Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Baldwin Nuussian
Le Monde de Dùralas a précisément 1479 jours !
Dùralas, le Ven 17 Nov 2017 - 23:45
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !

Partagez | 
 

 Demande de classe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Leigli Delnoch
Albus Forteresse

avatar

Messages : 299
Expérience : 1263
Masculin Âge RP : 23

♦ Politique : 04
Métier : Bûcheron - Novice (10)
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Cernunnos, Cerf royal de Leigli +300, v+200)

Stats & équipements
Vitalité:
1665/1665  (1665/1665)
Vitesse: 299
Dégâts: 354

MessageSujet: Re: Demande de classe   Sam 5 Nov 2016 - 2:02

Leigli Delnoch, Albus Forteresse, Héritier du royaume de Palarandra, Prince légitime et unique du peuple palarandraïen, Grand Chercheur et Scientifique Magique qui découvrit l'interaction entre magie ambiante et magie corporelle, se créant ainsi une Armure unique, Dernier Albus né, et encore bien des titres tous plus pompeux que inutiles. Le plus frustrant, c'était qu'il avait été tout cela.

Leigli soupira profondément. Assis sur le doux sable aux abords d'Ihstar, il regardait la mer, comme à son habitude. Mélancolique, il se remémora sa vie d'antan. Né dans une famille iconique, descendant des plus grands personnages emblématiques de toute l'histoire de Palarandra, il avait été soumis à sa belle mère, Lidya. Pour une raison qu'il ne comprit que bien plus tard, il fut battu, renié, et traumatisé. Encore aujourd'hui, il regardait chaque soir les cicatrices sur son corps, résigné à devoir porter toute sa vie la honte d'être né, symbolisée par ces marques affreuses partout sur son corps. Il leva les yeux vers le ciel. La raison pour laquelle il fut ainsi battu était complexe. Lidya n'était pas sa mère, et c'était une Sorcière. Un Albus ne pouvait avoir qu'un unique enfant, et Lidya aurait voulu rallier pour la première fois de l'histoire un Albus au rang des Sorciers dès la naissance. Leigli n'éprouva aucune attirance vers ce qui semblait être une secte visant le pouvoir, et très vite opta pour la défense contre ces menaces qui manquaient de tomber sur son corps à chaque instant. Puis, l'Académie. L'Académie ne fut guère une délivrance, et pourtant, il y fut plus épanoui. Enfin, il pouvait libérer la magie qui grondait en lui, découvrant qu'il était naturellement supérieurs aux autres humains de sa classe. Ceux ci le dédaignèrent immédiatement, et il comprit encore une fois bien des années plus tard que Lidya influençait et nourrissait cette haine et l'isolement du jeune homme. Il grandit donc seul, et ne connut aucune aide. Finalement, le seul contact qu'il reçut durant toutes ses années ne furent que coups et châtiments. Les années défilèrent, et Leigli apprit seul à maîtriser sa magie. Devenant un jeune homme, il fut entraîné à tous les arts militaires, bien que son corps ne lui permettait pas de devenir un commandant des armées comme le voulait Hort, son père. Il n'était pas un guerrier, et ne deviendrait jamais un maître d'armes. Et pourtant, il apprit à le devenir au cours de quelques années d'entraînement intensifs avec les commandants de son père : Nilwë, Lilyana, Darokk, Waljix. Ceux ci n'épargnèrent aucunement l'héritier, et savourèrent en riant les instants où Leigli s'efforçait de poursuivre les entraînements malgré la fatigue, malgré le froid, malgré la maladie, malgré les obstacles. Lilyana sembla s'adoucir à son égard, mais Leigli n'était pas romantique. Depuis sa tendre enfance, il avait appris à vivre selon une folie dont il ne se rendait même pas compte, réagissant très mal au contact social. Et le jour vint où son père le jugea prêt, et l'envoya régler un léger souci diplomatique, il l'envoya à Deeze, la ville anciennement capitale économique détruite par les Monstres.

Il connut alors l'enfer, et la véritable nature humaine. Il se rendit alors compte qu'il n'était rien, et qu'il était un monstre. Il ravagea la ville de Deeze, détruisant toute vie sur son passage. Les ruines brûlaient encore que son pied buta contre le cadavre d'un bébé déchiqueté, ses grands yeux bleu le fixant chargés de reproches. Sur la plage, Leigli baissa la tête et se saisit celle ci entre ses mains, se serrant les tempes en gémissant. Ce souvenir brûlait son âme, et hantait ses nuits d'insomnie. Parfois, il tombait dans des hallucinations et percevait le bébé le pointer du doigt en silence. Ce qu'il avait fait n'admettait aucune excuse, si ce n'est sa propre souffrance. Rentrant chez lui, l'âme en peine, il avait alors vu son monde de doutes et d'incompréhension s'écrouler. Hort n'avait pas cillé à la nouvelle de Deeze, et Lidya sourit même à l'entente du carnage. Leigli décida ce jour ci de se séparer définitivement de son père. Il resta commandant des armées palarandraïennes, mais s'isola dans son laboratoire de magie.

Après l'enfer, il connut la paix. L'arrivée inattendue de Camis bouleversa sa vie. Cette tendre femme aux pouvoirs de guérison apprit à l'Albus que le monde savait aussi être juste, doux, et la vie, agréable. Il tomba dans le piège de ses bras, et succomba à la beauté de la jeune femme. Elle décida de l'accompagner quand il fut appelé par le front. Helnar. Le massacre d'Helnar, où une intense bataille se déroula entre le géant Reyborn, et l'Albus Forteresse, Leigli. Ce dernier avait en effet une Armure qui semblait résister à chacun des coups de marteau du général rebelle, et la puissance de l'Albus fit pencher le combat en sa faveur. Il se souvint encore de la sensation dans son bras lorsqu'il sépara la tête du rebelle de son corps. Il regrettait ce coup, il regrettait cette guerre. Il aurait dû se joindre à lui, mais il ne faisait aucun doute qu'ils seraient morts. Il n'était pas prêt, personne n'était prêt à affronter Lidya. Elle avait invoqué les Dragons, les Dieux des anciens temps. Finalement, Leigli gracia les rebelles, et rentra à Palira, la capitale.

Quelques années plus tard, il refit la terrible expérience de la guerre. Le village de Camis avait été attaqué par les rebelles de la famille de Lilyana, morte à Helnar. Il avait vu la famille de celle qu'il aimait couchée sur une table, la mère violée, le garçon décapité, et le père perforé, les entrailles pendant au sol. Il frémit à ce souvenir. La guerre, les combats,... Tout ceci était horrible, et Leigli craignait de devoir un jour retrouver toutes ces horreurs. Et il savait qu'il le devrait. Sur le sable doux d'Ishtar, il se mit à trembler. Venait le moment fatidique, le moment pour lequel il se demandait encore pourquoi il vivait.

La paix et le bonheur avaient pris place dans sa vie. Tout n'était que paix et bonheur. Il fut nommé Grand Chercheur et Scientifique Magique, le hissant au rang du plus grand mage actuel de Palarandra. Mais à son retour, il découvrit le village où il vivait avec ses amis et ses alliés détruit. Camis agonisait, et leur enfant en elle n'eut pas le temps de vivre. Son seul et unique espoir de descendance s'éteignait avec la perte de celle à qui il devait tout. Il lui devait sa paix, son bonheur, sa joie, son morale, sa stature,... S'il était encore vivant, c'était grâce à cette femme qui sut lui donner tout ce dont il avait besoin. Finalement, en un soupir de délivrance, elle mourut dans ses bras. Hort avait commis ce carnage. La boucle infinie du destin était bouclée.

Il sombra dans la dépression, et la période qui suivit causait un mal de crâne à l'Albus. Il ne se souvenait pas, ne voulait pas se souvenir des horreurs qu'il avait vu alors que la souffrance de son âme contrôlait son être. Recherché, il avait été traqué, pourchassé. Il avait dû tuer des innocents, des anciens alliés, et savait que ce n'était pas le pire. La pire révélation viendrait plus tard. Il fuit alors toute civilisation pendant des mois, ne mangeant pas, buvant l'eau de pluie, l'eau de rivière, toute eau qu'il trouvait. Puis Hazrile le prit sous son aile. Elle l'emmena loin du soleil, dans un manoir dans la pierre. Il ne se souvenait même plus de comment il avait rejoint cette fichue chambre de pierre où il enchaînait les rêves atroces. Tantôt l'enfant de Deeze avait les traits de Camis et ses yeux mauves, tantôt Lidya se riait d'une Camis brûlant au bûcher. Une fois, Reyborn frappait un mur avec un marteau ayant pour tête le visage de son amie, Lixe. Ses rêves n'avaient aucun sens aux yeux de l'Albus devenu fou. Et désormais, il ne s'en rappelait plus assez pour interpréter. Il ne se souvenait que de la terreur, de la mort, de l'atrocité de sa vie, et de son désespoir. Finalement, en quelques secondes, il apprit qu'Hazrile était sa mère biologique, et il fut désintégré de Palarandra.

Atterrissant dans un désert de sable, il avait retrouvé ses esprits et hurlé son désespoir aux yeux d'un monde qu'il ne connaissait pas. Il n'avait rien à faire ici, son seul but était de tuer son père, de tuer sa belle mère, et de venger sa femme et son enfant, ses amis, ses alliés. Plusieurs semaines dans le désert permirent à l'Albus de calmer ses esprits. Il ne rencontra aucune créature vivante exceptée une elfe, dans une forêt alors qu'il vagabondait dans le désert. Une elfe aux cheveux blonds, qu'il dût abandonner car une créature les pourchassa. Plusieurs semaines s'écoulèrent de nouveau, et l'Albus retrouvait peu à peu une contenance mentale. Il ne savait pas où il était, mais il savait pourquoi. Il n'était dans ce monde que pour préparer son retour chez lui, préparer sa vengeance. Enfin, il fit la rencontre de l'assassin Utop, avec qui il partagea un combat contre d'étranges monstres sortis de nulle part. Ensemble, ils sauvèrent une louve garou, et Leigli partit seul dans le désert. Le combat lui avait fait prendre conscience qu'il était stupide de prendre ce monde à la légère. Ici, il n'était plus rien. Un paysan aux cheveux blancs et longs, avec des yeux mauves certes, avec un minimum de magie, certes, mais un moins que rien. Tomber ainsi dans l'échelle sociale fut un coup dur, mais l'Albus finit par rejoindre Ishtar, et rencontrer Helyn, son mentor de métier. Il apprit l'art de la sculpture, ainsi que sa situation. Dùralas... Un nouveau monde. Une nouvelle vie s'offrait donc au jeune Albus. De nombreuses nuits, il pleura son ancienne vie, repensant à ses erreurs, à ses pertes. La douleur dans son âme était encore violente, et ses souvenirs lui rappelaient à quel point il fut faible. Faible de tuer des innocents, faible de se battre contre la justice, faible de ne pas pouvoir sauver ceux qu'il aimait. Sans doute ne se pardonnerait il jamais de ses faiblesses. Il ne pouvait supporter l'idée de rester ainsi.

Faisant face à la mer alors que le soleil de Dùralas se couchait lentement, Leigli leva ses mains devant son visage, celui ci étant baigné de larmes. Faible, injuste, coupable. Voilà tout ce qu'il fut. Voilà tout ce contre quoi il se battrait à présent. Fort, juste, vengeur. Il deviendrait fort, prônant la justice comme bouclier, et saurait protéger ceux pour qui il ressentirait de l'amitié. Il n'était pas prêt à accepter un nouvel amour, le visage de Camis flottait encore dans son esprit, et sa douceur imprégnait encore sa peau. Finalement, et cela restait un but lointain qu'il atteindrait, il vengerait tout ceux tombés par la faute d'Hort. Il frémit à cette pensée. Alors qu'il pensait à cet instant cela, son peuple chez lui souffrait de son absence. Ses amis étaient sans doute torturés alors qu'il s'amusait à fixer l'océan. Ses fidèles étaient sans doute persécutés. Le chaos régnait très certainement dans son pays. Leigli ferma les yeux, son visage restant scintillant face au coucher de soleil.

Protecteur. Il protégerait ceux qu'il aime, il deviendrait protecteur de sa justice, et il vengerait son peuple, protégeant de son retour l'avenir de son royaume. Force. Justice. Vengeance.


Demande :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dilon Deraborne
Administrateur ♦ Guerrier

avatar

Messages : 4435
Expérience : 3633
Masculin Âge RP : 33

♦ Politique : 147
Métier : Forgeron - Maître Absolu
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Altaïr, Pyrargue de Dilon [Emblème Gardien] +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
3008/3008  (3008/3008)
Vitesse: 385
Dégâts: 2383

MessageSujet: Re: Demande de classe   Sam 5 Nov 2016 - 22:06

@Leigli Delnoch : toutes mes félicitations, tu deviens Protecteur ! Je te modifie ton rang, et désormais, tu gagneras 15 de vitalité/niveau, et tes dégâts subis sont divisés par deux. En revanche, tu ne pourras porter qu'une seule arme dans ton inventaire. Tu gagnes également 105 points d'expérience bonus et 10 PO (-10 pour le rang).

Bonnes protections !





:nainhache:

~Administrateur ♦️ Gardien-en-chef chez les Gardiens ♦️ Membre des Dragonniers ♦️ Rédacteur au Phénix Enchaîné ♦️ Propriétaire de la boutique L'Âme et l'art mûr~

RP1-RP2-RP3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lemondededuralas.org
Utop Libert
Tavernier

avatar

Messages : 1582
Expérience : 1574
Masculin Âge RP : 27

♦ Politique : 53
Métier : Chasseur - Expert
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Reaper, Sombral d'Utop +180, v+200)

Stats & équipements
Vitalité:
895/895  (895/895)
Vitesse: 627
Dégâts: 939

MessageSujet: Re: Demande de classe   Mer 16 Nov 2016 - 16:07

La nuit était belle, trop belle pour la scène qui s'y déroulait. Un homme courrait en boitillant. Il courrait le plus vite qu'il le pouvait, mais sa jambe portait une entaille profonde. Le sang coulait, laissant une trace au sol. Il n'était pas blessé mortellement, aucune artère n'était sectionnée, juste une ou plusieurs veines. Il se retournait rapidement pour voir l'homme qui marchait derrière lui, une hache à la main, elle aussi pleine de sang. Pleine de son sang. L'homme à la hache ? Oui, c'était bien Utop. L'homme blessé ? Un gars qui avait essayé de lui faire les poches. A peine eut-il posé sa main dans sa poche que la hache lui rentrait dans la jambe.  

Il courrait vite pour un mutilé, mais la douleur le fit chuter. Tant pis pour lui, il n'avait pas à essayer de faire les poches. Ils se trouvait maintenant sur le dos, les mains devant le visage, pleurant une suite de mots incompréhensibles. Un léger "Pitié ..." était cependant audible. Pitié ? Qu'est ce que c'était que cette bêtise ? De la pitié pour un voleur ? Et puis quoi encore ?

"Pas de pitié pour les faibles !"

Plusieurs coups de hache s'en suivirent, découpant violemment ce satané voleur. "Au meurtre ! Un assassin !"
C'était quoi encore ça ? Un paysan l'avait vu ? Mais qu'est ce qu'il faisait là si tard ce bouseux ? Utop ne pouvait le laisser s'enfuir en hurlant comme un goret. Il courut le plus vite qu'il le pouvait. Fort heureusement, le fuyard était un vieux, ce qui lui permit de le rattraper aisément. Il bondit dessus, le plaquant au sol. L'homme hurlait. Une gifle. Il hurla de plus belle. Une autre gifle. Il avait l'air calmé. Il regarda Utop plein de colère, droit dans les yeux.

"Assassin ! Où est ton humanité quand tu assassine un homme blessé, où est-elle quand tu t’apprête à tuer un vieil homme ?

-Mon humanité ?"

Il éclata de rire, puis, reprenant son sérieux, il saisit le cou de l'homme et l'étrangla. Il se débattait bien pour un vieux, mais pas assez pour vivre. Ce n'était pas prévu qu'un innocent soit tué, mais il l'avait cherché.

Assassin. Ce mot résonnait dans la tête d'Utop. Assassin. Ça sonnait bien en plus. Assassin. Pas la première fois que ce mot lui était attribué,déjà plusieurs mois auparavant, après le meurtre de son père adoptif.

Bien que ses armes soient à changer, son rôle dans ce monde sera celui d'assassin. Il devait maintenant trouver un moyen de rejoindre cette fameuse Congrégation de l'Ombre dont il avait tant entendu parler.




Venez boire un coup à LA TAVERNE et n'oubliez pas de VOTER pour Duralas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dilon Deraborne
Administrateur ♦ Guerrier

avatar

Messages : 4435
Expérience : 3633
Masculin Âge RP : 33

♦ Politique : 147
Métier : Forgeron - Maître Absolu
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Altaïr, Pyrargue de Dilon [Emblème Gardien] +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
3008/3008  (3008/3008)
Vitesse: 385
Dégâts: 2383

MessageSujet: Re: Demande de classe   Mer 16 Nov 2016 - 21:38

@Utop Libert : toutes mes félicitations, tu deviens Assassin ! Je te modifie ton rang, et désormais, tu gagneras 10 de vitalité/niveau, 25 dégâts, 25 vitesse. Tu gagnes également 60 points d'expérience bonus et 20 PO.

Bons contrats !





:nainhache:

~Administrateur ♦️ Gardien-en-chef chez les Gardiens ♦️ Membre des Dragonniers ♦️ Rédacteur au Phénix Enchaîné ♦️ Propriétaire de la boutique L'Âme et l'art mûr~

RP1-RP2-RP3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lemondededuralas.org
Olórin Calen
Mage

avatar

Messages : 237
Expérience : 1510
Masculin Âge RP : 573

♦ Politique : 32
Métier : Sculpteur - Maître Absolu
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Esprit protecteur d'Olorin +300, v+250, 100)

Stats & équipements
Vitalité:
1676/1676  (1676/1676)
Vitesse: 624
Dégâts: 1182

MessageSujet: Re: Demande de classe   Mer 16 Nov 2016 - 23:19

Bonsoir,

Je souhaiterai devenir Mage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dilon Deraborne
Administrateur ♦ Guerrier

avatar

Messages : 4435
Expérience : 3633
Masculin Âge RP : 33

♦ Politique : 147
Métier : Forgeron - Maître Absolu
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Altaïr, Pyrargue de Dilon [Emblème Gardien] +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
3008/3008  (3008/3008)
Vitesse: 385
Dégâts: 2383

MessageSujet: Re: Demande de classe   Mer 16 Nov 2016 - 23:26

@Olorin : toutes mes félicitations, tu deviens Mage ! Je te modifie ton rang, et désormais, tu gagneras 10 points de stats/niveau, tu utiliseras les bâtons arcaniques, et tu attaqueras avec le dé - mage.

Bonne magie !





:nainhache:

~Administrateur ♦️ Gardien-en-chef chez les Gardiens ♦️ Membre des Dragonniers ♦️ Rédacteur au Phénix Enchaîné ♦️ Propriétaire de la boutique L'Âme et l'art mûr~

RP1-RP2-RP3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lemondededuralas.org
Amaryelle Chal'di
Guérisseuse

avatar

Messages : 161
Expérience : 942
Féminin Âge RP : 103 ans

♦ Politique : 21
Métier : Sculpteur - Apprenti (50)
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Bébé citrouille +100, v+100, 50)

Stats & équipements
Vitalité:
1590/1590  (1590/1590)
Vitesse: 297
Dégâts: 322

MessageSujet: Re: Demande de classe   Jeu 17 Nov 2016 - 0:04

Ishtar, jour de pluie.


Amaryelle avait passé une partie de la matinée dans l'atelier, en glissant ses mains sur sa création, elle repensait à son voyage au coté de Rodin. Elle avait été son élève mais aussi une grande soeur pour ses enfants, Jenifael et Wellan. Elle avait passer tellement de temps à leurs cotés qu'aujourd'hui, il lui arrivait de les regretter.

Travaillant avec douceur sur certains détails de l'arc, elle réfléchissait à la suite de sa vie, de sa quête personnelle. Le matin même, la femme qui tenait l'auberge dans laquelle elle séjournait, lui avait demander d'un geste de la main vers son arme si elle était une archère. Elle ? Archère ? Non... Du moins, elle n'y avait jamais vraiment pensé. A partir de ce moment là, elle ne faisait que ça, y penser. Les archers étaient pas au corps à corps lors des combats... ils restaient loin, visaient plutôt bien... Cela pourrait tout à fait lui convenir.

Elle replaça une mèche de ses cheveux en repensant à certains événement qui était survenue durant son long voyage. Jenifael était une demoiselle plutôt casse cou alors que son frère était plus calme. Il lui arrivait régulièrement de se blesser ou même de blesser son frère en chahutant un peu trop fort avec lui. Amaryelle avait toujours été là pour soigner petit et grand bobos. Son pouvoir qu'elle n'avait jamais tellement utiliser jusque là faisait des miracles sur la petite fille qui la regardait alors avec une infinie admiration.

Une fois, Wellan c'était ouvert le genoux en courant entre les étales. Il avait pleurer toute les larmes de son petit corps de garçon de six ans et l'elfe c'était occupé de lui quand sa propre mère n'arrivait pas à le calmer. Instinctivement, Amaryelle avait trouver les bons gestes et les bon mots pour calmer l'enfant. Son don lui avait permit de faire taire sa douleur, et ses quelques actes de soin avaient été plus facile à réaliser.

Amaryelle esquissa un sourire à ce souvenir. Plusieurs autres souvenirs lui étaient presque similaire. Soigner... C'était plutôt ça qu'elle aimait faire. Elle avait même un jour, effacer durant quelques minutes les douleurs articulaires d'une vielle dame. L'elfe n'était pas du genre à chercher la bagarre et n'avait pas pour but de courir après les batailles. Son rêve, une vie paisible dans un endroit paisible. Quoi de mieux pour cela que de faire ce qu'il nous plaisait le plus ? Elle rangea dans son sac les quelques flèches qu'elle venait de tailler. Elle plaça ensuite l'arc dans son dos. Elle irait le vendre plus tard. Elle aimait sculpter... mais soigner encore plus sans doute...

"Guérisseuse ?"

La jeune femme quitta la pièce, et sortant sous la pluie en se couvrant la tête de son capuchon elle répéta plusieurs fois ce mot. "Guérisseuse..." Elle fixa l'horizon, la mer était agitée, au moins autant que son esprit. Devait-elle déjà prendre une décision quand à la voie qu'elle voulait prendre par la suite ? Sculpter était un métier qui lui rapportait de l'or, soigner n'était pas un métier en soi, elle trouvait complètement inconcevable d'aider les gens contre de l'or, surtout qu'en général, la douleur, les blessures n'étaient pas quantifiable alors qu'un objet, une arme...

"Oui... je pourrais..."

Faire les deux. Pourquoi pas. Travailler le bois comme elle avait appris à le faire et soigner ceux qui en avait besoin ? Oui. C'était elle. Deux personnalités, deux activités. Et puis, elle pensait qu'elle devait bien faire ça, ses mésaventures, qu'elle ne contrôlait pas, avait coûté la vie à plusieurs personnes... Elle rembourserait sa dette ainsi, en soignant.

"Je ferais ce qu'il faut, je serais guérisseuse."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dilon Deraborne
Administrateur ♦ Guerrier

avatar

Messages : 4435
Expérience : 3633
Masculin Âge RP : 33

♦ Politique : 147
Métier : Forgeron - Maître Absolu
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Altaïr, Pyrargue de Dilon [Emblème Gardien] +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
3008/3008  (3008/3008)
Vitesse: 385
Dégâts: 2383

MessageSujet: Re: Demande de classe   Ven 18 Nov 2016 - 1:31

@Amaryelle Chal'di : toutes mes félicitations, tu deviens Guérisseuse ! Je te modifie ton rang, et désormais, tu gagneras 10 de stats/niveau, tu utiliseras les sceptres et pourras utiliser le dé de soin. Tu peux également porter 2 artefacts. Tu gagnes également 70 points d'expérience bonus et 20 PO.

Bons soins !





:nainhache:

~Administrateur ♦️ Gardien-en-chef chez les Gardiens ♦️ Membre des Dragonniers ♦️ Rédacteur au Phénix Enchaîné ♦️ Propriétaire de la boutique L'Âme et l'art mûr~

RP1-RP2-RP3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lemondededuralas.org
Edward Kidd
Technophile

avatar

Messages : 136
Expérience : 1206
Âge RP : 22

♦ Politique : 01
Métier : Bûcheron - Maître Absolu
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(G.O.L.E.M de Kidd +360, 150, v+290)

Stats & équipements
Vitalité:
2145/2145  (2145/2145)
Vitesse: 273
Dégâts: 1145

MessageSujet: Re: Demande de classe   Dim 15 Jan 2017 - 12:16

Machin veut devenir technophile Sourire
Merci !




Crédits de l'avatar : brainleakage
Kidd s'exprime en : #6699ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dilon Deraborne
Administrateur ♦ Guerrier

avatar

Messages : 4435
Expérience : 3633
Masculin Âge RP : 33

♦ Politique : 147
Métier : Forgeron - Maître Absolu
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Altaïr, Pyrargue de Dilon [Emblème Gardien] +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
3008/3008  (3008/3008)
Vitesse: 385
Dégâts: 2383

MessageSujet: Re: Demande de classe   Lun 16 Jan 2017 - 1:50

Tu deviens Technophile, tu gagneras 20 points de dégâts, et tu as axé aux armes technologiques Tout content





:nainhache:

~Administrateur ♦️ Gardien-en-chef chez les Gardiens ♦️ Membre des Dragonniers ♦️ Rédacteur au Phénix Enchaîné ♦️ Propriétaire de la boutique L'Âme et l'art mûr~

RP1-RP2-RP3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lemondededuralas.org
Axe
Pubbeuse à l'essai ♦ Maîtresse d'armes

avatar

Messages : 527
Expérience : 1801
Féminin Âge RP : 15

♦ Politique : 55
Métier : Chasseuse - Maîtresse absolue
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Scorpion géant [Emblème de faction] [Modifié] +300, 100, v+250)

Stats & équipements
Vitalité:
1720/1720  (1720/1720)
Vitesse: 643
Dégâts: 1111

MessageSujet: Re: Demande de classe   Sam 4 Mar 2017 - 22:36

...Il faisait chaud dans les rues de Stellaraë, ce soir-là. Les tréfonds de la ville étaient bondés de passants joyeux, attirés par les attractions que ces coins peu nets pouvaient offrir ; la Garde avait renoncé à s’y intéresser, accord muet conclut entre tous les gardes réquisitionnés pour surveiller la ville.
...Les combats clandestins faisaient partie des animations qui rapportaient le plus gros quand régnait ce genre d’ambiance, et de petites arènes étaient aménagées partout en ville, les plus prestigieuses se situant dans les bas-fond les moins recommandables. Là-bas, chaque combattant pouvait se présenter, et affronter tous les adversaires qui s’offraient à lui sans se soucier de morale ou quelque éthique stupide ; coup bas, armes dissimulées, aide du public, ces joutes étaient destinées à virer irrémédiablement au bain de sang…Ça excitait les parieurs.

...Le Canari Jaune, en particulier, avait transformé sa salle en cercle de combat, empilant les tables sur les côtés afin qu’elles servent de gradin. Quelques torches illuminaient l’endroit, leur faible lumière tentant tant bien que mal de dissiper la semi-obscurité ambiante.
...Axe fit rouler ses épaules, une chope ou deux de Stellaroise dans le sang. En face d’elle, un homme grisonnant se mettait en garde, armé d’un long couteau ciselé ; le public les avait choisis pour s’affronter et les avait balancés au milieu du cercle, sous les acclamations des parieurs.
« STELLAROIS, STELLAROISES ! gueula un homme rougeaud, debout sur le comptoir. VOUS AVEZ DEVANT VOUS SIFRIL, L’ASSASSIN DES BAS-FONDS, QUI HANTE VOS NUITS DEPUIS LE BERCEAU ! »
Une vague d’exclamations se détacha du brouhaha ambiant, suivis des premiers paris. Axe sourit à l’écoute des sommes en jeu, parcourue de frissons. Il lui tardait de se servir de ses lames à nouveau.
« ET, NOUVELLE ICI MAIS DES PLUS PROMETTEUSES, VOICI AXE ! LES RUMEURS DISENT QU’UN DÉMON HABITE CETTE PETITE, JE VOUS PROPOSE DE LES VÉRIFIER…l’homme fit un signe aux deux combattants. MAINTENANT !»

...L’assassin se jeta sur Axe avec une rapidité déconcertante, lame en avant. La jeune mercenaire esquiva précipitamment, mais sentit le couteau érafler son flanc, sans toutefois la blesser. Elle profita de la légère perte d’équilibre de son adversaire pour lui balayer les jambes, dégainant ses deux dagues par la même occasion, et abattit une des armes vers sa trachée.
...Sifril attrapa son poignet au dernier moment, arrêtant la dague à quelques centimètres de sa gorge. Il attira violement la lycanthrope au sol, lui faisant goûter à son tour à la tendresse du parquet usé, et tenta d’enserrer son cou d’une main ; elle lui répondit par un brusque coup de pommeau au visage, qui lui fit lâcher prise.
...Axe se releva et recula, le souffle court, mais agréablement surprise. L’homme était aussi bon qu’elle, à n’en pas douter…il se redressa à son tour, la pommette éclatée, et lui adressa un sourire carnassier. Le sentiment de la jeune fille était partagé. Voyant qu’il ne bougeait pas, Axe s’approcha doucement, méfiante. Elle finit par piquer dans sa direction, le tranchant d’une de ses dagues orientées vers son ventre, qu’aucune sorte d’armure ne semblait protéger ; l’assassin dévia son attaque d’un coup de couteau précis, et la lame vint se ficher dans une épaisse plaque de cuir, qui protégeait son épaule. Profitant de la surprise de sa jeune adversaire, il envoya un coup de poing vers sa joue, qui la renvoya quelques mètres en arrière. Axe porta la main à sa pommette et soutint le regard de Sifril, qui savourait sa petite revanche. Très bien…
...Trois couteaux de lancer volèrent soudain vers l’assassin, qui n’eut pas le temps de les esquiver. Les lames se logèrent dans son flanc, pour deux d’entre elles ; la troisième, envoyée avec plus d’attention, toucha le haut de sa cuisse. Il gronda de douleur et arracha les couteaux à sa chair, déstabilisé.
« Mes épées ! cria Axe au public. Qu’on m’apporte mes épées ! »
...L’ordre fut relayé à travers la taverne, et le tavernier lui lança ses deux armes jumelles par-dessus le comptoir. Elle s’en saisit, un sourire mauvais sur les lèvres, puis les fit luire quelques instants à la lumière des torches.
...Sifril ricana et recula jusqu’à la barrière humaine du public, chuchotant à l’oreille d’un homme que la jeune fille devina comme son acolyte. L’assassin s’adressa à elle, sûrement dans le but de gagner du temps.
« Sais-tu ce que sont les maître d’armes, jeune fille ? »
Axe devina dans l’intonation que la question n’était pas faite pour recevoir de réponse. Elle baissa ses armes et écouta, sur ses gardes.
« Ce sont des combattants qui ont dans le sang l’art de manier épées, couteaux, dagues, mais aussi haches, lances, sabres…L’amour des armes est ancré dans leurs veines, qu’ils préfèrent répandre la justice ou le chaos. »
L’acolyte revint et tendit une large machette à l’assassin, dont l’expression sembla changer sensiblement. Même au repos, l’arme devint un prolongement de son bras à peine empoignée, happant le regard de la lycanthrope.
« Penses-tu pouvoir rivaliser avec l’un d’entre eux ? »

...La jeune fille serra les lèvres, se sentant soudain pataude avec ses lourdes épées. Elle serra les poings et raffermit sa prise sur les deux armes, puis se mit en garde, soudain moins en confiance.
...Sifril la devança une fois de plus, entamant une botte étrange. Axe regarda sa machette danser quelques instants, avant de se rappeler que le mouvement était destiné à l’ouvrir en deux. Elle para, mais trop tard ; la lame adverse taillada son torse de haut en bas, lui arrachant un gémissement surpris. La mercenaire recula et se heurta au public, dont les membres en faveur de l’assassin se mirent à hurler d’excitation.
...Axe serra les mâchoires et se ressaisit, amère. Elle avait déjà combattu et vaincu plus d’un guerrier ; Sifril ne se détachait d’eux que par son discours…qu’elle savait pourtant véridique, au plus profond d’elle. On entendait partout parler de ces hommes et ces femmes qui avaient tissé des liens particuliers avec leurs armes, aussi diverses étaient-elles. Mais jamais la lycanthrope n’en avait rencontré, et petit à petit, elle en était arrivée à croire qu’il s’agissait d’un fantasme collectif, celui d’un guerrier parfait et impossible.
...Son regard se posa à nouveau sur la machette du maître d’arme, et Axe sentit un sourire en coin gagner ses lèvres. Comme il était bon de voir un mythe prendre vie, après avoir si longtemps cru qu’il ne serait jamais qu’un conte improbable. Elle leva ses épées, prise d’une soudaine intuition, et fondit sur Sifril en les faisant tournoyer, au risque de blesser les parieurs ; celui-ci dévia une de ses lames avec fermeté, usant de sa machette comme il l’aurait fait d’un bouclier, mais ne put échapper au second temps du mouvement. L’épées de la jeune fille qui n’avait pas été entravée le faucha à la hanche, et s’enfonça profondément dans sa chair. L’homme étouffa un hurlement et se dégagea prestement, boitillant, un air d’incompréhension sur le visage. Axe elle-même n’avait pas réellement suivi, mais ne déprécia pas le sentiment qui s’empara d’elle une fois la botte terminée.

...Leurs lames respectives dansèrent longtemps dans l’air moite de la taverne, et les deux adversaires se retrouvèrent vite couverte de blessures, coupures, tailladés au niveau des flancs et des épaules. Aucun des deux ne semblait vouloir céder face à l’autres, mais force était de constater que le combat touchait à sa fin ; ils n’étaient tout simplement plus en état de continuer. Axe, épuisée par le poids de ses épées, sentait le maître d’armes la pousser petit à petit dans ses derniers retranchements. Sifril, éprouvé par la douleur, maudissait cette petite qui allait le forcer à abandonner pour la première fois depuis le jour où on avait commencé à le nommer « assassin ». Et cela durait…
...Soudain, l’homme jeta sa machette sur le planché taché de sang, vaincu. Une longue trainée rouge s’étendait depuis sa hanche jusqu’au bas de sa jambe, à peine plus épaisse que les autres ; Axe n’avait épargné aucune des parcelles de chair dépourvue d’armure, taillant avec finesse dans la peau et les muscles. Il tituba jusqu’aux parieurs, cherchant l’appui de l’homme qui lui avait tendu son arme ; celui-ci passa un bras autour de ses épaules et l’amena jusqu’à une table, où l’attendait une chope revigorante. La lycanthrope, encore debout par elle ne savait quel miracle, balaya le public d’un regard embrumé. Est-ce qu’elle venait vraiment de… ?
« APPLAUDISSEZ NOTRE JEUNE GAGNANTE ! lança soudain le tavernier. PARIEURS, IL EST TEMPS DE FAIRE VOS COMPTES !»
...La lycanthrope cligna plusieurs fois des yeux, plantée au milieu du cercle. Son torse la lançait, et les quelques autres blessures larges et profondes laissées par la machette ne la rassuraient pas. Où était-elle assise avant que le combat ne débute ? Elle ne savait plus…

...Soudain, un sifflement attira son attention. Sifril lui faisait signe depuis sa table, deux bières posées devant lui. Axe fronça les sourcils et le rejoignit, avançant péniblement entre les joueurs survoltés. La table atteinte, elle se laissa tomber sur un siège dur mais bienvenu, et accepta la boisson que le maître d’armes lui présenta.
« Tu m’as surpris, petite, convint-il d’une voix grave et posée. D’où te viens cette maîtrise ?
Axe prit une longue gorgée, hésitante. Sifril de Stellaraë n’étais pas un nom à compter dans ses relations si l’on voulait rester un minimum respectable… La jeune fille sourit. Elle était mercenaire de l’Ombre, qu’est-ce qu’elle en avait à foutre d’être respectable ?
- Ça m’est venu quand j’en ai eu besoin, en une période bien sombre, finit-elle par répondre.
- Sois plus précise.
- On m’a jetée dans les rues enfant, je me suis débrouillée pour trouver une arme. J’ai eu souvent à m’en servir, l’expérience vient de là.
- Je ne parle pas de nos premiers échanges, poursuivit Sifril, agacé. Tabasser un vieux comme moi avec une dague, ça n’a rien d’impressionnant, je peux trouver des dizaines de gamins dans les rues qui en sont capables… Tu m’intéresses à partir du moment où tu sors tes couteaux.
Axe reposa sa chope, intriguée. Qu’est-ce qu’il lui voulait ?
- On ne m’a rien appris, Sifril. Tout le monde n’a pas le privilège de se trouver un mentor.
- Poursuit.
La jeune fille haussa les épaules, mal à l’aise. Elle n’aimait pas qu’on la questionne ainsi.
- Je lance les couteaux et ils touchent, j’attaque avec mes épées et elles tranchent ; je tire à l’arc et les aigles meurent, je manie la pique et les crocodiles s’y empalent. C’est ainsi.
- C’est ça ce que je voulais entendre, Axe, murmura l’assassin.
L’intéressée resta silencieuse quelques instants, puis reprit :
- Vous me voudriez maîtresse d’armes à mon tour, n’est-ce pas ?
- La caste se meurt, jeune fille. Sifril soupira, reprit une gorgée d’alcool, puis se leva de son siège. Les maîtres d’armes ont grandement besoin de nouveau sang…tâche de t’en souvenir. »
...Le cinquantenaire tendit une main bienveillante vers la jeune fille, quittant un instant son attitude d’assassin. Il était temps pour chacun d’aller panser ses plaies, et de repartir de son côté, sans doute…Après une poignée de main plus ou moins amicale, les deux combattants se séparèrent, l’une restant seule à la table pour réfléchir et terminer sa chope, l’autre repartant vaquer à de sombres occupations, comme c’était le rôle des meurtriers nocturnes.

Maîtresse d’armes…pourquoi pas. Pourquoi pas.





...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Dilon Deraborne
Administrateur ♦ Guerrier

avatar

Messages : 4435
Expérience : 3633
Masculin Âge RP : 33

♦ Politique : 147
Métier : Forgeron - Maître Absolu
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Altaïr, Pyrargue de Dilon [Emblème Gardien] +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
3008/3008  (3008/3008)
Vitesse: 385
Dégâts: 2383

MessageSujet: Re: Demande de classe   Dim 5 Mar 2017 - 1:30

@Axe : toutes mes félicitations, tu deviens Maîtresse d'armes ! Je te modifie ton rang, et désormais, tu gagneras 15 de vitalité, 10 de vitesse, et 5 dégâts par niveau, tu auras également un inventaire de 5 armes. Tu gagnes également 90 points d'expérience bonus et 20 PO.

Bons entraînements !





:nainhache:

~Administrateur ♦️ Gardien-en-chef chez les Gardiens ♦️ Membre des Dragonniers ♦️ Rédacteur au Phénix Enchaîné ♦️ Propriétaire de la boutique L'Âme et l'art mûr~

RP1-RP2-RP3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lemondededuralas.org
Aryana
Expérience strygienne

avatar

Messages : 295
Expérience : 1519
Féminin Âge RP : 21

♦ Politique : 17
Métier : Chasseuse - Maîtresse Absolue
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Hydro Cyno +150, v+150, Régénère si -25% de la vie)

Stats & équipements
Vitalité:
1515/1515  (1515/1515)
Vitesse: 794
Dégâts: 809

MessageSujet: Re: Demande de classe   Lun 17 Avr 2017 - 1:47

L'aube se leva, les rayons de l'astre solaire firent fermer les yeux à une créature ailée qui sortait d'une grotte. Les ailes étaient d'un gris allant vers le clair et le foncé sans pour autant que l'un des deux prennent l'avantage, une parfaite dualité pour une neutralité assez déconcertante et refoulée. La jeune stryge s'étirait les bras, ses ailes suivant le mouvement vers le ciel, le réveil avait été plus doux que d'autre fois, le soleil ne la dérangeait plus vraiment, sauf en cas de grosse chaleur.
Malgré cela, elle quitta a contre-coeur la fraîcheur et l'ombre de cet abris de fortune pour continuer sa route, la forêt, les arbres s'étendaient à perte de vue, ce schéma régulier pourrait en faire stresser plus d'un, mais ce sentiment plaisait à la stryge qui se perdait entre les feuillages des chênes et les buissons de baies. La rosée du matin s'écoulait paisiblement et était récoltée par des créatures en tout genre, la faune et la flore semblaient en parfaite harmonie, cet environnement plaisait à la jeune fille qui avait vécu son enfance dans un village coupé du monde à l'abri dans une forêt de ce genre.  

Elle marchait, les pensées confuses, en proie à un mal qui était récemment arrivé, quelque chose qu'elle ne pourrait oublier et qui allait avoir de lourdes conséquences.

"Je te plains quand Khotar découvrira cela, je ne te donne pas longtemps à vivre non plus une fois qu'il t'aura retrouvé lui-même."

Les mots de Kennen lui résonnaient dans la tête comme une symphonie morbide qui lui donnait des maux de tête affreux, elle se massa les tempes, s'étant stoppée sur sa route, puis reprit son chemin en lâchant un soupir. Après avoir fuit ce désert invivable, elle avait préféré continuer son chemin seule pour ne pas attirer d'ennuis à ceux qui pouvaient l'accompagner. Elle continuait sa route seule, elle aimait ces moments de solitude imprévus, habituée à ce genre de situation depuis plusieurs années, c'est comme ça qu'il l'avait éduqué à la Tour Noire. Aryana n'y songeait pas à y retourner, qu'est-ce qui l'attendait après tout là-bas ? L'Exécuteur en chef ? Khotar ? Les cachots ? Elle ne savait pas ce qui était le pire, tout bonnement réfléchit, son tuteur était le pire des choix.

Un soupir franchit de nouveau la barrière de ses lèvres, elle devait penser à autre chose, son but actuel. A présent, elle était libre d'aller où bon lui semble, libérée en quelque sorte, mais à la fois traquée. Kennen avait raison, Khotar ne la lâcherai pas bêtement en pleine nature sans pouvoir récupérer sa précieuse expérience dans laquelle il y a consacrée sa vie. Cependant la stryge aux ailes grises refusait cette domination mauvaise, un sentiment d'aventure et de liberté la gagnait à chaque fois qu'elle s'entraînait à l'époque, pour finalement la mener à une conclusion, il fallait qu'elle parte, qu'elle cherche des réponses ailleurs sur elle-même et sur le monde.

En soi, l'aventure ne lui faisait pas peur, elle avait apprit très jeune à se débrouiller avec le couple d'elfes avec lequel elle a partagé les premières années de sa vie. Son arc et ses flèches lui suffiraient pour le moment, elle arrivait facilement à se fondre dans les bois, la faune et la flore lui étaient familières, camouflée, dans la pénombre, elle préférait rester à l'abri en haut d'un arbre ou d'une colline et observer le temps s'écouler ainsi. Il était rare qu'elle aille en ville, déjà premièrement pour ne pas se faire remarquer, déjà plusieurs fois elle s'était faite accostée par des stryges, blancs ou noirs, qu'importe. Ils étaient tous venues par curiosité envers la couleur de ses ailes.

"Laissez-moi. Lâchez-moi."

C'était ce qu'elle disait à chaque fois que des stryges, ou même des personnes quelconques s'approchaient d'elle à cause des ailes. De ce fait, sa cape les gardaient dissimulées, lui permettant de se fondre plus facilement dans l'ombre de la foule et de la forêt. Fuir les zones à fortes populations, un de ses principes, assez souvent reniés pour des raisons parfois vitales, dès fois elle n'avait pas le choix mais elle évitait toujours, autant que possible, cette foule oppressante. A chaque pas elle se sentait épiée, être observée ainsi lui rappelait ce supplice à la Tour Noire, comme Khotar lui disait souvent :

"Aryana, cesse d'être gênée, tu es ce que tu es. Comme une fleur qui éclot sous le soleil levant, ou bien une chenille sortant de son cocon pour être transformée en papillon, toi aussi, ton heure viendra, ma chère expérience."

"Expérience", encore et toujours, elle n'en pouvait plus de ce mot, heureusement qu'ici, personne ne la jugeait ainsi, hors des bas fonds de la Tour Noire, personne ne l'avait appelé ainsi.
Lors de ses nombreuses promenades en forêt, plutôt vers le sud de Dùralas selon elle, la stryge aux ailes grises tomba sur un étrange arbre creux, il était déjà assez imposant, ses racines allaient sur plusieurs mètres sous terre et certains bouts dépassaient du sol, recouvert de mousse. Levant les yeux au ciel, elle remarqua qu'au niveau des branches résidaient d'étranges constructions, faite de la main de l'homme à n'en pas douter.
Par curiosité, elle se hissa à la corde qui pendait le long du tronc, attachée solidement à une branche, elle grimpa, forçant sur ses muscles pour maintenir son escalade jusqu'en haut. N'ayant même pas prévu à ce faire recevoir, elle arriva comme un fleur sur une sorte de sol fait en planches de bouleaux, vu l'équipement de cet étage on aurait dit un poste d'observatoire. En se rapprochant du tronc, elle vit effectivement qu'il était creux sur toute la longueur, elle pouvait à peine voir le fond, mais une nouvelle corde pendait pour rejoindre plus rapidement le bas de l'arbre directement de l'intérieur. Elle se laissa glisser de nouveau, ayant l'impression d'avoir grimpé pour rien vu qu'elle redescendait, et pourtant non, elle arriva plus bas sous terre et non au niveau du sol, depuis l'extérieur elle n'aurait pas pu atteindre cet endroit.

Curieuse mais sur la défensive, elle explora cette étrange cave souterraine, un foyer, un lit, une table et des chaises, une sorte de base souterraine. Le contenu de la table l'intrigua tout particulièrement, une assiette à moitié remplis, des couverts laissés négligemment sur le côté, à croire que la personne était vite partit.. ou alors..

"Garde le silence, pas un mot."

Une main sur sa bouche, un couteau contre sa gorge, Aryana ne fit que ravaler sa salive, ne disant rien comme demandé par celui qui l'avait attrapé la main dans le sac. Il la fouilla, jetant sur le côté son simple équipement, la poussant légèrement devant lui dans un soupir quelque peu énervé. Aryana pu se retourner pour observer son "agresseur". Il avait la peau verdâtre et était svelte et élancé, étrange pour cette race qu'on appelait les peaux-vertes. Pourtant autre chose clochait, ses oreilles étaient pointues, semblable aux elfes, peut-être descendait-il de deux parents de races différentes. La stryge regarda l'assiette entamée sur la table puis l'homme en face de lui, il tritura sa barde sombre en la fixant.

"Tu es observatrice pour une fouineuse, que viens tu faire ici ? Il n'y a rien à voler, dommage pour toi."

Assez gênée qu'on l'ait surprise ainsi dans son acte de curiosité, elle balbutia à peine quelques mots, s'excusant premièrement auprès du propriétaire des lieux qui vint s'asseoir à la table pour continuer son repas, invitant la stryge à venir sur l'autre chaise de chêne non loin.

"Je ne voulais pas vous déranger.. Je ne faisais que me balader simplement comme j'en ai l'habitude jusqu'à tomber sur cet arbre qui m'intriguait.. J'ai juste été un peu trop curieuse sur ce coup là, si vous pouvez m'excuser.."

Aryana était déjà prête à partir sans demander son reste, cependant la peau-verte l'arrêta en lui attrapant le poignet, finissant d'engloutir la chair se trouvant sur la cuisse du poulet, il reposa l'os puis força la stryge à s'asseoir de nouveau.

"Je l'ai compris rapidement, vu votre air perdu et ce que vous avez sûr vous, vous n'avez pas le profile d'une voleuse ou d'une espionne sans vouloir briser vos rêves."

La jeune fille secoua la tête de gauche à droite en réponse, si seulement ses rêves étaient aussi simples que ceux qu'il venait d'énoncer, sa vie en serait bien plus belle et vivifiante, mais ce n'était pas le cas. L'homme se leva en s'essuyant la bouche d'un bout de tissus qu'il jeta ensuite sur la table à côté de l'assiette, allant s'asseoir sur une chaise à bascule près du foyer.

"Et vous, qui êtes-vous ?"

L'audace de la stryge lui fit lâcher un rire soudain, cela l'amusa qu'elle soit aussi détendue sur l'instant alors qu'elle était chez un inconnu, mais soit, il allait répondre à cette jeune fille bien trop curieuse.

"Je ne suis qu'un simple rôdeur qui a préféré vivre loin de ces villes emplies de déchets proliférants."

Un rôdeur ? Aryana en avait entendu parler déjà, des personnes qui choisissait cette voie, ce chemin qui menait vers une vie d'aventure et de liberté en forêt, loin des nuisances humaines ou autres. Curieuse de nouveau, elle lui demanda des précisions et des explications sur son choix, plus elle en savait, plus cela l'intéressait et lui donnait envie de voyager.

"Rien de bien compliqué en soi, pourquoi tant de questions ? Vous êtes trop curieuse jeune fille, vraiment."

Aryana se leva de sa chaise, s'approchant de l'homme qui la scrutait, les sourcils relevés par l'interrogation. D'un regard se voulant plus que sérieux et déterminé, elle prononça ces mots suivant :

"Apprenez-moi, s'il vous plaît."

Un nouveau rire s'échappa de la gorge de la peau-verte, il failli s'étouffer avec la pipe qu'il venait de commencer à fumer, la posant sur une petite table basse à côté, il esquissa un sourire envers la stryge aux ailes grises, son regard lui plaisait.







Aryana : #6600cc  ~~  Eriklan : #d41313
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dilon Deraborne
Administrateur ♦ Guerrier

avatar

Messages : 4435
Expérience : 3633
Masculin Âge RP : 33

♦ Politique : 147
Métier : Forgeron - Maître Absolu
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Altaïr, Pyrargue de Dilon [Emblème Gardien] +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
3008/3008  (3008/3008)
Vitesse: 385
Dégâts: 2383

MessageSujet: Re: Demande de classe   Mer 19 Avr 2017 - 18:06

@Aryana Faenarya : Tu deviens Rôdeuse ! Je te modifie ton rang, et désormais, tu gagneras 20 points à chaque stats/niveau. Tu gagnes également 90 points d'expérience bonus et 20 PO.

Bonnes rôdes !





:nainhache:

~Administrateur ♦️ Gardien-en-chef chez les Gardiens ♦️ Membre des Dragonniers ♦️ Rédacteur au Phénix Enchaîné ♦️ Propriétaire de la boutique L'Âme et l'art mûr~

RP1-RP2-RP3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lemondededuralas.org
Ekyo
Guetteur intemporel

avatar

Messages : 305
Expérience : 1426
Masculin Âge RP : 21

♦ Politique : 20
Métier : Chasseur - Maître Absolu
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Hydro Cyno +150, v+150, Régénère si -25% de la vie)

Stats & équipements
Vitalité:
1050/1050  (1050/1050)
Vitesse: 849
Dégâts: 604

MessageSujet: Re: Demande de classe   Mar 25 Avr 2017 - 23:19


Au milieu d’une nuit froide, une cabane perdue dans la forêt, Ekyo allongé sur son lit s’amusait à faire tourner sa toupie activant son pouvoir temporelle d’une main, la petit zone où tourbillonnait le jouet en bois était maltraitée par le chronomancien, un premier coup, la rotation était normale, la seconde d’après elle s’arrêtait, puis l’instant d’après, la toupie se rembobinait. Ekyo faisait tenir la toupie de cette manière pendant des heures, passant le temps et s’entrainant c’était aussi un moyen pour lui de mettre sa soif de côté.

Réfléchissant passivement aux derniers voyages qu’il avait fait, il se lamentait quelque peu sur son sort, les combats qu’il avait vécu lui avait juste prouvé qu’il pouvait tuer de simple bandit et être un excellent chasseur. Il existait dans Dùralas des monstres contre lesquels il ne pouvait se mesurer, l'écart de puissance était malheureusement encore trop grand. Sa manipulation du temps ne les affectaient pas et son éloquence n’était pas d’une grande utilité face à certains, soit trop intelligent soit pas assez, ces mêmes bêtes qui compensaient avec leurs forces brutes ou leurs nombres.

Ekyo comptait ses qualités pour savoir dans lesquelles il allait devoir s’améliorer, il était habile et observateur, un excellent archer et son atout principal, sa chronomancie. Il était loin d’être faible, son état de vampire le rendait également plus fort qu’un simple humain. Enfaite son point faible était son manque d’expérience et de puissance dans ses qualités, ironiquement le temps l’entrainerait, son meilleur atout était donc se dont il avait le plus besoin, faisant du temps aussi son point faible…

Alors que la monotonie et les réflexions douteuses  commençaient à gagner le vampire dans la nuit, les yeux à moitiés fermés, il cru commencer à rêver éveillé puisqu’il vit dans un coin de la cabane comme un mirage se dessiner, donnant un effet de vague pour ce qui se trouvaient dans le coin. Il aurait fermé les yeux et se serait endormit… s’il n’avait pas aperçu une ombre se dessiner depuis cet étrange mirage. Ekyo se releva et se frotta les yeux, la fatigue lui jouait des tours ? Non l’ombre s’accentuait jusqu’à devenir un voile noir, un homme entouré d’une cape et d’une capuche sombre.

Ekyo se releva lentement sans quitter des yeux l’énergumène qui venait de sortir de nul par, il était désormais bien éveillé, tous ses sens en alerte. Son arc et son carquois à porter de bras, à un mètre de son lit, la cape de l’intrus pouvait cacher n’importe quel type d’arme..  
Le jeune homme avait déjà vu des personnes insensibles à sa chronomancie, il activait dorénavant sur lui-même, accélérant le temps, le rendant plus rapide. Il attrapa son arc et dégagea une flèche du carquois et l’encocha. Il ne voulait prendre aucun risque, surtout face à un inconnu aussi mystérieux. Il désactiva son pouvoir sur lui et se prépara à stopper le flux temporelle dans la cabane au moindre geste suspect, Ekyo fut le premier à parler, puisque l’autre ne semblait pas avoir de volonté avant de recevoir une flèche.

-Qui êtes-vous ? Comment êtes-vous apparu ici et pourquoi ?

L’homme encapuchonné releva la tête découvrant ainsi, non pas son visage, mais un masque asymétrique avec une bouche en V inversé, un simple rond pour l’œil droit, d’un rouge presque lumineux, l’autre côté du masque, au niveau de l’œil gauche, possédait trois fentes en diagonales. Il semblait observer Ekyo.

Une goutte perlait du front du vampire. Puisqu’il ne voulait apparemment pas parler, il en finirait rapidement. Il tira sa flèche, ce qui provoqua aucune réaction de l‘homme. La flèche traversa la pièce en une fraction de seconde et vient s’arrêter soudainement devant le masque de l’homme. Ekyo fut surpris mais relança un assaut avec son corps cette fois, l’homme pouvait avoir une sorte de bouclier, le chronomancien stoppa le sablier du temps pendant son attaque, doigts repliés, tels une lance pour transpercer son adversaire.

Ekyo fondit tel un rapace et déplia son bras au dernier moment, à ce même moment l’homme masqué bougea, comme si le temps n’avait pas d’effet sur lui, si rapidement qu’Ekyo ne vis que la cape qui s’était levée avec un geste de l’homme, se rabattre sur son flanc. La main gantée avait stoppé nette Ekyo dans son mouvement. L’homme se servis de sa deuxième main et à peine qu’il toucha la flèche en suspension du bout des doigts qu’elle disparut dans un mirage.

C’est alors que le pouvoir d’Ekyo s’annula, pour la première fois son pouvoir se désactiva sans qu’il ne le souhaite. Un sac tomba aux pieds de l’homme, il devait le tenir avant qu’Ekyo ne lui fonce dessus. La toupie repris elle aussi sa course, mais s’arrêta naturellement quelque seconde après. Le vampire essaya de bondir en arrière mais la prise de l’individu en face de lui était trop forte.

"Eh bien, jeune Ekyo. Ce n’est pas une bonne méthode d’attaquer un inconnu de face." La voix rauque et froide glaça le sang d’Ekyo, surtout à l’entente de son nom. "Tu manques cruellement de force, mais pas seulement, d’expérience aussi." Ekyo essayait de s’extirper de l’emprise, lançant une phrase, excédé.

-Tu m’apprends rien là. Comment tu connais mon nom. T’es qui ?!

"Tu n’as que le découvrir par toi-même. Tu perds trop vite ton sang-froid." L’homme masqué avait un ton plus sec et relâcha Ekyo qui recula aussitôt sans tenter quoi que ce soit de plus. L’homme s’étant mis à parler il l’écoutait, il n’avait de tout manière pas les capacités pour lui faire face.

"Guet. Récolte des informations, apprends le plus possible, sans jamais te faire prendre, fuit s’il le faut. On ne défend plus rien quand on est mort…réellement mort." L’homme ramassa le sac et le jeta aux pieds d’Ekyo et repris sur un ton plus calme. "Quoi de mieux pour se fondre dans la foule qu’un équipement adapté. Tu trouveras deux, trois tenues munies de masques. Si on te repère avec l’un, change-le."

Ekyo ne savait pas quoi penser de ce qu’il se passait, dépassé par les évènements il  regarda le sac sans bouger, de loin il contenait effectivement des vêtements, sombre pour la plupart. Pendant ce temps le mirage recommençait à flouter l’homme.

"Je reviendrai  pour t’entrainer, tu en as besoin. Et n’oublie pas.."

Il disparut, la flèche tirée par Ekyo réapparut aussitôt venant se planter sur le mur en bois.
Enfin Ekyo entendit comme un écho dans la pièce, la voix de l’homme semblait venir de partout sans être à un point précis, plongeant par la suite la pièce dans le silence.

L’information c’est le pouvoir.  




Je connais ton futur Invité.
-Votre fidèle guetteur, pour vous trahir.. #660000


Dernière édition par Ekyo le Dim 30 Avr 2017 - 15:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mohana Dharitri
Administratrice ♦ Seigneur Sylvestre ♦ Chamane

avatar

Messages : 1829
Expérience : 3052
Féminin Âge RP : 26

♦ Politique : 150
Métier : Sculptrice - Maîtresse Absolue
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Hibou de Mohana +400, v+400 ; Dissuasion : vous évite à coup sûr la prison)

Stats & équipements
Vitalité:
4088/4088  (4088/4088)
Vitesse: 1063
Dégâts: 2263

MessageSujet: Re: Demande de classe   Mer 26 Avr 2017 - 0:12

@Ekyo Tu deviens Guetteur ! Tu obtiens 90 points d'expérience bonus et 20 PO. Tu gagneras désormais 10 de vitalité, 45 de vitesse, et 5 dégâts à chaque augmentation de niveau.
Bonne observation !




RP en cours : Les Traditions kazhariennes Pire que l'eau glacée Jurassic World
Dialogues = #4ea991
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaya Luzissa
L'essence du Vide

avatar

Messages : 136
Expérience : 750
Féminin Âge RP : 22 ans

♦ Politique : 01
Métier : Chasseuse - Apprentie
Disponibilité : Disponible

Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
566/566  (566/566)
Vitesse: 117
Dégâts: 453

MessageSujet: Re: Demande de classe   Mer 26 Avr 2017 - 14:34

Une nuit de froid, où le vent soufflait sur le toit de ma maison, j’étais dans le fond de mon lit. Je rêvais. Je rêvais de ma famille, de qui j’étais réellement. Je rêvais d’une jeune femme avec une longue chevelure couleur Or. Elle m’appelait mais je ne comprenais pas ce qu’elle me disait, au bout d’un moment, je ne l’entendis plus. Je nageais dans le noir. Je suffoquais dans cet endroit qui ne me disait rien. Je suffoquais et je n’avais qu’une envie, c’était d’aller à la surface pour sentir que j’étais bien vivante. Je me réveillais à ce moment là, en sueur dans mon lit alors qu’il faisait froid et que le vent soufflait tellement fort cette nuit-là. Je transpirais et j’avais trempé les draps de mon lit. J’avais besoin de boire et de me laver un peu. Je pris de l’eau dans le seau que j’avais ramené la veille. Je me regardais dans le reflet de l’eau pour comprendre ce que j’avais rêvé. J’avais besoin de savoir et de comprendre pourquoi j’avais autant de souvenirs qui revenaient en ce moment. Je continuais de me regarder dans l’eau… Je me levais soudainement, je me lavais et je m’habillais de mon châle orange. Je pris mon arme et je décidais de partir de la maison pour un bon bout de moment.

Enfin, je ne reviendrais pas tout de suite. Une fois que j’avais remis en ordre tout la maison, je la fermais à clé. Je décidais de partir là où j’avais rencontré Leigli et Mornash. Mes premières rencontres dans ce monde. Je devais repartir dans ce lieu, sur la plage rouge. Je devais repartir dans l’océan. Il le fallait, je le devais pour arrêter de me poser des questions sur mon identité, mais aussi pour avancer dans ma vie. Je commençais en avoir plus de marre de faire des cauchemars concernant des souvenirs que je n’avais pas. Je commençais en avoir plus de ne plus dormir la nuit à cause de ces futilités qui me gâchaient la vie. Alors qu’il faisait nuit, qu’il ventait, je marchais durant toute la nuit puis pendant des semaines de marche pour arriver à la plage rouge avec ces bébés crabes géants. Beurk… Je ne les aimais toujours pas… Il me gâchait la vie dans tous les cas, à chaque fois que j’allais dans cette zone. Lorsque j’arrivais sur la plage, le soleil se couchait doucement sur l’océan, comme s’il allait se noyer dans l’eau. Les vagues de la mer atteignirent mes pieds, la sensation de l’eau sur ma peau me fit du bien. Je souris. Il fallait que je me jette à l’eau, il ne fallait pas que je perde mon temps à réfléchir. Je devais sauter. Je devais plonger dans l’eau qui allait devenir obscure prochainement. J’enlevais mon châle avant de l’enterrer dans le sable pour qu’il ne s’envole pas à mon retour sur la terre ferme. Oui je ne pensais pas que j’allais rester sous la mer. Non, j’avais pris l’habitude d’être sur la terre ferme, de travailler, de chasser, de vivre des aventures inédites. Et surtout que je ne connaissais personne là-bas.

Je respirais à fond et je m’enfonçais dans la mer doucement. Elle était froide, glaciale même, mais je me forçais à continuer et à nager. Une fois que je m’étais habituée à la température de l’eau, je mis la tête sous l’eau et je commençais mon périple. Mes branchies s’étaient ouvertes naturellement, mes pieds et mes mains palmés s’étaient ouvertes pour que je puisse bien nager. Une fois que j’étais bien habituée, je m’enfonçais dans le noir, dans l’océan obscure et sombre. Cela me faisait peur, je tremblais de peur. Qu’est que j’allais découvrir au fond ? Soudain au bout de quelques heures de nage intense, je découvris une ville : Ville sous-marine de Sitlantà. Elle était magnifique la ville sous-marine. C’était vraiment magique. Je ne me souvenais pas qu’il y avait ce genre de chose au fond de notre monde. Je me dépêchais et je recherchais des personnes qui pourraient me rencontrer. Je parlais à des Abyssaux neutre ou de la muse. Mais personne ne me reconnaissaient malheureusement.

Puis une vieille Abyssal me sauta dans les bras : «  Ma petite Talyssa ! Cela faisait des années que je te cherche dans l’océan. Et je te retrouve enfin ! » - «  Qui est Talyssa ? Mais c’est mon prénom ? » - «  Oui je t’ai reconnu car tu as une cicatrice sur la tempe. Viens allons discuter plus loin pour être tranquille. » Je la suivis en lui tenant la main doucement, mais je me disais que quelque chose n’allait pas dans ce tableau. Je la suivis en restant confiance. Alors que nous enfoncions dans l’obscurité, nous nous éloignons de la grande cité. Je ne savais pas ce qu’elle me faisait mais nous allions dans un autre endroit qui ne me plaisait pas. Soudain, je vis plusieurs personnes, plusieurs abyssaux en cercle qui m’attendaient tranquillement en me souriant. Oh merde ! Un homme assez grand et ténébreux s’approcha de moi en me prenant le menton. «  Oh je vois que tu ressembles beaucoup à ta mère… » - « Qui etes vous au juste ? » - «  Oh je suis ton père, je me nomme Arcana. Je suis ta famille, ma petite fille chéri. » - «  Mais vous n’êtes pas un Abyssal de la muse, ni neutre …  » - «  Non, bien sur, je suis de la tempête et ta mère était de la muse. » Oh mon dieu ! Qu’est que c’était cette bêtise au juste? « Ta mère n’était pas quelqu’un qui voulait de moi, donc je l’ai pris de force malheureusement. Elle était magnifique, elle savait tellement bien chanter, elle était belle et elle avait un pouvoir incroyable. Elle descendait de la lignée Mauson, l’un des douze fils et filles. Ils avaient un lien avec le premier abyssal de la tempête. Mais elle avait des pouvoirs magiques incroyables, celui d’annuler des pouvoirs, comme notre télépathie avec les animaux. Elle m’avait beaucoup intéressé et je l’aimais tellement. Tu es arrivé mais comme elle ne m’aimait pas, elle s’est échappé avec toi pour te mettre en sécurité sur la terre ferme. »

J’étais complètement abasourdie. Je ne savais pas quoi répondre. « Mais que veux tu de moi ? » - «  J’ai besoin de ton pouvoir que ta mère t’a donné à ta naissance, pour faire un coup d’état dans la grande cité sous marine. » - «  Je ne connais pas son pouvoir, et je ne veux pas t’aider dans ce projet impossible. » - «  Tu as la possibilité une ensorceleuse, tu bloques tout type de magie, c'est ce qui le rend si puissant mais tu dois te concentrer. Il me sera très utile dans mon projet … » L’homme commença à sourire puis à rire. «  Non, tu ne pourrais jamais m’avoir, je suis libre et je fais ce que je veux de ma vie. » L’homme me sourit et commença à prendre les armes pour m’avoir éternellement dans cette cité. Il commença à invoquer des créatures pour m’attraper. J’avais peur, je devais partir, je devais fuir cet homme et ce que j’étais alors. Je me disais qu’il allait me tuer, qu’il allait m’emprisonner dans la tour pour le restant de ma vie.

Alors qu’il essaya d’invoquer une grosse créature, je pus l’empêcher avec mes pouvoirs d’ensorceleuse. Il fut étonné que je puisse utiliser ce pouvoir que ma mère m’avait donné. Je me concentrais encore et encore pour qu’il ne soit plus en possibilité d’invoquer une créature pour moi. Puis, je me décidais de nager vite très vite de cette cité pour que je revoie la terre. Quelques heures plus tard, je pus voir la lune blanche et je pus respirer à l’air libre. Je me laissais à aller et je me posais sur le sable rouge pour me reposer et comprendre tout cela. Qu’est que j’allais faire maintenant ? Il fallait que je trouve des informations sur les ensorceleuses et savoir l’utiliser correctement. Je décidais de rester quelques moments pour me reposer et pour dormir un peu avec le soleil.

(Anaya devient Ensorceleuse et veut changer de titre : Ensorceleuse ==> L'essence du Vide)




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mohana Dharitri
Administratrice ♦ Seigneur Sylvestre ♦ Chamane

avatar

Messages : 1829
Expérience : 3052
Féminin Âge RP : 26

♦ Politique : 150
Métier : Sculptrice - Maîtresse Absolue
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Hibou de Mohana +400, v+400 ; Dissuasion : vous évite à coup sûr la prison)

Stats & équipements
Vitalité:
4088/4088  (4088/4088)
Vitesse: 1063
Dégâts: 2263

MessageSujet: Re: Demande de classe   Mer 26 Avr 2017 - 15:04

@Anaya Luzissa Tu deviens Ensorceleuse ! Tu gagneras désormais 10 de vitalité, 10 de vitesse, et 10 dégâts à chaque augmentation de niveau. Tu obtiens 80 points d'expérience bonus et 20 PO.
Bon règne par le "vide" !




RP en cours : Les Traditions kazhariennes Pire que l'eau glacée Jurassic World
Dialogues = #4ea991
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Songe Syrzyal
Lancière ophidienne

avatar

Messages : 576
Expérience : 1154
Féminin Âge RP : 21

♦ Politique : 16
Métier : Forgeronne d'A.- Experte
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Balor, œil-volant de Songe +150, +180)

Stats & équipements
Vitalité:
800/800  (800/800)
Vitesse: 430
Dégâts: 959

MessageSujet: Re: Demande de classe   Mar 2 Mai 2017 - 19:31

Ces derniers temps, vivre dans le marais était redevenu particulièrement difficile. Pas que ça ait été un jour simple, mais maintenant que l’été s’approchait, aux côtés des chants d’oiseaux et des plantes de plus en plus envahissantes, l’humidité et la chaleur devenaient de nouveau insupportable. Quant aux insectes, ils n’aidaient certainement pas non plus, les œufs des différentes espèces devaient avoir commencé à éclore il n’y a pas longtemps et la température les excitait, les poussant à se nourrir plus souvent, même si Naga, elle ne craignait pas tant d’eux. En fait, certainement que l’on ne s’habituait jamais vraiment aux conditions de ces lieux même après une vingtaine d’année passées à y vivre.
La nuit dernière l’avait tout particulièrement rappelé à Songe. Il avait plu pendant deux journées et deux nuits d’affilées. Si au départ, des goûtes parvenaient à passer au travers des trous –causé par le temps, mais surtout le mauvais temps et les champignons- dans les planches sales et vertes de sa cabane et qu’elle était parvenu à trouver un endroit où se placer pour ne pas être trop gênée, la pluie si violente finit par faire céder les planches en un lieu tout particulier mais qui laissa l’eau envahir tout l’endroit. La nuit et la pluie passées, trempée, elle pouvait enfin se reposer et elle sécherait assez vite, la matinée était certes toujours humide mais pas brumeuse et le soleil la réchaufferait facilement.
Quoiqu’il restait toujours la question de savoir ce qu’elle ferait maintenant qu’elle ne possédait plus de toit, ne possédant ni le savoir-faire ni l’or pour le réparer. Puis aussi précaire la baraque avait-elle toujours été, elle s’y était toujours senti bien. Quant au fait que la forge qu’elle utilisait se trouvait juste à côté et qu’il s’agissait d’un de ses plus gros gagne-pain… Ça aurait pu être un signe du destin si elle y croyait et surtout si ce dernier ne l’appréciait pas. Elle resta figée là pendant une bonne heure à tourner en rond, se demandant ce qu’elle pouvait bien faire pour finalement se décider.
Elle partira, le temps de gagner de quoi retrouver une habitation dans le marais du moins.

Elle se contenta de prendre ce qu’elle pensait qui lui serait utile, cela se résumait à une lance qu’elle était allé acheter à Endorial quelques semaines auparavant. Cela lui avait coûté tout l’or qu’elle possédait –une misérable somme pourtant- ainsi que deux dagues, armes qu’elle appréciait tout particulièrement, rien de spéciale de ce côté-là non plus. A côté, il y avait juste une armure et quelques provisions, pour deux jours si elle s’empêchait de tout manger en un repas, et encore, certaines personnes n’appelleraient même pas cela un repas…
Et plus elle s’éloignait de son habitation, puis plus tard du marais, plus les frissons qui la parcouraient étaient forts. Ce n’était certes pas la première fois qu’elle s’éloignait du marais mais cette fois était différente, elle ne comptait pas y retourner pour un long moment. Et cette idée de ne plus avoir d’attache nulle part lui plaisait, quoique l’effrayait certainement aussi un peu, c’était un peu comme ne plus avoir à rendre de comptes à quoi que ce soit –elle tenait à ce lieu à Hukutav parce que c’était-là que ses parents, décédés, l’avaient élevés et elle ne pouvait s’empêcher de rapprocher les deux-. Ce qu’elle ressentait, elle le rapprocherait de la liberté. Un mélange de joie, de peur, de petitesse et de rêves –du moins, il lui semblait les ressentir, elle avait décidé de renoncer à ses émotions il y a bien longtemps-, ses possibilités n’avaient jamais été aussi grandes !

Il lui avait ensuite fallut deux semaines pour sortir de l’ouest et entrer dans des terres bien plus arides. La chaleur ne gênait pas sa nature de serpent mais le sable sur lequel frottaient ses écailles la gênait pour avancer. Puis il y avait tous ces ennuis qu’elle ne pouvait vraiment éviter. Une dizaine de jours auparavant, elle était tombée sur deux bandits de grands chemins, même si la forêt est loin d’être un lieu privilégié par ceux de leur genre, dont elle n’avait pas eu trop de difficultés à se débarrasser, même si ça lui avait coûté une coupure relativement profonde, mais loin d’être dangereuse pour elle tant que ça ne s’infectait pas, sur la joue droite. Pour peu, elle y perdait son œil. Et sans compter toutes les autres blessures, plus minimes, mais qu’elle avait senti pendant une bonne partie du chemin. Puis il y avait tous ces monstres, rien que plus tôt dans la journée elle avait eu à faire à un requin des sables, même si plus que dur, le combat avait été ennuyant, ce dernier ne faisant que se cacher et ressurgir pour attaquer. Elle avait même bien essayé de tout simplement l’éviter, mais il continuerait de la suivre…
Et si seulement cela avait un bon côté… Certes, elle devenait plus forte et plus habile à abattre tous ces monstres mais elle préférerait aussi, de loin, n’avoir qu’à découvrir des lieux qu’elle n’avait jamais vus. Même si, ne le cachant qu’à moitié, elle adorait tout particulièrement voir ces créatures –peu importe lesquelles- et leurs tripes se séparer sous ses coups, surtout qu’elle avait fini par privilèges la puissance et la vitesse au reste (peut-être aussi parce que pour apprendre le reste, il serait plus simple de le faire avec un maître que seule au milieu du désert).
Elle avait aussi développé une image d’elle-même pendant ce voyage, elle aimait s’imaginer comme une guerrière face à la jeune Naga qui voulait se battre sans jamais vraiment être capable –elle avait tendance à être plus forte que les autres, mais face à quelqu’un d’un tant soit peu entraîné, elle n’arrivait à rien…- qu’elle était avant. Puis elle aimait de plus en plus manier la lance qu’elle avait, s’amusant à la faire tournoyer pendant ses longues balades en solitaire.
Elle ne savait toujours pas quand est-ce qu’elle rentrerait, et elle voulait rentrer. Mais elle désirait également continuer sa balade. Partagé entre un semblant de tristesse et d’espoir, mélancolique peut-être –elle n’avait pas ressenti telle chose, quoique faible, depuis un certain temps…-, elle continuait son voyage. Peut-être même aurait-elle la chance de ne pas mourir trop tôt ?


[ Songe Devient Guerrière ]
[ Elle prend également le titre de "Lancière ophidienne" ]




...........
« Rien qui ne soit un peu "aidé" n'arrivera à son terme~»
#3D9AA6
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dilon Deraborne
Administrateur ♦ Guerrier

avatar

Messages : 4435
Expérience : 3633
Masculin Âge RP : 33

♦ Politique : 147
Métier : Forgeron - Maître Absolu
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Altaïr, Pyrargue de Dilon [Emblème Gardien] +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
3008/3008  (3008/3008)
Vitesse: 385
Dégâts: 2383

MessageSujet: Re: Demande de classe   Mar 2 Mai 2017 - 22:37

@Songe Syrzyal Tu deviens Guerrière ! Tu gagneras désormais 10 de vitalité, 5 de vitesse, et 45 dégâts à chaque augmentation de niveau. Tu obtiens 85 points d'expérience bonus et 20 PO (mais les PO sont ôtées pour le rang)

Bonne baston !





:nainhache:

~Administrateur ♦️ Gardien-en-chef chez les Gardiens ♦️ Membre des Dragonniers ♦️ Rédacteur au Phénix Enchaîné ♦️ Propriétaire de la boutique L'Âme et l'art mûr~

RP1-RP2-RP3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lemondededuralas.org
Eloria
Marionnette illusoire

avatar

Messages : 174
Expérience : 906
Féminin Âge RP : 20 ans, d'apparence

♦ Politique : 35
Métier : Chasseur - Compagnonne
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Basilic +350, v+300, 150)

Stats & équipements
Vitalité:
805/805  (805/805)
Vitesse: 548
Dégâts: 493

MessageSujet: Re: Demande de classe   Dim 7 Mai 2017 - 0:22

Au Nord de Dùralas, non loin de Kastalinn, dans un cimetière reculé, l'air était lourd, d'étranges barrières d'ombres entouraient celles de fer qui délimitaient le lieu, entre les tombes, deux personnes se trouvaient face à face, l'une avec un masque et l'autre ailé. L'air était froid, la lune était pleine, le chant des corbeaux accompagnait cette nuit agitée. Les bras croisés, l'homme aux ailes noires regarda la jeune femme qu'il avait créée, le regard vide d'expression, il prit la parole :

« Eloria, tu as pu explorer quelques endroits de ce monde que je souhaite préserver, bien entendu, tu as encore beaucoup à découvrir, et cela viendra. Toutefois il est temps de se focaliser sur ton entraînement, tu seras amenée à te déplacer seule et sans mon aide. Je ne serais pas toujours derrière toi à te rattraper ou à te sauver de tes erreurs. »

Il enfila un anneau baignant dans les ombres aux lueurs sinistres de sang, le regard toujours posé sur sa création qui elle, restait parfaitement docile et à l'écoute.

« Nous allons voir ce que valent tes réflexes, je vais t'attaquer, contente toi d'esquiver ou de parer, cela suffira pour un début. »

Eloria hocha la tête, ses masques se mirent à léviter, quatre au total, sans compter celui qu'elle avait en permanence depuis sa naissance sur le visage. Harzhan fondit telle une ombre avec une lame de cette même matière, réapparaissant devant sa créature, levant son arme prêt à frapper, seulement, elle ne bougea pas d'un pouce, Harzhan fut obligé de dévier son coup qui vint se fracasser sur le sol, soulevant poussière et cailloux autour de l'impact. Agacé qu'elle n'ait même pas daignée bouger, il leva la tête, le regard sévère envers elle.

« N'as-tu pas entendu mes ordres ? Bouge, ne reste pas plantée là. »

Eloria baissa les yeux, un peu confuse, puis recula de quelques pas, alors que son maître n'attendit pas qu'elle soit assez loin pour l'attaquer de nouveau, cette fois-ci, elle esquiva le coup d'une manière étrange, comme si c'était sa propre ombre qui venait de se déplacer. Ne faisant pas spécialement attention à ce détails pour le moment, il recommença ses assauts plusieurs fois, elle esquivait, mais il voyait qu'elle ne faisait qu'obéir à son ordre, que ce geste de survie de semblait pas encore réellement bien ancrée en elle.

« Nous allons changer de méthode. Attaque moi, montre moi ce que tu peux faire. »

« Pourquoi dois-je vous.. »

« Ne discute pas, c'est un ordre, exécute-toi. »

Le métabolisme d'Eloria était confus, un certain refus naissait en elle alors qu'elle avait le plein contrôle sur ses pensées, Harzhan remarqua le manque de réaction de sa créature, il tendit donc son bras vers l'avant et se le trancha avec une lame d'ombre sortie de terre. Son sang gicla et vint corrompre la verdure sur laquelle il atterrit, sans supposer qu'elle n'était pas déjà morte, ce geste n'était pas insensé, son bras réapparut dans un mélange d'ombre et de sang, comme si rien ne s'était passé, tandis que marre de sang baignait entre le maître et la créature. Cette dernière avait le regard changé d'avant, Harzhan savait qu'elle avait une forte réaction à la vue et à l'odeur du sang, un peu comme un vampire au final, peut-être y avait-il un peu de sang de cette race au moment de son rituel pour la concevoir.

« Attaque. »

Un seul ordre suffit, le cerveau d'Eloria réagit machinalement à cet ordre inné chez elle, ses mains gantées de blanc se mirent à luire d'une lumière tangent entre le bleu et le violet foncé. Ses masques furent eux aussi imbibés de ce fluide nouveau qui habitait la créature, Harzhan restait aux aguets, guettant la moindre réaction chez celle qui avait produite. Les masques s'alignèrent en rang devant Eloria, le fluide s'élargit pour chacun d'eux pour leur créer un semblant de corps avec deux bras et deux jambes. L'illusionniste anima ses quatre patins, le premier se jeta directement sur le démon qui vint trancher son corps en deux, les deux morceaux se rejoignirent par la suite, le fluide se recréant comme étant une matière à part entière. Intéressant donc, elle pouvait manipuler sa magie, faire prendre vie partiellement à ses masques en les formant comme des marionnettes sous ses ordres, elle devait les contrôler mentalement, vu que pas une seule fois elle avait élevée la voix.

Le premier pantin recula, puis fut accompagné par un autre dans sa seconde charge, le stryge était occupé avec ces deux créatures mais il remarqua rapidement la disparition de celle qu'il avait créée, elle n'était plus en face de lui, mais il pouvait ressentir son flux non loin, derrière lui. Le coup qu'il se prit par derrière, ça pour sûr il ne s'y attendait pas, sa marionnette aux bras tranchants en forme de croissant de lune lui tailla le flanc, lui laissant d’innombrables entailles sur le corps. Pas vraiment content de s'être prit une attaque de cette envergure, il frappa avec son anneau corrompu avec pour but de régénérer son corps meurtri. Cependant, le coup atteignit bel et bien Eloria, sans que son anneau fonctionne, la créature fut projeté en arrière alors que ses masques furent immédiatement rapatriés autour d'elle une fois que son dos ait rencontré une des nombreuses pierres tombales.

« Hm.. Arrêtons un instant. »

Harzhan regarda son anneau, vérifiant qu'il n'ait pas de faille ou de brisure interne, pourtant, rien, il était en parfait état, il l'avait même utilisé ce matin et pourtant il marchait bien. Mais là, quand il avait voulu s'en servir contre sa créature, rien ne s'était passé, ses blessures n'avaient pas guéries. Sa créature était visiblement bien mystérieuse, cette dernière relevait la tête, le regard encore un peu vitreux de par le choc qui avait dut lui retourner le cerveau. Son regard de tueuse assoiffée de sang s'était dérobé, sa folie l'avait quittée, une folie qui n'avait pas du tout plus à Harzhan qui s'approcha de sa création et vint la saisir par la gorge dans la serrer, la soulevant pour la regarder dans les yeux avec un regard froid.

« La prochaine fois que tu me désobéis de la sorte, sur un coup de folie, la prochaine fois que tu me regarderas avec l’envie de t’en prendre à moi… Je te tue. »

Ses mots résonnèrent entre deux souffles de vent aussi glacial que ses paroles alors qu'il la déposa sur le sol, croisant les bras, il voulait néanmoins des réponses sur le pourquoi du comment elle avait réussi à empêcher son anneau de fonctionner correctement.

« Comment as-tu fais pour contrer cette magie corrompue ? »

Eloria eut un instant d'absence, elle regarda ses masques tombés à terre autour d'elle, ils avaient perdus la magie qui les animaient quand Eloria a été sonnée lors du choc contre la pierre. Elle n'eut pas besoin de se pencher pour les ramasser, grâce à la télékinésie, ils vinrent d'eux même se loger dans ses mains et s'empiler les uns sur les autres. Les yeux vairons de la créature s'ancrèrent dans ceux de celui qui lui avait donné la vie.

« Je ne pourrais vous répondre correctement, je n'ai fais qu'utiliser la magie, rien de plus. »

Harzhan haussa un sourcil, il est vrai qu'il avait apprit d'elle qu'elle pouvait manipuler et contrôler sa magie comme bon lui semblait, preuve avec ses masques transformés en pantins obéissant tout à l'heure. Elle pouvait également influencer ou contrôler les esprits plus faibles, son don pour les illusions et le contrôle laissa place à de nombreuses questions dans la tête de l'homme aux ailes noires.

« Bien, assez pour ce soir, rentrons, et repose toi, nous recommenceront demain. »

Le lendemain, Harzhan n'avait pas dormi, il n'en avait pas réellement besoin, il avait passé le restant de la nuit à réfléchir aux pouvoirs d'Eloria, qui elle n'avait fait que somnoler, ne trouvant pas le repos. Elle s'était levée de bonne heure, l'aurore venait tout juste de se finir et elle était partit à l'extérieur observer le lever du soleil. Harzhan sortit du laboratoire, allant jusqu'à sa créature assise, se tenant debout derrière elle, il ne comprenait pas l'étrange fascination qu'elle avait pour le cycle solaire et lunaire.

« Maître, existe t-il des gens comme moi, avec mes pouvoirs ? »

La question était sortit tout naturellement, les bras croisés, le stryge démon ne réfléchit pas longtemps, il y avait en effet aucune personne de ses connaissances avec un tel ramassis de pouvoirs de ce genre, l'illusion, la manipulation, peut-être Styx en l'occurrence pouvait être conforme à une telle description.

« Sûrement, mais il ne doit pas y en avoir beaucoup. Lève-toi, nous allons essayer de nouvelles choses aujourd’hui. »

Eloria obéit, ayant eut une réponse vague, mais elle s'en contentait, son créateur lui lança une lame de métal, fine et facilement maniable. L'illusionniste la regarda dans tous les sens sans comprendre pourquoi il lui donnait ceci, Harzhan s'expliqua juste après.

« Hier j'ai vu à quel point ta magie pouvait être surprenante, je suis satisfait de ton évolution, elle semble bien grandir. Néanmoins, j'ai cru comprendre que tu n'étais pas très mobile, le corps-à-corps reste donc ton principal handicap et il faudrait y remédier. »

Il savait comment lui parler, elle avait déjà fait preuve d'un certain rejet envers les armes trop grosses telles que des épées ou même des faux ou encore des arcs. Il lui avait choisit une simple dague pour commencer, quelque chose qui lui seyait d'avantage, il fallait vraiment qu'elle apprenne à se défendre si jamais son adversaire venait s'attaquer directement à elle, même avec ses illusions, cela pouvait s'avérer compliqué pour elle.

« Essaye de me porter un coup, mais attention, souviens toi bien de ce que je t'ai dis hier. »

Parlait-il de la menace qu'il lui avait faite ? Eloria avait bien compris que ses actions agressives envers lui ne lui avaient clairement pas plût, elle prit donc une posture un peu plus passive et ne tenta que deux-trois petits assauts à peine décisifs, Harzhan fini par la repousser en arrière, visiblement conscient que sa création n'osait vraiment plus lever la main sur lui. Cela n'était pas plus mal, il ne fallait pas qu'elle vienne à se retourner contre lui, surtout après avoir apprit qu'elle pouvait contrer son pouvoir d'absorption.

« Va t'entraîner seule avec, reviens me voir quand tu auras fait des progrès. »

Harzhan partit, la laissant seule, il fallait qu'elle se débrouille vu que les entraînements ne semblaient plus marcher comme il le souhaitait. Eloria regarda sa lame longuement, puis la laissa tomber au sol, elle vint se planter dans la terre légèrement ramollie par la pluie matinale. Elle partit du cimetière pour aller s'entraîner en forêt, sans la dague, il voulait qu'elle fasse des progrès, c'était son ordre, alors elle en ferait, mais sur son domaine de prédilection, la magie de contrôle et d'illusions.



[Eloria passe Ensorceleuse -> J'aimerai changer son titre pour "Marionnette illusoire"]







Eloria : Télépathie #331a7a
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dilon Deraborne
Administrateur ♦ Guerrier

avatar

Messages : 4435
Expérience : 3633
Masculin Âge RP : 33

♦ Politique : 147
Métier : Forgeron - Maître Absolu
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Altaïr, Pyrargue de Dilon [Emblème Gardien] +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
3008/3008  (3008/3008)
Vitesse: 385
Dégâts: 2383

MessageSujet: Re: Demande de classe   Dim 14 Mai 2017 - 21:46

@Eloria Tu deviens Ensorceleuse ! Tu gagneras désormais 10/stats à chaque augmentation de niveau, tu pourras également contrer les adversaires en leur annulant un bonus chacun. Tu obtiens 100 points d'expérience bonus et 20 PO

Bons envoûtements !





:nainhache:

~Administrateur ♦️ Gardien-en-chef chez les Gardiens ♦️ Membre des Dragonniers ♦️ Rédacteur au Phénix Enchaîné ♦️ Propriétaire de la boutique L'Âme et l'art mûr~

RP1-RP2-RP3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lemondededuralas.org
Garràn
Le Faucheur d'âmes

avatar

Messages : 1395
Expérience : 856
Masculin Âge RP : 21

♦ Politique : 14
Métier : Forgeron - Compagnon
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Assaf, Niffleuneige +100, v+150, +10% d'or sur transaction, drop, combat)

Stats & équipements
Vitalité:
675/675  (675/675)
Vitesse: 551
Dégâts: 471

MessageSujet: Re: Demande de classe   Ven 26 Mai 2017 - 21:21

Moi ? Un meurtrier ?


Le sang coulait à flot tout autour de moi, ou plutôt, tout autour de la jeune femme d’une trentaine d’année, imitant parfaitement la fontaine se trouvant sur place marchande de Stellaraë. Je ne savais absolument pas pourquoi je pensais à ce détail en la regardant, mais cela me fit doucement rire. Au final, on finit tous par mourir un jour ou l’autre, non ? Son visage se noyait dans la marre de sang qui coulait abondamment de sa poitrine. Encore une victime abusée et désemparée de ce monde sordide et sans scrupule. Je n’avais fait là que mon devoir de concitoyen ! Non, j’avais simplement rempli ma mission auprès d’un généreux donateur. Une bourse à la forme généreuse contre le sang écarlate de la jeune donzelle. Et son mari qui versait toutes les larmes de son corps en me maudissant de toute son âme. Ce n’était que bêtise et stupidité que de croire aux malédictions et à la justice. La seule justice est celle que l’on conçoit, celle que l’on prend à bout de bras pour faire abattre sa sentence.

Veuf – Maudit sois-tu ! Assassin ! Meurtrier !

Garràn – Assassin ? Pourquoi pas ?

Ma lame se planta sans modération dans le flanc du jeune insolent. Je pouvais sentir ma lame découper délicatement la tendre chair de cet homme qui, malheureusement pour lui, avait la langue bien pendu. Sa femme était décédée devant ses yeux et il n’avait pas bougé le petit doigt ? Qu’à cela ne tienne, je l’enverrai rejoindre sa bien aimée dans l'au-delà!

A plus veuf – Arghh … Tu me le paieras …

Garràn - Si tu m’attends bien sagement dans le royaume des morts, peut-être que tu pourras te racheter et encore, ma destination finale ne sera certainement pas au même endroit que toi.

Il était inutile de continuer la discussion. Ce n’était plus qu’un morbide monologue. Une victime de plus. Une personne lambda qui venait de quitter ce monde, si triste, si mélancolique. Pourquoi avais-je pensé à cette fontaine tout à l’heure ? A oui ! Il fait soif par ici, non ? Je vais aller m’hydrater à grande tasse d’hydromel !





Artisan de La forge ensablée

Disponibilité :

Rp : Combat de poids plumes - La zombitarte à la crême
Arène : Place libre - Shatki Vhahweyar -Aryana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dilon Deraborne
Administrateur ♦ Guerrier

avatar

Messages : 4435
Expérience : 3633
Masculin Âge RP : 33

♦ Politique : 147
Métier : Forgeron - Maître Absolu
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Altaïr, Pyrargue de Dilon [Emblème Gardien] +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
3008/3008  (3008/3008)
Vitesse: 385
Dégâts: 2383

MessageSujet: Re: Demande de classe   Ven 26 Mai 2017 - 22:35

@Garràn : toutes mes félicitations, tu deviens Assassin ! Je te modifie ton rang, et désormais, tu gagneras 10 de vitalité/niveau, 25 dégâts, 25 vitesse. Tu gagnes également 60 points d'expérience bonus et 20 PO.

Bons contrats !





:nainhache:

~Administrateur ♦️ Gardien-en-chef chez les Gardiens ♦️ Membre des Dragonniers ♦️ Rédacteur au Phénix Enchaîné ♦️ Propriétaire de la boutique L'Âme et l'art mûr~

RP1-RP2-RP3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lemondededuralas.org
Dhnymos
Voleur

avatar

Messages : 123
Expérience : 767
Masculin Âge RP : 29

♦ Politique : 01
Métier : Chasseur - Compagnon
Disponibilité : Absent (autre)

Titres:
 

(Fée d'Olorin +100, v+150)

Stats & équipements
Vitalité:
320/320  (320/320)
Vitesse: 295
Dégâts: 465

MessageSujet: Re: Demande de classe   Sam 27 Mai 2017 - 19:45

"Au voleur ! Il m'a pris ma bourse ! L'enfoiré !"

Dhnymos, le sourire aux lèvres, courait désormais dans la ville de kaastalinn esquivant les gardes qui tentaient de l'attraper. Il les esquivait un par un, feintant chacun pour continuer sa route, mais alors que les portes de sorties kaastalinnoises étaient enfin en vue cinq gardes bloquaient le chemin lui bouchant complètement le passage. Contraint, il changea de direction et passa dans une ruelle, un cul de sac à vrai dire, de chaque côté se trouvait des façades de maison. Mais nous avons affaire à un elfe, qui plus est, agile. Il escalada la façade qui se trouvait à sa droite, prenant comme appuie les briques mals placés et les appuies de fenêtre. Il finit par rentrer dans une des maisons par la fenêtre, les lieux y étaient luxueux : Moquette, nappe de table en tissu bleu, argenterie.

"Hé ! C'est classe ici !"

"HIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !!"

Une servante venait d'entrer dans la salle, terrifier par l'elfe, elle avait fait tomber toute la porcelaine qu'elle allait mettre sur la table. Dhnymos fit les gros yeux essayant de calmer la jeune fille mais, en vain. Les propriétaires finirent par arriver, un vieil homme et sa femme.

"Qu'est ce que vous faites ici ?!"

BOUM BOUM BOUM "Laissez nous entrer, un fugitif se cache surement dans se batiment !"

L'elfe s'élança d'un coup poussant le vieil homme au passage, il venait de traverser tout le bâtiment de long en large, traversant toutes les pièces plus luxueuses les une que les autres. A chaque pas il salissait un peu plus la moquette qui tapissait le sol. Enfin il trouva une autre fenêtre par laquelle s'enfuir, glissant le long d'une gouttière, il se retrouva une nouvelle fois en train de fuir la garde au sol. Ca y est il commençait enfin à les semer, retenu par la foule dense de kaastalinn, ils hurlaient, sur le jeune elfe pour l'arrêter. Sûr de lui, il se mit à ralentir la cadence pour simplement trottiner. Au détour d'une ruelle, sans faire attention, il percuta le cul terreux qu'il venait tout juste de voler, les deux tombèrent sur les fesses. Le paysan releva les yeux, prit une grande inspiration en pointant du doigt Dhnymos.

"GARDES ! Au voleur !"
"Tu pouvais pas juste la ferm..."

Un choque sur la tête provoqué par le manche d'une épée l'assoma, ne lui laissant pas le temps de terminer sa phrase.
Le réveil était rude, allongé sur quelque chose de dur, il eut du mal à ouvrir ses yeux, sa vision était d'abord flou mais, quelques minutes lui suffirent pour s'accommoder de plus, sa tête lui faisait horriblement mal. Il prit du temps avant de pouvoir se redresser, de toute évidence il avait fini au cachot... Encore... Allongé sur le sol, la mince paillasse qui se trouvait en dessous de lui le gratter plus qu'autre chose. La salle était sombre et humide, les murs recouverts d'une vieille roche moisie. Des bruits de pas métallisés l'interrompirent durant son étrange contemplation du cachot.
Trois gardes s'arrêtèrent devant les barreaux de la porte. L'un d'eux sav ança et ouvrit la porte.

"Toi, tu viens avec nous."

Avait il laché sèchement. L'elfe se releva s'approchant prudemment des hommes, l'un d'eux le saisit par le bras puis lui mis des fers aux mains. Ils l'emmenèrent dans un espèce de tribunal où les criminels de pacotille y étaient jugés. Un homme bien vêtu, un parchemin énonçait au juge, qui se trouvait légèrement surélevé derrière un comptoir, la nature des crimes que chacun avait commis. Il pausait quelques questions avant de directement juger les accusés.

"Suivant !" cria non chalament l'homme "Vol à la tire, effraction dans un domicile privé et tentative de fuite..."

Le vieille homme qui servait de juge, se pencha.

"Bien... Comment t'appelles tu ?"
"Dhnymos, m'sieur !"
"Quelles sont donc les raisons pour lesquelles tu as fait tout cela ?"
"Vous savez les temps sont dur et l'argent manque..."
"Et que fais tu dans la vie ?"
"Voleur !" Avait il dit le sourire aux lèvres.

Le juge se redressa sur son fauteuil, brandit son marteau avant de l'abattre.

"Une semaine de cachot !"
"Q-quoi ? Non attendez vous pouvez pas faire ça !"

Deux hommes l'attrapèrent par les bras l'emmenant dans ce qui allait être sa nouvelle demeure pour une semaine...





[HRP~~ Désolé pour l'arc en ciel j'ai fait intervenir trop de personnages...]





«Fais gaffe à tes poches l'ami...»

Dialogue Dhnymos #ff6600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Demande de classe   

Revenir en haut Aller en bas
 

Demande de classe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

 Sujets similaires

-
» Demande de classe
» Demande de rang spéciaux
» Victoire Repugnante de la classe politique traditionnelle
» Haiti a la recherche de sa classe moyenne
» [Demande de recrutement] Valaraukar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Accueil :: Organisation :: Bureau des réclamations-