AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : DainIronfoot
Le Monde de Dùralas a précisément 2524 jours !
Dùralas, le Dim 27 Sep 2020 - 22:27
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !

Partagez
 

 [Officiel]Etudes anthropologiques : Les Vampires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Livre
Personnage Non Joueur

Le Livre

Messages : 258
Expérience : 723

[Officiel]Etudes anthropologiques : Les Vampires Empty
MessageSujet: [Officiel]Etudes anthropologiques : Les Vampires   [Officiel]Etudes anthropologiques : Les Vampires EmptyDim 26 Juil 2020 - 1:51



Dernière édition par Le Livre le Dim 26 Juil 2020 - 2:00, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le Livre
Personnage Non Joueur

Le Livre

Messages : 258
Expérience : 723

[Officiel]Etudes anthropologiques : Les Vampires Empty
MessageSujet: Re: [Officiel]Etudes anthropologiques : Les Vampires   [Officiel]Etudes anthropologiques : Les Vampires EmptyDim 26 Juil 2020 - 1:52

Études Anthropologiques : Les Vampires


Tome Premier : Introduction aux différents types de vampires


Cher lecteur, chère lectrice, cet incipit, de cette épopée qui te plongera dans la culture vampirique est le fruit de nombreuses recherches. Beaucoup sont nos chercheurs qui ont donné leur vie (voir plusieurs litres de sang) afin de rassembler ces informations. Prions les Dieux de leur accorder paix et sérénité. Ou grâce pour ceux ayant rejoins les rangs de cette étrange race.

Avant de décrire la société vampirique, sachez que les Vampires se décomposent en clans et/ou familles de quelques individus. Deux Alpha (Père et Mère du groupe), une dizaine de Bêta, et le reste est composé de Goules, et autres créatures subjuguées par les Alpha afin de servir de personnel domestique. Le plus grand clan étant celui des Nox, originaire d’au-delà des contrées nordiques, nous traiterons essentiellement de celui-ci.

Commençons tout d’abord par une approche de la construction de leur société. En effet, les vampires bien qu’étant une race assez homogène en apparence, possèdent une organisation bien particulière.
En haut de la pyramide nous avons les vampires «Alpha», ou dans leur langage «Seigneurs Vampires». Ils sont uniquement de lignée pure, et on les dit descendants du vampire originel connu sous le nom d’Adam. Ils sont des rois parmi les leurs, et sont les seuls à posséder des pouvoirs particuliers. Nous citerons par exemple le seigneur des contrées glaciales Ziegfried Nox, qui est excelle dans la cryomancie en plus de posséder les pouvoirs de vampires classiques. Ces vampires Alpha sont donc des personnages craints et respectés. Ils sont aussi ceux qui traitent le plus souvent avec les humains, puisque instruits et courtois. (Un vampire semble étrangement attaché aux manières et à la culture. Le seul moyen de se faire respecter par l’un d’eux est de faire preuve à son tour des mêmes qualités).
Mais outre tout ceci ils sont des seigneurs de guerre émérites. On leur prête toute sorte d’exploits et milles chansons leur sont attribués. Nous noterons que le chef des Nox est celui qui aurait tué l’un des derniers dragons et arbore ses os en tant qu’armure. Ces Seigneurs sont donc les plus redoutables individus de cette race. Impressionnants, forts, intelligents, vous faut-il autre chose pour admirer et redouter l’élite de cette race ?

Mais penchons-nous sur les vampires dits «Bêta». La classe la plus difficile à comprendre d’un point de vue culturel.
De facto, il semblerait qu’au sein de cette catégorie il existe diverses fonctions attribuées aux Bêta par leurs supérieurs. Certains d’entre eux sont respectés, puisque choisis par les Seigneurs afin de leur tenir compagnie. Ceux-ci nommés «Serviteurs» sont, en dépit de leur titre, traités avec respect et servent de harem charnel à l’Alpha. (Notons que la fidélité est un concept inexistant chez les vampires, tout comme la sexualité).
Viens ensuite le tour des Bêtas «Guerriers», ils forment un noyau d’éclaireurs, bretteurs, mages, et constituent à eux seuls l’armée des Alpha. (Les guerriers vampires dépassent de loin n’importe quel humain, même entrainé, en combat singulier. Surtout après leur entrainement millénaire au service de leurs Seigneurs).
Les Bêta restant sont des erreurs, et servent le plus souvent à gérer les Goules domestiques et autres personnel non-vampire. Ils sont traités comme esclave par leur confrères et mis à mort assez aisément. Ils vivent à l’écart, avec les domestiques, mais jouissent tout de même d’un confort relatif puisque vampires.
Les Bêta sont donc la caste la plus difficile à cerner chez une société telle que celle des vampires. Tantôts chéris, tantôt ignorés, ils forment pourtant le noyau du pouvoir des Alpha. (Qui les sélectionnent avec la longue réflexion qui caractérise les vampires. Que ce soit pour leur force, leur dextérité ou leur beauté).

Viens ensuite le dernier tiers de cette micro-civilisation. Les «Transformés». Ce sont généralement des créatures ayant porté allégeance à une certaine famille de vampires. (Les loups, corbeaux, et serpents pour le clan Estrange des contrées de l’Est-Nordique, ou les abominables Troll Blancs pour les Nox). Mais aussi des créatures sous le joug de ce que l’on appelle «Les Yeux». Cette compétence propre à cette race qui leur permet de détruire un esprit plus faible et de le transformer en parfait pantin.
Nous retrouvons les humanoïdes, (humains, nains, orcs, elfes…) qui servent le plus souvent à nettoyer et/ou nourrir la communauté.
Viennent ensuite les bêtes en tout genre, qui assurent protection et montures au clan. Certains murmurent que la famille Nox possèderait même les derniers œufs de dragons en leur manoir. (Mais personne n’oserait s’approcher de cette forteresse aussi belle que mortelle.)

Cher lecteur, tu as désormais une connaissance certaine (mais superficielle) de cette race aussi dangereuse qu’irrésistible. Des créatures tantôt délicates et raffinés, fruit d’une sélection draconienne, tantôt cruelle et diabolique. En somme, les vampires sont surtout très renfermés et croient en leur suprématie avec ferveur. Citons le grand philosophe Rexus Crane: «Un vampire est par définition supérieur, en pratique, la connaissance de sa propre perfection le rend imparfait».
Si nous devions aborder les différences culturelles entre notre peuple et celui de nos frères buveurs de sang la nuit ne finirait pas. Et j’ai bien peur que ce ne soit leur période d’activité. Alors restons-en là pour cette introduction aux mœurs vampiriques, et prions les Dieux pour un lendemain ensoleillé et gorgé de vie.



Note : Certainement, tu as remarqué que je ne mentionne pas ce que nous connaissons sous le nom d’«Oméga». Ceux-ci ne sont considérés comme des vampires par leurs semblables, bien que définissables comme tels. En effet, leur laideur pousse aux vampires Alpha et Bêta à leur donner la chasse sans répit, puisque considérés comme un affront à leur communauté.

Cette oeuvre rapporte à Styx 60 points d'expérience et 60 pièces d'or
Revenir en haut Aller en bas
Le Livre
Personnage Non Joueur

Le Livre

Messages : 258
Expérience : 723

[Officiel]Etudes anthropologiques : Les Vampires Empty
MessageSujet: Re: [Officiel]Etudes anthropologiques : Les Vampires   [Officiel]Etudes anthropologiques : Les Vampires EmptyDim 26 Juil 2020 - 1:54

Études Anthropologiques : Les Vampires


Tome Deuxième : Les Mythes fondateurs


Cher lecteur, Cher lectrice. Si tu as lu le premier tu sauras à quel prix s’est construit cet ouvrage. Sinon, prend quelques moments afin de prier les courageux chercheurs ayant donné leurs vies pour écrire sur les vampires et leurs coutumes.
Dans ce second tome nous traiterons donc des Mythes Fondateurs. À tous ceux qui ignorent ce concept, laissez-moi vous l’expliquer. Il s’agit de l’ensemble de légendes, et mythes, ayant servi à construire les préceptes sociaux qui régissent les sociétés.
Prenons exemple sur les Humains et le mythe de Prométhée nous enseignant que voler attire toujours la foudre. Que ce soit celle des Dieux, ou celle du lésé.

Chez les vampires, les mythes ont une tournure bien particulière. En effet, étant donnée le but moralisateur de ceux-ci, et vu le manque de «morale» dont semblent jouir les vampires, fruit de leur immortalité, nous essayerons d’approcher de leur point de vue ces histoires.

Concept à appliquer pour toi ami lecteur ! Ne sois pas «ethnocentrique», essaye d’envisager d’autres possibilités culturelles afin de pouvoir pleinement comprendre les enseignements véhiculés par les histoires à suivre !

Le mythe d’Adam (extrait de la bibliothèque personnel de Ziegrfied Nox, Seigneur Vampire des contrées glaciales) :

« À l’origine, il n’y avait aucun vampire. Aucune perfection ne parcourait ce monde. Aucune grâce n’embrassait ceux dignes de devenir immortels. Puis un jour, alors que l’astre solaire mourrait pour mieux renaître, un humain vît la grande Nuit. Sortant de chez lui, il entendit Sa voix. L’unique voix. Celle de la Dame vêtue des Ombres. Adam était son nom. Il marchait nu, seulement entouré par les brumes opaques et drapé des rayons lunaires. Bien fait, grand, avec un visage digne de tous les enfants qu’il aurait. La Dame lui tendit une main élégante, et ce fût naturellement qu’il l’a pris. Et alors que leur fusion divine commençait, le monde entier connu les affres du pouvoir des vampires.
Les ciels partout se déchirèrent et des milliers de corbeaux vinrent danser mutuellement au rythme de la renaissance d’Adam en un meilleur être.
Le champion de Magnésie vivait en mourant définitivement.

Gloire à Adam, Père de tous,

Gloire à toi, Patriarche et Prince,
Gloire à toi, Que la Nuit à touché.»

Ceci est la  proposition à l’existence des vampires par les conteurs d’histoires de leur race. Nombreuses sont les variations de ce texte, mais il n’en demeure pas moins court. Les vampires ayant un attrait pour le chant, tous leurs écrits se doivent de pouvoir être retenus en vu de prestations.
Notons ici la déification d’Adam, et ce concept si cher aux vampires. Ils se définissent comme des Hommes ayant accédé à l’état de semi-divinités. Et proposent comme arguments leur beauté, leur force, et surtout leur grâce. Encore aujourd’hui ses qualités définissent les Alpha (se reporter au Tome Premier).
Il est très intéressant de voir comment ce mythe est à lui seul une bonne synthèse sociétale des vampires.

Passons à une autre proposition. Cette fois-ci comptée par les arlequins principalement. Il s’agit d’une chanson à Magnésie, mais bien différente.

« Magnésie, Magnésie, Mère des Nuits.
Toi qui fit venir l’Humaine dans ton lit.
Vois avec elle repartir tes secrets, dans sa fourberie.
Souillée et déçue, ta haine est relâchée.
Ta Haine frappe celle que ton cœur avait chérie.

Comme les cieux hurlent.
Comme les mers se tordent.
Ô Ire ! Ô Rage !

Et la voilà qui boit notre sang,
Notre remède est le soleil levant,
Pour les survivants.»

Ici, et en dépit des différentes allusions à de nombreux textes et auteurs Dùralassiens, nous nous concentrerons uniquement sur la vision des vampires.
Ce qui cherche à être véhiculée des vampires ; Des êtres à l’origine fourbes et séducteurs, qui n’hésitent point à défier les Dieux.
Il s’agit là d’une véritable antithèse au texte trouvé dans la bibliothèque de Monseigneur Nox.
Mais nous trouvons un point commun ; Magnésie. Alors le vampirisme est-il un cadeau ou une malédiction ? Libre à chacun de voir les choses comme il le veut. Ou peut-être oserez-vous demander à un vampire que vous connaissez…

Il y a plusieurs autres récits dignes d’être mentionnés ici. (Bien que je ne puisse vous en proposer que quelques uns étant donnée la difficulté à les avoir.)
Nous conclurons donc cet ouvrage sur un texte trouvé en d’ancienne ruines elfiques et qui traite d’êtres que nous pouvons identifier comme des vampires. Libre à toi lecteur de voir ce qu’il te plaira en ce texte…



« Les yeux de l’ancien de la forêt voit tout ses enfants. Ils courent et jouent ensemble. Ils lisent et rient ensemble. Mais la nuit tombée, ses enfants dorment. Du sommeil paisible des sylvains. Bercés par les bruits suaves des vents. Par la valse calme des feuilles. Rien ne pouvait les perturber. Rien si ce n’était les Ombres. Ces Ombres mouvantes. Nées de la chute de la Pierre Rouge qui a heurté les grands Arbres. Ils ont meurtris la forêt, et sont nés des sillons rouges du sang des Enfants Sylvains. Et l’ancien de la forêt les voit, ramper, scruter, ses enfants. Ils les attaquent et boivent leur sang. Au début ils n’étaient que boue et infections. Mais peu à peu, à force de se nourrir, ils sont devenus semblables à ses enfants. Ils… ils… sont partout. L’ancien n’arrive plus à les distinguer. Il semblerait qu’eux aussi aient oublié ce qu’ils sont. Il faut se méfier. Se méfier de la Nuit.»

Cette oeuvre rapporte à Styx 60 points d'expérience et 60 pièces d'or
Revenir en haut Aller en bas
Le Livre
Personnage Non Joueur

Le Livre

Messages : 258
Expérience : 723

[Officiel]Etudes anthropologiques : Les Vampires Empty
MessageSujet: Re: [Officiel]Etudes anthropologiques : Les Vampires   [Officiel]Etudes anthropologiques : Les Vampires EmptyDim 26 Juil 2020 - 1:56

Études Anthropologiques : Les Vampires


Tome Troisième : L'Ascension du Comte Motch'Hollow

Cher lecteur, ravi de te compter parmi nous à ce troisième volume. Inutile de répéter ce qui a été dit, mais remercions nos camarades chercheurs, tombés aux mains des vampires en écrivant ces ouvrages. La paix pour leurs âmes.
Aujourd’hui nous traiterons d’un personnage ayant marqué l’Histoire des Vampires avec une telle force qu’il serait hérétique de ne pas lui vouer un ouvrage, j’ai nommé Le «Comte» Motch’hollow.
Mais pour parler de quelqu’un possédant une histoire aussi dense, il faut retracer les débuts de son histoire afin de pouvoir comprendre comme il est aujourd’hui devenu l’une des plus grandes menaces de Dùralas.

Tout commence dans une petite ferme, à l’Ouest de Dùralas, en une nuit sans Lune. Une famille sans histoire voyait accoucher la douce mère d’une fratrie de cinq enfants. Près de la mangeoire, alors que deux boucs braillaient pour une raison inconnue, venait au monde le sixième frère. Au moment où le bébé sortait, tous avaient entendu un hurlement lupin fendre la nuit, telle une mélopée de crocs, mais dans la joie du moment, leur esprit n’enregistra point cet avertissement pourtant clair.
Toujours est-il que l’enfant fut chéri par ses parents, démontrant très vite des capacités intellectuelles bien supérieures à celles de ses frères. Il était rusé, toujours à fabriquer des pièges afin de capturer des souriceaux et musaraignes. Mais aussi très habile de ses mains. Il gagnait toujours aux jeux de cartes en dépit de mains parfois catastrophiques. De là commença pour lui une addiction dont il ne pourrait plus s’extirper. Cependant là résidait tout le plaisir. Forcer la main aux plus âgés, les dominer par son intellect, contempler leur regard hagard tandis qu’il dévoilait une main parfaite, comme le magicien ébloui son public.

Là étaient les prémices de ce guerrier légendaire. Mais comme tout incipit a une suite, l’histoire de Motch’hollow ne s’arrêta pas là.

À l’adolescence, alors qu’il était devenu le plus bel homme que le comté n’eut connu jusque là, il se découvrit de nouvelles pulsions. Elles étaient plus noires que tout ce que les habitants pensaient. Il n’était qu’un flambeur émérite après tout. Et lorsqu’à lui s’ouvrirent les portes de la magie Noire, il eût le sentiment de n’exister que pour cela. Pour créer en détruisant. Au début, ce ne furent que quelques chats offerts en sacrifice afin de créer un premier contact. Hélas, comme toute drogue, il en faut toujours plus. Des enfants commencèrent à disparaître, et les habitants affirmèrent voire valser en la ferme de la petite famille des lueurs fantomatiques une fois la nuit tombée.
En quelques mois à peine, le village du beau flambeur était devenu un cimetière rempli de ghoules à son service, et son apparence physique s’était courbée sous la puissance démoniaque. Puis, lorsqu’un vampire itinérant, drapé de milles couleurs et muni d’une boîte à musique vint le mordre (il avait vu en ce jeune garçon de 27 ans le potentiel immortel du chaos), son physique de vampire ne fut que la matérialisation de la corruption dont il était la proie. Ce même vampire lui proposa ensuite un petit échange. Il décuplerait ses pouvoirs et n’attendrait en retour que l’âme de toute la famille de Motch’hollow. Motch’hollow accepta. Motch’hollow était né.

Mais le village ne lui suffit bientôt plus, et il se mit en tête de conquérir Dùralas. Après tout, si son village ne connaissait que la paix depuis son ascension, pourquoi la contrée toute entière ne subirait pas le même destin ?
Il se mit en route, en plongeant toujours plus loin dans la magie noire. Bientôt il devint un nécromancien expérimenté et un télépathe sans égal. Lorsqu’une armée tombait face à lui, elle se relevait aussitôt pour lui. Il était surpuissant, et tout semblait toujours se dérouler en sa faveur. La guerre des Gobelins même lui servit.
Grâce à ces créatures ignares et méprisables il eût le contrôle sur  le territoire Nord de Dùralas. Ces «Perrack» (terme qu’il employait pour désigner ses minions verdâtres), fondèrent son manoir et créèrent la Péracie. Ce lieu qui lui était si idyllique. En raison de son aura malsaine, toute vie environnante dépérit, et bientôt la Forêt de Cashlippe succomba elle aussi à la corruption du Vampire qui se proclamerait «Comte» de ce domaine.

Mais nous connaissons tous la fin tragique du plus célèbre des vampires. Le Comte Motch’Hollow finit par être vaincu et enfermé dans son manoir par un groupe d’aventuriers soucieux de son influence néfaste sur Dùralas. Remercions-les !
Mais depuis quelques temps, les Perrack ont de nouveau été vus, et il plane en Péracie comme un nuage de menaces, un brouillard de mort. Le Comte serait-il en train de se libérer ? Sa puissance d’antan lui permettra-t-elle de revenir, plus vengeur que jamais ?
Prions pour que cela n’arrive pas lecteur.



Avis aux assoiffés de combats et de légendes, déployez-vous, enquêtez et rassurez votre peuple. Oserez-vous franchir la Péracie et vérifier de vous-mêmes l’état du Comte ?

Cet ouvrage rapporte Styx 50 points d'expérience et 50 pièces d'or


Dernière édition par Le Livre le Dim 26 Juil 2020 - 1:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le Livre
Personnage Non Joueur

Le Livre

Messages : 258
Expérience : 723

[Officiel]Etudes anthropologiques : Les Vampires Empty
MessageSujet: Re: [Officiel]Etudes anthropologiques : Les Vampires   [Officiel]Etudes anthropologiques : Les Vampires EmptyDim 26 Juil 2020 - 1:57

Études Anthropologiques : Les Vampires


Tome Quatrième : Les Dissidents

Cher lecteur, voici encore un Tome de cette étude si périlleuse qu’est celle sur les vampires. Rappelons nos camarades tombés pour ces lignes, et souhaitons à leurs âmes de trouver paix et sérénité.
Dans ce numéro, nous traiterons des exceptions parmi ces créatures sanguinaires. À savoir les «Végétariens», les «Retournés» ainsi que les chasseurs de vampires eux-mêmes vampires. Afin d’avoir une vision d’ensemble sur cette race il est important d’avoir conscience des représentants de cette communauté qui ont choisi de transcender ce qu’on leur inculque et dicte en tant que vampires.
À commencer par les communément appelés «végétariens», mais ils préféreront l’emploi du terme de vampire pacifique. En effet, ceux-ci ayant presque toujours été transformés à leur insu, et donc classés «Bêta», respectent les humains et leurs anciennes traditions. Ils préfèrent donc se nourrir de sang d’animaux ou de demander à des alchimistes de créer des similis d’hémoglobine afin de se nourrir tout en préservant le maximum de vies. Mais qu’implique ce choix ? Comment sont-ils vus par les autres vampires ? C’est très simple, les vampires Alpha les considèrent comme des erreurs à supprimer. Tout d’abord car ils considèrent que transformer un humain, peu importe dans quel but, est un honneur. Servir un vampire est une transcendance de la condition humaine, pitoyable à leurs yeux. En conséquent, renier le présent qu’est le vampirisme devient pour eux une hérésie. Quand on connaît les manières draconiennes de nos cousins, il est facile d’imaginer comment ses punitions internes se finissent. Les Pacifiques sont tout d’abord pris à part par les Parents Alpha qui selon l’utilité du Bêta en question décident si oui, ou non, ils leur accordent la rédemption par le renie de leur nouvelle «voie pacifiste». Si non, est alors organisé le rituel de la mise à mort. Ainsi est son nom. Court et sans appel, tout comme sa mise en pratique. Propre à la logistique vampirique. Les Pacifistes sont mis aux portes du territoire du clan, et dans un premier temps, enchaînés, viens alors le moment de libérer le ou les coupable/coupables. Et dès lors, c’est une course folle qui s’annonce. Le Pacifique devra se mettre hors de portée des autres, il devra courir, courir jusqu’à en mourir, et en sachant que le sang animal et/ou d’origine synthétique agit de façon non efficace sur l’organisme vampirisé, dans le sens où l’individu sera souvent bien plus faible que ses semblables, la chasse est souvent vouée à un flot de sang inexorable. Telle une meute qui se retourne contre l’un des siens, l’individu est attaqué de toute part, roué de coups, mordu, griffé, giflé, humilié, pour enfin être mis en quartiers, écartelés et brûlés lentement par le groupe. La mort la plus douloureuse pour un Vampire.


Mais si les Pacifiques éveillent une telle haine au sein des leurs, les «Retournés» quant à eux, sont purement rejetés par la race toute entière, et ce n’est plus une chasse qui leur est donnée, mais un mépris total et les rares Intégrés ayant survécu (bien souvent par l’oubli de leur existence par les Alpha) doivent cacher leurs identités de liches non seulement aux Humains mais également éviter de renseigner n’importe quel Vampire sur leur nature. Ce sont également des Bêta, Pacifiques, et de surcroît vivant parmi leur ancienne communauté. Ayant pour différentes raisons échappés à leur clan à un moment donné, ils n’ont de désir que reprendre leur ancienne vie, et retrouver les leurs. Malheureusement, le plus souvent, le sentiment de retour n’est que passager. Les vampires revenus à leurs anciens villages sont condamnés à voir leurs amantes dépérir. À voir les milles promesses susurrées en maintes nuits d’été emportées par les flots de l’immortalité. (Notons que cette existence damnée nous a procuré le plus grand poète de l’Ère romantique, Char Le Beau de l’Air, Vampire Intégré, et son fantastique recueil «Le Mal des Fleurs»).  Nombreuses sont les histoires tragiques, de vampires revenant à leur bien-aimés, et forcés de les voir se mourir. D’autres assistent plus simplement à la disparition pure et dure de leur cité. De leur ville. De leurs mœurs. De leur civilisation. C’est pourquoi, un phénomène s’est très vite noté parmi eux. Le suicide. Malheureusement, beaucoup ne sachant assez des faiblesses vampiriques, n’arrivent même pas à se donner la mort. Ce qui empli leur existence d’autant plus de frustration.
Viens finalement le tour des plus intéressantes castes de dissidents qu’il existe les chasseurs de vampires vampiriques. De tous, ils sont les plus complexes à saisir, que ce soit par leurs motivations ou leur façon de penser. Afin de ne pas me lancer dans une analyse erronée de ces formidables guerriers, (auxquels, pour avoir témoigné de l’agilité et de la force, je voue un grand respect) j’ai préféré en interviewé un.




Entretien avec un chasseur de vampires
(L’auteur sera ici abrégé A, et le chasseur, tout d’abord par discrétion, sera nommé C)

«A : Bonsoir, ravi d’être en votre présence. Expliquez-moi cher ami, quelles sont les motivations d’un chasseur de vampire lui-même faisant partie de la race ?
C : Bonsoir. Eh bien elles sont diverses. J’ai rencontré plusieurs «collègues». (il utilise ses doigts pour former des guillemets). Je peux donc vous en donner plusieurs. Personnellement, je suis un Retourné qui a vu tout son village mourir tandis qu’il restait jeune. À la fin, au lieu de me noyer dans la boisson et la dépravation, j’ai choisi le sang et les armes. Une histoire somme toute assez répandue, et seulement nuancée par le temps que met un vampire non-entrainé à périr face aux bête du Démon que nous chassons, et qui sont, il va s’en dire, des Némésis redoutables. Mais parmi mes semblables il y a une exception qui m’a beaucoup marqué. Un vampire, dont je tairais le nom, s’amuse à chasser ses comparses dans le seul et unique but de montrer sa supériorité. Vous connaissez bien les vampires, vous savez comme ils se croient supérieurs à tous, eh bien, il semblerait, que ce cas-ci se voit affublé de ce mépris pour tout et tous de façon exacerbée au point où il met à mort ceux de sa race, ses frères.
A : Surprenant ! Est-il un Alpha ?
C : (rires) Évidemment, seul un Alpha peut penser comme ça.
A : Je vois. Et vous ? Quelles sont vos relations aux humains ? Est-ce que tous les chasseurs de vampires vampiriques partagent votre vision ?
C : Notre rôle au sein de la civilisation est assez difficile à décrire.  Nous sommes tantôt chéris par la protection offerte tantôt haïs par notre condition de prédateurs. Il arrive que les villages décident de brûler certains d’entre nous. Mais vous vous doutez bien que si j’accepte de vous accorder cette entrevue aujourd’hui, c’est que j’affectionne mon ancienne race. (rires). Mais non, tous ne partagent pas ma vision. Beaucoup ne chassent que pour rassasier leur soif de vengeance envers ceux qui leur auront tout ôté, et vivent ensuite dans les demeures de ceux qu’ils ont tués, prenant au final leur rôle, et créant un cercle vicieux… Notre tâche est un fardeau, et notre condition même si volontaire nous place sur un plan où nous ne pouvons ni nous proclamer humains, ni accepter notre vampirisme. Vous vous doutez que bien souvent, notre psyché s’en trouve un peu bousculé.
A : (rires) Oui ! Voilà une réponse très utile ! Merci beaucoup. Comment se passe votre entraînement ? Êtes-vous autodidacte ?
C : Mais je vous en prie. Eh bien, ceux d’entre nous qui se lancent à corps perdue dans une pauvre vendetta seulement guidée par la rage se retrouve mis en pièces par les clans. Mais ceux qui canalisent cette haine et se tournent vers les guildes propres à notre condition (j’invite les lecteurs vampires retournés à les rejoindre, nous y sommes en groupes, bien accueillis et compris), se voient les disciples de chasseurs formés, qui nous versent dans les arts du combat, du maniement des armes, et pour ceux d’entre nous qui ont des dispositions magiques, la magie. Nous apprenons aussi beaucoup sur les faiblesses de nos ennemis, et aussi l’alchimie. Notre apprentissage se doit d’être sans failles. Sans quoi, nos Némésis ne feraient qu’une bouchée de nous.
A : Fantastique ! Petite question finale, combien de vampires avez-vous tué ?
C : Eh bien jusqu’à maintenant 18. Mais ce n’étaient que des solitaires sans clan. Ils n’étaient pas vraiment dangereux.
A : Merci beaucoup ! Je vous souhaite bon courage dans votre quête !
C : Pareillement.



Et ainsi se conclut ce quatrième Tome. En espérant vous avoir éclairés sur la possibilité de croiser la route d’un vampire qui ne vous veut aucun mal. Peut-être en connaissez-vous ? Peut-être votre voisin est-il un retourné pacifique ? Regardez bien, la vérité se trouve souvent dans l’ombre chers Lecteurs.  

Cet ouvrage rapporte à Styx 60 points d'expérience et 60 pièces d'or
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




[Officiel]Etudes anthropologiques : Les Vampires Empty
MessageSujet: Re: [Officiel]Etudes anthropologiques : Les Vampires   [Officiel]Etudes anthropologiques : Les Vampires Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

[Officiel]Etudes anthropologiques : Les Vampires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Centre de Dùralas :: Ville de Stellaraë :: La bibliothèque :: Rayon A - Culture et éthologie-