AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Sylhsilscesth
Le Monde de Dùralas a précisément 3162 jours !
Dùralas, le Lun 27 Juin 2022 - 19:40
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !
Venez voir le calendrier de l'Avent ici !
Le Deal du moment : -28%
PNY CS900 SSD Interne 1 To SATA III à ...
Voir le deal
71.99 €

 

 Fiche de Doezilla [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
+4
Mohana Dharitri
Elijah Arturson
Nath'rae Glannath
K'illa
8 participants
AuteurMessage
K'illa
Néophyte

K'illa

Messages : 13
Expérience : 233
Masculin Politique : 00
Métier : Sculpteur - Novice
Titres:


Stats & équipements
Vitalité:
Fiche de Doezilla [Terminé] 64453510240/240Fiche de Doezilla [Terminé] 242396barresante02  (240/240)
Vitesse: 84
Dégâts: 63

Fiche de Doezilla [Terminé] Empty
MessageSujet: Fiche de Doezilla [Terminé]   Fiche de Doezilla [Terminé] EmptyVen 1 Avr 2022 - 15:45
Séparation du contenu
première fiche poisson d'Avril:

 



Nom : K'illa

Âge : Il ne sait pas

Sexe : Mâle

Race : Abyssal de la Tempête

Classe envisagée : Guerrier

Métier envisagé : Tailleur de corail

Capacité magique : à déterminer

Mode hardcore : non





>>  ♪ <<:





Les plus anciens souvenirs de K'illa remontent au traumatisme de l'éclosion. Jusqu'à l'expérience de s'éveiller, seul, dans les ténèbres, enfermé dans une prison restreignant le moindre de ses mouvements, l'empêchant même de respirer. De commencer sa vie sans savoir où il se trouve ou même ce qu'il est. De commencer par un premier combat pour la survie, devoir percer la coquille molle de son œuf. Ce n'est qu'après une lutte terrible qu'il parvint à la déchirer, goûtant pour la première fois l'eau salée de son lagon natal, celle-ci piquant ses yeux dépourvus de paupières.

Ce n'est qu'une fois libre, épuisé, qu'il put pour la première fois découvrir son environnement. Un nid de sable balayé par de la lumière chatoyante, allant et venant au rythme lent, mais régulier des vagues. Celui-ci était bordé d'une immense muraille multicolore aux formes insoupçonnées et en mouvement permanent, algues, coraux et petits poissons constituant un véritable sanctuaire. Près de son œuf crevé, d'autres œufs en passe d'éclore se laissaient bercer. S'approchant, il réalisa que contrairement à sa première impression, ils n'étaient pas opaques, mais légèrement transparents. À travers la membrane, il pouvait apercevoir d'autres êtres similaires à lui sur le point de naître.

Cette vue eut pour premier effet de réaliser la faim qui lui tenaillait le ventre. Aussi, sa fascination de l'environnement l'ayant vu naître remplacée par un appétit conséquent, il nagea vers ses congénères. Avant toutefois que sa voracité ne le pousse à réaliser l'irréparable, il fut plongé dans l'ombre. Une forme passa au-dessus de lui, colossale, générant par sa simple présence un courant bien plus puissant que le remous des vagues et contre lequel il eut du mal à lutter. Puis quelque chose s'écrasa doucement dans le sable en soulevant de la poussière, juste à côté du nid. Quelque chose dont il flaira le bouquet, une fragrance qu'en un instant il sut dirigerait sa vie tout entière. Un goût ferreux et moins salé que l'eau de mer : du sang. Un morceau de corps venait de lui être offert et, sans réfléchir à sa provenance, il se laissa diriger par son instinct et sa faim, y plongeant généreusement les excroissances de la gueule.

L'ombre immense repassa régulièrement, chaque fois lorsque son appétit se manifestait, laissant derrière les carcasses de proies écharpées. Lorsqu'il ne mangeait pas, il explorait son environnement, nageant entre les algues, faisait fuir les fretins ou errait autour des autres œufs. Œufs qui éclorent rapidement, le gratifiant de frères et sœurs identiques, tout en longueur, nageoires et mâchoire. Les retardataires toutefois ne purent jamais nager en leur présence, l'ombre ayant trop tardé à livrer leur pitance. Ils furent dévorés dans leurs œufs par des nouveau-nés affamés.

Les marées passèrent. L'ombre revenait, inlassablement, rapportant toujours de nouveaux morceaux de viande tendre pour la portée. Mais très vite, ce ne fut plus assez. Aussi nombreux, ils ne laissaient rien de leurs rations et durent se tourner vers d'autres sources de nourriture. Par chance, le lagon était riche en proies pour les jeunes poissons à mâchoire, même si cela n'empêcha pas toujours certains des plus chétifs de disparaître sans laisser de traces.

Puis vint la marée où l'ombre cessa de nager au-dessus du récif et de leur apporter de la nourriture. Leur parent quitta l'atoll pour ne jamais plus revenir.

Les marées passèrent. Tempêtes et grands reflux se succédèrent. L'eau chauffa et refroidit à plusieurs reprises. Le récif devint finalement étroit pour les prédateurs en pleine croissance, réduits à une dizaine d'individus sur la centaine d'œufs que K'illa avait pu découvrir à son éclosion. Les proies devinrent chétives et l'espace trop restreint. Aussi s'aventurèrent-ils enfin vers la surface, cette barrière infranchissable, afin de continuer à explorer les frontières de leur territoire. C'est ainsi qu'ils découvrirent d'autres lagons adjacents au leur, peuplés d'autant de poissons à dévorer que celui qu'ils quittaient. D'un côté se trouvaient des haut-fond agités par les vagues, de l'autre les profondeurs plus obscures.

La découverte de la taille réelle de la chaîne de coraux changea également leur perception du monde. Au sein de leur lagon, ils étaient en sécurité. En nageant d'un puits à l'autre, la découverte d'autres prédateurs plus dangereux qu'eux fut sanglante. Un des frères de K'illa se vit réduit en charpie, lui le corps déchiré et engloutit d'une seule bouchée.


*


Ce n'est qu'après cet évènement que la portée apprit à se mouvoir avec plus de précaution. Découvrir leur place dans la chaîne alimentaire avait été une leçon importante qui, comme toutes leurs expériences, ils n'oublièrent pas.

Ils n'oublièrent pas non plus la première fois où une créature inconnue vint de la surface pour nager dans les lagons. Dissimulés par les varechs, ils commencèrent par l'observer, étudiant ses mouvements et son comportement, craintifs à l'idée de s'être découvert un nouveau prédateur. Néanmoins, la créature ne sembla pas les avoir remarqués ou s'être intéressée à eux. L'inverse n'était pas vrai. Et pour cause. Ce nouveau venu n'avait ni queue ni cou élancé comme eux, mais bel et bien quatre membres terminés par des doigts et non des nageoires. C'est pourquoi finalement, au mépris de la prudence, K'illa finit par se révéler et nager à sa rencontre.

Le comportement de la créature changea brusquement lorsqu'elle le remarqua. Agitant les bras - et révélant être une bien piètre nageuse - elle tenta de fuir. Ce qui leur apporta réponse à leur interrogation principale : il s'agissait d'une proie. En groupe, ils coupèrent sa retraite, l'obligeant à rester au sein des récifs. Avant toutefois de dévorer la créature aux quatre membres, aussi imposantes qu'eux, ce qui était particulièrement rare dans le lagon, ils l'étudièrent.

Des algues très fines couvraient son crâne. Des muscles étranges palpitaient sur ses yeux paniqués. Un varech rigide entourait son bassin et ses épaules, mais se déchira lorsqu'ils l'agrippèrent de leurs griffes, sans engendrer de saignements. Enfin, lorsqu'ils décrochèrent l'étrange protubérance de chitine de son museau plat, la créature mourut dans cri étouffé par un flot de bulles, aussi pitoyable que surprenant. Sa chair en revanche apporta davantage satisfaction que sa lutte, se révélant particulièrement ferme et riche au palais.

L'une des sœurs s'attarda à comprendre que faisait la créature avant qu'ils ne révèlent leur présence. Mais omis la multitude de cailloux blancs, ronds et impropres à la consommation, prélevés sur des coquillages puis stockés dans son varech déchiré, elle ne trouva nulle réponse.

Suite à la rencontre, K'illa se hasarda à nager à l'écart du récif. D'où qu'ai pu provenir cette créature, elle ne devait pas être la seule représentante de son espèce. Par conséquent, il devait quelque part y avoir d'autres de ces animaux piètres nageurs et mourant lorsqu'on leur retire leur chitine du museau. D'autres proies faciles à traquer.

Il s'aventura de plus en plus loin vers le large, au risque de se faire attaquer par un squale. Mais cela ne se produisit pas. À la place, il l'entendit pour la première fois sans plus que la cacophonie du récif ne le masque : le chant fascinant des cétacés.

Comme envoûté, il resta un temps difficile à estimer, bercé par les vagues, à écouter ces imposants animaux du large qu'il discernait tout juste au loin. Les émotions exprimées lui étaient inconnues, mais éveillèrent quelque chose en lui. Il s'agissait d'un message. D'un partage. De sentiments tendre et chaleureux, d'un spécimen à un autre, d'un progéniteur à sa descendance.

K'illa n'avait jamais connu pareille émotion. Le seul parent qu'il eut connu n'était qu'une ombre le nourrissant à intervalles réguliers avant de disparaître au large. S'y trouvait-il encore après toutes ces marées? Quelque part au loin ? Cette question le hanta, jusqu'à bien après que les cétacés ne se soient retirés et que ses frères et sœurs ne l'aient rejoint, attirés par son isolement.


*


D'autres créatures enveloppées de varechs clairs et au masque de chitine vinrent ponctuellement aux lagons. Tout comme la première, elles nageaient vers le fond et prélevaient des billes de nacre dans les coquillages. K'illa et sa portée à nouveau festoyaient aux dépens de ces proies faciles. Mais volontairement, ils ne les dévoraient pas toutes. Inutile d'écrémer leurs bancs plus que nécessaire.

Poussé une nouvelle fois par la curiosité, K'illa nagea à la suite des rescapés. D'où provenaient-ils ? Combien étaient-ils ? Pourquoi venaient-ils et étaient-ils si faibles ? L'étonnant, ils fuirent en direction des haut-fonds. Dépourvu d'algues, de rochers ou de crevasses où fuir, secoué par les vagues, K'illa s'y sentit vite en insécurité. Mais les créatures ne semblaient pas dérangées. Plus surprenant encore. Elles traversèrent la surface là où les vagues s'achevaient, s'extrayant du monde aquatique.

Stupéfait, K'illa hésita à les imiter. La surface était infranchissable. Elle le repoussait toujours lorsqu'il tentait de la traverser. Pourtant, en prenant appui sur le fond, ces créatures avaient pu l'atteindre. Et s'il perdait trop de temps à réfléchir, elles disparaitraient.

Sans plus tergiverser, il les imita et traversa la surface en prenant appui sur le sable de ses quatre pattes.

Aussitôt, de nouvelles sensations l'assaillirent. Le souffle d'un courant froid sur sa peau et ses écailles le fit frissonner. Le piquant de la lumière loins au-dessus l'aveugla. Le sable se dérobant sous son poids manqua de le faire s'écrouler. Les cris stridents d'autres créatures l'effrayèrent. L'absence d'eau à respirer manqua l'étouffer.

Envahi de vertiges, il lutta pour se retourner et retrouver l'eau protectrice. Déjà sa vision s'emplissait d'étoiles comme ses branchies tremblaient dans le vide. Jusqu'à ce que, d'un réflexe instinctif, il n'inspire une bouffée d'air au lieu de l'avaler. Puis une seconde. Et encore une.

La vue lui revint, bien que douloureuse en raison de la lumière. La plage de sable se prolongeait sur quelques brassées avant de laisser la place à des varechs étranges, ondulant sous la brise. Au-delà, il aperçut d'énormes récifs bruns et verts comme jamais il n'en avait vu, couverts d’algues hautes. Très loin au-dessus de sa tête, tout autour de la boule aveuglante tout là-haut, il vit une autre surface, d'un bleu identique à celle qu'il venait de traverser. Toutefois, ayant perdu la piste des créatures qu'il suivait, il ne se hasarda pas à chercher comment traverser cette surface céleste et retrouva la sécurité de son lagon.

Plus tard, lors de la marée, il revint traverser la surface du haut-fond. La seconde surface tout là-haut n'était plus aveuglante cette fois, mais pénombre agréable, similaire au large du récif. Elle s'était également parée d'une quantité effarante d'éclats, luisants comme des écailles de poissons. Enfin, il vit l'astre. Lumineux sans être aveuglant. Martelé de motifs singuliers. Irradiant d'une lueur apaisante.

Respirant cet air étrange, K'illa soulagea ses membres en s'étalant sur le sable, observant sans ciller cette boule magnifique accrochée là-haut. Très lentement, elle se déplaça, s'éloignant à l'horizon. Avec elle, la marée reflua. Puis l'autre astre, aveuglant, apparut.

À chaque marée, il creva à nouveau la surface pour s'asseoir admirer ce qu'il nommerait, bien des années plus tard, la Lune. Cet objet céleste semblant suivre l'allée et venue de la mer, présente chaque fois que celle-ci s'avançait sur la plage, comme si elle revenait à la rencontre de K'illa. Lui ne manquait aucun de ces rendez-vous, quitte à repousser son prochain repas.


*


Un visiteur inconnu passa un jour au large du récif lors d'une tempête. Il flottait à la surface, immense et l'abdomen cerclé d'une infinité de côtes jumelles. Puis sous l'assaut d'une vague plus imposante que les autres, cet étranger bascula. Sous les regards curieux de la portée, le mastodonte se laissa couler, engendrant une pluie de débris dans les profondeurs. Ainsi qu'une multitude de créatures similaires aux récolteurs de billes de nacre. Au détail près qu'aucun d'entre eux ne possédait de masque de chitine. Quelques rares nagèrent maladroitement jusqu'au rivage, mais la plupart se noyèrent dans les profondeurs. Le festin fut alors mémorable. La portée comme les squales eurent de quoi se repaitre à s'en déchirer la panse.

D'étranges objets jonchèrent le fonds marin durant des marées avant d'être recouverts par le sable et la boue. Néanmoins, nul parmi eux ne s'y intéressa. Ils n'avaient que faire des accessoires de ces égarés de la surface.


*


Lors d'une nuit à admirer la Lune, assis comme chaque nuit à marée haute, il entendit un cri différent de celui des animaux nageant dans les airs au-dessus de sa tête. Un cri qui l'étonna de par sa nature. Un cri qui ressemblait… au chant des cétacés. Se pouvait-il qu'ici aussi, à la surface tout comme au large, se trouve des baleines ? Se détournant temporairement de l'astre, il écouta le chant étrange. Plus rythmé. Plus saccadé. Plus variant dans ses tonalités. Il n'aurait pas dit qu'il s'agissait d'un chant plus ou moins beau, juste… différent. Tout en ne le laissant pas insensible. À nouveau, des émotions étranges l'envahirent, le poussant à agiter doucement la queue… à pencher la tête d'un côté et de l'autre… à ouvrir la gueule et chanter lui aussi. Ou plutôt à gargouiller quelques sons incohérents et disharmonieux, mais K'illa n'en avait cure. Il était heureux. Heureux de pouvoir partager ce chant, de faire partie de celui-ci, d'une certaine façon.

Il chanta à sa façon avec ces baleines de la surface, épié seulement de son amante céleste. Il chanta jusqu'à ressentir une gêne dans la gorge, n'ayant jamais utilisé son organe vocal auparavant. Pourtant, le chant continua, provenant toujours des coraux verticaux et couverts d’algues sèches, à l'écart de la rive. La curiosité prenant l'ascendant sur la raison, il s'éloigna pour la première fois du rivage, allant sur ses quatre pattes.

Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'il découvrit, au milieu de ces structures effrayantes, un groupe de créatures assises en cercles autour d'une source de lumière. Ces créatures même qu'ils dévoraient lorsqu'elles plongeaient cueillir des billes nacrées. Billes qu'ils avaient pris l'habitude de rassembler au centre des lagons pour attirer ces proies faciles et leur tendre des embuscades. Ces êtres produisaient le chant qu'il avait partagé sans le savoir. Et ici, à la surface, aucun d'entre eux ne portait de masque de chitine. Détail qui laissa penser à K'illa que, contrairement à lui, ils n'étaient pas capables de respirer des deux côtés de la surface.

Un instant, il hésita à sortir des ombres et les rejoindre. Sincèrement. Puis se ravisa. La portée réagirait mal à l'irruption d'un squale au cœur d'un lagon. Il n'y avait pas de raison pour que ces êtres ne réagissent pas de façon similaire, fuyant ou l'attaquant tous ensemble. Sagement, il regagna la rive.


*


Plusieurs nuits durant, K'illa tenta d'écouter à nouveau le chant des habitants de la surface. Mais ceux-ci ne revinrent pas. Déçu, il regagna l'océan, nageant jusqu'au large en quête de cétacés à écouter à la place. Néanmoins, ce n'est pas le chant des cétacés qu'il perçut, mais une résonance profonde en provenance du large. Lointaine. Très lointaine. Tous ses frères et sœurs de portées vinrent le rejoindre, percevant aussi ce son nouveau. Étrange. Il ne s'agissait ni d'un squale, ni de cétacés, ni même d'un mastodonte glissant sur la surface. Ce qu'ils entendaient, régulier, était beaucoup plus grand. Beaucoup plus pesant. Aujourd'hui encore, K'illa ignore ce qu'il entendit cette nuit-là. Nuit qui fut la plus terrible qu'il connut jamais.

L'attaque survint alors que la portée était fascinée par ce son étrange, ce "bloop" lent et profond. Une attaque qui lui révéla que l'océan abritait des prédateurs plus terrifiants encore que les squales. Un épaulard profita de leur torpeur pour les faucher avec une puissance terrifiante. En quelques instants, l'eau fut voilée de leur sang.

Depuis bien des marées, ils avaient pris confiance en leur force et leur nombre, devenus suffisants pour effrayer un squale solitaire. Aussi K'illa et les siens tentèrent de riposter, de mordre et griffer l'agresseur pour le faire fuir. En vain. D'une roulade, il les repoussa contre les récifs, écrasant plusieurs frères et les tuant sur le coup, fracassant le corail.

Ils furent totalement impuissants et se firent massacrer. Tel le juvénile impotent qu'il était lors de la première rencontre avec un squale, K'illa dut fuir et se cacher dans les lagons pour ne pas être tué lui aussi. Lorsque, après un temps qui sembla infini, le monstre fut repu et sa soif de sang étanchée, il repartit au large. Ne laissant que la mort dans son sillage.

Lorsqu'enfin il osa sortir de sa cachette, le survivant ne découvrit que des dépouilles et les morceaux dont n'avait pas voulu l'épaulard.

Un temps, K'illa craignit d'être désormais seul. Non pas qu'il éprouvait un amour fraternel pour les siens. Mais ils avaient été là avec lui depuis son éclosion. Il les avait tous vu naître et grandir. Il avait pu compter sur leur force et leur présence autant qu'eux sur la sienne. Les perdre était comme perdre l'un de ses membres…

Aussi quel ne fut pas son soulagement lorsqu'il découvrit l'une de ses sœurs, bel et bien vivante et tout aussi secouée que lui. Pour la première fois depuis sa naissance, K'illa nagea jusqu'à elle puis, ouvrant les bras, la serra contre lui dans une effusion de sentiments. Celle-ci fut surprise par son initiative, mais ne le repoussa pas et lui rendit son étreinte. Ils n'étaient désormais plus que l'un pour l'autre.

Les marées suivantes, sous la lueur de la Lune, il n'était plus seul à franchir la surface. Le suivant pour la première fois, sa sœur creva à son tour la surface et vint elle aussi admirer l'astre céleste. Fredonner des borborygmes dénués de sens en agitant la queue et se penchant d’avant en arrière. Exprimer cette douleur dans leur poitrine qu'ils ne parvenaient pas à comprendre. A souffrir tous deux. De la disparition de leurs frères et sœurs. Du souvenir atroce de cet évènement. De l'avenir seuls qu'ils devraient affronter.


*


Plusieurs marées après ce drame, un nouveau visiteur glissant à la surface traversa leur territoire, béhémoth aussi imposant que celui ayant rejoint les profondeurs de nombreuses marées auparavant. Mais celui-ci ne rejoignit pas le fond marin. Ni ne leur offrit d’habitants de la surface pour se repaître. Au contraire. Comme K’illa et sa sœur nageaient près de la surface, espérant être nourris, un filet leur tomba dessus, les entoilant dans ses mailles.

Ils se débattirent furieusement dans un chaos d’écume, s’efforçant de se dégager pour fuir vers la sûreté du lagon. Malgré leurs efforts, lentement, ils furent tracté hors de l’eau, rebondissant contre la coque. Jusqu’à ce que, sans comprendre comment, K’illa retombe à l’eau.

A peine eut-il réalisé sa liberté retrouvée qu’il nageait à l’écart du vaisseau. Seul. Il mit plusieurs instants à réaliser que sa sœur n’était pas parvenue à se dégager. Aussitôt il fit volte-face, découvrant près du ventre du béhémoth flottant des habitants de la surface tel qu’il n’en avait jamais vu, gesticulant pitoyablement dans l’eau. De la fourrure similaire à celle du crâne des pêcheurs de billes des coquillages leur couvrait intégralement le corps. Ils étaient pourvus d’une queue à la différence des plongeurs, mais ressemblant à des vers des sables plutôt qu’à celle de K’illa. Enfin leur faciès était pourvu d’un museau allongé mais pas de protubérance de chitine.

Il les tira donc sous l’eau. Un à un. Leurs gesticulations paniquées ne purent rien contre la puissance brute du prédateur les noyant dans un panache de bulles. Très vite, il n’y eut plus un seul de ces individus en vie. Mais toujours aucun signe de sa sœur. Elle se trouvait sur le béhémoth, peut-être responsable de la chute des ennemis qu’il venait de noyer. Mais le béhémoth commença à avancer, abandonnant les corps derrière lui.

K’illa frappa d’abord la coque couverte de goudron, sans parvenir à la briser. Puis, il nagea de plus en plus vite pour se maintenir à son niveau et tenta de s’accrocher. Mais ses griffes ne trouvèrent pas de prises et il fut décroché, forcé de se laisser distancer dans le sillage du vaisseau.

Il nagea. Des heures durant. Même après avoir perdu le sillage du navire. Loin du lagon et des récifs l’ayant vu grandir.


*


K’illa nagea longtemps. Sans savoir où il nageait. Sans savoir s’il se trouvait encore sur la piste du béhémoth. Il longea la côte, de très nombreuses marées durant. Persistant malgré la futilité de sa traque. Qu’aurait-il pu faire d’autre ? Même les nuits sous la lune n’auraient pu effacer sa solitude lors des traques de bancs de poissons.

L’eau se réchauffa au fil de son périple. Lentement, la Lune changea sa course. Elle cessa de se lever de par les terres pour se coucher au large, mais se leva et se coucha aux extrémités lointaines et opposées de la plage. Mais K’illa n’y prêta pas attention. Il ne traversait même plus la surface pour admirer sa compagne céleste.

Il croisa plusieurs autres béhémoths, à l’arrêt ou ne faisant que passer et à chaque fois les approcha dans l’espoir de retrouver celui ayant emporté sa sœur. En vain. La forme ne correspondait pas. Le goudron n’avait ni la même texture ni la même couleur et ne portait pas les traces de ces griffes. Les habitants de la surface qu’il apercevait sur leur dos n’avaient ni queue ni fourrure. Ces indices, gravés dans sa mémoire, ne pouvaient le tromper.

Aussi poursuivit-il. Encore et encore. Jusqu’à se hasarder à l’écart de la côte, vers des eaux plus profondes au risque d’être attaqué par des épaulards ou pire prédateurs encore. Sauf qu’il ne rencontra aucun d’eux. Les eaux étaient tièdes. Calmes. Vides.

Il erra un temps, se laissant guider par les courants, jusqu’à découvrir la raison de ce calme trompeur. Montant des abysses où même lui n’osait s’aventurer, K’illa la perçu avant de voir. Une forme tout bonnement colossale. Pesante. Puissante. Le remous ascendant provoqué par son déplacement repoussa le nageur vers la surface, l’obligeant à stabiliser sa nage pour ne pas être emporté. Des pulsations sourdes et régulières l’atteignirent, battements de plusieurs cœurs si gros qu’ils se répercutaient jusqu’à lui. La créature approchante était si imposante que les épaulards, les baleines ou les navires de la surface auraient paru ridiculement chétifs. Si terrifiante qu’elle expliquait l’absence de tout autre être vivant dans ces eaux.

N’osant fuir, K’illa resta immobile comme la chose se hissait à sa hauteur, s’extirpant lentement des profondeurs obscures. Il ne savait où regarder. Une masse pesante grimpait devant lui, mais tout autour d’autres silhouettes réalisaient l’ascension vers la surface, monstrueux pseudopodes se déroulant à travers l’eau trouble. Il fut totalement encerclé avant d’avoir pu réagir. Rapidement, l’entité le domina et le plongea dans son ombre. Pourtant, la base de son corps restait encore cachée à son regard.

Apparut alors un œil dans la masse de chair, pourvu d’une pupille horizontale comme celle des seiches. Un œil, aussi grand que l’était K’illa, l’étudia avec une curiosité déconcertante. Tout autour de lui, les tentacules immenses du monstre ondulaient paresseusement et engendraient des remous le ballotant dans des directions contradictoires. A tout moment, la pieuvre démesurée aurait pu le broyer et se repaître de sa chair, menu fretin qu’il était. Cependant, le titan des abysses n’en fit rien. Il se contenta d’observer K’illa, les battements de ses multiples cœurs et un grondement profond résonnant dans toutes les directions.

Fuir aurait probablement signé la perte de K’illa et cela ne lui traversa pas l’esprit. Non. Car seules les proies fuyaient avant l’affrontement. Or, malgré la terreur inconnue qui coulait dans ses veines et entravait sa nage, il restait un prédateur. Laissant libre court à son instinct, il alla de l’avant. Il poussa un rugissement de défi à la face du léviathan.


*


Monstre de la Tempête ! Tu oses te présenter à Sitlanta !

Affichant une expression étrange, l’individu tourna les talons et nagea pour rejoindre ses congénères, laissant là un K’illa déconcerté. Ces spécimens n’arboraient pas de protubérance de chitine sur leurs visages et pourtant ne semblaient pas se noyer contrairement à ce qu’il espérait. Son estomac hurlait famine, mais il devina que les pourchasser ne serait pas une bonne idée.

L’incroyable monstre des profondeurs s’était simplement détourné de lui. Se propulsant en arrière à l’aide de ses immenses tentacules, il avait prit la direction du large, repoussant K’illa par les tourbillons de courant engendrés dans son sillage. D’abord surpris puis poussé par la curiosité, il avait malgré tout suivi le kraken. Mais une fois encore, il s’était révélé trop lent nageur et l’avait perdu de vue. Sauf que cette nouvelle poursuite l’avait amené à découvrir… ça. Un récif rocheux comme jamais il n’en avait vu, près de son lagon ou durant son long voyage. Il grimpait extrêmement haut et s’étendait sur une grande distance, présentant des formes étranges et inconnues. Enfin, ce récif atypique était habité par des individus respirant sous l’eau sans masque de chitine, tout comme celui l’ayant approché pour cracher quelques paroles incompréhensibles.

Monstre
Tempête
Sitlanta

Que pouvaient bien signifier ces sonorités ?




K’illa est devenu au fil des marées plus grands que les habitants de la surface comme ceux des récifs appelés Ynatlatt ou Sitlantà. Fort de ses deux mètres quinze, du museau au bout de la queue il mesure plus de trois mètres, le tout pour un poids oscillant de trois cents kilos à bien plus de quatre cents s’il s’est gavé de nourriture. Car K’illa est vorace. Très vorace. Au point de pouvoir engloutir presque la moitié de son poids en un seul repas, le laissant apathique par la digestion et le ventre distendu.

Au premier regard, il paraît être un massif humanoïde aux traits reptiliens, dotés d’un museau moyennement prononcé, de griffes et d’une queue longue et puissante. Cependant, il n’a de reptilien que l’apparence et un observateur attentif le réalisera très rapidement. S’il est effectivement doté d’écailles, K’illa n’est pas un reptile mais un poisson issu d’un âge oublié. Il est doté de nageoires aux coudes et aux chevilles, ainsi que d’une crête repliable des omoplates à la naissance de la queue. Ses yeux jaunes sont très avancés vers l’avant de son crâne et dépourvus de paupières, donnant l’impression qu’il ne dort jamais. Ses ouïes abritant des branchies épaisses sont ancrées à la base de son cou épais, juste sous l’impressionnant casque naturel dont il est doté. Car le crâne de K’illa est en effet recouvert d’une épaisse cuirasse osseuse, de la pointe du museau jusqu’à la jonction avec son torse. Il est doté d’une mâchoire à la puissance terrifiante, mais dénuée de dents. Les crocs qu’il arbore sont incrustés dans sa cuirasse crânienne et plus longs que des doigts humains, formant presque un bec à l'avant de son museau. Il peut enfin ouvrir et fermer la gueule en une fraction de seconde, ce qui en plus d'avoir une morsure dévastatrice lui permet sous l'eau "d'aspirer" ses proies à lui de part sa rapidité d'exécution.

La couleur de son crâne, de ses écailles ou des parties molles de son corps rappelant la peau d’un batracien - comme son ventre extensible - sont très peu nuancées, globalement bleu sombre lui offrant un excellent camouflage dans les profondeurs. Seule la membrane de ses nageoires charnues varie, allant du gris pâle à l’orangé en fonction des saisons.

K’illa ne possède que quatre doigts aux mains et aux pieds, incluant un pouce opposable. Ses membres épais sont courts mais puissants, peu utiles à la nage. C’est pourquoi il utilise principalement sa queue, ondulant pour avancer. Pour cette raison sa nage est relativement lente pour un être aquatique et sa méthode de chasse favorite est l’embuscade. Sur terre en revanche, sa queue devient un fardeau tandis qu’il se déplace maladroitement à quatre pattes ou sur ses membres inférieurs. En plus de son système respiratoire aquatique, il est doté de poumons terrestres, curiosité offerte par la nature, lui permettant de demeurer sur la terre ferme. Néanmoins, respirer irrite vite ses poumons, la poussière de la surface dessèche sa peau fragile et la lumière du soleil lui pique les yeux. Raisons pour lesquelles il ne s’aventure que rarement loin du rivage et généralement de nuit. L’eau douce lui est également douloureuse à respirer, bien qu’il puisse s’en contenter s’il le doit.

Fiche de Doezilla [Terminé] Dunkle10





L’esprit de K’illa est simple et primitif. Il est un prédateur qui se nourrit des proies plus faibles que lui et redoute les prédateurs plus puissants.

Le monde des habitants de la surface lui est étranger. Ne s’étant jamais écarté de plus d’une centaine de pas du rivage, il n’imagine pas tout ce que recèle la terre ferme. Tout comme il n’imagine pas non plus tout ce que cache le grand large, bien qu’il ait déjà perçu la présence de créatures infiniment plus massives que lui dont le léviathan est un exemple.

Ses capacités cognitives sont déplorables. Nombreux seraient même les êtres civilisés à le qualifier de stupide. Ce serait toutefois commettre une grave erreur. Car derrière son regard éternellement attentif se dissimulent des dons qui sont également une malédiction. L’espèce de K’illa bénéficie d’une mémoire parfaite. Il se souvient de tout. Son évasion de l’oeuf. Son parent. La portée. Ses premiers pas sur la terre ferme. Chaque repas ou fuite. Chaque étoile dans le ciel. Chaque nuit à contempler la Lune. Chaque tort qui lui a été causé. Chaque mot qui lui a été adressé. Même si K’illa ne comprend pas encore les langages des habitants de la surface comme des abysses, des sonorités particulières reviennent encore et encore. Il commence seulement à en comprendre le sens et donc à saisir ce qui lui a été dit, parfois des marées auparavant.

K’illa ne peut néanmoins pas s’exprimer comme le font les autres espèces. Sa gueule et sa langue épaisse n’engendrent que des borborygmes incompréhensibles. Néanmoins, comme il l’a toujours instinctivement fait avec ses frères et sœurs, il a la faculté de projeter et partager des images. Des pensées. Des scènes. Des souvenirs. Directement dans l’esprit de sa cible. Il ne le réalise pas encore, mais ses facultés télépathiques sont plus développées que celles des autres abyssaux et peut-être un jour les exploitera-t-il pleinement.

Il éprouve une fascination naïve pour les chants, mélodies et musiques. Qu’elles soient le fait d’animaux comme les cétacés et oiseaux de la surface ou bien des être civilisés usant leurs voix ou d’instruments. Souvent il se joint à eux, utilisant ses cordes vocales pour baragouiner des syllabes grossières et dénuées de sens. Mais les mots n’importent pas. Seule la sonorité compte. Et de toute façon K’illa n’a pas vraiment l’oreille musicale…

Une autre passion qu’il éprouve est l’admiration de la Lune. Celle-ci le fascine. Tant par sa beauté évidente que par son habitude à se présenter lorsque la mer est haute. Comme si elle invitait K’illa à le rejoindre lorsque son habitat naturel le rapproche d’elle. En cela il a compris à l’envers la complexe mécanique des marées liées à l’attraction gravitationnelle, mais la lui expliquer serait perdu d’avance.

Jusqu’à récemment, il n’éprouvait peu voir pas d’émotions. Celles-ci lui étaient totalement inconnues lorsqu’il réalisa son attrait pour la beauté de la mélodie ou de la Lune. Depuis, lentement, il s’en découvre d’autres. La crainte d’être chassé par un plus gros prédateur, plus puissante que le primitif instinct de survie lui dictant quand se cacher. La souffrance d’avoir perdu des êtres familiers. L’angoisse de ne pas retrouver sa sœur arrachée à leur lagon natal. La colère qui bout dans ses veines vis à vis des habitants de la surface à fourrure et queue de ver. Quelles autres émotions nouvelles pourrait-il être amené à éprouver ?

Comme il gagne en âge et en sagesse - bien qu’il soit totalement incapable de déterminer son âge car l’arithmétique ou le décompte des jours lui est totalement étranger - il commence à appréhender ce que doit être l’esprit de ses progéniteurs. Car au vu de sa taille et du souvenir qu’il à de son parent, il est encore un juvénile. Son parent était énorme, presque aussi grand qu’une baleine. Combien de marées peut-il bien avoir connues ? Combien de levers de la Lune ? Combien de souvenirs ancrés dans sa mémoire si celle-ci est aussi parfaite que la sienne ?





K’illa n’a pas vraiment d’ambitions si ce n’est retrouver ce qu’il est advenu de sa sœur, arrachée à leur lagon natal et pour laquelle il a traversé plusieurs océans. Éventuellement, comprendre qu’est-ce qu’est cet imposant récif peuplé d'humanoïdes qui comme lui n’ont pas besoin de masques de chitine pour respirer sous l’eau. Puis comment fonctionne le monde de la surface qui lui paraît si étrange. Enfin, comprendre ce qui se trouve au grand large, quelles sont ces créatures immenses qu’il entend parfois, vers lesquelles nageait son parent la dernière fois qu’il le vit.



Derrière l'écran


Prénom ou pseudo : Captain meumeuh
Âge : 30 ans
Pays/Région : Mer Agwae
Tes occupations préférées : Chasser les ondines dauphins

Code du règlement : Concombre de mer

Comment as-tu connu le forum, ou par qui : un con qui fait meuh
Tes premières impressions sur Dùralas : Cela manque de nourriture ici
As-tu déjà été sur un forum RP : sous l'eau on a pas le net


également, le célèvre "Bloop" que K'illa entendit avant l'attaque de l'épaulard (commence autour de 40s)


Dernière édition par K'illa le Ven 29 Avr 2022 - 10:39, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nath'rae Glannath
Nouvel(le) habitant(e)

Nath'rae Glannath

Messages : 25
Expérience : 307
Féminin Âge RP : 152 ans

Politique : 00
Métier : Sculptrice - Novice
Titres:


Stats & équipements
Vitalité:
Fiche de Doezilla [Terminé] 64453510209/209Fiche de Doezilla [Terminé] 242396barresante02  (209/209)
Vitesse: 171
Dégâts: 53

Fiche de Doezilla [Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Fiche de Doezilla [Terminé]   Fiche de Doezilla [Terminé] EmptyDim 10 Avr 2022 - 21:06
Séparation du contenu
Bonsoir, bienvenue! J'ai pris énormément de temps pour lire ta fiche. Ce que je retiens, c'est le signe du zodiaque de ton personnage qui me parle. Poisson, excellent choix.
Revenir en haut Aller en bas
Elijah Arturson
Corrompu

Corrompu
Elijah Arturson

Messages : 329
Expérience : 2722
Masculin Âge RP : 20

Politique : 20
Métier : Mineur - Maître absolu
Titres:

(Hydro Cyno +150, v+150, Régénère si -25% de la vie)

Stats & équipements
Vitalité:
Fiche de Doezilla [Terminé] 644535104640/4640Fiche de Doezilla [Terminé] 242396barresante02  (4640/4640)
Vitesse: -79
Dégâts: 34%

Fiche de Doezilla [Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Fiche de Doezilla [Terminé]   Fiche de Doezilla [Terminé] EmptyDim 10 Avr 2022 - 21:43
Séparation du contenu
Bienvenue à toi, Doezilla ! Enfin, plutôt Re-bienvenue !

Hâte de voir ce que tu vas nous offrir avec ce personnage-ci !
Revenir en haut Aller en bas
Mohana Dharitri
♦ Chamane ♦

♦ Chamane ♦
Mohana Dharitri

Messages : 2286
Expérience : 5129
Féminin Âge RP : 27

Politique : 225
Métier : Sculptrice - Maîtresse Absolue
Titres:

(Hibou de Mohana +400, v+400 ; Dissuasion : vous évite à coup sûr la prison)

Stats & équipements
Vitalité:
Fiche de Doezilla [Terminé] 644535105432/5432Fiche de Doezilla [Terminé] 242396barresante02  (5432/5432)
Vitesse: 1280
Dégâts: 2677

Fiche de Doezilla [Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Fiche de Doezilla [Terminé]   Fiche de Doezilla [Terminé] EmptyDim 24 Avr 2022 - 14:23
Séparation du contenu
Fiche de Doezilla [Terminé] Giphy
Fiche de Doezilla [Terminé] Giphy




Fiche de Doezilla [Terminé] Moha%20signa
RP en cours : Le Temple Perdu
Revenir en haut Aller en bas
K'illa
Néophyte

K'illa

Messages : 13
Expérience : 233
Masculin Politique : 00
Métier : Sculpteur - Novice
Titres:


Stats & équipements
Vitalité:
Fiche de Doezilla [Terminé] 64453510240/240Fiche de Doezilla [Terminé] 242396barresante02  (240/240)
Vitesse: 84
Dégâts: 63

Fiche de Doezilla [Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Fiche de Doezilla [Terminé]   Fiche de Doezilla [Terminé] EmptyLun 25 Avr 2022 - 15:25
Séparation du contenu
RwlRwlRwlRwl


*tousse*


AGRAOUUUUUUUUUUH
Revenir en haut Aller en bas
Mohana Dharitri
♦ Chamane ♦

♦ Chamane ♦
Mohana Dharitri

Messages : 2286
Expérience : 5129
Féminin Âge RP : 27

Politique : 225
Métier : Sculptrice - Maîtresse Absolue
Titres:

(Hibou de Mohana +400, v+400 ; Dissuasion : vous évite à coup sûr la prison)

Stats & équipements
Vitalité:
Fiche de Doezilla [Terminé] 644535105432/5432Fiche de Doezilla [Terminé] 242396barresante02  (5432/5432)
Vitesse: 1280
Dégâts: 2677

Fiche de Doezilla [Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Fiche de Doezilla [Terminé]   Fiche de Doezilla [Terminé] EmptyLun 25 Avr 2022 - 17:04
Séparation du contenu
Bienvenue à Doezilla ! Pardon. K'illa (parce que c'est un killer ? Ok.. Je sors).
Plus sérieusement, c'est un plaisir d'avoir un nouvel abyssal de la Tempête.
J'ai beaucoup apprécié la lecture de l'histoire, l'immersion avec les bruits de fonds marins. J'aime particulièrement le moment de sa naissance, ainsi que la manière dont tu décris les choses du point de vue de la créature primitive qu'il est.

Son éveil à des réflexions et émotions plus évoluées est très bien fait également. Le manque de temporalité n'est pas gênant du tout, car en effet, pour les créatures sauvages le temps apporte peu. Il tient juste compte des marées. J'adore sa relation avec la lune, la découverte de son attrait pour la Mélodie. Ca lui donne beaucoup de profondeur (pour un abyssal, haha!).
Le câlin qu'il fait à sa soeur est presque émouvant.

J'aime la contrainte que tu te donnes de faire une créature qui ne parle pas, étant trop primitive (pour l'instant ?) pour cela. J'ai adoré cet exercice avec Niobe, ça fait appréhender le RP d'une autre manière. De même, la façon dont tu vas user du pouvoir naturel des abyssaux afin de gérer cette contrainte est très bien pensée.

C'est une belle fiche et un très bon départ de personnage que tu nous offres ici. Quatrième personnage, hein... Tu pouvais bien te moquer de moi kokin

Vu son manque de langage et son attrait pour la musique, un RP un de ces quatre entre lui et Niobe pourrait être très intéressant, vu qu'elle ne parle toujours pas et qu'elle est virtuose.

Je souhaite de belles aventures à K'illa ! Je t'ajoute ta race et pré-valide ta fiche. Dilon devrait passer afin de t'attribuer tes bonus.




Fiche de Doezilla [Terminé] Moha%20signa
RP en cours : Le Temple Perdu
Revenir en haut Aller en bas
Dilon Deraborne
♦ Guerrier ♦

♦ Guerrier ♦
Dilon Deraborne

Messages : 7037
Expérience : 6644
Masculin Âge RP : 36

Politique : 300 (MAX)
Métier : Forgeron - Maître Absolu
Titres:

(Altaïr, Pyrargue de Dilon [Emblème Gardien] +350, 150, v+300)

Stats & équipements
Vitalité:
Fiche de Doezilla [Terminé] 644535104772/4772Fiche de Doezilla [Terminé] 242396barresante02  (4772/4772)
Vitesse: 823
Dégâts: 3610

Fiche de Doezilla [Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Fiche de Doezilla [Terminé]   Fiche de Doezilla [Terminé] EmptyJeu 28 Avr 2022 - 4:26
Séparation du contenu
Bonjour @K'illa le tailleur de corail, et officiellement rebienvenue sur Dùralas ! :dragon:

Voilà le genre de fiche que j'attends lorsque j'imagine un Abyssal de la Tempête. Oui les Abyssaux peuvent avoir des formes humanoïdes, oui ils peuvent être civilisés (ou un semblant en tout cas), mais la branche de la Tempête c'est l'occasion rêvée de jouer un personnage qui est plus une créature que véritablement un humanoïde. On a déjà eu des tentatives, comme Dagon avec sa forme cthuluesque, Unda avec son homme-requin, mais tu proposes ici la troisième alternative avec un individu bipède qui se rapprocherait d'un monstre marin non-identifié.

On peut reconnaître des références dans ta fiche et sur la nature de l'Abyssal (tu en as partagé une avec le wikipédia), on peut aussi penser à une version (très) miniature de Godzilla, et j'en passe... J'aime beaucoup comment a été présentée la fiche par ailleurs. L'inversement histoire/présentations est audacieux, cela permet au lecteur de s'immerger encore plus dans ta fiche, et c'est tout à ton honneur.

C'est une fiche de qualité, et un personnage qui relèvera presque de l'art et d'essai tellement le fait de le RP va pousser à réfléchir différemment. Ce n'est pas que d'une facilité de jouer un tel personnage et j'apprécie beaucoup la façon dont il est tourné. En plus un guerrier, si ça aboutit ce sera génial. Tout content

Je vais te valider ta fiche comme Mohana a déjà fait une pré-validation.

Voici donc tes bonus :
x 190 points d'expérience
x 70 pièces d'or
x Lance du fantassin : 43 dégâts ; -36 vitesse ; coût : 65 pièces d'or
x Casque Wilfish : 15 de vitalité ; coût : 36 pièces d'or
x Bouclier Voli : 15 de vitalité ; coût : 36 pièces d'or

De plus, et grâce à la promotion raciale tu remportes l'item suivant : Armure Oseau : 135 de vitalité ; coût : 108 pièces d'or

@K'illa sera donc bien équipé et bien cuirassé pour sortir à la surface. Je me demande comment cela va pouvoir tourner, mais je suis réellement curieux ! :danse:




Fiche de Doezilla [Terminé] 1496547651-banniere
Fiche de Doezilla [Terminé] Sword-hd-png-sword-png-image-1920
Gardien-en-chef Fiche de Doezilla [Terminé] Drapea12 - Dragonnier de Bronze Fiche de Doezilla [Terminé] Bronze13 - Rédacteur au Phénix Enchaîné - Propriétaire de la boutique L'Âme et l'art mûr

RP1-RP2-RP3
Revenir en haut Aller en bas
https://www.lemondededuralas.org
Adiel Van Cullen
Assassin

Assassin
Adiel Van Cullen

Messages : 28
Expérience : 633
Âge RP : 210 ans

Politique : 00
Métier : Mineuse - Novice
Titres:

(Cheval commun +50, v+25)

Stats & équipements
Vitalité:
Fiche de Doezilla [Terminé] 64453510475/475Fiche de Doezilla [Terminé] 242396barresante02  (475/475)
Vitesse: 310
Dégâts: 216

Fiche de Doezilla [Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Fiche de Doezilla [Terminé]   Fiche de Doezilla [Terminé] EmptyJeu 28 Avr 2022 - 10:08
Séparation du contenu
Hello !

Je m'étais dit "je vais survolé un peu par curiosité", et en fait, j'ai tout lu. On se prend très facilement dans l'histoire, et comme l'a dit Dilon, sans parler d'audace pour ma part, l'inversion Histoire / Description rendent l'histoire plus immersive. On apprend à connaitre le personnage par son histoire et pas par ses descriptions, et j'adore ça !

Et quand je dis "Immersive" c'est pas parce que le mot est cool, je me suis vraiment plongée (héhé) dans l'histoire au point de retenir mon souffle pendant la bataille avec l'épaulard. Ouais, quand je lis en général j'suis à fond... haha.

Bref, j'ai beaucoup aimé ! Bienvenue monstre marin !




Fiche de Doezilla [Terminé] Test
Le blabla : Adiel : #FED003 / Tamara : #FF7F00 / Madhi : #8E5700
Revenir en haut Aller en bas
Baldwin Nuussian
Bibliothécaire ♦ Bras droit de Doleh ♦ Maître d'armes

Bibliothécaire ♦ Bras droit de Doleh ♦ Maître d'armes
Baldwin Nuussian

Messages : 788
Expérience : 3942
Masculin Âge RP : 24 ans

Politique : 254
Métier : Forgeron - Maître Absolu
Titres:

(Athear, hippogriffe de Baldwin [Modifié] +350, v+300, 150)

Stats & équipements
Vitalité:
Fiche de Doezilla [Terminé] 644535102544/2544Fiche de Doezilla [Terminé] 242396barresante02  (2544/2544)
Vitesse: 889
Dégâts: 3740

Fiche de Doezilla [Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Fiche de Doezilla [Terminé]   Fiche de Doezilla [Terminé] EmptyVen 29 Avr 2022 - 21:51
Séparation du contenu
Et bien, que dire à part bienvenue à ce magnifique quatrième personnage ! Chapi chapo

Je n'ai pas spécialement de choses à rajouter suite à nos collègues, mais je suis tout à fait de leur avis. C'est une perspective bien différente et intéressante que celle de K'illa, la lecture de sa fiche a été faite d'une traite et toujours avec ton écriture très agréable à suivre. Je suis maintenant très curieux de voir comment il va évoluer et se développer !




Fiche de Doezilla [Terminé] Drapea12Fiche de Doezilla [Terminé] Baldwi12Fiche de Doezilla [Terminé] Drapea10

Le monde ne demande qu'à être exploré, et le savoir acquis...

Fiche de Doezilla [Terminé] Rp_110Fiche de Doezilla [Terminé] Rp_213Fiche de Doezilla [Terminé] Rp_313Fiche de Doezilla [Terminé] Rp_412
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ehawee
Archère

Ehawee

Messages : 648
Expérience : 4043
Féminin Âge RP : 188 (21)

Politique : 153
Métier : Sculptrice - Maîtresse absolue
Titres:

(Tadi, Cerf royal d'Ehawee [Modifié] +400, v+400 ; dissuasion : évite la prison)

Stats & équipements
Vitalité:
Fiche de Doezilla [Terminé] 644535102597/2597Fiche de Doezilla [Terminé] 242396barresante02  (2597/2597)
Vitesse: 1914
Dégâts: 1811

Fiche de Doezilla [Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Fiche de Doezilla [Terminé]   Fiche de Doezilla [Terminé] EmptySam 30 Avr 2022 - 18:17
Séparation du contenu
Bienvenue à K'illa !

C'est une fiche très bien écrite, je rejoins tout à fait ce qui s'est dit plus haut sur l'immersion et l'approche expérimental de ce personnage. Le thème est très bien maîtrisé. On voit que tu t'es pas mal renseigné pour écrire cette histoire et pour te mettre à la place de cette créature marine, et c'est très crédible, bravo !

J'ai surtout adoré la partie sur la naissance ainsi que la façon dont ton personnage appréhende son environnement et en tire des conclusions. Ça risque de donner des choses étonnantes dans tes futurs RPs. Je suis aussi très curieux de voir comment tu vas développer la télépathie, qui pourrait être un élément important pour que ton personnage puisse tisser des liens.

Je te souhaite de bonnes aventures avec ce QC ambitieux et prometteur ! Clin d'oeil
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Fiche de Doezilla [Terminé] Empty
MessageSujet: Re: Fiche de Doezilla [Terminé]   Fiche de Doezilla [Terminé] Empty
Séparation du contenu
Revenir en haut Aller en bas
 

Fiche de Doezilla [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» The Vampire Diaries RPG
» Les expériences et la fiche de personnage
» Notre fiche & Nos boutons
» Faire sa fiche de présentation
» Nostra Ciarlia (Fiche Personnage)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Accueil :: Présentations des membres-