AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Mephistopheles
Le Monde de Dùralas a précisément 2636 jours !
Dùralas, le Dim 17 Jan 2021 - 10:05
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !
Venez voir le calendrier de l'Avent ici !
-40%
Le deal à ne pas rater :
Remise de 40% sur le sac à dos en cuir Lacoste Chantaco
156 € 260 €
Voir le deal

 

 Segunda Odisseia [solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sobek E. Grey
Thaumaturge

Sobek E. Grey

Messages : 125
Expérience : 1189
Masculin Âge RP : 25

Politique : 21
Métier : Chasseur - Maître
Titres:
 

(Calebasse démoniaque, +200, v+200, Calebasse Piñata : Les récompenses en pièces d'or de fin de combat concernant les tours passés sont multipliées par 10 [le voleur aura le droit à une multiplication par 20])

Stats & équipements
Vitalité:
Segunda Odisseia [solo] 1559870510-barre-vie-gauche2089/2089Segunda Odisseia [solo] 1559871461-barre-vie-rouge  (2089/2089)
Vitesse: 363
Dégâts: 771

Segunda Odisseia [solo] Empty
MessageSujet: Segunda Odisseia [solo]   Segunda Odisseia [solo] EmptyJeu 7 Jan 2021 - 14:31
Séparation du contenu
Segunda Odisseia [solo] E9nu

Première Partie : De Feu et d'Or
Chapitre I : Flammes Bleues


L'hiver était présentement rude en Spelunca, les températures de plus en plus négatives jumelées à des chutes de neige importantes vers les cimes d'où Château-Rouge surplombait le Massif rendaient la vie dure à qui n'était pas protégé par l'enceinte de la forteresse, et quand bien même on y vécu seuls les plus proches partisans de la Cour du Régent jouissaient de conditions confortables grâce aux aménagements d'aqueducs et égouts précédemment aménagés par les Laboratoires Fortuna, seulement épargnés par les Lycans lors de la précédentes destruction de la ville car ces derniers n'en comprenaient pas les usages.

La cité avait regagné de sa splendeur, en grande partie grâce aux investissements accordés par la popularité grandissante de Sobek Elpoemer Grey auprès de la classe bourgeoise qui s'émerveillait de chaque épisode de la Chasse des Cœurs Brisés, mais aussi grâce aux clans de la noblesse qui s'étaient pour la plupart ralliés sous la férule du régent Grey. La ville avait ressuscité en même temps que son monarque, nichée dans le creux de deux cimes, protégée naturellement par la géographie rocheuse, et le château lui même, tout de pierre volcanique, envoyait ses tours gratter les cieux gris de Dùralas de pointes menaçantes.
Dans l'enceinte, on avait vu réapparaitre des fontaines et cours d'eau afin que les plus modestes puissent y puiser la leur et laver leur linge, tandis que les plus riches voyaient l'eau arriver directement dans leurs baignoires et demeures. Au château, des parvis de fleurs jonchaient l'entrée autrefois en cendres, et les jardins royaux, ouverts au public, étaient d'une grande beauté pour qui désirait une promenade entre les haies, rosiers Spelunciens, et lotus qui jonchaient les mares, le tout entretenu de la main experte des goules jardinières.

Plus récemment, la construction de l'opéra avait suscité grand émois parmi la population du Massif car les concerts hebdomadaires qui y étaient joués s'avéraient gratuits, et  beaucoup des troupes qui représentaient là bas des classiques du théâtre vampire tel Phaedra, Hélène de Spelunca, ou Hully et l'Odyssée que les nobles adoraient. C'était néanmoins l'établissement de salles spéciales, prévues pour la projection de cristaux diffuseurs qui rejouaient les différentes enregistrements audio-visuels de la vie quotidienne de Sobek Elpoemer Grey qui amenait le plus de spectateurs, prêts à payer 50 pièces d'or le ticket d'entrée.
L'économie de Château-Rouge reposait ainsi sur sa culture, mais aussi sur le Musée de la Guerre, érigé à partir de la collection personnel de son régent qui y avait cédé ses manuscrits sur ses camarades les plus légendaires (De DoÖoN à Hevoria, en passant par Saigo et Shakti), sa vie, mais également des reliques inestimables dont une tentacule du Kraken de la Tempête qu'il avait jadis abattu, une écaille de Natsuhydr dont il avait présidé l'arrivée à Ishtar, et des armes diverses et variées ayant appartenu à des ennemis du royaume.

Toutefois, et même si la simple rente des projections des cristaux suffit à maintenir Château-Rouge en de bonnes conditions monétaires, l'économie de Château-Rouge a connu un bond considérable depuis l'implantation de serres dans les Jardins Royaux qui grâce à l'emploi de différents alchimistes et maitres de la terre cultivent toute l'année des fruits et légumes ainsi que des plantes plus ou moins exotiques qui servent à l'exportation.

Sobek Elpoemer Grey, assis sur son trône, qui avait jadis représenté un Dragon en or et en ivoire désormais plus sobre sous les traits d'un siège de pierre volcanique affublé d'une fourrure en poils de Lycan, observait sa ville et son fourmillement par delà les énormes vitres de la salle du trône. Il était satisfait de la manière dont les choses s'étaient déroulées jusqu'ici ; sans effusion de sang, et avec une bonne dose de diplomatie et culte de la personnalité, Château-Rouge avait connu une renaissance calme et prospère. Deux des six clans principaux lui avait juré allégeance, tandis que trois lui étaient demeurés neutres, plutôt sympathiques dans l'ensemble mais sur leur gardes quant à ses précédents agissements. Les Celst, en revanche, lui étaient ouvertement hostiles et rejetaient sa régence, même s'ils coopéraient grâce aux accords commerciaux et avantages à faire partie du Conseil centralisé à Château-Rouge.

Un bon début, qu'il saurait métamorphoser plus tard. Les clans sympathisants ne lui ayant pas encore ployé le genoux le feraient en temps et en heure, et il saurait gérer l'hostilité, mais il faudrait attendre. Château-Rouge possédait une cité difficilement attaquable, et une économie stable, mais il lui manquait beaucoup ; à commencer par une armée.
Le sujet préoccupait tant Styx que le Chevalier Honoraire Alphonse Galhaad, chargé des affaires de la guerre, qui avaient estimé leur effectif à une cinquantaine d'hommes, et moins de la moitié de chevaux même si ces derniers, en leur qualité d'étalons Spelunciens, étaient de bonne qualité. Alphonse comptait à lui seul pour une dizaine d'hommes bien entrainés, tant ses talents de technophile lui permettaient d'user d'une armure adaptative au combat qui le cerclait d'éclairs et sa lame usait de la foudre pour décimer les rangs ennemis, mais ceux qui l'avaient suivi, des déserteurs de la Congrégation répudiant n'importe qui qui n'était pas Styx, étaient plus doués pour des tactiques d'embuscade et assassinat que de défense et militarisme de guerre. Une très mauvaise garde, donc. Sobek Elpoemer Grey était lui-même bien plus faible que le croyaient les gens ; restés sur les légendes de son époque pré-disparition, ils lui prêtaient encore des pouvoirs incommensurables. Il était certes resté un prodige arcanique et plus compétent que la plupart du Massif, mais dans l'échiquier Dùralassien il se classait parmi les plus faibles combattants à présent.

C'était le thème du conseil sur la guerre qui se tenait à présent, entre lui, Alphonse, et Yuli. Cette dernière avait élu résidence à Château-Rouge, préférant le luxe de ses appartements aux rivières de toute façon gelées en cette saison. La sirène abyssale était chérie de Grey tant ses pouvoirs étaient grands, et parfois il se surprenait à frémir en repensant à comment elle avait triomphé d'un Sorceleur pour mener le rîte d'Insmousse, cité qu'elle avait offerte aux Dieux qui dorment dans les Océans. Il savait que même si elle n'exerçait plus en tant que Muse de la Tempête, elle demeurait une maîtresse des eaux et des sorcelleries qui gonflait son pouvoir de dissuasion. Il faudrait juste éviter qu'elle ne perde le contrôle, car les Abyssales sont par nature des prédatrices au même titre que les vampires, et Yuli Sibly en était un spécimen de choix.

Cette dernière répondait à la suggestion d'Alphonse de recruter des milices privées qu'ils n'avaient rien à craindre tant qu'elle et Alphonse seraient là, que les deux pouvaient écraser toute forme de résistance, et Grey penchait néanmoins du côté de son chevalier. Il expliquait à la sorcière comment les deux ne pourraient décemment protéger leur plus grande source de revenus ; toute la population. Qu'ils soient gueux ou nobles, bardes de passage ou riches étrangers venus découvrir la toute nouvelle cité vampire, Yuli et Alphonse ne pourraient jamais être à milles endroits en même temps, et qu'il fallait acquérir des hommes entrainés. Il ajoutait que ceci dit elle n'avait pas tort, Sobek Elpoemer Grey pouvait se passer d'une garde comme il l'avait jadis eu, tant ses deux amis étaient plus que suffisants à maintenir une aura dissuasive qui s'étendait à toute personne sensée qui connaissait les exploits de la Muse Abyssale et du Juge d'Acier qui avaient sévi à la Congrégation par le passé.
Le conseil se portait donc sur le choix des hommes à recruter.

Sobek annonçait alors qu'il s'absenterait à partir de demain et que Yuli et Alphonse seraient nommés Mains du Régent pour assurer les affaires -plutôt calmes grâce à la nouvelle dévotion de Grey à traiter la paperasse- de la cité, tout en leur laissant à chacun le loisir de se trouver une escouade ne dépassant pas la centaine qu'ils dirigeraient par la suite. Avec approbation préalable du Régent, déclarait-il en observant le regard mystérieux et plutôt inquiétant de la sirène, pas d'hommes-crabes en Spelunca. Lorsqu'Alphonse l'interrogeait sur le pourquoi de son absence, après qu'il annonçait la fin du conseil de guerre, il répondait devoir traiter avec la Cabale des Exilés du désert.

Les Exilés avaient enseigné à Sobek l'art de la pyromancie, l'alchimie, et plus globalement tout ce qu'il découvrait possible en le corps d'Elpoemer à présent, et il voudrait que leurs maîtres du feu lui enseignent l'art de maîtriser les spécialisations de l'élément le plus ravageur de tous. Pour Styx, il faisait sens que le Régent de Spelunca manie la magie capable de tuer les vampires ; la crainte des flammes est inscrite dans chaque esprit speluncien, et c'est un réflexe inné pour les siens que de fuir le feu, en apprenant Sobek capable de manier le feu plus habilement que jamais il instaurerait chez les incertains et détracteurs une peur qui les pousserait soit à le rejoindre soit à l'attaquer. Dans les deux cas, il mettrait fin au status quo qui risquait de porter préjudice à ses projets par la suite. Se voir ridiculisé au Conseil Vampire ou lâché dans ses décisions n'était pas une option.
Alphonse approuvait grandement, tandis que Yuli grommelait que l'eau était quand même plus classe que le feu, et une fois la nuit tombée Styx se munissait de son pur sang speluncien pour chevaucher jusqu'aux entrailles du Massif où l'attendaient les Cabalistes.


Une semaine avait passé, comme l'avait annoncé Sobek, et Alphonse avait œuvré de concert avec Yuli pour recruter cent hommes dont chacun d'entre eux avait pu sélectionner la moitié. Durant les jours qui avaient suivi l'annonce du départ du Régent, on avait laissé des consignes strictes aux travailleurs de Château-Rouge afin qu'ils ne préparent la place principale, la Place Rouge, pour la présentation des nouvelles forces armées qui peupleraient le château et auraient pour seul but de protéger les vassaux du Régent. Bien entendu, une allocution royale était prévue, et on avait convié tous ceux qui le désiraient, Vampires ou non, à venir célébrer la naissance de l'armée de Château-Rouge.

Au septième jour la Place Rouge était animée, et une parade avait défilé avec en tête Sobek Elpoemer Grey, à sa droite se tenait le Chevalier Honorifique Alphonse Galhaad et à sa gauche la Main du Régent Yuli sibly. Des musiciens jouaient l'Hymne de la Rose ainsi que différentes mélodies guerrières traditionnelles afin d'accompagner la garde du château et les deux nouvelles forces armées de la capitale vampire ; vingt prêtresses des abysses, sous les ordres de la Muse Yuli, répondant au nom des Filles de la Tempête, et les Lions d'Argent d'Alphonse Galhaad, cinquante technophiles qui paradaient avec leurs inventions mécaniques.

Une fois parvenu au centre de la place, noire de monde, où certains s'étaient même juchés sur les toits, et sous une pluie de confettis et rubans, Styx réclama le silence d'une simple main levée. Et ainsi tous se turent à l'unisson.


- Mes chers camarades. Aujourd'hui nous célébrons l'arrivée des Filles de la Tempête et des Lions d'Argent qui s'ajoutent aux Frelons Spelunciens qui sont restés fidèles à la Couronne Vampire. Applaudissez ces hommes qui n'auront aucun autre droit et privilège que de vous servir, vous, les mains qui soutiennent le Massif !

Tous applaudissaient, et certains jeunes vampires aux humeurs enflammées allaient même jusqu'à siffler les belles sirènes en robes blanches qui répondaient en hochant timidement leurs têtes couronnées de lilas, entrelacés dans des chevelures blondes, brunes, et bleues, qui surplombaient des visages aussi angéliques qu'ils ne dissimulaient la dangerosité de celles capables de charmer d'un simple regard. Certains autres -Sobek le premier- lorgnaient les torses nus en dépit de l'hiver des Lions d'Argent, et leur toison virile, ainsi que leurs carrure qui paraissait aussi rassurante et brutale que la pierre du Massif.

- J'ai deux annonces à vous faire aujourd'hui, hormis bien entendu celle de nos nouvelles recrues. La première est la promotion de Yuli Sibly et Alphonse Galhaad au rang de Généraux.

Nouvelle salve d'applaudissement, Styx hoche la tête envers ses amis qui le gratifient d'un sourire.

- La deuxième est un peu plus personnelle. J'ai passé une semaine en compagnie des maîtres des flammes de la Cabale Speluncienne, et désire ardemment, jeu de mot volontaire, vous en montrer les résultats. Si mes camarades veulent bien faire de la place, j'affronterais en duel l'un des Chefs de la Meute Lycane capturé il y a quelques jours par ma chère Yuli.

Un "ho" de surprise parcourt l'assemblée, tandis que sous des rires et applaudissements on amène enchainé un homme aux traits sauvages et habillé de sorte à lui ôter toute possibilité d'humanisation ; des vêtements archaïques pour une race archaïque. On sifflait le prisonnier, le huait, et lui jetait divers projectiles allant de simples tomates à de bons gros crachats, sous le regard noir de haine de Sobek Elpoemer Grey qui prenait place à l'opposé de la place. Un couloir définit par deux foules haranguées s'était naturellement formé.

- Ne le huez pas, il s'est battu pour ce qu'il pensait être juste, et c'est tout à son honneur. S'il parvient à me battre, il gagnera sa liberté et m'infligera une grande honte... si je gagne en revanche... eh bien... je laisserais à mes chers sujets le choix de son destin !

A la dernière phrase, tous hurlèrent "A MORT !" et le sourire du vampire se fit plus grand. Il raffermissait sa posture de combat, et ordonnait que l'on relâche le prisonnier de ses entraves. Libéré, l'homme gagnait progressivement sa forme transformée, énorme bête noire et à la gueule écumante, face à un Sobek droit et au regard mauvais.

Après avoir provoqué son adversaire d'un geste de la main, déclenchant dans un même temps le rire de la foule, le régent esquivait habilement la charge du Lycan, mettant à profit l'enseignement physique des maîtres du feu pour bondir et passer au-dessus du loup à qui il décochait son premier exemple de sa plus récente maîtrise sur l'élément. De deux doigts tendus il faisait jaillir une gerbe de flammes bleues qui allaient lécher l'homme-bête, terrifié, qui éteignait tant bien que mal ce qui se propageait à la surface de sa fourrure en glapissant.

Styx ne perdait pas de temps, et enchainait avec plusieurs mouvements qui répandaient autant de flammes bleues autour d'eux, sous les cris plus fous que jamais du peuple Speluncien, aucun ne touchait le loup mais ce dernier était désormais en posture extrêmement passive, tentant d'esquiver les flammes plutôt que d'attaquer. Lorsqu'il se décidait à contre attaquer, bondissant sur le vampire, ce ne fut que pour tomber dans le piège du régent qui incantait aux flammes des côtés de venir se rassembler sous le Lycan avant de former une colonne qui achevait de le calciner.
Rampant, haletant, et grandement brûlé, le loup était redevenu humain, et tentait de se trainer loin des flammes bleues de Grey.

Ce dernier bondissait sur son opposant et plaquait fermement son pied sur son crâne, questionnant la foule du regard qui scandait "A MORT" sans plus s'arrêter.

C'était eux qui l'avait voulu.

En une ultime démonstration de ses talents acquis, le Thaumaturge levait une main au ciel et pointait l'autre sur le corps fumant du Lycan. En un éclair, la foudre frappait sa main tendue et se déversait à partir de l'autre dans une violente déflagration.
Le Lycan mourut en hurlant, et Styx fut acclamé toute la journée comme héros Speluncien, gagnant dans les ballades bardes et virtuoses le titre de "Thaumaturge Azul" selon l'ancienne langue vampire pour dire "Bleu".
Revenir en haut Aller en bas
Sobek E. Grey
Thaumaturge

Sobek E. Grey

Messages : 125
Expérience : 1189
Masculin Âge RP : 25

Politique : 21
Métier : Chasseur - Maître
Titres:
 

(Calebasse démoniaque, +200, v+200, Calebasse Piñata : Les récompenses en pièces d'or de fin de combat concernant les tours passés sont multipliées par 10 [le voleur aura le droit à une multiplication par 20])

Stats & équipements
Vitalité:
Segunda Odisseia [solo] 1559870510-barre-vie-gauche2089/2089Segunda Odisseia [solo] 1559871461-barre-vie-rouge  (2089/2089)
Vitesse: 363
Dégâts: 771

Segunda Odisseia [solo] Empty
MessageSujet: Re: Segunda Odisseia [solo]   Segunda Odisseia [solo] EmptyJeu 14 Jan 2021 - 2:28
Séparation du contenu
Première Partie : De Feu et d'Or
Chapitre II : Veritas


De nouveau réunis autour d'une table de pierre blanche, le trio qui commandait Château-Rouge se penchait aujourd'hui sur la missive interceptée par les agents du régent à destination du dignitaire du Clan Celst, seul ouvertement hostile à Styx à la tête de la confédération des clans Spelunciens.

Yuli et Alphonse avaient lu, chacun à leur tour, la lettre avec des sourcils froncés pour le dernier et un sourire carnassier pour la première, tandis que Grey commandait aux serviteurs qu'ils quittent la salle du trône en laissant derrière eux une quantité de vin suffisante à faire carburer ce conseil. Il sirotait présentement sa coupe en or, lorgnant de deux billes plutôt amusées Yuli qui terminait sa lecture, et admirait à deux doigts de l'hilarité Alphonse qui bombait le torse en soupirant gravement. Quelle drama queen. Loves it.

La sorcière abyssale s'allumait un cigare, repoussait ses cheveux d'azur sur son épaule gauche, et tapotait la table du bout des ongles. Visiblement trop furax pour parler, son Chevalier Honoraire préférait se servir un verre puis le vider presque sans pause entre ses mouvements avant de recommencer avec un autre.

Devant cette gêne improductive, le régent prenait la parole.


- Des commentaires ?

Alphonse prenait aussi tôt la parole, abattant un poing fermé sur la table, et voyait ses pommettes rougir dans une expression de rage qui fit Sobek tomber un peu plus amoureux de celui qui serait prêt à incendier la terre pour le voir en sécurité.

- Parjure : Traîtres ! Ils étaient là à ton couronnement, qui bien que de ta propre initiative, n'a été contesté par aucun des clans de lâches qui depuis des siècles vendent notre territoire aux Lycans ! Le Conseil doit en être informé de suite, et les Celst traduits en justice... j'exécuterais moi-même chaque tête de leur clan ! La voilà la vérité en Spelunca, ils sont tous là à comploter dans ton dos sans jamais avoir assez de couilles pour tenter quoi que ce soit de leur côté ! Méprisables connards !

Styx s'était levé pendant le discours de son ami, pour éviter qu'il ne détruise son précieux mobilier, mais également pour lui témoigner son soutient d'une main rassurante sur l'épaule. Il laissait s'écouler un peu de magie dans le corps du Chevalier, afin de l'adoucir un peu, et plantait ses yeux dans les siens.

- Une analyse sans finesse, mais somme toute vraie. Je crains que réagir par la haine ne soit cependant ce qu'on attend de moi, même sans savoir que je suis au courant de leur manigance. Yuli ?
- Trouvez-vous une chambre tous les deux, c'est dégueu moi j'ai jamais le droit à des câlins. Mais plaisanteries à part, on s'y attendait un peu non ? Tu t'es toi-même, par ta propre autorité divine, planté une couronne sur la tête, on savait qu'à un moment ou un à un autre on allait entendre le mot "illégitime" de quelque bouche suceuse de bites. Enfin, dans ce cas, c'est une guetteuse plutôt masculine qui doit bouffer du clito comme on respire de l'oxygène, elle est dans mes cachots et je m'occupe en ce moment même de lui faire regretter chaque mot qu'il y a sur cette lettre. Mais si tu veux mon avis, c'est très positif d'avoir en notre possession une lettre évidente de conspiration.

La nonchalance de Yuli, fruit de son apprentissage aux côtés de l'ex-arlequin et de sa nature sauvage, avait détendu Alphonse au point où il rit même à ses blagues avant de se servir un nouveau verre qu'il sirotait cette fois. Quant à lui, Sobek était retourné s'assoir en bout de table et avait approuvé les mots de la Sorcière, le nez dans sa coupe.

- Cette lettre n'est que la confirmation de ce que je pensais jusqu'à présent, nous attendrons de l'interrogatoire qu'il détermine si les Celst mènent seuls une campagne de résistance contre mon autorité, ou s'ils ont des copains de jeux. Dans un cas comme dans l'autre, nous gagnons un avantage décisif dans les jeux d'ombres qui se trament à la Cour de Spelunca, en particulier car nous tenons les couilles du seul clan qui avait ouvertement rechigné à ployer le genoux face à mes jolis yeux. Il sera facile de leur arracher quoi que ce soit avec la menace de divulguer leurs manigances au Conseil. J'avais tout d'abord pensé à quelque revanche sanglante, car vous connaissez ma nature, mais je penche à présent pour des solutions plus coercitives.
- Humf... il faudrait les museler pour de bon alors.
- D'après Sa Majesté ici présente, c'est toi l'expert en bondage et puppy play Alpha.

Alphonse manquait de s'étouffer avec sa boisson, Yuli recrachait son cigare d'herbe par bouffées entrecoupées de son rire. Styx répondait aux yeux assassins de son Chevalier par un haussement d'épaule et un sourire amusé. Finalement, le beau vampire reprenait ses esprits et continuait son fil de pensée.

- On pourrait exiger d'eux une cérémonie publique où ils te jureraient fidélité. Clair et net.
- Et ils continueraient de comploter, mais cette fois en me payant des taxes plus élevées et en gagnant le respect de mon peuple. 12/20 pour cette suggestion, peut mieux faire.
- On pourrait en profiter pour anéantir chaque traité commercial qu'on a passé avec eux, les laisser mourir économiquement au fil du temps jusqu'à ce qu'ils soient trop pauvres pour faire autrement que sans nous.
- Ah, oui. Et le Conseil mettrait combien de temps avant de remarquer qu'un clan a volontairement signé sa mort sous une menace de ma part ? On me dirait que je n'ai changé en rien, et chacune des maisons alliées me redouterait. Là c'est carrément un 9/20. J'arrondis à la moyenne parce que j'aime le fond de l'idée, les laisser mourir de faim c'est tout ce qu'ils méritent.
- Alors quoi ? On va te soumettre nos idées jusqu'à ce que tu tombe sur celle que tu as en tête ? Crache le morceau, serpent, tu sais très bien quoi faire.
- Bon, si vous insistez. Je vote pour qu'on demande la main de leur fils ainé, leur seul fils, d'ailleurs, le très moche et amoureux de ses jeux de plateau Jean-Marie Celst. On récupère ainsi non seulement leur loyauté garantie, mais également un otage au cas où les Celst continuent leur ménage de traîtres. Sans parler de la généreuse dote que je vais...

Galhaad avait carrément jeté sa coupe au sol et avait presque bondit au cou de Sobek, l'empoignant fermement par le col, tandis que Yuli posait les pieds sur la table en soupirant. Elle dénotait avoir une tâche de boue sur ses Louboutin et la chassait promptement d'un mouvement de doigt.

- Mais tu te fous de ma gueule Styx ? Et je vais faire quoi ? Passer mes jours à servir le mec qui se tape celui que j'aime ?!

Si Sobek n'avait aucune méchanceté dans le regard, comme s'il s'était préparé à la réaction de son Chevalier, il posait cette fois une main ferme et une mine fermée sur celle d'Alphonse. Ce manque de respect ne lui plaisait pas vraiment, même s'il appréciait l'élan de fougue. D'un mouvement rapide, fruit de son entraînement avec les maîtres du feu à n'en point douter, il repoussait l'étreinte de Galhaad et le faisait chanceler en arrière.

- Peut-être que c'est toi qui te fous de ma gueule, Alphonse Galhaad. Jusqu'à preuve du contraire j'ai été plutôt sage jusqu'ici, ais tenu mes promesses de ne tuer aucun innocent ou de me livrer à une guerre chaotique, et dirait même qu'on pourrait même classer mon putain de personnage dans la catégorie très chiante d'une neutralité absolue. Je n'ai pas l'intention d'ôter sa virginité au laideron qui sert de fils aux Celst, pas plus qu'il ne partagera ma chambre ou qu'il ne saura un jour quel est mon plat favori.

Yuli Sibly, qui n'avait jamais assisté à une dispute du couple, qui n'avait d'ailleurs jamais vu les deux s'afficher autant publiquement, posait discrètement un cristal enregistreur sur la table pour revisionner la scène plus tard. Elle se servait une coupe tandis qu'Alphonse, surpris de la vigueur du Thaumaturge, se rasseyait en fronçant les sourcils et lui décochait un regard plein de tempêtes. Styx de son côté leur avait tourné le dos pour regarder la neige tomber sur Château-Rouge au travers des vitres immenses qui décoraient les murs de la salle du trône. D'une voix coupable (trop mignon, se dit Yuli) Alphonse reprenait après un blanc monumental.

- Mais c'est possible de ne pas remplir tes devoirs ? C'est possible d'épouser un héritier masculin ? Je...
- Oui, et oui. Dès sa première nuit avec moi ici je lui ferais prendre autant de drogues que nécessaires pour le réduire à l'état de légume, ensuite, je lui achèterais des trucs que les gens comme lui aiment, je sais pas moi, des figurines d'elfes musclés à peindre, et il ne verra plus le temps passer jusqu'à ce que son con de père ne clamse et que je récupère alors le territoire des Celst.
- Désolé de casser l'embrouille de couple, mais euh, genre, sa famille ne va pas s'apercevoir ce que tu fais de lui ?

Sobek Elpoemer Grey, de trois quarts voyait son visage s'illuminer au clair de lune. Un profil impeccable de froideur où dansaient deux yeux fous. Il allait parler, mais ce fut Alphonse qui prit la parole, la tête baissée, visiblement en plein désespoir. Styx avait raison, quelle drama queen. Loves it.
- Non seulement elle va s'en apercevoir mais c'est précisément ce que veut Styx. Voir leur seul enfant arraché au clan, voir leur maison s'allier de force à celui qu'ils haïssent. Voir leur enfant chéri s'affaisser sur lui-même, rongé par les narcotiques, et surtout, contempler lentement le territoire Celst revenir à Sobek Elpoemer Grey. Désolé Styx, j'ai pas...

Cette fois, Sobek qui avait paru en accord avec la tempête de neige quelques minutes auparavant ; froid et implacable, voyait ses traits se radoucir sous l'explication visiblement parfaite de Galhaad. Il vint même lui ébouriffer les cheveux à la fin de son discours, et Yuli décidait d'arrêter d'enregistrer à ce moment là. Elle songeait à présent à se trouver un nouvel amant.

- Je crois que c'est la pire manigance que tu ais pondue jusqu'ici, vraiment ça me terrifie. Il a quel âge le môme ?
- Euh il a quand même une centaine d'années hein, c'est vraiment le genre Tanguy.
- Ah ouaaaais, plus aucune compassion en fait. Tu vas même lui rendre une faveur à l'extirper de sa caverne. Bon, on va en ville boire une bière ? On a un mariage à préparer et vous m'avez donné envie de trucs qui riment en "exe iolent"
- Pars devant. Le Chevalier Galhaad a besoin de se détendre avant de fréquenter la civilisation, il va encore nous entamer une bagarre de taverne.

Yuli avait à peine le temps de sortir, pour aller se changer, que les murs tremblaient déjà.
Revenir en haut Aller en bas
 

Segunda Odisseia [solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Solo Valentine Crowblack] La femme avant la bête /!\Hentaï/!\
» [Solo] Selantis Shya - Intro [Hentaï]
» La nuit nous appartient mon amour /!\Hentaï/!\ [Solo]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Centre de Dùralas :: Cavernes de Spelunca :: Centre du massif [Zone communautaire]-