Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Uma
Le Monde de Dùralas a précisément 1425 jours !
Dùralas, le Lun 25 Sep 2017 - 0:54
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !

Partagez | 
 

 Choix d'une faction

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
Songe Syrzyal
Lancière ophidienne

avatar

Messages : 576
Expérience : 1154
Féminin Âge RP : 21

♦ Politique : 16
Métier : Forgeronne d'A.- Experte
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Balor, œil-volant de Songe +150, +180)

Stats & équipements
Vitalité:
800/800  (800/800)
Vitesse: 430
Dégâts: 959

MessageSujet: Re: Choix d'une faction   Mar 2 Mai 2017 - 20:55

Elle qui avait souhaité se perdre en Dùralas y était parvenue mais seulement pour un seul mois. Bien vite, son errance dans le désert et à l’est la ramena sur la Red Sun Belt qu’elle ne connaissait par parfaitement, mais bien assez pour savoir où elle devrait se diriger pour rejoindre la plage, le delta ou, davantage intéressant pour elle, le marais. Elle ne l’avait pas fait consciemment mais elle commençait également à manquer le lieu dans lequel elle avait passé la majeure partie de sa vie. Peut-être que cela marquait la fin de son premier voyage, vrai voyage. Penser à arrêter celui-ci la rendait mélancolique –paradoxalement, c’était la pensée d’Hukutav qui lui faisait sentir ça au début de son aventure- mais imaginer pouvoir retourner chez elle la rendait également plus sereine.
Avant, elle avait tout de même décidé de passer par la plage qu’elle n’avait pas vue depuis encore plus longtemps. Elle aimait s’y rendre, d’une part parce que le lieu était inhabité et particulièrement reposant pour celle qui tenait tant à son autonomie et sa solitude, sans pour autant la souhaiter en permanence, juste qu’elle l’aimait beaucoup, mais aussi parce que le temps y était plutôt clément pour les Nagas. Le sable était bien plus fin et plus simple à parcourir, le soleil y était également souvent et pouvoir se retrouver dans une eau claire était plaisant, notamment pour elle qui était un serpent dont la race vivait auprès des cours d’eau, quoique la mer s’en différenciait tout de même un peu.

Au moment où elle parvint aux lieux, le soleil disparaissait déjà au loin. Le ciel avait pris des tons aussi éloignés que pouvaient l’être le bleu et l’orange, passant par le jaune, le rose et le blanc des nuages. Comme souvent, personne ne s’y trouvait et elle en profita pour s’y reposer. Enroulant sa queue sur elle-même pour la transformer en chaise écaillé géante, elle regardait la mer, les yeux à moitié fermés, emportée par la fatigue et enivré par l’absence de stress, pour une fois. Mais n’ayant pas visiblement pas été assez calme, quelqu’un avait dû se rendre compte de sa présence et on l’appelait de derrière des roches, à quelques mètres d’elle. Au début, feignante, elle ne prit pas la peine de s’y rendre mais plus le temps passait, plus la voix criait. Des appels à l’aide dont elle n’avait que faire. Elle viendrait, mais pas pour aider, juste pour faire taire la personne. Saisissant l’une de ses dague, elle s’approcha nonchalamment pour se retrouver face à un abyssal dont les jambes n’étaient certainement pas habituellement comme ça, elle formait une espèce de « N », on aurait presque dit qu’il avait trois articulations et Songe ne pouvait s’empêcher de sourire –plus amusée par cette blessure improbable que par un quelconque élan sadique-.
L’abyssal fut dans un premier temps rassuré, jusqu’à ce qu’elle lève son poignard au-dessus de sa tête, il se mit alors à la supplier de ne pas la tuer, mais ça, elle s’en fichait. C’est lorsqu’il lui promit de nombreuses pièces d’or qu’elle arrêta son coup.
"Continue…", Et ce qu’il disait la rendait de plus en plus impatiente. Un trésor caché dans l’ancienne ville de Fata-Morgana. Celui d’un pirate d’il y a bien longtemps, qu’il aura caché là-bas. L’abyssal ne lui en dit cependant pas plus, déjà bien content de vivre un peu longtemps. Quant à Songe, n’ayant aucune connaissance en médecine, se contenta de le prendre sur elle –il était vraiment léger, à peine plus que ses os ne devaient peser, c’est à peine s’il avait de la peau. Depuis combien de temps était-il là ?-.

C’est donc ensemble qu’ils continuèrent leur chemin. L’abyssal semblant connaître le chemin, il ne faudrait pas plus que quelques jours pour y arriver. Sur le chemin, celui-ci en raconta également plus à son sujet. S’il s’était retrouvé dans un tel état, c’était parce qu’il aurait été attaqué à propos de son trésor. Faut-il aussi dire qu’il aura été bien imbécile de se vanter de la carte qu’il aura trouvée dans une vieille bibliothèque dans plusieurs bars Dùralassiens, ce qui attira bien entendu bon nombre de convoitises. D’après lui, ceux qui l’auraient attaqué serait de la Congrégation de l’Ombre, un nom qui disait vaguement quelque chose à Songe mais elle ne prêtait pas non plus grande attention à ce qu’il lui disait. Jusqu’à ce qu’il parle de l’emplacement du trésor. Maintenant, elle pourrait se débarrasser de lui.
Et quel meilleur moyen pour cela que la rencontre avec deux basilics. Des créatures stupidement horribles mais qu’elle connaissait très dangereuses aussi. Et seule, elle ne serait pas allé plus loin. Alors, elle leur jeta l’Abyssal qui la suppliait de le sauver, pleurant et déversant d’autres fluides plus sales sur le sol alors que les créatures ayant déjà commencé à le figer lui arrachaient déjà un œil pour lequel elle se battait. Tout ça, Songe le regardait le plus loin possible en tournant la tête alors qu’elle fuyait. Elle n’accordait aucune importance aux gens et se contenta de se diriger vers le trésor.
Trésor qu’elle ne trouva pas une fois arrivé. Par contre, elle y rencontrait un homme recouvert d’un long habit blanc –pour le protéger du soleil et le garder de la température du désert- qui l’interpella.
"Hey ! Tu es aussi de la C.O. ? Je croise pas des Nagas ici tous les jours !" -elle détestait discuter avec des humains, mais elle y trouverait peut-être un intérêt, certainement pas dans l’humain mais dans la discussion- "Non. Mais Sais-tu s’il y avait bien un trésor ici ?, l’humain semblait surpris, Quoi, toi, pas de la C.O. ? Ahah, pourtant, quand t’as j’té l’Abyssal aux basilics, j’ai rarement vu aussi déterminé !, il continuait de crier, à vrai dire, il se trouvaient tout deux assez loin l’un de l’autre. La Naga au sol, l’humain posé sur un mur en ruine, à cinq mètres environ, également en hauteur, Ma question…, elle était énervée, et plus elle parlerait avec ces créatures immondes, plus elle le serait…, Ah, ouaip ! On l’a ramené tout à l’heure. Un type avait un contrat sur l’Abyssal et voulait certainement le trésor. Alors double-jeu double récompense ! Ahahaha ! - Ah…T’aurais vu leur tronches quand on les a tabassé ! Tout de même surpris que l’Abyssalope… Hahahaha !, riait-il sérieusement à une si mauvais blague ?, La congrégation rapporte bien en or ?Mouais, pas trop mal si t’es bon ! Les Nagas ont aucun mal à y rentrer aussi tu sais, surtout vu c’que t’as fait tout à l’heure hahahaha ! Sinan, j’me suis toujours dit avec vous autres, c’dommage que vous ayez cette queue d’serpent. Votre haut est jamais trop mal ahahaha !"Il devenait particulièrement gênant, quoiqu’il ne semblait pas savoir que les Nagas pouvaient prendre apparence humain pour un certain temps. Tant mieux se disait Songe. Elle se disait aussi qu’elle le tuerait bien, mais elle ne pourrait jamais l’atteindre…- "Une dernière question, quand on y rentre, on y gagne tôt ?"….

L’homme lui expliqua rapidement, résumant la démarche à atteindre Lédéhi, une maison isolée, en vie. Il lui avait également indiqué une direction. Par chance, il n’avait d’une part pas menti –elle ne pouvait se résoudre à faire confiance à un humain- et d’autre part, elle n’avait rencontré aucune embûche sur le trajet-.
Dès qu’elle passa le pas d’une porte impressionnante, tout lui sembla se passer très vite… Des rencontres, pas trop de difficultés à en faire partie –Autant par son moral que sa nature de Naga-, des rencontres plus ou moins heureuses (et malheureuses pour les rencontrés…).
Et au final, Songe ne changea pas tellement. C’était aussi peut-être pour cela qu’elle y était rentré telle qu’elle était, parfaite pour l’endroit. Et même si elle ne s’attachait pas particulièrement à la Congrégation de l’Ombre elle-même, ses intérêts en son sein étaient bien assez grands pour y rester sans y faire trop de grabuge. Elle était peut-être même plutôt un membre positif, seulement attirée par les perspectives de richesse, elle ne poserait jamais son regard sur le pouvoir.
Puis au moins, maintenant, elle a une raison de laisser Hukutav attendre un peu plus longtemps !
~

[ Songe Rejoint la "Congrégation de l'Ombre" ]




...........
« Rien qui ne soit un peu "aidé" n'arrivera à son terme~»
#3D9AA6
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dilon Deraborne
Administrateur ♦ Guerrier

avatar

Messages : 4386
Expérience : 3590
Masculin Âge RP : 33

♦ Politique : 147
Métier : Forgeron - Maître Absolu
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Altaïr, Pyrargue de Dilon [Emblème Gardien] +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
2998/2998  (2998/2998)
Vitesse: 380
Dégâts: 2338

MessageSujet: Re: Choix d'une faction   Mar 2 Mai 2017 - 22:38

@Songe Syrzyal : tu fais désormais partie de la Congrégation de l'Ombre. N'hésite pas à aller te présenter dans ton QG, ici. Tu remportes également 10 points de faction bonus





:nainhache:

~Administrateur ♦️ Gardien-en-chef chez les Gardiens ♦️ Membre des Dragonniers ♦️ Rédacteur au Phénix Enchaîné ♦️ Propriétaire de la boutique L'Âme et l'art mûr~

RP1-RP2-RP3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lemondededuralas.org
Alphonse Galhaad
Stellar-Man

avatar

Messages : 209
Expérience : 1664
♦ Politique : 31
Métier : Mineur - Maître Absolu
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(F.A.U.V.E, G.O.L.E.M d'Alphonse +360, 150, v+290)

Stats & équipements
Vitalité:
2965/2965  (2965/2965)
Vitesse: 365
Dégâts: 1455

MessageSujet: Re: Choix d'une faction   Jeu 11 Mai 2017 - 20:05

Mes douleurs ne m'élançaient plus autant qu'avant, grâce à la rencontre avec de nouveaux guérisseurs. Longtemps, le "Juge Inflexible" avait sévit au sein d'une faction dont je ne partageais pas bon nombre de traits ; violence gratuite, meurtres, j'endurais ceux-ci pour Styx, mais ceci mis à part, je n'aimais pas les personnes d'ici.

Comme un écho à mes pensées, une escouade passa devant moi, composée essentiellement de nouvelles recrues venant des contrées de l'Ouest.
Je secouais la tête, franchissais quelques couloirs et me retrouvais dans le Bureau de l'Ombre. Styx m'attendait, pipe à la bouche, un regard comme à son habitude malicieux.


- Ah, prends place. Fit-il désignant le fauteuil où je m'enfonçais. L'odeur boisée de la fumée m'emplissait les narines et même si je ne fumais pas, les effets ne tardèrent pas à se manifester chez moi. Je planais face à un psychopathe notoire à qui j'allais annoncer mon départ. Chouette.
- Styx, je dois te... Il agita la main.
- Me faire un travail, ça va faire des lustres que t'as rien fait Alphouille la nouille. Donc, voilà le topo ; Une nouvelle race s'est pointée ici, je suis curieux, tu vas kidnapper quelqu'un, je le dissèque, l'or pleut, tout fini bien.
- Mais avant je veux te dire quelque chose. S'il te plaît, écoute-moi. Dans le calme. Je tentais d'apparaître comme calme, mais la fumée m'avait totalement happé si bien que la peur commençait à me gagner. Le visage de mon ami, faisant des allers-retours entre les brumes, n'aidait pas au tableau ; un sourire docile l'ornait.
- Oui ?
- J'aimerais... m'en aller de Lédéhi. Couper les ponts avec la Congrégation. Je sais que c'est abrupte, mais les gens ici... la constante violence... je suis un soldat, pas un mercenaire et les idéaux en lesquels je crois ne sont pas ici. Navré... tu.. ne dis rien ? J'avais baissé la tête le temps de parler, et lorsque je la relevais en fin de phrase, je m'attendais à une quelconque expression du clown. Mais son sourire demeurait. Encore un peu d'adrénaline, chouette.
- Chevalier Alphonse, vous avez un devoir envers mon nom. Votre allégeance. J'allais répondre lorsque... Mais j'imagine que les amis servent à ça. Au détriment de mes devoirs, je ne m'oppose pas à ton départ, mon frère. Vas, et marche à l'ombre, mais si tu as quelques affaires à régler ici tu peux rester le temps d'accomplir ces choses.
- Eh bien... non. Je.. c'est un peu soudain, même pour moi... je... m'en vais ?
- T'attends-tu à ce que je retienne ? Ah... allons, ce n'est pas mon genre. Je peux te faire un câlin, si tu veux. Le temps que j'atteigne la porte, il y eut le déclic d'un fusil. Je le reconnaissais car le mien avait le même. Merde, il allait me tuer, je me retournais le poing levé et... Hé, du clame... Tu avais oublié de le reprendre, je te le rends. Je soupirais en m'excusant, puis un peu honteux, quittait les lieux pour me diriger vers la sortie où j'avais déjà fait arranger une charrue en direction de Stellarae.

Dehors, le soleil brillait légèrement, dissimulé derrière d'épais nuages d'un blanc coton. C'en était extrêmement agréable, d'autant que le vent, par ici chaud, était modéré, le parfait équilibre entre bien-être et naturel. J'inspirais en ouvrant la grande porte, et avançait d'un pas décidé vers le véhicule.

Avant de m'y glisser, je jetais un regard vers le Manoir. Styx... Lachlan, mon ami, merci. Les autres... on recroisera le fer, je compte bien tâter de votre talent plus tard.

Lorsque je fus juste à côté du conducteur, je lui intimais de prendre la route, avant que je ne change d'avis. Les au revoir m'étaient en effet assez difficile, et je préférais ne pas tarder à prendre mes décisions, alors roulons !
Mais ils ne me répondit pas. Son regard était hagard, et sa bouche, entrouverte laissait perler un fin filet de bave.


- J'ai vraiment cru me sortir d'ici sans soucis. Le temps que je ne bouge, je dus également arrêté le bras du cocher possédé qui essayait de me planter un surin dans l'armure.

Je brisais le bras de l'homme, et lui décochait un coup de pied avant de rouler au sol. Une déflagration souffla la charrue qui se retourna et faillit m'écraser. Heureusement, elle se plaça en abri juste devant moi, et je me plaçais dos à elle. Mon fusil ?!
Un peu plus loin, l'arme me toisa d'un léger reflet solaire.


Derrière moi, je distinguais clairement le rire de Styx et le bruit de trois autres voix. Furtivement, au travers d'une fêlure dans le bois du véhicule en partie calciné, je guettais la scène ; l'Ombre, entouré de 3 assassins en tenue de recrue, un magie et deux guerriers, souriait follement. Les sbires autour de lui, le regard vide, attendaient les ordres ; de la possession à nouveau.


- Désolé. J'ai changé d'avis, les gars, allez le chercher. D'un ordre, les pantins s'agitèrent, tandis que le magicien levait la charrue au-dessus du sol, les guerriers se lancèrent en avant, épée dégainée.


Plus question de fuir.
Je prenais mon pistolame en roulant sur le côté et tirait en me relevant, l'un des combattants, le plus petit, s'étala au sol, sans bruit.


- Relâche-les, si tu veux te battre faisons-le ! Criais-je, aux prises avec l'autre des assassins qui de son sabre essayait de m'empaler. Alors que j'appliquais une force considérable à parer sa lame, je tombais en avant, il avait relâché ses muscles. Non pas par décision tactique, mais parce que mon défi avait été accepté.

Le mage cessa également ses sorts pour tomber à genoux, Styx le dégagea de sa route d'un coup de pied.


- Attention à ce que tu désire, mon garçon. Le temps d'arriver au pied des escaliers de l'entrée du manoir, une troupe d'observateurs s'était formée derrière nous. J'y distinguais Yuli, qui me tira la langue. Sale gosse.

D'un geste vif, Lachlan projeta une carte dans les airs avant de foncer vers moi, le bras tendu et où je distinguais une lame. Je réussis à parer sa main armée, mais alors que je maintenant ma garde (il avait une force énorme, pour sa corpulence !) il rattrapait la carte projetée qui s'était changée en épée.
La douleur me fit hurler.

Il m'avait planté à hauteur des intestins, et le temps que je recule, en me tordant de douleur, le pied de l'arlequin m'envoyait en arrière alors qu'il retirait son épée.
La douleur me fit de nouveau hurler.

J'étais au sol, et bien que je fus en état de bouger, je sentais un profond désespoir m'envahir. Mon ennemi était ben trop puissant. Je roulais néanmoins sur le côté, et me redressait, allant toujours de l'arrière.
L'arlequin m'observait, en nettoyant d'un petit mouchoir blanc la lame teintée de sang. Il claqua sa langue sur ses dents deux fois, et finalement leva un regard navré sur moi.


- Ancien général de la Congrégation ?! Je devrais vraiment vous faire passer des test d'admission. Au moins, j'aurais qui contacter pour payer vos funérailles.

Il se lança de nouveau en avant, brandissant l'épée plus haut au dessus de sa tête. Je profitais de cette erreur pour lui décocher un coup de poing, et projetait son corps en arrière. Il tomba en un bruit sourd, et je le crus assommé car il resta un bon moment au sol. Mais, quand je commençais à espérer le meilleur, une chaleur épaisse m'envahis la poitrine.

J'avais un énorme trou, allant du début de la gorge jusqu'aux poumons. Instantanément, je perdis usage de mes membres et m'écroulais au sol. Le Styx allongé s'évapora en une odeur boisé, comme celle de la pipe qu'il fumait. Une illusion.
Mais ce sortilège n'en était pas un, et bientôt ma vision se brouilla.


J'eus beaucoup de pensées lors d'un épais noir qui avait envahit tout mes sens. C'était un moment, rétrospectivement, assez agréable. Je pus comprendre ce qui m'avait poussé à défier l'homme qui m'avait tué, bien plus que je pouvais expliquer ce qui m'avait pousser à partir. Ce qui m'avait réellement énervé, c'était qu'il se soit servi de l'esprit de ces nouveaux venus. Il les avait tué, pour mener un combat déloyal, simplement parce que ça l'amusait. Un acte qui m'ôtait toute compassion... ah que de bonnes intentions, mais l'enfer en est pavé.
N'est-ce pas ?


Noyau connecté, professeur.

Qu'est-ce que ?

Mais n'étais-je pas mort ? Mes yeux s'ouvrent sur un toit en paille, et une odeur de crottin, une ferme ! J'essaye de bouger un bras, afin de me relever, mais retombe sèchement sur le côté et je roule dans la boue.


- Oh bordel, j'ai pas enclenché le reste du corps ! Suis-je bête ! Milly, vas-y ! Une voix dure et rauque ; d'orque. La petite voix qui m'avait accueillie, reprit, faussement assurée :
- Euh oui, tout de suite !

Je peux de nouveau bouger, et me relève précipitamment. Autour de moi, la ferme est aménagée d'une drôle de façon ; dans un coin se tenait une machine technophile, que je reconnaissais bien de l'atelier de BaldorHeim, mais tout autour étaient disposés de drôles de conteneurs, d'où émanaient une lumière bleue.

Un vieil homme et une fille d'une vingtaine d'années tout au plus, tous deux vêtus de tabliers de forge, venaient compléter l'improbable tableau. Je les regardais un moment, et m'apprêtais à leur demander leur identité, lorsque j'aperçus le dos de l'une de mes mains ; cuivrée. Ce n'était pas mon armure.
Qu'est-ce que ?

Probablement en constatant mon désarroi, le vieil homme commença ;


- Calmez-vous Monsieur Galhaad... nous avons juste effectué... quelques... modifications sur votre armure ? Vos organes internes étaient fichus, et votre armure endommagée, il a fallut tout reconstruire !
- Qu'est-ce que... ? MA VOIX ! Ma voix est différente ! Mais je peux parler sans interruption ceci dit... ! Qui êtes-vous, je suis quoi exactement et bordel je suis pas mort ?

On discuta longuement ce jour-là.  Erargu', Technophile Orque, et son assistante Milly étaient tombés sur moi après mon combat. Officiellement, ils travaillaient pour la Congrégation, mais ils ne partageaient avec eux uniquement la liberté accordée par la faction. Ils m'avaient donc récupéré et emmené quelques lieux plus loin, dans le laboratoire expérimental d'Erargu afin de me "reconstruire".

Afin de ce faire, ils avaient employés deux techniques ; l'une étant la magie bleue d'Erargu, et l'autre la magie de guérison de Milly, qui combinées, avaient permis à mon corps de retrouver la vie en un savant mélange de rouages et de chaire.
Un bon point de cet événement était qu'ils avaient reconstruit mon visage, si bien que j'ôtais pour la première fois depuis ce qui me semblait être mon heaume, et respirait longuement. Ensuite, j'attrapais une mouche qui volait par là, et la gobait.

Je passais les prochaines semaines en compagnie des deux chercheurs, qui chaque jour veillaientt au maintient de mon armure, un modèle de G.O.L.E.M. nouvelle génération avec propulseurs à vapeur et lasers intégrés (récupérés de mon pistolame, notamment). Erargu était un homme solitaire, à qui la vie avait ôté le plus jeune de ses fils à la guerre, et Milly, une elfe fascinée par la recherche qui dû abandonner les siens, puisqu'ils ne l'auraient jamais laissée tranquille, voyant en elle une épouse plutôt qu'une docteur.

J'étais très touché par ces deux êtres qui avaient œuvré sur moi, mais surtout pour moi. Mais par dessus tout, j'étais officiellement libre. Styx me croyait mort, et ça, c'était une lettre de noblesse royale en direction d'une existence paisible.
Sauf que je n'en avais pas envie.

La vision de ces 3 recrues vidées de leurs âmes pour servir de pantins de combat ne me quittait pas, et alors que je m'entrainais régulièrement à maîtriser ma nouvelle armure (enfin mon corps, enfin un mélange des deux), toutes les forces que je déployais étaient dans l'optique que plus jamais pareille action ne se présente devant moi.
Pour sûr, j'avais été imparfait de mon côté, mais jamais de façon futile, toujours par conviction, car là réside la différence entre le bien et le mal.  

Un jour, alors que je revenais d'une promenade dans les bois environnants -j'avais appris que l'on résidait près de Sylfaën- le vieil orque eut une requête à me soumettre.


- Alphonse, mon ami, l'heure est grave. L'une de nos alliés, une Djölfulin, celle-là même qui était recherchée par la Congrégation, est en danger. Nous avons reçu un hiboux annonçant qu'elle avait été enlevée et que ses ravisseurs la menaient au travers du désert de Harena. Allez-y, je vous en prie, et libérez-la. C'est une personne qui m'a beaucoup aidé dans le passé... s'il vous plaît.

On ne m'avais jamais demandé de service jusqu'à aujourd'hui. Constatais-je avec banalité, sans m'affliger de l'amertume qui pouvait être sous-jacente à pareille formulation. J'avais suivi des ordres, mais cela me convenait, jusqu'ici, être simplement un soldat, un bon soldat, et un tacticien brillant me suffisait. Peut-être... parce que je ne connaissais pas la valeur de la charité ? Ce foutu bon sentiment qui vous prend tout le corps comme une amante Ishtarienne, caressant votre cœur d'un doigt délicat. La valeur de ceci m'était jusqu'ici inconnue.
Mais en ce moment même, alors que ce vieillard me demandait soutien, je ressentais toute l'étendue de sa détresse, et lorsque j'ouvris mon casque, un sourire déterminé ornais mes traits.


- Sur le champ, l'ami.

Utilisant les bottes à hydrocarbures, auxquelles on avait ajouté un système de turbines à vapeur reliées à une réserve d'eau située à l'arrière de mon armure, je pouvais "voler". (Pas plus de quelques mètres, mais la vitesse à l'horizontal était impressionnante) J'arrivais par ce biais dans le désert avant que le soleil ne se couche.
Et, en empruntant les routes de la Congrégation que je connaissais très bien, il ne me fallut pas plus d'une heure supplémentaire pour retrouver le convoi. Ils détenaient la Djöfulin dans une cage, solidement gardée par deux malabars tandis que trois éclaireurs ouvraient la route. Je me dissimulais derrière un grand rocher et attendait que leurs bruits de pas ne se rapproche.

Lorsqu'ils furent juste en dessous de ma cachette, je jetais une grenade à énergie bleue et fonçait dans la mêlée, brûlant l'un des assassins par la vapeur qui surgissait de mes paumes.


- Mais qui es-tu ?! Grogna l'un des assassins.
- Je suis... Merde, je ne pouvais pas dévoiler mon identité, Styx me pensait mort. Mon regard se déporta sur l'horizon. Vite. Là-bas ! Stellarae ! Stellar...
- Stellar ?
- Oui ! Stellar... Mon regard chercha de nouveau de quoi aider ma réflexion, et je vis "propriété de Milly MAN" inscrit sur mon bras gauche, en lettres dorées....

JE SUIS STELLAR-MAN, HERAULT DE JUSTICE !

- Oh Stellar-Man, vous êtes si vaillant ! Murmura la captive, à laquelle je répondais par un clin d’œil avant de me rendre compte que j'avais mon casque.

Le temps que je ne finisse d'achever les kidnappeurs, à l'aide de mes poings de justice, je sus que j'étais sur le droit chemin. Je souriais bêtement, porté par des idées qui me faisaient du bien, entouré de gens qui m'aidaient, et que je défendais en retour. Et ce fut ainsi que Milly, Laoïa la Djöfulin, et Erargu' me poussèrent à rejoindre les Gardiens.

Je racontais toute mon histoire dans une lettre, remise en main propre aux appartements de Sieur Dougal Keane, (dans laquelle je m'excusais également d'avoir essayé de le tuer durant la Guerre) et exprimant mon souhait d'intégrer ses hommes.
J'attendais sa réponse avec hâte et inquiétude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Juge
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 3328
Expérience : 11849
Féminin Disponibilité : Disponible


MessageSujet: Re: Choix d'une faction   Sam 13 Mai 2017 - 2:58

Après moults débats tu es accepté chez les Gardiens Tout content . Tu gagnes également 10 points de faction mais tu perds tes potions de poison !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eloria
Marionnette illusoire

avatar

Messages : 174
Expérience : 906
Féminin Âge RP : 20 ans, d'apparence

♦ Politique : 35
Métier : Chasseur - Compagnonne
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Basilic +350, v+300, 150)

Stats & équipements
Vitalité:
805/805  (805/805)
Vitesse: 548
Dégâts: 493

MessageSujet: Re: Choix d'une faction   Mer 17 Mai 2017 - 17:47

Malgré le moult débat qu'elle avait eut avec son créateur, sur le sujet de si oui ou non il la laisserait repartir voyager seule, Eloria était quand même décidée à vouloir explorer Dùralas, elle était faible encore, ses pouvoirs commençaient seulement à se développer, mais elle restait un esprit insouciant d'enfant qui découvre le monde dans le corps d'une jeune femme.
La jeune créature était partie du Nord et marchait plein Sud, ne sachant pas réellement où elle allait, elle tomberait bien sur quelque chose en chemin. Ses pas la guidèrent vers le Centre de Dùralas, vers le Désert de Harena, jamais encore elle n'avait fait face à un climat chaud et sec comme celui-ci, pourtant, le point positif était que, grâce à son insensibilité physique, le froid ou le chaud lui était inconnu.

Elle arriva à Stellaraë alors que le soleil était encore au zénith, la ville lui paru presque plus animée et vivante qu'à Kastalinn, alors que pourtant les humains semblaient parfois souffrir de la haute température, cela n'empêchait la ville de battre et pulser comme un coeur. Les êtres vivants étaient le sang, les ruelles les veines, Eloria se demandait où se trouvait le coeur de cette ville, comment était-elle régie ? Cette nouvelle impulsion vivifiante faisait changer l'humeur macabre habituelle de la jeune fille, jeune fille qui avait d'ailleurs pris soin d'adopter un visage juste avant d'entrer en ville.

Une apparence et un visage nouveau, une qu'elle aimait tout particulièrement, car elle représentait apparemment assez bien ce qu'elle pouvait être, si sous son masque, elle avait un visage, ça serait probablement celui qu'elle venait de prendre à l'instant. Une jeune femme en armure, au regard déterminé, les cheveux dans le vent.

(Attention l'image est grande):
 

C'est sous cette apparence illusoire qu'on la voyait, que les personnes la dévisageaient, elle n'y faisait pas attention. Arrivant sur le place marchande, elle fut attiré par des bruits d'enfants, visiblement joyeux de regarder d'étranges poupées de chiffon être maniées par une personne cachée par un décor de bois peint. Elle s'approcha pour venir regarder la fin du théâtre de marionnettes, les enfants applaudissant le jeune homme avant de s'éparpiller un à un pour aller rejoindre des adultes.

Arrivant à la hauteur du marionnettiste, elle remarqua qu'il portait un masque, qui ressemblait presque trait pour trait à celui qu'elle portait depuis sa naissance, même s'il était fait dans une matière qui semblait moins solide, les tracés noirs étaient eux aussi moins élégants que ceux sur le masque d'origine. Curieuse de savoir pourquoi il portait ce masque, elle lui posa la question, élevant ses mots à voix haute, ouvrant la bouche comme si elle parlait réellement.
L'homme retira le masque à cette question, il était âgé visiblement vu ses traits tirés et sa peau fripée, il n'avait plus que quelques cheveux gris sur le crâne.

"Je porte ce masque en souvenir de la femme qui jouait ici, à l'époque où je n'étais qu'un enfant."

Eloria réfléchit, quelqu'un avec son masque vivait donc ici avant qu'elle ne naisse ? Il est vrai qu'elle n'avait qu'elle n'avait jamais posé la question à son créateur, mais d'où venait son masque ? Était-elle née ici ? Dans cette ville des sables ? Peut-être que son masque venait d'ici, peut-être que son ancienne propriétaire vivait donc ici, mais qui était-elle ? Eloria demanda plus amples informations du vieil homme qui lui raconta que très peu de choses, faute de souvenirs. Il se souvenait d'une femme masquée qu'à son époque les autres enfants et lui appelait "La Dame aux Masques".

Quand elle était en ville, elle faisait jouer ses masques dans un étrange théâtre de marionnettes qu'elle maniait à la perfection, un geste divertissant pour les enfants, mais aussi pour elle, cela semblait être une femme douée pour ce genre de chose. Eloria apprit également que cette femme était sûrement morte, vu qu'elle avait déjà dépassé la vingtaine la dernière fois où il l'avait vu, quittant ce vieil homme après ça, tout en le remerciant de son histoire, la créature réfléchit aux informations qu'elle venait d'avoir.
Ses pas l'avaient guidés ici, à tout hasard, peut-être que ça n'en était pas.

La nuit tomba lentement sur la capitale humaine, les foyers s'allumaient, les commerces se fermaient petit à petit, le coeur pulsait toujours, mais moins rapidement, il veillait sur sa ville. Eloria qui n'avait aucune idée de quoi faire à une pareille, après son errance durant toute l'après-midi, elle s'était assise sur une des remparts de la ville, regardant au loin les quelques palmiers. Son esprit perturbé par sa rencontre, elle était pourtant née dans le Nord, près de Kastalinn et pourtant, elle avait eut des informations sur la personne qui avait pu posséder son masque avant qu'elle ne vienne au monde.

Tant de questions se bousculaient dans son crâne, des questions auxquelles elle n'avait pas forcément de réponses dans l'immédiat, ses réflexions furent d'ailleurs momentanément interrompues par des bruits derrière elle, des pas de courses, des tintements métalliques ainsi que des voix fortes et portantes qui disaient

"Arrête-toi ! C'est un ordre !"

Assise, les jambes pendantes dans le vide, elle se pencha en arrière pour observer deux hommes en armures qui courraient après un autre, bien plus rapide et plus léger, caché sous une cape, le visage masqué. Eloria se souvenait de ce genre de scène, elle l'avait déjà vue à Kastalinn et de mémoire, ce n'était pas forcément une bonne chose. Le brigand escaladait la surface de sable solide des remparts, étant apparemment bien trop concentré par ses poursuivants qu'il cherchait à semer pour remarquer Eloria, assise juste en haut.

La scène était presque amusante, quand le voleur arriva en haut, il tomba nez à nez avec Eloria, il resta inerte, de marbre, amenant sa main à son arme pour essayer d'en finir vite avec cette femme en armure, car oui, Eloria ne cessait de refléter cette illusion depuis son arrivée en ville. Un peu trop long cependant pour prendre une décision, la jeune créature avait déjà prit possession de son esprit, un simple contrôle mental qui suffit pour calmer cet homme et lui faire ranger son arme. Elle l'attrapa par la capuche, se levant donc de sa position qu'elle commençait à trouver confortable et agréable une fois la nuit tombée.

Elle descendit des murailles en un saut, atterrissant lourdement dans un bruit métallique à cause de l'armure illusoire, même si pour elle, le saut avait paru bien plus léger. Ses illusions prenaient de l'ampleur sur la réalité, et c'était ce qu'elle désirait. Les gardes, d'abord sur la défensive, regardèrent intrigués l'homme inconscient que tenait Eloria, elle leur tendit, comme si ce n'était qu'un vulgaire sac à patates ou une monnaie d'échange.

"Tenez, il cherchait à s'enfuir."

Les Gardiens restaient suspicieux vis-à-vis d'Eloria, ils ne l'avaient jamais vu ici, mais ils l'invitèrent à les accompagner pour qu'elle puisse aussi faire par de son aide lors de cette capture de malfrat qui courrait les rues de la capitale. Sur le chemin, elle posa d'ailleurs des questions aux deux gardes de la ville, sachant qu'il y avait aussi une garde à Kastalinn que son maître lui avait décrite comme étant La Milice. Ici, à Stellaraë, ils s'appelaient les Gardiens, protecteurs de cette cité et du Roi.

La jeune créature ne connaissait pas encore ce monde des factions, même si son créateur lui avait vaguement décrit le principe global d'une faction, il en existait apparemment plusieurs. Cette nuit, une porte d'entrée chez les Gardiens s'était ouverte à elle, son désir d'en apprendre plus ne lui fit pas refuser cette offre qu'on lui proposait, que dirait son créateur quand il saurait cela ? Elle n'y avait même pas pensée, son esprit était concentré sur ce qu'elle était, surtout qui elle était et à qui son masque avait pu être avant ?
C'est donc sous le nom d'Eloria, avec son image illusoire à laquelle elle commençait à prendre goût plutôt que son apparence basique, qu'elle arriva chez ceux qu'on appelait les Gardiens.







Eloria : Télépathie #331a7a
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dilon Deraborne
Administrateur ♦ Guerrier

avatar

Messages : 4386
Expérience : 3590
Masculin Âge RP : 33

♦ Politique : 147
Métier : Forgeron - Maître Absolu
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Altaïr, Pyrargue de Dilon [Emblème Gardien] +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
2998/2998  (2998/2998)
Vitesse: 380
Dégâts: 2338

MessageSujet: Re: Choix d'une faction   Mer 17 Mai 2017 - 23:52

Choix étonnant ! Surpris

@Eloria : tu fais désormais partie des Gardiens. N'hésite pas à aller te présenter dans ton QG, ici. Tu remportes également 10 points politique





:nainhache:

~Administrateur ♦️ Gardien-en-chef chez les Gardiens ♦️ Membre des Dragonniers ♦️ Rédacteur au Phénix Enchaîné ♦️ Propriétaire de la boutique L'Âme et l'art mûr~

RP1-RP2-RP3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lemondededuralas.org
Garràn
Le Faucheur d'âmes

avatar

Messages : 1395
Expérience : 856
Masculin Âge RP : 21

♦ Politique : 14
Métier : Forgeron - Compagnon
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Assaf, Niffleuneige +100, v+150, +10% d'or sur transaction, drop, combat)

Stats & équipements
Vitalité:
675/675  (675/675)
Vitesse: 551
Dégâts: 471

MessageSujet: Re: Choix d'une faction   Ven 26 Mai 2017 - 20:50

Assassin en vadrouille

Je n’avais toujours pas résolu les mystères de mon passé, n’ayant pas avancé d’un pouce depuis ces douze dernière années. De plus en plus frustré à chaque fois que je croisais un individu quelconque avec qui je discutais. Cela faisait bien longtemps que je m’étais rendu copte que je n’étais pas aussi méchant et aussi sinistre que je devrais l’être, surtout de par mes origines ! Étant un Stryge Noir, je me devais de faire respecter la loi du plus fort, de ne rien faire gratuitement, de ne faire confiance qu’à soit même et de toujours travailler dans l’ombre, malheureusement ce n’était pas toujours le cas. Je m’étais déjà surpris à aider bon nombre de personne, même si je trouvais ces relations plus utiles pour servir mes intérêts que par pure relation amical, hormis peut-être ma rencontre avec une certaine vampirette à Kastalinn. Malgré cela, je m’étais fixé des objectifs et je comptais bien les atteindre, quoi qu’il m’en coûte ! Je me faisais déjà un peu d’argent grâce aux annonces publiques proposé sur les diverses places marchandes ou encore dans les tavernes sombres des grandes villes. Informateur ou contrat, la somme d’argent au final était la même, de quoi me servir une pinte d’hydromel en fin de mission et une petite chambre pour quelques jours accompagnés de quelques repas. Rien de bien glorieux, rien d’exceptionnel.

Mais en y repensant, à ces objectifs, il y avait peut-être un moyen que j’accomplisse mon premier projet, celui de dépasser une certaine personne, un certain Stryge. Notre première rencontre, même si celle-ci avait bien failli être la dernière, m’avait permis d’en apprendre plus sur une certaine organisation. Trop peu pour en déduire les modalités d’accès ou encore moins pour prendre contact, mais il avait tout de même fait allusion à des contrats d’assassinat rapportant gros, c’est du moins ce que j’en avais retenu. Des contrats discrets me permettant à la fois de me forger une identité plus adéquate avec ce que je pensais être une identité de Stryge noir et de me faire régulièrement de l’argent, en bonne quantité en plus. C’est alors que commença ma quête afin de trouver cette fameuse organisation travaillant dans l’ombre. Et le meilleur moyen d’en apprendre plus à ce sujet était de laisser l’oreille par-ci par là dans les tavernes et auberges.

C’est donc au canari jaune de Stellaraë que je me rendis pour écouter les discussions des voyageurs, mercenaires et gardes du coin pour en apprendre plus sur ce groupe de l’ombre. Mais penser qu’un informateur me révèlerait quoi que ce soit sur une telle organisation, c’était presque impossible. Nan, C’était impossible. Mais la patience était l’une de mes vertus, ce qui accentuait ma différence avec mes semblables…. Pourtant, au bout du dix-septième jour, ma patience fut récompensée ! Plutôt que de chercher un informateur qui me donnerait des indications, j’avais simplement écouté une conversation entre deux humains au fond de la taverne. Il s’agissait là d’une complication du contrat de l’un de ses hommes. L’un d’eux avait fait mention de la C.O. Visiblement, l’assassin ne savait plus quoi faire et allait amèrement regretter d’avoir pris ce contrat. Un faible qui s’était embarqué dans une affaire qui le dépassait… Certainement un homme désespéré. Son informateur le menaçait en faisant allusion à une certaine ombre. Bien que je ne compris que la moitié de leur discussion, j’avais deviné que, dans tout les cas, l’assassin allait mourir. J’allais tout simplement le remplacer et ainsi intégrer cette organisation à la place de cet incapable.

Je me levai et allai m’asseoir tranquillement à côté de l’assassin. Celui-ci fut surpris pendant un instant puis, sa tête commença à basculer en avant. Je la retins doucement pour ne pas éveiller de soupçon et la posai sur la table. Je retirai la lame que je venais de lui planter dans le cœur et l’essuyais sur sa chemise sombre. Il avait bien choisi ses vêtements !

Garràn – Je vais prendre la relève si cela vous convient. J’aimerais faire plus ample connaissance avec la C.O …

Informateur - Je pense que tu viens de me montrer ta détermination et ta valeur. Je te confie donc la suite du contrat. Il griffonna quelque chose sur un bon de papier déchiré et me le tendis. Ta cible sera la petite fille du maréchal De Beaulieu.

Garràn –Enjeux politiques ?

Informateur – Tu comprends vite, mais sache qu’à l’avenir, il ne faudra pas poser de question, tu es là simplement pour remplir tes contrats, pas pour discuter de ce genre de broutilles.

Garràn – Et pour la fin de mission ?

Informateur – Dans les terres du Sud, tu iras. La demeure isolée tu chercheras…

Sur ces mots, il leva son coude et finis sa chope d’une traite avant de la reposer brutalement sur la table. J’en fis autant et laissai le corps inerte de l’assassin sur la banquette. Je n’avais plus qu’à me mettre en route vers la bourgade, dans les quartiers Est de la ville de Stellaraë, maison des « De Beaulieu ». J’attendis la nuit tombée pour me faufiler à l’intérieur et me rendre au chevet de la petite demoiselle. Le précédant assassin avait peut-être renoncé à lui faire du mal à cause de son jeune âge et à sa gueule d’ange, mais malheureusement pour elle, cette fois-ci, ce n’était pas un de ces faibles humains qui s’en prenaient à sa vie, mais un Stryge Noir sans cœur. Je n’attendis pas une seconde pour dissocier la tête de la petite fille de son corps, je l’emballais dans les draps de sa couchette et la déposais dans la petite sacoche qui se trouvait près du lit et je repartis comme j’étais entré.

Maintenant, il me faudrait trouver cette maison isolée dans les terres du Sud, certainement ces terres désolées, infesté de monstre en tout genre. Et durant une vingtaine de jours, j’errai dans ces terres dévasté par le temps et l’environnement arides pour tomber finalement sur une immense bâtisse, aux premiers abords, totalement abandonnée. Mais en passant le pas de la porte, la dite demeure isolée était remplie de vie, de mercenaire, d’assassin, de Naga, d’humain et de je-ne-sais-quoi d’autres. Cela me rappelait plus ou moins l’hôtel des ventes de Stellaraë à la différence prêt qu’ici, le commerce et les contrats proposés étaient illégaux, mais qu’importe, la richesse était là ma seule motivation accompagnée d’un certain dépassement de soi ! Une cible que j’avais définitivement inscrite sur mon tableau de chasse, par conséquent, je me devais d’être toujours plus fort. Je me renseignai quant à la récompense et au dépôt de mon contrat. Rien de bien méchant, on me demanda simplement une signature. Maintenant, ma soif de richesse me guidera vers de nouvelles destinations, toujours en quête de puissance…





Artisan de La forge ensablée

Disponibilité :

Rp : Combat de poids plumes - La zombitarte à la crême
Arène : Place libre - Shatki Vhahweyar -Aryana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dragoholt Campbell
Chevalier Errant

avatar

Messages : 256
Expérience : 1779
Masculin Âge RP : 27 ans

♦ Politique : 00
Métier : Forgeron d'A. - Maître
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Hydro Cyno +150, v+150, Régénère si -25% de la vie)

Stats & équipements
Vitalité:
1441/1441  (1441/1441)
Vitesse: 392
Dégâts: 795

MessageSujet: Re: Choix d'une faction   Ven 26 Mai 2017 - 22:17

Depuis le temps, tous les principaux intéressés sont déjà au courant, mais je pense qu'il est grand temps que ça devienne officiel : Dragoholt quitte les Kazhariens.

Bonne chance à eux pour la suite de leurs aventures, je leur souhaite de belles randonnées dans les Baldors Tout content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dilon Deraborne
Administrateur ♦ Guerrier

avatar

Messages : 4386
Expérience : 3590
Masculin Âge RP : 33

♦ Politique : 147
Métier : Forgeron - Maître Absolu
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Altaïr, Pyrargue de Dilon [Emblème Gardien] +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
2998/2998  (2998/2998)
Vitesse: 380
Dégâts: 2338

MessageSujet: Re: Choix d'une faction   Sam 27 Mai 2017 - 3:25

@Garràn : tu fais désormais partie de la Congrégation de l'Ombre. N'hésite pas à aller te présenter dans ton QG, ici. Tu remportes également 10 points de faction bonus

---

@Dragoholt Campbell : Tu es donc exclu des Kazhariens.





:nainhache:

~Administrateur ♦️ Gardien-en-chef chez les Gardiens ♦️ Membre des Dragonniers ♦️ Rédacteur au Phénix Enchaîné ♦️ Propriétaire de la boutique L'Âme et l'art mûr~

RP1-RP2-RP3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lemondededuralas.org
Elderion Slavantis
Guérisseur

avatar

Messages : 217
Expérience : 691
Masculin Âge RP : 39

♦ Politique : 13
Métier : Chasseur - Compagnon
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Autruche +80, v+50)

Stats & équipements
Vitalité:
615/615  (615/615)
Vitesse: 302
Dégâts: 129

MessageSujet: Re: Choix d'une faction   Jeu 6 Juil 2017 - 11:55

Elderion s’était remis de son expérience au sanctuaire. Il avait été poignardé ce jour-là par sa propre mère. Ne pensez surtout pas qu’elle eut tenté de l’assassiner, non et bien au contraire même. Il en était ressorti changé à jamais, il le sentait au plus profond de lui-même. Au seuil de la mort, Elslevia lui avait transféré l’énergie vitale d’un pauvre animal pour le guérir de ses blessures. C’est ainsi qu’elle lui avait insufflé ce pouvoir de guérison.

Cet héritage appartenait à ses ancêtres. Depuis l’apparition du Grand Basilic, sa famille avait toujours porté la bannière du serpent blanc, symbole de renouveau et de guérison. Depuis toujours il cherchait à suivre la volonté du Basilic par la destruction et la violence. Cependant, sa mère lui avait dès l’enfance inculqué certaines valeurs qui à ce jour déterminait sa propre volonté. La destruction n’existait que pour le renouvellement. Enfant, ces mots-là n’avaient que très peu de sens. En grandissant, il arrivait à comprendre les enjeux primordiaux et agissait d’une bonne volonté qui ne faisait que renforcer sa foi. Mais ce jour-là au sanctuaire, sa vision changea définitivement. Il comprit réellement ce que ces paroles pouvaient signifier et quelle mission sa famille accomplissait depuis des générations. Seule la destruction permettait le renouvellement ce qui signifiait qu’il y avait toujours un sacrifice à faire.

Notre Naga n’était pas de ceux qui s’attardait à l’autel pour commettre des sacrifices. Il considérait que ses actes comptaient bien plus que ses offrandes. Une fois encore, il saisissait l’importance d’une telle cérémonie. Cela revenait à prendre une vie, à bouleverser l’existence. Depuis ce jour au sanctuaire, il avait acquis ce don divin de puiser la vie, de détruire pour soigner. Il avait la capacité de modifier le cours de l’existence des êtres qui l’entouraient pour reconstruire par sa propre volonté. Ainsi, il pouvait maintenant guérir en puisant la vie qui l’entourait. Ce n’était pas un don qu’il usait à mauvais escient, seulement en cas de nécessité et lorsqu’il estimait que cela allait en faveur à la fois de sa propre volonté, mais aussi celle du Basilic. D’une certaine façon, sa volonté se fondait dans celle de son Dieu.

Pour parfaire son initiation et poursuivre ses desseins familiaux, il fut envoyé aux ruines de Fata-Morgana. C’était un lieu saint où l’on venait pour se recueillir. Il y a bien longtemps c’était à cet endroit précisément que le Basilic fit son apparition et réduisit en cendres cette cité autrefois prospère. Son pèlerinage consistait donc à s’y rendre et prier.

C’est ainsi que le Naga se retrouva à arpenter les ruines. D’une ondulation lente, il parcourait ces terres désolées en observant tout autour de lui. Son regard se portait sur chaque détail environnant. C’était ici même qu’un jour le Grand Basilic s’était réveillé. C’était ici qu’il avait mis en œuvre toute sa volonté et c’était finalement ici que le destin du monde avait basculé. Tout son peuple prit la relève ainsi que sa propre famille qui agissait dans un but plus particulier qu’il poursuivait désormais de tout son être.

Il chercha un endroit où la présence divine se faisait la plus intense. Il ressentait une forte chaleur qui caressait sa poitrine, c’était l’expression de sa foi la plus passionnée. Il était comme envouté, entrainé dans une transe qui le réjouissait. Il finit par s’arrêter et fermer les yeux, ressentant ainsi des sensations à la fois inédites et toutes puissantes. Enfin, il se prépara à faire ce qu’il ne faisait que rarement. Il se défit de son sac-à-dos et le posa au sol. C’est alors que la peau de sa queue commença à s’effriter. Elle se mit à blanchir dangereusement vite et quelques morceaux commencèrent à se détacher. Aussi vite que ce phénomène était apparu, il perdit soudainement l’usage de sa queue. Il s’effondra sur le sol, soulevant un nuage de poussières, prestige du passé. Le bas de son corps semblait être comme mort ! Il y eut un craquement et une toute nouvelle sensation le saisit tout à coup. Il sentait ses jambes. A l’aide de ses bras, il glissa hors de sa mue, rependant une substance visqueuse tout autour de lui. Il rampa jusqu’à sortir complètement de son enveloppe, tout essoufflé par cet effort. Sa queue était maintenant toute aplatie et desséchée juste à côté de lui. Aussi bien fasciné qu’effrayé par ses propres jambes, il les caressa de ses mains. Il remua ensuite ses pieds tout en faisant jouer ses orteils.

Une fois ses jambes moins ankylosées, il se redressa et se mit difficilement debout. Il donnait l’impression d’être ivre tant il penchait de tous les côtés. Il parvenait bien difficilement à rester sur ses deux nouvelles jambes. Parfois, l’une d’elles finissait par céder et chavirer dangereusement d’un côté. Au bout d’un certain temps, il réussit néanmoins à rester bien droit. Ce n’est qu’alors qu’il récupéra dans son sac un pantalon qu’il enfila. Celui-ci ne lui servait qu’occasionnellement pour ne pas dire jamais. Il n’avait pas l’habitude de se couvrir ainsi, mais parmi les humains la coutume voulait qu’on cache cette partie-là. Il se mit alors à faire quelques pas, laissant derrière sa mue comme une offrande à ces lieux saints.

Une ombre au loin se déplaçait, le troublant dans son recueillement. Après quelques instants d’observation, il découvrit un homme qui courrait, les bras chargés de tout et de rien. Au loin apparût une autre silhouette qui pourchassait cet homme. Elderion regardait cette scène, envahi par un sentiment de haine et de violence. Un voleur osait bafouer les ruines. Il osait bafouer ce lieu saint, offensant par conséquent le Grand Basilic. Il tremblait tant sa colère gagnait en puissance.

Le voleur ne le vit pas tout de suite. Il courrait dans sa direction se souciant plus de son traqueur que de lui. Difficilement, il se mit en marche et alla à sa rencontre. Ce dernier courrait le regard porté au-dessus de son épaule. Il ne vit donc pas Elderion qui lui barrait son chemin et le percuta de plein fouet. Le Naga manquant d’équilibre fut projeté en arrière, ne parvenant pas à rester debout. Il eut comme un goût de sang dans la bouche. Sur le coup, le voleur chuta avec lui répandant son butin tout autour de lui. Il se redressa rapidement, fixant Elderion avec des yeux ronds.

« T’es qui toi ? Tu fous quoi là ? »

Il commençait déjà à ramasser ses richesses que le Naga se redressa. De son pied nu, il plaqua le poignet de cet homme au sol. Ce dernier lui jeta un regard assassin, l’avertissant qu’il ne rigolait pas. Cependant, Elderion n’avait pas envie de rire non plus. Il libéra donc la main de ce profanateur, suscitant un sourire chez ce dernier qui jubilait de son autorité. Mais Elderion, d’un grand coup puissant, lui marcha sur le coude qui sur le coup émit un craquement sonore. Son coude avait maintenant une drôle de posture. Il était plié de l’intérieur tandis qu’un os ressortait, libérant un flot de sang. Dans un hurlement, l’homme s’écroula dans un hurlement effroyable.

« AAah ! Mais t’es pas bien, tu m’as pété le bras ! »

Son regard avait perdu de son assurance et ne reflétait que douleur et frayeur. Elderion récupéra sa dague et la glissa à son cou. Il se pencha à son oreille et lui chuchota :

« Tu dois mourir, tu as osé profaner ces lieux. »

Et à ces mots, il lui trancha la gorge. Du sang gicla tout autour de lui, imbibant le sol asséché qui ne réclamait que ça. Le Naga ne fut pas épargné pour autant, il ferma les yeux lorsqu’il fut éclaboussé. Il se sentit libre, libéré de ce sentiment haine qui s’était emparé de lui. Il avait maintenant l’impression d’avoir rétabli l’ordre. D’autant plus que ses derniers sacrifices remontaient à loin, voilà qui était maintenant fait. Son pèlerinage avait été bien plus capital qu’il ne l’avait pensé.

Quand il rouvrit les yeux, il vit l’homme détroussé se mettre à fuir en hurlant. Il se mit à courir une nouvelle fois, mais dans la direction opposée. Tandis qu’il le suivait des yeux, il sentit une main se poser sur son épaule. Il ne manifesta pas la moindre émotion ni même la moindre surprise, pourtant son cœur sembla rater un battement. Il se releva, se retourna et fit face à un nouvel inconnu qui le fixait en souriant.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dilon Deraborne
Administrateur ♦ Guerrier

avatar

Messages : 4386
Expérience : 3590
Masculin Âge RP : 33

♦ Politique : 147
Métier : Forgeron - Maître Absolu
Disponibilité : Disponible

Titres:
 

(Altaïr, Pyrargue de Dilon [Emblème Gardien] +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
2998/2998  (2998/2998)
Vitesse: 380
Dégâts: 2338

MessageSujet: Re: Choix d'une faction   Ven 7 Juil 2017 - 17:06

@Elderion Slavantis : tu fais désormais partie de la Congrégation de l'Ombre. N'hésite pas à aller te présenter dans ton QG, ici. Tu remportes également 10 points de faction bonus





:nainhache:

~Administrateur ♦️ Gardien-en-chef chez les Gardiens ♦️ Membre des Dragonniers ♦️ Rédacteur au Phénix Enchaîné ♦️ Propriétaire de la boutique L'Âme et l'art mûr~

RP1-RP2-RP3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lemondededuralas.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Choix d'une faction   

Revenir en haut Aller en bas
 

Choix d'une faction

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

 Sujets similaires

-
» Choix d'une faction
» Sénateur Anacacis; entre l'échec et les mauvais choix du peuple haitien
» Je fais mon choix, je vais supporter .....le 28 Novembre
» Choix de Sponsors #2
» Le choix des semis-elfes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Accueil :: Organisation :: Bureau des réclamations-