AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Hodrick Creighton
Le Monde de Dùralas a précisément 1666 jours !
Dùralas, le Mer 23 Mai 2018 - 17:07
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !
Partagez | 
 

 Je déteste le sable [PW Garràn, Harzhan ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Darrö Aldhren
Âme égarée

avatar

Messages : 180
Expérience : 1190
Masculin Âge RP : 9

Politique : 01
Métier : Chasseur - Maître
Titres:
 

(Présence obscure de Darrö, +300, v+200)

Stats & équipements
Vitalité:
2794/2794  (2794/2794)
Vitesse: 142
Dégâts: 31%

MessageSujet: Je déteste le sable [PW Garràn, Harzhan ]   Mer 2 Mai 2018 - 1:24

Le soleil, si brillant, s'était imprégné sur sa rétine jusqu'à en laisser une trace qui mit quelques minutes à disparaître. Il était allongé dans le sable au milieu de nul part, ni bâtiments, ni végétations, ni animaux ou âme qui vive aux alentours n'aurait pu lui indiquer exactement où il se trouvait. Le cri perçant d'un faucon dans les cieux le ramena à un état de semi-conscience alors qu'il éssaiyait en vain de remettre ses pensées en ordre, comment avait-il échoué au milieu du désert, au milieu de rien ? Dans un effort mental derniers souvenirs qu'il avait se dessinaient dans un flot confus, les images dansaient devant ses yeux, les plaines d'Aràn, des aventuriers, un homme, un nagas, un stryge et... Un enfant ! Oui ! Il se rappelait des compagnons de fortune qu'il avait rencontré dans les plaines pour affronter... la guivre... Une guivre géante ! Venues de sous le sol pour tenter de les dévorer un par un, comment tout ceci s'était-il fini, avaient-ils vaincus la bête ? Des dents de guivre se trouvaient dans sa poche mais elle pouvait tout aussi bien avoir pu les enfoncer dans sa peau en le mordant et il les en avaient retiré pour les placer dans sa poche comme un trophée. Il n'en savait rien et il avait mal, à l'intérieur, pas dans sa peau, mais dans sa tête. Ses mains parcourant chacun des morceaux manquant de ses habits suivaient le long de son corps, il se demandait si tels ou tels bouts de tissus manquant ou déchirer était dû à son dernier combat ou à son errance dans la forêt de sapins et la Perracie où il avait voyagé avec... Le marchand ! Il lui avait dit de l'attendre, qu'il reviendrait, qu'il espérait revenir avant qu'il... 

Une pensée, telle un flash dans son esprit lui apporta l'élément de réponse aux questions qu'il se posait, c'était lui. Lui qui avait repris le dessus trop tôt, lui qui avait sans doutes blessé ses camarades de fortune, ou bien pire encore, il s'en était peut-être même pris au marchand, la seule personne qui donnait encore un minimum de sens à son existence. Mais il était là, il avait repris conscience dans le désert, il n'y avait possiblement qu'une seule raison pour qu'il est décidé de partir dans cette direction, il cherchait la capitale, il voulait y entrer et seuls les dieux pouvaient bien savoir ce qui arriverait à ses habitants. Il devait l'en empêcher, il ne savait peut-être pas non plus où il se trouvait et il se devait de vite le ramener au cœur de la forêt, là où il pourrait le garder loin de toute vie, là où il savait comment se diriger pour le garder en plein milieu des bois. Il ne connaissait pas bien le désert, il ne pourrait garantir de le garder loin de la capitale et il pourrait même le rapprocher de lieux de vie par inadvertance, il devait retourner à l'Est et vite.
Le soleil était en plein milieu de sa trajectoire journalière et il lui était impossible de savoir où il se dirigeait, au zénith la grosse boule de feu ne l'aidait pas à trouver l'Est ou l'Ouest. Très bien, au moins à cause du parasite il n'était en rien éprouvé par la chaleur d'un tel lieu, il ne ressentait ni chaleur, ni froid ni faim, ni soif, il lui suffisait d'attendre un peu, il pourrait atteindre la forêt de sapins sans peine, il devait juste attendre un peu, juste un peu... 

Non ! Pas déjà !

Il se sentit une fois encore partir. Quelles horreurs étaient encore à venir, seule la suite le dirait ?

Il n'avait pas l'air d'avoir bougé, quelques pas tout au plus, le gosse n'avait plus de force après le combat contre le gros vers de terre, il en avait donc profité pour se diriger vers la capitale. Il avait entendu parler de Stellaraë il y a peu, avant d'éventrer le nouveau-né d'une marchande itinérante bien trop bruyante pour en aspirer goulûment les organes très, très frais. Était-ce la même cité dont, des milliers d'années plus tôt venaient les nobles en quête de pouvoir et d'où ces *›·±~{‘›¯¥|¸˜ de gardien venaient avant de l'enfermer grâce aux sortilèges de ce groupe mage extrêmement agaçant.
Il s'en fichait, tout ce qu'il savait, c'était que même s'il ne sagissait pas de la même cité, cela devait être une grande cité, avec un énorme amoncellement de personne et l'apparence juvénile du garçon serait un plus, un très grand plus pour son infiltration.
Le tout était de savoir par où aller dans ce désert, il n'y avait que du sable à perte de vue ! 

" Je déteste le sable, après avoir été enfermé des millénaire dans une saloperie de bouquin dans une grotte où il n'y avait que du sable, du sable et encore du sable, je ne peux pas blairer cette saloperie ! Même dans le livre, je pouvais le sentir collé à ma peau, Ahhhhhhhhhhhh ! Je déteste le sable ! "


Il ne savait pas où il se trouvait ni pas où aller pour se rendre vers la ville et il avait faim, il avait tout le temps faim, mais ce n'était pas la question. Il n'était pas une bête désertique, mais un parasite qui évoluait dans les foules, qui faisait tomber des empires et qui se délectait des plaintes de milliers d'innocents morts dans une guerre qu'il avait déclenché comme ça. Qu'est-ce qui pouvait être plus drôle que de voir les mortels se trucider entre eux pour le pouvoir, par haine, par amour. Mais il s'emballait, où aller ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Garràn
L'Exilé

avatar

Messages : 122
Expérience : 1100
Masculin Âge RP : 21 ans

Politique : 17
Métier : Forgeron - Maître
Titres:
 

(Assaf, Niffleuneige +100, v+150, +10% d'or sur transaction, drop, combat)

Stats & équipements
Vitalité:
795/795  (795/795)
Vitesse: 566
Dégâts: 746

MessageSujet: Re: Je déteste le sable [PW Garràn, Harzhan ]   Ven 4 Mai 2018 - 14:24

Comment expliquer ma présence dans un tel endroit à un Stryge ? Moi-même je ne saurai expliquer pour qu'elle raison je me plaisais au soleil. Peut-être parce que la chaleur nous contraint plus facilement à nous reposer ? J'ai très peu vécu avec mes semblables, je n'ai donc pas eu vraiment le temps de m'habituer au climat. Pour être tout à fait honnête, pour une fois, je n'aimais pas vivre en montagne. Les stryges blanc, le froid, les animaux et monstres dangereux présents dans les montagnes et les cavernes... Il n'y a rien de cela à Ishtar ! Il fait chaud, je peux me reposer quand j'en ai envie, les hautes températures sont là pour m'aider à me reposer. Je ne suis pas obligé de porter beaucoup de vêtements, pas de vêtement épais, ni en peau de je-ne-sais-quoi. M'enfin, tout ça pour dire que je préférais me pavaner sous les rayons du soleil et sur le sable chaud plutôt que sous une épaisse couche de vêtement d'hiver et sur la neige gelée.

Le soleil atteignait bientôt son trône dans le ciel bleuté, la chaleur devenait légèrement insoutenable et mes bottes étaient débordantes de sables chauds. Je m'efforçais de ne pas penser à mes pieds qui devaient certainement être cloqués de partout, mais la chaleur du sable chaud dans mes bottes m'aidait à ne pas y penser. Le vent n'avait pas l'air de vouloir se lever. Tant mieux, traverser le désert à l'aveuglette aurait été du suicide plus qu'autre chose. Il est vrai que je n'avais pas d'impératif de temps quand à ma destination finale, mais y arriver vivant serait tout autant une bonne chose.

En parlant de destination, je souhaitais me rendre dans les plaine d'Aràn, ayant eu vent de rumeurs intéressantes à la taverne de Stellaraë. Ce genre d'aventure m'intriguait au plus au point et ce n'est pas comme si j'étais avare de grosse bestiole à dépecer. Cela faisait d'ailleurs bien longtemps que je souhaitais changer mon salon en y mettant les têtes empaillées des créatures que j'avais vaincues. Cela rendrait ma petite baraque à Ishtar originale. Pour me rendre dans les plaines d'Aràn, la traversée du désert d'Harena était obligatoire et malheureusement, elle n'était pas sans danger. Entre les revenants de l'ancienne citée désertique, les golems, le climat ... Et encore, il y a d'autres créatures bien plus dangereuses sur ce trajet, j'espère que j'aurai la chance de croiser leur route !

En tout cas, une chose est sûre, il n'y a aucun risque que je croise quelqu'un dans les parages d'ici mon arrivée au campement orque. Je devais me trouver à mi-chemin entre leur campement et Stellaraë. Je n'avançais pas bien vite, mais avec le climat, quoi de plus normal. Je me devais de rester discret également, bien qu'un Stryge Noir se déplaçant dans le désert n'était pas vraiment typique de la région ... Cela promettait d'être une aventure très exaltante !






Duel : N°1 with Valphégas - N°2 with Mercenaire Rabclaw - N°3 with ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harzhan
Demi-démon

avatar

Messages : 444
Expérience : 1948
Masculin Âge RP : 27 ans

Politique : 12
Métier : Mineur - Compagnon
Titres:
 

(Pégase de Harzhan  +180, v+200)

Stats & équipements
Vitalité:
2076/2076  (2076/2076)
Vitesse: 284
Dégâts: 39%

MessageSujet: Re: Je déteste le sable [PW Garràn, Harzhan ]   Ven 4 Mai 2018 - 18:39

Il faisait chaud, très chaud, le soleil de plomb dardait ses rayons sur le stryge noir, tentant de l'étouffer. L'air ondulait au loin, phénomène classique dans les déserts, même si Harzhan ne saurait en deviner la raison exacte. Ses bottes s'enfonçaient dans le sable chaud, lui laissant la désagréable sensation de sable dans celles-ci. Et plus le temps passait, plus la chaleur devenait insoutenable. En fin de compte, il finit par lancer un enchantement d’ombre sur lui, formant un dôme ombragé qui le préservait des rayons du soleil. Il ne serait jamais venu ici si les villageois des environs ne l’avaient pas averti qu’une créature diabolique rôdait dans les parages. Lorsqu’il avait entendu « diabolique », il avait pensé à une bête possédée par un démon, même si c’était à son avis fort peu probable. Mais il ne pouvait pas simplement ignorer cette requête, car s’il s’agissait d’un vrai démon ils couraient tous un grave danger, aussi il avait pris la voie du désert, à la recherche de la bête. Ce qui l’avait vite troublé était qu’il ne ressente aucun résidu d’énergie démoniaque, caractéristique des incursions de démons dans l’univers réel. Il marchait donc à l’aveugle, sans avoir de meilleures informations que ce que les villageois avaient bien voulu lui dire.

Jusque-là, il n’avait rien vu. Ah si ! Du sable… Pas âme qui vive, même pas d’animal, à croire que même eux se cachaient du soleil. Harzhan ôta le haut de son manteau, exposant son torse couturé des scarifications anti-démon qu’il s’était lui-même infligées. Ces runes complexes agissaient comme une barrière magique, et lui permettaient de mieux canaliser ses pouvoirs, et les réminiscences de pouvoir démoniaque qui subsistaient en lui. Mais il préférait grandement ne pas faire appel à ces dernières. Il exposait aussi les parties de son corps, notamment ses avant-bras, qui avaient été touchées par la magie démoniaque à tel point que sa peau avait mutée en quelque chose d’écailleux, comme des écailles pointues, faites de roche. Mais il ne risquait pas de rencontrer qui que ce soit, il n’avait vu personne depuis des heures.

Au bout d’encore de longues minutes, il fit une halte sur un amas rocheux, toujours sous le couvert de son ombre invoquée. Il but à sa gourde, si cela continuait, il manquerait bientôt d’eau, et il n’avait pas vraiment envie de mourir de déshydratation dans le désert. Il enleva le sable de ses bottes, et les remis, lorsqu’il vit une forme qui se rapprochait. Ses yeux lui jouaient peut-être des tours, ce n’était pas une créature, on aurait dit un humain, du moins d’apparence, et il savait ce qu’étaient les phénomènes de mirage dans le désert. Mais il ne risquait rien à attendre de mieux distinguer la forme lorsque celle-ci s’approcherait, car l’air ondulant gênait beaucoup la perception jusque-là. Avec de la chance, on lui indiquerait un point d’eau, ou une direction, plutôt que marcher sans direction précise.




Dialogues de Harzhan: #990000


Merci a Mohana pour le kit Sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darrö Aldhren
Âme égarée

avatar

Messages : 180
Expérience : 1190
Masculin Âge RP : 9

Politique : 01
Métier : Chasseur - Maître
Titres:
 

(Présence obscure de Darrö, +300, v+200)

Stats & équipements
Vitalité:
2794/2794  (2794/2794)
Vitesse: 142
Dégâts: 31%

MessageSujet: Re: Je déteste le sable [PW Garràn, Harzhan ]   Dim 6 Mai 2018 - 14:28

Cette saloperie de sable n'en finissait pas de vouloir rentrer dans des endroits gênants, au moins quand il embrochait quelqu'un d'un bout à l'autre par un orifice lui, il le faisait pour se marrer mais là on aurait dit que tout le putain de désert se plaisait à l'emmerder. Une fois sorti de ce foutu merdier sableux il prendrait le contrôle de la personne la plus haut placé dans la capitale et il ordonnerait à tous les habitants de la cité, non, à tout les habitants du centre du continent de se saisir de pelle et de dégager tout ce sable de là, peu importe où ils le foutraient, il ne voulait plus jamais voir de sable de son immortalité.

Il ne demandait pas grand chose quand même, juste un garde-manger assez important pour pouvoir l'amuser et rassasier sa faim pour quelques millénaires au moins. Après, il se lasserait et irait ailleurs, ses humains quelle bande d'égoïstes ! Que représentait un ou deux millénaires d'esclavage bien docile sur une éternité d'existence ?! Il ferait sans doute se déclarer une ou deux guerres civile en faisant croire aux mortels que c'était leur idée et puis une bonne guerre raciale contre les elfes ou les géants, son visage se tordit dans un sourire inhumain, bien trop large pour une bouche humaine et avec de trop nombreuses rangées de dents en pensant aux êtres géants se passant des guerriers engoncés dans des armures à coups de massue.
Il manqua de peu de s'étaler la face la première dans le sable à cause de son hilarité, mais reprit son équilibre au dernier moment, dans un juron démoniaque qui ne manqua pas de faire se déchirer une corde vocale au garçon, qui repousserait vite de toute façon, il donna un grand coup inutile dans l'étendue désertique. Il en avait vraiment plus qu'assez de tout ce sable, il se devait de trouver le chemin de la capitale.

Sa vue, plus perçante que celle d'un humain lambda ne manqua pas, au bout de quelque temps, d'apercevoir un hamats de rocher et, en leur sommet, quelqu'un qui semblait profiter de ce petit lieux non-sableux pour y faire halte. Il sentit, même à la distance où il était, une odeur, une odeur si particulière, elle était faible, ténue au possible, quelque chose qui avait séjourné, mais qui était parti, comme du parfum laissé par une amante sur un coussin il y a plusieurs lunes de ça, mais dont l'odeur toujours demeurait. Une odeur familière, qui excitait ses sens comme seules deux choses le pouvait, du sang de gardien et...

Un autre possédé !


S'il s'attendait à rencontrer un autre être possédé dans cette saloperie de désert, ils étaient peu dans le continent Dùralassien, encore moins enfermé dans des objets, celui-là ne semblait pas avoir été contraint à l'emprisonnement dans un artefact mais qu'est-ce qu'il en savait. Il aurait volontier affronté un semblable, l'aurait bien déchiqueter avant d'atteindre la capitale, les être comme eux étaient rarement partageur et ce n'était pas son cas mais malheureusement comme il l'avait senti, l'odeur était trop faible, il ne restait presque rien de son semblable dans le corps de l'être mortel qu'il avait en face de lui. Ce dernier avait réussi à s'en libérer, comment, il n'en avait aucune idée et surtout rien à foutre, il aurait pu lui arracher les morceaux jusqu'à ce qu'il avoue, mais il valait mieux la jouer fine s'il voulait atteindre la capitale, ce connard pourrait peut-être l'aider.
Ainsi, il décida, les cordes vocales du garçon ayant repoussé, de reprendre une voie plus normale pour l'apparence qu'il arborait, celle d'un garçon humain d'une dizaine d'années, tout à fait normal.
Le seul petit hic, qu'il n'était pas en mesure de soupçonner, s'était que le garçon qu'il habitait, ne ressentant plus la chaleur ou la fraîcheur, comme lui, il n'avait donc aucune goutte de sueur sur sa peau peu couverte au soleil, le seul point qui le rendait semblable à ceux traversant le désert c'était le sable qui le recouvrait par petites parcelles des pieds à la tête.

" Bonjour ! Oh ! Je suis si heureux de vous trouver, je me suis perdu et je suis incapable de retrouver mon chemin. J'avais si peur de ne croiser personne, j'aurais pu mourir si je n'avais pas fait votre rencontre. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Garràn
L'Exilé

avatar

Messages : 122
Expérience : 1100
Masculin Âge RP : 21 ans

Politique : 17
Métier : Forgeron - Maître
Titres:
 

(Assaf, Niffleuneige +100, v+150, +10% d'or sur transaction, drop, combat)

Stats & équipements
Vitalité:
795/795  (795/795)
Vitesse: 566
Dégâts: 746

MessageSujet: Re: Je déteste le sable [PW Garràn, Harzhan ]   Dim 6 Mai 2018 - 16:12

Un pas, puis un autre, puis un autre … Toujours cette même chaleur insoutenable autour de moi … Je laissais glisser ma main le long de ma cuisse pour atteindre la gourde dans ma poche. Chaque mouvement devenait interminable et éprouvant. La gourde est vide … Il me fallait me reposer à l’ombre par n’importe quel moyen, sinon j’allais tout bonnement crever dans le désert et mourir de cette manière n’avait rien de glorieux. Je ne m’attendais pas à ce que le campement soit aussi loin de Stellaraë. Le désert était bien plus grand qu’indiqué sur la carte, mais je n’écartais pas pur autant le fait de m’être perdu dans le désert, auquel cas je serai dans la bouse de troll jusqu’au cou. Ce n’était pas le moment de passer au pire, mettre un pied devant l’autre, voilà quelque chose qui me faisait avancer, pas forcément dans la bonne direction, mais au moins je ne faisais pas du surplace.

Petit à petit, je sentais la fatigue disparaître, s’envoler comme lorsque l’on se délaisse d’un poids, d’une charge importante. Je ne m’étais pas habitué au climat pour autant, mais mon corps commençait à flancher et à ne plus suivre. Les pas en avant devenaient plus long, la sueur perlait plus vite sur mon front totalement brûlé par les rayons du soleil, les cicatrices exposées au soleil me dardaient le corps, ma vision se troublait et se dédoublait par moment, me rappelant les sorties de taverne tardive à Ishtar. Je pouvais percevoir la moindre parcelle d’ombre et de frais dans le secteur tellement mon corps respirait la fournaise. Je distinguais justement un abri rocheux à quelques centaines de mètres de là, avec une superficie d’ombre assez élevée pour m’y installer tout entier et m’y reposer le temps que le soleil bascule de l’autre côté du roché.

A mesure que l’abri se rapprochait de moi, je pouvais sentir comme une sensation de réconfort venir me posséder, m’envahir et me redonner de l’énergie. Un sentiment de satisfaction que je souhaitais obtenir en atteignant un mirage aussi lointain que mes rêves de Stryge exilé. Lorsque la réalité me rattrapa, cette énergie que je venais d’acquérir par mes désirs illusoire s’envola elle aussi, me laissant au dépourvu au beau milieu d’un désert indéfinissable. Je m’arrêtais quelques instants, reprenant mon souffle tant bien que mal, essuyant la sueur de mon visage sur un bout de tissu que je tordis par la suite de toutes mes forces pour y extirper le peu d’humidité que je venais de récolter. Tous les moyens étaient bons pour survivre ! D’autres idées aussi saugrenues me traversèrent l’esprit, mais la raison vint me marteler le visage à grand coup de fouet de sable. Hurler m’aurait fait me sentir un peu mieux, même dépasser une bestiole suffirait à me remettre d’aplomb, mais j’étais tout bonnement incapable de produire le moindre son avec ma bouche. D’ailleurs, plus le sable s’engouffrait dans mes vêtements et me recouvrait de son léger voile blanc, plus je me disais que ce-dernier avait pour mission de boucher tous les pores de ma peau et m’asphyxier sans que je ne comprenne ce qui se passe.

C’est fou ce que la peur peut redonner de l’énergie ! La déshydratation, l’insuffisance alimentaire, la chaleur, la fatigue, tout ça cumulé m’avait rendu suffisamment faible pour penser que le sable me dominerait plus facilement que ce maudit Stryge Noir de Kastalinn. La folie s’était emparée de moi durant quelques instants, mais le regain de conscience par la peur m’avait fait réaliser que je n’étais plus seul. Un cri venait de retentir non loin d’ici, dans cette direction, probablement …






Duel : N°1 with Valphégas - N°2 with Mercenaire Rabclaw - N°3 with ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harzhan
Demi-démon

avatar

Messages : 444
Expérience : 1948
Masculin Âge RP : 27 ans

Politique : 12
Métier : Mineur - Compagnon
Titres:
 

(Pégase de Harzhan  +180, v+200)

Stats & équipements
Vitalité:
2076/2076  (2076/2076)
Vitesse: 284
Dégâts: 39%

MessageSujet: Re: Je déteste le sable [PW Garràn, Harzhan ]   Lun 7 Mai 2018 - 10:15

Il avait fait un pause plus longue que prévue pour attendre la forme indistincte, mais cela lui avait permis de bien se reposer, manger un peu de viande séchée, quelques fruits secs, boire une portion supplémentaire de sa gourde, et le tout à l'ombre de son enchantement magique. Il prit une bouffée d'air surchauffé, qui avait un relent de soufre. Du soufre ? Il en prit une seconde, car il ne connaissait qu'une chose qui avait une telle odeur. La forme qui s'approchait était un magicien, et pas n'importe lequel, car il portait sur lui l'odeur de magie noire. C'était lui aussi un corrompu. Dans le doute, Harzhan activa ses protections démoniaques, ses tatouages se mirent à luire de rouge et il les couvrit de sa cape pour ne pas les exposer.

La forme qui approchait se discerna mieux, et était pour le moins surprenante. Un enfant, il s'agissait d'un enfant. Mais il n'était pas dupe, il avait déjà vu des créatures prendre la forme d'enfants pour mieux duper leurs victimes. L'odeur de magie noire était palpable, si Harzhan pouvait détecter la magie, il était particulièrement réceptif aux magies ésotériques et néfastes. Cet enfant était soit victime d'une magie noire très puissante, soit il la maîtrisait, ce qui impliquait qu'il était non seulement précoce, mais aussi qu'il était un vrai danger pour lui-même et pour son entourage. Mais Harzhan ne doutait pas que ses connaissances en magie noire suffiraient à le faire gagner en cas d'affrontement.

" Bonjour ! Oh ! Je suis si heureux de vous trouver, je me suis perdu et je suis incapable de retrouver mon chemin. J'avais si peur de ne croiser personne, j'aurais pu mourir si je n'avais pas fait votre rencontre. "

Il en doutait largement, un simple enfant seul serait déjà mort dans ce désert. Et l'odeur était omniprésente maintenant qu'il était près de lui. Qu'il tente quoi que ce soit, et Harzhan lui ferait amèrement regretter, car s'il savait beaucoup sur l'utilisation de la magie noire, il en savait tout autant sur la manière de la dissiper. Mais mieux valait jouer profil bas pour le moment. Jauger cet enfant était difficile, il pouvait bien être plus fort que lui, et son physique et sa magie étaient bien en dessous de leur niveau d'antan. L'affronter maintenant pourrait lui coûter beaucoup, voire sa vie.

" Hé bien mon petit, tu es seul dans le désert ? Je suis étonné que tu sois encore en vie sans tes parents ici ! Tu as beaucoup de chance ! Où dois-tu te rendre ? "

Il entendit un bruit sourd, et vit un petit nuage de poussière non loin. Il y avait quelqu'un derrière cette dune. Étais-ce une embuscade ? Un plan orchestré par le petit être qui lui faisait face et dont il doutait de plus en plus de son humanité ?




Dialogues de Harzhan: #990000


Merci a Mohana pour le kit Sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darrö Aldhren
Âme égarée

avatar

Messages : 180
Expérience : 1190
Masculin Âge RP : 9

Politique : 01
Métier : Chasseur - Maître
Titres:
 

(Présence obscure de Darrö, +300, v+200)

Stats & équipements
Vitalité:
2794/2794  (2794/2794)
Vitesse: 142
Dégâts: 31%

MessageSujet: Re: Je déteste le sable [PW Garràn, Harzhan ]   Mer 9 Mai 2018 - 16:04

Le mortel était donc un de ces piafs, ces êtres emplumés, des stryges lui semblait-il. Bizarre, dans son souvenir les ailes de ces créatures étaient grises, mais qu'importe, celui-ci semblait être tombé dans son piège, il pourrait sûrement obtenir de lui ce qu'il désirait, à savoir se barrer de ce désert à la con. Il y avait cependant quelque chose dans les yeux du mortel qui ne lui plaisait pas, une étincelle qu'il n'aurait su déceler, il était rouillé décidément, lire les pensées et les plus sombres envies d'un mortel lui était si facile avant d'être enfermé dans ce foutu bouquin. Bref, il devait juste se questionner sur son apparence, mais il avait une raison toute trouvée pour le satisfaire.

" Seul ! Bien sûr que non monsieur, je ne suis pas fou ! J'étais avec ma famille, nous voyagions à travers le désert pour nous rendre dans la capitale mais je me suis éloigné du groupe par mégarde, je dois les retrouver ! Oh, comme ils doivent être inquiets. "


Il était de plus en plus doué à ce petit jeu décidément, il appréciait cette apparence même si elle le faisait se trouver bien trop près du sol et donc du foutu sable de ce foutu désert à son goût. Son interlocuteur n'avait pas l'air aussi convaincu qu'il l'espérait, son visage était avenant et il faisait un certain effort pour ne pas laisser paraître ce que ses yeux criaient : méfiance, dégoût. Il l'avait apparemment sous estimé, il avait réussi à se défaire de l'influence de l'un de ses " frères ", il avait dû en garder certains sens, à moins qu'il ne soit vraiment très méfiant par nature où extrêmement doué en perception magique, peu importait finalement, plus ceci durerait, plus il passait du temps dans ce désert et, même d'une vie d'immortel, il n'avait aucune patience quand entouré de sable.
Il avait besoin de lui, mais s'il devait le torturer pour trouver la capitale, il le ferait, de par son expérience les mortels ont tendance à avouer plus vite quand vous aspirer la moelle de leurs os fraîchement brisé sous leurs yeux.

Ses pensées et envies furent stoppées par une série de bruit de par au-delà de la colline derrière eux. Il y avait d'autres personnes ? Si d'autres mortels étaient dans les environs, la donne changeait totalement, s'ils connaissaient son interlocuteur, il avait alors un moyen de pression encore plus efficace et sinon il pourrait toujours supprimer ce dernier sous leurs yeux pour les faire parler. Mais attention tout de même, car si sa vie si longue lui avait prouvé qu'une chose était bien sûre, c'était bien celle de se méfier de quelqu'un qui pouvait savoir ce qu'il était sans s'enfuir en courant.
Le stryge semblait aussi étonné que lui, avait-il déjà dit à certains de ses amis de ce cacher avant qu'il n'arrive jusqu'à lui, l'avait-il détecté d'aussi loin ? Il était maintenant plus que curieux, il était excité, si s'était vrai, son interlocuteur serait une proie intéressante.
Il tourna la tête vers le bruit avant de reposer ses yeux profondément dans ceux du stryge, un sourire beaucoup plus amusé et plus carnassier que la moyenne se dessinèrent sur le visage de son hôte qui jamais n'avais arboré cette expression par lui-même, comme aucun enfant d'ailleurs. D'une voix taquine et amusé, sa langue commençant à s'agiter derrière son sourire figé il interrogea son nouvel " ami ".

" Un ami à vous ? Nous devrions le rejoindre. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Garràn
L'Exilé

avatar

Messages : 122
Expérience : 1100
Masculin Âge RP : 21 ans

Politique : 17
Métier : Forgeron - Maître
Titres:
 

(Assaf, Niffleuneige +100, v+150, +10% d'or sur transaction, drop, combat)

Stats & équipements
Vitalité:
795/795  (795/795)
Vitesse: 566
Dégâts: 746

MessageSujet: Re: Je déteste le sable [PW Garràn, Harzhan ]   Lun 14 Mai 2018 - 21:04

Mis à part le sifflement du vent déplaçant le sable de part et d’autres du désert, je ne percevais aucun son animal et, d’une manière plus générale, d’un quelconque son pouvant m’indiquer la présence de quelqu’un d’autre que moi. Je ne parvenais pas à déterminer si le bruit entendu un peu plutôt était un simple monstre, un animal ou si ce n’était que le fruit de mon imagination. Dans le dernier cas, il valait mieux que je ne traîne pas trop ici. Pourtant, je pouvais sentir la présence d’au moins un individu dans les parages. Suffisamment proche pour que je puisse percevoir des brides de conversations qui restaient tout de même incompréhensible. Me rapprochant de la colline d’où je soupçonnais entendre la conversation, je ne pris pas la peine de rester discret ayant le fol espoir de tomber sur quelqu’un de civilisé.

Par chance, ce n’est pas sur un, mais sur deux personnes civilisées sur qui je tombais et pas n’importe quel individus ! Alors que je me posais la question quant à la présence d’un Stryge Noir habitué aux basses températures, voilà qu’un second se pointait dans le désert. Bien qu’en piteux états, son visage trahissait ses pensées, aux aguets, prêts à dégainer… Il y avait une certaine tension du haut de ma colline. De plus près, l’accoutrement du Stryge semblait légèrement inadapté pour un voyage dans le désert d’Harena. Il n’avait pas l’air très avenants et semblait plus âgés, la balafre séparant son visage en deux en passant par son œil l’avait totalement défiguré et lui donnait un air encore plus sombre que ses vêtements. Il était accompagné d’un gamin, pas plus haut que mon nombril, je me demandais pour qu’elle raison il l’avait amené ici. Toujours est-il qu’ils me regardèrent descendre la colline, silencieusement. Le petit, au contraire, semblait prendre un air enjoué.

Je les rejoignis lentement et m’arrêta à mi-chemin, préférant laisser de la distance entre moi et le stryge balafré. Un élément avait attiré mon attention en descendant la colline, il s’agissait de l’absence d’arme sur le Stryge, celui-ci devant certainement utilisé de la magie ou quelque chose s’en rapprochant. De plus, je n’étais pas particulièrement proche de mes semblables, s’ils connaissaient mon identité, je suis presque sûr de savoir où je finirai ma vie … Ce fut une raison de plus pour me tenir prêt à prendre la vie du corbeau balafré s’il bougeait de trop …

Garràn – Une autre paire d’aile noire dans ce désert, et moi qui pensais qu’aucun Stryge n’aurait osé s’aventurer en terrain aride. Mon regard, incrédule, passa du Stryge au gamin et vice-versa. Tu es venu jusqu’ici pour liquider un gamin au beau milieu du désert où tu avais simplement l’intention de l’abandonner ici ?

Ma comédie était peut-être légèrement surfaite, mais tomber sur un Stryge Noir et un gamin Humain en plein milieu du désert, j’avais beaucoup de mal à trouver une suite logique à tout ceci. Mais celle-ci semblait être la plus adapté, je voyais mal un Stryge Noir emmener un gamin dans le désert juste pour une simple balade. De toute manière, leur histoire ne m’intéressait guère, je continuerai ma route une fois leur avoir demandée.

Garràn – En vérité peu m’importe, je cherche simplement le campement orque. Tout ce sable commence vraiment à me chauffer !






Duel : N°1 with Valphégas - N°2 with Mercenaire Rabclaw - N°3 with ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Harzhan
Demi-démon

avatar

Messages : 444
Expérience : 1948
Masculin Âge RP : 27 ans

Politique : 12
Métier : Mineur - Compagnon
Titres:
 

(Pégase de Harzhan  +180, v+200)

Stats & équipements
Vitalité:
2076/2076  (2076/2076)
Vitesse: 284
Dégâts: 39%

MessageSujet: Re: Je déteste le sable [PW Garràn, Harzhan ]   Jeu 17 Mai 2018 - 21:57

Il ne faisait nullement confiance au jeune garçon devant lui, il était persuadé qu'il lui mentait, il y avait quelque chose en lui qui ne lui plaisait pas. Mais il n'avait pas l'air ouvertement hostile, et pour le moment, ça lui allait suffisamment pour s’inquiéter de l'autre bruit. Il suivit alors le "garçon" vers la source du bruit, prudemment, et vit un autre stryge noir. Ses anneaux de pouvoir étaient à ses doigts, il était prêt à attaquer de sa magie noire si cela s'avérait nécessaire. La dernière fois qu'il avait rencontré un de ses semblables cela s'était très mal fini.

La première chose qui le surprit dans ses paroles fut qu'il eut l'impression de le voir sur la défensive. Il gardait se distances, accusait Harzhan de vouloir abandonner l’enfant. Ce n’était pas une mauvaise idée, soit dit en passant, mais qu’est-ce que ça pouvait bien lui faire ? Bref, maintenant il lui fallait garder deux personnes à l’œil. Le stryge lui faisait moins mauvaise impression que l’enfant, mais il savait bien que les siens étaient détestables, bien qu’à présent ils ne le poursuivent sans doute plus. Mais si celui-ci voulait attaquer, Harzhan se défendrait avec toutes ses forces. L’atmosphère se fit rapidement lourde, chacun se regardait en coin, ne sachant ni quoi dire ni quoi faire, jusqu’à ce que Harzhan finisse par briser le silence.


« Je ne sais pas où ce trouve le campement dont vous parlez, et je ne sais pas non plus comment retrouver les parents de celui-là. Votre route dans le désert semble avoir été dure, pour vous deux -il nota mentalement que cela ne semblait pas être vrai pour l’enfant qui ne semblait même pas transpirer-, et le soleil est au plus haut, nous devrions nous arrêter un moment, à moins que vous ne comptiez continuer votre route en mangeant du sable ? »

La pique était partie malgré lui, simple habitude laissée par des années à haïr les siens. L’enchantement d’ombre faisait toujours effet sur lui, le tenant à l’abri des rayons du soleil, et il savait être capable de l’étendre aux deux personnes. Mais il n’en avait ni l’envie, ni le besoin. Ce n’est qu’après qu’il remarqua au loin un soulèvement de poussière, comme si un cheval lancé au galop venait vers eux en soulevant le sable. Mais c’était trop gros pour un cheval, peut-être une caravane ? Si tel était le cas, il pourrait les laisser tous les deux avec les nomades et reprendre sa route. Il pointa le nuage du doigt.

« On a peut-être de la chance, si c’est une caravane vous allez pouvoir demander votre route. »

Il espérait vraiment qu’il s’agisse d’une caravane nomade, il n’avait ni la volonté ni l’envie de se battre contre des pillards ou des créatures du désert. Si il était protégé du soleil, la chaleur l’étouffait, mais il devait garder son habit pour ne pas dévoiler son torse marqué et ses avant-bras qui portaient des stigmates démoniaques. Il transpirait, faisant l’effort de donner l’impression d’aller bien, car après tout, les autres devaient souffrir plus que lui de la chaleur, étant exposés au soleil.




Dialogues de Harzhan: #990000


Merci a Mohana pour le kit Sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darrö Aldhren
Âme égarée

avatar

Messages : 180
Expérience : 1190
Masculin Âge RP : 9

Politique : 01
Métier : Chasseur - Maître
Titres:
 

(Présence obscure de Darrö, +300, v+200)

Stats & équipements
Vitalité:
2794/2794  (2794/2794)
Vitesse: 142
Dégâts: 31%

MessageSujet: Re: Je déteste le sable [PW Garràn, Harzhan ]   Lun 21 Mai 2018 - 17:28

Son regard passa d'un emplumé à l'autre avec toujours le même sourire sur son visage, il rencontrait pour la première fois ces petits poulets noirs et ils commençaient à lui plaire, une race violente prête à liquider un enfant de sang-froid et à abandonner sa dépouille dans le désert ! Certes, il n'avait rien à voir avec le jeune humain à qui appartenait ce corps, mais les deux n'en savaient rien, quoi que... Le plus sérieux des deux, qui paraissait avoir plus d'assurance et ne pas chercher ses mots, celui qui n'avait pas manqué de dire à son congénère qu'il mangerait du sable s'il continuait sans se reposer, celui-là, qui avait eu la visite d'un de ses semblables en lui avait peu être développé la capacité de le sentir.
Et plus il le regardait, plus il en était sûr. Il se méfiait beaucoup trop d'un enfant, il savait et cela l'amusait grandement. Qui ferais le premier pas pour tuer l'autre et qui déciderait d'aider ce nouveau membre de leur petit trio dans ce cas ? Fuirait-il ? Tant de possibilités qui ravissait son intérêt dans cet immonde désert qu'il avait bien l'intention de quitter. Il sourit, silencieux.

Notre présence laisse des stigmates volatiles, je me demande à quoi tu ressembles sous ton voile d'ombre.


Leur nouvel ami ne semblait pas non plus apprécier cette saloperie de sable, très bien ! Il s'en servirait à bon escient. L'autre ne lui faisait pas confiance mais peut-être que celui-ci accepterais qu'il l'accompagne dans ce fameux campement orque, il cherchait son chemin mais à deux il avait plus de chance de le trouver et sinon il pourrait toujours s'amuser avec lui pour patienter. Il ne cherchait pas spécialement les orques, qui n'étaient pas son plat préféré d'ailleurs, mais dans un lieu très peuplé il aurait plus de chance de trouver de l'occupation et surtout quelqu'un pour le guider vers la grande ville des humains qu'il avait tant de mal à trouver.

" Le sable est vraiment désagréable, plus vite nous serons sortis de ce maudit désert, plus vite nous pourrons nous reposer et ne plus y penser. Vous allez aussi au campement orque ? Comme c'est une heureuse coïncidence, j'y vais aussi. Et vous ? "

Avec un grand sourire, il adressa la question à la volaille suspicieuse, ne manquant pas de lui adresser un clin d’œil qu'il cacha au nouvel arrivant.

Des voiles de poussière se soulevèrent au loin, quoi que cela était, c'était affamé et en colère. Il pouvait sentir la haine de cette chose, elle était encore loin mais un combat pouvait être à son avantage, il pourrait " malencontreusement " trancher la gorge du suspicieux volatile avant de laisser leur nouvel ami s'occuper de la créature du désert. Il se penserait héroïque et il pourrait alors jouer l'effroi devant le cadavre de l'autre, celui-ci le prendrait peut-être sous son aile vers le camp le plus proche, ou bien il l'attaquerait et il devrait le tuer. Nous verrons bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 

Je déteste le sable [PW Garràn, Harzhan ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Centre de Dùralas :: Désert de Harena-