AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Ziggy Zolero
Le Monde de Dùralas a précisément 2518 jours !
Dùralas, le Lun 21 Sep 2020 - 17:01
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !
-24%
Le deal à ne pas rater :
SUPER MARIO 3D WORLD+BOWSER FURY – en Précommande
45.49 € 59.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 [SOLO] Une relation compliquée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thauthaudarmafur
Arlequin

Thauthaudarmafur

Messages : 642
Expérience : 3091
Masculin Âge RP : 52

Politique : 35
Métier : Forgeron d'A. - Maître
Titres:
 

(Hélène, compagnonne de Thauthaudarmafur [Humaine] - 50% des stats et effets (hors spé et artefact))

Stats & équipements
Vitalité:
[SOLO] Une relation compliquée 1559870510-barre-vie-gauche1865/1865[SOLO] Une relation compliquée 1559871461-barre-vie-rouge  (1865/1865)
Vitesse: 1047
Dégâts: 495

[SOLO] Une relation compliquée Empty
MessageSujet: [SOLO] Une relation compliquée   [SOLO] Une relation compliquée EmptyLun 13 Avr 2020 - 19:37

Aux abords d’Ishtar, sur l’une des nombreuses plages accueillant les assauts routiniers de la mer Van Hallen.



~~~



Thauthaudarmafur se dirigeait silencieusement vers la côte, là où, selon certains de ses camarades de faction, se trouvait Hélène, sa compagne d’aventures. Escaladant l’une des dunes de sables, il se mit à grommeler comme souvent. Il n’aimait pas le sable, bien moins élégant que les rochers des montagnes. Il était insaisissable, agressif, irritant et pénétrait même jusqu’à sa barbe, endroit d’où il était extrêmement difficile à extirper. L’air du large avait beau être sympathique, il n’en était pas tant vivifiant, comparé à celui des hauteurs. Le nain regrettait parfois d’être parti si loin de sa terre natale, abandonnant ses coutumes pour une folie qui n’était, finalement, que sa propre raison. Parvenant au sommet de la dune, il découvrit une nouvelle fois l’étendue aquatique devant lui, tableau lui étant plaisant et auquel il ne s’habituait pas. Devant lui se trouvait une étroite portion de sable, mais bien suffisante lorsque l’on veut se retrouver seul et se détendre. Il comprenait le choix d’Hélène, assise au beau milieu de l’océan orange de la côte, fixant l’horizon. Elle ne portait pas son armure, pour une fois, ce qui était rare depuis qu’elle avait rejoint le Banni. Elle était vêtue principalement de morceaux de tissus locaux, couvrant son buste et son bassin mais laissant sa partie abdominale subir les rayons du soleil brûlant.


Le nain soupira. Cela faisait presque une semaine qu’ils avaient rejoints les Pirates, et autant de jours qu’elle ne lui avait pas adressé la parole. Elle n’avait pas approuvé sa décision d’abandonner les aventuriers ayant protégé avec eux le convoi marchand en direction de Wystéria. Il avait su à quoi s’attendre après leur discussion sur la terrasse de la chambre qu’ils avaient loué à la Digue du Fût. Cela n’avait pas été une décision simple à prendre pour Thauthaudarmafur, ses valeurs naines s’opposant aux besoins de son objectif principal. Hélène devait désormais comprendre que ce qui avait été fait ne pouvait être changé, et que seuls le présent et l’avenir comptaient. La barbe du Banni frémit alors qu’il soupirait. Il connaissait le caractère de la jeune femme, et savait pertinemment que le débat allait être fastidieux, à défaut d’être rapidement tranché. Mais la situation se devait d’évoluer. Ils ne pouvaient continuer à s’ignorer ainsi. Lentement, se battant à nouveau avec le sable, le nain se dirigea vers la jeune femme qui feignit de ne pas l’entendre approcher. Thauthaudarmafur hésita avant de prendre la parole, remarquant d’ores et déjà certains des muscles de sa compagne se raidir. Un nain ayant peur de la réaction d’une humaine ? Décidément, les ancêtres du Banni devaient bien rire en le regardant. Poussant un énième grognement, il prit la parole, s’asseyant ensuite aux côtés d’Hélène.


« Et bah, j’vois qu’tu t’plies aux habits locaux. »



~~~



Hélène regardait l’horizon courbée du large, pensive. Pour la première fois depuis qu’elle avait quitté la taverne des Baldors dans laquelle elle avait travaillé, elle se retrouvait perdue, incapable de visualiser son cheminement. Hélène était devenue une pirate. À cette idée, elle ne put s’empêcher de rire légèrement. La petite fille arpentant les rues du quartier des Tonneliers de Stelleraë, la gamine chantant au clair de lune sur les toits des locaux de ses parents, l’adolescente rebelle fuyant la capitale pour se décharger du joug parental, la jeune femme draguant les clients en tant que serveuse pour arrondir ses fins de mois, cette humaine au cœur large et aux idées floues était devenue une pirate. Fermant les yeux et baissant la tête, elle ne sut néanmoins faire disparaître son hilarité de son visage. Une pirate…


Tout cela était dû à une discussion avec l’ancienne trésorière de la Congrégation de l’Ombre, puis au destin qui l’avait mise sur la route du nain fuyant ses responsabilités. Avait-elle eu raison de le suivre ? Elle rouvrit les yeux, se débarrassant de cette question néfaste. Bien sûr qu’elle avait eu raison de suivre le guerrier. Elle avait voulu découvrir le monde, apprendre à se défendre et s’éduquer. Il lui avait permis de traverser une bonne partie des terres de Dùralas, et l’avait formée aux rudiments du combat. Ensembles, ils avaient traversé la largeur des territoires civilisés, avaient été engagés par la Congrégation en tant que mercenaires pour endiguer l’invasion skarnienne, puis avaient rejoint un groupe d’aventuriers issus de trois factions différentes pour vaincre la Liche, fléau des Terres Désolées. En quelques mois, ce petit homme avait fait vivre davantage d’aventures à la jeune femme qu’en sa vingtaine d’années d’existence, et l’avait faite progresser à une allure impressionnante, si bien qu’elle se savait désormais capable de se défendre en duel. Hélène soupira profondément. Non, elle ne regrettait pas d’avoir suivi Thauthaudarmafur. Le nain avait son caractère bien racial, mais avait également démontré une ligne de conduite exemplaire et démontré une justice et un honneur valeureux, du moins jusqu’à sa dernière décision.


La jeune femme se raidit perceptiblement en entendant des mouvements de sable derrière elle, réaction à des pas lourds. Elle devina rapidement qu’une unique personne aurait pu venir la chercher à cet endroit : Thauthaudarmafur. Elle perdit son sourire et planta son regard vert dans les vagues mourant sur le sable. Cela faisait presque une semaine qu’ils avaient rallié les pirates et rejoint Ishtar selon les ordres de Garzvorgh, le capitaine de l’Ombre des Côtes. Depuis qu’elle s’était réveillée, blessée, ils ne s’étaient plus adressés la parole. Elle se crispa légèrement, appréhendant la discussion allant survenir.



« Et bah, j’vois qu’tu t’plies aux habits locaux. »

« On m’a forcée à demeurer ici, donc je m’adapte. »


Hélène avait répondu sèchement du tac au tac. Elle n’adressa pas un regard à son compagnon, laissant un ange passer. Elle laissa ses yeux dériver sur son ventre, distinguant à nouveau les larges cicatrices marquant désormais son abdomen et son dos. Elle ressentit à nouveau la douleur de la gueule du teeban se refermant sur son corps inconscient. Elle frémit et mouva son regard sur les flots. Son corps était marqué à vie de cette blessure. Elle s’étonnait d’avoir survécu à une telle attaque. Elle avait encore quelques douleurs passagères, mais celles-ci s’atténuaient de jour en jour. Cependant, elle ne savait pas quelles seraient les conséquences sur sa vie quotidienne. Pourrait-elle toujours combattre ? Serait-elle capable de faire du sport ? Elle soupira doucement. Seul l’avenir saurait répondre à ces questions.


Thauthaudarmafur, quant à lui, avait regardé la jeune femme lui ayant répondu si brusquement. Il ferma les yeux une seconde. Effectivement, la discussion allait être houleuse. Il sourit pensivement en se remémorant les nombreuses discussions qu’ils avaient menées avec Ulfrys à Ogh-Hen-Kìr. Il s’amusa, songeur, à remarquer que les hommes et les femmes avaient souvent des attitudes communes à toutes les races. Ses yeux sombres suivirent ceux de la demoiselle à ses côtés, notant les cicatrices. Il se doutait qu’elle se posait un nombre incalculable de questions à ce propos. Il lui avait raconté les événements, mais elle n’avait pas réagi à sa narration. Le nain posa son regard sur le sable et se mordilla la joue. Elle n’aurait que peu de séquelles d’après ce qu’il avait vu de ses yeux. Le guérisseur qu’il avait fait venir lui avait cependant prétendu qu’il fallait s’attendre à ce que les plaies dangereuses soient psychiques. Sans un mot, il sortit son tabac et sa pipe, entreprenant de la préparer tranquillement.


« Tu vas encore fumer ? »


Le nain s’arrêta et planta son regard étonné sur l’expression froide de sa partenaire. Il la dévisagea un instant et se résigna à ranger son matériel en soupirant. Elle n’aimait pas qu’il fume, il le savait, mais cela aurait pu le détendre. Il poussa un autre soupir lorsqu’il eut fini de ranger la pipe et planta son regard sur Hélène, prenant la parole.


« Comment t’sens tu ? Ta blessure t’fait encore souffrir ? »

« Non, ça va. »

« Écoute, Hélène… Ça n’peut pas durer. »

« Non, effectivement. »

« J’sais qu’tu m’en veux, mais on n’peut pas arrêter d’se parler ainsi. »

« Je suis d’accord jusque-là. »

« Tu sais… J’n’ai pas pris la décision de r’joindre les Pirates ainsi à la légère. Je… »

« Mais tu as fait un choix qui ne te ressemble pas, Thauthau. Je… Tu as toujours fait preuve d’une justice, certes à ta manière, mais tu es demeuré fidèle à chacune de tes valeurs jusqu’à ce que tu abandonnes tes compagnons ! »

« Malgré le fait que certains aient été attentionnés et appréciables, ils n’étaient pas réellement des compagnons, Hélène… »

« Comment peux tu oser dire ça sans te répugner… ? »

« Je n’ai jamais donné ma parole pour protéger ce bateau. Je te l’avais dit, je ne souhaitais que trouver de puissants combattants, et ce furent les pirates qui m’ont semblé plus forts. »

« Si tu es capable d’ainsi te servir de ceux qui t’accompagnent, alors peut-être devrais je craindre pour ma personne ! C’est donc ça ce que tu comptes faire ? Après t’être servi de moi afin de parvenir à tes fins si nobles, tu envisages de m’abandonner et de me laisser sur le côté ? Tu es encore plus abject que ce que je craignais… »


Thauthaudarmafur entrouvrit les lèvres pour rétorquer mais ses mots butèrent contre une barrière invisible dans sa gorge quand il assimila les propos de sa compagne. Il ferma la bouche et la regarda avec une tristesse non dissimulée. Avec ces paroles, une partie de la complicité des deux partenaires venait de se briser. Le nain ne put se voir en face de Gradul le jour où il fut nommé au poste dont il rêvait. La discussion avait fini par un affrontement sanglant dont résultait la cicatrice barrant le front du Banni. Celui-ci fronça les sourcils et planta son regard dans les orbites de la jeune femme.


« Jamais j’te laisserai, Hélène. J’ai promis d’te faire découvrir le monde, et je n’faillirai pas à cette tâche. Tu m’es bien plus précieuse que tout c’que j’convoite, et éternellement je serai à tes côtés. Tu es devenue plus que ma compagne, Hélène, tu es devenue ma sœur d’armes. Et que Grungni m’en soit témoin, je ne laisserai plus mourir un seul des membres de ma fratrie. »


Hélène l’avait laissé parler sans piper mot, profondément touchée par sa réponse. Finalement, elle lui sourit tendrement, mais surtout tristement. Elle savait, ils savaient, que la quête de la Vérité de Thauthaudarmafur l’amènerait à faire des sacrifices. Elle pressentait au plus profond du creux de son ventre qu’elle ferait un jour l’objet de l’un des dilemmes moraux de son compagnon. Elle ne répondit cependant pas au nain, le laissant comprendre sa pensée, et riva lentement son regard vers l’horizon maritime dans lequel le soleil commençait à se fondre. Après de longues minutes de silence, elle déclara doucement.


« Je n’approuve définitivement pas ton choix, mais j’accepte de revenir à tes côtés. J’ai fatalement besoin de toi pour ma rééducation… »



~~~



Le duo d’aventuriers demeura ainsi, silencieux, jusqu’à ce que le soleil disparaisse. À cet instant, ils rentrèrent à la taverne où ils résidaient, laissant leur querelle derrière eux, bien que de lourdes séquelles demeurent dans leur relation.




~ Puisse Grungni veiller sur votre honneur ~



État des slots de RP : "Rencontre" [PW Axe] | "Nager en liberté" [PW Kidd] | Disponible | Disponible

État des slots d'arène : Disponible | Disponible | Disponible



:dwarfe:
Revenir en haut Aller en bas
Thauthaudarmafur
Arlequin

Thauthaudarmafur

Messages : 642
Expérience : 3091
Masculin Âge RP : 52

Politique : 35
Métier : Forgeron d'A. - Maître
Titres:
 

(Hélène, compagnonne de Thauthaudarmafur [Humaine] - 50% des stats et effets (hors spé et artefact))

Stats & équipements
Vitalité:
[SOLO] Une relation compliquée 1559870510-barre-vie-gauche1865/1865[SOLO] Une relation compliquée 1559871461-barre-vie-rouge  (1865/1865)
Vitesse: 1047
Dégâts: 495

[SOLO] Une relation compliquée Empty
MessageSujet: Re: [SOLO] Une relation compliquée   [SOLO] Une relation compliquée EmptySam 8 Aoû 2020 - 21:43

Quelques jours plus tard, dans une clairière forestière à quelques kilomètres au Nord d'Ishtar.



~~~



- Bordel, Thauthau... J'te dis qu'j'ai mal !


Une seconde auparavant, le tintement de l'épée d'Hélène avait retenti alors qu'elle tombait lourdement au sol. Sa propriétaire, quant à elle, avait d'ores et déjà un genou à terre, le bras droit ballant tandis que le gauche barrait son ventre, tentant en vain d'y contenir le réveil de sa cicatrice encore fraîche causée par le teeban. La jeune femme releva la tête, jetant un regard furieux à son compagnon nain qui s'approchait, une expression guère plus jovial sur ses traits sombres. Sa voix ferme et son ton cassant présentaient un contexte vocal en coïncidence avec la fatigue se lisant dans la gestuelle des deux protagonistes.


- Dis ça au prochain teeban qui t'mord, tiens ! T'verras s'il s'arrêt'ra b'en gentiment !


Hélène poussa un grognement et voulut visiblement rétorquer sèchement, mais Thauthaudarmafur écrasa son talon droit dans l'épaule armée de la stellaroïse, envoyant celle-ci mordre la poussière sur le dos. Pris dans son élan, le guerrier runique s'arrêta quelques mètres plus loin, frappant avec rage le sol dur de la pointe de son pied, réveillant un nuage de poussières et jetant sa hache au sol. Il leva son visage vers le ciel et poussa alors un soupir rauque de frustration. L'entraînement de l'humaine se déroulait mal. Sa blessure se réveillait à n'importe quel effort, et ses muscles s'étaient affaiblis en à peine trois semaines de convalescence. Tant d'efforts et d'entraînements pour finalement qu'Hélène ainsi que son mentor repartent de zéro, il y avait de quoi, selon le nain, se ronger la barbe.


La jeune femme, à terre, était essoufflée. La douleur lancinant son flanc et plus globalement l'entièreté de son buste et de ses bras lui tournait la tête, renvoyant ses yeux dans les limbes ténébreuses des songes vertigineux. Son estomac se retournant et manquant de rendre le maigre repas qu'elle s'était contrainte d'ingurgiter plus tôt, elle ferma les yeux. Elle parvînt ainsi à contenir sa déchéance physique, mais ne put retenir une grimace alors qu'une nouvelle vague de souffrance s'éveillait en elle. Cela faisait désormais trois heures que son compagnon la poussait à se battre, prétendant que le seul remède dont son corps avait besoin était un exercice poussé et strict. Quoi qu'Hélène puisse faire, le Banni ne semblait pas être satisfait de ses progrès. Il n'avait de cesse de remonter la barre de ses exigences, faisant fi des lacunes physiques de sa compagne. La rouquine grogna et mouva lentement son épaule droite, évaluant les dégâts causés par le dernier coup du nain. Bien que l'articulation ait grincé à sa sollicitation, elle jugea ne rien s'être cassé et soupira longuement, tentant de reprendre son souffle et de calmer son rythme cardiaque.


Thauthaudarmafur plissa ses yeux sombres en détaillant la cime des arbres les surplombant, songeur. L'entraînement d'une humaine était un exercice encore nouveau pour l'ancien apprenti des Runes. Dans sa forteresse, rares avaient été les différences d'éducation entre un nain et naine, notamment concernant l'art du combat. Tout nain, de tout sexe, digne de ce nom devait être capable de manier une arme, et d'en être une au même titre. Le Banni comprenait à présent que cette mentalité n'était pas la même à Stellaraë. Grognant, il jugea également que la constitution naine n'avait rien volé de sa réputation : elle était résistante et régénérative à un degré très important. Les humains ne pouvaient ainsi se relever d'une blessure comme celle qu'avait subi Hélène au même rythme qu'un nain. Bien que compréhensible, cela demeurait une source de frustration pour Thauthaudarmafur, qui ne souhaitait que la bonne santé de sa protégée.


Hélène, la paix retrouvée, rouvrit les yeux. Bien que son flanc ne la lance sans discontinuer, elle tenta de calmer son énervement contre son mentor et ami. Celui-ci avait maintes affaires à régler en ville, et pourtant il passait des heures chaque jour en sa compagnie afin de la remettre sur pieds. Certes, le nain était, comme à son habitude, d'un tact peu agréable et d'une franchise bien trop prononcée, mais pour autant il demeurait sans cesse d'une honnêteté et, la concernant, faisait preuve d'un dévouement sans faille. Tout comme elle, il ne souhaitait plus qu'un terrible événement semblable au fiasco de l'escorte du bateau marchand se reproduise, et il veillait à ce qu'elle soit en mesure de se dresser face à n'importe quel adversaire. C'était sans doute, du moins dans la lecture qu'elle menait, pourquoi il était si intransigeant envers elle. Si elle le dépassait, elle serait capable de faire face à ce dont il ne pourrait la protéger. Un léger sourire étira ses lèvres crispées par la douleur lorsqu'elle se souvînt des nombreux regards fiers qu'il lui lançait lorsque, tard dans les soirées alcoolisés, il abaissait partiellement les défenses sociales qu'il possédait de culture innée. C'était là un contraste qui ne cesserait d'étonner la jeune femme, mais dont elle était ravie. Cependant, elle avait aussi sa fierté et ne rendrait rien à son mentor tant qu'elle n'aura pas surmonté d'elle-même les failles dont il l'accusait.


Les deux compagnons, chacun de leur côté et sans une once de consultation, s'emparèrent de leur arme tombée au sol plus tôt. Tandis que le mentor se retournait, l'élève s'aidait de sa lame raclant le sol poussiéreux afin de se relever. Une même expression dure et animée d'une passion guerrière, presque une rancune assumée, s'était emparée des traits des deux comparses, l'un masquant sa profonde fierté et son inquiétude, l'autre camouflant sa loyale admiration et sa souffrance. Le même objectif renouvelé en tête, les deux amis reprirent l'entraînement à un rythme plus souple et plus efficace.




~ Puisse Grungni veiller sur votre honneur ~



État des slots de RP : "Rencontre" [PW Axe] | "Nager en liberté" [PW Kidd] | Disponible | Disponible

État des slots d'arène : Disponible | Disponible | Disponible



:dwarfe:
Revenir en haut Aller en bas
 

[SOLO] Une relation compliquée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Solo Valentine Crowblack] La femme avant la bête /!\Hentaï/!\
» [Solo] Selantis Shya - Intro [Hentaï]
» La nuit nous appartient mon amour /!\Hentaï/!\ [Solo]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Sud de Dùralas :: Village d'Ishtar :: Port d'Ishtar [Zone communautaire]-