AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Philyros
Le Monde de Dùralas a précisément 2878 jours !
Dùralas, le Jeu 16 Sep 2021 - 17:57
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !
Venez voir le calendrier de l'Avent ici !
Le Deal du moment : -12%
Manette PS5 DualSense Noire en promotion sur Amazon
Voir le deal
64.99 €

 

 Le corps et l'esprit liés à la Nature

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Philyros
Nouvel Arrivant

Philyros

Messages : 1
Expérience : 0
Masculin Âge RP : 237 cycles

Politique : 00
Métier : Métier - Novice
Titres:
 


Le corps et l'esprit liés à la Nature Empty
MessageSujet: Le corps et l'esprit liés à la Nature   Le corps et l'esprit liés à la Nature EmptyHier à 1:25
Séparation du contenu



Nom : Philyros

Âge : 237 cycles saisonniers, bien que nous ne comprenons pas cet intérêt.

Sexe : Un mâle, mais nous pensons que c'est visible.

Race : Nous sommes un élaphaure, ou plus communément appelé par les autres peuples, un hybride.

Classe envisagée : Nous n'avons aucune autre classe souhaitée. Nous sommes un respectueux guérisseur et manions cet art depuis des dizaines de cycles maintenant, bien que nous souhaitons ne jamais avoir à vous faire profiter de ses bienfaits.

Métier envisagé : Telle une biche pour son faon, notre souhait principal est de faire profiter de notre sagesse et de nos connaissances dans notre domaine aux générations futures, afin de les aider à s'épanouir correctement et dans le respect de la Nature. En cela, nous répondons simplement à l'appel de notre ami et maître Tungstène pour enseigner à l'Académie de Sylfaën.

Capacité magique : La déesse Magnésie, dans son extrême générosité, nous a offert un don dès notre naissance, en attestent les symboles parcourant notre corps. Nous sommes lié à la nature qui nous entoure et à son énergie, aux animaux comme aux plantes. Nous ressentons ce que ressentent la faune et la flore, les comprenons, pouvons échanger avec eux, ou encore demander leur aide et utiliser cette fameuse et puissante énergie, source principale de la vie.

Mode hardcore : Nous n'avons que faire de la difficulté comme des titres, nous ne sommes pas combattant, mais souhaitez-vous réellement faire face à la puissance de la Nature elle-même ?






Nous nous plions de bonne grâce à cet exercice, si celui-ci peut vous permettre de mieux nous appréhender et nous faire confiance. Ainsi, nourris par l'énergie naturelle, nous avons atteint une croissance optimale de deux mètres douze au garrot, afin de rentrer dans les chiffres que vous appréciez tant, et d'un mètre quatre-vingt-onze de longueur, pour un poids de trois cent quatre-vingt-seize kilogrammes, approximativement. Nous ne nous pesons ni nous mesurons, après tout.

De façon plus pertinente, comme vous pouvez certainement le constater, notre propre corps s'est teinté aux couleurs de la flore, nous rendant assez reconnaissable et ne nous déplaisant pas. Notre peau est devenue aussi pâle qu'un arbre dont on aurait retiré l'écorce, voire même plus, cette dernière étant représentée par nos bois recourbés vers l'arrière et notre crinière, d'un marron-rouge assez foncé et contrastant. La fourrure de notre moitié animale, quant à elle, arbore le vert des feuillages d'été. Elle a tendance à perdre de son éclat avec la saison froide, et à l'inverse, à être plus belle que jamais sous la chaleur d'un soleil estival. Elle recouvre avantageusement notre corps tel un vêtement, ne supportant aucunement ces derniers, nous pouvons ainsi nous permettre de ne jamais en porter.

Afin de compléter ce tableau, nous pourrions rajouter nos très longues oreilles, pointues et effilées, l'absence d'un nez sur notre visage, nos yeux perçant tel deux billes de terre argileuse contenant tout notre savoir et toute notre expérience, notre voix grave, toujours calme et posée, ou encore nos muscles puissants et sculptés au fil de nos voyages. Ce qui sort cependant le plus du lot, pulsant calmement d'une lumière dorée au rythme de notre cœur, se trouve être des formes, des lignes, des courbes, telles des plantes grimpantes, parcourant tout notre corps en brisant notre peau et notre fourrure. Elles ont tendance à s'illuminer un peu plus lorsque nous faisons appel à notre magie curative.

Ce sera tout pour cette partie, passons à la suite, nous vous prions.






Il nous est difficile de décrire notre mental, comme vous dites, mais nous allons essayer de notre mieux. Telles les eaux d'un lac sous la lumière de Magnésie, nous sommes calme et serein. Les problèmes, les conflits, les sentiments négatifs, tout cela sont comme la pierre jetée dans cette étendue. Elle provoque des ondes, des remous, mais qui finissent très vite par disparaître, pour redevenir lisse et regagner sa sérénité. Bien sûr, nous n'étions pas comme ça depuis notre naissance, mais il s'agit du passé, et les épreuves de la vie ont joué leurs rôles. Nous nous connaissons, nos limites et notre force, nos capacités et notre don, que nous maîtrisons, et n'avons rien à prouver à personne. Nous sommes digne.

Certains élèves nous trouvent strict lorsque nous enseignons, voir intimidant. S'il est vrai que nous ne sourions que rarement, notre premier objectif reste leurs études et leur évolution, et cela commence par le respect. Le respect envers autrui, comprenant par là même la Nature, le respect envers son ou ses maîtres, et encore au-delà, le respect envers soi-même. Cette notion garantie un apprentissage dans les meilleures conditions, et nous le pratiquons depuis toujours. Une autre raison possible à cette réaction de la part des étudiants serait notre niveau d'exigence. Nous sommes quelqu'un de passionné dans notre travail, ayant à cœur de transmettre tout ce que nous savons et notre amour de la Nature, pour l'avenir de Dùralas, et ne ménageons pas nos efforts. De ce fait, c'est ce que nous exigeons également de ces apprentis magiciens. Sans exagérer jusqu'à la perfection, chacun se doit de donner de son mieux pour réussir, et nous sommes intransigeant envers les paresseux.

Il nous arrive, à de très rares occasions, de nous mettre en colère. Comme l'on dit, ce sont souvent les personnes les plus calmes qui produisent les plus grosses explosions de sentiments une fois qu'elles n'en peuvent plus. C'est un fait rarissime, car il faut que la source de ce courroux aille très loin pour briser notre calme, qui revient d'ailleurs bien vite une fois la tempête passée. Vous ne risquez donc pas de voir cela arriver, sauf si vous le cherchez. Heureusement, car nous n'hésitons pas à faire appel aux plantes et aux animaux, à leur puissance et à leur fureur, pour punir. Nous ne nous épancherons pas plus sur ce sujet, nous vous souhaitons juste de ne pas, un jour, devenir notre cible.

Bref, il suffit, vous découvrirez par vous-même tout cela, et ce que nous n'aurions pas dit par la même occasion, passons au plus intéressant.







Notre vie fut longue jusqu'à maintenant, chargée de voyages, d'apprentissages, de communions avec les espèces vivantes que nous rencontrions. Nous avons toujours veillé à rester loin des conflits qui ne nous regardaient pas, d'éviter de rester dans les villes et agglomérations plus que de besoin. Cela nous mettait mal à l'aise, nous embrouillait ainsi que le lien spécial que nous possédons. Nous apportions nos soins aux êtres qui en avaient besoin que nous croisions, que ce soit animaux, végétaux, ou même humanoïdes, mais nous restions majoritairement discret. C'était dans notre nature, dans notre sang, même si nous devons avouer qu'avec l'âge, cela s'est petit à petit transformé. Notre volonté est désormais de rencontrer ceux qui désirent apprendre, et de les abreuver tel une rivière de savoir.

Ne nous dispersons pas, et commençons donc plutôt par le commencement, si vous le désirez. Nous avons vu le jour dans la forêt de sapins, entouré de notre frère et de notre sœur. Nous ressemblions alors à n'importe quel autre faon ouvrant tout juste les yeux sur le monde, mais il paraîtrait que toutes sortes d'animaux, allant du simple renard à la famille d'hibours, s'étaient réunis pour notre naissance, et que nous avions atterrit sur un tapis d'herbes confortables, comme un accueil chaleureux. Nous ne savons si cela est vrai ou inventé. Ce qui est sûr, néanmoins, c'est que nous possédions déjà notre don. Nous l'appelons don, car, pour nous, ça l'est, mais ne doutez pas que pour d'autres, il pourrait aussi s’apparenter à une malédiction. Une créature apeurée se faisant chasser et tuer par un carnivore, une plante finissant arrachée et broyée entre les mâchoires d'un herbivore, voir brûlée lors d'un incendie... Tout cela, nous le ressentons, et ne manquait pas de nous troubler à l'époque.

Pour ces raisons, nous nous sommes rapidement éloigné de notre famille pendant notre adolescence. Nous souhaitions comprendre ce cadeau de Magnésie que nous avions reçu, mieux l'appréhender et le contrôler. La première chose que nous avons acquit fut le contrôle de nos sentiments, de nous-même. Nous ne pouvions pas, et c'est toujours le cas en ce jour, nous fermer à la Nature, alors nous l'embrassions, et nous avons apprit à faire fit des mauvaises ondes qui nous traversaient. C'est un cycle normal, dans l'ordre des choses, nous ne devons pas être triste. Un animal qui meurt chassé par un autre peut lui permettre de nourrir ses enfants, un pan de forêt qui brûle donne un terreau des plus fertile pour que cette dernière repousse, encore plus majestueuse qu'avant. Bien sûr, ça ne s'est pas fait du jour au lendemain, mais nous y sommes arrivé.

Nous n'avons que faire du temps qui passe, et nous restions des heures à méditer, placé au même endroit, au bord d'un petit cours d'eau, à entendre et écouter ce que les alentours avaient à nous offrir, à faire la paix avec nous-même. Notre instinct nous poussait à agir ainsi, et nous l'acceptions. Nous essayions de ne faire qu'un avec la forêt, nous apprenions à échanger avec les oiseaux et les sangliers de passage, avec les roseaux qui poussaient à proximité, et avions même prit des risques maintes fois. Nos teintes actuelles sont d'ailleurs apparues pendant cette période. Au final, le premier demi-siècle de notre existence était passé lorsque nous avions décidé de partir. Les sapins et ce qu'ils protégeaient n'avaient plus de secrets pour nous, et nous nous sentions appelé ailleurs, partout et nul part à la fois, avec toutefois une attirance bien plus forte que le reste vers l'ouest. Vers une autre forêt, plus grande et vivante encore que celle qui nous a vu naître, abritant d'autres espèces d'hybrides et d'autres créatures pensantes...

Ce fut un long périple pour y arriver, périple dont nous ne vous expliquerons pas les détails, mais qui fut semé d'embûches. Finalement, nous sommes arrivé dans la luxuriante forêt de Sylfaën, vivante comme jamais celle de notre naissance n'a été. Nous avons su tout de suite que ce serait là que nous voudrions vivre, le jour où nous nous arrêterons enfin quelque part. C'est à cette occasion que nous avons fait la connaissance de Tungstène. Il est un individu très déroutant pour nous, mais également un véritable puits de sagesse, et nous avions accepté avec joie d'être pris sous son aile, chose étonnante même pour nous. Il nous comprenait, nous a aidé à faire connaissance avec les autres peuples, nous a appris à lire et à écrire, ainsi que de nouveaux langages.

Des cycles se sont enchaînés, sans que nous ne les voyons passer, sans que cela ne nous affecte. Au-delà du maître, l'archi-mage était devenu notre ami. Nous avions mieux compris notre don, l'avions développé, et avions découvert l'énergie de la Vie, de la Nature, que nous pouvions utiliser. La voie du Guérisseur s'était alors ouverte à nous, apprenant à canaliser cette puissance afin de soigner tout être vivant en ayant besoin. Nous n'étions pas pressé, tel l'arbre qui pousse paisiblement depuis sa graine, et passions toujours beaucoup d'heures à méditer et nous imprégner des lieux et des vibrations naturelles. Tant et si bien que nous étions déjà à notre cent quatorzième cycle lorsque nous sommes de nouveau repartis sur les routes.

Une nouvelle fois, nous resterons vague sur cette très longue aventure. Notre but était de voyager à travers chaque terre de Dùralas, et plus loin encore. De prendre le temps de nous immerger dans leurs énergies, de les connaître ainsi que les créatures et les plantes qui y vivent. Chacune possède une onde particulière, quelque chose qui lui est propre. Nous leur avons parlé, les avons compris, avons fait appel à eux ou les avons fuis, mais chaque expérience était aussi importante que la précédente. Au fil des saisons, nous avons traversé le pays. Le froid du Nord a failli nous emporter, la noirceur de la Perracie a failli nous corrompre, la nature primitive de la caverne mystérieuse a failli prendre le dessus sur nous, tout comme celle, sauvage et exotique, de Wystéria. Nous y avons rencontré un vieux sage, semblable à Tungstène, en moins étrange, et y avons peaufiné encore plus notre savoir et notre magie. Nous avons survécu à toutes ces épreuves, aux morts des terres désolées du sud, aux monstres marins des étendues d'algues encerclant Sitlantà, aux chutes fatales des montagnes du Baldor ou du Vulkar. Nous avons vu le retour de certaines calamités, les guerres éclater et se terminer, les skarniens envahir les peuples et se faire repousser. Nous en sommes ressorti grandi, et bien plus âgé et sage qu’auparavant.

Depuis maintenant plusieurs cycles, nous sommes de retour dans la forêt de Sylfaën. Comme dit plus haut, notre côté solitaire et notre soif d'apprentissage s'est transformé en un désir de transmission, notre parcours étant désormais achevé. Nous souhaitions passer le reste de notre vie à apprendre aux autres, avant que le poids de l'âge commence à se faire ressentir. Un souhait qui fut exaucé lorsque plusieurs élèves et apprentis demandèrent à assister à nos leçons, nous permettant de découvrir cette facette, de gagner en expérience, de réaliser ce que Tungstène avait réalisé pour nous à l'époque. Puis, enfin, lorsque son invitation nous est parvenue, encore récemment, nous ne pouvions pas refuser. C'était une aubaine, et l'occasion de lui rendre ce qu'il nous avait donné.






Notre rêve ? Inutile d'en parler à nouveau, vous avez dû le deviner, et il est désormais réalisé, maintenant que nous sommes ici, avec vous. Trêve de distraction, le cours de faune et de flore magique va désormais commencer, préparer vos parchemins, vos plumes, et votre encre !



Derrière l'écran


Prénom ou pseudo : Philyros
Âge : 237 cycles, encore...
Pays/Région : La forêt de sapins, Dùralas.
Tes occupations préférées : La méditation, échanger avec la Nature, ainsi que l'instruction.

Code du règlement : Une cucurbitacée, il nous semble.

Comment as-tu connu le forum, ou par qui  Un for...Um ?
Tes premières impressions sur Dùralas : Vous nous voyez dubitatif envers cette question.
As-tu déjà été sur un forum RP ? Mais qu'est-ce à dire que ceci ?
Revenir en haut Aller en bas
 

Le corps et l'esprit liés à la Nature

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un peu d'intimité... [ pv : Perséphale et Hentaï]
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]
» La Cerise s'efface, le Bien trépasse [hentaï, PV Vaelz]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Accueil :: Présentations des membres :: Présentations validées :: Personnages spéciaux-