AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Alienor
Le Monde de Dùralas a précisément 2480 jours !
Dùralas, le 14th Août 2020, 10:51
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !
Le deal à ne pas rater :
HETP [Noire et Rouge HX-Y8] Batterie Externe 25800mah
21.95 €
Voir le deal

Partagez
 

 Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Juge
Personnage Non Joueur

Le Juge

Messages : 6854
Expérience : 23111
Féminin

Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] Empty
MessageSujet: Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire]   Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] Empty16th Août 2018, 14:45

Le Pavillon Hiératique

Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] 1534423420-pavillon-djo

Le Pavillon Hiératique est un bâtiment considéré comme sacré. C’est un lieu où les djöllfulins aiment à se retrouver et où ils brûlent de l’encens en l’honneur de leurs dieux.
L’endroit est découpé en une grande cour très vaste où les habitants du village aiment à vaquer à diverses occupations. Cette cour est entourée par une petite palissade, où trois loges, chacune en faveur d’un dieu djöllfulin, se dressent.


Cette zone est autorisée uniquement aux personnages suivant la quête « Initiation Djöllfuline ».
Revenir en haut Aller en bas
Arhiann
La Tempérance ♦ Ensorceleuse

Arhiann

Messages : 915
Expérience : 4030
Féminin Âge RP : 60 (éq. humain 30)

Politique : 158
Métier : Sculpteur - Maîtresse
Titres:
 

(Manydh, Compagnon d'Arhiann [Hybride] ; invoque un compagnon qui a 75% des stats d'Arhiann (pendentif zéphyrien))

Stats & équipements
Vitalité:
Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] 1559870510-barre-vie-gauche2045/2045Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] 1559871461-barre-vie-rouge  (2045/2045)
Vitesse: 543
Dégâts: 1958

Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] Empty
MessageSujet: Re: Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire]   Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] Empty16th Novembre 2019, 16:41

" Il doit être là, "
indiqua la djöllfuline qui ouvrait la voie, alors qu'elle pénétrait dans une vaste cour où flottait une odeur d'encens. C'était l'adolescente qui, partie à la recherche de sa mère, avait retrouvé les deux combattantes au terme de leur affrontement, et accueilli la transformation maternelle d'un cri de joie. Elle encore, qui les avaient amenées à un soigneur, puis avait promis à Arhiann de revenir pour la présenter à un éminent personnage de leur communauté : celui-là saurait lui expliquer ce qui s'était passé sur les rives du lac. A présent, elle s'était arrêtée pour chercher des yeux une silhouette familière et, l'ayant trouvée, partit vers la droite, suivie de la faune. Celle-ci passa lentement pour admirer les lieux, et remarqua trois petits pavillons : aux symboles qui y étaient représentés, il devait s'agir de zones liées à chacun des trois dieux locaux. Puis elle pressa le pas pour rejoindre sa guide, déjà en grande conversation avec un djöllfulins plus âgé que la plupart de ceux qu'elle avait rencontrés, mais dont émanait malgré tout une solidité physique dissuadant de lui chercher des ennuis.

" Approche, étrangère, "
l'invita-t-il après quelques instants d'observation réciproque, et elle s'exécuta. Il y eut un nouveau silence, avant que celui qui était manifestement un guerrier vétéran ne reprenne :
" Hyuga me dit que tu as libéré sa mère. Que Lagmarù t'en remercie. "
Ne sachant que répondre, Arhiann esquissa un léger haussement d'épaules.
" Je n'ai fait que me défendre. Si cela a eu de bonnes conséquences pour l'une des vôtres, tant mieux, mais il n'y avait rien de voulu. "
" Un autre aurait pu la tuer ! Vous l'avez empêchée de vous faire du mal, mais en même temps, de se faire du mal à elle-même, "
se récria la jeune qui l'avait amenée jusque-là. Le cornu plus âgé hocha sobrement la tête, tout en invitant d'un signe la blonde à marcher avec lui.
" Tu as bien fait de me l'amener. Maintenant, va, "
fit-il seulement à l'adresse de l'adolescente, qui s'inclina respectueusement avant de repartir par là où elle était venue.

Sans transition, il se tourna vers l'hybride :
" Sa mère est une ekkja. Était, plutôt, puisqu'elle est maintenant prêt à reprendre place parmi nous. On appelle ainsi les veuves de couples dédiés à l'un de nos dieux, et prêts à tout pour les servir, y compris le sacrifice. Le père d'Hyuga était l'un de ceux-là. "
Ayant traversé la moitié de la cour, le duo changea de direction, avançant un instant en silence.
" Les ekkjas deviennent dangereuses, et donc, se retirent souvent. Nous supposons que leurs pouvoirs viennent de la perte qu'elles ont subie... mais qu'une invités combatte avec leurs propres armes, voilà qui est nouveau. Pardonne ma question, mais serais-tu une ancienne ekkja parmi les tiens ? "
Le sujet était sérieux, mais cette possibilité tira malgré tout un sourire à la faune, tant elle était loin de la réalité.
" Non, ma magie ne vient pas de là. Je ne sais pas pourquoi j'ai ce don. Là d'où je viens, on l'appelle la magie du vide, ou la magie d'éther. Pour moi, c'est lié aux étoiles, et au néant qui les entoure. Ma déesse réside dans le ciel nocturne, et mon père m'a appris à lire ses messages dans les lumières de la nuit, "
expliqua-t-elle avant de s'arrêter brusquement, réalisant soudain que sa situation n'était pas totalement dépourvue de similarités avec celle d'une ekkja. C'était différent, certes, mais...

" Pardonnez-moi, "
se reprit-elle en secouant la tête,
" je pensais que finalement, peut-être que ma magie est issue elle aussi d'une perte que j'ai connue dans mon enfance. "
Quand son père les avait quittés, cela avait été tout un pan de son existence qui s'en était allé. Et un pan particulièrement connecté au divin. Finalement, il se pouvait que le djöllfulin ait eu raison avec sa supposition.
" Quoi qu'il en soit, vous avez su éviter de vous faire submerger par ces forces. Nous vous devons déjà beaucoup, mais j'aimerais vous demander une faveur supplémentaire. Accepteriez-vous de revoir la mère d'Hyuga, pour l'aider à surmonter complètement cette sombre période ? "
Le guerrier, pourtant franc et direct, avait semblé hésiter un instant. L'ensorceleuse, elle, ne tergiversa pas :
" Si je peux faire quelque chose pour elle, j'en serais ravie. J'aurais aimé pouvoir la neutraliser sans la blesser. "
" Il est impossible de raisonner une ekkja, même pour nous. Vous avez fait ce qu'il fallait, et vous avez réussi là où bien des nôtres auraient échoué. Je prierai Lagmarù de vous donner toujours la force d'emporter la victoire. "

[HJ : pour la quête "les larmes de la solitude" - RP de combat lié : L'arme des larmes]




" il n'y a personne qui soit né sous une mauvaise étoile,
il n'y a que des gens qui ne savent pas lire le ciel "

♈️ ♈️ ♈️ ♈️ ♈️ ♈️ ♈️
Revenir en haut Aller en bas
Le Juge
Personnage Non Joueur

Le Juge

Messages : 6854
Expérience : 23111
Féminin

Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] Empty
MessageSujet: Re: Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire]   Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] Empty18th Novembre 2019, 21:32


Les larmes de la solitude

Bilan : Euî'Gan éprouve une certaine reconnaissance envers @Arhiann pour sa bonne action envers la communauté. L'hybride l'intrigue et il pense que sa présence pourrait apporter de bonnes actions pour les siens. Il ne voit aucune inconvénient à ce que la jeune femme séjourne dans le village.

Récompenses :
10 Points de réputation

1 Tissu maudit

25 points d'expérience


Revenir en haut Aller en bas
Arhiann
La Tempérance ♦ Ensorceleuse

Arhiann

Messages : 915
Expérience : 4030
Féminin Âge RP : 60 (éq. humain 30)

Politique : 158
Métier : Sculpteur - Maîtresse
Titres:
 

(Manydh, Compagnon d'Arhiann [Hybride] ; invoque un compagnon qui a 75% des stats d'Arhiann (pendentif zéphyrien))

Stats & équipements
Vitalité:
Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] 1559870510-barre-vie-gauche2045/2045Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] 1559871461-barre-vie-rouge  (2045/2045)
Vitesse: 543
Dégâts: 1958

Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] Empty
MessageSujet: Re: Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire]   Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] Empty8th Janvier 2020, 12:56

Suite à sa rencontre avec Dara et le duergar à la crinière d’argent, Arhiann avait souhaité revoir la musicienne cornue qui connaissait si bien ces animaux. La faune avait d’ailleurs ouvert de grands yeux quand il lui avait été annoncé que la monture djöllfuline serait à elle désormais, et s’il était exclu de refuser un tel cadeau, elle se sentait une responsabilité envers cette belle créature dont elle craignait de ne pas savoir s’occuper correctement. Dara avait accepté de bon cœur de lui transmettre ce qu’elle avait appris à la fréquentation des quadrupèdes, même si elle lui répétait qu’ils n’étaient pas si différents des chevaux qu’utilisaient largement les Dùralassiens… Mais Arhiann n’avait jamais eu de tel compagnon : les enfants de Magnésie se fiaient à leurs propres sabots pour voyager, et se chargeaient peu pour pouvoir porter eux-mêmes leurs bagages. Pourtant, quand Dara lui fit la démonstration de la vitesse qu’il était possible d’atteindre, juchée sur le dos de l’un des équidés qu’elle connaissait le mieux, la blonde se dit qu’elle avait peut-être tord d’exclure une telle coopération.

Au cours des longs moments où la djöllfuline lui montrait ce qu’il fallait faire pour assurer le bien-être du duergar, davantage qu’elle ne le lui disait, toutes deux en vinrent à se faire mutuellement confiance. Si bien qu’un jour, la pâle cornue osa lui parler du bâton sculpté qu’elle portait toujours dans son dos. La blonde expliqua à quoi elle s’en servait, tout en indiquant les fortes similitudes entre sa magie et celles des ekkjas locales. Dara avait eu vent de sa réussite face à la mère d’Hyuga, et elle ne se montra pas des plus étonnée. Non, elle redirigea plutôt la conversation vers les motifs de branches feuillues qui s’entrelaçaient sur la tête ronde de l’arme, et la sculptrice lui avoua, non sans une certaine fierté, que ces ornements avaient été formés par ses propres mains. Un intérêt nouveau brilla dans les prunelles rougeoyantes de l’autre.

« Vous sculptez donc le bois ? Nous le faisons aussi, mais notre matériau de prédilection ne ressemble pas beaucoup à celui que vous trouvez en Dùralas. »
Ce fut au tour des iris couleur de mousse de s’éclairer de curiosité.
« Vraiment ? Est-ce… est-ce secret, ou pouvez-vous m’en dire plus ? »
« Oh, je peux faire mieux que ça… venez. Je vais vous montrer, même si vous avez forcément déjà rencontré nos précieux bambous. »
La faune se retrouva donc entraînée jusque dans un des innombrables jardins qui s’épanouissaient dans le village. Le bosquet devant lequel Dara s’arrêta la laissa interdite. Bien sûr, elle avait vu cette plante omniprésente parmi la verdure djöllfuline, ces longs fûts aux feuilles fines que chaque souffle de brise faisait chuinter doucement, mais elle n’aurait jamais imaginé qu’on puisse en faire un usage utilitaire.

« C’est ça ? Ça a l’air plutôt… fragile, »
fit-elle en s’approchant pour toucher délicatement les jeunes cannes qui sortaient de terre devant elle. La musicienne prit un air amusé.
« Quand on sait bien le choisir et le manipuler, on peut créer presque n’importe quoi avec. Et il pousse très vite, ce qui nous permet de ne jamais en manquer, ni de tronçons fins pour faire des choses fines, ni des plus épais qui servent d’armature, y compris à la plupart de nos maisons, »
indiqua-t-elle en montrant à son hôte les tiges de section épaisse qui formaient le cœur du massif. Celle-ci resta un moment à effleurer les unes et les autres, cherchant à comprendre comment les djöllfulins pouvaient parvenir à une telle solidité avec ce végétal d’apparence si frêle.
« C’est comme avec les duergars : si on fonce droit devant, ça ne marche pas. Il faut prendre le temps de les connaître, d’apprendre leurs forces et leurs faiblesses pour travailler avec eux, savoir comment les aider à mettre en valeur leurs avantages, et éviter leurs inconvénients... »

Arhiann finit par s’éloigner de la plantation, tout en y laissant son regard fixé.
« C’est fascinant… vous avez vraiment quelque chose à apprendre à ce monde. Tout est si différent, ici. Et… j’aimerais beaucoup voir comment vous travaillez ce… bambou, si c’est possible. »
Dara inclina la tête, comme pour s’excuser, et l’entraîna vers une allée parallèle du jardin.
« Nos bûcherons n’apprécieraient pas beaucoup de voir une étrangère sur leurs chantiers, mais… si cela vous intéresse vraiment, je pourrai peut-être faire quelque chose. Comme vous l’avez vu, nous avons nos coutumes, et c’est vrai aussi à propos de nos bosquets. »
Sachant que l’autre en dirait davantage quand elle y serait prête, la fille des forêts la suivit silencieusement, jusqu’à ce qu’elle s’arrête.

Face à elles se trouvait une étendue impressionnante de bambous, presque une forêt. Mais surtout, celle-ci était bordée d’une quantité de statuettes, toutes faites dans l’étrange bois, et qui formaient comme une clôture autour de cette ressource vitale pour la communauté. Des bruits de scie parvenaient jusqu’aux deux cornues, témoignant d’une activité de bûcheronnage au cœur du bosquet.
« Avant d’être autorisés à récolter le bambou, nous devons prouver que nous saurons le traiter avec le soin nécessaire. C’est à cela que servent ces effigies. Celui ou celle qui a pu en créer une, montre ainsi qu’il est prêt. »
Les petits personnages présentaient des allures variées, mais possédaient tous les caractéristiques des djöllfulins. Ils étaient constitués tantôt de bois évidé, tantôt de fines cannes reliées entre elles, voire d’autres techniques qu’Arhiann ne comprenait pas.

« Si vous avez l’habitude de sculpter les bois de Dùralas, vous pourriez entrer en contact avec nos bûcherons… à condition de leur montrer que vous aussi, savez respecter vos matériaux. Si vous formez une statuette de ce genre, en utilisant un panel d’essences représentatif de votre monde, ils devraient se montrer compréhensifs. Je pourrais vous aider pour la réalisation. »
Un sourire se dessina sur les lèvres de la faune, qui se termina pourtant en rictus déçu.
« Merci pour cette proposition, Dara, vraiment, c’est très aimable. Je crois que ça me plairait beaucoup, mais… je ne sculpte pas depuis si longtemps, et je ne connais pas encore tous les bois principaux de Dùralas. Il en existe notamment un, qui pousse sur une île un peu légendaire… Le baobab. J’aimerais voir à quoi ressemblent les arbres avant tout. Sans compter que je n’ai pas le moindre petit morceau de planche avec moi... »
La djöllfuline ne céda pas pour autant à cette contrariété, et renchérit plutôt :
« Eh bien, apprenez ce dont vous avez besoin, Arhiann des forêts étoilées. Mon offre reste valable, et j’aimerais espérer que cela vous donnera une raison de revenir. »
Retrouvant sa bonne humeur, celle qui avait été l’hôte des « démons nordiques » assez longtemps pour se lier d’amitié avec certains d’entre eux, se garda bien de démentir.
« Pourquoi pas ? Ce serait avec plaisir, vraiment. »

[juste un RP transitoire - fin du premier séjour d'Arhiann au village Djöllfulin]




" il n'y a personne qui soit né sous une mauvaise étoile,
il n'y a que des gens qui ne savent pas lire le ciel "

♈️ ♈️ ♈️ ♈️ ♈️ ♈️ ♈️
Revenir en haut Aller en bas
Greil
Pubbeur ♦ Général du Stolenmark

Greil

Messages : 801
Expérience : 1789
Masculin Âge RP : 45

Politique : 75
Métier : Sculpteur - Expert
Titres:
 

(Griffure, griffon de Greil [Modifié] +350, v+300, 150)

Stats & équipements
Vitalité:
Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] 1559870510-barre-vie-gauche2775/2775Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] 1559871461-barre-vie-rouge  (2775/2775)
Vitesse: 340
Dégâts: 1348

Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] Empty
MessageSujet: Re: Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire]   Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] Empty9th Mai 2020, 15:29

img_rp
2ème quête de la série « Initiation djöllfuline »
Les larmes de la solitude
Seconde étape

La vampire faisait donc chemin inverse au petit matin, pour se rendre à l'endroit ou se trouvait son général, Greil Dalen et leur hôte leur ayant permis de résider dans ce village, Chanveasna Punlok. Les jardins sont également de magnifiques havres de paix au levé du soleil. Il en émanait une tranquillité imperturbable et brillante de mille reflets du soleil sur l'eau courante au milieu de ceux-ci. Seul le bruit de l'eau et les croassements des quelques grenouilles vivant dans ces quelques mares aménagées semblaient s'y faire entendre. Tout semblait d'une haute noblesse et d'une quiétude sans faille dans ces jardins, que ce soient les cerisiers déposants silencieusement leurs pétales dans les cours d'eaux ou les usagers Djöllfulins profitant silencieusement des lieux. Ce fut avec une certaine paix dans l'âme que la vampire, les yeux encore rougits de son experience récente, passa le pas de la porte de l'endroit ou Greil et elle pouvait se reposer pendant leur visite. La vampire sourie à son partenaire qui la regardait avec interrogation. Greil s'inquiétait particulièrement de ce qui venait de se passer et attendait le retour d'Elincia sur cette mission auto-attribuée.

Greil : Bonjour Elincia. Ça a donné quoi du coup ?
Elincia : Ce genre de douleur ne s'estompe pas en une unique nuit mais au moins elle n'est plus aveuglée par celle-ci. Elle va enfin pouvoir recevoir l'aide et le soutient des siens et aller mieux. C'est une femme charmante, une fois qu'on commence à l'approcher.
Greil : Chanveasna Punlok a eut l'immense gentillesse de m'en dire plus pendant ton absence. C'est une adepte du culte de Lagmarù et il va falloir rendre compte immédiatement de tes actes et de leur résultat auprès d'un certain Euî'Gan.


D'après ce que Chanveasna Punlok avait bien voulu révéler à Greil pendant l'absence d'Elincia, Euî'Gan est l'un des plus anciens djöllfulin foulant les terres de Duralàs. Rustre et peu bavard, ce Djöllfulin dispose néanmoins d'une pédagogie similaire à son maniement des armes. C'est-à-dire bien plus que simplement parfaitement exemplaire. Passionné d'armes et de combat, Lagmarû est son dieu protecteur et Greil semblait particulièrement attiré par cet aspect du Djöllfulin, gardant même dans l'idée de lui proposer un duel amical ou un petit entraînement une fois qu'ils seraient un peu plus acceptés par cette communauté. Euî'Gan promet d'être un adepte redoutablement intéressant et son dieu et culte, celui de Lagmarù, intéressent de plus en plus l'ancien général.

Le trithéisme semble être un point capital de la culture djöllfuline, et ce point a visiblement une influence sur l'organisation de leur société. Aussi loin que notre duo le sache, il y avait les cultes de Kar'Magûl, penchée sur l'érudition, mais également d'Urgaal'Mar plutôt axé sur la ruse. Pour finir, il y avait Lagmarù qui était une divinité et un culte très nettement dirigé sur la force. Les disciples de Lagmarù vénèrent en priorité le Dieu djöllfulin de la Force donc et celui-ci est symbolisé par un golem de pierre et de lave. Greil portait un intérêt tout particulier à ce culte, car c'était celui-ci qui poussait les Djöllfulins a être de courageux et farouches combattants, n’ayant peur de rien et protégeant les leurs, mais également les autres, même les plus faibles. Ce point en particulier était la signature du Stolenmark et le comportement que Greil voulait pour ses hommes. Ce qui expliquait donc l'intérêt du Général pour ce culte, alors que sa seconde, la Main-Gauche, penchait clairement pour celui d'Urgaal'Mar.

Quoiqu'il en soit, le duo se dirigea vers l'endroit où on lui avait dit pouvoir trouver et être reçu par le respectable Euî'Gan. Une bâtisse similaire a son résident, fort et puissant, mais également empreinte de sagesse et de culture, et d'un certain respect à l'image que l'on pouvait voir de toute la culture Djöllfuline. Conduit à l'intérieur du bâtiment, le duo fut amené devant Euî'Gan, assis au milieu de la pièce où il était sensé les recevoir, posant son verre en terre contenant un thé chaud infusé à partir d'une herbe au goût puissant, le Djöllfulin les attendait, voulant visiblement entendre leur compte-rendu. S'asseyant devant leur hôte après y avoir été invité, Greil prit la parole pour remercier Euî'Gan de les avoir reçus. S'en suivit une petite discussion entre Elincia et Euî'Gan sur la Djöllfulin qu'elle avait essayé d'aider, Euî'Gan se tournant clairement vers la vampire après l'allocution du général.

Greil : Bonjour noble Euî'Gan. Nous vous remercions de votre hospitalité en ces lieux.

Euî'Gan : Je vous en prie. Il m'a été rapporté que vous aviez combattu une Ekkja cette nuit. Pourriez-vous m'en dire plus ?

Elincia : Nous n'avons pas vraiment combattu. Cette jeune femme était en prise à la douleur suite à la perte de sa moitié, totalement aveuglée par celle-ci. Je l'ai juste neutralisée le temps qu'elle reprenne ses esprits. C'est une femme charmante mais particulièrement affectée par la perte de son âme sœur. Je n'ai cherché qu'à l'aider au mieux de ce que je pouvais et nous avons surtout discuté au final. Cette jeune femme avait surtout besoin de soutien et d'évacuer sa tristesse et elle s'appelle Ayana, de ce qu'elle me disait.

Euî'Gan avait hoché de la tête suite au récit de la vampire. Le Djöllfulin était pour le moins impressionnant physiquement et dégageait une autorité pour la moins certaine. Elincia n'en était pas à l'aise, ne sachant pas réellement sur quel pied danser avec lui. L'ancien Euî'Gan se voulu pour le moins pédagogique dans sa réponse et c'est en se penchant en avant, dominant la vampire, que l'adepte de Lagmarù lui répondit. Parlant habituellement peu, ceci devait être une exception due justement à l'explication nécessaire à Elincia pour comprendre ce qu'est réellement une Ekkja.

Euî'Gan : Pour votre éducation dans notre culture, Elincia, c'est précisément ceci que nous autres appelons une "Ekkja". Quand un couple dédie sa vie aux dieux, on trouve dans leur foyer une forte connexion divine avec le dieu choisi, ici, il s'agissait du Dieu de la Force, Lagmarù. Cette douleur que vous décrivez crée une rupture dans la relation avec nos dieux et nos Ekkjas traversent une passe très difficiles ce qui les rendent très instables et très dangereuses. Cependant, vous semblez avoir réussi à la libérer de ses maux sans sérieusement la blesser et vous avez agit pour lui venir en aide d'une manière aussi têtue que déterminée à la simple mention de son histoire. Pourquoi ?

Elincia : Sauf votre respect, Euî'Gan. Je n'aurais jamais la prétention de comprendre l'intégralité des rouages et de la mentalité de votre belle culture, mais je ne connais que trop bien la douleur aveuglante qu'occasionne la perte de sa moitié, pour l'avoir également vécue. J'ai énormément de mal à envisager de laisser quelqu'un traverser ce genre d'épreuves sans aide.
Euî'Gan : Ainsi c'est par compassion et empathie d'une vampire est venue aider une des nôtres ? Surprenant.

Elincia : Et pourtant, exact.

Le Djöllfulin imposant et impressionnant se recula un peu, reprenant sa position initiale et s'enticha d'un léger sourire envers le duo avant de reprendre son discours. L'individu se savait imposant et son charisme impressionnant et sa petite idée avait fonctionné. Euî'Gan avait pu voir ce que la vampire avait dans le ventre et dans la tête, même sous pression. Euî'Gan invita donc ses invités à prendre congé après avoir rassuré la vampire sur la situation.

Euî'Gan : Vous avez bien agi. Pour votre information, Ayana a retrouvé ses esprits et elle est entourée actuellement des siens, qui prennent soin d'elle. Vous pouvez disposer et que Lagmarù guide vos pas à vos prochaines victoires.

Elincia : Je vous remercie sincerement de me faire part de cette bonne nouvelle et pour votre hospitalitée.

Ce fut donc ainsi que le duo fut invité à quitter le Pavillon Hiératique, poursuivant sa découverte de la culture Djöllfunin et des aventures que celle-coi avait à leur offrir.




En lien avec ce RP :
http://www.lemondededuralas.org/t3410-2eme-quete-de-la-serie-initiation-djollfuline-les-larmes-de-la-solitude




RP en cours : 1 - 2 - 3
Arènes en cours : 1 - 2 - 3
Je parle en #FF0000
Elincia en #666633
Revenir en haut Aller en bas
Le Juge
Personnage Non Joueur

Le Juge

Messages : 6854
Expérience : 23111
Féminin

Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] Empty
MessageSujet: Re: Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire]   Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] Empty10th Mai 2020, 02:19


Les larmes de la solitude

Bilan : Euî'Gan remercie Elincia pour avoir pris soin de la veuve. Le djöllfulin apprécie de voir ces deux inconnus respecter les différences culturelles et religieuses.

Récompenses :
10 Points de réputation

1 Tissu maudit

25 points d'expérience


Revenir en haut Aller en bas
Urua
Paladin

Urua

Messages : 372
Expérience : 2863
Masculin Âge RP : 28

Politique : 121
Métier : Forgeron d'armure - Maître Absolu
Titres:
 

(Diagoras, Mouss'queterre de Urua [Modifié][Emblème de la GZ]  +350, v+300, 150)

Stats & équipements
Vitalité:
Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] 1559870510-barre-vie-gauche4027/4027Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] 1559871461-barre-vie-rouge  (4027/4027)
Vitesse: 494
Dégâts: 1244

Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] Empty
MessageSujet: Re: Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire]   Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] Empty24th Mai 2020, 00:01

Une (f)âme en peine
Une fois l'Ekkja maîtrisée, Urua s'était dirigé vers le village. On lui avait donné comme instruction de revenir faire son rapport directement après l'altercation afin qu'ils puissent prendre des mesures et il entendait bien constater qu'elles seraient prises. La pauvre femme avait été une adversaire redoutable mais il n'empêchait qu'on devait en prendre soin après qu'elle ait été libérée.

Dès qu'il put entrer dans le village, quand les gardes le reconnurent et le laissèrent passer, encore avec quelques réticences, il se dirigea droit vers de pavillon hiératique. C'était un bâtiment qui ressortait bien et il le connaissait pour y avoir pris ses instructions auprès du même Djöllfulin à qui il devait raconter son aventure : Euî'Gan. À peine entré, il le trouva en pleine méditation, agenouillé, les yeux fermés d'un air concentré. Il ne douta pas que sa présence ait été détectée, son odeur de fauve, ses pas lourds et les cliquetis de son armure passaient difficilement inaperçus. Il patienta donc, ses grandes pattes croisées dans son dos, ressentant lui-même les bienfaits du calme de cet endroit chargé de spiritualité.

- Vous revoilà messire. Avez-vous rencontré des difficultés ?

Urua savait que le musculeux Djöllfulin n'en disait jamais plus que nécessaire et que cette simple et courte question était son signal pour démarrer son récit. Il sourit discrètement, appréciant les manières directes de son interlocuteur.

- Vos Ekkja sont vraiment impressionnantes mais rien que je ne puisse surmonter. Elle était comme vous l'aviez décrite. Terrifiante et triste à la fois. On sentait le désespoir dans ses cris et bien qu'on puisse deviner le carnage dont elle aurait été capable, on ne pouvait qu'avoir pitié de son état. Nous avons tenté de l'assommer plutôt que de la blesser, je n'ai pas utilisé d'armes, seulement celles que m'a donné la Nature. Malgré quelques coups reçus sans gravité, nous avons triomphé et elle dort maintenant sur un lit de fortune que nous avons reconstitué avec ce qu'il restait dans sa demeure.

Le Löwen se garda bien de demander ce qui allait être fait ou même de suggérer qu'on envoi quelqu'un, Euî'Gan était quelqu'un à qui on n'avait pas besoin de dire les choses. Urua n'aurait qu'à observer les allées et venues dans le village et repasser rapidement par la ferme pour constater.

- Quels sont vos plans pour moi maintenant ? Dois-je à nouveau combattre ? Il faut dire que je suis échauffé maintenant.

Un rire profond, non sans rappeler celui du lion roula doucement dans la grande salle. Visiblement, l'enthousiasme du guerrier avait touché le cœur d'un autre guerrier. Il fallait avouer que les deux personnages se ressemblaient étrangement dans leur façon de se tenir, leur masse musculaire et leur regard emprunt à la fois de bonté et de sauvagerie.

- Assez de combat ! Du moins, de ce type de combat. Va voir Dara. Tu la trouveras certainement près du lac en dehors du village. Tu ne peux pas la manquer, elle est belle et joue du tamtam.

Les instructions étaient courtes, précises, on ne pouvait se tromper. Décidément, voilà une personne avec qui Urua pourrait sympathiser. Il lui tardait de le rencontrer à nouveau. Quelque chose lui disait qu'il aurait des choses à apprendre de lui.

Il emprunta donc le chemin de la sortie du village, passa le grand portail sous le regard à moitié exaspéré des gardes qui avaient du ouvrir et refermer la porte plusieurs fois dans la même heure, tout ça pour un étranger. Urua suivit le son lointain des percussions qu'on pouvait même entendre de là où il était et finit par apercevoir une silhouette un peu plus loin. Sa nouvelle mission allait commencer.

Codage par Libella sur Graphiorum




Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] Signa12
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Le Juge
Personnage Non Joueur

Le Juge

Messages : 6854
Expérience : 23111
Féminin

Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] Empty
MessageSujet: Re: Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire]   Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] Empty28th Juin 2020, 12:46


Les larmes de la solitude

Bilan : Euî'Gan apprécie Urua pour son état d'esprit combattif et lui rend grâce de ne pas l'avoir utilisé pour blesser plus que nécessaire la veuve djöllfuline. C'est un respect des coutumes djöllfulines qu'il salue.

Récompenses :
10 Points de réputation

1 Tissu maudit

25 points d'expérience


Revenir en haut Aller en bas
Greil
Pubbeur ♦ Général du Stolenmark

Greil

Messages : 801
Expérience : 1789
Masculin Âge RP : 45

Politique : 75
Métier : Sculpteur - Expert
Titres:
 

(Griffure, griffon de Greil [Modifié] +350, v+300, 150)

Stats & équipements
Vitalité:
Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] 1559870510-barre-vie-gauche2775/2775Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] 1559871461-barre-vie-rouge  (2775/2775)
Vitesse: 340
Dégâts: 1348

Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] Empty
MessageSujet: Re: Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire]   Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] Empty1st Juillet 2020, 11:23

img_rp
Artisanat djöllfulin - Effigie de bambou
1ère partie de la série de quêtes « Artisanat djöllfulin ».
La Sculpture avant la Forge

Après avoir capturé le Duergar, Greil avait prix congés de Dara, cette jeune djöllfuline timide et réservée qui semblait se libérer grâce à sa musique et ses percussions. La jeune femme semblait nettement moins timide quand elle discutait via sa musique au point que l'on croyait facilement être en face d'une autre personne et l'ancien général ne désespérait pas à l'idée d'arriver à simplifier le dialogue entre eux même lorsqu'elle sera loin de ses tambours. Cette jeune femme semblait avoir nettement plus à offrir au monde qu'un visage timide et renfermé après tout.

Quoiqu'il en soit, Greil avait regagné les quartiers que leur hôte lui avait prêter le temps de son séjour. À sa surprise, en rentrant, le général avait vu sa compagne lui apporter un nouveau défi sur un plateau d'argent, métaphoriquement parlant, bien sûr. Le bambou était la base de l'architecture djöllfuline. Un bois particulier, ou plutôt une plante particulière puisqu'il est de la famille des roseaux. Une plante à pousse rapide et dont la particularité résidant dans ses fibres est que, plus le bambou est sec, plus celui-ci est solide. A contrario, plus celui-ci est humide ou fraîchement coupé et plus celui-ci sera flexible et malléable. Ainsi donc, nous pouvons concevoir des formes et courbures complexe lors de la conception de bâtiments ou d'objets en bambous et le temps qui passe se chargera de solidifier tout cela en séchant ce curieux bois.

IL semblerait que Greil soit amicalement convié à une épreuve, non pas en tant que général d'une armée ou homme politique, mais bien en temps de sculpteur. Peut-être que le griffon de chêne offert à l'entrée de leur village avait porté ses fruits après tout. En tout cas, l'hôte du maître d'arme avait bien enregistré que celui-ci vouait une passion pour la sculpture. Ce fut donc la conception d'une effigie composée de bambous qui fut proposée au général du Stolenmark. Celui-ci devait donc se rendre à l'atelier de sculpture du village le lendemain matin pour y rencontrer une certaine personne pouvant lui enseigner le maniement et le travail du bambou.

La surprise du général fut assez grande, le lendemain, matin en voyant qui était la personne en question l'attendant à l'atelier de sculpture. Venu avec son matériel de sculpture personnel, l'expert en la matière ne s'attendait pas à ce que le maître sculpteur pouvant lui montrer le maniement de ces bois serait également la musicienne dresseur de Duergar, Dara. N'ayant pas encore vu son arrivée, l'ancien général en profita pour approcher discrètement la jeune djöllfuline pour lui parler directement, espérant l'habituer à sa proximité et l'inciter à simplifier leurs échanges verbaux.

Greil : Bonjour Dara et ravi de te voir ! Tu serais donc la personne qui s'est proposé pour m'apprendre à manier et sculpter votre fameux bambou ? Si j'ai bien compris la missive, il s'agira de créer une effigie.

Dara : Ah ! ... Heuu, oui... Maintenant que vous êtes là ... Commençons !

Ce fut une djöllfuline plus rouge que bleue qui répondit à l'ancien général, visiblement trop timide et gênée par la proximité de celui-ci. Cependant, tandis qu'elle remettait discrètement une distance de sécurité de quelques mètres entre eux, la djöllfuline montrait les installations à l'aventurier. Greil se fit la réflexion interne de savoir comment celle-ci interagirait avec Arkos pendant cette petite présentation. Entre la djöllfuline timide au possible fuyant tout contacts physiques et le Rôdeur curieux maladif qui passerait son temps à essayer de lui toucher les cornes. Une situation légère située entre la gène et la curiositée, sans doute. Quoiqu'il en soit, la djöllfuline sortit du bambou se la réserve des sculpteur et montra à Greil comment celui-ci se travaillait.

Étape par étapes, ce fut d'abord la découpe qui fut montrer à l'ancien général. Le bambou est composé de segments et il faut calculer ses découpes pour ne pas tomber sur la liaison de deux segments. Le bambou est solide et résistant de base et peut être coupé avec différents angles pour peu que vous ayez un bon ciseau à bois. Étant une série de tiges, le bambou ne peut pas être sculpté comme un sculpte un rondin de chêne aussi la djöllfuline, basée sur plusieurs exemples au sein de l'atelier montra au sculpteur attentif comment associer les différentes tiges de bambou, par un jeu d'emboîtage ou de collage, puis comment sculpter le bloc ainsi obtenu. Après ces quelques explications sur la base du maniement du bois djöllfulin, Greil fut laissé par la djöllfuline observatrice, afin que l'homme conçoive son ébauche et ses premiers plans pour l'élaboration d'une effigie de bambou.

Ce fut encore un Griffon, sans trop d'originalité connaissant Greil. Mais ce ne fut pas n'importe quel Griffon, il s'agissait d'une représentation de Griffure en tenue d'apparat. Ayant parfaitement l'image de son propre griffon en tête, Greil pouvait utiliser cette image mentale pour concevoir ce qui serait une effigie de bambou de qualité. Une fois les premiers plans et les ébauches de sculpture terminées. Dara revint porter ses conseils à l'artisan sur la finition de l'effigie. Le griffon de bambou fut bientôt terminé et prêt à offrir à son hôte. Ce fut une fois cette tache riche en enseignement terminée que Greil lança une petite phrase amicale à Dara. Phrase qui reçut une réponse timide, mais également une invitation avec un regard fuyant.

Greil : finalement terminée ! Le résultat est magnifique en plus ! Merci beaucoup pour ton expérience et pour ton aide, Dara. J'ai appris énormément de choses sur ma propre passion aujourd'hui, grâce à toi.

Dara : ... Heu, merci... Nous manions également le tamahagane et ... je pourrais vous apprendre à le manier aussi... Si ça vous intéresse.

L'ancien général acquiesça à l'affirmative à la proposition de la djöllfuline. Celle-ci est timide, mais au moins la présence de Greil ne lui est pas trop insupportable puisqu'elle lui propose d'elle-même à continuer à lui enseigner sur leurs cultures.







RP en cours : 1 - 2 - 3
Arènes en cours : 1 - 2 - 3
Je parle en #FF0000
Elincia en #666633
Revenir en haut Aller en bas
Cylicia Condoris
Archiviste ♦ Prêtresse du sacrifice

Cylicia Condoris

Messages : 854
Expérience : 3555
Féminin Âge RP : 27

Politique : 01
Métier : Mineuse - Apprenti
Titres:
 

(Litanies du Sacrifice, Livre magique de Cylicia, +100, v+200, - l'effet dépend du tour (voir fiche joueur))

Stats & équipements
Vitalité:
Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] 1559870510-barre-vie-gauche2205/2205Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] 1559871461-barre-vie-rouge  (2205/2205)
Vitesse: -159
Dégâts: 1771

Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] Empty
MessageSujet: Re: Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire]   Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] Empty16th Juillet 2020, 22:16

[2ème quête de la série « Initiation djöllfuline ».]

Cylicia était quelque peu sous le choc. Après avoir remit le corps de l'Ekkja à un garde, ceux-ci s'excusa pour cette attaque soudaine et expliqua à la Purificatrice le pourquoi de ce comportement. La Stryge était bouleversée, comment en cette société aussi calme et paisible pouvait exister avec un Dieu aussi cruel? Enlevé ainsi le compagnon de cette jeune femme qui n'avait rien demander... Pour Cylicia, c'était à cette femme de payer le prix et non à son compagnon! C'est ainsi, quelque peu déboussolée, qu'elle alla parler à Euî'Gan pour lui faire part de l'incident. L'homme était en charge de la bonne assimilation des étrangers.

- Je suis désolé pour ce qui vous ait arrivé, Cylicia. Dit-il en s'inclinant.

La Purificatrice ne lui rendit point son salut, ce qui montrait bien que les choses n'allaient plus être totalement pareil. La méfiance s'était installée dans le coeur de notre héroïne et, à présent, elle se demandait quelle autre obscure réalité elle allait découvrir. Enfin, sa mission restait la même. Elle restait là en tant que représentante de la Tour Blanche et laisserait son avis de côté pour le bien commun. Partir ou jouer les effrontés n'était dans l'intérêt de personne.

- C'est une bien triste scène à laquelle j'ai assisté... Mais bien pires choses se déroulent sur certaines terres Dùralassiennes, j'aime à croire qu'il est peut-être un peu tôt que pour vous en tenir rigueur.

Par la même elle faisait comprendre à l'homme qu'elle était compréhensive, bien que tout ceci allait bien figurer dans son rapport final. D'après elle, ce n'était tout simplement pas son rôle que de le juger.

- Cela ne devrait plus se reproduire... En signe de nos bonnes intentions, vous êtes invitée à une partie de chasse au Duergar, demain. Si cela vous tente bien évidemment.

Cylicia salua alors son hôte avant d'accepter l'invitation :

- Avec grand plaisir, j'aimerais également vous faire part d'un peu de notre culture également. Ce livre devrait contenter, en partie, votre curiosité.

Elle sortie alors le dit livre de sa poche et le tendit à Euî'Gan. Sur la couverture on pouvait y lire "Chroniques des Saints", qui restituait une bonne partie de l'histoire des saints de la Tour Blanche. Ainsi, elle espérait que le bon exemple de ceux-ci raisonnent en eux et remette en doute certains de leur choix. Sans doutes Euî'Gan aura-t-il le même espoir qu'elle après avoir lu ces pages, difficile fatalité de l'inconnu.

Le reste de la journée, Cylicia regarda les villageois d'un autre oeil. Ils avaient l'air si paisibles, et pourtant toute cette injustice était une réalité. Plus tard, elle écrivit son rapport à la Tour Blanche en tâchant d'être la plus objective possible. Expliquant cette drôle de malédiction et les capacités psychiques dont semblaient pourvues les Djöllfulins. En un sens cela lui rappelait celles des abyssales, mais beaucoup plus agressives...
Revenir en haut Aller en bas
Arhiann
La Tempérance ♦ Ensorceleuse

Arhiann

Messages : 915
Expérience : 4030
Féminin Âge RP : 60 (éq. humain 30)

Politique : 158
Métier : Sculpteur - Maîtresse
Titres:
 

(Manydh, Compagnon d'Arhiann [Hybride] ; invoque un compagnon qui a 75% des stats d'Arhiann (pendentif zéphyrien))

Stats & équipements
Vitalité:
Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] 1559870510-barre-vie-gauche2045/2045Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] 1559871461-barre-vie-rouge  (2045/2045)
Vitesse: 543
Dégâts: 1958

Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] Empty
MessageSujet: Re: Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire]   Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] Empty6th Août 2020, 10:22

Comme elle l’avait évoqué lors de son premier passage au village djöllfulin, Arhiann envisageait toujours d’y retourner pour y revoir les connaissances qu’elle s’y était faites, ainsi que le duergar à la crinière d’argent qu’elle y avait laissé de crainte de ne pouvoir subvenir correctement à ses besoins en forêt Sylfaën. Elle n’avait pas non plus oublié la proposition de la musicienne Dara, qui s’était montrée toute prête à l’aiguiller dans la réalisation d’une œuvre représentative de son savoir-faire sur les bois Dùralassiens. Maintenant qu’elle avait découvert le baobab dans son milieu wystérien, et travaillé quelques fois avec, la faune se savait prête.

Puis il y avait eu la planification de l’expédition dragonnière contre le campement Perrack des montagnes orientales, et elle avait songé qu’au retour, ce pourrait être l’occasion de faire un crochet par le village des "diables nordiques". Là-dessus, Manydh était arrivé à sa porte, désœuvré et découragé, ce à quoi la blonde avait réagi en lui proposant de se changer les idées en découvrant de toutes autres choses : pourquoi ne l’accompagnerait-il pas dans son prochain voyage ? Arhiann, qui avait particulièrement apprécié son séjour parmi les cornus aux trois dieux, l’en entretint longuement, et pas tout à fait objectivement, mettant en avant les spécificités de cette belle culture, ainsi que le sentiment d’harmonie qui semblait recherché en tout là-bas. D’abord hésitant, le chamane avait fini par se laisser convaincre, et tous deux avaient donc commencé leurs préparatifs.

A l’issue d’un long voyage qui les avait amenés à traverser les plaines d’Aran dans leur plus grande longueur, et où Arhiann avait secrètement espéré revoir Doebroksh et Nyssa, puis à aborder les régions plus montagneuses de l’est, les deux faunes s’étaient temporairement séparés : le chamane ne souhaitait pas s’immiscer dans les affaires dragonnières, pas plus qu’affronter des hordes de gobelins morts-vivants. Consacrant son temps à une étude de cet environnement d’altitude, bien étrange pour un enfant des forêts, il avait pu patienter sans difficultés jusqu’à ce que la blonde le rejoigne, son devoir accompli. Ensemble, ils avaient repris la route parmi les volcaniques monts de Kanaan, jusqu’aux portes du village djöllfulin.

♈ ♈ ♈ ♈ ♈ ♈ ♈

Là, l’ensorceleuse n’avait pas été oubliée, et les gardes ne firent que peu de difficultés pour laisser entrer également son compagnon. Comme lors de sa visite précédente, elle fut accueillie par l’ambassadeur Chanveasna, à qui elle présenta Manydh. Cette fois, la rencontre avait l’agréable senteur de retrouvailles, autant avec ces individus qu’elle avait apprécié de côtoyer, qu’avec la sérénité si caractéristique des lieux, et qui en imprégnait chaque détail. Les enfants de Magnésie furent conviés à se reposer dans le pavillon des invités, où la zéphyrienne avait déjà logé bien des mois plus tôt, et à prendre le temps de s’y remettre des fatigues de la longue marche d’approche les ayant amenés jusqu’au refuge des exilés.

Le lendemain, après que tous deux eurent exploré les principaux lieux publics, Manydh découvrant et Arhiann retrouvant, la clochette qui indiquait un visiteur à leur porte sonna. Ce fut le brun qui alla s’enquérir de l’identité de cette présence matinale, et heureusement qu’il eut la présence d’esprit de mentionner sa semblable, tout en s’écartant pour la laisser approcher, car la djöllfuline hésitante et balbutiante qui se tenait là avait bien semblé prête à s’enfuir devant cette figure inconnue.
«  Dara ! »
La blonde était ravie de revoir la timide percussionniste, et s’ensuivirent les présentations d’usage, ainsi que les échanges de nouvelles. Et puis, la cornue à la peau pâle perdit de nouveau toute sa maigre assurance, pour lui annoncer que "son" duergar, sur lequel elle lui avait promis de veiller, s’était enfui des écuries.
« Le premier lien est généralement le plus fort… je suis désolée, je n’ai pas réussi à gagner sa confiance, et il ne se plaisait pas ici. Mais, je le vois encore régulièrement dehors, pas très loin. »

L’ensorceleuse la rassura du mieux qu’elle le put, s’excusant elle aussi de lui avoir abandonné une telle responsabilité et, de fil en aiguille, on décida d’une petite expédition pour voir s’il était possible de retrouver l’animal. Les deux faunes suivirent la musicienne, chargée de ses inséparables tambours, et ils crapahutèrent ainsi toute la matinée, parmi les rochers volcaniques entourant le village, sur des chemins que seule la djöllfuline semblait capable de voir. Alors qu’ils s’apprêtaient à renoncer, Dara s’immobilisa derrière un amas de pierres sombres, en leur faisant signe d’approcher discrètement. Un peu plus loin, broutant quelque rare lichen, se trouvait le superbe équidé cornu que, jadis, Arhiann était parvenue à approcher.


Lentement, silencieusement, la musicienne disposa ses instruments devant la fille de Magnésie, laquelle commença à les faire résonner, retrouvant peu à peu la sensation grisante de l’immersion dans le rythme. Le duergar s’immobilisa, seules ses oreilles remuant en direction du son familier. Un mince sourire aux lèvres, leur hôtesse se leva souplement pour se placer en retrait et ne pas interférer lorsqu’il osa faire quelques pas en avant. Manydh s’apprêtait à l’imiter mais, voyant le regard qu’il posait sur l’animal, la zéphyrienne tenta de l’en dissuader d’un geste, lui proposant plutôt une des peaux à faire résonner. Elle insista malgré ses dénégations silencieuses, et il céda pour s’accroupir face à elle. D’abord dérouté par cette variation de rythmique, le quadrupède reprit ensuite son approche chaotique, pour finir à portée de main des deux faunes. Elle laissa à son compagnon le soin de finalement saisir la longe un peu râpée qu’il portait toujours, vestige de son précédent domptage.

Les jours suivants, le chamane passa de longues heures auprès de la monture djöllfuline, qui semblait le fasciner littéralement, et avec laquelle il s’entendait à merveille. Arhiann était ravie de le voir ainsi s’intéresser à quelque chose de complètement extérieur à sa vie précédente, et Dara devenait presque volubile quand il s’agissait de conseils sur la vie de leurs ombrageux chevaux. Alors que la blonde n’avait pas été aussi loin dans son intimité avec l’animal, son ami démontra des talents de cavalier jusque-là inconnus, et profita à plusieurs reprises du pied sûr de la créature pour explorer les environs. C’est au cours de l’une de ses absences que l’ensorceleuse retrouva la pâle cornue, pour évoquer ensemble ses capacités de sculpteure : cette fois, elle avait tout le bois nécessaire à la réalisation requise.


[HJ : un autre RP transitoire, pour situer et introduire la suite]




" il n'y a personne qui soit né sous une mauvaise étoile,
il n'y a que des gens qui ne savent pas lire le ciel "

♈️ ♈️ ♈️ ♈️ ♈️ ♈️ ♈️
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] Empty
MessageSujet: Re: Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire]   Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Pavillon Hiératique [Zone Communautaire]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Nord de Dùralas :: Les sombres montagnes de Kanaan :: Le village des Djöllfulins [Zone restreinte – Djöllfulins + invités]-