AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Marania
Le Monde de Dùralas a précisément 2961 jours !
Dùralas, le Mer 8 Déc 2021 - 23:26
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !
Venez voir le calendrier de l'Avent ici !
Le deal à ne pas rater :
Codes promo Cdiscount : -25€ dès 299€ d’achat
Voir le deal

 

 [Quête Équilibre diplomatique] Le Village

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Corbeau
Pugiliste

Corbeau

Messages : 387
Expérience : 1659
Masculin Âge RP : 20

Politique : 00
Métier : Forgeron d'A. - Maître Absolu
Titres:
 

(Calebasse démoniaque, +200, v+200, Calebasse Piñata : Les récompenses en pièces d'or de fin de combat concernant les tours passés sont multipliées par 10 [le voleur aura le droit à une multiplication par 20])

Stats & équipements
Vitalité:
[Quête Équilibre diplomatique] Le Village 644535102200/2200[Quête Équilibre diplomatique] Le Village 242396barresante02  (2200/2200)
Vitesse: 401
Dégâts: 1431

[Quête Équilibre diplomatique] Le Village Empty
MessageSujet: [Quête Équilibre diplomatique] Le Village   [Quête Équilibre diplomatique] Le Village EmptyLun 18 Oct 2021 - 15:47
Séparation du contenu

801-Corbeau se présenta à la porte du village de bon matin, et du pas confiant et assuré de celui qui tient à bien faire savoir qu’il est dans son bon droit et qu’il est familier des lieux. Cela faisait maintenant cinq ans qu’il passait quotidiennement à proximité du village, cinq ans qu’il côtoyait chaque jour des Djolfuliin à l’atelier du maitre et vivait à leurs côtés en s’imprégnant de leur culture et de leur mode de vie, et pourtant il n’avait jamais pénétré dans l’enceinte des murs qui séparaient le village des hautes montagnes qui l’entouraient.  

Cinq ans…

[...]

796-Le printemps à une nouvelle fois chassé l’hiver dans les hautes montagnes de Kanaan. Après des mois de tempêtes et de froid glacial, le dégel est enfin entamé, la neige fond a vue d’œil, le soleil illumine les monts et toutes les plantes jaillissent à nouveau du sol pour en profiter. Du côté du village Djollfulin c’est l’effervescence, avec le retour des beaux jours, tout est à faire, et tout le village semble sombrer dans une joyeuse pagaille. Il faut sortir les bêtes de leurs locaux d’hiver et les ramener au pâturage, nettoyer les maisons ou l’on est restés trop longtemps confinés, commencer à réparer les dégradations causés par l’hiver, retracer les routes, refaire les toitures… Et surtout, préparer la cérémonie que tous les jeunes du village ont attendus tout l’hiver. Celle ou, tous ceux en âge de commencer un apprentissage vont pouvoir choisir leur voie, et passer d’enfants à charge à jeunes apprentis productifs en faisant leur premier pas d’adultes.

Et le soir, sur le grand terrain nivelé devant le village, et qui sert aussi bien aux compétitions sportives qu’aux grands rassemblements de toutes sortes, toute la population est de sortie pour le premier moment des festivités qui marquent l’arrivée du printemps, habits de fêtes, décorations, nourritures tirées des stocks de l’hiver, on s’apostrophe joyeusement en prenant des nouvelles de ceux qu’on a pas croisé pendant la saison froide, on s’offre les premières fleurs, et chacun présente le môme qui cette année fait son entrée dans le monde et dont on espère qu’il fera la fierté et l’honneur de la famille.

Les trompes qui annoncent l’arrivée des représentants des dieux et des clans sonnent, et les futurs apprentis s’empressent de quitter leurs familles pour se rassembler en ligne au centre du terrain, la ou les maitres viendront faire leur choix… Mais quelque chose ne va pas, un murmure, mi offensé mi perplexe parcourt l’assemblée Djollfuline… Car un enfant humain vient de pénétrer en titubant sur le grand terrain plat.

Un enfant humain vêtus de haillons de fourrures qui n’ont plus grand-chose d’habit, sale, maigre à faire peur, et visiblement au bout du rouleau vu la manière dont il avance en titubant, comme un mort vivant ou un aveugle, mettant un pied devant l’autre comme s’il allait basculer et s’effondrer à tout moment…

Et pourtant il avance encore. Attiré par les couleurs ? Les musiques ? L’odeur de nourriture ?

Un garde esquisse un pas dans sa direction, hallebarde en main, puis hésite. Bien sur que les humains n’ont pas vraiment leur place ici. Mais quel Djollfulin irait frapper et repousser un enfant en train de mourir ? Alors le garde détourne le regard et reprend son poste, ignorant ostensiblement le môme qui n’a rien à faire là.

Mais ce n’est pas vers les gens que se dirige le môme que tout le monde feint d’ignorer, ni vers la nourriture, mais bien vers le centre du terrain, ou il rejoint la ligne des apprentis avant de s’immobiliser à côté d’eux, provoquant une exclamation de surprise quand il adopte la même posture que les autres enfants.

Mais pour qui se prend ce petit homme ?

La cérémonie suit son cours. Pendant près d’une heure, chacun à son tour, les maitres s’avancent et indiquent combien d’apprentis ils demandent, et lesquels ils veulent. La plupart du temps ces annonces ne sont que formalités, officialisation d’accord conclus de longue date, même si parfois ils sont aussi le moment pour un jeune plus courageux ou plus décidé que les autres de changer de voie, de choisir ce qu’il veut faire plutôt que ce que sa famille a décidé pour lui. Parfois…

Le temps passe, et en bout de file, le môme humain que tout le monde prend soin d’ignorer n’a pas bougé, il est toujours là, luttant pour se maintenir debout, respirant avec peine, immobile, il attend…

Et bientôt le dernier des maitre se retrouve à regarder les derniers apprentis. Ils sont deux. Deux laissés pour compte dont personne n'a voulu et l'humain qui vaut encore moins.

De son coté, si maitre Trois marteau passe en dernier, ce n'est pas parce qu'il n'est pas aussi doué ou important que les autres maitres, mais parce qu'il est... étrange. original. Forgeron d'armure doué, ancien parmi les anciens, on dit qu'il n'a jamais accepté la chute des terres de feu, ou qu'il y a trop perdu, il est devenu solitaire, revêche, presque un ermite, installé à l'écart du village et n'adressant la parole qu'a de rares élus. Et a qui les autres anciens ont du forcer la main pour qu'il se décide à prendre des apprentis, et a transmettre son savoir avant qu'il soit perdu pour tous.

Le vieux Forgeron s'avance, et à la stupeur générale, c'est à l'humain qu'il s'adresse.

-Toi. Tu es le fils du chasseur n'est ce pas ?
-Oui monsieur. Il vous vendait des peaux, je vous ai vu parler avec lui souvent.
-Il y a longtemps qu'il n'est pas venu me voir.
-Il est mort...
-Et tu es tout seul...
-Oui. Je suis tout seul.

Maitre Trois Marteau reste songeur. Au fil des saisons il s'est lié à cet humain qui le ravitaillait en produit de la chasse, un solitaire comme lui, banni, exclu, vivant en marge et maintenant mort tout seul. Presque un ami. Et voila que son fils vient mourir à ses pieds.

-Vous trois, prenez vos affaires et suivez moi.

Un murmure d'incrédulité parcourt la foule en entendant les paroles du vieux forgeron. Bien sur, personne n'ira lever la main sur cet enfant. Bien sur, ce qui lui arrive est bien triste. Mais entre compatir et l'accueillir... Derrière le Forgeron, un des chefs de clan intervient.

-Tu ne peux pas, nous ne voulons pas d'humains au village.
-Tss... Tu oublies que je n'y habite pas hein ?

Le chef et le forgeron se livrent un duel de regard muet quelques instants, puis le chef hausse les épaules.

-Fais ce que tu veux.


[...]


Cinq ans pour se faire accepter du vieux Djollfulin, devenir son apprenti puis son assistant, apprendre à forger le métal, donner corps aux armures que réclament les guerriers et les chefs du village, lutter contre la haine puis la méfiance des autres apprentis jusqu’à ce qu'ils finissent par l'accepter, que les clients ne refusent plus les armures sur lesquelles il a posé la main, puis acceptent même d'acheter celles qu'il a confectionné tout seul. Cinq longues années pour en arriver la, aujourd'hui, aux portes, a se demander si elles vont s'ouvrir pour lui ou s'il est encore un chien d'étranger qu'on peut regarder mourir comme s'il n'existait pas.

Corbeau s'immobilise devant les deux gardes en faction à la porte, hallebardes en mains, solidement engoncés dans des armures qui portent le sceau de l'atelier de Trois Marteaux, il salue respectueusement les deux gardes, s'inclinant selon la coutume Djollfulin, juste assez bas pour bien indiquer qu'il est le requérant et qu'en tant que tel, c'est lui qui leur doit le plus de respect. Il prolonge son salut juste un court instant de trop, valorisant d'autant les deux soldats avant de se redresser pour leur adresser la parole.

-Salutation amis. Je suis Corbeau, l'apprenti de Maitre Trois Marteau. Je suis chargé d'une commande pour le seigneur Isamu, et je requiers l'autorisation d'entrer dans le village.




Et le corbeau dit : « Jamais plus ! »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.lemondededuralas.org/t431-fiche-des-votes-pour-les-t En ligne
 

[Quête Équilibre diplomatique] Le Village

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Village Hentaï[accepté]
» Village Hentaï
» Village Hentaï :

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Nord de Dùralas :: Les sombres montagnes de Kanaan-