AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : karenlarson
Le Monde de Dùralas a précisément 2914 jours !
Dùralas, le Ven 22 Oct - 10:49
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !
Venez voir le calendrier de l'Avent ici !
Le Deal du moment :
LEGO® Ideas 21320 – Les fossiles de ...
Voir le deal
49.99 €

 

 [Ouvert] Rivière d'Or

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
+3
Holy
Saigo
Sobek E. Grey
7 participants
AuteurMessage
Sobek E. Grey
Saint Sobek de Spelunca

Sobek E. Grey

Messages : 312
Expérience : 2609
Autre / Ne pas divulguer Âge RP : ?

Politique : 118
Métier : Chasseur - Maître
Titres:
 

(Le Livre de Guthemberg, Familier de Ziggy ; +100, v+200 : Chaque tour, le livre magique tourne une page, octroyant un nouveau bonus à son maître uniquement, ou un malus à ses ennemis, cumulable (un ensorceleur peut contrer l'un de ces tours))

Stats & équipements
Vitalité:
[Ouvert] Rivière d'Or  644535102217/2217[Ouvert] Rivière d'Or  242396barresante02  (2217/2217)
Vitesse: 1165
Dégâts: 951

[Ouvert] Rivière d'Or  Empty
MessageSujet: [Ouvert] Rivière d'Or    [Ouvert] Rivière d'Or  EmptyDim 15 Aoû - 10:36
Séparation du contenu

Un cerf-volant de papier, aux formes d'un dragon, passa devant la Lune, entrecoupant l'astre nocturne de sa forme reptilienne, avant de continuer d'être porté par les vents au-dessus d'une foule gargantuesque, du jamais-vu, même pour les jours où les messes à la gloire d'Adam rassemblaient leur plein effectif, tandis qu'un vacarme assourdissant descendait le long du Massif de Spelunca.

L'agitation avait commencé il y a de cela une semaine, comme tout grand événement, c'était d'abord la caste des servants de Château-Rouge qui avait œuvré silencieusement, subrepticement, pareille à une nuée d'abeille en leur ruche, à accomplir la volonté de Sa Majesté. Goules et Vampires Bêta, majordomes et cuisiniers, forgerons lycans et orfèvres, avaient travaillé de concert durant des jours et des nuits, cloisonnés derrière des stores et rideaux afin que le soleil n'entache leur efficacité ; un décret royal avait annoncé que se tiendrait ce Dimanche, jour de la renaissance du Premier des Leurs, le jour de la Rivière d'Or.

On avait commandé aux marchands du royaume de Spelunca unifié -les plus compétents, du moins- leurs services pour ce bien intrigant événement, à l'aide d'ordres tout aussi nébuleux ; les Chevaliers Royaux, menés par Sire Alphonse Galhaad, passeraient dans chaque demeure de chaque bourgade, durant les sept jours qui suivraient le décret afin de collecter parures, pièces, minerais, et tout objet qui contiendrait de l'or.
Le rôle des marchands serait simple, les technophiles, épaulés par les arcanistes de l'Université de Château-Rouge, seraient en charge de produire les plans architecturaux de dix fontes, en forme de cuves hautes d'une contenance de soixante-mille litres chacune, qui seraient ensuite disposées et alignées le long du Massif. Chacune tournée vers l'Ouest, en direction des Terres Désolées. Les forgerons seraient en charge de fabriquer les conduits contenant l'énergie bleue, l'azote liquide, et les circuits alchimiques nécessaires à produire une température suffisante à la fonte du minerais, tandis que les orfèvres devraient travailler à éliminer toute trace autre que l'or au sein des bijoux, bibelots et artefacts collectés par les forces du Roi Vampire.

Pour la première fois, Sobek Elpoemer Grey avait également dicté leurs premiers ordres aux Lycanthropes. Leur mobilité et connaissance de la surface du Massif, combinées à une endurance plus grande que celles des vampires et à la possibilité de travailler à la lumière du soleil, serait d'une aide essentielle à l’événement. Il leur incomba donc d'être les bras des artisans sur le terrain et d'installer une surface en cuivre d'une longueur impressionnante de sept milles cinq cent mètres carrés le long de la façade Ouest de Spelunca. Toute entière.
Conçue pour servir de toboggan géant, elle permettrait à l'or de couler sans s'incruster dans une surface habitable, et de laisser la rivière s'écouler sur les terres désolées, où, avec la vitesse et la pression de dix cuves d'or qui se renverseraient en simultané, une véritable pluie d'ambre s'abattrait durant une bonne heure. Un spectacle sensationnel et d'une grande beauté qui serait sans doute visible depuis Stellarae elle-même.

Au centre de cette toile de conception baroque, aux angles et aboutissants encore flous de sens, se tenait Sa Majesté le Roi Vampire, Unificateur du Massif et Saint d'Adam, Sobek Elpoemer Grey. Sa bouche avait murmuré la première phrase, moteur de tout ce mécanisme parfait et obéissant, rendu docile par des années de politiques répressives et autoritaires, et ainsi avait commencé une semaine de frénésie absolue sans que jamais on questionne la volonté de Sa Sainteté.
Ce que Dieu demandait, Dieu obtenait.

Le Roi n'était cependant pas resté les bras ballants, ce n'était ni dans sa nature, ni permis. A dire vrai, un narrateur omniscient aurait même dit que c'était celui qui avait été frappé de la rage sainte la plus dévouée et acharnée en vue du jour de la Rivière d'Or.
Lors d'un de ses réveils, il avait convoqué son conseil restreint, composé de Yuli, Alphonse, et du très récent Romus Vilegriffe pour le quota lycan, et avait simplement donné ses ordres. Depuis, il voyageait nuit et jour entre les différentes instances artistiques (pour élaborer les hymnes qui accompagneraient la procession et battements tribaux qui permettraient la transe des prêtres d'Adam), ouvrières (pour mettre à contribution ses propres connaissances alchimiques dans l'élaboration des systèmes de fonte et circulation de l'or liquide) et magiques.

Pour cette partie là, il avait lui-même pris les rênes. Durant sept jours et sept nuits il avait formé les pyromanciens de l'Université qui alimenteraient les brasiers des forges et garderaient à température optimale le toboggan de cuivre, en leur enseignant les secrets de la Flamme Bleue. En d'autres circonstances, c'eut été un honneur pour lui de voir des élèves accéder à la plus parfaite maîtrise de l'élément, mais en l'occurrence c'était surtout un impératif. Le jour de la Rivière D'Or devait être parfait dans sa conception, exécution, et déroulement, car l'échec n'était pas au programme, et personne n'oserait décemment décevoir Styx.
Hors des regards, et à l'abri de l'opinion publique, Styx avait aussi passé ses nuits à pratiquer les voyages dans l'Immatériel et à s'abreuver d'âmes afin d'être au sommet de sa puissance pour l'occasion. Dans l'ombre de ses appartements privés, au cœur du dédale d'argent et diamant qu'était son Château, le Dévoreur avait laissé sa nature dénuée de forme et au cerveau reptilien parcourir le monde intangible afin d'engloutir quiconque se trouve sur son chemin.

Aujourd'hui, jour de la Rivière d'Or, les étincelles des préparatifs s'étaient en mué en incendie incontrôlable ; les dix cuves irradiaient la nuit de leur liquide à la somptueuse et noble couleur, tandis que les pyromanciens et technophiles répandaient lumières et flammes bleues un peu partout sur les incalculables kilomètres de plomberie et cuivre qui avaient été installé en le royaume de Spelunca. La population, exclusivement noble en Château-Rouge, s'était revêtu d'habits couleur or et pris part à la procession qui partirait du centre-ville jusqu'aux hauteurs où un plateau rocheux avait été aménagé et sécurisé pour recevoir plus de vingt-mille têtes.
Une horde de vampires et lycans, dans leur plus beaux atours, alignés, disposés, en formation martiale et cléricale, répondaient d'innombrables voix pieuses à ce qu'entamait la Cantatrice Abyssale Yuli Sibly :  


"Ailes de la Nuit,
Yeux du jour,
Prends ton envol et bénie nos Terres,
Ailes solaires,
Iris lunaires,
Déploie tes serres,
et baigne-toi dans la Rivière d'Or"

Aux côtés de la chanteuse, dont le timbre virtuose et la magie envoûtante mariée aux tambours des musiciens facilitaient grandement la transe chez quiconque veuille s'y adonner (ou ne soit pas assez fort pour y résister), se tenait Sa Majesté Sobek Elpoemer Grey.

Son couturier personnel avait encore une fois repoussé les frontières de la mode pour l'habiller de la manière la plus démesurée qui soit ; coiffé de sa Couronne Speluncienne -qui elle-même irradiait une magie anabolisante sur les esprits du massif- en or, le Roi portait une armure en la même matière, en or brut, extrêmement lourde, mais, et car l’Élu d'Adam connaissait l'importance de la souffrance dans les rites auxquels il s'adonnait, nécessaire au bon déroulement de ce jour qu'il qualifierait du plus marquant de toute son existence.

L'ascension du Massif dura une heure, le temps que les cuves et le toboggan soient à température parfaite, et que l'équivalent en poids d'une horde de Manticore en or ait été récolté sous forme de donations en pièces. Pendant le trajet, tandis que les plus jeunes enfants faisaient voler leurs cerfs-volants en forme de Dragon, Chauves-souris, ou Louveteaux, et que les adolescents, quelque peu circonspects à l'idée de pareil attroupement, buvaient et prenaient les drogues nécessaires à être d'esprit religieux, tous se voyaient hypnotisés et captivés par le spectacle de lumière qui baignait la nuit Speluncienne. (Peut-être, le phénomène admiratif fut-il grandement facilité par les sorcières de la tempête qui, en peu pudiques toges blanches, des couronnes de lauriers d'or sur la tête, répandaient des fumigations hallucinogènes dans la foule et baisers pleins de magie séductrice à ceux et celles qui désiraient s'adonner pleinement à la Rivière d'Or)

Le ciel nocturne n'avait de cela que son appellation car il n'y avait nulles ténèbres en le Massif aujourd'hui. Les cuves et leur tuyauterie répandaient des brillances orangées sur le ciel, sur une distance impressionnante, ce qui conférait au ciel les mêmes tons, et la Lune elle-même s'était revêtue de poussière ambrée, pour une scène surréaliste que seule la démesure d'un royaume vampire mené par le plus exubérant d'entre eux pouvait produire.
Mais quelle vision !

En cette nuit, Spelunca tout entier était un paradis de chants, flammes rouges, bleues, oranges, et reflets d'or. La foule, aux mêmes tons, semblait s'insérer dans la fresque globale avec tout autant de poésie, pour un rendu d'une esthétique à couper le souffle.
Lorsque tous furent dirigés par les forces armées, dirigées par le Chevalier Alphonse Galhaad, à la place qui leur incombait sur les plateaux rocheux destinés à être spectateur de l'évènement, Sobek Elpoemer Grey entama la phase finale de la Rivière d'Or.

Il s'avança vers un le haut-vampire qui officiait à la seconde place la plus importante dans l'église -après lui-même- et commença à enlever les pièces de son armure d'or, les muscles éreintés d'avoir fait l'ascension vêtu de pareil attirail, puis il les lui tendait dans un silence seulement perturbé par les vents, et le bruit des métaux en fusion un peu plus loin.
Un bruit sourd, continu, doucereux.
Lorsqu'il ne restait sur son corps qu'une chemise et un pantalon noir, le Roi s'adressa à son peuple d'une voix calme, induite de la même magie qu'utilisait Sibly pour enchanter ses amants :


- Dans quelques instants, mes frères et sœurs, nous achèverons la vision qu'Adam m'a transmise en rêves. Dans notre quête de spiritualité et d'accomplissement, de redonner sa souveraineté à Spelunca, l'unification de nos clans n'était que la première étape ! Nous devons désormais nous tourner vers les Dieux et implorer leur protection.

Il fit le signe d'Adam, une croix sur chacun de ses poignets, en commençant par le gauche, là où se tenaient les veines, et tous l'imitèrent.

- Nous nous reposerons exactement une demi-heure, le temps pour nos prêtres de faire une ultime quête de pièces d'or parmi vous, chers fidèles, et que les filles de la tempête vous donnent à chacun un exemplaire des paroles des chants qui seront ceux de la Rivière d'Or. Laissez-moi vous dire que vos participations ont été exceptionnelles, et que si je me permets de vous en demander encore plus, c'est que je m'apprête à faire ce qu'aucun Dùralassien n'a fait jusqu'à aujourd'hui. Moi, Roi de droit Divin, m'apprête à conjurer le Dragon de Terre qui habite notre territoire !

D'un coup, le silence se rompt comme des digues trop pleines, le vacarme montait, absolument cacophonique en expressions hystériques d'effroi, extase, ou même approbation forcenée. Les drogues contenues dans les encens, le tableau surréaliste du ciel rendu couleur or, et l'entreprise folle de Sobek Elpoemer Grey ne laissait personne indifférent.
Ce furent les prêtres, qui même baignés dans la sueur liée à la chaleur qui émanait des forges (ou de la peur), réclamèrent le silence.


- Ne vous laissez pas distraire par vos sentiments, mes frères. Restons dans l'union et la communion, car c'est la force et le réconfort de notre prochain qui nous permettra de prouver la noblesse de Spelunca au Dragon ! Prenez ces trente minutes pour vous soulager de vos impressions, évacuer toute anxiété, et laissez à mes soins le rituel, allez, dans la Grâce d'Adam. Sachez en tout cas que je participe moi-même de 2000 pièces d'or à la quête.

Un semblant de calme, que même sa Couronne Speluncienne peinait à imposer de son maléfice, sembla revenir suite à son discours, mais même Sobek Elpoemer Grey tremblait légèrement. Sa main qu'il avait levé, sur son estrade, s'agitait de frétillements d'excitation tandis que ses goules amenaient avec elles trois coffres débordant d'or et les emportaient vers les cuves.

Rien n'assurait la réussite de cette conjuration, et ce qui passerait après l'invitation était de l'ordre de l'inconnu, mais les plus grandes délices demeuraient dans l'improvisation et ainsi le Roi Vampire resta debout à admirer le résultat d'une semaine de labeur titanesque et fredonnée.

Même un Dieu ne saurait résister à cette vision absolument délicieuse d'or pur, et il savait le Dragon de Terre lié aux minerais.
Alea Jacta Est.


[Sobek Elpoemer Grey perd 2000 PO, la potion de protection draconnique sera utilisée la semaine prochaine, le temps aux Dùralassiens qui souhaitent assister à la Rivière d'Or de poster.]




[Ouvert] Rivière d'Or  Giphy.gif?cid=790b761185cf39370d710c3c609bb31d1762c557747720fc&rid=giphy
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Saigo
Élu de Marihser

Saigo

Messages : 396
Expérience : 3281
Masculin Âge RP : 26

Politique : 10
Métier : Chasseur - Apprenti
Titres:
 

(Corbac, corbeau de Saigo [Modifié] +400, v+400 ; Dissuasion : vous évite à coup sûr la prison)

Stats & équipements
Vitalité:
[Ouvert] Rivière d'Or  644535102327/2327[Ouvert] Rivière d'Or  242396barresante02  (2327/2327)
Vitesse: 1095
Dégâts: 1682

[Ouvert] Rivière d'Or  Empty
MessageSujet: Re: [Ouvert] Rivière d'Or    [Ouvert] Rivière d'Or  EmptyLun 16 Aoû - 18:45
Séparation du contenu
Saigo n'avait jamais été très intéressé par la politique. Avec le recul, c'était peut-être aussi pour ça que certains Exécuteurs s'étaient rebellés contre lui lorsqu'il avait accédé au Trône de Cranes. Diriger sa caste était devenu son objectif, à l'époque, car il avait découvert ses origines. Fils créé par Onze, son prédécesseur, il existait plus ou moins pour lui succéder, à condition de le mériter. Une fois qu'il avait prouvé sa valeur, diriger... ce n'était pas son fort. Ainsi, il remettait de plus en plus en cause sa volonté de vaincre Kova Nabsci pour reprendre sa place au fin fond des cachots. En avait-il vraiment besoin ?

Au sein de la Congrégation, le même constat s'appliquait. Le poste d'Ombre n'était tout simplement pas fait pour lui. Il fonctionnait bien mieux comme Bras Droit, homme de main, ou n'importe quelle autre appellation. Il lui avait fallu du temps pour accepter qu'il n'était pas fait pour être un chef. Son ego lui avait souvent dicté le contraire. Désormais, un rôle de bras armé d'un dirigeant lui semblait bien plus adapté à ses qualités. Un Bras Droit. Un Exécuteur. Un soldat. Voilà ce qu'il était.

Malgré tout, parfois, les têtes couronnées de ce monde mènent des projets dont il est difficile de ne pas entendre parler. Dans le massif de Spelunca, l'arrivée au pouvoir de Sobek E. Grey et l'incroyable évolution de Château-Rouge n'était pas passée inaperçue à la Tour Noire. Pour la plupart des habitants, la montée en puissance de l'élu d'Adam ne générait guère de réaction, tout au plus un haussement d'épaule blasé. Les stryges noirs ne sont guères intéressés par autre chose que les leurs, ainsi que par démanteler la Tour Blanche, de l'autre côté du lac Fresha.

Mais Saigo, lui, connaissait le Vicomte. Parfois, il ne pouvait s'empêcher de se demander jusqu'où irait son vieil ami. De ce que les rapports expliquaient, Styx était considéré comme un Dieu, ou quelque chose comme ça, par ses sujets. Château-Rouge était l'un des joyaux de Dùralas. Il avait même rassemblé les peuples vampires et lycans sous sa bannière ! Alors quoi de plus ? Jusqu'où comptait aller Sobek E. Grey ? Ses aspirations politiques finiraient-elles par atteindre les berges de Fresha ?

Lorsque la rumeur d'un nouveau projet gargantuesque se répandit sur le continent, Saigo décida d'agir. Mettant le cap sur Spelunca, à grand renfort de Zéphyr, qui lui fit gagner un temps précieux, l'Exécuteur rallia le massif en seulement quelques jours. Plus il s'approchait, plus les constructions pharaoniques entreprises par son vieil ami devenaient visibles. Mais pourquoi toutes ces choses ? Quel but servaient-elles ? Voilà ce que le Parricide avait à cœur de découvrir.

Il ne signala pas sa présence à Styx. Il n'interrompit pas les célébrations. Suivant le cortège des fidèles, tantôt par des chemins annexes, tantôt en se fondant dans la foule, Saigo se contentait de regarder. Styx en armure d'or, Styx parle à ses sujets, Styx annonce vouloir invoquer un dragon, Styx fait un don.

STYX ANNONCE VOULOIR INVOQUER UN DRAGON.

Placé à l'écart de la foule, Saigo avait, comme beaucoup, écarquillé les yeux, ouvert légèrement la bouche, encaissé tant bien que mal le choc d'une telle ambition. Invoquer. Un. Dragon. Même après toute ces années, Styx réussissait toujours à le surprendre.

En tout cas, voilà qui promettait d'être intéressant. Le stryge noir ne regrettait pas d'être venu. Ce rituel promettait d'être intéressant.






Soon they will all remember...

:mort::mort:Everybody Dies:mort::mort:

...Just how terrifying I really am.
Revenir en haut Aller en bas
Holy
L'Aubergiste ♦ Symphonie onirique

Holy

Messages : 976
Expérience : 4350
Féminin Âge RP : 19

Politique : 89
Métier : Forgeron d'A. - Maîtresse
Titres:
 

(Lune, âme d'Holy [Modifié] +400, v+400, dissuasion : évite la prison)

Stats & équipements
Vitalité:
[Ouvert] Rivière d'Or  644535102772/2772[Ouvert] Rivière d'Or  242396barresante02  (2772/2772)
Vitesse: 1265
Dégâts: 662

[Ouvert] Rivière d'Or  Empty
MessageSujet: Re: [Ouvert] Rivière d'Or    [Ouvert] Rivière d'Or  EmptyJeu 19 Aoû - 9:58
Séparation du contenu
 


[Ouvert] Rivière d'Or  Test_b11

☽ ♪ ☾

La fin d’un bien trop long voyage arrivait enfin. Il fallait dire qu’une trotte séparait Spelunca de Sylfaën, surtout lorsque nos pas nous firent passer par le nord du continent. Mais qu’importe, épuisée par la route, le postérieur en compote à force d’être vissé sur la selle de Céléborn (faire le trajet en volant nous aurait bien trop épuisée, Lune et moi), nous furent enfin en vue d’un immense château dans les hauteurs du massif. Ce dont je ne m’attendais pas par contre, fut les immenses et étranges installations brillantes d’une couleur dorés fichés un peu partout sur le chemin. Un avantage était certain : les suivre me permit de ne pas me perdre et de trouver facilement ma destination finale.

Je n’aurais jamais imaginé une citée vampire aussi animé au soleil couchant et qu’elle ne fut pas ma surprise d’y voir bon nombre de lycans. Tout me paraissait surréaliste, la foule en parure dorée, les installations de métal, les loups-garous dont la simple présence me fit frissonner. Une chose était certaine, une petite thérianthrope à la peau claire et aux habits de voyage blancs et bleutée, fiché sur le dos d’un cerf royal, ne collait absolument pas au décor. Avais-je atterri dans quelques fêtes ou rituels dont je n’avais pas eu vent ? Passé son temps sur des routes désertes n’aidait pas à connaître les derniers potins du pays fallait dire.

Je ne me démontais pas pour autant, après tout j’avais une invitation de sa royale majesté et je ne comptais pas rebrousser chemin. Mettant pied à terre à l’approche des grandes portes Spelunciennes, je fis suivre Céléborn par la bride. Lune, ayant pris la forme d’un petit merle noire et bleu, restait perché sur mon épaule. J’avais dans l’idée de rapidement trouver une écurie pour y laisser se reposer ma monture. Plan magnifiquement mis à rude épreuve par deux hommes en armure noire et doré, des vampires aux allures très peu commode. J’avais dans l’idée de d’abord montrer mes crocs canins, avant de me raviser, attendant qu’ils parlent.

« Halte-là ! L’accès au Château est interdit aux saltimbanques dans votre genre, allez donc faire l’aumône dans quelques tavernes des bourgades alentours plutôt, là où se trouve votre place j’imagine. Et si vous voulez voir la rivière d’or, pour les pouilleux c’est par l’autre côté. » Le ton agressif du garde me surprit, si bien que j’en fis les yeux ronds en tentant de démêler ses mots. Étaient-ce mes habits bariolés et fatigués du voyage ou bien encore l’étui à violon fiché dans mon dos qui me firent passer pour une simple musicienne de rue ? Pourtant quel genre de « pouilleux » pouvait se balader sur le dos d’un cerf royal ? Peut-être ne connaissait-il pas la richesse que représentait Céléborn à lui seul ? L’offuscation et la colère prirent rapidement la place à la surprise et mes doigts commencèrent déjà à crépiter d’électricité, l’air vibrait légèrement autour de moi. Le garde sentit la tension palpable de la magie et fut prêt à dégainer ses armes. Respirant un bon coup, je réussis à la calmer et dans des gestes se voulant maîtrisés, je fis passer le cordon d’argent elfique toujours accroché à mon cou, par-dessus ma tête. Au bout pendait une chevalière dorée.

« Ne reconnaissez-vous pas la rose Speluncienne sur cette chevalière ? Je vous prierai de m’adresser la parole sur un ton plus conciliant car j’imagine que votre roi n’apprécierait pas que ses invités soient traiter avec si peu de respect. Je ne manquerais d’ailleurs pas de lui rapporter votre maladresse à l’occasion. » Avais-je craché avec un large sourire sur le visage.

Les deux gardes avaient écarquillé les yeux face au bijou étincelant, bégayant, ils ne cessèrent de bafouillé de nombreuses excuses et bon nombres de prière afin que je n’en dise aucun mot à Styx. Moi-même surprise par l’efficacité du bijou, je le remis autour de mon cou en faisant en sorte qu’il soit bien visible cette fois-ci. Tout en me mettant en route vers l’intérieur des murs du château, je lâchais finalement.

« Vous avez de la chance, je suis de bonne humeur, je n’en dirais rien, mais sachez que la prochaine fois je n’aurais aucun scrupule à vous voir vous faire décapiter ! »

C’était du bluff, évidemment, je n’avais aucune envie de voir des vampires se faire décapités, surtout pas à cause de moi, mais je ne pus m’empêcher de rire en voyant les deux grands galets trembler sous les menaces. Je ne pus m’empêcher de ressentir un léger frisson : Sobek faisait si peur que ça, en réalité ?

Comme je l’avais prédit, plus personne n’osa me barrer le chemin, certains baissèrent même les yeux en voyant le rubis briller sur ma poitrine. Il ne me fut donc pas difficile de trouver la meilleure écurie de la cour et d’y installer mon cerf royal qui fut plus qu’heureux de pouvoir enfin se reposer. Je sortis de son box avec une dernière mise en garde pour les palefreniers, qui, trop apeurés par ma condition, acquiescèrent avec un peu trop de précipitation pour être naturel. « Et surtout, Céléborn n’est pas un cheval, alors traitez le avec respect ! »

Ceci fait, la nuit était à présent bien tombée et une étrange procession c’était mis en route, curieuse de voir toute la population marcher ainsi vers le même endroit, je suivis le mouvement, longeant les installations dorées. Au bout d’un certain temps à marcher, tous finirent par s’immobiliser, je restais un peu en retrait de la foule, observant les événements. Je ne savais pas où je me trouvais mais une scène se joua plus loin, au moins je n’avais pas besoin de trouver le Roi. Au centre de l’animation, il était accompagné par de nombreuses personnes. Évidemment, je ne comprenais rien à ce qu’il se passait.
Seulement une voix résonna dans la nuit, chantant une chanson des plus enchanteresse. Elle fut rapidement suivie par toute la foule qui parut comme envouté et l’atmosphère changea du tout au tout.

« Alors c’est elle, Yuli, qu’est-ce qu’elle est jolie ! Et qu’est-ce qu’elle est forte ! » Lune ne put qu’acquiescer, on pouvait sentir sa magie partout autour de nous, on devait même lutter pour ne pas être englouti par elle. J’avais encore plus hâte de la rencontrer, ne serait-ce que pour lui signifier l’admiration que je lui portais en cet instant.

Mais autre chose semblait vouloir saper notre attention, des fumets odorants qui se mélangeaient dans l’air. Rapidement je mis mon masque sur mon visage. Qui avait une légère forme canine, et le bois était peint en blanc et en bleu. Couvrant son entièreté, les ouvertures me permettant de respirer étaient couverts de tissu capable de filtrer des gaz et fumées toxiques, idéal pour se protéger de diverses drogues voguant dans l’air. Me souvenant de la dernière fois que j’avais tenté de modifier mes sens avec une potion, je préférais rester loin de toutes sortes de drogues quelles qu’elles soient. Surtout avec le peu de contrôle que j’avais sur ma magie.

Au bout d’un moment les chants se calmèrent et la voix de mon ami résonna à son tour. Il parla de certaines choses, puis de d’autres. De chanson, encore, mais surtout, de dragon. J’avais déjà lu des livres sur les dragons, ils étaient considérés comme des divinités pour certains, mais ils étaient surtout de puissantes créatures, indomptables, destructrices et plein de colère. Alors toutes ces installations avaient pour but de réveiller l’une de ces créatures… Cela ne me disait rien qui vaille. La foule se mit à spéculer, tantôt admiratives, tantôt craintive. Moi j’étais curieuse de voir si tout cela aller marcher. J’avais quelque part une envie folle de voir un dragon pour de vrai. Mais est-ce que Styx était assez puissant pour soumettre un dragon ? Je sentais un fort pouvoir émaner de lui, un détail que je n’avais pas remarqué lorsque je l’avais rencontré la dernière fois. Comment avait-il fait pour devenir aussi fort en aussi peu de temps ?

Me campant dans les hauteurs d’un arbre, observant la scène avec attention, je restais prête à réagir à toutes éventualités.

☽ ♪ ☾

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Cylicia Condoris
Chapelaine de l'Ordre du Sacrifice

Cylicia Condoris

Messages : 1002
Expérience : 4296
Féminin Âge RP : 27

Politique : 01
Métier : Mineuse - Expert
Titres:
 

(Litanies du Sacrifice, Livre magique de Cylicia, +100, v+200, - l'effet dépend du tour (voir fiche joueur))

Stats & équipements
Vitalité:
[Ouvert] Rivière d'Or  644535102263/2263[Ouvert] Rivière d'Or  242396barresante02  (2263/2263)
Vitesse: 775
Dégâts: 892

[Ouvert] Rivière d'Or  Empty
MessageSujet: Re: [Ouvert] Rivière d'Or    [Ouvert] Rivière d'Or  EmptyJeu 19 Aoû - 13:37
Séparation du contenu
Château Rouge, l'endroit de tous les excès. Si il y avait bien un endroit que Cylicia aurait voulu éviter c'était bien celui-là. Enfin, une mission était une mission et notre héroïne allait devoir faire preuve de sang froid en ces lieux de débauche et d'ignominie. La Tour Blanche était curieuse de savoir ce que cette fameuse réunification donnerait à l'avenir et ce que pouvait bien donner ce nouveau roi. Cette expérience unique de paix avait tous les intérêts des théocrates mais passionnait bien moins le commun du peuple de la Tour. Spelunca était éloignée des moeurs et des corps Stryges Blancs, bien qu'une maigre minorité pensait exactement comme notre héroïne, la même minorité qui assistait à ses prêches et marchait dans ses délires remplis de bigoteries. Enfin, un élément vint tout de même décidé la Tour Blanche pour plus d'investigation en ces lieux. Le bruit avait couru que Sobek, le nouveau roi de Spelunca, comptait bel et bien invoqué un dragon.

Là, perdue au milieu d'une foule qui glorifiait son gourou, Cylicia jugeait discrètement ce lieu qu'elle aurait préféré voir disparaitre dans les flammes. Partout autour d'elle il n'y'avait qu'excès, si bien que la bourgeoisie stellaroise aurait put facilement rougir de ses propres richesses. Drapés d'or, emplis de vinasse et autres substances méconnues, cette population reflétait parfaitement l'insouciance bourgeoise que la Stryge avait en horreur. La teneur de l'évènement en lui-même n'était qu'une vaste moquerie au nez et à la barbe de toute la misère du monde et des croyances de la Purificatrice. Autant d'or et de richesses gaspillées, tout cela dans l'espoir, sans doutes vain, d'invoquer un dragon. Une société malade, composée de personnes malades se pensant bénies.

Le maître des lieux finit enfin par arrivé, faisant un discourt qui ne pouvait que déplaire à notre héroïne. La pauvre ne pouvait s'empêcher de se demander ce qu'il comptait bien faire de ce dragon si le rituel réussissait. Et si, d'un coup de colère, celui-ci se déciderait à s'en prendre à la populace? Mais quel était son plan au juste? Pensait-il pouvoir dompter cette force terrible de la nature? Ou pire, attenté à son intégrité? Il parlait de conjurer le dragon de terre... Qu'entendait-il par là? Par sa Foi et par son Devoir en tant que Dragonnière, Cylicia ne pouvait laisser cet imposteur s'en prendre à un dragon qui n'était en rien corrompu. Mais qu'allait-elle pouvoir faire au juste? Seule contre cette foule fanatique et tous les puissants alliés de Sobek, elle n'avait aucune chance.

La Purificatrice attendit donc, sans trop savoir quoi faire quoi qu'il advienne de cet étrange spectacle. Une seule chose était sûre en son coeur, Sobek était un fou doublé d'un hérétique. Sobek devait être éliminé et Château Rouge anéanti... Mais chaque chose en son temps, la Tour Noire restait au coeur des priorités de la Stryge,
Revenir en haut Aller en bas
Axe
Maîtresse d'armes

Axe

Messages : 887
Expérience : 3376
Féminin Âge RP : 18

Politique : 197
Métier : Chasseuse - Maîtresse absolue
Titres:
 

(Manticore d'Axe +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
[Ouvert] Rivière d'Or  644535102374/2638[Ouvert] Rivière d'Or  242396barresante02  (2374/2638)
Vitesse: 654
Dégâts: 3259

[Ouvert] Rivière d'Or  Empty
MessageSujet: Re: [Ouvert] Rivière d'Or    [Ouvert] Rivière d'Or  EmptyDim 22 Aoû - 1:35
Séparation du contenu
Axe, en nage, se passa un mouchoir sur le visage. Une sorcière de la tempête venait de lui rouler une pelle phénoménale avant de s’évanouir dans la foule et une soudaine envie de crier les louanges d’Adam et de son prophète lui faisait tourner la tête.

Cela devait faire une heure maintenant qu'elle participait aux célébrations parmi les fidèles de Styx. Elle n’avait pas cherché à résister à l’emprise de Yuli Sibly et s’était intoxiquée tout son soûl avec les fumées de ses disciples, profitant de la fête, faisant danser avec un enthousiasme féroce les jeunes nobles qu’elle croisait jusqu’à ce que leurs coiffures élaborées ne soient plus qu’un vague souvenir. Un spectacle comme celui-ci, on en voyait une fois par siècle, elle ne voulait pas en rater une miette. C’était d’ailleurs la raison principale de sa venue.

Déjà, les fidèles atteignaient le plateau où se situaient les dix cuves d’or bouillant qu’avait fait préparer Styx. Pendant toute l’ascension, les colonnes de fumée lumineuses qui en montaient avait illuminé le chemin des vampires et des lycanthropes, donnant un aperçu du spectacle qui embraserait les monts quand leur contenu se déverserait le long de leurs flancs et dans leurs vallées. À présent, la chaleur qui en montait arrachait des soupirs stupéfiés au peuple fanatique. Axe, dont l’habit blanc, parfaite réplique de son uniforme de la Congrégation, était constitué de pure soie d’Accromentule, ne souffrait pas trop de la température. Le tissu était fait pour résister aux fortes chaleurs des terres désolées.

Clignant des yeux pour chasser le souvenir du baiser de l’abyssale, la Louve se mit en branle, tentant de gagner les premiers rangs avant que la foule ne se fige définitivement. Sobek, comme tous l’appelaient ici, semblait se préparer à prendre la parole. Il n’était pas question d’assister à son discours par-dessus l’épaule d’un millier d’adorateurs. Elle parvint à son objectif alors que le souverain ôtait sa dernière pièce d’armure, fatiguée car elle avait dû faire attention à ne bousculer personne avec Charybde, accrochée en travers de son dos sous sa forme d’espadon. C’était ce qu’elle avait trouvé de mieux pour la transporter dans une fête bondée, mais l’arme prenait toujours de la place.

Ses sens émoussés lui revinrent petit à petit alors que Styx s’adressait à son peuple. Ça partait pour être un honnête discours de despote éclairé. Axe, en l’écoutant à moitié, remettait de l’ordre dans son costume et sa chevelure quand son regard croisa celui d’Alphonse Galhaad, chef de la sécurité, qui devait avoir été prévenu de sa présence dans les monts. Ils ne s’étaient rencontrés qu’une fois, plusieurs années plus tôt, alors qu’il faisait encore partie des Gardiens. Il avait failli lui arracher le bras avec un coup de fusil tiré à bout portant. Depuis, ils avaient régulièrement entendu parler l’un de l’autre, mais c’était tout. Il avait plutôt fière allure…Elle le salua d’un geste de la tête.

- …Laissez-moi vous dire que vos participations ont été exceptionnelles, et que si je me permets de vous en demander encore plus, c'est que je m'apprête à faire ce qu'aucun Dùralassien n'a fait jusqu'à aujourd'hui. Moi, Roi de droit Divin, m'apprête à conjurer le Dragon de Terre qui habite notre territoire !

Axe, comme beaucoup d’autres, releva les yeux subitement en entendant les mots du Prophète, mais resta interdite alors que chacun dans la foule y allait de son avis. Elle se doutait bien en venant se mêler à la fête que le vampire n’avait pas monté le projet de créer une rivière d’or véritable sans intentions cachées. Mais de toutes les raisons possibles…Un dragon ?
Des cris montaient, la nouvelle ne plaisait pas à tout le monde. Elle se retourna brièvement, évaluant d’un œil les risques de débordement, mais les gens de Styx étaient bien dressés et il suffit à ses prêtres de demander le silence pour l’obtenir.

- Ne vous laissez pas distraire par vos sentiments, mes frères, reprit le souverain qui jubilait probablement. Restons dans l'union et la communion, car c'est la force et le réconfort de notre prochain qui nous permettra de prouver la noblesse de Spelunca au Dragon ! Prenez ces trente minutes pour vous soulager de vos impressions, évacuer toute anxiété, et laissez à mes soins le rituel, allez, dans la Grâce d'Adam. Sachez en tout cas que je participe moi-même de 2000 pièces d'or à la quête.

Trente minutes. Affreusement court et affreusement long. Axe imagina au-dessus d’elle, peut-être, le souffle des ailes immenses du plus grand prédateur de Dùralas et eut un frisson inexplicable. Elle n’avait pas peur de faire la rencontre d’un de ces dieu de vie et de mort, et pourtant, l’anticipation tendait son corps tout entier.  

La louve participa à la quête des prêtres, reçut son livret de prières et se plongea dans une lecture fébrile. Elle ne connaissait rien au culte de Styx et ne comprit pas une ligne sur deux. Pour le principe, elle demanda à sa voisine, une vampire aux boucles artificiellement plaquées sur ses tempes par une laque parfumée, de l’éclairer sur les vers les plus obscurs ; mais alors que la fidèle faisait de son mieux pour lui expliquer les principes de sa jeune religion, le regard d’Axe se perdit entre les lignes des prières, obscurci par l’ombre d’un géant cracheur de feu.
Revenir en haut Aller en bas
Ehawee
Archère

Ehawee

Messages : 519
Expérience : 2933
Féminin Âge RP : 188 (21)

Politique : 113
Métier : Sculptrice - Maîtresse
Titres:
 

(Tadi, Cerf royal d'Ehawee +300, v+200)

Stats & équipements
Vitalité:
[Ouvert] Rivière d'Or  644535101922/1922[Ouvert] Rivière d'Or  242396barresante02  (1922/1922)
Vitesse: 1208
Dégâts: 1671

[Ouvert] Rivière d'Or  Empty
MessageSujet: Re: [Ouvert] Rivière d'Or    [Ouvert] Rivière d'Or  EmptyDim 22 Aoû - 20:40
Séparation du contenu
Au fond des bois de Sylfaën se trouvait un arbre immense à l'écorce terne et aux feuilles qui se dispersaient dans le humus comme des cendres. Cet arbre, Ehawee l'appelait le Chêne Gris et c'était une très vieille connaissance. Elle était perchée sur l'une de ses branches, la tête vers le sous-bois, les cheveux tombant dans le vide comme des lianes, l'esprit dans un certain état méditatif. Elle se redressa et dit :

-D'après certains moines la gravité est un bon exercice pour la concentration mais moi tout ce que je sens c'est ma tête qui va exploser.
-Tout ton fluide se concentre dans ta tête, ils n'avaient donc pas si tort, fruit des bois. Elle sourit, ses paroles et conseils qui avaient bercé son enfance continuaient de le faire avec autant de justesse et de délicatesse.

La femme referma les yeux et continua ainsi sa plongée dans l'Immatériel. Les chemins intangibles se dessinaient à nouveau pour ses capteurs spirituels. Explorant, marchant dans ce monde, elle découvrait à chaque instant de nouvelles choses mais progressait avec parcimonie étant donné les risques que comportait une telle pratique. Par ailleurs, même si la géographie en Dùralas importait sur la nature des entités que l'on trouvait de l'autre côté du voile, les courants d'énergies balayaient sans cesses ces lieux, fendant l'espace comme il n'était pas possible de le faire physiquement. Il était donc tout à fait possible de se retrouver nez à nez avec un esprit venu d'ailleurs.

Malheureusement pour l'elfe, cette fois-ci cette rencontre inopinée n'était guère de bonne augure. Une âme monstrueuse s'était présentée à elle. Une entité marquée par une avidité sans limites, un gouffre qui attirait à lui les esprits malchanceux et les fantômes errants pour les avaler impitoyablement : un dévoreur. Ehawee reconnut bien là la même signature énergétique qu'Olbaid, mais celui-ci n'était pas du même niveau. Bien plus éminent, bien plus puissant et bien plus ravageur. Ce qui frappa le plus la marcheuse était le trou qu'il laissait derrière lui. Il était aisé de l'épier et de suivre sa trace tant il laissait un vide spirituel sur son sillage. Ses carnages rendaient le monde intangible un peu plus semblable aux terres désolées et Ehawee ne voulait pour rien au monde que sa terre natale et les esprits millénaires qui y habitaient subissent ce même fléau. Pourquoi une telle créature existait ? Comment être sûr qu'il n'annihilera pas les siens ? Une angoisse montait en elle au fur et à mesure qu'elle en découvrait plus et par une fois elle crut qu'il l'avait aperçu et revint instantanément auprès du Chêne Gris.

Cette expérience avait interloqué l'elfe et elle devait enquêter sur ce phénomène. Elle se doutait bien que de nombreuses choses inexplicables se passaient de l'autre côté, mais un dévoreur doté d'une telle soif et absorbant si goulûment les esprits étaient une menace certaine et probablement révélateur de quelque chose. Aussi prit-elle l'initiative de partir pour Spelunca découvrir l'origine de ce qu'elle avait aperçu durant sa marche spirituelle. Aux abords des cavernes, elle ouït dire qu'un événement d'envergure se préparait au Château-Rouge et cela coïncidait avec ses intuitions. Que pouvait-il bien se passer là-bas ?

Pour le savoir, il fallait d'abord parvenir à assister à la cérémonie et les gardes montraient une attitude récalcitrante en voyant la tenue de voyage et les armes de la femme. Si cela ne lui dérangeait pas de se vêtir d'une robe ou d'un autre habit d'apparat, bien que ce n'était pas dans son habitude, abandonner son arc lui paraissait impensable. L'archère s'installa sur un petit massif isolé en compagnie de son cerf royal. De là, elle fut étonnée d'apercevoir des traînées qui éblouissaient le ciel sur un plateau environnant. Une drogue la plongea dans l'Immatériel et elle entama à nouveau une marche spectrale, comptant sur Tadi pour veiller sur son corps inanimé.


...

L'esprit d'Ehawee se baladait, visible unique pour les adeptes de l'intangible, dans la foule des fidèles. L'elfe éprouva un réconfort certain à ne pas avoir à se mettre physiquement au milieu de ces buveurs de sang et autres prédateurs. Il paraissait que le sang elfique était apprécié à Spelunca et elle ne souhaitait pas vérifier la véracité de cette information. À part le fanatisme ambiant, la chose qui étonna l'archère était de constater que les moyens déployés pour l'événement étaient gargantuesques. Les musiques virtuoses, les sortilèges envoûtants et flamboyants, l'équipe de sécurité, le budget maquillage des bourgeois invités...et surtout, surtout, l'immense installation de canaux déversant les somptueuses cascades dorées. Ce spectacle était à couper le souffle -ou le flux d'énergie pour les esprits- même si on pouvait se croire dans le fantasme délirant d'un mégalomane cupide. Quelle folie et quelle beauté dans le même tableau ! La femme se demanda ce qui avait poussé les organisateurs à de tels extrêmes.

Comme pour compléter son interrogation, le maître de cérémonie fit son apparition. Une aura importante émana de lui, si bien qu'elle se demanda comment elle ne l'avait pas vu plus tôt. Était-ce lui le monstre sanguinaire et avaleur d'âme, le dévoreur ? Si tel était le cas, il valait mieux qu'elle se fasse discrète car il était parfaitement capable de la voir. Aussi ses paroles en dérouta plus d'un. Après la préception de dons, il révéla l'objet d'une telle prestation : un dragon. L'archère n'en revenait pas : se prenait-il pour un dieu ? Il fallait arrêter cette folie, mais pour l'heure, il était temps d'observer et de voir si cette folie n'était que de la poudre aux yeux.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Sobek E. Grey
Saint Sobek de Spelunca

Sobek E. Grey

Messages : 312
Expérience : 2609
Autre / Ne pas divulguer Âge RP : ?

Politique : 118
Métier : Chasseur - Maître
Titres:
 

(Le Livre de Guthemberg, Familier de Ziggy ; +100, v+200 : Chaque tour, le livre magique tourne une page, octroyant un nouveau bonus à son maître uniquement, ou un malus à ses ennemis, cumulable (un ensorceleur peut contrer l'un de ces tours))

Stats & équipements
Vitalité:
[Ouvert] Rivière d'Or  644535102217/2217[Ouvert] Rivière d'Or  242396barresante02  (2217/2217)
Vitesse: 1165
Dégâts: 951

[Ouvert] Rivière d'Or  Empty
MessageSujet: Re: [Ouvert] Rivière d'Or    [Ouvert] Rivière d'Or  EmptyLun 23 Aoû - 15:46
Séparation du contenu
Les visages stupéfaits laissaient place à des mines aux expressions variées, allant de l'excitation absolue à un semi-coma induit par les drogues auxquelles se superposaient le choc émotionnel, en passant par des sourires carnassiers de l'aristocratie vampire -pour qui le spectacle prime sur tout autre chose- et des yeux encore dubitatifs, surtout de la part d'étrangers, car il n'y a nulle place pour le scepticisme en un royaume de droit Divin.
Styx, Sobek Elpoemer Grey, sut alors avoir réussi sa plus belle machination à ce jour.

Il lui semblait, comme son regard d'une horrible neutralité parcourait la foule, un solennel sourire de circonstance aux lèvres, que cette intrigue débile à base de bonnes intentions vis à vis d'un putain de cailloux habité par des suceurs et des loups pouilleux voyait chaque mot, chaque phrase, converger en ce moment pour livrer toute la cruauté de ses intentions vis à vis de Dùralas aux yeux du grand public.
Tout n'était que fumée et miroir pour le bouffon.
Le plus beau spectacle jamais conçu.
Le Chaos.

S'ils mourraient tous, les bardes chanteraient comment un Dragon avait rasé Spelunca en une nuit, au beau milieu d'une rivière d'or, sous les cantiques désespérées de ses fidèles, et lui renaîtrait de ses cendres à la façon d'un phénix profane.
S'il réussissait à parler ne serait-ce que quelques instants au colosse d'écailles, à la plus belle création du Monde à ses yeux, ce superprédateur de légende, les poèmes vantant sa gloire et son ingéniosité feraient croître sa notoriété de manière exponentielle. Son emprise et sa légende s'agrandiraient un peu plus encore, et Sobek Elpoemer Grey serait l'avatar le plus abouti du grand méchant Styx.

Le clown qui était devenu assassin, puis Ombre, puis Roi, puis Dieu, aspirait aujourd'hui à parler aux Dragons. HAHAHAHAHA ! IMAGINEZ LA TÊTE DE DOUGAL KEANE QUAND IL AURA VENT DE SES PROUESSES ! ENCORE MIEUX SI TOUT ÇA TOURNE MAL ! OHOHOHOH ! MARTIN MATIN CHAQUE JOUR UN NOUVEAU VISAGE, CHAQUE JOUR UN NOUVEAU CARNAGE !

En terme de diplomatie et politiques, car il fallait tout de même partir du principe que cette petite sauterie aussi dispendieuse que le PIB de la Perracie sur quatre ans aboutirait, ne serait-ce que par respect envers ces attardés qui chaque jour s'occupent de le servir si loyalement, la Rivière d'Or était du génie !

Oui, du génie ! Même si le Dragon ne venait pas à montrer le bout de son majestueux museau, ce dont il doutait grandement, on verrait la rivière jusqu'à la putain de Capitale humaine, et cela ferait remonter à la surface l'histoire de Château-Rouge, de la Réunification, et de comment Spelunca s'organisait de nouveau en une société prospère sous la férule du psychopathe le plus charismatique et franchement sexy du pays. Le danger que représentait Spelunca deviendrait une arme de dissuasion pour ses détracteurs et une force d'attraction puissante pour ses sympathisants, qui verraient les possibilités d'alliance avec son royaume nager au milieu de l'ambre liquide qu'il s'apprêtait à déverser jusqu'aux Terres Désolées.
Un doigt d'honneur érigé à la face du continent.

Que Dùralas prenne son cahier de notes et souligne en rouge que Styx demeurait l'antagoniste principal de cette épopée sans queue ni tête dans laquelle chaque jour de nouveaux protagonistes tentaient de s'insérer avec panache ! Voilà comment on fait les choses, mes lapins !

Calme, calme !
Rien n'est fait encore, ils sont tous là, le spectacle est sur le point de commencer, la foule est bouillante, électrique, grisante, mais l'apothéose reste à venir... ne perds pas les pédales maintenant... il serait si simple d'ordonner aux gardes de pousser tout le monde dans le toboggan de cuivre et de les regarder fondre alors que l'or les noie, d'admirer tous ces petits merdeux hurler à l'unisson et de revendre leurs squelettes dorés sur le marché ! HAHAHAHA ! VOT'FILS EST MORT A SPELUNCA MAIS VOILA SES OSSEMENTS, SKIN PREMIUM SVP MA P'TITE DAME ! HAHAHAHAHA ! PASSE A LA CAISSE ! HILARANT !

La drogue, les murmures, toute cette attention, faisait tourner sa tête tandis qu'un début de jouissance s'immisçait en son corps, rien de bon. Les humains étaient si faibles qu'une simple pichenette suffirait à rendre son corps physique totalement zinzin et réduirait ses efforts à néant. (Il se jetterait sur la foule, toutes griffes dehors, et tuerait tout le monde en hurlant à la Lune, le sang et l'or se reflétant sur sa peau, arborant de nouveau ses peintures de bouffon faites d'hémoglobine et de larmes, magnifique...)

Pas encore. L'heure viendra, reprends-toi mon vieux.

Il inspira longuement, en se retournant vers sa garde personnelle, et dût se planter un ongle -jusqu'au sang- dans le creux de la paume pour reprendre le dessus sur ces vilaines petites pulsions qui lui commandaient d'encore plus laides actions.
Il dût réciter milles fois que la beauté d'un chaos savamment orchestré prime sur la joie et la gratification immédiate du carnage. Composer une fresque, longue et aux couleurs variées puis la faire brûler, à la façon des mandalas de ces connards qui peuplent les temples elfiques, est la meilleure des façons de cultiver et faire croître la folie.
Cette anarchie de laquelle il est jadis né, il y a des millénaires, pour chasser les Hommes.
Sauvé par le gong, il entend la voix d'Alphonse s'élever à son encontre, et il redevient maître de ses pensées assez longtemps pour structurer son raisonnement :


- Tout est prêt, votre Sainteté, nous attendons vôtre signal. Avant cela, je dois tout de même vous signaler la présence de....
- Je les sens. Je les entends. Ils sont comme des lucioles dans la nuit... Axe... Saigo... Holy... et... tout autant de fouines. S'ils bougent, s'ils respirent trop fort, tue-les tous. Jette les dans l'or. Arrache leur peau et fais-en des préservatifs. INNOVE ! Rien ne se mettra en travers de moi et de mon nouvel ami. Ou ennemi. J'en sais rien... tu crois qu'on va tous crever ? La mine professionnelle, fermée et assurée du chevalier Galhaad perd de sa contenance pour se faire dubitative, inquiète aussi. Il se penche et murmure fermement à son ami.
- Tranquille, je t'en prie, ça ne doit pas être un nouveau Canari Jaune, ni un Natsuhydr numéro deux ce soir. On est tous excités, effrayés aussi, et si tu mets le feu aux poudres ça sera une catastrophe. Tu veux quoi pour te calmer ?
- Un calice d'absinthe me fera le plus grand bien. Tu as raison, j'ai... pfiou pfiou pfiou c'est que c'est un Dragon quand même, j'ai jamais fait ça, moi, oulalalalala quel stress. Combien de temps encore ?
- Dix minutes, la Lune sera au plus haut dans dix minutes.

Alphonse étreint la main de Sobek, lui donne une brève tape sur l'épaule, puis se fend d'un "Oui, votre Altesse" plein de respect, et cela suffit à remettre Elpoemer sur le droit chemin. Qu'il peut s'avérer fifou des fois à fantasmer sur la mort de tout le monde ! Pas très régalien tout ça.

On lui apporte son verre, qu'il descend d'une traite malgré la taille et la puissance de l'alcool, -Alphonse y a secrètement incorporé une bonne dose de calmants- et il se sent de nouveau prêt à revêtir son rôle de monarque.
Alors qu'il se dérobe à la couverture octroyée par sa nuée de gardes, se frayant un chemin à travers les armures dorées, il fait de nouveau face à la foule quelque seconde avant de se tourner vers les hauts prêtres et d'acquiescer en leur direction. Ils comprennent de suite le message, car bientôt c'est un téléphone arabe qui s'enclenche, des bords du plateau qui surplombe le toboggan de cuivre, jusqu'aux technophiles postés au pied de chaque cuve débordant d'or.

Une par une, elles tombent, sortes de dominos luxueux, et leur contenu déferle d'abord lentement, puis à la vitesse d'un raz-de-marée le long des parois scintillantes du titanesque couloir. En l'espace de quelques minutes, la nuit autrefois illuminées de brillances radieuses, doucement orangées, explose en une averse de paillettes et d'or liquide.
Certains vampires garderont à vie cette image, leurs iris de nyctalopes marquées à jamais. La foule applaudit de concert, les enfants crient de joie, et leurs parents portent un regard où se mêle admiration et inquiétude sur Sa Majesté Sobek Elpoemer Grey qui, dos à son chef-d’œuvre, accepte des mains du haut-prêtre une fiole richement décorée. De diamants, argent, et d'or... bien évidemment.

Tandis que derrière lui déferle un tsunami orange et jaune, incandescent, une lave de démesure, un affront à la pauvreté du Monde, le Dévoreur avale d'une traite la mixture sensée rendre la rencontre possible -à laquelle il a ajouté quelques âmes, de vierges et d'enfants, dont l'innocence est toujours exquise à ses lèvres- et scande la formule magique qui déchaîne d'un seul coup toutes les âmes qu'il a ingurgitées lors de cette semaine. Se produit alors une véritable déflagration d'éther :


Ere'z Drakul ! Tepes si'en nor ! Viens à moi Dragon !

Il lévite à présent, un flot lumineux s'échappant de de sa bouche, ses yeux, et de ses paumes ouvertes, et il se met à marcher jusqu'au bord du fleuve qui coule le long de toute une partie de Spelunca, sous des cris de plus en plus hystériques.
Il marche sur l'or. Les gardes forment une barrière compacte le long du toboggan, sous l’œil attentif d'Alphonse Galhaad. Yuli use de toute sa magie pour envoûter les esprits et rendre cette vision bouleversante et induire la transe.

Peu à peu, le liquide en fusion se plie à sa volonté, se courbe et se tort, sortes de serpents sinueux s'affairant à satisfaire leur souverain, jusqu'à former un trône sur lequel il prend place.
Sur le moment, il ne voit plus rien, il n'est que lumière, or, et puissance. Un phare tourné vers les cieux à destination de l'unique invité qu'il désire recevoir.
Le Dragon de Terre.

Autour de lui la chaleur menace de faire fondre sa peau, des gouttes d'or donnent à sa silhouette une teinte irréelle, inquiétante. Un Dieu manufacturé, un ersatz de messie parvenu à ses fins grâce à la mise en scène, un serpent qui a fourvoyé Adam lui-même.

Styx, perché sur sont trône, au milieu de la rivière ambrée à présent déchainée, dont les vagues visqueuses s'abattent et se fracassent le long des bordures de cuivre, ricane en attendant que le moment fatidique approche, tremblant d'excitation et de peur.
Viens, Dragon, viens voir ton bouffon et admire sa plus vaste mise en scène ! Tout ça rien que pour toi !


[Utilisation de la potion dragonnique, UNGA BUNGA VIENS PITI PITI]




[Ouvert] Rivière d'Or  Giphy.gif?cid=790b761185cf39370d710c3c609bb31d1762c557747720fc&rid=giphy
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Le Juge
Personnage Non Joueur

Le Juge

Messages : 7481
Expérience : 25619
Féminin

[Ouvert] Rivière d'Or  Empty
MessageSujet: Re: [Ouvert] Rivière d'Or    [Ouvert] Rivière d'Or  EmptyMer 25 Aoû - 1:20
Séparation du contenu
La dragonne élémentaire de la terre dormait paisiblement d'un sommeil séculaire. Depuis plus de cent années, elle avait élu domicile dans une cavité souterraine trouvée au coeur des terres désolées du sud, suffisamment éloignée et à la lisière du Mont Bruméen afin que personne ne puisse troubler son repos. Elle rêvait d'un minerai brillant, de l'or à foison, une véritable rivière dorée qui se présentait et qui coulait sous ses yeux. Un parfum lui parvint, c'était comme si elle pouvait sentir le métal précieux déferler sous ses gigantesques pattes griffues.

L'odeur se transforma bientôt. C'était une senteur familière, tel un congénère, un semblable, un dragon. Un appel lui parvenait au loin, mais elle ne pouvait pas l'entendre distinctement. La rivière d'or l'engloutit dans ses songes, et elle ouvrit son immense oeil reptilien. Son iris était de la couleur de l'ambre, et une large pupille linéaire la divisait de haut en bas. La dragonne de la Terre était réveillée après plusieurs décennies de calme et de sérénité. Elle était dans une grotte, qu'elle avait désignée comme hébergement. Et elle s'en rendait compte, parce que ses sens les captaient toujours : les effluves persistaient, ils étaient réels. Etant des êtres imprégnés de magie, les dragons ont des capacités bien plus développées que les autres êtres vivants, et ils peuvent voir, sentir, entendre à des kilomètres à la ronde. On l'appelait, et on l'attirait avec ce précieux métal qu'elle aimait tant. Etait-ce un frère qui la hélait ?

La curiosité l'emportait sur le reste. L'ophidien ailé reprit rapidement ses esprits, sortit de sa cachette, et déploya ses immenses ailes rattachées au niveau de ses omoplates. Le dragon de la terre partait en expédition.



La dragonne élémentaire de terre s'éleva haut dans le ciel, par-delà les nuages. Elle sentait une légère brise estivale fouetter ses naseaux fumants. La lune éclairait le plafond étoilé. Il faisait nuit, mais ses yeux voyaient aussi bien que de jour. S'en remettant à ses sens aiguisés, elle fendait l'air de ses bras aériens en direction de sa destination. Elle parcourut plusieurs dizaines de kilomètres en peu de temps, arrivant désormais au niveau du massif de Spelunca, un amas de grottes où elle élut parfois domicile parce qu'elle y était dans son élément avec tous ces minerais et toute cette roche. Mais cela devait remonter à un bon millénaire. Dans son souvenir, aucun de ses cousins dignes d'intérêt ne vivait dans le secteur, c'était donc une curieuse chose.

La dragonne de la terre fit une pirouette dans les airs avant de fondre en piquet là où elle sentait les odeurs d'or et de dragon de plus en plus fortes. Elle entendait aussi des éclats de voix, des petites créatures se trouvaient là, et elles semblaient se tenir pile à l'endroit où elle devait atterrir. Coutume chez les dragons, et pendant qu'elle traversait les cumulonimbus, elle poussa un puissant rugissement qui retentit dans toute la région, les cavernes de Spelunca créant un écho de son cri. Elle arrivait.


[Ouvert] Rivière d'Or  Walldump-jlYR6Y5zk

Plus la dragonne perdait en altitude, et plus elle pouvait détailler la scène qui se déroulait sous ses yeux. Il y avait des centaines de petites créatures qui s'agglutinaient, tel un festin en préparation. Au milieu de toute cette mascarade, une épaisse étendue dorée était visible, brillante de mille feux, un plaisir pour les yeux de la dragonne qui s'entichait facilement des trésors. C'est de là qu'émanait le minerai, et il était présent en grande quantité, mais sous l'état liquide, lorsqu'elle préférait le métal sous la forme solide. Soit.

Au milieu de la rivière, se tenait un dernier petit individu, qui devait faire la taille d'une de ses griffes, peut-être de deux. Plus elle avançait, et plus elle pouvait sentir les phéromones de dragon ; elles étaient dégagées par cet être. La dragonne de la terre ne savait ni pourquoi, ni comment, mais elle se sentait piégée par cette mise en scène. De l'or, certes, mais personne pour l'accueillir. Pour montrer son mécontentement, elle poussa un nouveau cri, étendant le cou écaillé pour se faire entendre. Mais aucune flamme ne sortit de son gosier. Elle n'allait pas cracher de feu, pas pour le moment.

Elle se posa bientôt sur une pointe rocheuse, suffisamment large et solide pour l'accueillir, bien que la roche s'égratinât sous l'effet de sa masse. Le titan ailé surplombait ainsi l'assemblée, et l'ensemble de la scène qui se déroulait sous ses yeux. Le petit peuple grouillait. Certains portaient des tenues étincelantes, d'autres arboraient des couleurs plus austères. Ils semblaient obnibulés ou effrayés par la venue de la dragonne, du moins de ce qu'elle pouvait en voir. Quant à celui qui se trouvait au niveau des flots dorés, il était assis sur ce que l'on appelait un trône, bien moins intéressant qu'une montagne de trésors à ses yeux.

Pour s'adresser à l'assemblée, elle n'utilisa pas l'usage de la parole, mais de la télépathie. Toutes les créatures pensantes et intelligentes qui étaient présentes à ce moment-là eurent directement la voix dans leur esprit, ne pouvant que subir l'écho dragonnique. Ainsi, sans que sa gueule ne se mut, la dragonne de la terre était en train de s'exprimer. Sa voix n'était ni grave, ni aigue, mais forte et intelligible de sorte d'être comprise de tout le monde.


* Qui ose me réveiller pour de pareilles inepties ? Qui vous a donné le droit d'invoquer la dragonne de la terre, d'attirer ma présence jusqu'ici ? Peut-être vous offrez-vous en offrande pour mon dîner ? Parlez, ou vous brûlerez ! *

Puis la maîtresse de la terre et des sols tendit ensuite le cou et sa large gueule en direction de l'individu qui se tenait sur son trône, et elle prit cette fois-ci la parole de manière audible, sa voix se répétant dans les tunnels spelunciens.


- Qu'es-tu, maître de la rivière dorée ? T'attends-tu à de la clémence de ma part ? Es-tu un elfe, un humain ? Tu me parais bien pâle. Dois-je tous vous réduire en cendres, ou quelqu'un m'expliquera séance tenante la raison de ma venue ?

[Ouvert] Rivière d'Or  Dammar_concept_by_alectorfencer_d8bp3rr-fullview
Revenir en haut Aller en bas
Saigo
Élu de Marihser

Saigo

Messages : 396
Expérience : 3281
Masculin Âge RP : 26

Politique : 10
Métier : Chasseur - Apprenti
Titres:
 

(Corbac, corbeau de Saigo [Modifié] +400, v+400 ; Dissuasion : vous évite à coup sûr la prison)

Stats & équipements
Vitalité:
[Ouvert] Rivière d'Or  644535102327/2327[Ouvert] Rivière d'Or  242396barresante02  (2327/2327)
Vitesse: 1095
Dégâts: 1682

[Ouvert] Rivière d'Or  Empty
MessageSujet: Re: [Ouvert] Rivière d'Or    [Ouvert] Rivière d'Or  EmptyMer 25 Aoû - 22:43
Séparation du contenu
Et soudainement tout le massif trembla.

Le rituel touchait à sa fin. La rivière d'or commençait à s'écouler sous les yeux d'une foule complètement acquise à la cause de son Roi. Les prières s'élevaient dans la nuit de Spelunca, la lune prenait des reflets dorés, Sobek Elpoemer Grey s'élevait dans les airs, invoquant parmi les mortels une créature millénaire. Pendant un instant, le silence pesa lourdement sur la foule.. et soudainement, tout le massif trembla.

La lune s'obscurcit quelques instants. Un frisson parcourut l'échine de Saigo, alors qu'il sentait, sans pouvoir encore la distinguer, la présence draconique juste au dessus de sa tête. Il avait observé la totalité du rituel depuis son perchoir, un point surélevé par rapport à la cérémonie. Il s'était demandé comment cette célébration allait s'achever. Désormais, il voyait le succès absolu du rituel se matérialiser face à lui. Atterrissant sur une pointe rocheuse, le dragon de la terre contemplait les vampires, thérian et autres mortels qui composaient l'audience de Saint Sobek. Véritable titan auréolé d'une aura étouffante, la vue de cet être de légende hypnotisait totalement le stryge noir. Ses yeux étaient écarquillés, sa respiration saccadée, quelques sueurs froides frigorifiaient sa nuque... mais surtout, le Parricide se surprenait à se sentir trembler.

Alors c'était ça, la peur ? La sensation qu'on lui avait appris à haïr, à traiter comme le premier signe de la faiblesse. Mais alors qu'il observait le Dragon, le Parricide ne pouvait s'empêcher de trembler comme une feuille. Aucune guerre, aucun combat, aucun titre, aucune résurrection n'avait la moindre importance à cet instant. Tout réceptacle de Mahriser, Parricide, Exécuteur qu'il était. Les titres, les accolades, les légendes devenaient soudain dérisoires face au sentiment qui l'envahissait à cet instant. Saigo se sentait petit, faible, nu. Insignifiant face à cette bête qui venait s'adresser à lui par la pensée. Cette fois, Styx avait peut-être eu les yeux plus gros que le ventre. Il avait peut-être choisi la mauvaise proie. Le vampire, Saigo le savait depuis quelques semaines, ne pouvait pas réellement mourir. S'il en ignorait les rouages, il savait que son vieil ami, peu importait l'issue de cette entrevue légendaire, finirait par se relever. Rares étaient ceux qui pouvaient dire la même chose, si le Dragon décidait de mettre ses menaces à exécution. Un nouveau frisson. Lui avait trompé la mort une fois. Il n'aurait sans doute pas cette chance si son corps finissait calciné.

L'écho de la voix du dragon fit à nouveau trembler tout le massif.

La gifle que Saigo s'administra résonna dans son esprit. Nul doute que personne ne l'avait entendu par-dessus les quelques mots du Dragon. Mais le Parricide, lui, revenait enfin à lui, se libérait de cette angoisse, de cette peur qui le tétanisait quelques secondes plus tôt. Il n'était qu'un mortel face à un dragon. Ce fait seul lui faisait serrer les dents. Mais ce n'était pas le premier monstre gigantesque qu'il voyait. Si affrontement il devait y avoir, ce ne serait pas le premier monstre géant qu'il abattrait. Alors le Parricide se résolu à agir, de la seule manière qu'il connaissait.

Ses yeux s'activèrent. Le rituel avait fait un grand usage de la magie. Aussi, il n'eut aucun mal à repérer des éclats de magie résiduelle, qu'il s'empressa de saisir grâce au Zéphyr. Moins d'une seconde plus tard, il atterrissait, ailes déployées, derrière le trône de Sobek, laissant à la foule le soin d'imprimer sur leurs rétines la vue de ce trône soudainement appairée d'une grande paire d'ailes noires. Avisant son entourage immédiat, Saigo se redressa et se révéla aux fidèles de Château-Rouge. Il était venu se placer à la droite de Styx. Les yeux braqués sur le Dragon, il glissa à son vieil ami.

Je ne sais pas ce que tu as prévu pour la suite. Je ne compte pas perturber tes plans. Mais c'est un putain de dragon, hors de question que je regarde ça de l'extérieur. Quoi que tu ais prévu... mes poings sont prêts.

Pas un seul instant, le Parricide n'avait lâché le super-prédateur du regard. Pendant un instant, il espéra que Mahriser vienne s'incarner en lui. Il se ravisa. Son corps n'était pas prêt à encaisser cela... et l'Élu ne pouvait pas promettre de ne pas tenter de décimer la totalité des fidèles s'il se retrouvait dans cet état.






Soon they will all remember...

:mort::mort:Everybody Dies:mort::mort:

...Just how terrifying I really am.
Revenir en haut Aller en bas
Holy
L'Aubergiste ♦ Symphonie onirique

Holy

Messages : 976
Expérience : 4350
Féminin Âge RP : 19

Politique : 89
Métier : Forgeron d'A. - Maîtresse
Titres:
 

(Lune, âme d'Holy [Modifié] +400, v+400, dissuasion : évite la prison)

Stats & équipements
Vitalité:
[Ouvert] Rivière d'Or  644535102772/2772[Ouvert] Rivière d'Or  242396barresante02  (2772/2772)
Vitesse: 1265
Dégâts: 662

[Ouvert] Rivière d'Or  Empty
MessageSujet: Re: [Ouvert] Rivière d'Or    [Ouvert] Rivière d'Or  EmptyMar 31 Aoû - 15:34
Séparation du contenu
 


[Ouvert] Rivière d'Or  Test_b11

☽ ♪ ☾

L’attente parut terriblement longue, la tension était à son comble et je restais alerte sur ma branche à observer la foule agglutinée devant la scène. Une véritable pièce de théâtre semblait se jouer. Loufoque, gargantuesque, mais surtout terriblement terrifiante.
Des hommes de la nuit en armure dorée patrouillaient, escortant quelques semblables vêtus de blanc. Des fidèles leur donnaient des pièces, des bijoux, des objets… Dont le point commun était leurs matières, tout était d’or. Un panier passa sous mon perchoir, j’y fis tomber trois piécettes pour ma maigre contribution. Ne dit-on pas toujours que c’est l’intention qui compte ?

Le temps était enfin venu. Le vampire Styx sans tous ses apparats prit la parole.
Tout comme une musique jouée trop fort, la magie vibra, agressant mon ouïe sensible alors qu’il articulait une formule magique, ou quelque chose qui y ressemblait fortement… Quoiqu’il en soit le silence résonna dans l’assemblée sur les derniers mots qu’il prononça.
Viens à moi Dragon ! Semblait résonner dans la nuit.
Le calme ne fut que de courte durée car sous le spectaculaire numéro que nous jouait le Roi sous le massif, des acclamations se levèrent, toujours plus vives.
Il m’est de plus en plus difficile de lutter contre la magie de la virtuose, elle est décidément très puissante et l’emprise qu’elle a sur la foule est impressionnante.

Pourtant nul besoin d’artifice pour rendre ce spectacle inoubliable. Une rivière d’or se déversant sur les terres désolées. Styx se pavanant sur les flots dorés, incandescents pour y finalement trôner avec panache. Un tableau que personne ne pourrait jamais oublier. Un tableau fantabuleux ! Depuis combien de temps préparait-il ce numéro ? Combien de fois l’avait-il répété ? Nul doute que tout était parfaitement millimétré.

Un grondement de tonnerre résonna dans tout Spélunca. Pourtant il n’y avait pas d’orage. Des bourrasques balayaient le massif, pourtant il n’y avait pas de vent. Une ombre couvrit la lune et les étoiles, pourtant il n’y avait pas de nuage. Une créature immense poussa un nouveau rugissement. Le dragon était là.
Il se posa avec élégance sur un pic rocheux. Son esprit était grand, il imposa sa Présence dans le mien et dans celui de toutes les personnes présentes.

Le dragon est une dragonne, Lune ! Et une dragonne en colère visiblement…

Alors ça ressemblait à ça, un dragon en vrai. Majestueux, immense, terrifiant. Je me surpris à trembler de tout mon corps à l’idée qu’un prédateur pareil puisse nous réduire en cendres en une fraction de seconde…
Elle approcha sa grande gueule de Styx, il paraissait minuscule à côté de la bête. Je ne pouvais plus rester simplement sur mon perchoir… Et si ça tournait mal ? Certes je ne pourrais pas faire grand-chose, mais je ne pouvais rester sans rien faire tout de même ! Elle lui parla, j’en profitais pour sauter de ma branche et, jouant du coude et du pied, je me frayai un chemin à travers la foule, faisant danser la soie bleu de ma tenue. Sans m’en rendre compte, j’étais déjà arrivée de l’autre côté et alors que j’avais prévu de pousser un énième fidèle, mon bras poussa le vide, me déséquilibrant. Lune sous sa forme d’oiseau noire et bleuté s’envola tandis que j'atterrissais tête la première sur quelqu’un habillé en blanc avant de me vautrer sur mon derrière.

Tout en balbutiant quelques excuses je me relevais en réajustant le masque en forme canine sur mon visage, par chance aucune effluve n’était passée. La personne était en fait une jeune fille avec un trident fiché dans le dos, mon odorat m’étant d’aucune utilité, je n’arrivais pas à déterminer si elle était une vampire ou une louve… La foule étant en délire complet, elle aurait très bien pu ne pas me remarquer également. Pourtant je fis le choix de rester dans les parages, à bonne distance de la rivière d’or, j’arrivais à voir la dragonne de près et si le besoin s’en faisait sentir, Lune pourrait me porter jusqu’au vampire, ou loin de Spélunca...

☽ ♪ ☾

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Cylicia Condoris
Chapelaine de l'Ordre du Sacrifice

Cylicia Condoris

Messages : 1002
Expérience : 4296
Féminin Âge RP : 27

Politique : 01
Métier : Mineuse - Expert
Titres:
 

(Litanies du Sacrifice, Livre magique de Cylicia, +100, v+200, - l'effet dépend du tour (voir fiche joueur))

Stats & équipements
Vitalité:
[Ouvert] Rivière d'Or  644535102263/2263[Ouvert] Rivière d'Or  242396barresante02  (2263/2263)
Vitesse: 775
Dégâts: 892

[Ouvert] Rivière d'Or  Empty
MessageSujet: Re: [Ouvert] Rivière d'Or    [Ouvert] Rivière d'Or  EmptyMer 1 Sep - 12:15
Séparation du contenu
Vision d'horreur et de terreur. Tous ce qui entourait à présent notre pauvre héroïne ne pouvait être que son enfer personnel. A mi-chemin entre la stupéfaction et le désarroi, Cylicia observait, pantoise, la majestueuse et imposante dragonne de terre descendre jusqu'à eux. Autour d'elle, les impies et les débauchés qui avaient cru aux paroles de leur maitre ne s'en retrouvait que plus réjouit. Une larme roula sur la joue de la Stryge alors qu'elle entendait raisonné en elle la voix de la dragonne.

* Qui ose me réveiller pour de pareilles inepties ? Qui vous a donné le droit d'invoquer la dragonne de la terre, d'attirer ma présence jusqu'ici ? Peut-être vous offrez-vous en offrande pour mon dîner ? Parlez, ou vous brûlerez ! *

Un nouveau frisson de terreur parcouru à nouveau l'échine de la chapelaine. Son égo avait déjà été détruit par la seule présence de la créature, elle ne se sentait, à présent, que trop dans la peau d'une proie. Que faire dès lors? Fuir? Cela aurait été trahir son devoir... Non, seule la prière était une option. Et, dans la grande mansuétude dont, s'imaginait Cylicia, disposait Morkez, il protégerait ceux dans le coeur serait pur, si tenté soit-il qu'il se trouve pareille rareté en ces lieux de débauche. Cylicia sortit alors ses saintes litanies et pria de toutes ses forces, retrouvant courage face à cette dragonne de terre par les arcanes de son dragon divin. Il n'était plus question de resté sans rien faire. Alors qu'elle tentait de se rapprocher de la rivière d'or, recommandant vainement au gens de quitter les lieux, la dragonne demandait des explications au sinistre personnage assit sur son trône d'or et responsable de cette fantaisie.


Dernière édition par Cylicia Condoris le Mer 8 Sep - 11:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Axe
Maîtresse d'armes

Axe

Messages : 887
Expérience : 3376
Féminin Âge RP : 18

Politique : 197
Métier : Chasseuse - Maîtresse absolue
Titres:
 

(Manticore d'Axe +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
[Ouvert] Rivière d'Or  644535102374/2638[Ouvert] Rivière d'Or  242396barresante02  (2374/2638)
Vitesse: 654
Dégâts: 3259

[Ouvert] Rivière d'Or  Empty
MessageSujet: Re: [Ouvert] Rivière d'Or    [Ouvert] Rivière d'Or  EmptySam 4 Sep - 19:38
Séparation du contenu
La demi-heure s'écoula et les cuves, comme promis, furent renversées.

Styx poursuivit sa mise en scène. Il avait du goût même dans l'outrance la plus complète (quand il faisait un effort, en tout cas) et devant l'image de son prophète en Majesté sur un trône de lumière pure, la vampire à côté d'Axe tomba à genoux en larmes. Elle avait saisi la main de la louve dans la sienne. L'intéressée ne chercha pas à se dégager, obnubilée, comme beaucoup d'autres, par les reflets sublimes de la rivière d'Or.

Instinct de bête sauvage, ouïe hypersensible, qui sait ; toujours est-il qu'Axe se tourna vers le ciel un peu avant tout le monde, les poils hérissés. L'air était perturbé par des ondes semblables à celles qui agitent les nuages juste avant le début d'un orage. Un battement ? Alors que la tueuse scrutait le ciel en retenant son souffle, aveuglée par les fumigènes des sorcières, un rugissement tonna et tout vibra comme si un éclair était tombé au milieu de la foule. On cria de surprise. Même les plus solides avaient senti l'onde secouer leurs os, alors les autres n'en menaient pas large.

Quelques secondes plus tard, crevant les nuages, l'animal fit son apparition dans un mugissement semblable au précédent. Gigantesque. Quand il se posa, de lourds rochers dégringolèrent le long du col qu'il avait choisi et furent engloutis par la rivière d'or. Le dragon n'était pas beau à proprement parler, mais il avait la majesté teintée de menace des titans. La lumière irradiée par le métal luisait magnifiquement sur ses écailles. Axe lui adressa un regard de pure fascination que même la belle Hélène n'aurait pas su lui arracher dans les meilleures conditions.

Le rituel avait fonctionné !

La voix du dragon, qui avait des échos féminins, retentit dans l'esprit de tous. La louve avait l'habitude qu'on s'adresse à elle par télépathie et ne fut pas trop dérangée par l'intrusion, mais plissa le front quand, avec une arrogance effrayante, le monstre exprima son dédain pour leur petite sauterie. Le présent de Styx n'avait pas l'air de beaucoup l'impressionner.

De sa véritable voix, la dragonne questionnait maintenant directement le vampire sur la raison pour laquelle on l'avait dérangée. Ça, tout le monde avait hâte de le savoir. Axe, dont les tympans sifflaient encore du premier rugissement de la bête, se rendit compte que sa voisine était en train d'essayer d'attirer son attention en gémissant et ses yeux descendirent vers la main de la vampire, emprisonnée dans la sienne. Sous le coup de l'excitation, elle avait serré le poing et lui avait froissé quelques doigts. Oups.

Était-ce un effet des drogues de Yuli ou les choses s'enchaînaient-elles remarquablement vite ? Quand elle releva les yeux, Saigo, sorti de nulle part, venait d'apparaître en soutien aux côtés de Styx, les ailes déployées. L'effet fut un peu minimisé par le fait qu'il avait l'air d'une mouche à côté du monstre qui leur faisait face, mais l'image était là. Bien : il était fils de dragon, peut-être que ça compterait pour quelque chose aux yeux de leur immense invitée.

Axe sentit quelqu'un la bousculer et l'entendit se confondre en excuses, mais elle n'osait pas quitter ses deux mentors des yeux. Elle n'avait aucun moyen de les rejoindre sans passer par les flots bouillants de la rivière d'Or, et, même si on pouvait lui reconnaître quelques mérites, elle était incapable de ressortir vivante d'un exercice pareil. Leur sort dépendait du répondant de Styx, maintenant.

Réagissant à la présence du dragon non loin, son virus commença à se manifester. Axe sentit des griffes lui pousser aux doigts sous ses gants et ses dents se changer en crocs. Un duvet du même blanc fantomatique que ses habits pointa sur sa peau, des muscles plus affirmés tendirent son habit sur son corps. Le halo caressant de l'astre nocturne, arrivé à son Zénith, était sans doute aussi responsable de son état, même Styx avait évidemment pris soin de choisir pour sa fête une date assez éloignée de la pleine lune (sans quoi il y aurait eu beaucoup moins de célébrations pacifiques et beaucoup plus de loups en train de se faire un festin de vampires fourrés aux herbes hallucinogènes.)

Derrière, on commençait à s'énerver contre la personne qui avait bousculé tout le monde, une jeune fille masquée qui n'était visiblement pas du coin. Axe s'interposa et darda un regard irrité sur les fidèles.

- Votre roi essaye de parler à un dragon, siffla la métamorphe en découvrant ses crocs. Un peu de calme.

Les vampires furent effrayés par sa face bestiale et les lycanthropes rentrèrent la tête entre les épaules, reconnaissant l'une des leurs et pas le genre de louve avec laquelle on avait intérêt à la ramener. Leur vie à tous dépendait de l'humeur de la créature qui discutait actuellement avec Styx. Sans parler de la Garde qui avait l'air un peu sur l'oeil et qui n'hésiterait pas, sans doute, à mater le moindre débordement sévèrement.

Ceci fait, Axe se tourna vers la femme en bleu.

- Tout va bien ?
Revenir en haut Aller en bas
Ehawee
Archère

Ehawee

Messages : 519
Expérience : 2933
Féminin Âge RP : 188 (21)

Politique : 113
Métier : Sculptrice - Maîtresse
Titres:
 

(Tadi, Cerf royal d'Ehawee +300, v+200)

Stats & équipements
Vitalité:
[Ouvert] Rivière d'Or  644535101922/1922[Ouvert] Rivière d'Or  242396barresante02  (1922/1922)
Vitesse: 1208
Dégâts: 1671

[Ouvert] Rivière d'Or  Empty
MessageSujet: Re: [Ouvert] Rivière d'Or    [Ouvert] Rivière d'Or  EmptyDim 5 Sep - 22:09
Séparation du contenu
Quelle folie !

La stupeur, ce fut elle qui atterrit sur Spelunca cette nuit-là. Le projet fou avait touché à son but, pour la plus grande joie des fanatiques et pour la plus grande surprise des sceptiques, dont Ehawee. Heureusement d'ailleurs qu'elle était parvenue jusqu'ici sous sa forme éthérée. Ainsi elle n'était pas vulnérable aux effluves de drogues et d'ensorcellements qui planaient dans l'air -car il fallait forcément être atteint par quelques substances pour applaudir une telle entreprise. Cela eut aussi pour effet qu'elle ressente la peur avec toute la clarté possible. La peur, celle qui agita ses deux ailes, projetant sur le monde un vent de mort qui fit frémir n'importe qui. Celle-là qui fit trembler tout les esprits des alentours. Nul besoin d'être manipulateur de l'âme pour s'apercevoir qu'une prodigieuse source de pouvoir se trouvait là.

La jeune elfe se demanda alors si tout ce monde allait mourir ce soir, elle y comprise. "Je vais mourir." C'est autant étrange à envisager lorsqu'on a autant vécu que lorsqu'on est entré dans l'âge adulte il y a si peu de temps.

Une dragonne ! Même pour une vie d'elfe ce n'était pas commun. Une chose était sûre, le spectacle était époustouflant, à espérer qu'ils n'en auraient pas le souffle couper...pour toujours ! Celui qui ferait mieux de garder son souffle et d'aiguiser sa langue était le maître de cérémonie, et tous était pendu à ses lèvres, car de ses phrases en dépendait leur sort.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Sobek E. Grey
Saint Sobek de Spelunca

Sobek E. Grey

Messages : 312
Expérience : 2609
Autre / Ne pas divulguer Âge RP : ?

Politique : 118
Métier : Chasseur - Maître
Titres:
 

(Le Livre de Guthemberg, Familier de Ziggy ; +100, v+200 : Chaque tour, le livre magique tourne une page, octroyant un nouveau bonus à son maître uniquement, ou un malus à ses ennemis, cumulable (un ensorceleur peut contrer l'un de ces tours))

Stats & équipements
Vitalité:
[Ouvert] Rivière d'Or  644535102217/2217[Ouvert] Rivière d'Or  242396barresante02  (2217/2217)
Vitesse: 1165
Dégâts: 951

[Ouvert] Rivière d'Or  Empty
MessageSujet: Re: [Ouvert] Rivière d'Or    [Ouvert] Rivière d'Or  EmptyJeu 9 Sep - 15:40
Séparation du contenu

Au départ, il n'y eut rien. Seulement le silence des fidèles, l'effervescence de l'atmosphère et la rivière d'or, qui, indifférente, bouillonnait de ses brillances hallucinées sous les yeux émerveillés de Sobek Elpoemer Grey.
Le Régent, riant dans son trône, s'était tut au bout des quelques instants qui suffirent au déferlement de pouvoir à quitter son corps. Tant d'âmes sacrifiées, chassées, traquées, pour une si éphémère finalité, une atroce ironie qui le rendait paradoxalement extatique. Un extase éclair, car bientôt ses tympans furent gratifiés de la récompense ultime en cette soirée ; impossible ! Un rugissement assourdissant, de même force sonore qu'une dizaine d'explosions, le souffla.

Il s'y était attendu, bien sûr, mais...
Les mots cessèrent d'affluer en son esprit comme la Lune se couvrait, et que l'or lui-même ne semblait plus qu'une maigre source de lumière face à la créature qui déployait ses ailes, de la taille de son château, dans le ciel. Un. Putain. De. Dragon.

En un instant, il était debout sur son trône improvisé, les yeux exorbités et la mine stupéfaite ; il arrivait. Enfin, elle, d'après les premières sonorités mentales qui avaient suivi son atterrissage.  Contrairement à toute situation qu'avait vécu Styx, dans son ensemble d'identités et temporalités, jamais il n'avait connu un trouble similaire, là, au milieu de sa rivière jaune, orné de sa maigre couronne, il venait d'invoquer la Dragonne de la Terre. Pire, celle-ci avait répondu à son appel, et malgré des répétitions de discours et une réflexion poussée sur comment aborder un être si parfait, il se retrouvait paralysé et décontenancé.

Il entendait les mots prononcés par la Bête, il voyait son gargantuesque cou se mouvoir, à la façon des serpents, tandis que ses griffes raffermissaient leur prise sur la montagne où elle avait atterrit, mais son psyché était incapable d'assimiler le fait qu'un Dragon se tenait devant lui. Face à lui. Juste à quelques mètres -kilomètres ?- et pourtant si près !
Sa tête, aussi grande qu'un pâté de maisons, tranchait l'air pour proférer de nouvelles menaces.

Sans doute aidé, si ce ne fut totalement réveillé, par l'apparition de Saigo, Sobek Elpoemer Grey se redressa et contempla la Dragonne. Il soutint son regard, tandis que derrière lui son ami déployait ses ailes, en une symbolique qui le fit murmurer dans un coin de sa tête que ce type était totalement fou, et cool.
Lorsque le déclic se fit, son cerveau, habitué aux exercices de réflexion et analyse rapide, s'était déjà mis en route, en tenant compte de paradigmes tout à fait inhabituels. Saigo était donc là. Il l'avait senti, son énergie était reconnaissable parmi milles, surtout pour lui, mais il était aussi question d'Axe et Holy, s'il avait -toujours- raison.
Ces crétins étaient venus, mais pourquoi ?! S'ils mourraient...

D'un rapide geste de tête, sans quitter la Dragonne des yeux, il murmura à Saigo :


- Idiot, toute l'armée de Stellarae ne suffirait à arrêter la Dragonne de Terre, et toi tu viens te poster derrière celui qu'elle risque de dévorer en premier ? Cette fois, il n'admirait que la montagne de crocs et d'écailles cuivrée face à lui, lorsqu'il reprenait, la voix cassée par l'émotion. De piètres adieux, si c'est de ça qu'il s'agit là tout de suite, entre nous. Mais au moins sont-ils proférés dans un climat que je décrirais, selon tes propres termes, de glorieux. Range tes poings, personne d'entre vous ne mourra ce soir.

Puis il se ressaisissait, faisant appel à l'exercice de ses fonctions régaliennes pour recouvrer une posture et un état d'esprit suffisant à faire face à son appel, pour se lever et commander à l'or de se solidifier sous ses pas pour approcher la Dragonne envers qui il parla de vive voix -aidé par un sortilège d'amplification vocale-, désirant que tout le monde entende :

- Dragonne de Terre, descendante d'Elopa, vous êtes ici en mon territoire. Peut-être vos années passées seule vous ont fait oublier la courtoisie, mais ne croyez pas que vos menaces me sont tolérables. Ces gens ne sont pas vôtre dîner, mais si c'est la faim qui vous taraude, faites-le savoir clairement et les mets de vôtre choix vous seront offerts.

Debout sur un chétif pilier d'or, sa chemise battue par les vents, face à une titanesque créature, il semblait bien maigre, pourtant la voix de Sobek Elpoemer Grey ne faiblissait pas, au contraire, elle semblait trouver plus de force en chaque mot proféré.

- J'admets la saugrenue situation dans laquelle je vous ai convoquée, toutefois, et si j'étais réveillé par d'apparentes inepties, je serais moi-même fort courroucé ; ne perdons pas de temps, et voyez par télépathie ce qui m'a poussé à demander votre intervention aujourd'hui. Sans filtre aucun.

Styx avait lu, tout au long de son interminable vie, au sujet des Dragons. On disait parfois qu'ils lisaient les cœurs, dirigeant leur ire contre les "impurs", parfois qu'ils étaient capables de voir et déceler le mensonge, qu'importe où se trouvait la vérité, Sobek Elpoemer Grey ouvrit son âme toute entière à la Dragonne.
Levant une main en sa direction il lui montra tous les Hommes qu'il avait chassé, les complots qu'il avait mené, les assassinats perpétrés, et le moindre détail de ce qui l'avait mené à endosser aujourd'hui le poids de la Couronne Speluncienne. La conquête progressive des Lycans, et l'envers du décor, les maléfices sur les nouveaux-nés, le sabotage des routes commerciales et les coups à l'encontre de la stabilité politique en leur territoire, qui avaient mené à la docilité totale lors du renouvellement du Traité de Spelunca.
La Monarchie de Droit Divin qu'il avait instaurée grâce à l'usurpation du titre de Fils d'Adam (bien qu'il soit aujourd'hui sûr qu'il n'aurait pu survivre à l'épreuve du Sang si Adam ne l'avait pas réellement choisi), l'éviction des adversaires politiques par tous les moyens à sa disposition, poisons, ruse, chantage, scandales, et la concentration des pouvoirs législatifs, exécutifs, et martiaux en sa personne.

Un bien horrible miroir de son être, mais, et comme toute surface réfléchie projette toujours deux faces de la même image, ce que les Dùralassiens ne savaient pas, ce qu'il occultait volontairement au public, émergea également dans l'esprit de la Dragonne.

Le fait qu'une bête transcendant les concepts humains de sexe, genre, et temporalité, avait été dès son introduction à ce monde pourchassée et faite antagoniste. Styx avait toujours fait l'objet de discriminations et affabulations, traité non comme le Dévoreur qu'il était mais comme un paria, une chose à abattre et dont on redoutait à la fois la capacité à décrypter l'esprit humain et à se jouer des faiblesses des Hommes. Il avait trouvé refuge auprès de ceux, qui comme lui, s'étaient trouvés exclus des normes Humaines ; sorcières, travailleurs du sexe, assassins, et opprimés, autant d'êtres qu'il avait vu mourir et être persécuté tout au long de son existence.
Alors, pour se prémunir du même sort, le Dévoreur avait usé des armes dont il disposait naturellement. Similaire à la Dragonne en bien des points, d'une espèce rare, d'une nature prédatrice, il l'interrogea sur le fait que si la nature nous gâtait d'ailes n'était-ce pas pour voler ? Si on lui avait donné la capacité d'assimiler les âmes des mortels, n'était-ce pas pour qu'il accomplisse son but premier ? Les Hommes le dégoûtaient, ils reproduisaient et obéissaient à des lois normatives arbitraires qu'ils peinaient la plupart du temps à comprendre. Le cas contraire faisait d'ailleurs de ceux qui saisissaient les règles du jeu des connards finis. Ils aimaient à réduire en esclavage pour se sentir libres, ils persécutaient pour consolider l'idée d'une normalité unique et intransigeante, ils dénigraient tout ce qui ne correspondait pas à leurs valeurs.

Styx avait donc bataillé toute sa vie à les prendre à leur propre jeu -avec le plaisir sadique inhérent aux monstres immortels-, et si on admettait qu'il était maléfique, alors on devait également reconnaître que ceux à qui il s'attaquait faisaient également le mal, de manière directe ou passive. Il était après tout une créature dont la race pouvait disparaître à tout moment, et, tous ceux présents ce soir, étaient d'une manière ou d'une autre des répudiés.
Il montra à la Dragonne comment Spelunca, ses habitants, n'était même pas considéré par la Couronne Humaine et comment cette dernière les avait laisser se débrouiller, perpétuant leur conflit de manière durable sans intervention extérieure au détriment des milliers d'âmes qui vivaient ici. Il lui fit vivre également les moments qu'il avait passé dans les cachots du Roi et la procession de pénitence qui lui avait été imposée ; nu, à la merci des crachats et projectiles de la foule, dans l'expression d'une violence au moins égale à la sienne.

Il avait donc fait tout ce qu'on lui reprochait -et bien plus, dans l'ombre, travaillant toujours à l'élimination de quelqu'un ou quelque chose-, mais, s'il pouvait être honnête avec la Dragonne, il avait bondit sur l'occasion dès qu'elle s'était présentée pour bâtir un espace où ceux qui comme lui, les marginaux, seraient en paix. La première fois, aveuglé par la soif de pouvoir, il avait péri, et Château-Rouge avait été incendiée, ses enfants décapités, et ses efforts anéantis.
Aujourd'hui toutefois, il endossait la Couronne avec un minimum de respect pour son peuple, mais totalement dévoué à sa cause. Celle-ci n'était ni juste ni impartiale, c'était une cause politique et une affirmation identitaire subversive à l'identité Dùralassienne prédominante ; à Château-Rouge des hommes revêtaient l'apparence de femme -et vice versa-, des Sorcières œuvraient publiquement, et les femmes avaient autant d'accès à la culture qu'au travail, selon leur souhait. Les hommes n'étaient ni obligés de combattre ni forcés à perpétuer des stéréotypes, et on encourageait même l'expression artistique chez toutes les tranches d'âge.

Il montra tout cela à la Dragonne, debout, face à son museau, la main tendue, et lorsqu'il eut fini sa transmission de pensées, il parla de nouveau afin que la foule l'entende :  


- Vous êtes ici en vôtre territoire aussi, Dragonne, et jamais je n'ai ressenti le poids de ma Couronne avec autant de clarté, vous savez désormais mon histoire et je vous prie d'écouter ma demande. Les temps ont changé, les mœurs ont évolué, et les mentalités ont suivi. Nous ne sommes plus en sécurité, et ne le serons jamais tant que les Hommes et leurs esclaves raciaux continueront d'exister, mais je ne souhaite pas les détruire, seulement faire ce qui nécessaire pour assurer la paix des miens. Ma demande à votre égard tient plutôt de l'ordre de la proposition ; siégez à Château-Rouge, et conseillez-moi. Conseillez-nous, le Massif entier, et ensemble nous plongerons ce Monde dans une nouvelle ère où mortels et une Dragonne coopèrent ; je vous en prie, Protectrice, vous devez bien avoir envie d'autre chose que sommeil et préservation de vôtre fortune ? Vous devez savoir qu'ils n'auront de cesse de vous traquer comme ils le font avec nous. Mais ensemble, nous pouvons changer les choses, pas seulement pour Spelunca. Pour vos enfants et les nôtres. Je ne dis pas que je ne prépare pas la Guerre, oh non, je vous témoigne seulement de mon envie de bien faire, car vous connaissez le coeur des Hommes et savez les affrontements inévitables. Rien n'est juste en Dùralas, ou impartial, il n'y a que des vainqueurs qui imposent leur loi à des vaincus. Aidez-nous.

Mentalement, il lui signifia se sentir très seul, beaucoup de fois, étant le seul Dévoreur Dùralassien, et au vu de la rapidité à laquelle la Dragonne s'était dirigée sur des phéromones de dragon, il espérait qu'elle comprendrait aussi. Styx s'identifiait, et se réjouissait, d'avoir trouvé en la créature divine une consœur.

Il s'agenouilla face à la Dragonne, et termina, tête baissée :

- Enfin, et si vous désirez toujours cracher le feu, faîtes-le sur moi. Ces personnes n'ont rien demandé. Soyez pragmatique, pensez aux représailles, et à tous ceux qui demanderont vengeance si vous tuez tout le monde, pour vôtre tranquillité.




[Ouvert] Rivière d'Or  Giphy.gif?cid=790b761185cf39370d710c3c609bb31d1762c557747720fc&rid=giphy
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Le Juge
Personnage Non Joueur

Le Juge

Messages : 7481
Expérience : 25619
Féminin

[Ouvert] Rivière d'Or  Empty
MessageSujet: Re: [Ouvert] Rivière d'Or    [Ouvert] Rivière d'Or  EmptyJeu 16 Sep - 2:33
Séparation du contenu
La foule s'agitait, ce qui agaçait d'autant plus la dragonne. Elle sentait la peur parcourir l'audience improvisée qui était agglutinée là. La descendante d'Elopa avait l'impression qu'elle venait d'asséner un coup de pied dans une fourmilière et que des centaines d'insectes grouillaient à présent. Ses sens étaient aux aguets. Elle sentait certains individus s'écarter, tandis que d'autres tentaient de l'apercevoir de plus près en se frayant un chemin dans la petite foule qui se tenait autour de la rivière dorée. N'était-elle pas assez grande et titanesque ? Des fous, ils ne savaient pas ce qu'ils faisaient.

La dragonne de la terre attendait une explication, elle fulminait intérieurement. Opale, parce que c'était son nom, perdait patience et était à deux doigts de brûler cette assemblée. En guise de réponse, un petit être -à ses yeux- jaillit de l'amas de personnes pour se poster aux côtés de l'homme qu'elle avait interrogé. Il était muni d'ailes noires, et il semblait venir prêter main forte au responsable de toute cette mascarade. C'était une résistance futile, elle en aurait deux pour le prix d'un pour le petit déjeuner.

Opale ne cillait pas. Elle avait l'attention focalisée sur ce bonhomme pâle qui semblait l'avoir invoquée. D'un moment à l'autre elle allait réagir. Perdant patience, elle commença à ouvrir la gueule, dévoilant de larges dents, affûtées et prêtes à l'emploi. Mais elle se ravisa et referma son museau, car enfin l'homme parlait. Il connaissait son ancêtre, Elopa. C'était apparemment SON territoire. Son territoire, vraiment ? Le maître de la cérémonie, parce qu'il paraissait se présenter ainsi, continua en expliquant que les petites gens présentes n'étaient pas ici pour son dîner, et il pouvait -il le croyait- rassasier la faim d'un dragon qui dormait depuis un siècle.

Son interlocuteur ne perdait pas de sa superbe. Au contraire, il s'affirmait. Etait-ce de la folie qui le poussait à agir de la sorte ? Ou bien était-il simplement fier ? L'orateur invitait la dragonne de la terre à découvrir son passé. Il s'ouvrait à elle. Alors, Opale eut un bref moment d'absence, pendant lequel une succession d'images défilait dans sa tête. Le vampire, parce que c'est ce qu'il était, lui dévoilait les détails de sa vie, des informations enfouies au plus profond de son esprit, de son être. Il s'appelait Sobek Elpoemer Grey, mais il n'avait pas toujours porté ce nom. Ses actions n'étaient pas blanches, n'étaient pas noires non plus. La dragonne ressentait sa peine, sa tristesse, sa joie, et son ambition. Il s'était accaparé habilement le pouvoir en ces lieux. Il se considérait paria, chassé par les autres, mais aussi proche de la dragonne ; il agissait tel un prédateur de par sa nature. Il avait une conception différente des Humains moyens, bien qu'il en conservait les travers : une ambition démesurée, des erreurs, des faiblesses, des tromperies... Mais Opale sentait que ce qui lui était montré était sincère. Quelle idée pouvait-il avoir pour tout lui dévoiler de la sorte.

Les dragons sont des créatures intelligentes et douées de parole, qui ont des talents bien plus développés que le reste du règne animal. Ils sentent ce que les autres animaux ont sur le coeur, ce qu'ils ressentent, lorsqu'ils sont sincères ou ne le sont pas pour les animaux pensants... Et là ce Styx, ce Sobek, ce Roi auto-proclamé, lui donnait la vérité sur son passé. Ou alors il était le meilleur magicien de son temps, car aucun dragon n'avait pu être dupé jusqu'à lors.


- Vous êtes ici en vôtre territoire aussi, Dragonne, et jamais je n'ai ressenti le poids de ma Couronne avec autant de clarté, vous savez désormais mon histoire et je vous prie d'écouter ma demande. [...] Rien n'est juste en Dùralas, ou impartial, il n'y a que des vainqueurs qui imposent leur loi à des vaincus. Aidez-nous.

La dragonne élémentaire de la terre fut d'abord surprise. Après toute cette agitation, tout cet effroi qui avait parcouru l'échine des uns et des autres, le Vicomte de Spelunca lui proposait de devenir sa conseillère, une alliée.. Une vassale ? Mais sa surprise fut dépassée par la raison. Après ce qu'il venait de lui dévoiler, la demande était logique, si ce n'est pertinente. Les dragons n'ont pas pour habitude de se rabaisser, parce qu'ils sont fiers, mais Opale se sentait frustrée d'avoir répondu à cet appel. Elle se redressa, reculant la gueule de son interlocuteur et réhaussant sa tête à bonne hauteur. Elle se mit à ouvrir la gueule, inspira longuement et... Soupira. Des volutes de fumée se dégagèrent de ses naseaux, mais rien d'autre n'en sortit, pas de flammes, rien. A la place, la dragonne élémentaire de la terre se mit à parler à voix haute.

- Si mes apparitions sont rares, c'est que j'ai horreur de perdre mon temps. On me connaît sous bien des noms et des titres, mais en langue commune je suis Opale, fille et descendante directe d'Elopa, dragonne brune millénaire, liée à l'élément de la terre. Ton récit m'a légèrement apaisée Sobek, Celui-qui-marche-sur-l'or, parce que j'ai senti que malgré tes actions, ton coeur était pur en termes de sincérité. C'est une démarche qui peut s'avérer mortelle, que de révéler ses facette inavouées  à une Seigneuresse des cieux et de la terre. Malgré ce réveil, tu m'as divertie, et je ne les mangerai pas.

Pas encore...
, continua la dragonne en jetant un rapide coup d'oeil à la foule, adoptant un ton neutre afin que l'on ne sache pas si cet ajout était ironique ou sérieux.

- Mais, malgré ta proposition et tes arguments, je ne puis l'accepter. Allons, relève la tête, ton heure n'est pas encore venue.

Il y eut un instant de silence, pendant lequel Opale s'arrêta de parler. Elle entendait quelques chuchotements et éclats de voix, inaudibles pour la dragonne parce que cela se mêlait à tous les sons qui lui parvenaient en même temps. La dragonne élémentaire de la terre leva les yeux vers le ciel étoilé, comme si elle y cherchait ses ancêtres. Puis elle se reconcentra sur la foule, son oeil jaune perçant détaillant autant que faire ce peut les individus qui la composaient. La dragonne se remit à parler, mais cette fois, elle faisait usage de la télépathie afin que tous les êtres pensants environnants l'entendent.

*Jadis, nous, dragons millénaires, nous sommes alliés avec des Dùralassiens. L'époque n'était pas si différente, mais elle n'était pas aussi ternie que maintenant. Cela s'est passé il y a plusieurs centaines années, et nous étions rentrés en communion avec les Humains et les Elfes, les espèces les plus disposées à nous chevaucher. Chaque dragon était lié à son dragonnier, et nous ne faisions qu'un ; un lien tellement fort qu'il nous était pratiquement impossible d'aller à l'encontre de notre cavalier. C'était la première fois que des représentants de notre race (celle des dragons élémentaires) acceptaient de prendre part aux préoccupations des mortels (ou "faibles-immortels" pour les Oreilles-Pointues). Quelle erreur nous fîmes. Corrompus dans leur quête du pouvoir, les dragonniers entraînèrent leurs montures -mes ancêtres- dans leurs divers conflits et notamment une guerre fratricide, qui les décimèrent tous.

Auparavant, nous ignorions les races pensantes de Dùralas et nous nous en tenions en écart, parce que les Quatre Cardinaux nous l'avaient conseillés. Depuis, nous haïssons et fuyons comme la peste ces "Dùralassiens" parce que nous n'avons rien à faire avec eux. Qu'ils ne viennent pas à nous sous prétexte de nous rencontrer, ils seraient chassés. Aussi, je ne puis accepter la demande pour toutes ces raisons. L'exception faite, toutefois, il serait possible que j'intervienne, UNE FOIS, si Eruan venait à se présenter ici pour vous conquérir. Alors ma colère serait incontrôlée et impitoyable.

Est-ce tout, Dùralassiens ?*


Une fois son récit termina, la dragonne élémentaire de la terre parcourut l'assemblée des yeux, avant de revenir sur les principaux intéressés : Sobek, et son acolyte ailé. Avaient-ils autre chose à dire ?
Revenir en haut Aller en bas
Saigo
Élu de Marihser

Saigo

Messages : 396
Expérience : 3281
Masculin Âge RP : 26

Politique : 10
Métier : Chasseur - Apprenti
Titres:
 

(Corbac, corbeau de Saigo [Modifié] +400, v+400 ; Dissuasion : vous évite à coup sûr la prison)

Stats & équipements
Vitalité:
[Ouvert] Rivière d'Or  644535102327/2327[Ouvert] Rivière d'Or  242396barresante02  (2327/2327)
Vitesse: 1095
Dégâts: 1682

[Ouvert] Rivière d'Or  Empty
MessageSujet: Re: [Ouvert] Rivière d'Or    [Ouvert] Rivière d'Or  EmptyDim 3 Oct - 14:48
Séparation du contenu
Je sais que tu adorerais que je me poste derrière toi, mais là je suis à tes côtés.

Malgré la boutade, la voix de Saigo trahissait immédiatement la crainte qu'il s'efforçait de masquer. Oui, maintenant qu'il s'était rapproché, il ressentait à nouveau cette peur écrasante que générait la vision de la dragonne. Tous ses muscles étaient tendus, plusieurs veines sur ses bras semblaient prête à exploser. Il contractait à fond pour éviter de trembler. Alors il pouvait bien faire une blague, mais à cet instant, il ne trompait personne.

Quitte à mourir aujourd'hui, autant que ce soit face à un adversaire de ce calibre. Si Mahriser a choisi ce jour pour me rappeler à lui, autant que ce soit un semblable qui m'y amène.

L'Exécuteur, pour la première fois depuis sa théâtrale entrée en scène, tourna la tête vers Styx. Son vieil ami avait une discussion à mener avec sa gargantuesque invitée. Alors malgré la peur qu'il tentait de dissimuler, l'Élu sourit au vampire et hocha la tête. C'était à lui de jouer.

« Personne d'entre vous ne mourra ce soir ». La promesse était belle, mais tout deux savaient bien que si la dragonne choisissait de cracher ses flammes, nulles magie de saurait l'en empêcher. Même le plus puissant des aquamanciens n'était pas de taille face à une dragonne, et Saigo n'était pas certains qu'il y en ait un dans la foule. Peut-être connaissait-il certain des visages massés aux abords de la rivière d'or. Pour l'heure, il en était réduit au même sort que tous les autres. Attendre et espérer.

Une chose était certaine : Styx avait une paire de couilles titanesque pour s'exprimer ainsi. La dragonne pouvait tous les exterminer d'un seul coup de patte et le Roi de Spelunca la traitait comme une intruse en ses terres. Factuel, au regard du contexte géopolitique des Dùralassiens, mais terriblement dérisoire lorsqu'on s'adressait à un être à ce point hors du temps.

Les deux entités millénaires échangèrent ensuite par télépathie. À partir de cet instant, un silence pesant s'abattit sur le massif. Saigo regardait autour de lui, un peu déboussolé. Il n'était pas le plus curieux, mais il aurait donné cher pour connaître l'échange qui se déroulait entre son ami et la dragonne. Il n'avait pas ce pouvoir, alors il continuait à regarder. Les muscles tendus pour masquer ses tremblements. La respiration toujours aussi saccadée. La sueur toujours aussi glaciale, et ce malgré la chaleur qui se dégageait de la rivière d'or en fusion.

Quelques instants plus tard, Styx reprit la parole, se faisant entendre de tous. Il demandait l'aide de la dragonne. Il souhaitait s'allier à elle. Une fois de plus, Saigo eu le souffle coupé par tant d'audace. Qu'avait-il pu dire pour se sentir légitime à une telle requête ? Mais dans le même temps, le regard du stryge noir se mit à briller. Une dragonne dans le camp de Styx... ce serait grandiose. Une arme plus puissante encore que Nadsuhydr en son temps. Alors les deux combinés...

Le refus de la dénommée Opale le ramena à la raison. Le passif entre la race draconique et les Dragonniers en était la justification. Le nom de Dragonnier fit remonter quelques souvenirs à Saigo. C'était cet ordre qui avait attaqué le stryge et Styx, lors de la première traversée vers Wystéria. Aucun d'entre eux ne chevauchait un Dragon pourtant. Normal, s'ils les avaient traité comme de simples chevaux de bataille. Les ahuris, il fallait vraiment rayer cette guilde de la carte. Il en toucherait deux mots à Styx si jamais ils sortaient de cette cérémonie vivants. Ce qui, aussi surprenant était-ce, semblait devenir une réelle possibilité.






Soon they will all remember...

:mort::mort:Everybody Dies:mort::mort:

...Just how terrifying I really am.


Dernière édition par Saigo le Mer 13 Oct - 12:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Holy
L'Aubergiste ♦ Symphonie onirique

Holy

Messages : 976
Expérience : 4350
Féminin Âge RP : 19

Politique : 89
Métier : Forgeron d'A. - Maîtresse
Titres:
 

(Lune, âme d'Holy [Modifié] +400, v+400, dissuasion : évite la prison)

Stats & équipements
Vitalité:
[Ouvert] Rivière d'Or  644535102772/2772[Ouvert] Rivière d'Or  242396barresante02  (2772/2772)
Vitesse: 1265
Dégâts: 662

[Ouvert] Rivière d'Or  Empty
MessageSujet: Re: [Ouvert] Rivière d'Or    [Ouvert] Rivière d'Or  EmptyMar 12 Oct - 17:43
Séparation du contenu
 


[Ouvert] Rivière d'Or  Test_b11

☽ ♪ ☾

Je ne pouvais décrocher mon regard de la créature dont les naseaux fumants étaient dangereusement proches de mon ami. Elle découvrit ses crocs luisant, un instant je crus qu’elle allait perdre patience et gober Styx tout rond tandis qu’il parlait, qu’il s’ouvrait à elle, et enfin, qu’il négociait. Tantôt il utilisait des mots, tantôt il l'a laisser lire dans son esprit comme on tend les pages d’un livre ouvert. La mélodie de son cœur ne mentait pas, un instant je revue le chic vampire au milieu des marais, aux apparat espiègle mais tout réfléchi, le serpent sous la mousse, le crocodile dans les flots. Celui qui sait mais qui jamais ne le montre. N’est-il pas de créature plus intelligente que celle qui parvient à dissimuler ses intentions jusqu’au moment fatidique ? Toute cette mascarade n’avait qu’un seul but, rallier un dragon.

La dragonne se ravisa finalement. Elle allongea son long cou, démontrant de sa superbe, faisant étale de sa beauté dangereuse, destructrice. Elle ne comptait pas prendre son petit-déjeuner tout de suite, fort heureusement… Je me rendis compte que j’avais cessé de respirer lorsque j’en soupirais de soulagement. J’observais. Le tableau qui se dessinait devant l’assemblée ne manquait pas de panache. Je n’avais pas été étonné de voir Saigo voler aux côtés du dévoreur. Le corbeau, le crocodile et la dragonne, cela ferait une fable pleine de morale, à n’en pas douter. Mais il n’était pas temps d’écrire de nouveaux vers. Trop bien plonger dans le spectacle surréaliste qui se jouait sur la rivière dorée, cette voix qui prenait de mes nouvelles me sortit d’une transe dont j’ignorais l’existence jusqu’alors.

Je me retournais vers la dame tout en blanc, la dame tout de blanc. Sa fourrure naissant sur sa peau me confirmait au moins sa nature. Un large cercle s’était ouvert autour de nous, les vampires et les thérianthropes s’étaient reculés, regardant la louve avec un regard craintif pour les uns, soumis pour les autres. J’avais affaire à une alpha ou en tout cas ce qui pouvait s’en rapprocher…
Même si son autorité ne m’était pas destinée, j’eus du mal à soutenir son regard, à ne pas baisser les yeux face à sa forte présence et sa demi-transformation. Même si je ne comprenais pas bien la situation, mon sourire franc sous mon masque et ma voix claire se voulaient amicales, la rose speluncienne sur la chevalière dorée de Styx semblait briller dans la pénombre de la nuit.

« Oui merci. Je ne les avais même pas vues à vrai dire… » Le danger que pouvait représenter les créatures de la nuit, enfant de la Lune et d’Adam, me semblait si futile en comparaison de la dragonne qui nous faisait face, que je n’avais même pas pris la peine de rester sur mes gardes. Pourtant certains m’en voulaient de les avoir bousculés, seul rempart était la louve au pelage de neige. L’euphorie provoquée par les drogues et la magie ne faisait pas bon ménage non plus, quelques-uns avaient du mal à garder le Contrôle.

Après avoir balayé la foule de mes prunelles bicolores tout en prenant conscience de tout ce qui m’entourait, je me sentis tout à coup autant en danger que si j’avais été au milieu de la rivière de métal. Je me retournais alors vivement vers celle-ci tout en me rapprochant de ma seule alliée, mon épaule toucha la sienne alors que mon attention se reporta de nouveau vers la dragonne. Elle reprit la parole et j’étais accrochée à ses babines.

« Elle a refusé… » Murmurais-je un peu déçu malgré moi. La mélodie de son cœur changea, la magie crépita de nouveau dans l’air alors qu’elle s’imposait dans nos esprits. L’histoire des dragons me toucha en plein cœur, un récit tragique mêlant Dùralassiens et dragons. Elle ne voulait tout simplement pas que les malheurs de nos ancêtres se reproduisent, c’était compréhensible.

« Qui est donc cet Eruan ? Un autre dragon ? » J’avais pensé à voix haute tandis que j’attendais comme beaucoup les prochaines paroles du roi vampire.

☽ ♪ ☾

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Cylicia Condoris
Chapelaine de l'Ordre du Sacrifice

Cylicia Condoris

Messages : 1002
Expérience : 4296
Féminin Âge RP : 27

Politique : 01
Métier : Mineuse - Expert
Titres:
 

(Litanies du Sacrifice, Livre magique de Cylicia, +100, v+200, - l'effet dépend du tour (voir fiche joueur))

Stats & équipements
Vitalité:
[Ouvert] Rivière d'Or  644535102263/2263[Ouvert] Rivière d'Or  242396barresante02  (2263/2263)
Vitesse: 775
Dégâts: 892

[Ouvert] Rivière d'Or  Empty
MessageSujet: Re: [Ouvert] Rivière d'Or    [Ouvert] Rivière d'Or  EmptyMar 12 Oct - 19:03
Séparation du contenu

Cylicia était là, à genoux, bousculée par la foule qui n'avait que faire de cette illuminée. Qu'avait-elle celle-là? Sûrement pas assez de tripes que pour soutenir la vision d'un dragon. C'est ainsi que bien des habitants de Château-Rouge se contentèrent de la prendre avec hauteur. Mais qu'en était-il de le pauvre Cylicia Condoris? Elle qui avait souffert mille morts pour le bien commun, ne s'était pas attendu à celle-ci. Les sombres paroles de la dragonne avait remit en doute toute la bonté dont elle avait été capable. Cette clémence et cette générosité n'avait fait, à ses yeux, que perpétué l'indignité des gens de ce monde si elle en croyait les dire de cette créature millénaire. Que de sacrifices inutiles... Que de lâches et de mécréants laissés en liberté à cause de sa souplesse...

Quelle idiote je suis...

Si pareil dragon, loin de la divinité de Morkez, trouvait déjà le peuple Dùralassien indigne, qu'en était-il donc de son dieu? Tourmentée au plus profond d'elle-même, la jeune stryge n'osait même plus lever vers la dragonne. Mais, tout cela, toutes ces erreurs, étaient-elles réellement de sa faute? Son esprit torturée acceptait volontiers sa part de responsabilité, mais ne pouvait s'empêcher d'en vouloir à ceux qui l'avaient encouragé à continué dans la voie de la clémence. La Tour Blanche, elle, avait de quoi se sentir coupable pour notre Chapelaine.

Ils ne comprendront sans doutes même pas...

Finit de jouer les saintes, l'impie et l'hérétique allaient devoir payé leurs crimes dans le sang. L'ampleur de la tâche semblait disproportionné mais n'étaient rien quant au vide qui s'était fait dans le coeur de notre héroïne. Que de temps perdu et d'illusions. La malheureuse victime de cette comédie divine n'avait plus envie que d'une chose, retourné dans la chaleur de son foyer d'enfance, auprès d'Elena et de feu Leonis...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




[Ouvert] Rivière d'Or  Empty
MessageSujet: Re: [Ouvert] Rivière d'Or    [Ouvert] Rivière d'Or  Empty
Séparation du contenu
Revenir en haut Aller en bas
 

[Ouvert] Rivière d'Or

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La Fainéantise [RP ouvert] /!\Hentaï/!\

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Centre de Dùralas :: Les cavernes de Spelunca :: Centre du massif [Zone communautaire]-