AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Jasper Rausal
Le Monde de Dùralas a précisément 1873 jours !
Dùralas, le Dim 16 Déc - 13:31
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !

Partagez | 
 

 Choix d'une faction

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
AuteurMessage
Le Juge
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 4550
Expérience : 15436
Féminin

MessageSujet: Re: Choix d'une faction   Lun 26 Mar - 3:13

@Thorek Sveresson : tu fais désormais partie des Kazhariens. N'hésite pas à aller te présenter dans ton QG, ici. Tu remportes également 10 points de faction bonus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baldwin Nuussian
Maître d'armes

avatar

Messages : 241
Expérience : 1503
Masculin Âge RP : 22 ans

Politique : 87
Métier : Forgeron - Apprenti
Titres:
 

(Athear, hippogriffe de Baldwin +250, v+250)

Stats & équipements
Vitalité:
1163/1163  (1163/1163)
Vitesse: 344
Dégâts: 1203

MessageSujet: Re: Choix d'une faction   Mar 8 Mai - 20:37

Spoiler:
 

Vous pouvez lire les prémices de ce rp ici, puis ici




       Le moment arrivait !

       Après trois semaines d’entraînements quasi journaliers auprès du maître d'armes vétéran, San Betlay, il était temps de changer de coin. Baldwin avait adoré ces sessions. Ces blessures n'étaient plus qu'un lointain souvenir, et il apprenait vite. En d'autres termes, il était en meilleur forme que jamais, ces objectifs clairs, et le chemin tracé. C'était donc de bon matin, le soleil commençant à peine à se lever, qu'il souhaita une bonne continuation à Ruthvid Gundwald, le gérant de l'auberge dans laquelle il avait dormi tout ce temps, avant de quitter son établissement. Trois mois environ qu'il y vivait, déjà … Il se doutait que sa bonne nourriture et son lit douillet risqueraient de lui manquer après y avoir été habitué aussi longtemps, mais ça ne lui fera pas de mal, et il repassera à l'occasion ! Car bien sur, c'était à Kastalinn qu'il apprenait la forge avec Halln, et il reviendra de ce fait assez régulièrement sur place.

       Sa destination : Stellaraë. Pour commencer, il s'était rendu à l'entrée de la ville. Là, assez à l'écart de la route le long de la muraille, ce qui faisait que l'on ne voyait pas ça au premier coup d’œil, se trouvait une grande installation : un groupe de transport à dos de wyvernes. San, qui connaissait bien la chose, lui avait expliqué que chaque grande ville du continent était reliée par ce réseau aérien, ce qui permettait de les rejoindre en un rien de temps, moyennant quelques pièces d'or, ce qui l'arrangeait beaucoup car il lui tardait d'y arriver. L'heure matinale faisait que peu de monde était présent, il ne devrait donc pas avoir à attendre son tour. Le temps quant à lui, bien que maussade, lui promettait normalement d'effectuer un trajet agréable.

       Débarquant sur les lieux, délimité par un mur en rondins, le stryge s'arrêta quelques minutes pour observer, avant de continuer. L'entrée se faisait par un grand bâtiment en bois, seul point d'accès, dans lequel il paya la modique somme nécessaire à son vol, lui permettant de passer les imposants Nordiques armés jusqu'aux dents qui gardaient et surveillaient les quelques gens présents. À la sortie, de l'autre côté, de grandes zones planes et vides délimitées par des cordages servaient visiblement de pistes d'atterrissage et d'envol pour leurs montures. Le tout était indiqué par des panneaux çà et là pour guider les voyageurs. Plus loin se trouvaient une bonne dizaine d'enclos, dans lesquels certains étaient occupés par une wyverne se reposant. Les wyvernes … Le maître d'armes ne pouvait s'empêcher de les regarder tout en suivant les indications le conduisant à la zone d'envol qui lui avait été donné … Ces créatures étaient très proches des dragons, des sortes de cousines éloignées, qui n'avaient bien sur ni leur taille, ni leur puissance, ni leur noblesse. Ce qui les différenciait également, c'était que leurs pattes avant étaient aussi leurs ailes. Originaires principalement de la mystérieuse Wystéria, celles-ci avaient dû être capturées très jeunes, voire dans l’œuf, pour ensuite être dressées et servir ainsi. Cette organisation était carrée et très efficace, il ne pouvait que le constater … et en faire l'essai !


       Personne devant, parfait ! Il avait hâte de faire son baptême de l'air ! Peu de temps après, l'homme qui allait le conduire à bon port arriva, équipé d'une armure en cuir épais de la tête aux pieds, et tenant par la bride son gros lézard docile qui le suivait tranquillement. Ce dernier avait également quelques protections, notamment sur la tête et les côtés, recouvrants sans doute au passage les fameuses épines empoisonnées de façon à ne courir aucun risque. Une grande selle deux places étaient attachée à son dos, un morceau de bois horizontal au milieu. La bête obéissant sans problème, elle se fit placer au centre de l'aire, puis l'humain se présenta au jeune oiseau :

       « - Bonjour monsieur ! Je m'appelle Valnir, à vot' service ! Alors, où voulez-vous vous envoler ? J'peux vous conduire à toutes les plus grandes villes du continent, Endorial, Stellaraë, Baldorheim, et même à Ishtar ! On pourrait n'pas le croire, mais ils ont arrangé une p'tite zone avec deux/trois wyvernes là-bas, pas très loin du village !

       - Bonjour ! Enchanté, moi c'est Baldwin. Je souhaiterais aller à Stellaraë, je vous prie !

       - Haaaaa, la capitale humaine ! C'est partis ! »

       D'un mouvement de bride accompagné de quelques claquements de langue, l'animal se baissa pour les laisser monter sur son dos. Valnir passa en premier, s'installa tranquillement, puis invita Baldwin à en faire de même, en lui donnant quelques conseils et consignes dans la foulée.

       « - Allez-y, montez derrière, monsieur Baldwin ! Prenez l'temps d'vous mettre à l'aise, et agrippez-vous bien à la poignée entre nous ! Vous pouvez attacher votre lance sur le côté, il y a ce qu'il faut pour la maintenir fermement. Ha, et surtout, qu'il n'vous passe pas par la tête de passer vos mains d'sous les plaques de cuir, à moins qu'vous vouliez finir empoisonné ! Bon, j'ai toujours quelques antidotes sur moi, mais c'est mieux quand tout s'passe bien ! Alors, si j'me souviens bien, dans quatre heures au maximum nous s'ront arrivé !

       - C'est noté, merci ! »

       Il ne pouvait s'empêcher de sourire par amusement en l'écoutant. Il y avait vraiment des gens qui étaient tentés de passer leurs mains là ? Quant aux quatre heures dans le ciel, cela ne lui déplaisait pas ! Grimpant à son tour sur la selle, ces ailes jusque-là cachées sous sa cape durent se déployer légèrement, ce qui attira l'attention du dresseur, l'observant avec surprise, un petit recul de tête et une expression hagarde sur le visage.

       « - Euuuuuuh … Z'êtes un … comment vous vous appelez déjà … Voilà ! Un stryge ! Z'êtes un stryge, c'est ça ? Z'êtes sur d'avoir besoin d'nous ? »

       Quelque peu gêné par sa réaction, le maître d'armes la comprenait néanmoins, et il se voulut rassurant et aimable.

       « - En effet, je suis un stryge blanc. Et oui, je suis sur d'avoir besoin de vous ! J'ai des ailes, mais je ne peux voler avec. En cela je ne suis pas beaucoup plus différent de vous.

       - D'accord, pas de problèmes, excusez-moi !

       - Il n'y a pas de mal ! »

       En effet, il ne pouvait pas voler, comme tous les autres membres de son peuple et de leurs sombres cousins. Du moins pas à aussi haute altitude aussi longtemps. Quelques mètres pendant quelques minutes, grosso-modo, après cela dépendait de l’entraînement. Sinon il pouvait sans soucis s'en servir pour de grands sauts, vers n'importe quels côtés, et pour planer, bien qu'il ne l'ait pas encore testé ! Bien sur, à son jeune âge, il n'avait pas encore terminé sa croissance, mais ça ne jouerait pas beaucoup.

       « - Accrochez-vous ! »

       La wyverne déploya ses ailes, et dans une formidable démonstration de puissance, s'arracha du sol d'un bon, vers les cieux, et vers le sud. Même en étant préparé, la secousse faillit le surprendre, heureusement il ne lâcha pas. Il fit même vite abstraction des mouvements de la créature, s'ouvrant aux sensations, nouvelles, qui s'offraient à lui. Le vent qui giflait son visage, le paysage rétrécissant à vue d’œil et défilant à toute vitesse, le sentiment intense de liberté … Il adorait cela. Se retournant une dernière fois, il regarda la ville s'éloigner. Au revoir, Kastalinn !


       Les plaines d'Aràn … De leur position, il ne pouvait rien rater ! Du vert claire, foncé, du jaune, des maisons de ferme, des troupeaux, des petits villages fortifiés. Rien n’échappa au stryge, savourant chaque seconde. Il vit cependant, au loin, un spectacle inhabituel. On aurait dit que la terre ondulait ! Comme si un ver de terre gigantesque se frayait un chemin sous la surface. Serait-ce  une grande guivre ? Il ne put y détacher les yeux que lorsqu'il ne perçut plus rien … Soudain, il entendit Valnir lui parler, criant pour se faire entendre avec le vacarme des rafales, auquel il répondit de la même façon, tout en joie.

       « - Alors, c'est la première fois qu'vous volez ? Cela vous plaît on dirait ! Quelquefois, il arrive que certains deviennent malades comme un chien !

       - En effet, c'est la première ! Ne vous inquiétez pas, je vais très bien, merci ! Je dirais même que j'adore ! »

       Quoi de plus normal, pour un oiseau ? Enfin, en partie !

       « - Héhé ! Tant mieux ! »



       Le temps passant doucement, l'atmosphère, lui, changea rapidement lorsqu'ils commencèrent à survoler l'énorme étendue dorée qui s'étalait aussi loin que portait le regard. Le paysage se modifia radicalement, et la température était beaucoup plus haute. Le désert de Harena. Heureusement, à leur hauteur il faisait bien plus frai qu'au sol, et ils étaient à peu près à l'abri du sable qui volait au rythme des bourrasques. Le jaune remplaçait totalement le vert, et des caravanes remplaçaient les troupeaux. Avec les cactus, Baldwin put également apercevoir de temps à autre ce que l'on appelait des oasis. De vrais petits coins de paradis dans cet enfer. Il s'agissait de points d'eau plus ou moins grands, et de ce fait entourés de végétations et d'arbres appelés palmiers. C'était des zones incontournables pour tout voyageurs, s'ils voulaient survivre à leur traversée. Il y avait même des petits villages construits autour de certaines des plus imposantes !

       « - Nous attaquons la plus grosse partie du voyage ! Z'allez voir du sable à n'plus savoir qu'en faire ! Haha ! »

       Allons donc !


       « - Stellaraë en vue ! Plus que quelques minutes ! »

       Le moment qu'il attendait ! Voir défiler le même paysage pendant quelques heures commençait à devenir lassant, rien ne sortait de l'ordinaire et ne pouvait briser cette tranquillité. Décalant légèrement son corps sur le côté, il put observer devant. En effet, des bâtiments au loin apparaissaient, bien qu'ils semblassent vaporeux à cause de la chaleur. C'était tels des mirages.

       Stellaraë … Il avait lu que cette grande capitale humaine, protégée par un dôme magique, était divisé en plusieurs quartiers : un à chaque point cardinal, et deux au centre. Celui qui l'intéressait se trouvait en plein milieu. Il s'agissait du Quartier Solaire, là où se trouvait la résidence du roi, la bibliothèque, et surtout la mini forteresse de la Tour Stellaroïse, quartier général des Gardiens. C'était sa destination. Il suivra pour cela l'Avenue de l'Aube, une grande route allant directement au sein de la cité, traversant le quartier du sud, les Résidences des sables, principalement résidentiel avec quelques commerces, et le Quartier Commercial ceinturant le Quartier Solaire. Sa population était quant à elle très cosmopolite, on pouvait voir quasiment de tout, et ça c'était très intéressant ! Malheureusement, comme une ombre au tableau, il y avait beaucoup de nobles vivants dans le quartier nord, qui apparemment détesteraient profondément les autres races que les humains, et il espéra qu'ils ne lui causeront pas de soucis …

       Plus ils s'approchaient, et plus la température diminuait, jusqu'à devenir très agréable une fois au-dessus. C'était l'effet du dôme, qui permettait d'avoir un climat tempéré. Valnir fit exprès un survol de la ville pour que le maître d'armes en profite un maximum. Elle était également entourée d'une muraille, mais moins impressionnante que celle de Kastalinn, et en sable pour celle-là. C'était … captivant, gigantesque, et totalement différent de ce qu'il connaissait. Les bâtiments, à l'image des habitants, étaient de toutes sortes de matériaux, et plus ou moins grands, selon les zones. En terre, en bois, en pierre, en sable, un mixte, des toits en paille, … Cela avait un côté exotique, renchérie par la décoration d'arbres tels que les fameux palmiers et dattiers.

       Ils perdirent enfin de l'altitude, jusqu'à atterrir quelque peu brutalement sur le sable. Les wyvernes n'étaient pas réputées pour leur finesse ! La zone utilisée et installée pour les transports aériens était très ressemblante, mis à part le sol et les matériaux utilisés, à celle du nord. Elle était par contre plus grande, avec une quinzaine d'enclos au moins, et des aires plus nombreuses. Récupérant sa lance, ils descendirent de la bête, avec quelques difficultés pour le stryge. Il n'était jamais monté jusqu'à maintenant, et son fessier ainsi que ses cuisses le lui rappelaient douloureusement.

       « - Nous y voilà ! J'espère que vous avez passé une agréable traversée !

       - Merci beaucoup, elle l'était sans l'ombre d'un doute, ainsi que le petit bonus au-dessus de la ville !

       - Haha ! Tant mieux dans ce cas, c'était un plaisir ! N'hésitez pas à r'faire appel à moi au besoin dans l'futur, et profitez bien d'votre séjour par ici ! J'dois vous laisser maintenant, faut que j'm'occupe de cette brave bête qui a fait tout l'travail, et qu'elle prenne un repos bien mérité !

       - Pas de soucis, merci encore ! »

       Ils se saluèrent, puis Baldwin sorti de ce lieu, avançant vers les portes d'entrée de Stellaraë. Il regarda le ciel, d'un bleu unique, sans nuages. Le soleil arrivait à son apogée, le trajet avait duré le temps indiqué par l'homme, et ça allait bientôt être l'heure du repas. Il y avait également bien plus de monde dans les rues, plus qu'à Kastalinn, et ça se révélait toujours aussi difficile d'avancer. Quand bien même, l'objectif n'était plus très loin.


       Se déplaçant lentement, il prenait son temps, observant et détaillant un peu tout ce qu'il croisait. Quiconque le regarderait pourrait parier sans aucun risque qu'il venait de débarquer. C'était fidèle à ses connaissances jusqu'à maintenant, et il remercia intérieurement son éducation de purificateur et les livres de lui avoir appris tout ça. Cela ne le rendait pas moi curieux, s'arrêtant même pour regarder l'architecture ou les produits du coin. Le chemin était en ligne droite jusqu'aux Gardiens, mais … il avait envie d'en profiter pour explorer un peu. La ville étant très grande, autant commencer le plus tôt possible à prendre ses marques ! Ainsi, il passa par une ruelle latérale, s'extirpant par là même de la foule, et, tout en restant attentif et en notant mentalement son trajet, tourna à droite, à gauche, mais toujours en gardant le centre comme direction principale.


       Ce fut en suivant l'un de ses chemins, assez large, qu'il allait avoir – déjà – sa première intervention. Quelques personnes seulement se déplaçaient par ici, dont une vieille dame visiblement très âgée, avançant avec grandes difficultés, s'aidant d'une canne en bois. Elle entreprit la traversée du milieu de la chaussée, afin de se rendre certainement à un petit magasin en face. Seulement, le maître d'armes perçut au même moment un nuage de fumée et des cris arriver à toute vitesse, droit devant : une grande charrette tirée par deux chevaux. Les pauvres bêtes, ruisselantes de sueur, langues pendantes, avaient de l'écume plein leurs bouches, et soufflaient bruyamment sous l'effort continu qu'elles devaient fournir. Les occupants, quant à eux, vociféraient littéralement pour un oui pour non, aussi bien entre eux, qu'envers les autres gens, qu'envers les équidés, certainement complètement saouls. Ils n'allaient jamais ralentir, et la pauvre dame allait en pâtir ! Il ne pouvait pas rester là à ne rien faire.

       « - Mais c'est pas vrai ! »

       Lâchant sa lance dans l'urgence, il déploya ses ailes, faisant fi des réactions, et se propulsa aussi fort et vite qu'il le put. C'était vraiment juste. Il la sauva quelques secondes à peine avant qu'elle ne soit percutée, se stoppant de l'autre côté. Il l'aida ensuite à se relever, sous le choc.

       « - Haa … Haaaa … Mon cœur …

       - Vous allez bien ? Rien de casser madame ?

       - Non … Grâce à vous je vais bien. Quand je pense à ce qui a failli arriver … Merci ...

       - C'est normal. »

       S'étant assuré qu'elle allait effectivement bien, il alla récupérer son arme au sol, bouillant intérieurement de la bêtise de ces ordures. Ce qu'il n'avait pas remarqué, c'était que l'engin s'arrêta suite à ça, tandis que les autres passants fuyaient le secteur. Cinq hommes descendirent, menaçants, bien qu'habillés de vêtements et équipés d'armes et de protections plus très frais. Lorsque le plus '' chaud '' d'entre eux interpella la pauvre femme, Baldwin se retourna, et se rapprocha …

       « - Aaalors, la vieille ! T'as pas vu qu'on arrivait ? Hic ! T'as faillis esquinter not' transports ! 'Lors j'espère qu't'as d'quoi t'excuser, mémé ! »


       Elle n'eut pas le temps de répondre. Le regard et le ton dur, retenant sa colère, le jeune stryge attrapa l'agresseur par le col de sa main libre, et l'attira vers lui, histoire qu'il comprenne bien ce qu'il allait dire. Des relents d'alcool empestaient, mais il les ignora, tandis que ce dernier fut surpris d'être agrippé de la sorte, par une poigne de fer.

       « - Argh ! Heey … !

       - Toi, et tes amis, feriez mieux d'arrêter, maintenant, sinon ça se terminera mal. C'est vous les fautifs dans cette histoire, et il est hors de question que vous continuez à semer le chaos ici … Partez !

       - Teee … mêle pas …, » il dégaina une épée à sa ceinture, « … d'nos affaires ! »

       Il vit le coup venir de peu, et repoussa le pochtron en même temps qu'il reculait d'un bond. Essuyant la goutte de sang qui avait perlé de la fine estafilade sur sa joue, il conseilla à la vieille femme, qui n'osait plus rien faire, de s'éloigner. Vite. Ces humains, tellement ivres qu'ils ne réagissaient que difficilement à ce qu'ils voyaient, n'avaient plus qu'une idée en tête :

       « - Alleeez les gars, on va faire sa fête à s't'emplumé là ...  Hic ! S't'empêcheur d'tourner en rond ! »

       Ils étaient beaucoup trop dangereux, c'était en effet une meilleure idée de les mettre hors d'état de nuire avant de les livrer aux Gardiens, plutôt que de les laisser partir. Des individus comme eux ne méritaient de toute façon pas mieux, et il allait pouvoir se déchaîner.

       Il s'était mis en garde, mais en inversant le sens de sa lance, de façon à ce que ce soit le manche en avant : il ne voulait pas non plus les tuer. L'autre quant à lui n'attendit même pas de l'aide et lui fonça dessus l'épée levée. Un élan qui fut stopper net quand il reçut le bout de la hampe en plein ventre. Plié en deux, il subit un deuxième coup, tout aussi fort, sur le côté du crâne, qui le fit s'étaler au sol pour ne plus bouger.

       « - Et d'un ! »

       Ses complices arrivaient, mais ils étaient tellement désorganisés … Même le poids du nombre ne pouvait pas les aider ! Ayant enfin réussi à sortir leurs armes, deux se séparèrent pour tenter de l'encercler, tandis que les deux autres … attendaient ? Il ne savait même pas ce qu'ils faisaient ! Sans leur laisser l'initiative, le maître d'armes fonça sur celui de gauche, qui tenta une attaque maladroite qu'il para. Repoussant la lame sur le côté, il lui servit dans le mouvement un coup de boule magistral qui le fit reculer de plusieurs pas. Heureusement pour lui, un autre coup à la tête mis fin à sa douleur. Le troisième, qui bien sur avait réagi aussi vite qui le pouvait avec son état, se fit faucher les jambes et achever à terre.

       « - Et de trois ! »

       Les deux derniers, ayant assisté au spectacle, se firent d'autant plus hésitants. Ils se regardèrent pour savoir quoi faire, sans vraiment réussir à trouver. Baldwin sourit.

       « - Si vous voulez vous rendre, c'est le moment ! »

       Ils resserrèrent leurs prises sur leurs armes.

       « - Mauvaise réponse ! »

       Sans crier gare, il se propulsa à l'aide de ses ailes sur le plus proche, et l'impacta d'un violent coup de genou sous le menton, l'envoyant contre la charrette, qui termina de le mettre hors combat. Lorsqu'il se retourna vers le dernier, il se mit à reculer, mais ne lâchait toujours pas son arme.

       « - Attrape ! »

       Le futur Gardien venait de lui lancer la sienne, qu'il reçut par surprise sans aucun réflexe, se mélangeant les pinceaux. Pas bien longtemps. D'un pas rapide, le stryge lui donna un uppercut dans l'estomac, avant d'attraper l'arrière de sa tête, qu'il fracassa sur son genou.

       « - Et de cinq ! Le compte est bon ! »

       Un bruit retenti alors, provenant du transport. Il reprit son sérieux.

       « - Ou pas … »

       Une silhouette massive se leva, et descendit sur le terrain en baillant.

       « - Hoaa ! Y a pas moyen d'dormir tranquille ici … Bande de bon à rien ! Bras cassés ! Z'êtes ridicules ! Méritez que j'vous découpe en morceaux à j'ter en pâture aux chiens ! » Il soupira. « J'vais d'voir faire tout l'boulot moi-même ! »

       Ce n'était pas un humain. Plus imposant, plus musclé, la peau verte, la voix caverneuse … C'était un orque, qui était mieux équipé, notamment d'un heaume intégral, d'un plastron et de quelques autres plaques, et qui était armé d'une énorme hache à double tranchant. C'était leur chef. Ses exclamations tirèrent un sourire au maître d'armes, tandis qu'il dégaina sa dague et son fléau. Son ennemi, assez coriace, pourra subir les chocs sans trop de dommages, et il allait enfin pouvoir le tester.

       « - Alors c'est vous le chef de cette bande de poivrots ? Je suis déçu de rencontrer un orque pour la première fois dans ces circonstances. Enfin bon. Vous êtes le dernier debout, vous ne voulez vraiment pas vous rendre ?

       - Ha ha ha ! Te moques pas d'moi, l'piaf. C'est pas une demi-portion comme toi qui m'aura, surtout si tu m'sous-estime ! On m'appelle pas l'trancheur pour rien ! … J'vais t'plumer … »

       Ça non, il ne le sous-estimait pas. Un coup direct de son arme, et c'était fini. Mais, lorsqu'un ennemi reposait complètement sur la force brute, comme c'était visiblement son cas, il ne fallait pas chercher à la bloquer. Au contraire, il fallait s'en servir, jouer avec pour déstabiliser son adversaire, et l'achever. Pleinement concentré, il esquiva les premières attaques que le peau-verte moulinait, guettant le moment propice.

       « - Hahaha ! Alors, on fait moins l'malin ! Hein ? On n'se moque plus ! T'inquiètes, ce s'ra bientôt fini ! »

       Trop sur de lui, le '' trancheur '' lança un coup pour le fendre en deux, auquel Baldwin répondit par une parade de sa dague, feintée. C'était l'occasion ! Souriant triomphalement, son ennemi donna toute sa force, et perdit son sourire aussitôt quand le stryge se décala d'un pas sur le côté, esquivant la hache qui vint se planter au sol, poussée par les quillons de sa lame. Ce dernier frappa alors le poignet avec sa fléosse doray, qui émit un craquement sinistre, avant de cogner le heaume avec son manche. L'orque, désorienté, et son poignet cassé douloureux, recula de quelques pas.

       « - Argh ! Espèce de sal ... »

       Il ne put jamais terminer. Faisant tournoyer sa chaîne, le Nuussian frappa de toutes ses forces dans le bas du heaume, où devait être sa mâchoire, ce qui le fit s'écraser quelques mètres plus loin, au tapis.


       « - Fiouuuu ! Et de six ! Là, c'est bon ! »

       Il était soulagé, et content, son entraînement portait ses fruits. C'était fini ! Enfin presque, car le premier malfrat s'était réveillé, il ne savait par quel miracle. L'ayant entendu, il se retourna vivement, mais stoppa tout autre mouvement.

       « - Halte là ! Que se passe-t-il, ici !? »


       Ils étaient une dizaine, principalement des humains, tous armés et équipés d'armures dorées, sur lesquelles étaient représenté un symbole. Des Gardiens. Bien ! Il n'aura pas à se débrouiller pour les trouver comme ça ! Surpris par le spectacle qui s'étendait devant eux, ils observaient chaque partie de la scène.

       « - On nous a prévenu que des fauteurs de troubles sévissaient dans le coi … »

       Coupant la phrase, le bandit qui essayait de se redresser tant bien que mal se jeta littéralement aux pieds de celui qui parlait.

       « - C'est lui messire, c'est cet oiseau ! Nous a forcé à nous arrêter alors qu'on avançait tranquillement, et nous a mis dans s't'état ! L'est dangereux, faut le stopper ! Par pitié, messire ! »

       Se mettant à trembler de rage par ce discours infâme, le stryge éclata :

       « - Foutaises ! Ce sont eux qui ont manqué de percuter cette dame, et qui nous ont ensuite agressés ! Je n'ai fait que de me défendre et de les empêcher de commettre d'autres maux ! »

       La vieille femme, qui venait de reprendre ses esprits comme dans un songe suite à tout ça, essaya de prendre sa défense, avant qu'un des soldats ne la rassure.

       « - Il dit vrai ! Sans lui, je ne sais pas ce que je serais devenu … Je lui dois la vie …

       - Ne vous inquiétez pas, madame, tout va bien désormais, nous prenons les choses en main.

       - Mais … »

       L'officier du groupe, du moins visiblement, reprit la parole d'une voix forte, couvrant le brouhaha qui s'était installé, chacun défendant sa position.

       « - Silence ! Vous pensez que nous allons croire tout ce que vous nous racontez ? On vous arrête tous, nous allons éclaircir cette histoire au calme. Toi y compris, le stryge !

       - Comment ? Mais … !

       - Ne nous obligez pas à avoir recours à la force ! Déposez vos armes ! »

       Révolté et dépité, il serra plus fort les poignées. Il ne savait pas quoi faire, comment réagir, tiraillé par ses sentiments. C'était tellement injuste ! Mais il ne voulait pas non plus se mettre à dos la faction qu'il voulait rejoindre, et comprenait malgré tout leur réaction ! Les choses commençaient bien mal … Ce fut à ce moment qu'une voix, qu'il connaissait bien, retentit de l'autre côté, dans son dos. Une voix qui le rassura aussitôt sur la suite des événements, comme un poids se retirant de ses épaules, et le fit sourire.

       « - Qu'est-ce qu'il se passe ici, chers collègues ? Je viens d'arriver de la cité nordique et je tombe déjà sur du raffut. »

       Dilon Deraborne, Gardien-en-chef, rencontré à Kastalinn. C'était grâce à lui qu'il se trouvait ici. Les guerriers dorés se mirent au garde-à-vous, saluant leur supérieur.

       « - Messire ! Bon retour parmi nous ! »

       Se retournant vers le nouvel arrivant, Baldwin lui parla également, avec un petit ton de plaisanterie sur la fin :

       « - Bonjour Dilon, content de vous revoir ! Comme vous pouvez le constater, j'ai déjà commencé le travail ! »



       Dilon répondit par un sourire à l'encontre de son collègue et haussa un sourcil lorsqu'il entendit une voix familière. C'était celle de Baldwin Nuussian, un stryge blanc qu'il avait rencontré lors d'une excursion dans le nord du territoire. Il s'y était d'ailleurs rendu parce qu'il était en mission pour la garde stellaroïse.

       « - Baldwin ! Je ne pensais pas vous croiser si rapidement à Stellaraë. Ravi de voir que notre discussion a porté ses fruits. Vous êtes donc bientôt des nôtres ?

       - Messire ? Vous connaissez cet individu ? Nous allions l'arrêter avec les autres pour avoir commis des troubles à l'ordre public. »

       Le Deraborne fut surpris par cette annonce. Le maître d'armes voulu alors lui éclaircir la situation.

       « - Ces six piliers de bar étaient trop dangereux. Ils ont manqué d'écraser une vieille dame et ont tenté de l'agresser suite à ça, je n'ai fais que ce qui me semblait juste. Sans mon intervention, je ne sais pas ce qui serait advenus. »

       Le guerrier regarda successivement Baldwin, les Gardiens, et les individus arrêtés. Il réfléchit un léger instant pour reconstituer la situation. Il semblait qu'il y ait un quiproquo.

       « - Je crois qu'il y a méprise. Je connais effectivement ce sieur, appelé Baldwin Nuussian. Je peux vous assurer qu'il est loin d'être un fauteur de troubles. Plus que cela même : il s'agit d'une future recrue. Depuis quand accueille-t-on les nouveaux de cette façon, dites-moi ? »

       Le trentenaire avait lancé sa dernière phrase avec un ton dur pour faire culpabiliser ses collègues, mais il était intérieurement amusé de la situation.

       « - Je pense que vous pouvez laisser monsieur Nuussian vaquer à ses occupations, et que vous pouvez embarquer le reste !

       - Très bien messire, à vos ordres ! Allez, vous savez ce qu'il vous reste à faire ! »

       Obéissant, le reste du groupe se dispersa afin de mettre aux arrêts les poivrots, encore dans le coma pour la plupart, et les embarqua. Pendant ce temps, les deux amis échangèrent.

       « - Merci, j'avoue que je commençais légèrement à paniquer et que ça risquait de s'envenimer. Vous êtes arrivé à point nommé ! Je suis atterri il y a peu également, vraiment très sympathique ce transport en wyverne. »

       Il lui servit un sourire complice :

       « - Et je viens rejoindre les rangs des Gardiens, s'ils veulent bien de moi ! »

       Dilon sourit à la remarque de son interlocuteur, il comprenait la détresse qu'il avait pu éprouver. Par contre, il ne connaissait absolument pas ces transports en wyverne... En tout cas, c'était une excellente nouvelle : un nouvel ami rejoignait les rangs de sa faction, et ce, pour le meilleur.

       « - Bien évidemment, les Gardiens ont besoin de personnes comme vous ! Je vous propose de vous conduire jusqu'à la Tour Stellaroïse, où nous pourrons procéder à votre titularisation. Enfin... Si vous êtes toujours partant malgré ce petit accrochage, héhé.

       - Héhé ! Avec plaisirs ! Je vous suis ! »

       Ils s'éloignèrent enfin de ce lieu, joyeux, le jeune stryge lui emboîtant le pas après avoir récupéré toutes ses armes, et saluant la dame âgée reconnaissante au passage. Direction la Tour Stellaroïse !






Le monde ne demande qu'à être exploré, et le savoir acquis ...


Merci à Mohana pour mon avatar !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dilon Deraborne
Administrateur ♦ Guerrier

avatar

Messages : 5124
Expérience : 4226
Masculin Âge RP : 34

Politique : 224
Métier : Forgeron - Maître Absolu
Titres:
 

(Altaïr, Pyrargue de Dilon [Emblème Gardien] +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
3605/3605  (3605/3605)
Vitesse: 567
Dégâts: 2925

MessageSujet: Re: Choix d'une faction   Dim 13 Mai - 3:56

@Baldwin Nuussian  : tu fais désormais partie des Gardiens. N'hésite pas à aller te présenter dans ton QG, ici. Tu remportes également 10 points politiques.






:nainhache:

~Administrateur ♦️ Gardien-en-chef chez les Gardiens ♦️ Membre des Dragonniers ♦️ Rédacteur au Phénix Enchaîné ♦️ Propriétaire de la boutique L'Âme et l'art mûr~

RP1-RP2-RP3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lemondededuralas.org En ligne
Uskøl
Habitant(e) connu(e)

Habitant(e) connu(e)
avatar

Messages : 100
Expérience : 1236
Masculin Âge RP : 32

Politique : 48
Métier : Sculpteur - Novice
Titres:
 

(Cheval décédé, +200, v+200, Vitesse macabre : Les debuffs de vitesse (équipements, pouvoirs, météo, etc.) n'ont aucun effet sur le propriétaire. En contrepartie, les buffs de vitesse n'ont pas non plus d'effet sur lui/elle)

Stats & équipements
Vitalité:
1270/1270  (1270/1270)
Vitesse: 289
Dégâts: 629

MessageSujet: Re: Choix d'une faction   Lun 27 Aoû - 2:20

Tirdas, 17 Vifazur
Kastalinn


Kastalinn, la cité fortifiée du nord, s'étendait juste devant eux. Malgré le début de soirée, elle regorgeait toujours d'activité. Les marchands vivants à l'extérieur sortaient par la grande porte pour rejoindre leur demeure, impatients de pouvoir se poser, manger et dormir. Leur journée de labeur terminée, ils allaient se préparer à en passer une toute nouvelle le lendemain. Une vie simple mais qui semblait leur aller. Pourtant, cette quiétude ne durerait pas éternellement.

Selsya fit claquer sa langue pour que Sleipnir continue et s'élance vers la cité afin de les mener elle et son invité au pavillon de Thrud, la demeure de la Milice.
Le fidèle pur sang Aranien obéit et reprit sa course. Uskøl découvrit les fortes murailles de Kastalinn faites en roche taillée et capables de résister à de nombreux assauts. Le nordien remarqua aussi que le dessus était avancé de façon à bloquer nombreuses potentielles échelles. La défense kastalinnoise était très bonne et le combattant aux cheveux rouges savait que sa garnison saurait la défendre avec brio. D'ailleurs, il irait les rejoindre très bientôt.

Avant de faire connaissance avec eux, la Jarl et le nordien traversèrent la ville dont les rues serpentaient jusqu'au sommet et jusqu'aux lieux importantes de la cité. Uskøl découvrit avec la grande porte du nord, merveilleusement érigée avec un bois très robuste et traité pour le protéger des intempéries, des feux et des coups. De l'intérieur, elle était renforcée par des poutres et des morceaux de métal finement décoré d'inscriptions protectrices. Le nordien soupçonna des incantations magiques appliquées par la Jarl en personne afin d'apporter une défense des plus impressionnantes. Comme il s'en doutait, l'elfe des glaces ne se contentait pas de diriger sa cité ; elle donnait de sa personne pour la protéger contre tout ce qui pouvait lui faire du mal. Une qualité d'une vraie reine.
Uskøl lâcha un sourire. Les divins ne s'étaient pas trompés au sujet de Selsya. Ce n'était plus qu'une question de temps avant qu'elle ne prenne le nord tout entier sous sa protection. Le nordien jubilait intérieurement.

À l'intérieur des murs, Uskøl découvrit des maisons plutôt variées : simples ou avec étage, seules ou entourées d'une cour, normales ou décorées de piliers, notamment. La plupart étaient allumées et on pouvait sentir toute l'harmonie et l'amour des familles unies dans leur foyer. Le nordien comprit tout de suite que chacun vivait une vie formidable loin des problèmes que pouvaient éprouver certains peuples comme le sien, vivant dans un environnement hostile et en perpétuelle guerre.
En voyant toute cette paix, le combattant du nord voulut s'investir pour la protéger et permettre à toutes ces familles de ne jamais connaître la peur qu'elles pourraient avoir si elles vivaient dans son pays. Mais pour ça, le nordien devait agir contre la menace imminente des siens...
> Nous y sommes, ne les faites pas attendre, le pressa Selsya lorsqu'ils arrivèrent devant le pavillon de Thrud.
> Vous avez raison ma reine. Mes futurs frères et sœurs d'armes ont besoin de savoir tout ce que je sais pour combattre les miens.

L'elfe soupira en entendant de nouveau "ma reine", mais n'en dit rien.
Uskøl, quant à lui, descendit de Sleipnir, le remercia d'un signe de la tête puis s'avança vers la demeure des Miliciens. Il n'hésita pas en passant les portes et fut accueilli par une forte chaleur provenant du large foyer sur lequel rôtissaient déjà plusieurs animaux. Quelques Miliciens étaient attablés tout autour et avaient posé leurs yeux sur l'inconnu mais très vite avaient détourné le regard. Les autres se tenaient un peu partout dans la grande demeure, à la vue ou pas du nordien. En fait, Uskøl se rendit compte que c'était plus gros que l'extérieur ne le montrait. Quoiqu'il en soit, aucun ne s'intéressait à lui, ne voyant là qu'une potentielle nouvelle recrue. Le nordien savait qu'il allait devoir faire ses preuves avant de se faire accepter parmi eux, surtout lorsqu'il dévoilerait les informations de sa venue.
Selsya entra peu de temps après lui et l'atmosphère changea du tout au tout. Les Miliciens se levèrent pour saluer leur Jarl et portèrent toute leur attention sur elle. Le combattant du Grand Nord se décala pour la laisser au centre de l'attention, mais l'elfe des glaces ne lui laissa pas la possibilité de s'enfuir. Elle annonça sa venue à tout le monde afin que chacun sache pourquoi ce guerrier aux cheveux rouges était là.
Un homme bourru, presque aussi grand qu'Uskøl, mais plus large, s'avança vers lui, le jaugea en se grattant le menton puis lui adressa enfin la parole.
> C'est toi le traître du Grand Nord ? provoqua-t-il.
> Ce sont eux les traîtres, renchérit Uskøl sans broncher.

La tension de défi dans l'air fut rapidement dissipé par le rire gras du Milicien qui tapa l'épaule du nordien avec sa grosse palourde. À sa grande surprise, le nordien ne bougea pas d'un iota, ce qui lui permit un certain respect passager.
Uskøl suivit donc ce gaillard, sûrement pour faire plus amples connaissances. Le nordien serra les poings au cas où ; si les Miliciens souhaitaient se présenter avec leurs poings, le combattant du Grand Nord saurait leur montrer quelques coups de représailles, il devait juste faire attention à ne pas trop amocher ses futurs compagnons. De toute manière, le combattant aux cheveux couleur sang n'étaient pas là pour plaisanter et comptait bien employer des manières les plus fortes pour régler les problèmes de sa reine.

Les deux hommes descendirent des escaliers et trouvèrent le sous-sol. Dans cette partie se trouvaient quelques dortoirs et des pièces où toutes sortes de choses avaient dû s'y passer. Le Milicien le mena dans l'une d'elles où les attendait un grand homme bien plus fin qu'eux mais totalement sûr de ses capacités. Il était soit l'un de ces combattants furtifs soit un magicien, mais sa tenu indiquait plutôt la première option. Dans cette pièce e trouvaient une belle table ronde entourée par cinq chaises. Tout autour se trouvait une décoration agréable qui rappelait une atmosphère chaleureuse.
Le Milicien aux capacités de voleur et d'assassins posa sur la table un plateau de petits pains aux champignons et aux épices ainsi qu'un pichet d'hydromel. Les deux hommes de Kastalinn se servir et le nordien les imita tout de suite après.
> Je suis Alvor et voici Sverd, dont tu as déjà fait la connaissance. La Jarl Selsya m'avait informé par hibou messager de votre arrivée imminente. Uskøl c'est bien ça ? Tu veux rejoindre nos rangs hein ? Tout dépendra de ce que tu vas nous dire ce soir, expliqua le combattant furtif.
> Je m'occupe de nombreuses opérations contre les sauvageons. Toute info de ta part me permettra de mieux les cerner et de les vaincre plus facilement.
> Je crains que vos "sauvageons" ne soient que la petite friture de vos ennuis futurs avec les nordiens.

Sverd grogna mais Alvor lui intima du regard de ne pas s'emporter. Si leur invité se décidait à se jouer d'eux, sa tête rejoindrait le sol en quelques instants. En attendant, il avait des informations importantes à leur communiquer.
> Pour l'instant, le nord a le temps de se préparer à la guerre et peut enquêter sur notre terr...
> Comment ça à la guerre ?
> Quand les graines de la discorde auront germé dans tous les principaux clans et que le Stórrjarl n'aura pas d'autre choix que de prendre les armes, les hordes du nord vont s'abattre sur Kastalinn. Un clan après l'autre, ça c'est gérable. Mais tous ensemble ? Impossible ! Mon peuple n'a pas combattu côte à côte de cette manière depuis des siècles, mais ils seront des plus redoutables et oublieront leurs querelles pour détrôner la Jarl de Kastalinn.
> Tu veux la guerre petit c'est ça ? On t'attend de pied ferme toi et les tiens, défia Sverd.
> Attends Sverd. Uskøl n'est pas un messager, je me trompe ?
> Non, en effet. Je fais parti des quelques uns qui ont dévoilé leur allégence à la reine légitime du nord. Pour l'instant, la situation est... plutôt calme, on va dire.

Si le nordien expliquait ce qu'il était en train de se tramer dans son pays, ses futurs alliés prendraient peur et pourraient tout faire foirer en prenant les armes illico. Pourtant, la situation dans le Grand Nord était plutôt normale, malgré les nombreux bains de sang et la prélude à la guerre civile. Si les Miliciens prenaient les armes, alors le Grand Nord tout entier s'opposerait à eux. S'ils se familiarisaient avec les nordiens, alors ils pourraient bénéficier de très puissants alliés.
> La clé n'est pas le combat, pas encore. Vous devez vous intégrer aux nordiens. Vous devez devenir l'un des leurs afin qu'ils entendent raison et écoutent enfin les dieux.
> Et que disent les dieux ? l'interrogea Alvor, suspicieux.
> Que Selsya Åsa est la digne prétendante au trône du nord.

Les Miliciens se regardèrent, intrigués. Ce nordien était louche, mais il semblait vouloir agir pour leur Jarl. Cependant, ses intentions demeuraient mystérieuses ; que pouvait-il vouloir faire en se rangeant du côté de Kastalinn. Il pouvait avoir des intérêts qui pourraient porter préjudice à la Milice dans un futur proche. Alvor était méfiant et savait qu'il devrait garder un œil sur ce combattant aux cheveux rouges.
> Nous n'en avons pas terminé, mais que comptes-tu faire ici ?
> Rejoindre la Milice bien sûr ! M'engager pour la reine du nord.

Un nouvel échange de regards intrigués fut la réponse aux paroles du nordien. Peut-être qu'il chercherait à profiter de la future condition qu'il prévoit pour l'elfe des glaces, comme un soutien dans la politique de son pays pour obtenir une place importante. Pourtant, il semblait motivé à rejoindre la Milice. Devait-il être accepté ?







Le Nord n'oubliera pas.

Uskøl s'exprime en #82C8FF
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selsya Åsa
Jarl de la Milice ♦ Envoûteuse glaciale

avatar

Messages : 436
Expérience : 3793
Féminin Âge RP : 114

Politique : 127
Métier : Forgeron d'A. - Maîtresse Absolue
Titres:
 

(Orrur, chouette de Selsya +400, v+400 ; Dissuasion : vous évite à coup sûr la prison)

Stats & équipements
Vitalité:
2467/2467  (2467/2467)
Vitesse: 337
Dégâts: 4879

MessageSujet: Re: Choix d'une faction   Lun 27 Aoû - 20:28

@Uskøl En ma qualité de jarl de la Milice, j'accepte ta candidature au sein de notre belle faction. Puisses-tu te montrer à la hauteur !

Tu remportes 10 points de faction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Uskøl
Habitant(e) connu(e)

Habitant(e) connu(e)
avatar

Messages : 100
Expérience : 1236
Masculin Âge RP : 32

Politique : 48
Métier : Sculpteur - Novice
Titres:
 

(Cheval décédé, +200, v+200, Vitesse macabre : Les debuffs de vitesse (équipements, pouvoirs, météo, etc.) n'ont aucun effet sur le propriétaire. En contrepartie, les buffs de vitesse n'ont pas non plus d'effet sur lui/elle)

Stats & équipements
Vitalité:
1270/1270  (1270/1270)
Vitesse: 289
Dégâts: 629

MessageSujet: Re: Choix d'une faction   Lun 27 Aoû - 20:55

Merci Reine du nord ! Sourire





Le Nord n'oubliera pas.

Uskøl s'exprime en #82C8FF
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dilon Deraborne
Administrateur ♦ Guerrier

avatar

Messages : 5124
Expérience : 4226
Masculin Âge RP : 34

Politique : 224
Métier : Forgeron - Maître Absolu
Titres:
 

(Altaïr, Pyrargue de Dilon [Emblème Gardien] +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
3605/3605  (3605/3605)
Vitesse: 567
Dégâts: 2925

MessageSujet: Re: Choix d'une faction   Jeu 6 Sep - 3:53

Accès validé.






:nainhache:

~Administrateur ♦️ Gardien-en-chef chez les Gardiens ♦️ Membre des Dragonniers ♦️ Rédacteur au Phénix Enchaîné ♦️ Propriétaire de la boutique L'Âme et l'art mûr~

RP1-RP2-RP3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lemondededuralas.org En ligne
Lysandre Nox Caelum
Virtuose

avatar

Messages : 125
Expérience : 803
Masculin Âge RP : 18 ans

Politique : 10
Métier : Chasseur - Maître
Titres:
 

(Cerbère +150, v+80)

Stats & équipements
Vitalité:
245/485  (245/485)
Vitesse: 204
Dégâts: 325

MessageSujet: Re: Choix d'une faction   Sam 6 Oct - 14:56

Toute trace de volonté s'était instantanément envolée que se soit au dedans de mon enveloppe charnelle que l'image que je reflétai de l'extérieur. Celle de la honte, de l'impuissance, de la culpabilité malgré tous les efforts produits au cours de l'année.

Akki, mon renard, quant à lui, s'était enroulé en boule dans le creux que mes jambes avaient formés se doutant néanmoins du conflit constant et interminable de moi-même. Comme quoi, se remettre en question, peut-être barbant. Surtout, s'il n'y a qu'un unique sens.

Brusquement, il leva sa tête, me laissant ainsi entrapercevoir une illumination à l'intérieur de ses prunelles.

Pourquoi ne point t'engager, comme ton père l'a fait autrefois , au sein d'une milice, d'une garde, d'une guilde, d'une congrégation ou bien d'une organisation ? Me demanda - t -il en compagnie d'une grande évidence.
Avec le peu de compétence et ma classe, je ne pense pas que cela puisse me permettre un élargissement d'horizon. D'autant plus que je ne suis nullement certain qu'ils puissent m'en accorder l'accès.
As - tu une idée dans l'orientation ?
Evidemment ! m'exclamai-je, le faisant ainsi sursauter.

Cela m'indiqua qu'il n'avait aucunement anticipé ma réaction.

… Je souhaitais m'inscrire auprès de la garde de Zéphyr afin de faire honneur à mon côté thériantrope par mon père mais également honorer le patrimoine génétique et elfique de ma mère. Toutefois, j'ai des incertitudes sur le fait que je puisse correspondre à leur critère de recherche.
Mais, voyons, Lysandre ! Tout comme eux, tu aimes les animaux, malgré ta profession de chasseur. D'ailleurs, tu y allais seulement lorsqu'il y avait un besoin ou alors en cas de nécessité et puis un virtuose, cela fait toujours plaisir d'en obtenir un à ses côtés. Surtout que cette classe se fait rare. Tu as choisi la justice à ta manière, c'est-à-dire, celle des mots avant la force et ….
En même temps l'interrompis-je en lui caressant tendrement entre ses deux oreilles. toute négociation est probablement bon à prendre même si parfois, il est complexe de se faire entendre. En tout cas, je t'en remercie pour ces louange , me faisant porter croire qu'il serait sage que tu m'y accompagnes de ce pas.

Je me levai, marchai avant de voir que mon partenaire n'avait guère bougé d'un pouce, l'air totalement déboussolé.

Pour aller où ? finit-il par me questionner
A la caserne de la Garde de Zéphyr, pardi !

A ces mots, il se mit immédiatement sur ses quatre pattes et accourut heureux jusqu'à moi, me collant presque son corps contre mes jambes.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dilon Deraborne
Administrateur ♦ Guerrier

avatar

Messages : 5124
Expérience : 4226
Masculin Âge RP : 34

Politique : 224
Métier : Forgeron - Maître Absolu
Titres:
 

(Altaïr, Pyrargue de Dilon [Emblème Gardien] +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
3605/3605  (3605/3605)
Vitesse: 567
Dégâts: 2925

MessageSujet: Re: Choix d'une faction   Sam 6 Oct - 22:56

@Lysandre Nox Caelum : tu fais désormais partie de la Garde Zéphyr. N'hésite pas à aller te présenter dans ton QG, ici. Tu remportes également 8 points de faction bonus







:nainhache:

~Administrateur ♦️ Gardien-en-chef chez les Gardiens ♦️ Membre des Dragonniers ♦️ Rédacteur au Phénix Enchaîné ♦️ Propriétaire de la boutique L'Âme et l'art mûr~

RP1-RP2-RP3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lemondededuralas.org En ligne
Brendan
Prince maudit

avatar

Messages : 255
Expérience : 1017
Masculin Âge RP : 31

Politique : 17
Métier : Chasseur - Apprenti
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
620/620  (620/620)
Vitesse: -102
Dégâts: 960

MessageSujet: Re: Choix d'une faction   Lun 15 Oct - 10:13

Je venais enfin d’arriver à Stellaraë, la capitale de mon peuple, après avoir laissé Shaoni vaquer à ses occupations. Il n’y avait pas à dire, les multiples rois qui s’étaient succédé avaient de bon goût en matière d’architecture, car la ville était magnifique. Très cosmopolite aussi, car j’avais aperçu des minotaures, des centaures, des djöll’fulins, et tout un tas d’autres peuples dùralassiens déambuler dans les rues ou sur les marchés stellarois. Plus qu’à Ishtar par exemple, où il ne faisait pas forcément bon vivre de ne pas être humain. La ville semblait se former sur plusieurs niveaux, selon la place des gens dans la société. J’avais bien sûr déjà fait un tour dans les villes du Désert de Harena, mais jamais encore je n’avais eu le temps de passer par Stellaraë, qui avait pourtant une impressionnante bibliothèque que je requérais désormais. Depuis que ce démon semblait m’avoir avoué que le sceau gravé sur ma bague serait celui des rois de Stellaraë, je n’avais qu’une idée en tête : aller vérifier cette hypothèse à la bibliothèque. Voir même aller directement voir le roi, si c’était mon père comme le disait le démon renégat que j’avais attrapé. Mais sur cette idée, j’émettais des doutes : qu’est-ce que cela ferait qu’un pauvre vagabond aille demander audience au roi ? Cela ne ferait rien, et je serais gentiment expédié à la porte de sortie du château.
Je devais avant tout m’assurer de ce que me disait le démon. Et il n’y avait pas trente-six solutions. J’allai acheter une carte de la ville à un marchand du quartier et m’engouffrai, comme c’était indiqué, dans une ruelle étroite qui longeait le quartier marchand. Le trajet dura bien une demi-heure, avec toute la foule qui s’amassait, rendant le passage difficile. J’avais bien entendu fait attention à ma bourse, car je savais que les jeunes gamins de la rue n’allait pas hésiter à la voler. J’arrivai finalement aux portes de la grande bibliothèque. Des centaines d’érudits déambulaient, discutant ou lisant sur les marches devant l’édifice. Je pénétrai dans cet impressionnant bâtiment, jetant de temps en temps quelques coup d’œil derrière moi, par habitude. Je n’étais jamais tranquille dans une grande ville, car qui disait beaucoup de foule disait beaucoup plus de chance d’être confronté à un démon. Et il était rarement bon de chasser des démons devant les dùralassiens, car il arrivait bien malheureusement qu’il y ait des victimes collatérales. J’empêchai ça comme je le pouvais, en tentant d’être plus rusé que le démon, mais je n’étais pas encore sans faille malheureusement. C’était peut-être un des torts que je me reprochais le plus. Ne jamais être assez puissant pour abattre mes ennemis sans victimes collatérales. Voilà pourquoi je devais faire attention et être sur mes gardes en permanence en ville, afin d’éloigner la menace si elle se profilait à l’horizon.

Le hall de la bibliothèque s’ouvrit à moi dans toute sa splendeur : des centaines de rangées et d’étagères de livres, des échelles un peu partout pour aller chercher les livres les plus hauts et même plusieurs bibliothécaires afférés à guider les érudits. Tout était plongé dans une atmosphère de sérénité, d’ancienneté. Je restai, quelques secondes, impressionné face à ce cadre avant d’être rapidement interrompu par un des employés :

« Bonjour monsieur. Vous désirez un ouvrage en particulier ? »

Je sortis de mes rêveries et lui répondis d’un ton cordial :

«- Et bien oui, vous pourriez m’aider à trouver un livre sur les blasons royaux ?
- Avec plaisir monsieur, c’est l’étagère 4 de la rangée 33. Bonne lecture et n’hésitez pas à venir me voir si vous avez besoin de quoi que ce soit. »

Il me guida ensuite jusqu’à la rangée correspondante avant de repartir rapidement. Décidément, ces bibliothécaires devaient avoir des journées bien chargées, vu le nombre de lecteurs qui se massaient devant les portes de la bibliothèque. Je me mis donc à regarder les étagères, cherchant parmi tous ces vieux ouvrages un titre qui aurait un lien avec les blasons. Après dix minutes de recherche, j’avais découvert trois livres qui listaient les blasons de la famille royale, et deux autres sur l’histoire des plus importantes familles de Stellaraë. Si je voulais tout lire, ça allait facilement me prendre quatre jours de lecture intensive. Autant commencer le plus tôt possible.
Je pris un fauteuil à la fin d’une des rangées et ouvrit le premier tome poussiéreux que j’avais sous le bras. Bon, il fallait bien commencer quelque part…

~~~

Cela faisait bientôt cinq jours que je lisais quand je trouvai enfin quelque chose. J’avais passé la dernière semaine à faire des allée retours entre la bibliothèque et la taverne, ne revenant à cette dernière que tard le soir pour aller dormir quelques heures et repartir pour l’ouverture de la bibliothèque. Bien sûr, ma malédiction frappait chaque fois que j’allais dormir, et je me retrouvais à devoir combattre les abominations du Pandémonium jusqu’à ce que mon esprit décide de se réveiller. J’étais donc concentré tous les matins, au réveil, et je mettais cette concentration à profit pour lire plus efficacement. Les trois premiers jours, je ne trouvai rien d’intéressant dans mes lectures, si ce n’est des informations de base sur les quelques familles nobles de Stellaraë dont j’avais pour la plupart oublier le nom. Mais le quatrième jour, je vis quelque chose de curieux : un texte faisait référence à une vieille famille qui aurait, par hérédité, une tâche de naissance d’une forme étrange quelque part sur le corps. Je touchai ma propre tâche de naissance, en forme d’étoile, avant de me replonger dans ma lecture. Mais malheureusement, je ne pus rien apprendre de plus car le nom de la famille qui possédait cette particularité n’était pas notée dans le livre. Je continuai donc à lire jusqu’au cinquième jour, où je trouvai enfin ce que je cherchais : le blason que j’arborais sur ma bague ! Et la révélation ne me surpris que peu : c’était bel et bien le blason de l’actuelle famille royale de Stellaraë ! Je me massai la nuque avant de refermer le livre. Alors le démon semblait bien avoir raison. Mes vrais parents étaient la famille royale. Instinctivement, une voix dans ma tête me souffla : « Tu as été abandonné par ta famille… »
Et c’était vrai. Ma vraie famille, c’était Léana. C’était elle qui m’avait élevée et s’était sacrifiée pour que je survive à tous les périls. Peut-être avait-elle à une époque le désir d’être une femme. D’être aimée, d’avoir des enfants. Mais non, elle a décidé de s’occuper de moi jusqu’au bout, moi qui lui ai volé sa vie. Je rouvris le livre à la même page, et jetai un coup d’œil à la liste des membres de la famille royale. Le dernier nom qui s’affichait était le nom de la princesse, Evanlyn. Etait-ce, comme je le pensais, ma sœur ? Il n’y avait personne à ses côtés, j’en déduisis donc qu’elle n’était pas mariée et qu’elle n’avait ni frère ni sœur. Aucun d’officiel en tout cas. Au-dessus d’elle se trouvait Brendan III, l’actuel roi, qui devait être mon père. Et à côté, le nom de la reine, Anastasia. Cependant, elle était accompagnée d’un symbole qui prouvait qu’elle était décédée. Je fis une moue, sans réelle émotion. Ainsi ma mère biologique était morte ? Cela ne me faisait rien, moi qui avais toujours eu l’amour d’une mère, bien qu’elle soit un peu froide. Selon la représentation elle avait cependant l’air d’être une belle femme, et je reconnus une certaine ressemblance au niveau du nez, à l’époque où le mien n’était pas cassé. Cependant, où que j’aille, je ne trouvais pas de mention d’une quelconque Léana, à part une très vieille ancêtre qui devait avoir vécu il y a plus de cinq siècles. Absolument impossible que ça soit la même personne : ma mère vieillissait visiblement, je me souvenais encore de sa belle chevelure châtain qui s’était peu à peu grisée avec l’âge.

Ces révélations me laissaient cependant perplexe. Que faire maintenant ? Allais-je devoir confronter le roi face à ses actes ? Lui demander pourquoi ils m’avaient abandonné ? Avais-je le pouvoir de le faire sans l’embrocher de colère avec mon espadon ? Tant de questions qui fourmillaient dans ma tête, et qui avaient besoin d’une réponse. J’allai reposer les livres, enfin débarrassé de cette tâche, et sortit m’étirer un peu. Depuis que j’étais ici, je n’avais pas été embêté une seule fois par un démon, sauf dans mes rêves. Je trouvais ça étrange mais cela m’arrangeait aussi. Dans une si grande ville combattre était d’une part désavantageux pour moi et d’autre part dangereux pour les gens. J’étais donc bien heureux de cet heureux hasard, sans pour autant me relâcher. Je soupçonnai le dôme protecteur qu’on m’avait dit magique de jouer un rôle là-dessus, mais je n’étais sûr de rien.

Je devais revenir à la taverne pour récupérer mes quelques affaires, et passai donc par le quartier marchand quand je vis une scène qui m’interpela. Au loin, quelqu’un était en train de se battre avec un solide gaillard armé d’un marteau, qui semblait être forgeron. Ils se frappaient dessus avec force, désireux de mettre son adversaire au tapis. Je m’approchai inconsciemment, curieux de voir ce qui allait se passer. Mais au moment où j’arrivais proche des combattants l’un d’eux, celui qui avait gardé sa capuche pendant la bataille, me sauta dessus, révélant son visage : c’était un démon mineur de Zylaxa. Il avait une horrible tête, semblable à un oiseau d’écaille avec un trou à la place du bec. Bien sûr, il n’y avait que moi qui pouvait voir sa vraie forme, les autres passants voyant sûrement un simple humain. Je parai le coup de poignard que m’envoyait discrètement le démon de ma propre dague et s’en suivit un combat au couteau. Le partisan de Zylaxa était rapide, vif, mais assez peu puissant, ainsi je pus lui égratigner le flan sans me faire toucher. Mais au moment où j’allais enfin prendre l’avantage, le forgeron avec qui il se battait précédemment me mis un coup de marteau à l’arrière du crâne, et je ne dus ma survie qu’à mes réflexes aiguisés avec la chasse. Le marteau frappa mon épaule et je tombai au sol, l’épaule en miette mais le crâne intact. Je venais d’être pris en traître, mais cette fois ci par un humain, qui était sûrement sous le contrôle du partisan de Zylaxa. Après tout, ces derniers étaient connus pour leur fourberie et leur ruse, et la manipulation était une de leurs armes préférées. Je reculai, ma dague dans une main, alors que les deux s’avançaient vers moi, prêt à en finir devant l’indifférence des passants qui devaient être habitués à de tels règlements de comptes. Allais-je donc mourir ici, à cause de mon manque de vigilance, au milieu d’une foule de gens ? Je tentai alors une feinte pour trancher les genoux du démon, mais ce dernier esquiva agilement avant de fondre sur moi comme un rapace, lame en avant. Celle-là, je n’allais pas y échapper. Au moment où la lame allait me toucher, un homme en armure et avec une cape blanche sortit de la foule comme un dauphin bondit hors de la mer, et il envoya bouler mon assaillant d’un coup de bouclier bien senti. Le forgeron, toujours sous l’emprise du démon, tenta de faire fi du garde et de me frapper à coup de marteau, mais un coup du plat de l’épée dans le visage eut tôt fait de lui faire lâcher son arme. Vaincus, mes adversaires en étaient rendus au même niveau que moi, au sol et en désavantage. Un deuxième garde en armure apparut, et pris en charge les prisonniers alors que celui qui venait de me sauver la mise tendit une main vers moi en disant :

« N’ayez crainte monsieur, la situation est sous contrôle. »

Je pris la main qu’il me proposait et me relevait sans ménagement, rangeant mon poignard à ma ceinture alors que les deux prisonniers me jetaient un regard noir. Au moment où ils passèrent à coté de moi, le partisan de Zylaxa me glissa à l’oreille :

« Tu ne seras jamais à l’abri, le maudit. »

Et alors que le garde était occupé, il se saisit de sa dague et se trancha la gorge, retournant à l’état de poussière alors que le forgeron semblait reprendre ses esprits, déboussolé. J’étais moi-même sous le choc, ne comprenant pas tout à fait ce qu’il venait de m’arriver. M’étais-je ramolli à force de lire ? Comment se faisait-il que je n’avais pas pût me défaire tout seul de ces adversaires ? Je remerciai d’un geste de la tête les gardes qui ramenaient le forgeron pour interrogation, et ils me sourirent tout en partant vers la caserne la plus proche. Maintenant qu’ils étaient de dos, je vis le blason derrière leur cape : il s’agissait des Gardiens, les protecteurs de Stellaraë et de ses alentours. Ils avaient voué leur vie à défendre le roi et les habitants de Stellaraë, et c’était tout à fait noble selon moi. Cependant, une idée me vint alors que je les regardais s’éloigner : les Gardiens ayant accomplis des hauts faits devaient sûrement être présenté au roi pour les félicitations, non ? De plus, obtenir une audience avec le roi pour un Gardien devait être bien plus facile qu’en tant que simple péon, j’imagine.
Je me rappelai alors que j’étais parti pour récupérer mes affaires à la taverne, et repartir en hâte après avoir fait rapidement l’inventaire de mes affaires. Fort heureusement, rien ne m’avait été volé durant la mêlée. Dans tous les cas, après avoir paqueté mes bagages, peut être qu’un petit verre allait m’aider à voir clair concernant ce changement de voie que je m’apprêtais à faire.

~~~

Le baraquement des Gardiens me faisait face, simple bâtiment en pierre un peu usé, mais probablement solide. Les passants semblaient éviter d’y demeurer trop longtemps devant, et jetais souvent des regards méfiants quand une patrouille en sortait. Je souris devant cette particularité : pourquoi était-ce toujours les forces de l’ordre qui inspiraient la crainte ? C’était les bandits, les démons ou les autres abominations contre lesquels ils se battaient qui devaient instiller la peur, alors il était étrange que ce soit toujours vers les gardes que se tournaient les regards apeurés.
Moi, de mon côté, j’avais pris ma décision. Après deux bières, et une demi-heure de réflexion, je m’étais rendu à l’évidence : c’était chez les Gardiens que se trouvait la clé pour atteindre le roi. L’idée de partager ma vie avec d’autres personnes ne m’enchantait pas vraiment, moi qui avait toujours été solitaire et habitué à la vie en forêt, mais que serait une quête identitaire sans sacrifices conséquents ? La chaleur me dérangeait par ailleurs, et j’avais dû troquer mes affaires pour une cape brune et un turban. Je reconnaissais qu’il faisait moins chaud dans la ville qu’à l’extérieur, mais je supportais naturellement mal la chaleur et préférais les coins plus frais, comme le Nord.

Je m’approchai de la porte du baraquement, de la sueur perlant sur mon front à moitié camouflé par mon turban noir, et les gardes se mirent aussitôt sur la défensive, croisant leur hallebarde pour m’empêcher le passage :

« C’est pourquoi, citoyen ? » me demanda le plus imposant des deux, en armure complète tant et si bien que je n’arrivais pas à voir de quelle race il provenait.

Je fis un léger sourire, et croisa les bras tout en disant d’une voix ferme et déterminée :

« C’est pour un recrutement. »

[Je souhaite rentrer chez les Gardiens siouplaît]




"L'homme est son propre démon." - Proverbe indien

Liste des RPs en cours:
- ♚
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dilon Deraborne
Administrateur ♦ Guerrier

avatar

Messages : 5124
Expérience : 4226
Masculin Âge RP : 34

Politique : 224
Métier : Forgeron - Maître Absolu
Titres:
 

(Altaïr, Pyrargue de Dilon [Emblème Gardien] +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
3605/3605  (3605/3605)
Vitesse: 567
Dégâts: 2925

MessageSujet: Re: Choix d'une faction   Lun 15 Oct - 22:21

@Brendan  : tu fais désormais partie des Gardiens. N'hésite pas à aller te présenter dans ton QG, ici. Tu remportes également 10 points politiques.






:nainhache:

~Administrateur ♦️ Gardien-en-chef chez les Gardiens ♦️ Membre des Dragonniers ♦️ Rédacteur au Phénix Enchaîné ♦️ Propriétaire de la boutique L'Âme et l'art mûr~

RP1-RP2-RP3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lemondededuralas.org En ligne
Shaoni Drajoll
Pugiliste

avatar

Messages : 202
Expérience : 757
Féminin Âge RP : 42 ans (20 d'apparence)

Politique : 09
Métier : Mineur - Apprentie
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
350/350  (350/350)
Vitesse: 168
Dégâts: 723

MessageSujet: Re: Choix d'une faction   Ven 9 Nov - 8:29

Shaoni venait de quitter Brendan en entrant à Endorial. Elle ne pouvait que constater la beauté de la cité. Les rayons du soleil couchant traversaient avec peine le dense feuillage tandis que la légère brise du vent parcourait les arbres. La djollfuline n’avait jamais vu une ville telle que celle-là, et même si elle n’en avait pas vu beaucoup elle trouva Endorial impressionnant. De plus, le chant des oiseaux, l’odeur de la forêt, tous les bruits des petits animaux étaient toujours présents et ne lui donnait pas l’impression d’être dans une ville même avec l’activité elfique qui se mêlait à la forêt. Ce n’est pas l’environnement qui s’est adapté aux elfes, mais les elfes qui se sont adaptés à l’environnement. Pour Shaoni qui avait toujours apprécié la nature, c’était agréable. Elle avait toujours apprécié la nature, elle s’y sentait à l’aise. Alors trouver une ville comme celle-ci…

Mais il n’était pas vraiment temps de réfléchir à tout cela, elle devait d’abord trouver un lieu où dormir et après peut-être, elle pourra visiter cette belle ville. Shaoni se remit en marche pour trouver une auberge. Au début, elle eut du mal à ce repéré dans ce lieu étrange, mais elle demanda de l’aide à elfe qui passait. Celui-ci fut assez gentil pour lui indiquer la bonne direction et deux minutes plus tard, elle entrait dans une auberge. Elle demanda une chambre pour la nuit avant de s’installer pour manger quelque chose. Quelques personnes se trouvaient ici, entre ces murs de bois.

La jeune Djollfuline commanda son repas et mangea en silence tout en prêtant attention aux conversations environnantes. Elle pouvait toujours apprendre quelque chose ici. Cependant, elle laissa rapidement ses pensées vagabondées lorsqu'elle entendit parler de la Garde Zéphyr par un des elfes qui se trouvaient à proximité. Elle se trouvait à Endorial, dans la forêt de Sylfaën, elle avait bien sur entendu parler de la Garde Zéphyr. Elle connaissait quelques organisations de Dùralas, mais la Garde Zéphyr était celle qui correspondait le plus avec ses valeurs de ce qu’elle savait. C’était une organisation qui défendait la nature et les animaux apparemment. Shaoni savait peu de chose sur cette organisation si ce n’est cela. Et c’était déjà un objectif très louable selon elle.

Shaoni ne sait pas vraiment comment l’idée lui est venue, mais une chose est sûre, elle ira voir dès demain la Garde Zéphyr pour sûrement l’intégré, ou au moins en apprendre plus sur eux. Elle qui voulait voyager et surtout apprendre, intégré la Garde Zéphyr lui permettrait d’en apprendre plus sur la forêt de Sylfaën et tout ce qui s’y trouve tout en protégeant la nature. La Garde Zéphyr devait en savoir beaucoup sur les plantes et les animaux. De plus, pour elle qui ne voulait pas vraiment se mêler à la politique, elle pourra en apprendre plus sur celle-ci sans y participer vraiment, ou du moins elle espérait, car la Garde Zéphyr se voulait indépendante de toute cité.

Défendre la nature était un très bon objectif, un objectif qui lui correspondait, et si elle pouvait en apprendre plus alors c’était parfait. Intégrée une organisation lui apprendrait sûrement beaucoup de choses sur ces terres et lui permettrait aussi de rencontrer de nouvelles personnes. En somme, cela lui donnerait une nouvelle expérience de Dùralas et c’était exactement ce que Shaoni voulait.


[Je souhait rejoindre la Garde Zéphyr, merci.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Juge
Personnage Non Joueur

avatar

Messages : 4550
Expérience : 15436
Féminin

MessageSujet: Re: Choix d'une faction   Dim 11 Nov - 13:55

@Shaoni Drajoll : tu fais désormais partie de la Garde Zéphyr. N'hésite pas à aller te présenter dans ton QG, ici. Tu remportes également 8 points de faction bonus

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Choix d'une faction   

Revenir en haut Aller en bas
 

Choix d'une faction

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

 Sujets similaires

-
» Choix d'une faction
» Sénateur Anacacis; entre l'échec et les mauvais choix du peuple haitien
» Le choix des semis-elfes
» Que faire avec le choix 2012?
» Questions de débutant (choix big-boss)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Accueil :: Organisation :: Bureau des réclamations-