AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Luci K. Omnia
Le Monde de Dùralas a précisément 1790 jours !
Dùralas, le Lun 24 Sep 2018 - 7:27
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !
Partagez | 
 

 Racines d'êtres divers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thauthaudarmafur
Pubbeur à l'essai ♦ Arlequin

avatar

Messages : 242
Expérience : 779
Masculin Âge RP : 52

Politique : 01
Métier : Forgeron d'A. - Novice
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
915/915  (915/915)
Vitesse: 618
Dégâts: 205

MessageSujet: Racines d'êtres divers   Sam 7 Juil 2018 - 18:07

Dal nar.


Ce sujet, destiné à donner des précisions sur Thauthaudarmafur, sera divisé en différents messages traçant la généalogie de divers personnages. La liste ci-dessous vous permet de naviguer librement entre les différentes généalogies. Chaque sujet est accompagné d'une courte biographie narrant l'histoire de certains personnages en particulier. Il m'est nécessaire de vous prévenir : la fratrie naine n'est bien souvent pas limitée au sang, mais on parle bien plus souvent de frères d'armes.






~ Puisse Grungni veiller sur votre honneur ~




| Disponible | Disponible




:dwarfe:


Dernière édition par Thauthaudarmafur le Lun 6 Aoû 2018 - 2:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thauthaudarmafur
Pubbeur à l'essai ♦ Arlequin

avatar

Messages : 242
Expérience : 779
Masculin Âge RP : 52

Politique : 01
Métier : Forgeron d'A. - Novice
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
915/915  (915/915)
Vitesse: 618
Dégâts: 205

MessageSujet: Re: Racines d'êtres divers   Sam 4 Aoû 2018 - 18:18

 Généalogie de Thauthaudarmafur









Futrale Defervêtue

Mère (décédée)

 Futrale Defervêtue est une naine d'Ogh-Hen-Kìr, et est la mère de Thauthaudarmafur. Fille de deux parents Chasseurs de la forteresse, elle grandit ainsi au contact de deux combattants de l'armée naine. Comme tout nain se respectant, elle apprit très tôt à manier les outils et les armes, affectionnant particulièrement la forge et les haches à une main. Excellente chanteuse, elle venait chaque soir à la taverne de la citadelle afin d'égayer la salle. Elle trouva en Vanyra, mère d'Urflys et gérante de l'établissement, une véritable partenaire. Leur amitié perdura sans faille.

À 26 ans, la jeune adolescente fit la rencontre de Balfor, et elle trouva en lui le collègue de forge dont elle rêvait. Ensemble, ils ambitionnèrent de forger du saphir étoilé. Leur commerce florit, et ils reçurent la demande royale de décorer les portes principales.

Lors d'une bataille contre des gobelins, Futrale, de par son agilité et son audace, permit à l'escouade dont elle faisait partie de s'extirper d'une impasse. Cette aventure lui valut le surnom de "Defervêtue".

À l'âge de 89 ans, elle fut surprise par la demande de Balfor, avouant des sentiments d'une profondeur qu'elle ne devinait alors pas. Vanyra la guida dans une période de réflexion, et parvînt à convaincre Futrale qu'ils formeraient un couple heureux. La tavernière avait raison. Conservant la même complicité qu'auparavant, les deux nains se découvrirent à nouveau, forts d'un nouvel amour.

Les années qui suivirent furent les plus belles de la vie de la naine. Entourée de ses amis, du nain qu'elle aimait, elle avait pour travail l'occupation qu'elle appréciait, elle chantait autant qu'elle le souhaitait, buvait autant qu'elle le pouvait, et combattait quand elle le voulait. C'est dans ces années qu'elle rencontra Zartys, frère d'armes de son mari. Très vite, elle se mit à admirer ce personnage.

66 années plus tard, ils décidèrent d'avoir un enfant. La grossesse se passant dans de bonnes conditions, ils décidèrent d'un commun accord du nom : Praetrys si c'était une fille, en hommage à l'ancêtre de Balfor, et Thauthaudarmafur si c'était un garçon.

Toujours pleine de bonté, la naine enseigna tout ce qu'elle savait à son fils, essayant de lui transmettre des valeurs honorables et utiles, ainsi que l'art de la forge. Son amour pour son enfant surpassait la tristesse dûe à la perte de sa voix. Malheureusement, il s'avérait qu'avec l'âge -pourtant encore jeune pour un nain-, Futrale perdait sa capacité à chanter aussi clairement que quelques années plus tôt. Malgré cela, elle continuait à être heureuse et épanouie auprès des êtres qui lui étaient chers.

La voix de Futrale s'éteignit définitivement, 22 ans plus tard, lors d'une patrouille. Une embuscade gobeline surprit son escouade. Elle et Balfor, derniers survivants, parvinrent à exterminer les ennemis. Touchée de la Vitrieuse, Futrale périt de la dague de Balfor, à l'âge de 178 ans.








Balfor Front-Brillant

Père (décédé)

Balfor Front-Brillant est un nain d'Ogh-Hen-Kìr, et est le père de Thauthaudarmafur. Fils de deux parents Constructeurs de la forteresse et descendant d'Aerys, l'un des dix fondateurs et le premier Maître des Runes, il lui fut enseigné l'art et le goût de la forge dès son plus jeune âge. Il s'avéra bien vite qu'il était un guerrier né. Ses parents voulurent qu'ils deviennent un Chasseur, mais il s'y refusa, prétextant vouloir faire perdurer la forge familiale.

Il passa le plus clair de son enfance avec Zartys, le fils d'amis de ses parents. Celui-ci ayant 125 ans de plus que Balfor, il se fit le devoir de le protéger. Il eut la surprise de remarquer que, malgré sa jeunesse, le nain était extrêmement doué en terme de combat. En effet, Balfor était un nain précoce. Redoutable avec sa hache à lame double et avec son marteau, il était également doué à la forge, et était doté d'une perspicacité surprenante.

Lorsqu'il devint jeune adulte, à 35 ans, Balfor demanda à Zartys de l'emmener avec lui dans les combats. À cette époque, Zartys n'avait alors pas combattu. Ainsi, ils vécurent ensemble leur première bataille. Malgré le fait que Balfor était un Constructeur, on le voyait toujours aux côtés de Zartys lorsque celui-ci partait dans les profondeurs pour combattre. C'est ainsi qu'il se fit un nom dans l'armée naine. Parallèlement, il rencontra Futrale à la forge, et ils décidèrent de travailler ensemble. L'ambition de la jeunesse leur dictait alors de s'intéresser au saphir étoilé, magnifique minerai peu utilisé en Ogh-Hen-Kìr. À compter de ce jour, ils ne travaillèrent qu'ensemble.

Une commande royale leur parvînt un matin. Le roi leur demandait de décorer les portes principales. On raconte que Balfor aurait encastré les pierres de saphir étoilé à l'aide de son front, d'où le surnom de "Front-Brillant". Mais ce ne sont que des rumeurs...

Les années passèrent où le quotidien de Balfor se résumait à forger, combattre, boire et rire. La matinée avec Futrale à la forge, l'après-midi dans les profondeurs avec Zartys et la soirée à boire et jouer avec Zartys, à écouter Futrale chanter. Soixante-trois années passèrent ainsi, où Balfor aimait sa vie. Une discussion avec Zartys, où celui-ci tentait de convaincre Balfor qu'il était amoureux, amena le nain à changer cette routine. Suivant les conseils de Zartys, et conscient de ses sentiments qu'il n'avait su interpréter auparavant, il déclara sa flamme à Futrale, qui finit par accepter.

Le quotidien de Balfor changea perceptiblement. La matinée avec Futrale à la forge, avec toujours le même sérieux, l'après-midi dans les profondeurs avec Zartys à combattre, la soirée à la taverne à jouer et boire avec Zartys, à écouter chanter Futrale, puis la nuit dans les bras de son aimée. Il était heureux.

66 années plus tard, Balfor et Futrale décidèrent d'avoir un enfant. Ils se mirent d'accords sur les noms : Praetrys si c'était une fille, en hommage à son ancêtre, et Thauthaudarmafur si c'était un garçon, en symbolique pour Zartys qui, entre temps, était devenu un très bon ami du couple, en plus d'être le frère d'armes de Balfor.

L'éducation et la pédagogie n'étaient pas des qualités chez Balfor. Il ne parvînt que peu à éduquer son enfant, le laissant découvrir le monde par lui-même. Il prit son rôle de paternel d'un côté moins catégorique, mais obligea néanmoins son fils à l'écouter lorsqu'il le devait. Il lui enseigna ainsi l'honneur, l'amour de la tradition, et surtout le respect. Balfor, finalement, n'aura enseigné à Thauthaudarmafur que les principes les plus importants pour lui, ainsi que les bases du combat. Il considérait comme plus important l'amitié qu'il portait à Gradul. Selon lui, l'amitié et la loyauté était les qualités les plus importantes à transmettre. En secret, Balfor espionnait son fils autant qu'il le pouvait, veillant à connaître tout de ses faits et gestes grâce à la complicité d'amis, de voisins et de collègues.

La vie de Balfor se termina 22 ans plus tard, lors d'une patrouille. Une embuscade gobeline surprit son escouade. Lui et Futrale, derniers survivants, parvinrent à exterminer les ennemis. Touché de la Vitrieuse, Balfor périt de la dague de Futrale, à l'âge de 187 ans.




~ Puisse Grungni veiller sur votre honneur ~




| Disponible | Disponible




:dwarfe:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thauthaudarmafur
Pubbeur à l'essai ♦ Arlequin

avatar

Messages : 242
Expérience : 779
Masculin Âge RP : 52

Politique : 01
Métier : Forgeron d'A. - Novice
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
915/915  (915/915)
Vitesse: 618
Dégâts: 205

MessageSujet: Re: Racines d'êtres divers   Mer 22 Aoû 2018 - 21:40

 Fratrie d'armes de Thauthaudarmafur










Gradul Doigts-de-Mithril

Ami d'enfance (décédé)

Gradul, fils unique de Beorf et d'Awrack, est un nain d'Ogh-Hen-Kìr. Fils d'un père Chasseur et d'une mère Porterune, il grandit dans un contexte familiale très porté sur le combat. Beorf étant très régulièrement absent, Awrack dut se charger, dans la grande majorité, seule de l'éducation de leur enfant. Son travail s'y reflétant, son goût pour la liberté et l'autonomie laissa le jeune nain occuper le plus clair de son temps seul. C'est ainsi que, très tôt dans son enfance, Gradul partit à l'aventure des dédales de la forteresse. Du haut de sa dizaine d'années, il faisait déjà les quatre cents coups.

Entreprenant de braver la règle selon laquelle un nain ne devait boire d'alcool avant ses vingt ans, il fit la rencontre de Thauthaudarmafur, qui avait le même projet. En quelques instants, une amitié naquit entre ces deux nains, se soldant par l’obtention de deux bouteilles qu’ils conservèrent. L’influence de cette nouvelle rencontre sur Gradul conduit à un gain de disciple de ce dernier vis-à-vis de l’enseignement parental. Alors qu’auparavant, il portait plus d’importance à sa solitude aventureuse, il se mit alors à accepter les séances éducatives de ses parents. La vérité était qu’il était entré en compétition avec Thauthaudarmafur. Il ne pouvait accepter d’avoir du retard en une quelconque matière sur son ami. Âgé de quelques mois de plus, il se considérait comme l’aîné, et souhaitait conserver cette stature. De son côté, Thauthaudarmafur tentait également de surpasser Gradul, afin de mieux le narguer. Cette esprit compétitif se retrouva, dans une ampleur décuplée, durant leurs duels de KvUnT.

Lorsque Whuurtad fut couronné, Gradul, impressionné par l’art mis en œuvre par Zartys, Maître des Runes et Thane de la forteresse, à l’aide de ses runes, eut l’envie de devenir Maître à son tour. À compter de ce jour, il tâcha de se renseigner sur cette pratique runique. Le jour où l’armée naine partit en guerre contre les gobelins, sa décision était prise. Aux côtés de Thauthaudarmafur, qui, entre temps, avait décidé de devenir Thane, Gradul scella sa décision en même temps que leur amitié par l’ouverture de leurs bouteilles. Il deviendrait Maître des Runes, et son ami serait le Thane. Ensemble, ils soutiendraient le roi en place en tant que conseillers.

Arrivés à l’âge de rejoindre des formations diverses afin de découvrir les différents corps de métier, les deux adolescents, déjà décidés, ne participèrent qu’à ceux servant leurs intérêts. Ainsi, ils grandirent, et se formèrent également l’un l’autre afin de se compléter. Ainsi, Gradul, en plus d’un sang froid et d’une méthode de réflexion, apprit les bases du combat et de la stratégie grâce à Thauthaudarmafur. Ensemble, ils devinrent polyvalents, sachant parfaitement que leurs vies étaient liés.

Ce lien se renforça bien davantage lorsque les deux amis décidèrent de leur propre chef de descendre dans les profondeurs. Ils souhaitaient combattre, et étaient las des multiples refus de leurs parents. Ce jour-ci, ils bravèrent l’interdiction, et franchirent les délimitations des mines. Ils tendirent une embuscade à un groupe de gobelins. Mais l’odorat de ces derniers s’avéra plus précis que la stratégie naine. Les deux amis se retrouvèrent en mauvaise posture. Fort heureusement, leur maîtrise du combat fut suffisante pour éliminer la dizaine de gobelins leur faisant face. Fiers de leur victoire, ils devinrent frères d’armes sur les cadavres ennemis.

Survint alors, quelques années plus tard, un tragique événement. Zartys, après les premières constatations de contamination par la Vitrieuse, avait envoyé des patrouilles afin de repousser au plus loin les gobelins, et les risques de maladie. Les parents de Thauthaudarmafur s’étaient portés volontaires, fidèles à leur altruisme légendaire. Gradul, espionnant tous les faits et gestes de Zartys, s’aperçut vite que quelque chose n’allait pas. Une milice ne rentrait pas, et Zartys souhaitait rester seul pour la retrouver. Le suivant jusqu’à chez son ami, Gradul attendit patiemment, l’attente amenant peu à peu la crainte de la vérité. Son frère d’armes était orphelin. Lorsqu’il sortit, accompagné du Maître des Runes, Gradul les rejoignit, souhaitant être auprès de Thauthaudarmafur lorsque celui-ci subirait le choc visuel. Le champ de bataille était confus, et terrifiant. La moitié de la patrouille -qui devait compter dans la quinzaine de membres- gisait près d’une paroi écarlate de leur sang. Certains, égorgés, se vidait de leur sang depuis bien trop longtemps tandis que d’autres, empalés, tenaient debout par une force surnaturelle, les maintenant honorables au-delà du trépas. C’était le premier lieu de combat aussi sinistre que virent les deux jeunes adolescents. Le plus écœurant était la cinquantaine de gobelins pulvérisés, et dont l’odeur envahissait la caverne. Le plus choquant était les corps entrelacés, rongés et déformés par la Vitrieuse, des parents de Thauthaudarmafur, dont les poignards respectifs étaient plongés dans le cœur de l’autre. Gradul, pris de nausées, se détourna de cet affreux spectacle, les joues trempées de larmes. Balfor et Futrale avaient toujours été très affectueux envers lui, et il les aimait autant qu’il aimait ses propres parents. Zartys rejoignit Gradul, laissant son intimité à l’orphelin, et tenta de calmer l’adolescent en larmes. De nombreuses minutes plus tard, il se retrouva à fixer, l’âme en peine, le bûcher allumé par ses amis, consumant les cadavres des guerriers nains.

Cet incident fut tu par le Roi. Surpris, Gradul était en désaccord avec cette décision. Son avis était que l’exploit des parents de son ami de défaire autant de gobelins, et d’avoir eu l’honneur de se suicider avant que la maladie ne les retourne contre les leurs devaient être rapportés. Cependant, Thauthaudarmafur lui recommanda de taire son opinion, argumentant qu’il n’était guère le moment de se diviser entre nains. Gradul tenta, une fois seul à seul, de débattre ce point avec son ami. Ce dernier, laissant tomber toute résistance et apparence, fondit en larmes dans les bras du jeune nain. Il lui demanda de taire son cœur, et de se concentrer sur la Vitrieuse. « Veux tu que nous gouvernions une forteresse terrifiée ? » fut la question qu’il posa. Gradul, compatissant, et bouleversé de voir son frère ainsi détruit, acquiesça, jurant sur son honneur de suivre les conseils de celui-ci. Thauthaudarmafur, après quelques minutes de silence, lui annonça son départ de la forteresse. Prétextant qu’il devait préserver les siens de ce mal, il fit ses adieux à Gradul. Ce dernier, attristé, le laissa partir, conscient du besoin qu’avait toujours ressenti son ami d’extérioriser ses émotions lorsque celles-ci étaient trop fortes. Malgré tout, il venait de perdre deux nains qu’il aimait énormément, et son frère d’armes.

Durant les dix années suivant ces événements, Gradul, encore trop jeune pour devenir apprenti Maître, poursuivit sa formation. Suivant l’exemple de Zartys, il se concentra sur le combat. Il devînt donc Chasseur. Il développa un style de combat spécial, avec lequel il se sentait en harmonie parfaite. Ne portant que deux haches de lancer, il s’en servait pour se battre au corps-à-corps. Cela lui offrait vitesse et portée, mais réduisait sa puissance de frappe. Brillant sur les champs de bataille et les escarmouches menées contre les gobelins, il fut nommé Sergent d’escouade. Il se fit un nom dans l’armée grâce à sa capacité à économiser les vies naines dans ses stratégies triomphantes. Demeurant néanmoins un adolescent, et malgré sa précocité flagrante, il ne put décrocher plus de grades, mais démontra de nombreuses performances dans le combat. Il prouva ainsi son esprit stratège et sa puissance de combat meurtrière.

À 32 ans, Gradul retrouva son frère d’armes. Malgré cette longue absence, il retrouva son frère d’armes comme il l’avait laissé. Les deux cicatrices qu’il arborait désormais, son air sérieux, ainsi que l’arsenal d’armes qu’il transportait -dont le marteau de son défunt père- ne prouvait qu’une chose : Il avait, tout comme lui, mûri en ces dix ans. Ils s’étreignirent, mais n’eurent pas le temps de discuter. Thauthaudarmafur était parti sans prévenir, et Whuurtad exigeait des explications. Son frère d’armes dut donc s’entretenir avec le Roi et Zartys, mais Gradul savait qu’ils n’allaient pas sévir. Ils savaient, tout comme le jeune nain, que Thauthaudarmafur n’était pas empli de malice. Lorsque celui-ci rejoignit Gradul, ils purent raconter leurs aventures. Gradul, enthousiaste, narra son ascension dans la hiérarchie, et ses nombreuses batailles. Il précisa également les nombreuses éloges dont il avait été la cible, faisant bien comprendre à son ami que leur projet commun était bien engagé. De son côté, Thauthaudarmafur resta très évasif, mentionnant des aventures dans le Grand Froid et une pierre magique, mais rien à propos de la Vitrieuse. Gradul s’étonna à s’attrister de cette attitude de son frère. Il le fut davantage lorsque ce dernier annonça ne pas rentrer dans les rangs de l’armée, mais demeurerait en solitaire, menant des expéditions dans les profondeurs. Gradul était triste, et énervé contre son ami. Non content de l’avoir abandonné pendant une dizaine d’années, il se mettait à renier la totale confiance qu’ils avaient autrefois, et à oublier la complicité qu’ils avaient mis en place. Un pan de leur amitié s’était brisé.

Quelques jours plus tard, Gradul apprit que Thauthaudarmafur avait demandé aux Marteleurs de l’entraîner. La rumeur courut selon laquelle il aurait défié Malkrof et remporté le duel. Gradul, ne souhaitant pas croire les on-dit, décida de rendre visite à son ami. Mais, alors qu’il approchait de sa maison, il vit cinq Marteleurs, dont Narmus, leur chef, et Malkrof, attendre sur le pas de la porte. Thauthaudarmafur, équipé, les rejoignit, et, ensemble, ils s’engouffrèrent dans les profondeurs. Gradul fut, une nouvelle fois, blessé que son ancien frère d’armes ne le tienne pas au courant de ses avancées.

Quelques mois passèrent, durant lesquelles Gradul fit la demande exceptionnelle afin de passer commandant du throng. Zartys, percevant la jalousie et le souhait d’égaler son ami d’enfance de Gradul, accéda à sa requête. Un soir, le Thane et Maître des Runes d’Ogh-Hen-Kìr passa l’annonce de deux nominations : celle de Gradul au rang de commandant, et celle de Thauthaudarmafur au rang d’apprenti Maître. C’en fut trop pour le jeune commandant. Alors que la forteresse prévoyait une grande fête le soir même, il demanda à Thauthaudarmafur de venir à la taverne plus tôt. Il voulait régler une bonne fois pour toutes les comptes qu’ils accumulaient. Gradul avait du mal à conserver son calme. Le sentiment d’avoir été trahi résonnait en lui comme possédant une conscience propre dans ses veines. Lorsque Thauthaudarmafur arriva, et qu’il l’appela « mon frère », le sang de Gradul s’échauffa, et il ne sut se contrôler. Perdant partiellement la raison au profit de la rage, il attaqua son frère, le blessant sérieusement au front, lui causant sa troisième cicatrice faciale. Les nains de la forteresse, avertis par le bruit, vinrent les séparer alors que Gradul avait le nez explosé, mais ne ressentait plus la douleur sous l’adrénaline. Il se débattit longuement dans les bras des nains venus de la taverne. Il fallut bien cinq Chasseurs pour le maîtriser et le maintenir en place afin que l’on soigne son nez.Il fut enfermé dans une chambre toute la nuit, et surveillé. Le lendemain matin, il se réveilla avec l’âme emplie de remords. Il voyait les événements sous un autre œil, et comprenait d’une oreille plus claire les paroles de la veille qu’avait rétorqué son frère. Le choix d’un Maître concernant son apprenti est unique, et irrévocable. Son ami n’avait pas voulu le trahir, tout cela résultait d’un malentendu hasardeux. De plus, Thauthaudarmafur avait perdu plus que quiconque à cause de la Vitrieuse, il était normal qu’il n’ait pas envie d’en parler, ni de partager certains sujets trop sensibles. Les Marteleurs ne creusent pas les raisons, ils agissent, c’est tout. Se sentant coupable, le nain décida de rejoindre le chevet de son frère, et patienta calmement son réveil, observant le visage défiguré de celui-ci. Depuis la mort de ses parents, il avait perdu les traits hérité de ces derniers à cause des cicatrices. Il était laid. Gradul avait souri. Il savait que Thauthaudarmafur en rirait à son réveil. Ce fut le cas. Les deux amis se retrouvèrent pleinement, et se pardonnèrent. Ils jouèrent toute l’après-midi au KvUnT afin de se préparer au tournoi du soir, reporté à cause de leur querelle.

Le tournoi se déroula bien pour les deux jeunes nains, qui arrivèrent en demi-finale, avec Zartys et Whuurtad. Le tirage au sort les désigna comme adversaires. Thauthaudarmafur joua son fameux deck Terrain tandis que Gradul se lançait avec son meilleur deck. Leur amitié renouvelée prit un ton nouveau à l’issue de ce duel lorsque Gradul remporta, avec une grande fierté, la demi-finale. C’était la première fois que les deux amis se confrontaient lors d’un tournoi de cette importance. C’était l’aîné qui prenait le dessus, après vingt années de rivalité. Gradul, laissant à son frère d’armes un répit dans les bras de la belle Ulfrys, se retrouva contre le Roi. Comme attendu, le deck ravageur accompagna Whuurtad dans sa série de victoire. Devenu le second meilleur joueur du KvUnT, Gradul fut récompensé par des gants en mithril remis en main propre par le Roi. Le jeune nain décida de toujours s’en équiper durant les combats futurs.

Ces derniers faits lui valurent le titre de « Doigts-de-Mithril », en hommage à sa performance dans le jeu traditionnel de la forteresse, et des gants brillants qu’il arborait fièrement.

Toute jalousie oubliée et pardonnée, Gradul retrouva en Thauthaudarmafur l’ami et le frère qu’il avait été autrefois. Les événements, tragiques et hasardeux, avaient amené diverses perturbations dans leur projet, mais, la confiance régnant, leur objectif était, plus que jamais, dans leur ligne de mire. Ils n’avaient qu’à persévérer dans leurs voies respectives, et le temps leur amènerait la finalité tant attendue. C’est dans cette optique que, durant 18 années, Gradul suivit la formation, celle-ci l’amenant, au fur et à mesure d’entraînements et d’escarmouches, au rang de commandant en chef, celui juste en dessous du Thane. Les commandants en chef, au nombre de 5, étaient sous l’ordre direct du Thane, et lui servaient la plupart du temps de conseillers et d’informateurs. En effet, là où cinq nains peuvent être, un seul ne le peut. Gradul devînt alors le plus jeune commandant en chef de l’histoire d’Ogh-Hen-Kìr.

Vînt alors l’époque des troubles. Les nouvelles des profondeurs, tenues sous silence pour le reste de la forteresse, étaient mauvaises. Les gobelins, devenus audacieux et plus dangereux, donnaient davantage signe de vie. On les voyait très souvent des remparts, à scruter les murailles de pierre érigées contre eux. Gradul reçut pour ordre direct de Zartys de ne pas communiquer ces informations à Thauthaudarmafur. La volonté du Thane et Maître des Runes était que, malgré leur complicité fraternelle, les deux nains se devaient de comprendre où étaient les limites de leurs rôles. Cependant, lorsque les Abysses de Saphir Étoilé furent envahies, il ne put conserver le secret. Il mit son frère d’armes dans la confidence, comprenant alors sa soudaine fureur, et son désir brûlant de récupérer leurs terres. Gradul, au-delà même de comprendre son ami, partageait ce sentiment, ne serait-ce qu’en l’honneur de deux nains qu’il avait aimé.

Thauthaudarmafur réclama la permission de mener une escouade afin de défendre la forteresse et reprendre les mines. Appuyé par Gradul, il obtint la permission de prendre une dizaine de nains.Quant à lui, Gradul souhaitait prendre certains nains sous ses ordres, dont il connaissait la valeur. Mais l’apprenti Maître fut catégorique : il prendrait les Marteleurs volontaires. Gradul n’aimait pas la stratégie développée, et était en désaccord avec les décisions prises par le Roi et Zartys, ainsi que ceux de Thauthaudarmafur. Selon lui, et malgré la Vitrieuse, ils devaient prendre bien plus de nains. Cet opinion était accentué par le mauvais pressentiment qui violentait son crâne, et nouait son ventre. Il suivit néanmoins son frère, progressant à ses côtés vers les mines.

Le chaos envahit alors son esprit. Les portes des remparts étaient ouvertes, les gobelins ordonnés et stratèges, les portes se refermant derrière eux, la volée de flèches provenant des remparts sur eux…

Gradul périt à l’âge de 51 ans, devant les remparts des Abysses de Saphir Étoilé. Victime de la Vitrieuse, il fut abattu par Thauthaudarmafur.







Narmus Crâne-d'Acier

Mentor de combat (décédé)

Narmus est le chef des Marteleurs d’Ogh-Hen-Kìr. Fils de deux Marteleurs et frère d’une Mineuse, il grandit dans un contexte familial de guerriers, prônant l’honneur et la gloire au combat. Il adopta cet état d’esprit, considérant qu’un ami tombant à ses côtés était le plus grand des déshonneurs. Protéger et sauver, voilà ce qu’était la mission d’un guerrier nain. Honneur et courage. Puissance et sang froid. Maîtrise et célérité. Il suivit toujours l’enseignement guerrier de ses parents, découvrant toutes les armes dont ils disposaient bien avant de devenir jeune adulte. Une fois l’âge requis, il devînt Chasseur, et entreprit de maîtriser tout un arsenal d’armes afin d’être un guerrier polyvalent.

Très tôt, avant son demi-siècle, il commença à perdre ses cheveux. Prétextant, avec orgueil, que cela lui donnait un atout supplémentaire, il se mit à intégrer le coup de crâne dans son style de combat. Ce mouvement s’avéra redoutable. Son surnom « Crâne-d’Acier » provient de l’hilarité générale lorsqu’un gobelin tomba, inconscient, après un coup de boule de Narmus.

Suite à son talent au combat, de sa maîtrise hors norme d’une multitude d’armes, sa loyauté indéfectible et son honneur sans faille, il fut intégré dans les Marteleurs sans avoir à le demander. Il défia, afin de suivre la tradition, un des Marteleurs en place, et remporta le combat haut la main. Alors qu’il atteignait l’âge adulte, Narmus s’était déjà fait un nom au sein du throng d’Ogh-Hen-Kìr.

Les années, et les batailles se succédèrent. Le précédent chef des Marteleurs périt au combat, lors d’une descente particulièrement dangereuse dans les profondeurs. Narmus fut désigné comme candidat pour le poste vacant. Ainsi, à près de deux soixantaines d’années, il devînt le chef des Marteleurs, l’élite des guerriers d’Ogh-Hen-Kìr. Ce titre est considéré comme étant au même rang que les commandants en chef du throng, mais n’en fait pas explicitement partie, car les Marteleurs sont sous le commandement du Roi, et non du Thane. Celui-ci n’a aucune autorité à avoir sur ces nains, ces derniers respectant néanmoins son titre.

De par sa position dans la hiérarchie, Narmus eut vent de l’incident survenu à la patrouille des parents de Thauthaudarmafur. Ainsi prévenu de la proximité alarmante de gobelins embusqués, il prit l’initiative de nettoyer, à l’aide de ses hommes, les galeries sinueuses et naturelles proches de la forteresse. Il suivit avec intérêt les empruntes laissées par les nains défunts, et évalua lui-même comment les gobelins avaient agi. Il fut ainsi le premier à se douter d’un changement. Il prévînt Whuurtad qu’il craignait que quelque chose n’ait changé dans les profondeurs et que les gobelins se disciplinaient. Le Roi sembla avoir pris compte de sa remarque, mais refusa, pour le bien de son peuple, de risquer d’autres contaminations. Narmus n’était pas d’accord, mais se devait d’obéir.

Cependant, une dizaine d’années plus tard, un nain apparut sur le pas de l’enceinte, et défia les Marteleurs. Malkrof se porta volontaire. Narmus assista au combat. Malkrof était son frère d’armes depuis bien longtemps désormais, et il pouvait témoigner de sa maîtrise du marteau. Le nouvel arrivant était lent, c’était indéniable. L’arsenal d’armes qu’il transportait assurait sa polyvalence, mais cela le pénalisait en terme de vitesse. Malkrof, sous l’injonction de Narmus avant le duel, ne se battait pas à son plein potentiel. La tradition voulait que le novice batte un senior pour rejoindre l’élite, mais cette pratique ne prenait pas en compte le potentiel qu’un nain peut posséder. Un potentiel que les Marteleurs savent exploiter, et qu’il serait dommage de gâcher, d’où la décision du chef des Marteleurs. Après quelques minutes de légers échanges, le dénommé Thauthaudarmafur, fils de Balfor, mit en place une stratégie contrant les mouvements amples de Malkrof avec son marteau. Une stratégie qui paya bientôt par l’agenouillement du Marteleur. Narmus stoppa le duel : Thauthaudarmafur était accepté chez les Marteleurs.

Le jeune nain refusa néanmoins d’entrer dans le cercle, ne réclamant que la formation guerrière. Narmus, tout d’abord, refusa, car il n’était pas coutume de procéder ainsi. S’en suivit un entretien privé avec Thauthaudarmafur, où ce dernier expliqua son choix. Il souhaitait devenir Thane, mais se refusait le titre de Marteleur. Depuis le décès de ses parents -Narmus comprit par ailleurs le lien avec la fameuse patrouille défaite dix ans plus tôt-, il ne souhaitait pas avoir de liens le restreignant dans une caste sociale. Le chef des Marteleurs déclara qu’il n’y avait en réalité pas plus libres que les Marteleurs, qui, hormis quelques rares cas, demeuraient tranquilles vis-à-vis de l’autorité. À cela, Thauthaudarmafur répondit que la liberté n’existait pas en ce monde, car l’attachement à nos proches nous liaient émotionnellement à ceux-ci et à un matérialisme sans espoir. Narmus n’était pas certain de bien interpréter les propos du jeune nain, mais saisit parfaitement la détresse profonde dans laquelle il avait été durant son exil. Intrigué, Narmus céda à la demande du nain, et fit une entorse au règlement, acceptant de former Thauthaudarmafur sans l’intégrer à leur groupe. Il pressentait que ce nain allait bouleverser bien des choses en Ogh-Hen-Kìr.

Il avait eu raison. Le lendemain, le jeune nain demanda de l’aide à ses mentors pour une expédition dans les profondeurs. Prétextant que cela serait rapide, Thauthaudarmafur reçut la visite de Narmus, Malkrof, Kochytwaz, Bulgraf et Gyrtil. Ensemble, ils partirent pour la bâtisse de pierres dans les profondeurs, là où un fabuleux trésor avait été trouvé par Whuurtad après la dernière grande bataille. Narmus fut étonné de voir Thauthaudarmafur parcourir absolument toute la bâtisse, prenant des notes sur des détails insignifiants. Des gravures, des marques sur les murs, des débris, des éclats, tout était prétexte à indice selon le nain. Narmus trouvait cela inutile. Certes, le mystère entourait cette bâtisse, et personne ne savait d’où elle venait, ni le trésor, mais cela avait peu d’importance à ses yeux. Heureusement, l’inspection dura environ une heure, après quoi les nains remontèrent, entamant directement la formation.

Narmus était le mentor de combat. Son rôle était d’apprendre au novice la maîtrise des armes. Il s’avéra que Thauthaudarmafur savait se battre avec son marteau-piolet et sa hache légère. Moins performant avec son bouclier et son marteau lourd, le jeune nain faisait preuve d’une volonté et d’une persévérance qui plaisait à Narmus. Devant le désir sans appel de Thauthaudarmafur à conserver un équipement polyvalent, le mentor lui conseilla néanmoins de retirer une pièce lourde de son équipement, entre son marteau et son bouclier. Héritage de son défunt, le marteau finit ainsi en arme décorative dans la maison du jeune nain.

Quelques temps plus tard, Narmus eut la surprise d’apprendre que son apprenti était nommé apprenti Maître des Runes. C’est ainsi qu’il put se rapprocher de Zartys, organisant en sa compagnie l’éducation du jeune nain. Ensemble, ils convinrent de faire de cet orphelin leur protégé. Le Maître des Runes et Narmus occuperaient chacun une demi-journée à inculquer à Thauthaudarmafur leur domaine d’enseignement.

18 années durant, Narmus s’efforça à ce que Thauthaudarmafur soit expert de toutes les armes pouvant lui être utile, allant des armes lourdes telle un marteau à l’épée légère. L’apprenti avait néanmoins une grande préférence pour son marteau-piolet, sa hache légère et son bouclier. La longue période d’enseignement vit se créer un lien indéfectible entre Narmus et son disciple sur le champ de bataille, où ils devinrent frères d’armes après avoir enchaîné de nombreuses escarmouches dans les profondeurs.

C’est pourquoi Narmus insista pour faire partie de l’expédition dans les Abysses du Saphir Étoilé. Ayant appris à comprendre et aimer Thauthaudarmafur, il comprit l’intérêt que ce dernier portait à l’invasion gobeline. C’était une question d’honneur à ses yeux, il fallait reprendre cette mine, et déplora le fait que le Roi refusait d’envoyer plus de troupes.

Narmus périt à l’âge de 187 ans, devant les remparts des Abysses de Saphir Étoilé. Victime de la Vitrieuse, il fut abattu par Thauthaudarmafur.







Malkrof Éclate-Gobelins

Mentor de stratégie (décédé)

Malkrof est un nain d’Ogh-Hen-Kìr. Fils de deux Banquiers, il grandit dans un contexte familial de commerciaux, prônant la confiance et l’efficacité. Lent d’esprit, il mit de longues années à apprendre les rudiments vitaux dans l’éducation, que ce soit lire ou compter. Ses parents comprirent très vite que Malkrof ne suivrait pas leur voie. Cependant, il y avait un point où Malkrof excellait, c’était la stratégie. Malgré  le fait qu’il ne comprenait pas ce que signifiaient les chiffres, il comprit comment rentabiliser une affaire ou encore gérer des taux d’intérêt. Son père fit alors appel à un de ses frères d’armes, Warkruz, commandant en chef, afin que celui-ci tente de lui enseigner l’art du combat. Dans ce domaine également, Malkrof ne sut trouver sa voie. Cependant, chez son nouvel instructeur, le jeune nain trouva des plans de bataille, et sut les déchiffrer.

Se basant sur cette trouvaille, Warkruz expliqua à Malkrof les forces et les faiblesses de chaque escouade, tentant de lui faire comprendre pourquoi on ne mettait pas des chevaucheurs de sanglier sur les remparts. L’enfant apparut extrêmement perspicace quant à la logique militaire, et put deviner certaines stratégies du commandant en chef avant que celui-ci ne les lui introduise.

Malkrof grandit ainsi, incapable des plus basiques tâches, mais fin stratège considéré comme un génie. Il dut pourtant se forcer à maîtriser le marteau lourd afin de devenir un Chasseur. Le marteau lourd fut en réalité la seule arme qu’il affectionnait particulièrement, la trouvant la plus efficace et rentable en terme de stratégie et d’avantages.

Brillant dans bien des batailles par sa stratégie et sa maîtrise du marteau, il remporta le surnom « Éclate-Gobelins » et fut très vite une exception dans le throng, ne participant que peu aux escarmouches, mais en organisant le plus grand nombre. Son talent le hissa dans le cercle fermé des Marteleurs sans passer par le traditionnel défi. Il entra dans les rangs des Marteleurs peu de temps après Narmus, et se lia avec celui-ci très tôt. Ils trouvèrent l’un et l’autre le complément dont il manquait. Ainsi, Narmus, grand guerrier, et Malkrof, grand stratège, devinrent frères d’armes.

Lorsque Thauthaudarmafur arriva sur le palier de la caserne des Marteleurs, Malkrof se porta volontaire sans raison spécifique. Narmus lui recommanda de ne pas se battre sérieusement, afin de laisser une petite chance au novice. Malkrof suivit les ordres, et domina en premier lieu le jeune nain, bien trop lent. Le Marteleur vit ensuite son adversaire changer de style de combat, et contrer totalement le sien. En combat réel, il aurait réagi et contrer à son tour la nouvelle offensive, mais n’en fit rien, laissant Thauthaudarmafur le vaincre.

Narmus lui demanda ensuite d’entraîner le jeune nain. Malkrof devînt le mentor de stratégie de Thauthaudarmafur. Il souhaita lui enseigner une méthode de réflexion qui n’est pas nécessairement instinctive. Pour cela, il lui fallut procéder par étapes. Tout d’abord, le KvUnT offrait un terrain de jeu parfait pour un enseignement de stratégie, et Malkrof eut la bonne surprise de découvrir que son apprenti était déjà grand adepte du jeu. Cependant, son esprit stratège dans le jeu différait avec celui lors d’un combat ou lorsqu’il organisait une bataille. Pour Malkrof, le lien était naturel. Pour Thauthaudarmafur, ce fut un véritable défi de lui inculquer le même état d’esprit. C’est pourquoi Malkrof le guida au siège de commandement afin de lui montrer comment se dirigeait une armée sur un champ de bataille réel.

Malkrof considérait la victoire et l’économie des troupes comme étant complémentaires. Effectivement, son raisonnement était le suivant : Plus on a d’unités aptes à se battre, plus les chances de victoire étaient de notre côté. Mais son apprenti avait un esprit différent, considérant qu’une défaite en faveur d’une économie de nains pouvait amener à la victoire. Malkrof, en tant que génie stratège, fut surpris de ne trouver aucune faille aux contre-arguments que lui donna son apprenti, et fut heureux de découvrir que cet enseignement allait être instructif également pour lui.

Lorsque Thauthaudarmafur fut nommé apprenti Maître des Runes, Malkrof décida de rester à l’écart des festivités, ne se sentant guère à son aise dans les grands rassemblements. Considéré comme génie de la stratégie, ses faiblesses étaient néanmoins une barrière qu’il ne savait surmonter. L’ochlophobie qui l’étreignant chaque fois qu’il y avait trop de nains qu’il ne connaissait pas était sans doute la plus redoutable de ses faiblesses. Ainsi, il ne participa pas au grand tournoi de KvUnT.

Les 18 années de formation portèrent leur fruit. Malkrof et Thauthaudarmafur en venait à débattre de stratégie et à confronter leurs différents points de vue sans qu’aucun de ceux-ci ne soit le meilleur. Ensembles, ils avaient mené de nombreuses escarmouches et explorations dans les profondeurs, ne dirigeant qu’une partie des Marteleurs. Les duels de cartes qu’ils avaient joué se comptaient désormais par milliers, et Malkrof était vainqueur la plupart du temps. Bien que le jeune nain ait progressé à chaque combat, le vétéran avait toujours un coup d’avance. En effet, l’esprit d’anticipation de Malkrof lui permettait de conserver l’avantage. Malgré tout, Thauthaudarmafur et Malkrof trouvèrent en l’autre un adversaire et un rival à leur hauteur en terme de jeu. Presque inconsciemment, et surtout naturellement, ils devinrent ainsi frères d’armes.

L’honneur obligea Malkrof à accompagner son apprenti lorsque celui-ci voulut reprendre la mine de Saphir Étoilé, minerai forgé par ses parents, qui avait été envahie par les gobelins. Il supervisa l’organisation de Thauthaudarmafur, et s’y conforma, en accord avec sa stratégie. Il pensait qu’il fallait plus de nains pour reprendre une mine, mais ne dit rien, parfaitement conscient que l’ordre venait de la haute sphère hiérarchique craignant une diffusion importante de la Vitrieuse. Ainsi, armé de son marteau, il suivit son frère dans les profondeurs.

Malkrof périt à l’âge de 181 ans, devant les remparts des Abysses de Saphir Étoilé. Victime de la Vitrieuse, il fut abattu par Thauthaudarmafur.







Kochytwaz Trompe-La-Mort

Mentor de survie (décédé)

Kochytwaz est un nain d’Ogh-Hen-Kìr. Fils de deux Porterunes, il grandit auprès de familles amies de ses parents car ceux-ci, par monts et par vaux, ne pouvaient assurer son éducation. Grossesse indésirée, les parents de cet enfant ont, malgré cette naissance, désiré continuer leurs travaux. Ainsi, le jeune nain grandit sans pouvoir créer de réelles attaches avec ses parents. Les différentes familles régentes tentèrent de lui donner une éducation complète, mais l’enfant était trop rebelle. Ne cessant de rejeter ces faux parents comme il les appelait, il fuguait quotidiennement, s’aventurant dans la caserne où les soldats s’entraînaient.

À 13 ans, le gamin aux cheveux rouges décida de s’installer dans la caserne où les Chasseurs l’accueillaient chaleureusement. Il y trouva un contexte brut qui, naturellement, lui convenait. Ne s’intéressant pas à la lecture ni à l’écriture, il trouvait son intérêt dans les armes. Il passa ainsi son enfance à traîner avec les soldats de la forteresse.

L’adolescence bien entamée, il dut décider de devenir ou non un Chasseur à temps plein. Ses parents ne donnant pas de nouvelles, il accepta de rejoindre les rangs du throng et devint ainsi soldat à son tour. Véritable mastodonte, il affectionnait les armures lourdes, et les armes dévastatrices de puissance physique. Il pensait que la résistance et la force étaient les deux atouts principaux d’un soldat. Il se fichait de la vitesse de frappe ou encore d’esquive, argumentant qu’un ennemi brisé en deux ne pourrait pas le frapper. Il invoquait à tout bout de champ la virilité suprême, sous entendant par là qu’un soldat se devait de manier de gros engins et d’être une montagne de muscles.

Alors qu’il devenait jeune adulte, Kochytwaz reçut la visite de ses parents. Ceux-ci prétextèrent avoir finalement du temps pour eux, et lui proposèrent de vivre tous ensembles. Le nain, fidèle à sa logique radicale, s’exclama qu’il était trop tard, et qu’un soldat nain n’avait pas de temps à perdre dans une famille. Ainsi, il coupa les ponts avec ses parents, et poursuivit sa vie dans l’armée.

Naturellement vif et endurant -de par son ascendance-, il fut envoyé dans l’une des rares patrouilles chargées de surveiller l’extérieur de la forteresse. Il découvrit ainsi la géographie des Monts Glacés, et escorta les Mineurs rapportant du bois dans la citadelle. Durant cette période de sa carrière, il devint adulte, et fut nommé chef d’escouade à son anniversaire.

Lors d’une patrouille, une avalanche surprit son escouade. Les nains furent dispersés, et furent bloqués sous la neige. Kochytwaz, quant à lui, se retrouva dans une caverne isolée et obstruée par la neige. Deux jours durant, il s’efforça de trouver une issue. Il constata rapidement que sa grotte ne contenait aucune galerie. Il passa donc le reste de ces deux jours à creuser la neige afin de retrouver la surface. Cependant, malgré les dizaines de mètres creusées, il ne parvint pas à sortir de sa cavité. À bout de force, il tenta de réfléchir à des moyens de survivre. Il parvint à récupérer de l’eau à partir de la neige, mais ne trouva pas de solution pour la nourriture ni pour l’oxygène qui viendrait à manquer dans ce lieu clos. Il ne trouva aucune bestiole susceptible de le rassasier, pas de rats, pas de chauve-souris.

Sa nature forte lui permit de survivre sans se nourrir pendant deux semaines, mais les cinq derniers jours, il ne put creuser, manquant cruellement d’énergie. Mourant de faim, et n’ayant aucune nouvelle de l’extérieur, il en vînt à se couper la jambe droite afin d’emplir partiellement son estomac. Avec le peu d’énergie récoltée, et en surmontant la douleur du garrot, il poursuivit sa tâche, remontant sans cesse vers la surface. Il avait beau s’acharner sur cette neige et avancer en son sein, il ne voyait pas le bout de ses peines. Un jour, un coup de marteau-piolet fit s’écrouler la neige frappée, et la lumière cinglante du soleil le frappa. Il grogna et s’efforça de sortir. Il s’évanouit une fois son torse sorti du tunnel.

Il fut retrouvé par les nombreux nains cherchant des survivants et ramené mourant à la forteresse. Il fut tiré d’affaire par Zartys, et mit légèrement plus d’un mois à se rétablir. À son réveil, il apprit le décès de tous les soldats sous ses ordres, et subit la perte de sa mère, morte en accouchant d’une fille. Kochytwaz reçut le surnom de « Trompe-La-Mort » pour l’incroyable sens de la survie dont il a fait preuve, mais fut moralement détruit par cette expérience. La perte de sa jambe, de ses frères, et de sa mère, malgré le peu de liens qu’ils avaient, le plongea dans une profonde dépression. Désormais plus mature que quelques années auparavant, il regretta ne pas être retourné auprès de ses parents afin de construire ce qui n’avait jamais existé. Il jura devant les dieux et l’esprit de sa défunte mère de veiller sur son père et sa sœur à compter de ce jour. Pour ce faire, il affirma se retirer définitivement de l’armée.

Quelques années plus tard Whuurtad, le roi de la forteresse, décida de partir en guerre contre les gobelins. Kochytwaz, infirme, déclara ne pas vouloir rejoindre la bataille. Cependant, son père étant appelé à jouer les Porterunes pour Zartys, Kochytwaz ne put résister à l’appel du combat, pouvant ainsi protéger son père en étant suffisamment proche pour intervenir. Pour cela, il fit appel à des amis afin de se faire opérer et de recevoir une jambe mécanique. De par les amis de ses parents l’ayant élevé, il rencontra Pargart, qui lui promit de lui donner une nouvelle jambe. C’est ainsi que Kochytwaz eut la chance d’avoir à nouveau une jambe droite.

Après la bataille, Kochytwaz, désormais capable de se battre, fut demandé à rejoindre les Marteleurs. Son histoire, sa connaissance des Monts Glacés et sa capacité inébranlable à surmonter toutes les épreuves qu’il vivait lui avaient donné une réputation d’immortel dans la forteresse. Il accepta le défi, remporta haut la main le duel, et devint ainsi membre à part entière du corps fermé des Marteleurs.

Il vit Narmus et Malkrof rejoindre les rangs des Marteleurs, et s’amusa à constater que, malgré les décennies les séparant, les deux nains lui plaisaient énormément. L’un, expert dans l’art de manier les armes, l’autre, une grosse tête ayant surpassé la tradition du défi, considéré comme étant bien trop stratège pour demeurer dans le throng normal. Kochytwaz les considéra bien vite comme des petits frères.

Le nain reçut l’ordre d’enseigner à une jeune recrue l’art de la survie. Kochytwaz rit au nez de Narmus, nouveau chef des Marteleurs. Il prétexta que, malgré sa réputation, il n’y connaissait rien, et que seuls les dieux l’avaient épargné. Narmus déclara que peu de nains auraient eu le courage de sacrifier un membre pour survivre, et que Kochytwaz était trop modeste. Ce dernier n’était pas convaincu, et rejeta sa frustration sur Thauthaudarmafur, le gamin qu’il devait entraîner. Il s’afficha avec une cruelle franchise à celui-ci. Le jeune nain sembla bouleversé de rencontrer un tel nain aigri, mais posa en retour de nombreuses questions sur la géographie des Monts Glacés, expliquant à Kochytwaz qu’il avait beaucoup voyagé au Nord. Ainsi commença la formation de l’apprenti de Kochytwaz.

Plus que la survie, Kochytwaz enseigna des astuces à Thauthaudarmafur, comme chasser, pister, ou encore disparaître aux yeux de potentiels chasseurs. Ils discutèrent énormément de leurs expériences en dehors de la citadelle. Le vétéran raconta ses différentes explorations, décrivant avec plus de précisions qu’avec n’importe qui son expérience dans la grotte ainsi que ses doutes. Thauthaudarmafur, en retour, lui confia bon nombre de secrets qu’il préférait taire à ses autres mentors, comme sa rencontre avec un étrange peuple de démons rouges, la découverte d’une pierre magique ayant sa propre volonté, et sa recherche de la Vérité. Kochytwaz, étant limité intellectuellement, ne comprit jamais réellement ce que le jeune nain entendait par Vérité, mais comprit que lui aussi avait été détruit par la perte de ses parents. A contrario de Kochytwaz, Thauthaudarmafur réclamait une vengeance par la justice. Il interpréta cette volonté comme étant liée à la haine naturelle que les nains portaient aux gobelins, et ne critiqua pas les volontés de son apprenti. Les deux nains, proches psychologiquement de par leurs histoires, partirent ensembles en exploration des Monts Glacés à de nombreuses reprises, et scellèrent un pacte de fratrie, devenant ainsi frères d’armes.

18 années plus tard, lorsque les Abysses du Saphir Étoilé furent envahies par les gobelins, Kochytwaz suivit Thauthaudarmafur, ne pouvant refuser d’aider ce jeune nain prometteur. Il comprenait la pulsion de son apprenti. S’il lui avait été possible de venger la mort de ses frères et de sa mère, sans doute aurait-il lui aussi été pris d’une fureur ravageuse.

Kochytwaz périt à l’âge de 224 ans, devant les remparts des Abysses de Saphir Étoilé. Victime de la Vitrieuse, il fut abattu par Thauthaudarmafur.




~ Puisse Grungni veiller sur votre honneur ~




| Disponible | Disponible




:dwarfe:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Racines d'êtres divers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» PPS voyages (divers)
» [Divers] Menu transcendant et prêche
» Video : Les derniers maîtres de la Martinique
» Mon RP ( TRES court... )
» TRES BELLES IMAGES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Accueil :: Présentations des membres :: Généalogie-