AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Nouvelle tête
Le Monde de Dùralas a précisément 2175 jours !
Dùralas, le Lun 14 Oct 2019 - 18:07
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !

Partagez
 

 Anges & Démons [PW: Brendan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Brendan
Prince maudit

Brendan

Messages : 339
Expérience : 1525
Masculin Âge RP : 31

Politique : 45
Métier : Chasseur - Apprenti
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 1559870510-barre-vie-gauche2415/2415Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 1559871461-barre-vie-rouge  (2415/2415)
Vitesse: -307
Dégâts: 1000

Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Anges & Démons [PW: Brendan]   Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 EmptyMer 6 Fév 2019 - 12:57

Cylicia me signifia qu’elle était d’accord avec moi, et nous pûmes reprendre le trajet. Nous passâmes d’ailleurs prêt des corps que nous avions laissé sur le chemin, et la bâtisse en flamme était bien loin maintenant. Ma compagne stryge me confia alors que nous étions passé devant ces cadavres mutilés:

« Il serait néanmoins judicieux pour ma part de ne pas m’éterniser dans les parages. Les corps sur la plage étaient signés de mon nom, cela ne m’étonnerait pas que certains Sincères-Rôdeurs se prennent une envie de vengeance. Et je ne vous parle pas des Pirates, Morkez seul sait s’ils apprécieront ce petit nettoyage de rebuts ou non. »

Je ne pouvais qu’être d’accord avec la Purificatrice. Elle – et par extension nous – avait pas été assez discrète, c’était même tout l’inverse. Elle venait de se mettre les Sincères-Rôdeurs encore plus à dos, et ça ne prévoyait pas un séjour des plus tranquilles. Elle finit par reprendre :

« Enfin, je ne vois pas d’inconvénients à ce que nous finissions cette nuit ensemble. J’arrive à peine de mon voyage et, suite à tout ce qui s’est passer, un peu de repos me ferait le plus grand bien. Peut-être connaissez-vous un endroit où nous pourrions dormir discrètement. Qu’en pensez-vous ? »

J’acquiesçai et retournai ma tête vers elle pour lui répondre :

« Et bien, j’ai payé une chambre dans la taverne dans laquelle nous étions. Je compte bien en profiter un peu, elle m’a coûté l’équivalent d’un lapin. Je prends le premier tour de garde. Et ne vous inquiétez pas de notre éventuelle proximité. Les femmes ne m’intéressent pas. »

J’avais glissé cette information comme si de rien n’était, mais le but était de la rassurer. Un esprit prudent se serait méfié de ce genre de proposition.
Nous étions enfin revenus sur les pavés froids de Ishtar, et au loin la fumée de la maison en feu montait toujours plus haut dans le ciel nocturne. Je n’avais plus la maison en ligne de mire, mais je me doutais que les gens avaient déjà commencé à s’activer, notamment la milice locale. Avec beaucoup de malchance, les flammes auraient pu toucher le phare non loin, et ça aurait été une perte terrible car il faisait partie du patrimoine historique de la cité. Mais j’étais persuadé qu’où que soit le propriétaire des lieux, il s’en fichait complètement désormais. Il n’avait jamais aimé son rôle honorifique de gardien de phare de toute façon.

Je demandai soudain à Cylicia, pour revenir sur ce qu’elle avait dit précédemment :

« Quant au problème que je représenterais pour la Tour Blanche, vous pouvez tout simplement passer sous silence mon existence. Je ne m’en porterais pas moins bien, après tout. »




"L'homme est son propre démon." - Proverbe indien

Liste des RPs en cours:
- - ♚
Revenir en haut Aller en bas
Cylicia Condoris
Protectrice

Cylicia Condoris

Messages : 290
Expérience : 1406
Féminin Âge RP : 27

Politique : 01
Métier : Chasseur - Expert
Titres:
 

(Darmok, Chérubin de Cylicia, +350 v+300, 150) [Modifié]

Stats & équipements
Vitalité:
Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 1559870510-barre-vie-gauche2055/2055Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 1559871461-barre-vie-rouge  (2055/2055)
Vitesse: 151
Dégâts: 990

Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Anges & Démons [PW: Brendan]   Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 EmptyJeu 7 Fév 2019 - 0:24

- Et bien, j’ai payé une chambre dans la taverne dans laquelle nous étions. Je compte bien en profiter un peu, elle m’a coûté l’équivalent d’un lapin. Je prends le premier tour de garde. Et ne vous inquiétez pas de notre éventuelle proximité. Les femmes ne m’intéressent pas.

Il est vrai que Cylicia voyait la gente humaine comme primitive et encline à succomber à leurs pulsions primaires. Mais Brendan avait gagné sa confiance, et en réalité elle ne s'était pas du tout posée la question. Elle avait depuis longtemps abandonnée cette partie de sa vie au profit de ses convictions farfelues, et son voeux de chasteté était très loin d'être remis en question. Autant dire qu'en compagnie des plus beaux spécimens de ce monde, notre héroïne ne serait jamais comportée autrement qu'elle le fit avec tout autre. Elle tint tout de même à préciser au chasseur de démon, qu'elle considérait presque déjà comme un ami, son point de vue.

- Je ne m'inquiète pas Brendan, ce corps appartient au grand Dragon Noir. Malheur à celui qui osera s'en approché, précisa-t-elle donc, convaincue que son dieu maudirait le premier malotru animé par de telles pensées. Mais merci de prendre ce second tour de garde, j'aurais de toutes manières à écrire mon rapport à la Tour blanche.

Ils avaient à présent rejoins le centre d'Ishtar. Les rues étaient calmes à cette heure tardive et seules quelques tavernes, et autres maisons de stupres, restaient mollement animés.

- Quant au problème que je représenterais pour la Tour Blanche, vous pouvez tout simplement passer sous silence mon existence. Je ne m’en porterais pas moins bien, après tout.

La tristesse se dessina soudainement dans les traits de notre héroïne. Non que sa réponse allait particulièrement poser problème, mais tout simplement que cela lui semblait fort décevant de la part du chasseur de démon. Déçu, oui, et surtout du fait qu'elle avait le sentiment d'avoir donner l'impression à Brendan d'être une mauvaise Purificatrice. Comment cet impression lui était-elle venue? Peut-être le mensonge était-il fort courant chez les humains? Non, elle ne lui fallut pas quelques secondes pour finir de se reprocher à elle-même cette question qui lui avait été posée. Elle n'avait pas su lui faire entendre sa vérité, son travail était bâclé.

- Brendan, rendez moi service et ne me parlez plus de mensonge... Un grand sage à dit que toute vérité qui se tait finie par devenir poison, et je ferais de mon mieux pour respecter cela jusqu'à mort.

Après avoir dit cela, elle reprit un ton plus léger et enchaîna avec autant de confiance que de sourire.

- Mais ne vous inquiétez pas, je connais nos Lois et nos textes sacrées comme ma poche. Je défendrais votre cause bec et ongles si besoin est! "Cylicia l'intouchable", c'est ainsi que certains des mes pairs m'ont surnommée! Et puis, je pense que tout cela sera bien inutile au final. La Tour Blanche est trop occupée avec la Tour Noire et sa propre géopolitique que pour faire grand cas d'un chasseur de démon itinérant, sans vouloir vous offensez. Quoi qu'il en soit, ils ne prendront pas de décisions hâtives et vous pouvez avoir confiance en leur jugement.

Effectivement, ce n'était pas par manque de volonté de ses détracteurs que Cylicia était toujours en service. Maintenant qu'elle avait été promue Purificatrice, ceux-ci avaient complètement abandonné de la voir déchu. Ceci n'était pas tant dû à ses connaissances extrêmes de sa culture, mais plutôt à son comportement quasiment irréprochable. Ceux qui avaient défendus son cas, et qui la connaissait un minimum, savait au fond que notre héroïne allait être un atout de qualité pour la volonté de Morkez.

Mais revenons plutôt à nos deux camarades. Cylicia commençait à reconnaître peu à peu les rues d'Ishtar, ils ne devaient plus être très loin. Mais, alors que la milice était fort occupée avec l'incendie, la confiance gagnait de plus en plus son esprit. Chose rarement sage dans les ruelles malfamées de ce village. Qu'en était-il, après tout, des Sincères-Rôdeurs, ou quand bien même de n'importe quel malfrat d'Ishtar? Certes, il y avait peu de chance qu'un énième événement se produise au cours de cette nuit, mais cette rare faute d'inattention de la part de notre héroïne méritait bien d'être relevée.

- Et vous, d'ailleurs, qu'en sera-t-il de la suite de vos péripéties? Demanda-t-elle finalement, inquiète de l'avenir de Brendan.
Revenir en haut Aller en bas
Brendan
Prince maudit

Brendan

Messages : 339
Expérience : 1525
Masculin Âge RP : 31

Politique : 45
Métier : Chasseur - Apprenti
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 1559870510-barre-vie-gauche2415/2415Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 1559871461-barre-vie-rouge  (2415/2415)
Vitesse: -307
Dégâts: 1000

Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Anges & Démons [PW: Brendan]   Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 EmptyJeu 7 Fév 2019 - 11:18

La Purificatrice fit une moue déçue et me répondit :

« Brendan, rendez moi service et ne me parlez plus de mensonge… Un grand sage a dit que toute vérité qui se tait finie par devenir poison, et je ferais de mon mieux pour respecter cela jusqu’à ma mort. »

Je ris jaune à sa réponse. Si elle était assez bonne pour ne jamais mentir, ce n’était pas mon cas. Alors que j’allais lui répondre, elle prit le pas et reprit d’un ton plus léger et souriant :

« Mais ne vous inquiétez pas, je connais nos Lois et nos textes sacrées comme ma poche. Je défendrais votre cause bec et ongles si besoin est ! « Cylicia l’Intouchable » c’est ainsi que certains de mes pairs m’ont surnommée ! Et puis, je pense que tout cela sera bien inutile au final. La Tour Blanche est trop occupée avec la Tour Noire et sa propre géopolitique que pour faire grand cas d’un chasseur de démon itinérant, sans vouloir vous offenser. Quoi qu’il en soit, ils ne prendrons pas de décisions hâtives et vous pouvez avoir confiance en leur jugement. »

Elle enchaîna quelques instants après, alors que son regard flânait un peu de chaque côté de la rue, sans avoir l’air de se méfier :

« Et vous, d’ailleurs, qu’en sera-t-il de la suite de vos péripéties ? »

Je lui répondis, sans animosité :

« Pour revenir à ce que vous disiez précédemment, une femme sage a aussi dit qu’un mensonge bien manié peut sauver plus de vie qu’une vérité mal utilisée. Mais si vous dites défendre ma cause auprès de vos pairs, et bien soit, je vous fais confiance pour faire de votre mieux. Et s’il s’avère que la Tour Blanche a des comptes à régler avec moi, j’exécuterais tous les stryges blancs qui se mettrons sur ma route. Ma mission ne peut pas être retardée par qui que ce soit. Mais je pense que vous avez compris maintenant que sans être un altruiste, je n’aime pas particulièrement causer du tort aux gens. Si je peux éviter de tuer des Purificateurs qui, malgré quelques travers, défendent efficacement les populations les plus miséreuses, alors je le ferais. Mais ne comptez pas sur moi pour me laisser faire dans le cas où la violence sera inévitable. »

Je marquai une pause et l’espace d’un instant me replongeai dans des souvenirs de jeunesse. Une éducation martiale et froide par Léana. Des sacrifices. Des cauchemars macabres à répétition. Plus de sacrifices. Une agréable rencontre de passage. De nouveaux sacrifices. Plus de cauchemars. Plus encore de sacrifices. Jusqu’au sacrifice ultime…
Je finis par enchaîner, l’air plus sincère et moins neutre que précédemment :

« Ma vie ne tourne qu’autour de la violence. Si certains sages croient que l’humain n’est pas fait pour tuer, je leur répondrais ceci : les humains sont nés pour tuer. Personnellement, ôter une vie ne me fait plus rien, je dors aussi paisiblement que ma condition me le permet. Mes convictions ne sont plus forcément en adéquation avec mon cœur. Et pourtant, je n’use pas des méthodes crapuleuses de l’Inquisition, car les seules choses qui me retiennent sont mes convictions. Si je devais égorger un nourrisson pour obtenir des informations, je serais capable de le faire sans broncher. Et pourtant je ne l’ai jamais fait, tout ça parce que j’ai des convictions. C’est fou comme une conviction, une ambition, peut vous pousser toujours plus loin et toujours plus haut, n’est-ce pas ? »

Je laissai un petit instant de silence avant d’enchaîner, dévoilant ainsi le fond de ma pensée :

« Une conviction peut même faire faire des choses que la morale réprouverait, et ce sans remords. Au final, la conviction est un flambeau : trop puissant, il aveugle plus qu’il n’éclaire. C’est le cas pour toutes les religions si vous voulez mon avis. Mais je ne dénigre personne : c’est aussi le cas de bon nombre de non croyants. »

Je laissai planer une nouvelle fois le silence, pour bien marquer la coupure entre les deux sujets de conversations. Celui sur la conviction, et celui que je lançai juste après :

« Et si vous voulez savoir la suite de mes pérégrinations, et bien je vais sûrement rallier Stellaraë dès que possible, et si aucune chasse ne m’empêche de progresser sur la route. Il se pourrait que les réponses à mes questions soient cachées dans la bibliothèque de cette cité. »

Inconsciemment, je caressai la chevalière que je portais au majeur gauche, qui affichait un sceau d’une famille qui devait probablement être ma famille. C’était un lion aux allures majestueuses, mais je l’avais examiné un nombre si conséquent de fois que je n’y prêtais même plus attention.




"L'homme est son propre démon." - Proverbe indien

Liste des RPs en cours:
- - ♚
Revenir en haut Aller en bas
Cylicia Condoris
Protectrice

Cylicia Condoris

Messages : 290
Expérience : 1406
Féminin Âge RP : 27

Politique : 01
Métier : Chasseur - Expert
Titres:
 

(Darmok, Chérubin de Cylicia, +350 v+300, 150) [Modifié]

Stats & équipements
Vitalité:
Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 1559870510-barre-vie-gauche2055/2055Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 1559871461-barre-vie-rouge  (2055/2055)
Vitesse: 151
Dégâts: 990

Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Anges & Démons [PW: Brendan]   Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 EmptyVen 8 Fév 2019 - 3:54

- Pour revenir à ce que vous disiez précédemment, une femme sage a aussi dit qu’un mensonge bien manié peut sauver plus de vie qu’une vérité mal utilisée.

Cet adage, pourtant bien plus savant qu'il n'y parait, sonnait malheureusement creux dans l'esprit de Cylicia. Le mensonge pour elle ne pouvait mener qu'à l'erreur et sa vision du bien n'en tolérait aucune. Sa cognition malade n'envisageait pas d'autre possibilité et tout ceux qui suivaient la voie du mensonge semblaient être des égarés volontaires à ses yeux.

- Mais si vous dites défendre ma cause auprès de vos pairs, et bien soit, je vous fais confiance pour faire de votre mieux. Et s’il s’avère que la Tour Blanche a des comptes à régler avec moi, j’exécuterais tous les stryges blancs qui se mettrons sur ma route. Ma mission ne peut pas être retardée par qui que ce soit. Mais je pense que vous avez compris maintenant que sans être un altruiste, je n’aime pas particulièrement causer du tort aux gens. Si je peux éviter de tuer des Purificateurs qui, malgré quelques travers, défendent efficacement les populations les plus miséreuses, alors je le ferais. Mais ne comptez pas sur moi pour me laisser faire dans le cas où la violence sera inévitable.

Notre héroïne s'inclina légèrement pour signifier à Brendan son approbation. Elle ne pouvait décemment pas demander à qui que ce soit de se laisser exécuter sans broncher. En réalité, elle était même heureuse de voir que Brendan, malgré son existence des plus difficile, s'accrochait si obstinément à la vie.

- Ma vie ne tourne qu’autour de la violence. Si certains sages croient que l’humain n’est pas fait pour tuer, je leur répondrais ceci : les humains sont nés pour tuer. Personnellement, ôter une vie ne me fait plus rien, je dors aussi paisiblement que ma condition me le permet. Mes convictions ne sont plus forcément en adéquation avec mon cœur. Et pourtant, je n’use pas des méthodes crapuleuses de l’Inquisition, car les seules choses qui me retiennent sont mes convictions. Si je devais égorger un nourrisson pour obtenir des informations, je serais capable de le faire sans broncher. Et pourtant je ne l’ai jamais fait, tout ça parce que j’ai des convictions. C’est fou comme une conviction, une ambition, peut vous pousser toujours plus loin et toujours plus haut, n’est-ce pas ?

Les humains étaient, aux yeux de notre héroïne, chose bien étrange. Elle les voyait comme des êtres imprévisibles et obéissants à leurs pulsions. C'était d'ailleurs généralement l'attitude générale des Stryges Blancs vis à vis de ceux-ci, un peu trop paternalistes et sûrs d'eux même. Cylicia, à ce niveau, avait l'avantage d'avoir une empathie extrêmement exacerbée. Cela donnait l'impression, impression tout à fait justifiée d'ailleurs, aux personnes d'autres espèces qu'elle ne les prenait spécialement de haut. Certes, sa vision de la vérité était visiblement étriquée mais elle était toujours plus dans la compréhension que dans le jugement, du moins à cette époque de sa vie. C'est à cause de ce complexe de supériorité inavoué qu'elle prit un peu à la légère les dire du chasseur de démon.  Les convictions dont il parlait étaient pour elle désuètes, mais elle savait tout de même ce que c'était que d'en avoir.

- A qui le dites vous? Répondit-elle fort concernée par cette question.

Brendan enchaîna afin de préciser sa pensée. Il semblait parler tout à fait franchement et sans retenues, ce qui était plus précieux que l'or pour notre héroïne qui dévora chacun de ses mots.

- Une conviction peut même faire faire des choses que la morale réprouverait, et ce sans remords. Au final, la conviction est un flambeau : trop puissant, il aveugle plus qu’il n’éclaire. C’est le cas pour toutes les religions si vous voulez mon avis. Mais je ne dénigre personne : c’est aussi le cas de bon nombre de non croyants.

Cylicia ne se sentit même pas viser par ces dernières phrases. Cela lui rappelait juste l'impression qu'elle avait vis à vis des Primitivistes de la Tour, aveuglés par les traditions qu'ils estimaient tant. Alors que la remarque aurait été parfaitement appliquée à son cas, elle s'en dégageait naturellement comme si elle était bien au-dessus de tout ça. Il faut avoué que, malgré sa dévotion religieuse qui ruina son esprit brillant, elle avait développé sa propre culture et sa propre pensée. Si son attitude était stricte et enfermée dans un tel carcan, c'était pourtant bien sa raison et sa logique qui l'avait poussée à faire de tels choix de vie. Aveuglée, était pour elle un mauvais terme pour définir sa conviction, elle se serait sûrement appliquée celui d'éclairée.

- La conviction est une arme mortelle entre certaines mains, les Stryges Noirs en sont la preuve vivante... Dit elle en repensant à ce qu'elle apprit sur leurs méthodes.

La phrase était assez ironique lorsque l'on connait l'avenir de cette femme qui se servit inconsciemment de la conviction de plus d'un.

- Et si vous voulez savoir la suite de mes pérégrinations, et bien je vais sûrement rallier Stellaraë dès que possible, et si aucune chasse ne m’empêche de progresser sur la route. Il se pourrait que les réponses à mes questions soient cachées dans la bibliothèque de cette cité.

- Je prierais pour que vous y trouviez ce que vous cherchez, répondit-elle.

Une bien bonne nouvelle que Brendan annonçait là, bien que cela était loin de signifier qu'il y trouverait des solutions. Au moins il aurait quelques réponses aux questions qui l'assaillait, c'était toujours ça de moins qui allait le torturer. Le mercenaire joua un peu avec sa bague, semblant tout à coup bien pensif, alors qu'ils arrivèrent au Double Borgne.

Cylicia pénétra dans l'auberge plus prudemment que la première fois, afin de ne renverser cette fois ci le verre de personne. La salle principale était presque vide, seul quelques irréductibles ivrognes étaient restés pour boire ou parce qu'ils s'étaient tout simplement endormis. Certains hommes, étonnamment semblaient ne pas avoir bu plus que de nécessaire, silencieux ils jetaient des coups d'oeil obscures à notre héroïne qui ne le remarquait pas. Alors qu'ils traversaient la salle pour rejoindre la chambre de Brendan, l'un des tenanciers lança tout haut :

- Les rumeurs circulent vite par ici!...


Elle se retourna et compris tout de suite que l'aubergiste parlait d'elle. C'était foutu, elle était dans de beaux draps à présent. Elle savait pourtant qu'elle aurait mieux fait de repartir tout de suite. Elle se reprocha intérieurement d'être une imbécile et se dirigea vers l'aubergiste, faisant signe à Brendan de la laisser gérer l'histoire. Elle espérait qu'il n'y aura peut-être pas d'effusion de sangs, après tout ils n'avaient pas prévenus la milice et le sourire à moitié édenté des frères borgnes laissait penser qu'une autre autre solution était possible. Arrivée au bar, elle dit à celui qui l'avait interpellée :

- Et quelles genres de rumeurs?

Son coeur battait la chamade et elle priait pour que tout ce qui se passait à ce moment change subitement de trame par une magie quelconque. L'aubergiste s'approcha assez pour que Cylicia puisse sentir son halène fétide bien qu'il continua à parler de façon bien audible. Cela ressemblait clairement à une intimidation, mais notre héroïne y était immuniser.

- Des trucs intéressants... Comme quoi y'aurait disons une Purificatrice dans l'coin... Accompagnée d'un grand brun plutôt malabar si tu vois ce que je veux dire, dit il en clignant de l'oeil, ce qui donnait seulement l'impression qu'il fermait les yeux.

Bon, c'est foutu[/color], pensa-t-elle en rapprochant discrètement la main de son épée. Apparemment ils étaient même au courant pour Brendan mais comment était-ce possible? Elle avait signer les morts de son nom, personne ne devait savoir. Y'avait-il donc eu un témoin? Une erreur de plus pour sa première mission.

- Christian ! Cria-t-il soudainement, viens ici!

La plupart des gars de la salle étaient déjà plutôt costauds, la dernière chose que Cylicia avait envie de savoir était à quel point l'était le fameux Christian. Quelques secondes plus tard, elle entendit des pas mais personne à l'horizon, comme si son esprit lui jouait des tours. Ce qui lui parut le plus étrange, c'était que personne à part l'aubergiste ne sembla réellement agressif. Aucun mouvement dans la pièce, juste des regards silencieux et glauques. Alors qu'une goutte de sueur perla sur son front, un large sourire fini par se dessiner sur son visage lorsqu'elle aperçue le fameux Christian se dévoiler en passant de son côté du bar. C'était le petit bossu de la plage. A la lumière de la salle notre héroïne put remarquer qu'il était finalement assez jeune. Il s'approcha de Brendan et lui fit une accolade chaleureuse tout en le remerciant, alors qu'il s'approchait de Cylicia l'aubergiste fini par préciser :

- Christian, c'est not' neveu. Heureusement que vous étiez là. C'est pas la première fois que ces salopards lui causent problèmes vous savez...

Il désigna, ensuite un pan du mur derrière elle où était inscrit ceci :"Interdit aux Sincères-Rôdeurs". Notre héroïne ne put s'empêcher de rigoler nerveusement suite à tant d'émotions contradictoires et fini par enlacer le gamin un un large sourire sur le visage.

- Merci madame..., dit le bossu lui-même un peu surpris par l'enthousiasme de la Purificatrice.

Elle relâcha son étreinte et le tenancier lui dit en lui lançant un sachet :

- T'nez ça, c'est pour vous. Dormez tranquille cette nuit, personne à part nous n'est au courant pour monsieur mais à vot' pace m'amzelle je m'attarderais pas trop dans l'coin. J'vous ai bien eu hein?


Le sachet était bien trop léger que pour contenir de l'or. Par curiosité elle le senti de plus près car une forte odeur s'en dégageait. Un souvenir olfactif s'empara soudainement d'elle, venu de sa plus tendre enfance. Elle se rappela soudainement où et à peu près quand elle avait déjà senti cette odeur, c'était chez les Scounes. De temps en temps ces odieux parents, si tenté qu'on puisse être de les appelés parents, ramenait de ce tabac verdâtre qu'ils fourraient dans leurs pipes et qui les rendaient un peu plus calme mais tout aussi délirants que d'habitudes.

Loin d'être affecté par le souvenir de cette époque, car elle en avait fini depuis longtemps avec les fantômes du passé, elle pensa plutôt que la chose allait sans doute être bien utile à Brendan et son sommeil difficile. Elle s'inclina pour remercier les frères en disant solennellement :

- Les Purificateurs de la Tour seront toujours là pour vous servir.

Ouf, sa mission n'avait finalement pas été mise en péril. Au contraire, elle avait même réussi à rendre hommage à son rang aux yeux de ces gens fort peu fréquentables. Elle se tourna alors vers Brendan, afin de peut-être reprendre le chemin qu'ils avaient commencés à empruntés en entrant dans l'auberge, celui des songes.
Revenir en haut Aller en bas
Brendan
Prince maudit

Brendan

Messages : 339
Expérience : 1525
Masculin Âge RP : 31

Politique : 45
Métier : Chasseur - Apprenti
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 1559870510-barre-vie-gauche2415/2415Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 1559871461-barre-vie-rouge  (2415/2415)
Vitesse: -307
Dégâts: 1000

Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Anges & Démons [PW: Brendan]   Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 EmptyLun 11 Fév 2019 - 12:51

La guerrière au bouclier paraissait compatissante à mon égard, car elle me répondit :

« Je prierais pour que vous y trouviez ce que vous cherchez. »

Je me gardai bien de lui dire que je ne croyais pas du tout au pouvoir de son dieu et acceptai le présent avec un léger sourire car après tout, ça restait une délicate attention et que Léana ne m’avait pas élevé pour être un goujat.
Nous marchâmes encore jusqu’à la fameuse taverne du Double Borgne où nous buvions plus tôt, et nous rentrâmes donc en essayant de se faire discret. Quelques regards se tournèrent vers nous mais la plupart des clients amassés là étaient plus occupé à boire et à ripailler. Alors que nous allions nous diriger vers ma chambre, louée à l’étage pour avoir un aperçu de qui rentrait, l’un des tenanciers – borgne, d’où le nom de l’enseigne – lança fort dans notre direction :

« Les rumeurs circulent vite par ici ! »

Je me retournai avec Cylicia, comme d’un seul homme, et alors que j’allais m’approcher, elle me fit signe qu’elle gérait la situation et partit toute seule vers le tavernier à l’œil unique. Je croisai les bras, impassible, et attendit au pied de l’escalier tout en jetant un regard aux alentours : quelques têtes s’étaient tourné à l’invective forte du tenancier mais ils étaient tous retourné à leur occupation rapidement, certainement indifférent à la situation.
En mon fort intérieur, je me demandais de quoi voulait parler le tenancier en parlant des rumeurs… Sous-entendait-il qu’il savait que j’étais un chasseur de démon maudit ? Parlait-il plutôt de Cylicia et de son statut de Purificatrice ? Ou alors du meurtre des Sincères-Rôdeurs ? Ou encore du fait qu’on est brûlé la bâtisse du vieux gardien de phare ? Je n’en savais rien, mais je ne pouvais qu’espérer que Cylicia ait certains talents en diplomatie.

Je ne suivais pas la conversation qui se déroulait quelques mètres devant moi, car je n’entendais rien avec le brouhaha de la taverne. Mais je vis alors quelque chose d’inattendu : le bossu qu’on venait de sauver sortit de derrière le comptoir et se dirigea vers moi, tout sourire. Je haussai un sourcil circonspect et il me prit alors dans ses bras chaleureusement. Ouvrant la bouche pour dire un mot, je m’abstins finalement et restai simplement là, gêné et mal à l’aise devant cette situation, la bouche ouverte comme un merlan frit, et finit par tapoter son épaule de façon maladroite. Une fois l’accolade finie, il s’approcha de Cylicia pour lui faire subir le même traitement. De mon côté, je me grattais la tête, pensif. Ainsi, le tenancier connaissait le bossu que nous avions sauvé ? Peut-être avait-il enjoint Cylicia à venir pour la récompenser ? A cet instant, il désigna quelque chose derrière lui, et en plissant les yeux je pus lire une inscription sur le mur : « Interdit aux Sincères-Rôdeurs ».
Cela me conforta dans mon idée et je montai donc les escaliers en direction de ma chambre, qui était la première à droite. Puis je sortis mes clés et déverrouillai ma porte, impassible. Ce genre de démonstration de sentiments n’était pas fait pour moi. Pas trop de fois dans la même soirée en tout cas. Puis j’attendis ma compagne aux ailes blanches devant la porte, les bras toujours croisé, adossé au mur. Elle monta enfin les escaliers au bout de quelques minutes, ayant visiblement géré l’affaire. Peut-être avions-nous le droit à une chambre gratuite ?

Je lui demandai alors, les sourcils froncés d’interrogation :

« Alors, de quoi il s’agissait ? »

J’en profitai pour la faire rentrer dans la chambre et fermer à double tour avant de cacher les clés dans une des doublures intérieures de mon armure en cuir. On était jamais trop prudent. La chambre dans laquelle nous dormirions cette nuit était assez modeste et simple : seulement un lit rafistolé avec des planches et des clous mais semblant assez propre, un fauteuil en cuir usé où l’on pouvait apercevoir des restes de tâche d’origine inconnue, une table simple faisant office de bureau avec un petit tabouret en bois. Face à la porte se trouvait les fenêtres donnant directement sur la devanture de l’établissement.

Je tirai le tabouret à moi et m’installai face à la fenêtre avant de lancer à Cylicia une fois qu’elle m’ait expliquée ce qui s’était passé en bas :

« Et pour vous, Purificatrice, quelle est la suite ? »




"L'homme est son propre démon." - Proverbe indien

Liste des RPs en cours:
- - ♚
Revenir en haut Aller en bas
Cylicia Condoris
Protectrice

Cylicia Condoris

Messages : 290
Expérience : 1406
Féminin Âge RP : 27

Politique : 01
Métier : Chasseur - Expert
Titres:
 

(Darmok, Chérubin de Cylicia, +350 v+300, 150) [Modifié]

Stats & équipements
Vitalité:
Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 1559870510-barre-vie-gauche2055/2055Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 1559871461-barre-vie-rouge  (2055/2055)
Vitesse: 151
Dégâts: 990

Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Anges & Démons [PW: Brendan]   Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 EmptyMar 12 Fév 2019 - 0:08

Brendan était apparemment déjà monter à l'étage. Notre héroïne remercia une dernière fois les tenanciers et le petit bossu, puis s'empressa d'aller le rejoindre afin de passer une nuit de sommeil bien méritée. Le chasseur de démon l'avait gentiment attendu à la porte, inutile donc de chercher de façon peu polie la chambre dont elle ne savait rien.

- Alors, de quoi il s’agissait ? Dit Brendan en l'enjoignant d'entrer dans la chambre.

Il s'agissait d'une chambre très modeste, faite pour une seule personne. Au moins il y avait un bureau et un fauteuil qui, malheureusement, n'était pas très bien adaptée pour les ailes de Cylicia. Elle déposa son sac à côté du bureau et en sorti de quoi écrire ainsi que son corbeau isolé depuis tout ce temps dans une toute petite cage adaptée au voyage.

- Les tenanciers étaient de la famille du bossu! Nous avons eu bien de la chance, j'ai bien cru que je ne sortirais jamais vivante de ce bar mais au final c'était bien l'unique témoin. Il m'a assurer que nous serions en sécurité en ces lieux mais je vous avouerais que j'ai moins confiance en sa clientèle, il serait bon d'assurer tout de même nos tours de garde...

Elle se souvint soudainement du présent que lui avait fait le tavernier et le tendit à Brendan. De toutes façons, elle qui ne recherchait pas l'oublie, ni le sommeil et encore moins la fortune, n'en voyait pas l'utilité. Elle s'installa ensuite difficilement dans le fauteuil qui servait au bureau.

- Ah, ils nous ont également offert ceci, cela vous aidera sûrement à trouver le sommeil mais si vous n'y tenez pas vous pourrez toujours le revendre à bon prix.

Elle se replongea alors sur le rapport qu'elle n'avait pas encore commencer à écrire. Armée de sa plume magique, elle commença à gratter le papier de façon machinale. Elle avait prit une telle habitude de l'écriture de ces rapports que suivre une discussion en même temps ne lui posait pas le moindre soucis. Nous ne détaillerons pas le rapport qu'elle écrivit ce jour là, celui-ci n'étant q'un long résumé de cette folle journée avec évidemment ses plus sincères recommandations vis à vis de Brendan.

- Et pour vous, Purificatrice, quelle est la suite ?

Cylicia sourit à cette question car elle était persuadée que la suite de ses aventures n'allait pas différer de cette journée, et ce jusqu'à sa mort. C'était toute son ambition, servir son dieu autant qu'elle le pouvait avec toutes les forces qu'elle disposait. Brendan, qui s'était installé près de la fenêtre écoutait attentivement.

- Maintenant, je vais probablement retourné à la Tour Blanche afin de recevoir de nouveaux ordres. A moins évidemment que d'autres me parviennent demain et qui m'obligeraient à me déplacer non loin de cette région. En réalité, c'est probablement cela qui m'attend pour le reste de ma vie. Missions sur missions jusqu'à ce que je sois trop vieille ou trop blessée pour continuer la lutte contre le Mal. Cela ne parait pas bien optimiste, mais tel est ma Voie et mon Bonheur. Tant que je pourrais servir Sa Volonté, je le ferais.

Sur ce, un bâillement s'échappa de sa bouche et elle rajouta alors qu'elle en était arrivé, dans son rapport, à sa rencontre avec Brendan :

- J'y pense, je ne vous ai pas encore payer pour vos services qui l'ont pourtant bien mérités. Quelle est votre solde?

Elle demanda ça très solennellement, ne voulant pas que Brendan soit gêné d'une quelconque manière par leur rapprochement amical. Comme nous l'avons dit, elle n'avait de toute façons que faire de l'argent et elle lui en restait en conséquence vue la durée raccourcie de sa mission. La Tour Blanche récupérerait une partie, mais Brendan pouvait officiellement être compter dans ses frais.
Revenir en haut Aller en bas
Brendan
Prince maudit

Brendan

Messages : 339
Expérience : 1525
Masculin Âge RP : 31

Politique : 45
Métier : Chasseur - Apprenti
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 1559870510-barre-vie-gauche2415/2415Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 1559871461-barre-vie-rouge  (2415/2415)
Vitesse: -307
Dégâts: 1000

Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Anges & Démons [PW: Brendan]   Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 EmptyMar 12 Fév 2019 - 9:46

Cylicia m’expliqua la situation – qui tournait étonnamment à notre avantage pour le moment – et finit par me donner la récompense que le tenancier nous avait donné. Il s’agissait d’une herbe psychotrope qui avait la particularité d’apaiser. Mais elle avait aussi la fâcheuse tendance à influer sur la conscience, et ça je ne pouvais pas me le permettre. Je déclinai donc l’offre, mais rangea quand même le sachet dans une de mes poches. Comme elle me l’avait précisée, je pourrais toujours le revendre à bon prix. Je savais à quelles personnes m’adresser si le besoin s’en faisait sentir.
Cylicia finit par me répondre quant à la suite des évènements de son côté :

« Maintenant, je vais probablement retourner à la Tour Blanche afin de recevoir de nouveaux ordres. A moins évidemment que d’autres me parviennent demain et qui m’obligeraient à me déplacer non loin de cette région. En réalité, c’est probablement cela qui m’attend pour le reste de ma vie. Missions sur missions jusqu’à ce que je sois trop vieille ou trop blessée pour continuer la lutte contre le Mal. Cela ne parait pas bien optimiste, mais tel est ma Voie et mon Bonheur. Tant que je pourrais servir Sa Volonté, je le ferais. »

J’eus une moue admirative devant la conviction si zélée de la jeune Purificatrice. Elle ne pourrais que mourir au combat, c’était une évidence. Tout comme moi qui, une fois trop vieux pour me battre, finirait par me faire tuer lors d’une escarmouche contre les démons. Nos destins se ressemblaient, en un sens. Elle finit par me demander :

« J’y pense, je ne vous ai pas encore payer pour vos services qui l’ont pourtant bien mérités. Quelle est votre solde ? »

Je repensai tout à coup à la solde moi aussi. D’ordinaire, j’aurais sûrement imposé un prix, mais compte tenu de ce qui était en train de se tisser entre nous deux, je préférais me contenter de ce qu’elle m’avait déjà donné. Je sortis la poche d’herbe psychotrope et la montra à Cylicia en lui répondant :

« Ceci est un solde suffisant. Ne vous tracassez plus avec la paie. »

Je me remis droit sur mon tabouret et regardais sans vraiment y faire attention la fenêtre qui donnait sur l’entrée de l’enseigne. On était jamais trop prudent. Cependant, pour briser le silence, je finis par demander :

« Dites moi, Cylicia, pourquoi vous êtes-vous rasé le crâne ? Vous ne m’avez pas l’air laide, c’est dommage. »

Je lui fis un léger sourire, sans aucun sous-entendu. Comme je l’avais dit plus tôt, les femmes ne m’intéressaient pas. Néanmoins, j’avais décidé de faire un peu la conversation pour que la nuit passe plus vite. Nous n’allions pas dormir tout de suite après tout.

Je saisis alors le coupe-choux que je gardais toujours à ma ceinture et commençai à faire ma toilette, rasant ma barbe pour qu’elle fasse plus propre. Léana avait toujours insisté sur le fait que même un guerrier ne devrait pas négliger les règles d’hygiène élémentaires. Ainsi, j’avais pris l’habitude de me raser comme il faut, de faire ma toilette tous les jours et de ne pas ressembler à un va-nu-pied en armure. Paradoxal, ce genre de petites attentions, quand on savait que les démons étaient à mes trousses depuis des décennies et qu’ils me demandaient une vigilance absolue.




"L'homme est son propre démon." - Proverbe indien

Liste des RPs en cours:
- - ♚
Revenir en haut Aller en bas
Cylicia Condoris
Protectrice

Cylicia Condoris

Messages : 290
Expérience : 1406
Féminin Âge RP : 27

Politique : 01
Métier : Chasseur - Expert
Titres:
 

(Darmok, Chérubin de Cylicia, +350 v+300, 150) [Modifié]

Stats & équipements
Vitalité:
Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 1559870510-barre-vie-gauche2055/2055Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 1559871461-barre-vie-rouge  (2055/2055)
Vitesse: 151
Dégâts: 990

Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Anges & Démons [PW: Brendan]   Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 EmptyMar 12 Fév 2019 - 22:59

Brendan montra à Cylicia le paquet d'herbes euphorisantes qu'elle lui avait remis et se contenta de répondre:

- Ceci est un solde suffisant. Ne vous tracassez plus avec la paie.

- Comme vous voudrez, dit Cylicia, un sourire au coin de la bouche.

C'était la première fois qu'elle entendait parler d'un mercenaire refusant une solde, mais quel mercenaire après tout! Elle avait toujours eue du mal à comprendre comment l'on pouvait vendre ses services dans le but évidant de tuer autrui. Depuis qu'elle connaissait le système du mercenariat, elle pensait que ceux-ci avaient un esprit trop torturés que pour avoir la moindre once d'empathie. Brendan venait de lui démontrer le contraire par un exemple bien concret, ce qui sera toujours le meilleur type d'exemples que l'on puisse donner.

Cylicia se remise à écrire de suite, mais le chasseur de démon brisa le silence au bout de quelques secondes et ce d'une manière qui l'a fit stopper net son écriture.

- Dites moi, Cylicia, pourquoi vous êtes-vous rasé le crâne ? Vous ne m’avez pas l’air laide, c’est dommage.

Heureusement pour l'honneur de notre héroïne, celle-ci tournait le dos à son ami lorsqu'il lui fit ce compliment. Sinon celui-ci aurait put apercevoir le rose qui monta à ses joues à ce moment là. Nous pouvons, sans une once de méchanceté, définir Cylicia comme une "vieille fille" avec toute la naïveté sentimentale que cela implique. Si elle se fichait généralement de la flatterie et de toute espèce de roucoulement, elle n'avait cependant pas bien l'habitude de recevoir des compliments physiques autre que ceux de ses parents (nous parlons bien évidemment ici des Faeron). C'est qu'à la Tour Blanche elle était plus vue comme une dégénérée que comme un objet de désir. Elle reprit quelques secondes plus tard son écrit et lui répondit très franchement.

- Vous êtes bien charmant Brendan. C'est au cours de ma seizième année que je fit voeux de chasteté, je me rasa alors mes cheveux pour ne pas oublier celui-ci. Il faut dire que c'est un âge où ce type de voeux est difficilement tenable d'un point de vue purement biologique, au moins cela m'évitait d'être courtisée par le tout venant. Le voile lui, n'est là que pour éviter de choqué en société. C'est une vieille habitude maintenant, un peu comme un petit rituel personnel car au final ce n'est pas dans les habitudes de mon peuple qui, par ailleurs, ne me voit pas vraiment comme une "femme à marier".

Elle sourît en repensant à la réaction de ses parents quand elle leur apprit la nouvelle. Réaction qui n'était pas très éloignée de la délicatesse dont fut preuve Brendan. Maintenant qu'elle y repensait, elle ne savait pas grand chose sur le passé obscur de son interlocuteur. Avait-il lui aussi une famille, des amis ou au moins quelques compagnons? Certes, la solitude se lisait sur son visage mais difficile de la cachée lorsqu'on doit subir une malédiction pareille.

- C'est à moi de vous interroger il me semble, finit-elle par dire sur le ton de l'humour. J'ai l'impression de vous connaitre déjà tellement que j'en ai oublier mon ignorance à votre sujet. Avez-vous de la famille? Ou du moins, entendez moi bien, quelqu'un sur qui compter?

Ce n'est pas tant qu'elle s'intéressait réellement à ses proches mais bien plutôt à la solitude de Brendan. Elle savait que la solitude pouvait, à long terme, rendre fou à peu près n'importe qui et le mercenaire qui était déjà fragilisé par sa situation était la proie parfaite pour ce type de démon là.

Enfin, elle avait terminer l'écriture de son rapport et s'apprêta à l'envoyer. Pendant que Brendan lui répondait elle s'appliquait à plier minutieusement ses écrits afin de les faire entrer dans le petit contenant qu'ils utilisaient pour accrocher à leurs colombes, en l'occurrence ici un corbeau.
Revenir en haut Aller en bas
Brendan
Prince maudit

Brendan

Messages : 339
Expérience : 1525
Masculin Âge RP : 31

Politique : 45
Métier : Chasseur - Apprenti
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 1559870510-barre-vie-gauche2415/2415Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 1559871461-barre-vie-rouge  (2415/2415)
Vitesse: -307
Dégâts: 1000

Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Anges & Démons [PW: Brendan]   Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 EmptyMer 13 Fév 2019 - 9:27

Cylicia, qui était en train de rédiger une missive – probablement un rapport pour la Tour Blanche – me répondit d’un air sincère :

« Vous êtes bien charmant, Brendan. C’est au cours de ma seizième année que je fis vœu de chasteté, je me rasa alors mes cheveux pour ne pas oublier celui-ci. Il faut dire que c’est un âge où ce type de vœux est difficilement tenable d’un point de vue purement biologique, au moins cela m’évitait d’être courtisée par le tout venant. Le voile, lui, n’est là que pour éviter de choquer en société. C’est une vieille habitude maintenant, un peu comme un petit rituel personnel car, au final ce n’est pas dans les habitudes de mon peuple qui, par ailleurs, ne me voit pas vraiment comme une « femme à marier ». »

Je souris à cette mention. Un vrai guerrier n’avait-il donc jamais le temps d’aimer ou d’être aimé ? C’était ce que mon expérience personnelle me rapportait, en tout cas. Ainsi donc elle avait fait vœu de chasteté ? En pleine adolescence en plus ? J’avais cependant appris que les stryges ne se différenciaient pas tant que ça des humains : il y avait forcément un âge où les jeunes mâles et les jeunes femelles batifolaient à la recherche de leur sexualité.
Ma compagne du soir ajouta malicieusement, après avoir eu un bref sourire :

« C’est à moi de vous interroger il me semble. J’ai l’impression de vous connaître déjà tellement que j’en ai oublié mon ignorance à votre sujet. Avez-vous de la famille ? Ou du moins, entendez-moi bien, quelqu’un sur qui compter ? »

Je baissai légèrement la tête, subitement pensif. Je repensais à Léana, la seule réelle famille que j’avais, et de quelle façon je l’avais perdu. Ma mâchoire se crispa légèrement, et je lui répondis :

« J’avais une mère, autrefois. Pas ma mère biologique, mais la personne qui m’a élevé. Je n’ai jamais connu mes parents, et le seul souvenir que j’ai d’eux c’est cette bague. »

Je fouillai dans une de mes doublures intérieures et en sortit un anneau ouvragé, argenté, d’où l’on pouvait voir ce qui s’apparentait à une tête de lion. Je repris une fois qu’elle eut examiné :

« Mais j’ai grand espoir de trouver des réponses à Stellaraë. Concernant ma mère, elle est morte il y a bien une quinzaine d’années maintenant. Elle était mon seul pilier, et avec elle est morte mon innocence. Si tant est que j’ai été innocent un jour. »

J’étais soucieux en repensant à ma mère. Aux derniers mots qu’elle m’avait adressé. Au regard de déception qu’elle m’avait lancé. A celui qui l’avait tué. Je n’étais plus moi-même ce jour-là, et depuis lors je savais posséder la faculté de me transformer en démon en absorbant leur sang. Mais je ne l’avais jamais réutilisé depuis, par peur de causer une nouvelle catastrophe, et parceque je détestais l’idée de revêtir la peau d’une créature du Pandémonium. Je n’avais jamais réellement compris d’où venait cette faculté, mais j’avais l’impression de me sentir plus fort à chaque gorgée de sang. C’est lors de l’accident où j’avais tué Léana que j’avais développé la capacité de voir la vraie forme des démons, par exemple. Jusqu’alors, comme tout le monde, je pouvais être dupé par leur apparence humanoïde. Qui sait jusqu’où je pouvais aller, en buvant du sang de démon ? Mais ce n’était pas une voie que je souhaitais arpenter. En l’honneur de Léana. Je repris finalement, après une petite pause de quelques secondes :

« Et vous ? Je me demande quand même à quoi peuvent ressembler les parents d’une purificatrice si zélée. N’y voyez pas d’offense, il y a du bon dans le zèle parfois. »




"L'homme est son propre démon." - Proverbe indien

Liste des RPs en cours:
- - ♚
Revenir en haut Aller en bas
Cylicia Condoris
Protectrice

Cylicia Condoris

Messages : 290
Expérience : 1406
Féminin Âge RP : 27

Politique : 01
Métier : Chasseur - Expert
Titres:
 

(Darmok, Chérubin de Cylicia, +350 v+300, 150) [Modifié]

Stats & équipements
Vitalité:
Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 1559870510-barre-vie-gauche2055/2055Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 1559871461-barre-vie-rouge  (2055/2055)
Vitesse: 151
Dégâts: 990

Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Anges & Démons [PW: Brendan]   Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 EmptyMer 13 Fév 2019 - 20:19

- J’avais une mère, autrefois. Pas ma mère biologique, mais la personne qui m’a élevé. Je n’ai jamais connu mes parents, et le seul souvenir que j’ai d’eux c’est cette bague.

Adopté lui aussi, décidément le destin de ces deux personnages hauts en couleur avait plus d'une chose en commun. Certaines personnes ignorantes des choses de ce monde auraient sauvagement insinuées que cette mère ne méritait pas un tel titre juste à cause de ce manque de rapport biologique, mais Cylicia était loin d'être ce genre de personne limitée par leur microcosme. Elle saisit délicatement la bague qui semblait être le seul trésor de Brendan et l'examina avec attention. Cela ne lui disait rien, elle lui rendit donc en montrant son désappointement.

- Mais j’ai grand espoir de trouver des réponses à Stellaraë. Concernant ma mère, elle est morte il y a bien une quinzaine d’années maintenant. Elle était mon seul pilier, et avec elle est morte mon innocence. Si tant est que j’ai été innocent un jour.

Notre héroïne fronça les sourcils de tristesse. Elle comprenait la perte d'un proche, ayant perdu Léonis il y'a quelques années, et imaginait donc à quel point il devait être difficile de perdre son unique proche. Avec Elena toujours à ses côtés, elle gardait un soutien indéniable et ce sans parler de ses amis auprès des Adeptes du Dragon, ainsi que ses moins amicales connaissances auprès des Purificateurs.

- Je suis désolé d'apprendre cela...

La solitude était donc bel et bien le lot de Brendan, elle se devait d'y trouver un quelconque remède mais comment? Elle ne pouvait renier son devoir et n'avait aucune raison autre de suivre Brendan dans ses péripéties. Elle allait lui proposer de rester en contact épistolaire lorsque celui-ci reprit :

- Et vous ? Je me demande quand même à quoi peuvent ressembler les parents d’une purificatrice si zélée. N’y voyez pas d’offense, il y a du bon dans le zèle parfois.

Tout en ouvrant la cage du corbeau afin de lui attaché son message, elle répondit à Brendan nostalgique.

- Je n'ai jamais connue mes parents non plus. Ils sont morts, dit-on, peu après ma naissance sur le Lac Fresha, une créature aura probablement eue raison d'eux. Je fus ensuite adoptée par un couple de pêcheurs alcooliques, les Scounes. Mon enfance, jusqu'à mes six ou sept ans, car au fait mon âge est assez incertains, ne fut constituer que de maltraitance et d'exploitation. Je n'étais pour eux qu'un esclave leur servant de défouloir lorsque les choses n'allaient pas comme ils l'entendaient... Enfin, ce cauchemar prit fin lorsque Léonis Faeron et son escouade de Purificateurs passèrent par chez nous afin de passer la nuit. Léonis me prit sous son aile sous prétexte de faire de moi une Purificatrice, il m'avoua plus tard que c'était surtout pour me sortir de cette misère noire. Je grandis donc pour le reste de ma jeunesse auprès de Léonis Faeron, un grand Purificateur, et sa femme Elena Faeron, grande intellectuelle chez les Adeptes du Dragon. J'ai eu beaucoup de chance d'avoir au final pareil soutien. C'est eux à présent que je considère comme ma famille, et eux qui ont fait de moi qui je suis aujourd'hui.

Elle finit son discours en faisant s'envoler le corbeau par leur fenêtre et finit par dire en souriant à Brendan :

- Ah, Léonis est mort à présent... Au combat, comme j'aurais dut m'en douter bien plus tôt.

Notre héroïne commença alors à se défaire de son armure et de sa robe. A présent en culotte longue et en chemise, elle remit sa ceinture, où était accrochée son épée, par dessus le tout et dit au mercenaire :

- Je n'ai jamais chercher à savoir qui exactement étaient les responsables, la vengeance est chose bien mauvaise pour ceux voulant suivre la Volonté de Morkez...

C'était peu dire, la vengeance est probablement ce qui eut raison de cette sainte jeune femme. Elle se rassit dans le fauteuil, épuisée.

- Dormez donc Brendan, dit-elle en se frottant les yeux. Je veillerais sur votre sommeil et notre sécurité.

En disant cela, elle était à la fois curieuse et terrifiée à l'idée d'être témoin de son voyage dans le Pandémonium. Enfin, comme elle l'espérait, peut-être celui-ci n'allait-il pas se produire.
Revenir en haut Aller en bas
Brendan
Prince maudit

Brendan

Messages : 339
Expérience : 1525
Masculin Âge RP : 31

Politique : 45
Métier : Chasseur - Apprenti
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 1559870510-barre-vie-gauche2415/2415Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 1559871461-barre-vie-rouge  (2415/2415)
Vitesse: -307
Dégâts: 1000

Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Anges & Démons [PW: Brendan]   Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 EmptyMar 26 Fév 2019 - 14:45

Le ton de Cylicia fut cette fois-ci beaucoup plus nostalgique lorsqu’elle me répondit quant à ses origines :

« Je n'ai jamais connue mes parents non plus. Ils sont morts, dit-on, peu après ma naissance sur le Lac Fresha, une créature aura probablement eu raison d'eux. Je fus ensuite adoptée par un couple de pêcheurs alcooliques, les Scounes. Mon enfance, jusqu'à mes six ou sept ans, car au fait mon âge est assez incertain, ne fut constituer que de maltraitance et d'exploitation. Je n'étais pour eux qu'un esclave leur servant de défouloir lorsque les choses n'allaient pas comme ils l'entendaient... Enfin, ce cauchemar prit fin lorsque Léonis Faeron et son escouade de Purificateurs passèrent par chez nous afin de passer la nuit. Léonis me prit sous son aile sous prétexte de faire de moi une Purificatrice, il m'avoua plus tard que c'était surtout pour me sortir de cette misère noire. Je grandis donc pour le reste de ma jeunesse auprès de Léonis Faeron, un grand Purificateur, et sa femme Elena Faeron, grande intellectuelle chez les Adeptes du Dragon. J'ai eu beaucoup de chance d'avoir au final pareil soutien. C'est eux à présent que je considère comme ma famille, et eux qui ont fait de moi qui je suis aujourd'hui. »

Ne m’étant jamais réellement renseigné sur les stryges blancs, je ne savais pas vraiment ce que signifiait être « adepte du dragon » mais j’imaginais, en vue de la pointe de fierté que je voyais quand Cylicia parlait de sa tutrice, que c’était un poste important. Ainsi donc, elle aussi n’avait jamais connu ses vrais parents. Et elle aussi était passé par de très mauvaise passes dans sa vie. Je compatissais à ses souffrances passées, et je commençais à me sentir de plus en plus proche de cette Purificatrice au crâne rasé et à la vie au moins aussi heureuse que la mienne.
Une fois son discours fini, elle laissa le corbeau auquel elle avait attachée un message s’envoler par la fenêtre, puis repris avec un léger sourire :

« Ah, Léonis est mort à présent... Au combat, comme j'aurais dut m'en douter bien plus tôt. »

Par politesse, par respect et parce que j’étais bien éduqué, je lui répondis avec sincérité :

« Je suis désolé également. Au moins est-il mort dignement. »

En soit, je n’en savais rien. S’il faut, il était mort lors d’un combat qui l’opposait à ses collègues purificateurs, et avait en fait déserté. C’était une possibilité après tout. Mais quelque chose me disait dans ce que Cylicia m’avait appris que Léonis était bel et bien mort avec honneur, tel l’image que je me faisais d’un Purificateur. Elle reprit après avoir fini de se déshabiller :

« Je n'ai jamais chercher à savoir qui exactement étaient les responsables, la vengeance est chose bien mauvaise pour ceux voulant suivre la Volonté de Morkez... »

Je haussai un sourcil, circonspect. La morale générale me semblait toujours bizarre. Pourquoi était-ce mal de penser à soi ? Pourquoi était-ce mal de vouloir venger quelqu’un qui était mort sans rien demander ? Pourquoi était-ce mal de préférer préserver sa santé et sa vie à l’instar d’une victime qu’on aurait pu – peut-être – sauver ? Ce genre de choses m’avaient toujours dépassée, moi que les gens jugeaient bien souvent égoïste et porteur de mort. Etais-je un méchant pour autant ? Non, je ne pensais pas, pour peu que « méchant » signifiait quoi que ce soit. Etait-je alors un gentil ? Non plus, en prenant en compte le paradigme où « gentil » signifiait quelque chose. Bien sûr, si je pouvais sauver quelqu’un sans trop risquer ma vie, ou poussé par un instinct d’altruisme, je le faisais. Mais je ne pouvais plus m’émouvoir de laisser des cadavres innocents dans mon sillage. Je ne pouvais plus m’émouvoir de voir des gens bien périr parce qu’ils avaient voulu m’aider. Sinon, je serais déjà devenu fou.
Cela faisait-il de moi quelqu’un de bien ou de mal ? Quelqu’un de moral ? Je ne pensais pas, pour peu que la morale elle-aussi représentait quoi que ce soit. Ou plutôt, comme tous les termes précédents, représentaient quelque chose de façon universelle, comme une loi immuable de la nature. Selon moi, chacun avait sa morale, sa vision du Bien et du Mal, et je ne connaissais personne qui se levait le matin en se disant « Je fais partie des méchants. » Non, tout le monde faisait leur affaire en pensant faire le bien.
Tout ça pour dire, au final, que je trouvais étrange qu’il ne soit pas conseillé de venger un proche sous peine d’être mal vu par son dieu. Avant que je n’eus le temps de répondre, Cylicia, tranquillement assise dans son fauteuil, me dit d’un ton rassurant :

« Dormez donc Brendan. Je veillerais sur votre sommeil et notre sécurité. »

Je souris face à la gentillesse dont elle faisait preuve. C’était aimable à elle, mais je ne dormais que très peu en règle générale. Je lui répondis, réunissant les politesses d’usages et le fond de mon propos :

« Je vous remercie Cylicia, mais je ne sais même pas si je serais capable de dormir tout de suite. Quant à votre vengeance, ça m’interloque. Venger un proche de façon définitive laverait le monde de quelques salopards et permettrait d’avoir la conscience un peu plus tranquille. Je n’ai jamais compris la morale de manière générale, et encore moins celle de votre peuple. Je la trouve trop… ascétiste. Non pas que je recherche le luxe, mais se priver pour se priver n’a aucun intérêt à mes yeux. Après, ce n’est que mon point de vue… »

Je haussai les épaules. J’espérais ne pas blesser Cylicia dans ses convictions avec mes questionnements sur sa morale et son éthique. Mais du peu que je la connaissais, je pense qu’elle était trop zêlée pour mettre en doute sa morale, et elle devait certainement plus me prendre pour un gentil benêt que pour un adversaire spirituel.
J’ajoutai, plus pour moi-même :

« Profite de la chance de pouvoir te venger. Moi, je ne le pourrais jamais. »




"L'homme est son propre démon." - Proverbe indien

Liste des RPs en cours:
- - ♚
Revenir en haut Aller en bas
Cylicia Condoris
Protectrice

Cylicia Condoris

Messages : 290
Expérience : 1406
Féminin Âge RP : 27

Politique : 01
Métier : Chasseur - Expert
Titres:
 

(Darmok, Chérubin de Cylicia, +350 v+300, 150) [Modifié]

Stats & équipements
Vitalité:
Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 1559870510-barre-vie-gauche2055/2055Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 1559871461-barre-vie-rouge  (2055/2055)
Vitesse: 151
Dégâts: 990

Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Anges & Démons [PW: Brendan]   Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 EmptyMer 27 Fév 2019 - 15:34

- Je vous remercie Cylicia, mais je ne sais même pas si je serais capable de dormir tout de suite. Quant à votre vengeance, ça m’interloque. Venger un proche de façon définitive laverait le monde de quelques salopards et permettrait d’avoir la conscience un peu plus tranquille. Je n’ai jamais compris la morale de manière générale, et encore moins celle de votre peuple. Je la trouve trop… ascétiste. Non pas que je recherche le luxe, mais se priver pour se priver n’a aucun intérêt à mes yeux. Après, ce n’est que mon point de vue…

Notre héroïne savait que la société humaine n'était pas autant influencée par la religion que la sienne et ne s'étonna pas devant l'incompréhension de Brendan. A quoi pouvait bien, inversement, ressembler la société humaine dont la foi n'était pas même tournée vers Morkez? Cylicia ne pouvait que s'imaginer une espèce de chaos anarchique dont la nature humaine s'efforce à réguler. Elle aurait bientôt l'occasion de voir ce climat humain dans toute sa splendeur plus tard mais pour l'heure la plus grosse ville humaine qu'elle vue ne se résumait qu'à Ishtar. Piètre exemple de la complexité de cette race.

Quant à la vengeance, Cylicia n'y croyait tout simplement pas. Elle avait un point de vue des plus académique sur la chose, comme sur tant d'autres. C'était de ce genre de savoir qui font perdre leur âme aux choses quand il est placé dans un être aussi pure, pour ne pas dire naïf, tel que l'était notre héroïne. Pour elle, la vengeance n'entraînait que la vengeance et ne pouvait donc s'inclure dans sa vision du bien être social. Après, les criminels étaient des criminels et méritaient d'être châtiés.

- Profite de la chance de pouvoir te venger. Moi, je ne le pourrais jamais. Finit par dire Brendan.

La souffrance du chasseur de démon coupa l'envie à Cylicia de continuer sur ce sujet là. Quand bien même ils auraient entamés cette joute verbale, elle sentait trop bien que ni l'un ni l'autre ne décamperait de ses positions et peut-être même Brendan finirait-il par se vexer.

- Disons, pour parodier l'expression, que la vengeance est un plat que je digère mal.

Elle s'extirpa du fauteuil et s'assît sur le lit en attrapant son sac au passage, le mercenaire semblait bien décider à prendre le premier tour de garde,puis commença à fouiller dedans jusqu'à en sortir un petit livre qu'elle tint sur ses genoux. Elle finit par regarder Brendan, l'air intriguée.

- Permettez vous que je pratique mon culte?

Elle savait que cela ne le dérangerait pas même si ce n'était pas vraiment sa tasse de thé, mais préférait demander tout de même. Certains humains supportaient mal l'ouverture à d'autre culture et elle ne voulait pas le brusquer. Une fois l'approbation de Brendan en poche elle se mise à genoux, droite comme un piquet,  le petit livre de prières aux coeur de ses mains jointes. Les yeux fermés, elle entama d'une voix magnifique ce petit chant qui raisonna avec beaucoup de grâce dans la chambre :

Ô que ta main paternelle
me bénisse à mon coucher
et que ce soit sous ton aile
que je dorme ô bon berger.

Veuilles effacer par ta grâce
les péchés que j'ai commis
et que ton esprit me fasse
obéissante et soumise.

Fais reposer sous ta garde
mes amis et mes parents
que ton oeil les regarde
avec amour et tendrement.

Que ta faveur se déploie
pour consoler l'affligé,
donne au pauvre un peu de joie
au malade la santé.

Morkez j'ai fait ma prière
sous ton aile je m'endors
heureuse de savoir
qu'un père plein d'amour
veille au dehors.


Elle ouvrit alors les yeux, rangea son petit livre de prière et s'installa définitivement sur le lit. Une fois sa lame bien placée sous son oreiller elle se tourna vers Brendan et lui parla en ces mots :

- Parlez moi un peu de votre mère, elle semble vous avoir bien former. Je suis curieuse de savoir qu'elle genre de femme c'était.

Sur ce, elle se frotta les yeux et descendit un peu plus profondément dans la douceur de ce lit au confort tout relatif.
Revenir en haut Aller en bas
Brendan
Prince maudit

Brendan

Messages : 339
Expérience : 1525
Masculin Âge RP : 31

Politique : 45
Métier : Chasseur - Apprenti
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 1559870510-barre-vie-gauche2415/2415Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 1559871461-barre-vie-rouge  (2415/2415)
Vitesse: -307
Dégâts: 1000

Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Anges & Démons [PW: Brendan]   Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 EmptyJeu 28 Fév 2019 - 11:12

Ma compagne ailée coupa court au débat en me disant :

« Disons, pour parodier l’expression, que la vengeance est un plat que je digère mal. »

Il n’y aurait sûrement rien eu à dire de plus. Nous avions tous les deux nos idées, et nous étions tous les deux assez têtu dans nos convictions pour ne pas changer de position sur la question. Elle finit par sortir du fauteuil et prendre un livre, que j’imaginais être un livre de prière, avant de me demander, intriguée :

« Permettez-vous que je pratique mon culte ? »

Sans dire un mot, je me levai et commençai à faire les cent pas, lui répondant simplement par un vague signe de la main pour lui dire que c’était bon. Je ne trouverais pas le sommeil tout de suite, et marcher m’aidait à me concentrer.
J’étais certes contre le concept de la religion, mais ceux qui pensaient en avoir besoin pour vivre ne méritait pas mon cynisme. J’avais toujours su faire la part des choses entre le croyant et la croyance. Pour moi, une croyance devait être respectée, mais pouvait être critiquée et débattue. Où irait le monde si certaines choses n’étaient plus ouvertes au débat ?

Cylicia se mit en position de prière, à genou et son livre dans les mains. Puis, tout à coup, elle se mit à chantonner sa prière, avec une jolie voix que je ne lui imaginais pas jusqu’alors. Cylicia avait une voix faire pour la chanson, et j’aurais aimé l’entendre chanter autre chose que des louanges à un dieu imaginaire. Mais ça, je me gardais bien de lui dire.
Une fois sa chanson terminée, elle partit se coucher sur le lit et comprenant qu’elle me laissait le premier tour de garde, je m’affalai sur le fauteuil, la tête dans les mains. Le sommeil approchait, et avec lui la descente en enfer. J’y étais préparé, cela faisait plus de trente ans que je l’étais. Mais j’étais toujours aussi las de ne pas pouvoir obtenir le repos.
Cylicia finit par briser le silence et me demanda :

« Parlez moi un peu de votre mère, elle semble vous avoir bien formé. Je suis curieuse de savoir quelle genre de femme c’était. »

J’eus un léger sourire en coin, imperceptible car ma tête était dans mes mains, et je me replongeai dans les souvenirs que j’avais de Léana. Dans le même temps, je répondis à Cylicia, mes mots portés par le flot des souvenirs :

« Ma mère ? Il y en a des choses à dire sur ma mère. Tout d’abord, elle s’appelait Léana. Je vais commencer par vous dire ce que je pense savoir d’elle, puis ce que je sais d’elle. »

Je pris une pause pour sortir ma tête de mes mains, me frottant les yeux quelques secondes avant d’enchaîner :

« Léana vivait dans le luxe et le confort à une époque. Je le sais, à la manière qu’elle m’a éduqué et à l’importance qu’elle accordait aux bonnes manières. Quand ma barbe a commencé à pousser, croyez bien que j’aurais été fou de la négliger. Elle m’aurait assassiné si je l’avais laissée devenir touffue et chaotique. »

Je pris une nouvelle pause et ricanai légèrement, complètement emporté par les souvenirs qui défilaient devant mes yeux. Puis je repris :

« De ce que je suppose, elle était une proche de la famille royale de Stellaraë. Ce sont des suppositions, mais je pense ne pas être loin de la vérité. Quant à savoir le poste qu’elle avait, je n’en sais rien. Baronne peut-être ? Ou une cousine éloignée de la famille royale ? Ce que je sais en revanche, c’est que peu de personne devait lui chercher des noises. Elle avait ce quelque chose de froid dans le regard, d’intimidant, d’inquiétant, quand les choses ne se passaient pas comme elle le souhaitait. M’est avis que certains nobliaux s’y sont cassé les dents quand elle était encore dans leur monde. »

Je souris une nouvelle fois, imaginant avec quelle vigueur et quelle prestance elle aurait pu flanquer une rouste à un noble un peu trop machiste. Tout à coup, je me rendis compte que je n’étais qu’au début de mes explications, et que je n’avais pas encore parlé de mon lien qui m’unissait à elle. Je repris donc :

« Quoi qu’il en soit, un jour, et je n’ai jamais su pourquoi, elle s’est retrouvé à vagabonder le monde en s’occupant de moi, alors même que je n’étais pas son enfant. Elle n’a jamais voulu me dire qui étaient mes parents, et pourquoi nous avions un mode de vie si loin de ceux des autres. Ni pourquoi j’étais atteint de ma malédiction, mais ça je pense qu’elle ne le savait pas elle-même. Longtemps, elle m’a appris à me défendre contre les excursions nocturnes de mon esprit dans le Pandémonium. J’ai très peu de souvenir de ce qu’il se passait quand j’étais encore nourrisson ou bébé, mais de ce que me disait Léana elle avait un remède temporaire qui empêchait mon esprit de voyager, mais ce remède ne fonctionnait que jusqu’à environ cinq-six ans. J’imagine donc que c’est à ce moment que j’ai réellement commencer à subir ma malédiction. C’est sûrement ça qui m’a forcé à apprendre à me défendre et à survivre tôt.
Léana a toujours fait en sorte que je m’en sorte, au détriment du danger et du risque qu’elle prenait. Elle m’a aussi appris à bien paraître en société, car même dans son armure de cuir, avec ses cicatrices et sa lame ensanglantée, on sentait qu’elle n’était pas une simple roturière. C’est pour ça que je me rase proprement, que je n’en met pas partout quand je mange, et que je ne fais pas dégouliner la bière dans ma barbe comme un malpropre. Aussi paradoxal que ça puisse être, compte tenu de ce qu’on pourrait penser de moi au premier coup d’œil.
»

Je pris une nouvelle pause, cette fois-ci car je commençais à avoir soif. Je sortis donc la gourde de ma ceinture, débouchonna puis pris une gorgée avant de la poser sur le rebord de la fenêtre, à portée de main au cas où ma soif devait être étanchée.
J’enchaînai finalement, après cette courte pause :

« Ce que je sais de Léana, maintenant. C’était une femme caractérielle, parfois impulsive, mais jamais sans avoir réfléchi à un plan ou à mille et une façon de s’en sortir. Elle paraissait froide aux premiers abords, et très peu sentimentale. Mais dans son regard, je savais que c’était de l’amour que j’y voyais. Tout comme je ne l’appelais jamais « Mère », elle ne me dévoilait jamais son amour, et pourtant nous savions tous les deux à quoi nous en tenir. Quand j’y repense, je me dis qu’elle n’a pas du m’aimer tout de suite, et qu’il a fallu du temps. Comment peut-on aimer l’être qui vous a retiré votre vie de confort et de luxe ? Qui vous a forcé à devenir une épée à louer pour pouvoir subsister ? Et pourtant, elle a bien du apprendre à m’aimer car elle m’a sauvé la vie plusieurs fois, et a risqué la sienne bien plus encore, dans le seul but de me protéger.
C’était une femme altruiste, mais je doute qu’elle aurait été capable de protéger aussi vaillamment quelqu’un qu’elle haïssait. Altruiste, oui, car elle ne supportait aucune injustice et avait des convictions si profondes que je plains celui qui aurait voulu les changer. Elle a essayé de me les apprendre, et j’en ai compris beaucoup, assimilé certaines, mais ait fini par me faire ma propre vision du monde. Je suis loin d’être aussi bon que Léana. Je suis juste moi, Brendan, un chasseur de démon prêt à tout pour survivre et laver le monde des démons. Mais elle, elle était vouée corps et âmes au Bien. Au final, ça ne lui a pas vraiment réussi.
»

Je soupirai, repensant à la manière atroce dont elle était morte. Et surtout, qui l’avait tué. Je concluai, la voix un peu plus calme et profonde :

« Elle a passé sa vie à me protéger, pour finir par périr de mes mains… »




"L'homme est son propre démon." - Proverbe indien

Liste des RPs en cours:
- - ♚
Revenir en haut Aller en bas
Cylicia Condoris
Protectrice

Cylicia Condoris

Messages : 290
Expérience : 1406
Féminin Âge RP : 27

Politique : 01
Métier : Chasseur - Expert
Titres:
 

(Darmok, Chérubin de Cylicia, +350 v+300, 150) [Modifié]

Stats & équipements
Vitalité:
Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 1559870510-barre-vie-gauche2055/2055Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 1559871461-barre-vie-rouge  (2055/2055)
Vitesse: 151
Dégâts: 990

Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Anges & Démons [PW: Brendan]   Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 EmptyJeu 14 Mar 2019 - 4:22

- Ma mère ? Il y en a des choses à dire sur ma mère. Tout d’abord, elle s’appelait Léana. Je vais commencer par vous dire ce que je pense savoir d’elle, puis ce que je sais d’elle.

Rares sont les personnes faisant cette distinction subtile entre l'imaginaire personnel et le savoir. Etrangement, Cylicia qui avait grandit au dedans de cette civilisation aussi religieuse que critique avait de quoi apprécier ce genre de réflexions. Elle tendit donc l'oreille, malgré le sommeil qui l'a happait doucement.

- Léana vivait dans le luxe et le confort à une époque. Je le sais, à la manière qu’elle m’a éduqué et à l’importance qu’elle accordait aux bonnes manières. Quand ma barbe a commencé à pousser, croyez bien que j’aurais été fou de la négliger. Elle m’aurait assassiné si je l’avais laissée devenir touffue et chaotique.

Il est vrai que rares sont les paysans faisant attentions à de telles manières. Notre héroïne, qui avait connue les Scounes dans son enfance, savait tout de même qu'une certaine race de personne confondait la  bienséance avec le lèche-bottisme. Tout n'était donc pas encore trancher. Brendan semblait tout de même physiologiquement enjoué par les souvenirs qu'il avait, ce qui laissait Cylicia douté de sa réelle sociopathie.

- De ce que je suppose, elle était une proche de la famille royale de Stellaraë. Ce sont des suppositions, mais je pense ne pas être loin de la vérité. Quant à savoir le poste qu’elle avait, je n’en sais rien. Baronne peut-être ? Ou une cousine éloignée de la famille royale ? Ce que je sais en revanche, c’est que peu de personne devait lui chercher des noises. Elle avait ce quelque chose de froid dans le regard, d’intimidant, d’inquiétant, quand les choses ne se passaient pas comme elle le souhaitait. M’est avis que certains nobliaux s’y sont cassé les dents quand elle était encore dans leur monde.

Situation difficile à évaluer. Brendan lui-même n'était pas sûr de cette version de l'histoire. En tous cas, il est vrai que notre héroïne était étonnée par l'éducation du mercenaire. Cela était certes plus courant à la Tour Blanche, mais elle gardait cette vision de l'Homme illettré et vulgaire. Quant à savoir si cette éducation était issue d'une branche noble ou non, elle n'aurait pas osée s'y avancée. Cette bague semblait tout de même donnée l'ombre d'un indice, mais cela aurait autant put être la lubie d'un riche bourgeois se voulant faire quelques armoiries.

- Quoi qu’il en soit, un jour, et je n’ai jamais su pourquoi, elle s’est retrouvé à vagabonder le monde en s’occupant de moi, alors même que je n’étais pas son enfant. Elle n’a jamais voulu me dire qui étaient mes parents, et pourquoi nous avions un mode de vie si loin de ceux des autres. Ni pourquoi j’étais atteint de ma malédiction, mais ça je pense qu’elle ne le savait pas elle-même. Longtemps, elle m’a appris à me défendre contre les excursions nocturnes de mon esprit dans le Pandémonium. J’ai très peu de souvenir de ce qu’il se passait quand j’étais encore nourrisson ou bébé, mais de ce que me disait Léana elle avait un remède temporaire qui empêchait mon esprit de voyager, mais ce remède ne fonctionnait que jusqu’à environ cinq-six ans. J’imagine donc que c’est à ce moment que j’ai réellement commencer à subir ma malédiction. C’est sûrement ça qui m’a forcé à apprendre à me défendre et à survivre tôt.

Pour le coup, c'était exactement l'inverse de Cylicia qui durant toute sa jeunesse fut protégée et choyée par ses parents adoptifs. Léana ne semblait pas être une mauvaise mère de substitution loin de là, mais c'était tout simplement un fait. De par les circonstances, Brendan ne semblait pas avoir eut le choix.

- Léana a toujours fait en sorte que je m’en sorte, au détriment du danger et du risque qu’elle prenait. Elle m’a aussi appris à bien paraître en société, car même dans son armure de cuir, avec ses cicatrices et sa lame ensanglantée, on sentait qu’elle n’était pas une simple roturière. C’est pour ça que je me rase proprement, que je n’en met pas partout quand je mange, et que je ne fais pas dégouliner la bière dans ma barbe comme un malpropre. Aussi paradoxal que ça puisse être, compte tenu de ce qu’on pourrait penser de moi au premier coup d’œil.

La jeune stryge se sentit quelque peu mal à l'aise suite à cette réflexion. Elle s'avouait en elle-même qu'au premier abord elle avait juger Brendan comme un simple roturier prêt à tout pour de l'argent. Il faut dire que l'endroit de leur rencontre et cette histoire de démons l'avait également poussée dans ce sens. Et on ne lui avait, évidemment, que très peu apprit à la Tour Blanche de juger au cas par cas. Tout cela ne lui en disait au final que très peu sur l'étendue de son éducation. A quel point était-il savant et à quel point était-il ignorant? Questions auxquelles seul le temps peu répondre entre gens qui se connaissent bien.

Brendan sorti sa gourde et s'abreuva de quelques gorgées. Cela rappela à notre héroïne sa propre soif car rappelons qu'elle n'avait pas bu depuis la bière qu'elle partagea bien des heures avant avec son interlocuteur. Elle lui fit donc signe de lui passer la dite gourde avant que le mercenaire ne reprenne son histoire.

- Ce que je sais de Léana, maintenant. C’était une femme caractérielle, parfois impulsive, mais jamais sans avoir réfléchi à un plan ou à mille et une façon de s’en sortir. Elle paraissait froide aux premiers abords, et très peu sentimentale. Mais dans son regard, je savais que c’était de l’amour que j’y voyais. Tout comme je ne l’appelais jamais « Mère », elle ne me dévoilait jamais son amour, et pourtant nous savions tous les deux à quoi nous en tenir. Quand j’y repense, je me dis qu’elle n’a pas du m’aimer tout de suite, et qu’il a fallu du temps. Comment peut-on aimer l’être qui vous a retiré votre vie de confort et de luxe ? Qui vous a forcé à devenir une épée à louer pour pouvoir subsister ? Et pourtant, elle a bien du apprendre à m’aimer car elle m’a sauvé la vie plusieurs fois, et a risqué la sienne bien plus encore, dans le seul but de me protéger.

Ce genre de relation ambigus étaient très loin des habitudes strygiennes. L'amour et l'empathie était pour cette race ailée presque une seconde nature. Difficile dès lors d'imaginer de faux semblants dans ce genre de situation qu'ils auraient pris naturellement de manière positive. Enfin, les humains étaient, sinon plus subtiles, tout du moins plus complexes. Alors que Cylicia lui rendait sa gourde, le chasseur de démon continua son récit.

- C’était une femme altruiste, mais je doute qu’elle aurait été capable de protéger aussi vaillamment quelqu’un qu’elle haïssait. Altruiste, oui, car elle ne supportait aucune injustice et avait des convictions si profondes que je plains celui qui aurait voulu les changer. Elle a essayé de me les apprendre, et j’en ai compris beaucoup, assimilé certaines, mais ait fini par me faire ma propre vision du monde. Je suis loin d’être aussi bon que Léana. Je suis juste moi, Brendan, un chasseur de démon prêt à tout pour survivre et laver le monde des démons. Mais elle, elle était vouée corps et âmes au Bien. Au final, ça ne lui a pas vraiment réussi.

Cylicia était bonne de nature mais les dieux seuls savent ce qu'elle aurait finit par advenir en restant aux côtés des Scounes. Cela elle en était consciente malgré Léonis qui lui avait répété qu'elle était la bonté incarnée. Ainsi, Brendan lui semblait être une version probable d'elle même. Peut-être pas exactement pareille, mais avec autant de lassitude tout du moins et sans doutes plus de vices. Le mercenaire finit par soupirer avant de dire ces mots qui réveillèrent pleinement notre héroïne l'espace d'un instant.

- Elle a passé sa vie à me protéger, pour finir par périr de mes mains…

Le chasseur de démon était-donc coupable de parricide?! Le tendre coeur de la Cylicia de cette époque ne pouvait s'imaginer un tel acte. Elle voyait pourtant bien à l'attitude et au regard de Brendan qu'il s'agissait là d'un accident, mais la chose restait tout de même fort choquante.  Comment? Pourquoi? Au vue de sa malédiction et de la paranoïa dans laquelle ils devaient vivre, c'était assez facile à se figurer. Une goutte de plus dans l'océan de tristesse qu'était la vie de ce brave homme. Comment l'amené après cela à la lumière? C'était toute la question car telle était au final la mission de notre Purificatrice. Mais comment imaginé une telle souffrance? Il ne suffisait pas de se tailladé ou de commencer un jeûne. Pourtant, bien loin de leurs idées à tout les deux, son empathie de l'époque était plus proche qu'elle ne croyait de la souffrance de son camarade.

- Je n'ose imaginer votre douleur... Finit-elle par dire.

Cela ne l'a dérangeait nullement que Brendan l'a tutoie, mais elle avait simplement gardée cette habitude aristocratique du vouvoiement vis à vis de beaucoup de personnes. Qu'importe, plus les choses avançaient et plus elle avait du mal à trouver un moyen pour aider ce brave homme dans ses tourments. En réalité, plus il parlait et plus elle avait l'envie de l'aider dans sa quête de vérité même si celle-ci risquait de finir par la mort. Le lecteur aura depuis longtemps comprit que Cylicia ne pouvait vivre en sachant quelqu'un souffrir et que laisser Brendan livré à lui-même était pour elle inimaginable. Comme à son habitude, c'est par ses croyances qu'elle finit par assumer la situation.

- Le Dragon Noir nous enseigne que c'est par le devoir que l'homme se rachète de ses fautes, vous me semblez bien parti.

Elle comprenait tout de même l'absurdité de dire ça à un mercenaire qui devait vendre ses services au plus offrant et précisa :

- Entendez moi bien, au final l'on ne se rachète jamais qu'à ses propres yeux. Si ceux-ci sont myopes, la chose devient bien plus difficile...

Elle fit une pause avant de reprendre, s'engouffrant dans les draps du lit qui lui semblaient bien doux par rapport à ses exigences habituelles.

- Ecrivez moi donc à la Tour Blanche si le coeur vous manque. Même sans pouvoir vous répondre, soyez sûr que je vous lirais, et écrire et déjà bien saint pour l'esprit...

Tout doucement, et sans doute sans que Brendan ne s'en rende compte, elle plongea dans le sommeil heureuse de cette rencontre fortuite. Restait à savoir maintenant quelles allaient être les intentions du mercenaire une fois la garde de la stryge baissée. Et qu'en était-il de ce corbeau qui devait arrivé avec la sentence de Brendan, positive ou négative? Sans parler du sommeil turbulent de ce dernier qu'elle allait devoir surveiller.
Revenir en haut Aller en bas
Brendan
Prince maudit

Brendan

Messages : 339
Expérience : 1525
Masculin Âge RP : 31

Politique : 45
Métier : Chasseur - Apprenti
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 1559870510-barre-vie-gauche2415/2415Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 1559871461-barre-vie-rouge  (2415/2415)
Vitesse: -307
Dégâts: 1000

Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Anges & Démons [PW: Brendan]   Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 EmptyJeu 14 Mar 2019 - 10:11

Un petit moment passa, où on aurait presque pu entendre les mouches voler. Cylicia finit par me répondre, d’une voix où je commençais à percevoir un léger sommeil :

« Je n’ose imaginer votre douleur… »

Je regrettai rapidement d’avoir lancé ma dernière réplique comme ça, sous le coup de l’impulsion. Quelque part, je sentais que Cylicia avait de plus en plus d’empathie pour moi, et sûrement même un soupçon de pitié. Ca ne me plaisait pas, mais l’erreur était faite maintenant. La Purificatrice semblait être une bonne personne, elle ne devrais pas s’intéresser à un cas désespéré tel que moi. C’était une perte de temps et d’énergie pour elle. Elle ajouta juste après :

« Le Dragon Noir nous enseigne que c’est par le devoir que l’homme se rachète de ses fautes. Vous me semblez bien parti. »

J’eus un petit ricanement nerveux, sans pouvoir le contrôler. Bien parti, moi qui traînait autant de dommages collatéraux dans mon sillage que de cibles abattues ? Et puis, je n’avais pas à me racheter aux yeux d’un quelconque dieu. Quant à me racheter à mes propres yeux, c’était impossible. Je ne pouvais pas réparer la pire erreur que j’avais commis de ma vie, et ne pouvais que porter ce fardeau en continuant à me battre face à l’invasion pandémonique, tel une coquille vide seulement mue par l’implication dans la quête d’une vie. Elle ajouta rapidement, certainement consciente de mon cynisme à l’égard des dieux et des croyances :

« Entendez-moi bien, au final l’on ne se rachète jamais qu’à ses propres yeux. Si ceux-ci sont myopes, la chose devient bien plus difficile. »

Je lui répondis simplement, sans parvenir à m’empêcher d’ajouter une pointe de cynisme dans ma voix :

« Concernant ma rédemption, je me suis crevé les yeux pour filer votre métaphore. La seule chose qui importe, ce n’est ni mon amour propre, ni mon bien être. C’est la mort de tous les démons qui croiserons mon chemin. Et de ceux qui ne le croiserons pas aussi, d’ailleurs. L’annihilation totale de cette vermine d’un autre plan d’existence. »

Au moins, mes convictions étaient claires. Les sévices qu’ils m’avaient fait subir au cours de ma vie m’avait changé. Certains auraient fini par être brisé, déambulant l’esprit vide et l’âme détruite. Et d’autres, comme moi, auraient transformé leur peine en haine, une haine viscérale et infinie, carburant éternel pour une croisade sans espoir. C’est ce que j’ai fait, au moment où Léana périt entre mes bras, la colonne et les os brisés parce que je n’avais pas su me contrôler et que j’avais succombé aux ténèbres. Cylicia ajouta, coupant mes réflexions :

« Ecrivez-moi donc à la Tour Blanche si le cœur vous manque. Même sans pouvoir vous répondre, soyez sûr que je vous lirais, et écrire est déjà bien sain pour l’esprit. »

J’acquiesçai à sa proposition, dont je sentais la gentillesse profonde et sincère. Même si j’avais peu de temps pour écrire des lettres aux gens, Cylicia méritait bien que je lui en envoie une, de temps en temps. Jusqu’à ce que les Purificateurs aient fini de statuer sur mon cas et décident de me capturer ou de me tuer en tout cas. Je lui répondis, plus tendre :

« Je vous remercie Cylicia. Je vous enverrais une lettre quand j’aurais le temps, mais ne m’envoyez pas de réponse. Je n’ai pas de lieu de résidence, le messager finirait par se perdre ou abandonner l’idée de me trouver vu que je bouge tout le temps. Et il est bien sûr évident qu’en vue des risques que vous m’avez présenté plus tôt, je ne vais pas vous dévoiler ma localisation à chaque lettre, sauf si je trouve une solution pour esquiver le courroux, très probable, de votre ordre. »

Sentant qu’elle avait compris le message malgré son silence, je me mis à réfléchir à la nouvelle nuit de terreur que j’allais passer. Quelque part, au fond de moi, un étrange sentiment se profilait. Cylicia n’avait pas été ma première partenaire de circonstance, et ne sera probablement pas la dernière. Mais quelque chose de spécial commençait à nous lier, quelque chose qui me faisait me sentir bien. Bien sûr, ce n’était pas de l’amour. Bien que très jolie, Cylicia n’était pas mon style de femme. Encore plus quand on savait que je n’avais pas de type de femme vu que je préférais les hommes. Mais quelque chose de plus profond et moins volatile que l’amour. Peut-être était-ce de l’amitié ? Je continuai à réfléchir ainsi sans compter les minutes, puis finit par sortir de ma longue réflexion en lançant à Cylicia :

« D’ailleurs, vous ne m’avez pas parlé de Léonis de votre côté ? »

Comme seule réponse, j’obtins une respiration lente et régulière, et le silence. Elle devait certainement s’être endormie. Je me levai alors de mon fauteuil, tout doucement, en évitant de faire trop de bruit, et me rapprocha de son lit. La jeune femme au crâne rasée était endormie, l’air paisible et maintenant plus proche de l’agneau que du loup. Je souris en coin, et tirai un peu plus la couverture sur elle avant de me diriger vers la porte de la chambre. Je sortis alors de ma ceinture un étrange appareil pour un œil novice. Il s’agissait d’un dispositif visant à faire du bruit si quelqu’un rentrait. Je ne comptais pas dormir, mais on n’était jamais trop prudent. J’utilisais souvent ce dispositif quand je dormais seul, car malheureusement je ne pouvais me passer éternellement de sommeil. J’avais déjà zappé le sommeil la nuit dernière, et cet étrange sentiment de bien être qui m’envahissait actuellement me poussait à ne pas tout briser en transportant mon esprit dans le Pandémonium. C’était décidé, une fois de plus, je n’allais pas dormir. J’aurais tout le temps de me reposer le lendemain, de toute façon. Je fouillai dans une des poches intérieures de mon armure de cuir et en sortit des feuilles d’une plante énergisante, que l’on trouvait en abondance dans la savane de Tzengah. Ils appelaient cette plante « L’herbe d’énergie » dans leur dialecte, car la mâcher permettait de résister au sommeil. Cependant, ça n’empêchait pas le corps de s’affaiblir. Je savais qu’après trois jours sans dormir, la mort guettait le bout de son nez. Mais bon, il me suffisait juste de dormir le lendemain pour éviter ce fâcheux désagrément. Aujourd’hui – cette nuit en tout cas – je n’avais pas envie de dormir. J’avais juste envie de me sentir un peu mieux et d’oublier l’espace d’une nuit ma malédiction.

Je mis les feuilles en bouche et commença à mâcher silencieusement, m’approchant à nouveau du lit de Cylicia. Cette jeune femme, elle, méritait le repos. Je décidai donc, sans grandes hésitations, de veiller toute la nuit. Tournant mon regard sur la table de nuit, j’aperçus le livre de prière qu’elle avait lue tantôt. Il n’y avait pas d’autres livres à proximité, et je savais à quel point rester plusieurs heures sans rien faire était pénible. Je pris donc le livre, sans bruit, et me rassis doucement sur le fauteuil. Ma foi, il n’y avait pas de mauvaises lectures, n’est-ce pas ? J’ouvris le livre de prière de Cylicia, et une idée me vint alors. Je sortis une plume d’une de mes poches, et une fiole de verre emplie d’encre d’une autre. Par chance, cette dernière n’avait pas explosé à cause de mon train de vie mouvementé. Combien de fois était-ce arrivé depuis que j’avais pris l’habitude d’acheter de l’encre ? Trop de fois à mon goût et au goût de mon armure.
Je trempai alors la plume sur l’encrier que j’avais posé sur le rebord de la fenêtre, et écrivis sur la page de garde, sachant pertinemment qu’elle le lirais après mon départ, prévu pour le lendemain matin. Et c’était mieux ainsi. D’une écriture fine, penchée et soignée, j’écrivis alors :

« Gardez espoir. -B »

J’étais convaincu que ces deux mots, en apparence simple, allaient avoir leur utilité un jour, dans un moment de grande détresse, tel une lumière au cœur des ténèbres.

~ [FIN DU RP] ~




"L'homme est son propre démon." - Proverbe indien

Liste des RPs en cours:
- - ♚
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: Anges & Démons [PW: Brendan]   Anges & Démons [PW: Brendan] - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Anges & Démons [PW: Brendan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» •• IN NOMINE MENS •• « Les Anges.. Les Démons.. Et Nous ! »
» A&D - Anges & Démons
» Les démons d'Ohara
» Les Démons, tout ce que vous devez savoir
» « Vivre, c'est lutter contre les démons du coeur et du cerveau. »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Sud de Dùralas :: Village d'Ishtar :: Archives-