yeux sur l’état dans lequel la société naine est d’nos jours. "

Thorek marqua une courte pause, en soupirant. Ainsi, notre compagnon commun, Jûken'Maw, était l'origine du recrutement de Thorek? Bien que mon cas ait été un peu différent, il avait été néanmoins l'étincelle qui m'avait fait réaliser que j'aurais plus de chance entourer d'une faction que seul et par mes propres moyens. Etait-il le recruteur officiel des kazhariens? J'en doutais, car il ne faisait pas encore partie de notre facion quand on s'était croisé, la première fois, suite à quoi nous avions démantelé un gang local de trafficants d'arme.
Le cartographe barbu continua sa réponse, d'un air plus grave:

"J’aime ma nation, les montagnes qui m’ont élevée. J’suis p’t’être pas un soldat comme toi, mais je n’ai pas l’intention de laisser cette corruption indigne se répandre parmi mon propre peuple. Et si mes gribouillis sur des cartes et mon expérience des souterrains peuvent aider, alors autant les mettre au service d’une cause utile. "

J'acquiesçai à ses dires. Ainsi donc il était ici par chauvinisme, pour sauver l'honneur de ses camarades nains qui étaient sur le déclin. Pour tout simplement sauver cette ville, qui était selon Jûken'Maw le "noyau dur" du crime. Je respectais sa façon de pensée, et elle entrait un peu en accord avec la mienne, même si mes desseins étaient différent, et plus ambitieux. Car je me limitais à BaldorHeim pour l'instant, mais je comptais bien qu'Egide, la future compagnie que j'allais refonder, opère dans tout Dùralas, défendant la veuve et l'orphelin au prix de sa vie, avec moi comme fer de lance. Je n'allais pas me prélasser dans mon rôle de capitaine, et j'allais être le premier à partir en intervention. Mais bon, tout ceci était encore loin d'être fait, et je devais d'abord lever des fonds, trouver des camarades prêt à me suivre, et aussi un foyer. Contrairement à l'Egide à laquelle j'avais apartenu, je comptais bien que l'on ait une forteresse, au lieu de déambuler de campement en campement.
Thorek but une nouvelle gorgée de sa chope, et je l'imitai, alors qu'il me demanda:

"Mais j’peux te r’tourner la question. Pourquoi avoir rejoint la bannière d’un peuple qui, sans offense, ne te porte pas forcément dans son cœur… ?"

Je fis un rictus en coin, tirai un coup sur ma pipe et finit par répondre après trois secondes de réflexion, décidant de commencer par la dernière partie de sa phrase:


"Tu ne m'offenses pas. J'ai si longtemps vécu avec ma compagnie de mercenaire, où nous étions tous frères d'armes, que j'avais commencé à oublier la rancune millénaire des nains face à nos cousins, les gobelins des roches. Car oui, je viens de Sylfaën, d'une petite tribu de gobelin des forêts. Mon peuple n'est pas très connu, notamment parceque très peu de personne s'aventure si profondément dans la forêt, que nous ne sommes pas excessivement nombreux, et que je vois encore plus mal un nain débarquer dans le territoire elfe. Mais le fait est que je n'ai rien à voir avec les perfidies de nos cousins. Je pense que tu as pû voir que je suis un gobelin atypique après tout."

Je bus une nouvelle gorgée de bière, pour me désaltérer, et me fis d'ailleurs la réflexion que je préférais l'amaranthe que j'avais bu précédemment à cette bière offerte par Jûken'Maw. Pas qu'elle soit mauvaise, mais la bière naine de tout à l'heure avait un goût beaucoup plus prononcé, plus idéal selon moi.
Suite à quoi j'enchaînai, pour répondre à Thorek:

"Et pour répondre à ta question, je suis ici pour répandre la Justice plus efficacement. Mon seul but, depuis que je suis né et jusqu'au jour où je serais enterré, c'est de protéger les habitants innocents de Dùralas, en éradiquant toute forme de Mal. Ôter une vie, même celle d'un criminel, demande un sacrifice, et je suis ici pour éviter au maximum de personne à le faire, préférant m'enfoncer moi même dans les ténèbres. Vois-tu, je viens d'une compagnie de mercenaire prônant la Justice au-dessus de tout. Une des rares compagnies plus intéressée par la Justice que par l'argent. Mais tout ceci appartient au passé..."

Je fis une légère moue, et préféra garder l'histoire de leur chute pour une autre fois. Peut-être plus tard, après quelques pintes? Après tout, ce n'était pas une chose que l'on criait sur les toits, avoir éradiquer tous ses frères d'arme. Je me demandai néanmoins quel aurait été l'avis d'un nain sur la question. Notre Impérator m'avait avoué que les siens auraient probablement réagi d'une façon pire encore, mais peut être était ce là son avis, et pas celui de Thorek. Malgré le chauvinisme presque inné des nains, ils étaient comme toutes les autres races sujet à avoir des avis opposés sur tel et tel sujet.

Alors que Thorek allait me répondre, j'entendis le bruit d'une cuillère que l'on taperait sur un chopine, et en me retournant je vis le tavernier annoncer, haut et fort pour que tout le monde entende:

"Oyé oyé, chers clients. Le jeunot ici souhaiterais se mesurer à l'un d'entre vous dans un duel d'alcool. Il paye sa tournée. Quelqu'un est intéressé? Le gagnant repart avec une belle bourse!"

Je haussai un sourcil, curieux, et jetai un coup d'oeil à celui qui avait lancé le concours. De loin, il me semblait que c'était un humain, habillé assez légèrement. Comme le patron l'avait souligné, il m'avait l'air assez jeune, à peine la vingtaine et encore. Je jetai un coup d'oeil à Thorek et lui demandai alors que quelques poivrots commençaient déjà à se rassembler autour de l'animation nouvellement initiée:

"On tente notre chance? Tu parlais de la tristesse de l'état d'esprit de nos jeunes tout à l'heure, peut être est-ce l'occasion d'en redresser un en lui montrant ce que c'est de boire pour de vrai."

J'étais ici ce soir pour me détendre, et sympathiser. Et quel meilleur moyen de sympathiser qu'un concours de boisson tout frais payé? Bien que ça ne fut pas trop dans mes habitudes, ce soir était la soirée des entorses à la règle visiblement, autant ne pas faire les choses à moitié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thorek Sveresson
Explorateur

avatar

Messages : 228
Expérience : 1496
Masculin Âge RP : 164 ans

Politique : 19
Métier : Mineur - Maître
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
1412/1412  (1412/1412)
Vitesse: 576
Dégâts: 1866

MessageSujet: Re: Permission de soldat [Libre]   Jeu 12 Juil 2018 - 21:36

.
     Thorek approuva lentement de la tête quand Grabuge annonça qu’il venait d’un autre clan de gobelins que celui qui empoisonnait la vie des nains depuis tant de générations. L’explorateur avait beau être chauvin, il n’était pas forcément idiot.

     La suite de la réponse inquiéta un peu plus le nain en revanche. La justice ? Voilà un concept bien vague. Etait-ce la justice naine ou gobeline qu’il suivait si hardiment ? L’un dans l’autre, Thorek trouvait que son collègue s’aventurait sur une route bien dangereuse et cela lui tira une moue pensive. Après tout, au vu de son dévouement, la seule chose qu’il pouvait faire pour lui éviter un avenir funeste était de prier ses dieux ancestraux.

     Finalement, ils s’étaient bien trouvés avec Juken’Maw. Le djölfullin était apparu à Thorek comme un gaillard très militaire, strict et tourné vers la justice aussi justement. Et d’après les retours grapillées à gauche à droite au détour d’un couloir du QG, la première mission de ces deux bonhommes atypiques avait été loin du parcours de santé. Un duo à surveiller donc, nota le nain mentalement.

     Ce que le gobelin ajouta ensuite sur son ancienne compagnie de mercenaire titilla quelque peu la curiosité du nain, mais il eut le tact de ne pas pousser le sujet inutilement. Il en parlerait peut-être de lui-même quand il en aura envie. Tout le monde a ses propres secrets et autres sujets sensibles…

     Soudain, l’exclamation d’un jeunot au bar attira l’attention de Grabuge et donc de Thorek. D’habitude, le nain ignorait copieusement ce genre d’injonctions. Mais puisqu’il était dans une conversation, ses habitudes vacillaient quelque peu.

     « On tente notre chance ? Tu parlais de la tristesse de l'état d'esprit de nos jeunes tout à l'heure, peut-être est-ce l'occasion d'en redresser un en lui montrant ce que c'est de boire pour de vrai.
     — Oula, très peu pour moi ! Tu m’excuseras, mais les jeux à boire, c’est loin d’être mon fort, même si je suis un nain. »

     Réalisant que sa réaction était peut-être un peu brusque, Thorek tenta de redresser le tir :

     « Mon service reprend dans quelques heures, je ne m’étais autorisé qu’une courte pause. Mais ça ne t’empêche pas d’aller t’amuser ! En attendant, je reste là et je ramasserais les morceaux quand ce sera fini. »

     La dernière phrase de l’explorateur s’étant achevé sur un petit rire taquin, il indiquait assez nettement son idée de comment tout cela allait se terminer. Mais qui sait, peut-être pouvait-il être surpris (encore une fois) par ce gobelin atypique ?





Slots Rps :   // //  Pw Jûken'Maw & Grabuge & Moradund



Lien : Source de l'avatar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Kidd
Technophile

avatar

Messages : 208
Expérience : 1886
Âge RP : 22

Politique : 23
Métier : Bûcheron - Maître Absolu
Titres:
 

(G.O.L.E.M de Kidd +360, 150, v+290)

Stats & équipements
Vitalité:
2585/2585  (2585/2585)
Vitesse: 385
Dégâts: 1330

MessageSujet: Re: Permission de soldat [Libre]   Dim 7 Oct 2018 - 14:58

Le tavernier décida d'accéder à la requête du jeunot en empochant la bourse cédée par le Kidd. Il cria bien fort à tous ses clients qu'un concours de boissons allait s'organiser et que le vainqueur obtiendrait une bourse bien garnie. La condition était de vaincre le gamin qui semblait s'être senti pousser des ailes parce qu'il pouvait enfin porter un verra à ses lèvres. Bien sûr, cette annonce attira les regards et plusieurs individus qui ne marchaient déjà pas bien droit s'avancèrent vers la table de jeu pour défier le gamin. Ce dernier s'installa et présenta une dizaine de verres remplis de liqueurs fortes devant son adversaire. Le but était très simple : l'adversaire buvait et le jeunot renchérissait. Cela continuait jusqu'à ce que le jeunot soit ivre mort, ou qu'il n'y ait plus de concurrents. Rien de bien difficile en soit, mais pas pour tout le monde...
Le premier avait déjà bien arrosé son gosier tout au long de sa visite dans la taverne. Il eut du mal à attraper le gobelet et s'écroula avant d'avoir pu faire quoi que ce soit.
- Avant d'espérer tenir la boisson, il faut tenir l'odeur de la boisson. C'est pas le cas de tout le monde on dirait...

Le deuxième donna un résultat similaire. Lui avait pu attraper le verre et le porter à ses lèvres, mais lorsque la forte odeur de l'alcool lui monta dans les narines, il vacilla et tomba à la renverse. Le Kidd avait été réactif et avait attrapé le verre pour ne pas en perdre une goutte.
- Le principe est de boire l'alcool, pas de le laisser s'écouler au sol, se moqua le jeunot avant de s'enfiler, sans broncher, le verre abandonné par son adversaire.

Avec tout ça, le Kidd avait commencé à avoir soif et avait besoin de se rassasier le gosier sinon il risquerait de s'endormir d'ennui. D'un autre côté, c'était le moyen de prouver que l'alcool n'avait rien de bizarre et que l'échec des deux poivrots n'était dû qu'à leur état lamentable. Ils furent jetés en-dehors de la taverne pour ne pas entacher les lieux.




Crédits de l'avatar : brainleakage
Kidd s'exprime en : #6699ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Permission de soldat [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Permission de soldat [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Permission de soldat [Libre]
» comment est habillé un soldat?
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Est de Dùralas :: Ville de BaldorHeim :: Au Fourré à la myrtille [Zone communautaire]-