AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : RosaFantazy
Le Monde de Dùralas a précisément 2086 jours !
Dùralas, le Mer 17 Juil - 14:28
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !

Partagez
 

 Odyssée (solo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sobek Elpoemer
Habitant(e)

Sobek Elpoemer

Messages : 56
Expérience : 413
Masculin Âge RP : 25

Politique : 01
Métier : Chasseur - Expert
Titres:
 

(Calebasse démoniaque, +200, v+200, Calebasse Piñata : Les récompenses en pièces d'or de fin de combat concernant les tours passés sont multipliées par 10 [le voleur aura le droit à une multiplication par 20])

Stats & équipements
Vitalité:
Odyssée (solo) 1559870510-barre-vie-gauche1530/1530Odyssée (solo) 1559871461-barre-vie-rouge  (1530/1530)
Vitesse: 75
Dégâts: 1195

Odyssée (solo) Empty
MessageSujet: Odyssée (solo)   Odyssée (solo) EmptyVen 7 Déc - 12:34


Odyssée (solo) 7fba91b563f35ed28e004010e25e80f7
Le meilleur régal du diable, c'est une innocence.

A propos :
 

De temps en temps, alors que les années défilaient, il apercevait parfois du haut des routes commerciales des troupeaux de bêtes. Ils ne recevaient jamais d'autorisation de sortie de l'enceinte des cavernes avant leur seize ans, alors chaque déambulation marchande était une occasion rêvée d'inspecter l'inconnue Dùralas. Une fois, comme il admirait filer des chevaux sauvages dans les collines de Spelunca les yeux tout ronds, maître Azhalred lui vociféra de baisser les yeux.
Aussitôt il se retourna, surpris d'autant d'autorité soudaine, pour apercevoir le blason royal de Spelunca. Sobek Elpoemer avait dix-huit ans, et il connaissait bien cette rose. Un tremblement fébrile, nerveux, lui pris le ventre, et sans réfléchir il exécuta les ordres d'Abdul Azhalred.
Le carrosse passa à fière allure devant eux, et ses poumons se relâchèrent. La sueur froide cessa de l'inquiéter, et la vie lui parut bien meilleure tout à coup. Il pouvait deviner les mêmes pensées chez le Maître ; les adultes se référaient souvent au Vicomte-Baron (tout ça est quand même bien trop pompeux, et les adolescents ont mieux à retenir que des titres de noblesse) en employant des termes pareils à "démon", "créature impie" et Oncle Rachid alla même jusqu'à "mange-merde qui fait passer ça avec du sang" au dernier repas de famille. Plutôt arrosé.

Imaginez donc le chamboulement pour le jeune garçon lorsqu'il aperçut du coin de l'oeil le véhicule faire demi-tour. Sa main alla chercher frénétiquement la robe d'Azhalred, qui se retournait déjà.

- Fais-toi aussi silencieux que possible.

Maître Abdul Azhalred était un magicien de renom, que beaucoup venaient souvent trouver au village. Des inconnus étaient parfois rencontrés par le Maître, et Sobek Elpoemer entendait maintes fois des discussions aux tournures arcaniques profondes. Bien qu'il ne comprenait pas tout, il tentait. Mais c'était car Abdul, avec son turban et sa grande barbe, était réellement impressionnant de talent ! Il faudrait que Sobek grandisse en sagesse avant d'assimiler ses formules complexes.
Ceci étant l'apprenti s'interrogeait sur ses capacités à pouvoir égaler le Vicomte, même si en réalité il se sentait plutôt serein, les nobles étant toujours gros et lents, aveuglés par l'or. Ils ne savent jamais manier une épée, mais les Exilés, eux, vivaient le combat au quotidien et étaient farouches, déterminés ! Le Khalif était certes vieux, mais...

Lorsqu'il s'aperçut du silence qui régnait sur la plaine de Spelunca, même ses pensées se tétanisèrent. Il voyait une roue en bois noir stationner à ses pieds, et éprouvait une envie de vomir. L'anxiété le gagnait, et dans sa tête tambourinaient milles tam-tams.

Il n'écouta rien à ce qu'une voix demandait à son Maître, visiblement impassible, ou peut-être pas, Sobek étant trop occupé à fixer droit devant soi pour entendre quoi que ce soit. S'il détournait le regard du centre de cette roue son coeur lâcherait, très certainement.

- Hé ! Oh ! ...Il est attardé ton gamin non ?

Très rapidement il tourna une tête rigide vers la fenêtre du véhicule d'où le regardaient deux yeux rieurs.

- Sobek Elpoemer, Monsieur le haut vicomte de Spelunca.

Il regretta son ton immédiatement, comme de nouveau le silence s'abattait sur les prairies. Comme un frelon venait fendre l'air et se poser sur la fenêtre du convoi, Sobek put mieux poser le regard sur celui qui faisait régner l'ordre par-ici. Le visage du Vicomte était rigolo, et n'inspirait aucun effroi, ses yeux rouges et vifs étaient bordés d'un maquillage bleuté, et deux traits noirs partaient de ses yeux jusqu'à sa mâchoire. Un clown, en somme.
Tout à coup, il se mit à réfléchir aux chances qu'un Noble soit clow... Puis il constata avec soulagement que l'homme riait aux éclats.

- Hum... c'était pas du tout la question, mais bon. Je vous sens tendus les guyz. Y'a pas de malaise hein ? Comment vous dîtes... wallah frère ? C'est raciste de dire ça ? Je peux dire ça ? Faust ?
- Qui sommes-nous pour juger vos paroles, Messire. Je pense le contexte adapté.
- OK OK. Donc reprenons. Sobek Elpoemer qu'est-ce que tu dirais d'un jeu de cartes ? Wallah frère. ajouta-t-il gaiement.
- Cessez désormais, Monsieur. La voix derrière lui semblait elle d'une noblesse infinie. D'une rigueur égale, aussi. Il l'aimait moins.

L'adolescent commençait à se détendre et relevait la tête pour sourire à la figure plutôt excentrique du Vicomte. Pour le jeune Sobek, le naturel était une chose qui ne pouvait être feinte, une valeur accordée par la nature aux plus charismatiques d'entre nous.
Comme il interrogeait du regard maître Azhalred il dénota la nonchalance de celui-ci. Clairement, il n'encourageait ni dissuadait l'invitation.

- J'accepte !

À peine avait-il prononcé les mots qu'autour de lui le décor passait des plaines tristes d'un coucher de soleil Speluncien à des brumes blanches infinies, et à un parterre de miroirs. Décontenancé, il commençait à s'agiter, pris au piège, lorsqu'une ombre se profila face à lui.
De ce qu'il pensait être le blanc infini apparut un homme de bonne taille, au physique élancé, et au visage peint. D'une courbette polie, il salua de nouveau Sobek Elpoemer.

- Je me présente de nouveau. Sir Lachlan Grey, premier et seul du nom, beauté des champs de bataille et Vicomte repenti de Château-Rouge. Approuvé par la Couronne. Donc, pas de panique pour le décor, c'est juste plus... c'est au niveau de l'espace, tu vois ? Plus spacieux. Cosy. Toussa. On reviendra vers eux quand on aura terminé, c'est tranquille le temps ici passe... euh en fait c'est difficile à expliquer. Imagine que le temps on en fait ce qu'on veut ici, ok ? Enfin moi, parce que je suis surpuissant hahaha, mais pas toi. Toi tu te ferais mais genre dé-mon-ter par le flot du temps. Genre raisin qui fait plop ! Plop ! J'en étais où ?

L'adolescent éclate de rire. Il n'avait jamais connu un adulte qui ne lui parlait pas de responsabilités ou de devoirs, qui ne lui dictaient pas d'ordres, l'homme face à lui avait littéralement congelé le temps pour jouer aux cartes. Comme quoi, on pouvait s'amuser en étant grand. Ils se trouvaient dans une sorte d'espace personnel ? Sobek ne comprenait pas vraiment cette partie là.

- Sobek Elpoemer, Monsieur. Vous parliez de vous. En fait.

Le clown se tait un moment et regarde autour de lui en sifflotant. Il pointe ensuite un doigt sur Elpoemer.

- On va commencer ce jeu de cartes. Mais avant... on va déterminer les rôles. demande-t-il presque sérieusement, avant d'ajouter. - Pile ou Face ?

Sobek répond Pile, et gagne.

- Maintenant, énonce un voeu, Sobek Elpoemer. Un seul. Réfléchis-y le temps que tu désireras. Pas trop non plus, j'aime pas attendre.
- Je veux vivre une vie d'aventures, comme celles narrées dans les écrits de Maître Azhalred, ou les vôtres... déclame-t-il du tac au tac Je ne veux pas rester cloîtré à lire et fabriquer des potions pour les malades. Je veux vivre !
- Ouah. Calmos. Tu vis déjà, le philosophe en carton. Mais je note, si tu gagnes cette partie, alors tu auras ton voeu exaucé.
- Et si je perds ?

L'arlequin ne répond pas, préférant distribuer une carte à Sobek, tirée et envoyée d'une traite de son deck scintillant de magie. Il en pioche une pour lui et la dévoile ; un As de Piques.

- On va jouer au blackjack. Je fais la banque. Tu connais, petit ?

Sobek montre son sept et rétorque. Il connait bien les jeux de cartes, des fois, avec les camarades, ils s'isolaient dans des grottes un peu à l'écart pour jouer et boire, ce qu'ils pouvaient dérober -bières, eau de vie, whiskey- comme le font les adultes. Qu'ils étaient. Presque.

La deuxième carte lui parvient par magie, tombée du ciel, enchantée ; un autre sept. Il la montre à un Vicomte qui le scrute comme pour l'accuser de tricher.
Encore un sept et c'était dans la poche. Mais l'As pouvant représenter un 1 comme un 11, selon la volonté de son détenteur, Elpoemer se méfiait, la Banque pouvait atteindre 21 avec un simple dix, ou continuer à piocher en faisant tourner les tours. Le 14 total d'Elpoemer le plaçait dangereusement près des 21.
Lachlan Grey pioche et obtient un cinq.

16 (ou 6) à 14. Sobek Elpoemer se savait en difficulté mais s'efforçait à demeurer serein. Papy disait souvent aux jeux de cartes que l'ennemi ne doit pas te voir hésiter, parce qu'il est souvent autant dans la merde que toi. Une maxime qui devait s'appliquer au moment. Il demandait alors une nouvelle carte, et recevait un As de Coeur.
Parfait !
Le clown bougonne et pioche à nouveau. Un 4, cette fois-ci. Il déclare fermer sa pioche d'un air blasé, sans que Sobek Elpoemer ne comprenne pourquoi. Sa main était bonne, presque parfaite.

La prochaine carte scellerait l'issue du jeu, et le croupier la jette en sa direction sans attente aucune. Sobek voit, encore dans l'ombre de sa main un 6 de piques briller et saute de joie.

- Gagné ! Alors ? Vous allez devoir accomplir mon souhait ! Lance-t-il gai comme un pinçon au clown aux bras croisés. Ce dernier baille et opine de la tête en lévitant jusqu'à lui.

Alors qu'il s'attendait à des explosions de lumière, des éclats glorieux et des chants héroïques, seul le bras tendu du Vicomte le récompense. Il tient dans sa main un crâne d'animal étrangement bien lustré. Un fennec, de toute évidence, dont les énormes orbites le dévisagent sans expression aucune. Son noble interlocuteur s'assoit en fumant un narguilé apparut d'on ne sait où. L'odeur qui en émane, forte et boisée, n'a rien d'éthéré toutefois, elle est belle et bien dangereusement séduisante. Elpoemer avait fumé les herbes chamaniques en quelques occasions, mais chaque fois il approuvait une sensation si intense qu'il désirait toujours recommencer. Un danger dans lequel il ne comptait pas tomber, mais l'occasion faisant le larron, il tendit la main joyeusement lorsque l'arlequin lui fit passer le tube. Après une série de gloups amusante, la fumée au goût délicieux empli ses poumons.
Son regard se dilata, tandis qu'il observait plus attentivement ce vampire. Ce fameux vampire si sanguinaire, qu'il venait de vaincre à ses propres jeux ! Bien entendu, il avait presque perdu face à lq bonne main de son opposant, car tout bon duel doit posséder tension, mais l'ambiance avait été somme toute bon enfant. En fait, il aimait bien Grey et quelque chose lui disait que c'était réciproque.

Alors qu'il planait, il se disait que l'arlequin était étrangement séduisant aussi. Il se le ferait bien.

- Euh... tu arrêtes de me fixer, s'il te plaît ? Merci. Jadis, ceux de ton clan usaient de ces crânes pour invoquer les démons alors prends-le, il fera office de début d'aventure. C'est un objet bien trop compliqué pour ton niveau actuel, mais qui sait peut-être resteras-tu assez longtemps en vie pour en découvrir le plein potentiel. En tout cas c'était amusant de jouer ensembles aujourd'hui gami...

Une brèche s'ouvre sur le carrosse, laissant passer une figure habillée de noir et blanc que l'exilé devine être la voix qu'il avait entendue auparavant. Le Sir était si impressionnant que Sobek en détournait les yeux, scrutant ses babouches sales avec honte.

- Monsieur, j'ai beau adorer feindre être affecté par vos sortilèges de suspension temporelle je dois avouer m'ennuyer. Nous devrions reprendre la route. Un invité. L'homme dévisage Elpoemer de haut en bas avant de s'incliner respectueusement. Jeune homme, Faustus Fortuna, Majordome et Mestre de Château-Rouge pour vous servir. Oh, le Maître vous fait un cadeau... voyez-vous ça.

Sobek tente encore aujourd'hui de comprendre le sens de cette phrase, tant l'expression et le ton employés par Faustus avaient été étranges. L'exilé analysa alors celui qui regardait le crâne qu'il venait d'obtenir. L'objet était moyennement lourd, et alors qu'il se penchait sur les traits fins de l'homme qui ne semblait pas plus vieux que lui -seulement beaucoup plus riche et parfait- Sobek envisageait de porter le crâne sur son turban.
Faust dans son costume impeccable se tourna vers son Maître, qui de son côté terminait le narguilé. Le Vicomte agita la main.

- Tranquille, Fausty. Le gamin vient de me battre au blackjack. Au pile ou face, aussi.

C'était lancé sur un ton lambda, mais la réaction de l'homme servant trahi une certaine importance de l'affirmation. Il se tourne de nouveau sur Sobek et en fait le tour d'un pas lent.

- Il semble pourtant bien banal. Son potentiel magique est bas, son apparence est médiocrement séduisante, et son assurance est nulle. Une âme banale.

Le Vicomte se téléporte littéralement aux côtés de Sobek et lui place une main sur l'épaule.

- Donne lui du temps. Je crois qu'on a tous nos petits préférés dans les nouveaux non ? Eh bien celui-là cache bien son jeu. Crocodile, signifie son nom en le langage des siens. Ce sont eux qui m'ont appris la sorcellerie, tu le savais Faust ? Mais bref. Petit Sobek Elpoemer, tu porteras avec toi ce présent en toute circonstances, et exerce toi à aller dans l'Immatériel le plus souvent possible, ça fait grandir la magie. Je doute que nous nous revoyions un jour.

Alors que son discours s'achevait, Sobek Elpoemer commençait à apprécier de près le crâne de fennec. Si l'objet était enchanté, alors il pourrait aisément en scruter les magies pour en apprendre plus sur les arts noirs. En effet chaque sortilège renfermait l'essence de son lanceur, et les exilés étaient maîtres en les dissections ; soient-elles magiques ou physiques. Sobek Elpoemer allait donc décortiquer ce cadeau avec délice.

- Je vous remercie humblement. Je vais désormais vous quitter, Maître Azhalred attend. Au revoir !

Maître Azhalred ne parut pas remarquer la disparition de son élève, ou ne la commenta pas, mais durant un instant tandis que Sobek entreprenait de fixer le crâne de fennec à son turban par enchantement, en franchissant le portail magique, il le dévisagea avec gravité.


Dernière édition par Sobek Elpoemer le Sam 22 Déc - 16:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Odyssée (solo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» présentation Bob Solo [Validée]
» [UPTOBOX] Titanic : Odyssée 2012 [DVDRiP]
» La bourse ou la vie (Solo Rang B)
» La liberté ne meurt jamais [RP solo]
» L'Odyssée, chant III : Le Minotaure.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Centre de Dùralas :: Cavernes de Spelunca :: Centre du massif [Zone communautaire]-