AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Yavik Vulpes
Le Monde de Dùralas a précisément 1874 jours !
Dùralas, le Lun 17 Déc 2018 - 12:50
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !

Partagez | 
 

 Le géant nordien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ingvar
Néophyte

avatar

Messages : 5
Expérience : 0
Masculin Âge RP : 58 ans

Politique : 01
Métier : Novice (0)
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
100/100  (100/100)
Vitesse: 100
Dégâts: 25

MessageSujet: Le géant nordien   Ven 7 Déc 2018 - 5:27




Nom : Ingvar

Âge : Cinquante-huit hivers

Sexe : Mâle

Race : Géant des Neiges

Classe envisagée : La rage meurtrière, actuellement incontrôlée, cachée en lui le poussera vers la voie du barbare.

Métier envisagé : Bien qu'il ait appris à chasser pour survivre grâce à son père, sa forte affinité avec la terre même fera de lui un mineur.

Capacité magique : Il commence tout juste à maîtriser la géomancie. Sa peau, déjà plus résistante que pour un humain de part sa nature, s'en trouve d'autant plus renforcée. Il peut également réussir à déplacer de petits cailloux. Cependant, lorsque sa furie le prend, l'explosion de colère se matérialise sous la forme de lavamancie innée.

Un autre don qu'il possède est de pouvoir entendre et écouter ce qu'il appelle le '' chant d'la terre ''. Il s'agit parfois d'un son, parfois d'une mélodie, ou même parfois d'une plainte. Toutefois, actuellement, il ne peut rien comprendre de plus, et ne le perçoit que très rarement, sans vraiment le vouloir. Est-ce grâce à la magie qu'il possède, ou au traumatisme inconnu de son enfance ? Il n'en a aucune idée, et ne se prend pas trop la tête avec ce détail.

Mode hardcore : Non merci !




Fort de ses deux mètres quatre-vingt-dix pour deux cent vingt-quatre kilos, la première chose que l'on remarque pourtant en l'observant est sa pilosité faciale, d'une couleur équivalente à celle de l'argile, un brun légèrement rougeâtre. Ses cheveux, qu'il maintient en une multitude de nattes libres, descendent à peu près jusqu'au milieu du dos, tandis que sa barbe, elle, atteint le bas de ses pectoraux. Des sourcils épais surplombent de petits yeux, marrons également, encadrant un nez retroussé, lui-même superposant une moustache naturellement en guidon. Il est doté d'une belle dentition, d'une vision normale, et d'une ouïe fine grâce à ses bonnes oreilles presque rondes, ce qui l'aide quand il chasse sa nourriture. Lorsqu'on l'entend parler, c'est comme un éboulement, tant sa voix résonne, grave et rocailleuse.

De loin, il peut parfaitement ressembler à un nordique, avec son physique et sa musculature très développée. En fier descendant des géants des neiges, il possède une très grande résistance à la morsure du froid, mais ne supporte à l'inverse pas la chaleur. De ce fait, en temps normal, sa peau est plutôt pâle, quoi que légèrement rougie par la température du Grand Nord. Elle est également dure, lui permettant de frapper la roche elle-même sans s'égratigner et d'infliger de beaux dégâts à ses cibles, certainement grâce à son affinité avec la magie de la terre.

Mal à l'aise dans des habits épais, il profite de sa quasi-insensibilité aux basses températures pour rester autant que possible torse et pieds nus, un pantalon cousu de laine, violet-gris, lui couvrant le dessous de sa ceinture, celle-ci composée de corde et de rubans rouges décorés de broderies dorées, sur laquelle pendent divers éléments, tel des trophées de chasse, une sacoche aussi grosse qu'un gnome dans laquelle se trouvent ses effets personnels, des morceaux de fourrures, et d'autres colifichets qu'il trouve joli, ou liés aux traditions nordiques et à leurs dieux. Cela arrange d'un côté son père, car au vu de la carrure du géant, il faut quantité de matière pour fabriquer des vêtements sur-mesure ! Bien sûr, en cas extrême, il portera une tunique en laine de la même couleur que son pantalon, par-dessous une veste en peau claire, sans manches, et des bottes de marche en cuir, mais cela reste rarissime.

Comme autres signes distinctifs, il possède des tatouages marron-gris sur l'épaule et la moitié gauche du visage, tout en figures stylisées, liées également à la culture nordique. Cela ne s'était pas fait sans difficulté, du fait des propriétés de sa peau ! Il porte également des cicatrices, en forme de larges griffures, sur son omoplate gauche, et sa cuisse droite. Impossible de savoir quelle créature lui a infligé ça, comme il possédait déjà ses blessures lors de ses premiers souvenirs, mais elle devait être féroce. Enfin, vous ne le verrez que très rarement transportant des armes sur lui, car il préfère largement se servir de ses poings pour le combat, ce qui se révèle souvent tout aussi efficace au final !




Ingvar reste avant tout un géant, mais contrairement à ses confrères, il a eu la chance d'être élevé par un nordien. N'ayant aucun souvenir d'avant, il a suivi de ce fait, avec beaucoup de difficultés, l'éducation que son père adoptif lui a prodigué, dans le respect des traditions, la dévotion aux dieux, et l'amour du combat. Il a adopté ces valeurs, les respecte, et fait de son mieux pour les suivre. Il ne se considère pas vraiment comme un géant, mais comme un nordien, ou pour faire un mélange, un géant nordien.

Malgré ça, les spécificités intellectuelles de son espèce le rattrapent, et il lui faut de ce fait beaucoup plus de temps qu'un humain pour s'imprégner de ces connaissances. Il se laisse facilement distraire, et peut réagir exagérément lorsqu'il n'arrive pas à faire ce qu'on lui demande, comme prononcer un mot difficile.
Ingvar est simple et naturel. Totalement. Lorsqu'il fait une découverte, il ne peut pas s'empêcher d'aller voir son père pour le lui montrer ou lui expliquer. Il s'émerveille pour la moindre des choses qui arrive à capter son attention et qu'il trouve beau. Quand il doit effectuer des choses précises, il se trouve qu'il est assez maladroit et pataud, essayant pourtant vraiment de faire comme il faut, et peut au final confirmer son échec suite à un geste d'énervement.

Le résultat est le même pour la parole. Il sait s'exprimer, conjuguant au moins ses verbes correctement, mais il s'avère qu'il lui arrive souvent de buter sur des mots trop compliqués, comme une bonne partie de ceux du vocabulaire nordique. Aussi, s'il bloque, il abandonne rapidement pour repasser à un dialecte plus facile. Par exemple, il n'a jamais réussi à dire le nom du clan de son père, qui fait partie du clan '' Yamar ''. Il arrive également à lire, à peu près au même niveau qu'un enfant humain, mais c'est déjà un très bon niveau pour un géant. Chose tout autant impressionnante, il écrit, mais il faudra réussir à le comprendre, car il ne possède pas la notion d'orthographe, étant beaucoup trop compliquée pour sa pauvre tête. De ce fait, il écrit, littéralement, comme il prononce.

Ce qu'il apprécie par dessus-tout, c'est de se dépenser. Courir, sauter, escalader, combattre. Ce dernier point est sa passion, mais il emploie un style très personnel, une sorte de pugilat brutal, digne d'un géant. Bercé depuis ses premiers souvenirs dans le nord, il n'a pas tardé à en apprendre plus sur le Glima, ses combats glorieux, sans armures, et seulement avec ses poings ! De ce fait, il n'apprécie quasiment pas les armes et ne veut pas en porter, à l'exception des gantelets, qui font son bonheur bien qu'ils ne soient pas vraiment considérés comme des armes.
Ceci est encore plus vrai depuis qu'il a pris conscience de ses capacités magiques. Il sait qu'il peut frapper très fort, tel un rocher qui vous tombe dessus, même résister à la contre-attaque, et il a vraiment hâte de se retrouver là-bas, sur le terrain, à affronter de puissants adversaires, pour la gloire de son clan et des dieux !

Une forte envie de découvrir le Nord se ressent en lui, tellement son père l'a décrit sous toutes les coutures, lui transmettant sa passion. Un pays qu'il a fini par aimer, alors qu'il ne le connaît même pas physiquement. Car oui, il n'est encore jamais sortit très loin de leur maison, n'étant pas prêt jusqu'à maintenant, et ne connaît de ce fait rien du monde extérieur, autre que ce qu'il a apprit, ni d'autres personnes que '' gran'papy ''. C'est donc toute une inconnue à dévoiler, envers laquelle il sera très curieux, et maladroit.

Il possède, en général, un caractère doux, calme, posé. Il aime s’asseoir quelque part sur un rocher, ou marcher calmement, après s'être épuisé, et juste rester là, tranquillement, à se laisser envahir par les sensations, le vent sur sa peau, la neige, l'herbe, ou la pierre sous ses pieds. Il travaille toujours cet aspect de façon naturelle car, sans s'en rendre compte, une véritable poche de magma en fusion bout en lui. Il ne se rappelle pas lorsque ça arrive, et n'en a même pas conscience, mais lorsqu'elle explose soudainement, une rage primale l'envahit. Perdant tout contrôle sur son propre corps, il laisse libre cours à des pulsions destructrices, ravageant les alentours à l'aide de roches fondues. Heureusement, cela ne s'est jamais produit. Enfin, personne ne peut vraiment le confirmer…




Le début de la vie :



Le noir… La fatigue… La peur… La douleur… Voici les premiers souvenirs d'un jeune géant se réveillant. Il a du mal à ouvrir les yeux, dans une grimace de supplice. Tout son corps n'est qu'un amas de souffrance, bien qu'il en ressente de plus vives encore au niveau du dos et de la jambe. Il lâche alors un léger gémissement, faisant réagir une silhouette à ses côtés.

« Enfin, tu te réveilles, mon garçon ! Tant mieux. »

Surpris, il ressent de la terreur, sans savoir réellement pourquoi, et tente des mouvements paniqués. Il est toutefois plaqué au sol par deux mains puissantes, et cette même voix retentit. Une voix d'homme, dure et sévère, mais tout de même bienveillante.

« Doucement ! Il ne faut pas que tu bouges plus, déjà que j'ai été obligé de t'amener ici pour être à l'abri et soigner tes blessures. Je ne sais pas ce qui t'a mis dans cet état, mais la Fille du Houx était avec toi, on dirait. Tu vas prendre un moment pour t'en remettre, toutefois, tu ne risques rien ici, avec moi. »

À ces mots, principalement '' abri '' et ''ne risques rien '', son corps se détend d'un coup, comme soulagé. Puis, il commence à prendre conscience de ce qui l'entoure, des sensations qu'il ressent. Il est actuellement allongé sur un lit d'herbe recouvert d'une grande peau, une deuxième par-dessus lui-même le maintenant au chaud, dans une petite grotte profonde de quelques mètres seulement, mais suffisamment toutefois pour les protéger des intempéries. À la sortie, un feu de camp crépite, sur lequel cuit un beau morceau de viande, dont les arômes viennent lui chatouiller le nez et faire râler son estomac. Malgré ça, ce qui capte le plus son attention actuellement, c'est le panorama qu'il peut apercevoir au loin, bien qu'il ne le reconnaisse pas. Un soleil couchant, dans un ciel flamboyant, se découpant derrière des pics tranchants et enneigés, lointains, par-delà des bois de sapin. L'homme suit son regard, et tente de l'informer sur leur position.

« Nous sommes aux pieds des sombres montagnes de Kanaan, dans le Grand Nord. Notre pays, à moi, à mon clan, et à tous les nordiens. »

L'enfant le regarde alors, penchant la tête sur le côté en plissant les yeux, tentant visiblement de comprendre, mais sans succès.

« Comment t'appelles-tu, mon garçon ? »

Comment s'appelle-t-il ? Il ne sait pas, ou ne le sait plus. Peut-être qu'il ne l'a jamais su, tant sa tête n'est qu'un néant. Sa veine réflexion est visible pour le nordien, qui hoche la tête avec un sourire triste.

« Je vois. Tu es donc un jeune géant seul et malchanceux, sans personne. »

Lui qui a commencé une vie en solitaire, du haut de ses quarante-cinq ans, se voit donc à ce moment prendre une importante décision, qui va changer le reste de sa vie. Sont-ce les dieux qui le lui ont envoyé ? Ou juste un concours de circonstances ? Quoi qu'il en soit, il l'a trouvé, inconscient et blessé, à quelques lieues de là, sur un tout petit îlot de terre, au milieu d'une mare de roches noires encore légèrement fumante, comme crachée par le Vulkar tout récemment.
Il ne peut pas encore se l'expliquer, tant c’est étrange, mais ça ne change absolument rien à l'état actuel des choses. Au vu de sa position, il doit forcément faire partie d'une tribu de géant vivant là-haut, les Clytios, ou encore les Agrothoas, mais il lui est impossible de la retrouver et encore moins de l'y reconduire, déjà qu'il a eu toutes les peines du monde à le traîner ici.

Au vu de sa taille et de son physique actuel, d'environ un mètre quatre-vingts, soit un peu plus grand que lui, mince et imberbe, il doit être encore un adolescent, et ne peut tenir seul. Il décide donc d'en faire son héritier, pour qu'il puisse vivre. Devenir le fils qu'il n'a jamais eut, afin de lui transmettre tout ce qu'il sait, sa passion et son savoir, sa culture et ses croyances. Au final, des choses qu'il n'aurait pas faites sans ça. Cependant, le gamin semble avoir subi un grand traumatisme. Il ne se rappelle visiblement de rien, et ne sait peut-être même pas parler. Pourtant, il lui faut un nom, une identité, et un âge, pour pouvoir compter correctement ses hivers. Pour cette dernière information, il essaye de la déduire en l'observant attentivement, faisant appel aux quelques connaissances qu'il possède sur son espèce, notamment sur sa longévité, et finit par se fixer sur vingt-trois ans.

« Il te faut pouvoir te nommer. Que dirais-tu d'Ingvar ? Il s'agit du nom de mon ancêtre. »

L'enfant tente de le répéter, difficilement.

« Ig... Ar ? »

L'humain sourit.

« C'est presque ça. Moi, c'est Gradhun, Gradhun Pied-Dur, car je voyage beaucoup, et je n'hésite pas à le mettre où je pense si besoin !

- Gra... P... Pi... Pidur ! »

Cette fois-ci, il éclate d'un rire franc, avant de remarquer qu'il lorgne de plus en plus le feu, ou tout du moins ce qu'il y a dessus. Sans plus attendre, le nouveau père va arracher une cuisse de l'animal inconnu, avant de l'apporter au géant affamé qu'il aide à se redresser tout doucement, et de s'asseoir sur son propre lit, en face. Ce dernier attaque aussitôt la nourriture, goulûment.

« C'est ça, reprend des forces, t'en auras besoin. Il y en a encore beaucoup, donc n'hésite pas à te faire plaisir ! Dans quelques jours, lorsque tu seras remis sur pied, nous irons à la maison. »




Un apprentissage difficile :



« Ingvar ! Rassieds-toi, et concentre-toi !

- Mais j'n'y arrive pas, Gran'papy ! »

Sous le regard dure que son père adoptif vient de lui lancer, il ne traîne pourtant pas pour se réinstaller sur sa chaise massive, après s'être levé d'un geste énervé.

« Parfait, on recommence !

- Pffff ! »


Cela fait maintenant huit ans qu'ils se sont rencontrés, à l'ombre des montagnes. Malgré les obstacles, Gradhun, ou '' Gran'papy '' comme le nomme affectueusement Ingvar, un dérivé de sa première prononciation et qu'il fut bien obligé d'accepter, n'a jamais regretté son choix de l'adopter, et remercie même régulièrement les dieux pour lui avoir fait découvrir cette joie, celle d'être père, et dont il a bien failli se priver. Ce grand bonhomme dépasse maintenant les deux mètres soixante, sa musculature s'est développée, et il commence même à avoir du poil au menton, tandis que pour lui, la seule chose qui soit notable, est ses cheveux qui passent doucement du blond au blanc.

Ils mènent une belle vie dans le petit coin où le nordien s'est installé, cela avant même de tomber sur le géant. Calé au pied d'une falaise dans des hauteurs du Grand Nord, mais à une distance raisonnable pour ne pas avoir de mauvaises surprises lui atterrissant dessus, se dresse son petit chalet en bois construit de ses propres mains, et qu'il a agrandis pour accueillir son protégé. Il n'est qu'à une centaine de lieues de l'endroit où il l'a trouvé, entouré de quelques sapins et d'une petite rivière, dont la source provient certainement des glaces de la banquise. Bien qu'on puisse le rejoindre sans soucis par le côté nord, un pont de bois et de cordes traverse le vide afin de pouvoir y accéder du côté sud, évitant de devoir faire un détour d'une bonne heure supplémentaire.

Le caractère de Gradhun envers Ingvar est fidèle à ce que trahit sa voix, tout aussi dur et sévère qu'elle, tout aussi bienveillant et franc également. Il est fier des progrès difficiles de son fils, mais reste sans pitié, afin de lui forger son caractère et ses talents. Durant ces années passées, il a commencé par lui apprendre les bases, pour qu'il se comporte comme un vrai petit nordien. Son comportement, sa façon de se tenir, même réussir à s'habiller tout seul y est passé. Ensuite, il lui a montré comment l'aider dans ses corvées, pour le bon entretien de leur milieu de vie, et le respect de la nature alentour.
Dans le même temps, l'homme a découvert le véritable sens du mot patience, notamment en lui faisant des cours sur la parole, l'écriture, et la lecture. Ce n'est pas du tout facile, et le jeune géant est loin d'être l'élève parfait, mais à la longue, la persévérance aura porté ses fruits.

Cela ne s'arrête pas encore là, car il lui faut pouvoir survivre à l'extérieur. Aussi, il a prévu de débuter des leçons sur la chasse, et le combat à mains nues, qu'il maîtrise parfaitement, même s'il se doute que les premières aient de quoi le faire désespérer. Peut-être aura-t-il de bonnes surprises ?


Dans le bois à proximité de la maison, le père et son fils patientent, cachés dans un buisson près d'un court d'eau. Le nordien est partit traquer un sanglier pour le repas du soir, et a emmené pour la première fois Ingvar. Après avoir crapahuté pendant quelque temps entre les arbres, tandis qu'il a tenté de lui expliquer les techniques à suivre, il a finalement repéré des traces fraîches, qui l'ont mené jusqu'à cet endroit. Là, beaucoup d’empreintes ont attesté du passage régulier de la bête, et il a donc décidé d'y rester un peu, pour voir s'il finira par pointer le bout de son groin. Son arc à la main, une flèche prête à l'emploi, il chuchote, mais sans quitter le ruisseau des yeux.

« Maintenant, il faut rester là. Bouger le moins possible, et ne pas faire de bruit. C'est un jeu de patience, mais qui peut être récompensé. Il ne faut pas oublier non plus de faire attention au vent, pour que le sanglier ne nous sente pas.

- Euuh, d'accord !

- Chuuut. »

Au bout d'un moment, leur but principal apparaît enfin. Gradhun sourit, victorieux.

« Parfait, il ne reste plus qu'à le cueillir. Tu es prêt à aller l'achever, si jamais, Ingvar ? »

Se tournant vers lui, l'homme remarque qu'il est seul. Surpris, mais aussi inquiet, il cherche son fils des yeux, sans succès. Il a été tellement concentré, habitué à être seul, qu'il n'a même pas remarqué qu'il n'était plus là !

« Ingvar ? »

Soudain, il entend un cri joyeux, résonnant dans toute la forêt, et faisant fuir sa proie.

« Gran'papyyyyy ! »

Il prend un air blasé sur son visage, avant de lâcher un soupir exaspéré, et de partir en direction de la voix. Il tombe alors sur une scène étrange. Un Ingvar, tout content, le sourire jusqu'aux oreilles, à côté d'un… Ours blanc ?? La lance qu'il lui a donnée avant de partir plantée dans le cou.

« Mais, par les dieux, qu'est-ce qui s'est passé ici, bon sang ? »

Les ours blancs sont connus pour leur grande dangerosité, et outre l'inquiétude qu'il y en a un si proche de chez eux, c'est impossible que son protégé ait réussi cet exploit seul. Seulement, il n'est pas au bout de sa surprise.

« J'ai réussi à l'chasser ! Mais il m'a aidé ! »

Le nordien suit la direction de son doigt, et plonge droit son regard dans celui, glacial, d'un magnifique loup au pelage immaculé et hérissé. À certains endroits, il a même laissé place à des cristaux gelés. Il reste légèrement bouche bée, les yeux grands ouverts, avant de réussir à articuler, dans un souffle.

« Un manegarm de cristal… !

- Un… mangam de quoi ?

- Un manEgaRm de cristal. Je les considère comme des esprits protecteurs envers nous. L'Esprit du Nord… Merci. »

Il est incapable d'en détourner le regard, tandis que la créature fait demi-tour, pour disparaître sous les ombres.

« Ça veut dire quoi ? »

L'humain se tourne alors, un grand sourire à son tour sur le visage, vers le géant qui ne comprend pas tout.

« Ça, mon garçon, ça veut dire que le Grand Nord t'a accepté. Tu es un vrai nordien.

Il enchaîne en riant après quelques secondes, pour lui laisser le temps d'enregistrer cette information.

« Mais ce n'est pas comme ça qu'on chasse ! Rentrons, si tu ne manges pas tout ce soir, on aura ce qu'il faut pour plusieurs jours avec cet ours !

- Pfff ! »



Quelques jours plus tard, il n'y avait, en effet, déjà plus rien de l'ours polaire, mais ce n'est pas le sujet actuel. À l'extérieur du chalet, le père et le fils se font face, pour le premier entraînement au combat de ce dernier. Gradhun commence à se mettre en position, afin de bien expliquer à Ingvar, et surtout, afin qu'il comprenne bien.

« … Là, tes jambes doivent être bien fléchies, pour que tu ne perdes pas l'équilibre, et que tu puisses toujours réagir rapidement. Tes poings doivent être fermés devant le visage, comme ça, afin d'être prêt à frapper ou à te protéger. Détends tes muscles ! Tu réagiras bien plus efficacement ! »

Le jeune géant essaiyait d'imiter tant bien que mal la garde du nordien en l'écoutant, mais restant mal à l'aise.

« Je n'veux pas te frapper. Si j'te touche, j'risque de te blesser…

- Ha ! Sache qu'une taille, ou même une force supérieur, ne fait pas forcément tout ! Et je suis plus solide que t'as l'air de croire.

- Oui, mais… »

Sa phrase n'a jamais été terminée. Sans qu'il s'en rende compte, il s'est retrouvé au sol, souffle coupé. Totalement surpris et désorienté, et tentant de comprendre ce qui est arrivé.

« Tu voulais dire quelque chose ? Je n'ai pas bien entendu ! »

L'humain recule, avant de continuer son cours.

«  Allez ! Debout ! Tu ne dois pas rester au sol aussi longtemps, ou on va te confondre avec une larve ! Il faut que tu te relèves aussitôt, tant que tu le peux, pour te montrer digne de ton adversaire ! Allez ! »

Sous les invectives, l'apprenti se relève enfin, non sans grommeler.

« En garde ! Amène-toi ! »

Très bien, il n'a plus le choix. Ingvar se lance donc à l'attaque, tentant d'envoyer des coups-de-poing bien sentis. Toutes sont esquivées, jusqu'à ce qu'il se retrouve par terre à nouveau. Sous le choc de l'impact, il est incapable de réagir vite.

« Debout, bon sang ! Tu n'es pas un couard, si !? »

Il le provoquait exprès, afin qu'Ingvar se donne à fond, et pour voir de quoi il était capable, mais, Ingvar ayant peu de patience, commença d'ailleurs à s'énerver, tout en agressant sans qu'il le lui demande.

« Bien ! Continue comme ça ! Essaie d'être plus précis, et arrête de brasser de l'air ! Maintenant essaye de me bloquer ! »

À ces mots, il dévie son poing, et lance le sien à son tour. Le géant tente de se mettre sur la défensive, bloque un coup, puis deux, mais se fait dépasser, et est au sol une énième fois. Commençant vraiment à bouillonner, pour la toute première fois, Ingvar sent une chaleur l'envahir, et une envie de fracasser.

« Parfait, déjà debout, c'est mieux ! Tu… »

Il a juste le temps d'esquiver, coupant net sa phrase. L'homme devine que quelque chose ne va pas. L'élève est plus brutal, plus agressif, plus violent. Là, il frappe réellement pour blesser. Plus inquiétant encore, il remarque que ses yeux virent au rouge, comme s'ils devenaient incandescents.
Évitant un dernier coup, qui fissure l'arbre se trouvant derrière lui, il effectue un enchaînement qui l’assomme, calmant sans plus attendre cet étrange état.

Quelques minutes plus tard, Ingvar se réveille enfin, avec un mal de tête. Se redressant, tout en se massant le crâne, il remarque Gradhun assit à côté.

« Il s'est passé quoi ?

- Tu t'es écroulé, fatigué. »

Il ne se rappelle donc pas. L'homme gardera alors ça pour lui, et veillera à ne plus le pousser à bout les prochaines fois. Il lui indique ensuite le sapin à côté, d'un mouvement de la tête.

« Regarde. »

Le jeune géant le fixa, et remarque une partie où l'écorce a été arrachée, laissant le tronc à nu, complètement fissuré.

« C'est toi qui as fait ça, mais tu n'as rien à la main. Tu as une peau vraiment solide. Rappelle-t’en, car ça sera un avantage au combat. »

N'en revenant pas, il regarde sa paluche sous toutes les coutures, se demandant vraiment si c'est lui qui a fait ça.

« Vraiment moi ?

- Et oui. Allez, entraînement terminé pour aujourd'hui ! Tu as encore beaucoup de choses à apprendre sur notre culture ! »

Ils rentrent au son de ronchonnements, qui font sourire le nordien. Sourire qu'il perd peu de temps après. Ce garçon possède une énorme force cachée, mais destructrice, et il arrivera un jour où il devra la maîtriser. Pour l'instant, il n'est pas encore prêt.

« Alors, tu as toujours peur de me blesser, mon garçon ?

- Haha, non ! Mais j'ai rien compris, par contre ! »

Ils soupirent alors tous deux de découragement...




La découverte de sa magie :



Les hivers passent. Rapidement. Si rapidement qu'ils ne les voient pas défiler. Pourtant, dix-sept années se sont à nouveau écoulées. Les muscles ont durci, la barbe et les cheveux ont poussé. Même le corps continue à croître. C'est ainsi, et également torse nu, qu'Ingvar se trouve actuellement en haut de la falaise surplombant sa maison, assis les pieds dans le vide, et contre les indications de son père. Il a repéré un chemin facile à escalader pour sa taille, et n'a pas résisté à la tentation de grimper tout en haut, pour découvrir la vue. Maintenant, il se laisse bercer par les vents gelés et la neige lui tombant dessus, sans même frissonner un peu, profitant de ce spectacle hypnotisant.

Malgré des entraînements et des leçons toujours plus rudes, et quelques accidents de temps à autre, Ingvar est heureux. Il faut dire que lorsque qu'il prend un an pour apprendre ce qu'un humain apprend en environ un mois, ce n'est pas facile tous les jours. Mais il s'accroche, se plongeant de son mieux dans tout ce qui représente le Nord. Les noms des lieux, des chefs, les idéaux, la façon de penser, la religion… Il souhaite à son tour adopter le pays qui l'a accepté, qu'il a connu depuis toujours, et qu'il aime, même s'il a encore plusieurs années d'apprentissage. Louant désormais les dieux avec autant de vigueur que son paternel, il privilégie les guerriers, car il a pris un goût certain pour le combat, mais garde tout de même une place d'honneur pour la Fille du Houx, grâce à qui, il le pense depuis que le nordien lui a raconté cette histoire, il doit la vie à l'époque, et d'être devenu celui qu'il est aujourd'hui.

Il jette avec fierté un rapide coup d’œil à son tatouage situé à l'épaule gauche, étant incapable d'observer celui sur son visage, avant de se replonger dans le ballet aérien des flocons. Il y a déjà quelque temps, il a réussi sa première chasse seul. Sa condition physique le rend très difficile à cacher, et il n'est pas facile non plus pour lui d'être très silencieux. Aussi, il a adopté une technique très particulière, mais qui a porté ses fruits. Utilisant des pièges pour attraper les animaux sauvages, il leur donne alors un violent coup de poing sur la tête, assez puissant pour fracasser les os, les tuant net. Il n'a ensuite plus qu'à les emmener chez eux, un grand sourire aux lèvres, et les préparer pour les repas.
Comme une sorte de passation vers l'âge adulte, il a été récompensé en demandant à Gradhun des tatouages, qu'il lui a fait avec plaisir. Cependant, il n'est pas près d'oublier ce moment ! Il a cassé tellement d'aiguilles en os ce jour-là, qu'il n'a pas eut d'autres choix que d'en tailler de nouveaux dans la foulée. Le carnage a atteint la bonne vingtaine. Sans oublier que le jeune géant n'a pas pu s'empêcher de rire à chaque fois qu'il l'a piqué, car ça le chatouille !

Ingvar s'est également amélioré au combat. Il n'a plus jamais eu sa crise étrange, l'humain y veillant, mais ça ne l'empêche pas de se retrouver, aujourd'hui encore, régulièrement au sol. S’entraînant de son côté à frapper de toutes ses forces avec ses poings de la roche même, les troncs d'arbre ne résistant plus assez, il n'a jamais réussi à reproduire son exploit du début sur cette matière, mais s'acharne pour y arriver un jour. Profitant de sa résistance hors normes, il n'hésite pas à foncer tête baissée vers son adversaire, dans un style uniquement basé sur des droites et des gauches très violentes, mais à son grand désarroi, très peu précises.

Toujours assis, il balance ses jambes, en s'imaginant combattre au Glima. Il s'amuse dans le même temps à faire rouler nonchalamment un petit caillou avec sa main droite, une fois vers l'avant, une fois vers l'arrière. Puis soudainement, il se voit donner un coup-de-poing à un adversaire imaginaire, en y joignant le geste. Il reste alors ainsi pendant quelques minutes, figé par la surprise et l'incompréhension. N'est-ce pas le caillou avec lequel il joue jusqu'à maintenant qui vient de décoller dans le vide ? Tournant prudemment la tête pour regarder, il confirme que c'est bien celui-là. Mais il est certain de ne pas l'avoir touché, pourtant !

Laissant sa curiosité l'envahir, il se lève, et recherche un autre cobaye en se grattant la tête. Il faut qu'il teste, pour voir si c'est lui qui l'a réellement fait, où s'il n'a finalement tout simplement rien compris. Une fois trouvé, il s'accroupit devant et le fixe en plissant les yeux, avant de crier.

« Bouge ! »

Rien ne se passe.

« Bouge ! »

Toujours rien. Déçu, il fait un geste blasé de la main en se relevant, avant de se figer à nouveau. Il avait roulé ! Mais peut-être est-ce le vent. Il se replace alors de la même façon, et recommence.

« Bouge ! »

Une fois de plus, rien. Se moque-t-il de lui ? Il ne lâche pourtant pas l'affaire, et tente le mouvement qu'il a fait avant. Émerveillé, il observe alors le caillou avancer de quelques pouces. Bondissant littéralement, il le fait sur un deuxième, puis un troisième, il change le geste, et un quatrième. Encore et encore, un sourire hilare sur le visage.

Au bout de quelques minutes, il se stoppe tout à coup. La bouche restée entrouverte, il se met à fixer les alentours, le ciel, et enfin le sol sous ses pieds, comme s'il cherche quelque chose. La provenance d'un chant, d'une légère mélodie, qu'il est seul à pouvoir entendre. Venant de partout et de nul part en même temps, elle entre en lui, fait vibrer son corps de bienfaisance. Il n'en comprend rien, mais ça lui est égale, tant il la trouve belle. Il se met à genoux, et colle son oreille sur la terre. Oui, il est certain que cet air provient de là. Cette mélopée semble heureuse, semble lui souhaiter le bonjour, ou la bienvenue, comme à une vieille connaissance perdue, qu'elle retrouve. C'est ce qu'il ressent tout du moins au plus profond de lui. Finalement, elle finit par s'arrêter. Tout redevient calme, si ce n'est le vent sifflant entre les pics.

Il se redresse d'un coup, comme piqué par une aiguille, et fonce sur le chemin inverse pour rentrer le plus vite possible.

« Gran'papy ! Gran'papyyyy ! »

Il dévale limite la falaise, manquant de se rompre le cou à plusieurs occasions.

« Gran'papy ! »

Il arrive enfin en bas, puis court jusqu'à la maison, sans arrêter de crier. Il trouve Gradhun devant la porte, l'air sévère sur le visage, visiblement très mécontent. L'âge commence à se faire ressentir pour lui, bien qu'il n'a quasiment rien perdu de sa forme. Ses cheveux sont totalement de neige, et les rides se multiplient sur son visage au fil du temps.

« Ingvar ! Que t'ai-je dit à ce sujet, par les dieux !? La falaise est dangereuse, et des créatures peuvent parfois rôder là-haut ! Tu veux qu'il t'arrive malheur ? »

Le géant prend un air repentant, mais sous l'excitation, ne peut s'empêcher d'essayer de lui raconter.

« Non, bien sûr. Mais c'était plus fort qu'moi ! Il m'est arrivé quelque chose de super ! »

Toujours les bras croisés, le nordien le fixe du regard, se demandant bien ce qu'il va inventer cette fois-ci.

« J'étais assis à profiter d'la vue, quand j'ai bougé un caillou, sans l'toucher ! »

Devant l'air plus que sceptique de son père adoptif, il joint le geste à la parole.

« J'ai fait comme ça ! »

Il fait un grand mouvement de la main, comme s'il voulait donner une gifle monumentale, en regardant une petite pierre à ses pieds, qui est à ce moment envoyée quelques coudés plus loin.

« Et voilà ! Voilà ce qui s'passe ! C'est quoi ? »

Surpris, l'homme décroise ses membres, observant à nouveau Ingvar.

« Du calme, mon garçon ! Ça, c'est de la magie, sauf erreur de ma part. Tu sembles être en affinité avec la terre, et je suis heureux pour toi. Mais sois prudent, la magie est compliquée. »

En vérité, il ne sait pas trop quoi en penser. Cela le fait revenir à l'endroit où il l'a trouvé, au centre de roches volcaniques. Il n'a toujours aucune explication logique quant à ça, mais il sait que c'est lié à la terre également. Et cette lueur flamboyante, comme de la lave, qu'il a eut dans ses yeux ce jour-là. Est-ce à cause de sa magie ? Aucune idée, et c'est trop compliqué. Autant continuer comme avant, toujours en surveillant attentivement. Il faut qu'il devienne fort, avant de pouvoir commencer à maîtriser ça.

« Au moins, ça explique pourquoi tu as la peau aussi résistante, et ce n'est pas rien. On dit que la terre magique est plus solide que l'acier même. »

« Ce n'est pas tout ! J'ai aussi entendu le chant d'la terre ! Il était beau… »

Gradhun ne peut retenir un léger rire à ces mots, souriant.

« C'est très certainement le vent, ça ! Il souffle fort, là-haut ! À moins que ce soit le froid qui t'a gelé les oreilles ! »

Le jeune géant fait une mine boudeuse, déçu que son père ne le comprenne pas. Une mine qui s'amplifie ensuite.

« En tout cas, magie ou pas magie, tu seras de corvée toute la semaine, comme punition !

- Pffff ! »




Le pèlerinage :



Il y a de cela un an, par rapport au calendrier nordique actuel, le père et son fils sont partis plus loin que d'habitude. Ingvar en était très content, car il dépasse pour la première fois depuis son arrivée le bois de sapin à côté de la maison, bien qu'il proteste également, car Gradhun l'a obligé à mettre quelque chose sur le dos.

« T'es sûr qu'il le faut ? J'aime pas, ça m'gêne !

- Il va faire très froid où on va, même pour toi, alors enfile ça, et arrête de te plaindre ! »

Lui-même s'est équipé d'un épais manteau de fourrure supplémentaire pour l'occasion, au-dessus de son habituelle tunique en cuir maintenant usée. Le but de leur vadrouille n'est pas un lieu inconnu, et ils y arrivent quelques heures plus tard à peine. Là, devant une petite grotte tout juste assez profonde pour se protéger des intempéries, ils s'arrêtent, et l'observent. Il ne reste bien sûr aucune trace des lits de fortunes, ni du feu de camp, avec les années passées, mais il n'y a pas besoin de ça.

« Tu te souviens, Ingvar ? C'est là que tu t'es réveillé à tes premiers souvenirs.

- Oui… Pourquoi sommes-nous là ?

- Car il est important pour toi que tu n'oublies pas d'où tu viens… T'es-tu déjà posé des questions sur ta vraie famille ?

- Bien sûr qu'non ! C'est toi, ma vraie famille ! »

Cette dernière phrase tire un sourire sur le visage du vieil homme, qui fait ensuite un mouvement de tête pour indiquer une direction.

« Viens, suis-moi. »

C'est une journée importante pour le géant, mais il ne devine pas à quel point. Il suit le nordien, sa curiosité à son paroxysme. Au bout de quelques minutes, ils aperçoivent une zone étrange. La roche volcanique crachée par un volcan est un terreau des plus fertiles pour les plantes, poussant de ce fait bien plus vite qu'ailleurs. C'était le cas dans un disque d'une dizaine de coudées de diamètre, face à eux. En son centre, un îlot d'herbes plus basses survivait tant bien que mal. Aucune autre trace n'attestait de ce qui s'était produit à l'époque.

« Observe bien, mon garçon, c'est ici, en plein centre, que je t'ai trouvé. Blessé, mais vivant.

- Louée soit la Fille du Houx... »

Il ne peut pas s'en empêcher. Ingvar avance, traversant la haute végétation pour atteindre le milieu. Gradhun ne bouge pas, et se contente de l'observer, d'attendre. Le fils s'accroupit, tâte le sol, s'imaginant allongé ici. Aucun chant ne perce le silence. Il ne l'a plus entendu depuis la première fois, et a fini par croire ce que lui a dit son père. Quant à sa magie, il l'a quasiment oubliée. Personne ne peut l'aider à ce niveau. C'est une bonne chose, pour le nordien, car il pense ainsi que sa rage ne se reproduira pas.

Le jeune géant lève les yeux vers les pics qui les surplombent. Il vient de là-haut. La chute a dû être terrible. Il se souvient parfaitement de la douleur qu'il ressentait partout, et ne peut s'empêcher de toucher sa cicatrice dans le dos. Il adresse alors une rapide prière aux dieux, avant de se relever, et de rejoindre son père.

« Continuons, il y a une autre raison à notre présence ici, la même qui expliquait la mienne à cette époque. Mais nous avons à grimper, j'espère que tu es prêt. »

Ingvar hoche la tête affirmativement, et lui emboîte le pas. Un peu d'exercice lui fera du bien. Une longue montée s'ensuit, de plusieurs heures supplémentaires. Malgré sa taille avantageuse, il n'arrive pas à dépasser son père lors de cette escalade, et finit même par se faire distancer. Une fois arrivé en haut, ce n'est pas terminé pour autant. La neige commence à tout recouvrir, tandis qu'ils suivent un chemin serpentant vers un bas sommet. Là, légèrement essoufflés, ils tombent sur plusieurs autels en pierre, faisant s'envoler un groupe d'oiseau se reposant.

« Voici un haut lieu de pèlerinage de mon clan. Un sommet consacré à nos dieux. Les plus grandes constructions sont dédiées aux dieux guerriers, qui font notre force, et notre courage. Il est coutume de s'y retrouver lorsque nous sommes prêts.

- Ça veut dire que j'le suis ? »

Gradhun l'observe, le visage neutre. Il l'est, en effet. Ce garçon commence à éprouver un ardent désir de voyage, de découverte de ce pays, de leur pays, du Grand Nord. Mais il n'arrive pas à se l'admettre. Peut-être par égoïsme ? Pour ne pas être seul ? Ironique.

« Pas encore…

- Pff, à chaque fois, tu dis ça ! Je n'le serais jamais alors ! »

Il ne peut s'empêcher de sourire, et même de lâcher un petit rire, face à la réaction et à la mine boudeuse de son enfant.

« Seulement quand tu arriveras enfin à me vaincre au combat ! Mais pour ça, il faudrait que tu sois plus précis…

- Pas besoin, s'il me suffit de toucher qu'une ou deux fois pour vaincre !

- Hahaha ! C'est une façon de penser, mon garçon. »

Ils adressent ensuite une prière aux divinités, avant d'aller s’asseoir sur un rocher plus loin, quasiment au bord du vide. Ingvar reste alors figé, bouche bée face à la vue qui s'étend face à eux, faisant à nouveau rire son paternel. Il fait un grand geste de la main, englobant le paysage.

« Voici le Grand Nord, tel que tu ne l'as jamais vu. Magnifique, n'est-ce pas ? C'est ça que nous protégeons. Pour ça que nous vivons, et luttons.

- C'est… Beau… »

Il laisse s'écouler quelques minutes, avant de continuer.

« Ingvar, quand tu partiras, que je sois encore là ou non… »

De la peur et de l'inquiétude se lit aussitôt sur le visage du concerné, coupant sa phrase.

« Dis pas ça ! T'es toujours aussi fort qu'avant !

- Haha, peut-être ! Mais mon corps ne trompe pas, mon heure arrivera bientôt. Ne t'inquiète pas, mon garçon, j'irais rejoindre le banquet que tiennent les dieux du Nord. Et je festoierai à leur côté, à ton honneur ! »

Il sort alors de sa sacoche une dent, monstrueuse. De plusieurs pouces de long, elle semble extrêmement tranchante. Des runes parcourent sa surface, et son bout plat est serti dans un écrin de bronze, percé près du bord afin de faire passer un lacet de cuir. Il la tend vers le géant, dont l'attention est fixée vers l'objet.

« Voici une dent de yéti, celui que j'ai réussi à abattre, il y a tant d'hivers. Je te la donne, comme souvenir. Elle te permettra également de te faire reconnaître parmi les nordiques, grâce aux runes qui la parcourent, racontant mon exploit. »

Le jeune l'accepte, presque religieusement, l'observe de plus près, et l'attache à côté de la dent d'ours polaire, son premier combat contre une bête, qui fait bien pâle figure à côté. Il sent l'émotion poindre tandis qu'il lâche de simples mots.

« Merci, Gran'papy. »

Ce dernier hoche la tête.

« Mais ne cherche pas à rejoindre un clan tout de suite. Il te faut devenir encore plus fort. Quand le moment viendra, par légèrement vers le sud, vers la grande cité des plaines d'Aràn, Kastalinn. Là-bas, une faction tente de garder l'ordre en nos terres. La Milice. »

Il fait une pause, le connaissant, pour qu'il puisse enregistrer doucement.

« La Jarl la dirige. Elle se nomme Selsya Åsa, et c'est une redoutable elfe des glaces. Mais tu n'as pas d'inquiétudes à avoir à ce sujet, malgré l'énervement de certains. Elle a su prouver sa volonté de protéger ce pays, qui pourtant n'était pas le sien, et mérite dignement sa place. Il ne pourra arriver que du bon avec elle. »

Nouvelle pause. Gradhun tourne la tête vers Ingvar, et plonge son regard dans le sien.

« Rejoins sa faction. Rejoins la Milice, je t'en prie. Protège la ville, protège cette terre. Et, lorsque l'heure sera venue, protège également ton clan. Qu'ils ne disparaissent pas…

- J'le ferais, t'as ma promesse. J'donnerais tout ce que j'ai pour ce pays… Mon pays. »

Le vieil homme ferme alors les yeux en souriant, satisfait. Une quinzaine de minutes s'écoulent ainsi, dans le calme, face à l'immensité nordique. Toutefois, la curiosité du géant vient briser ce silence.

« Dis, de quel clan viens-tu ? »

Jusqu'à aujourd'hui, il n'a jamais répondu aux questions personnelles qu'il lui a posé, lui disant juste qu'il le lui dira le moment venu. Peut-être est-ce le bon ? Cependant, il lui répond par une autre question.

« Et toi, quel clan souhaiterais-tu rejoindre ? »

Le curieux prend un temps de réflexion, regroupant ses connaissances pour tenter de répondre, les sourcils froncés.

« Hummm… Pas les Vagars, pour sûr. Trop mauvais. Ni les Sekonugs, car ils ne savent pas bien combattre. Pas les Skodurs… Non, je pense rejoindre les Yamarars ! »

Le nordien soupire de découragement. Il n'a rien pu faire pour son problème de prononciation, le vocabulaire nordique est trop compliqué pour lui. Il sourit néanmoins à nouveau à ses dires, avant de se lancer dans les explications que le géant attend depuis toujours. Il ne perd pas un mot, suspendu à ses lèvres.

« J'étais autrefois un grand guerrier du clan Hjarlmar, l'un des meilleurs. J'ai même été plusieurs fois champion du Glima. Mais malheureusement, notre pire ennemi à ce moment-là est l'orgueil. Je m'en suis pris à une bête bien plus forte que moi, assuré de la vaincre. Zmeï, que l'on considère comme l'un des derniers dragons. Je l'ai traqué jusqu'à sa tanière, et eu la prétention de le combattre d'égal à égal. Tss ! Quelle bêtise. Je ne sais pas par quel miracle je m'en suis sorti, louée soit la Fille du Houx, mais je ne suis pas revenu au clan indemne. J'ai subi des blessures, qui m'ont empêché de combattre mon adversaire au Glima, me faisant par la même perdre mon titre. J'avais honte de moi. Je n'avais pas été digne de mon adversaire, et l'honneur du clan en pâtissait. »

Il respire une bonne bouffée d'air frai, plongé dans ses pensées, et continue.

« Après plusieurs jours de réflexion, j'ai décidé de partir, une fois remis de mes blessures. De vivre seul, dans un endroit que j'avais découvert lors de mes voyages. Mais je voulais faire ce pèlerinage une nouvelle fois avant, et c'est à ce moment que les dieux t'ont mis sur ma route. La suite, tu la connais. »

Il fixe à nouveau son descendant de deux mètres quatre-vingt-dix, les yeux brillants, une rare démonstration de ses sentiments, donnant les larmes également à Ingvar.

« Et regarde ce que tu es devenu. Un grand gaillard, qui sait se débrouiller seul. Un vrai nordien, qui se bat férocement, et s'est démené pour apprendre tout ce que j'ai pu lui enseigner. Tu as un bon avenir qui se présente. Je suis fier de toi… Mon fils.

- Merci, papa… »

Il ne peut cependant pas s'empêcher de le défendre.

« Selon ce que tu m'as appris toi-même, t'as pas à avoir honte ! T'as eu le courage de combattre, même si t'as été vaincu, et t'es toujours en vie après ça ! »

Il frappe alors sa paume du poing, comme pour sceller une autre promesse.

« C'est décidé ! En plus de ce que je t'ai promis, j'vais rejoindre le clan Yamar, et j'deviendrais champion du Glima à mon tour ! »

Surpris, Gradhun ne sait pas quoi dire face à cette réponse simple du géant. Il éprouve une joie, heureux pour lui, pour son futur. Mais il ne peut s'empêcher de le taquiner.

« C'est un beau projet, et je ne peux que t'encourager. Toutefois, comment espères-tu y arriver si tu n'es même pas capable de te défaire d'un vieillard tel que moi ?

- Tsss ! C'n'est qu'une question d'temps ! »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ingvar
Néophyte

avatar

Messages : 5
Expérience : 0
Masculin Âge RP : 58 ans

Politique : 01
Métier : Novice (0)
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
100/100  (100/100)
Vitesse: 100
Dégâts: 25

MessageSujet: Re: Le géant nordien   Ven 7 Déc 2018 - 5:28


Le jour où tout a basculé :



« Alors, mon garçon, encore par terre ? Pourtant, je m'affaiblis ! »

Ingvar se relève aussitôt, sans traîner, et se remet en garde, poings en avant. Cela ne se passe qu'il y a à peine quelques jours, par rapport à la date actuelle.

« Je n'fais que m'échauffer ! C'n'est rien ! »

Aujourd'hui, Ingvar l'a décidé, il le vaincra, pour la première fois, coûte que coûte, même s'il doit combattre toute la journée pour ça ! Peut-être qu'enfin, ainsi, il pourra débuter son voyage. Il le nargue en disant qu'il s'affaiblit, mais il a une santé remarquable, seul son physique prouve son âge ! Il se lance à l'assaut, balançant son puissant poing, qui est esquivé. Il enchaîne plusieurs autres, tentant d'acculer son adversaire. En vain. Parant la dernière attaque, le nordien le dévie et tente un enchaînement. Seulement, le géant le connaît, et arrive in extremis à le bloquer. Plusieurs minutes se passent ainsi, avant que le plus grand des deux morde la poussière une fois de plus.

« T'es sûr de ne vraiment pas vouloir me toucher ? Haha !

- Rhaa ! C'n'est pas finit ! »

Mais en se remettant sur pied, quelque chose se passe. Quelque chose qu'il s'est persuadé être imaginaire. La Voix de la terre. Mais ce n'est pas le son mélodieux, plein de bien-être, de la première fois. C'est un son empli de souffrance, de terreur absolue, qui parcourt tout son être actuellement. Un cri de douleur intense, qu'il ne peut qu'entendre. Il tente de boucher ses oreilles pour arrêter de souffrir, en vain.

« Ingvar ? Que se passe-t-il ? »

Gradhun, inquiet de la soudaine crise non expliquée de son protégé, tente d'approcher. Ce dernier recule, apeuré. Il a l'impression de revivre quelque chose, mais sans savoir quoi, sans même pouvoir y réfléchir, tant il a l'impression qu'il va devenir fou.

« Pitié ! Qu'ça s'arrête ! »

Son corps tout entier semble se déchirer sous cette Voix. Il se met à hurler, désire que ça s'arrête, est prêt à mourir pour ça. Mais son hurlement se change rapidement en quelque chose de plus bestial, de primitif, tandis que sa rage enfouie se libère.

« Ingvar ! »

Sa vue devient floue, tandis qu'il sent la fureur d'un volcan se propager dans ses veines.

« Ingvar ! Réponds-moi ! »

Il sombre, perd toute notion, perd le contrôle. Il entend une dernière fois les mots impuissants de son père, qui ne peut rien faire, avant de disparaître.

« Ingvar ? Ingvaaaar ! »


Le noir… La fatigue… La peur… La douleur… Le réveil du géant est difficile. Que s'est-il passé ? Il sent tout son corps endolori, épuisé. La terreur est partie, comme le son. Il se sent comme… vide. Il ouvre enfin les yeux, et tente de se redresser. Il n'est plus à la maison, mais il reconnaît ce coin, maintenant dévasté. Un gros combat a dû avoir lieu ici. Il s'agit du bois de sapin à côté. Par-ci, par-là, il peut observer des taches noires sur le sol, comme si ça avait brûlé, sauf que c'est une substance aussi dure que de la pierre qui recouvre la terre, et c'est encore légèrement chaud.
Il se trouve plus précisément au centre de la zone, car il y a un étrange rocher, assez grand, qui a siégé au milieu d'une clairière. Il se trouve désormais en mille morceaux. Plus étrange encore, certains fragments ressemblent à des parties du corps humain. Là, ce qui semble être une main. Ici, comme une jambe. Il ne peut pas deviner qu'il s'agit en vérité des restes d'un élémentaire.

Ingvar a l'impression qu'une drôle d'énergie s'en échappe, malsaine, avant de se dissiper dans l'air. Il s'en approche, intrigué. Soudainement, le tas se met à trembler. Surpris, il recule de quelques pas, avant d'apercevoir un étrange caillou s'extirper. Il lévite littéralement au-dessus des gravats, de petits bouts volants autour de lui, se mêlant à de la poussière et de la terre. C'est quoi ce truc ?

Le caillou:
 

Le géant se met sur la défensive, tandis que cette chose approche doucement de lui. Mais il ne semble pas agressif, et s'arrête à quelques pas. Intrigué, le jeune se gratte la tête en la penchant sur le côté. Le truc l'imite, et se penche sur le côté également. Le grand dadais refait la même de l'autre, et rebelote. Puis, dans un éclair de lucidité, il se souvient des détails et, oubliant dans la foulée ce phénomène, part comme une flèche vers la maison, inquiet.

« Gran'papy ! »

Arrivé sur les lieux, un spectacle effroyable lui fait face. Choqué, il avance doucement, observant les moindres recoins. Ici aussi, un affrontement terrible a dû avoir lieu. La même roche volcanique est présente un peu partout. Leur domicile est complètement fracassé, écroulé. Plus un seul arbre est debout, et même le ruisseau qui parcourt normalement son chemin à côté a été dévié à cause d'éboulements. Le ciel accompagne cette image, parcouru d'épais nuages grisâtres, seulement percés par endroits d'un rayon de soleil. Des nuées d'oiseaux s'envolent en masse, fuyant le secteur. Jusqu'au moment où le monde s'arrête de tourner. Là, au sol, en face d'Ingvar, se trouve Gradhun, son corps et tous ses membres dans une position peu réaliste.

« Gran'papy ? »

Se sentant totalement vide de force, il s'écroule à genoux à côté. Le nordien ne respire plus, ses yeux son vide. Il a rejoint les dieux, plus tôt que lui-même ne l'a pensé. Le géant ne peut retenir ses larmes, qui coulent en flots continus, avant que l'émotion le submerge. Même au loin, on a pu entendre son cri de douleur, de détresse…

« - Gran'papyyyyyyyyyyyyyyy !!! »


À une centaine de lieux de là, se tient une cérémonie importante. Au milieu d'un grand cercle d'une dizaine de coudées de diamètre, dont toute la haute végétation a été écrasée, un énorme bûcher funéraire a lieu. Le jeune n'a pas lésiné sur les moyens, et a créé un feu digne d'un Jarl, bien que même ce dernier est moins important que son père.
Il ne sait pas combien de temps s'est écoulé depuis la tragédie. Il est resté pleurer pendant très longtemps, ne pouvant même pas penser, ni bouger. Puis, il s'est enfin relevé, déterminé, car il n'a pas pu le laisser dans cet état, impossible. Le voilà donc maintenant, à contempler les flammes transformant le corps de Gradhun en cendres, l'étrange caillou flottant l'ayant rejoint, toujours à ses côtés, comme pour le soutenir, pour qu'il ne reste pas seul.

« Gave-toi bien là-haut, Papa… Je f'rais ta fierté, et tiendrais ma promesse, j'te le jure. »

Devant le bûcher, une plaque en pierre a été posée, taillée et gravée par Ingvar lui-même. Sur celle-ci, on pouvait lire ces mots :

Siji
Gradhun Pied-Dur

Son nom, ce seront peut-être les seuls mots qu'il saura écrire sans fautes, car il les a appris par cœur, par respect et pour l'honorer. Il retient alors une dernière larme, et se force à s'en détourner. Il a encore une chose à faire.

Quelques heures plus tard, il se trouve au sommet d'un bas-pic enneigé. Au milieu des autels dédiés à ses divinités, il prie. Pour son père, qu'il soit accepté là-haut et soit heureux. Pour lui, qu'il réussisse ses objectifs, qu'il fasse honneur au nordien, et à son futur clan. Pour le Grand Nord lui-même, qu'il reste tel qu'il est aujourd'hui, aussi fort, aussi beau. Il les remercie pour tout jusqu'à présent, pour la vie qu'il a eut la chance d'avoir, pour ce qu'il est devenu, pour l'avoir protégé de cette épreuve, dont il ne sait rien. Il ne découvrira sûrement jamais ce qui s'est réellement passé, malheureusement, et ne veut pas tomber dans la vengeance.

Peu de temps après, il se dresse au bord du vide, là où il a eu la plus importante discussion de sa vie, Rok, comme il a nommé le caillou, à proximité. Il contemple une dernière fois le paysage, tentant de le graver en lui.

« J'reviendrai, bien plus fort, Grand Nord. J'te protégerai, et f'rai ma légende au combat ! Au r'voir… »

Comme pour lui répondre, un murmure du Chant lui parvint, très léger. Un simple son, se perdant rapidement dans le vent, mais qui le fait sourire de bien-être. Il préfère cela au cri qu'il avait entendu récemment. Dans le même temps, il perçoit également le hurlement cristallin d'un loup, au loin, mais peut-être n'est-ce que le sifflement de l'air froid dans ses oreilles. Rasséréné, il se détourne de la vue…

Il est temps que le voyage commence !







Le plus grand rêve d'Ingvar est de rejoindre le clan Hjarlmar, et de devenir le champion du Glima. Pour cela, il doit devenir très fort, et est prêt à tout donner pour y arriver.

N'ayant jamais pu sortir très loin jusqu'à maintenant, il veut aussi parcourir les contrées du Nord, les découvrir physiquement, visuellement.

Il souhaite bien sûr, renforcé par la demande de son père, rejoindre les rangs de la Milice, et protéger de tout son cœur, et de tout ses muscles, son pays, sa terre, se considérant nordien avant géant.

Il est également curieux d'en savoir plus sur la Voix de la terre, et sa magie, envers laquelle il a repris conscience. Pourquoi lui, pour quelle raison ? Que peut-il réussir à faire en contrôlant la terre et la roche ?

Un dernier objectif, caché pour le moment, est le contrôle de sa rage enfouie. Mais pour cela, déjà faut-il qu'il en ait connaissance.


Derrière l'écran


Prénom ou pseudo : Elenar, ou encore Baldwin
Âge : 27 ans
Pays/Région : France/Picardie
Tes occupations préférées : Reconstitution historique, escrime médiévale, jouer, lire, écrire, monter et peindre des figurines, photoshoper.

Code du règlement : Skuld [Validé par Mohana]

Comment as-tu connu le forum, ou par qui ? À la toute base, grâce à Dilon qui est venu sur le forum de figurines Ulthuan vs Naggaroth faire de la pub pour le forum.
Tes premières impressions sur Dùralas : Comme au début, un super forum à l'univers très poussé et complet, joli visuellement, et envers lequel la motivation ne diminue pas.

Un grand merci à Mohana pour la relecture et la validation de l'histoire, ainsi que les retouches sur les images ! Également merci à Marwaen et Moradin pour m'avoir fourni des images (En plus de Mohana :p) !  Gg2
As-tu déjà été sur un forum RP ? Non non !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sobek Elpoemer
Nouvel(le) habitant(e)

avatar

Messages : 33
Expérience : 279
Masculin Âge RP : 25

Politique : 01
Métier : Chasseur - Apprenti
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
114/114  (114/114)
Vitesse: 126
Dégâts: 43

MessageSujet: Re: Le géant nordien   Ven 7 Déc 2018 - 13:59

Merci pour le moment passé à lire, c'était agréable !

Ce qui est réellement intéressant c'est la manière bien personnelle que tu as de traiter le topos du géant, et le début de RP, qui sont des trucs classiques que tu mènes très bien. L'écriture est propre et aide à se plonger dans une histoire à plusieurs temps qu'on sent à peine passer, grâce aux cinq parties narratives tu donnes une bonne profondeur au jeune Ingvar, et sa relation avec Gradhun ponctue tout le reste de manière attachante. C'est cohérent, c'est beau.

En ce qui concerne ton parti pris du Géant, c'est super de découvrir un Titan Nordique en puissance, né du Vulkar puis plongé dans les blizzards, ça présage du lourd. Au delà de ça, le classique que tu amènes est ce qui manquait à Dùralas côté géants ! J'aime bien que tu n'aies pas bridé la race à des idiots, mais qu'en dépit d'une intelligence moins rapide, ils soient capables de tout, on évite de tomber dans la caricature, mais conserve le charme qu'induisent certaines scènes où Ingvar est clairement à la ramasse hahaha. GG

Si ton géant est dispo pour un RP dans quelques temps n'hésite pas, ce serait très intéressant de rencontrer un personnage pareil.

Bonne chance à toi, de nouveau :clap:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grabuge
Tavernier ♦ "Justicier brutal"

avatar

Messages : 1326
Expérience : 2455
Masculin Âge RP : 41 ans

Politique : 77
Métier : Bûcheron - Maître
Titres:
 

(Feriel, griffonne de Grabuge (modifié) +400, v+400, dissuasion : évite la prison à coup sûr)

Stats & équipements
Vitalité:
3460/3460  (3460/3460)
Vitesse: -158
Dégâts: 2921

MessageSujet: Re: Le géant nordien   Ven 7 Déc 2018 - 17:17

Et bien, content de voir enfin ce DC tant teasé!

Je ne peux que plussoyer ce que dit Sobek, le personnage est bien construit, n'est pas un vulgaire cliché de géant sans pour autant oublier la lenteur d'esprit de cette race.
Ton personnage a l'avantage de ne pas connaître Dùralas et tu peux donc en fait à peu près ce que tu en veux, et le faire aller à peu près n'importe où sous couvert de la curiosité.

Concernant les fautes, je n'en ai relevé aucune de flagrante si ce n'est un moment dans ton récit ou tu passes, l'espace de quelques phrases, à l'imparfait. Ce n'est pas grave, et c'est normal qu'une présentation aussi longue ne soit pas complètement exempt de toute faute. Encore heureux je dirais même x)

Il a aussi un potentiel caché, à savoir sa maîtrise du magma, et ça c'est la classe. Tu as bien décrit Ingvaar et pourtant il reste encore beaucoup à apprendre de lui, tant mieux.

Comme tu le dis, Barbare semble tout désigné pour lui, mais peut être qu'un passage à l'académie de mage lui serait salutaire aussi!
En plus ton personnage alimente et alimentera le lore du Grand Nord, et ça ne peut qu'être profitable au forum.

Hâte de voir l'évolution d'Ingvaar en tout cas Clin d'oeil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Ingvar
Néophyte

avatar

Messages : 5
Expérience : 0
Masculin Âge RP : 58 ans

Politique : 01
Métier : Novice (0)
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
100/100  (100/100)
Vitesse: 100
Dégâts: 25

MessageSujet: Re: Le géant nordien   Ven 7 Déc 2018 - 18:11

Merci à vous deux, ces commentaires font super plaisir, et je suis content que ça plaît ! Tout content

Sobek : Ce sera avec plaisir pour le rp si tu fais un tour dans le nord ou pas très loin ! Chapi chapo

Grabuge : Tout à fait, c'était le but concernant le voyage, bien qu'il restera principalement cantonné au nord et le Grand Nord. Clin d'oeil Par contre, il ne va pas aller à l'académie, trop compliqué pour lui, et ça ne l'intéresse pas. :p Quant à l'imparfait... C'n'est pas moi ! :dehors:

Mais oui, l'objectif était de faire un personnage ancré dans le nord, pour le faire vivre et le développer, et j'ai hâte de commencer. Sourire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moradin Murmevent
Nouvel(le) habitant(e)

avatar

Messages : 32
Expérience : 175
Masculin Âge RP : 75 ans

Politique : 01
Métier : Sculpteur - Novice
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
170/170  (170/170)
Vitesse: 100
Dégâts: 30

MessageSujet: Re: Le géant nordien   Ven 7 Déc 2018 - 23:30

Oh, c'est super que mes images aient pu te servir, finalement Sourire

Et en plus, pour un personnage ... Bigre, quelle fiche ! Je l'ai dévorée d'une traite, et je suis absolument fan de ton Géant. L'univers du Grand Nord m'avait fait hésiter à la création de Moradin, alors lire l'interprétation de quelqu'un d'autre - magistrale à mon sens - c'est vraiment génial !

J'ai hâte de voir l'évolution d'Ingvar en tout cas ! (et peut-être, qui sait, d'avoir l'occasion de le croiser en RP? ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ingvar
Néophyte

avatar

Messages : 5
Expérience : 0
Masculin Âge RP : 58 ans

Politique : 01
Métier : Novice (0)
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
100/100  (100/100)
Vitesse: 100
Dégâts: 25

MessageSujet: Re: Le géant nordien   Sam 8 Déc 2018 - 3:30

Merci beaucoup Moradin ! Tout content

Bien sûr, si l'occasion se présente, avec plaisirs ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dilon Deraborne
Administrateur ♦ Guerrier

avatar

Messages : 5128
Expérience : 4226
Masculin Âge RP : 34

Politique : 224
Métier : Forgeron - Maître Absolu
Titres:
 

(Altaïr, Pyrargue de Dilon [Emblème Gardien] +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
3605/3605  (3605/3605)
Vitesse: 567
Dégâts: 2925

MessageSujet: Re: Le géant nordien   Sam 8 Déc 2018 - 15:49

Bonjour @Ingvar, re-bienvenue Baldwin dans le monde de Dùralas ! :dragon:

Palsambleu, je ne sais par où commencer avec cette fiche... Si, le premier mot qui me vient à l'esprit c'est : félicitations.

Bravo pour cette fiche extrêmement bien travaillée et complète, qui n'a à mon sens que des points positifs.

Commençons par le personnage en lui-même : un géant, donc une race peu prise, qui veut incarner un barbare, donc idem que pour la race, qui veut intégrer la Milice, dont les effectifs sont restreints à l'heure actuelle, et qui est le premier à proposer une fiche vraiment en lien avec le Grand Nord et ses clans... Que d'innovations ! Tu as su vraiment sortir des sentiers battus pour nous proposer une présentation tout à fait originale.

La fiche en elle-même est très bien, et très bien corrigée également (#MohanaRPZ). C'est vrai qu'elle est longue, mais la taille de la fiche est justifiée car tout le contenu est une plus-value pour comprendre l'histoire d'Ingvar. Il n'y a même pas de digression, donc chapeau pour ça aussi.

J'ai été plutôt étonné par le récit qui est au présent mais au final, c'est vrai que ça donne une autre dimension à la narration. En fait, je dirais même que ça se rapproche de l'état d'esrit de ton géant : il vit les choses à l'instant T, comme on vivre les aventures RP à l'instant T avec un récit au présent.

Après, le passage à l'imparfait sera forcément obligatoire dans certains cas, étant donné qu'il s'agit du temps pour les descriptions.

Sinon... Je n'ai pas grand chose à redire... Ton personnage sera niveau 5 avant même d'avoir commencé à RP avec une fiche aussi complète kokin

Non plus sérieusement, re-bienvenue parmi nous ! pirat






:nainhache:

~Administrateur ♦️ Gardien-en-chef chez les Gardiens ♦️ Membre des Dragonniers ♦️ Rédacteur au Phénix Enchaîné ♦️ Propriétaire de la boutique L'Âme et l'art mûr~

RP1-RP2-RP3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lemondededuralas.org
Ingvar
Néophyte

avatar

Messages : 5
Expérience : 0
Masculin Âge RP : 58 ans

Politique : 01
Métier : Novice (0)
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
100/100  (100/100)
Vitesse: 100
Dégâts: 25

MessageSujet: Re: Le géant nordien   Dim 9 Déc 2018 - 21:06

Merci beaucoup pour ton message Dilon ! Sourire

Je suis vraiment content qu'elle plaise à ce point-là, et en effet, j'aime bien sortir des sentiers battus pour explorer des zones que l'on voit moins souvent. Tout content

Je me suis laissé emporté par l'inspiration, mais oui, je n'aurais rien pu retirer au final si j'aurais dû réduire la taille. x)

Je suis tout à fait d'accord pour le passage de mes écrits au présent, je voulais sortir de ma zone de "confort" avec Ingvar, pour continuer à progresser en écriture, et ça lui va vraiment bien ! ^^

Ça ne serait pas juste pour les autres arrivants que je sois d'office niveau 5 ! xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le géant nordien   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le géant nordien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Accueil :: Présentations des membres-