AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Aëgnor
Le Monde de Dùralas a précisément 3005 jours !
Dùralas, le Ven 21 Jan 2022 - 21:26
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !
Venez voir le calendrier de l'Avent ici !
Le Deal du moment : -40%
-40% sur la Souris Gaming sans fil Wifi Logitech Pro X ...
Voir le deal
89.99 €

 

 Origine oublié

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous


Origine oublié Empty
MessageSujet: Origine oublié   Origine oublié EmptyJeu 18 Mai 2017 - 22:15
Séparation du contenu
Les informations regroupées ici sont, pour la plupart, inconnus de Garràn et peuvent donc servir pour d’éventuels liens avec d’autres personnages (connaissance/ami(e)/ennemi(e) de certain membre de la famille). Si Garràn n’a pas connaissance de ces informations, c’est parce qu’il est à la recherche de son passé. Il en fait donc sa quête personnelle. Même si notre héros à la mèche couleur neige ne connait que son père, sa famille est bien plus importante qu’il ne le pense.

MIDOS

L’Ambassadeur de la mort


Nom : Midos

Âge : Décédé à l’âge de 82 ans

Race : Stryge Noir

Portrait de Midos:
 

Avant d’être le père de Garràn, Midos était un illustre Exécuteur, faisant partie de l’élite des guerriers de la tour noire, sous les ordres d’Onze, autrement appelé « La Mort ». Ses exploits ne ce comptaient plus, il était aussi bien craint chez les Stryge Blanc, pour avoir éliminé un nombre incalculable de Purificateur, que chez les Stryge Noir où sa présence et l’aura qui l’entourait forçait le respect. Mais s’il se devait d’être aussi fort et influent, ce n’était pas pour n’importe quelle raison. Conseillé de Onze lui-même, il faisait la liaison entre les bas fonds de la tour et son sommet ou trônait la Grande Matriarche, Danaë, Sœur ainé de Midos.

Ayant étés élevés ensemble, Danaë et Midos s’entendaient comme un frère et une sœur, bien qu’ils ne soient pas du même père, ils furent élevés ensemble. Une certaine complicité était née et celle-ci avait perduré malgré le fait qu’ils se soient séparés, l’une suivant sa formation de futur Matriarche et l’autre, s’engageant dans l’armée Strygienne, chez les Exécuteurs. Danaë devenue Matriarche et Midos, un excellent guerrier de renom, la Matriarche le nomma ambassadeur de la mort, conseillé principal de Onze. Ainsi, leur complicité pouvait vivre indéfiniment, sans aucune limite, sans aucune restriction.

Les années s’écoulèrent petit à petit et c’est à peu près vers la soixante-dizaine que la Matriarche envoya son jeune frère en mission confidentielle dans le Nord-Est du continent, au Nord de Baldorheim. Mission qui ne devait pas s’annoncer périlleuse, mais qui se devait être secrète pour le bien de la communauté. Les conflits entre les Stryge devenant de plus en plus conséquente, le roi et la reine des deux tours du Lac Fresha cherchèrent par tous les moyens à augmenter leur effectif, le nombre d’allié, leurs armes. C’est dans cette course à l’armement que certain adepte du Dragon localisèrent une puissante relique capable d’éradiquer le mal que représentait les Stryge blanc. C’est donc avec comme objectif de ramener cette relique à la tour noire que Midos fut envoyé dans ces contrés lointaines.

Bien entendu, les Stryge Noir n’étaient pas les seuls à avoir eu vent de cette information, leurs ennemis jurés avaient également eu leur propre source d’information. C’est donc sur place qu’il fit la connaissance de Filya, bras droit de l’ex commandante des purificateurs, Era. Celle-ci était venue pour la même raison que lui. Ils se livrèrent un combat sans merci durant plusieurs mois sans pour autant avoir un quelconque vainqueur. Durant leur combat qui leur semblait être éternelle, chacun d’eux analysait son adversaire, leur ressemblance, leur différence. Petit à petit, ce qu’ils appelaient un combat à mort au début devint un combat d’entrainement. Ils avaient chacun en face d’eux leur égale, ne trouvant aucun vainqueur, peut-être de peur de ne plus retrouver un adversaire tel que celui-ci à l’avenir. Ils eurent le temps d’échanger plus que de simples coups de lame, durant ces mois, ils avaient également pris le temps de converser. Étant donné que le perdant trouverait la mort, discuter de projet confidentiel ne les dérangèrent pas plus que cela. Mais cela n’était valable qu’au début de leur combat. Puisque que la raison de leur combat interminable s’effritait et perdait de son sens, leur envie de se battre faiblissait également, jusqu’au jour où, fatigué de combattre, de lever les armes, ils préférèrent abandonner ce combat, acte impardonnable chez les Stryge Noir comme pour les Stryge Blanc.

Durant les années qui ont suivi, ils prirent le temps de s’étudier mutuellement, dans apprendre plus sur leur communauté opposé. Le temps passa aussi rapidement qu’une aiguille au travers le tissu pour finalement concevoir le couple qu’était devenu Filya et Midos. Ils retournèrent chacun à leur tour respective pour informer leur supérieur de leur échec, s’étant promis de ne pas trahir leur confiance à leur moitié. Midos expliqua à sa sœur aînée que la relique avait été détruite lors de son combat contre une purificatrice aussi doué que lui dans l’art de la guerre. Ce fut-là sa première erreur que de révéler l’identité de celle-ci. Prétextant de la présence de morceaux de relique pouvant toujours servir une fois assemblé, Midos reparti en mission pour une durée indéterminé. Lui et sa moitié s’étaient promis de répéter ce même mensonge pour pouvoir se retrouver. Ils retournèrent là où tout avait commencé, établir leur foyer et ainsi naquit Garràn et sa sœur jumelle, enfants d’un Stryge Noir et d’une Stryge Blanche. Le premier récupéra les yeux et une mèche de sa mère et la curiosité et l’envie de découvrir de son père. La seconde hérita de la chevelure de sa mère et de la volonté inébranlable de son père. Un parfait mélange qui allait faire naître probablement les deux premiers Stryge Gris depuis plusieurs siècles et peut-être instaurer la paix entre les deux peuples.

Malheureusement, il était impossible de garder un tel secret indéfiniment. A 85 ans, la Matriarche, Danaë, décéda de façon mystérieuse. Le grand public fut prévenu qu’elle était décédée de vieillesse. Ce qui laissait le trône sans gouvernement le temps que la nouvelle Matriarche soit totalement prête à assurer ce poste, celle-ci n’avait encore que 7 ans. Le pouvoir fut donc remis temporairement aux adeptes du dragon, le temps de terminer l’apprentissage de la jeune Matriarche jusqu’à ses 16 ans. C’est durant ce changement que les adeptes furent mis au courant de la mission secrète qu’effectuait Midos. Ils décidèrent d’envoyer deux Exécuteurs pour en informer l’ambassadeur de la mort. C’est lors de cette malheureuse rencontre que Midos apprit la triste nouvelle à propos de sa sœur et que les Exécuteur apprirent l’affreuse surprise qui les attendait dans le foyer de leur idole. Midos n’eut d’autres choix que de faire disparaître les témoins de son premier péché, c’est ainsi qu’il commit son second péché. Sans plus attendre, Midos était reparti vers la grande tour noire pour en apprendre plus sur le décès de son aînée.

Arrivé à bon port, c’est Galdàm, à la fois grand ami et mentor de Midos, qui l’accueillit. Étant donné que la nouvelle allait attrister au plus au point son meilleur ami, il était le premier à vouloir le voir et ainsi prendre de ses nouvelles puisque Midos s’était absenté durant huit longues années. Il lui remit également une lettre lui étant adressée de la part de la Matriarche, lettre qu’il devait remettre en main propre sans jamais l’ouvrir, chose qu’il avait faite après avoir prêté serment. Il rangea cette lettre précieusement, préférant l’ouvrir à un moment plus opportun. Après tout ce temps, quoi de plus normal de discuter de tout ce vide qu’avait laissé Midos derrière lui après cette longue absence ? Ce fut-là son troisième péché que de mentir à son frère d’arme, autour d’une chope qui plus est ! Mais il ne pouvait révéler la vérité à personne et il en était bien conscient. Que ce soit pour sa famille et pour les gardes portés disparu venu retrouver Midos, il s’arrangea pour dissimuler la vérité sous un tas de mensonge en tout genre qui lui semblait dés plus rationnel. Aucune question. Son ami semblait le croire et n’insista pas. Ils se donnèrent rendez-vous pour la sépulture qui devait avoir lieu dans les jours qui suivent. C’est durant ce repos qu’il prit le temps de lire la dernière faveur de sa sœur adorée. Écrit à la va-vite semble t-il :

« Cher Midos, cher frère,

Cela fait bien longtemps que tu ne donnes plus de nouvelle, mais connaissant tes capacités et ta volonté inébranlable, je sais que tu vas pour le mieux.

Malheureusement, je ne peux en dire autant. Malgré mon statut et mon autorité sur la tour, un groupuscule de Stryge s’est formé, n’approuvant aucunement mes méthodes et mes choix politiques, et certain de leur membre font partis de mes serviteurs.

J’ai un très mauvais pressentiment quant aux années à venir. Je me sais en danger, mais il est de mon devoir de faire face à ces conflits qu’ont engendrés mon égoïsme et ma vision borgne quant à l’avenir de notre peuple.

Que tes ailes t’emportent haut dans le ciel et que ton cœur t’emmène loin sur l’horizon.

Danaë. »

N’importe qui aurait pu comprendre son inquiétude, surtout maintenant puisque la nouvelle Matriarche est encore toute jeune et facilement influençable. Ces adeptes ayant fait face à Danaë et qui l’avaient peut-être même assassiné, puisque son décès aussi mystérieux qu’étrange à l’âge de 85 ans le laissait dans la plus grande des confusions. Impossible pour lui d’imaginer sa sœur décéder de vieillesse avant lui. Selon lui, sa sœur avait été éliminée dans l’ombre par un membre de ce groupuscule mentionné dans cette lettre. Cela leur permettrait d’assister la nouvelle Matriarche jusqu’à ce qu’elle soit entièrement autonome. Mais à cet âge, il est facile de l’influencer et c’est certainement ce qu’ils avaient cherchés à faire afin de pouvoir l’endoctriner et lui imposer leurs idéaux. Une bien triste ironie que de voir la fille de l’ancienne Matriarche changer radicalement d’ordre politique.

C’est ainsi que, une fois la sépulture passée, fut proclamé le règne de la nouvelle Matriarche pour lequel tous les Stryge Noir devaient se prosterner et lui prêter allégeance. Encore sous le choc de la disparition brutale de Danaë, il décida de devenir déserteur en refusant de s’agenouiller. Il venait de souiller les principes de la loyauté aveugles dont faisait preuve tous les Exécuteurs et avait également changé à jamais l’image qu’avait Midos en tant qu’Ambassadeur de la mort, l’un des meilleurs Exécuteurs qu’est connu la tour noire, en un traitre méprisable et haït de ses semblables. Il retourna donc auprès de sa bien aimée afin de lui dire tout ce qu’il s’était passé depuis son départ. Bien que la Matriarche ait décidée simplement de bannir Midos à cause des liens qu’il entretenait avec sa mère, ce-dernier savait pertinemment que son ancien chef, Onze, n’allait pas rester sans rien faire après un tel affront. Ils devaient impérativement se cacher pour le bien de leurs enfants. C’est d’ailleurs dans cet intérêt qu’ils décidèrent de faire oublier ces huit années à leurs enfants, leurs évitant bien des malheur à l’avenir puis, ils partirent chacun de leur côté avec un enfant. Midos prit Garràn sous son aile pour rejoindre le village de Khétak, ce dernier ne se souviendrait de rien à part avoir vécu dans ce village depuis sa naissance, oubliant les traits de visages angéliques de sa sœur et l’amour infini de sa mère.

Cette année avait été longue … très longue. Il avait apprit, il avait contredit, il avait fuit. Il s’était séparé de son amour et de sa petite fille n’ayant plus qu’un seul trésor à protéger. Malheureusement, le sortilège d’oubli lancé par Filya sur leur fils lui avait littéralement brisé le cœur. Mais ce n’était pas le plus douloureux. Ce qu’il devait endurer chaque jour, c’était ses questions incessantes à propos de sa mère qu’il n’avait jamais connue. Vivre avec quelqu’un ayant oublié l’essentiel de sa vie, ayant oublié sa famille et ne jamais pouvoir lui dire la vérité pour lui éviter les pires malheurs qui l’attendrait à la tour noire s’il connaissait la vérité. Voilà la véritable douleur que surmontait chaque jour Midos et chaque jour, il sombrait un peu plus dans la folie. Mais on ne cache jamais la vérité à un enfant, on fait en sorte de lui caché le plus longtemps possible et il arrive un jour où trop de mensonge s’entasse autour de la vérité. En voulant cacher ses ailes à son fils ayant peur de sa réaction et ne souhaitant pas à avoir à faire un choix sur les réponses à ses questions, la grande cape qui les recouvrait devenait un mystère à percer pour celui-ci. Sa curiosité avait finalement triomphé de « la volonté inébranlable » de Midos. Il lui était impossible de lui cacher la vérité plus longtemps, mais il se refusa encore de lui avouer la vérité lui-même.

C’est ainsi qu’il retourna à la tour noire, se rendre à la garde Strygienne, ayant trop honte du mal qu’il avait fait subir à son propre fils. Il en était terriblement désolé, mais ne pouvait lui envoyer qu’un dernier message. Une seule personne de confiance connaissait encore la vérité et il ne tiendrait qu’à lui de la découvrir. Il n’avait pas été présent aux côtés de sa sœur pour la protéger et n’avait pas été le père qu’il aurait dû être auprès de ses enfants. Il avait assassiné des Stryges noires, chose inconcevable chez tous les Stryge, avait menti à son frère d’arme, son meilleur ami Galdàm et s’était dressé contre la Matriarche. Voilà les cinq péchés qu’il avait commis durant son existence. A jamais, il restera prisonnier des enfers, loin de sa sœur qui, elle, se sera envolée haut dans le ciel.
Revenir en haut Aller en bas
 

Origine oublié

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Accueil :: Présentations des membres :: Généalogie-