AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Alienor
Le Monde de Dùralas a précisément 2475 jours !
Dùralas, le Dim 9 Aoû 2020 - 2:15
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !
-35%
Le deal à ne pas rater :
Huawei P30 Smartphone à 419€ seulement
419 € 649 €
Voir le deal

Partagez
 

 Une controverse inique [PV : Talya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rägmor
Néophyte

Rägmor

Messages : 14
Expérience : 176
Masculin Âge RP : 64 ans

Politique : 00
Métier : Chasseur - Novice
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
Une controverse inique [PV : Talya] 1559870510-barre-vie-gauche105/105Une controverse inique [PV : Talya] 1559871461-barre-vie-rouge  (105/105)
Vitesse: 119
Dégâts: 42

Une controverse inique [PV : Talya] Empty
MessageSujet: Une controverse inique [PV : Talya]   Une controverse inique [PV : Talya] EmptyJeu 14 Mai 2020 - 12:24

Rägmor plaça ses mains en forme de visière et observa pendant quelques instants l'horizon qui se dessinait devant lui. Sous son chèche composé de pans et manches de chemise découpées en lamelles de tissu, il transpirait si fort du front que la transpiration dégoulinait sur ses doigts. Le Giguêtre avait arrêté de compter les jours depuis qu'il ne voyait que l'immensité des dunes se dessiner sur des kilomètres à la ronde. Il estimait approximativement que six lunes étaient passées depuis qu'il avait quitté les plaines d'Aràn. La lisière de leur verdure dont il se servait pour s'orienter vers le sud-est était désormais cachée par un vague mirage de flou rougeâtre.

Les paupières frémissantes et le souffle haletant, il tenta maladroitement de saisir la gourde qui pendait à son flanc gauche pour s'hydrater ne serait-ce que de quelques gouttelettes, mais son contenu était aussi sec que le palais de Rägmor. Il n'avait plus aucune salive à déglutir : ses glandes pâteuses n'en produisaient plus faute de manque d'eau. Chaque pas qu'il faisait dans le sable demandait une énergie considérable et il ne devait son endurance surhumaine qu'à la condition physique et organique de son corps endurci. Mais aussi résistant soit-il, il avait atteint ses limites et les surpassait déjà depuis de bonnes heures. Sa démarche mécanique n'était plus guidée par sa conscience mais par son seul instinct de survie, et ses jambes cédèrent finalement lorsque Rägmor trébucha sur une pierre dissimulée.

Le Giguêtre s'enfonça dans le sable dans un bruit étouffé. Son corps ne lui répondait plus. Tout doucement, il se sentit sombrer vers une léthargie en sachant malgré lui qu'il ne s'en réveillerait pas. Son regard complètement vide eut tout juste le temps de distinguer une ombre s'élever au-dessus de lui avant que ses paupières de se referment.



____________________________________


Rägmor émergea brutalement de son sommeil dans une convulsion incontrôlable. Son corps entier lui faisait mal, jusqu'au plus petit muscle du bout de ses phalanges. Lorsqu'il ouvrit les yeux, tout était flou, et il peinait à reconnaître le plafond dépareillé d'une tente en morceaux de cuir cousus. Sa respiration était souffreteuse et saccadée mais elle montrait des signes évidents d'une volonté de vivre.



« Bois, Giguêtre, et ne bouge pas. Ton corps est complètement déshydraté. J'ignore depuis combien du temps tu erres en Harena dans ces conditions, mais c'est un miracle que tu aies été retrouvé. »


Cette voix douce au timbre crémeux et délicat était familière à l'oreille de Rägmor. Il la reconnût grâce à cet accent mâché qui était le propre des tribus orques.


« Sko'la... Suffoqua le Giguêtre, dans un son presque inaudible. »


« Ne parle pas, siffla-t-elle. Bois l'eau que je te donne, à petites gorgées, et ne t'étouffe pas. »


Elle attrapa avec légèreté la nuque de Rägmor et lui souleva la tête tout en versant le contenu de son gobelet entre ses lèvres esquintées. Elle appliqua à nouveau un onguent antiseptique sur les bandages qui recouvraient le torse et les membres du Giguêtre, dans une spontanée délicatesse. Puis, son travail terminé, elle vint s'appuyer sur la table en roche taillée et attendit patiemment que le visage de son patient commence à retrouver quelques couleurs.



« Tu devras remercier la jeune fille qui t'a trouvée au beau milieu du désert et qui t'a amenée jusqu'ici. Nous l'avons évidemment accueillie et hébergée en guise de reconnaissance pour son geste, mais il semblerait qu'elle ne souhaite pas encore partir du camp avant que tu ne sois complètement guéri. Lorsque tu arriveras à marcher et à parler, sa tente se trouve à quelques mètres de la tienne en face de la forge principale. »


Elle entrouvrit la porte de la tente en peau de cuir tanné rhinocéros, suffisamment souple pour être enroulé sur lui-même, et fit entrer un courant d'air frais. Puis, elle jeta un dernier regard derrière son épaule avant de laisser se reposer Rägmor seul et sans agitation environnante.


Dernière édition par Rägmor le Lun 18 Mai 2020 - 19:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Talya
Pugiliste

Talya

Messages : 84
Expérience : 819
Féminin Âge RP : 17 ans

Politique : 01
Métier : Forgeronne d'A. - Compagnonne
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
Une controverse inique [PV : Talya] 1559870510-barre-vie-gauche835/835Une controverse inique [PV : Talya] 1559871461-barre-vie-rouge  (835/835)
Vitesse: 324
Dégâts: 711

Une controverse inique [PV : Talya] Empty
MessageSujet: Re: Une controverse inique [PV : Talya]   Une controverse inique [PV : Talya] EmptyVen 15 Mai 2020 - 17:14

Il y avait beaucoup d'histoires qui circulaient, tellement qu'il était tout bonnement impossible de toutes les retenir, certaines étaient fondées, d'autres non. Durant son enfance, on en entendait des tas, des "il parait que.." en pointant le marchand itinérant qui ne faisait que passer pour boire un grand coup, échanger des affaires et repartir pour Stellaraë en général. Et il y avait ces orques, ceux qui impressionnaient les enfants de la tribu par leur peau singulière et leurs dents "disproportionnées", aujourd'hui, cette race fascinante, elle la verrait de près, de quoi la mettre de bonne humeur.

Son voyage se trouvait être plus rapide que la moyenne, en effet, elle était debout, sur une roche plate, tout droit sortie des entrailles de la terre pour la porter là où bon lui semblait. Elle surfait joyeusement à travers les dunes de sable, divisant son temps de voyage par deux si ce n'était par trois. Talya apprécier se surprendre, primant sur la découverte auto-didactique de son pouvoir par l'apparition de nouvelles capacités qu'elle semblait toujours avoir maîtrisé, plutôt que de perdre de précieuses heures d'entraînements à faire léviter sans arrêt ces fichues pierres. Des heures et des heures durant, elle voguait sur les dunes, zigzaguant parmi les roches et buissons morts, porté par la brise de la vitesse, elle arborait un petit sourire satisfait

L'après-midi proche, la roche sur laquelle elle se trouvait se stoppa net, lui offrant un élan de bond. Il y avait quelque chose au loin, une masse, pas un cailloux, pas un quelconque végétal mort, plus un monstre. Sa vision lui jouait souvent des tours, cette "maladie du flou" très répandu chez son peuple ne lui permettait pas de voir les choses venir, à contrario son pouvoir, lui, forçait l'admiration des plus farouches éclaireurs. Harena s'était déjà montré plus traitre que quiconque ne le pouvait, en ayant fait les frais, elle posa sa main sur le sable chaud. Il venait de s'écrouler, "Un piège ?". Un petit lézard par la droite, un nid de fourmis derrière et ce fameux monstre. Pourtant, il n'y avait personne d'autre, donc pas d'escarmouche. Finalement, elle s'approcha de ladite masse. "Wow" lâcha-t-elle septique de sa découverte. Un géant, pas tout à fait géant, mais le bougre avait l'air de faire deux bonnes têtes de plus que la pugiliste, sans compter le poids qu'il devait faire. Tout juste évanoui, la chaleur avait eu bon de lui.

Sur le coup, elle hésita à l'emmener, les âmes égarées ne sont pas toutes faites pour être sauvées. Après tout, il s'agissait peut-être d'un bandit ou d'un homme destiné à faire le mal... "Oh pis pourquoi pas." Elle extirpa sa gourde à moitié pleine de son sac de toile, elle en prit une bonne gorgée avant d'essayer d'en faire boire au colosse. Pas facile étant donné qu'il n'était pas conscient, heureusement, il avalait par réflexe. Elle inspira un grand coup avant de le prendre par l'épaule. Malgré le fait qu'elle eut tenu durant une bonne vingtaine de mètres, sans surprise, son poids la ralentissait -et la fatiguait- bien trop. "Oh pardon." lança-t-elle alors que son corps s'écrasait pour la deuxième fois au sol.

Qu'à cela ne tienne, une nouvelle roche jaillit du sol, pile en dessous de lui, trop faible pour les porter tous les deux, elle marcha au côté de son brancard de fortune. Tentant tant bien que de lui faire de l'ombre en jetant des regards inquiets, elle se posait toujours la même question "Toujours vivants ?", par chance, il en fallait plus pour l'abattre. Mais après de longues heures de route, alors que le soleil saluait déjà l'horizon, les tentes orques se profilaient derrière les dunes. Son arrivée secoua quelque peu les habitants du campement, une tripoté d'orques se précipita pour voir le corps de l'homme.

-Il suffit ! Une voix féminine autoritaire les sépara. Une orque apparut. Quel est ton nom jeune fille ?

-T... Talya ?

-Que s'est-il passé ? La foule autour semblait bien silencieuse.

-J'ai trouvé cet homme dans le désert, il lui faut un lit et de l'eau. Elle avait prit une position légèrement défensive face aux réactions bien solennelles de cette mésaventure, les gens déshydratés étaient-ils si rare dans le désert ?

-Bien... Emmenait le Giguêtre dans une tente. Deux peaux vertes le transposèrent sur un vrai brancard, non sans paine alors que la pugiliste se trouvait être de plus en plus perdue dans toute cette histoire. Quand à toi Talya, suis-moi, tu dois être exténuée.

Les badots se séparèrent tandis que l'orque aux apparence de guérisseuse accompagnait la guerrière en direction d'une tente. Ses yeux ne pouvaient pas s'empêcher de fixer le "Giguêtre".

-Je ne comprends pas, qui êtes vous ? Et qui est ce... Giguêtre ?

-Mon nom est Sko'la, quant à cet homme... Son regard fuyait quelque chose. Je pense qu'il n'y a pas de mots pour le décrire. Tu pourras en apprendre bien plus de sa bouche lorsqu'il se réveillera. Quoi qu'il en soit, tu l'as sauvé et je te dois cela. Arrivé à la tente, l'orque tenait le drap de l'entré. Repose toi autant de temps qu'il le faudra. Puis-je te demander ce que tu comptes faire ici ?

-Je... je ne sais pas trop ce que j'espérais en arrivant là... Sko'la arqua un sourcil. Je vais attendre que le... Euh... Elle avait un peu de mal avec ce nom. Giguêtre se réveille.

La chamane, dans un hochement de tête laissa Talya seule dans la tente. En se retournant, elle pouvait voir toutes sortes de nourritures posées sur une table en pierre, presque à croire qu'on l'attendait. Il y avait un lit de fortune sur lequel elle se posa pour détendre son dos. Toute cette histoire lui paraissait bien étrange. Les mains passaient sur le visage, elle finit très vite par sourire, elle y était tout de même, le campement orque, celui dont elle rêvait au côté de son amie. Bien trop fatiguait pour s'y aventurer, elle préféra se reposer dans l'attente du lendemain pour faire quoi que ce soit.

Couchée tôt, levée aux aurores, elle s'était assise en tailleur, les yeux fermés et ses mains épousant ses genoux devant la tente pour méditer. Des heures durant, le soleil avait eu le temps de se lever tandis que l'animation du campement reprenait, elle sentait les mouvements, ces vibrations si spéciales émanant de la tente du colosse, il était réveillé.
Revenir en haut Aller en bas
Rägmor
Néophyte

Rägmor

Messages : 14
Expérience : 176
Masculin Âge RP : 64 ans

Politique : 00
Métier : Chasseur - Novice
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
Une controverse inique [PV : Talya] 1559870510-barre-vie-gauche105/105Une controverse inique [PV : Talya] 1559871461-barre-vie-rouge  (105/105)
Vitesse: 119
Dégâts: 42

Une controverse inique [PV : Talya] Empty
MessageSujet: Re: Une controverse inique [PV : Talya]   Une controverse inique [PV : Talya] EmptyMar 19 Mai 2020 - 0:29

Rägmor fut extirpé d'un sommeil cauchemardesque par d'étranges palpitations qui s'étendaient le long de son abdomen. Les secrets de guérison de Sko'la alliés à la régénération de Rägmor eurent des effets immédiats puisqu'il retrouva des couleurs aussitôt que l’antiseptique agit. Son épiderme la consistance particulière en était la principale explication : il était un assemblage de fibres rocailleuses et d'écorces rugueuses mais n'en perdait pas moins son élasticité, ce qui rendait la différence avec la peau humaine imperceptible à l’œil nu. A quelques exceptions près.

La pierre qui le composait en partie était vivante. Elle respirait, et hormis sa solidité et quelques autres particularités, elle protégeait son réceptacle comme le faisait n'importe quel épiderme. Une peau humaine alertait des agressions extérieures comme pouvaient l'être une température inhabituelle ou encore une blessure légère. La peau de Rägmor, quant à elle, réagissait à des dangers d'une autre envergure. Lorsque Talya se trouvait à proximité du Giguêtre, il sentit des picotements le parcourir sur tout le corps, comme de multiples fourmis qui cheminaient dans ses veines. Elles cessèrent de le démanger à l'instant où il ouvrit les yeux.

Il n'avait pas encore suffisamment récupéré. Le moindre geste lui demandait un effort surhumain. Il se leva tant bien que mal, pris de quelques vertiges, et chancela jusqu'à l'entrée de sa tente. A vrai dire, l'agitation extérieure lui était familière et il souhaitait la voir de ses propres yeux. A cette saison de l'année, les orcs se livraient à des rites spirituels puisque le chamanisme occupait une place importante dans leur culture. Une sorte de remerciement pour les esprits ancestraux avec qui certains d'entre eux étaient capables de communiquer. Par conséquent, tout le village se consacrait aux préparatifs.

Le Giguêtre s’affaissa de tout son poids dans le sable chaud et vint se pelotonner contre une poutre solide. De là, il se divertit à observer les centaines d'orcs concentrer leur activité dans la préparation du prochain rite nocturne. Par dizaine, ils hissaient à l'aide de cordes de gigantesques statues et totems à l'effigie de leurs prophètes et qui surplombaient tout le campement. C'était là un spectacle unique et si singulier pour les orcs qui n'avaient rien à envier aux autres cultures. Rägmor s'offrait ce petit privilège chaque année, quitte à devoir cesser pendant quelques temps ses activités, et se ressourçait auprès de cette terre d'accueil avec laquelle il partageait tant de souvenirs. Celle-ci comprenait quatre camps orcs. Rägmor se trouvait dans le campement Ghrora'kur dirigé par Skrur le long-voyant et son conseil restreint depuis plus de vingt ans.

Tandis qu'il scrutait avec amusement la scène qui se déroulait devant lui, son regard s'arrêta quelques instants sur une silhouette plus raffinée et moins verte qui semblait observer Rägmor depuis déjà un petit moment. Ses pupilles flamboyaient d'un bleu perçant, comme les siennes, mais celles de la jeune étaient bien plus apparentes, probablement dû à son teint mâte. Rägmor remarqua qu'elle plissait légèrement les yeux, comme si elle avait du mal à le distinguer à cette distance. Il se rapprocha d'elle en ondoyant son séant sur le sable afin de ne pas s'épuiser.



« On dit que les chamans les plus puissants sont capables d'accroître leur cercle de magie et de maîtriser les éléments. Certains prétendent même en avoir vu incanter deux éléments à la fois. Qu'en pensez-vous? »


Il sentit à nouveau quelques picotements sous ses bandages. Il savait pertinemment à qui il s'adressait. Sa nature très sauvage qu'il cultivait depuis la fin de son mercenariat l'empêchait expressément de remercier Talya. Cela ne le privait pas pour autant de lui accorder de l'intérêt. Il saurait être reconnaissant à sa manière, soit aujourd'hui en lui faisant découvrir la culture orque, soit par un service rendu un jour où leurs chemins se recroiseront.


« Si vous restez un peu plus longtemps, vous assisterez dès ce soir à la célébration des aïeuls. Les chamans appelleront les esprits ancestraux à se manifester. S'ils sont cléments, ils accorderont leur bénédiction au clan Ghrora'kur. Demain, le long-voyant sélectionnera les nouvelles recrues afin qu'elles passent les épreuves et deviennent à leur tour des chamans. C'est une initiation qui n'a lieu qu'une fois par an. La notoriété de cet évènement attire tous les voyageurs des quatre coins du continent. Sko'la, son époux et moi-même vous trouverons volontiers une place au banquet. »


Le Giguêtre souleva l'un de ses bandages pour jauger des dégâts de la plaie. Il grimaça et le resserra. Il lui faudra plusieurs jours pour au moins récupérer l'usage de ses jambes. Cette année, il ne participera pas aux épreuves physiques et ne combattra pas d'autres guerriers. Somme toute, ce n'était pas plus mal puisqu'il laisserait leur place à de nouvelles générations de grands combattants en devenir.


« Mon évanouissement dans le désert était la conséquence d'un départ prématuré de Kastalinn, dit-il en faisant la moue. Un conflit bien regrettable qui m'a contraint de quitter la ville. Je pensais trouver refuge à Ghrora'kur, mais je n'avais pas suffisamment d'eau et de nourriture pour survivre pendant les jours de trajet. C'est un curieux destin qui nous a réunis ici. »


Au loin, on pouvait entendre l'écho des acclamations orques après que les ouvriers aient hissé la dernière statue. La sculpture du prophète orc qui était gravée dans son marbre le présentait victorieux, une main levée vers le ciel, alors qu'une gigantesque vague de marées le surplombait de plusieurs mètres de haut et annonçait de s'abattre devant lui pour submerger tous ses ennemis. Un coup d'éclat qui retourna la bataille à l'avantage des orcs et que le clan Ghrora'kur immortalisa dans la roche. Autour de la statue s'élevaient une dizaine d'autres prophètes glorifiés qui avaient traversé l'ère du temps en forgeant leur histoire éternelle.
Revenir en haut Aller en bas
Talya
Pugiliste

Talya

Messages : 84
Expérience : 819
Féminin Âge RP : 17 ans

Politique : 01
Métier : Forgeronne d'A. - Compagnonne
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
Une controverse inique [PV : Talya] 1559870510-barre-vie-gauche835/835Une controverse inique [PV : Talya] 1559871461-barre-vie-rouge  (835/835)
Vitesse: 324
Dégâts: 711

Une controverse inique [PV : Talya] Empty
MessageSujet: Re: Une controverse inique [PV : Talya]   Une controverse inique [PV : Talya] EmptyVen 22 Mai 2020 - 14:09

Trop curieuse, bien trop curieuse. Elle venait tout juste de briser des heures de méditation pour observer l'homme qu'elle avait sauvé. Elle ne le voyait pas bien, nul n'avait besoin d'une vue perçante pour comprendre qu'il n'était pas au mieux de sa forme. Il respirait, tel était le principal. Ce n'est que lorsqu'il entreprit de s'approcher qu'elle remarqua quelque chose, quelque chose de nouveau, une sensation jusque là jamais expérimentée. Il y avait cette... il n'y avait pas de mot, ce ressenti étrange émanant de sa personne. Il n'était pas une masse sur le sol comme les orques ou les statuts qu'ils plantaient, il se fondait dans le sol. Comme une pâte, qu'elle pourrait modelé. Pourtant, elle ne se faisait pas confiance, ce qu'elle ressentait et ce qui se trouvait être réelle l'écart se creusait chaque jour. Dans une dynamique de scruter son interlocuteur, son visage, malgré cette beauté masculine et cette virilité sous jacente, le colosse devait en avoir vu des choses.

Ses premiers mots ne furent pas des remerciements comme l'eusse escompté la jeune femme. Elle ne s'y connaissait pas en culture orque, alors les rites chamaniques décrits par ce dernier, bien qu'impressionnant à l'oreille ne lui disait rien du tout. Le fait de maîtriser les éléments ne lui était bien évidemment pas inconnu, en maîtrisé plusieurs, dans la pratique, cela devait se trouver des plus coton, mais pas infaisable.

-Je pense, elle reprit une posture de méditation, les yeux fermés une nouvelle fois, que tout est possible en ce monde avec de la foi et du courage.

Sa culture l'avait formé à penser ça, non pas qu'elle ne se rendait compte de rien et priait à tout va en se disant qu'avec du courage tout passerait, elle l'expérimentait chaque jour. De ce fait, le culte des orques semblait avoir tout son sens, surtout ses initiations dont elle en endura un bout. L'étonnante connaissance des rites venant d'un homme à la peau si... blanche lui fit hausser un sourcil. Arrivée à un moment de l'année aussi spécial relevait d'une chance que personne ne pouvait ne serait-ce qu'imaginer.

-Croyez-moi, je ne compte pas partir de si tôt.

Enchaîna-t-elle enjoué de cette surprenante, mais bienvenue découverte. Elle qui ne souhaitait que connaissance et défi en ce monde, elle se trouvait servi comme une reine. Ce désert si dur, si aride hébergeait les cerveaux les plus féconds et constructifs dans l'appréhension du monde, quelque chose qui, par la culture, la religion et l'entre-aide offrait de nouvelles perspectives aux égarés.

-Le destin, est ce qui fait de moi une personne. Et il n'y a aucune honte à se faire surprendre par la fourberie du désert.

Talya y était habitué, toute son enfance à prendre des coups de chaud en tout genre, à chercher le premier coin d'ombre possible auprès des arbres morts et des zones de culture, son métabolisme avait tout bonnement grandi avec et s'y était admirablement bien adapté à ce dernier. Ce n'ait qu'aux acclamations, qu'un œil s'ouvrit, puis le second : incroyable, tout simplement incroyable, cette manière de célébrer et de remercier leurs divinités, combattants, chamans ou toutes autres choses qu'ils remerciaient en ce moment même. Elle eut la décence d'attendre la fin de la ola d'enthousiasme qui parcourait chacun des ouvriers.

-J'ai toujours vécu dans ce genre d'environnement, les rites, la culture si unique qui représente un peuple... On m'a élevé en tant que combattante, comme la meilleure parmi les meilleures. Loin de se vanter, son ton calme, presque amer traduisait sa déception face à une force qu'elle ne possédait pas. Ma présence ici, ne va pas plus loin que mon besoin de connaître et comprendre le monde qui m'entoure, celui-là même qui, à travers des pages, me faisait rêver. Elle fit une pause avant de se retourner vers lui. Il me semble qu'on vous connaît dans ce camp, plus particulièrement Sko'la, je ne comprends pas ce qui vous lie autant à cette culture, vous êtes si... blanc.

Il n'était pas blanc à proprement parlé, mais il n'était pas vert, c'est là où elle voulait en venir. Marquant une autre pause, elle observait de nouveau les totems, imaginant les visages de ceux qu'ils représentaient. Les célébrations de la Joute des sables n'eurent jamais l'idée de telles décorations, très sobre en fait, seule les guerrières se faisaient belles pour l'occasion.

-Pourriez-vous m'en dire plus sur ses épreuves que doivent passer ces chamans en herbe ?


Dernière édition par Talya le Dim 31 Mai 2020 - 16:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rägmor
Néophyte

Rägmor

Messages : 14
Expérience : 176
Masculin Âge RP : 64 ans

Politique : 00
Métier : Chasseur - Novice
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
Une controverse inique [PV : Talya] 1559870510-barre-vie-gauche105/105Une controverse inique [PV : Talya] 1559871461-barre-vie-rouge  (105/105)
Vitesse: 119
Dégâts: 42

Une controverse inique [PV : Talya] Empty
MessageSujet: Re: Une controverse inique [PV : Talya]   Une controverse inique [PV : Talya] EmptyDim 31 Mai 2020 - 15:59

Rägmor se frotta les commissures et grimaça de douleur. Elles étaient irritées par la déshydratation. Il esquissa un discret rictus tout en écoutant la réponse de Talya qu'il trouvait autant amusante qu'intéressante.

« J'apprécie ta soif de savoir et ta combativité. Ces deux valeurs, très caractéristiques des orcs, t'offriront une place privilégiée au sein du village Ghrora'kur. Tu y trouveras un puits de connaissances comme nulle part ailleurs ici. Le trajet ardu dans les plaines désertiques en vaut la peine. »


Rägmor, assis en tailleur et appuyé sur ses genoux, lança un regard intéressé en direction de Sko'la qui était en train d'installer une table du banquet. Leurs regards se croisèrent mais ne s'éternisèrent pas. Le Giguêtre détourna les yeux aussitôt qu'il comprit qu'il avait en vérité été devancé par des yeux bien plus curieux que les siens. Lui qui se remémorait tout juste les bribes d'agréables instants partagés avec Sko'la par le passé, la tendresse et l'intensité qu'il avait ressenties dans ce bref échange le perturbèrent. La chamane avait semblait-il retracé et apprécié leurs souvenirs communs depuis bien plus longtemps qu'il ne l'avait fait. Le message que Rägmor lisait dans son regard, d'une toute autre envergure, était emprunt d'un désir profond et d'une nostalgie émoustillante.


« J'ai pendant très longtemps combattu pour les tribus orques, et plus particulièrement aux côtés de Skrur et ses hommes jadis alors que la première fondation de Ghrora'kur n'avait même pas encore été plantée. Comme les anneaux d'un treillis, nous sommes liés par une histoire commune que même la mort ne saurait briser.

Sais-tu ce que les orcs admirent plus que la combativité? Non? Eh bien ! je vais te le dire : C'est l'Histoire. L'Histoire apporte le savoir et le savoir éduque, rassure et prédit. Lorsqu'un peuple orc se bat, il défend sa plus grande richesse à ses yeux. Il protège la pérennité de son histoire tout en l'agrémentant de ses victoires. C'est ce fondement qui donne à ce peuple une telle volonté de vivre. C'est ce qui les rend puissants, fiers et intrépides. C'est ce qui les rend impavides face à la mort parce qu’ils savent que leur nom ne sera jamais oublié.

Les orcs ne font pas de distinction de race ou de sexe. Ils seraient capables de bannir l'un des leurs qui les aurait trahis tout comme ils seraient capables de considérer un parfait étranger comme membre de leur propre famille, après avoir gagné leur confiance bien entendu. C'est ainsi que j'ai pu me faire une place ici. Ils me considèrent comme leur propre frère. Quant à Sko'la...
»


Il expira et prolongea son souffle en un grand soupir d'émotions mitigées.


« Sko'la est une amie très précieuse. »


____________________________________________


Le soleil venait tout juste d'être couché et le camp était désormais éclairé par des torches et braseros accrochés aux piliers des tentes ou plantés dans le sable tiède. Les festivités venaient de commencer. Dans un rythme lent et binaire de percussions raisonnantes et soutenues par des tambours en contre-temps, un chant de guerre très répandu annonçait officiellement le début du banquet. Des rangées de tables étaient installées autour du feu de camp principal, près duquel les danseurs interprétaient une chorégraphique archaïque, de pas sautés et de bras balancés vers les étoiles, puis qui se repliaient dans le creux d'un buste pelotonné avant de se rouvrir, et ainsi de suite.

On apporta des pichets ventrus de vin des plaines d'Aran, un moretum en provenance du nord de Sylfaen, et de l'hydromel nain aromatisé de noix fermentées. Sur chaque table était déposé un plateau en terre cuite de gigot d'agneau farci aux épices et champignons, et qui baignait dans de la sauce-au-vin poivrée. Chacun se servait à sa manière, avec ses mains ou ses piques, sans véritable respect de quelconque savoir-vivre. Ceux-ci étaient laissés aux peuples plus raffinés. La seule règle ici était de participer aux ovations faites aux ancêtres.

Rägmor était installé à la table du long-voyant, avec à sa droite Talya et à sa gauche Sko'la. En tête de table se dressait Skrur dont la barbe avait blanchi depuis leur dernière rencontre, entouré de ses conseillers et ses amis proches. On y comptait Dahr'nus, un orc imposant à la peau presque noire et aux multiples tatouages, mais également Thro'ok, l'initiateur des épreuves chamaniques, au visage très rigide et à la chevelure alambiquée.


« Rägmor m'a fait part de votre curiosité au sujet des épreuves, dit Thro'ok en s'adressant à Talya d'un ton abrupt mais révérencieux. Vous aurez l'occasion d'y assister par vous-même puisque nous allons bientôt annoncer leur inauguration. Mais avant cela, nous aimerions vous connaitre. Une fille d'un aussi jeune âge capable de traverser les déserts et de sauver le Giguêtre est, vous en conviendrez, une particularité bien atypique. Vous n'êtes en présence que d'amis ici et êtes traitée comme tels. »

Darh'nus remplit une coupe avec de l'hydromel et la tendit à Talya. Il l'invita avec sympathie à prendre une gorgée pour l'aider à trouver son inspiration.


Dernière édition par Rägmor le Dim 28 Juin 2020 - 21:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Talya
Pugiliste

Talya

Messages : 84
Expérience : 819
Féminin Âge RP : 17 ans

Politique : 01
Métier : Forgeronne d'A. - Compagnonne
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
Une controverse inique [PV : Talya] 1559870510-barre-vie-gauche835/835Une controverse inique [PV : Talya] 1559871461-barre-vie-rouge  (835/835)
Vitesse: 324
Dégâts: 711

Une controverse inique [PV : Talya] Empty
MessageSujet: Re: Une controverse inique [PV : Talya]   Une controverse inique [PV : Talya] EmptyMer 3 Juin 2020 - 20:14

Elle vit juste sur le Giguêtre, il en avait vécu des choses et à son humble avis, ce récit n'était qu'une parcelle de son histoire. Connaître les orcs finissait par se montrer aussi intéressant que connaître la personne en face d'elle, un homme de son envergure, sa carrure, et cette sensation toujours aussi présente à ses côtés. Indéniablement, il était spécial, plus proche d'elle il se trouvait, plus... forte, dans le sens ou son elle intérieur lui criait qu'elle pouvait en faire quelque chose à son image, cet homme précisément.

L'histoire, ce mot si faible pour cette idée si puissante. Pour elle, les orcs n'étaient pas si différents des autres, sans histoire, un homme, une femme n'est rien, depuis presque toujours, la culture, les rites et les idées qui berçaient une société ou un être conscient représentaient ceux en quoi il fallait se battre, que le combat soit une joute verbale ou même un affrontement de fer et de sang, s'il n'y a pas de vécut, l'intérêt pour sa vie s'en montrait nul. D'où sa tribu, les Ifriens, eux, furent nourrit d'une haine commune venant d'âge ancien, celle envers ses êtres, coincés entre bête et vivant, on les pointait du doigt, l'ennemi dont la confiance est impossible. Bien évidemment, si tout cela ne se basait que sur la haine, cette société se serait effondré il y a des siècles, non, ce qui lit ses citoyens ce sont les rites sur lesquels ils fondèrent le tout.

Des générations et des générations n'évoluant que par la voix divine d'un passé qu'on considérait -pour certains- comme révolu. Peut-être les Ifriens avaient-ils perdus leur chance de dépasser Stellaraë dû à ce cadenas mystique ? Talya y avait réfléchi, une question dont son ressenti, tout d'abord biaisé par son appartenance, ne s'accorda jamais réellement. Elle ne se montra jamais comme une marginale, bien au contraire, elle y croyait dur comme fer, mais le passé, aussi important était-il, y accorder trop d'attention freinait inlassablement le monde. Par exemple, les lycanthropes, ceux qu'ils méprisaient, elle, n'en pensait pas grand chose, il n'y a pas d'alliés ni d'ennemis, il y a des gens, un paquet de gens et ses dit-gens n'ont à offrir que ce qu'ils proposent, il en va donc au concerné de prendre, d'accorder ainsi que de comprendre pour former des liens.

Ainsi va la vie... du moins, la vie de Talya. Elle contint une petite remarque à la fin du récit. Loin d'être dupe, la guerrière n'avait jusque là jamais connu l'amour, elle ne l'avait pas cherché du moins, mais ce soupir, ce... regard.

-Vous êtes une personne d'exception, moi qui pensais ne trouver qu'une âme égarée, assoiffée au milieu du sable...

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

À l'arrivée de la soirée, la petite guerrière qui, pour le coup se faisait vraiment petite, talonnait le colosse de prêt, prise d'une terrible timidité, elle se sentait de trop, pas assez... eux. Cette façon de se montrer, tout d'abord en contradiction complète avec sa nature ouverte, n'avait rien à voir avec son ressenti. Elle ne connaissait pas les chants, enfin, si, évidemment, mais ces chants là, la musique faite pour un événement en particulier, pour un peuple, par le peuple.

Talya, subjuguée face aux corps de rêve des femmes qui démontraient toute la finesse d'une femme autre qu'en combat, se rappelait des longs silences solennels englobant son passage d'enfant guerrière à enveloppe dévoué. Pendant la joute, il n'y avait pas de champ gutturaux traditionnels, pas de tambours de guerre prêts à résonner aux oreilles des dieux eux-même, juste la sueur, les cris, les larmes et le sang.

Au banqué, toujours avec le colosse, un orc dont il lui était impossible de se souvenir de son nom l'invita de façon fortement amical à se présenter, on lui tendit même un verre d'alcool qu'elle accepta par principe de cordialité. Elle connaissait le goût de l'alcool, non pas qu'elle n'aimait pas ça, elle refusait le plus possible de faire subir son emprise à son corps.

-Vous savez... je n'ai pas envie de vous ennuyer avec mes longues histoires... Lâcha-t-elle timidement, prenant par la même occasion une lichette de pinte. Darh'nus, le serveur d'alcool pencha la tête, un sourire pincé décalé lui fit comprendre que la soirée ne se terminerait pas de si tôt. Bon, elle soupira en riant à moitié, je viens d'une tribu, native du désert, les marchands nous appellent les "Ifriens", dû au nom de la déesse à laquelle nous croyons.

-Ifriane ! Cria un orc avec un coup dans le pif.

-Nan, presque, Ifri. J'ai vécu toute mon enfance dans le désert, parmi le sable, les arbres morts et une oasis. Les souvenirs douloureux de son amie, sa sœur de cœur, Eva, effacèrent lentement mais sûrement son sourire. Je... Je suis une guerrière, élevée et éduquée en tant que telle.

-L'épée ? La hache ? Glapit Darh'nus.

-Mon corps, mes poings et mes pieds sont mes plus fidèles alliés.

-Par rapport à Ifri, embraya Sko'la, que représente-elle ? Déesse guerrière ?

-Hum... Dans les grosses lignes, oui. C'est la déesse de la fertilité et de la guerre. Les femmes, en son honneur, deviennent guerrières, et toutes les demies décennies, une épreuve que l'on nomme sobrement la Joute des sables à lieu et si votre force vous mène à gagner les deux premières épreuves, vous devrez faire vos preuves quinze ans de votre vie en Dùralas pour devenir une des ses incarnations.

Les visages étaient... intrigués, beaucoup trop à son goût. Lancer de telles explications sans cette fameuse Histoire, le tout devenait si complexe. Elle se tourna, un peu inquiète, en direction du Giguêtre. Après tout, elle acceptait les questions.

-Et... hum.. enfin...

-Les hommes ne combattent pas ? Demanda Sko'la, très attentionnée.

-Et bien... non, ils font vivre la tribu, ils bâtissent, réparent, cultivent, un pilier même du tout que constitue les Ifriens. Thor'ok accorda un rictus à l'idée. Si je suis si... jeune ? Elle ne se considérait pas comme jeune à vrai dire. Je pense que mon peuple à une façon différente de voir la vie adulte. Ils ricanèrent, elle aussi, elle se rendait compte que pour certain, la culture variait à un tel point qu'on s'y accommodait plus ou moins bien, au final, ils s'y accommodaient avec brio.

-Nous avons donc affaire à une élue ! Elle tira une révérence. Je suis ravie de te compter parmi nous aujourd'hui.

-Merci. Timidement, elle riait, mais bien heureuse de se trouver face à des personnalités si fortes, elle le faisait de bon cœur.

-À Talya ! Cria Tho'rek, le verre brandi, suivi par les hommes et femmes autour de lui. Et ils burent en cœur.

-Assez parlé de moi. S'extirpant du bord de sa pinte, humble comme toujours. Je ne suis pas venue ici pour que l'on crie mes louanges, en fait, je suis plutôt là pour l'inverse, j'adorerai en apprendre plus sur vous tous ici présent.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Une controverse inique [PV : Talya] Empty
MessageSujet: Re: Une controverse inique [PV : Talya]   Une controverse inique [PV : Talya] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Une controverse inique [PV : Talya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Centre de Dùralas :: Désert de Harena :: Campement principal des Orcs [Zone communautaire]-