AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : DainIronfoot
Le Monde de Dùralas a précisément 2526 jours !
Dùralas, le Mer 30 Sep 2020 - 1:07
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !

Partagez
 

 [Officiel]Lettre ouverte : l'Héritage de Magnésie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Livre
Personnage Non Joueur

Le Livre

Messages : 258
Expérience : 723

[Officiel]Lettre ouverte : l'Héritage de Magnésie Empty
MessageSujet: [Officiel]Lettre ouverte : l'Héritage de Magnésie   [Officiel]Lettre ouverte : l'Héritage de Magnésie EmptyVen 11 Sep 2020 - 1:24

Mon nom est Eretor Tabaastiin de la tribu des Ayanis Moj'Hauks dont le territoire s'étend au sein des terres d'Aran. Je me suis engagé il y a plusieurs années sur le sentier de l'harmonie. Durant mon apprentissage, j'ai été amené à effectuer plusieurs pèlerinages sur les terres où naquirent les premiers de notre espèce. C'est au cœur de Sylfaën, guidé par les sages de mon époque et de celles révolues, que j'ai pu cultiver mes compétences et mes connaissances. C'est aussi là que j'ai fait une découverte qui me trouble profondément. C'est celle-ci que j'ai à cœur de coucher sur le papier. Ai-je fait le lien entre deux fables qui n'auraient jamais dû être reliées ? Ont-elles une relation concrète ou ne suis-je qu'en train de m'égarer ? D'autres ont-ils eu ces mêmes relations avant moi ?

Contrairement à ce que pourrait supposer mon introduction, ce n'est pas un sage qui m'a conféré la révélation. Il s'agit d'un être dont j'ai méprisé l'essence depuis aussi loin que je suis capable de me rappeler. Un individu qui n'avait pas - et n'a toujours pas - sa place dans les sanctuaires spirituels de nos aïeux. Capturé par mes professeurs alors qu'il errait non loin de là, de son point de vue sa captivité n'en a pas été une. Il se considère d'ailleurs comme recueillit et prétend éprouver de la gratitude pour notre hospitalité.

Il s'agit d'un vampire.

Un mort-vivant. Un individu maudit par le jour, véhiculant une maladie pareille à nulle autre et souffrant d'une addiction sévère. Un besoin impérieux de consommer du sang. C'est un symptôme que, malgré mon statut de médecin et guérisseur, je trouve répugnant. Malheureusement, tout comme la lycanthropie transmise par morsure, il ne s'agit pas d'un mal que l'on peut soigner. Ou tout du moins pas encore. Un temps, j'ai d'ailleurs songé à étudier ces personnes afin de leur apporter la paix qu'ils méritent. À les guérir, s'ils le souhaitent. Mais je doute à présent de la force de mes convictions.

Pour remettre mon écrit dans son contexte, je dois développer les racines de mon trouble. Je suis un minotaure. Un hybride. Héritier de Magnésie comme les autres hybrides de ce monde - à de rares exceptions près. Je prie la Dame étoilée avec affection. Elle nous engendra. Nous façonna. Nous éduqua. Nous éleva. Et aujourd'hui encore, même si elle s'en est retourné parcourir le ciel nocturne, elle continue de donner naissance à de nouveaux enfants. De nouveaux petits frères et sœur qu'il nous incombe à nous, ses premiers-nés, de guider, protéger et faire grandir à notre tour.

Parmi nos cadets, il existe une famille devenue mythe, synonyme de conte destiné à effrayer les plus jeunes. Une famille qui n'a jamais eut de représentants puisqu'elle n'a jamais existé. Tout hybride connaît leur histoire. Celles des enfants Maudits de la Dame Étoilée. Je ne la retranscrirais pas ici, mais si je devais la résumer brièvement, voici ce que je narrerais. Après avoir créé les premiers de nos ancêtres, notre mère se serait mêlée aux mortels. Elle aurait même eu un enfant du nom d'Ilyade, devenant à ma connaissance le premier être semi-divin qui soit. Mais celui-ci fut perverti par un mal obscur et, en purifiant notre frère, Magnésie aurait été forcée de lui ôter la vie. Résultant de ses efforts, les autres mortels résidants à proximité auraient été maudits à leur tour par le mal qu'elle avait défait. La forêt même, appelé Bosquet de Magnésie, aurait été envahi par une brume que nulle lumière ne put percer durant des jours.

Les derniers vers de ce conte renomment le Bosquet " l'Alpha et l'Oméga". À ma connaissance, personne n'a jamais su expliquer cette triste conclusion du conte. Pas même mes ainés avec lesquels j'ai échangé mes interrogations. Et ce qu'ils soient vivant ou qu'il s'agisse de mes ancêtres ayant accepté de quitter les steppes de lumière pour converser avec moi. Et, fier de notre devoir de mémoire, nous avons toujours transmis fidèlement notre histoire et nos mythes à nos générations suivantes. Quitte à ne pas saisir cette conclusion.

C'est là que ma confusion devient trouble. J'ai pu converser avec l'étranger s'étant introduit dans ce sanctuaire et dont je tairai le nom. Ce vampire. Étonnamment ouvert d'esprit et à la discussion malgré sa situation et l'animosité qu'il m'inspire, il a partagé avec moi ses propres histoires. Ses us et coutumes. Les origines de son engeance.

Comme évoqué précédemment, j'avais l'intention de l'étudier pour le guérir du mal l'habitant. Mais ce n'est plus le cas à présent. Il m'a enseigné beaucoup de choses mais je n'en retiendrais dans ce document que deux. L'organisation des castes vampirique liées à la "pureté" de leur sang et leurs propres cultes.

Pour ce qui est de la pureté sanguine, elle classe les vampires en trois catégories bien distinctes. Ceux descendant des origines de leur espèce que l'on qualifiera de sang-pur, ceux ayant été infectés et étant incapable de procréer mais pouvant à leur tour infecter d'autres victimes, puis enfin ceux rejetés par la maladie pour quelque raison que se soit, les conduisant à dépérir physiquement ou mentalement. Mon interlocuteur se prétendait de la première catégorie. Celle des sang-purs. Pour cette raison, il ne considérait pas le vampirisme comme une maladie, étant lui-même né avec celui-ci de parents vampires eux aussi.

Concernant les cultes vampires, ils se divisent eux-aussi en plusieurs catégories. Un schisme spirituel m'ayant laissé perplexe avant de me laisser coi.

La première branche privilégiée par les vampires de sang pur serait dédiée à la vénération du tout premier parmi les vampires, celui doté du plus pur des sangs qu'il soit possible d'imaginer. Une pureté qu'ils s'efforcent de conserver. Ce premier de cette engeance aurait porté le nom d'Adam. Je n'ai toutefois pas évoqué avec notre invité vampirique le paradoxe que représente l'existence de cet être quasi-divin pour lui : s'il fut le tout premier, comment aurait-il pu concevoir avec un autre vampire n'étant pas lui aussi né infecté ou ayant subi l'infection ? Comment la fameuse pureté sanguine qu'ils revendiquent peut-elle exister ? S'agirait-il d'un mensonge sous-entendant que même les plus purs des sang-purs ne sont en réalité que des métisses ? Ce sont des questions intéressantes qui toutefois ne sont, une fois encore, pas le sujet de mon écrit.

La seconde branche des cultes vampiriques porte le nom de Liturgie Nocturne. Il représente une foi plus pacifique que le culte d'Adam, privilégiant une forme d'harmonie des enfants de la nuit. Selon eux, les vampires seraient les héritiers d'une divinité nocturne et bienveillante ayant garanti l'essor inéluctable de leur engeance.

Une divinité nocturne que mon orateur nomma la Dame Etoilée.

J'en arrive au moment de coucher sur le papier ce que je suis incapable de formuler à haute voix.

La Dame Etoilée est l'autre nom que nous hybrides donnons à notre mère. Magnésie. La Liturgie Nocturne voue un culte, conscient ou non, à la déesse qui engendra les premiers de mes ancêtres. Ces vampires sont persuadés qu'elle leur fit don de ce monde et, je dois le reconnaître bien qu'avec répulsion, il y a des similitudes avec la divinité que je prie depuis toujours.

Cependant, ce n'est pas tout. Les noms des trois catégories vampiriques, basées sur la pureté de l'infection vampirique, sont "Alpha, Bêta et Omega", les premiers représentant les sang-purs. Alpha et Omega. Ces mêmes mots qui concluent ce conte pour jeune hybride que j'ai tant de fois entendu. Ces coïncidences, qui bousculent mes certitudes, ne s'arrêtent pas là. Car plus je réfléchis et plus j'identifie de liens que je ne veux pas reconnaître. Se pourrait-il que, par quelques liens dissimulés par mes ancêtres - ceux de tous les premiers hybrides - l'Alpha et l'Omega du conte soit bel et bien les castes vampiriques ? Que celles-ci aient été engendrées par la lutte entre Magnésie et le mal ayant rongé son enfant ? Elle aurait, à dessein ou non, créé le vampirisme lors du combat narré dans ce conte. Et si c'est le cas, serait-il possible que son enfant demi-dieu, Ilyade, ne soit tout bonnement le tout premier vampire vénéré par les vampires Alphas ?

Il y a là trop de coïncidences pour que je puisse les ignorer et qui soulèvent plus d'implications que je ne puis en supporter.

Si Adam est effectivement le fils maudit de Magnésie et que les vampires sont les Alphas et Omégas de ce conte… Alors les deux branches de la foi vampirique sont dans le vrai. Et les vampires, ces êtres abjects se nourrissant du sang des vivants, rejetés par le soleil et véhiculant une maladie qui est aussi une malédiction… Seraient effectivement eux aussi des enfants de Magnésie.

Vampires et Hybrides seraient frères et sœurs. Aussi sûrement que Minotaures et Elaphaures le sont. Et, de la même façon que nous autres hybrides aînés avons pour mission d'élever nos frères plus jeunes… Devrions-nous accompagner les vampires dans leur épanouissement ?

Cet héritage serait plus que je ne peux le porter. Je ne peux me résoudre à croire que ces liens sont fondés malgré l'évidence que je refuse de reconnaître. Même mes ancêtres, lorsque j'ai communié avec eux, restèrent silencieux, ignorant la réponse à cette simple question ou refusant de me la donner.

Sommes nous frères et sœurs ?

À présent, vous qui lisez ces lignes, en savez autant que moi. C'est une énigme que je ne veux pas avoir résolue. Mais une énigme que je refuse de nier ou cacher, aussi c'est pourquoi je partage dans cette lettre les fruits de ma réflexion. Je vous confie, vous qui en savez autant que moi, la discrétion de partager, affirmer, contredire ou dissimuler ces informations dont je refuse le fardeau.

Tabaastiin



Cette œuvre rapporte 80 points d'expérience et 1 plastron du Chêne à Doemino
Revenir en haut Aller en bas
 

[Officiel]Lettre ouverte : l'Héritage de Magnésie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un peu d'intimité... [ pv : Perséphale et Hentaï]
» L'héritage du Feu [PV Valentine Crowblack]/!\Hentaï/!\[Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Centre de Dùralas :: Ville de Stellaraë :: La bibliothèque :: Rayon B - Religion et croyance-