AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Talgor Rochenoire
Le Monde de Dùralas a précisément 2400 jours !
Dùralas, le Mar 26 Mai 2020 - 13:56
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !
Le Deal du moment : -45%
Aspirateur sans sac PHILIPS PowerPro Active FC9533/09
Voir le deal
109.99 €

Partagez
 

 [PW Grabuge]Sous l'égide de la foi.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cylicia Condoris
Archiviste ♦ Prêtresse du sacrifice

Cylicia Condoris

Messages : 674
Expérience : 3178
Féminin Âge RP : 27

Politique : 01
Métier : Mineuse - Novice
Titres:
 

(Litanies du Sacrifice, Livre magique de Cylicia, +100, v+200, - l'effet dépend du tour (voir fiche joueur))

Stats & équipements
Vitalité:
[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. 1559870510-barre-vie-gauche2175/2175[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. 1559871461-barre-vie-rouge  (2175/2175)
Vitesse: -164
Dégâts: 1761

[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. Empty
MessageSujet: [PW Grabuge]Sous l'égide de la foi.   [PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. EmptySam 8 Fév 2020 - 14:04

C'était le moment pour Cylicia de faire des choix importants. Elle n'avait, jusque là, pas vraiment eut le temps de reparler avec Grabuge qui lui avait laisser bien des doutes dans l'esprit. Alors que son ordre secret avançait de son côté grâces aux efforts des soeurs Macarons, il était temps de voir si le gobelin avait lui-même mis en pratique ses ambitions. Lorsqu'elle eut vent de sa venue dans la campement elle se mise tout d'abord à cogiter. Au final, elle n'avait pas eu à prendre de décision autre que son intuition prophétique en tant que cheffe de son mouvement et cela lui allait bien comme cela. Si elle n'avait aucun soucis à prendre et respecter des engagements, en prendre pour d'autres était une autre histoire. Enfin, la Purificatrice finit par se convaincre que ses responsabilités ne permettaient malheureusement plus le doute et s'en alla à la rencontre du gobelin en espérant qu'il n'ait pas déjà rebrousser chemin.

Le campement n'était pas très animé, il faisait nuit déjà et la plupart des hommes avaient déjà bien assez fait de leur journée. C'est près d'un feu que notre héroïne aperçu son compagnon d'armes d'un jour, jour restant amèrement gravé dans la mémoire de Cylicia suite à la mort de l'enfant. Le Kazharien semblait pensif, il regardait danser les flammes de son regard éborgné. Elle s'approcha dans son dos, sans tenter d'être discrète et finit par dire :

- Sire Grabuge?

Elle continuait à l'appeler avec beaucoup de courtoisie car elle avait toujours en elle cette admiration pour les Dragonniers, héros de tant d'histoires, même si elle en était elle-même devenue un.

- Je ne veux pas vous déranger mais j'ai à vous parler si vous le permettez...

Il était temps pour elle de prendre cette grande décision de rejoindre Egide, mais encore fallait-il convaincre Grabuge que cette alliance allait lui être bénéfique.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Grabuge
Tavernier ♦ "Justicier brutal"

Grabuge

Messages : 1794
Expérience : 3856
Masculin Âge RP : 41 ans

Politique : 233
Métier : Bûcheron - Maître
Titres:
 

(Feriel, griffonne de Grabuge (modifié) +400, v+400, dissuasion : évite la prison à coup sûr)

Stats & équipements
Vitalité:
[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. 1559870510-barre-vie-gauche3242/3242[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. 1559871461-barre-vie-rouge  (3242/3242)
Vitesse: -721
Dégâts: 4059

[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. Empty
MessageSujet: Re: [PW Grabuge]Sous l'égide de la foi.   [PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. EmptySam 8 Fév 2020 - 16:05

☠

Je me posai auprès d’un feu de camp déserté au terme d’une bonne journée de travail. De part mon statut de Dragonnier, l’Impérator était assez arrangeant concernant mes “permissions”, sachant de toute façon que mes permissions n’étaient pas souvent des pauses mais plutôt des périodes où je me focalisais un peu plus sur mes autres activités, en accord avec les principes des kazhariens. J’avais donc rejoins le campement dragonnier en début de matinée, dans le but d’éplucher les quelques missions proposées, mais voyant que la plupart de mes camarades s’occupaient de tout, je m’étais finalement rabattu sur un travail tout aussi utile: le repérage des zones alentours. Si les plaines d’Aràn recelaient leur lot de dangers, c’était en général un lieu assez paisible et le rôle des Dragonniers étaient que ça reste ainsi. J’avais donc passé la journée à quadriller le terrain, avec ma fidèle compagne Feriel - qui était on ne peut plus ravie de passer du temps dans les airs avec moi - et nous avions terminé tard dans l’après-midi, alors que le soleil commençait à se coucher à l’horizon. Après un repas frugal en petite compagnie, j’avais salué les quelques camarades dragonniers présents et était parti me coucher, Feriel à ma suite. Cette dernière se sentait plutôt à l’aise dans le campement, car elle n’avait pas à faire attention où mettre les pattes ou à ne pas bousculer les passants. Ici, voir une griffonne était on ne peut plus commun, et les gens étaient au mieux content de voir une si fière monture, au pire indifférent à sa présence banale parmi les autres créatures volantes se baladant dans les terres de la guilde. Cela la changeait de la méfiance naturelle à laquelle elle avait le droit en ville, raison principale pour laquelle elle ne restait que peu de temps dans les grandes agglomérations et préférait passer ses journées à chasser et voler dans les terres sauvages, restant tout de même non loin de moi. Une certaine habitude s’était créée entre nous au fil du temps, en plus d’une complicité évidente, ainsi je n’avais que rarement à l’attendre quand je décidais qu’il était l’heure de changer d’air. D’une fougueuse griffonne prompte à mordre les gêneurs, elle était devenu en ma présence une partenaire fiable, fière mais sachant se tenir, et elle ne m’avait pour l’heure jamais fait défaut depuis le jour où je l’avais sauvé d’une mort certaine, à l’époque où elle terrorisait un village de montagnard près des Montagnes du Baldor.

Je m’étais donc couché dans une couchette provisoire, n’en ayant pas de fixe vu mes obligations chronophages de chef de brigade intérimaire chez les kazhariens, et avait entrepris de dormir. Mais comme souvent alors que j’essayais de fermer l’oeil, de vieux souvenirs que j’aurais préféré oublié refaisaient périodiquement surface: la destruction de la compagnie Egide originelle, le massacre des félons qui s’étaient accaparé le nom de cette glorieuse compagnie pour en changer les fondements, ma période d’errance qui s’en était suivi, errance alcoolisée ponctuée de bagarres. Beaucoup de bagarres. Mais encore plus d’alcools. Après quelques dizaines de minutes à lutter pour réussir à dormir, je m’avouai vaincu et partis prendre l’air, pipe et tabatière en main, jusqu’à trouver un feu de camp où je décidai de me poser. Comme dis plus tôt, le feu de camp était désert, et le camp était assez silencieux, seulement marqué par quelques cris d’animaux lointain, rien d’inhabituel quand on dormait régulièrement à la belle étoile. Feriel, elle, n’avait pas eu de soucis à s’endormir et je l’avais donc laissé à l’entrée de la tente, souriant en coin en entendant ses ronflements de grosse bêbête à plumes. Je commençai donc tranquillement à déposer du tabac dans le foyer de ma pipe, bercé par les bruits de ma partenaire ailée non loin, tout en regardant le feu d’un air absent. Il faisait bon de respirer l’air frais du Nord, de temps en temps, et sitôt la guerre contre les skarniens achevée, j’allais probablement mettre en exécution mon projet d’aller aider les clans nordiens harcelés par les pillards, comme je me l’étais promis il y a des mois de cela. Heureusement que j’étais habitué au froid mordant de BaldorHeim, car j’avais entendu dire que le Grand Nord n’était pas une terre propice aux coups de soleil.

J’achevai de bourrer mon foyer de tabac et allumai alors ma pipe, exhalant un soupir de contentement en sentant la fumée remplir mes poumons, poumons que je savais usé à force de fumer. Bah, j’avais plus de chance de mourir sur le champ de bataille que de ma propension à fumer, donc c’était pour moi un non-problème. Et puis les gobelins vivaient à peu près aussi longtemps que les humains, voir un peu moins, donc ce n’était plus l’âge pour m’inquiéter de ma santé à long terme. Je restai là un instant à fixer distraitement le feu en profitant du tabac arànien que j’avais acheté il y a peu, quand j’entendis des pas se rapprocher. Je ne pris pas la peine de me retourner - non pas que j’étais associal, mais les allées-et-venues étaient fréquent dans le campement, et peut-être que la personne qui s’approchait avait d’autre plans que de venir me parler - et continuai à fixer le feu, l’air toujours aussi absent. Finalement, quand le doute ne fut plus permis, je tournai mon regard vers la personne qui venait profiter de ma compagnie, et fut surpris de voir Cylicia, la Purificatrice avec qui j’avais déjà livré bataille. Elle avait changée depuis la dernière fois, ses cheveux avaient poussé et cela lui donnait un charme étonnant, contrastant avec l’air dur et austère qu’on imaginait chez les Purificateurs. Elle me demanda alors, trop formelle à mon goût:

Sire Grabuge?

Je souris en coin à l’appellation, trop honoré qu’on puisse me considérer comme tel. Je ne méritais pas tant d’honneur, mais je hochai tout de même la tête à son encontre, l’incitant à poursuivre, ce qui ne se fit pas attendre:

Je ne veux pas vous déranger mais j'ai à vous parler si vous le permettez…

Je me mis à regarder exagérément tout autour de nous, comme pour m’assurer qu’il n’y avait personne, et lui répondit avec un léger sarcasme visant à la mettre plus à l’aise:

Vous savez, je ne sais pas si je vais avoir le temps avec toute la compagnie que j’ai. Allez, assoyez-vous donc l’amie, j’ai l’oreille ouverte. Oh, et pas de “sire” entre nous, voyons. Je ne suis qu’un vieux gobelin sur le déclin, rien qui ne mérite tant de formalité. Et puis, on a déjà guerroyé ensemble, et pour moi cela fait de nous des frères et soeurs d’arme égaux.

Je tapotai la bûche sur laquelle j’étais assis de ma main calleuse et griffue, l’invitant à me rejoindre. Qu’est-ce qu’elle pouvait bien avoir à me demander? Je n’allais probablement pas tarder à le découvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Cylicia Condoris
Archiviste ♦ Prêtresse du sacrifice

Cylicia Condoris

Messages : 674
Expérience : 3178
Féminin Âge RP : 27

Politique : 01
Métier : Mineuse - Novice
Titres:
 

(Litanies du Sacrifice, Livre magique de Cylicia, +100, v+200, - l'effet dépend du tour (voir fiche joueur))

Stats & équipements
Vitalité:
[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. 1559870510-barre-vie-gauche2175/2175[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. 1559871461-barre-vie-rouge  (2175/2175)
Vitesse: -164
Dégâts: 1761

[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. Empty
MessageSujet: Re: [PW Grabuge]Sous l'égide de la foi.   [PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. EmptySam 8 Fév 2020 - 16:48

Grabuge était fidèle à lui même, familier et amicale. Du moins, avec ceux qu'il respectait. Notre héroïne avait eut l'occasion de voir sa façon de traiter ceux qu'il considérait comme des rebuts et était bien contente de ne pas en faire partie en ce moment. C'était en ce sens un homme plus sage que la Purificatrice, il avait pour ennemi le malfrat et non le sang de certains.

- Vous savez, je ne sais pas si je vais avoir le temps avec toute la compagnie que j’ai.

Cylicia ne put s'empêchait de sourire, il était évidant qu'il n'était pas bien occupée mais les habitudes aristocratiques de la Purificatrice étaient tenaces. En tous cas elle fut heureuse de voir que, malgré les guerres que sa faction avait dut affrontée, il gardait son sens de l'humour.

- Allez, assoyez-vous donc l’amie, j’ai l’oreille ouverte. Oh, et pas de “sire” entre nous, voyons. Je ne suis qu’un vieux gobelin sur le déclin, rien qui ne mérite tant de formalité. Et puis, on a déjà guerroyé ensemble, et pour moi cela fait de nous des frères et soeurs d’arme égaux.

Cylicia s'exécuta et vint s'asseoir à côté du Khazarien, où sa main tapotait tranquillement le bois en signe d'invitation.

- Merci, dit-elle en s'asseyant, vous m'êtes chère aussi même si nous n'avons pas eut l'occasion de nous revoir disons... En tête à tête.

Elle frotta ses mains devant le feux pour se réchauffer et continua :

- Comment allez vous donc depuis lors? Les Khazariens ont du pain sur la planche en ce moment et, sans vouloir vous offensez, votre oeil montre bien que la bataille que nous avons livrer ensemble ne fut malheureusement pas la dernière...

Grabuge l'avait décontractée par son air naturel et franc, c'est donc avec plus de légèreté qu'elle lui parlait à présent. Suffisamment du moins pour qu'elle ose parler de cet oeil qui l'intriguait depuis la réunion qu'ils avaient eut. Elle espérait qu'il n'ait pas trop souffert, mais c'était probablement chose vaine.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Grabuge
Tavernier ♦ "Justicier brutal"

Grabuge

Messages : 1794
Expérience : 3856
Masculin Âge RP : 41 ans

Politique : 233
Métier : Bûcheron - Maître
Titres:
 

(Feriel, griffonne de Grabuge (modifié) +400, v+400, dissuasion : évite la prison à coup sûr)

Stats & équipements
Vitalité:
[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. 1559870510-barre-vie-gauche3242/3242[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. 1559871461-barre-vie-rouge  (3242/3242)
Vitesse: -721
Dégâts: 4059

[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. Empty
MessageSujet: Re: [PW Grabuge]Sous l'égide de la foi.   [PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. EmptyLun 9 Mar 2020 - 5:44

La noble purificatrice finit par s'asseoir là où je l'avais invité, acceptant finalement d'être un peu moins formelle. Rien ne nous obligeait à garder autant de retenue, encore moins maintenant que nous étions tous deux Dragonniers. Elle dit alors qu'elle se mettait en place, l'air sincère:

"Merci, vous m'êtes chère aussi même si nous n'avons pas eut l'occasion de nous revoir disons... En tête à tête."

J'acquiesçai devant les faits, alors que ma compagne du soir se frottait les mains pour se réchauffer. Personnellement, j'avais fini par m'habituer au climat froid des Baldors, et avait donc développé une résistance au froid, résistance bien pratique quand on devait crapahuter des heures dans des montagnes balayées par le vent et la neige. Cylicia me dit alors, dans le même temps:

"Comment allez vous donc depuis lors? Les Khazariens ont du pain sur la planche en ce moment et, sans vouloir vous offensez, votre oeil montre bien que la bataille que nous avons livrer ensemble ne fut malheureusement pas la dernière..."

Je touchai mon orbite vide instinctivement, comme si je venais de me rappeler de cet état de fait pourtant ostentatoire. En effet, la dernière fois que nous nous étions vus, j'avais encore mes deux yeux, et ses marauds de la Congrégation ne m'avaient pas encore infligé ce châtiment que j'avais décidé de porter avec honneur, comme une preuve que je ne reculerais devant rien pour imposer la Justice, pas même la mutilation. Je lui répondis, le ton calme car j'avais eu le temps de m'habituer à mon oeil manquant:

"C'est vrai que je ne me faisais pas surnommer "le borgne" dans les couloirs quand nous nous sommes croisés. Vous ne m'offensez pas, pas plus que vous ne m'offenseriez en me disant que je suis un gobelin. Je suis bel et bien borgne, et j'ai mis quelques temps à m'adapter à cette nouvelle condition, surtout en terme de maîtrise du combat. Heureusement, ce n'est pas mon oeil directeur que j'ai perdu, sans quoi j'aurais eu bien du mal à m'entraîner à l'arbalète ou à l'arc. Si vous voulez savoir, ceci est un petit cadeau laissé par la Congrégation de l'Ombre. Je soupçonne que ma montée en rang rapide chez les kazhariens n'ait pas plu à tout le monde, et que certains ont décidés de m'envoyer un message en envoyant des mercenaires me rudoyer. Même si l'énucléation était un petit bonus fait par un stryge noir qui se fait appeler le Fantôme Sanglant. Je n'en veux pas particulièrement à la Congrégation, ce ne sont que l'épée et non celui qui la porte, mais j'avoue avoir une certaine rancune à l'égard de cet enfoiré. Néanmoins, je porte fièrement ma cicatrice, pour prouver au monde que même la mutilation ne me fera pas reculer sur la voie de la Justice. Qu'on me brise les jambes, je continuerais à avancer avec mes mains. Qu'on me brise les mains, je continuerais à avancer avec mes dents. Seul la mort sauvera les brigands de mon courroux."

J'avais dit tout cela sur un ton plus ou moins détaché, sans pour autant ne pas y insuffler quelques émotions dûe aux souvenirs. La douleur, notamment, resté encore solidement ancrée dans ma tête, au point même où j'avais encore régulièrement des migraines. Je repris en me rappelant d'un détail important, l'air plus reconnaissant:

"Sans cet étrange camarade que j'ai croisé plusieurs fois, je ne serais néanmoins plus de ce monde. Il se fait appeler le Voyageur et il était là quand je me suis fait prendre en embuscade. Il n'a pas hésité un instant à me protéger alors qu'il était armé d'un simple bout de bois. Le genre de comportement qui force le respect du vieux gobelin que je suis, et qui aurait tout à fait sa place au sein d'Egide. Malheureusement, c'est un électron libre, et la proposition ne l'a pas intéressé. Mais je ne regrette pas, car c'est un fervent défenseur des justes, même s'il ne fera pas partie d'Egide."

Je pris une légère pause pour réfléchir quelques instants à mon compagnon, que je pouvais considérer comme un ami au vue du fait que je lui devais la vie. Un fidèle camarade, libre comme le vent et emplis de bonté. Je ne regrettais pas d'avoir fait sa connaissance, même en excluant qu'il m'ait sauvé la vie. Je repris au bout d'un petit instant, redevenant amical et cordial:

"Et vous ma chère Cylicia? Qu'êtes-vous devenus depuis ce temps? Les cheveux ont poussés à ce que je vois, et cela vous va bien. Un amant chanceux à la Tour Blanche, peut être?"

Je souris en pensant à Cylicia, épouse et mère, vivant une vie paisible à la Tour Blanche. Je ne la connaissais pas énormément, mais ce genre d'image ne me semblait pas bien cohérent. Mais qui sait, nous avions tous besoin d'amour, et même moi j'avais pû expérimenter ce sentiment puissant mais dangeureux par le passé.
Revenir en haut Aller en bas
Cylicia Condoris
Archiviste ♦ Prêtresse du sacrifice

Cylicia Condoris

Messages : 674
Expérience : 3178
Féminin Âge RP : 27

Politique : 01
Métier : Mineuse - Novice
Titres:
 

(Litanies du Sacrifice, Livre magique de Cylicia, +100, v+200, - l'effet dépend du tour (voir fiche joueur))

Stats & équipements
Vitalité:
[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. 1559870510-barre-vie-gauche2175/2175[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. 1559871461-barre-vie-rouge  (2175/2175)
Vitesse: -164
Dégâts: 1761

[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. Empty
MessageSujet: Re: [PW Grabuge]Sous l'égide de la foi.   [PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. EmptyVen 13 Mar 2020 - 14:50

- C'est vrai que je ne me faisais pas surnommer "le borgne" dans les couloirs quand nous nous sommes croisés. Vous ne m'offensez pas, pas plus que vous ne m'offenseriez en me disant que je suis un gobelin. Je suis bel et bien borgne, et j'ai mis quelques temps à m'adapter à cette nouvelle condition, surtout en terme de maîtrise du combat. Heureusement, ce n'est pas mon oeil directeur que j'ai perdu, sans quoi j'aurais eu bien du mal à m'entraîner à l'arbalète ou à l'arc.

Cylicia acquiesça tout en étant étonné de la sagacité du gobelin dans cette affaire. Il ne semblait pas prendre trop mal la perte de son oeil, ce qui était tout à son honneur de guerrier.

- Si vous voulez savoir, ceci est un petit cadeau laissé par la Congrégation de l'Ombre. Je soupçonne que ma montée en rang rapide chez les kazhariens n'ait pas plu à tout le monde, et que certains ont décidés de m'envoyer un message en envoyant des mercenaires me rudoyer. Même si l'énucléation était un petit bonus fait par un stryge noir qui se fait appeler le Fantôme Sanglant.

La Purificatrice fronça alors les sourcils, encore une fois cette race répugnante avait frappé dans le coeur de la Justice. Elle nota dans un coin de sa tête le pseudonyme de ce Stryge Noir et avait hâte de lui faire la peau à la moindre occasion.

- Cette engeance maudite n'en finira jamais de me décevoir, dit-elle avec un brin de colère.

Mais Grabuge restait stoïque, il avait rouler sa bosse depuis longtemps et s'était habitué à l'idée de se faire mutilé. Notre héroïne se rendit compte alors de la chance qu'elle avait de pouvoir se régénérer ainsi, bien qu'elle n'était pas sûre que la perte d'un oeil puisse lui être bénin.

- Je n'en veux pas particulièrement à la Congrégation, ce ne sont que l'épée et non celui qui la porte, mais j'avoue avoir une certaine rancune à l'égard de cet enfoiré. Néanmoins, je porte fièrement ma cicatrice, pour prouver au monde que même la mutilation ne me fera pas reculer sur la voie de la Justice. Qu'on me brise les jambes, je continuerais à avancer avec mes mains. Qu'on me brise les mains, je continuerais à avancer avec mes dents. Seul la mort sauvera les brigands de mon courroux.


La détermination du gobelin n'avait pas changer d'un poil et Cylicia était heureuse de l'entendre. Son discours inspiré lui donna même quelques frissons, dire que ce gobelin était plus courageux que bien de hommes de deux mètres de haut.

- Contente d'entendre que nous avons toujours ce point commun! Je comprends votre point de vue sur la Congrégation également, bien que mon avis soit plus tranché, je ne vous le cache pas.

Le gobelin sembla ensuite se rappeler d'un détail qui lui tenait à coeur, il continua donc son explication avec cette fois ci un peu plus de nostalgie, disons même plutôt de la reconnaissance.

- Sans cet étrange camarade que j'ai croisé plusieurs fois, je ne serais néanmoins plus de ce monde. Il se fait appeler le Voyageur et il était là quand je me suis fait prendre en embuscade. Il n'a pas hésité un instant à me protéger alors qu'il était armé d'un simple bout de bois. Le genre de comportement qui force le respect du vieux gobelin que je suis, et qui aurait tout à fait sa place au sein d'Egide. Malheureusement, c'est un électron libre, et la proposition ne l'a pas intéressé. Mais je ne regrette pas, car c'est un fervent défenseur des justes, même s'il ne fera pas partie d'Egide.

Le nom de Voyageur ne disait rien du tout à Cylicia. Il était clair que son comportement avait été admirable, elle n'avait d'ailleurs aucun doute sur le fait que Grabuge aurait agit pareillement si la situation avait été inversée. Elle n'aimait par contre pas bien les pseudonymes, bien qu'elle en usa elle-même un à l'arène. Préférant que les actes soient assumés pleinement par ceux qui les poses. Mais, il était clair qu'il s'agissait d'un homme bon.

- Il y'a de ces rencontres salutaires, en effet, mais si les Dieux ont voulu que sa route diverge de la votre, qu'il en soit ainsi. Cela devait être un homme bon en tous cas, on l'entend bien à votre manière de parler de lui, lui dit-elle en souriant.

Puis, redevenant un peu moins solennel, le gobelin s'interrogea sur son interlocutrice :

- Et vous ma chère Cylicia? Qu'êtes-vous devenus depuis ce temps? Les cheveux ont poussés à ce que je vois, et cela vous va bien. Un amant chanceux à la Tour Blanche, peut être?

Cylicia laissa échapper un petit rire suite à la supposition de Grabuge. Elle ne s'était plus imaginée dans idylle quelconque depuis son adolescence et c'était loin d'être dans ses projets. Son voeux de chasteté était toujours d'actualité et elle ne s'était toujours pas rendue compte de ses sentiments pour Brendan. Pour elle, il ne s'agissait que d'un homme beau, admirable et courageux auquel il était normal de penser souvent.

- Oh, non, que dites vous là! Répondit-elle amusée. J'ai bien peur de vous décevoir pour mes cheveux, il ne s'agit là que de négligence mêlée à un peu de superstition... Voilà longtemps maintenant que j'ai fait voeux de chasteté et je laisse les amours aux bonnes gens que nous protégeons.

Une fois ceci éclairé, elle leva les yeux au ciel, pensive. Il s'en était passé des choses depuis leur dernière rencontre et elle ne savait pas par quoi commencer.

- Et bien, disons que j'ai menée la vie que je voulais et vue un peu le monde. J'ai eut la chance comme vous de croiser de bien bonnes personnes, je pense d'ailleurs que sans cela j'aurais perdu l'esprit depuis longtemps... Je ne m'attendais pas à ce que la reste de Dùralas soit si... Détaché des problèmes d'autrui par rapport à ma Tour Blanche natale. Mais il y a du bon que je m'efforce à trouver et à faire ressortir, tout en éliminant le Mal là où je le peux. Sinon, la chose la plus étonnante qui me soit arrivée fut sans doutes de prendre l'un des orphelins de Stellaraë sous mon aile, il se fait appelée Petit Tambour.

Le visage de la Purificatrice s'illumina un peu, elle tenait beaucoup à cet enfant et tous ces souvenirs l'a rendait un peu nostalgique.

- Le pauvre, je ne le vois pas souvent... Enfin, sa condition est toujours meilleure qu'auparavant!

Cylicia sortit quelques fruits secs de sa poche qu'elle se mise à grignoter tranquillement, elle en proposa au gobelin avant de reprendre :

- Il y'a aussi un nouvel Ordre que j'essaye de fondé au sein de la Tour Blanche, mais gardez ceci pour vous si vous le pouvez. Nous n'avons pas encore atteint la dizaine de membres officieux mais j'ai bonne espoir que mes supérieurs entendent raison... Est-ce que votre projet pour Egide est en bonne voie d'ailleurs? Je dois vous avouez que j'en ai parler à mes soeurs d'arme, et nous sommes toutes d'accord pour joindre nos force à cet étendard...

Au moins, cela avait le mérite d'être clair. Allons savoir maintenant si Grabuge se sentait prêt à accueillir ces nouveaux membres. Ils étaient d'accord sur de nombreux point, et le contacte passait bien avec Cylicia, mais il ne savait pas grand chose sur cette organisation que la Purificatrice montait en douce.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Grabuge
Tavernier ♦ "Justicier brutal"

Grabuge

Messages : 1794
Expérience : 3856
Masculin Âge RP : 41 ans

Politique : 233
Métier : Bûcheron - Maître
Titres:
 

(Feriel, griffonne de Grabuge (modifié) +400, v+400, dissuasion : évite la prison à coup sûr)

Stats & équipements
Vitalité:
[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. 1559870510-barre-vie-gauche3242/3242[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. 1559871461-barre-vie-rouge  (3242/3242)
Vitesse: -721
Dégâts: 4059

[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. Empty
MessageSujet: Re: [PW Grabuge]Sous l'égide de la foi.   [PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. EmptySam 21 Mar 2020 - 10:51

L'aversion qu'avait Cylicia pour les stryges noirs et même la Congrégation ne faisait aucun doute, et je la comprenais tout à fait, surtout pour les premiers. Pour ma part, je ne villipendais pas les stryges noirs même si je m'en méfiais toujours, car j'avais croisé bien peu de stryges noirs au cours de ma vie qui étaient capables d'empathie. Mais il y en avait bien un ou deux qui me revenait en tête, et qui semblait un brin capable d'émotion positive. Même si ces derniers étaient toujours des bannis ou des exilés de la Tour Noire, et que leur taux de survie avec les Exécuteurs à leur trousse était bien faible. Cylicia finit par me dire alors que je rallumais ma pipe qui s'était éteinte pour tirer un peu dessus:

"Oh, non, que dites vous là! J'ai bien peur de vous décevoir pour mes cheveux, il ne s'agit là que de négligence mêlée à un peu de superstition... Voilà longtemps maintenant que j'ai fait voeux de chasteté et je laisse les amours aux bonnes gens que nous protégeons."

Je ne savais pas qu'elle avait fait voeu de chasteté, quoi que j'aurais pû m'en douter. Pour ma part, mon dernier rapport remontait à des dizaines d'années en arrière, et l'on ne pouvait pas dire que la voie que j'avais choisi me permettait d'assouvir ce genre de besoin, de toute façon disparu depuis bien longtemps avec l'âge. Mine de rien, pour un gobelin, j'avais eu une belle vie et je me rapprochais assurément de la vieillesse et des désagréments qui allaient avec. Il y avait peu de chance que je survive plus de 70 ans, si tant est que je ne mourrais pas sur le champ de bataille. Je crois d'ailleurs me souvenir que le gobelin qui avait vécu le plus longtemps dans mes souvenirs devait avoir 73 ans, et que c'était là un âge vénérable pour un gobelin, similaire à une centaine d'année pour les humains. Je redonnai mon attention à Cylicia alors qu'elle enchaînait finalement, après avoir réfléchi un moment:

"Et bien, disons que j'ai menée la vie que je voulais et vue un peu le monde. J'ai eut la chance comme vous de croiser de bien bonnes personnes, je pense d'ailleurs que sans cela j'aurais perdu l'esprit depuis longtemps... Je ne m'attendais pas à ce que la reste de Dùralas soit si... Détaché des problèmes d'autrui par rapport à ma Tour Blanche natale. Mais il y a du bon que je m'efforce à trouver et à faire ressortir, tout en éliminant le Mal là où je le peux. Sinon, la chose la plus étonnante qui me soit arrivée fut sans doutes de prendre l'un des orphelins de Stellaraë sous mon aile, il se fait appelée Petit Tambour."

Je souris en coin alors que je voyais son visage s'illuminait, preuve que ce genre d'affection lui tenait à coeur. Je ne pouvais qu'être de son avis, préserver la jeunesse était une chose essentielle et une des raisons pour laquelle j'avais il y a longtemps sacrifié mon innocence et avait tué un bon nombre de maraud pour éviter à d'autres de le faire à ma place, notamment de jeunes innocents. Cylicia reprit, légèrement soucieuse:

"Le pauvre, je ne le vois pas souvent... Enfin, sa condition est toujours meilleure qu'auparavant!"

J'acquiesçai à ses mots tout en tirant sur ma pipe. J'étais content de voir Cylicia se fixer un autre but que ses missions de purificatrice, car cela lui permettait assurément de voir du pays et de comprendre la complexité étonnante du monde de Dùralas, complexité que l'on ne pouvait déceler en ayant le seul regard d'un ordre certe prestigieux et nécessaire, mais un peu fermé d'esprit.
La dragonnière profita de mes réflexions pour sortir quelques fruits secs et commencer à grignotter, non sans m'en proposer une poignée, que je refusai amicalement, montrant ma pipe qui me suffisait amplement pour le moment. Le tabac était un coupe-faim connu. Elle finit par me donner une réponse qui me surprit quelque peu:

"Il y'a aussi un nouvel Ordre que j'essaye de fondé au sein de la Tour Blanche, mais gardez ceci pour vous si vous le pouvez. Nous n'avons pas encore atteint la dizaine de membres officieux mais j'ai bonne espoir que mes supérieurs entendent raison... Est-ce que votre projet pour Egide est en bonne voie d'ailleurs? Je dois vous avouez que j'en ai parler à mes soeurs d'arme, et nous sommes toutes d'accord pour joindre nos force à cet étendard..."

Je haussai un sourcil, essayant d'assimiler les deux importantes informations que je venais d'apprendre. Tout d'abord, Cylicia s'était mise en tête de créer un ordre, officieux pour le moment, qui commençait à prendre de l'ampleur? La connaissant, cela devait sûrement coincider avec la vision de Justice que j'avais, quoi que je craignais qu'elle n'ait encore une vision un peu étriquée. Après, je ne pouvais la juger, moi-même je tuais des marauds sans hésiter une seconde, et cela faisait peut être de moi aussi quelqu'un de légèrement étriqué. Sûrement lui poserais-je la question sur la vocation de son Ordre plus tard, ainsi je décidai de garder ceci dans un coin de ma tête. La nuit était loin d'être finie après tout.
Mais la deuxième information était plus étonnante encore: était-ce là une proposition officielle de rejoindre la compagnie Egide? Je ne pus me retenir de sourire en coin, content de cette nouvelle qui me faisait chaud au coeur. Qui plus est, des camarades de la purificatrice semblaient elle aussi intéressées pour rejoindre la compagnie, et cela ne pouvait qu'être bénéfique à mon avis. Je me devais d'éclaircir son questionnement, notamment sur l'imminence d'Egide:

"Tout d'abord, n'ayez crainte Cylicia, votre secret est bien gardé avec moi. Au pire, si l'on me demande, je peux faire mine de ne pas avoir entendu, mon ouïe sur le déclin me joue parfois des tours."

Je lui fis un petit clin d'oeil complice avant d'enchaîner pour répondre à ses questions:

"Et bien sûr, cela me ferait plaisir de vous accueillir dans mon ordre, vous êtes une camarade fidèle, et je ne saurais espérer meilleur soeur d'arme sur le terrain. Quant à vos soeurs, j'imagine que vous vous portez garante d'elles, alors je ne devrais pas avoir de soucis à me faire. Mais malgré notre accointance, il faudra que vous soyez capable d'obéir à mes ordres une fois que je serais à la tête d'Egide. Serez-vous capable de vous reposer sur l'avis et l'expérience d'un vieux gobelin borgne?"

Je souris à nouveau tout en tirant sur ma pipe, afin de laisser flotter un peu mes mots, avant de reprendre:

"Quoi qu'il en soit, je doutes que j'ai un jour à vous donner un ordre en désaccord avec vos principes fondamentaux, mais ne doutez pas que le chemin vers la Justice est jonché de sacrifices, parfois menus, parfois plus gros, et je ne pourrais tous vous les éviter si vous êtes aussi zêlés que moi. Sinon, concernant la date de la refondation d'Egide, cela ne saurait tarder, j'ai juste quelques derniers préparatifs d'ordre logistiques à faire avant de me lancer. Mais n'ayez crainte, vous recevrez une missive personnelle, comme tous mes compagnons d'arme en qui j'ai foi."

Je tirai une nouvelle fois sur ma pipe, laissant à nouveau flotter ses quelques mots comme pour leur donner plus d'importance. En effet, d'ici très peu de temps, mon projet serait lancé, et Egide renaîtrait de ses cendres comme si elle n'avait jamais déclinée, plus belle que jamais! Je repris sur un ton plus léger, afin de détendre un peu cette atmosphère solennelle qui ne me seyait pas en un tel moment de camaraderie:

"Et vous disiez tout à l'heure que vous avez décidé de faire voeu de chasteté? Voilà qui est bien triste! Même moi, vieux gobelin bien peu talentueux dans le domaine de la galanterie, j'ai expérimenté l'amour à une époque, il y a de cela longtemps. Je..."

Je marquai une petite pause alors que ce qui devait être à la base un simple moyen de détendre l'atmosphère se transformait en légère nostalgie. Me ressaisissant rapidement, je repris une demi-seconde après:

"...Je ne regrette pas de m'être consacré à la Justice après ma seule et unique amante. Je ne regrette pas non plus qu'elle ait été ma seule amante. Son simple souvenir me réchauffe le coeur, et je n'oublierais jamais nos jeunes années ensemble."

J'en restai là pour le moment, peu enclin à tout raconter à Cylicia à moins qu'elle ne me le demande. Je ne voulais pas la déranger avec les histoires d'amour d'un vieux gobelin qui n'avait pas repensé à ça depuis bien longtemps. Cela ne me dérangeait pas d'en parler, car j'avais fait mon deuil il y a longtemps, mais je ne savais pas si Cylicia aimait bien ce genre de sujet. Peut-être voulait-elle justement éviter le sujet, en vue de son voeu. Ou peut-être était-elle curieuse de ces choses là qui lui seraient à jamais inaccessible? Je n'aurais sû dire.
Revenir en haut Aller en bas
Cylicia Condoris
Archiviste ♦ Prêtresse du sacrifice

Cylicia Condoris

Messages : 674
Expérience : 3178
Féminin Âge RP : 27

Politique : 01
Métier : Mineuse - Novice
Titres:
 

(Litanies du Sacrifice, Livre magique de Cylicia, +100, v+200, - l'effet dépend du tour (voir fiche joueur))

Stats & équipements
Vitalité:
[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. 1559870510-barre-vie-gauche2175/2175[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. 1559871461-barre-vie-rouge  (2175/2175)
Vitesse: -164
Dégâts: 1761

[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. Empty
MessageSujet: Re: [PW Grabuge]Sous l'égide de la foi.   [PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. EmptyLun 23 Mar 2020 - 17:18

Grabuge était, comme à son habitude, très à l'écoute. Cela n'étonnait pas trop que ce gobelin avait réussi à gravir si haut les échelons de la société Khazarienne. Il avait tout ce qu'il fallait pour être un chef, sans doutes bien plus que Cylicia d'ailleurs qui, elle, s'était un peu retrouvé par hasard au devant de ses soeurs d'armes.

- Tout d'abord, n'ayez crainte Cylicia, votre secret est bien gardé avec moi. Au pire, si l'on me demande, je peux faire mine de ne pas avoir entendu, mon ouïe sur le déclin me joue parfois des tours.

La plaisanterie du gobelin amusa la Purificatrice. Se souvenant du coup du vieux gobelin qu'il avait jouer aux sois-disant cueilleurs de champignons, elle ne pouvait s'empêcher de trouver ce personnage aussi charmant qu'amusant, quoi que parfois terrifiant. Le borgne lui fit ensuite un clin d'oeil qui était tout de même difficile à deviner au vue de son état mais elle parvint à comprendre son intention.

- Et bien sûr, cela me ferait plaisir de vous accueillir dans mon ordre, vous êtes une camarade fidèle, et je ne saurais espérer meilleur soeur d'arme sur le terrain. Quant à vos soeurs, j'imagine que vous vous portez garante d'elles, alors je ne devrais pas avoir de soucis à me faire. Mais malgré notre accointance, il faudra que vous soyez capable d'obéir à mes ordres une fois que je serais à la tête d'Egide. Serez-vous capable de vous reposer sur l'avis et l'expérience d'un vieux gobelin borgne?

Cylicia devait bien avouer qu'elle n'était pas très douée pour suivre tous les ordres à la lettre. A la Tour Blanche, tous ses actes un peu excentriques étaient justifiés par la religion et l'urgence du moment. Mais Grabuge comprendrait-il cela? Elle pensait bien que oui, après tout ses croyances étaient basées sur une forme de Justice à laquelle le gobelin adhérait, il n'y'avait donc pas de raisons que leurs visions soient si distincte ou que Cylicia ait à coeur de lui désobéir. Quant à ses consoeurs, elles suivraient ses ordres jusque dans la mort, il n'y avait pas de soucis à se faire.

- Ce sera même un honneur. Vous êtes quelqu'un qui mériterait l'admiration de beaucoup. Servir sous vos ordres ne sera pas un problème et mes soeurs me sont assez dévouées que pour me faire confiance sur ce point. Je ne manquerait point de vous les présentez d'ailleurs.

Le gobelin continua alors, ôtant les mots de la bouche de notre héroïne qui pensait assez comme lui.

- Quoi qu'il en soit, je doutes que j'ai un jour à vous donner un ordre en désaccord avec vos principes fondamentaux, mais ne doutez pas que le chemin vers la Justice est jonché de sacrifices, parfois menus, parfois plus gros, et je ne pourrais tous vous les éviter si vous êtes aussi zêlés que moi. Sinon, concernant la date de la refondation d'Egide, cela ne saurait tarder, j'ai juste quelques derniers préparatifs d'ordre logistiques à faire avant de me lancer. Mais n'ayez crainte, vous recevrez une missive personnelle, comme tous mes compagnons d'arme en qui j'ai foi.

Les mots du peau-verte touchait la Purificatrice avec beaucoup de justesse. Le Sacrifice, elle le connaissait très bien, peut-être bien même plus que Grabuge lui-même malgré ses blessures qui n'avaient pas la chance de résorber.

- Vous ne pensez pas si bien dire... Le Sacrifice est la voie de Morkez dans laquelle je suis dévouée corps et âmes. Je dois bien dire que c'est cela aussi que j'admire en vous Grabuge... Vous n'êtes pas un naïf, et savez que le prix de la Justice est un fardeau loin d'être léger qui nous incombe. Et, si vous avez besoin d'aide logistique, n'hésitez pas à contacter les soeurs Macarons à la Tour Blanche, elles ne manqueront pas de vous aider.

Le tout était dit avec beaucoup de sincérité et de respect. Malgré la volonté de Grabuge pour qu'ils parlent d'égal à égal, elle ne pouvait s'empêcher de voir en lui le Dragonnier fort et vaillant qu'elle avait rencontré lorsqu'elle n'était même pas encore partie de l'Est. Grabuge, en tirant sur sa pipe, se contenta de hocher la tête tout en semblant apprécier les paroles de Cylicia. Evidemment, son humilité était toujours présente. Il finit par dévier la conversation, sans doutes pour cette raison pensait alors Cylicia.

- Et vous disiez tout à l'heure que vous avez décidé de faire voeu de chasteté? Voilà qui est bien triste! Même moi, vieux gobelin bien peu talentueux dans le domaine de la galanterie, j'ai expérimenté l'amour à une époque, il y a de cela longtemps. Je...

Bien triste? La stryge fut d'abord surprise avant de se rappeler que le gobelin n'était pas un pieu dévot comme elle l'était. Cela faisait longtemps que son attirance pour la gente masculine avait disparue de manière générale bien que son coeur ait été chamboulé par une certaine rencontre, quelqu'un qui souffrait quotidiennement autant qu'elle. Le Khazarien semblait quelque peu affecter, comme se remémorant une époque, puis continua :

- ...Je ne regrette pas de m'être consacré à la Justice après ma seule et unique amante. Je ne regrette pas non plus qu'elle ait été ma seule amante. Son simple souvenir me réchauffe le coeur, et je n'oublierais jamais nos jeunes années ensemble.

La révélation du gobelin n'étonna pas plus que cela notre héroïne. Il avait quelques années derrière lui et il aurait été étonnant que celui-ci n'ait jamais connue l'amour. Pourtant, elle sentait bien que comme elle, il s'agissait d'une étape qui ne faisait plus partie de leur vie présente ni future.

- Ne vous en faites pas trop pour moi, j'ai tout de même connue le bonheur et l'amour bien qu'il ne soit pas physique. J'ai beau paraître quelque peu rigide en mission, mais en réalité j'ai plutôt tendance à être joyeuse lorsque le Mal ne pointe pas le bout de son nez. Je ne suis pas complètement dénuée de sentiments malgré ce que mon nouveau regard peut laissé penser... Et, comme vous semblez savoir bien tenir votre langue d'ailleurs, je peux bien vous avouez que le jeune Baldwin a attiré mon regard à l'époque de notre formation...

Elle se sentait un peu gênée de cet aveux mais pendant qu'ils en étaient aux confidences elle se sentait libre de lui parler sans trop de jugement.

- Enfin, ma vie sentimentale tiendrais sur quelques lignes, je n'aurais pas beaucoup à vous racontez. Depuis toute jeune, la voie des Purificateurs est mon seul credo. Mais parlez moi donc de la belle qui a sut vous attendrir, je suis curieuse de savoir de quelle genre de femme il s'agissait. Et puis, il est toujours bon de se rappeler quelques fois les raison de notre combat...

Cela lui faisait du bien parler un peu simplement, et connaitre Grabuge était au final d'une importance capitale. Non seulement en tant que Dragonnier, mais également comme étant son futur supérieur à Egide. Pour l'instant, bien qu'elle ait assez confiance en lui, elle ne savait pas beaucoup de choses sur son passé même si son présent semblait irréprochable peut être traînait-il quelques casseroles que notre héroïne ferait bien de connaitre tout comme peut-être des qualités qu'elle ignorait.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Grabuge
Tavernier ♦ "Justicier brutal"

Grabuge

Messages : 1794
Expérience : 3856
Masculin Âge RP : 41 ans

Politique : 233
Métier : Bûcheron - Maître
Titres:
 

(Feriel, griffonne de Grabuge (modifié) +400, v+400, dissuasion : évite la prison à coup sûr)

Stats & équipements
Vitalité:
[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. 1559870510-barre-vie-gauche3242/3242[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. 1559871461-barre-vie-rouge  (3242/3242)
Vitesse: -721
Dégâts: 4059

[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. Empty
MessageSujet: Re: [PW Grabuge]Sous l'égide de la foi.   [PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. EmptyMar 24 Mar 2020 - 6:34

Cylicia, qui eut d'abord une pointe de surprise dans le regard quand elle apprit que j'avais eu un passé amoureux, finit par me répondre en essayant de me rassurer, mais aussi sûrement de se rassurer elle-même:

"Ne vous en faites pas trop pour moi, j'ai tout de même connue le bonheur et l'amour bien qu'il ne soit pas physique. J'ai beau paraître quelque peu rigide en mission, mais en réalité j'ai plutôt tendance à être joyeuse lorsque le Mal ne pointe pas le bout de son nez. Je ne suis pas complètement dénuée de sentiments malgré ce que mon nouveau regard peut laissé penser... Et, comme vous semblez savoir bien tenir votre langue d'ailleurs, je peux bien vous avouez que le jeune Baldwin a attiré mon regard à l'époque de notre formation..."

Je ne pûs m'empêcher de ricaner légèrement, plus dans la sympathie que dans la moquerie pure. Ainsi donc elle avait eu le béguin pour le jeune Baldwin dans sa jeunesse? Baah, il était vrai que selon les critères que j'imaginais de la gente féminine, il était un beau jeune homme, charmant dans ses manières qui plus est. Je me rappelais l'abnégation dont il avait fait preuve quand nous combattions côte à côte la liche des Terres Désolées du Sud, et ne doutais pas un instant que ce genre de chose savait plaire à une femme, même s'il s'agissait de la prude Cylicia. Cette dernière reprit finalement, curieuse:

"Enfin, ma vie sentimentale tiendrais sur quelques lignes, je n'aurais pas beaucoup à vous racontez. Depuis toute jeune, la voie des Purificateurs est mon seul credo. Mais parlez moi donc de la belle qui a sut vous attendrir, je suis curieuse de savoir de quelle genre de femme il s'agissait. Et puis, il est toujours bon de se rappeler quelques fois les raison de notre combat..."

Je hochai la tête à ses paroles sensés, désormais assuré que mon passé ne l'importunait pas outre mesure. Peut-être était-ce là, après tout, le moyen de me rapprocher un peu plus de celle qui deviendrait bientôt une de mes camarades au sein d'Egide? La camaraderie, c'était le deuxième mot d'ordre d'Egide, après la Justice, et je répondis donc d'abord, l'air complice:

"Ah! Ah! Baldwin, oui je me souviens de ce jeune stryge blanc aux nobles valeurs. Nous avons combattus ensemble il y a plusieurs mois, voir même années de cela. Je comprends votre ancien béguin pour lui, n'ayez crainte. Et ne vous y trompez pas, je suis loin de penser que vous êtes une personne dénuée de sentiments, Cylicia. Vous avez déjà démontré que vous pouvez faire preuve de colère, de regret, de tristesse ou même de sympathie. J'ai beau n'avoir plus qu'un oeil, je ne suis pas aveugle pour autant. Et puis, je ne proposerais pas un poste au sein de ma compagnie à quelqu'un dénué d'émotions."

J'acquiesçai pour moi-même, convaincu de mes propos, et tirai sur ma pipe avant de changer de ton, repensant à la femme que j'avais aimé, et décidant donc de répondre à sa question d'un air affecté, mais pas triste, le deuil ayant eu le temps de faire son chemin après de si longues années:

"Quant à la belle qui a su trouver une place dans mon coeur, elle s'appelait Olyanna. Je suis sûr qu'elle serait encore un joli bout de femme malgré l'âge, quoi que peut-être un peu rude pour le commun des mortels. C'était une barbare des plaines d'Aràn voyez-vous, avec les manières qu'on leur connaît. Rustre, toujours prompte à cogner avec entrain, et dévouée corps et âme au combat. Mais elle était aussi la plus fervente protectrice de notre petit groupe de jeunes recrues d'Egide à l'époque, et n'hésitai pas à prendre des risques pour nous sortir de situations épineuses. Elle n'était pas la plus calme des camarades, mais assurément la plus passionée. C'était peut-être ça qui m'avait touché, à l'époque, qui sait?"

Je pris une petite pause pour retirer une nouvelle fois sur ma pipe, me remémorant des souvenirs que je gardais toujours dans un coin de ma tête, et auxquels je repensais régulièrement le soir, quand le sommeil tardait à venir et que le passé revenait me hanter. Je repris toujours sur le même ton, ne faisant pas une fois montre de tristesse:

"Nous avons commencer à vraiment nous fréquenter quand j'avais une vingtaine d'années. A dire vrai, je me souviens encore du moment où je commençai à me rendre compte de ce que j'éprouvais pour elle, c'était la veille de ma première bataille pour le compte d'Egide. Cette nuit-là, j'ai commencé à comprendre ce que les gens appellent "amour". Mais il me fallut plusieurs semaines avant d'oser lui en parler, et plusieurs mois encore pour officialiser tout ça. De son côté, elle n'était pas contre prendre un peu de bon temps avec un frère d'arme, probablement était-ce la norme dans les tribus de barbare desquelles elle était originaire. Je mis du temps à savoir si j'étais juste un moyen d'assouvir ses envies, ou si l'amour que j'éprouvais pour elle était réciproque. Mais certains gestes ne trompaient pas, malgré la rudesse dont Olyanna faisait souvent preuve: elle n'avait pas d'autres compagnons malgré les opportunités, elle me jetait parfois des regards chaleureux qu'elle ne jetait pas aux autres et qu'elle pensait que je ne remarquerais pas, et puis elle a même oublier une fois sa hache dans ma tente! Croyez-moi Cylicia, si vous connaissez les barbares des plaines d'Aràn, vous savez que ce genre de gestes veut tout dire. Elle a déjà failli mourir carbonisée juste parcequ'elle voulait récupérer sa hache dans un endroit qui était en train d'exploser, alors vous vous doutez bien que ce n'est pas le genre d'objet qu'elle aurait oubliée, distraite ou non. Quoi qu'il en soit, nous avons vécus quelques mois, ou quelques années ainsi, à alterner missions pour le compte d'Egide et discussions au coin du lit. Mais toute bonne chose à une fin, malheureusement."

Cette fois-ci, mon regard se fit plus perçant, et je ne pensais même pas à profiter de la pause pour tirer sur ma pipe, la laissant doucement s'éteindre alors que le souvenir de sa mort refaisait surface, souvenirs qui n'étaient jamais bien loin dans ma tête. Je repris, l'air un peu plus grave:

"Lors d'une escarmouche contre des brigands, nous nous sommes retrouvés en très fâcheuse posture. Voyant que l'on ne pourrait s'en sortir sans perte, elle a chargé au coeur de la mêlée, mais pris par les sentiments je n'ai pas pû la laisser seule et j'ai intimé à mes compagnons, qui étaient sous mes ordres à ce moment là, de se replier pendant qu'on les retenait. Je me souviens encore distinctement de la scène. Nous étions tous les deux côte à côte, arme au clair, alors que devant nous une vingtaine de brigands nous chargeaient, l'écume au bord des lèvres. C'est ce moment qu'Olyanna a attendu pour me confirmer qu'elle m'aimait, et qu'elle ne pouvait pas espérer meilleur compagnon d'arme à ses côtés pour mourir. Nous étions tous les deux résignés à la mort, et nous avions fait la paix avec nous même. Nous avons donc chargé à notre tour, et combattus pendant de longues minutes, jusqu'à ce qu'il ne reste plus qu'une personne debout sur le champ de bataille: moi-même. Olyanna avait périt, ainsi que tous les brigands qui nous avaient chargés. Et je suis resté là, à pleurer sur la dépouille de ma compagne, regrettant de ne pas être mort avec elle. Puis, rapidement, les blessures me firent tourner de l'oeil, et je m'écroulais à mon tour. Les compagnons à qui j'avais ordonné la retraite, m'ont-ils dit après coup, ne purent se résoudre à nous abandonner et sont aussitôt revenus, voyant le massacre auquel nous avions participé. Ils nous ont donc exfiltré, moi et le cadavre d'Olyanna, pour me soigner et lui préparer des funérailles dignes d'une membre d'Egide. Si j'étais déjà un fervent défenseur de la Justice jusque là, cet évènement a définitivement éteint les quelques graines de la rébellion qui m'avaient valu mon surnom. A compter du jour de sa mort, je me suis consacré pleinement à la Justice et à la voie des armes, et est promis une chose à mon maître de milice et mentor, Gorgrim. "Si je veux être un rempart face aux cauchemars des autres, je ne dois pas me servir d'une arme. Je dois devenir une arme. Je dois être mortel autant avec un maillet qu'une lance qu'avec mes propres mains. Si je me voue corps et âme à la Justice, tout doit devenir mortel entre mes mains. C'est ma malédiction et le cadeau que je fais au monde."

J'achevai mon discours et tirai sur ma pipe, me sentant plus léger après avoir parlé de tout ceci avec Cylicia. Je ne pensais pas que lui en parler me libèrerait ainsi d'un poids, car je pensais que tout ceci était derrière moi désormais, mais je devais avouer que quelque soit le temps qui s'était passé depuis sa mort, jamais je ne l'avais réellement oubliée. Si la tristesse avait laissé place à la détermination, je ne pouvais m'empêcher d'imaginer un monde où nous aurions tous les deux survécus, et où nous coulerions des jours heureux loin du monde et de la civilisation. Une alternative désirable, il était vrai, mais malheureusement impossible. Désormais, j'étais garant de la Justice en Dùralas, et le seul repos que j'aurais pû trouver serait dans la mort.
Revenir en haut Aller en bas
Cylicia Condoris
Archiviste ♦ Prêtresse du sacrifice

Cylicia Condoris

Messages : 674
Expérience : 3178
Féminin Âge RP : 27

Politique : 01
Métier : Mineuse - Novice
Titres:
 

(Litanies du Sacrifice, Livre magique de Cylicia, +100, v+200, - l'effet dépend du tour (voir fiche joueur))

Stats & équipements
Vitalité:
[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. 1559870510-barre-vie-gauche2175/2175[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. 1559871461-barre-vie-rouge  (2175/2175)
Vitesse: -164
Dégâts: 1761

[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. Empty
MessageSujet: Re: [PW Grabuge]Sous l'égide de la foi.   [PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. EmptyVen 27 Mar 2020 - 18:54

- ...Si je veux être un rempart face aux cauchemars des autres, je ne dois pas me servir d'une arme. Je dois devenir une arme. Je dois être mortel autant avec un maillet qu'une lance qu'avec mes propres mains. Si je me voue corps et âme à la Justice, tout doit devenir mortel entre mes mains. C'est ma malédiction et le cadeau que je fais au monde.

L'histoire qu'avait comté Grabuge était terrible. Elle voyait bien que le gobelin avait accepté son sort depuis bien des années, mais il imaginait très bien aussi la douleur qui avait dut le submergé à l'époque. Perdre ainsi son âme soeur a dut être un choc terrible. En quelque sorte, il était entré dans la voie de la Justice comme elle était entrée en religion. Leur histoire, était étrangement similaire et la fois différente.

- Vous deviez l'aimer terriblement, pour ainsi avoir mis de côté votre vie personnelle... Je pensais être la seule à avoir fait pareil sacrifice, ne m'en voulez donc pas si vos mots me réchauffe le coeur.

Elle tapota alors grabuge sur la cuisse en lui souriant, lui échangeant un regard fraternel. En entamant cette conversation, elle ne s'était pas imaginer trouvé une âme soeur.

- J'ai moi-même fait ce choix dans mon plus jeune âge... Non pour avoir perdu l'amour, mais bien pour l'avoir trouver.

Cylicia n'hésita pas un instant pour lui dire ce qu'elle avait sur le coeur. D'abord parce que c'était dans sa nature et ensuite pour que Grabuge ne se sente pas le seul à avoir délivrer un peu de sa fragilité. Chose qui, entre pareils guerriers, n'était pas toujours courant.

- Ma prime jeunesse ne fut que violence, humiliation et exploitation auprès d'un couple d'humains ivrognes. Mon quotidien se résumait au travail et à la maltraitance... Malgré cela, je fus toujours d'humeur joviale bien qu'au fond de moi je ne voyais pas la fin du cauchemar... Et puis, un beau jour, aux environs de mes sept ans, Léonis Faeron, est arrivé et m'a ravi à mes bourreaux. Vous n'êtes peut-être pas sans savoir que la Tour Blanche propose de réquisitionné les enfants contre une certaine somme, ces deux la n'hésitèrent pas une seconde.

Elle prit un instant de répit, pour laisser Grabuge dirigé les informations puis continua :

- Je me suis très vite aperçue que son geste avait été fait par pure bonté. D'abord, il m'adopta avec sa femme, Elenna, puis il m'était évidant à la vue des autres enfants que je n'avais pas été choisie pour mes capacité physiques ou mon génie. Quoi qu'il en fut, le jour où Leonis me ramena à la Tour Blanche, je jurais alors de tout sacrifier pour pouvoir devenir comme mon père adoré. Au travers du monde, dénicher toutes les crapules et les injustices qui s'élevaient aux faibles telle que je l'étais à l'époque et leur donné, comme lui l'avait fait, la chance de vivre heureux et en paix. Qu'importe le prix et qu'importe la gloire. Même sans espoirs, sans témoins et sans récompenses.

Pour cela, elle était tombé au bon endroit aux côtés des Purificateurs. Elle prit un instant pour se dire qu'au final elle avait plutôt bien réussi son coup, malgré les déboires de ses premières aventures.

- La vie que nous menons parait souvent aux yeux des autres parsemée de haine et de solitude, pour ma part il ne s'agit pas d'autre chose que d'amour...

Ainsi parlait Cylicia, persuadée que toutes les souffrances qu'elle avait infligé avait pour unique but le Bien Universel. La tâche qu'elle s'était donnée était monumentale. Avoir quelqu'un comme Grabuge qui pouvait partager ce sentiment, pour ne pas dire cette folie, était plus que rassurant. Certes il y'avait les autres Purificateurs, mais la plupart d'entre eux était très loin de pensé comme Cylicia. Ils se contentaient de protéger la Tour Blanche et d'obéir aux ordre de mission. Pour notre héroïne, c'était toute son existence qui était dévouée à cette noble cause, sachant pertinemment que, seule, la chose était impossible.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Grabuge
Tavernier ♦ "Justicier brutal"

Grabuge

Messages : 1794
Expérience : 3856
Masculin Âge RP : 41 ans

Politique : 233
Métier : Bûcheron - Maître
Titres:
 

(Feriel, griffonne de Grabuge (modifié) +400, v+400, dissuasion : évite la prison à coup sûr)

Stats & équipements
Vitalité:
[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. 1559870510-barre-vie-gauche3242/3242[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. 1559871461-barre-vie-rouge  (3242/3242)
Vitesse: -721
Dégâts: 4059

[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. Empty
MessageSujet: Re: [PW Grabuge]Sous l'égide de la foi.   [PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. EmptyDim 29 Mar 2020 - 14:01

Cylicia, qui avait écouté attentivement mon histoire jusqu'au bout, semblait avoir été touché par la beauté tragique - qui l'était bien malgré moi - de ma narration, et me répondit, visiblement contente que je me sois étendu sur mon passé:

"Vous deviez l'aimer terriblement, pour ainsi avoir mis de côté votre vie personnelle... Je pensais être la seule à avoir fait pareil sacrifice, ne m'en voulez donc pas si vos mots me réchauffe le coeur."

Je hochai la tête à la négative alors qu'elle me tapotait affectueusement la cuisse, recouvrant cette dernière entièrement avec ses grosses mains de stryge. Je ne pouvais lui en vouloir de trouver du réconfort en sachant qu'elle n'était pas la seule à avoir souffert, moi-même je savais que la vie n'était simple pour personne et que malheureusement certains choisissaient la solution de facilité pour s'en sortir, à savoir le crime. Je haïssais les brigands et autres marauds qui tuaient sans une once de culpabilité, mais éprouvait de la peine pour ses voleurs à la petite semaine qui pensait que leur survie importait plus que celle des gens, conditionnés par un environnement qui n'aidait pas à la réflexion d'une autre solution. Cela ne m'empêchait pas de les arrêter, voir de les tuer si cela allait trop loin, mais je ne faisais jamais ça sans une pensée pour ses pauvres malheureux qui auraient pû mal finir. Mais tel était mon fardeau, que j'acceptais de porter jusqu'à ma mort, sans sourciller ni douter. Peut-être, c'était en tout cas là mon espoir, qu'Egide permettrait à certains de savoir qu'il y a une autre solution que celle d'alimenter la pauvreté, à savoir endiguer le crime. Cylicia reprit, décidant de me révéler une tranche de son passé en échange de celle que je lui avais dévoilée:

"J'ai moi-même fait ce choix dans mon plus jeune âge... Non pour avoir perdu l'amour, mais bien pour l'avoir trouver."

Je haussai un sourcil, ne comprenant pas comment l'amour avait pû faire que Cylicia choisisse la chasteté, à moins qu'elle ne soit tombé sur un amour unilatéral, ce qui est bien souvent le cas malheureusement. Elle s'expliqua et je sentais qu'elle insufflait la même sincérité et affection dans sa tranche de vie passée que moi dans la mienne:

"Ma prime jeunesse ne fut que violence, humiliation et exploitation auprès d'un couple d'humains ivrognes. Mon quotidien se résumait au travail et à la maltraitance... Malgré cela, je fus toujours d'humeur joviale bien qu'au fond de moi je ne voyais pas la fin du cauchemar... Et puis, un beau jour, aux environs de mes sept ans, Léonis Faeron, est arrivé et m'a ravi à mes bourreaux. Vous n'êtes peut-être pas sans savoir que la Tour Blanche propose de réquisitionné les enfants contre une certaine somme, ces deux la n'hésitèrent pas une seconde."

J'acquiesçai, content que Cylicia n'ait pas mal tourné à cet instant où sa vie aurait tout à fait pu prendre un autre tournant, et compris un peu mieux ce qu'elle entendait par amour. Elle ne parlait pas d'amour fusionnel, mais d'amour paternel. Un amour que j'avais pû en quelque sorte expérimenter en la qualité de Gorgrim, mon mentor et maître de milice de l'ancienne Egide. Et peut-être, en des temps plus anciens encore, avec le chaman de mon ancienne tribu, les Shlazvork. Je l'écoutai reprendre tout en écoutant attentivement, conscient du respect que je lui devais pour oser me dévoiler ses faiblesses:

"Je me suis très vite aperçue que son geste avait été fait par pure bonté. D'abord, il m'adopta avec sa femme, Elenna, puis il m'était évidant à la vue des autres enfants que je n'avais pas été choisie pour mes capacité physiques ou mon génie. Quoi qu'il en fut, le jour où Leonis me ramena à la Tour Blanche, je jurais alors de tout sacrifier pour pouvoir devenir comme mon père adoré. Au travers du monde, dénicher toutes les crapules et les injustices qui s'élevaient aux faibles telle que je l'étais à l'époque et leur donné, comme lui l'avait fait, la chance de vivre heureux et en paix. Qu'importe le prix et qu'importe la gloire. Même sans espoirs, sans témoins et sans récompenses. La vie que nous menons parait souvent aux yeux des autres parsemée de haine et de solitude, pour ma part il ne s'agit pas d'autre chose que d'amour...

Le tabac finissait de se consummer dans ma pipe alors que je l'avais écouté tout du long, hochant la tête par moment, mais demeurant silencieux pour respecter la solennité du moment. Ainsi donc Cylicia avait-elle eut une enfance misérable, mais en avait été tiré par un noble purificateur? Voilà qui donnait de l'espoir, de savoir que des gens étaient encore capable de sortir des enfants destinés au vol ou à pire de leur univers de malheur pour leur offrir une vie décente, dangereuse mais honnête. Je lui tapotai l'épaule affectueusement à mon tour, ne me sentant pas l'audace de lui tapoter la cuisse, et lui répondit tout en m'occupant de vider et nettoyer ma pipe, le regard vague:

"Comme vous, si cette histoire commence mal, elle me donne tout de même de l'espoir et réchauffe mon vieux coeur. Savoir que vous auriez pu très mal tourner, que vous auriez pû vous retrouver sous la tête de mon marteau un jour pour brigandage, peut-être, mais que quelqu'un est parvenu à vous offrir un avenir plus vertueux, cela donne à réfléchir. Je ne sais plus si je vous en ai déjà parlé, ma mémoire me faisant un peu défaut, mais c'est aussi un des objectifs premiers d'Egide. Etre une solution pour tous ces pauvres enfants qui ne voient pas plus loin que la prochaine bourse qu'ils pillerons pour survivre. Leur montrer qu'une autre voie existe, celle de la Justice. Ma vision est un peu utopiste, quoi que mon pragmatisme me pousse à croire que je ne la verrais jamais de mon vivant, ni même sûrement mon successeur et le successeur de mon successeur, mais j'ai l'intime espoir qu'un jour, le crime ne soit plus une solution pour qui que ce soit. Qu'il ne viendrait jamais à l'idée de quelqu'un de voler ou de tuer pour le profit, que cela n'entrerait même pas en ligne de compte dans ses projets.
Voici le deuxième objectif d'Egide, qui est en fait une autre façon de lutter contre le crime, de façon plus subtile. Moi-même, il m'a fallu du temps avant de le comprendre, d'autant plus quand on sait que l'ancienne Egide à laquelle j'appartenais n'était plus que l'ombre d'elle même et que bien peu d'enfants en avait connaissance. Mais mon mentor me l'a appris avec le temps. Il était un maître d'arme exigeant, mais m'a aussi appris à réfléchir, à commander, mais aussi à comprendre. A lire et écrire aussi, optionnellement. C'est grâce à lui que je sais plus sûrement que quiconque que Dùralas a besoin d'Egide au plus tôt.
"

J'acquiesçai, plus pour moi-même, tout en rangeant la pipe que j'avais nettoyé. Si Cylicia voulait rejoindre la future compagnie qui allait être créée, elle devait savoir que notre but était double, car il était parfois difficile quand notre vie n'était que combat et passe d'arme de comprendre que des combats se gagnaient parfois avec de l'influence ou des mots.
Revenir en haut Aller en bas
Cylicia Condoris
Archiviste ♦ Prêtresse du sacrifice

Cylicia Condoris

Messages : 674
Expérience : 3178
Féminin Âge RP : 27

Politique : 01
Métier : Mineuse - Novice
Titres:
 

(Litanies du Sacrifice, Livre magique de Cylicia, +100, v+200, - l'effet dépend du tour (voir fiche joueur))

Stats & équipements
Vitalité:
[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. 1559870510-barre-vie-gauche2175/2175[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. 1559871461-barre-vie-rouge  (2175/2175)
Vitesse: -164
Dégâts: 1761

[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. Empty
MessageSujet: Re: [PW Grabuge]Sous l'égide de la foi.   [PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. EmptyMar 31 Mar 2020 - 22:57

Après avoir démontré sa sympathie par une petite tape sur l'épaule de Cylicia, Grabuge s'expliqua en ces termes :

- Comme vous, si cette histoire commence mal, elle me donne tout de même de l'espoir et réchauffe mon vieux coeur. Savoir que vous auriez pu très mal tourner, que vous auriez pû vous retrouver sous la tête de mon marteau un jour pour brigandage, peut-être, mais que quelqu'un est parvenu à vous offrir un avenir plus vertueux, cela donne à réfléchir.

Notre héroïne n'avait jamais vraiment pensé à ce qui lui serait arrivé en restant entre les mains des Scounes et préférait évité de le faire. A l'époque, elle se montrait toujours serviable et souriant mais qui sait au final ce qu'elle serait devenue et à quel point sa psyché aurait été détruite par ces années de violence. Elle se souvint alors de la jeune couturière qu'elle avait rencontré étant plus jeune, de toute la souffrance qu'elle avait dut enduré pour subvenir aux besoins de ses proches, et se dit que sa vie n'aurait sans doutes pas été très différentes, pleinement consciente que sa vie à la Tour Blanche avait été une chance inestimable.

- Je ne sais plus si je vous en ai déjà parlé, ma mémoire me faisant un peu défaut, mais c'est aussi un des objectifs premiers d'Egide. Etre une solution pour tous ces pauvres enfants qui ne voient pas plus loin que la prochaine bourse qu'ils pillerons pour survivre. Leur montrer qu'une autre voie existe, celle de la Justice. Ma vision est un peu utopiste, quoi que mon pragmatisme me pousse à croire que je ne la verrais jamais de mon vivant, ni même sûrement mon successeur et le successeur de mon successeur, mais j'ai l'intime espoir qu'un jour, le crime ne soit plus une solution pour qui que ce soit. Qu'il ne viendrait jamais à l'idée de quelqu'un de voler ou de tuer pour le profit, que cela n'entrerait même pas en ligne de compte dans ses projets.
Voici le deuxième objectif d'Egide, qui est en fait une autre façon de lutter contre le crime, de façon plus subtile. Moi-même, il m'a fallu du temps avant de le comprendre, d'autant plus quand on sait que l'ancienne Egide à laquelle j'appartenais n'était plus que l'ombre d'elle même et que bien peu d'enfants en avait connaissance. Mais mon mentor me l'a appris avec le temps. Il était un maître d'arme exigeant, mais m'a aussi appris à réfléchir, à commander, mais aussi à comprendre. A lire et écrire aussi, optionnellement. C'est grâce à lui que je sais plus sûrement que quiconque que Dùralas a besoin d'Egide au plus tôt.


Soudainement, la Stryge ne voyait plus Egide comme un moyen mais bien comme une évidence. Elle pensait avant Grabuge trop terre à terre pour soutenir ce genre de discours, voilà qui lui donnait la preuve du contraire. La preuve qu'elle venait de trouvé là un frère et ami qui partageait comme elle les mêmes ambitions, les mêmes espoirs surtout.

- C'est sans doute notre mission la plus importante, détruire le Mal à sa racine et y planter celles du Bien... Si seulement plus de Purificateurs pouvaient penser comme vous, Grabuge, comme nous même oserais-je dire, malheureusement le Lac et la Tour semble être leur principal préoccupation. Persuadés qu'ils sont qu'on ne refait pas le monde, il m'arrive parfois que leur manque de Foi m'exaspère... Vous même qui n'êtes pas croyant, faites preuve d'une Foi incommensurable quant à la Justice, plus grande encore que beaucoup de mes camarades.

Elle se leva alors, se voulant plus solennel, et tandis sa main vers le gobelin.

- Je tiens à réitérer ma demande... Puissions nous nous battre ensemble, puissiez vous m'appelez soeur et moi vous appelez frère, et, ainsi, bâtir ensemble ce doux rêve que nous avons en commun. Si vous tenez votre parole et n'insultez pas les sages enseignements de Morkez qui, semble-t-il, sont pareils aux votre, je me ferais un plaisir de vous servir jusque dans la mort.

La Purificatrice attendit la réponse de Grabuge, certaine que celui-ci allait l'accepter comme elle l'aurait fait. Ces deux âmes là s'étaient trop bien trouvées, à présent le destin ne permettrait plus de les voir séparées. Seule la haine de Cylicia pour ses obscurs cousins Stryges Noirs risquaient de mettre à mal leur relation mais ce n'était pas encore l'heure pour Grabuge de se rendre compte de l'étendue de cette folie.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Grabuge
Tavernier ♦ "Justicier brutal"

Grabuge

Messages : 1794
Expérience : 3856
Masculin Âge RP : 41 ans

Politique : 233
Métier : Bûcheron - Maître
Titres:
 

(Feriel, griffonne de Grabuge (modifié) +400, v+400, dissuasion : évite la prison à coup sûr)

Stats & équipements
Vitalité:
[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. 1559870510-barre-vie-gauche3242/3242[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. 1559871461-barre-vie-rouge  (3242/3242)
Vitesse: -721
Dégâts: 4059

[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. Empty
MessageSujet: Re: [PW Grabuge]Sous l'égide de la foi.   [PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. EmptyMar 7 Avr 2020 - 14:38

Ma compagne nocturne semblait presque boire mes paroles, tant elles devaient correspondre à ce qu'elle recherchait. Au moins, nous étions visiblement sur la même longueur d'onde, et cela me plaisait de voir que ce qui serait peut être le premier membre de la nouvelle Egide était aussi en adéquation avec les préceptes de la compagnie. Confirmant ce que je pensais, Cylicia répondit:

"C'est sans doute notre mission la plus importante, détruire le Mal à sa racine et y planter celles du Bien... Si seulement plus de Purificateurs pouvaient penser comme vous, Grabuge, comme nous même oserais-je dire, malheureusement le Lac et la Tour semble être leur principal préoccupation. Persuadés qu'ils sont qu'on ne refait pas le monde, il m'arrive parfois que leur manque de Foi m'exaspère... Vous même qui n'êtes pas croyant, faites preuve d'une Foi incommensurable quant à la Justice, plus grande encore que beaucoup de mes camarades."

Après ses sages paroles, elle se leva, et tendit solennellement la main vers moi, en signe de camaraderie:

"Je tiens à réitérer ma demande... Puissions nous nous battre ensemble, puissiez vous m'appelez soeur et moi vous appelez frère, et, ainsi, bâtir ensemble ce doux rêve que nous avons en commun. Si vous tenez votre parole et n'insultez pas les sages enseignements de Morkez qui, semble-t-il, sont pareils aux votre, je me ferais un plaisir de vous servir jusque dans la mort."

Je me levai à mon tour, ma tête arrivant légèrement plus bas que son torse ce qui m'obligea à lever la tête, et lui serra vigoureusement la main comme je l'aurais fait à un compagnon d'Egide passé:

"Cylicia Condoris, Egide ne pourrait pas rêver meilleur premier membre qu'une stryge aussi dévouée que vous. Puissiez-vous aller loin sur le chemin de la Justice, et la faire respecter par le sang et le fer, comme des milliers avant vous et des milliers après vous. Dans le chaos, l'ordre. Dans la violence, l'espoir. Dans la terreur, la justice!"

Ainsi était la devise d'Egide, devise que je comptais bien faire respecter et inculquer aux membres de la compagnie, car comme toute devise sensée, elle était le coeur même de la compagnie, le credo à multiples sens d'un ordre à la vision vertueuse.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. Empty
MessageSujet: Re: [PW Grabuge]Sous l'égide de la foi.   [PW Grabuge]Sous l'égide de la foi. Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

[PW Grabuge]Sous l'égide de la foi.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Torpilles sous l'Atlantique [DVDRiP]
» Sous un cerisier sans fleur [Hentaï] [PV Gak']
» Baignade nocturne [ Pv Sky ][Hentaï]
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]
» [UPTOBOX] Elle voit des nains partout ! [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Nord de Dùralas :: Les plaines d'Aràn :: Intérieur du campement-