Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Bienvenue à notre dernier membre : Sally Salvia
Le Monde de Dùralas a précisément 1632 jours !
Dùralas, le Jeu 19 Avr 2018 - 19:18
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !
Partagez | 
 

 "Rencontre" [PW Axe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thauthaudarmafur
Habitant(e) connu(e)

Habitant(e) connu(e)
avatar

Messages : 116
Expérience : 205
Masculin Âge RP : 52

Politique : 01
Métier : Novice (0)
Titres:
 


Stats & équipements
Vitalité:
115/115  (115/115)
Vitesse: 95
Dégâts: 20

MessageSujet: "Rencontre" [PW Axe]   Sam 14 Avr 2018 - 18:49

« Satanée bestiole, r’viens par là ! »


Ramassant au passage la hache plantée dans le tronc, preuve de l'échec de son précédent lancer, Thauthaudarmafur poursuivit sa course. Dans un couinement aigu, la bête vira soudainement à droite. Rengainant sa hache, et saisissant son marteau-piolet de sa main droite, le nain sauta par dessus un arbre mort, poursuivant sa proie. Son équipement le ralentissait bien trop, et il regretta de ne pas être encore parvenu à se débarrasser de sa hache à deux mains ou de son bouclier, étant les plus lourds. Rejetant cette pensée pour plus tard, il accéléra sa course. Bientôt, il perdit sa cible des yeux, et se mit à grogner. Il n’avait pas trouvé un animal dans cette forêt depuis la veille. Il s’était rassasié de quelques baies récoltées dans la semaine, mais il n’était pas un de ces fourbes d’elfes : il lui fallait de la viande, de la vraie, de la saignante, de la viande, quoi. Il ne fallut que quelques instants pour qu'il perde la piste de l’animal. Il s’arrêta, rangeant lentement son marteau. Un couinement retentit dans son armure.

« J’sais bien mon beau… J’vais essayer d’te trouver un truc à béqu’ter. »


Le nain reprit calmement sa route dans la forêt. Cela faisait plus de deux mois qu’il était revenu à la surface. Évitant tout village et toute rencontre, il avait erré durant ces neuf semaines, survivant dans la montagne par la chasse et la découverte de ruisseaux. Il avait mis environ une semaine à adapter à nouveau son corps à cette vie dans la nature. Ayant passé quatre mois dans les profondeurs, ses yeux, notamment, s'étaient habitués à une certaine obscurité. L'intense luminosité des hauteurs les avaient violemment agressés. Perdu dans ses pensées, le nain se remémora sa descente dans les profondeurs. Il était assez ravi des découvertes qu'il y avait faites. L'origine du Mal frappant Ogh-Hen-Kìr n'était pas claire, mais l'explication de sa venue était désormais connue du nain. Néanmoins, la bâtisse du trésor trouvée par Whuurtad demeurait une énigme sans nom. Et pourtant, la marque que celle-ci arborait lui rappelait...

« Oh ! Si ça c'est pas ma veine ! »


Le nain avait sursauté, et avait parlé, comme il en avait pris l'habitude durant ses voyages, tout seul. Ses pas l'avaient amené à un noisetier, plié lourdement par le poids de ses nombreux fruits. Un reniflement retentit, puis un couinement, une plainte animale.

« J'y peux pas grand chose... Y'a pas d'phoque dans ce coin du monde. M'faudrait aller plus au nord. Mais j'te promets, dès que j'trouve un lac, j'te pêche un poiscaille. »


Un léger grognement répondit à sa dernière phrase. Thauthaudarmafur haussa les épaules et se dirigea en silence vers le noisetier. Encore des fruits. Il soupira longuement, et entreprit d'en cueillir soigneusement. La viande, la bière, et les bons repas bien lourds commençaient à lui manquer. Il devrait bientôt faire une escale dans une taverne. Il espérait s'être fait oublié dans le monde des nains, mais n'avait eu aucune nouvelle depuis son départ d'Ogh-Hen-Kìr. La gorge nouée, il se remémora ses derniers actes. Avait il bien fait de déclarer ainsi la guerre à sa forteresse natale ? À cet instant, il savait qu'une partie de la sphère gouvernant la cité naine était corrompue. Pour autant, aurait il mieux de fait de rester, et d'enquêter ? Il eut un léger rire. Il se serait fait assassiné dans une ruelle sombre, si ses ennemis étaient cléments. Les mots de Glardur le perturbaient cependant. Comment cet ancien guerrier, frère d'armes de Balfor, aurait-il pu réellement douter d'un rapport de guerrier ? La tradition était sacrée chez les nains, et les vétérans avaient grandi avec cet état d'esprit. Le témoignage d'un nain, unique survivant d'un carnage, était alors une source infinie de connaissances. Pourquoi dans son cas, cela n'avait il pas été le cas ? La gravité de son rapport, ou bien le fait que ce soit lui qui le rapporte ? Ou encore, était-ce le fait qu'il y ait quelqu'un pour conter cette histoire ? La mémoire de sa hache plantée dans la table du Conseil laissa un goût amer dans la gorge du nain, et fit voyager son esprit dans ses souvenirs.

Alors qu'il récoltait bon nombre de noisettes, un couinement aigu résonna dans son armure. Thauthaudarmafur s'arrêta et tourna vivement la tête vers la droite, scrutant les alentours avec méfiance. Le flair de son compagnon animal étant plus puissant que le sien, il attendit quelques instants, essayant de percevoir une quelconque anomalie. La forêt était paisible, le silence y régnant majestueusement, sinistrement, amenant une certaine beauté à la scène. Chaque entité naturelle était en mouvement, sous la puissance invisible d'une force apportant fraîcheur et renouveau : le vent de montagne. Revigorant, il faisait se plier les fougères, les arbustes, et les branchages. Toute feuille, qu'elle soit verte, orange, jaune, ou bien morte, tremblait dans un désordre rendu chaotique. Cette vaste scène de mouvements infinitésimaux était pourtant, lorsque l'on s'y attardait suffisamment, un merveilleux théâtre organisé par cette force suprême. Chacune des feuilles oscillait sous le vent autour de ce qu'il semblait être une position d'équilibre, singleton régulier et enivrant. Finalement, cet étrange décor était d'une beauté infinie. Les mouvements indétectables d'un simple coup d’œil faisait toute cette splendeur, tout ce calme, toute cette paix. Et pourtant, telle l'ombre indécise de la fatalité, un trouble demeurait, invisible, présent. Le nain pouvait sentir celle-ci. Il lui fallut de nombreuses secondes pour percevoir un léger son anormal dans cette quiétude. Il y avait effectivement une sonorité ne provenant pas de cette nature. Et pourtant, il s'y accordait presque parfaitement. Se redressant, et glissant les noisettes dans l'une de ses bourses, le nain fronça les sourcils. Un être, dans cette forêt ? Il hésita un instant. Était ce raisonnable d'y mener ses pas ? Il baissa la tête. Sa solitude avait fini par s'installer dans ses journées, jouant sur son esprit et sur ses habitudes. Allait il briser son nouveau quotidien à cet instant ? Il soupira profondément, sa barbe frémissant sous son souffle chaud. Sortant son deck favori de KvUnT, il le mélangea rapidement avec toute l'habilité de son peuple. Le posant, bien rangé, faces cachées, sur sa main gauche, il le contempla un instant. Jouer au KvUnT lui manquerait, assurément. Gradul avait été un excellent partenaire de jeu. Dans la forteresse qu'il comptait fonder, il instaurerait à nouveau cette pratique. Tirant vivement une carte, mettant en jeu sa décision dans ce tirage, il l'amena devant ses yeux. Il eut un léger rire. « La charge naine ». Quoi de plus explicite ? Rangeant son deck, il ajusta son équipement, et se mit en route vers la voix.

Il lui fallut une bonne dizaine de minutes avant de pouvoir discerner la voix. Une voix mélodieuse, chantant une sorte de conte de fées. Intrigué, le nain poursuivit sa progression. Quelques instants plus tard, il put finalement discerner clairement les mots du chant.

« Bel
Astre solitaire
Qui meurt
Quand revient le jour,
Entends
Monter vers toi
Le chant de la terre,
Entends le cri
D'un homme qui a mal
Pour qui
Un million d'étoiles
Ne valent
Pas les yeux de celle
Qu'il aime
D'un amour mortel. »


Le couplet sembla s'achever sur un mot tenu, dont le nain ne saisit la signification. À la tonalité de ce chant, il semblait s'agir d'une plainte mélodieuse. Glissant un œil derrière un dernier arbre, Thauthaudarmafur aperçut cinq elfes dans une clairière, dont quatre étaient assis dans l'herbe, alors que le dernier, les surplombant, posé sur une branche, chantait, le visage tourné vers le ciel rougeoyant au crépuscule. Le nain grommela. Invoquant Grungni, il maudit sa malchance d'être tombé sur des elfes pour son retour à la civilisation. Il hésita à tirer de nouveau une carte, mais s'y refusa. La carte avait été tirée. Foi et honneur de nain, il respecterait son destin. Quittant le couvert de la forêt, il apparut à la lisière de celle-ci, pénétrant dans la clairière. Ravalant une approche rude, il arbora un grand sourire, et salua les elfes, avec un dégoût bien masqué.

« Je vous salue, messires elfes, ou mesdames, pardonnez mon ignorance à ce sujet. Que viennent faire cinq elfes dans les Baldors? »


Les quatre au sol se retournèrent précipitamment, le nain approchant dans leurs dos, alors que celui qui était en train de chanter s'arrêta, penchant la tête sur la gauche. Ce fut celui-ci qui sauta gracieusement au sol, et s'approcha du nouvel arrivant, un léger sourire figé sur le visage. Celui là, blond, aux yeux bleus, et à la peau pâle, semblait être un homme, à en juger par ses courbes. Le nain doutait néanmoins, les elfes étant relativement ressemblant, qu'ils soient mâle ou femelle. L'elfe prit alors la parole.

« Avant d'être une montagne, c'est avant tout une forêt, maître nain. Je me prénomme Wuirys. Et vous ? Je vous en prie, venez, nous étions en train de vénérer Dame Lune. »


Thauthaudarmafur tiqua. Pourquoi diable ce bougre l'appelait t-il « maître » ? Faisant abstraction de ce détail, il eut un léger rire en entendant les mots de cet être. Voici un débat qui n'aurait jamais de fin entre nains et elfes : Qui de la montagne ou de la forêt était la plus ancestrale ?

« Dans le cas des Baldors, j'doute que cette forêt-ci soit plus vieille qu'la chaîne de montagnes, elfe. De plus, j'pense être passé par ici il y a quelques dizaines d'années, et, croyez moi, elle n'avait pas la même tronche. »

« Bah ! N'entrons pas dans un débat stérile, nous sommes plus nombreux, et un vote s'avérerait écrasant en notre faveur. Dites moi plutôt votre nom, et pourquoi un nain aussi équipé se balade dans un tel coin ! »

« J'm'appelle Thauthaudarmafur. J'passais par ici en recherche de viande. Et je suis un guerrier, donc je suis équipé. Vos questions sont un peu naïves, sans vouloir vous offenser. Par les temps qui courent, quel sot se promènerait sans armes ? »


À l'évocation de son nom, le nain put remarquer que deux des elfes derrière le dénommé Wuirys pouffèrent. Puis, lorsqu'il évoqua la nourriture recherchée, le silence s'empara de l'ensemble des elfes. Le nain haussa son sourcil droit broussailleux.

« Voyons, nain, vous vous doutez bien que nous n'offensons point Dame Nature ! »

« Ouais, ben Dame Nature, faudra qu'elle m'explique comment j'nourris mon ourson avec des noisettes alors. Vot' choix de pas béqu'ter d'viande, j'le respecte bien volontiers. Mais mon compagnon, là, il en a b'soin. Pas la peine d'me r'garder avec ces yeux ronds. Vot' Dame Nature, elle cautionne qu'vous laissiez un bébé ours crever pour vot' choix ? »


Alors qu'il argumentait contre l'horreur qu'il lisait dans les yeux des elfes, le nain avait sorti son ourson de son armure. Celui-ci s'était mis à gémir, réveillé dans son sommeil. Les elfes, perdus devant les propos et la démonstration du nain, s'étaient tus. Puis, soudainement et sans prévenir, Wuirys attrapa l'ourson, et le contempla. Il déclara ensuite, sous le rire des autres elfes, une phrase qui le fit sourire lui-même.

« Regardez moi ce petit bout de chou ! Le pauvre... Comment a t-il pu survivre à la grossièreté d'un nain ? Nous allons nous en occuper, Dame Nature saura le conserver en vie. Tu peux t'en séparer sereinement, Thauthaudarmafur. »


Un léger rire s'échappa, sec et grave, de la gorge du nain. Un rire qui se poursuivit. Un rire qui se durcit, alors qu'un sourire presque sadique apparaissait sur les lèvres du nain. Le regard noir, donnant à Thauthaudarmafur un air menaçant, il répondit, le sourire s'élargissant lentement.

« Oh, vous... Mes mignons... »




L'habileté naine est passionnante. Que ce soit pour graver, sculpter, forger, jongler, et bien d'autres choses, il fallait être elfe ou stupide (les premiers étant souvent les seconds) pour ne pas apprécier une telle danse. Un nain, comme Thauthaudarmafur à cet instant, ne ratait jamais un coup qu'il portait. Une noisette entre l'index le pouce droit, le marteau dans la main gauche, il pouvait poser le fruit et ses doigts sur une surface plate, puis donner un violent coup de son arme. La noisette était ouverte, et ses doigts indemnes. Satisfait de sa manœuvre, il retira le morceau mangeable, et le jeta sur sa langue. La clairière était enfin silencieuse, l'ourson regardant avec tristesse les noisettes. Il avait faim. Assis sur la tête de Wuirys, le nain contempla les cinq corps inconscients gisant dans la clairière. Il regrettait presque de ne pas en avoir tuer un, son compagnon animal aurait ainsi été rassasié. Il haussa les épaules, et sortit une nouvelle fois son deck. Après l'avoir soigneusement mélangé, il accomplit une nouvelle fois son rituel personnel, mettant cette fois-ci en jeu la vie de l''une de ces insolentes créatures. « La Rencontre », une carte de sort, sans caractéristiques. Deux détails perturbèrent instantanément le nain. Premièrement, la pierre dans une poche interne de son armure se mit à vibrer. Mais il n'eut pas le temps de s'en préoccuper, car un second point le fit frémir. Il ne se souvenait ni d'avoir créé cette carte, ni de l'avoir ajouté à son deck fétiche. Il fronça les sourcils. Cette carte promettait un changement radical de la situation du champ de bataille par l'arrivée d'une entité inconnue. « La Rencontre » ? Il prit la carte, et la rangea dans une pochette vide. Légèrement perturbé, il convînt néanmoins que ce n'était pas une carte offensive. De ce fait, il ne tuerait personne dans cette clairière. Alors qu'il saisissait son marteau, un bruit le surprit. Avec une vivacité témoignant d'une expérience certaine, il se positionna en garde, se tournant vers le son. Il découvrit un elfe titubant, une gourde à la main, visiblement éméché. Un elfe ? Saoul ? Encore un de ces bouffeurs de plantes ?!

« Heuk ! Et beuh... Qu'est c'qui s'est passé ici ? Wuirys.. ? Heuk ! »

« Il ne s'est rien passé, ici, elfe, détournes le regard, et passe ton chemin. »

« Beuh...Hey... C'était mes copains... »

« Ils le sont. »

« Gueu ? »

« Je n'ai fait que les assommer. »

« Meuh... C'est pas gentil ça... »

« Ils l'avaient cherché. »


Thauthaudarmafur s'était approché durant le court dialogue. L'ourson polaire le suivant au pas, le nain toisa la loque en face de lui. Dans son état, il n'avait pas dû faire beaucoup de route, et venait vraisemblablement d'une taverne. Il puait la pisse. Comment un elfe, individu d'une race connue pour sa dignité et son arrogance, pouvait tomber si bas ? Foutue raclure. Avec un large sourire, il attrapa la longue chevelure du pochtron et, remontant sa main jusqu'à sa nuque, lui enfonça violemment le crâne dans un tronc proche. Se tapotant les mains, il siffla l'ourson et le positionna à sa place à l'intérieur de son armure. Six elfes inconscients. Le retour à la société commençait bien.

Ayant marché dans la direction opposée du chemin emprunté par le dernier elfe, le nain vérifia bien vite ses suppositions. À moins de cinq minutes de la clairière, une taverne, perdue dans la montagne, accueillait pourtant un bon nombre de personnes. Thauthaudarmafur se glissa aisément à l'intérieur. Un nain passait souvent inaperçu dans ce genre de lieu. Parvenant au comptoir, le nain grimpa sur un tabouret, et commanda bien vite une bière, et deux saucissons. Attendant la commande, il détailla l'intérieur de la taverne. Le derrière du comptoir était peu rempli. C'était une taverne dans la moyenne, avec une réserve raisonnable. À la droite du comptoir, un escalier de bois semblait ouvert au public, témoignant de la présence de chambres à l'étage. Tournant légèrement la tête, le nain nota dans son esprit tous les détails qu'il voyait. Une trentaine de personnes, réparties sur moins d'une quinzaine de tables. Un coin réservé pour les luttes, activité propice aux paris et aux rires, ainsi qu'aux dents cassées. Quelques combattants s'y défiaient déjà, entouré d'une dizaine de personnes. Les paris étaient organisés par un homme avec un tablier : certainement le tavernier lui-même. Un panneau d'affichage se trouvait près de la porte, portant les nouvelles en Dùralas. L'ambiance était somme toute celle d'une taverne classique. Il était néanmoins surprenant de trouver une taverne si fréquentée dans un coin si perdu. Mais après tout, le nain savait t-il seulement avec précision où il se trouvait ? Une charmante serveuse rousse vînt lui apporter sa commande. Thauthaudarmafur la remercia, lui laissant deux pièces de pourboire, qu'elle glissa promptement dans son décolleté, faisant soudainement les yeux doux au client. Celui-ci lui sourit chaleureusement, jouant le naïf. Et ensuite, on disait les nains cupides ? Riant intérieurement de cette ironie, il glissa un saucisson dans son armure, saisi immédiatement dans un grognement satisfait par son compagnon. Découpant son propre saucisson, il laissa alors ses oreilles traîner, envieux de connaître les sujets de discussion du moment.

« Z'avez entendu la nouvelle? Des pirates auraient attaqué la plage, au sud! »

« C'est qu'des conneries! Un journaliste débutant aurait rapporté de fausses infos pour l'on ne sait quelle raison. »

« Tu crois? Ça m'étonn'rait pas moi... On n'a plus entendu parler des pirates depuis Natsuhydr, ils prévoient un gros coup, j'pense. »

« Contre leurs anciens alliés de toujours? T'y crois vraiment? »

« Que des canailles, on ne sait pas ce dont ils sont capables par avidité. »

« Mouais... M'enfin on verra d'main, d'vrait y avoir des nouvelles. »

« T'façon c'est loin, l'Harena les asséchera avant qu'ils arrivent dans le coin! »

Plongeant son nez dans la mousse de sa bière, le nain n'avait pas manqué un mot de cette discussion. Les Pirates, restés sous silence depuis Natsuhydr, auraient déclenché une telle offensive ? Il était cohérent qu'ils puissent prévoir quelque chose d'énorme. Mais d'un point de vue stratégique, ce choix semblait idiot. Marins, ils étaient habiles en mer. Envahir un territoire dans ces conditions... C'était un choix peu judicieux, selon le guerrier. Attrapant une rondelle de saucisson, il se promit de suivre de près cette histoire. Comme pour marquer l'accent sur cette promesse, il leva sa pinte, la finissant d'une traite, acte qu'il n'avait pas accompli depuis bien longtemps.




~ Puisse Grungni veiller sur votre honneur ~



État des slots de RP : "Rencontre" [PW Axe] | Réservé par Selsya Åsa

État des slots d'arène : Réservé par Grabuge | Réservé par Jûken'Maw | Disponible

Pour les dialogues, Thauthaudarmafur s'exprime dans cette couleur : [color=#ad00ff]

https://www.youtube.com/watch?v=tv6ySRXFSUA&list=RDtv6ySRXFSUA



:dwarfe:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

"Rencontre" [PW Axe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Est de Dùralas :: Montagnes du Baldor :: Les mines de Kazhar-