AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Herbier  

Le Monde de Dùralas


Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Nous sommes actuellement en l'An 811 du Ve Âge.
Bienvenue à notre dernier membre : Neyrelle
Le Monde de Dùralas a précisément 3908 jours !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Dùralas, le Ven 12 Juil 2024 - 15:34
La Spécialisation de classe s'obtient à Wystéria.
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !
-60%
Le deal à ne pas rater :
-60% : 2 briques de rangement empilables LEGO à 19,99€
19.99 € 49.99 €
Voir le deal

 

 Zéphyr [PW Aube]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
2 participants
AuteurMessage
Redaka
Nouvel(le) habitant(e)

Redaka

Messages : 27
Expérience : 378
Politique : 00
Titres:


Stats & équipements
Vitalité:
Zéphyr [PW Aube] Gauche1090/90Zéphyr [PW Aube] 242396barresante02  (90/90)
Vitesse: 154
Dégâts: 46

Zéphyr [PW Aube] Empty
MessageSujet: Zéphyr [PW Aube]   Zéphyr [PW Aube] EmptyVen 21 Juin 2024 - 15:43
Séparation du contenu
Au milieu d'un charmant village périphérique à Endorial, lové au milieu de feuilles d'émeraude et arbres ancestraux, la représentation d'un danseur étranger s'apprêtait à avoir lieu. Au cours des mois de printemps, de nombreuses festivités avaient lieu ; chaque bourgade avait ses variantes locales, ainsi pour les artistes informés, il n'était ni difficile ni rare de trouver mécène à un spectacle de qualité.

Redaka était apparu avec les deniers rayons du soleil, il y a de ça plusieurs lunes, en même temps qu'une légère canicule. Au cours de son séjour, on avait cherché à dater exactement l'arrivée de cet exquis spécimen Djöllfulin -que jeunes filles comme femmes établies envisageaient avec grande douceur ; certains hommes eux-mêmes offraient volontiers bière et compagnie à celui dont les toges en soie fine invitaient au  toucher- sans succès.

L'enfant des merveilles, disciple des voies de la Beauté d'Elphaël, cité démoniaque, passait sa vie sur la route. Chaque atome de son être était après tout léger, et de manière inhéremment fluide ; il ne trouvait la joie qu'en le changement. Nouveaux visages, nouvelles histoires, nouveaux paysages.
Redaka avait envisagé d'employer ses talents à des fins plus rentables que les maigres compensations des performances spontanées des tavernes et villages sans jamais s'y résigner.
La liberté de ne rien devoir à personne était une maîtresse impérieuse. La seule à qui il le démon jurait fidélité.

Dès qu'il avait posé pied en la seule auberge du village, relâchant nonchalamment une anse de son sac en cuir comme il tirait à lui un tabouret dans un mouvement divin de félinité, la plupart des rumeurs -déjà lasses et usées, là où tout le monde se connaît- s'embrasèrent de sa présence. On lui prêta une liaison avec Elia'l, fils du maître maçon, car d'aucuns jurèrent l'avoir vu s'évincer pendant plusieurs heures, au beau milieu de la nuit, dans les clairières en sa compagnie.
D'autres, plus vieux et à la raison moins portée sur la curiosité des affaires banales, chuchotaient à leurs proches de ne pas s'approcher du Djöllfulin. Sa peau évoquait le soleil naissant, et ses courbes des sueurs d'été, pourtant, pour les anciens, il n'était qu'une nuit éternelle où aucune lumière ne filtrait.

Des glaçons au cœur du brasier.

Ses bracelets de chevilles tintèrent, comme il se mouvait au travers de la foule, porté par le zéphyr qui rendait sa chevelure d'argent pareille à un feu de joie. L'incube avait mis au point ses performances de telle manière à ce qu'elles ne fassent ni de lui un acrobate, ni un contorsionniste. Ayant fait parvenir des accord éthérés aux joueurs de musique du coin, qui acceptèrent de l'aider un peu trop rapidement sous les paroles au goût de miel du démon, il pris position au milieu du cercle qui le dévisageait, avide de la suite en souriant.

Le soleil se faisait plus brillant à mesure qu'il élevait ses mains en rythme et marmonnait la symphonie qui l'accompagnait en agitant doucement la tête. Chaque demi-tour faisait proliférer les pollens et frémir les feuillages d'un son plus doucereux que les parfums de lilas et groseilles que ses mouvements répandaient.
Lorsqu'il retira le haut de ses vêtements on retint son souffle ; quelle décadence, et pourtant, telle la texture du lait que l'on bat en crème légère, le moment était délicieux. Au final de sa représentation, Redaka n'était plus que peau de saphir et ornements dorés, sourire béat et souffle saccadé, là, couché au milieu de la foule torse nu.

Une goutte de sueur perla d'une de ses boucles d'argent pour venir lécher son bras ; et certains détournèrent le regard, l'esprit embrasé et les joues empourprés. Ceux qui firent face à ces visions subversives furent soulagé de le voir se lever tout d'un coup, faire courbette, et remettre ses vêtements en même temps que la musique cessait.
Encore quelques instants, et tous juraient qu'ils se seraient perdus dans une éternité saveur d'abricots et miel par la fin d'une torride journée. Encore quelques instants de mouvements délicats, et plusieurs mariages auraient été mis à mal.

Redaka quant à lui se contenta de rigoler naïvement, hochant la tête, comme s'il était gêné par les compliments, en se dirigeant vers la terrasse de l'auberge transformée en buffet à victuailles pour les célébrations de la journée.
On fêtait le printemps, après tout, le zéphyr et la Beauté de la saison du renouveau.

Le démon croisa les jambes sur une chaise en s'exposant frontalement au soleil auquel il montra les crocs joyeusement ; lequel des deux brillerait plus intensément ? Une question qui le fit sourire de plus belle comme il sirotait un jus de fruits.
Revenir en haut Aller en bas
Aube Kel'il
Nouvel(le) habitant(e)

Aube Kel'il

Messages : 23
Expérience : 150
Âge RP : 226 ans

Politique : 00
Titres:


Stats & équipements
Vitalité:
Zéphyr [PW Aube] Gauche10105/105Zéphyr [PW Aube] 242396barresante02  (105/105)
Vitesse: 79
Dégâts: 78

Zéphyr [PW Aube] Empty
MessageSujet: Re: Zéphyr [PW Aube]   Zéphyr [PW Aube] EmptyLun 24 Juin 2024 - 9:29
Séparation du contenu
Zéphyr [PW Aube] Oign
Ca y était, on y était. Aube était fébrile. C’était étrange de ressentir de la peur alors qu’elle avait envie de ce départ depuis quelque temps, et que son excitation n’avait fait que croître de jour en jour. Mais là, arrivé au moment fatidique… Elle ressentait de la peur. Hors de question de changer d’avis, elle tenait vraiment à partir, à trouver ce père et toutes ces nouvelles données. Oui, elle devait le faire. Et puis, après avoir subi la mauvaise humeur de sa mère, qui l’avait presque ignorée toute une semaine, il était évidemment inconcevable de changer d’avis maintenant. Cela aurait été trop facile et même si Alanae ne ferait pas de remarque ouvertement, Aube savait qu’elle verrait tout ce que pense sa mère dans son regard.

Après un dernier regard en direction de sa maison, elle cherchait des yeux sa mère ou son frère. Digne et droite, sa mère apparut sur le côté de celle-ci et, la jeune elfe dans un dernier élan d’affection et balayant d’un revers de main les convenances, lui courut dans les bras. Oui, elle voulait partir, mais elle savait que sa mère -aussi particulière soit-elle- allait beaucoup lui manquer.

”Je t’écrirais.” Lui promet-elle en la serrant contre elle. Aube sentit la douce et ferme étreinte d’Alanae qui hochait doucement la tête. “Je te répondrais. Cé Astriël nàvhiris tûeïs podeïs.”

Puis, elle se détachait d’elle dans la crainte de ne plus pouvoir le faire plus tard. Elle était déçue qu’Uiel ne soit pas là, mais il devait être trop occupé… Elle prend une grande inspiration, réajuste son sac à dos, son sac en bandoulière et d’un pas qu’elle souhaite sur, prend le chemin de l'extérieur de la ville.

A peine avait-elle tourné dans l’angle de la rue, qu’un grand cri la fait se retourner. Tout droit derrière elle, son frère agitait le bras en courant vers elle. Il ne s'arrêta qu’au dernier moment et pendant un instant, elle crut qu’il allait la percuter.

“Tu m’as fait peur idiot !” Fait-elle en lui assénant un petit coup de poing sur l’épaule. Mais son frère, visiblement bouleversé, n'y prend pas garde. “Alors c’est maintenant ? On doit se dire au revoir ou adieu ?” Avalant difficilement sa salive, Aube le prit dans ses bras. “A bientôt. Comme à Mère, je t’écrirais…” Elle sentit qu’Uiel faisait un gros effort pour ne pas montrer toute sa tristesse et elle lui en fut infiniment reconnaissante, il était hors de question de partir en pleurant.

Elle fait finalement volte face après cette longue étreinte et prend la route le coeur un peu lourd mais l’esprit léger. Plus elle s’éloignait de son quartier, de son coin de paradis, plus elle se sentait reprendre courage et motivation. C’était parti, c’était maintenant.

Elle ne mit pas longtemps avant de rejoindre le bord de la ville et si elle avait le plan dans sa besace et une destination en tête, maintenant elle allait devoir trouver quelqu’un ou un groupe qui allait soit lui indiquer la route, soit aller dans la même direction qu’elle.  C’est ainsi qu’elle se retrouvait dans un petit coin qu’elle trouvait étonnamment animé. Il y avait de la musique et l’attroupement devant elle lui faisait comprendre sans difficulté qu’il devait y avoir une représentation.

Et quelle représentation…

Une créature dansait. Elle n’avait jamais vu ce genre de… personne ? Avant. Alors oui, il ressemblait vaguement à un elfe : il était bipède, un visage possédant les mêmes caractéristiques mais il avait un teint délirant et des cornes. Est ce que c’était un hybride ça ? Non, elle n’y voyait aucune animalité… Si ce n’était cette façon de bouger totalement hypnotisante.

Aube n’arrivait pas à détacher ses yeux de ses mouvements, de sa façon de bouger et de faire interagir le décors, ici les plantes alentour. C’était captivant. Et si elle n’était pas la plus réceptive de la foule, elle sentait clairement en elle poindre du bien être désinhibant. Elle avait déjà vu des danseurs elfes, et avait déjà elle-même effectué quelques pas de danse qu’elle n’avait jamais réitérer ensuite, faute d’avoir le rythme dans la peau, mais jamais cela ne lui avait fait cet effet. Est ce que c’était parce que c’était une créature qu’elle ne connaissait pas ? Ou parce qu’il était dévêtu ? Ou parce qu’elle était exaltée de son départ ?

Quand tout s'arrêta et que la foule put enfin reprendre un souffle qu’elle n’avait pas eu la sensation de retenir, Aube suivit l’artiste des yeux. Elle n’était sans doute pas la seule à le faire, il avait été prodigieux, mais poussé par la curiosité et l’envie de le remercier, elle fut l’une des rares à s’avancer vers lui.

“Excusez-moi ?” fait-elle après un bref toussotement. “Je voulais vous féliciter, c’était magnifique. Je n’avais jamais vu ce genre de danse. C’était très sympa ! Vous êtes artiste ?” Finit-elle par demander.

Elle ne s’était pas trop approcher, mais juste assez pour pouvoir lui parler. Même si à l’inverse de la plupart des Haut-elfe elle n’était pas complètement fermer aux autres races, elle gardait quand même en tête qu’ils n’étaient pas comme elle. Et pouvait peut-être se montrer dangereux.




Zéphyr [PW Aube] Yxhz
Revenir en haut Aller en bas
Redaka
Nouvel(le) habitant(e)

Redaka

Messages : 27
Expérience : 378
Politique : 00
Titres:


Stats & équipements
Vitalité:
Zéphyr [PW Aube] Gauche1090/90Zéphyr [PW Aube] 242396barresante02  (90/90)
Vitesse: 154
Dégâts: 46

Zéphyr [PW Aube] Empty
MessageSujet: Re: Zéphyr [PW Aube]   Zéphyr [PW Aube] EmptyJeu 27 Juin 2024 - 12:13
Séparation du contenu
Des feuilles d'émeraude tombaient des arbres de Sylfaën, animé à la fois par des festivités florales qui répandaient les plus ravissantes odeurs qui n'eurent été offertes à Redaka d'apprécier, ainsi que par le passage des foules.

Toujours accoudé à sa table le démon observait la chute lente des corps végétaux, mêlés aux confettis répandus-là par quelques enfants aux paniers pleins d'amusantes choses à lancer, en cogitant à ses objectifs en Dùralas.
Il se remémora le jour où le blizzard fit naître Redaka le vrai, par le sang versé sur les neiges pures au coeur d'un hiver impitoyable, en réajustant une couronne de fleurs sur ses cheveux d'argent. Depuis son existence d'incube s'était faite naturellement, selon les enseignements qui dans une autre vie lui furent inculqués à Elphaël, cité démoniaque de l'Arbre-Monde. Voir le monde, l'aimer, et lui transmettre le cadeau des merveilles.

Ainsi il retrouvait parfois les agents des cercles infernaux sur cette Terre, à des endroits toujours changeants, pour échanger et honorer les Titans primordiaux. Célébrer, à la façon de ce festival, les trop rares fois où des démons pouvaient exister librement ; faire venir à eux, rien que le temps de quelques heures, les rues pavées d'or et les jardins suspendus de l'Arbre-Monde. Ô, s'il pouvait seulement montrer aux Hommes les beautés d'Elphaël, ils comprendraient que la guerre qui unissait leurs espèces était futile. On aurait beau laminer la magnificence, la disperser aux vents, elle germerait de nouveau et naturellement, parce que tel était sa force, sa lumière ramènerait à elles tant de chevaliers et de parangons que sa dynastie éternelle reprendrait.

Les démons de la guerre, disciples de Phaïs Titan primordial du Feu, lui demandaient parfois quelle existence docile Slayn, Mère des merveilles, avait prodigué aux incubes ; quelle raison à s'adonner aux douceurs de l'oisiveté alors même qu'un conflit majeur se jouait ?
Redaka restait toujour sans réponse à leurs interrogations, se disant que la réponse se situait probablement quelque part sur le cuir noir des laisses desquelles il habillait leur cou.

Les démons de la guerre, diables des fournaises, aimaient à abandonner leur âme aux soumissions martiales et lui, enfant des merveilles, se riait silencieusement de l'ironie qu'ils exprimaient à interroger sa volonté à ne rien contrôler.

La beauté n'existe que là où aucune chaîne ne subsiste, et c'était uniquement par une discipline exemplaire et un respect de codes strictes que les enfants des Merveilles accomplissaient la plus importante des missions ; mesmériser et sidérer les esprits, laver leurs cœurs de toute impureté. Personne jusqu'ici n'avait dérogé à servir la Mère des Merveilles après que Redaka ne leur ait montré ses jouissances.

Comme ses pupilles dévisageaient un homme qui d'une autre table avait cherché son regard, Redaka baissa timidement les yeux, biche captive des braises d'un carosse nocturne, et souriait en dévoilant chastement les canines. Il s'étirait ensuite, et jouait avec les pétales d'une des fleurs de sa coiffe de ses longs doigts à la manucure soignée.
Il promettait à son observateur de tendres lunes de miel et une éternité de satin délicatement brodé. Un toucher d'orfèvre pour un travail minutieux de tous les plaisirs que son âme demandait. Se mordant les lèvres, il sentit des ondes animales déchirer les entrailles de l'elfe dont les yeux se changeaient de contemplateurs à implorants. Il allait chercher du bout de la langue le nectar fruité qui s'était déposé sur ses lèvres, et projetait de se lever pour discuter avec son admirateur lointain, lorsqu'une voix interrompit ce théâtre silencieux.

Richement vêtue, coiffée d'une chevelure coiffée dignement, et l'air droit et franc, elle inspira à Redaka grande joie à lui témoigner de l'admiration. Qu'un être pareil, altier et noble, puisse daigner lui adresser la parole, à lui, catin d'Elphaël, représentait récompense précieuse à tout danseur démoniaque. Il posait son verre, et riait joyeusement avant de répondre d'une voix douce et posée ;
- Vous me faîtes grand honneur de vos paroles. Vos compliments me vont droit au cœur. Je suis Redaka, humble danseur de la Queue de Phénix à Stellarae. Nulle formation artistique ne m'a été inculquée, je me contente d'écouter le monde, le regarder comme il est, et y voir le beau ; ensuite je tente d'en partager mes ressentis à l'aide de mon corps. L'espace d'un instant, un éclat intense gagnait ses pupilles rendues rondes par l'herbe qu'il aimait à consommer. Il souriait avec une légère défiance envers son interlocutrice.  N'est-il pas coutume chez les hauts-elfes d'avoir la courtoisie de se présenter ? Vous ne m'en verrez point offusqué, les conventions sociales m'ennuient la plupart du temps... si vous m'offrez un verre et me racontez un peu de votre histoire. Cela dit.

Il fermait les yeux, satisfait de sa malicieuse facétie et terminait son verre de jus de fruit en invitant l'inconnue à s'asseoir avec lui.


Dernière édition par Redaka le Mar 9 Juil 2024 - 8:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aube Kel'il
Nouvel(le) habitant(e)

Aube Kel'il

Messages : 23
Expérience : 150
Âge RP : 226 ans

Politique : 00
Titres:


Stats & équipements
Vitalité:
Zéphyr [PW Aube] Gauche10105/105Zéphyr [PW Aube] 242396barresante02  (105/105)
Vitesse: 79
Dégâts: 78

Zéphyr [PW Aube] Empty
MessageSujet: Re: Zéphyr [PW Aube]   Zéphyr [PW Aube] EmptyDim 7 Juil 2024 - 11:17
Séparation du contenu
Zéphyr [PW Aube] Oign
Aube n’eut pas à attendre longtemps avant qu’il ne lui réponde. D’ailleurs, cela la fit presque sourire. Tous les artistes n’étaient pas si abordables. S’en était que plus agréable. Elle hoche la tête quand il se présente : Redaka, ce n’était absolument pas un nom qu’elle avait déjà entendu. Mais en même temps, elle n’était jamais allée à la rencontre de gens ne portant pas de nom elfique.

Cependant La Queue de Phénix était totalement étranger à ses oreilles. Il aurait bien pu dire n’importe quel nom inventé que cela lui aurait paru tout aussi réel et exotique. Evidemment, Aube connaissait Stellarae, c’était une ville assez importante pour figurer sur sa carte, et en même temps, elle en avait eut de mauvais écho : peu voir pas raffinée, bondée de monde, peu respectueuse de la nature… que des retours d’elfe sans doute trop sectaire.

Encore une fois, elle hoche la tête mais son visage exprime autant la fascination que le scepticisme. Comment pouvait-il ne pas se prétendre artiste ? Peut-être n’avait-il pas appris… Peut-être était-ce simplement inné chez lui ?

Pardon ?” Fait l’elfe en sortant de sa brève rêverie. “Ah ! Oui ! Je m’appelle Aube… Kel’il. Mais Aube c’est bien largement suffisant !” Finit-elle par dire en s’installant à la place qu’il lui propose. Toujours un peu hypnotisée par ses gestes qu’elle qualifie encore de gracieux, elle hoche la tête en se tournant pour capter le regard du serveur. Celui-ci, mû d’un instinct invisible, se tourne vers eux pour prendre commande.

Vous prenez quoi Redaka ?” Demande Aube après avoir demandé un jus pour elle même. Il était hors de question de prendre de l’alcool. Bien qu’elle en apprécie la saveur, parfois, elle n’était qu’au début de son voyage, et elle n’avait nulle envie d’en faire trop. Puis, quand le serveur fit volte face pour préparer leur deux verres, la rousse reporte son attention sur le danseur.

Mon histoire, elle n’est pas bien folle. Pour en résumer les grandes lignes, j’ai toujours vécu à Endorial, et j’ai découvert il y a peu que mon..” La femme marque une petite pause avant de reprendre une inspiration et poursuivre. “... Père habitait de l’autre côté des plaines. Dans les montagnes du Baldor. Et qu’il y a découvert une sorte de magie, si on peut appeler ça comme ça, qui m'intéresse beaucoup !

Aube lève les yeux vers le serveur et sort quelques piécettes pour payer leur consommation avant de reprendre avec un sourire. “Du coup, je pars ! Je vais rejoindre les montagnes pour découvrir un peu tout ça !” Elle boit une petite gorgée avant de le questionner. “Alors, si vous venez de Stellarae, vous avez dû beaucoup voyager ? Les routes sont comment ? Assez sur ?
Zéphyr [PW Aube] Yxhz
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Zéphyr [PW Aube] Empty
MessageSujet: Re: Zéphyr [PW Aube]   Zéphyr [PW Aube] Empty
Séparation du contenu
Revenir en haut Aller en bas
 

Zéphyr [PW Aube]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Aube des Mondes [ADM]
» L'aube des Gronarah
» Aube [PW Caelan]
» A l'Aube d'une idée nouvelle...
» [Demande] Aube des Mondes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde de Dùralas :: Ouest de Dùralas :: Endorial :: Alentours de la ville-