AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Herbier  

Le Monde de Dùralas


Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Nous sommes actuellement en l'An 811 du Ve Âge.
Bienvenue à notre dernier membre : Hakkon
Le Monde de Dùralas a précisément 3853 jours !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Dùralas, le Sam 18 Mai 2024 - 11:02
La Spécialisation de classe s'obtient à Wystéria.
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !
Le Deal du moment : -28%
Précommande : Smartphone Google Pixel 8a 5G ...
Voir le deal
389 €
Le deal à ne pas rater :
Bon plan achat en duo : 2ème robot cuiseur Moulinex Companion ...
600 €
Voir le deal

 

 [One-shot] Deux seigneurs dans une clairière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Urua
Comte de Sylfaën ♦ Seigneur sylvestre

Comte de Sylfaën ♦ Seigneur sylvestre
Urua

Messages : 1130
Expérience : 8399
Masculin Âge RP : 32

Politique : 222
Titres:

(Diagoras, Compagnon thérianthrope d'Urua ; +50% stats et effets)

Stats & équipements
Vitalité:
[One-shot] Deux seigneurs dans une clairière 644535107202/7202[One-shot] Deux seigneurs dans une clairière 242396barresante02  (7202/7202)
Vitesse: 440
Dégâts: 2432

[One-shot] Deux seigneurs dans une clairière Empty
MessageSujet: [One-shot] Deux seigneurs dans une clairière   [One-shot] Deux seigneurs dans une clairière EmptyDim 20 Nov 2022 - 23:35
Séparation du contenu
Suite à sa visite dans le gite privé du Père Tungstène, Urua était resté quelques temps autour du lac Limnï. Non qu'il désirait encore affronter une créature tout droit sortie du jardin d'une divinité quelque peu tordue. D'autant plus qu'il y était resté seul, pour la majeure partie du temps. Il avait simplement besoin de réfléchir. Réfléchir aux implications de tout ce voyage, d'avoir entraîné ses compagnons dans des dangers irraisonnables, d'être allé chercher une puissance supérieure simplement parce qu'il considérait ne pas avoir les épaules ou le pouvoir de réaliser ses ambitions. Puis, il avait rencontré Arhiann, sa consœur dans les forêts sauvages et inexplorées et, après avoir fait un bout de chemin avec elle, était rentré en Sylfaën, conscient qu'Holy et Ehawee y étaient et surveillaient tandis qu'il se morfondait dans le trou du fondement de Dùralas.

Le trajet de retour se fit dans un silence presque complet. Si Diagoras s'inquiétait pour son ami, il s'efforçait de ne pas le formuler à haute voix. Après tout le temps passé ensemble, ils savaient quand intervenir et quand laisser l'autre tranquille. Ils ne croisèrent que quelques créatures mais soit qu'elles aient été témoins de leur premier passage, soit que le message fut passé, elles n'engagèrent aucune action qu'elles auraient pu immédiatement regretter. Certainement grâce à ce manque d'action, le voyage parut durer beaucoup moins longtemps que l'aller. En un rien de temps, ils furent en vue de leur forêt adorée. Leur clairière les attendait, ils ne savaient pas dans quel état vu le temps qu'ils avaient passé loin d'elle. Il leur faudrait certainement quelques temps de nettoyage avant qu'elle soit de nouveau aussi confortable que lorsqu'ils l'avaient aménagée.

Une fois tout arrangé, Urua ne se sentait toujours pas à l'aise avec la situation. Il profita d'un jour où Diagoras rendait visite à son clan pour aller écumer la forêt, souhaitant tout à la fois être laissé tranquille et croiser une bande de braconnier pour se défouler. Il avait rarement connu un état d'esprit aussi agité depuis qu'il avait quitté Spelunca. Même pendant les grandes crises comme les attaques de calamités et autres guerres, il avait toujours su ce qu'il devait faire, comment il devait agir, quelle direction prendre. Cette fois en revanche, il était totalement perdu. Tout à ses réflexions, son attention était loin de la préoccupation de la direction que prenaient ses pattes. Après tout, il avait parcouru cette forêt de long en large et saurait se retrouver s'il sentait le besoin de rentrer chez lui. Tout à coup, des bruits de sabots retentirent et la lourdeur des pas sortirent Urua de ses pensées.

Rarement un animal ou individu de Sylfaën qui se déplaçait en sabots se trouvait être un ennemi. Ainsi, lorsque l'émetteur de ces bruits apparut au détour d'un arbre, Urua l'accueillit les bras croisés, ses armes coincées à la ceinture. Le centaure qui avait interrompu les pensées d'Urua était un spécimen des plus impressionnants. Une longue chevelure d'argent soyeuse, assortie à sa queue ondoyante, coulait le long de son armure émeraude et or. Une barbe magnifiquement taillée sur un visage sévère qui semblait ne pas avoir d'âge. Il pointait un arc chargé d'une flèche gigantesque qui aurait certainement raison de l'armure plus que résistante du paladin si elle était lâchée. En somme, un adversaire coriace mais un potentiel excellent allié. Urua ne bougea pas un poil de crinière, attendant que le quadrupède prenne la parole, se doutant qu'il se trouvait au cœur même du territoire des centaures.


- Que fais-tu là étranger ? Qui es-tu ?

Qu'un tel personnage de la forêt ignore encore qui était Urua lui rappela que l'humilité était une vertu. Il ne s'en formalisa pas et se dit qu'il avait encore des preuves à faire et une réputation à bâtir dans certaines régions moins visitées.

- Le bonjour, ami. Je suis Urua, Garde zéphyrien et je ne souhaitais pas empiéter sur vos terres. Mes pas m'ont conduit ici pendant que mon esprit était ailleurs.

- Tu me pardonneras si je ne te crois pas sur parole. Où était donc ton esprit pour te mener jusqu'ici sans permission ?

- Dans des préoccupations assez proches des vôtres. Je ne cherche que l'inspiration pour défendre au mieux cette forêt que j'ai appris à aimer et où le danger rôde un peu plus chaque jour.

Le centaure abaissa légèrement son arc mais sans en retirer la flèche. Urua ne saurait lui en tenir rigueur. Il n'avait pas non plus tendance à croire au premier abord quelqu'un qui tenait de tels propos alors qu'il n'en avait jamais entendu parler.

- Quelle place occupe-tu dans la Garde Zéphyr ?

- J'aspire à devenir Seigneur Sylvestre. J'ai bon espoir, je gère déjà nos patrouilles et nos possessions.

- Être seigneur n'est pas une sinécure. Si tu es qui tu prétends être, pourquoi te limiter à la Garde ?

Pendant quelques instants, Urua ne sembla pas comprendre ce que le centaure suggérait. Une réflexion plus tard et il lui posa directement la question.

- Que voulez-vous dire ? N'êtes-vous pas le Seigneur de ces contrées ?

- Je ne me préoccupe que de la clairière des centaures. Ils sont mon peuple et c'est bien assez. Si tu veux protéger ton peuple, tu devrais te proposer pour les diriger.

L'idée fit son chemin dans la tête du Löwen. Il n'avait pas pensé à diriger sa propre région. Jamais ils ne se serait senti l'âme d'un chef avec autant de responsabilités. Toutefois, il se rendait compte que son devoir de protection impliquait aussi d'autres devoirs. Celui de guider les peuples pour leur offrir une région saine et sûre. Celui de veiller à leur bien-être et à la bonne marche de leur vie quotidienne. Le poste de Seigneur Sylvestre lui avait été suggéré par le Père Tungstène et maintenant, le seigneur des centaures l'enjoignait à placer la forêt en entière sous sa protection. La tâche paraissait si insurmontable que l'estomac d'Urua, qu'on savait d'acier, fit des bonds à chaque fois qu'il considérait l'idée.

- Mais accepteriez-vous qu'un autre que vous exerce son pouvoir sur votre peuple ?

- Nous devrons nous concerter sur les questions concernant les centaures, mais pour le reste, si tu es un bon dirigeant, nous n'aurons pas de problèmes.

- Merci, ami. Comment vous nommez-vous ?

- Je suis Pabilsag. Retiens ce nom. Si tu agis en seigneur, nous pourrons devenir alliés, voire amis un jour. Sinon, tu me trouveras sur ton chemin.

D'un mouvement de tête faisant virevolter sa crinière, le Löwen montra qu'il comprenait. Aucune réponse n'était appelée et il comprenait qu'il n'était pas encore le bienvenu. La conversation avait fait office de présentations et la prochaine fois qu'ils se croiseraient, ils sauraient tous deux à qui ils auraient affaire. Ne souhaitant pas imposer plus longtemps sa présence, ni engager un conflit alors qu'il avait de nouveau de quoi réfléchir à lui causer des migraines.
Revenir en haut Aller en bas
 

[One-shot] Deux seigneurs dans une clairière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Deux orcs dans la savane [Pw Thurg'Naz] [en Pause]
» [Solo - One-shot] Mann, l'esprit renard
» Petite sortie en famille [Solo - One-Shot]
» [Solo - One-shot] Is, l'esprit marmotte
» Il y a plus dans les forêts que dans les livres.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde de Dùralas :: Ouest de Dùralas :: La forêt Sylfaën :: Village des elfes [Zone communautaire]-