AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Esmé Ralda
Le Monde de Dùralas a précisément 2348 jours !
Dùralas, le Sam 4 Avr 2020 - 20:38
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !
-39%
Le deal à ne pas rater :
Huawei P30 Smartphone
395 € 649 €
Voir le deal

Partagez
 

 Lavé de tout ses pêchés ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Garràn
Chef d'escouade assassine ♦ L'Exilé

Garràn

Messages : 1362
Expérience : 5150
Masculin Âge RP : 23 ans

Politique : 198
Métier : Chasseur - Novice
Titres:
 

(Baël, démon pot-de-colle de Garràn, +400, v+400))

Stats & équipements
Vitalité:
Lavé de tout ses pêchés ... 1559870510-barre-vie-gauche2742/2742Lavé de tout ses pêchés ... 1559871461-barre-vie-rouge  (2742/2742)
Vitesse: 1936
Dégâts: 2148

Lavé de tout ses pêchés ... Empty
MessageSujet: Lavé de tout ses pêchés ...   Lavé de tout ses pêchés ... EmptyVen 13 Déc 2019 - 18:09

Première partie : Un recul sur soi-même

Il y avait bien longtemps que j’avais mis ces recherches de côté, préférant m’occuper essentiellement de ma propre formation et de la poursuite de ma quête de puissance. Mon existence … qu’elle pouvait bien être son importance ? Elle aurait eu plus d’importance s’il n’y avait pas eu le destin à s’en mêler, mais aujourd’hui, j’étais prisonnier de moi-même, prisonnier de ma propre personne, de mon passé et de mon présent. C’est à force d’enchaîner les mêmes boucles d’en mon esprit que je m’étais convaincu de cela : Pas la peine de chercher si c’est pour retrouver des ennuis à la clé. Je n’en avais ni l’envi, ni la patience. Pourtant, les indices que m’avait laissés mon père cette dernière fois m’étaient restés en tête et ce, pour une bonne raison. On n’échappe pas à son destin, j’avais quelque chose à faire au Nord de Baldorheim et je ne pourrai pas y couper. Cette phrase tournait en boucle, sans arrêt, chaque nuit, ressassant les moindres détails de ces tristes souvenirs.

« Petit, ta mère est vivante. Je te mets au défi de la retrouver. Elle seule possède la vérité sur toutes les questions que tu te poses et celles que tu ne t’es pas encore posées. Je te laisse un indice : nous avons longtemps vécu au Nord de Baldorheim. ».

Il est vrai que je me posais pas mal de question à ce sujet. Midos n’était pas du genre à balancer ce genre d’information en l’air ! Ce n’était pas une main de la mort ordinaire et dévoiler ce genre de chose n’était pas dans ses habitudes. Quelque chose se cachait derrière tout ceci, mais comme il le disait si bien, il y avait beaucoup de question que je ne m’étais pas encore posé. En prévoyance de ce jour où je partirai à la recherche de mon passé, je m’étais entraîné d’arrache pied et avais bravé d’innombrable danger pour obtenir cette puissance que je détenais aujourd’hui. J’en étais fier, mais aussi j’avais gagné en confiance en moi. Lors de mes débuts, alors que je venais tout juste de quitter la tour noire pour m’émanciper de toutes ces foutaises, j’avais faites cette rencontre tout à fait hasardeuse et monstrueuse, celle du Baron de la tour noire. Il ne l’était pas encore à cette époque, mais il l’aura été quelques temps plus tard avant son prétendu trépas. C’est grâce à sa rencontre que je m’étais rendu compte de ma faiblesse, sans cela, je me serai précipité au-delà de grave danger et je n’aurai jamais pu trouver le fin mot de ma propre histoire.

Aujourd’hui, je me sentais prêt. J’étais devenu bien plus fort que cet Exécuteur, j’avais engrangé de la notoriété auprès de ma faction, avais établit de puissant lien avec certains membres de la congrégation, le fameux porte-parole de la Matriarche. En poursuivant ainsi, j’allais pouvoir retomber dans les bonnes grâces de notre reine et peut-être qu’il me serait possible de retourner à la tour noire. Il me fallait pour cela accepter que Midos soit mon géniteur et pour cela, il fallait que je demande des comptes à celle qui avait épousée ce salaud. Sans doute une roturière quelconque au sein de la tour, une femme sans importance. Midos n’aimait pas les faibles, cela devait sans doute être le cas pour sa femme et les roturiers ont toujours été plus imposants et plus fort, physiquement, que leur confrère noble.

D’ailleurs, connaissant quelques bribes du code de la mort, ma créatrice aurait due recevoir un châtiment similaire à celui de son mari, pour avoir déserté la tour durant un temps. Je n’avais aucun souvenirs d’elle, du plus loin que je puisse me souvenir, seul Midos veillait sur moi. Alors ou-était-elle à ce moment là ? Comment m’avait-elle élevé, comment avait-elle pu m’allaiter si elle n’était point là ? Bientôt je découvrirai qui se cache derrière ce mot qui m’est aussi familier qu’inconnu, celui de « mère ».




Lavé de tout ses pêchés ... Co_111Lavé de tout ses pêchés ... Signup11Lavé de tout ses pêchés ... Co_113

Un RP en cours : - - -


Dernière édition par Garràn le Sam 28 Déc 2019 - 18:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Garràn
Chef d'escouade assassine ♦ L'Exilé

Garràn

Messages : 1362
Expérience : 5150
Masculin Âge RP : 23 ans

Politique : 198
Métier : Chasseur - Novice
Titres:
 

(Baël, démon pot-de-colle de Garràn, +400, v+400))

Stats & équipements
Vitalité:
Lavé de tout ses pêchés ... 1559870510-barre-vie-gauche2742/2742Lavé de tout ses pêchés ... 1559871461-barre-vie-rouge  (2742/2742)
Vitesse: 1936
Dégâts: 2148

Lavé de tout ses pêchés ... Empty
MessageSujet: Re: Lavé de tout ses pêchés ...   Lavé de tout ses pêchés ... EmptyVen 20 Déc 2019 - 22:13

Deuxième partie : Un voyage grisant


Plutôt que de chercher dans les multiples villages au Nord de Baldorheim, je décidais avant toute chose, étant donné que je passais non loin des ruines de l’ancienne cité Strygienne, de m’arrêter quelques temps dans la zone de non-agressions Strygienne afin d’y laisser une petite prière. Je n’étais pas spécialement croyant et ne m’y connaissais pas vraiment en dieu et en force de conviction et de la foi … Tout ce tralala, c’était pour les adeptes du dragon, pour ces croyants se baladant en toges nuit et jour. Pour ma part, seules mes prières pour Marihser et sa bénédiction en retour m’importaient. C’est elle qui me donnait la force et elle seule. Et rendre hommage à notre dieu protecteur le dragon blanc en territoire gris, cela ne pouvait que m’apporter une bénédiction supplémentaire. Même si cette époque où les Stryges étaient unies est bien loin derrière nous, à plusieurs centaines de générations, il était possible que cela redevienne d’actualité, il fallait seulement y croire. Je ne détestais pas spécialement les Stryge blancs, mais ces derniers n’ont de cesses de s’en prendre à nous et à nous rabaisser au rang de démon, eux-mêmes étaient nos semblables et donc, eux-mêmes étaient des démons. Tout est question de point de vue …

Le voyage que j’entrepris n’était pas bien long, mon habitat actuel se trouvant justement près de Baldorheim, je pouvais d’ors et déjà apercevoir le grand Lac fresha qui séparait les deux tours rivales. Et non loin de là, sur la rive nord du lac des montagnes, les ruines d’une ancienne civilisation, celle de nos ancêtres, les fameuses ruines des Stryges Gris. Mythe et légende se confondait ici-bas et personne ne pouvait attester d’une véritable forme de manteau gris couverte de plume, personne n’avait d’archive à ce sujet, ni même en avait vu aussi loin que le monde s’en souvient. C’est d’ailleurs en reprenant ces facéties grotesques que l’auberge aux alentours renomma son enseigne « Auberge Grise ». Très souvent, il s’agissait de Stryges venant en pèlerinage afin de trouver des réponses à leur question, un peu comme moi, et parfois simplement pour prier. D’autres encore, venant de toute part dans le monde, Humain, Naga ou Therian, visitaient ces lieux par pure curiosité ou en quête d’histoire. Le continent en était jonché, de ruines en tout genre comme celle de Fata-Morgana ou des Stryges Gris. Je trouvais toujours cela intéressant d’étudier toute cette partie de l’histoire que le monde avait cherchée à oublier, à renier. La cité abandonnée du désert, celle des terres désolées, l’ancienne fondation sous-terraine de Wystéria, le village troglodyte des Baldors ou encore les habitations ensevelis sous la verdure en Sylfaën. Il y avait tant à découvrir et tellement peu de temps sous notre nez pour parvenir à nos fins. Je n’étais pas encore venu une seule fois dans ces ruines alors je souhaitais en profiter aussi comme visiteur, même la prière se ferait en premier.

Le soir était tombé bien vite lors de mon trajet et je n’avais eu d’autre choix que de me diriger vers cette fameuse auberge réfugié sur un plateau forestier à quelques miles des ruines. Cela permettait aux voyageurs de ne pas être trop éloignés de leur lieu de visite tout en étant abrité d’éventuels conflits entre Stryge. Moi-même je préférai éviter ce genre de conflit, les Stryge noires ne savaient rien de moi, ce qui me laissait une chance, mais rien ne sert de se leurrer, ils le découvriront à un moment donné. J’étais donc ici en incognito, encapuchonné comme jamais, ma paire d’aile ténébreuse recouverte par une longue cape grise. Ainsi, je me confondais avec le contexte et les ruines de l’ancienne cité et n’attirerait pas l’attention sur moi.

L’auberge était relativement bien située, les propriétaires devaient probablement nourrir leur invité avec les produits de chasse et de pêche. La forêt des lucioles se trouvant juste à côté pour la chasse aux lièvres et le lac Fresha pour les nombreux poissons y habitants, le couple tenancier devait sans doute bien faire tourner leur boutique. Cependant, leur présence ici, et donc loin de toutes civilisations autres que celle des Stryges, ne devait pas les arranger. Ces derniers étant originaire de Baldorheim, le voyage jusqu’à la cité Naine était relativement loin pour des humains peu entraînés à la marche. Entre les pentes abruptes et les montagnes à gravir, il y avait de quoi épuiser un âne en une demi-journée. En entrant dans cette dernière, le jeune couple me toisa du regard, jaugeant certainement s’il s’agissait d’un client fiable et donc, potentiellement, pas un Stryge noir. Le racisme était quelque chose de courant sur le continent et notre race n’était pas vraiment la plus aimée de toute, bien au contraire. Les gens se méfiaient de nous et ils avaient raisons, les miens, en particulier la caste des Exécuteurs, ne savaient se contenir ni jauger ce qui était bien et ce qui était mal. Pour ma part, je me considérais neutre vis-à-vis de tout ceci, la congrégation étant la seule famille m’ayant accepté tel que j’étais, dissimulé derrière un voile de secret.




Lavé de tout ses pêchés ... Co_111Lavé de tout ses pêchés ... Signup11Lavé de tout ses pêchés ... Co_113

Un RP en cours : - - -
Revenir en haut Aller en bas
Garràn
Chef d'escouade assassine ♦ L'Exilé

Garràn

Messages : 1362
Expérience : 5150
Masculin Âge RP : 23 ans

Politique : 198
Métier : Chasseur - Novice
Titres:
 

(Baël, démon pot-de-colle de Garràn, +400, v+400))

Stats & équipements
Vitalité:
Lavé de tout ses pêchés ... 1559870510-barre-vie-gauche2742/2742Lavé de tout ses pêchés ... 1559871461-barre-vie-rouge  (2742/2742)
Vitesse: 1936
Dégâts: 2148

Lavé de tout ses pêchés ... Empty
MessageSujet: Re: Lavé de tout ses pêchés ...   Lavé de tout ses pêchés ... EmptySam 28 Déc 2019 - 18:53

Troisième partie : Un pacte pour la vie


Je demandais une chambre ainsi qu’un repas dans ma loge, préférant rester à l’écart des autres clients, si client il y avait. Mon isoloir me manquait dans le sens où je ne pouvais pas être sûr d’être tranquille durant le temps de mon séjour, mais je gardais à l’esprit qu’il s’agissait de la bonne cause. Une fois seule dans ma chambre, Baël retira son camouflage et parti inspecté les lieux comme à son habitude, préférant connaître les moindres recoins du logement pour préparer d’éventuelles farces. Il n’en perdait pas ses habitudes. Déjà lorsque je l’avais rencontré, il savait manipuler et maîtriser les éléments qui l’entouraient. Ça n’avait pas été une mince affaire de régler le compte à sa marionnette, maintenant je le supportais tous les jours, lié par un pacte de sang que nous avions réalisés le jour où j’avais triomphé de lui. J’avais prit ça à la légère, mais les nombreux évènements qui étaient survenus plus tard, lors de la guerre Skarnienne, mes contrats, mon voyage à Wystéria ou encore la calamité, toutes ces aventures où il s’était joint à moi pour me prêter un coup de main ou simplement pour commenter mes faits et gestes et me tournant au ridicule, il s’agissait d’un tout que je ne pouvais pas lui retirer et qui, comme lui devait le penser, nous avait rapproché l’un de l’autre.

Baël – A quoi tu penses encore le morbax ?

Garràn – Rien, laisse moi tranquille tu veux ?

Baël – T’es tout tendu mon pauvre. Tu fais dans ton froc parce que t’es pas loin de chez toi ? C’est ça ?

Garràn – Tu sais où on est en ce moment ?

Baël – Une auberge de l’ivresse.

Garràn – On se trouve dans l’Auberge Grise, se trouvant près des ruines de l’ancien peuple Stryge, celui aux ailes grises.

Baël – Ce sont t’es ancêtres ces gens là ? Tu es venu te recueillir et laver tes pêchés ? T’auras besoin d’une sacré douche alors ! Ahahah !

Il n’y avait vraiment rien à faire avec lui. On était aussi proche qu’éloigné, mais je préférais cette situation qu’une autre … avec un démon, il vaut mieux garder ses distances le temps de le dompter. Méprisant et agressif, ils cherchent tous à manipuler ce qui les entoure pour devenir plus fort, mais ce n’était pas le cas de Baël. Plutôt que de me manipuler, il préférait rester dans mon ombre et servir mes ambitions, contemplant la noirceur de mon âme et savourant les délices de la chaire éparpillée à chacun de mes sillons. Il n’était là que pour le spectacle, voir les choses s’effacer devant ma lame, rien d’autre. Nous n’avions pas spécialement de voies communes, mais assister en tant que spectateur lui suffisait à vivre allègrement.

En cherchant bien, je me rendais compte que je n’en savais pas beaucoup à son sujet. Il disait faire partie de la famille des mangeurs de rêve. Cela voudrait dire qu’il y aurait plusieurs familles de Démons ? M’avait-il au moins dit la vérité ? Dans un sens, cela sonne vrai puisqu’il peut lire dans mes pensées s’il me traverse le corps. À part son apparence faiblarde et son contenu physique proche de l’immatériel, sa force ne dépassant pas celui d’un gamin de douze ans et le voile d’obscurité qui émane de lui de temps à autres … Seulement des connaissances physiques à son sujet, mais aucun concernant son histoire et je savais bien que s’était peine perdue pour en apprendre plus. Il refuserait d’en parler à n’importe qui, même à moi. Pourtant, je pourrai lui demander, il en sait suffisamment sur moi. On pourrait faire échange un peu !

Garràn – Dis moi Baël … Tu ne m’as jamais parlé de toi et de tes frères Démons. Tu pourrais m’en dire un peu plus quand même ?

Baël – Pourquoi je ferai ça ?

Garràn – T’es toujours en train de fouiner dans mes pensées, il est normal que tu me dévoiles les tiennes. Ce sera d’ailleurs notre prochain pacte le microbe ! Maintenant, tu vides ton sac.

Baël – Sinon quoi ?

Garràn – Je peux demander à Equinoxe de t’examiner, je suis sûr qu’il trouvera un malin plaisir à te faire parler !

Le sourire diabolique que j’affichais le fit se débiner. Le prendre de haut et le menacer ainsi étaient les seules façons d’obtenir ce que je voulais de lui, je l’avais bien compris avec le temps. Si les Démons étaient tous comme ça, je me demandais comment avaient-ils pu vivre ensemble aussi longtemps sans s’entre-tuer. En supporter un, c’est déjà une épreuve, alors imaginez un peuple tout entier … Toutefois, depuis que j’avais rencontré cet écailleux, Baël se tenait déjà un peu plus à carreaux en sa présence, préférant prendre son parti plutôt que de se le mettre à dos. Je pouvais le comprendre dans un sens, sa terrible puissance avait tendance à m’effrayer de temps en temps. Mais c’est d‘ailleurs pour cette raison que je ne me lassais pas de me battre contre lui … Il y avait tant à apprendre de la magie et de ce qui l’entoure, le naga était le sujet de prédilection pour mon apprentissage et mon expérience. Le démon souri un instant avant de reprendre son air sérieux. Il se rapprocha et se stabilisa à ma hauteur, continuant de faire joue-joue avec sa petite faux sanglante.




Lavé de tout ses pêchés ... Co_111Lavé de tout ses pêchés ... Signup11Lavé de tout ses pêchés ... Co_113

Un RP en cours : - - -
Revenir en haut Aller en bas
Garràn
Chef d'escouade assassine ♦ L'Exilé

Garràn

Messages : 1362
Expérience : 5150
Masculin Âge RP : 23 ans

Politique : 198
Métier : Chasseur - Novice
Titres:
 

(Baël, démon pot-de-colle de Garràn, +400, v+400))

Stats & équipements
Vitalité:
Lavé de tout ses pêchés ... 1559870510-barre-vie-gauche2742/2742Lavé de tout ses pêchés ... 1559871461-barre-vie-rouge  (2742/2742)
Vitesse: 1936
Dégâts: 2148

Lavé de tout ses pêchés ... Empty
MessageSujet: Re: Lavé de tout ses pêchés ...   Lavé de tout ses pêchés ... EmptyJeu 16 Jan 2020 - 17:01

Quatrième partie : Une histoire de démons


Baël – Que veux-tu savoir gamin ?

Enfin, j’allais pouvoir satisfaire ma curiosité. Depuis que j’avais fait la rencontre de ce maudit pot-de-colle, je m’étais toujours posé un tas de questions, sur ce qu’il était réellement. À part s’être présenté comme un certain Baël, de la famille des mangeurs de rêves, ce qui restait relativement mystérieux dans l’ensemble, je ne le connaissais qu’en un démon mineur me suivant n’importe où. J’avais accepté qu’il me suive plutôt qu’il ne répande la terreur parmi les pauvres paysans de l’oasis. De la générosité … Nous avons commencé à combattre côte à côte. De la sympathie … Même s’il était aussi chiant que sordide, sa présence faisait désormais partie de mon quotidien et je m’en étais habitué. Il remplissait le vide qui s’étendait autour de moi et animait un peu plus mes journées. Un peu comme la gamine depuis que je l’ai recueilli. En apprendre plus sur lui serait peut-être une façon de le voir différemment.

Garràn – Parles-moi un peu des Démons. Tu disais faire partie d’une famille de démon, c’est qu’il y en d’autre, n’est-ce pas ? Dis-moi tout ce que tu sais sur les démons.

Baël – En voilà une question curieuse ! Désolé de répondre à une question par une question, mais pourquoi t’y intéresses-tu soudainement ?

Garràn – Cela ne te ressemble pas d’être désolé pour si peu, je me dis que le fait de m’y intéresser pique ta curiosité également. Le démon sembla sourire derrière son masque sanglant. N’est-il pas normal que je veuille en savoir plus sur mon compagnon d’infortune ?

Baël – Parce que selon toi, nous sommes compagnons toi et moi ? Tu crois-ça ?

Garràn – En effet. Cela fait bien deux ans que nous empruntons le même chemin, que nous partageons les missions et les quotidiens monotones. Je ne t’ai pourtant pas obligé à me suivre. En fait, j’ai même l’impression que tu désirais cela, tu espérais que je te pose ces questions, que je cherche à te cerner.

Baël - Hihihi ! Mais c’est qu’il est perspicace le gamin ! Bien bien bien ! J’peux bien t’en apprendre plus sur nous autres démons. De plus, tu en rencontreras sûrement sur ce chemin que nous arpentons, un peu de culture ne te fera pas de mal, ce serait dommage que tu perdes la vie devant l’ignorance.

Le petit démon fantomatique virevolta autour de moi entra en moi, éteignant toute forme de lumière dans mon esprit. J’ouvrais en grand mes yeux, pourtant le noir complet s’était installé. J’avais perdu la vue, ma perception de l’espace se disloqua en un instant, le sol s’était affaissé, me laissant tomber dans les ténèbres. Une chute qui sembla durer une éternité. Le temps était également distordu ici.

Baël – C’est exactement cela petit, je t’ai fait entrer dans mon esprit, enfin, je dirais plutôt que je me suis installé dans le tien. Je pense que cela vaut mieux pour nous que nous discutions de ceci en image.

Garràn – Com…

Baël – Pas la peine de poser de question. Je vais te montrer ce que je sais, il est parfois difficile de se représenter la réalité une fois qu’elle est retranscrite à travers des mots. Pour commencer, il faut remonter le temps. Du temps des Démons, des Dragons et des Seraphins.

Durant un âge reculé, depuis le genèse et jusqu’au début du premier âge, ce sont ces trois races qui dominaient le monde. De gros reptile, d’insecte et de monstre de tout apparence, un monde où les petits mortels comme toi n’avaient pas leur place. Les démons étaient craint et respectés de tous, nous rependions la terreur et le chaos sur toutes les terres du nord, une immense citadelle noire fut battît, donnant un foyer aux Démons. La région que tu fréquentes régulièrement pour ton gagne pain, les terres désolées du Sud. Imagine plutôt un sol plat de terres mortes, craquelés de toutes parts, recouvert d’un ciel rougeâtre et nuageux. La pluie ne traverse pas cette région abandonnée, les rayons de soleil ne l’atteigne pas, tout ce qui entre meurt irrémédiablement. C’est dans cette région désertique que j’ai vue le jour. Et cela, je le dois à mon Père Créateur. Comme tu l’as dit un peu plus tôt, il y a bien plusieurs familles de Démon, moi je dirais qu’il y a plusieurs créateurs et leur sujet respectif. Ce que vous appelez famille, c’est à peu près l’équivalent de ce que nous sommes auprès de notre créateur, à la différence qu’il n’y a pas toute cette affection, cet amour, ou cette individualité tout simplement. Nous avons été créés dans le seul but de servir notre créateur, ni plus, ni moins.

Ceci étant dit, je vais maintenant pouvoir te parler des différents créateurs, nous les nommons les Apôtres Démons. Ces derniers sont les créations du Rois des Démons, chacun représentant une partie de l’esprit du roi des ténèbres. Ils étaient au nombre de douze et rependaient le chaos à travers le continent. Balrath le colérique, Kernal le solitaire, Lassya la nympho, Zylaxa le fou, Shatra l’égoïste, Grebrëath la pugnace, Warommiaz la cruelle, Ubrorr l’apathique, Krödz le guignard, Obralthoss l’oublié, Derkorth le cupide et enfin, Glaameth la calomnieuse. Tous étaient si puissants que certains d’entre eux décidèrent d’ôter le pouvoir à leur père créateur en le réduisant en cendre. Il n’y a pas d’affection entre les démons, je tiens à te le rappeler une fois de plus. Ceci pourrait te sembler totalement fou, mais pour nous autres Démons, seul la loi du plus fort régis notre territoire. Si tu es faible, tu n’as pas à rester parmi nous, tu es condamné. Cinq de ces créateurs tout puissant réussir à anéantir le Roi démon et prirent sa place au commandement de la citadelle noire, Cinq apôtres qui se renommèrent seigneur démon. Les autres n’ayant pas choisi le bon camp, n’ayant pas été au bon endroit au bon moment, ou tout simplement qu’il n’en avait rien à faire. Toujours est-il que c’est cinq démons soumirent tous les leurs afin de régner en maître sur le continent en s’attaquant aux seraphins et aux dragons. Malheureusement, cela ne se passa pas tout à fait comme escompté et tous les démons furent anéantis ou envoyé dans un autre monde, totalement différent de celui que tu connais aujourd’hui. Je ne sais ni ou, ni comment, ni par quel moyen, mais les peuples se sont unifiés pour nous barrer la route et ça à plutôt bien marché. Aujourd’hui, il n’existe plus aucun Démon, ni Séraphin sur le continent, ou bien ils sont aussi bien cachés que leurs confrère dragons.

C’est exactement cela, oui ! Je fais donc bien parti de ces êtres rares et surpuissants ! À la différence que je ne suis qu’un démon de grade mineur, rien à voir donc avec les grades majeurs et autres troupes spécialisés et apôtres démons. On pourrait dire que je n’étais qu’un larbin de service lors de la guerre nous opposants aux peuples alliés, mais l’expérience et les connaissances que j’ai pu gagner au fil du temps depuis la fin de la genèse font clairement de moi un démon de classe supérieur, c’est une évidence !

Dans quelle famille ai-je atterri ? Hmm … Il n’y a pas de mangeur de rêves chez les Démons, mais il y a la famille des cauchemars, celle des ombres les plus obscurs. Je suis une création de Shatra, seigneur des Ombres, grand machiavel et apôtre de l’égoïsme. Que des titres biens pompeux pour un créateur dont la magie ne connaîtra jamais d’égal en Dùralas, et pourtant … pourtant aussi absent lors de cette fameuse bataille … Oui, on pourrait dire ça. Je suis un peu comme toi dans ce sens. Je suis la progéniture d’un lâche, d’un traître, pourtant si puissant. N’importe qui peut faire de mauvais choix, même les démons. Je pense avoir fait le tour des grandes lignes de l’histoire des démons. Je te parlerai une autre fois de mon maître créateur si tu le veux bien…

Garràn – Et pourquoi pas maintenant ? Tiens, j’ai retrouvé la vue, je suis toujours assis sur le bord du lit, le petit démon à ma hauteur, flottant dans les airs comme un nuage. Je suis sûr que tu te défileras la prochaine fois !

Baël – Parce que ça me coûte de l’énergie de me plonger dans ton misérable esprit de mortel. Il n’y a rien de plus infecte que de se retrouver dans la caboche de l’un des vôtre. Une prochaine fois et puis c’est tout !

Garràn – Wowowo ! Ne nous mets pas tous dans le même panier, hein !

Le soleil n’avait, semble-t-il, pas bougé depuis mon immersion dans l’ancien Dùralas, lorsque Baël est entré dans ma tête, le temps s’est arrêté. Je trouvais cette faculté impressionnante, mais aussi terriblement terrifiante. Détourner cette capacité pour en faire de la torture à l’infini, Baël pourrait rendre fou quiconque s’approche un peu trop près de lui ou se comporte de façon déplacée, simplement en rentrant en contact avec ce dernier. Mais ce soir, il s’en était servi uniquement pour me montrer ce que je voulais voir et m’apprendre son passé encore un peu flou sur les bords. Tant de questions me venaient à l’esprit : Que son devenu les démons envoyés dans cet autre monde ? Et ceux qui sont restés sur le continent ? Qu’en est-il advenu des Seraphins et des Dragons ? Un lien comme le nôtre pourrait exister avec un Seraphin ou un Dragon ? A chaque jour suffit sa peine, j’en avais suffisamment appris pour le moment et demain j’allais me rendre aux ruines grises, il me fallait donc me reposer pour l’heure …




Lavé de tout ses pêchés ... Co_111Lavé de tout ses pêchés ... Signup11Lavé de tout ses pêchés ... Co_113

Un RP en cours : - - -
Revenir en haut Aller en bas
Garràn
Chef d'escouade assassine ♦ L'Exilé

Garràn

Messages : 1362
Expérience : 5150
Masculin Âge RP : 23 ans

Politique : 198
Métier : Chasseur - Novice
Titres:
 

(Baël, démon pot-de-colle de Garràn, +400, v+400))

Stats & équipements
Vitalité:
Lavé de tout ses pêchés ... 1559870510-barre-vie-gauche2742/2742Lavé de tout ses pêchés ... 1559871461-barre-vie-rouge  (2742/2742)
Vitesse: 1936
Dégâts: 2148

Lavé de tout ses pêchés ... Empty
MessageSujet: Re: Lavé de tout ses pêchés ...   Lavé de tout ses pêchés ... EmptyVen 24 Jan 2020 - 3:32

Cinquième partie : Rêves, mirages et chimères


La chair de poule se mit à parcourir lentement mon corps, mes muscles se crispèrent les uns après les autres. Un courant d’air frais faisait frémir mes plumes, comme la sensation de lutter contre quelque chose tout en étant aspiré, avalé. Instinctivement, mes ailes se déployèrent, me coupant le souffle par la même occasion. J’étais littéralement en chute libre, j’avais involontairement fait un détour vers le Mont Tagne pour parcourir plus de distance sans fatiguer, mais je ne m’étais pas reposé depuis mon départ de Lédéhi et il fallait avouer que je n’avais pas autant de compétence à la chasse aux animaux que je l’aurai espéré. Mon empressement allait causer ma perte, comment pouvais-je être aussi idiot ?! La lune s’était élevé à la place de son Némésis pour faire le guet sur ce qui passe ici bas, sa clarté sembla me transpercer de part en part, comme si je n’étais rien de plus qu’un léger voile de fumé.

Le paysage commençait peu à peu à se dessiner en contre bas, je pouvais redécouvrir cette vallée qui aurait dû m’être bien plus familière qu’en l’état actuel des choses. Cette étendue d’eau séparant deux immenses tours s’affrontant éternellement dans duel de regard, sans jamais ne voir faiblir son espoir devant l’adversité. Un peu plus loin, au Nord de la vallée, les ruines de l’ancienne civilisation, représentant l’unité et les chimères que l’on a tant désirées, celles dont nous nous sommes inspirés pour réécrire l’histoire à la place de la vérité. Beaucoup trop de mensonge règne sur ces terres maudites et le peuples Stryge en est la farce la plus pittoresque. Même au sein de ces tours, la quête de pouvoir et de puissance prône sur la société et les droits de chacun. La loi du plus fort régit naturellement la hiérarchie chez les races primaires, civilisé ou pas. C’est vrai que je fais parti de ce tout, mais loin de moi l’idée de paraître différent des autres, je suis un assassin, un menteur et tueur par-dessus tout. De quel droit pouvais-je faire allusion en mentant et en ôtant la vie d’innocent ? Quand bien même il s’agissait de meurtrier, en aurais-je vraiment le droit ? Je fais parti naturellement de ces races primaires qui s’entre-tue et se mentent continuellement. Je ne peux le nier. Mais c’est également cela qui à fait de moi ce que je suis à présent. Après tout ce chemin parcouru, après tout ces sacrifices, toute cette sueur que j’ai pu verser pour mon individualité, je me bats à présent pour retrouver un sens à mes origines. Le vent avait tourné et avec lui, son lot de regret et de peine. Il en allait de mon existence, renier ce que je suis ne me mènerait nulle part, pire encore, je risquerai de me fourvoyer en contemplant l’abîmes de mon âme.

Cette longue chute des cieux me fit comprendre qu’à chaque instant, j’ai le choix de me battre pour moi, pour mon existence, pour cette individualité que j’ai cherché à m’accaparer par tous les moyens en m’isolant du monde entier. J’ai toujours eu le choix, de tout temps et à chaque instant, chacune de mes décisions me revenaient, j’ai fait tout ceci dans un seul but … tout ceci était prémédité, calculé, comme si le destin tenait à garder son rôle principal dans l’histoire. Pour quel raison ai-je bien pu faire tout ceci ? Quitter la sinistre tour noire, m’éloigner le plus possible des miens ? Pourquoi ai-je fait tout ce chemin ? Dans quel but ? Il va sans dire que j’ai eu l’occasion de faire le tour du continent avec tout ce temps que je m’étais octroyé en me libérant de mes chaînes. Cette entrave que représente cette tour, cette appartenance me cloîtrant dans un océan d’obligations auquel je ne souhaite pas me plier. J’en étais même venu à jalouser les autres races de ne pas avoir toutes cette pression sur le dos. Pourtant, inévitablement, je me suis rapatrié sur une autre société, différente de la tour noire, mais semblable à bien des égards. Après avoir passé un an isolé de tout, j’avais finir par pousser les portes de Lédéhi pour rejoindre les rangs de la faction, moi qui avais cherché à fuir mes responsabilité autrefois.

En vivant entre ces murs, j’avais fini par apprendre ce qu’était l’autorité, le respect, l’arrogance et bien d’autre mot qui n’avait de sens pour moi bien avant. Etrangement, c’est ce Saigo qui m’avait ouvert les yeux alors qu’il ne désirait que ma mort cette fois là. Il avait vu en moi le lâche que j’étais et avait tout simplement cherché à percer l’abcès dans l’œuf. Tout du long de mon périple jusqu’au Sud et jusqu’à ce que je revoie sa tronche derrière l’Ombre de la congrégation, je m’étais sans cesse remis en question, j’ai cherché des réponses à mes questions, traversant nombre d’épreuves, rencontrant un nombre important d’individu. Jamais je ne m’étais senti aussi vivant. Le destin aimait bien se jouer de nous. Même lorsque je pus enfin vaincre Saigo en duel, j’avais ce sentiment qui me rongeait au fond de moi, cette chose que je ne pouvais voir et qui me faisait défaut.

Inévitablement, je finis par culpabiliser. J’avais certes mes raison de fuir la tour noire, mais était-ce la seule raison de ma fuite ? Rien ne pouvait justifier la trahison d’un être à son peuple. C’est pourtant bien ce que j’espérai au fond, pouvoir retourner dans cette tour et me racheter, faire comprendre que tout ceci n’est qu’un malentendu. Je ne peux pas rejeter toute la faute sur mon paternel. Au final, j’en savais trop peu sur lui pour pouvoir le blâmer comme je le fais, mais ce qui était sûr, c’est qu’il a enfreint un certain nombre de règles établies par les plus forts de notre race et a déserté sa patrie. Il y a certaine chose que je me dois d’éclaircir à la tour noire, je ne peux fuir mon destin, le temps m’a apprit cela. Il était inévitable qu’un jour, je retourne sur mes pas pour rendre compte de l’état de ma situation. Je suis bien le fils du plus grand traître que l’histoire de la tour noire ait connu, le fils d’un Stryge noir s’étant retourné contre les siens, alors pourtant sous les ordres direct de « La mort ». J’ai encore beaucoup de mystère à résoudre sur mon existence. A commencer par celle qui m’a donnée la vie. Une bonne partie de ce mystère résidait finalement autour de cette personne, celle qui aurait du m’allaiter et me voir grandir. Pourtant, aucun de mes souvenirs ne la représentait d’une quelconque manière, comme si elle avait été inexistante, un tissu de mensonge. Midos n’en avait jamais touché mot car le sujet était tabou, à la tour noire, personne n’avait conscience de mon existence et l’idée que le traître ait pu avoir un enfant n’effleura pas l’esprit de la populace. Heureusement pour moi, car il y avait fort à parier que j’aurai fini à ces côtés ce jour là. De l’eau avait coulé sous les ponts et je me sentais prêt à affronter ce que j’aurai dû affronter bien plus tôt.

Et alors que je continuais ma chute inéluctable vers les ténèbres, la tour noire se rapprochait à toute vitesse et se disloqua à mon contact dans un tas de sable noir. Mes ailes disparurent tout bonnement et me revoilà en train de chuter les quelques étages qui restait. La collision souleva une crampe à ma voute plantaire droite, m’extirpant du sommeil profond dans lequel je dorlotais depuis quelques heures. Le sommeil était séquentiel ces temps-ci, je n’arrivais plus à fermer l’œil de toute la nuit et la fatigue ne s’évaporait pas avec la nuit le lendemain. La lune trônait toujours dans le ciel, éclairant la clairière qui se trouvait derrière l’auberge grise. La forêt de sapin semblait quelque peu agitée, le vent s’était levé pour donner vie à la végétation. Un rêve … tout ceci n’était qu’un rêve … Le sommeil s’en était allé, me laissant seul dans le plus grand désarroi, au beau milieu de la nuit.

Garràn - Soupir Que c’est long …




Lavé de tout ses pêchés ... Co_111Lavé de tout ses pêchés ... Signup11Lavé de tout ses pêchés ... Co_113

Un RP en cours : - - -
Revenir en haut Aller en bas
Garràn
Chef d'escouade assassine ♦ L'Exilé

Garràn

Messages : 1362
Expérience : 5150
Masculin Âge RP : 23 ans

Politique : 198
Métier : Chasseur - Novice
Titres:
 

(Baël, démon pot-de-colle de Garràn, +400, v+400))

Stats & équipements
Vitalité:
Lavé de tout ses pêchés ... 1559870510-barre-vie-gauche2742/2742Lavé de tout ses pêchés ... 1559871461-barre-vie-rouge  (2742/2742)
Vitesse: 1936
Dégâts: 2148

Lavé de tout ses pêchés ... Empty
MessageSujet: Re: Lavé de tout ses pêchés ...   Lavé de tout ses pêchés ... EmptySam 15 Fév 2020 - 15:01

Sixième partie : Filature sous la lune



L’air était plutôt frais, une légère brise soulevait les feuillages des buissons qui ornaient la fenêtre de l’auberge. Je me laissais emporter par le vent, profitant de la lumière de la lune pour me promener à la belle étoile. Je n’avais pas grand-chose à faire et je n’allais pas retrouver le sommeil de suite, j’allais pouvoir en profiter pour explorer les environs. J’avais remarqué en arrivant que le sentier que nous avions emprunté pour parvenir jusqu’ici se poursuivait vers l’arrière de l’auberge. Même si je n’étais pas particulièrement curieux, je pourrais commencer ma marche nocturne dans cette direction. Je n’aurai pas à me soucier de Baël en plus, le petit démon resterait bien sagement à l’auberge. Perdu dans ses songes les plus profonds, je m’éclipsais furtivement de ma chambre et descendis les escaliers sur la pointe des pieds. J’étais passé maître dans l’art de la furtivité, ma discrétion m’avait permis de devenir un assassin confirmé au sein de la congrégation, personne ne saura que je me suis évadé cette nuit pour partir à la recherche de Morphée.

C’est ainsi que je débutais ma promenade, au beau milieu de la nuit étoilée, sous cet air frais qui m’étais si familier. Je n’avais pourtant pas vécu bien longtemps à la tour noire, mais j’en gardais néanmoins un souvenir assez net, légèrement amer. C’est ainsi que je voyais la région qui entourait le lac Fresha, un silence mortuaire et cette légère brise parcourant ces terres abandonnées de tout être vivant. Franchement, je ne comprenais pas la raison qui avait poussée ce couple à ériger une enseigne à un endroit pareil. C’est un endroit que j’ai fuis durant des années, hanté par de mauvais souvenir et d’atroces combats, de mauvaises ondes et une bien triste moralité. Je ne regrettais en rien ma fugue de la tour, mais il m’arrivait de me demander si un jour j’y remettrais les pieds. Il est vrai que je ne partageais pas tout à fait leur point de vu quant aux règlements du Code de la mort, et puis le simple fait de parler de mon géniteur risquerait de me coûter la vie… Pour autant que je sache, même si j’étais toujours cherché à m’en éloigné, je finissais toujours par m’en rapprocher un jour où l’autre. Par exemple pour cette pathétique Calamité qui s’était installée non loin des tours jumelles, leur soutien, même minimes, avait fait du bien à nos troupes. Je continuais de faire mon enquête sur leur agissement me concernant dans l’ombre, je ne savais que trop bien le sort qu’il réservait aux traître et aux déserteurs. Dans un sens, je cumulais ces deux critères, ce qui me rendait d’autant plus recherché s’il découvrait mon existence. La rumeur qu’un redoutable Stryge noir de la congrégation dirigeait l’une des sections de la faction était parvenu jusqu’aux oreilles de certains membres des adeptes. Un Stryge noir qui ne donnait aucune nouvelle de lui à la tour noir, sa mère patrie. En devenant plus fort et en arpentant la hiérarchie de la faction, je savais que je m’exposais davantage à des représailles.

Valphegas connaissait maintenant la vérité et je le savais suffisamment haut placer pour intimer mon ordre d’exécution aux Exécuteurs. Mais je le savais également prudent, il connaissait ma valeur au sein de la congrégation et devait sans doute songer que mon appui à la tour noire leur serait bénéfique. C’est ce que je désirais au fond de moi, qu’ils reconnaissent ma valeur plutôt qu’ils ne l’assimilent à mon héritage. Lorsque mon identité leur sera parvenu à leur oreilles, je serais déjà devenu suffisamment puissant pour le leur faire comprendre moi-même. Remplir des papelards à n’en plus finir, renvoyer un rapport chaque semaine, un assassin n’a pas à dévoiler sa position sans cesse, cela évite justement d’être trahis et de faire échouer la mission. Saigo, quant à lui, ne savait pas assez de choses sur moi pour remonter ça à ses supérieurs. Et maintenant qu’il est tombé de son trône de crâne, je n’ai plus rien à craindre de lui. Les rôles se sont quelques peu inversés au sein de la faction. Il me restait encore tellement de chose avant de parvenir à mes fins. Mais tout ce petit monde se mettait en place petit à petit.

Le sentier commença à rétrécir gentiment. Celui-ci longeait la forêt de sapin en restant à l’orée de celle-ci jusqu’à arriver à un petit étang. La lune se reflétait majestueusement sur cette étendue d’eau, le silence rendait cette scène presque sinistre. Un lycan ou un Vampire en fond de tableau aurait rajouté un peu de vie à ce dernier. Seulement, bien que je ne perçoive la présence de personne autour de moi, je sentais un regard posé sur moi. Quelqu’un m’espionnait et dissimulait sa présence par une quelconque magie, je ne voyais pas autrement. Je continuais ma marche sans y prêter attention pour le moment, tant que je ne pouvais pas le localiser précisément, cela ne servait à rien de se précipiter. Je m’asseyais au bord de la rive et pris le temps de retirer mes bottes pour laisser tremper mes pieds dans l’eau. Allongé dans l’herbe, le ciel étoilé s’étendait devant moi vers le néant et l’infini. Un spectacle que je ne me lassais pas de contempler au moindre temps libre. Ce sentiment d’abandon et de liberté, cela me rappelait mes balades nocturnes à Kastalinn. Cela remonte déjà à une éternité tout ça, je me demandais comment allait Rania, la vampirette. Elle et moi partagions cette même liberté d’esprit, chacun retenu par le poids de notre passé. Il serait bientôt temps de me libérer des miennes …

Femme étrange – Excusez-moi, je ne pensais pas voir quelqu’un dans les parages à une heure aussi tardive. Puis-je me joindre à vous ?

Je penchais légèrement la tête en arrière pour découvrir la personne que je supposais être en pleine filature à mes basques. Pourtant, je ne ressentais pas la moindre once d’hostilité à mon égard en la regardant. Une femme plus âgée que moi, quelques rides se dessinaient autour de son sourire et de son regard amusé. Vêtu d’une large cape, elle me faisait penser à un pèlerin, les vêtements qu’elle portait étaient tous de mauvaise facture, croyez-en mon expérience de forgeron. Son dos arrondie me laissait penser qu’il s’agissait d’une Humaine plutôt âgée, sa canne l’aidait, d’ailleurs, à avancer lentement mais sûrement.

Garràn – C’est vous qui me suiviez depuis un moment, n’est-ce pas ? J’ai reconnu votre odeur.

Femme étrange – Oui, vous marchiez devant moi depuis un moment déjà, mais je n’ai pas osé vous interpeler. Vous sembliez perdu dans vos pensées.

Depuis tout ce temps, elle se trouvait derrière moi ? Avoir aussi peu de présence, c’était à la limite du risible. Si elle ne s’était pas présentée à moi, j’aurai pu soupçonner qu’il s’agisse d’un assassin confirmé, mais rien de cela. A la place, j’ai une mamie qui vient me taper causette. Cette vieille femme sent les fleurs et le potager, les légumes et les arômes fruités. J’imagine qu’elle doit travailler la terre lorsqu’elle a du temps. Je ne serais presque pas étonné qu’elle soit de famille avec le couple aubergiste. Mais bon, passons. Je me demandais bien pourquoi elle s’était aventurée aussi tard dans la nuit pour parler à un inconnu. D’autant plus que je ne portais pas de cape, la couleur de mes ailes était une incitation à la méfiance. Alors pourquoi ?

Garràn – Il n’est pas un peu tard pour se promener dans ces terres reculées ?




Lavé de tout ses pêchés ... Co_111Lavé de tout ses pêchés ... Signup11Lavé de tout ses pêchés ... Co_113

Un RP en cours : - - -
Revenir en haut Aller en bas
Garràn
Chef d'escouade assassine ♦ L'Exilé

Garràn

Messages : 1362
Expérience : 5150
Masculin Âge RP : 23 ans

Politique : 198
Métier : Chasseur - Novice
Titres:
 

(Baël, démon pot-de-colle de Garràn, +400, v+400))

Stats & équipements
Vitalité:
Lavé de tout ses pêchés ... 1559870510-barre-vie-gauche2742/2742Lavé de tout ses pêchés ... 1559871461-barre-vie-rouge  (2742/2742)
Vitesse: 1936
Dégâts: 2148

Lavé de tout ses pêchés ... Empty
MessageSujet: Re: Lavé de tout ses pêchés ...   Lavé de tout ses pêchés ... EmptySam 29 Fév 2020 - 10:59

Septième partie : Le file du destin


Je n’avais pas voulu être brusque au premier abord. Une si vieille dame, à cette heure … Le lac sembla s’animer quelque peu au rythme des courant d’air, les fluctuations de l’eau faisant vibrer la lumière de la lune sur nos visages. Je pouvais deviner sa chevelure blanche et ses yeux bleu clair. Si elle avait eu des ailes, elle aurait eu le fasciés d’une Stryge Blanche. Le sourire qu’elle affichait me prouvait qu’elle avait pleinement confiance en moi, comme si rien ne pouvait l’atteindre à ce moment présent. Une aura, se voulant rassurante, commençait à s’étendre autour d’elle, tel le déversement d’une cascade. Cela faisait à peine quelques minutes que nous avions entamé ka discussion et je me sentais déjà apaisé et décontracté. Je ne savais comment l’expliquer... Et comme pour me répondre, la vielle femme prit la parole et me regarda d’un air bien curieux.

Vieille femme – C’est lorsque que votre corps se dirige vers la solitude que votre esprit doit le rappeler à la raison, parfois, partager ses peines, quelques instants, permets d’alléger cette charge qu’est la solitude. Comment pourrais-je juger, moi qui suis simple étrangère ?

La vielle femme marquait un point et son franc parlé me plaisait. Je préférais moi-même être le plus sincère possible dans mes paroles et dans mes actes, sauf dans certain cas bien précis. Tourner autour du pot, ce n’était vraiment pas mon genre. La vieille femme s’approcha de moi et s’asseyait au bord de la rive pour me tenir compagnie. Elle aussi contemplait les étoiles au beau milieu de la nuit, son regard semblait jongler d’étoiles en étoiles à la recherche de surprises. J’avais la sensation de me retrouver avec Rania, qui elle aussi partageait ce plaisir indescriptible. Un silence apaisant s’installa peu à peu et le temps ralentit jusqu’à s’arrêter complètement. Mon regard s’était fixé sur la lune qui éclairait que l’orée de la forêt et la berge du lac, en tailleur, prenant une longue inspiration.

Garràn – Je ne me sens pas obligé de vous raconter ma vie. Cela ne me semble pas nécessaire.

Vieille femme – Si ce n’est pas nécessaire à tes yeux, dans ce cas, c’est qu’il n’y a rien d’insurmontable. La vie est un cadeau qui nous est offert par les divinités. Une chance de pouvoir déchiffrer les rouages de ce monde, car tant de mystère sont disséminé sur ces terres. Trop peu sont ceux parcourant les terres inconnues à la recherche de mystères et de trésor. Les jeunes gens ne savent pas à côté de quoi ils passent…


Je restais perplexe un instant, je ne voyais pas où elle voulait en venir. Si elle me sermonnait ou si elle pensait à haute voix. J’avais pourtant que faire de ses histoires, mais je l’écoutais tout de même, persuadé qu’il y avait un fond de vérité dans ce qu’elle pouvait raconter. La sagesse avait beaucoup à nous apprendre parfois, mais celle d’une Humaine, je ne pensais guère que ce soit approprié pour un Stryge noir de mon acabit. Je grimaçais du coin du visage et poursuivis la conversation.

Garràn – Peut-être … Peut-être … Mais il y a tant d’obstacle essayant de nous mettre des barrières dans les roues de nos jours. L’ascension devient difficile. La liberté est devenu quelque chose de surfait, la vie privé n’existe pas. *Et encore moins avec mon métier, puisque je saisie justement ces moments là* Je pense que ce ne sont pas les problèmes qu’à l’époque.

Au fond, tout n’était question que de pouvoir et de popularité. Si jamais je décidais de m’élever au rang de noble et que je m’appropriai un territoire pour le faire reconnaître en tant que ma propre possession, rien ne pourrais m’y opposer et j’entrerai dans la cour des grand, régnant à mon tour sur les peuplades d’une région. Je serais respecté et craint des citoyens, civils et étrangers de passage sur mon territoire. Cette popularité n’en est qu’une conséquence absurde. Ce n’est vraiment pas ce genre de noble que j’envisageais être. Non ! Loin de là ! J’espérais autre chose. Quelque chose de plus discret, de plus commun. Je ne voyais pas l’intérêt de se mettre en valeur, alors que le principal couvert qui m’était offert provenait de la congrégation. J’allais suffisamment dit à l’autre écailleux, rien ne pourra jamais passer avant la faction de l’ombre, rien ne m’en ferait plus plaisir ! Quelques choses de discret afin de pouvoir protéger cette famille sans être découvert. Mais qui ferait confiance à une jeune recrue montant les échelons quatre à quatre ?

Vieille femme – Il ne faut pas laisser le doute obscurcir tes désirs, ils sont le feu de ta passion, la lumière de tes plaisirs. Si rien ne les arrêtes, tes rêves tu réaliseras …

Ces paroles, elles me restèrent en tête et raisonnèrent durant de longues minutes dans mes oreilles. A l’entendre, cela semblait si facile, mais la réalité était tout autre et je ne comprenais décidément pas pourquoi elle dégageait autant d’assurance. Je m’étais enfoncé dans le plus profond de mes songes, cherchant la nature de ses mots, ceux de la vieille femme. Alors que le temps semblait reprendre son cour normale autour de moi. Les paroles de vieille femme me revinrent à l’esprit et mon regard se tourna aussitôt à côté de moi.

Rien. Il n’y avait plus personne. La vieille femme avait quittés les lieux sans dire mot. Je ne m’étais aperçu ni de son arrivé, ni de son départ. A croire qu’elle n’avait été qu’une simple apparition fantomatique. Mais je décidais de prendre ses paroles comme telle et les garder en mémoire, je ne devais pas détourner mon regard de la route que je m’étais fixé, rien ne pourra barrer mon chemin, tant que je continuerai d’y croire. Un frisson parcourra mon corps et je replongeais mon regard dans le reflet des astres à mes pieds. Le spectacle était quand même magnifique, je n’arrivais pas à m’en lasser. La disparition de la vieille femme n’avait pas affecté ma sortie nocturne et celle-ci repartait de plus belle au rythme des courants glacials de fin d’Hiver.




Lavé de tout ses pêchés ... Co_111Lavé de tout ses pêchés ... Signup11Lavé de tout ses pêchés ... Co_113

Un RP en cours : - - -
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Lavé de tout ses pêchés ... Empty
MessageSujet: Re: Lavé de tout ses pêchés ...   Lavé de tout ses pêchés ... Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Lavé de tout ses pêchés ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]
» Hentaï
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]
» Pensionnat Hentaï*! // Partenariat ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Est de Dùralas :: Lac Fresha :: Ruines de la Tour Grise [Zone communautaire]-