AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Yavik Vulpes
Le Monde de Dùralas a précisément 1874 jours !
Dùralas, le Lun 17 Déc 2018 - 12:50
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !

Partagez | 
 

 Moradin Murmevent - La flamme coupée en deux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Moradin Murmevent
Nouvel(le) habitant(e)

avatar

Messages : 32
Expérience : 175
Masculin Âge RP : 75 ans

Politique : 01
Métier : Sculpteur - Novice
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
170/170  (170/170)
Vitesse: 100
Dégâts: 30

MessageSujet: Moradin Murmevent - La flamme coupée en deux    Jeu 22 Nov 2018 - 21:36




Nom : Moradin Murmevent

Âge : 75 ans

Sexe : Mâle

Race : Halfelin, né de l’union rare entre une elfe et un nain

Classe envisagée : Mage ou Guérisseur, suivant ce vers quoi son destin penchera.

Métier envisagé : Sculpteur

Capacité magique : Pyromancie

Mode hardcore : Pour un premier personnage, il convient mieux d’être prudent … Ce sera donc un non.




D’après les nains, Moradin est un dawi mince et sans vraie barbe, ce qui n’est guère flatteur. D’après les elfes, il s’agit d’une difformité bien trop petite pour réellement appartenir au beau-peuple. Et pour les hommes, il est simplement un enfant avec un visage d’adulte. Autant dire que les avis de certains peuples de Duralas sur sa modeste personne ne sont pas forcément des plus positifs, même si tous n’ont heureusement pas le même jugement. Il n’est, hélas, pas complètement erroné. Le halfelin est mince et élancé, presque dégingandé, comme s’il avait grandi trop vite pour son corps qui, s’il dépasse la taille ordinaire des nains, n’en demeure pas inférieur en matière de taille à la plupart des autres peuples foulant le sol de ce monde, n’ayant en rien hérité de la musculature impressionnante de son paternel, à la grande honte de ce dernier. S’il n’est pas entièrement imberbe, contrairement à beaucoup de membre de sa race, ou plutôt demi-race, le duvet brun qui orne son menton n’est pas pour lui amener beaucoup de respect de la part dudit géniteur. Malgré toutes ses piètres tentatives, celui-ci n’a jamais dépassé l’aspect d’une barbe de trois jours un rien débraillée, ce qui ne l’a pas empêché de laisser ses quelques poils se battant en duel ainsi, presque par défi. Le reste de son corps est relativement glabre, à l’exception de sa tignasse brune qui tire par endroit sur l’auburn, ce qu’il a souvent interprété comme un signe de sa prédisposition magique si envahissante.

Pour autant, en dépit de ce tableau peu reluisant, Moradin n’est pas laid, pour ceux qui, tout du moins, savent voir au-delà des premières apparences. Ses yeux topaze brillent d’intelligence et de malice, tandis que son visage est souvent empreint d’une expression douce, un brin rêveuse, qui lui donne un certain charme éthéré. Ses traits sont fins et son faciès légèrement anguleux, à l’image de son ascendance maternelle, dont la trace la plus palpable demeure ses oreilles pointues. Son nez, lui, est droit, surplombant une bouche aux lèvres bien dessinées, quoique peu charnues, qui s’ourlent souvent en un sourire bienveillant, quoique légèrement teinté par moment d’une forme de nostalgie délicate, comme un regret qui ne saurait franchir cette barrière rosée. La douceur s’arrête là, car, si le regard descend, deviendront visibles ses mains atrocement brûlées et encore parsemées de tissus cicatriciels, qui remontent jusqu’à ses coudes, vestige de son plus grand échec, et rappel incessant de sa plus terrible peur.

Pour voyager, Moradin apprécie particulièrement les vêtements amples, souvent de couleur grisâtre, afin de passer inaperçu. Les robes longues de mage ont toujours eu sa préférence esthétique secrète, même s’il n’a jamais eu le plaisir d’en porter, se contentant d’armures matelassées confortables à sa taille. A sa ceinture se trouvent ses accessoires d’herboristerie et quelques gris-gris, souvenirs de sa vie d’avant, passée dans les entrailles des Montagnes du Baldor. Sa démarche est souple, presque sautillante, et notoirement agile et pour les rares chanceux qui arriveraient à le surprendre en train de folâtrer dans une forêt sombre, alors ils seraient peut-être surpris d’entendre le halfelin chantonner joyeusement, d’une voix de baryton surprenante pour un être avec un physique pareil.
-5 lignes minimum-





La psychée du halfelin est profondément marquée par la terreur sincère que lui inspirent ses pouvoirs magiques qui ont causé tellement de tort à son peuple – du moins, celui qui l’a élevé. Il n’arrive pas à accepter cette partie de lui, qu’il sait pourtant présente depuis sa plus tendre enfance et qui, paradoxalement, exerce sur lui une profonde et durable fascination. Le feu l’attire, le berce, le réchauffe et le rend heureux, au-delà de ce qui est imaginable. Rien ne le satisfait plus qu’une après-midi entière à contempler un foyer qui se consume doucement, à se laisser porter vers les petites étincelles provenant du bois qui flamboie délicatement … Et pourtant, une fois le plaisir pris, le remords l’emplit, car il a bien réalisé ce que cela signifiait réellement, ce qu’il était capable de réaliser. Cela amène Moradin à exercer un contrôle profond à chaque instant sur ses pensées et ses actes. Jamais il ne se donnera pleinement, car il est trop horrifié par ce qu’il a vécu et provoqué pour s’autoriser à relâcher sa vigilance. Là se trouve la raison des regrets qui peuvent poindre, au détour d’une plaisanterie lâchée en bonne compagnie, cette sorte de mélancolie qui ne le quitte guère et point parfois à la surface de sa nonchalance : il a cessé d’être entièrement lui-même, tout simplement parce qu’il se fait peur et est incapable d’éprouver une confiance totale en ses capacités. C’est là toute la faille de son être : quoiqu’il fasse, le semi-elfe éprouve continuellement un dégoût envers lui-même qu’il ne parvient pas à surmonter.

Il y a donc deux facettes de l’halfelin : celle qu’il veut bien montrer, et qui est sa personnalité tronquée, et l’entière, qu’il conserve au plus profond de lui. Au fond, Moradin vit trop intensément : ses sentiments, exacerbés, doivent être contrôlés pour éviter qu’il ne relâche sa magie destructrice par inadvertance, sous l’effet de l’adrénaline notamment. Cela requiert évidemment une obstination sans borne et une détermination sans faille : heureusement, son éducation naine y a pourvu à foison. En effet, le jeune homme n’a pu échappé à l’influence paternelle et, outre ses deux traits de caractères, n’est pas éloigné des nains en ce qui concerne son amour du travail bien fait, son sens du détail et son amour de la bière, qu’il ne supporte hélas pas aussi bien que ses compatriotes des Montagnes du Baldor. Bon compagnon de taverne et d’aventures de manière générale, le halfelin est un doté d’un humour certain et d’une certaine bienveillance, même s’il est doté d’une rancune tenace envers ceux qui se moqueraient de lui. Heureusement pour eux, il n’a pas hérité de la susceptibilité des nains …

D’ailleurs, l’autre partie de sa généalogie se fait parfois sentir, en une sorte d’inné qu’il ne parvient pas à combattre et ressurgit dans sa personnalité. Ainsi, il ne s’est jamais senti entièrement chez lui dans les Montagnes du Baldor et encore moins dans les profondeurs de la terre, qu’il juge étriquées, froides, sans attraits … Sans être claustrophobe, le halfelin ne s’y sent pas chez lui, tout simplement, il n’a pas ce rapport à la terre, à la montagne qui a toujours été si présent chez son père. Ou plutôt, ce lien ne se présente pas de la même manière : au travail dur de la pierre, il préfère les promenades avec le vent contre sa nuque et le murmure des plantes, la beauté d’un paysage et l’harmonie entre les êtres qu’il peut ressentir … Son lien avec la nature, in fine, est d’une profondeur peu commune. A noter que Moradin entretient un amour sincère pour la musique, et sa renommée comme chanteur parmi les siens est loin d’être usurpée. Enfin, sa curiosité sincère et sans borne, autant une qualité qu’un défaut, lui a ouvert les portes du savoir, puisqu’il apprécie réellement s’instruire, même s’il cherche avant tout, ces dernières années, à développer ses connaissances pour tenter vaille que vaille de dominer son don et d’appliquer la nature destructrice du feu à la guérison des chairs … ce qui a connu un succès tout relatif.
-5 lignes minimum-





Stellarae la belle cosmopolite, capitale des humains et des Gardiens, au centre de Duralas, où il n’est pas rare de voir converger des artisans du monde entier qui viennent pour échanger leurs marchandises, délester leurs chariots de leur poids et s’alourdir les poches d’un peu d’or bien mérité, et trop vite dépensé dans une taverne locale. C’est cet écrin qui permit la rencontre improbable entre un forgeron nain du nom de Snorri Mains-De-Bronze et d’une sculptrice elfe sylvaine nommée Althéa Murmevent. Le malheur voulut que leur contact commun en ville, un humain à la fiabilité toute relative, ait pensé sage de leur louer le même emplacement sur le marché local, réalisant là un profit juteux avant de prendre promptement la poudre d’escampette dans une démonstration d’un courage inversement proportionnel à sa ruse. Quoi qu’il en soit, les deux malheureux escroqués se retrouvèrent donc nez-à-nez avec leur marchandise et en conclurent l’évidence : l’autre avait décidé de voler leur emplacement ! S’ensuivit quelques paroles houleuses et des gestes grossiers, un arc fut dégainé en même temps qu’une hache, jusqu’à ce qu’ils finissent par comprendre, juste avant de s’étriper, qu’ils avaient été abusés par le même homme. Puisque l’intérêt de s’entretuer était soudainement retombé, chacun marmonna une excuse entre ses dents ou une malédiction, et après un petit moment de flottement, ils convinrent de partager l’étal, non sans mal. La collaboration d’un jour débuta donc cahin-caha, même si, au bout d’un moment, le nain convint que le travail de l’elfe avait un certain panache, avant que cette dernière n’admette qu’il possédait un réel talent pour le travail du métal. L’atmosphère entre eux se rafraîchissant, et la température diminuant à mesure que la nuit tombait, ils finirent par plier bagage et se dirigèrent vers une auberge pour y séjourner et boire à cette journée somme toute fructueuse. Le nain était jeune, il s’agissait de son premier voyage en dehors des Montagnes du Baldor. Il était caustique et avec un charme rugueux. L’elfe profitait de ses derniers instants de liberté avant un mariage avec un ami d’enfance qu’elle appréciait mais n’aimait pas. Elle était belle, et avec un sarcasme mordant. Etait-ce l’alcool, ou les circonstances particulières ? Peu importe. Ils se plurent et finirent par monter dans la même chambre, sous les yeux surpris, quoique amusés par ce curieux attelage, des autres clients.

Au petit jour, ils se séparèrent et après avoir réglé leur problème avec la maréchaussée, purent enfin avoir chacun un étalage. Au bout de quelques semaines, chacun repartit à un bout de Duralas, et tous deux pensaient que ce petit égarement sans conséquence n’aurait aucune incidence sur leur vie. Althéa Murmevent épousa son prétendant, Snorri Mains-De-Bronze reçut les encouragements paternels pour ses bonnes affaires et chercha lui-même à s’établir. Mais dans les confins de la forêt de Sylfaen, un ennui particulier commença à poindre. Le ventre de l’elfe s’arrondissait. L’heureux époux pensa que ses premières œuvres avaient été prolixes, et se réjouit de la situation. Cependant, au creux du cœur de la sculptrice se nichait peu à peu le début d’un doute. Et si … ? Mais non, ce n’était pas concevable. Et pourtant … Le doute subsistait, s’amplifiait. Le ventre s’arrondissait de plus en plus, se tendant dangereusement, fatiguant la parturiente comme rarement. Son entourage s’inquiéta, redoutant la délivrance qui promettait d’être des plus douloureuses. Il ne se trompa pas. Les couches de la malheureuse durèrent pratiquement deux jours, ses cris résonnant dans Endorial pendant des heures terribles, et manquèrent la tuer. Et lorsque le père putatif recueillit l’enfant vagissant, il ne put que constater que, malgré ses oreilles en pointe ce n’était pas ce qu’il attendait, parce que ça tenait dans sa main, c’était trop lourd, et définitivement ça n’était pas un elfe.  

Pendant plusieurs jours, Althéa ne sut que faire de cet enfant né d’une nuit honteuse. Elle voyait bien les regards de ses parents, de ses amis … Jamais il n’aurait sa place ici. Et elle savait qu’en gardant ce petit être, elle disait adieu à son mari pour qui, à défaut d’amour, elle éprouvait une profonde affection et qui demeurait un soutien fidèle de ses géniteurs. Alors, la mort dans l’âme, elle se résolut à abandonner son propre fils, le confiant à son frère qui prit donc sur lui de parcourir Duralas armé d’un nourrisson. Nul doute que tous espérait que ce demi-sang vagissant mourrait pendant ce voyage. C’eut été le mieux. Il eut le culot de survivre. Ainsi, Snorri Mains-De-Bronze eut la surprise de voir débarquer sur le pas de sa porte, un beau matin, un elfe qui le jaugeait d’un œil particulièrement noir avant de lui tendre un bébé qui fixa sur lui ses grands yeux ambrés. Il lui expliqua en quelques mots la situation et planta là le désormais père avec son paquet qui s’était mis à brailler pour obtenir à manger. Inutile de préciser que le nain ne fut guère ravi de la tournure des événements, surtout que son propre paternel, lorsqu’il aperçut le bébé et obtint le fin mot de l’histoire, entra dans une rage peu commune. Evidemment, un tel événement remettait en cause les fiançailles qu’il tentait de nouer depuis des mois avec la fille d’un important partenaire commercial. Les deux nains se disputèrent violemment et finalement, Snorri claqua la porte de son chez-soi, à BaldorHeim, pour aller s’installer avec son fils dans un petit village un peu reculé, niché au cœur du Mont Tagne. Pour nourrir sa nouvelle famille, il se fit mineur et y réussit plutôt bien. Il nomma son garçon Moradin, un prénom typiquement nain et espéra qu’en grandissant, il tiendrait plus de lui que de son ascendance elfique.

Contrairement à ses attentes, l’enfant se développa en une longue tige, du moins pour un nain, mince et dégingandée, aux traits fins et bien trop elfiques au goût du pauvre Snorri, qui devait endurer les taquineries de ses pairs non seulement sur ses préférences, mais en plus sur le fait que les gènes elfes avaient eu la préséance sur sa virilité naine. Autant dire que, s’il accomplissait son devoir de père avec sérieux, il ne put s’empêcher de développer une certaine rancune à l’égard de ce garçon dont il n’avait pas voulu et qui avait, il fallait bien l’avouer, gâché sa vie, tout en s’en voulant de telles pensées. Le pauvre Moradin lui, s’il voyait qu’il était différent des autres fils de nains, essayait tant bien que mal de se couler dans le moule local, tentant par-dessus tout de rendre fier son paternel qui travaillait tellement dur pour subvenir à leurs besoins et endurait des moqueries qu’il ne comprenait pas tout le temps. Mais rien n’y fit : malgré tous ses efforts, lorsque Snorri tenta de l’initier au travail du métal, il se révéla sans aucun talent pour ce noble art. Pire : il était même parfaitement mauvais. La joaillerie ? Encore plus effroyable. La taille de la pierre ? Désespérant. Et dès qu’il faisait mine de l’emmener à la mine, le gamin renâclait. Avait-il vraiment du sang nain, ce môme ?

Le pauvre gosse, comprenant la peine qu’il causait à son père, sans pouvoir rien y faire, se jura de persévérer. Ainsi il finit par s’introduire dans la forge communale une nuit et entreprit de battre le fer avec fureur, y mettant toutes ses envies et ses espoirs. Sans même qu’il ne s’en rende, un pouvoir inconnu, enfoui en lui, se déployait dans la pièce, s’accrochant au foyer, l’enflant peu à peu, à mesure que le halfelin martelait le pauvre bout de métal face à lui. Et le feu vint à lui pour chauffer l’objet de ses pensées, sous ses yeux horrifiés. Incapable d’arrêter le phénomène qu’il avait enclenché, Moradin déguerpit au plus vite, laissant le bâtiment brûler derrière lui. L’alerte, déclenchée rapidement, permit de sauver l’essentiel, et il récolta une formidable correction de la part de Snorri, malgré toutes ses explications comme quoi il ne savait pas ce qui avait pu se passer. L’ensemble du village conclut que le gamin, en voulant bien faire, avait probablement, sous l’effet de la fatigue, renversé le foyer sans s’en rendre compte. Mais lui savait qu’il n’en était rien. Quelque chose avait attiré le feu, qu’il ne comprenait pas. Et qui en même temps remuait une ardeur nouvelle dans les tréfonds de son âme. Le souvenir de cette gangue de feu, si belle, lui fouettait les sangs. Il voulait la revoir … Il n’y avait pas de mal à cela, n’est-ce pas ?

En grandissant, Moradin finit par dépasser son père d’une bonne tête, et la plupart des nains du village, y compris les jeunes de son âge. L’un en particulier, Harn, semblait lui vouer une rancune particulière, sans doute parce que le jeune halfelin, à l’adolescence, semblait avoir un certain succès auprès de Marna Œil-De-Jade, la fille d’un des amis de son père et l’une de ses amies d’enfance, pour qui le fougueux Harn nourrissait un béguin prononcé. Considérant qu’il valait mieux ne pas se mettre sur le chemin de cet excité et de sa clique, le halfelin décida de s’en tenir le plus éloigné possible et entreprit de plus en plus de quitter les sentiers battus pour se promener seul dans les environs, ce qui lui valut moult réprimandes paternelles, puisqu’il se mettait en danger. Mais seul, le nez au vent, Moradin sentait confusément qu’il tissait une communion avec les environs autrement plus profonde que celle qu’il avait pu avoir jusque-là. Il était heureux, ainsi, à crapahuter joyeusement, sans personne pour murmurer dans son dos, sans le regard déçu de Snorri sur lui. Bien sûr, son aspect sociable finissait par reprendre le dessus et il revenait le soir, chez lui, ou partait visiter un de ses amis, avant de rester des heures à contempler le feu du foyer.

Avec le temps, le halfelin commença à comprendre que, d’une manière ou d’autre, le feu lui parlait. Il ressentait une sensation toute particulière en sa présence et chaque brasier paraissait plus vivace en sa présence. Peu à peu, en cachette, il se mit à expérimenter, constatant que ce dernier répondait à son appel lorsqu’il voulait créer une petite flammèche au creux de sa main, pour lui tenir chaud. Cependant, considérant que ce don ne pouvait venir que de sa mère et sachant toute la rancune que son père entretenait à l’endroit de celle-ci pour ne pas avoir assumé leur fils et avoir ruiné son avenir, Moradin préféra taire ce talent étrange, soucieux de ne pas l’accabler davantage. Parallèlement, toujours en secret, il entama une formation auprès de son amie Marna, qui étudiait auprès de sa mère la sculpture sur bois. Intrigué lorsqu’il l’avait appris, il lui avait fait part de son souhait d’essayer, un jour prochain. La jeune naine lui avait offert de lui transmettre, le soir, son savoir nouvellement acquis. Ces leçons durèrent et au cours de ces dernières, le rapprochement de leurs jeunes années devint palpable. Une nuit, des mains un brin nerveuses abandonnèrent le bois malléable pour se poser sur des hanches arrondies, avant que des lèvres ne se rejoignent délicatement.

Cette idylle naissante combla le demi-nain de joie, mais il préféra, d’un commun accord avec sa douce, la dissimuler, lui pour ne pas enrager Harn, elle pour ne pas engendrer un choc un peu brutal pour sa mère, qui attendait probablement un autre prétendant pour sa fille unique. Au moins, Moradin eut le plaisir de présenter l’une de ses créations cachées à son père qui, après un long moment, admit qu’il était peut-être doué pour quelque chose. Alors que son fils lui adressait un sourire reconnaissant, Snorri finit par lâcher qu’il tenait décidément beaucoup trop de sa mère et s’en fut, plantant là son héritier avec une plaie béante dans la poitrine. Cette dernière ne se résorba pas, et empira même lorsque le paternel Mains-De-Bronze décida de refaire sa vie, enfin, et d’épouser une gente naine venue d’un autre village, Gemma. Cette dernière battit presque immédiatement froid à son beau-fils, comme la plupart des femmes un peu trop jeunes épousant un homme pourvu d’un fils né d’un autre lit un peu trop vieux. Constatant que son père était néanmoins épanoui auprès d’elle, le garçon ne dit rien et, à force, une cordialité courtoise s’établit entre sa belle-mère et lui, sans que ces deux êtres unis par le même homme ne parviennent réellement à s’entendre au-delà des convenances.

Rapidement, Gemma donna un fils à son nouvel époux, puis des faux jumeaux, pour la plus grande joie de Snorri, qui nomma son aîné Thorak, comme son propre père. L’attention portée au nouvel héritier et ce nom offert comme un aveu supplémentaire que Moradin n’avait jamais vraiment été considéré comme un digne perpétuateur de la lignée des Mains-De-Bronze blessa un peu plus le premier-né, qui éprouva pour la première fois une réelle rancœur envers son père. Si la reconnaissance à son encontre dominait, cette petite humiliation, pour puérile qu’elle soit, lui fendit davantage le cœur que plusieurs décennies de reproches larvés, comme s’il comprenait enfin que malgré tous ses efforts et sa dévotion, jamais le fier mineur ne le considérerait complètement digne du nom que le destin lui avait offert. Alors, mué par le dépit et empli de défi, le halfelin décida à partir de cet instant de se faire appeler Murmevent, endossant le nom maternel avec une hargne qu’on ne lui connaissait guère, près à supporter un peu plus les regards interloqués des autres. Il n’était plus à ça près, et puisqu’on s’obstinait à ne pas le voir comme un nain normal, autant donner une bonne raison aux uns et aux autres de cancaner. La distance s’accentua avec sa famille, surtout que le son cadet comprit rapidement, avec les années, que son aîné n’était ni entièrement son frère, ni complètement un membre de sa race et adopta, avec toute la candeur mauvaise d’un enfant, les préjugés de sa propre mère. Cette situation pesait lourdement sur l’humeur de Moradin, qui s’échappait de plus en plus de la demeure familiale, même s’il éprouvait pour les deux petits derniers, Gotrek et Galdra, une réelle tendresse, ces derniers semblant épargnés par l’atmosphère qui régnait au sein du foyer et babillant joyeusement avec ce grand frère qui ne leur ressemblait pas mais leur parlait des beautés du dehors ou jouait avec eux sans rechigner des heures durant. Cependant, dès qu’il le pouvait, le demi-sang partait se réfugier chez sa dulcinée. Bientôt, la mère de cette dernière fut au courant et accepta, bon gré mal gré, la relation qui se tissait entre les deux jeunes gens, admettant qu’elle aurait pu tomber sur bien pire comme gendre potentiel. Alors que l’entrée dans l’âge de la maturité approchait, Moradin se décida à engager des pourparlers de fiançailles, ce qui, au vu de la longueur de sa cour des plus assidues, n’était finalement que dans la continuité des choses.

Bientôt, la nouvelle se répandit dans le village et donna lieu à un débat houleux chez les Mains-De-Bronze, qui estimait que le halfelin était encore un peu jeune pour cela. La tension grimpa et les altercations se multiplièrent entre le premier-né et sa belle-mère, vigoureusement contre cette union, sans doute avec quelques arrières pensés peu charitables en tête à son égard. Au cours d’une discussion particulièrement vive, sentant confusément que sa génitrice était prise à partie, le petit Thorak se mêla à la conversation ponctuée d’éclats et brailla à l’encontre de son aîné une insulte qu’il ne pouvait comprendre mais avait probablement entendue pour désigner Moradin : bâtard. Une vague de violence saisit brutalement le halfelin, qui se retint à grand peine de commettre un acte qu’il regretterait par la suite et se contenta donc de quitter sa demeure en claquant violemment la porte. Sa première pensée fut de trouver sa future fiancée pour chercher un peu de réconfort et se calmer, mais il la trouva aux prises avec Harn, son soupirant déçu, qui exprimait en termes peu charitables son incompréhension d’une telle union, alors que lui-même, un vrai nain, avait été repoussé par la belle Marna, alors qu’il valait tout de même mieux qu’un croisement hasardeux avec une elfe. D’habitude, le halfelin aurait sans doute pris la fuite ou répondu aussi poliment que possible avant d’emmener l’objet de ses désirs avec lui, mais cette fois, échauffé par sa première déconvenue, il décida de se mêler de la dispute avec force conviction. Ainsi, la hargne du jeune nain put se retourner contre son rival, et comme de juste chez deux mâles encore un peu tendres et occupés par le souhait d’impressionner une donzelle, la confrontation vira à l’aigre. Plusieurs décennies d’incompréhension mutuelle et de détestation larvée purent enfin trouver à s’épancher. Sous les yeux horrifiés de Marna, la situation empira et avec une lueur de folie dans le regard, peu habitué à se contenir face à un adversaire tout aussi énervé que lui, Harn dégaina son glaive et se jeta sur Moradin en bramant le mot honni : bâtard.

La terreur pure d’être ainsi confronté à l’imminence du danger, face à un opposant armé et bien plus dangereux que lui ainsi que la haine profonde et brutale, rance presque, se mêlèrent pour former une véritable boule de hargne au cœur du halfelin. Tout ce qu’il avait enduré depuis des années, et cette insulte répétée encore et encore, dans la même journée, qui résumait finalement l’étendue de son problème, car en plus de ne pas être un fils légitime, il était le fils d’un autre peuple, une erreur tolérée, mais jamais véritablement acceptée. Alors, ne pouvait-on pas lui laisser la seule chose qu’il demandait, l’unique qu’il avait obtenu par lui-même, à savoir un amour sincère, malgré sa condition ? Ne pouvait-on le laisser en paix avec ses origines ? Il savait qu’il était différent, toute sa vie le lui renvoyait dans la face comme une gifle permanente. Harn aurait pu avoir n’importe quoi, n’importe qui. Mais pourquoi aurait-il dû céder encore un pouce de terrain, sans jamais rien obtenir d’autre que du mépris ? L’injustice le prenait à la gorge, et le mot honni résonnait de plus en plus fort dans sa tête. Les digues de son contrôle olympien, si douloureusement érigées, si patiemment contenues, cédèrent brutalement. La rage enfla, déversant un torrent brûlant en lui, moirant ses pensées et son âme, et ce qui s’y cachait depuis si longtemps, ce qu’il avait mis tellement de soin à dissimuler, explosa alors qu’il perdait le contrôle sur ses sentiments, sur l’intégralité de son corps, alors que deux pensées s’entrechoquaient violemment dans son esprit : survivre, et se venger.

Ses bras s’enflammèrent, à l’image de la colère qui le rongeait et des cendres qui s’éparpillaient au creux de son cœur meurtri, réduit à l’état d’une pierre en fusion. Sauf que cette fois, son corps n’appelait pas la magie, mais la créait à partir de ce mélange ardent et putride de ressentis âcres qui l’étouffaient. Ses mains transformées en torche se posèrent sur le torse de son adversaire qui pesait de tout son poids pour le maintenir au sol, et les cris de douleur du nain gorgèrent un peu plus son envie malsaine de le voir souffrir. Il appuya violemment, l’odeur de chair brûlée se faisant plus intense, celle de sa victime se mêlant aux volutes qui s’échappaient de sa propre peau qui se disloquait. La souffrance qu’il ressentit manqua le rendre fou. Aveuglé, il n’était plus guidé que par un seul objectif, brutal et désespéré : se débarrasser de la poigne de fer qui l’enserrait. Sans qu’il ne sache trop comment, l’éteinte se fit plus lâche, mais il sentit une autre main se poser sur son épaule. Complètement abruti par la douleur, il essaya de s’en extraire avant de se rouler en boule sur le sol, vidé et grièvement blessé. La souffrance devenait insupportable et, lorsqu’il sombra dans l’inconscience, Moradin se dit que décidément, sa vie n’avait été qu’un échec patent. Il ignorait à quel point il avait raison.

Quand il se réveilla, il fut accueilli par le regard sombre de son paternel. Ce dernier, sans ménagement, lui apprit que Harn avait survécu, et le conseil du village avait décidé de ne pas prendre de sanctions, considérant que, malgré les dommages, Moradin avait agi en état de légitime défense, au vu des témoignages en sa faveur. Pour autant, il conseillait fortement à son fils de s’en aller dès qu’il serait guéri. Avec horreur, le halfelin baissa la tête pour constater que ses bras étaient entourés d’épais bandages et qu’il n’arrivait pas à ne serait-ce que bouger ses mains atrocement scarifiées. Le pire ? Il sentait confusément que Snorri ne lui avait pas tout dit. Ses pires craintes se confirmèrent lorsqu’il demanda si Marna était venue le voir : son géniteur détourna la tête et pivota sur ses talons avant de s’en aller, sans un mot, laissant son premier-né dans un silence lourd de craintes murmurées. La révélation vint de Gemma, alors qu'elle venait changer les cataplasmes de son beau-fils. Cette dernière lâcha que la personne qui avait tenté de les séparer, Harn et lui, était Marna, et qu’il l’avait blessé en la repoussant, dans sa douleur. Le jeune semi-nain en fut anéanti, et ne cessa de vouloir sortir de sa chambrée pour s’excuser. Il finit par obtenir l’autorisation de guerre lasse, dès qu’il fut en état de mettre un pied devant l’autre, et se rua dans la demeure Œil-De-Jade. Sa future belle-mère lui claqua la porte au nez, et il dût supplier plusieurs longues minutes pour entrer. Sous ses yeux embués de larmes se dévoila le visage recouvert de bandages de Marna, défiguré. Et elle eut beau lui assurer qu’elle ne lui en voulait pas, il sut dès cet instant qu’il aurait préféré mourir plutôt que d’infliger cela à celle qu’il aimait. Peut-être que son père avait compris ce simple fait et lui avait conseillé de quitter le village pour cette raison. Peut-être avait-il eu pitié de son fils.

Incapable de faire face aux conséquences de ses actes, Moradin attendit d’être remis, ce qui pris tout de même plusieurs longs mois et se décida à partir, déterminé à trouver un moyen de contrôler ses dons afin que plus jamais une telle catastrophe ne se reproduise. Les adieux à sa famille furent brefs, bourrus, sauf avec Gotrek et Galdra qui, sans comprendre entièrement la situation, parvenaient à appréhender le fait que leur grand frère les quittait. Les petits pleurnichèrent, Thorak se contenta de tendre une petite main potelée à son aîné que ce dernier finit par prendre, incapable d’en vouloir au petit nain pour ce qu’il avait, sans le vouloir, contribué à déclencher. Même s’il n’avait jamais réussi à nouer une vraie relation fraternelle avec lui, il ne le détestait pas. La haine avait chez lui des aspects bien sombres, et il ne reproduirait pas les erreurs des autres : cela, il se le promettait. Il partit pour BaldorHeim, première étape de son périple. Moradin avait en effet décidé de se rendre à la guilde des mages, dont il avait entendu parler par un colporteur et par là-même, comme elle se trouvait en Sylfaen, en apprendre davantage sur ses racines elfiques. Nain, il n’était pas et ne serait jamais. Est-ce que, au fond, il saurait s’adapter davantage chez les elfes ? Est-ce qu’il pourrait rencontrer sa mère ? Pour comprendre ce qui le hantait, il avait besoin aussi de savoir qui il était, tout simplement. Et peut-être que le jour où il aurait la réponse … Il pourrait se pardonner, et revenir pour demander la main de Marna officiellement.

-10 lignes minimum-





L’objectif immédiat de Moradin est d’apprendre à contrôler sa pyromancie, afin de ne plus jamais blesser les autres sous le coup de la colère ou de la souffrance, et donc de se rendre à la guilde de mage pour tenter d’y être accepté et d’apprendre à maîtriser son don. Dans l’intervalle, il désire se racheter et veille donc à en apprendre le plus possible pour aider les autres. Son rêve secret est de parvenir à transformer ses pouvoirs en une source de bienfaits, et non de destruction.

Sur un plan plus personnel, le halfelin désire en apprendre davantage sur ses origines elfes et espère rencontrer sa génitrice. Plus globalement, il est avide d’en connaître plus sur cette part de son héritage qu’il connaît si mal, et est donc mû par un besoin d’accumuler le plus de savoir possible à propos du beau peuple.
Enfin, il rêve secrètement de trouver un moyen de guérir Marna, son premier amour, et de revenir auprès d’elle pour obtenir sa main ou à défaut, son pardon … et trouver les ressources pour se pardonner lui-même.

Peut-être que son plus cher désir est finalement de s’accepter, et de trouver un endroit où il pourra vivre sans avoir l’impression d’être un étranger au milieu des siens. Il rêve non uniquement de tolérance ou de bienveillance, mais d’une acceptation réelle et pleine, afin de réussir à donner un sens à ce qu’il est : un bâtard, certes, dans tous les sens du terme, mais qui ne réduit pas à cela. Il est avant tout Moradin, et voudrait que le monde le reconnaisse comme tel.



Derrière l'écran


Prénom ou pseudo : Aly
Âge : 23 ans
Pays/Région : Paris!
Tes occupations préférées : Alors, outre les études - je suis en année de préparation aux concours administratifs, du coup, ça occupe plutôt bien - j'ai une appétence certaine pour la lecture, type fantasy, historique, plus rarement SF ou poésie. Vu l'endroit où nous sommes, je ne surprendrais personne en disant que j'aime aussi l'écriture, je crois kokin Je pratique le RP depuis dix ans maintenant, et le rôleplay depuis douze, puisque j'ai commencé mes classes en JDR sur table avec des copains au collège. A vrai dire, je masterise toujours, essentiellement sur du Warhammer fantasy (s'il y a des fans ici, on va s'aimer!). Sinon, niveau jeux vidéo, j'ai un amour immodéré pour Crusader Kings 2, mon jeu préféré, et quelques autres, mais davantage dans le genre RPG ^^.

Code du règlement : Petit homme ! [Validé par Mohana]

Comment as-tu connu le forum, ou par qui Alors, autant être honnête, je vous connais depuis tellement longtemps que je ne m’en souviens plus … Je crois qu’à l’époque, je cherchais un forum med-fan pour changer un peu d’univers (je jouais sur de la SF) et puis faute de temps … Mais voilà, l’envie est de retour, je vous ai retrouvé, et cette fois, j’ai craqué !
Tes premières impressions sur Dùralas : Le forum me ramène à mes débuts en RP, c’est assez amusant, j’ai l’impression de retomber en enfance rpgiste, au sens où j’ai commencé à écrire sur un forum rp dans un univers med-fan avec un système de jeu assez similaire au niveau du concept (au sens où il y a une synergie entre l’écrit et des règles de jeu assez complètes). J’ai évolué vers d’autres types de forum rp, avec plus de place à l’écrit pur, mais je me dis que revenir à ses premières amours ne peut être qu’intéressant !
As-tu déjà été sur un forum RP ? Oui, comme dit plus haut, j’ai commencé le rp sur un forum avec un fonctionnement semblable à celui-ci il y a dix ans pile maintenant.


Dernière édition par Moradin Murmevent le Dim 25 Nov 2018 - 0:56, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valphégas
Fantôme sanglant

avatar

Messages : 677
Expérience : 1616
Masculin Âge RP : 21

Politique : 21
Métier : Mineur - Apprenti
Titres:
 

(Nalphégius, Pégase de Valphégas +180, v+200)

Stats & équipements
Vitalité:
770/770  (770/770)
Vitesse: 598
Dégâts: 916

MessageSujet: Re: Moradin Murmevent - La flamme coupée en deux    Jeu 22 Nov 2018 - 22:34

Bienvenue Voyageur égaré. Je vois que tu as retrouvé ton chemin Clin d'oeil Tu as fait le bon choix en franchissant le cap de l'inscription.

Déjà je vois que tu t'appelles Moradin, ce qui est très proche de Moradund, notre Praetor Primoris qui lui aussi est nain. Ça ne servait à rien mais je souhaitais le relever Sourire
Concernant le début de ta fiche et bien je suis content de voir que tu as su donner vie à certaines idées que tu avais en tête. Couplé à ca tu as un style que j'aime bien. Du coup, j'ai hâte de savoir quel fut ce terrible événement qui marqua physiquement et mentalement Moradin.
En tout cas pour l'instant ton personnage s'intègre bien dans Dùralas, d'autant plus avec les références que tu fais aux peuples, à leur spécificités et à certains lieux (comme les Montagnes du Baldor).

J'attends la suite avec impatience. Encore bienvenue, et j'ajoute qu'il y a bien des membres qui aiment BEAUCOUP Warhammer ici (personnellement j'aime bien l'univers mais j'en sais pas plus que les bases).

EDIT: J'en oublie mon boulot de Tavernier! Je t'invite du coup à passer faire un tour à la taverne à l'occasion (elle est animée en ce moment avec les nouvelles têtes), en plus c'est l'opportunité de peux être gagné une récompense chaque semaine via les posteurs fous. Du coup n'hésite pas ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moradin Murmevent
Nouvel(le) habitant(e)

avatar

Messages : 32
Expérience : 175
Masculin Âge RP : 75 ans

Politique : 01
Métier : Sculpteur - Novice
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
170/170  (170/170)
Vitesse: 100
Dégâts: 30

MessageSujet: Re: Moradin Murmevent - La flamme coupée en deux    Jeu 22 Nov 2018 - 23:17

Bonsoir Valphégas! (ou plutôt re Tout content )

Merci pour les compliments, j'essaye de faire en sorte d'insérer mon halfelin dans cet univers, donc j'espère que la suite sera à l'allant ! J'en ai posté une partie d'ailleurs ^^

Et pour le prénom, c'est sans doute parce que j'ai voulu un prénom très "nain" avec un nom de famille plutôt elfique, pour marquer la double origine de mon personnage, du coup, il est possible que mes inspirations soient proches de celles de Morabund kokin (cela dit, si cela pose problème, je peux changer, évidemment !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moradund Marteau-de-Fer
Prætor Primaris ♦ Imperator ♦ Paladin

avatar

Messages : 1290
Expérience : 3611
Masculin Âge RP : 125

Politique : 112
Métier : Forgeron - Maître Absolu
Titres:
 

(Bolgrong, Ours de Moradund [Emblème Kazharien]  +150, v+150, Régénère si -25% de la vie)

Stats & équipements
Vitalité:
3087/3087  (3087/3087)
Vitesse: 494
Dégâts: 1793

MessageSujet: Re: Moradin Murmevent - La flamme coupée en deux    Ven 23 Nov 2018 - 9:44

Bienvenue en Dùralas!

Je suis le Praetor Primaris, modérateur. N'hésite pas à m'envoyer un mp si tu as une question ou à m'attraper, moi ou un des membres du forum sur la ChatBox (lorsqu’on y est).

Pour le pseudo, pas de souci, je le vis très bien rassure toi. Quand aux inspirations je suppose que tu as toi aussi cherché un peu via un générateur?

Je te souhaite une bonne journée en nos contrés!
Praetor Primaris





Rappel : Ronin n'est audible que par les télépathes,
ou lors de crises de rages (Dialogues lors des crises: ~Ronin)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/user/MrMomory
Moradin Murmevent
Nouvel(le) habitant(e)

avatar

Messages : 32
Expérience : 175
Masculin Âge RP : 75 ans

Politique : 01
Métier : Sculpteur - Novice
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
170/170  (170/170)
Vitesse: 100
Dégâts: 30

MessageSujet: Re: Moradin Murmevent - La flamme coupée en deux    Ven 23 Nov 2018 - 18:32

Je n'y manquerais pas, comme j'aime beaucoup les Chatbox, Praetor Primaris Sourire

Et Moradin vient du nom du dieu des nains dans les Royaumes Oubliés, pour être honnête !

J'y pense, mais comme Valphegar m'a invité à passer dans la taverne et que mon personnage n'est pas encore validé ... Je présume que je dois attendre la validation du Juge pour participer?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Valphégas
Fantôme sanglant

avatar

Messages : 677
Expérience : 1616
Masculin Âge RP : 21

Politique : 21
Métier : Mineur - Apprenti
Titres:
 

(Nalphégius, Pégase de Valphégas +180, v+200)

Stats & équipements
Vitalité:
770/770  (770/770)
Vitesse: 598
Dégâts: 916

MessageSujet: Re: Moradin Murmevent - La flamme coupée en deux    Ven 23 Nov 2018 - 22:43

Pour faire des rps en effet, mais pour passer à la Taverne non, n'aie crainte ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dilon Deraborne
Administrateur ♦ Guerrier

avatar

Messages : 5128
Expérience : 4226
Masculin Âge RP : 34

Politique : 224
Métier : Forgeron - Maître Absolu
Titres:
 

(Altaïr, Pyrargue de Dilon [Emblème Gardien] +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
3605/3605  (3605/3605)
Vitesse: 567
Dégâts: 2925

MessageSujet: Re: Moradin Murmevent - La flamme coupée en deux    Sam 24 Nov 2018 - 2:49

Bonjour Moradin et officiellement bienvenue dans le monde de Dùralas ! :dragon:

Pour commencer, je suis ravi de voir que tes questions t'ont conforté dans l'idée de jouer une hybridation. Je trouve que c'est une excellente chose, et j'ai hâte de découvrir ton halfelin en action !

Concernant la fiche en elle-même, j'ai vu que cette dernière n'était pas terminée mais ce que j'ai pu lire jusqu'à présent m'a tout à fait convenu. Tu as trouvé le code du règlement, tu as le nombre de lignes qu'il faut, et tu as surtout une très belle plume.

Je me permets de t'ajouter d'ores et déjà aux Nains. De ce fait, cet ajout te permettra d'accéder et de poster à la taverne lorsque tu auras terminé ta fiche. D'ailleurs n'hésite pas à me dire si tu préférerais être affilié aux elfes.

Si tu as des questions n'hésite pas à les poser Tout content. Et encore merci pour tous les compliments.. C'est étrange de se dire que le forum est suivi depuis aussi longtemps (sans inscription) par certains invités ^^. Mais ça fait plaisir :dragon:






:nainhache:

~Administrateur ♦️ Gardien-en-chef chez les Gardiens ♦️ Membre des Dragonniers ♦️ Rédacteur au Phénix Enchaîné ♦️ Propriétaire de la boutique L'Âme et l'art mûr~

RP1-RP2-RP3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lemondededuralas.org
Thorek Sveresson
Explorateur

avatar

Messages : 259
Expérience : 1613
Masculin Âge RP : 164 ans

Politique : 38
Métier : Mineur - Maître
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
1867/1867  (1867/1867)
Vitesse: 626
Dégâts: 1916

MessageSujet: Re: Moradin Murmevent - La flamme coupée en deux    Sam 24 Nov 2018 - 13:24

Eh bien, ça c'est original !

A l'heure où j'écris ces lignes ta fiche n'est point encore terminée, mais boudiou ça commence bien. L'histoire se lit toute seule, c'est fichtrement bien écrit et il y a des références à l'univers de-ci, de-là. Je ne peux donc qu'applaudir ton travail jusqu'ici et j'attends la suite et fin avec impatience ! Surtout qu'avec le positionnement particulier de ton halfelin par rapport aux autres races, cela promet bon nombre de développements intéressants.

Ensuite :
@Moradin Murmevent a écrit:
je masterise toujours, essentiellement sur du Warhammer fantasy
Mais c'est que c'est très bien ça  Tout content Possédant moi-même la toute récente V4 du JDR Warhammer Fantasy, j'approuve ce choix !
Tu comprendras par la même occasion que je fais parti des fanatiques dudit univers :dwarfe: D'ailleurs, serais-tu présent sur un des forums raciaux de Battle ? (Bretonnie, vampires, gueulards, etc..)





Slots Rps :   Pw Baldwin Nuussian // //  Pw Jûken'Maw & Grabuge & Moradund



Lien : Source de l'avatar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moradin Murmevent
Nouvel(le) habitant(e)

avatar

Messages : 32
Expérience : 175
Masculin Âge RP : 75 ans

Politique : 01
Métier : Sculpteur - Novice
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
170/170  (170/170)
Vitesse: 100
Dégâts: 30

MessageSujet: Re: Moradin Murmevent - La flamme coupée en deux    Sam 24 Nov 2018 - 13:56

Merci à vous deux, tous ces compliments me font vraiment plaisir ... et j'espère que la suite vous ira tout autant :inlove: (Je pense finir ma fiche d'ici demain !)

J'aurais bien une question Dilon, justement par rapport à la race du personnage : à terme, j'ai bon espoir que Moradin se rapproche de ses origines elfiques, qui sont plus proches de lui dans la manière dont il voit le monde et de lui en terme de physique / caractère. Mais il a été élevé par un nain, au milieu des nains, et pour le moment, c'est "un nain". Du coup, si plus tard le rp m'amène à me rapprocher des elfes, sera-t-il possible d'adapter la race du personnage, en partant du principe qu'il est désormais plus en phase avec cette partie de lui? (Peut-être qu'il sera très déçu et restera "un nain", je n'ai strictement rien prévu de ce côté, mais c'est une possibilité!)? Ou bien est-ce un choix définitif à faire au moment de la création de la fiche? Je trouverai logique que ce soit le cas - et alors je vais beaucoup réfléchir à la question, je crois (xD) mais je préfère demander pour m'en assurer!

Tu as raison Thorek, ce personnage va me permettre pas mal de liberté d'évolution vu son positionnement "entre deux races" : à vrai dire, je ne sais pas vers où il penchera, quelle classe il prendra ... ça va vraiment dépendre des rencontres qu'il fera ! Et sinon, je ne suis pas présente sur un des forums raciaux de Battle - j'adore l'univers JDR de Warhammer fantasy, mais je n'ai jamais eu la chance de jouer à Battle. ^^ Mais j'avoue que ça titille ma curiosité !

Et je viens d'acheter la V4 de Warhammer hier, j'ai craqué kokin Hâte de la découvrir plus en profondeur ! Tout content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dilon Deraborne
Administrateur ♦ Guerrier

avatar

Messages : 5128
Expérience : 4226
Masculin Âge RP : 34

Politique : 224
Métier : Forgeron - Maître Absolu
Titres:
 

(Altaïr, Pyrargue de Dilon [Emblème Gardien] +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
3605/3605  (3605/3605)
Vitesse: 567
Dégâts: 2925

MessageSujet: Re: Moradin Murmevent - La flamme coupée en deux    Dim 25 Nov 2018 - 0:18

Alors concernant l'hybridation, idéalement, le mieux est de rester sur la race choisie dès le début. Il y a plusieurs raisons à cela : déjà les stats de base ne sont pas tout à fait les mêmes (bien que ce ne soit qu'un détail). Ensuite, la race représente l'affinité du personnage avec ses origines, mais aussi ses appétences physiques qui sont retranscrites via le dé de race. Là, par exemple, tu as le "choix" entre nain et elfe. Le nain, qui est plutôt bourru, à moins de chance de faire des coups critiques, mais porte des coups plus lourds à l'ennemi (d'où le CC à 50%). L'elfe est quant à lui plus rapide, ce qui justifie la possibilité plus élevée de faire des coups critiques.

L'un de mes personnages, @Ragnör Lüpusànghrën, est un elfe lycanthrope. J'aurais pu le faire elfe ou thérianthrope, mais mon choix s'est porté sur la race des garous car il est plus "brut" que les Elfes, plus bestial.Là c'est un peu la même chose Sourire

Bon après, si vraiment tu te sens plus Elfe, un changement serait éventuellement possible, mais disons qu'il serait définitif, pour ne pas changer d'affiliation raciale tous les quatre matins.

J'ajouterai -pour information à qui lire ce post- que les cas où l'on peut changer de race sans problème, c'est en cas de transformation en vampire, ou thérianthrope justement Tout content (si on est un humain, elfe, nain).

Voili, voilou.






:nainhache:

~Administrateur ♦️ Gardien-en-chef chez les Gardiens ♦️ Membre des Dragonniers ♦️ Rédacteur au Phénix Enchaîné ♦️ Propriétaire de la boutique L'Âme et l'art mûr~

RP1-RP2-RP3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lemondededuralas.org
Moradin Murmevent
Nouvel(le) habitant(e)

avatar

Messages : 32
Expérience : 175
Masculin Âge RP : 75 ans

Politique : 01
Métier : Sculpteur - Novice
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
170/170  (170/170)
Vitesse: 100
Dégâts: 30

MessageSujet: Re: Moradin Murmevent - La flamme coupée en deux    Dim 25 Nov 2018 - 0:53

Merci pour les informations, je vais rester comme je suis du coup, et on verra par la suite si vraiment ça ne correspond plus, comme dit sur la CB Tout content

Ceci étant dit ... La fiche est terminée ! En vous souhaitant donc une agréable lecture - ou une agréable continuation pour ceux qui ont déjà lu le début :inlove:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Tribun
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 216
Expérience : 194
Masculin
Crédits de l'avatar :
 


MessageSujet: Re: Moradin Murmevent - La flamme coupée en deux    Dim 25 Nov 2018 - 16:31

Bienvenue, bienvenue !
Quel plaisir de voir un zobit :'D

Voici quelques récompenses pour bien commencer l'aventure :

« Alors c'est comme ça qu'on fait ? »
Tant de savoir à découvrir maintenant que les frontières ont été dépassées.
+20 points d'expérience
« Faits d'armes »
Ce n'est pas grand chose, mais ça t'aidera à t'en sortir en cas de pépin !
+1 arme T2
> Dague de novice : 5 dégâts <
« Première paye ! »
Avec un peu de savoir-faire, on est capable de s'armer de talent pour récupérer de l'argent.
+30 pièces d'or
« Ça me rappelle ma jeunesse... »
Les expériences passées viennent confirmer les nouvelles afin d'apporter une évolution.
+40 points d'expérience
« Prudence... »
Ce petit casque trouvé aidera sûrement à éviter les coups !
Casque rouillé : +5 vitalité
« Récompense des nains »
Cette armure te protégera de moultes attaques. Bon choix.
Cuirasse de Pouk'ay Mon : +45 vitalité

TOTAL :
* 160 points d'expérience
* 50 pièces d'or
* Dague de novice (5)
* Casque rouillé (+5)
* Cuirasse de Pouk'ay Mon (+45)


Je te souhaite une bonne récupération de confiance à Dùralas !




Je suis en charge de chaque nouveau venu, je m'occupe de leur insertion dans le monde de Dùralas. Je suis celui qui va "évaluer" vos fiches de présentation. Si vous avez la moindre question, besoin du moindre conseil, n'hésitez pas à me contacter via Dougal Keane, mon compte principal.
Bonne chance !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moradin Murmevent
Nouvel(le) habitant(e)

avatar

Messages : 32
Expérience : 175
Masculin Âge RP : 75 ans

Politique : 01
Métier : Sculpteur - Novice
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
170/170  (170/170)
Vitesse: 100
Dégâts: 30

MessageSujet: Re: Moradin Murmevent - La flamme coupée en deux    Dim 25 Nov 2018 - 16:55

Merci pour la validation, Tribun :inlove:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mohana Dharitri
Administratrice ♦ Chamane

avatar

Messages : 2090
Expérience : 3590
Féminin Âge RP : 26

Politique : 166
Métier : Sculptrice - Maîtresse Absolue
Titres:
 

(Hibou de Mohana +400, v+400 ; Dissuasion : vous évite à coup sûr la prison)

Stats & équipements
Vitalité:
4328/4328  (4328/4328)
Vitesse: 1303
Dégâts: 2340

MessageSujet: Re: Moradin Murmevent - La flamme coupée en deux    Dim 25 Nov 2018 - 17:29

Bienvenue à toi, Moradin.

Belle surprise que de voir un halfelin, et encore plus belle surprise de lire ta fiche. Elle est bien écrite et comme l'a dit Thorek, la lecture est fluide et très agréable.
Tu as su plutôt bien inscrire ton personnage dans le background de Dùralas et il a une histoire vraiment personnelle, qu'on a envie de suivre.
J'aime beaucoup comment tu as dissocié le couple pour faire de Moradin un "accident" plutôt que de créer des amants maudits, par exemple.

Tu sembles vraiment motivée et ça aussi ça fait plaisir à voir. J'espère que tu te plairas dans le vaste monde de Dùralas et que ce plaisant petit halfelin y vivra de grandes aventures !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moradin Murmevent
Nouvel(le) habitant(e)

avatar

Messages : 32
Expérience : 175
Masculin Âge RP : 75 ans

Politique : 01
Métier : Sculpteur - Novice
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
170/170  (170/170)
Vitesse: 100
Dégâts: 30

MessageSujet: Re: Moradin Murmevent - La flamme coupée en deux    Dim 25 Nov 2018 - 18:22

Merci beaucoup pour ces compliments Mohana, surtout qu'en effet, comme j'ai fait le choix de m'attarder sur une histoire très personnelle qui n'est pas très héroïque ou quoi que ce soit, je suis contente que ce soit apprécié Sourire

Et j'espère aussi vivre de belles aventures sur Duralas, mais je ne doute pas que ce sera le cas, à vrai dire Tout content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darrö Aldhren
Âme égarée

avatar

Messages : 352
Expérience : 2230
Masculin Âge RP : 10

Politique : 01
Métier : Chasseur - Maître
Titres:
 

(Lui, par Darrö, +400, v+400, dissuasion : évite la prison à coup sûr)

Stats & équipements
Vitalité:
4140/4140  (4140/4140)
Vitesse: 475
Dégâts: 41%

MessageSujet: Re: Moradin Murmevent - La flamme coupée en deux    Lun 26 Nov 2018 - 21:24

Je vois que je suis un peu en retard, je m'en excuse.
Votre fiche est très agréable et je suis heureux de voir quelqu'un à ma taille ( avoisinant le mètre trente, je dirais) dans les contrées duralassienne.

J'apprécie énormément votre pouvoir de feu guérisseur et j'attends avec impatience de le voir à l'œuvre, une classe de guérisseur pyromage serait une excellente idée que je saluerais bien bas.
Je ne veux pas m'avancer, mais j'ai cru entendre de la bouche de notre enchanteresse suprême et directrice de l'Académie des mages qu'elle vous trouvait fort intéressant.

Au plaisir de vous revoir au sein des murs de l'institut si vos actions font converger votre chemin jusqu'au parvis de l'Académie. Je ne doute pas que vous y trouviez de l'aide pour vous guider efficacement et que votre pouvoir cessera de vous faire tant peur afin que vous pussiez enfin le voir comme il est. Un don.

Amicalement
Darrö Aldhren
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dilon Deraborne
Administrateur ♦ Guerrier

avatar

Messages : 5128
Expérience : 4226
Masculin Âge RP : 34

Politique : 224
Métier : Forgeron - Maître Absolu
Titres:
 

(Altaïr, Pyrargue de Dilon [Emblème Gardien] +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
3605/3605  (3605/3605)
Vitesse: 567
Dégâts: 2925

MessageSujet: Re: Moradin Murmevent - La flamme coupée en deux    Ven 30 Nov 2018 - 3:43

Récompenses attribuées !






:nainhache:

~Administrateur ♦️ Gardien-en-chef chez les Gardiens ♦️ Membre des Dragonniers ♦️ Rédacteur au Phénix Enchaîné ♦️ Propriétaire de la boutique L'Âme et l'art mûr~

RP1-RP2-RP3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lemondededuralas.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Moradin Murmevent - La flamme coupée en deux    

Revenir en haut Aller en bas
 

Moradin Murmevent - La flamme coupée en deux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une hirondelle à qui on a coupé les deux ailes.
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» Deux humoristes virés du poste
» L'Art du Combat ... [ Nuage de Flamme ] // End.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Accueil :: Présentations des membres-