AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Shax
Le Monde de Dùralas a précisément 1753 jours !
Dùralas, le Dim 19 Aoû 2018 - 0:20
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !
Partagez | 
 

 Khaïs Dwünn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Khaïs Dwünn
Nouvel Arrivant

avatar

Messages : 4
Expérience : 260
Politique : 01
Métier : Novice (0)
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
90/90  (90/90)
Vitesse: 130
Dégâts: 43

MessageSujet: Khaïs Dwünn   Jeu 7 Juin 2018 - 2:32

   
   
____________________________________



   
Spoiler:
 


   


   Prénom et nom : Khaïs Dwünn

   Âge : 42 ans

   ♀ ou ♂ : Femme

   Race choisie : Djöllfuline

   Classe envisagée : Assassine

   Métier envisagé :  Aussi loin que remontaient ses souvenirs, Khaïs avait toujours été fascinée par l’art subtil et noble de la sculpture. Probablement car sa mère, à laquelle elle vouait une admiration sans faille, exerçait le métier de sculptrice ; la douceur de N'Viÿa, sa dextérité et surtout, sa discrétion et son humilité avaient comme sculpté le caractère et les ambitions de sa fille. « Sculpté », oui, c’est bien le mot. Sculpter. L’art auquel Khaïs consacrerait sa vie, en hommage à sa défunte mère.  

   Pouvoir : Pour survivre dans la forêt après la mort de sa mère bien-aimée (cf Histoire), Khaïs avait dû faire preuve d’une grande ingéniosité. Non pas pour se nourrir, ou bien pour boire, ou encore pour se battre ; c’étaient là des choses que la douce N'Viÿa avait eu à cœur d’enseigner à sa progéniture dès son plus jeune âge. Mais, malgré sa prévoyance et son désir d’offrir à sa fille toutes les armes nécessaires pour se défendre et survivre en cas de besoin, N'Viÿa n’avait pas eu le temps de lui enseigner l’art de se soigner. C’est donc seule, à force de tâtonnements et de prières à Kar’Magûl, dieu qu’elle vénérait entre tous, qu’elle apprit l’art subtil de l’herboristerie, qui lui permit de survivre à de nombreuses maladies et blessures. Riche de ce savoir, Khaïs n’hésitera pas à en faire usage pour protéger les rares êtres chers à son cœur.

   Mode hardcore : Non

   Mode de présentation : Voie standard


   



Khaïs était debout au sommet d’un rocher, scrutant le ciel de son regard perçant. Ce soir, elle était d'humeur particulièrement pieuse, priant avec ferveur, cherchant dans les étoiles la moindre trace de son dieu et pilier, le sage Kar'Magûl. Ses yeux brillaient d’une lueur presque inquiétante, ce soir là ; on y voyait toute l’étendue de sa colère – ou peut-être était-ce de la douleur ? Difficile à dire, car l’une et l’autre étaient, chez la djöllfuline, bien souvent liées. Quoiqu’il en soit, son regard était dur, déterminé ; pas la moindre trace de doute sur son visage. Sa bouche était pincée, formant une parfaite ligne droite. La jeune créature se demanda brièvement à quand remontait son dernier sourire sincère. Une question qu’elle se posait souvent, mais qui était jusqu’alors restée sans réponse ; Khaïs ne se souvenait pas d’à quand remontait la dernière fois où elle avait éprouvé une réelle joie. Sans doute à l'époque où N'Viÿa était encore à ses côtés...

Un frisson parcourut le corps de la belle djöllfuline, et elle n’aurait su dire si c’était à cause du froid ou bien de la vague de colère qui l’envahissait chaque fois qu’elle repensait à l’assassinat de sa mère. Sans doute un mélange des deux.

Le vent secouait la longue chevelure noire de Khaïs, d'où dépassaient deux cornes à la forme imprécise, dévoilant un discret tatouage près de son oreille droite : « N’Viÿa », le nom de sa mère. Ainsi était-elle encore auprès de sa fille, d'une certaine façon.

Un second frisson la parcourut, et cette fois, nul doute possible, c’était à cause du vent glacé qui soufflait sur la forêt. Il faut dire que le corps squelettique de Khaïs n’était pas très résistant au froid…

Khaïs n’aimait pas son corps. Trop frêle, d’apparence trop fragile. Et d’un autre côté, celui-ci constituait un sérieux avantage pour la jeune djöllfuline, dont l’apparente fragilité trompait les combattants qui venaient se frotter à elle, et à la puissance de sa musculature si bien développée.

Troisième frisson. Froid, il faisait trop froid. Khaïs entreprit d’abandonner son poste d’observation, et d’aller s’abriter du vent pour la nuit. Après avoir salué son dieu, elle s’éloigna d’un pas déterminé, sa longue queue traînant nonchalamment derrière elle, sa peau rouge sang luisant à la lueur de la Lune.

Sans même remarquer la paire d'yeux qui la scrutait dans la pénombre...

   



L’aube se levait sur la forêt ; Khaïs, blottie dans son abri de fortune – une cabane rudimentaire qu’elle avait fabriqué elle-même avec des branches et des feuillages -, émergeait doucement du sommeil.

La nuit avait été mouvementée pour la jeune djöllfuline. Toujours le même cauchemar. Une violente bataille. Un coup décisif. Du sang, beaucoup de sang. Et puis le corps sans vie de N’Viÿa, gisant sur le sol, la bouche ouverte dans un ultime cri de douleur. C'était comme ça qu'elle imaginait la mort de sa mère. Quand bien même elle avait les yeux fermés quand cela s'était produit.
Malgré la récurrence de ce cauchemar, l’effet était toujours le même sur la jeune djöllfuline. Tristesse. Colère. Haine. Autant dire que Khaïs était d’une humeur massacrante… comme d’habitude.

Soudain, un bruit retentit à l’extérieur de la cabane improvisée. Un bruit de craquement, comme si quelqu’un marchait sur les branches et les feuilles qui jonchaient le sol. Khaïs fut immédiatement en alerte, toute trace de torpeur ayant quitté son corps frêle, faisant place à sa méfiance habituelle. Qui osait venir errer à proximité de son campement ? Un ennemi, peut-être, une créature dotée des pires intentions ? Quelqu’un qui voulait la voler… ou pire. Les plus affreux scénarii défilaient dans l’esprit de Khaïs, comme à chaque fois qu’elle se trouvait dans l’incertitude. Il fallait qu’elle aille voir ce qui se passait.

Impatiente d’en découdre avec cet intrus, Khaïs jaillit hors de sa tanière, sans même tenter de se faire discrète. La prudence n’était définitivement pas son fort… elle ne cherchait pas à échapper aux combats, bien au contraire ; elle avait besoin de sa dose d’adrénaline.
Elle balaya la forêt du regard, et ses yeux ne tardèrent pas à se poser sur l’intrus : un humain dans la force de l’âge, plutôt chétif, les cheveux grisonnants ; un bien piètre adversaire…

L’homme sursauta en entendant Khaïs jaillir hors de son abri. Il ne semblait pas apeuré ; seulement surpris. Il était visiblement perdu dans la forêt et cherchait désespérément son chemin.
Il entreprit de s’avancer vers Khaïs, visiblement rassuré de tomber sur une créature vivante dans cette forêt immense. La djöllfuline, elle, se mit à paniquer ; le contact social l’effrayait, notamment le contact des individus masculins. Elle ne voulait pas, ne pouvait pas parler à cet illustre inconnu qui s’avançait vers elle d’un pas déterminé. Comment s’en débarrasser ?

La réponse semblait pourtant claire comme de l’eau de roche : l’homme semblait relativement inoffensif ; elle n’avait qu’à le tuer. Déjà, elle sentait la rage bouillonner en elle, toute son agressivité soudainement décuplée face à cet inconnu qui s’avançait vers elle sans la moindre trace de peur dans les yeux. Elle allait le tuer. Il serait son petit-déjeuner…

« Bonjour », fit l’homme, qui venait d’arriver à la hauteur de la jeune djöllfuline. « Navré de vous déranger, je me suis égaré… pourriez-vous m’indiquer le chemin du château de Motch’Hollow ? »

Khaïs resta muette. Elle aurait pu bondir sur ce malotru, l’assassiner d’un seul coup d’épée. Mais elle résistait à cette envie. Tant bien que mal, elle essayait de calmer cette colère irrationnelle, cette soif de sang intarissable. Elle se détestait. Elle détestait cette agressivité, cette colère qui ne la quittait jamais, qui l’éloignait tant de son modèle,  la douce et délicate N’Viÿa. Pourtant, lorsqu’elle était enfant, Khaïs semblait destinée à marcher sur les traces de sa mère ; mais l’assassinat de cette dernière avait tout chamboulé. Aujourd’hui, tout ce qui restait de N’Viÿa en Khaïs, c’était une foi inébranlable, ainsi qu’une indéfectible loyauté. Mais quel intérêt, lorsque l’on n’a personne à qui être loyal ?

Khaïs cherchait à tout prix à canaliser cette violence qui mettait en danger la vie de quiconque croisait sa route. Elle mobilisa toute la puissance de sa foi pour adresser une prière désespérée à son dieu, Kar’Magûl, le suppliant de lui donner les ressources nécessaires pour se calmer.

« Tout va bien ? » demanda l’humain, visiblement inquiet.

Khaïs serra les dents. Elle était incapable de parler, trop occupée à essayer de se calmer. Cela lui prenait toutes ses forces, toute son énergie. C’était fréquent, chez elle ; des crises de mutisme provoquées par ses tentatives de se contrôler.

L’homme attendait. Alors, d’un geste brusque, elle désigna une direction au hasard, pour s’en débarrasser une fois pour toutes, sans faire couler de sang.

« Merci », sourit l’inconnu. « Passez une belle journée ! »

Il s’éloigna, et Khaïs soupira de soulagement. L’homme ne le savait pas, mais il avait échappé de peu à la mort, ce jour-là… Khaïs se détestait. Elle détestait son agressivité maladive, elle détestait ses crises de mutisme, elle détestait sa peur panique du contact social. Cet homme avait pourtant l’air gentil, elle aurait pu s’en faire un ami. Elle avait tant besoin d’un ami…



 

Tout était calme, cette nuit-là, dans la forêt de Cashlippe. Pas un bruit ne venait aux oreilles des habitants de la forêt. Animaux, insectes et autres créatures sylvestres profitaient d’un repos bien mérité ; même le vent semblait endormi. La lune brillait haut dans le ciel, diffusant sa douce lueur aux quatre coins de Duralas. Les nombreuses étoiles qui scintillaient au-dessus des arbres annonçaient un lendemain ensoleillé.

Soudain, un bruit de froissement vint briser le silence parfait qui régnait sur la forêt. Quelqu’un était là, et cette créature se déplaçait. Bientôt, sortant de derrière les buissons, on put apercevoir la créature en question : une djöllfuline, le visage déformé par la douleur, rampait sur le sol. Elle était essoufflée et son visage se crispait à intervalles réguliers, trahissant des vagues de douleur intense.

La djöllfuline serrait les dents. Elle ne voulait pas crier, consciente que sa seule présence troublait le calme équilibre de la forêt. Elle tendit le bras d’un geste faible, tous ses muscles crispés par la douleur, et attrapa une poignée d’herbes mystérieuses qu’elle s’empressa d’avaler.
Au bout de quelques minutes, la magie des plantes sembla opérer. Les muscles de la djöllfuline se détendirent légèrement, son visage sembla s’apaiser ; elle s’allongea sur le dos et se concentra sur ses sensations. La lune semblait l’observer de son œil bienveillant, l’encourageant, lui chuchotant des paroles réconfortantes. La djöllfuline était confiante. Elle esquissa un sourire fatigué et rassembla toutes ses forces.
Et, une dizaine de minutes plus tard, ses efforts portèrent leurs fruits : un immense cri déchira la nuit, mettant fin pour de bon au calme olympien de la forêt. Mais cette fois, N’Viÿa ne s’en souciait pas. Elle prit l’enfant à peine né dans ses bras et le serra contre son cœur, un sourire béat sur le visage.


« Khaïs », souffla-t-elle avec tendresse. « Mon bébé. »
Autour d’elle, les animaux de la forêt, que le cri du bébé avait réveillés, s’avançaient pour voir le petit être.
Un accueil des plus satisfaisants.



¤¤¤



« Maman… il est où mon papa ? »

Cette question brûlait les lèvres de Khaïs depuis ce qui lui semblait être une éternité – ce qui, à l’échelle d’une enfant de 7 ans, pouvait représenter une semaine comme un an. Cependant, elle n’avait jusqu’alors jamais osé la poser, par peur de déclencher le courroux de la douce N’Viÿa. C’était un sujet qui n’avait jamais été abordé, et la petite fille se demandait bien pourquoi. Sa mère lui avait toujours parlé de tout.
Ce jour-là, Khaïs s’était blessée en tentant de grimper à un arbre. Une grosse égratignure au genou. N’Viÿa, immédiatement, était allée cueillir des plantes et les appliquait patiemment en cataplasme sur la plaie de sa fille lorsque la question franchit finalement les lèvres de la petite djöllfuline.
Le visage concentré de N’Viÿa s’assombrit soudain, et elle interrompit son travail de désinfection. Oh, juste une seconde. Juste assez longtemps pour que Khaïs se rende compte qu’elle était troublée. Mais, rapidement, N’Viÿa reprit contenance et déclara, d’un ton que Khaïs ne lui connaissait pas jusqu’alors :

« Ton père m’a abandonnée quand j’étais enceinte de toi. Il t’a abandonnée alors que tu n’étais même pas encore née. Il ne voulait paq de toi. C’était un égoïste. Je ne sais pas ce qu’il est devenu.»
« Oh »
, répondit la petite djöllfuline. N’Viÿa réalisa, mais un peu tard, qu’elle aurait sans doute dû se montrer moins abrupte.

Pendant quelques minutes, Khaïs resta silencieuse, réfléchissant à ce que sa mère venait de dire. Puis elle reprit, comme si de rien n’était :

« Maman… tu m’apprendras à faire ce que tu fais avec les plantes ? Moi aussi je veux pouvoir me soigner quand je me fais mal…
- Bien sûr, ma chérie. »
, répondit N’Viÿa.

Mais, au fond d’elle, elle savait bien qu’aucune plante ne pourrait jamais soigner la blessure qu’elle venait d’infliger malgré elle à son enfant…


¤¤¤



« Tu peux me tenir ça, ma princesse ? »

Khaïs releva la tête, brusquement interrompue dans sa contemplation. Sa mère lui tendait son marteau. La petite djöllfuline attrapa le lourd objet sans ciller. Du haut de ses 12 ans, elle bénéficiait déjà d’une force et d’une musculature peu communes, résultats de l’entraînement que lui dispensait sa mère depuis sa plus tendre enfance.Désormais, Khaïs était capable non seulement de porter de lourdes charges, mais également de se défendre contre un attaquant ou encore de chasser sa propre nourriture.
Khaïs adorait observer sa mère quand elle sculptait. Ses gestes étaient si doux, si précis, sa concentration était si parfaite… c’était comme si elle ne faisait plus qu’un avec ses outils et sa sculpture. Un spectacle fascinant.
Soudain, un bruit sourd se fit entendre. N’Viÿa avait laissé s’échapper de ses mains le bâton qu’elle était en train de sculpter, qui gisait désormais sur le sol.

« Oh, non… » soupira-t-elle. « Khaïs, tu peux me le ramasser, s’il-te-plaît ? »

Ni une ni deux, la jeune fille plongea sous le plan de travail, le marteau toujours à la main, et saisit le bâton qui était tombé par terre. Mais, alors qu’elle était sur le point de se relever, elle entendit soudain sa mère lui chuchoter :

« Khaïs, ne te relève surtout pas. Ne bouge pas, tu m’entends ? Reste là où tu es. »

Il y avait dans la voix de N’Viÿa une telle angoisse, une telle urgence, que Khaïs n’hésita pas à obéir. Elle s’aplatit sur le sol et ne bougea plus, osant à peine respirer. Que se passe-t-il ?

« Bonjour. », entendit-elle saluer sa mère. « Que puis-je faire pour vous ?
- Oh, je t’en prie, N’Viÿa, pas de ça avec moi. »


Khaïs ne reconnaissait pas cette deuxième voix. C’était vraisemblablement une voix masculine, et apparemment, l'individu connaissait N’Viÿa. Etrange… Khaïs pensait pourtant connaître tous les collègue et amis de sa mère.
Cette dernière déglutit.

« Que veux-tu ? », demanda-t-elle à l’intrus.
« Je crois que tu le sais très bien. Je veux voir l’enfant.
- Tu perds ton temps,
répondit abruptement la sculptrice. Elle n’est pas là.
- Oh, elle ? Alors comme ça, c’est une fille… »


L’inconnu semblait pensif. Khaïs, quant à elle, était intriguée. Qui était cet enfant dont l’individu parlait ? Pouvait-il s’agir d’elle ? Dans ce cas-là, que lui voulait-il ?

« N’Viÿa, ça va ? » s’enquit l’une des collègues et amies de sa maman. « Qui est cet homme ?
- Personne, une vieille connaissance. De toute façon, il allait s’en aller. »


Le silence se fit autour de la cachette de Khaïs. La jeune djöllfuline pouvait presque sentir l’angoisse teintée d’animosité qui se dégageait de sa mère.

« Nous nous reverrons. », finit par grogner l’intrus entre ses dents. Puis Khaïs l’entendit s’éloigner, de son pas bruyant.

Elle se releva sans attendre l’accord de sa mère, qui semblait bouleversée.

« Maman », demanda-t-elle, « C’était qui ?
- Personne
, répondit N’Viÿa dans un souffle, les yeux rivés sur l’endroit où se trouvait l’homme quelques secondes auparavant. Viens, rentrons. »



¤¤¤



« 28… 29… 30 ! Attention, j’arrive ! »


Khaïs se mit gaiement à la recherche de sa mère. Les beaux jours revenaient et, avec eux, les interminables parties de cache-cache en pleine forêt que les deux djöllfulines prenaient un immense plaisir à organiser. Pour elles, ce jeu constituait aussi une forme d’entraînement : savoir se cacher était une compétence indispensable pour survivre, d’autant plus quand on habitait la forêt ! Ainsi, Khaïs prenait très au sérieux ce petit jeu perçu comme enfantin par la plupart des gens.
La jeune djöllfuline balaya les environs d’un rapide coup d’œil. Tous ses sens étaient à l’affût, et elle fut presque déçue lorsqu’elle aperçut la longue queue de N’Viÿa au bout d’à peine quelques secondes. Sa mère ne faisait vraiment aucun effort !

« Trouvée ! », s’écria-t-elle en surgissant derrière l’arbre où se cachait N’Viÿa. « On voit ta queue, maman. Tu as de la chance que ce ne soit que moi ! Allez, à toi de compter maintenant. »

Et sans attendre de réponse, la jeune Khaïs se mit à la recherche d’une cachette adéquate. Elle finit par se terrer au cœur d’un buisson touffu, qui la dissimulait à merveille. Elle se roula en boule, retint son souffle pour ne pas que le bruit de sa respiration la trahisse, et attendit. Tout était calme. Etrangement calme…
Soudain, la voix de N’Viÿa se fit entendre.

« Qu’est-ce que… qu’est-ce que tu fais là ? » demanda-t-elle d’une voix étranglée.

Intriguée, Khaïs jeta un rapide coup d’œil entre les feuilles du buisson. N’Viÿa se tenait toujours au pied de l’arbre derrière lequel elle s’était cachée quelques minutes auparavant, et elle n’était pas seule ; une autre silhouette, que Khaïs ne parvenait pas à identifier, se tenait à quelques mètres d’elle. Tout ce qu’elle pouvait dire, c’est que l’intrus avait l’air d’un djöllfulin : il avait la peau rougeâtre, une longue queue fourchue et deux cornes plantées en haut de la tête. Quelqu’un de la famille ?

« L’enfant. Je veux l’enfant. »

Immédiatement, Khaïs reconnut la seconde voix : c’était celle de l’homme qui était venu rendre visite à N’Viÿa l’autre jour, alors qu’elle travaillait à l’atelier. Instinctivement, la jeune fille se roula encore un peu plus en boule dans le buisson. Cet individu ne lui inspirait pas confiance.

« Tu perds ton temps. Elle n’est pas là.
- Ne mens pas. Ca fait un moment que je vous observe. Vous étiez en train de jouer. Elle est cachée là, quelque part. Dis-lui de venir. »


Le cœur de Khaïs fit un bond dans sa poitrine. Cette fois, le doute n’était plus permis : c’était bien elle que l’individu cherchait. Mais pourquoi ? Qui était-il ?

« N’Viÿa », gronda l’intrus, « Ma patience a des limites. Dépêche-toi.
- Khaïs, reste cachée ! »
cria la djöllfuline.

Cette recommandation était relativement inutile ; Khaïs était pétrifiée. A aucun moment elle n’avait envisagé de sortir de sa cachette. Encore moins maintenant. Elle se contenta de fermer les yeux et de presser ses mains sur ses oreilles. L’homme inconnu lui inspirait un sentiment qu’elle avait rarement ressenti : la terreur. Et elle aurait été bien incapable de dire pourquoi.
Soudain, un bruit strident retentit. Un bruit que les mains de Khaïs ne purent empêcher de parvenir à ses oreilles. C’était un cri, un cri de douleur. Le cri de sa mère.
Terrorisée, Khaïs risqua un œil en dehors de son buisson, et ce qu’elle vit la figea d’horreur. Sa mère était par terre, immobile, baignant dans une flaque de sang. Ses yeux étaient vitreux, ils ne clignaient plus. Son torse ne se soulevait plus au rythme de ses respirations. Elle était morte.
A côté de son cadavre, l’homme inconnu se tenait debout, une dague au poing, visiblement fier de lui.

« Je t'avais bien dit qu'on se reverrait... », murmura-t-il froidement. « Khaïs ! », appela-t-il d’une voix chantante. « Khaïs, viens voir papa ! »



¤¤¤



« Salut, maman. »

Khaïs se tenait debout au pied de l’arbre sous lequel sa mère avait trouvé la mort. C’était la première fois en près de 30 ans qu’elle revenait en ces lieux.

« Désolée de ne pas être venue plus tôt… ça n’a pas été facile, tu sais. Après avoir enterré ton corps sous cet arbre, j’ai brusquement réalisé que maintenant, j’étais seule. Seule, à 12 ans ! J’aurais pu aller demander de l’aide à l’atelier. J’aurais peut-être dû. Je sais qu’on m’aurait aidée. Mais je sais aussi qu’on m’aurait arrachée à cette forêt, le seul foyer que je connaissais, l’endroit où j’avais grandi à tes côtés. Et je m’y refusais. Et puis je repensais à tous ces entraînements que tu me dispensais, en vue de ce moment. Le moment où je me retrouverais seule, à devoir survivre sans toi. On ne s’attendait pas à ce que ce soit si tôt, ni toi ni moi… »

Khaïs s’interrompit. Les larmes commençaient à lui monter aux yeux, mais elle refusait de les laisser couler. Elle avait juré de se montrer digne. Elle ne voulait pas montrer à sa mère à quel point elle souffrait.

« Oui, donc… tous ces entraînements, si j’étais allée me réfugier dans les jupes d’une personne de l’atelier, ils n’auraient servi à rien, et je ne voulais pas ça. Surtout pas. J’ai décidé que j’allais y arriver seule. Ca n’a pas été facile. »

C’est le moins qu’on puisse dire… pensive, Khaïs revit mentalement ces journées, et surtout ces nuits, qu’elle avait passés dehors, à la merci du vent, du froid, de la pluie. Après avoir tué N’Viÿa, son géniteur avait saccagé leur abri, sans doute pour attirer la jeune djöllfuline hors de sa cachette, pour qu’elle le supplie de la prendre sous son aile. Quelle naïveté. Pour rien au monde, Khaïs n’aurait imploré l’aide de ce meurtrier. Elle avait préféré passer des jours, des semaines entières à la merci des aléas de la météo, avant de finalement réunir de quoi se construire un abri de fortune, qu'elle avait réaménagé depuis. A bien y réfléchir, elle en était assez fière.

Et puis, il y avait eu l’hiver. Le froid mordant, la neige, la tempête. La maladie. En y repensant, Khaïs se dit qu’elle avait été chanceuse de ne pas mourir à ce moment-là… une chance qu’elle ait eu quelques menues bases en herboristerie. Sa mère n’avait malheureusement pas eu le temps de lui inculquer tout son savoir à ce sujet ; elle devait considérer que ce n’était pas une urgence - ou, plus vraisemblablement, par peur que sa fille finisse par ne plus avoir besoin d'elle. Mais à force de tâtonner avec prudence, plongeant dans les tréfonds de sa mémoire pour tenter de se souvenir des plantes qu’utilisait N’Viÿa, les gestes qu’elle effectuait, à force aussi de ferventes prières à l'intention Kar’Magûl, Khaïs avait fini par pouvoir se soigner. Bien sûr, elle était encore loin de maîtriser à la perfection l’art subtil de l’herboristerie, mais pour l’instant, elle savait tout ce dont elle avait besoin.

En fait, à bien y réfléchir, le plus dur, ça n’avait été ni le froid, ni la faim, ni la maladie, mais bien la solitude. Khaïs n’avait jamais été seule auparavant. Sa mère l’avait toujours accompagnée, au moindre de ses pas. Dans tous les évènements de sa vie, elle avait pu compter sur la présence, la chaleur et la bienveillance de N’Viÿa… et puis, du jour au lendemain… plus rien. Plus personne. Même sa foi l’avait –momentanément- abandonnée, sa foi qui, jusqu’alors, était un de ses principaux piliers. Cela avait bien failli rendre folle la jeune djöllfuline…

Oh, et puis merde.

Après tout, elle savait que ça finirait par arriver. Toutes les émotions qu’elle gardait enfouies en elle depuis si longtemps ne pouvaient rester enfermées à jamais. Elle avait besoin de se laisser aller, rien qu’une fois. Après tout, sa mère ne la jugerait pas, si ?
Les larmes se mirent à couler sur ses joues. Doucement d’abord, puis de plus en plus violemment. Des torrents de larmes, des sanglots à la pelle, des pleurs qui contenaient en eux toute la douleur, la colère et l’incompréhension qu’elle avait pu ressentir au cours de ces longues années de solitude…

« Pourquoi tu m’as laissée, maman ? », sanglota-t-elle. « T’avais pas le droit. J’avais besoin de toi. J’étais trop jeune pour ça, j’étais pas prête ! Tu m’as abandonnée, et maintenant, je suis brisée. Je me méfie de tout, de tout le monde, je ne peux accorder ma confiance à personne. J’ai peur des gens, j’ai même peur des ombres, je pourrais tuer quiconque s’approche de moi… je suis si seule ! Combien de temps ça fait que je n’ai pas été heureuse de me lever ? Ou heureuse, tout court ? Combien de temps ça fait que j’ai pas souri pour de vrai ? C’était quand la dernière fois que j’ai dormi paisiblement, hein ? Maintenant t’es plus là, et moi je reste. Pourquoi c’est moi qui reste ? C’est moi qu’il voulait, pas toi ! T’aurais dû lui dire où j’étais, t’aurais dû le laisser m’emmener ! T’avais pas le droit de le laisser faire ce qu’il a fait ! Pas le droit.. ! »

Ses forces commençaient à l’abandonner, et elle se rendit brutalement compte de l’absurdité de la situation. Elle était là, au pied de cet arbre immobile, à disputer quelqu’un qui ne l’entendait pas ! Pour un peu, elle aurait presque ri d’elle-même.
Elle ne savait plus quoi dire, et à vrai dire elle ne savait même plus pourquoi elle était là. Il était temps de partir. De fermer cette parenthèse et de reprendre sa vie.

« Au revoir, maman. Je t’aime. »

Et elle s’éloigna sans un mot de plus, tournant le dos à cet arbre sous lequel, bien qu’elle ne l’ait jamais su, elle avait vu le jour.
Cette arbre sous lequel sa maman avait perdu la vie.

 

Ce que Khaïs désirait par-dessus tout, c’était se venger. Se venger de ce père qui n’en était pas un, ce père qui avait brutalement mis fin à la vie de la seule personne qu’elle ait jamais aimé. Mais elle ne savait pas où il était, ni comment le trouver. Alors en attendant, la jeune djöllfuline s’armait de patience et priait Kar’Magûl de toutes ses forces pour qu’il lui donne la force de tout affronter et surtout, le savoir nécessaire pour assouvir sa soif de connaissances et se faire sa place en ce monde…


 


   

Je suis Lenny, jeune créature âgée de 19 ans, de race humaine, étudiant l’art à ses heures perdues. Individu passionné de musique, de théâtre et de toutes formes d’arts, passionné aussi par les univers fantastiques, un peu mono-maniaque sur les bords, du genre à me lancer à corps perdu dans les nouvelles aventures qui s’offrent à moi ; aujourd’hui, cet individu a jeté son dévolu sur Duralas. Tremblez, mortel.le.s ! Car malgré toutes les complexes subtilités de ce lieu, on dirait qu’il y fait bon vivre…


Dernière édition par Khaïs Dwünn le Jeu 7 Juin 2018 - 16:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grabuge
Tavernier ♦ "Justicier brutal"

avatar

Messages : 898
Expérience : 1927
Masculin Âge RP : 41 ans

Politique : 57
Métier : Bûcheron - Maître
Titres:
 

(Feriel, griffonne de Grabuge (modifié) +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
3300/3300  (3300/3300)
Vitesse: -9
Dégâts: 1904

MessageSujet: Re: Khaïs Dwünn   Jeu 7 Juin 2018 - 4:41

Salutations l'ami(e?)!

Et bienvenue à Dùralas. Alors déjà, sache que je viens juste de me réveiller, et qu'est ce que je vois dans le topic des présentations? Une nouvelle arrivante! Déjà ça fait plaisir au réveil, de voir que quelqu'un s'est à nouveau laisser attirer par cet univers en évolution qu'est Dùralas. Mais ce que je ne m'attendais pas c'est que ta fiche soit si bien écrite. Franchement bravo, tu m'as bluffé.
Ta présentation est déjà bien écrite, très peu de faute au premier coup d'oeil (la seule que j'ai relevé c'est que tu as transformé ce que j'imagine être "caverne" en "taverne" mais je met ça sur le compte de la faute de frappe (ou alors j'ai rien compris au contexte et au lieu xD).

Les deux seules choses que je pourrais à la limite reprocher à la fiche (et reproche est un bien grand mot) c'est tout d'abord le physique de ton personnage. Tu sembles insister sur le fait qu'elle est frêle (je traduis frêle par faible physiquement, reprends moi si je me trompe), tu emploie même le mot squelettique à un moment, alors que tu dis qu'elle est musclée et forte. Alors je saisis l'idée, que son apparence est trompeuse, mais je sais pas, le mot squelettique ça me semble un peu extrême pour quelqu'un de musclé x)
Et ensuite, si j'ai bien compris, une partie de ton récit se passe dans la forêt de Cashlippe, après est ce que ça veut dire que c'est là que ton personnage a passé son enfance avec sa mère? Parceque je te rappelle que la forêt de Cashlippe est une forêt maudite et dangereuse, et je souhaite à aucune mère ni à aucune fille d'y vivre aussi longtemps xD Si tant est que c'est possible. Après ce n'est pas une erreur en soit, juste un détail que je te dis, parce qu'en soit tu n'indique à aucun moment que la forêt ou ton personnage et sa mère viviez est la forêt de Cashlippe, c'est juste des suppositions et une impression à la lecture de ma part.

Sinon au delà de ces maigres détails, je le redis ta fiche est franchement bien écrite, et s'inscrit parfaitement dans l'univers de Dùralas.

*éloigne sa main du buzzer*

Pour moi ça sera un oui :p Au plaisir de se revoir sur le fofo quand tu seras accepté(e?).

EDIT: Oh et n'hésite pas à passer à la taverne pendant ce temps, tu verras on est sympa et on mords pas (trop). D'ailleurs joli avatar au passage, j'avais oublié de l'écrire précédemment x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baldwin Nuussian
Maître d'armes

avatar

Messages : 118
Expérience : 879
Masculin Âge RP : 21 ans

Politique : 12
Métier : Forgeron - Apprenti
Titres:
 

(Ashcal, lion géant de Baldwin +150, 50, v+100)

Stats & équipements
Vitalité:
841/841  (841/841)
Vitesse: 244
Dégâts: 648

MessageSujet: Re: Khaïs Dwünn   Jeu 7 Juin 2018 - 4:55

Bonsoir ! J'ai l'honneur d'être le premier deuxième à te souhaiter la bienvenue sur ces terres ! Chapi chapo

J'ai franchement adoré lire ta fiche. C'est fluide, vraiment bien écrit : j'ai eu l'impression de lire une page d'un livre ! Le basculement entre le bonheur et la douleur de ton personnage, et son évolution par la suite ..., personnellement j'étais dedans.

J'ai hâte de découvrir son futur développement, si elle retrouvera son père et exercera sa vengeance et si elle réussira à surmonter ses obstacles. Sourire De plus, il n'y a que très peu de Djöllfulins, donc c'est encore mieux !

En espérant que tu te plairas parmi nous, et aux plaisirs de faire ta rencontre en RP ! :king1:


Edit : Coiffé au poteau ! DD






Le monde ne demande qu'à être exploré, et le savoir acquis ...


Merci à Mohana pour mon avatar !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Moradund Marteau-de-Fer
Prætor Primaris ♦ Imperator ♦ Paladin

avatar

Messages : 1231
Expérience : 3520
Masculin Âge RP : 125

Politique : 57
Métier : Forgeron - Maître Absolu
Titres:
 

(Bolgrong, Ours de Moradund [Emblème Kazharien]  +150, v+150, Régénère si -25% de la vie)

Stats & équipements
Vitalité:
2715/2715  (2715/2715)
Vitesse: 462
Dégâts: 1761

MessageSujet: Re: Khaïs Dwünn   Jeu 7 Juin 2018 - 10:47

Bienvenue en Dùralas!

Je suis le Praetor Primaris, modérateur de RP. N'hésite pas à m'envoyer un mp si tu as une question (bien que tu semble avoir bien bossé ton bazar!) ou à m'attraper, moi ou un des membres du forum sur la ChatBox (lorsqu’on y est).

Je te souhaite une bonne journée et un bon voyage en nos contrées!
Praetor Primaris




Que ton marteau sonne clair.
Que ton enclume résonne.

Dialogues: -Moradund : ffffff ~Ronin: bbbbbb
Rappel : Ronin n'est audible que par les télépathes,
ou lors de crises de rages (Dialogues lors des crises: ~Ronin)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/user/MrMomory
Thorek Sveresson
Explorateur

avatar

Messages : 203
Expérience : 1388
Masculin Âge RP : 164 ans

Politique : 19
Métier : Mineur - Maître
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
1122/1122  (1122/1122)
Vitesse: 466
Dégâts: 1846

MessageSujet: Re: Khaïs Dwünn   Jeu 7 Juin 2018 - 11:12

Une djölfullin de plus, que voilà une bonne nouvelle !

Et une qui se présente de manière exemplaire en maniant joliment la plume (ou le clavier, c'est selon). Que demander de plus Tout content

J'espère que tu te plairas en ces lieux et au plaisir de Rp avec toi.
:mineur: :dwarfe:





Slots Rps :   // Pw Baldwin & Dilon //  Pw Jûken'Maw & Grabuge & Moradund



Lien : Source de l'avatar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Equinoxe
Scrutateur des Ténèbres

avatar

Messages : 418
Expérience : 1701
Masculin Âge RP : 29

Politique : 25
Métier : Mineur - Maître
Titres:
 

(Vallon, compagnon d Equinoxe +350, v+300, 150)

Stats & équipements
Vitalité:
2350/2350  (2350/2350)
Vitesse: 334
Dégâts: 1136

MessageSujet: Re: Khaïs Dwünn   Jeu 7 Juin 2018 - 14:31

Salutations! Je crois que certains appréciront de voir une nouvelle Djöllfulin!
Une vengeresse et assassine, cela devrait être très intéressant Sourire

Décidément, herboriste ressort beaucoup ces temps-ci, mais ce n'est pas un métier "officiel" (du moins pas encore), donc cela restera (pour le moment) rp parlant.

Son histoire est très intéressant, mais cela à l'air d'occuper toutes ses pensées depuis tout ce temps, au point presque de l'avoir changée, je me demande si elle sera capable de tuer son père ou pas, et surtout que fera t-elle une fois cela fait?
Je te laisse guider ses pas et sa destinée Sourire

Quant à moi, je te souhaite bienvenue et amuse-toi bien. (C'est le principal ^^)
Et comme toujours, méfie-toi des ombres!




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thauthaudarmafur
Arlequin

avatar

Messages : 200
Expérience : 689
Masculin Âge RP : 52

Politique : 01
Métier : Forgeron d'A. - Novice
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
905/905  (905/905)
Vitesse: 598
Dégâts: 200

MessageSujet: Re: Khaïs Dwünn   Jeu 7 Juin 2018 - 14:41

Bienvenue sur Dùralas, chère Djöllfulline!

Cela a déjà été dit, mais quelle joie de voir la nouvelle race compter un spécimen de plus! De plus, un assassin! De ce côté, c'est intéressant, très intéressant.

Tu as une plume très fluide et élégante, et ce fut un réel plaisir de lire ta fiche qui est très poignante. Il n'y a que très peu de fautes (quelques unes de frappe néanmoins, elles sont coriaces!), et le tout présente un rendu complet sans pour autant trop en détailler. Félicitations, c'est une belle fiche.


Au plaisir de te revoir en ces contrées, et puisse tu trouver ce meurtrier. ~




~ Puisse Grungni veiller sur votre honneur ~




État des slots d'arène : Mercenaire RabclawG.L.A.D.I.A.T.O.R | Disponible




:dwarfe:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khaïs Dwünn
Nouvel Arrivant

avatar

Messages : 4
Expérience : 260
Politique : 01
Métier : Novice (0)
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
90/90  (90/90)
Vitesse: 130
Dégâts: 43

MessageSujet: Re: Khaïs Dwünn   Jeu 7 Juin 2018 - 16:30

Mais mais mais, mais je vais prendre la grosse tête si vous continuez à me flatter comme ça !

Hum, trêve de plaisanterie, merci à tou.te.s pour cet accueil plus que chaleureux, ça me fait chaud au cœur :3 J'ai passé beaucoup de temps à faire cette présentation, ça me fait vraiment plaisir que vous la trouviez à votre goût !

@Grabuge a écrit:
Ta présentation est déjà bien écrite, très peu de faute au premier coup d'oeil (la seule que j'ai relevé c'est que tu as transformé ce que j'imagine être "caverne" en "taverne" mais je met ça sur le compte de la faute de frappe (ou alors j'ai rien compris au contexte et au lieu xD).

Rah, je me fais toujours avoir avec ce mot-là xD J'ai une certaine tendance à confondre les deux. Merci de me l'avoir signalé, je vais modifier ça de ce pas !

@Grabuge a écrit:
Tu sembles insister sur le fait qu'elle est frêle (je traduis frêle par faible physiquement, reprends moi si je me trompe), tu emploie même le mot squelettique à un moment, alors que tu dis qu'elle est musclée et forte. Alors je saisis l'idée, que son apparence est trompeuse, mais je sais pas, le mot squelettique ça me semble un peu extrême pour quelqu'un de musclé x)

Je me suis aussi fait la réflexion, le mot "squelettique" n'est sans doute pas le mieux adapté, dans l'idée c'est juste pour souligner qu'elle n'a pas un pet de graisse et que concrètement elle n'a quasiment que la peau sur... Les muscles, en l'occurrence x) On peut donc s'y tromper.


@Grabuge a écrit:
Et ensuite, si j'ai bien compris, une partie de ton récit se passe dans la forêt de Cashlippe, après est ce que ça veut dire que c'est là que ton personnage a passé son enfance avec sa mère? Parceque je te rappelle que la forêt de Cashlippe est une forêt maudite et dangereuse, et je souhaite à aucune mère ni à aucune fille d'y vivre aussi longtemps xD Si tant est que c'est possible.

Et ça, c'est l'un des problèmes que j'ai rencontré en construisant ma fiche : le choix de la forêt dans laquelle Khaïs allait vivre ! Parce qu'il fallait à la fois que ce soit un endroit où on peut RP, si possible inhabité... À ma connaissance seule la forêt de Cashlippe correspond à ces critères, et il faut qu'elle soit maudite, rah ! Du coup je ne sais pas où la faire habiter, je peux toujours ne pas le préciser pour le moment mais il faudra bien que je trouve une solution, à terme...


Encore merci à tout le monde en tout cas ! Au plaisir de RP avec vous :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dilon Deraborne
Administrateur ♦ Guerrier

avatar

Messages : 4893
Expérience : 4056
Masculin Âge RP : 34

Politique : 168
Métier : Forgeron - Maître Absolu
Titres:
 

(Altaïr, Pyrargue de Dilon [Emblème Gardien] +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
3473/3473  (3473/3473)
Vitesse: 595
Dégâts: 2593

MessageSujet: Re: Khaïs Dwünn   Jeu 7 Juin 2018 - 20:44

Bonsoir Khaïs et officiellement bienvenue sur le monde de Dùralas ! :dragon:

Plusieurs personnes sont déjà par là, et on put t'adresser des remarques pertinentes. Je suis ravi de voir que tu fais une Djöllfuline, c'est la nouvelle race, et met un peu de temps à se développer sur le forum du fait de sa complexité, donc bravo de t'y attaquer. Sourire

Je plussoie mes VDD en ajoutant que tu as une belle plume, et que les descriptions physiques et morales sont présentées de manière originale. Niveau nombre de lignes, je n'ai rien à redire. Rien non plus concernant le métier de sculpteur, parce qu'on en mange un peu en ce moment !

Je voudrais par contre préciser quelque chose concernant les Djöllfulins, pour t'aider à y voir plus clair. C'est précisé brièvement dans leur Description détaillée, mais je préfère revenir dessus pour que tu puisses bien comprendre l'essence des Djöllfulins : il s'agit d'une race qui est arrivée dans les terres dùralassiennes il y a une quarantaine-cinquantaine d'années. Auparavant, ils habitaient dans une contrée volcanique au-delà de la banquise, mais ils ont dû la quitter suite à un cataclysme d'origine inconnue. Après, ton histoire rentre tout à fait dans le contexte, donc tu n'as pas à modifier ce passage-là, c'était vraiment pour le préciser, si tu voulais mettre une ligne sur l'origine des parents de Khaïs !

Ensuite, concernant la Forêt de Cashlippe, en fait, tu peux conserver ce lieu d'habitation. Ca pourrait être logique, étant donné que les Djöllfulins viennent du Nord, qu'ils ne connaissent pas les lieux, et donc qu'ils s'établissent dans les contrées du nord (Sombres montagnes de Kanaan, Plaines d'Aràn, ou bien même la forêt de Cashlippe). Mais alors il faut effectivement noter que cette zone est sous la domination du Comte Motch'Hollow, un puissant vampire qui exerce une présence mentale sur toute sa région appelée la Perracie. Donc tu peux y siéger, mais il faut prendre en compte que l'endroit est assez sombre et terne, et qu'il peut t'arriver d'être sujette à des étourdissements par les lieux, et autres états nauséeux. Tu peux aussi noter que les Elfes noirs sont les seuls à siéger dans cette zone, justement pour aller dans des zones inhabitées, et parce qu'ils résistent à l'emprise du Comte Vampire.

Voilà, donc en soit, tu peux conserver ta présentation telle qu'elle est actuellement, ou bien la modifier avec les détails expliqués ci-avant, mais comme ils ne perturbent pas ce qui a été dit avant moi ça me va. Sourire

-------------------

Trêve de blabla, je te pré-valide officiellement en ajoutant ta race et en activant ta feuille de personnage Tout content

Tu n'auras plus qu'à attendre l'arrivée du PNJ @Le Tribun qui viendra te valider en t'attribuant tes bonus d'or et d'expérience.

N'hésite pas à venir sur la Chatbox, par MP ou bien à la suite de ce sujet si tu as des interrogations. :dragon:






:nainhache:

~Administrateur ♦️ Gardien-en-chef chez les Gardiens ♦️ Membre des Dragonniers ♦️ Rédacteur au Phénix Enchaîné ♦️ Propriétaire de la boutique L'Âme et l'art mûr~

RP1-RP2-RP3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lemondededuralas.org
Darrö Aldhren
Âme égarée

avatar

Messages : 232
Expérience : 1625
Masculin Âge RP : 9

Politique : 01
Métier : Chasseur - Maître
Titres:
 

(Sphinx, +400, v+400, dissuasion : évite la prison à coup sûr)

Stats & équipements
Vitalité:
3744/3744  (3744/3744)
Vitesse: 362
Dégâts: 36%

MessageSujet: Re: Khaïs Dwünn   Lun 11 Juin 2018 - 0:25

Bonjour madame avec les cornes ! Vous venez de la forêt ?! C'est dingue moi aussi ! J'adore la forêt !
Désolée pour ta maman, je te comprends, ma maman, mon papa et même mon petit frère et Touki ils sont ... Ils ont eu un ... accident.

Mais je suis sûr que tu arriveras à te faire des amis, j'ai réussi moi ! Ils sont tous très gentils même ceux qui n'en ont pas l'air. J'espère qu'on pourra devenir amis tout les deux, ne t'en fait pas, je suis solide, je ne crains pas vraiment les coups même si je pense qu'on pourrais se serrer la main avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mohana Dharitri
Administratrice ♦ Chamane

avatar

Messages : 1992
Expérience : 3507
Féminin Âge RP : 26

Politique : 151
Métier : Sculptrice - Maîtresse Absolue
Titres:
 

(Hibou de Mohana +400, v+400 ; Dissuasion : vous évite à coup sûr la prison)

Stats & équipements
Vitalité:
4318/4318  (4318/4318)
Vitesse: 1293
Dégâts: 2330

MessageSujet: Re: Khaïs Dwünn   Mer 13 Juin 2018 - 19:12

Bienvenue sur Dùralas, Khaïs !

Comme mes compagnons de RP, j'ai apprécié lire ta fiche et la manière dont tu as rédigé celle-ci. On peut lire des imperfections et maladresses, mais dans l'ensemble je n'ai rien à redire.
J'ai beaucoup apprécié tes références aux croyances Djöllfulines, c'est un point très important lorsqu'on tient à jouer cette race, ce n'est pas une race anodine à jouer et il est préférable d'en respecter les us et coutumes.
L'avatar est très bien, ça fait plaisir de voir un joli avatar et en plus un que je n'ai pas croisé durant de longues heures de recherches pour les Djö kokin

En espérant que tu te plaises bien parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Tribun
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 196
Expérience : 194
Masculin
Crédits de l'avatar :
 


Stats & équipements
Vitalité:
100/100  (100/100)
Vitesse: 100
Dégâts: 25

MessageSujet: Re: Khaïs Dwünn   Lun 18 Juin 2018 - 0:01

Bonsoir et bienvenue parmi nous.
J'ai mis du temps avant de procéder à la validation, mais un soupçon d'absence et quelques petits trucs à faire avant l'arrivée des vacances. Bref.

« Alors c'est comme ça qu'on fait ? »
Tu as dû apprendre beaucoup de choses après la disparition de ta mère, tu es donc devenue autonome.
+20 points d'expérience
« Faits d'armes »
Il faut bien te défendre dans ce monde de brutes.
+1 arme T2
Arc banal (8 dégâts, -16 vitesse)
« Ça me rappelle ma jeunesse... »
Depuis toute petite, tu as été élevée pour survivre.
+40 points d'expérience
« Bottes puantes ! »
Ces chausses ne sont pas géniales, mais elles font le travail.
+1 paire de bottes T2
Bottes de cuir (+36 vitesse)
« Prudence... »
Ce petit casque trouvé te va plutôt bien et te permet une protection supplémentaire non négligeable.
Casque rouillé (+5 vitalité)
« Récompense spéciale des Djöllfulins »
En tant que djöllfulin, une race peu présente à Dùralas, tu obtiens la récompense spéciale "Trinité divine", par le biais de Kar'Magûl. Soit un Livre des connaissances te permettant d'accroître ton niveau.
+100 points d'expérience

Total :
* 260 points d'expérience
* 20 pièces d'or
* Arc banal (8, v-16)
* Bottes de cuir (v+36)
* Casque rouillé (+5)

Je te souhaite de bonnes survies à Dùralas Sourire




Je suis en charge de chaque nouveau venu, je m'occupe de leur insertion dans le monde de Dùralas. Je suis celui qui va "évaluer" vos fiches de présentation. Si vous avez la moindre question, besoin du moindre conseil, n'hésitez pas à me contacter via Dougal Keane, mon compte principal.
Bonne chance !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mohana Dharitri
Administratrice ♦ Chamane

avatar

Messages : 1992
Expérience : 3507
Féminin Âge RP : 26

Politique : 151
Métier : Sculptrice - Maîtresse Absolue
Titres:
 

(Hibou de Mohana +400, v+400 ; Dissuasion : vous évite à coup sûr la prison)

Stats & équipements
Vitalité:
4318/4318  (4318/4318)
Vitesse: 1293
Dégâts: 2330

MessageSujet: Re: Khaïs Dwünn   Lun 18 Juin 2018 - 0:34

Voilà @Khaïs Dwünn, tes points ont été attribués, tu peux désormais commencer l'aventure !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hevoria
Enchanteresse Suprême ♦ Oracle de Wystéria ♦ Vestale éthérée

avatar

Messages : 923
Expérience : 5241
Féminin Âge RP : 25 ans

Politique : 01
Métier : Chasseuse - Maîtresse Absolue
Titres:
 

(Nekrophys, Tryskelion d'Hevoria [Améliorée] +400, v+400 Dissuasion kalumbresque : évite la prison à coup sûr)

Stats & équipements
Vitalité:
3787/3787  (3787/3787)
Vitesse: 751
Dégâts: 2747

MessageSujet: Re: Khaïs Dwünn   Mar 19 Juin 2018 - 15:36

Hey ! Bonjour à toi Khaïs et bienvenue sur Dùralas. Moi c'est Hevoria, bibliothécaire de ce forum à ses heures perdues Sourire Pardon ? Vous avez dit "en retard" ? *Tousse tousse*

Une nouvelle djöllfuline ! Ça, ça fait plaisir ^^ On était vraiment pas nombreux jusque-là (mon DC, @Jûken'Maw, est djöllfulin). Alors, concernant la fiche, elle est bien écrite et de comporte peu de fautes. L'histoire, quant à elle, est prenante et touchante : on s'immerge facilement.

De plus, comme l'a dit Mohana, la croyance des djöllfulins n'as pas été mise de côté ici, ce qui est un bon point (primordial même) lorsque l'on veut jouer cette race.
Enfin, pour ce qui est de leur background et du Kashbarùk (le paradis djöllfulin), je suis en train d'écrire des livres dessus. Ils sortiront probablement pendant l'été et pourront peut-être t'apporter des informations complémentaires sur cette race complexe.

Voilà voilà ! Sur ce, je souhaite de belles aventures dans nos contrées.
À la revoyure o/

+ N'hésite pas à aller consulter les livres de la bibliothèque. Tu pourras y trouver des informations fort intéressantes Clin d'oeil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Khaïs Dwünn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Accueil :: Présentations des membres :: Présentations validées :: Personnages actifs-