AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Aëgnor
Le Monde de Dùralas a précisément 3006 jours !
Dùralas, le Sam 22 Jan 2022 - 21:28
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !
Venez voir le calendrier de l'Avent ici !
-56%
Le deal à ne pas rater :
GIGABYTE – Disque SSD Interne – 256Go – 2,5″
24.99 € 57.21 €
Voir le deal

 

 Marania, la diva abyssale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
+2
Tamel Alona
Marania
6 participants
AuteurMessage
Marania
Nouvel(le) habitant(e)

Marania

Messages : 20
Expérience : 254
Féminin Âge RP : Environ 1300

Politique : 00
Métier : Sculptrice - Novice
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
Marania, la diva abyssale 64453510115/115Marania, la diva abyssale 242396barresante02  (115/115)
Vitesse: 143
Dégâts: 15

Marania, la diva abyssale Empty
MessageSujet: Marania, la diva abyssale   Marania, la diva abyssale EmptyMer 8 Déc 2021 - 16:47
Séparation du contenu



Nom : Marania

Âge : 1300 et quelques années

Sexe : Femelle

Race : Abyssale Neutre

Classe envisagée : Diva du Disco ou virtuose.

Métier envisagé : Je ne sais pas encore...

Capacité magique : Chanteuse Aquamancienne. De par sa voix, Marania peut dompter l’eau et la commander. Bon, pour le moment ça relève plus de l’ordre de bulles inoffensives, mais qui sait ce dont elle est capable si elle apprivoise cette magie ?

Télépathie (raciale des abyssaux) : Marania peut invoquer une créature du bestiaire. Cela devrait se présenter comme un envoûtement par la voix vers l’animal concerné si utilisé dans un RP.

Mode hardcore : Nein.






Marania se regarde attentivement dans le miroir de l’espace qui lui sert de loge. Elle scrute le passage du temps sur son visage puis sur son corps. Mille trois cents ans est un bel âge pour une abyssale, un moment dans une vie où l'expérience est suffisante pour savoir se mettre en valeur, mais également la bonne centaine d’années pour préparer l'avenir qui ne sera peut-être pas aussi radieux. Le temps peut se montrer cruel avec les corps et les âmes. Il donne et déforme avant de reprendre. Marania mire son reflet avec ses pensées nostalgiques en tête, elle doit se maquiller, préparer ses cheveux et s’habiller pour le spectacle. Une dernière représentation symphonique avant la fermeture de l’amphithéâtre de Sitlantà. Mais surtout, le début d’une nouvelle vie qui s’impose. Celle de la guerre, de la reconquête et de la vengeance.

Le maquillage est un art important lorsque l’on doit jouer la comédie ou un drame devant un large auditoire. Elle commence son rituel toujours de la même manière. Avec un crayon de corail, elle colore le dessus de ses yeux avec des couleurs chaudes qu’elle atténue ensuite par des contours clairs. Le but du maquillage est de rendre le visage expressif, dynamique, alors elle n’hésite pas sur les quantités. Sa peau d’une belle teinte bleutée doit être recouverte d’une crème blanche afin de la rendre plus pâle. Elle passe ensuite son crayon de corail sombre sur ses pommettes pour accentuer les formes. Le bleu céruléen de sa peau prend alors des nuances variées, changeant également avec le jeu de la luminosité dans l’eau.

Abyssale neutre, Marania estime tirer profit des deux génétiques abyssales. Son art du chant et de la musique lui vient évidemment de l’héritage de la Muse. Sa voix proche de ce que l’on nomme de nos jours mezzo-soprano, profonde, parfois gutturale, d’un timbre chaud est appréciée par ses pairs. Cette tessiture plus grave que la moyenne est originale pour une abyssale. Notre chanteuse préfère laisser l’agilité des hauteurs fracassantes des aiguës à ses consœurs pour se concentrer sur les arias plus dramatiques et aux émotions brutes. Ce sont d’ailleurs les compositions qu’elle préfère interpréter, les romances dramatiques, les rôles passionnés, déchirés et torturés. C’est à cet endroit, sur la scène, qu’elle peut pleinement s’exprimer.  

Son physique particulier est aussi une représentation des absurdes mélanges entre la Muse et le Seigneur des Tempêtes. D’abord, elle possède un système respiratoire lui permettant de respirer sur la terre ferme. Ensuite, et contrairement à la vaste majorité des abyssaux neutres ou de la Muse, elle ne possède pas de jambes, mais une queue de murène avec des nageoires voilées. Marania est grande, elle mesure près de deux mètres cinquante, de sa tête jusqu’à la pointe de sa queue. Lorsqu’elle doit se rendre à la surface, elle se déplace en rampant à la manière des Nagas, ce qui peut parfois prêter à confusion pour les autres races. Il n’est pas rare de la confondre, mais après tout, la murène est bien le serpent des mers, n'est-ce pas ?

Terminant son maquillage par ses lèvres, elle utilise des colorants issus de l’encre de certaines seiches et des coraux pour appliquer une teinte foncée de bleu. Enfin, elle enfile la toge blanche qui sera nouée autour de sa taille. Elle coiffe son épaisse chevelure avec sa couronne en or, bijou familial du côté de sa mère. Se regardant à nouveau dans le miroir, elle se trouve belle. Elle sait que cet avis n’est pas partagé par tous les abyssaux. Considérée comme un peu trop monstrueuse avec sa queue de murène par les héritiers de la Muse, et bien trop humanoïde pour ceux de la Tempête, elle est finalement unique. Parfois moquée, certainement admirée, elle a le genre de physique qui ne peut pas laisser indifférent.

Tandis que Marania passe ses bagues à ses longs doigts, la cloche sonne le début du concert. Il faut qu’elle se presse pour rejoindre les coulisses et faire son entrée sur scène. L’adrénaline la porte joyeusement vers les autres chanteurs qu’elle accompagnera. Elle interprète pour ce premier acte la femme d’un haut gradé militaire. Ce rôle est presque la copie conforme de sa propre vie, alors elle n’a pas encore le trac. Pas encore. Elle va faire la seule chose qu’elle sait faire à la perfection. Chanter.






Sur scène, un décor représente un intérieur abyssal richement ornementé. Le public, installé sur les gradins de l’amphithéâtre, attend patiemment l’arrivée des artistes. Marania monte sur l’estrade rapidement, elle veut profiter au maximum des applaudissements. C’est ce qui lui manquera le plus, la chaleur du public, les ovations, alors elle ne veut pas en rater un seul instant. Elle fait des signes aux abyssaux qu’elle reconnaît dans la foule. Sa famille, des amis, des dignitaires, Marania agite les mains d’un air qui se voudrait digne et élégant, mais l’excitation spontanée lui en fait faire un peu trop.

Evidemment, elle applaudit aussi à son tour les derniers artistes se présentant sur scène ainsi que les musiciens dans la fosse d’orchestre en contrebas. Marania sait se montrer généreuse lorsqu’il s’agit d’encourager les autres et comme pour beaucoup de choses, elle ne le fait pas à moitié. Mais ce n’est plus l’heure de cette étrange nostalgie du moment présent, les miroirs reflétant la lumière de la surface sont retournés pour plonger la scène dans l’obscurité. Les trois conques sonnent le départ du spectacle et résonnent l’une après l’autre. Silence. Musique.

L’ouverture consiste à une scène de fête entre abyssaux. Le rythme est soutenu et joyeux, certains chanteurs effectuant quelques pas de danse pour l’occasion. Marania s’en tient à son rôle, se tenant à côté de celui qui joue le rôle de son conjoint. Adorant être sous les lumières, elle se colle à lui jusqu’à légèrement le pousser pour prendre sa place pile au bon endroit, là où la lumière est la plus belle. Elle joue la comédie de la fête, ces années de représentations lui ont donné une belle expérience d’actrice. Elle aime faire le spectacle sur scène comme maintenant, mais elle aime aussi le faire pour un cercle restreint. Même s'il ne s’agit que de bavarder en s’armant de son esprit unique et truculent, attirant l’attention à elle et donnant des airs de fête à chaque occasion.

Désormais, sous les reflets de la lumière, Marania en profite pour bouger délicatement, juste pour faire briller sa couronne et ses bracelets, que le public puisse en profiter également. Vaniteuse, notre abyssale n’est pas qu’une belle parleuse, elle se vante d’un sens esthétique inné. De sa toilette, aux accessoires, et même sur la décoration de sa demeure bien aménagée, elle estime être une spécialiste du “beau”. Cette recherche de l'originalité mariée avec l’élégance, d’être en avance sur les autres, font d’elle une personnalité curieuse, toujours ouverte à la découverte de nouveaux styles.

D’un bel unisson, son partenaire et elle chantent à leur tour cet air enjoué, aux paroles festives et légères. Dans un tel spectacle, et comme dans la vie, Marania sait que le monde ne tourne pas toujours autour d’elle. Le chanteur à ses côtés n’est pas dans un registre confortable, elle l’aide alors en diversifiant sa tonalité. Marania est observatrice et sensible aux émotions des autres. Aider son prochain ne lui fait pas peur, tout comme être un soutien affectif en cas de besoin. En tout cas, tant que le problème ne la concerne pas. Elle aime le drame et la passion, mais pas quand c’est à elle de gérer les critiques que ces drames et cette passion sont susceptibles de produire.  

La scène se termine sur une collégiale fracassante des chanteurs. Après tout, cet acte représentait la vie d’avant, celle qui semble être un paradis perdu pour toujours, où les abyssaux pouvaient vivre dans un entre-eux confortable. Marania quitte l’estrade pour rejoindre les coulisses, elle doit se changer pour la dernière scène. Elle avait fait la promesse à des dignitaires de venir les voir durant l’entracte, mais comme souvent, elle oubliait les obligations formelles. Trop concentrée sur le plaisir immédiat, elle en néglige souvent ses responsabilités et les choses du quotidien qu’elle juge comme ennuyeuse.

Spontanément, elle part retrouver ses enfants et ses petits-enfants. Elle sait qu’elle n’a pas toujours été la mère parfaite, mais elle est toujours heureuse d’être au milieu de sa famille. Faisant confiance à la chance et aux opportunités, elle n’a pas pris le temps de les préparer convenablement aux difficultés d’une si longue vie. Marania ne vit que dans le présent, parfois dans la nostalgie du passé, mais jamais dans l'obscurité du futur lointain. Comme d’habitude, elle reçoit les félicitations de sa famille, mais aussi les remarques acerbes. Cette fois, c’est son fils aîné qui lui fait remarquer que ses bracelets semblent bien onéreux, et qu’elle a dû dépenser bien au-delà de ses moyens pour être la plus belle sur scène. Le grand-père de famille, illustre général de son état, recadre son fils, mais le mal est fait. Le ressentiment est encore plus amer lorsqu’il vient de son propre sang, de sa propre chair. Cela atteint le cœur et l’âme, et elle préfère éviter le conflit, surtout ce soir.  
Marania repart vers les loges après avoir embrassé ses petits-enfants, l’excuse est évidente, elle doit s’habiller pour la scène finale. La scène de guerre, celle où les abyssaux seront victorieux.

+ Audace : Notre artiste n’est pas dans la retenue. Elle veut expérimenter avant qu’il ne soit trop tard. Et l’âge n’est jamais une excuse. Être une (jeune) grand-mère non plus.
+ Originale : La tradition n’est qu’une valeur secondaire à ses yeux. Elle aime la nouveauté, et souhaite se démarquer des autres autant que possible. Pour beaucoup, sa fantaisie est aussi agréable que parfois absurde et déroutante.
+ Esthète et bête de scène : Chaque nouvelle journée est une nouvelle occasion de créer une performance inédite. Le spectacle, c’est sa vie.
+ Sociable : Marania aime divertir les gens. Elle est bavarde, pleine d’esprit et ne manque pas de sujets de discussion. Son bonheur et sa satisfaction découlent pour beaucoup de son succès, mais aussi du temps passé avec ses amis, son mari et sa famille.
- Sensible : Émotive, elle est très vulnérable aux critiques. C’est sa plus grande faiblesse, la remise en question ne lui étant pas facile.
- Facilement blasée : Sans plaisir immédiat, Marania a tendance à s’ennuyer et à perdre toute motivation pour quoi que ce soit. Si elle s’écoute trop, elle peut vite tomber dans une forme d’oisiveté ou la paresse règne.
- Superficielle : Notre diva préfère juger rapidement une personne, une activité ou même un morceau musical plutôt que d’attendre une analyse plus sage. Il est peu fréquent qu’elle admette s’être trompée sur quelqu’un.
- Hautaine : Très consciente de ses qualités de chanteuse, Marania peut parfois sembler arrogante. De plus, elle croit fermement en une hiérarchie chez les abyssaux. Issue d’une lignée qui se veut importante, elle sait quel est son rang et surtout où doit être la place des autres familles.





La tunique blanche du premier acte retirée, Marania enfile la longue robe bleue prévue pour la suite du spectacle. Faite sur-mesure, l’abyssale est satisfaite en se regardant à nouveau dans le miroir. De mauvaise grâce, elle retire ses bracelets, ils n'iront pas vraiment dans le dépouillement de cette dernière scène. En revanche, elle ne peut se résoudre à laisser sa couronne d’or et de coraux, il y a une limite à l’acceptable pour son image publique. Elle ne doit pas oublier son accessoire primordial, l’arme abyssale par excellence, un trident. En le saisissant d’une main peu assurée, elle se projette dans un lointain passé avec des souvenirs de son enfance.

Des images de ses parents, dans sa jeune enfance, lui reviennent par vagues. Son père était un abyssal de la Muse, un solide guerrier qui avait permis de nombreuses victoires à l’armée Sitlantéenne, mais redoutablement autoritaire dans la vie personnelle. Le genre de père qui ne donne ni affection, ni tendresse, seulement mépris et déception. Marania sent les larmes lui venir avec ce maudit trident en main, l’arme de prédilection de son défunt paternel. Mort lors d’une escarmouche contre des créatures marines qui attaquaient la ville, elle avait à peine une centaine d’années, c’est dire que ça ne datait pas d’hier. Sa mère est restée éplorée pendant près d’un siècle, jusqu’à, plus récemment, perdre la tête de chagrin. De son nom, Ataahua, ancienne aquamancienne du Sitlanta, cette dernière était issue d’une très belle lignée d’abyssaux neutres. Richesse, prestige, rien de matériel ne manquait durant cette enfance passée si rapidement.

Fille unique, Marania se souvient s'être ennuyée ferme dans cette solitude de l’enfance. Son père sur les champs de bataille, sa mère également, elle se réfugiait dans la musique et dans l’art lyrique. Elle soupçonne son physique à la génétique tempétueuse d’être à l’origine de cette décision de l’enfant unique par ses parents. Il n’aurait pas fallu risquer d'engendrer un enfant monstrueux, qui sait ce que les gènes peuvent bien cacher d’un côté ou de l’autre de la famille ? Elle admet tout de même pouvoir remercier ses parents sur une chose : sa volonté de se dépasser pour ce qu’elle aime, ce dans quoi elle excelle. C’est grâce à cette détermination, qu’elle a pu devenir qui elle est aujourd’hui, une des meilleures solistes abyssales. Il ne faudrait pas compter les heures à s’entraîner, répétant les mots, cherchant la meilleure agilité vocale, pour être la meilleure, un jour. Cela se calculerait en plusieurs vies humaines.

Marania doit se reprendre rapidement, à force de penser aux souvenirs d’un temps révolu, elle va se mettre en retard pour son public. Elle nage derrière les longs voilages cachant l’arrière de la scène afin de voir où en est le spectacle. Elle pousse un soupir de soulagement, elle a encore quelques instants devant elle. Pour le moment, les skarniens (des danseurs déguisés) font alliance avec des poulpes géants (des marionnettes automatisées), contre les guerriers abyssaux. Les ténors jouant ces combattants doivent chercher un registre brut et puissant pour représenter la rage et la cruauté de la guerre. Marania tente de ne pas songer au futur, car cette scène, ce sera peut-être son quotidien tant craint dans un avenir proche. Les consignes ont été claires, toutes les ressources, économiques, humaines, matérielles, ne seront destinées qu'à la lutte contre les skarniens et pour reprendre la pleine possession du territoire. Chacun devra se trouver une utilité quelconque durant cette période qui sera sans doute fort longue. La lignée d’aquamancienne dont Marania est l’héritière a scellé sa destinée, elle devra combattre pour son peuple. Elle se dit que cette absurde décision démontre bien qu’il n’y a plus de solution pour les abyssaux. Même l’oisive musicienne devra contribuer à l’effort de guerre.

La chanteuse craint le champ de bataille, elle pense qu’elle ne peut y avoir sa place. Son don d’aquamancie s’est réveillé à son adolescence, mais elle ne l’a jamais vraiment travaillé, trop occupée qu’elle était à vivre sa vie de diva aquatique. Il faut aussi dire que son père avait été catégorique : elle n’était pas capable de maîtriser un pouvoir si puissant. Sa mère ne l’avait certainement pas contredit. Elle avait bien essayé tout de même, quelquefois, de contrôler l’eau avec sa voix, mais la chose était terriblement décevante et démotivante. Des bulles, telle l’écume, ne faisaient que flotter paresseusement dans des directions différentes, sans aucun contrôle. Le chant était sa passion, elle n’avait aucune envie de perdre du temps pour quelque chose d’aussi faible et inutile à ses yeux.

Une main vient lui caresser le bas du dos. Plus d’un siècle à sentir ce geste sur son corps, elle sait exactement qui est avec elle. Son mari, Tangaroa, vient lui remonter le moral. Il connaît la peur de son épouse et son appréhension pour cette scène finale et cette vie de l’après. Marania voit son tendre regard protecteur sur elle. Elle lui retourne un faible sourire qui se voudrait un peu plus courageux. Plus d’un siècle de mariage, c’est une union réussie, basée sur la confiance et l'entraide. Tangaroa est un haut gradé de l’armée de Sitlanta, à l’arrière des combats pour organiser les troupes. Un mari parfait, excellent père, compensant la mère fantaisiste qu’elle fut. Ils ne peuvent pas parler d’amour entre eux pour autant, mais d’une amitié aussi solide que le temps.

Ce mariage était un stratagème savamment élaboré. Elle devait épouser un abyssal à la lignée respectable pour que l’union soit approuvée par ses parents. Les candidats étaient peu nombreux, et ressemblaient pour beaucoup à son propre père. Des rétrogrades qui ne lui laisseraient aucune liberté d’expression. Tangaroa, lui, préférait la compagnie charnelle des abyssaux masculins. Pour monter dans la hiérarchie militaire et trouver sa place, il était préférable de cacher ce qui était autrefois considéré comme une tare, même chez les abyssaux. Marania s'était liée d’amitié avec cet abyssal doux, tendre et différent. C’est Tangaroa qui a proposé cet accord, ce mariage, et ils y trouvèrent tous les deux leur compte. La fidélité des corps avait été négociée en des termes libres, ils se juraient en revanche une alliance sans faille contre le reste du monde et d’emporter tous leurs secrets avec eux dans la tombe. Lors de son mariage avec ce vaillant abyssal, Marania avait entrevu de la fierté dans les yeux de ses parents, un souvenir amer, car ce sentiment n’avait été déclenché que par le fait qu’elle soit la moitié d’une plus grande entité. Elle seule n’en aurait pas été digne.

Tangaroa la réconforte avec toute la douceur qui lui est propre. Elle va être sensationnelle sur scène, c’est sûr. L’astre lunaire lui-même ne saurait être plus brillant et scintillant qu’elle ne l’est ce soir. Il lui soutient que ses enfants sont fiers d’elle, et que ses petits-enfants sont en adoration totale pour cette grand-mère peu conventionnelle. Elle avait été mère jeune, car il en est ainsi chez les abyssaux. Il faut procréer vite afin d’assurer une descendance, une fois que celle-ci est en bonne santé, on peut arrêter et vivre pleinement sa vie. Trois enfants, un fils aîné, une fille cadette et un benjamin. Tous les trois eux-mêmes parents d’un enfant chacun. Cela faisait une belle lignée à venir. Son père serait peut-être fier de voir cette famille réunie ce soir. Elle n’imagine même pas qu’il puisse être heureux de la voir chanter dans cette scène épique. Tangaroa, lui retire son alliance, pour le lui remettre délicatement, un geste éternel entre eux, comme pour renouveler le vœu de mariage. Elle ferme les yeux durant ces quelques secondes, car c’est à son tour. Les Skarniens sont à terre, les poulpes aussi, et les ténors encore debout chantent à pleins poumons que la victoire est entière. Et le rôle symbolique de l’Espoir Victorieux, c’est elle, Marania, la diva abyssale.

Son entrée est épique, à la hauteur de cette fin tant espérée par tous les abyssaux. Dans sa grande robe, elle chante à pleine voix ce vieil hymne patriotique de Sitlantà. Les ténors l'accompagnent et le public chante avec eux, c’est l’espoir du lendemain. L’émotion la transcende, elle fait ce qu’elle avait promis de faire à la perfection. Chanter.

:♓♓♓♓♓♓♓♓♓♓♓♓♓♓♓ <-- il faut cliquer !



Sitlantà, première sur l’ordre de la gloire,
Construite par les héritiers de la Muse et de la Tempête,
Suprême des abysses et aussi ancienne que l’histoire,
Nous clamons en ton nom cet air de conquête,

Règne Sitlantà, Sitlantà, règne sur les flots,
Jamais ne tombera notre drapeau,

Plus majestueuse encore, tu t’élèveras,
Comme la houle qui déchire la mer,
Et plus terrible à chaque pique étrangère, tu te défendras,
Alors notre chant résonnera comme le tonnerre,

Règne Sitlantà, Sitlantà, règne sur les flots,
Jamais ne tombera notre drapeau,

Enfants de cette merveille, la joie et la fierté
Se pressent allègrement dans nos cœurs,
Symbole éternel de notre aimée liberté,
Nous clamons en ton nom cet air vainqueur,

Règne Sitlantà, Sitlantà, règne sur les flots,
Jamais ne tombera notre drapeau.






Marania souhaite échapper à son obligation de combattre. Elle rêve de pouvoir vivre comme avant, sans la peur d'une attaque surprise. Elle veut s'entrainer et dompter son don magique, l'aquamancie. En bonne diva, elle souhaite aussi certainement propager son art dans tout Dùralas et pourquoi pas être reconnue bien au-delà de l'océan.


Derrière l'écran


Prénom ou pseudo : Dame Avant. Ou Selon l'inspiration de Dilon.
Âge : xx ans
Pays/Région : Toujours à l'ouest.
Tes occupations préférées : Dùralas.

Code du règlement : DIVASCORDIALOKALOKA - Validé par Dilon

Comment as-tu connu le forum, ou par qui ?
Tes premières impressions sur Dùralas : Trop funky
As-tu déjà été sur un forum RP ?


Dernière édition par Marania le Jeu 6 Jan 2022 - 9:48, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tamel Alona
Pubbeuse ♦ Animiste

Tamel Alona

Messages : 131
Expérience : 966
Âge RP : 24 ans

Politique : 00
Métier : Chasseuse - Apprentie
Titres:
 

(Loptr, chat de Tamel Alona [Modifié], +200, v+200, Calebasse Piñata : Les récompenses en pièces d'or de fin de combat concernant les tours passés sont multipliées par 10 [le voleur aura le droit à une multiplication par 20])

Stats & équipements
Vitalité:
Marania, la diva abyssale 64453510656/656Marania, la diva abyssale 242396barresante02  (656/656)
Vitesse: 320
Dégâts: 646

Marania, la diva abyssale Empty
MessageSujet: Re: Marania, la diva abyssale   Marania, la diva abyssale EmptyMer 8 Déc 2021 - 18:55
Séparation du contenu
Hey !

Et bien finalement, j'ai lu pendant la cuisson !
Bienvenue Diva Marania !


Je serais peut-être pas aussi constructive que d'autre, mais j'adore ton personnage !

J'aime beaucoup la façon que tu as de la présenter, ça conforte encore plus l'idée qu'elle est en perpétuelle représentation. C'est super facile à lire, et j'ai eut de la peine pour elle. Avoir toujours la sensation de devoir prouver à ses parents qu'on est digne ça doit être difficile.

J'ai envie de la rencontrer du coup ! Voilà.. je ne suis pas constructive, mais j'aime beaucoup !




Marania, la diva abyssale Jbrv
Paroles : #74A1F4
Revenir en haut Aller en bas
Rowtag
Voleur

Rowtag

Messages : 229
Expérience : 1437
Masculin Âge RP : 52 (25)

Politique : 00
Métier : Forgeron d'A. - Compagnon
Titres:
 

(Panthère, +200, v+200, 100 ; approche furtive : la vitesse est augmentée de 20% au premier tour)

Stats & équipements
Vitalité:
Marania, la diva abyssale 644535101264/1264Marania, la diva abyssale 242396barresante02  (1264/1264)
Vitesse: 977
Dégâts: 1169

Marania, la diva abyssale Empty
MessageSujet: Re: Marania, la diva abyssale   Marania, la diva abyssale EmptyJeu 9 Déc 2021 - 22:35
Séparation du contenu
Bienvenue à cette très ravissante abyssale ! Tout content

C'est une très belle fiche ! Que le lecteur se garde de penser qu'il a à faire à une sirène classique car c'est un personnage complet et complexe que tu nous dépeint ici, bravo !

Plusieurs aspects sont riches dans l'histoire, notamment vis-à-vis de la société sitlantéenne qui n'est peut-être pas aussi exploitée que ce qu'elle pourrait l'être au sein du forum, donc ça fait plaisir et tu pourras t'amuser à développer ce côté là ! Marania dénote aussi par son vécu riche, il est intéressant que cette "grand-mère peu conventionnelle" se lance à l'aventure à Dùralas.

J'aime bien cette fiche sous forme de représentation, voilà qui me semble être un profil tout à fait capable de briller sous le chapiteau ! Clin d'oeil Et son talent nous annonce des RPs tout en rythme et en chanson ! J'ai hâte !

Sinon le texte est bien écrit, le tempo est bien maîtrisé. On comprend bien les enjeux que tu soulèves et les émotions qui traverse cette abyssale atypique.

Bonnes aventures ma Dame ! *fait une révérence*
Revenir en haut Aller en bas
Dilon Deraborne
Administrateur ♦ Guerrier

Dilon Deraborne

Messages : 6871
Expérience : 6344
Masculin Âge RP : 36

Politique : 299
Métier : Forgeron - Maître Absolu
Titres:
 

(Altaïr, Pyrargue de Dilon [Emblème Gardien] +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
Marania, la diva abyssale 644535104752/4752Marania, la diva abyssale 242396barresante02  (4752/4752)
Vitesse: 808
Dégâts: 3575

Marania, la diva abyssale Empty
MessageSujet: Re: Marania, la diva abyssale   Marania, la diva abyssale EmptyMar 14 Déc 2021 - 13:55
Séparation du contenu
Bonjour @Marania et officiellement re-bienvenue sur Dùralas ! :dragon:

Une abyssale neutre, virtuose, et aquamancienne en lien avec la musique et le contrôle de l'eau, le profil me semble très logique.

Dommage que tu ne veuilles pas devenir la Diva du Disco kokin

Première question même si je connais la réponse : tu as 1300 ans ou 13000 ans comme indiqué sur ton profil ? :ange:

Concernant le physique, tout me va. Du coup effectivement tu prends l'entre-deux en ayant une queue de murène à la place des jambes, et sur la terre ferme il y a un côté "Méduse" qui risque de ressortir.

Pour le reste, j'apprécie ta fiche. Je trouve que tu as bien cerné le background général concernant les Abyssaux et Sitlantà, et tu ouvres même la voie à une thématique encore peu explorée : l'art chez les Abyssaux.

C'est vrai qu'étant un monde sous-marin, on peut avoir du mal à imaginer comme les Abyssaux festoient, s'ils chantent, dansent, jouent de la musique, ou même s'ils se maquillent.

Tu réponds à plusieurs de ces interrogations (j'espère que le maquillage est waterproof), et je pense clairement que Marania va pouvoir embrasser une carrière artistique sur la terre ferme, et pourquoi pas rejoindre les rangs du Cirque de l'éclipse d'@Azriel.

Pour le reste, je suis d'accord avec les autres commentaires et je vais te valider d'une traite comme Le Tribun est un peu occupé en cette fin d'année.

Voici donc tes bonus de départ :

x 150 points d'expérience

x 150 pièces d'or

x Airmure : 30 de vitalité; +10 de vitesse ; coût : 36 pièces d'or

x Casque Wilfish : 15 de vitalité ; coût : 36 pièces d'or

x Sandales : +18 vitesse ; coût : 15 Pièces d'or

Que ton aventure sous mer et sur terre se passe bien !

Si tu as des questions n'hésite pas :vikessleau:




Marania, la diva abyssale 1496547651-banniere
Marania, la diva abyssale Sword-hd-png-sword-png-image-1920
Gardien-en-chef Marania, la diva abyssale Drapea12 - Dragonnier de Bronze Marania, la diva abyssale Bronze13 - Rédacteur au Phénix Enchaîné - Propriétaire de la boutique L'Âme et l'art mûr

RP1-RP2-RP3
Revenir en haut Aller en bas
https://www.lemondededuralas.org
Holy
L'Aubergiste ♦ Symphonie onirique

Holy

Messages : 1003
Expérience : 4726
Féminin Âge RP : 19

Politique : 99
Métier : Forgeron d'A. - Maîtresse
Titres:
 

(Lune, âme et compagnon abyssale d'Holy ; +50% stats et effets)

Stats & équipements
Vitalité:
Marania, la diva abyssale 644535102412/2412Marania, la diva abyssale 242396barresante02  (2412/2412)
Vitesse: 1183
Dégâts: 702

Marania, la diva abyssale Empty
MessageSujet: Re: Marania, la diva abyssale   Marania, la diva abyssale EmptyMer 15 Déc 2021 - 12:22
Séparation du contenu
Coucou Marania et rebienvenue !
Ca faisait longtemps que j'attendais l'arrivé d'une nouvelle virtuose et je ne suis pas déçue par l'entrée vocalement fracassante de cette diva aux allures de Vashj !

L'histoire racontée sur le fil narratif d'un spectacle est agréable à lire, on comprend la vie de Marania en découvrant la représentation et on ne s'ennuie pas du tout, c'est original pour une fiche de personnage et comme dit par mon compère plus haut, tu aurais ta place toute trouvée sous la toile bicolore Sourire

J'ai hâte de la voir évoluer dans les terres Duralassiennes et au plaisir de te croiser au détour d'un rp Chapi chapo




Editer mon profil Sj12
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Marania
Nouvel(le) habitant(e)

Marania

Messages : 20
Expérience : 254
Féminin Âge RP : Environ 1300

Politique : 00
Métier : Sculptrice - Novice
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
Marania, la diva abyssale 64453510115/115Marania, la diva abyssale 242396barresante02  (115/115)
Vitesse: 143
Dégâts: 15

Marania, la diva abyssale Empty
MessageSujet: Re: Marania, la diva abyssale   Marania, la diva abyssale EmptyMer 15 Déc 2021 - 21:02
Séparation du contenu
Merci à tous pour vos gentils messages !

Marania est donc prête à aller découvrir la terre ferme et de vivre sa nouvelle vie de combattante au nom de Sitlantà… Armée de son maquillage waterproof à toute épreuve ainsi que de sa voix et de sa fantaisie, elle risque de surprendre et de dénoter un peu dans le paysage. J’espère avoir l’occasion de lui faire vivre de belles histoires à cette diva abyssale.

Ce serait assez rigolo un objet du genre “Pendentif de Dis-Ko” : Votre merveilleuse voix subjugue l’un de vos ennemis (celui aux statistiques de dégâts la plus faible), il ne peut s’empêcher de danser, ce qui l’empêche d’attaquer ! Seul un coup critique saura le libérer de ce charme.” [Utilisable seulement lorsque vous combattez au moins trois adversaires].

Enfin je m’égare ! Merci encore pour la validation ! A l’aventure Mamy !
Revenir en haut Aller en bas
Cylicia Condoris
Chapelaine de l'Ordre du Sacrifice

Cylicia Condoris

Messages : 1025
Expérience : 4443
Féminin Âge RP : 27

Politique : 01
Métier : Mineuse - Expert
Titres:
 

(Litanies du Sacrifice, Livre magique de Cylicia, +100, v+200, - l'effet dépend du tour (voir fiche joueur))

Stats & équipements
Vitalité:
Marania, la diva abyssale 644535102653/2653Marania, la diva abyssale 242396barresante02  (2653/2653)
Vitesse: 832
Dégâts: 949

Marania, la diva abyssale Empty
MessageSujet: Re: Marania, la diva abyssale   Marania, la diva abyssale EmptyMer 22 Déc 2021 - 17:33
Séparation du contenu
Coucou! Sourire

J'arrive avec un peu de retards mais je suis là! kokin

Alors je suis assez d'accord avec tout ce qui a été dit et ne vais pas les répéter mais n'en pense pas moins. Je n'avais pas vraiment d'apriori sur ce DC car, étant le premier, je ne savais pas bien si tu allais réussir à te démarquer de tes habitudes avec Dame Ara mais tu as très bien réussit le paris!

1300 ans c'est long, très long. Souvent quand je vois des personnages aussi vieux je m'attends à ce que la fiche manque d'élément ou que quelque chose cloche dans le récit, mais là tout était bien construit. Dans le sens où on arrive à bien cerner le personnage malgré que tu n'es pas fait une immense fiche proportionnelle à son âge. Je reste tout de même un peu sur la faim concernant ses enfants, mais je pars du principe que c'est une mère absente/pas très douée comme décrite dans ta fiche.

Le choix de rendre tes descriptions RP me perturbe un peu, car ce sont des sections où je ne m'attends pas a avoir beaucoup de lore et où je peux très vite me mettre dans l'esprit d'un personnage. Là c'est assez long pour le coup mais ne te méprends pas, c'est très bien tourner et le fil conducteur est très bien choisi. Au final, c'est plus une question de gout, tu n'es pas la dernière ni ne sera la dernière a l'avoir fait à mon avis ^^

Sinon, je suis assez admiratifs de ton soucis du détail dans l'écriture de cette fiche qui fait revivre à elle seule la culture sitlantéenne (pas bien sûr de l'orthographe désolé). On ressent bien le contexte et l'état d'esprit de Marania c'est chouette!

Aussi, un peu plus IRL, c'est vraiment super que tes connaissances lyriques puissent servir au personnage. C'est d'ailleurs très bien réussi déjà dans la fiche où le final m'a offert quelques frissons. Voilà qui promet de chouettes rp et découvertes musicales Clin d'oeil

Voilà, une dernière chose : le cirque c'est bien mais un équipage c'est mieux  DD (C'est Charlotte qui parle, ne l'écoutes pas!)

Sur ce, à bientôt !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Marania, la diva abyssale Empty
MessageSujet: Re: Marania, la diva abyssale   Marania, la diva abyssale Empty
Séparation du contenu
Revenir en haut Aller en bas
 

Marania, la diva abyssale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Accueil :: Présentations des membres-