AccueilAccueil  BestiaireBestiaire  CarteCarte  ContexteContexte  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Herbier  

Le Monde de Dùralas


Bonjour Invité, et bonne visite sur Dùralas !
Nous sommes actuellement en l'An 810 du Ve Âge.
Bienvenue à notre dernier membre : Fëanor
Le Monde de Dùralas a précisément 3823 jours !
Contribuez en aidant et en faisant part de vos idées pour le forum ici
Dùralas, le Mer 17 Avr 2024 - 21:00
La Spécialisation de classe s'obtient à Wystéria.
Pour être à l’affût des dernières nouveautés, c'est ici qu'il faut aller !
Envie de sensations fortes, de gloire ? Tentez le Championnat de BaldorHeim
Pour toute réclamation, visitez le Bureau des réclamations.
La bibliothèque de Stellaraë regorge d'informations sur Dùralas.
Devenir Roi ? Prince ? Prêtre ? C'est possible dans le recrutement RP
La salle des trophées recense les plus grands héros de ce monde !
Le deal à ne pas rater :
Jeux, jouets et Lego : le deuxième à -50% (large sélection)
Voir le deal

 

 Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
+2
Eyara Kilab
Holy
6 participants
AuteurMessage
Holy
L'Aubergiste ♦ Mélomancienne

L'Aubergiste ♦ Mélomancienne
Holy

Messages : 1414
Expérience : 7178
Féminin Âge RP : 21

Politique : 154
Titres:

(Lune, âme et compagnon abyssale d'Holy ; +50% stats et effets)

Stats & équipements
Vitalité:
Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] 644535103742/3742Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] 242396barresante02  (3742/3742)
Vitesse: 917
Dégâts: 1102

Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] Empty
MessageSujet: Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë]   Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] EmptyVen 7 Juil 2023 - 5:36
Séparation du contenu
Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] B3511917

Depuis combien de temps ils n’étaient pas venu m’apporter à manger ? Il était impossible de se rendre compte du temps qui passe ici. Quelques heures ? Plusieurs jours peut-être ? Je m’étais éveillée dans cette pièce et depuis, personne n’était venu me voir. La lumière était vive et le blanc immaculé de chaque recoin me donnait mal à la tête. Alors recroquevillée sur moi-même, mes grandes ailes plaquées dans mon dos et la tête dans les genoux. Je m’étais emmitouflée dans un drap blanc, sur un matelas blanc au confort laissant à désirer. J’attendais. Je pleurais. Je hurlais.

Un énorme cadre noir fixé sur le mur en face de mon lit tranchait avec le blanc de la pièce. Ils m’observaient à travers cette vitre à peine dissimulée. Je pouvais sentir leurs regards perçant sur moi. Ils m’oppressaient. Ils me jaugeaient. Eux aussi attendaient.
Les mots du docteur Xénara résonnaient en moi comme le clapotis d’une fuite d’eau. Ce bruit revenant sans cesse et tapant sur les nerfs. Robot débile… Déprogrammé… Inhumaine… Bonne à rien… La Hiérarchie.

La Hiérarchie.

Je n’avais jamais entendu ce mot. Mais c’est la cause de tout ça. La colère vibra dans mon système alors que je compris d’où venait mon malheur. Je cessais de pleurer, et pour la première fois mes yeux rosés fixèrent un point avec haine.



« C’est exactement ce que je voulais voir. Dit-il d’un ton satisfait. Amenez-la pour le test final.

-Bien monsieur. »

Ce petit échange derrière une vitre sans tain provoqua un vrai chaos au sein de l’équipe de scientifique. La Hiérarchie avait décidé de s’immiscer dans leurs travaux, et tout le monde sait qu’on ne la déçoit pas. Cet organisme était le cœur de toutes ces recherches, des financements, de la confidentialité des travaux, et de la satisfaction des clients plus que douteux qui faisaient appel à elle.

Le sujet 4L1C3 était un échec, et les échecs n’étaient pas tolérés.

Les hommes en blouse blanche, nom plus que passable pour appeler les pantins de la Hiérarchie, n’était ni plus, ni moins que des cyborgs pouvant maîtrisant d’autres cyborgs et qui n’avait ni conscience, ni humanité. Trois d’entre eux entrèrent en trombe dans la cellule et maîtrisèrent sans mal le projet 4L1C3 qui fut transporté vers la salle de test final nommé Strygimus.
Elle fut connectée à cette énorme machine par de nombreux câbles fixés dans les parties mécaniques de son corps. L’un deux était directement relié à son cœur artificiel. Le but étant de la surcharger de strygium pur pour activer ses pulsions meurtrières de force et briser son esprit.
Peu de cyborg survivaient au Strygimus, voir même aucun à ce jour. C’était surtout un moyen de se débarrasser des sujets défectueux et invendables.

« C’est bien dommage, le sujet 4L1C3 avait un potentiel unique, ses antécédents étaient uniques. Et c’est sûrement ce qui l’a rendu si inutile… Démarrer le protocole ! »

Dans la salle de contrôle, une pièce blindée dont les grandes fenêtres en verre trempé donnaient sur le Strygimus, tous s’afféraient à faire passer des informations, à appuyer sur tout un tas de boutons et à relever ou abaisser des leviers.

« Début du protocole dans trois… Deux… Un… »



Un liquide fluorescent coulait lentement dans les tuyaux fixés dans mon corps.

« aaaAAAAHHHH… » La douleur était si forte, chaque parcelle de mon être souffrait le martyr. Tous mes sens étaient décuplés. Le moindre son me martelait les tempes. Les odeurs me brûlaient le nez.

Douleur et colère, hurlement et souffrance…

« On va la perdre ! Arrêtez ! » Xénara… Elle tente de me sauver ? Après tout ce qu’elle m’a dit ? Après tout ce qu’elle m’a fait ?

Je la déteste, je les déteste tous.

« Non, continuez. Augmentez la dose, aucun cyborg n’a survécu jusque-là, elle est spéciale. » Le scientifique de la Hiérarchie parlait d’un ton calme et mesuré, presque décalé au vu de la situation.

J’ai mal, j’ai si mal, je veux que cela cesse !

Des veinures roses vivent se dessinèrent sur ma peau ainsi que sur mon torse et mes jambes bioniques. Malgré la douleur, je pouvais sentir une force grandir en moi, pousser mon enveloppe, désirant se libérer. L’air vibra autour de moi, faisant clignoter les lumières.

Une onde de choc explosa, balayant le Strygimus, la salle de commande, le labo tout entier, la ville, tout Dùralas II, pour aller se perdre dans l’espace. Un instant, tous les pare-feu furent brisés, la sécurité du labo mise à nu. Et un message voyagea dans l’onde, capté par certaines fréquences seulement. « Aidez-moi… Brisez la Hiérarchie… ». Avant que la magie ne s’estompe et que le courant revienne sur la planète.

Je tombais à terre, incapable de bouger, les membres paralysés. Ça sentait le brûlé, la machine avait pris feu. Du sol, je pouvais voir des scientifiques courir en tous sens avec des extincteurs. Avais-je provoqué tout ça ? Je me sentais si faible, si fatigué. Je ne sentais plus mon corps. Un instant je pensais à ces personnes que j’avais rencontrées dans la salle d’entraînement… Une ressemblait à un dragon, elle avait été gentille avec moi…

« Son système est endommagé ? Demanda une voix qui se brouillait dans ma tête.

-Non… Pense… Ira… Digne… De… Réputation… Avant… Ramnez-là… Cellule… » Je n’entendis qu’un mot sur deux avant de perdre totalement connaissance.

couleurs des dialogues si vous voulez les réutiliser:
Revenir en haut Aller en bas
Eyara Kilab
Rose du désert

Eyara Kilab

Messages : 573
Expérience : 1859
Féminin Âge RP : 29

Politique : 07
Titres:

(Boris, élémentaire de pierre d'Eyara Kilab +800)

Stats & équipements
Vitalité:
Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] 644535102575/2575Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] 242396barresante02  (2575/2575)
Vitesse: 825
Dégâts: 470

Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] Empty
MessageSujet: Re: Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë]   Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] EmptyVen 7 Juil 2023 - 11:05
Séparation du contenu
Ce jour-là, Fahima était dans son labo, à travailler sur son projet. Elle voulait percer à jour le secret de la transformation des cellules des thérians, lorsqu’ils se transformaient d’une forme à une autre. Du moins, elle voulait comprendre comment celà se passait. Certes, il existait désormais plein de théories, et tous savaient que, à la base, le gène de transformation provenait d’une lointaine maladie ancienne, contagieuse pour certaines races, mais la louve voulait en savoir plus. Elle voulait comprendre pourquoi certains pouvaient être contaminés, et pourquoi d’autres non. Qu’est-ce qui immunisait les autres exactement ? Et pourquoi ce n’était que des races carnivores ? Fahima en était à comparer l’un de ses poils de sa forme lupine à un poil de son bras humain lorsque son ordinateur capta un message, après une onde de choc qui fit trembler le labo. «Aidez-moi… Brisez la Hiérarchie… ».

- Mais qu’est-ce que …

La Hiérarchie ? Ce n’était pas ceux qui dirigeaient et approuvaient les projets scientifiques du système par hasard ? Après une rapide recherche, Fahima confirma sa pensée. Pourquoi quelqu’un voudrait briser la Hiérarchie ? Que se passait-il ? Une alarme incendie se déclenche. Quelque chose avait probablement explosé dans un autre labo du bâtiment. Fouillant dans le système interne, la louve localisa la zone problématique. Bizarre, elle n’avait jamais vu cette partie du bâtiment dans le système. l’explosion avait probablement créé une faille. Autant en profiter. Prenant son livre de cours au cas où, la lycanthrope se dirigea au mieux de sa mémoire vers l’annexe. Des gens couraient dans tous les sens en s’approchant et, profitant encore une fois que personne ne semblait s’occuper d’elle, la jeune femme suivit l’odeur de fumée, jusqu’à une pièce incendiée, d’où l’ont sortait une femme cyborg aux ailes de papillon. Tiens, n’avait-elle pas affronter il y a quelques jours cette fille ? Elle semblait mal en point. La louve suivit discrètement les scientifiques, qui déposèrent la jeune papillon dans une salle verrouillée. Bon, la cyborg semblait mal en point, et en plus, ceux qui l'avaient amené dans la pièce ne semblaient pas du tout intéressés à la soigner. Que faire ? Elle était probablement dans une zone interdite, mais son instinct lui disait qu’elle devait aider la jeune papillon. Fahima nota le numéro de la “cellule”, puis déambula dans les couloirs, à la recherche d’une façon de déverrouiller la pièce. Elle finit par croiser d’autres scientifiques, qui couraient vers l’incendie. Dans la confusion, la louve renversa l’un d’eux, et, alors qu’elle l’aidait à se relever en s’excusant, lui déroba son badge discrètement. “Pfiou, il a rien vu …” Revenant sur ses pas, Fahima retrouva la cellule de la cyborg et y entra.

La pièce était d’un blanc immaculé à rendre fou quiconque resterait trop longtemps ici. Non mais, c’était quoi cette aile du bâtiment ? Qu’est-ce qui s’y passait. Remarquant la fille papillon inconsciente sur un lit, des veines rosées bien visibles un peu partout, Fahima craignit un instant être arrivée trop tard. Mais voyant la jeune cyborg respirer, la louve s’empressa de vérifier son état. Elle était mal en point, mais difficile de dire les dommages exact. La professeure ouvrit le boîtier à la fin de son livre, et en sortit l’un de ses scarabées de soins, qu’elle déposa doucement sur la papillonne. Ce dernier lui injecta son sérum. Fahima souhaita intérieurement que cela fonctionnerait et remettrait sur pied la jeune femme. La louve s'asseya et pieds du lit et attendit.




Nouvelle venue et Trésorière du Cirque de l'Éclipse • Disciple Daemocienne • Dragonnière d'Argent

Ma fiche de combat : Ici
Ma ménagerie et mes invocations en image : Ici
Ma boutique de sculpture, enchantements et remèdes : Masha'zahk - Bois magique
Revenir en haut Aller en bas
Kaïna Garnet
Voleuse

Kaïna Garnet

Messages : 519
Expérience : 3097
Féminin Âge RP : 22 ans

Politique : 48
Titres:

(Hibou +400, v+400 ; Dissuasion : vous évite à coup sûr la prison)

Stats & équipements
Vitalité:
Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] 644535102086/2086Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] 242396barresante02  (2086/2086)
Vitesse: 1038
Dégâts: 1245

Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] Empty
MessageSujet: Re: Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë]   Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] EmptyVen 7 Juil 2023 - 20:27
Séparation du contenu
Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] Border16

Nakaï avait rejoint la salle d'holo-conférence. Elle s'apprêtait à contacter Sholma lorsqu'elle constata qu'elle avait un appelle. Julia... Elle adorait sa sœur, seulement, ce n'était pas vraiment le moment. Enfin, malgré ses 12 ans, Julia était la meilleure pirate informatique que Nakaï connaissait. Même Frelon faisait pâle figure à côté. Oh et puis merde, elle prit l'appel.

"Soeurette soeurette! Faut que je te dise un truc un truc!

-Qu'est ce que tu veux Julia? Et tu n'es pas obligée de tout répéter deux fois tu sais?

-Je sais je sais mais, j'aime bien j'aime bien! C'est par rapport à ton combat combat!

-Je devrais t'en coller une pour avoir encore piraté ma salle d'entraînement mais, si tu m'appelles pour m'en parler, j'imagine que tu as quelque chose d'intéressant.

-La cyborg cyborg trop trop trop trop belle, tu veux aller la sauver sauver non? Je sais de quel labo labo il s'agit. J'ai déjà piraté leur base de données données. Bon, c'est du costaud costaud! Même moimoi, j'ai pas pu faire plus que choper des informations informations."

Julia:

Soudain, la connexion sauta quelques secondes. Elle revint presque aussitôt et les deux soeurs Garnet purent poursuivre leur conversation. Julia dit à Nakaï tout ce qu'elle avait besoin de savoir et lui intima de ne pas y aller seule. Finalement, sans s'en rendre compte, elles se mirent à discuter de bidules et machins électroniques, de robots et même de flingues. Julia ne s'intéressait pas aux flingues en eux mêmes mais, elle adorait les trafiquer. Nakaï en avait plusieurs fois fait les frais, se retrouvant une fois avec un flingue qui tirait des étrons de skag. Enfin bon, la Corsaire ne savait pas combien de temps elles avaient parlé. Elles furent finalement coupées par ce qui ressemblait à un IEM. "Pas encore!" pesta Nakaï intérieurement mais, le courant fini par revenir et elle put capter un appel à l'aide. "Aidez-moi… Brisez la Hiérarchie…" Elle lança immédiatement un scan de localisation. Pas manqué, c'était la cyborg! Cette fois, le temps pressait. Nakaï voulut appeler Sholma la première. Elle avait une dette envers elle et les Corsaires, le moment était venu de la payer. De base, Nakaï s'en moquait. Cette histoire de dette, c'était juste pour ne pas perdre la face. Sauf que pour le coup, elle aurait bien besoin d'un coup de main. L'équipage devrait rester à bord du vaisseau pour couvrir leurs arrières et leur ouvrir une porte de sortie. En plus, avec le solo qu'elle avait détruit lors du pilage, ils n'en avaient plus des masses, mieux valait éviter de trop en risquer. Elle lança d'abord un appel sur le vaisseau de la lézarde. Rien, il était à l'arrêt mais, c'était suffisant pour avoir les coordonnées. Pas suffisant pour la trouver elle. Elle l'appela alors sur son Holo-call portatif mais, toujours rien. Par contre, cette fois, elle put obtenir les infos qu'elle voulait. Elle allait rejoindre le solo quand elle croisa Frelon et Dahlia. Frelon lui dit qu'il savait ce qu'elle comptait faire et Dahlia lui suggéra alors de contacter Circë. Nakaï demanda alors:

"La rouquine? Mais, pourquoi est-ce qu'elle m'aiderait?

-Elle t'aime bien, peut-être un peu trop même... Enfin, c'est quelqu'un de fiable et elle est habile au combat. Puisque je ne peux pas venir, je serais rassurée de la savoir à tes côtés."

Nakaï soupira. La vampire risquait encore de lui faire du rentre dedans la connaissant mais, il était vrai qu'elle savait se battre. Pourquoi pas après tout. Elle l'appellerait en chemin, là elle n'avait pas de temps à perdre et devait aller chercher Sholma. Elle fonça donc à son solo, fit ouvrir le sas et décolla.

Solo de Nakaï:

Tandis qu'elle se dirigeait vers la position de Sholma, elle contacta d'abord Circë. Elle se contenta de laisser un message, n'étant pas aussi sûre que Dahlia qu'elle accepterait et ne voulant pas perdre de temps.

"Salut la rouquine, c'est ta barjo préférée! En tout cas, j'espère que je suis ta préférée. Bref, j'arrête avec les mots doux. Je sais pas si tu as perçu l'espèce d'IEM qui a frappé il y a quelques minutes. C'est l'oeuvre d'une cyborg et elle a besoin d'aide. J'y vais de ce pas. Si tu veux me filer un coup de main, rejoins moi à ces coordonnées! Bisous copine!"

Une bonne chose de faite. Il lui restait deux personnes à contacter. Elle commença par Maya. C'était une Corsaire à sa solde et une de ses plus fidèles amies. Malgré cela, elle n'était pas sûre qu'elle accepte. Certes, le coup que Nakaï s'apprêtait à commettre était un des plus gros qu'elle n'avait jamais fait mais, il n'y avait pas de gros profit à la clé et Maya était plutôt quelqu'un de vénale. Bah, elle avait aussi le goût du risque et la capitaine espérait que cela suffirait. Elle pouvait aussi lui en donner l'ordre mais, cela ne lui plaisait pas. Bah, de toute façon, elle comptait sur leur amitié. Si elle refusait, tant pis.

"Hey Maya, je te préviens tout de suite, cette fois, y aura ni Strygium ni crédit garantis. Par contre, je prépare un coup énorme et, je vais avoir besoin de toi. En fait, ça pourrait bien être notre plus gros coup, bien au dessus du cargo de la dernière fois. Bref, dis moi juste oui ou non! Si oui, rejoins moi à ces coordonnées!"

Il restait un appel à passer. Celui-ci était sensé être purement stratégique. Nakaï avait vu la prof se battre et savait qu'elle se débrouillait mais, vu l'ampleur que cela risquait de prendre, elle ne voulait pas entraîner Fahima dans tout ça. Elle voulait juste savoir si elle pourrait les aider à rentrer. Elle la contacta alors mais, lorsque cette dernière répondit, elle coupa la connexion directement. Sa position... Il n'y avait que deux options, soit elle bossait avec ces raclures de la Hiérarchie, soit, elle avait aussi voulu venir en aide à la cyborg. Dans le premier cas, il ne fallait pas qu'elle sache que Nakaï débarquait. Dans le deuxième, Nakaï devait faire encore plus vite et n'avait pas de temps à perdre avec un holocall. Malgré cela, elle préférait la deuxième option. Au moins, ça voulait dire que Fahima n'était pas une méchante.

Elle arriva là où le vaisseau de Sholma était garé. La lézarde était un peu plus loin dans une sorte de... manoir... Comment s'était elle retrouvée ici? Bah, pas le temps de se poser de questions. Nakaï s'apprêta à entrer mais, elle fut arrêtée par deux gorilles qui étaient d'ailleurs des thérianthropes gorilles.

"Halte, on ne passe pas!

-Si, je passe!

-Non! Nous avons pour ordre de ne laisser personne.

-Et moi je vous donne l'ordre de me laisser passer.

-Sauf que tu n'as pas d'ordre à nous donner.

-Ah bon? Pourtant, j'ai un flingue.

-Raison de plus!

-Bon ok, je vais le poser à mon vaisseau. Attendez moi ici!

-Non mais, vous ne passerez pas!"

Nakaï partit poser son flingue et revint devant les deux gorilles. Elle leur sourit alors et leur dit:

"Ma pote est la dedans. Je viens juste la chercher et je me casse.

-C'est pas notre problème.

-Bon, j'ai pas le temps, lâchez moi la grappe!"

La capitaine Corsaire activa alors ses bottes anti gravité et passa par dessus les gorilles qui se lancèrent à ses trousses mais, la jeune femme était plus rapide. Elle suivait le signal qui était sensé la mener jusqu'à Sholma. Les gorilles l'avaient lâchée, retournant surveiller l'entrée. Ils avaient toutefois prévenu le reste du personnel qui s'était mis à poursuivre Nakaï dans les couloirs. Vu du dessus, cela aurait pu ressembler à une partie de Pac-Man mais, la rouquine n'avait pas le temps de s'en amuser. Elle finit par arriver devant une porte close. Elle l'ouvrit d'un violent coup de pied et ses poursuivants se stoppèrent nets, se confondant en excuses devant un Elfe Naga que Nakaï connaissait bien. Pas personnellement mais, elle savait qui c'était. Brad Python! Un de ses acteurs préférés. Il avait notamment joué dans "Snake Club" et "Sssnatch". Il était en sous vêtements et Sholma aussi. Un peu de plus et Nakaï les aurait trouvé en écailles. Cela dit, elle ne sembla pas plus perturbée que cela. Elle s'approcha, saisit Sholma par la corne et, tout en la traînant vers la sortie, elle dit:

"Désolée, en temps normal, je t'aurais demandé un autographe mais, là, j'ai juste besoin d'elle. J'essaye de te la ramener au plus vite, c'est promis!"

Hormis Sholma qui essayait de se dégager de l'emprise de Nakaï, tous les autres étaient bien trop stupéfaits pour faire quoique ce soit. Ils se demandaient ce qui venait de se passer. Une parfaite inconnue était rentrée dans le manoir, avait foutu un bordel monstre pour au final embarquer la seule personne qui n'était pas sous leur protection. Nakaï finit alors par lâcher la corne de Sholma et lui expliqua la situation.

"J'imagine que j'ai pas besoin de te faire un dessin. Je vais aller sauver cette cyborg. Je t'ai sauvée par le passé et j'espère que je peux compter sur toi pour la sauver elle. Je sais que je viens de te flinguer le coup du siècle mais, elle, elle va se faire flinguer tout court si on ne se dépêche pas."

Elle traça alors vers leurs vaisseaux, s'assurant que Sholma la suivait. En passant les gorilles, elle leur fit un signe de la main qu'ils lui rendirent hébétés. Ils avaient dû en repousser des types mais, elle, elle était vraiment spéciale. Ce n'était qu'une gamine et malgré ça, elle avait trompé leur vigilance, échappé à tout le personnel et réussissait à repartir comme une fleur.

Si tout le monde répondait présent, il n'y avait plus qu'à se rendre aux coordonnées que Nakaï avait transférées à chacune. Elle s'y rendit donc en compagnie de Sholma. Une fois sur place, elle dit aux autres par message de la retrouver à l'intérieur. Pas le temps d'attendre. Dans les labos, elle croisait surtout des scientifiques affolés. Elle avait juste à suivre la direction opposée pour trouver son chemin. Elle ouvrit les portes fermées à coup de pied et celles qui résistaient avec son flingue. Elle finit toutefois par en trouver une qui résistait aux deux. C'était sur, elle était sur la bonne voie. Puisque la porte résistait, elle fit un trou dans le mur. Pas de problème, que des solutions. Ils avaient anticipé qu'on puisse vouloir forcer la porte mais, pas qu'une barjo avec un flingue dégommerait le mur. Nakaï poursuivit son chemin, sachant éperdument qu'elle touchait au but.

Une nouvelle porte se trouvait devant elle. D'après le signal, c'était la dernière qu'elle aurait à franchir. Sholma, Maya et Circë l'avaient elle suivie? Nakaï s'en moquait. Elle bouillait de rage. Elle ne pouvait pas tirer, si le tir était assez puissant pour détruire la porte, il pourrait toucher la cyborg. Elle décida donc de pirater l'entrée. Grâce aux informations que Julia lui avait envoyées, elle y parvint sans trop de problème. Devant elle se trouvait un cyborg et deux scientifiques. Le cyborg n'était clairement pas celui qu'elle cherchait. Elle lui tira dessus afin de s'en débarrasser puis, tira sur les lumières pour semer le chaos. Elle abaissa alors ses lunettes sur ses yeux et activa la vision nocturne. Elle s'écria alors:

"A bas la Hiérarchie!"

Elle lâcha alors son flingue et baissa la tête. Elle n'avait pas son sourire habituel. Au contraire, elle avait un regard noir et elle s'approchait lentement du scientifique, les poings serrés. Quand elle fut à son niveau, elle lui colla une droite et dit:

"Elle est où?"

Pas de réponse. Elle saisit le crâne de l'homme de sa main gauche, celle qui était remplacée par une prothèse et commença à serrer.

"Elle est où?

-Qui?

-Me prends pas pour une quille!"

Nakaï commença à encastrer la tête de l'homme dans la vitre sans tain. Il finit par répondre qu'elle était dans sa cellule et indiqua le chemin. La Corsaire le fracassa deux ou trois fois de plus puis, le jeta à terre, en sang et à deux doigts de perdre connaissance. Elle partit récupérer son flingue et il en profita pour lui demander:

"Qu'est-ce que vous lui voulez?

-Juste la sauver! Une fois qu'elle sera en lieu sûr, elle sera libre de faire ce qu'elle veut. Et si ce qu'elle veut, c'est venir vous tuer, je me ferais une joie de l'aider. La seule raison pour laquelle je ne vous tue pas, c'est pour qu'elle puisse se venger de toi et tes collègues si elle le désire. Je déteste les méchants, tout particulièrement ceux dans ton genre."

Nakaï prit alors le chemin indiqué par le scientifique et trouva la cyborg allongée. Fahima était là et semblait vouloir l'aider. Ouf, elles étaient du même côté, en tout cas, ça en avait l'air. La Corsaire pointa tout de même son flingue puis, elle dit:

"Fahima, rassure moi, tu n'es pas du côté des méchants? Comment elle va? Il faut vite la ramener à elle car les ennuis vont bientôt commencer. Je te préviens, ce sera bien plus dangereux que la dernière fois."

Même si Nakaï n'avait plus son regard noir, elle n'avait pas retrouvé son sourire et son entrain habituel. On sentait bien qu'elle était à cran. Elles ne pouvaient pas traîner ici. Des adversaires bien plus redoutables que le scientifique risquaient de débarquer.




Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] Kazcna11
Fiche combat:
Revenir en haut Aller en bas
Alyena Ombrenuit
Assassin

Assassin
Alyena Ombrenuit

Messages : 535
Expérience : 2324
Âge RP : 350

Politique : 15
Titres:

(Fantôme, Warg d'Alyena [Modifié] +350, v+300, 150))

Stats & équipements
Vitalité:
Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] 644535102200/2200Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] 242396barresante02  (2200/2200)
Vitesse: 1096
Dégâts: 1663

Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] Empty
MessageSujet: Re: Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë]   Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] EmptySam 8 Juil 2023 - 9:25
Séparation du contenu

Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] Img_1010

Maya pour sa part traversait une zone aux commandes de son chasseur Alpha non loin de Duralas II. Tout allait bien jusqu’à ce qu’elle ressente un truc étrange. Son vaisseau ne répondait plus. Tout s’était éteint. Plus une commande ne fonctionnait et le vaisseau commençait à descendre dangereusement tous moteurs coupés.

« Mais c’est quoi ce bordel encore?! »

Cria t’elle en s’activant à mobiliser différents boutons et manettes frénétiquement.

« Putain! Putain! Putain!!! »

Puis finalement les moteurs de son vaisseau se remirent en marche et elle put reprendre son vol dans un soupire de soulagement. « Un IEM puissant? Terriblement puissant pour mettre mon chasseur out à cette distance du sol… » songea t’elle perplexe. Mais plus rien ne semblait perturber son vol à présent. Et d’ailleurs son holocom ne tarda pas a s’allumer dans un bio agaçant. Elle appuya sur le bouton pour récupérer le message. Un message de Nakaï. Elle se foutait d’elle ou quoi?! Pas de Strygium, pas de crédits mais c’était un gros coup?! Dans quel sens?! D’un autre côté si elle l’appelait c’est qu’elle avait besoin d’elle sans doute… car elle devait se douter que Maya ne se déplacerait pas gratuitement… alors finalement elle choisit de répondre à son message d’un ton las.

« Tu fais chier ma belle… bon j’arrive… »

Dit elle dans un soupire avant de rompre la communication pour récupérer les données de localisation. Elle posa donc son vaisseau sur Duralas II un peu plus loin que le labo histoire de se garder une porte de sortie. Elle le masque ensuite avec quelques branchages en laissant accessible sa passerelle pour pouvoir monter rapidement dedans en cas de besoin, puis partie au point de rendez vous avec son fusil sur l’épaule. Elle ne souriait pas particulièrement en voyant Nakaï. Parce que le fait de ne pas gagner de crédits là dessus, la contrariait un peu. C’était une contrebandière elle! Y’avait rien de gratuit quand elle rendait service normalement! C’est bien parce que Nakaï lui avait demandé qu’elle était là ! Enfin bref. Elle la suivit au travers du labo ou une certaine panique semblait avoir lieu.

« Bon… tu vas te décider à me dire ce qu’on vient foutre dans un labo ma belle? »

Demande t’elle. Peut être qu’il y avait de quoi récupérer ici qui sait? Ou peut être des scientifiques qui pourraient lui filer un coup de main plus tard… fallait bien trouver un intérêt à cette balade…elle reconnue la Professeur en arrivant alors que son regard bleu l’observait. Elle baissa son arme sans dire un mot et la pointa sur elle en attendant la réponse à la question. Elles n’étaient pas en entraînement là.
Revenir en haut Aller en bas
Sslozmek Hann
Rôdeur

Sslozmek Hann

Messages : 753
Expérience : 3058
Masculin Âge RP : 38

Politique : 15
Titres:

(Seltin, corbeau de Sslozmek [Modifié], +100, v+200, - l'effet dépend du tour (voir fiche joueur))

Stats & équipements
Vitalité:
Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] 644535102805/2805Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] 242396barresante02  (2805/2805)
Vitesse: 933
Dégâts: 1142

Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] Empty
MessageSujet: Re: Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë]   Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] EmptyMar 11 Juil 2023 - 14:52
Séparation du contenu
Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] Dbltxj13




    Tournoyant autour de la cité de Sinople, réputée pour avoir été bâtie en harmonie complète avec la nature, le vaisseau de course d’un blanc immaculé et aux lignes fines et épurées, amorçait sa descente vers un bâtiment posé sur le plus au sommet de la ville. Le manoir, construit en hauteur avec des formes organiques, était parsemé de nombreuses terrasses pour accueillir toutes sortes de plantes alors que des lianes grimpaient sur sa structure ovoïde. Une plateforme reliant la tour principale érigée au centre du bâtiment, permis au vaisseau de se poser délicatement. Ici, nul train d’atterrissage mais un système de sustentation permettant au vaisseau de rester en lévitation. Le pilote était un Naga hybride dont la tête et le buste correspondaient à ceux d’un elfe alors que le reste du corps s’allongeait en une queue de plusieurs mètres couverte d’écailles lisses et brillantes.

    Il descendit par une petite rampe qui se décrocha de la carlingue du navire et fit le tour pour ouvrir la portière de sa passagère qu’il aida à descendre en lui tenant délicatement la main. Elle était vêtue d’une robe turquoise et blanche se mariant à merveille avec sa peau et ses écailles aux teintes orangées. Les étoffes soyeuses descendaient jusqu’à ses chevilles en soulignant les courbes de son corps sans qu’il ne soit serré pour autant. La pièce avait été conçue sur-mesure par des tailleurs de talent pour laisser passer sa longue queue et ses petites ailes recroquevillées. De la fine dentelle blanche habillait son dos en formant des motifs floraux qui rappelaient de toute évidence l’atmosphère et l’ambiance de la cité. Elle progressa, main dans la main aux côtés de l’elfe-naga.

-Ce petit tour vous a plus ? S’enquit-il.

-Petit ? Nous avons fait le tour de la planète !

    Il décrivit un large sourire.

-D’habitude, les femmes que j’emmène sont plutôt effrayées par la vitesse, mais toi, tu sembles adorer ça.

    Elle lui répondit par un léger sourire alors qu’il la fixait de ses yeux semblables à deux grosses émeraudes. Puis ils continuèrent à progresser sur la passerelle, jusqu’à arriver sur une double porte qui s’ouvrit après un scan rétinien.

-Bienvenue. Brad Python. Emit une voix enregistrée semblant si réelle que la djöllfuline avait cru que quelqu’un les accueillait vraiment derrière la porte.

    Le couple rentra dans les appartements décorés, eux aussi sur le thème de la nature. La pièce, de forme vaguement ovoïde, asymétrique, possédait de nombreux branchages en bois finement sculpté qui parcouraient les murs jusqu’au plafond. Tandis que de vraies plantes, probablement entretenues par des robots, étaient disposées ça et là. Tantôt au sol, tantôt sur des vieux meubles datant d’époques lointaines dans le même style art nouveau que le reste de l’appartement. A moins que ce ne soient des reproductions. Mais qu’importait, le dépaysement était total. Cassandra se dirigea vers une baie vitrée dont elle activa le déphasage à l’aide d’une commande au mur. Elle menait sur un balcon duquel toute la ville était visible tout comme l’Océan rappelant les teintes d’une opale. Alors qu’elle admirait la vue, elle sentit une main caresser son dos avant de remonter jusqu’à son épaule. Puis, se pressant contre son flanc, le corps de son hôte.

-Est-ce que ça te plaît ?

    Elle hocha la tête, les yeux toujours écarquillés. L’espace lui avait déjà offert de grands spectacles. Dans certaines nébuleuses, il était parfois possible d’observer la faune spatiale danser. Elle offrait un ballet enchanteur que la jeune djöllfuline ne se lassait jamais d’admirer. Mais cette vue sur cette étendue d’eau si immense qu’elle ne semblait jamais se terminer, plongée dans cette verdure où seuls quelques excroissances blanches et vertes trahissaient qu’ils se trouvaient dans une ville, elle n’avait jamais rien vu de plus idyllique. Elle se croyait en pleine utopie, plongée dans un rêve, choyée comme une princesse. Une chose était sûre, elle ne voulait pas rouvrir les yeux. La main sur ses épaules glissa jusqu’à sa hanche, puis, de plus en plus bas. Elle frissonna puis tourna lentement sa tête vers lui. Il avait son habituel sourire en coin, mais il s’était élargi à l’autre extrémité de sa bouche. D’une simple pression de sa main Brad l’invita à se retourner vers les appartements. Ils traversèrent tous les deux la baie vitrée et Sholma découvrit un immense lit circulaire qui n’était pas présent à leur arrivée. Il était couvert de coussins dont certains avaient même la forme de cœur. Elle s’en approcha, toucha les draps. Ils étaient légers et avaient une texture souple et douce. Elle sentit alors une deuxième main, parcourir son corps, souligner chacune de ses courbes, tandis que la première commença à défaire le laçage de sa robe. Des lèvres chaudes se posèrent au creux de sa nuque. Elle fut éprise d’un doute, d’une gêne, et l’arrêta net.

-Attends, je…je reviens.

    En balayant la pièce, elle trouva une autre ouverture menant à ce qui semblait être une salle de bain. Elle quitta la célébrité sans se retourner et fit coulisser la porte derrière elle.  A vrai dire, la salle de bain était aussi grande qu’un petit appartement sur Dùralas II. Elle appuya ses deux mains sur un lavabo et se regarda dans la glace. Depuis qu’on avait tenté de l’assassiner et qu’elle avait une nouvelle fois frôlée la mort, elle n’était plus vraiment la même. Elle revoyait le visage de la cyborg, sa mâchoire qui s’ouvrait, s’ouvrait, jusqu’à avoir un angle surnaturel, laissant entrevoir tous ses rouages et une arme, une sorte de minuscule foreuse qui s’était approchée de son œil, petit à petit pour lui  offrir une mort lente et douloureuse. Elle avait été sauvée in extremis par un individu qui haïssait plus que tous les cyborgs et les droïdes. Mais jamais elle ne s’était remise de l’affrontement.

    D’habitude, c’était elle qui exécutait des contrats, qui allait chercher les « méchants » comme les qualifieraient simplement Nakaï. Ils l’étaient. Parfois, les définitions les plus simplistes étaient aussi les plus justes. Elle savait qu’elle devait se montrer discrète envers les veilleurs notamment, qui eux, ne semblaient pas l’avoir cherché plus que cela. Probablement avaient-ils d’autres drachats à fouetter, surtout avec les tensions qui régnaient entre eux et les autres factions. Mais les Enfants de la Lune, du moins, ceux qui avaient fomentés contre elle, n’avaient cessés de l’espionner. Depuis le début, ils connaissaient ses moindres faits et gestes et avaient attendus un moment de faiblesse, d’inattention. Un moment où pour une fois, elle n’était pas sur ses gardes, pour frapper.  Quelque part, le traumatisme fut tel qu’ils avaient presque réussit à la tuer. Maintenant, elle savait ce que c’était d’avoir sa tête mise à prix. De devoir toujours fuir la mort, de plus en plus loin, repousser les limites, se camoufler et toujours surveiller ses arrières. Il n’y avait plus eut un seul instant où à la moindre ombre elle ne sursautait pas, la main sur son holster, prête à dégainer.

    Alors, pour fuir ce problème, elle s’était réfugiée dans son vaisseau, au milieu de nulle part, dans l’espace, d’où elle s’était jurée de ne plus jamais sortir. Mais même là, elle ne se sentait pas en sécurité. C’est dans ce moment de détresse, d’angoisse profonde, de peur maladive de la mort, que Cassandra était apparue. Qui était-elle ? Une femme riche menant une vie de rêves, hédonique. Elle ne vivait que pour l’art, la beauté dans toutes ses formes, les fêtes, l’opulence. Cette femme n’avait à se soucier de rien. L’argent de ses entreprises rentrait tout seul dans ses comptes bancaire et elle était libre, puissante et pouvait posséder tout ce qu’elle désirait d’un claquement de doigt.

    La djöllfuline s’était rendue sur Dùralas IV où elle avait contracté un prêt conséquent : près de quatre cent mille crédits ; auprès d’abyssaux qui géraient l’une des mafias les plus puissantes de la planète. Ils avaient pris l’une de ses armes en acompte. La plus dévastatrice. Ils avaient jurés de la retrouver si elle ne remboursait pas son emprunt, même après sa mort. Mais Cassandra n’en avait cure. Elle dépensait sans compter car elle en avait les moyens. Elle se rendit alors dans la ville de Sinople. Un paradis sur Dùralas IV où seuls les plus riches, les artistes ainsi que les droïdes d’entretiens étaient admis. Elle fit confectionner des vêtements par des tailleurs reconnus, dont une robe, qu’elle affectionnait particulièrement. Elle lui permis de se faire remarquer à maintes reprises, alors qu’elle mangeais seule à une table de restaurant, le plus chic d’entre tous. Mais elle avait refusé toutes les avances. Car il n’y en avait qu’un qui l’intéressait. Il était l’objet de bien des convoitises et ses agents faisaient payer une belle somme les entretiens avec lui. Mais Cassandra ne se refusait rien.

    Il lui avait confié, pendant son entretien, que lui aussi l’avait déjà remarqué pendant qu’elle se restaurait. Heureusement pour la jeune djöllfuline, elle était tombée sur une période où la célébrité n’était pas en couple. Il faut dire qu’au vu de ses origines, beaucoup avaient grandis avec lui ainsi que ses films de genres hétéroclites et étaient morts alors que lui, son vieillissement était comme ralenti. Ses origines elfiques lui offraient une carrière extrêmement longue de plusieurs siècles où le temps ne semblait pas avoir de prise sur lui a part peut-être pour le bonifier et l’assagir. Son ancienne épouse, une humaine, était morte de vieillesse alors que lui, était resté d’apparence aussi jeune et séduisant qu’à ses trente ans. S’il ne cherchait pas spécialement à recréer de liens affectifs, beaucoup de femmes lui tournaient autour pour son charisme, son aura, sa réputation d’être gentil et bienveillant et souvent même pour son argent qu’il ne parviendrait probablement pas à dépenser en une seule vie, aussi longue soit-elle. Elle sursauta en entendant frapper à la porte.

-Tout va bien, Cassandra ?

-Oui…oui, j’arrive. Répondit-elle.

    Son reflet renvoyait celui d’une jeune femelle aux origines peu communes. Un sourire peut-être ? Oui voilà, c’était mieux. Elle se tint droite, les épaules carrées, musclées comme le reste de son corps. Pour l’occasion, elle s’était parée de nombreux bijoux au cou, sur ses oreilles -et, il y avait de la place d’en mettre- ainsi que des bagues et de larges anneaux ornés de pierres précieuses qu’elle avait enfilés sur sa queue. Elle s’était également parfumée  avec une lotion aux notes florales et poudrées que Brad Python semblait particulièrement apprécier. Avec sa robe, elle complétait la parfaite panoplie de la jeune femme riche et séduisante. A vrai dire, c’était peut-être la première fois qu’elle se sentait vraiment féminine. D’habitude, elle était toujours vêtue de son armure, prête à combattre. Cela faisait des années et des années qu’elle ne l’avait jamais quitté sauf lorsqu’elle s’habillait en civil. Mais même dans ces rares occasions, jamais elle ne mettait de robe. Elle se contentait de ses pantalons en fibre épaisse, pour la plupart troués, qu’elle portait depuis la fin de son adolescence. Sholma n’aimait pas les robes. Mais Cassandra, elle, en portait sans aucune hésitation et avec grand plaisir. Elles la rendaient jolie. Elle tenta d’ajuster ses cheveux en bataille. C’était inutile. Ils se replaçaient toujours en désordre quel que soit la technique pour les coiffer. Elle savait bien qu’elle aurait dû prendre ce produit qui les faisait pousser en un temps record. Cette tignasse, elle la tenait probablement de sa mère ou du mélange  de ses gènes venant d’horizons différents. Ses yeux s’abaissèrent vers ses chaussures. Elles étaient adaptées aux pattes mais restaient inconfortables à cause des talons qui la grandissaient. Comme si elle avait besoin de cela. Elle les retira et écarta les quatre doigts de ses pattes en poussant un soupire de contentement.

    Derrière elle, la porte s’entrouvrit discrètement. Elle se retourna et aperçut la tête de Brad affichant une mine inquiète.  Il la regarda de pied en cap, les yeux emplis de désir. Finalement, elle sortit de l’immense salle de bain avant de se laisser guider vers l’immense couche. Elle resta debout en face du naga. Sa queue enlaça la sienne  et il pressa son corps contre le siens en continuant de délacer délicatement sa robe. Elle le laissa faire, profitant de chaque caresse, de chaque marque d’affection et de tendresse. Les lanières de sa robe glissèrent de ses épaules avant que tout le vêtement ne descende jusqu’à sa queue, le dernier rempart. Brad défit le laçage qui la retenait. Alors, aussi légère qu’une feuille, la robe tomba sur les pattes de la Djöllfuline.  Brad étreignit d’avantage sa queue autour de celle de son invitée, resserra encore son corps contre le siens et l’embrassa au creux de son cou puis remonta jusqu’à ses joues en frôlant sa peau avec ses lèvres. La respiration de la djöllfuline s’accéléra tandis que son cœur battait de plus en plus fort. Par la fenêtre, elle vit un oiseau, aux ailes ressemblant à ceux d’une libellule. Il s’approcha d’une fleur et déploya sa trompe pour la butiner, avant de passer à une autre. Elle eut un frisson, une montée de chaleur intense, ses yeux se fermèrent alors pour profiter de chaque sensation avec plus d’intensité.

    Les mains de Brad caressèrent son dos musclé et s’arrêtèrent à ses cicatrices causées par ses greffes. Il les suivit du bout des doigts, avec curiosité. Elle rouvrit les yeux. Les souvenirs revinrent, tout ce qu’elle aurait aimé oublier s’afficha à nouveau dans son esprit : l’horreur, les combats, les flammes, la cyborg, la mort. Elle éclata en sanglots. Brad cessa toute caresse, il s’éloigna un peu de son corps, tenta de comprendre ce qui n’allait pas mais finalement, il la serra contre son torse. Cette étreinte, c’était tout ce dont elle avait besoin. D’habitude c’était elle qui était puissante, forte, combattive. Depuis son plus jeune âge, elle était une battante aux reins solides et au cœur bien accroché. Elle avait toujours travaillé en équipe, elle n’avait jamais été seule pour quoi que ce soit. Mais depuis quelques mois, alors qu’elle se méfiait de tout le monde, elle avait ressenti ce qu’était la solitude, elle s’était renfermée dans sa bulle où elle se méfiait de tout et de tout le Monde même de ceux qui lui sauvaient la vie. Dans le cas présent, elle ne savait pas pourquoi, mais elle se sentait en confiance, protégée entre les bras épais de la célébrité. Elle se sentait à l’abri dans cette forteresse, entre ces bras chauds et musclés qui l’enfermaient dans ce cocon de réconfort. Elle prit conscience de sa propre faiblesse et de ce besoin de travailler avec d’autres, de voir du monde et de vivre des aventures qui lui tenaient à cœur. Aujourd’hui, pour la première fois depuis des mois, elle se sentait bien. Toute la pression était retombée d’un seul coup alors que Brad, sans poser la moindre question, la cajolait et lui donnait la tendresse dont elle n’avait jamais eu droit dans sa vie.

-Merci…Merci, souffla-t-elle entre deux sanglots. Je…je suis ridicule…je…

    Il l’embrassa sur le front.

-Pas du tout. Je comprends si c’est peut-être trop tôt.

Elle s’écarta légèrement.

-Ce…ce n’est pas ça c’est…

    Les doubles portes menant au reste du bâtiment s’ouvrirent avec fracas. Un bout de serrure tomba alors que Nakaï et quatre gardes déboulèrent comme des sauvages. Eux s’excusèrent, mais la jeune corsaire fondit sur elle, tendit son bras mécanique et attrapa une de ses cornes.

-Aïe ! Put...Nakaï…Aïe, m…mais arrête !

    Elle frappa son bras, mais rien à faire. Elle fut trainée hors du manoir jusqu’aux plateformes d’atterrissage. Une jeune humaine emmenant par la corne une djöllfuline à moitié dénudée dans les couloirs, ne devait pas être un spectacle banal pour les gardes et les domestiques. Finalement, arrivée aux plateformes, la pirate la lâcha. Si une flopée de jurons lui venait à l’esprit elle les retint entre ses dents pointues. Quelqu’un avait besoin d’aide et elle avait pensé à elle pour l’aider. C’était plutôt inattendu au vu du nombre de connaissances que la pirate devait avoir mais elle s’en trouva presque flattée. Même si elle ne lui faisait toujours pas entièrement confiance, elle n’avait pour le moment rien fait pour lui nuire, à part lui avoir gâché le seul moment de tendresse qu’elle était parvenue à obtenir en plus des quelques dizaines de milliers de crédits qu’elle avait dépensé pour que tout soit parfait. Sholma lui demanda alors plus de détails sur la cyborg en question, elle en avait vu plusieurs, il pouvait s’agir de n’importe qui. Lorsque la corsaire commença sa description, Sholma l’arrêta net.

-Je me prépare, je te rejoins sur ton navire.

    Depuis son départ du laboratoire, après avoir affronté la magnifique femme cyborg aux ailes de papillons, elle n’avait cessé de penser à elle. Elle s’était faite une raison, elle avait été détruite depuis longtemps. On lui avait donné de l’argent en plus pour qu’elle se taise, mais ce qui l’inquiétait d’avantage c’était qu’on lui avait fait une prise de sang avant qu’elle ne commence les combats. Seuls les Dieux savent ce dont les scientifiques sont capables avec un seul échantillon de sang. Ils possédaient tout d’elle. Avec un ADN il n’était pas difficile de programmer des machines capables de le lire et de la retrouver. Ils avaient acheté son silence mais pas seulement. Si elle parlait, ils pouvaient très bien lui nuire. Seule, il lui aurait été impossible de passer les défenses du laboratoire. Mais avec Nakaï, même si elle était un peu bourrine sur les bords, elle était également capable d’avoir un esprit vif,  intelligent et très créatif pour débloquer n’importe quelle situation. C’était la compagne idéale pour ce genre d’excursion. Elle posa une patte dans son vaisseau et déjà elle avait ce sentiment de s’être réveillée trop tôt d’un rêve dans lequel elle aurait aimé rester. Le retour à la réalité était difficle. Elle frappa du poing la carlingue de son vaisseau, une fois, puis deux, puis trois. Puis ce fut autour de sa tête, qu’elle frappa contre une des parois.

-Il fallait que ce soit forcément maintenant ! Je suis vraiment maudite !

    Elle tourna la tête vers l’effigie de Lagmarù qui se trouvait sur son tableau de bord.

-Qu’est ce t’as ? Tu veux ma photo ?

    La statue en forme de golem ne répondit pas mais continuait de la fixer, les sourcils froncés. Elle l’arracha du tableau de bord et l’envoya le plus loin possible. Il rebondit sur une paroi puis sur le sol d’acier mais ne se brisa pas. C’était le Dieu de la force, après tout. Alors elle hurla à plein poumons, toute sa rage, toute sa détresse et s’assit avec violence sur son siège. Elle alluma ses moteurs qui crachèrent une bouffée de fumée noire. Ce vaisseau, n’appartenait pas à Cassandra, c’était certain. C’était un vaisseau de guerre, pas celui d’une riche femme d’affaire. Elle ne se souvint même plus comment elle avait justifié son arrivée dans une pareille machine. Peut-être avait-elle inventée un membre de sa famille qui le lui avait prêté en attendant que le siens soit réparé. Malgré tout, elle avait été raisonnable. Acheter un vaisseau de luxe digne de ce nom coûtait plutôt dans le million de crédits. Elle s’était déjà suffisamment endetté sans savoir comment elle allait rembourser toute cette somme et avait jugé vraiment trop exagéré de se payer un tel produit. De toute façon, les mafieux n’auraient jamais voulu lui prêter une telle somme.

    Elle activa les fusées de décollage, et déploya les ailes de l’appareil. Le vaisseau décolla. Elle fit un tour complet du manoir en apercevant Brad, au balcon, qui lui fit un baiser avec sa main. Il ne semblait ni éprouvé, ni choqué, ni contrarié. Sholma en fut soulagée, elle lui renvoya son baiser, même s’il y avait peu de chance qu’il la voit avec les reflets sur le cockpit. Puis elle commença son ascension. Elle mit toute la puissance dans les moteurs, pointa le nez de l’appareil vers le ciel et après quelques minutes, le vaisseau s’arracha de l’atmosphère. Elle replia alors les ailes et changea le mode de propulsion. Le vaisseau de Nakaï n’était pas si difficile à repérer. La ligne de l’appareil était plutôt agressive avec deux énormes canons à l’avant de l’appareil. La djöllfuline effectua les procédures habituelles d’approche avant de se poser dans le vaste hangar du vaisseau. Elle allait partir, lorsqu’elle remarqua qu’elle était encore en sous-vêtements et couverte de bijoux étincelants. Frappant son front avec la paume de sa main, elle retourna dans sa cabine où elle défit tous ses bijoux et s’équipa de son armure, de ses bracelets, de ses lunettes, de ses oreillettes et de son arme favorite : un fusil capable d’accueillir tout un tas de munitions avec des effets différents. Si certains résistaient un peu trop, elle aurait de quoi les repousser avec son arsenal. Son regard s’arrêta alors sur une clé de décryptage de sa conception. Connectée à un ordinateur, elle pouvait passer outre  nombre de pare feux et accéder aux données secrètes les plus enfouies. Cependant, Le programme n’était encore qu’à l’état de prototype. Ce serait le moment idéal de le tester. Elle se saisit de la clé attachée à son tableau de bord qu’elle enfouit dans l’une des poches de sa combinaison. Elle attacha ensuite une ceinture de projectiles. Quelque chose qu’elle ne prenait jamais avec elle, mais d’après tout, elle ne savait pas sur quoi elle allait tomber. Autant être parée à toutes les situations. Qui sait ce qu’il y avait dans ces laboratoires. Nakaï l’ignorait, et c’était bien son manque de préparation et sa manie de « foncer dans le tas » qui l’inquiétait. Si cette stratégie avait fonctionné jusque-là, il était possible que pour une fois, la jeune corsaire ait tort. Lorsque Sholma lui avait proposé son idée de rentrer discrètement, elle l’avait regardé avec une lueur de haine et presque de folie lisible dans les yeux. Pas dirigée contre Sholma, non. Mais contre les dirigeants du laboratoire et tous ceux qui y travaillaient. Elle avait le regard de celle qui n’en avait plus rien à faire et pour qui la fin justifiait les moyens. Elle avait armée la pétoire que la Djöllfuline avait déjà vu à l’œuvre par le passé, avait sauté du vaisseau puis s’était dirigée d’un pas rapide vers les portes du laboratoire. Sholma la suivait, prête à couvrir ses arrières s’il y avait le moindre ennemi qu’elle n’avait pas vue dans sa furie vengeresse.

    Une femme cyborg les avait rejoint et s’était de suite adressé à Nakaï sur un ton plutôt sec. Cette femme, elle l’avait déjà vue, en entraînement. Depuis sa tentative de meurtre, elle se méfiait encore plus des cyborgs, même si elle, semblait avoir la confiance de Nakaï et probablement son respect pour qu’elle accepte qu’elle lui parle sur ce ton. En parlant de respect, elle aperçut également Circë, qu’elle avait salué. Elle la laissa passer devant elle, préférant assurer les arrières du groupe. Si beaucoup d’employés étaient trop occupés à s’affairer à éteindre les incendies ou se boucher les oreilles à cause des alarmes, certains regardèrent passer le groupe hétéroclite avec un mélange de curiosité et de terreur. Il faut dire que Nakaï, avec son arme, faisait forte impression et était passée maîtresse dans l’art de faire des entrées fracassantes. Elles progressèrent dans le laboratoire où elles ne rencontrèrent aucune résistance. C’est pour dire, Sholma n’eut pas besoin d’utiliser ni son arme ni ses poings. Mais elle restait tout de même vigilante aux moindres mouvements suspects. Un scientifique nettoyant son laboratoire de chimie qui lui avait lancé un regard de travers, une caméra qui sembla les suivre. Avec l’aide de sa queue, elle l’arracha de son support. Nul besoin de dépenser des munitions inutilement. Tout paraissait presque trop facile.

Zzzt…Sh…Sholmaaa….aaa.


    Elle s’arrêta net. Les autres continuèrent à suivre Nakaï. Ses oreilles s’agitèrent, guettant le moindre son. Elle brandit son arme, lorsqu’au détour d’un couloir, elle croisa un drone qui semblait venir vers elle.

-Tu tombes à point nommé toi.

    Elle le saisit, ouvrit le cache qui contenait tous les ports et y inséra sa clé de décryptage. Ce n’était pas dit qu’elle fonctionne. Un holo écran s’afficha ainsi qu’un clavier. Sholma avait accès à tout le système du laboratoire, comme si plus aucune protection numérique n’existait. Elle accéda aux finances de l’établissement et failli s’étouffer avec sa propre salive.

-Bordel. Vous-verrez même pas la différence si je vous en pique un peu.

Ne fait pas ça. Zzt. Shooolmaaaaa.


    La voix venait du drone. Elle n’était pas très intelligible et ne semblait d’ailleurs même pas prononcée par un humanoïde. Mais en réalité c’était difficile à dire à travers un drone, d’autant plus que son interlocuteur ou son interlocutrice pouvait la modifier facilement avec des logiciels.

-Bah, je ne vous prends pas beaucoup, seulement quatre cent mille crédits. Aller, cent mille de plus parce que je me suis déplacée. Au vu de comment vous êtes riches, vous ne devrez même pas voir la différence.

Clic. Ce sera de l’argent sale Zzt tracé.


-Vu à qui je le doit, ça ne leur posera pas de problèmes. Aller, hop. Cassandra sera ravie.

    Elle effectua le virement en camouflant sa provenance vers le compte qu’elle avait créé au nom de Cassandra. Puis, elle parcourut les fichiers en cherchant son nom. Bingo ! Sans même l’ouvrir, elle en effaça les données. Enfin, elle se dirigea vers un autre dossier contenant les plans du complexe. Ce sera toujours utile. Elle les téléchargea avant de déconnecter la clé qu’elle rangea précieusement dans l’une de ses poches. Les lunettes étant connectées aux données de la clé ainsi qu’à ses implants, elle put apercevoir la totalité des plans du laboratoire. Ils donnaient presque le tournis tellement il y avait de salles et de niveaux différents. Mais elle n’avait pas le temps de les décortiquer et ajouta :

-Au vu de ce que vous faites ici, je n’ai pas été très gourmande je pense.

Clic. Clic. Tu ne sais rien Zzzt Sholmaaaa.


-j’en sais suffisamment.

    Puis elle recula, et braqua son arme sur le drone, parfaitement lisse et sphérique. Dommage de devoir détruire un tel bijou de technologie. Quelques cris résonnèrent en même temps que des tirs d’arme à feu. Plus de temps à perdre, Sholma devait en finir avec ce drone avant qu’on ne remarque son absence.

Shoooolmaaa. Clic.Tu as bien grandit.


    Elle prit cela pour une tentative d’éviter la destruction du drone. Cela fonctionna. Le discours du drone était plutôt intriguant même si ce devait être simplement de la fourberie. Elle ne se laisserait pas prendre dans le piège mais cela était plutôt un bon signe de les voir pathétiquement se défendre alors qu’elles avaient le dessus.

-Vous ne me connaissez pas. Vous êtes qui d’abord ?

Aaaaah. Nous sommes Hiérarchie. Sholmaaaaa zzzt L’orpheline. Clic. Tu n’es pas seule. Sholmaaaaa. Nous te connaissons. ZZzt


    La voix était devenue semblable à un chuchotement.

Zzzt.Tue-les. La corsaire, les mercenaires et cette, rhaaaa…traîtresssssse, Kilab. Tue les toutes. Clic. Nous te révèlerons ce que tu ignores et te donnerons plus de crédits que tu ne pourrais l’imaginer.


    Elle resta silencieuse. Hésita. Puis tira. Le projectile perfora le drone de part en part et se ficha profondément dans le mur du couloir. L’objet tomba comme une pierre et roula sur quelques mètres. Elle activa alors la vision nocturne de ses lunettes alors que les lumières faiblissaient et se dirigea d’un pas décidé vers la cellule de la cyborg aux ailes de papillon. Elle était venue la sauver et elle ne changera pas d’objectif.  Dans le même temps, elle cherchera également la professeure. Elle aussi avait l’air d’avoir besoin d’être sauvée. Ce que lui avait dit cette voix mystérieuse, androgyne, la perturbait au fur et à mesure qu’elle progressait. Jamais elle ne s’était intéressée à ses origines, jamais elle n’avait tenté de retrouver ses parents et voilà que quelqu’un prétendait pouvoir la connaître et possiblement l’éclairer sur le sujet. Non. C’était impossible, elle n’était personne, elle était insignifiante. Une simple gamine des rues. C’était probablement une ruse suite à la prise de sang qu’on l’avait obligée à faire avant de rentrer dans le laboratoire. Ils en avaient extraits des informations et tentaient de la manipuler pour qu’elle change de camp. Mais maintenant qu’elle avait tout effacé, ils n’avaient plus de moyens de pression sur elle. Quant à l’argent, elle avait déjà pris ce dont elle avait besoin. Elle se dirigea alors vers le dernier emplacement connu de Nakaï, Circë et la tireuse. Ce n’était pas vraiment compliqué, il suffisait de suivre les impacts de l’arme de la corsaire et les débris un peu partout. Elle arriva dans une zone de haute sécurité. Les lumières avaient été détruites et un cyborg gisait au sol. Elle était sur la bonne voie. Les cellules ne devaient pas être loin mais le complexe était un vrai labyrinthe. Elle afficha alors les plans sur ses lunettes. Dommage qu’elle n’ait pas de détecteurs de signes de vie. Ce genre de chose coûtait une fortune mais avec ses comptes renfloués, elle pourrait se l’offrir. Cependant, l’appareil n’était pas infaillible vu qu’il détectait des émanations de chaleur dans un spectre large ou plus spécifique suivant la race de la cible. Néanmoins, Il pouvait très bien être brouillé par des combinaisons qui masquaient la signature thermique, comme la sienne.  Alors qu’elle progressait dans un couloir, elle tomba nez à museau avec le groupe qui avait rebroussé chemin.

-La voie est libre. Déclara-t-elle simplement.




Slots RP 3/3



Fiche combat
Revenir en haut Aller en bas
Circë Andirral
Guérisseuse

Circë Andirral

Messages : 211
Expérience : 1069
Autre / Ne pas divulguer Âge RP : 87 ans depuis sa naissance, 26 ans pour toujours

Politique : 15
Titres:


Stats & équipements
Vitalité:
Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] 64453510395/395Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] 242396barresante02  (395/395)
Vitesse: 338
Dégâts: 335

Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] Empty
MessageSujet: Re: Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë]   Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] EmptyMar 1 Aoû 2023 - 9:39
Séparation du contenu
Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] Mara-j11




Circë c'était posé sur Duralas II, elle avait une mission en cour, un acteur naga du nom de Sslizmek avait trempé dans des affaires louches après son succès dans "Snake Club", mais qui fut totalement éclipser par son coacteur Brad Python. Un elfe naga, comment c'est possible un truc pareil et surtout, qui a pondu l'œuf ? Bref, Sslizmek devait mourir. C'est triste, parce que Circë aime bien son nom, cela la rend nostalgique. Le lézard courait en tout sens dans les ruelles sordide de la mégalopole, tentant de fuir la vampire qui s'amuse beaucoup trop a le faire flipper en apparaissant de manière furtive non loin de lui, jamais au moment où il l'attend. Elle vient même de rentrer par effraction chez lui et de squatter sa baignoire, bon, il a vite compris qu'il y avait un problème parce que Circë était allongé dans le bain moussant toute habillée et toujours équipé de son exo-armure.

Jouant au jeu du chat et du geckos, elle poursuit l'acteur qui tente de la fuir. Son armure gouttant encore et sentant une délicieuse odeur de fleur d'endoriel, elle saute de toit en toit, gardant toujours son regard sur l'acteur qui voit son ombre furtive passé au-dessus de lui. Il a beau fuir, il ne peut lui échapper, le pauvre ne sait pas qu'il était déjà condamné, la mordeuse avait placé sur lui une micro balise GPS et le pister à la trace. Ssliz prend les ruelles aux hasards, pousse les gens et tente de fuir dans le dédale, mais toujours, quand il lève la tête, sent la présence meurtrière du chat au pelage roux. Finalement, sa course effrénée finit dans une ruelle et quand ils se retournent, il voit la belle rouquine, le regard calme et un sourire amusé sur le visage. Habituellement, c'est le genre de femme que Ssliz aurait invité à boire un verre, mais aujourd'hui, la beauté de cette femme démontre quelque chose qui lui fait froid dans le dos. Elle avance calmement, très calmement. Puis une impulsion IEM se fait ressentir, provoquant l'arrêt de l'armure à la surprise de la jeune femme qui lève juste un sourcil. Dans un élan de courage ou de folie, Ssliz prend une barre de métal dans les déchets à côté de lui et charge sur la femme en hurlant, il lance son attaque de toutes ses forces, y mettant toute sa poigne, mais... d'un geste souple et fluide, elle esquive l'attaque comme si de rien était, puis lui envoie un coup-de-poing dans l'estomac. Même sans son armure, Circë reste forte. Ssliz plie sous la violence du choc, bouche ouverte, mais elle ne lui laisse pas le temps de récupérer. Elle l'attrape par la gorge et toujours avec son sourire, elle lui met un coup-de-poing dans la face... Suivie d'un second, puis d'un autre. Elle marque ensuite une pause, ponctuer par les supplications de sa victime qui part dans un long monologue que la vampire écoute religieusement comme pour écouter ses dernières paroles, même si pour elle, cela sonne comme du blablabla, j'avais besoin d'argent, ma maman est malade, je n'en ai fait qu'un peu, je peux vous payez plus cher. Puis elle s'arrête de ne pas écouter, sur son bras, un écran s'illumine, elle l'observe silencieusement quelques secondes. Visiblement, son armure a redémarré et pas seulement son armure, elle vient de recevoir un message.

"- Lecture."

Résonne alors la voix de la "douce" Dahlia.

"- Salut la rouquine, c'est ta barjo préférée! En tout cas, j'espère que je suis ta préférée. Bref, j'arrête avec les mots doux. Je sais pas si tu as perçu l'espèce d'IEM qui a frappé il y a quelques minutes. C'est l'oeuvre d'une cyborg et elle a besoin d'aide. J'y vais de ce pas. Si tu veux me filer un coup de main, rejoins moi à ces coordonnées! Bisous copine!"

En entendant la voix de la capitaine pirate, le regard de Circë se met à pétiller, elle est sa copine. Son sourire baignant dans le bonheur, elle dirige Ssliz contre un mur proche, le regard toujours effaré, mais si effrayé qu'il n'est plus capable de prononcer le moindre mot.

"- Désolé Sslizichou, je t'aime bien, surtout pour ton nom, mais ce soir, j'ai un rencard. Je termine ça vite fait et je te laisse."

Elle lui envoie alors de violent coups de poing, y mettant toute sa force, ainsi que celle de son armure. Après avoir repeint le mur, ainsi que son bras et une partie de son visage avec du sang de naga frais, elle s'arrête pour regarder Ssliz avec un moue déçu. Vu la consistance plus proche de confiture à la fraise de son cerveau, on peut allégrement supposer qu'il est mort. Elle lâche le cadavre au crâne défoncé avec une mine déçus.

"- Déjà casser ? Décidément, ce n'est plus ce que c'était. De mon temps, les naga était plus solide. Prend Sslozmek par exemple, lui, il aurait... Ah merde, le rencard."

Elle abandonne sa tirade sur la supériorité de Ssloz pour se regarder dans un miroir portatif, arrangeant rapidement ses cheveux.

"- Et merde, il m'a tout cochonné l'autre a saigné comme un goret... Bon tant pis, une capitaine pirate ne doit pas être effrayé par un peu de sang et deux bouts de cerveaux."

Elle écrit rapidement sur son pavet numérique aux poignes a un nettoyeur, ainsi que les coordonnées du "colis". Et hop, des crédits de plus dans la poche. Elle se tourne ensuite vers le cadavre et lui lance un dernier regard.

"- Tu sais Sslizichou, j'aime bien cette pirate. C'est une vraie brute, elle tue d'abord et pose les questions ensuite, j'aime bien son style. Simple, net, précis, radical, elle ne sent rend pas compte, mais c'est une véritable artiste dans son genre. Si tu avais vu comment elle a retapissé le mur avec le cerveau de cet abruti de capitaine... Une véritable merveille et puis ce charisme, cette force... Je suis tombé sous le charme. Un vrai coup de foudre, dommage que cela ne mènera à rien de plus qu'à juste copine, j'ai le talent pour me faire zone amie, mais a une vitesse. En même temps, pourquoi une telle force de la nature voudrait d'une vieille bourrique comme moi ?"

Prenant une bouteille de sang de synthèse quel stock dans sa gourde, elle se tourne vers le cadavre.

"- A ta mort Sslizichou, à celle de Sslozichou et à la santé de la belle et forte capitaine Nakaï, puisse sa vie être rempli d'autant de merveilles que celle de la petite Kaïna... Putain, que cette gamine insupportable peut me manquer."

Abandonnant ses états d'âme, elle prend quelques gorgées puis ferme sa gourde. Elle remet ensuite son casque et part en reprenant par les toits au coordonné fourni par la capitaine.





Au coordonné, Circë, le bras droit encore remplit de sang de naga, ainsi qu'une partie du visage, attendait sagement la capitaine Nakaï. Elle la voit arrivée, son beau visage marqué d'une douce expression de fureur qui la rend adorable aux yeux de la rouquine. À ses côtés, la pauvre Sholma la suivait. Pauvre, parce que Circë avait entendu bien des choses sur elle et qu'elle a subit une grande injustice qui demanderai bien une petite expédition punitive en mode stryge blanche, mais bon, on verra cela plus tard. Et une femme que Circë ne connaissait pas, moins intéressante a ses yeux que la capitaine pirate. Faut dire que son aura est-elle que la vampire ne regarde qu'elle et la suit. Déjà, pour la faire bosser gratuitement, faut se lever tôt. Elle a juste du mal avec le fait qu'elle appelle Nakaï, "ma belle", même si c'est vrai qu'elle l'est.

Il rentre dans l'ancien laboratoire où en réalité Circë avait travaillé il y a 20 ans. Elle était même déjà professeur à la faculté de médecine quand la battisse fut construite. Il y a de fortes chances qu'elle rencontre d'anciens élèves à elle, de cette époque. Mais elle ne dit rien de ce qu'elle sait du bâtiment, le gardant pour plus tard, de toute manière Nakaï suit le bon chemin et Circë n'a plus les accréditations depuis longtemps. À un moment, il lui semble que Shosho disparaît, bof, faut bien que jeunesse se fasse.

Nakaï ouvre le chemin avec son efficacité habituel, elle arrive devant une porte, l'explose, explose un cyborg, questionne le scientifique, assomme le scientifique, menace Fahima... Attend ce n'est pas Fahima Kilab, une ex-étudiante et la chouchoute d'un de ses ex-étudiant et chouchou ? Ah non, la chouchoute de mon chouchou est aussi ma chouchoute. Et cela n'a rien a voir avec le fait que la chouchoute en question est jolie comme un cœur. Circë se rapproche à sa défense.

"- Oh, bien le bonjour. Vous êtes Fahima Kilab, la généticienne qui a fait des travaux sur la génétique des thérianthropes ? J'ai eu l'honneur de lire votre doctorat, je vous félicite pour votre approche novatrice dans la matière. Vous savez, ce chère Hermus ne tarit pas d'éloge à votre sujet. J'étais sa prof référente à la faculté, c'est moi qui ait soutenue son dossier. Vous devez me connaître pour mes recherches en matière de sang de synthèse et des modification biologique mené par le vampirisme. Je suis..."

"- Professeure Maulgath ?"

Circë se retourne en attendant son nom de famille, un scientifique âgé, à l'air peu commode, vient de tomber sur eux. Circë se met à sourire avec bienveillance.

"- Ah ! Professeur Heratron, un plaisir. J'espérais tomber sur vous d'ailleurs."

Elle se rapproche calmement de lui. Le professeur semble la fusiller du regard, mais ne dit rien.

"- Qu'est-ce à dire que ceci ? Que faites-vous là ?"

L'air détaché, Circë se rapproche et pose gentiment sa main sur son épaule.

"- Allons Ernest, je reste un médecin avant tout, j'extermine les éléments malades qui pourrissent les tissus sains, ou comme le dirait ma barjo préférée, je me débarrasse des méchants."

Toujours avec une expression calme, elle attrape le vieux médecin par le cou et le balance contre le mur, avant de le roué de coups et ne s'arrête qu'une fois certaine qu'il est bien mort.

"- Voilà, ça c'est pour tous les étudiants que tu as dépouillé de leurs travaux pour te les attribuer, les étudiantes que tu as harcelé sexuellement et pour la pauvre Zora que tu as abandonné enceinte parce que, je cite "tu n'es pas sûr que ce soit toi le père". Sur ce..."

Elle prend le badge couleur orange qu'il portait sur sa blouse et le lance à Nakaï

"- Autorisation de catégorie 2, cela devrait nous ouvrir la voie. En échange, tu devras goûter ce que ton ancêtre appelait "une muse sur l'océan" et c'est non négociable, Dahlia vient avec nous, cela lui fera du bien. Cela vous changera de toutes ses merdes qu'on ose appeler éthanol synthétique."

Elle se tourne ensuite vers les autres filles.

"- Vous êtes d'ailleurs toutes invitées, vous aussi professeur Kilab, j'ai même quelques anecdotes bien croustillantes sur vos professeurs à vous racontez. Genre, le si calme professeur Cyclabe, oui, celui qui est super lent et qui parle de manière monocorde, vous saviez qu'il était pilote de course de module amateur dans sa jeunesse ? Et pas mauvais en plus. Bref, à bas la hiérarchie et tout le reste. D'abord, on sauve la cyborg en détresse. Hératron était un salop, mais il est loin d'être le pire."




Fiche de combat de Circë:
Revenir en haut Aller en bas
Holy
L'Aubergiste ♦ Mélomancienne

L'Aubergiste ♦ Mélomancienne
Holy

Messages : 1414
Expérience : 7178
Féminin Âge RP : 21

Politique : 154
Titres:

(Lune, âme et compagnon abyssale d'Holy ; +50% stats et effets)

Stats & équipements
Vitalité:
Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] 644535103742/3742Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] 242396barresante02  (3742/3742)
Vitesse: 917
Dégâts: 1102

Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] Empty
MessageSujet: Re: Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë]   Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] EmptyMer 2 Aoû 2023 - 10:32
Séparation du contenu
Je m’éveillais péniblement alors que des sons d’alarmes me martelaient les tempes. J’ouvris lentement un œil, puis un deuxième. Une femme était assise au pied de mon lit, elle portait une blouse blanche et semblait travailler au laboratoire. Je la reconnus, pour avoir été dans la salle d’entraînement avec elle.

« Vous… Qu’est ce… Vous êtes avec eux c’est ça ? » Demandais-je avec crainte tout en me redressant rapidement. Un scarabée robot tomba de mon bras, il remonta en voletant. Je le chassais une première fois, mais le laissais faire la seconde. Il me soignait ? Mon regard interrogateur se posa de nouveau sur la scientifique, cette petite chose semblait lui appartenir.

Au même moment, la porte de ma cellule fut réduite en miettes par… Un tir de canon ? Je sursautais une nouvelle fois, me recroquevillant un peu plus dans le coin de mon lit blanc. Mais je fus soulagée de voir une tête rousse entrée. C’était cette fille que j’avais vue dans la simulation… Elle était accompagnée par une jeune femme aussi armée qu’elle.

« Vous… Vous avez reçu mon message… » Marmonnais-je alors que les larmes me montaient aux yeux. Mais voyant qu’elle pointa une arme sur la scientifique, rejointe par son équipière. Je me ressaisis.

« Baissez vos armes, elle est avec moi. Elle m’a soigné avec cet adorable petit insecte… » Mon attention fut momentanément happée par le robot qui se déplaçait sur mes mains. Je me mis à jouer à le faire passer de l’une à l’autre, mes ailes de fée s’agitèrent d’amusement, produisant de la poussière rose. Jusqu’au moment où une dame arriva avec un badge d’accès volé. Elle semblait déjà connaître les lieux…

« Vous avez déjà travaillé ici… Vous connaissiez cet endroit ? Lui demandais-je avant d'ajouter. En tout cas merci pour votre aide. » Mon regard passa de la scientifique à la grande dame rousse, pour finir sur les deux femmes armées. Je me levais enfin pour me diriger vers la porte. « Vaut mieux pas traîner dans le coin. Darwin Evolve, c’est le nom de ce laboratoire, et on va le détruire.
Mais avant on doit trouver le bureau des archives.
» Je m’étais arrêté devant celles qui tenaient la gâchette, elles semblaient mener les opérations. Est-ce que mon plan leur conviendrait ? Mon désir de vengeance était tel que je me sentais prête à réduire moi-même le bâtiment en flamme, mais je n’y arriverais jamais seule.

La dragonne à deux pattes était là elle aussi, arrivant un peu après les autres, elle signifia que la voie était libre. « Vous êtes venus aussi ! » Je ne l’avais pas vue longtemps, mais j’avais senti une grande bonté d’âme en elle et je ne m’étais visiblement pas trompé.
Revenir en haut Aller en bas
Eyara Kilab
Rose du désert

Eyara Kilab

Messages : 573
Expérience : 1859
Féminin Âge RP : 29

Politique : 07
Titres:

(Boris, élémentaire de pierre d'Eyara Kilab +800)

Stats & équipements
Vitalité:
Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] 644535102575/2575Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] 242396barresante02  (2575/2575)
Vitesse: 825
Dégâts: 470

Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] Empty
MessageSujet: Re: Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë]   Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] EmptyMer 2 Aoû 2023 - 15:50
Séparation du contenu
La cyborg finit enfin par se réveiller, pour la plus grande joie de Fahima. Cependant, la jeune femme sembla aussi effrayée, car elle lui lança d'une voix craintive en se redressant :

- Vous… Qu’est ce… Vous êtes avec eux c’est ça ?

Il fallait définitivement la rassurer. La cyborg chassa une première fois son scarabée de soins, mais heureusement, la lycanthrope avait programmé un module de tête chercheuse sur la cible à soigner dans tous ses bidules-insectes de soins. Ce dernier vint donc se poser de nouveau sur le bras de la jeune femme, qui ne le chassa pas cette fois.

- Oui, je travaille ici, mais pour mes propres recherches, ne t’inquiète pas, je ne suis pas avec ceux qui t’ont visiblement fait du tort.

C’est à cet instant que la porte de la pièce s’ouvrit … dans le fracas d’une explosion ? Nakaï entra alors dans la pièce, suivit de près par une autre femme, que Fahima ne connaissait que de visage, puisqu’elle l’avait affronté au centre d’entraînement. Les deux femmes pointèrent aussitôt leurs armes sur la louve.

- Fahima, rassure moi, tu n'es pas du côté des méchants? Comment elle va? Il faut vite la ramener à elle car les ennuis vont bientôt commencer. Je te préviens, ce sera bien plus dangereux que la dernière fois.

- Hola, doucement Nakaï, lança Fahima en lui faisant un signe de la main de baisser leurs armes. Je travaille certes ici, mais je n’étais pas au courant que cette aile existait. Je viens d’arriver, et je viens tout juste de la soignée avec l’un de mes scarabée.

D’ailleurs, la femme-papillon ajouta :

- Baissez vos armes, elle est avec moi. Elle m’a soigné avec cet adorable petit insecte…

C’est alors que Fahima remarque la rouquine derrière le duo de femme.

- Oh, bien le bonjour. Vous êtes Fahima Kilab, la généticienne qui a fait des travaux sur la génétique des thérianthropes ? J'ai eu l'honneur de lire votre doctorat, je vous félicite pour votre approche novatrice dans la matière. Vous savez, ce cher Hermus ne tarit pas d'éloges à votre sujet. J'étais sa prof référente à la faculté, c'est moi qui ait soutenue son dossier. Vous devez me connaître pour mes recherches en matière de sang de synthèse et des modifications biologiques menées par le vampirisme. Je suis...

- Professeure Maulgath ?

Maulgath ? Où avait-elle entendu ce nom déjà ? Ah mais oui, la rouquine était Circë Maulgath, une ancienne professeure ou la louve avait étudié.Que faisait-elle ici ? Et d’ailleurs, voilà que débarquait Ernest Heratron, un autre scientifique de la place. ”Non mais, c’est une réunion des anciens, ma parole…” Il y eu un rapide échange de parole avant que Circë ne batte à mort le vieil homme et lui prenne sa carte magnétique. D’abord choquée par cette violence soudaine, Fahima se figea. Ce n’était pas parce qu’il n’était pas entièrement clean qu’il fallait forcément le tuer … mais bon, la louve savait que parfois, les sentiments prenaient le dessus.

- Autorisation de catégorie 2, cela devrait nous ouvrir la voie. En échange, tu devras goûter ce que ton ancêtre appelait "une muse sur l'océan" et c'est non négociable, Dahlia vient avec nous, cela lui fera du bien. Cela vous changera de toutes ses merdes qu'on ose appeler éthanol synthétique.[ Vous êtes d'ailleurs toutes invitées, vous aussi professeur Kilab, j'ai même quelques anecdotes bien croustillantes sur vos professeurs à vous racontez. Genre, le si calme professeur Cyclabe, oui, celui qui est super lent et qui parle de manière monocorde, vous saviez qu'il était pilote de course de module amateur dans sa jeunesse ? Et pas mauvais en plus. Bref, à bas la hiérarchie et tout le reste. D'abord, on sauve la cyborg en détresse. Hératron était un salop, mais il est loin d'être le pire."

La lycanthrope sortit alors de sa non-action et montra alors l’autorisation dérobée quelques minutes plus tôt, de couleur verte.

- Autorisation de catégorie 5, avec ça on peut ouvrir toutes les portes, ne t’inquiète pas. Je l’ai volé en chemin, termina-t-elle, un peu honteuse de son geste.

C’est alors que les paroles de la cyborg-papillon attirèrent son attention.

- Vaut mieux pas traîner dans le coin. Darwin Evolve, c’est le nom de ce laboratoire, et on va le détruire. Mais avant, on doit trouver le bureau des archives.

- Hola, minute papillon, sans mauvais jeu de mot, je veux récupérer mes travaux avant, et en plus, mon bureau n'est pas loin des archives, puisqu’il est dans l’aile B, et les archives sont dans l’aile A. J’ai simplement mit trop de temps et d’efforts sur ce projet pour recommencer de zéro. Déjà que je vais assurément perdre mes boulots à vous aider …

Fahima remarqua alors Sholma qui arrivait et annoncer que la voie était libre. Tiens, une autre tête connue.

- Ah tiens, salut Sholma.

Décidément, presque tout le monde semblait se connaître ici.




Nouvelle venue et Trésorière du Cirque de l'Éclipse • Disciple Daemocienne • Dragonnière d'Argent

Ma fiche de combat : Ici
Ma ménagerie et mes invocations en image : Ici
Ma boutique de sculpture, enchantements et remèdes : Masha'zahk - Bois magique
Revenir en haut Aller en bas
Kaïna Garnet
Voleuse

Kaïna Garnet

Messages : 519
Expérience : 3097
Féminin Âge RP : 22 ans

Politique : 48
Titres:

(Hibou +400, v+400 ; Dissuasion : vous évite à coup sûr la prison)

Stats & équipements
Vitalité:
Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] 644535102086/2086Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] 242396barresante02  (2086/2086)
Vitesse: 1038
Dégâts: 1245

Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] Empty
MessageSujet: Re: Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë]   Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] EmptyMer 9 Aoû 2023 - 10:18
Séparation du contenu
Maya râlait. Bah ça lui passerait. Nakaï décida tout de même de lui répondre.

"On vient pour sauver une cyborg et tuer des méchants. Comme c'est un labo hyper high tech, on pourra peut être trouver des trucs intéressants mais, on détruit tout ce qui est base de données liée aux recherches sur les cyborgs. Ma soeur m'a aidé à récolter des infos et ces types sont de vrais tarés. On doit absolument mettre un terme à leur folie."

Lors de leur progression, elles avaient perdu Sholma mais, Nakaï lui faisait confiance, elle les retrouverait. Elle sentait toutefois que la femme lézard était méfiante à son sujet. Bah, elle avait traversé de sacrées épreuves et la réputation des Corsaires était ternie par les ragots. Bien sûr, ils n'étaient pas des anges mais, cela faisait bien longtemps qu'ils s'étaient affranchis de leurs activités les plus douteuses. Déjà à l'époque des Pirates, Kaïna s'était battu pour qu'ils n'aient plus aucun rapport avec l'esclavage. De plus, même Garzvorgh préférait éviter de tuer lorsque ce n'était pas nécessaire. Après, les idées et objectifs de chacun étaient différents. Si Kaïna jouait les justicières à côté de son emploi de voleuse, ce n'était pas l'adage de tous ses compères. Sans être vraiment méchante, Charlotte n'était pas un exemple à suivre. Bien sûr, cela Nakaï ne le savait que par le biais des histoires de Dahlia. Elle ne doutait pas une seule seconde que le passé de son ancêtre avait été embelli par son amie. Aujourd'hui, les Corsaires n'avaient guère changé. Tous restaient indépendants même s'ils étaient unis sous une même bannière. Chacun était libre de ses choix mais, tous ceux qui seraient surpris en train de tremper dans du trafic d'êtres vivants ou autres saloperies du genre seraient bannis et exécutés. C'était d'ailleurs grâce à ces idéaux que Nakaï avait rencontré Sholma. C'est aussi pour cette raison qu'elle l'avait traînée ici. Avec ce qu'elle avait traversé, elle serait la plus à même de comprendre la situation. D'ailleurs, Nakaï l'ignorait mais, elle l'était bien plus qu'elle n'aurait pu l'imaginer.

Circë avait également répondu présente. Ensemble, les trois femmes traversèrent le labo jusqu'à se retrouver nez à nez avec Fahima. Bien que Nakaï appréciait la jeune professeure, rien ne garantissait que cette fois, elle soit du même côté. Espérant ne pas avoir à tirer, elle pointa tout de même son arme sur elle afin de s'assurer de ses intentions. Nakaï était persuadée que son amie aurait une explication logique. C'est pourquoi elle se tendit lorsque Maya pointa également son arme sur elle. Par le passé, son amie avait déjà commis une bavure. Si Fahima n'était pas leur ennemie, elle espérait que cela ne se reproduirait pas.

Fahima se défendit en disant ne pas connaître cette partie du labo et qu'elle avait soigné la cyborg. Cela était totalement plausible. La Corsaire avait déjà constaté les compétences variées des insectes de la scientifique. Elle constatait d'ailleurs que la cyborg jouait avec un scarabée artificiel. C'est alors qu'elle intervint pour confirmer les dires de Fahima. Soulagée, Nakaï baissa son flingue et s'assura que Maya en fasse autant. Pendant ce temps, Circë était partie tabasser un prof. Bon alors Fahima était toujours une gentille mais, les autres professeurs étaient des méchants? Soit! Après tout, la capitaine Corsaire n'était pas une assassine mais, elle ne se faisait jamais prier pour se servir de son flingue.

Maintenant, l'alerte était donnée. Les méchants ne tarderaient pas à répliquer. Toutefois, la cyborg était sous la protection des quatre jeunes femmes. Enfin des trois jeunes et de la vieille peau qui semblait être aussi jeunes que celles qui l'étaient vraiment. La rage de Nakaï s'estompa en partie et un large sourire vint se dessiner sur son visage. Elle vit alors Fahima et Circë faire le concours de celle qui avait la meilleure carte d'accès. Elle se mit entre les deux et, en agitant son flingue, elle dit:

"Carte d'accès de niveau 10, avec elle, je peux même ouvrir les murs!"

Tandis qu'elle allait leur dire de se bouger le cul, ce fut l'heure de la minute papillon. Nakaï s'attendait à une jeune femme bouleversée qui n'aspirait qu'à s'enfuir au plus vite. Toutefois, elle fut agréablement surprise en entendant sa réponse. En entendant le mot détruire, le sourire de Nakaï s'élargit d'avantage. La capitaine leva son pouce à l'attention de la cyborg et dit:

"T'en fais pas princesse, la destruction ça me connait et j'ai suffisamment de munitions pour le réduire en miettes au moins trois fois! Cette tour d'ivoire ne va pas faire long feu! Hé Dahlia t'as vu?... Zut, pour une fois que j'arrive à sortir une expression correctement, elle n'est pas là... Maya, je compte sur toi pour lui dire, sinon elle ne me croira pas! Bon, foncez vers les archives, je vous rejoins dans deux minutes!"

Nakaï se dirigea alors vers l'ordinateur de la pièce en même temps qu'elle appelait sa soeur. Elle se connecta alors au terminal et s'assura qu'il soit lié au sous réseau. Comme elle s'y attendait, c'était le cas. Seul le terminal des archives et le terminal de sécurité n'étaient pas connectés. Elle demanda alors à Julia de lui transférer le virus et l'envoya aussi sec sur les serveurs. Tous les serveurs informatiques du laboratoire étaient foutus. Adieu leurs recherches sur les cyborgs. De plus, ils auraient du mal à contacter des renforts extérieurs. Nakaï attendit alors que le virus ait terminé de se propager puis, elle détruisit l'ordinateur et rejoignit les autres. Bien sûr, Julia aurait pu lui envoyer le virus plus tôt mais, ça aurait été prendre le risque qu'il attaque son matos. La jeune hackeuse elle-même l'avait mis sur une clé isolée jusqu'à l'appel de son aînée.

Une fois en compagnie de ses camarades, elle dit:

"Ils n'ont plus que deux PC en service, ceux-ci n'étant pas connectés au sous réseau, ils vont avoir du mal à contacter l'extérieur. De plus, une partie de leurs robots ont été touchés par le virus. On va enfin pouvoir s'amuser! Rejoignons vite les archives, je suis sûr qu'il y aura plein de méchants à dégommer!"

Nakaï sautillait comme une puce en sifflotant, ayant hâte de réduire à néant les tarés qui avaient fait du mal à ... Tiens, elle ne lui avait même pas demandé son nom. Elle ne s'était pas présentée non plus d'ailleurs. Elle décida alors d'y remédier:

"Au fait princesse, tu t'appelles comment? Moi je suis l'une des capitaines des Corsaires de l'Espace mais, tu peux m'appeler Nakaï! La brune qui joue les dures là bas, c'est ma subordonnée, Maya. Elle n'est pas aussi méchante qu'elle en a l'air mais, fais quand même attention, elle a la gâchette facile. La rouquine, elle est canon hein mais, en fait, c'est une vioque. Bon, ça l'empêche pas d'être sympa et hyper badass. Elle s'appelle Circë. Puis, celle avec des airs de lézard, c'est Sholma, je l'ai traînée ici car je me suis dit qu'elle serait la plus à même de te comprendre. Enfin, j'ai failli oublier Fahima mais, même si de base c'est une gentille, je ne savais pas qu'elle serait sur le coup avec nous."

Bien sûr Nakaï ne s'était pas arrêtée le temps de lui expliquer tout ça. Elle savaient qu'elles n'avaient pas le temps et elle avait hâte d'entamer le combat. Elle tenait d'ailleurs déjà son flingue prêt à tirer.




Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] Kazcna11
Fiche combat:
Revenir en haut Aller en bas
Alyena Ombrenuit
Assassin

Assassin
Alyena Ombrenuit

Messages : 535
Expérience : 2324
Âge RP : 350

Politique : 15
Titres:

(Fantôme, Warg d'Alyena [Modifié] +350, v+300, 150))

Stats & équipements
Vitalité:
Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] 644535102200/2200Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] 242396barresante02  (2200/2200)
Vitesse: 1096
Dégâts: 1663

Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] Empty
MessageSujet: Re: Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë]   Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] EmptyLun 14 Aoû 2023 - 8:11
Séparation du contenu
Oui bon… visiblement Maya n’allait pas tirer grand chose de cette mission… ce qui lui tira une moue boudeuse suivie d’un soupir qu’elle ne prit pas la peine de contenir.

« Mouais… ça m’as pas l’air super lucratif comme mission. Tu me vends pas du rêve là mais bon maintenant que je suis là j’ai plus le choix hein? »

Bougonna t’elle en suivant sa supérieure. Elle retrouva Sholma. Une femme lézard qu’elle avait déjà affronté au module d’entraînement et lui fit un léger clin d’œil et un sourire en la voyant. Signe qu’elle l’avait reconnue. Concernant la Vampire elle ne l’a connaissait pas. Mais si c’était une alliée de Nakaï après tout, elle n’avait pas de raison de se méfier. Et une fois arrivée dans la chambre du papillon, elle tomba sur une scientifique affairée soit disant à la soigner. Elle rechigna légèrement à abaisser le canon de son arme mais le fit finalement à la demande de sa Capitaine, non sans la garder en main par précaution. Elle ricana lorsque Nakaï agita ses flingues sous leur nez pour dire qu’elle avait une carte d’accès supérieure aux leurs.

« Je vous présente miss discrétion en personne… sa carte d’accès est un véritable passe partout. Le problème c’est que toute notion de discrétion avec Nakaï faut oublier. »

Se moqua t’elle gentiment. Puis sur ordre de la jolie Pirate, elle fit un signe du menton aux autres. 

« Allez les filles! En route! Je vais protéger tes ailes petit papillon, t’inquiètes pas. »

Dit elle en ouvrant la marche. Ou plutôt la course.

« Par contre ma belle, tu me gardes un des méchants sous le coude! Je suis pas venue ici pour rien! Y’a bien un de ces scientifiques qui pourra m’être utile!

Lâche t’elle à Nakaï avant de s’élancer. Pas moyen qu’elle ait fait le déplacement pour ne rien y gagner. Ça ne marchait pas comme ça! Autant récupérer un mécanicien pour customiser son vaisseau tant qu’à faire! Puis une fois qu’elle les eut rejoints, Nakaï fit les présentations. A la description qu’elle faisait d’elle, elle leva les yeux au ciel en secouant la tête.

« Non mais franchement ma belle! Tu t’acharnes a détruire une réputation que je mets du temps à peaufiner. Laisses moi être une méchante contrebandière intergalactique quoi! »

C’est vrai quoi à la fin. C’était pas évident de se faire une réputation de méchant quand on ne l’était pas vraiment. Alors si en plus Nakaï lui cassait tout dans ses présentations, elle n’était pas prête de passer pour une terrible contrebandière.
Revenir en haut Aller en bas
Sslozmek Hann
Rôdeur

Sslozmek Hann

Messages : 753
Expérience : 3058
Masculin Âge RP : 38

Politique : 15
Titres:

(Seltin, corbeau de Sslozmek [Modifié], +100, v+200, - l'effet dépend du tour (voir fiche joueur))

Stats & équipements
Vitalité:
Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] 644535102805/2805Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] 242396barresante02  (2805/2805)
Vitesse: 933
Dégâts: 1142

Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] Empty
MessageSujet: Re: Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë]   Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] EmptyMer 6 Sep 2023 - 16:54
Séparation du contenu
    La djöllfuline détailla chacun des membres de la petite assemblée dont les rangs avaient été grossis par la professeure Fahima.  Sholma ne s’attendait absolument pas à la trouver dans ce laboratoire. Se doutant qu’elle n’était pas du côté des ennemis -même si cette chose restait peut être à confirmer- elle la salua également. Elle l’imaginait mal être au courant des expériences menées ici et jouer la comédie en faisant comme si de rien n’était. Mais méfiance. Parfois le mal pouvait ne pas avoir l’apparence que l’on imaginait.  Même si elle avait travaillé avec elle et lui avait semblée douce et sympathique aux premiers abords, il était tout à fait possible qu’elle cache sa véritable nature. Ce ne serait pas la première, d’autant qu’il existait toutes sortes d’implants pour éviter de trahir ses émotions. Implants qui eux même étaient indétectables. Sholma avait déjà eu à faire à des ennemis d’apparence tout à fait banale. Ils se faisaient passer pour ses alliés mais elle s’était faite avoir comme beaucoup et fut victime de coups bas. Heureusement, elle les avait retrouvé et s’était vengée. Depuis lors, elle s’était jurée de se méfier de tout le monde même si parfois elle éprouvait des difficultés à ne pas accorder sa confiance à des personnes qui l’avaient déjà aidés à maintes reprises ou avaient travaillés en duo avec elle. C’était le cas de Fahima. Mais même si dans l’hypothèse où elle faisait partie du camp ennemi, elle était entourée de trois tueuses qui semblaient la garder à l’œil.

    Elle s’attarda un peu plus sur la jeune femme d’apparence fragile aux immenses ailes de papillon fines et légères comme des voiles. Son cœur s’arrêta presque de battre en la voyant et fut empli d’une honte grandissante.  Elle était venue grâce à Nakaï qui avait pris la décision de venir la sauver. Sholma, elle, n’avait rien fait. Elle n’était pas à l’initiative de ce sauvetage. A vrai dire, elle pensait que l’humaine modifiée avait été tuée et même si elle s’était laissée rongée par la culpabilité de ne pas avoir agi, la revoir en vie ne lui apportait pas plus de réconfort. Elle se sentait presque plus mal. Comme si c’était elle qui aurait dû venir la sauver de son propre chef et non s’être laissée entraînée par un groupe. Elle l’avait abandonnée pour de l’argent. Un argent sale, dépensé pour acheter armes et carburants. Tout cela au prix d’une vie. A quoi bon finalement avoir quitté les Enfants de la Lune si elle contredisait ses propres principes ? Lorsque son regard croisa le siens elle se força à afficher un sourire. Mais il était empli de honte, dénué de naturel. Elle détourna alors le regard vers Nakaï. Il sera difficile voire peut être même impossible de la convaincre de laisser le bâtiment intact mais la djöllfuline allait s’y essayer :

- On ne devrait pas tout détruire. J’ai vu de quel genre d’entreprise il s’agit et ça ne leur fera pas grand mal. Ils brassent tellement d’argent que tout ça sera inutile. En revanche, tenir informé la population et les autorités de Dùralas 2 de ce qui se trame ici est une bien meilleure option. Tout détruire et effacer les preuves n’apportera rien. Ils créeront un autre laboratoire ou se contenteront de ceux qu’ils ont un peu partout sur la planète pour continuer de mener à bien leurs expériences et leurs créations d’abo…d’humanoïdes modifiés. Ils sont puissants. Il leur sera très facile de nous faire passer pour des terroristes surtout si nous faisons exploser un bâtiment en pleine ville.

    Il n’était pas vraiment utile de leur parler de ce qu’elle avait entendu, se serait se tirer une balle dans le pied. Si elle voulait garder le complexe intact c’était également pour s’assurer de pouvoir obtenir des réponses à ses interrogations qui se bousculaient de plus en plus dans sa tête. Si elle n’allait pas suivre les instructions de la voix, elle voulait au moins savoir qui était derrière. Tout détruire risquerait d’anéantir la piste et l’espoir de retrouver cette personne qui tenait les ficèles. Elle posa une main chaleureuse sur l’épaule de la corsaire.

-je sais que ce qu’ils font ici est atroce mais si nous voulons les arrêter efficacement il serait appréciable de ne pas avoir toutes les polices aux fesses et d’avoir le mauvais rôle aux yeux de tout le Monde.

    Elle regarda les autres femmes ne sachant pas si elles étaient d’accord avec elles ou si elles se fichaient éperdument d’être fichées par les autorités de Dùralas 2 ou non. Peut-être que certaines l’étaient déjà. En ce cas, elles mettaient Sholma en danger. Elle qui voulait se racheter une conduite pour limiter ses poursuivants, ce groupe hétéroclite de mercenaire risquait de réduire à néant tous ses efforts.




Slots RP 3/3



Fiche combat
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] Empty
MessageSujet: Re: Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë]   Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë] Empty
Séparation du contenu
Revenir en haut Aller en bas
 

Viré entre copines [Pw Sholma, Fahima, Nakaï, Maya et Circë]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Duel]Fahima Kilab vs. Maya
» Maya contre Sholma [Duel]
» Fahima VS Nakaï [duel]
» Nakaï contre Sholma [Duel]
» La fin du respect [P. W. Nakaï, Sholma et Mordekai]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde de Dùralas :: Objectif Stàralas (Fermé pour l'instant) :: Système solaire de Stàralas :: Dùralas II-